Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

2 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01849.pdf (LOCMARIAQUER (56). la Table des Marchand. rapport intermédiaire de fouille programmée 1989-1991)
  • Programme triennal de recherches (1989-1991) Rapport intermédiaire (Campagne de fouilles 1990) avec le concours: — du Ministère de la Culture et de la Communication (Sous-direction de l'Archéologie) — du Centre National de la Recherche Scientifique (UPR 403) — de l'Université de Nantes
  • bien. Que chacun des acteurs de ce nouvel épisode reçoive ici témoignage de notre profonde gratitude. SOMMAIRE I - RAPPELS. A - Premier programme triennal (1986-1988). B - Deuxième programme triennal (1989-1991). II - ETAT DES LIEUX. III - MOYENS ET PLANS DE FOUILLES 1990
  • - LOCMARIAQUER - Vue générale sur les deux chantiers de fouilles, Er Vinglé à gauche et Table des Marchand à droite. La photo est prise à proximité du tronçon principal du Grand Menhir (septembre 1990 n°90.880) I - RAPPELS La Table des Marchand, l'un des fleurons de l'architecture et de
  • décapages en direction du Grand Menhir. Les recherches 1990 sont donc dans le prolongement direct de celles de 1989. En 1989, nous sommes sortis de l'emprise du cairn des Marchand proprement dit. Sous le niveau correspondant à la période de construction du monument, dans la direction
  • ; simultanément des déchets de débitage d'orthogneiss retrouvés près de ces fosses, juste dans le niveau d'occupation du cairn des Marchand, attestaient la date de ces destructions lors de l'édification de la grande tombe. 11 - ETAT U&S LIEUX Au cours de l'hiver 1989-1990, pendant
  • campagnes, offre, à chaque printemps, un triste spectacle. Dans la perspective assez proche de la remise en état du monument et de ses abords (en fait, les travaux ont commencé en juillet 1990 et se termineront en mars 1991), il conviendrait que la routine de l'entretien, du désherbage
  • MARCHAND «13go Rocher Sol d'occupation qallo-romain Perturbations modernes Le Grand Menhir 2 - LOCMARIAQUER - TABLE DES MARCHAND - Plan général des fouilles. Etat à la fin de la campagne 1990. En 1990, les travaux ont concerné les bandes XA-XI/4-26, ZA-XI/18-19, D-H/22-24, BJ/2-5
  • . Les foyers sont désignés F et les fosses de stèles fo. On remarquera, de 4 à 20 dans les bandes ZA à XI, les affleurements du socle, souvent exploités en petites carrières. III - MOYENS ET PLANS DE FOUILLES 1990 A - Considérations sur le fonctionnement. Commencée le 2 mai, la
  • , un autre secteur abandonné en 1989 pour des raisons de sécheresse a été achevé; il s'agit du rectangle D-H/22-24. 3 - LOCMARIAQUER - TABLE DES MARCHAND - Vue générale sur le grand secteur de fouilles ZA-XI/4-26 Zone des carrières et des stèles (septembre 1990 - n° 90.863). IV
  • MARCHAND - Zone des carrières, ZAXI/12-20 Remarquer l'orientation générale des diaclases du granité, (septembre 1990 - n° 90.718). 7 - LOCMARIAQUER - TABLE DES MARCHAND - Carrières d'extraction de granité. a - Traces de rubéfaction. (n° 90.452). b - Instruments en quartz en place dans
  • scelle les niveaux 9 pré-TdM, on observe quelques centimètres d'arène granitique pouvant venir des rejets de creusement des fosses de fondation de stèles. C - La zone des fosses de stèles : ZA-XI/21-26 La fouille réalisée en 1990 a agrandi un secteur de fouille ouvert en 1989 en ZA
  • - LOCMARIAQUER - TABLE DES MARCHAND - Fosses de stèles et trous de poteaux, (septembre 1990 - n° 90.743). niveau de terre jaune stérile et le socle granitique altéré, et d'être bordées, sur une face, de pierres de calage. Il semblait déjà que ces deux cavités étaient alignées sur un axe
  • premiers décapages 1990 permettent de retrouver en F-G, au niveau du sol TdM, l'amas linéaire de pierres, déjà aperçu dans la bande 20-21, qui correspond à une sorte de ceinture d'éboulis ou de reliquat de destruction, à 6/7 mètres de la base du mur II du cairn (fig. 20a). Au-dessous
  • archéologique notées alentour ne se révélaient pas très fortes, il ne semblait pas d'une grande utilité de s'attaquer à ce secteur. En 1990, la rectification des limites du chantier et la levée des contraintes de fouilles vers l'entrée du cairn nous ont permis d'effectuer l'exploration de ce
  • bronze ancien. 36 - LOCMARIAQUER - TABLE DES MARCHAND - Poteries des niveaux tardifs. IX - CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES Bien qu'une estimation superficielle puisse conduire à considérer les recherches de la campagne 1990 comme un simple prolongement de celles de 1989, il nous
