Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)
1986 [X]

44 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00003.pdf (BOURBRIAC (22). coat helluan)
RAP00224.pdf (PLAUDREN (56). les grandes routes. rapport de sauvetage urgent.)
RAP00290.pdf (VANNES (56). atelier de potier de Meudon. rapport de sauvetage programmé.)
  • Alain TRISTE Dominique TAQUET SAUVETAGE PROGRAMME Décision N° 1108 MINISTERE DE LA CULTURE FOURS DE POTIERS DU HAUT MOYEN-AGE AU GOHLIEN - MEUDON VANNES - MORBIHAN TROISIEME CAMPAGNE 1986 Rapport transmis à Monsieur le Directeur des Antiquités de Bretagne Département Morbihan Canton VANNES-Est Commune VANNES Lieu-dit Le Gohlien en Meudon Cadastre Section BH n° 39 (cadastre 1977, corrigé 1980) Coordonnées 223.150 - 308.750 Propriétaire Monsieur de LANTIVY Château de Meudon 56000 VANNES Responsable Alain TRISTE -o-O-o- La fouille de Meudon en VANNES a été conduite dans
  • le cadre du Projet collectif de recherches Programme H 30 "Les ateliers de potiers médiévaux" Ce projet associe : 1°) l'Université de RENNES I : laboratoire d'Archéométrie 2°) l'Université de RENNES I : laboratoire d'Anthropologie, Préhistoire, Protohistoire et Quaternaire armoricains 3°) le Ministère de la Culture : Direction des Antiquités Historiques et Préhistoriques de Bretagne Le présent rapport concerne l'intervention sur le terrain, conduite en Juillet/Août 1986 * Le texte du présent rapport est l'oeuvre des fouilleurs suivants : - Alain TRISTE . Responsable des fouilles
  • céramique : observation générale 2.5.1. Sa répartition 2.5.2. Observations provisoires sur la typologie - Troisième partie : CONCLUSION PROVISOIRE 3.1. Apports de la campagne 1986 3.2. Perspectives pour 1987 o o o ANNEXE Les productions céramiques des ateliers de Meudon (extrait du rapport 1984) RECAPITULATIF DES PLANS Plan n° 1 : Plan général de la zone A au 10/08/1986 Plan n° 2 : Four 3 Etat I Etat II - four comblé - mise au jour de la sole et du cendrier Etat III - ouverture à l'Ouest Etat IV - ouverture au Sud Etat I - aspect de surface Plan n° 3 : Four 3 Plan n° 4 : Four 3
  • Plan n° 5 : Four 6 Plan n° 6 : Four 6 Etat II Coupe longitudinale G.G. Schéma du tunnel (moitié extérieure Nord) Plan n° 7 : Plan général de la zone B au 10/08/1986 Plan n° 8 : Situation des coupes et ensembles céramiques répertoriés Plan n° 9 : Coupes D.D. - E.E. - F.F. Plan n° 10 : Plan général du site au 10/08/1986 - 1 - PREMIERE PARTIE LE CONTEXTE DE LA FOUILLE - 2 - 1.1. Rappel des motifs de l'intervention En Comte 1984, la Revue Archéologique publiait un article, signé du de LANTIVY et J. de LA MARTINIERE (archiviste du Morbihan), portant sur "Les poteries décorées de
  • campagne 1985 s'était achevée par la mise au jour et la fouille méthodique de deux fours qui étaient : = situés dans l'aire de chauffe de l'atelier des potiers, sur un axe Est/Ouest, à la limite d'une rupture de pente = orientés au Nord avec une légère inclinaison de 5° dans cette direction MORBIHAN VANNES - MEUDON Le Gohlien 1986 ZONE A Plan générai au 10 08 86 tr 1 terre brune m ( j mortier argsab c. argilo-sableuse sole coulée cendreuse rocher rubéfie drain (non fouillé) ['■ V- ] arène,argie, cendre I. U...UV \ \ - 14 - Le parachèvement de la fouille sur ces deux fours
  • zones cendreuses périphériques. 2.2.2.4.1. L'ouverture au Sud (fig. 15) Cette ouverture, dégagée dans sa totalité, est large de 0,48 m. La paroi qui l'obturait est démontée et met ainsi en valeur deux niveaux de sole bien distincts : - la sole supérieure, déjà étudiée en 2.2.2.3.2., s'accroche à la paroi d'obturation de l'entrée Sud, son épaisseur moyenne est de 0,01 m, PLANn" 3 MORBIHAN FOUR 3: Etat 1 Ouverture à l'ouest VANNES - MEUDON Le Gohlien 1986 PLAN n° 4 MORBIHAN VANNES - MEUDON Le Gohlien 1986 FOUR 3-. Etat IV Ouverture au sud drain (non fouillé) argile, arène, cendre
  • , nous avions repéré un microrelief à l'extrême Nord/Ouest de l'axe central de l'atelier. Afin de parfaire la fouille de l'aire de chauffe, nous avons ouvert deux carrés supplémentaires en G.4. et F.4., soit 24 m2 de fouille (voir plan n° 1). 2.2.3.1. Etat I (voir plan n° 5) Le décapage de l'horizon d'humus suffit à révéler l'existence d'un bourrelet argilo-sableux dans la moitié Sud du carré G.4. et des structures en place dans la moitié Nord de ce même carré. MORBIHAN VANNES - MEUDON Le Gohlien 1986 PLAN n° 5 FOUR 6: Etat I Aspect de surface terre végétale .'. mortier argilo-sableux
  • avions repéré la structure en place d'un four sectionné dans sa moitié par les fouilles de 1913. Sa fouille superficielle avait permis de mettre en évidence : - une partie de sa structure et son comblement - sa périphérie immédiate. MORBIHAN VANNES - MEUDON Le Gohlien 1986 PLANif 7 ZONE B Plan général au 10.0d.1986 WiÊïh ter* végétale \'\'y''\.\ rocher rubéfié c.argilo-sableuse 'j coulée cendreuse {§§§3 fiffifl zone arç-sab rubél ter* arènacée arène lexc.de 1913) - 25 - 2.3.1.2. Le comblement (fig. 24 et 25) Il est important de noter que le comblement de ce four (fig. 24) est
  • (plan n° 73 8 et 9, ooupes D.D. et E.E.) La zone C des fouilles de 1913 occupe les carrés C.8. et D.8.. C'est la troisième zone excavée à cette période. Après décapage de l'horizon d'humus, apparition : - d'une couche d'argile durcie, blanchâtre, inégalement répartie à la surface de la roche mère dans la moitié Sud - d'une bande plus sombre qui se dessine au niveau de la roche mère (fig. 35) dans la moitié Nord. 8 MORBIHAN VANNES - B MEUDON Le Gohlien 1986 D PLANn° 8 PLAN GENERAL Situation des coupes et des ensembles céramique répertoriés c 19 ens. céram. répertorié cendrier coulée
  • cendreuse . c. argilo-sableuse zone de pierres 0 m 5 ! MORBIHAN VANNES - MEUDON Le Gohlien 1986 PLAN — n"9 Coupes DDtEEfF partie fouillée en 1986 humus mm W.IIM3I four 7 c. argilo- cendreuse remblai cendreux zone détruite en 1913 c. très cendreuse déblais de 1913 ggg5j déblais de 1913 [ffiffil c argilo-sableuse 0 E | | c. peu cendreuse j^oôçn: terre arénacée î . LL.WI*- Fig. 37 : Coupe E.E partielle - 30 - Cette dépression, véritable fossé de drainage, s'étendait sur près de 7 m de long sur 1,40 m de large. Sa présence est vérifiée jusqu'à la limite Ouest de la zone
  • tesson - en C, pierre plate posée à plat (fùg. 39). Avec seulement trois trous de poteaux, il serait prématuré de rechercher une organisation spatiale. L'extension du décapage à toute la zone circonscrite par les talus Ouest, Nord et Est, est indispensable, car elle permettra de mieux saisir l'organisation de l'espace de l'atelier proche de l'aire de chauffe. 2.5. La production céramique ; observations générales La campagne 1986 a permis de collecter sur l'ensemble du site une masse importante de débris céramiques que l'on peut évaluer globalement à plus d'un millier de tessons, correspondant à
  • un poids total de 70 kg (45 kg pour la seule zone A). Les prochains mois seront consacrés à l'étude approfondie de l'abondant matériel céramique découvert aux abords des fours ou dans les comblements. Aussi, nous nous limiterons dans le présent rapport à des observations générales. 2.5.1. Sa répartition (plan n° 8) En 1986, les zones à forte densité de tessons correspondent : 1. zone A : = à l'intersection des carrés E.5., E.6., F.5., F.6. aux abords du four (3) noyés dans l'empierrement : deux ensembles C.20., C.21. = sur les carrés G.4., G.5., de très nombreux tessons dont un ensemble C.19
RAP00027.pdf (PLOUBAZLANEC (22). karreg ar yellan. rapport de sauvetage programmé.)
