Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

2 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00188.pdf (HENNEBONT (56). polvern-kerlemhouarn. rapport de sauvetage urgent.)
  • HENNEBONT CHANTIER DE POLVERN RAPPORT - ( MORBIHAN ) KERLEMHOUARN DE LA FOUILLE D'HIVER 1985-1986 HENNEBONT CHANTIER DE POLVERN RAPPORT - ( MORBIHAN ) KERLEMHOUARN DE LA FOUILLE D'HIVER 1985-1986 A - DECOUVERTE DU SITE ET PREMIERS TRAVAUX Le site a été découvert en janvier 1985 par Mme RENAUD, de LOCHRIST. Devant l'imminence de la destruction, la Direction des Antiquités de Bretagne décida de confier la responsabilité d'une fouille d'urgence à Daniel TANGUY. Cette fouille, qui s'est déroulée de mars à juin 1985, a permis d'entamer l'étude du fossé et du mur
  • relations avec le mur de pierre qui lui était parallèle. Nous pouvions ainsi espérer des réponses aux questions qu'avait posées la fouille préliminaire de Daniel TANGUY. La fouille du secteur VII (fig. 4) avait, quant à elle, pour objectif d'établir une évaluation de la densité d'occupation du site et, si possible, de détecter des plans d 'habitats. Nous allons voir maintenant que la fouille simultanée des deux secteurs a pleinement répondu aux espoirs que l'on formulait à leur sujet. E - DEROULEMENT DE LA FOUILLE La fouille s'est déroulée durant trois mois, de fin octobre 1985 à fin janvier
  • 1985, c'està-dire quelques semaines avant notre arrivée sur le site. Malgré cette destruction partielle, l'étude des ultimes vestiges de cet habitat devait se révéler très intéressante. Mode -de construction Il a en effet montré que la phase préliminaire à la construction de ce bâtiment avait été le creusement d'une excavation (Fig. 26) d'une quarantaine de centimètres de profondeur, ceci probablement en vue de rectifier la pente naturelle du terrain vers le Sud. Sur la surface ainsi créée, on édifia un bâtiment rectangulaire à murs de pierre, dont il nous reste un angle. Le mur Sud (Fig. 20 et
  • nos connaissances sur le seul site fortifié de l'Age du Fer actuellement étudié en Armorique. Yves MENEZ. RENNES, Avril 1986 - 67 - BIBLIOGRAPHIE (1) TANGUY D. - Fouille de sauvetage d'urgence sur un site d'habitat de La Tène finale à Polvern - Kerlemhouam en Hennebont (Morbihan). Rapport Mars-Juin 1985. (2) LE BIHAN J.-P. - Villages gaulois et parcellaires antiques au Braden en Quimper, Cahiers de Quimper antique, n° 1, 1984. (3) CUNLIFFE B. - Iron Age Communities in Britain : Archaeology of Britain, Londres, 1974. (4) SIGAUT F. - Les réserves à grains à long terme (techniques de
  • moyenne : "Fibule à ressort bilatéral... et corde externe ; l'arc filiforme, part très tendu du ressort et s'incurve pour venir constituer le porte-ardillon, avant de revenir se fixer sur l'arc à l'aide d'une bague martelée." (M. FEUGERE, 1985, p. 186) Il s'agit là d'une variante tardive caractérisée par sa petite taille, son métal (le bronze) et surtout son nombre de spires relativement réduit, quatre en l'occurence : ce type FEUGERE lb2 (le modèle voisin lbl, plus archaïque, est quant à lui doté d'un ressort de six à huit spires) n'est pas daté avec grande précision, il est attesté au 1er siècle
  • associées (en Armorique, on peut noter les deux fibules "de Nauheim" de type FEUGERE 5, variantes 5b et 5c, provenant de la nécropole de Kerné en Quiberon J.-Y. COTTEN n° 48 et 59 pl. 7) ; placées au niveau de la poitrine, elles pouvaient servir, par exemple, à relier les deux pans d'une cape. Cette association semble cependant exceptionnelle pour ce type précis. J.-Y. COTTEN ./• - 78 - BIBLIOGRAPHIE : COTTEN J.-Y., 1985 : Les fibules d'Armorique aux Ages du Fer et à l'époque romaine, mémoire de maîtrise inédit, université de Rennes II, 1985, 188 p., 50 pl. FEUGERE M., 1985 : Les fibules en
  • Gaule Méridionale, de la conquête à la fin du Ve siècle ap. J.-C, 12e sup. à la Revue Archéologique du Narbonnaise, éditions du CNRS, Paris 1985, 503 p., 72 fig., 174 pl. (type 1 : p. 186-188, pl. 1-4). 5°) Les fragments 70 de céramiques ornées (Fig. 96 à 99) Pâte à dégraissant moyen, de couleur brun-gris Extérieur brun rouge - Décor d'impressions digitales Vase monté à la main (K VII lu) 71 Pâte à dégraissant moyen, de couleur brun-gris Extérieur brun rouge - Décor d'impressions digitales Vase monté à la main (K VII lu) 72 " Pâte brun-rouge, à gros dégraissant - Vase monté à la
RAP00189.pdf (HENNEBONT (56). polvern-kerlemhouarn. rapport de sauvetage urgent.)