RAP00211.pdf (LOCMARIAQUER (56). le tumulus d'er grah. rapport intermédiaire de fouille programmée 1989-1991)
  • Charles-Tanguy LE ROUX, Jean-Yves TINEVEZ, et Eric GAUME Yannick LECERF LOCMARIAQU EE R TUMULUS PROGRAMME RAPPORT TRIENNAL D DE INTERMEDIAIRE TRAVAUX FINANCES PAR EER-GR/XH FOUILLES - 1989 - 1991 CAMPAGNE 1990 : - Le Ministère de la Culture et de la
  • DE FOUILLES 1989 - 1991 RAPPORT INTERMEDIAIRE - CAMPAGNE 1990 Travaux présentés par : - Le Ministère de la Culture, de la Communication et des Grands Travaux, - Le Département du Morbihan, - La Commune de LOCMARIAQUER. DIRECTION REGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES DE BRETAGNE
  • CIRCONSCRIPTION DES ANTIQUITES LOCMARIAQUER - ER GRAH - 1990 La campagne de fouille 1990 d'une durée de quatre mois comme en 1989 (juin à septembre), a vu la poursuite des travaux des années précédentes en divers points du site et suivant les deux orientations principales adoptées en 1989
  • . - A l'extrémité sud du site, le secteur H, ouvert en 1989 a été achevé en 1990 par la fouille des banquettes résiduelles. A l'ouest de l'extrémité sud du monument, devant le parement de façade ouest, un nouveau secteur J a été ouvert après raclage des remblais superficiels (gravier du parking
  • étant mise sur étais. Les recherches ont pu reprendre en 1990, parallèlement au chantier d'entreprise. Le principal problème concerne l'entrée est ; un bourrage de très gros moellons y bloque l'espace entre deux parements faisant liaison des parois nord et sud de la chambre avec le
  • matériaux de construction abandonnée ou d'un aménagement lié à une activité devant la façade peut désormais être envisagée (cf. infra). III - B - Résultats complémentaires dans le secteur E (F.52. G.5Q. G.51r G.52. H.5Q. H.51. H.52) En 1990, la fouille du paléosol a été reprise sur
  • nord-sud de trous de poteaux à calage et de certains "trous de piquets" prouve la contemporanéité de cette structure linéaire en matière périssable et de l'édification du noyau de l'extension sud. De plus, le bon état de conservation du dernier calage nord (Tp 7 1990) , au pied du
  • fosse et de cette dernière ne fait pas de doute. (La faible sédimentation brun clair C.2.1.2.b. scelle le niveau commun du foyer fr 3 et l'empierrement C.2.2.a.). - En revanche les structures est, telles que le foyer fr 1 (1987 - G 52), le foyer fr 4 (angle nord-est de G 52 - 1990
  • ) et la structure S2 (angle nord-est de H 52 1990) sont incluses plus profondément dans le paléosol brun foncé (C.2.3.), position qui pourrait indiquer une antériorité. Cependant cette hypothèse est atténuée par plusieurs remarques : . les foyers fr 1 et fr 4 sont établis dans une
  • du monument ; ceci peut être à l'origine d'une sédimentation plus importante dans les carrés F, G, H-52. III - D - Hypopthèses de travail 15 Pour résumer, en fonction des données supplémentaires acquises en 1990 sur le secteur E, l'hypothèse suivante peut être émise : a) Le
  • cairn primaire est bâti sur un sol aménagé et égalisé, très anthropisé sous la partie est du cairn. Le démontage des éboulis à la base de la façade sud en 1990 a fait apparaître une sorte de "micro-glacis" de terre brune, résultat possible d'un raclage du paléosol pour former une
  • ouverte au cours des campagnes précédentes dans le secteur sud-ouest du parking avait permis de mettre au jour les limites du cairn dans le secteur J. Le travail, entamé au cours de la campagne 1990, révèle une succession d'interventions et de remodelage des niveaux archéologiques
  • -ouest de l'extension sud, reprise des secteurs J, K, L, fouillés superficiellement en 1990. ANNEXES SCIENTIFIQUES I Fouilles archéologiques de Locmariaquer-Er Grah RAPPORT D'EXPERTISE ARCHEOZOOLOGIQUE DE LA FOSSE A OSSEMENTS (H51) par Jean-Denis VIGNE, URA 1415 du C.N.R.S
  • . Durant la campagne de fouille 1990 sur le site de Locmariaquer-Er Grah (Morbihan; fouilles C.-T. Le Roux), a été dégagée une fosse elliptique d'environ 3 x 4 m. Elle est située à quelques mètres au S-S-E du dolmen. Son remplissage est scellé par le limon clair de la construction du
  • grand tumulus reliant le caveau carnacêen au grand menhir de Locmariaquer, ce qui ne laisse aucun doute sur l'âge néolithique de cette fosse. Le remplissage est pauvre en artefacts, mais contient des restes d'ossements. Durant l'été 1990, la fosse a fait l'objet d'un sondage, suivant