  • Il MINISTERE DE LA CULTURE SÛUS-DIRECTION DE L'ARCHEOLOGIE LABORATOIRE D'ANTHROPOLOGIE-PREHISTOIRE PROTOHISTOIRE ET QUATERNAIRE ARMORICAINS UNIVERSITE DE RENNES I E.R. n° 27 DU C.N.R.S. Jean Laurent MONNIER Chargé de Recherche RAPPORT SUR LA FOUILLE EFFECTUEE SUR LE GISEMENT DE KARREG-AR-YELLAN (PLOUBAZLANEC, COTES-DU-NORD) EN SEPTEMBRE 1986 Inventaire : 22 210 00 5 Sauvetage programmé (Programme P 15) Autorisation n° 1270 du 14 mars 1986 NOVEMBRE 1986 3 2..410.oo s. S& MINISTERE DE LA CULTURE SOUS-DIRECTION DE L'ARCHEOLOGIE LABORATOIRE D'ANTHROPOLOGIE-PREHISTOIRE PROTOHISTOIRE ET
  • QUATERNAIRE ARMORICAINS UNIVERSITE DE RENNES I E.R. n° 27 DU C.N.R.S. Jean Laurent MONNIER Chargé de Recherche RAPPORT SUR LA FOUILLE EFFECTUEE SUR LE GISEMENT DE KARREG-AR-YELLAN (PLOUBAZLANEC, COTES-DU-NORD) EN SEPTEMBRE 1986 Inventaire : 22 210 00 5 Sauvetage programmé (Programme P 15) Autorisation n° 1270 du 14 mars 1986 NOVEMBRE 1986 2 I. INTRODUCTION Karreg-Ar-Yellan (ou Karreg-Ar-Vor-Lenn) est situé l'Arcouest (commune de Ploubazlanec, Côtes-du-Nord). Il est Le gisement de nord-ouest de au au pied d'un grand rocher granitique relié à la terre par deux cordons de galets enfermant un
  • , caractérisée par la présence de bifaces. Us avaient également Figure 1 : Karreg-ar-Yellan, situation topographique du gisement (flèche). rocher 1982 étang 0 i Figure 2 : Karreg-ar-Yellan, 10M plan du site et position des zones fouillées de 1981 à 1986 (le gisement s'étend largement sous l'estran). permis de préciser la position stratigraphique de ces objets, sous un limon loessique, dans un niveau riche en blocailles. - au pied du rocher, en position d'abri : les vestiges d'une occupation protohistorique (four à sel typique de la zone trégorroise) un niveau très perturbé appartenant au
  • Weichsélien ancien. La campagne 1985 avait vu la zone fouillée s'étendre de 14 mètres carrés. Les structures de l'Age du Fer (four à sel et ses annexes) ont fait l'objet d'études archéométriques (datation C14 sur charbons de bois, archéomagnétisme des objets déplacés sur briques - voir infra). U n e étude de synthèse concernant la répartition des outils lithiques du Paléolithique moyen et l'organisation spatiale de l'habitat a été amorcée et a fait l'objet d'une présentation lors de la réunion thématique de la S.P.F. à Poitiers le 6 avril 1986 (publication à paraître dans le bulletin de la S.P.F
  • .). III. LA CAMPAGNE 1986 III.1. Participants 3e tiens à remercier les personnes qui ont participé au chantier et m'ont ainsi apporté leur concours bénévole : MM. Bernard B I G O T , étudiant-chercheur (Rennes) Louis B R E T O N , retraité (Paimpol) Jacques B R E T O N , étudiant (Paimpol) Pierre D O M A L A I N , retraité (St-Brieuc) » « estran 12 11 10 9 8 7 G H H 28 6 5 Figure 3 : Karreg-ar-Yellan, 4 3 implantation 2 29 1 du quadrillage (zone fouillée de 1981 à 1986). ON M. Jean G A G N E P A I N , étudiant (Paris) Melle Catherine H A R D Y , T U C C N R S (Rennes
  • fouille sur le site de Karreg-Ar-Yellan a pu être effectuée grâce à une subvention de l'A.F.A.N. et aussi avec le soutien financier et matériel du laboratoire d'Anthropologie-Préhistoire-Protohistoire et Quaternaire Armoricains (Université de Rennes I), de l'Equipe de Recherche n° 27 du C.N.R.S. et du Centre Régional Archéologique d'Alet. III.2. Organisation et déroulement de la campagne de fouille La fouille a été menée du 1er au 25 septembre 1986. Elle a concerné la partie est du gisement, à proximité du rocher, dans la zone située au-dessus du niveau des plus hautes mers ( F i g . 3 ) . En
  • de vives eaux (marée du 7 avril 1981, vent nul) : le repère est situé à 175 c m au-dessus du niveau m a x i m u m atteint par l'eau : on peut en déduire la position par rapport au niveau moyen des marées, c'est à dire par rapport au nivellement général de la France, soit 7,2 mètres. Les carrés suivants ont été ouverts et fouillés au cours de la campagne 1986 : H2, H3, H4, H5, H6, 12, 13, 14, 15, 16 et partiellement Hl, 11,-31, J2, J3, 3 4 , 3 5 , 3 6 , soit une douzaine de mètres carrés, ce qui porte la surface totale actuellement explorée au-dessus des plus hautes mers à 68 mètres
  • carrés. sondage de 4 mètres carrés a été ouvert en haut d'estran. En plus, un 8 La campagne 1986 a été malheureusement contrariée par des difficultés importantes. Plusieurs défections tardives ont affaibli l'équipe et, malgré un effort de publicité, je n'ai pu remédier totalement à l'insuffisance des effectifs. En outre, la brusque détérioration des conditions atmosphériques au cours de la campagne a beaucoup perturbé les opérations. L'arrivée de pluies incessantes et d'une forte tempête nous a contraints à des interruptions et a détérioré le terrain de fouille (excavation remplie d'eau à
  • sableux). Coloration à la surface des cailloux : brun sombre 7.5 Y R 3.5/4). Présence, surtout vers la base, de lits discontinus de graviers altérés, ou brûlés. Contient Couche 8 l'industrie du Paléolithique moyen. : blocs et cailloux (head) à matrice très pauvre (limon léger sableux). Teinte brun sombre (10 Y R 2.5/3). Stérile Couche au point de vue archéologique. 9 : blocs et cailloux (head) ' à matrice humifiée. Teinte noire (10 Y R 2/1) (paléosol). V. LE NIVEAU PROTOHISTORIQUE V.l. - Les structures dégagées en 1986 La suite de la fosse apparue en G4 lors de la campagne 1985 a été trouvée
  • > O A A A A A 1 • 2 • 3 iU 4 • 5 + 6 A' A A O A A i A ¿A A ààk • "9 A A \ A H • * a io AA * I A 1M Figure 7 : Karreg-ar-Yellan, campagne 1986, plan de répartition de l'industrie lithique (Paléolithique moyen). 1 : éclat ou fragment d'éclat ; 2 : couteau à dos naturel ; 3 : encoche ; 4 : denticulé ; 5 : racloir à retouche alterne ; 6 : perçoir ou bec ; 7 : racloir simple ; 8 : racloir transversal ; 9 : racloir déjeté ou convergent ; 10 : grattoir ; 11 : nucleus. En blanc : silex ; en noir : microgranite. Les traits tiretés signalent des fragments de pièces qui se
