Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)
1986 [X]

44 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00038.pdf (PLUGUFFAN (29). le bourg, l'église. rapport de sauvetage urgent)
  • DIRECTION DES ANTIQUITES DE BRETAGNE PLUGUEEAN Rapport de fouilles Octobre - Eglise de s a u v e t a g e - Novembre 1986 Yves MENEZ, Conservateur des Eouilles. urgent A/ CIRCONSTANCES DE LA EOUILLE ET MOYENS MIS EN OEUVRE Au mois d'octobre 1986, M . ALLO
  • sondages, d'ampleurs limitées mais susceptibles d'apporter rapidement des informations conséquentes sur l'histoire de l'église paroissiale. Ces travaux ont été réalisés durant les mois d'octobre et de novembre 1986, à raison d'un jour par semaine, grâce à l'aide de l'équipe du Centre
RAP00260.pdf (SAINT-LAURENT-SUR-OUST (56). sépulture mégalithique de Beaumont. rapport de fouille de sauvetage urgent.)
  • BORDEREAU RECAPITULATIF Btetagoe, Déc. 1986 Date d'envol. RAPPORT DE . .OCALISATION Département ^ sauyeta^e^ urcjent^ Commune. : Morbihan St Laurent sur Oust .......... j Le Chatelier Beaumont Lieudit : du cadastre 5 I.G.N j Beaumont local Cadastre JX Coordonnées
  • Lambert....&>JTfi, >ATES INTERVENTION ': Ax : Bx 251 ' 80 Ay By 2319 70 > Ait. .80m Intervention (début et fin) ! : Années antérieures d'intervention. ! Février - Octobre - Novembre 1986 Autorisation (n°, date) 86-02 P 10/02/1986 J. Y. TINEVEZ Responsable. Motif
  • l'Archéologie Circonscription des Antiquités de Bretagne. RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DE LA SEPULTURE MEGALITHIQUE DE BEAUMONT / EN SAINT.LAURENT.SUR.OUST (MORBIHAN) - 1986 - NJ de site : 56 332 224 001 Autorisation de fouille de sauvetage n° 86-02 AP. SOMMAIRE I) Introduction
  • a donné un grain en serpentine , une belle lame en silex du Grand-Pressigny , retouchée finement sur les bords (malheureusement cassée) , de nombreux fragments de poterie grise et des éclats de silex sans caractère." Au cours de l'hiver 1985-1986 , Philippe Gouézin , effectuant une
RAP00257.pdf (QUIBERON (56). habitat de l'âge du bronze du Vivier. rapport de fouille programmée annuelle.)
  • LABORATOIRE D'ANTHROPOLOGIE - PREHISTOIRE - PROTOHISTOIRE ET QUATERNAIRE ARMORICAINS EQUIPE DE RECHERCHE N° 27 DU C.N.R.S. Jacques BRIARD et Pierre ROBINO RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LES FOUILLES DE L'HABITAT DE L'AGE DU BRONZE DU VIVIER, QUIBERON, MORBIHAN Mai-Juin 1986
  • Fouille programmée 1986 n° 97 Programme P. 33 Laboratoire d'Anthropologie Université de Rennes I Campus de Beaulieu 350*2 RENNES Cédex LABORATOIRE D'ANTHROPOLOGIE - PREHISTOIRE - PROTOHISTOIRE ET QUATERNAIRE ARMORICAINS EQUIPE DE RECHERCHE N° 27 DU C.N.R.S. Jacques BRIARD et Pierre
  • ROBINO RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LES FOUILLES DE L'HABITAT DE L'AGE DU BRONZE DU VIVIER, QUIBERON, MORBIHAN Mai-Juin 1986 'ouille programmée 1986 n° 97 'rogramme P. 33 Laboratoire d'Anthropologie Université de Rennes I Campus de Beaulieu 350*2 RENNES Cédex SOMMAIRE ORGANIGRAMME
  • fouille programmée fut prévue pour 1986. La rareté des habitats de l'Age du Bronze fouillés en Bretagne fut aussi une des raisons qui détermina la mise en oeuvre de ce chantier. Les propriétaires, M.P. Le Mab et M. Texier nous donnèrent toutes facilités pour les travaux, ce dont
  • parcelles n° 1 et 2 fouillées en 1986. Mais la possibilité d'autres structures dans la parcelle située au nord n'est pas à exclure. Ceci laisserait supposer des maisons étalées suivant des lignes parallèles à la côte. Mais une extrapolation par trop abusive doit être exclue. La datation
  • l'été 1986, J. Briard a dirigé la fouille d'un habitat du Bronze moyen au lieu-dit le Vivier en Quiberon (56). Ce site avait été au préalable repéré par P. Robino. Des labours avaient en effet mis au jour quantité de tessons à cordons et impressions digitales. Ceux-ci se répartissent
RAP00720.pdf (SAINT-SAUVEUR (29). Ruguellou. rapport de sauvetage programmé)
  • LABORATOIRE D'ANTHROPOLOGIE - PREHISTOIRE - PROTOHISTOIRE ET QUATERNAIRE ARMORICAINS EQUIPE DE RECHERCHE N° 27 DU C.N.R.S. Jacques BRIARD et Michel LE GOFFIC RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR L A FOUILLE DU TUMULUS DU RUGUELLOU SAINT-SAUVEUR, Juin - Juillet FINISTERE 1986
  • . Jacques BRIARD et Michel LE GOFFIC RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DU TUMULUS DU RUGUELLOU SAINT-SAUVEUR, FINISTERE Juin - Juillet 1986 Fouille de sauvetage programmé n° 1273 (autorisation 14/3/86) Laboratoire d'Anthropologie Université de Rennes I Campus de Beaulieu 350*2
  • Cruguellou qui veut dire en breton les buttes autrefois tout un groupe de tumulus à cet é t é répertoriés par M . Le Goffic ou les tumulus. endroit. Les deux subsistant : celui de la parcelle 379 fouillé en 1986 et celui s i t u é plus au sud entre les parcelles 740 et 743 ( f i
  • - c i , par suite des avait é t é largement r a b o t é e labours p r é c é d a n t à son sommet. I l est évident la mise en p â t u r e , que progressivement son arasement se poursuivra à longue é c h é a n c e . Le arasement monument a é t é fouillé en 1986 en fouille
  • juin 1986 au 17 j u i l l e t 1986, sans compter quelques opérations préliminaires. Les p r o p r i é t a i r e s , M . et Mme Raymond Barrou nous ont laissé toutes f a c i l i t é s pour la conduite des travaux. La m u n i c i p a l i t é de SaintSauveur a permis notre h é b e
  • t i c u l i è r e s i n é d i t e s . Au cours des travaux, les traces de plusieurs fouilles anciennes menées "en entonnoir" ont é t é reconnues. Elles sont p r é c i s é e s sur le plan g é n é r a l ( f i g . k, A) de m ê m e que les zones fouillées en 1986 ( f i g . 4, B
  • apparaissait comme un Fig. * - Tumulus du Ruguellou - Plan général de fouilles. A : fouilles anciennes ; B : fouilles 1986. tumulus déjà i m p o r t a n t dans la s é r i e des Monts d ' A r r é e , où la plupart des n'atteignent qu'une de hauteur, vingtaine de m è t r e s de d i
RAP00215.pdf (MELRAND (56). village de Lann Gouh. rapport de sauvetage urgent.)
