Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

2 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03008_1.pdf (RENNES (35). prospections sur le tracé de la première enceinte de Rennes. rapport de pt 2014)
  • RENNES (35). prospections sur le tracé de la première enceinte de Rennes. rapport de pt 2014
  • d’accoler leur habitation aux tours et courtines. Suite à l’incendie de 1720, une grande partie de la ville de Rennes est reconstruite selon un plan orthonormé. La partie orientale de l’enceinte du Bas Empire disparait alors définitivement au profit du plan d’alignement dressé par Robelin et Gabriel. Intégrées au sein des nouvelles habitations 2 Le Boulch 2014, volume 1, p. 33 3 Cozic 1998 4 ADIV, 2A68, f° 79 v° 5 Ibid. f° 48 r° 6 Ibid. f° 76 r° 7 ADIV, 4E 341-351, Minute notariale de Bretiot datée du 31 mars 1694 3 ou rasées, les fortifications de Rennes disparaissent, à l’époque
  • Non  

renseigné Bibliographie Banéat  

1911,  

p.167 Etat 4 7 0 10 20 30 La Vilaine Tour encore en élévation Emplacement d’une ancienne porte médiévale Element défensif encore en élévation Tracé supposé Bâti existant en 2014 Bâti existant en 1842 Bâti existant en 1720 Parcelle prospectée Plan terrier antérieur à l’incendie de 1720 40 m Tour du Fourgon N 0 0 10 10 20 20 30 30 40 m 40 m Tour du Fourgon AC 644 8 Cadastre actuel La Vilaine (recouverte) Cadastre de 1842 La Vilaine (canalisée) Porte Aivière N N 9 AM Rennes, 3Fi79, Carte
  •  

4  

(contemporain) Inexistant Opus  

Mixtum Opus  

Spicatum Bibliographie Remanié Oui Banéat  

1911,  

p.165 Etat 1 14 0 10 20 30 La Vilaine Porte Aivière Plan terrier antérieur à l’incendie de 1720 Tour encore en élévation Emplacement d’une tour médiévale Emplacement d’une ancienne porte médiévale Element défensif encore en élévation Tracé supposé Bâti existant en 2014 Bâti existant en 1842 Bâti existant en 1720 Parcelle prospectée 40 m Prieuré de Saint -Denis N 0 0 10 10 20 20 30 30 40 m 40 m Cadastre actuel La Vilaine
  • .   Pierre Hévin fait ici référence à un épisode de la guerre de succession de Bretagne, la tradition voudrait que Guillaume de Penhouët, ayant pris la ville au nom de Charles de Blois, ait attiré les porcs de son adversaire, le duc de Lancastre, en accrochant une truie à cette poterne. Si cette mention reste sujet à caution, elle met cependant en évidence l’existence d’une poterne à cet endroit. Le plan d’Argentré la mentionne également sous le n°545. Elle « était en cintre surbaissé et mesurait 1,50 m de largeur et 2 mètres   1 Banéat 1911, p. 165 2 Esnault 2014, p.36 et 38 3 Banéat 1911, p
  •  

lié  

au  

mortier  

de chaux  

jaune  

clair Opus  

Mixtum Non  

renseigné Opus  

Spicatum Non  

renseigné Bibliographie Banéat  

1911,  

p.  

165 Etat 4 20 0 10 20 30 La Vilaine Porte Aivière Tour alors encore en élévation Emplacement d’une tour médiévale Emplacement d’une porte médiévale Element défensif encore en élévation Tracé supposé Bâti existant en 2014 Bâti existant en 1842 Bâti existant en 1720 Parcelle prospectée Plan terrier antérieur à l’incendie de 1720 40 m Tour du Fourgon N 0 0 10 10 20
  •  

Spicatum Non  

renseigné Bibliographie Banéat  

1911,  

p.165 Etat 4 24 0 10 20 30 La Vilaine Porte Aivière Tour alors encore en élévation Emplacement d’une tour médiévale Emplacement d’une porte médiévale Element défensif encore en élévation Tracé supposé Bâti existant en 2014 Bâti existant en 1842 Bâti existant en 1720 Parcelle prospectée Plan terrier antérieur à l’incendie de 1720 40 m Tour du Fourgon N 0 0 10 10 20 20 30 30 40 m 40 m Tour du Fourgon Porte Aivière Cadastre actuel La Vilaine (recouverte) Porte Aivière Cadastre de 1842 La
  •  

schiste  

pourpre  

peu  

assisé  

lié  

à  

la  

terre  

contenant  

des nodules  

de  

chaux,  

granulométrie  

fine Opus  

Mixtum Non  

renseigné Opus  

Spicatum Non  

renseigné Bibliographie Banéat  

1911,  

p.165 Etat 4 29 0 10 20 30 La Vilaine Porte Aivière Tour alors encore en élévation Emplacement d’une tour médiévale Emplacement d’une porte médiévale Element défensif encore en élévation Tracé supposé Bâti existant en 2014 Bâti existant en 1842 Bâti existant en 1720 Parcelle
  •  

1993 Leguay  

1968,  

p.  