  • mers, la couche paléolithique est rapidement atteinte, mais se posent alors des problèmes liés aux marées (fouille en périodes de mortes eaux, fouille à marée basse, humidité, maintien des repères et quadrillages...) auxquels seule l'implantation lourde et couteuse de batardeaux pourrait remédier. - Le Paléolithique supérieur : La campagne 1986 a confirmé la présence d'un niveau paléolithique supérieur sous l'estran. Il s'agit toutefois d'un horizon très diffus qui est donc très nettement localisé dans la partie orientale de la zone fouillée. La série lithique recueillie à ce jour est
  • malheureusement très pauvre (rappelons qu'une pointe de la Gravette avait été trouvée en 1981). - Le Paléolithique moyen : L'étude typologique détaillée de l'industrie reste à faire. L'association du silex avec des roches locales est intéressante à ce point de vue : il s'agit surtout du microgranite, mais d'autres roches ont été plus rarement taillées (rhyolite, dolérite, quartz, grès lustré) ou testées (spilites). L'organisation spatiale de l'habitat, au travers de la répartition des types d'outils a fait l'objet d'observations préliminaires (communication à la réunion S.P.F. de Poitiers en 1986
  • 'ARMOR • Samedi 6 septembre 1986 Il y a 70 000 ans. des « M o u s t é r i e n s (°) d e t r a d i t i o n a c h e u l é e n n e », comme les définissent les paléontologues, avaient trouvé un là un bon coin pour vivre. Comme témoignages de ce passage, il ne reste pratiquement plus que quelques bouts de silex. C'est eux que recherche avec patience et minutie M. Monnier. C'est grâce à eux qu'il peut déjà esquisser ce que peut avoir été la vie de ces hommes. Une émouvante histoire dans laquelle plonge nos origines. leurs fours â sel. ils ont complètement chamboulé la couche inférieure. celle au
RAP00038.pdf (PLUGUFFAN (29). le bourg, l'église. rapport de sauvetage urgent)
  • DIRECTION DES ANTIQUITES DE BRETAGNE PLUGUEEAN Rapport de fouilles Octobre - Eglise de s a u v e t a g e - Novembre 1986 Yves MENEZ, Conservateur des Eouilles. urgent A/ CIRCONSTANCES DE LA EOUILLE ET MOYENS MIS EN OEUVRE Au mois d'octobre 1986, M . ALLO, Directeur de la Société Armoricaine de Restauration, 22170 PLELO, avertissait la Direction des Antiquités de Bretagne de la découverte de nombreuses inhumations lors de travaux de drainage périphérique effectués par son entreprise sur l'église de PLUGUEFAN. Ces travaux étaient commandités par M . MOUTON, Architecte en Chef des
  • jusqu'ici très mal connue. Nous avons par conséquent décidé, en accord avec la municipalité ainsi qu'avec M . le Recteur de PLUGUFFAN, de procéder au nettoyage et à l'étude systématique de quelques sondages, d'ampleurs limitées mais susceptibles d'apporter rapidement des informations conséquentes sur l'histoire de l'église paroissiale. Ces travaux ont été réalisés durant les mois d'octobre et de novembre 1986, à raison d'un jour par semaine, grâce à l'aide de l'équipe du Centre d'Etude et de Recherche Archéologiques de QUIMPER. Nous tenons par conséquent à remercier ici toutes les personnes ou
RAP00031.pdf (SAINT-NICOLAS-DU-PELEM (22). colledic. rapport de sauvetage urgent)
  • archéologique. Le plateau du Collédic se trouve 4 km au Nord de la commune de SAINT-NICOLAS-du-PELEM. Ce point élevé de la commune culmine aux environs de 270 m . Son vallonnement et sa topographie assez tourmentée lui ont valu de garder un parcellaire assez étroit épargné par le remembrement. C'est lors des prospections du printemps 1986 que la parcelle cadastrée A 221 livrait en son secteur central de très nombreux tessons sur une aire de 2 m 2 environ. A en juger par les fragments recueillis, ces tessons appartiennent à trois poteries distinctes. M . Yves CHARPENTIER, propriétaire exploitant
  • demeurant au lieudit Kerpage , nous autorisait à entreprendre une petite opération de sauvetage. Elle eut lieu les 31 octobre et 1er novembre 1986 avec l'autorisation de M . LE ROUX, Directeur des Antiquités de Bretagne. Notre travail a consisté en un grand décapage de 7 m 2 où, après enlèvement des 20 cm de terre végétale, un vase est apparu en place posé dans une fosse aménagée. La fosse de forme sub-circulaire avec un diamètre m o y e n de 35 cm est creusée sur une profondeur de 10 à 15 cm dans le substratum granitique. Le vase en place, e n t a m é dans sa partie haute par le passage des engins
RAP00854.pdf (VANNES (56). rue Sainte-Catherine. ZAC Saint-Patern. rapport de sauvetage programmé)
  • SAUVETAGE décision PROGRAMME 1107 VAN N ES Ç(> l Go OAA MORBIHAN Z.A.C. Saint rue Patern sainte Catherine première campagne 1986 VANNES. Rue ste Catherine programme H _ 22 i ETR A C 4 FEV. 1331 i COURRIER U., —— Le et sont plan général plan simplifié le en fin de rapport ARRIVÉE - Patrick FOUILLES ARCHEOLOGIQUES ( SAUVETAGE RUE ANDRE - SAINTE CATHERINE. PROGRAMME ) Z.A.C. SAINT PATERN -VANNES- MORBIHAN - Première campagne 1986. Décision n° 1107 du Ministère de la Culture, - Novembre 1986 - LE PRESENT RAPPORT A ETE REDIGE ET ILLUSTRE AVEC LA
  • cette politique de concertation qui a permis de programmer le sauvetage dont le présent rapport rend compte. (1) P.ANDRE et alii. "Fouilles de la rue du four à Vannes. Les importations romaines du premier siècle", dans Bulletinjde la Société polymathique du Morbihan, 1983, p. 125-157, et 1986, p. 61-91. figure 1 Le site naturel de Vannes A l'époque romaine, l'emprise de la mer s'étendait jusqu'au pied de la colline de Boismoreau. C'est cette dernière qui a fixé le développement, au Haut-Empire, de la ville ouverte de Vannes-Darioritum. Au bas-Empire, la ville se replie à l'intérieur de
  • alors réalisés, selon une procédure déjà suivie sur d'autres parcelles. Ici, à -1,50 / -2,00 m. au dessous du niveau du jardin, les sondages de reconnaissance révèlent la présence d'une couche archéologique définie par de nombreux débris céramiques, datés du milieu du premier siè- cle de notre ère. En décembre 1985,une rencontre entre la munipalité et l'Etat (Directeur-adjoint des Antiquités de Bretagne) arrête le principe d'une intervention archéologique et en fixe le calendrier. Le début des travaux étant prévu fin 1987, la parcelle est disponible pendant les deux années 1986 et 1987
  • . Une proposition de décision de sauvetage programmé est déposée en décembre 1985. La décision 1107 du 14 Mars 1987 charge M.Patrick ANDRE de la direction scientifique des travaux. 13 B parcelle b. o( 99 ffhemu Niveau terrain naturel terrain nmiurei 13.57 Ig.Sl, H 3-t I SCHELLE DES LOHGBCURi ; CUISLLE SES 3s 3