  • M E L R A N VILLAGE D (56) L A N N - G MEDIEVAL RAPPORT DE SAUVETAGE 0 U H DESERTE POUR 1986 ; rosst ç r V 1 10 i T*OCÎ ,î£i—t v fi* < i FERME ARCHEOLOGIQUE DE M E L R A N D MELRAND LANN GOUH 1986 Rapport de sauvetage Les fouilles
  • effectuées en 1986 à Lann Gouh n'avaient pas été programmées. Elles ont été liées aux travaux de nettoyage et de consolidation du site. En effet, ce "village du 11° siècle" est l'objet d'une opération de mise en valeur et d'ouverture au public. Fouillé par Patrick ANDRE de 1977 à 1980, il
  • fig. 8 Plan mis au propre par C. LE POTIER, pour la réalisation des panneaux informatifs placés sur le circuit des visiteurs, le tracé des murs est d'après les relevés P. ANDRE les fosses et trous de poteaux sont des relevés 1986. - 6 - Les trous de poteau sont de profondeur et
RAP00091.pdf (PLOUHINEC (29). Kersigneau Saint-Jean. rapport de sauvetage urgent.)
  • l e de sauvetage de sur l e site en Septembre 1986 de Kersigneau SaintJ"eani PLOUHIMEC (Unister s 29 k 3 3 197 03 H a u t o r i s a t i o n 86-6b AH I l nous a été demandé d'assurer une f o u i l l e de sauvetage sur l e s i t e protohistorique e t h i s t o r i q u e
  • remembrement q u i était sur l e point de se f a i r e , comme à cause du manque d'intérêt du collègue alors Directeur des A n t i q u i tés historiques,envers les mesures de p r o t e c t i o n . Les dégâts avaient été effectués au "bullddizer du 21 au 29 Janvier 1986. Une première i n t
  • e r v e n t i o n de sauvetage a v a i t été diligentée au début a v r i l 1986 par les soins de M, Michel Le Goffic, Archéologue départemental du Finistère, q u i permit d'assurer un débrous s a l l i a g e d'une p a r t i e du s i t e d i t l e "camp gaulois *, 1 et d'en f a i
  • r e un levé topo graphique. Notre campagne de f o u i l l e s se déroula durani l a première moitié de septembre 1986, E l l e a v a i t pour but de démontrer q u ' i l y a v a i t bien là un s i t e archéologique intéressant, ce qui semble avoir été conteste par l e s s p o r t
  • à peu près au milieu de ce qui reste du "camp gaulois*, mais en l u i attribuant les cotes X = 100 et T = 100, de Manière à éviter par l a suite des coordonnées négatives. Le quadrillage a été orienté sur l e Nord magnétique de 1986, comme l ' a v a i t été l e relevé
  • u a i r e du Goayen, En se décal a n t quelque peu, i l a été remplacé par un établissement r u r a l gallo-romain, et plus t a r d , une fréquentation médiévale a laissé quelques traces dont l'ampleur reste à établir, . Rennes, l e 30 Septembre 1986, P.-R. Giot, Directeur de
RAP00828.pdf (LOCMARIAQUER (56). la table des Marchand. rapport intermédiaire de fouille programmée 1986-1988)
  • LOCMARIAQUER (56). la table des Marchand. rapport intermédiaire de fouille programmée 1986-1988
  • Jean L'HELGOUACH et Serge CASSEN LOCMARIAQUER LA TABLE DES MARCHAND Campagne de fouilles 1986 Ministère de la Culture et de la Communication (Sous-direction de l'archéologie) Département du MORBIHAN Ville de LOCMARIAQUER Centre National de la Recherche Scientifique Jean
  • L'HELGOUACH et Serge CASSEN LOCMARIAQUER LA TABLE DES MARCHAND Campagne de fouilles 1986 Ministère de la Culture et de la Communication (Sous-direction de l'archéologie) Département du MORBIHAN Ville de LOCMARIAQUER Centre National de la Recherche Scientifique < Nous adressons nos
  • nettoyage, de topographie et de consolidation. Les clichés,de même que les épreuves noir et blanc, sont de M. P. Glotain. LOCMARIAQUER LA TABLE DES MARCHAND. RECHERCHES EFFECTUEES EN 1986. La Table des Marchand, sans doute l'un des plus célèbres monuments de Bretagne, doit sa
  • dégagées LOCMARIAQUER - LA TABLE DES MARCHAND RECHERCHES 1986 5m coupe 10 coupe 11 9+ 5+ +_G 6 H J K- -+ 12 coupe 5 LOCMARIAQUER La Table des Marchand TRANCHEE SUD-OUEST VUE GENERALE cl. 12-8 1986 La tranchée exploratoire sud-ouest a été fouillée sous la conduite
  • pousuivait vers l'extérieur et nous n'avons pas tardé à rencontrer un nouveau mur, n° 2, à 5 mètres en avant du mur 1. ./. Fig. 6 LOCMARIAQUER TRANCHEE SUD-OUEST La Table des Marchand - mur n 1 cl. 2-5 mur n" 2 cl. 13-4 1986 Fig. 7 : Coupes longitudinales de tranchée sud-ouest
  • LOCMARIAQUER 1986 coupe 11 LA TABLE DES MARCHAND Fig. 8 : Coupe le long du couloir Fig. 9 LOCMARIAQUER 1986 Fig. 10 LOCMARIAQUER Cailloutis d'empierrement au pied des façades, passant sous le mur 2. 1986 Dans le quadrant est, ce mur 2 vient s'appuyer en biseau sur le mur n