158 33 34 0 10 20 30 La Vilaine Porte Aivière Tour alors encore en élévation Emplacement d’une tour médiévale Emplacement d’une porte médiévale Element défensif encore en élévation Tracé supposé Bâti existant en 2014 Bâti existant en 1842 Bâti existant en 1720 Parcelle prospectée Plan terrier antérieur à l’incendie de 1720 40 m Tour du Fourgon N 0 0 10 10 20 20 30 30 40 m 40 m Tour du Fourgon Cadastre actuel La Vilaine (recouverte) Porte Aivière Cadastre de 1842 La Vilaine (canalisée) Porte Aivière N N http
  •  

inclusions  

de  

charbons. Opus  

Mixtum Non  

renseigné Opus  

Spicatum Non  

renseigné Bibliographie Banéat  

1911,  

p.161  

-­  

164 Etat 4 38 0 10 20 30 La Vilaine Porte Aivière Tour alors encore en élévation Emplacement d’une tour médiévale Emplacement d’une porte médiévale Element défensif encore en élévation Tracé supposé Bâti existant en 2014 Bâti existant en 1842 Bâti existant en 1720 Parcelle prospectée Plan terrier antérieur à l’incendie de 1720 40 m Tour du Fourgon N 0 0 10 10 20 20 30 30 40 m 40 m
  •  

(médiéval) Moyen  

appareil  

de  

schiste  

briovérien  

lié  

au  

mortier  

de  

chaux Etat  

3  

(moderne) Inexistant Etat  

4  

(contemporain) Inexistant Opus  

Mixtum Oui Opus  

Spicatum Oui Bibliographie Banéat  

1911,  

p.  

159 43 0 10 20 Porte Aivière 40 m Tour alors encore en élévation Emplacement d’une tour médiévale Emplacement d’une poterne antique Emplacement d’une porte médiévale Element défensif encore en élévation Tracé supposé Bâti existant en 2014 Bâti existant en
RAP03008_2.pdf (RENNES (35). prospections sur le tracé de la première enceinte de Rennes. rapport de pt 2014)
  • RENNES (35). prospections sur le tracé de la première enceinte de Rennes. rapport de pt 2014
  • Tour alors encore en élévation Emplacement d’une tour médiévale Emplacement d’une poterne antique Emplacement d’une porte médiévale Element défensif encore en élévation Tracé supposé Bâti existant en 2014 Bâti existant en 1842 Bâti incendié Bâti non incendié Parcelle prospectée Plan terrier antérieur à l’incendie de 1720 30 Rue n il Porte du Puits du M es Jacquet Rue N euve Rue des Changes derie la Filan Rue de 10 20 0 30 10 20 30 Rue Duguesclin Rue de Toulouse 0 Rue Duguesclin Rue de Toulouse 40 m 40 m Rue du Champ-Jacquet Rue Beaumanoir Rue du Champ-Jacquet Rue
  • ,  

contenant des  

nodules  

de  

chaux Etat  

4  

(contemporain) Inexistant Opus  

Mixtum Non  

renseigné Opus  

Spicatum Non  

renseigné Bibliographie Banéat  

1911,  

p.122 Etat 3 109 0 10 20 40 m Bâti existant en 1720 Tour alors encore en élévation Emplacement d’une tour médiévale Emplacement d’une poterne antique Emplacement d’une porte médiévale Element défensif encore en élévation Tracé supposé Bâti existant en 2014 Bâti existant en 1842 Bâti incendié Bâti non incendié Parcelle prospectée Plan terrier antérieur à
  •  

assisé,  

quelques  

brique,  

lié  

au  

ciment Etat  

4  

(contemporain) Inexistant Opus  

Mixtum Opus  

Spicatum Bibliographie Remanié Non  

renseigné Banéat  

1911,  

p.  

265 Etat 3 115 0 10 20 40 m Porte Rue du P uits d u M es Jacquet n il Bâti existant en 1720 Tour alors encore en élévation Emplacement d’une tour médiévale Emplacement d’une poterne antique Emplacement d’une porte médiévale Element défensif encore en élévation Tracé supposé Bâti existant en 2014 Bâti existant en 1842 Bâti incendié
  • la Bou Rue Neu ve Rue d e rcerie 0 10 20 30 40 m Bâti existant en 1720 (partie incendiée) Bâti existant en 2014 Tracé supposé de la première enceinte Emplacement d’une tour médiévale Emplacement de la Porte Jacquet 1 Tour Saint-James Localisation de l’arrachement repéré dans les caves Rue de la Bourcerie Rue existant avant l’incendie de 1720 Rue Châteaurenault Rue actuelle 119 Rennes, 7 rue Lafayette, mur de l’escalier utilisant des matériaux antiques en remploi 120 Rennes, 7 rue Lafayette, détail de l’arrachement du mur gouttereau dans les caves 121 122 OUEST O 10 20
  • .  