  • Pierre LABAT Kaël NASLAIN Monique THUREAU Autres fouilleurs. Sébastien LE BOURSICAUD Géraldine BEDIEZ Bertrand Madeleine BUFFET François ARS Stéphane GEBEHENNE Marie-Christine LAROQUE Brigitte JEGO Stéphane SCOTTO Chantai MAUNY Thomas BOURGUEIL Gilles NIGNOL Alan PEDRONO Christine SIRAULT Isabelle HAMERY Fabrice LE MENEAH Frédéric NEAU Vincent MAGNAN Jacqueline CAUDREC Xavier MOUTET Jérôme GOURTAY SOURDAIN 16 CONDUITE DE LA FOUILLE. CAMPAGNE DE 1986. La campagne 1986 s'est déroulée selon le calendrier suivant : - Premier trimestre 1986 : Intervention de la ville
  • , avec 17 fouilleurs - 21 Août au 30 septembre : Continuation de la fouille par les chercheurs vannetais du CERAM. - Octobre - Novembre. La municipalité met à la disposition des fouilleurs une serre-tunnel ( 12m. X 6 m.) permettant de continuer les recherches à l'abri. 17 VUE D'ENSEMBLE DE LA ZONE FOUILLEE EN 1986 Le calendrier de la fouille/ arrêté par l'Etat et la municipalité, prévoyait deux campagnes, réparties sur les années 1986 et 1987. A la fin de la première campagne, de la parcelle a été fouillée, A3 la moitié correspondant aux carrés : A4 B 7 B 8 B 9 C 7 C 8 C 9 D 7 D 8
  • infirmer ces hypothèses et nous orienter dans une autre direction. Nous songeons aussi à des activités textiles du type teinturerie, vers lesquelles pourrait nous orienter la forte coloration des eaux qui stagnent au fond de la fosse 6. C'est dire 1'importancue que nous attachons à l'analyse des prélèvements que nous avons opérés. TROISIEME MURS ET STRUCTURES BATIES PARTIE DU SECTEUR CARRES B_7 B 8 B 9 C 7 C 8 C 9 D 7 D 8 D 9 NORD - EST. 52 MURS ET STRUCTURES BATIES DU SECTEUR NORD-EST. LE MUR M 1 Sur toute la partie Nord-Est de la fouille de 1986/ court un long mur
RAP00566.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • EAST BRITTANY SURVEY 1986 EAST BRITTANY SURVEY EAST BRITTANY SURVEY EASTER AND SEPTEMBER SEASONS 1986 Easter Season 2 Fi el dwal ki ng at 50m intervais 2 Fi g . A 3 Sampling outside the core 6 7 Fig. B Excavations Al 16 8 Fi g. C 10 September Season Fi g- 13 1, 2 14 H 145 15 K446 18 Fig. 3 19 H80 Fig» 22 4 23 A92 ' 28 9 Fig. 5 Fig. 6 □ t h e r Work, 32 1985- 6 33 General Comment and Acknowl edgements 34 Re-f erences 35 P 1 a t. e s 1 - 1 0 f ollowing 35 The fifth and sixth seasons in a programme of fieldwork, itself part of a larger, mul t i
  • long h and with young crop within thèse transects were walked at 50m intervais, using collection units of 100m; field EAST BRITTANY SURVEY 1986 | TRANSECT J TRANSECT B "t— TRANSECT D TRANSECT A TRANSECT E -h— .y. : 75 m ■ ci3 " S Y •m .o-v. Tréal Lo 50ml—' O O .... □ ; C? (Rutfiac g SO TRANSECT G l'ï «2. cm. fl\ □ 1-5km apart 193 -.. > >.^'v... i-. ■ M") 4km apart CP ^ Carentoir 44 50m 0° SNicolas-du-Tertrç «A.•0 ■75m"C3 •so* CI 1 ..Q i il '-. ('?• - •--50m-- .. c -.- 7s m . . lields site. A • 9 probable A o Q possible I I \ / 1 walked
  • (76.7V.) 1 ay more than 100m away from early n i net eenth-century settlements and only 12» 5% 1 ay within 50m of them» (The former is only slightly higher than distances from modem settlements and the latter proportion the same.) Surface material tends to be found within areas of ni net eenth-century arable, as always especially in bandes (1 itérai ly 'bande' , arable divided into tenant parcels) and the proportion was comparable?, though slightly smal 1er, with that of earlier years (58,9% of concentrations in 1986, as compared with 70. 1% in 1985). The remainder occurred in n i net eenth-century
  • distribution of Al 16 may therefore reflect occupation of many periods, and consequently may not relate directly to the distribution patterns of the pottery. THE SEPTEMBER SEASON The 1986 Sept ember season involved sample excavation of parts of four fields (H145, K446, H80, A92) from which 'total ' collection had previously been made (fig. i). One day (5-6 Sept) was spent. in préparation for the main season by two people. The team (consisting of volunteers from a wide range of places) numbered twenty-one, including the directors and Alan Lane, and worked for ei ghteen days, from 7 September , with two
  • to the rier t h classify the two fields as a 'site'. In March 1986 intensive surface collection was rnade from most of the two fields. The distribution of médiéval and post-medi eval pottery on K446 was of a 1 ow and even density, although there appeared to be more material lower down the si ope. The collection also produced smal 1 and sporadic amounts of Iron Age pottery (no more than three sherds in any five-metre square). Although road changes make corrélation difficult, it seems that a t. t h e ti me o f the ancien cadastre K 446 was part of an arable lave been field, close to two small curtilages
  • cultivated in strips but also with 1 an des (uncul ti vated ) and pasture, in small enclosures; field names (landes and f ri ches) over the whole area indicate that it had not been characteri st i cal 1 y cultivated before the 1820s. The field was first wal ked in 1984 and was classified as a 'possible site' (médiéval). In April 1986 it was intensively wal ked and this produced a 1 ow and even scatter of médiéval and post-medi eval pottery; small quanti ties of Iron Age pottery were also recovered (not more than two sherds from a five-metre square), most coming from the western third of the field
RAP00677.pdf (LANDÉVENNEC (29). abbaye Saint-Gwénolé. rapport de fouille programmée)
  • Ilanclevennec Unive rs 1 té Laboratoire Directeur de HÎ? Bretagne d ' Archéolo : L . 1986 Fouille g 1e P A P E ef Rapport A . 8A Rn F 1 6f? Le d é r o u l e m e n t des f o u i l l e s a été o r g a n i s é en deux pagnes p r i n c i p a l e s : du 1 e r cam- au 12 A v r i l , et du 17 J u i l l e t au 19 A o û t , outre q u e l q u e s i n t e r v e n t i o n s de courte durée liées à l ' a v a n c e m e n t des t r a v a u x de r e s t a u r a t i o n : du 14 au 18 J u i n , du 30 Juin au 6 J u i l l e t , et du 27 O c t o b r e au 4 N o v e m b r e . Les zones f i
RAP00001.pdf (habitat du haut Moyen Âge. rapport de fouilles de sauvetage urgent.)