  • des éléments assez fins, permet de comprendre l'aspect assez vallonné du tertre tel qu'on peut le voir sur d'anciennes cartes postales. ./. Fig. 11 LOCMARIAQUER La Table des Marchand TRANCHEE SUD-OUEST - remblai 1938 - sol avant 1938 cl. 2-7 1986 Fig. 12 : Coupes
  • dans le secteur est 2 \ A 1n LOCMARIAQUER 1986 LA TABLE DES MARCHAND coupe h -@ terre fine grise (gallo-romain) terre végétale éboulis cairn (remanié ® ® eboulis cairn "vieux sol" coupe 7 Fig. 13 LOCMARIAQUER La Table des Marchand QUADRANT EST cl.16 -5 Vue oblique
  • montrant la position de la structure d'obturation (?) devant le mur 1. Vers l'entrée du couloir (à droite, hors cliché), cette structure a été démolie par la construction d'une maçonnerie en 1938. 1986 Le fait que le cairn ait été exploité de façon intensive se traduit par une faible
  • MARCHAND RECHERCHES 1986 AK 37 AL 38 1986 d'une terre limoneuse de couleur jaune-beige, parfois orangée, dont la surface présente un niveau humique noirâtre sur lequel repose l'empierrement. En tout point ce sol passe sous les murs, et le cairn se superpose donc à ce substratum
  • DECAPAGE DU VIEUX SOL AU NIVEAU DES TROUS DE POTEAUX P3„ P4, P5 Flg " 16 LOCMARIAQUER La Table des Marchand cl. 16-4 La fouille est coupée par une ancienne tranchée de drainage. cl. lè-S 1986 @ terre végétale (2) éboulis cairn (2l.poche remaniée-gallo.romain) (5) (3
  • éboulis 1986 Fie. 14 LOCËVLtRSAQUER QUADRANT EST La Tabîe des Marcha trou de poteau P 2 cl. 1 y—1 Vue frontale montrant la position du trou à la base du vieux sol, cl. 18-4 | Vue verticale montrant la superposition du mur 1 sur le trou de poteau P 2. Noter les pierre
  • de calage. 1986 Fig. 19 LOCMARIAQUER La Tahîe des Marchand QUADRANT EST VUE GENERALE cl. 27-8 On notera la différence de niveau entre le cailloutis d'empierrement qui passe sous le mur 2 et sous la structure d'obturation et les foyers et trous de poteaux à la base du vieux
  • sol. 1986 observer une série de trous (P1 , P2, P3, P4, P5) juste en avant de l'entrée du couloir, et à cet endroit, un alignement de pierres paraît intercalé entre ces poteaux. Trois autres trous (P 15, P 17, P 18) sont alignés à ^extrémité est du décapage. Vers le centre, P 10
  • LOCMARIAQUER 1986 LA TABLE DES MARCHAND Fig. 21 LOCMARIAQUER La Table des Marche QUADRANT EST VIEUX SOL Occupation antérieure à ] tombe à couloirs Arceaux en cannelures 7 HA 5 2 AB 3 1 ^ Décors de poinçons dans une cannelure préalable. Rebord 3 AC 4 1986 LOCMARIAQUER La Table
  • des Marchand QUADRANT EST INFLUENCES CHASSEENNES 1 AO 2 Rebord de coupe à socle (vase support) 1986 Fig. 23 LOCMARIAQUER La Table des Marchar QUADRANT EST '• Devant le mur n" 2, sous les éboulis Fréquentation tardive du site (fin Illeme millén fragment de hache en
  • hornbler 6.8. AL 6 Fragments de poterie campanifoi 3 AE 14 4 AE 14 1 AC 6 LOCMARIAQUER La Table des Marchand INTERIEUR DE LA CHAMBRE Vue générale le pied de la dalle de chevet a été dégagé cl. 22-3 1986 DEGAGEMENT DE LA DALLE DE CHEVET DE LA CHAMBRE Au mois de septembre 1 y86
  • granités et autres matériaux de construction a été lancée ; elle permettra éventuellement de situer les sources d'approvisionnement et les relations entre les divers monuments du secteur. Nantes, le 29 décembre 1986 PROGRAMME DE RECHERCHE 1987 Le programme est établi en fonction
RAP00744.pdf (PLOUARET (22). l'armorique. rapport de sauvetage programmé)
  • CIRCONSCRIPTION HISTORIQUE BORDEREAU RECAPITULATIF DE BRETAGNE Date d1envoi.décembre.1986 RAPPORT DE SAUVETAGE PROGRAMMEE LOCALISATION Département Côtes-du-Nord Commune Plouaret Lieu-dit : du cadastre L1Armorique I.G.N.. L'Armorique Local L'Armorique N° de site
  • 22207002 AH Cadastre.... 1935 A3 (1466, 1467, 1485) Coordonnées Lambert I Ax 172.300 Ay 119.000 DATES Autorisation (n°, date) INTERVENTION Responsable BARDEL Motif d ' intervention Travaux agricoles Surface fouillée 500 m2 1100, 14 mars 1986 Travaux agricoles Intervention
  • ^ ^ ^ » m • m RAPPORT DE PLOUARET L'ARMORIQUE 1986. En 1986, la Direction des Antiquités Historiques et Préhistoriques de Bretagne a poursuivi la fouille de sauvetage programmé du site de l'Armorique en Plouaret (Côtes- du-Nord). La campagne de 1985 avait permis de mettre au jour
  • , un état antérieur comportant un fos se délimitant deux espaces dont un comportant un grenier sur pilotis avait été r«Levé sans élément de datation, malheureusement. La campagne 1986 a donc eu pour objectif d'approfondir l'étude de l'état le plus ancien de l'occupation et de
  • suivre le développement de l'occupation à la Tène Moyenne. L'intervention sur le terrain s'est déroulée entre le 15 juillet et le 15 août 1986. Celle-ci a pu avoir lieu grâce au concours de la municipalité de PLouaret et du SH.V.O.M. qui ont mis à notre disposition l'école publique