465 Etats 2 et 4 126 10 20 40 m Enceinte de la Ville Neuve (XVe) Barbacane (XVe) Bâti existant en 1720 Tour alors encore en élévation Emplacement d’une tour médiévale Emplacement d’une poterne antique Emplacement d’une porte médiévale Element défensif encore en élévation Tracé supposé Bâti existant en 2014 Bâti existant en 1842 Bâti incendié Bâti non incendié Parcelle prospectée Plan terrier antérieur à l’incendie de 1720 30 Por te 0 0 10 10 20 20 30 30 40 m 40 m Ru e te S ai Cadastre actuel Porte Saint-Michel Cadastre de 1842 Porte Saint-Michel la Po r
  • règlement de réutilisation des informations publiques des Archives de Rennes (Mode d'emploi / Conditions de réutilisation). 1616 Archives de Rennes Archives de Rennes 129 2014 Cliché du pan de courtine médiévale, place Rallier du Baty vue depuis le nord 1909 Carte postale, vue de la rue Rallier en 1909 depuis le sud-est Fond privé, M. Jardin De la porte Chastelière à la place Rallier du Baty ! La porte Chastelière, porte médiévale au nord de l’enceinte du castrum, a été détruite en 1405 et reconstruite avec les matériaux de démolition du château ducal attenant. C’est Amaury de Fontenay
  •  

(contemporain) Inexistant Opus  

Mixtum Non  

renseigné Opus  

Spicatum Non  

renseigné Bibliographie Banéat  

1911,  

p.  

463 Etat 3 133 0 10 20 30 Emplacement de la basse-cour du château ducal Emplacement d’une porte médiévale Tour alors encore en élévation Emplacement d’une tour médiévale Emplacement d’une poterne antique Porte Saint-Michel Bâti existant en 1720 Element défensif encore en élévation Tracé supposé Bâti existant en 2014 Bâti existant en 1842 Bâti incendié Bâti non incendié Parcelle prospectée Plan terrier antérieur à
  •  

pourpre  

et  

briovérien,  

peu  

assisé, lié  

au  

mortier  

de  

chaux Etat  

4  

(contemporain) Inconnu Opus  

Mixtum Oui Opus  

Spicatum Non Bibliographie Banéat  

1911,  

p.  

264 Etat 1 141 0 10 20 30 Emplacement de la basse-cour du château ducal Emplacement d’une porte médiévale Tour alors encore en élévation Emplacement d’une tour médiévale Emplacement d’une poterne antique Porte Saint-Michel Bâti existant en 1720 Element défensif encore en élévation Tracé supposé Bâti existant en 2014 Bâti
  • contemporaine PLACE DES LICES C PLA ES ED ES LIC N PLACE RALLIER DU BATY 145 PLACE DES LICES Rennes, 9 rue Rallier du Baty, photographies de la poterne antique ES ED PLACE RALLIER DU BATY 1989 C PLA ES LIC N 2014 Source : SRA Bretagne - dossier 35 238 018 146 Rennes, 9 rue Rallier du Baty, relevés pierre à pierre de la poterne antique E W 1989 1 2 3 2014 Relevé de la poterne antique, rue Rallier du Baty, d’après Decombe 1890 et Pouille 2008 4 Relevé de la poterne antique, rue Rallier du Baty, d’après une photographie actuelle 0 1 2 3 4m 1 2 Niveau de la rue Rallier en 1890
  • liée à l’implantation d’une tour au Bas Empire. ! ! ! 5 Fouille INRAP, dirigée par Gaëtan Le Cloirec, rapport en cours de publication 6 Pouille 2008, p. 68 7 Decombe 1891 8 A ce sujet voir Pouille 1999 et Esnault 2014 153 Les reprises médiévales ! Lucien Decombe identifie deux types d’appareil dans la mise en oeuvre de la poterne. Selon lui, la poterne est chaînée à de l’opus mixtum, cependant, son blocage est lié au mortier de sable très friable, il y voit une reprise altomédiévale. La poterne aurait donc été rénovée pendant le haut Moyen Âge et les milliaires insérées dans son
  •  »10. Cette caponnière est d’ailleurs visible sur le plan   Hévin de 1663, celui-ci mentionne le « Lieu où était la cassemate ou caponnière au fond du fossé, démolie  »11. Les fouilles de 1989 ont mis en évidence des aménagements   postérieurs au Moyen Âge dans les fossés. François Fichet de Clairfontaine évoque ainsi une « construction radiée liée à l’adaptation des nouvelles défenses aux progrès de la poliorcétique à l’époque moderne  »12. Cet aménagement, qu’il date du XVIe siècle,   9 Pouille 1999, Esnault 2014 10 AMR, CC 927, Comptes des Miseurs, compte de 1577, f° 24 r° 11 AMR 1FI43