  • , d'obtenir le maximum de délais afin d'envisager la compréhension d'une superficie maximale. Malheureusement, la société immobilière C.I.L. de RENNES, maître d'oeuvre du projet, s'était engagée à assurer la remise du bâtiment à la Société BULL en juillet 1986. Elle devait donc faire face à des délais très courts. De plus, la superficie réduite du terrain et la position centrale du bâtiment prévu nécessitaient la préservation d'accès pour les engins de levage et de zones de stockage de matériel ou de matériaux. Il était par conséquent impensable de geler une zone importante, même située hors de
  • l'emprise du bâtiment. Deux résultats principaux ont été acquis : - un délai de 15 jours a été accordé aux archéologues pour étudier l'emprise du bâtiment ainsi que ses façades Nord, Sud et Est. Eu égard aux conditions climatiques extrêmement rigoureuses du mois de février, un abri-serre a été mis à leur disposition par l'entreprise. - Une bande de 10 m de large et d'environ 25 m de long a fait l'objet d'une réservation à plus long terme, jusqu'au mois de juin 1986. Implantée en partie sur le four, elle devait permettre une fouille exhaustive, localisée mais nécessaire à la compréhension du site
  • archéologique. OBJECTIFS DE LA RECHERCHE ET MOYENS MIS EN OEUVRE L'intervention archéologique s'est déroulée en trois phases successives. * Durant les vacances de février 1986, la fouille s'est attachée à libérer en 10 jours plus de 90 % du terrain. Cette première phase de travaux a été réalisée par l'équipe d'étudiants bénévoles du Centre d'Etude et de Recherche Archéologiques de QUIMPER (C.E.R.A.Q.), dirigée par Y. MENEZ. Une superficie de 58 m 2 , placée sous abri et positionnée sur une zone à forte densité de scories, a fait l'objet d'une fouille exhaustive. Pour le reste du terrain, qui se
  • compréhension suffisante des structures profondes de ce secteur. Il est bien évident que, lors de cette phase des travaux, les structures archéologigues de taille modeste (trous de poteaux, petites fosses, ...etc) n'ont pu être observées. Cette intervention, qui s'est déroulée dans le délai convenu, a permis de libérer le terrain pour les travaux liés à la construction. Les terrassements, qui ont eu lieu peu de temps après, ont détruit les vestiges sur toute la parcelle, à l'exception de la bande témoin dont la superficie et l'emplacement avaient été négociés. * Durant les vacances de Pâques 1986, une
  • ultime des travaux, qui s'est terminée en juin 1986, a permis l'étude d'une superficie de 130 m 2 dans une zone scientifiquement importante puisque, au stade du décapage, aucun indice archéologique remarquable, si ce n'est un fossé, n'était apparu. Cette dernière fouille pouvait donc être considérée, dans une certaine mesure, comme révélatrice des destructions qui avaient dû s'opérer sans relevé possible, dans la superficie libérée en février. Nous tenons par conséquent à remercier toutes les personnes ou organismes sans lesquels cette fouille n'aurait pu être menée à bien : - l'entreprise C.I.L
  • , Lincoln shire : Goltho, dans Médiéval Archaeology, XVIII, 1974, pp. 210-211. (8) P. DUVAL et collab., La métallurgie en Lorraine, dans Archéoloqia, n° 209, janvier 1986, pp. 48-51. (9) J.-H. M0NEY, Médiéval iron-workings in Minepit Wood, Rotherfield, Sussex, dans Médiéval Archaeology, XV, 1971, pp. 86-111. (10) G. MILNE, Townthorpe - North Manor, dans Médiéval Village Research Group, 26 report, 1978, p. 21-23. P.-V. ADDYMAN, Huntinq donshire : Little Paxton, dans Médiéval Archaeoloqy, VIII, 1964, pp. 234-236. M. BERESFORD et J.-G. HURST, Deserted Médiéval villages, p. 101. A N N E X E
RAP00744.pdf (PLOUARET (22). l'armorique. rapport de sauvetage programmé)
  • CIRCONSCRIPTION HISTORIQUE BORDEREAU RECAPITULATIF DE BRETAGNE Date d1envoi.décembre.1986 RAPPORT DE SAUVETAGE PROGRAMMEE LOCALISATION Département Côtes-du-Nord Commune Plouaret Lieu-dit : du cadastre L1Armorique I.G.N.. L'Armorique Local L'Armorique N° de site 22207002 AH Cadastre.... 1935 A3 (1466, 1467, 1485) Coordonnées Lambert I Ax 172.300 Ay 119.000 DATES Autorisation (n°, date) INTERVENTION Responsable BARDEL Motif d ' intervention Travaux agricoles Surface fouillée 500 m2 1100, 14 mars 1986 Travaux agricoles Intervention (début et fin) 1qfM-1QRS AnriPPK
  • arrhpr i PiirPQ rl 1 i n1-p>T-Tri=>n+- i nn D.A.H.B. Estimation de l'étendue du gise- SITE ment 1 ha Nature du gisement Habitat gaulois, structures souteraines, enclos, Nature des découvertes effectuées Galeries à ciel ouvert, enclos, entrée, céramiques . Tène ancienne, Tène mo- Périodes chronologiques yenne,: gallo-romain précoce . OBSERVATIONS CONTENU DU DOSSIER Rapport scientifique 11 pages Plans et coupes 10 plans, 4 coupes Planches et dessins 3 planches poteries Photographies légendées . 12 photos léc ^ ^ ^ » m • m RAPPORT DE PLOUARET L'ARMORIQUE 1986. En 1986, la
  • pilotis avait été r«Levé sans élément de datation, malheureusement. La campagne 1986 a donc eu pour objectif d'approfondir l'étude de l'état le plus ancien de l'occupation et de suivre le développement de l'occupation à la Tène Moyenne. L'intervention sur le terrain s'est déroulée entre le 15 juillet et le 15 août 1986. Celle-ci a pu avoir lieu grâce au concours de la municipalité de PLouaret et du SH.V.O.M. qui ont mis à notre disposition l'école publique pri- maire pour le premier et les sanitaires de la salle de sports pour le second. Grâce également au concours de l'E.D.F. il a été possible de