  • précision sur le plan du contexte auquel il appartient. Mis a part les niveaux XVIII0 et XIX° sièclesmis au jour en 85 et pour les• • • / • • • quels aucun élément nouveau n'a été mis au jour cette année, quatre niveaux d'occupation différents ont été déterminés en 1986 (1 niveau
  • d'un trou de poteau (T19) de 0,30 m. de diamètre sur 0,20 m. de profondeur. Conclusion : La campagne 1986 a donc permis de mieux cerner l'occupation du site. Il apparaît que celuitci s'est implanté à la Tène ancienne. A cette époque apparaît les structures de galeries à ciel ouvert
  • iim^'W •vavo 1&7* 1488 ; -rè
  • - +• + + + + + + + 1m 1 + ++I WyÀ iMMM lini Ariae Rempli w a g c fessé Arjil* T«rr« 1 granitique T«rr« sabltust brun* • ctndrtj « e l a y e n n a j t E . N. / F.E./E.P./P.P. +• + PLOUARET " L ' Armorique Coupe M m tranchée = + ' • V + + + + F2 " et 1986 fosse + + fe «i H
  • » - Remplissage 1m granitique vestale (hull) argileuse Argile Terre sableuse E.N. / F .£ . / E.P. / P.P. + 22 PLOUARET Coupe IHl^j A r 3 î l t Arène tranchée 3 + r '4 ~ jaune - F3 et galerie a • charbon mw A r jj 11 • • e a lu a u x de • 1986 ciel ouvert Arène
  • Remplissage " L'Armorique tranchée argile " 1986 F 8 É.H. / F £ . / E.R. / RR Mobilier gaulois de l ' état 2 ( Tène ancienne } Mobilier gaulois des états Mobilier du niveau gallo-romain ( fouilles de 1966 ) © fossé F.1 5 cm F f . T , W , y ? oT + 22
  • structures gauloises - état 2 P.P. J.P. B. DAHB : G. 4 H' 22 207 002 PLOUARET L'Armorique AH 1986 Plan des galeries G.3 et G.4 à ciel ouvert • 2m m» j.rb, 22 207 002 AH PLOUARET 1986 L ' Armorique Sections des 0.3 et galeries è ciel ouvert G.U 0 2m 3 «A J.K
RAP01498.pdf (PLOUGOULM (29). camping de la Palue. habitat de l'âge du fer. rapport de sondage)
  • -"•Mteuftmisi Msnlmr Kaivian Rusunàn Kaidamia. < s' t r 12 8. 0 0 0 29192 AH.PLOUGOULM 1986 CAMPING DE LA PALUE SITE DE LOSQUEDIC (AGE DU FER) PLAN DAMENAGEMENT ET DE PROTECTION DU SITE Légende : — i t i t i l s ï : M CAMFSNC VOIE C H ARRETIERE 117 117.908 RECTIFICATION • t T
RAP00741.pdf (SAINT-JACUT-DE-LA-MER (22). île des Ebihens. rapport de fouille programmée)
  • Loïc LANGOUET RAPPORT DE LA FOUILLE PROGRAMMEE D'UN SITE DE LA TENE FINALE SUR L'ILE PRINCIPALE DES EBIHENS EN SAINT-JACUT (Côtes-du-Nord) / Campagne de Juillet 1986 Loïc LANGOUET RAPPORT DE LA FOUILLE PROGRAMMEE D'UN SITE DE LA TENE FINALE SUR L'ILE PRINCIPALE DES EBIHENS
  • EN SAINT-JACUT (Côtes-du-Nord) Campagne de Juillet 1986 ORGANISATION DE LA FOUILLE Durant les trois premières semaines du mois de Juillet 1986, une campagne de fouille a été menée par le Centre Régional d'Archéologie d'Alet, sous la direction de Loïc LANGOUET, Maître de
  • cette fouille s'est élevé à 20.000 F environ, la différence ayant été couverte par des crédits propres du Ce.R.A.A. Les zones explorées en 1986, respectivement dénommées A et B comme les années précédentes (Cf la planche suivante), ont été des extensions importantes des excavations
  • 1986 ayant permis de préciser les structures de l'entrée et les liens avec l'environnement. Dans la partie du village exploré en zone A, on dispose d'une vue intéressante, bien que partielle, des aménagements et des activités du 1er siècle av. J.C ; en particulier un atelier de
  • bouilleur de sel, bien conservé, a été exploré en détail lors de la présente fouille. SAINT Les JACUT Ebihens N B EXCAVATION A UNE PARTIE DE VILLAGE CORIOSOLITE En 1986, nous avons poursuivi la fouille du village détecté lors des deux années précédentes de fouilles (zone
  • était connu jusqu'à présent en Pays de Retz par des vestiges arasés (TESSIER, 1980 et 1986) ou à Erdeven (Morbihan) par une reconstitution de WILNER (1907-1909,p. 207-214) ; GOULETQUER, 1968, p. 122-124). Le four des Ebihens se caractérise par un seul couloir, mais il est à
  • rapprocher du four de Brétignolles-sur-Mer (Vendée) qui possédait toute une série de couloirs parallèles de largeur identique (ROUZEAU, 1986). Alors que généralement ces fours allongés étaient alimentés en combustible par un de leurs extrémités, le four de l'atelier des Ebihens recevait
  • construction de cet atelier de bouilleur de sel. La datation obtenue aux Ebihens correspond assez bien à celle proposée par TESSIER (1986, p. 188) qui situe les fours allongés dans la deuxième phase d'une évolution typologique qui en aurait comporté trois. Cet atelier est inclus dans un