  • H E N N E B O N T RAPPORT DE FOUILLES JUILLET 1986 Yves MENEZ Conservateur des fouilles - 1 - A - DECOUVERTE DU SITE ET PREMIERS TRAVAUX Le site a été découvert en janvier 1985 par Mme RENAUD de LOCHRIST. Depuis cette date, trois fouilles de sauvetage urgent ont été réalisées. La première, dirigée par Daniel TANGUY, s'est déroulée de mars à juin 1985 et a porté sur une superficie d'environ 50 m 2 , depuis détruite en grande partie par la carrière (1). La seconde, dirigée par moi-même en tant que vacataire A.F.A.N., s'est déroulée de novembre 1986 à janvier 1987 et a permis d'avoir
  • scientifiques : L'historique de la destruction du site a déjà été évoquée lors du précédent rapport. Tout au plus rappellerons-nous ici que les travaux de carrière connaissent une progression continue depuis presque 50 ans et sont à l'origine de la disparition d'environ 90 % du site archéologique, soit une superficie d'environ 2 ha. Depuis la découverte des structures gauloises, en janvier 1985, l'exploitation de la carrière se poursuit à un rythme accéléré, sous la forme de décapages jusqu'à la roche par bandes d'environ 10 à 20 m de large, suivis de tirs de mine à une côte de - 40 m par rapport au
  • relativement réduit de fouilleurs bénévoles, une superficie de 300 m 2 , presque équivalente à celle fouillée durant les trois mois d'hiver par l'équipe de 6 T.U.C., a pu être étudiée. Elle a permis de compléter notablement nos connaissances sur plusieurs points. F.l. Le grand fossé K VIII 2 (fig. 12 à 23) : Ce fossé, limite majeure du site, a déjà fait l'objet de deux études, sur 7 m au printemps 1985, et sur 20 m durant l'hiver 1985-86. L'analyse des stratigraphies et de son mode de remplissage avait mis en évidence deux niveaux de fonctionnement. La couche d'arène granitigue gui tapisse le
  • fond ainsi gue l'assymétrie du profil rendent fort probable l'hypothèse d'un fossé utilisé ouvert et doublé d'un talus de terre probablement surmonté d'une palissade. La partie supérieure du remplissage supportait les restes d'un parement, témoignage ultime d'un mur de pierres gui avait remplacé le fossé après son comblement. Ce mur, construit avant la romanisation, recelait dans son effondrement guelgues tessons et sigillée d'Argonne ainsi gu'une monnaie posthume de Claude II le Gothigue. Daniel TANGUY, en 1985, avait pu observer guelques aménagements à des stades intermédiaires du
  • découvert au Nord et auquel nous avions tout d'abord associé l'alignement de pierres mis au jour sur le comblement du fossé offre une structure différente, son parement externe étant constitué de gros blocs taillés et calés par des pierres plus petites. Un autre fait confirme cette première impression, Lors de la fouille du printemps 1985, Daniel TANGUY avait rencontré dans le grand fossé un remplissage totalement différent de celui que nous avons depuis pu observer sur l'axe Nord-Sud de cette structure. - 48 - fig. 50 : Le secteur VIII, en fin de fouille. fig. 51 : Le secteur VIII, en fin de
  • elle seule une poursuite de la fouille, la céramique de la fin de La Tène étant encore méconnue dans le Morbihan. H.l. La céramique : Le mobilier céramique recueilli cet été est nettement moins abondant que celui mis au jour de novembre 1985 à janvier 1986. Cependant, deux ensembles remarquables ont été découverts. a) Mobilier en liaison avec une activité de fabrication de céramique_sur_le_site : 1 Lissoir de potier (K VI lej) Ce petit lissoir de potier en hématite a été mis au jour dans le comblement du fossé cet hiver. De par la nature de sa roche, utilisée pour enduire certaines