  • mobilier situé avec précision sur le plan du contexte auquel il appartient. Mis a part les niveaux XVIII0 et XIX° sièclesmis au jour en 85 et pour les• • • / • • • quels aucun élément nouveau n'a été mis au jour cette année, quatre niveaux d'occupation différents ont été déterminés en 1986 (1 niveau gallo-romain et 3 niveaux gaulois). Nous verrons donc ci-après : - Le niveau gallo-romain précoce, - Le niveau du 3° état gaulois, - Le niveau du 2° état gaulois, - Le niveau du 1° état gaulois. I - LE NIVEAU GALLO-ROMAIN. En 1985, un niveau d'occupation gallo-romain avait été mis au jour dans le
  • la salle G3 de 0,37 m. Cette situation s'explique par la nécessité d'avoir une voûte suffisamment épaisse au dessus du boyau. Au bord de la salle G4 et pratiquement au milieu du coté Sud , on observe la présence d'un trou de poteau (T19) de 0,30 m. de diamètre sur 0,20 m. de profondeur. Conclusion : La campagne 1986 a donc permis de mieux cerner l'occupation du site. Il apparaît que celuitci s'est implanté à la Tène ancienne. A cette époque apparaît les structures de galeries à ciel ouvert G3 G4 dont nous n'avons pas pour le moment le contexte de l'environnement. Presque immédiatement, l'espace
  • l'Ouest, au Sud et au Nord / Est-Ouest, définir le développement des zones emboitées et l'implantation des habitats (en effet dans ce secteur la densité de clayonnage est beaucoup plus forte et semble donc indiquer dans ce secteur la présence d'un habitat). (22) PLOUARET, Plan de s i t u a t i o n du de 1'Armorique souterrain, gaulois iim^'W •vavo 1&7* 1488 ; -rè
  • - +• + + + + + + + 1m 1 + ++I WyÀ iMMM lini Ariae Rempli w a g c fessé Arjil* T«rr« 1 granitique T«rr« sabltust brun* • ctndrtj « e l a y e n n a j t E . N. / F.E./E.P./P.P. +• + PLOUARET " L ' Armorique Coupe M m tranchée = + ' • V + + + + F2 " et 1986 fosse + + fe «i H ^ i m . te hvsut^nu 0 5 ùM^SJ^ Jrrr^A, M t \\M + + +4. + + + -v + + + + + + + + + + + + + + + + + + -H + + + + + + + + + + +- + + + + -V- + + + + + 4- + + + 4 - + + + + + + + + + + + + + + wi T *rrt jy + -yj Arène \] T H Terre | Terre \\\\\\\\ brun» - Remplissage 1m granitique vestale
  • (hull) argileuse Argile Terre sableuse E.N. / F .£ . / E.P. / P.P. + 22 PLOUARET Coupe IHl^j A r 3 î l t Arène tranchée 3 + r '4 ~ jaune - F3 et galerie a • charbon mw A r jj 11 • • e a lu a u x de • 1986 ciel ouvert Arène + Argile jjrii " brun argile k m Argile " L ' Armorique • argile Arène £7 4 » cailloux • te s s o n s + c l a y o n n a g e granitique bois t i u t n t * t U r o n m j t • eh a r bon M t n s m 1m • « l aysnnage E . H,/ F
  • + + + 3 + 2 + 1 + 00 + -IT 22 207 002 AH PLOUARET L' Etat Arrnorique 19â6 w Plan des gauloises structures - état 7 légende : structures gauloises - état 1 structures gauloises - état 2 P.P. J.P. B. DAHB : G. 4 H' 22 207 002 PLOUARET L'Armorique AH 1986 Plan des galeries G.3 et G.4 à ciel ouvert • 2m m» j.rb, 22 207 002 AH PLOUARET 1986 L ' Armorique Sections des 0.3 et galeries è ciel ouvert G.U 0 2m 3 «A J.K» S*H* j 0 «F « «A U T» 3 S 2 £ «A > gi '/I s i » 3 ê\ * L Ay Ax 22 207 002 AH PLOUARET L 'Armorique Etat 798 6
RAP01498.pdf (PLOUGOULM (29). camping de la Palue. habitat de l'âge du fer. rapport de sondage)
  • ' RoCfiet Gramward [^Lavoir 'aniiunMumi Craac'hiclMiv ' " ?ei> ar Ouu? yy&u:, S s" I *9Wl*
RAP00622.pdf (BERRIEN (29). le Goënidou. rapport de fouille)
  • PROGRAMME H 2 1 B E R R I E N V U L L A G E (29 - L E G O E N I D O U M E D I E V A L D E S E R T E RAPPORT DE SAUVETAGE PROGRAMME POUR 1 9 8 6 M I N I S T É R E D E L A CUL", n E T D E L A CL T r n U „ N U A M T v ' I Q ¡J H i s t o r i q u e s ' 1 R £ r NSC/.. H O N DìREi "'. -C • • • ' NALB des • IRil' C::.TV-. -ES ités Circo.^c- . Q p s .: ' T P o et P. - - iquea 6> Rue d u ' f t . re £ £ 0 3BOS m^NpSX-k.-OEX BERRIEN (Finistère) - Le Rapport de s a u v e t a g e programmé - Département - Commune 1986 B e r r i en : Le - N ° de s i t e
  • rapport par Michael gisement : 11 u r g e n c e Village médiéval Travaux agricoles fouil- déserté. BATT. ont 100km O L V I L L A G E S i M E D I E V A U X D E S E R T E S B R E T O N S DIRECTION Michael DES A N T I Q U I T E S DE BRETAGNE BATT Programme BERRIEN (FINISTERE) V I L L A G E M E D I E V A L D E S E R T E DU Sauvetage I - SITUATION programmé ET C I R C O N S T A N C E S DE H 21 GOENIDOU 1986 L'INTERVENTION Le G o ë n i d o u e s t un l i e u - d i t s i t u é d a n s la p a r t i e o c c i d e n t a l e e t en l i m i t e N o r d de la c o m m u n e de
  • E 1986 Le m o i s de J u i l l e t 1 9 8 6 a vu se d é r o u l e r u n ? 3 è m e c a m p a g n e de f o u i l l e de s a u v e t a g e . P o u r s u i v a n t l ' é t u d e de l ' o r g a n i s a t i o n s p a t i a l e de l ' h a b i t a t v i l l a g e o i s , la f o u i l l e s ' e s t p o u r s u i v i e d a n s le b â t i m e n t I I I . De n o u v e a u x s o n d a g e s o n t é t é e n t r e p r i s s u r l ' e m p r i s e du b â t i m e n t I I . Le b â t i m e n t II . F o u i l l e e t i n t e r p r é t a t i o n { F i g . 5 ) : le b â t i m e n t II f o u i l l é en 1 9 8 6 , e s
  • BERRIEN-Le Goënidou. Plan detaillée de la zone fouillée BâtimentII en 1986 Ï I
RAP00354.pdf (MORDELLES (35). Sermon. rapport de sauvetage programmé.)