  • village dont on a détecté d'autres éléments en 1985 et 1986, à savoir. A l'est, un habitat rectangulaire avec un foyer central aménagé et une entrée au nord avait été partiellement fouillé en 1985. Mais en 1986 nous avons eu la confirmation de l'existence d'une structure ronde ou sub
  • . La masse des céramiques des Ilème et 1er siècles av. J.-C., collectée lors de ces fouilles de 1986 est aussi importante que celle récupérée en 1985. Beaucoup de poteries sont reconstituâmes. A côté de formes classiques, il y a des poteries décorées. L'analyse typologique des
  • élever la température d'un litre d'eau de 20 ° C à 80 ° C. Il est nécessaire de retrouver les températures atteintes par ces galets et des mesures en A.T.D (Annalyse Thermique Différentielle) permettraient de les déterminer EXCAVATION B UN HABITAT ISOLE En 1986, nous voulions
  • l'utilisation des cloisonnements de cette zone. Mais ils peuvent tout de même correspondre à une occupation finale de l'habitat. Une meule dormante en granité a été retrouvée dans le couloir. La fouille de 1986 a permis de découvrir la suite de beaucoup de céramiques qui avaient été mises au
  • stratigraphique. • Conclusions générales. Les fouilles de 1986 ont été très bénéfiques pour la connaissance du site des Ebihens. D'une part on a pu déterminer toutes les structures de l'habitat isolé. D'autre part, on a obtenu des renseignements pour une portion non négligeable du
  • site pré-romain des Ebihens, Mélanges offerts à J.B. COLBERT DE BEAULIEU, (à paraître). ROUZEAU N., 1986 - L'archéologie du sel sur le littoral, Dossiers Histoire et Archéologie, N° 106, p. 26-27. TESSIER M., 1980 - Les occupations humaines successives de la zone côtière du Pays de
  • Retz des temps préhistoriques à la période mérovingienne, Thèse Hist. Archéol., Université de Tours, p. 160-165. TESSIER M., 1986 - L'âge du Fer en Pays de Retz, Revue Aquitania, Supplément 1, p. 188-189. WILNER N., 1907-1909 - Late Celtic remains on the coast od Britany comparable
RAP00027.pdf (PLOUBAZLANEC (22). karreg ar yellan. rapport de sauvetage programmé.)
  • DE KARREG-AR-YELLAN (PLOUBAZLANEC, COTES-DU-NORD) EN SEPTEMBRE 1986 Inventaire : 22 210 00 5 Sauvetage programmé (Programme P 15) Autorisation n° 1270 du 14 mars 1986 NOVEMBRE 1986 3 2..410.oo s. S& MINISTERE DE LA CULTURE SOUS-DIRECTION DE L'ARCHEOLOGIE LABORATOIRE
  • D'ANTHROPOLOGIE-PREHISTOIRE PROTOHISTOIRE ET QUATERNAIRE ARMORICAINS UNIVERSITE DE RENNES I E.R. n° 27 DU C.N.R.S. Jean Laurent MONNIER Chargé de Recherche RAPPORT SUR LA FOUILLE EFFECTUEE SUR LE GISEMENT DE KARREG-AR-YELLAN (PLOUBAZLANEC, COTES-DU-NORD) EN SEPTEMBRE 1986 Inventaire : 22
  • 210 00 5 Sauvetage programmé (Programme P 15) Autorisation n° 1270 du 14 mars 1986 NOVEMBRE 1986 2 I. INTRODUCTION Karreg-Ar-Yellan (ou Karreg-Ar-Vor-Lenn) est situé l'Arcouest (commune de Ploubazlanec, Côtes-du-Nord). Il est Le gisement de nord-ouest de au au pied d'un
  • également Figure 1 : Karreg-ar-Yellan, situation topographique du gisement (flèche). rocher 1982 étang 0 i Figure 2 : Karreg-ar-Yellan, 10M plan du site et position des zones fouillées de 1981 à 1986 (le gisement s'étend largement sous l'estran). permis de préciser la
  • thématique de la S.P.F. à Poitiers le 6 avril 1986 (publication à paraître dans le bulletin de la S.P.F.). III. LA CAMPAGNE 1986 III.1. Participants 3e tiens à remercier les personnes qui ont participé au chantier et m'ont ainsi apporté leur concours bénévole : MM. Bernard B I G O T
  • (zone fouillée de 1981 à 1986). ON M. Jean G A G N E P A I N , étudiant (Paris) Melle Catherine H A R D Y , T U C C N R S (Rennes) MM. Thomas H A U P E N T H A L , étudiant (Bonn, R.F.A.) Maurice H O U E I X , retraité (Plélan le Grand) Stéphane L A S S A B L I E R E
  • campagne de fouille La fouille a été menée du 1er au 25 septembre 1986. Elle a concerné la partie est du gisement, à proximité du rocher, dans la zone située au-dessus du niveau des plus hautes mers ( F i g . 3 ) . En outre un sondage a été implanté sur l'estran, à une huitaine de
  • été ouverts et fouillés au cours de la campagne 1986 : H2, H3, H4, H5, H6, 12, 13, 14, 15, 16 et partiellement Hl, 11,-31, J2, J3, 3 4 , 3 5 , 3 6 , soit une douzaine de mètres carrés, ce qui porte la surface totale actuellement explorée au-dessus des plus hautes mers à 68
  • mètres carrés. sondage de 4 mètres carrés a été ouvert en haut d'estran. En plus, un 8 La campagne 1986 a été malheureusement contrariée par des difficultés importantes. Plusieurs défections tardives ont affaibli l'équipe et, malgré un effort de publicité, je n'ai pu remédier