  • PROGRAMME H 16 MORDELLES (35) SERMON SITE GAULOIS ET TEMPLE CELTO-ROMAIN RAPPORT DE SAUVETAGE PROGRAMME POUR 1986 MICHAEL BATT DIRECTION DES ANTIQUITES DE BRETAGNE DIRECTION DES ANTIQUITES DEBRETAGNE Michael BATT Sauvetage Programme MORDELLES (ILLE-ET-VILAINE) Sermon Site Gaulois et temple Celto-Romain. a Avíenos In tum III Dèi;« Sillonnait le Moulin i Vent ¿JaNsé du Bolioril Meutiaii leí Bouchaux'1,' sí"" vfleaufitjard.-r.' i la C o í t d r a i s , í lo Mflulin du'Poní lepiamp,^ Méhalée Guillaume l'Essarl Marchelar^ii—•• \Lycéa.âgricC/1e leVianay ndervaK
  • gaulois et temple gallo-romain 1986. Situation et circonstances de l'intervention Le site archéologique de Sermon en Mordelles a été découvert en 1977 par des prospecteurs du G.R.A.M.J.C. de Pacé. Cette prospection a livré les éléments habituels des sites ruraux gallo-romains du bassin de Rennes : tegulae, briques et quelques tessons de céramique des deux premiers siècles après J.-C. Le site et le village actuel de Sermon occupent le sommet d'un plateau limoneux à l'altitude NGF 39 et contrairement à la grande majorité des gisements de la région, il n'est pas implanté sur le versant exposé au
  • d'une route (CD 34) devant relier l'actuelle R.N. 24 à la fu- ture voie expresse RENNES-LORIENT (construction en cours 1985, mise en service 1986). En septembre 1984, la Direction des Antiquités, avec la participation du G.R.A.M.J.C. de Pacé, a effectué des sondages:..de reconnaissance sur une partie du site directement menacée par le projet routier. Seule la parcelle 372 était disponible à l'époque pour étude, la parcelle voisine D 373 ayant été récemment replantée. RAPPEL DES RESULTATS DES FOUILLES 1985 Suite à des sondages de reconnaissance en 1984, le premier chantier de sauvetage
  • programmé a eu lieu en septembre 1985. Un décapage sur une superficie de 300 m 2 environ a mis en évidence un ensemble de fossés orienté est-ouest et nord-sud. Ces fouilles ont permis l'étude d'un système d'enclos, lequel a livré des fragments de vases décorés de la Tène II et III ainsi que des premières importations de céramiques gallo-romaines et romaines. Miso en oeuvre du chantier 1986 (fig. 3, clichés 2 et 3) En 1986, la campagne de sauvetage programmé s'est attachée a reconnaître le plan et la fonction du bâtiment gallo-romain localisé par photo-aérienne. Ce dernier s'est révélé après un
  • suivent le même plan, mais la particularité du temple celto-romain a Sermon en Mordelles est le contraste entre ces deux éléments. L'association d'une galerie carrée avec une celia héxagonale est pour l'instant inédit dans I. l'ouest de la France et en Grande-Bretagne et probablement très rare au niveau européen. Description des secteurs fouillés et Etude archéologique de la structure du temple (cliché 4) Le décapage et la fouille de 1986 ont mis à jour les fondations d'un temple celto-romain de petite dimension. Les labours profonds des dix dernières années ont sérieusement endommagé les couches
  • t 4 archéologiques. L'emplacement des murs n'est main-tenant indiqué que par le remplissage des tranchées de fondation, très peu de moellons ont pu résister aux labours. Fouille du temple 1986 (Fig* 4,clichés 5 et 6) L'étude archéologique nous a permis de fouiller à l'intérieur de cet édifice, un remplissage très homogène d'argile limoneux. Couche 9 : Le nettoyage de la base de la couche arable a mis au jour des fondations d'un bâtiment carré de 10 m x 10 m à l'extérieur avec une annexe à l'est de 2,60 m nord-sud x 3,00 m est-ouest. Les fondations sont composées de blocs et pierrailles de
  • .", exposition de l'Abbaye de Daoulas, 13 juin-14 septembre 1986, Association Abbaye de Daoulas 1986, 168 pages. Articles_et ouvrages : ALBERT (R.), FAUDUET (I.), 1976 : Les fibules d'Argentomarus, Revue archéologique du Centre, t.XV, fasc.1-2 p. 43-74 ,,• fasc. 3-4 p. 199-240. ANDRE (P.), TRISTE (A.) 1983 : Fouilles de la rue du four à Vannes... Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, juillet 1983, 1.110, P.124-145. COTTEN (J.-Y.) 1985 : Les fibules d'Armorique aux Ages du Fer et à l'époque romaine, mémoire de maîtrise inédit, Université de Haute Bretagne Rennes II, 1985, 188 p., 50 pl
  • exact de l'enfouissement n'a jamais été précisé, mais la tradition locale indique que le trésor monétaire mis au jour en 1893 avait été trouvé a Sermon même. 15 Au moment de l'étude numismatique, Monsieur Colbert de Beaulieu a considéré que le dépôt monétaire de Mordelles représentait un enfouissement isolé à la suite de la guerre d'indépendance. Il est fortement possible que le trésor monétaire trouvé en 1893 soit associé avec le temple étant donnée la présence de monnaies gauloises dans l'édifice. Les deux monnaies trouvées en 1986 sont en cours d'étude avec Madame Katherine GRUEL (C.N.R.S
  • .). La fouille de 1986 a montré que les monnaies gauloises sont en association avec un lieu de culte. En conséquence, nous sommes obligés de considérer que le trésor monétaire trouvé en 189 3 représente peut-être une offrande. Le statère trouvé en cours de fouille en 1986 a été marqué par un coup de burin sur le revers, le même phénomène existe sur plusieurs monnaies trouvées en 1893. C'est peut être l'indication d'une mise hors circulation ? 16 LES MONNAIES GAULOISES - Par Katherine GRUEL 1 - (C.N.R.S.) Droit : Tête laurée à droite, vaste chevelure encadrant le visage de 3 ondulations sur
  • , juillet, 1 950, P 2 CB AB, LIX, 2, 1952, P 221-223 CB BSAIV, 1908, P 328-332 H. de Keravel 3 monnaies conservées au Musée de Bretagne, fonds Mocudé, KG 149, 150 et 151 = cb n° 11, 13, 12. 18 LES MONNAIES GALLO-ROMAINES - Par Dominique POUILLE Provenance : MORDELLES Septembre 1986 Sondage : Fanum Couche : 18 AA8 X=1,05, Y=1,24, Z=+41 N° : 17 (Galerie N-0) Lecture droit : F. IMPERAT VII rétrograde. DROIT : Figuration : tête laûFée à droite. Lecture revers : METAV à l'exergue. REVERS : Figuration : Autel. IDENTIFICATION Atelier : LYON Datation : 13 ap. J.-C. Valeur : AS Début
  • règne de Tibère Droit : TI CAESAR AUGUST F IMPERAT VII Revers : ROM et AUG (à l'exergue) Référence : Giard 1769-95. (rétrograde) 19 Provenance : MORDELLES-SERMON Septembre 1986 Sondage : Fanum Couche : 10 AD 11 x=1,78, y=1,78, Z=+46 N° : 2 (Galerie S-E) Lecture droit : DROIT : Figuration : tête laurée à droite Lecture revers : TAV à l'exergue REVERS : Figuration POIDS : (6,18) : Autel ORIENTATION DU REVERS : 7 H 00 IDENTIFICATION Atelier : LYON Datation : 10 à 14 ap J.-C. Valeur : AS Régne d'Auguste ou début Tibère. Droit : Revers : Référence : Provenance : MORDELLES
  • -SERMON Septembre 1986 Sondage : Fanum Couche : 14 AA 10 x=1,55, 7=0,80, z=+45 N° : 18 (intérieur cella) Lecture droit : DROIT : Figuration : tête laurée s droite Lecture revers : REVERS : Figuration POIDS : (