  • de vue archéologique. 9 : blocs et cailloux (head) ' à matrice humifiée. Teinte noire (10 Y R 2/1) (paléosol). V. LE NIVEAU PROTOHISTORIQUE V.l. - Les structures dégagées en 1986 La suite de la fosse apparue en G4 lors de la campagne 1985 a été trouvée cette année en. H4 et H 5
  • • 5 + 6 A' A A O A A i A ¿A A ààk • "9 A A \ A H • * a io AA * I A 1M Figure 7 : Karreg-ar-Yellan, campagne 1986, plan de répartition de l'industrie lithique (Paléolithique moyen). 1 : éclat ou fragment d'éclat ; 2 : couteau à dos naturel ; 3 : encoche ; 4
  • batardeaux pourrait remédier. - Le Paléolithique supérieur : La campagne 1986 a confirmé la présence d'un niveau paléolithique supérieur sous l'estran. Il s'agit toutefois d'un horizon très diffus qui est donc très nettement localisé dans la partie orientale de la zone fouillée. La
  • d'observations préliminaires (communication à la réunion S.P.F. de Poitiers en 1986, publication à paraître dans le bulletin de la S.P.F.). La validité des plans de répartition de l'industrie dans ce type de gisement (head) a été discutée. Celle-ci est acceptable à condition de prendre en
  • arace a de nombreuses fouild'autant moins que p A PRESSE 0'ARMOR • Samedi 6 septembre 1986 Il y a 70 000 ans. des « M o u s t é r i e n s (°) d e t r a d i t i o n a c h e u l é e n n e », comme les définissent les paléontologues, avaient trouvé un là un bon coin pour vivre. Comme
RAP00045.pdf (LOCRONAN (29). montagne du prieuré, camp des salles. rapport de fp 1)
  • SONDAGE AU " D E S C A M P S A L L E S L O C R O N A N C FÎNiSTÈRE 3 septembre 1986 Ph. Guigon TABLE: INTRODUCTION p. 1. SITUATION GEOGRAPHIQUE p. 2. PROTECTION JURIDIQUE p . 2. BIBLIOGRAPHIE p. 3. COMMENTAIRES SUR LA BIBLIOGRAPHIE p . 3. METHODES DE
  • , j'aimerais remercier les fouilleurs qui ont participé au chantier, du lundi 8 septembre 1986, au mercredi 24 septembre, c* est-à-dire: M . - C . Allardin,¡ F . Le Boulanger, P . C a t r o , M . Gallou, E . Gautier, L . H a l l u , T . Jannès, 0 . Omnès, G . Podeur et C. Prigent. Je
  • les paroisses du diocèse de Quimper et de L é o n , Locronan (suite et f i n ) , B u l l , d i o c . h i s t . et a r c h é o l . , janvier-février 1926, p . 1. A B R I , 1986 - (Association Bretonne des Relais et I t i n é r a i r e s ) , Des clefs pour comprendre L o c r o n a n
  • grande échelle, il nous a paru nécessaire de justifier l'intérêt de cette campagne, en tentant de dater avec plus de précision la triple enceir t e . Lors d'une visite sur le site à Pâques 1986, nous avions rencontré des adolescents chargés de débroussailler l'enceinte supérieure; ils
  • radiocarbone (L0C-86-F1). Pour le m o m e n t , en l'état actuel des travaux LOG RONAN 1986 E n grisé: L'habitat. Il libil i IUI H z . 1/40 LOCRONM 1986 En grisé: Trou de poteai et poches de charbons de bc 1/40 - 6 - nous ne pouvons qu'indiquer que le trou qui a perturbé la
  • d'une garenne artificielle est r e j e t é e , les exemples connue en Grande Bretagne étant r a y o n n a n t s , ceux du continent étant de beaucoup plus grandes dimensions; et cela n'expliquerait pas la présence des foyers LOCRONM 1986 En grisé: Réseau de "canalisations
  • IHlUlllIllllz. 1/40 LOCRONAN 1986 En grisé: Foyers. - 7 - LE M A T E R I E L D E C O U V E R T DANS LE SONDAGE DE LA TERRASSE SUPERIEURE: Il est très pauvre et se partage en deux groupes: les déchets d< combustion (charbon, os) et les matériaux fabriqués (céramique princ: paiement
  • perpendiculaire à la grande canalisation orientée nord-sud, au-dessus d'une couche de charbon de b o i s . •0,40 ni1';!!!:! lili LOGRONAN 1986 Cbarbon: • Os b r û l é s : * 1/40 LOCRONAN 1986 Tessons : Verre : + Métal: A Mortier; M 0,34 1/40 - 9 - LA S T R A T I G R A P H
  • ) en ho t1 '^'ü'iiiüi^iüiii.MiüMüür - 10 - CONCLUSIONS: En simplifiant, on pourrait dire que les structures découvertes en septembre 1986 au camp des Salles ont une destination aussi
RAP00455.pdf ((22)(35). nord de la haute Bretagne. rapport de prospection inventaire)
  • CENTRE REGIONAL ARCHEOLOGIQUE D'ALET RAPPORT 1986 ■r LA PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE EN BRETAGNE LOÏC LANGOUET LA PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE EN 1986 PAR LE CENTRE REGIONAL ARCHEOLOGIQUE D'ALET Comme chaque année depuis treize ans, ce rapport annuel a pour premier objectif de
  • traités par grande période et par département (Tableau 1) sont éloquents à eux-seuls. H est évident que les sites à îegulae (soit l'ensemble des gisements de tegulae et des gisements typiquement gallo-romains) constituent encore la majorité des sites traités en 1986 : 115 sur un total
  • -romaine et gallo-romaine". Ce nouveau logiciel expérimental qui est exploité au Laboratoire d'Archéométrie de l'Université de Rennes I est à la disposition des prospecteurs de Haute-Bretagne. La Figure 1 montre les zones de recherche du Ce.R.AA. en 1986. A l'heure actuelle le fichier
  • des sites à tegulae exploité pour le programme ATP précité contient 1170 sites. On pense atteindre le chiffre de 1400 en Juillet 1987 grâce à la mise en forme des données concernant les nombreux sites du Morbihan. En 1986, la prospection aérienne n'a pas été d'un rendement
  • exceptionnel. La sécheresse du sud de la France n'a pas atteint nos régions et n'a pas fait de 1986 une année comparable à 1976. Les découvertes de cette année sont présentées par communes dans les tableaux 2, 3 et 4, en distinguant la totalité des sites traités et les sites à tegulae. Les
  • sites traités en 1986 pour les communes des Côtes-du-Nord. Totaux CAULNES CORSEUL DOLO ERQUY FREHEL GOUDELIN LE GOURAY HENANSAL HTLLION LANCIEUX LA MALHOURE PLANGUENOUAL PLENEUF PLEUDIHEN PLURIEN QUEVERT SAINT-ALBAN SAINT-CAST SAINT-GLEN SAINT-LORMEL SAINT-MAUDEZ SAINT-MELOIR-DES
  • -BOIS TADEN LA VICOMTE \TLDE-GUINGALAN Totaux 2 5 1 5 5 6 1 1 1 7 1 2 3 2 3 1 2 1 1 Sites à tegulae 1 1 5 1 5 3 6 1 1 1 3 1 2 3 0 2 1 2 1 1 1 1 1 1 0 1 57 45 1 1 1 1 (79 %) Tableau 3 - Répartition des sites traités en 1986 pour les communes d'Ille-et-Vilaine. Totaux Sites
  • TRESBOÈUF 1 1 2 8 9 1 1 1 3 5 2 1 1 2 2 1 1 1 1 1 12 1 1 2 5 3 1 4 1 2 1 2 1 3 1 1 1 2 1 2 1 1 1 2 3 1 2 1 1 2 5 4 1 1 0 2 0 2 0 1 2 2 1 0 0 1 1 12 0 1 2 0 1 1 4 1 2 0 0 0 2 1 1 0 2 0 2 1 1 1 0 3 0 ë 2 Totaux 103 66 (64 %) Tableau 4 - Répartition des sites traités en 1986 pour
  • les communes du Morbihan. Totaux Sites à tegulae CAUDAN LARRE MESLAN QUILY 2 1 1 1 2 0 1 1 Totaux 5 4 (80 %) □ RENNES Q ^ ^ 30^ Figure 1 - Implantation des sites à tegulae, découverts en 1986, par communes. Les petits points correspondent à 1 et 2 sites, les points
  • , parcelle 1011, section A3. Enclos à fossé. Lors d'un vol de Juin 1986, L. ANDLAUER a repéré un enclos visualisé dans la végétation par une trace plus verte, courbe. CORSEUL, Haut-Bécherel, parcelle 774, section H3. Temple gallo-romain (complément d'information). Lors du vol du 14 Juin
  • 1986, L. LANGOUET a observé des substructions supplémentaires dans la parcelle précitée. Le plan du temple s'en trouve complété. CORSEUL, Le Bourg, parcelle 182, section Ml. Edifice gallo-romain (complément d'information). Lors du vol du 20 Juin 1986, L. LANGOUET a obtenu de
  • meilleures photographies des structures déjà partiellement décelées en 1984. Le plan complet de l'édifice se dessine. CORSEUL, Le Bourg, parcelle 80, section AB. Structures gallo-romaines (complément d'information). Lors des vols des 20 et 23 Juin et du 25 Juillet 1986, L. LANGOUET a pu
  • obtenir des photographies plus explicites des substructions contenues dans cette parcelle. Cette observation est d'autant plus importante que cette parcelle fait l'objet d'un plan de fouilles depuis 1986. CORSEUL, Les Hautes Landes, parcelles 261 et 262, section C. Gisement de tegulae
  • nombreuses tegulae et des tessons de céramiques sigillées. DOLO, Le Bouquet-Jalu, parcelle 76, section ZB, et parcelle 30, section ZA. Structures gallo-romaines probables. Lors du vol du 30 Juillet 1986, L. LANGOUET a décelé des structures linéaires le long de la voie romaine Corseul
  • des scories de fer. PLANGUENOUAL, La Cour de Treutan, parcelle 13a et 12c, section ZA, 87, section ZB, et 79, section ZC. Gisement gallo-romain (complément d'information). Lors du vol du 22 Juillet 1986, L. LANGOUET a observé la trace de l'enclos gallo-romain, rectangulaire
  • CHESNAY. Ce gisement est matérialisé par des fragments de tegulae. Le site se situe à proximité d'une allée couverte. SATNT-LORMEL, Etang Quihouas, parcelle 79, section ZI. Enclos circulaire. Lors du vol du 22 Juillet 1986, L. LANGOUET a repéré un cercle d'environ 20 mètres de diamètre
  • Juin 1986, L. LANGOUET a repéré une structure présentant des lignes parallèles et orthogonales. SAINT-MELOIR-DES-BOIS, Le Tertreau, parcelles 25 et 26, section G Gisement gallo-romain. G. FAGUET a découvert un gisement inédit qui a livré de nombreux fragments de tegulae, des tessons
  • contenant une fiole de verre, avait été mise au jour. Cependant, sa localisation précise n'avait pas été effectuée. TADEN, Le Port, parcelle 652, section D6. Structures gallo-romaines (complément d'information). Lors du vol du 6 Juillet 1986, L LANGOUET a pu photographier, en l'absence