  • . La fouille de cette zone donnera sans doute des renseignements utiles sur l'abandon de l'édifice. La deuxième zone envisagée pour étude en 1987 est celle qui se situe entre les fouil les de 1985 et celles de 1986. Un décapage partiel en 1985 a montré la présence de couches de tuiles et la présence de céramique la Téne finale et gallo-romaine précoce. La photo aérienne prise en 1984 ne nous a rien montré mais il n'est pas impossible qu'un édifice construit en bois existe dans cette zone. 24 - BIBLIOGRAPHIE COLBERT DE BEAULIEU, J.-B. loises de Mordelles (1952) - La trouvaille de monnaies
  • gau(1893). Annales de Bretagne, p. 221 à 223. GALLIOU P. (1983) - L'armorique gallo-romaine. HARSCOUET DE KERAVEL, J. (1908) - Monnaies gauloises, trouvaille de Mordelles, Bulletin de la Société Archéologique d'Illeet-Vilaine, T. XXXVIII. t '35 MORDELLES-Sërmon 1986. ' Fouille du Fanum. Fig5 0 cm 5 o cm Fig 7 « j-yc Fi9 8 o cm Fig9 \ 35 MORDELLES, Sermon. i 35 MORDELLES, Sermon. Cliché 2 : Vue aérienne du temple Celto-romain et ses environs, prise de l'Est en 1986 pendant les fouilles (Cliché M. GAUTIER) 1 35 MORDELLES, Sermon. Cliché 3 : Vue aérienne du temple
  • en cours de fouille 1986 (Cliché M. GAUTIER) 35 MORDELLES, Sermon. I Cliché 4 : Vue d'ensemble du temple prise de l'Est (Cliché M. BATT) 35 MORDELLES, Sermon. Cliché 5 : Vue d'ensemble du temple prise du Nord (Cliché M. BATT) 35 MORDELLES, Sermon. Cliché 6 : Vue de la cella prise du Nord (Cliché M. BATT) 35 MORDELLES, Sermon. Cliché 7 : Vue de l'annexe prise du Nord-Ouest (Cliché M. BATT) s 1 35 MORDELLES, Sermon. Cliché 8 : Statère des Riedones - Droit 1 3 5 MORDELLES, Sermon. Cliché 9 : Statère des Riedones — Revers /
RAP00720.pdf (SAINT-SAUVEUR (29). Ruguellou. rapport de sauvetage programmé)
  • LABORATOIRE D'ANTHROPOLOGIE - PREHISTOIRE - PROTOHISTOIRE ET QUATERNAIRE ARMORICAINS EQUIPE DE RECHERCHE N° 27 DU C.N.R.S. Jacques BRIARD et Michel LE GOFFIC RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR L A FOUILLE DU TUMULUS DU RUGUELLOU SAINT-SAUVEUR, Juin - Juillet FINISTERE 1986 Fouille de sauvetage programmé n° 1273 (autorisation 14/3/86) Laboratoire d'Anthropologie Université de Rennes I Campus de Beaulieu 350*2 RENNES Cédex LABORATOIRE D'ANTHROPOLOGIE - PREHISTOIRE - PROTOHISTOIRE ET QUATERNAIRE ARMORICAINS EQUIPE DE RECHERCHE N" 27 DU C.N.R.S. Jacques BRIARD et Michel LE GOFFIC RAPPORT
  • SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DU TUMULUS DU RUGUELLOU SAINT-SAUVEUR, FINISTERE Juin - Juillet 1986 Fouille de sauvetage programmé n° 1273 (autorisation 14/3/86) Laboratoire d'Anthropologie Université de Rennes I Campus de Beaulieu 350*2 RENNES Cédex S O M M A I R E ORGANIGRAMME 3 GENERALITES 4 1. HISTORIQUE 4 2. P R E S E N T A T I O N DU SITE 7 3. ORGANISATION DES T R A V A U X 7 L A S T R U C T U R E DU TUMULUS 1. T O P O G R A P H I E 9 9 2. L A G R A N D E T R A N C H E E E S T 11 3. L A C O U P E NORD 18 4. S O N D A G E O U E S T E T C O N C L U S I O N 18 L A TOMBE C E N T R
  • t e lacune et de nombreux tertres funéraires ont é t é r e l e v é s sur les communes de Saint-Sauveur, Commana et Sizun. Le tumulus du Ruguellou est de c e u x - l à . I l se t r o u v a i t à p r o x i m i t é du village du Ruguellou, d é f o r m a t i o n Il a e x i s t é ont de Cruguellou qui veut dire en breton les buttes autrefois tout un groupe de tumulus à cet é t é répertoriés par M . Le Goffic ou les tumulus. endroit. Les deux subsistant : celui de la parcelle 379 fouillé en 1986 et celui s i t u é plus au sud entre les parcelles 740 et 743 ( f i g . 2). Le tumulus du
  • labours p r é c é d a n t à son sommet. I l est évident la mise en p â t u r e , que progressivement son arasement se poursuivra à longue é c h é a n c e . Le arasement monument a é t é fouillé en 1986 en fouille de sauvetage avant que cet ne s'accentue. Le but de c e t t e opération était bien sûr d'identifier les structures f u n é r a i r e s contenues dans la butte mais surtout de mener toute une s é r i e type d'analyses qui manquaient sur ces tumulus des Monts d ' A r r é e , à part quelques essais d'analyses s é d i m e n t o l o g i q u e s (tumulus de Ligollenec à Berrien
  • ", toponyme correspondant à son allure sinueuse. Les paysans nous ont indiqué q u ' à cet endroit avait é t é t r o u v é autrefois une voie de dalles qui p e r m e t t a i t de franchir c e t t e zone marécageuse. Nous verrons que cet endroit a eu son importance dans la construction de la butte funé- raire. Bien a b r i t é , avec point d'eau permanent et petits sommets voisins permettant l'établissement de postes d'observations, l'endroit se p r ê t a i t bien à l'établissement d'un habitat protohistorique. 3. ORGANISATION DES TRAVAUX La fouille a eu lieu du 25 juin 1986 au 17 j u i l
  • l e t 1986, sans compter quelques opérations préliminaires. Les p r o p r i é t a i r e s , M . et Mme Raymond Barrou nous ont laissé toutes f a c i l i t é s pour la conduite des travaux. La m u n i c i p a l i t é de SaintSauveur a permis notre h é b e r g e m e n t (local municipal et t e r r a i n de camping). Les frais de séjour des fouilleurs ont é t é couverts par une subvention de l ' A . F . A . N . L'organigramme p r é l i m i n a i r e donne la composition de l'équipe qui a t r a v a i l l é au Ruguellou. Une partie de cette équipe ( M . Le Goffic, le chantier le 8 j u i l
  • , A) de m ê m e que les zones fouillées en 1986 ( f i g . 4, B). L A S T R U C T U R E DU 1. TUMULUS TOPOGRAPHIE Le tumulus apparaissait et d'environ 2 m de hauteur aplanissement. Les anciens comme une eminence de 40 m de diamètre maximale ( f i g . 3). I l p r é s e n t a i t au sommet un léger paysans nous ont indiqué qu'autrefois la butte était nettement plus haute. Son arasement p a r t i e l est r é c e n t et a f a i t suite à la destruction du talus ouest. Le monument est relativement r é g u l i e r . Les courbes de niveaux sont plus a c c e n t u é e s du c ô t é sud - sud
  • -est. Les terres talus surtout La d é n i v e l i é e Malgré du c ô t é sud-est où la d é n i v e l i é e ont é t é retenues par n ' a t t e i n t que 1,10 les m maximum. maximum m e s u r é e au niveau a é t é de 1,80 m vers le sud ( f i g . 5). son arasement partiel, le tumulus du Ruguellou apparaissait comme un Fig. * - Tumulus du Ruguellou - Plan général de fouilles. A : fouilles anciennes ; B : fouilles 1986. tumulus déjà i m p o r t a n t dans la s é r i e des Monts d ' A r r é e , où la plupart des n'atteignent qu'une de hauteur, vingtaine de m è t r e s de d i a m è t