  • . Cercles et fossés. Lors d'un vol de Juin 1986, L ANDLAUER a repéré un ensemble de cercles et un fossé. Ces traces pourraient correspondre à des structures de l'Age du Bronze d'autant plus qu'un dépôt de cette époque avait été trouvé autrefois à proximité immédiate de ces structures
  • -romain. E. BEGUIN a localisé un gisement inédit matérialisé par des tegulae et des tessons de céramiques communes et sigillées. BAGUER-PICAN, Lairgué, parcelle 22, section Dl. Gisement gallo-romain (complément d'information). Lors du vol du 14 Juin 1986, L. LANGOUET a pu noter, après
RAP00615.pdf (Les ateliers de potiers médiévaux en Bretagne. rapport de projet collectif de recherche)
  • Gwen en QUIMPER (Finistère) - Y. MENEZ p. 103-117 MEUD0N - 1984-1986 - Etude des fours - A. TRISTE et Ph. TAQUET p. 118-128 Un atelier de potier carolingien à Launay-Margat en GUIPEL ( Ille-et-Vilaine) - Fouille datation et production - Ph. LANOS , G. QUERRE et G. LEROUX p. 129
  • - PERSPECTIVES Mis en place en 1984, le projet collectif d'étude sur les ATELIERS DE POTIERS MEDIEVAUX EN BRETAGNE a depuis mûri. La diversité des études conduites en 1986 et présentées dans ce rapport démontre même qu'il a ajourd'hui atteint sa pleine maturité. D'une certaine manière, le
  • typologiques et physico-chimiques, ...) que sur la fouille elle-même. Cette dernière étant conduite dans les cas les plus favorables et soutenue par l'apport indispensable de méthodes physiques et chimiques mises à la disposition de l'ensemble des participants. Pour 1986, l'utilisation
  • recherche en 1986. - Comme cela a été souligné, dès 1985, le recensement de nouveaux ateliers ne donne guère de résultats à partir du seul dépouillement de la bibliographie. De plus, une grande partie de la Bretagne n'est pas encore l'objet de programmes de prospections méthodiques
  • texturale dont la mise au point n'est qu'à ses débuts sera quant à elle présentée en 1987. Même si les problèmes de diffusion demeurent encore insuffisamment traités, il est certain que le rapport de l'année 1986 répond pour une grande part aux multiples interrogations que suscite la
  • dépouillement de la bibliographie, le premier travail d'inventaire et de localisation des ateliers de potiers s'est achevé cette année. Si les deux dernières ont permis de recenser plus que d' "inventer" de nombreux sites, on ne peut inscrire pour 1986 que celui de LARRE (Morbihan) où trois
  • qu'il fut en réalité. D'autre part, notre maigre récolte de 1986 démontre bien que, s'il faut cependant poursuivre l'étude des sources, de quelque nature qu'elles soient, l'enquête se doit de se développer dans d'autres directions. Dans ce domaine, l'exploitation par l'informatique
  • . On connaît ainsi relativement bien les productions carolingiennes de TRANS (Ille-et-Vilaine) (LANGOUET et al.,1977), PLANGUENOUAL (Côtes-du-Nord) (LANGOUET et al., 1984) et GUIPEL (Ille-et-Vilaine) (LANOS, QUERRE et LEROUX, 1986). D'autre part, la caractérisation typologique et
  • la commune où ce microtoponyme existe. Déjà, une première étude portant sur les microtoponymes "galloromains" s'était avérée positive (LANGOUET et LANOS, 1986). Dans cette exploitation, on ne peut utiliser le nombre d'occurrences car il n'a pas de signification par suite de
  • chronologique figure discrètement sur la dernière carte (Figure 10). En effet, on peut observer une zone "déserte", ou presque, coïncidant avec la zone frontière déjà mise en évidence dans des études similaires (LANGOUET et LANOS, 1986). Cette zone est limitée approximativement à l'ouest par
RAP00622.pdf (BERRIEN (29). le Goënidou. rapport de fouille)
  • NSC/.. H O N DìREi "'. -C • • • ' NALB des • IRil' C::.TV-. -ES ités Circo.^c- . Q p s .: ' T P o et P. - - iquea 6> Rue d u ' f t . re £ £ 0 3BOS m^NpSX-k.-OEX BERRIEN (Finistère) - Le Rapport de s a u v e t a g e programmé - Département - Commune 1986 B e r r
  • N S DIRECTION Michael DES A N T I Q U I T E S DE BRETAGNE BATT Programme BERRIEN (FINISTERE) V I L L A G E M E D I E V A L D E S E R T E DU Sauvetage I - SITUATION programmé ET C I R C O N S T A N C E S DE H 21 GOENIDOU 1986 L'INTERVENTION Le G o ë n i d o u e s
  • r i b u é e à l ' a t e l i e r de B o d è r e s en P I o n é o u r - L a n v e r n (Finistère). III - M I S E EN O E U V R E DE LA C A M P A G N E 1986 Le m o i s de J u i l l e t 1 9 8 6 a vu se d é r o u l e r u n ? 3 è m e c a m p a g n e de f o u i l l e de s a u v e t
  • * X' PlounéourMénez I SITUATION DU GOENIDOU DANS LE DOMAINE DE LA QUEVAISE (état XVIIème s.) exploitations tenues en quévaise f§| Paroisses et Abbaye du Relec Berrien La Feuillée 29 BERRIEN-Le Goënidou. Plan detaillée de la zone fouillée BâtimentII en 1986 Ï I