Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)
1987 [X]

58 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00460.pdf (PLOMEUR (29). beg-an-dorchenn. rapport de sauvetage programmé)
  • Olivier KAYSER Programme P 24. PLOMEUR (Finistère) BE6-AN-D0RCHENN Campagne 1987 Sauvetage programmé n° 1399 Site n° 29 171 002 TABLE DES MATIERES I Rappel des campagnes antérieures p 2 II Secteurs fouillés en 1987 p 2 III Le mobilier lithique p 5 IV Le mobilier
  • osseux p 9 V Données sur l'environnement p 10 Conclusions p 10 Bibliographie p 12 PLOMEUR (29) : site de Beg-an-Dorchenn Rapport de sauvetage programmé (Autorisation n° 1399 du 22-IV-1987) Du 1° au 30 septembre 1987 a eu lieu la quatrième campagne de fouilles sur le site
  • brûlés, avec foyer circulaire à plat dans sa partie méridionale, reflète un certain degré de sédentarisation ; un second foyer, de type différent, avait été partiellement fouillé en 1986. II - SECTEURS FOUILLES EN 1987 Deux secteurs ont été fouillés lors de cette nouvelle campagne
  • début des fouilles). Ces outils sont répartis comme suit : secteur W grattoirs éclats ret. secteur SE total 1987 total 84-37 of o 1 2 3 8 1,1 36 59 95 217 31,1 burins - 1 1 3 0,3 perçoirs 2 3 5 13 1,9 esquilles 2 5 7 22 3,2 divers O . C . 2 1
  • DES INDUSTRIES DE BEG-AN-DORCHENN, BEG-ER-VIL, KERHILLIO ET MONTBANI 13 > "O •t— Concernant plus spécifiquement l'industrie recueillie en 1987, les points suivants sont à noter : - Deux des trois grattoirs sont des denti culês sur éclats à réserve corticale ; le troisième est
  • 205 17 XCVIII 205 • 421 -1987 XCVIII 104 • 204 BEG-AN-DORCHENN : ELEMENTS REMARQUABLES (Cf. texte) - couteau à d o s , quartz - lame t r o n q u é e , cassée - grande "lamelle" - armatures ; bitroncature Montbani archaïsantes - armatures à retouches - o b j e t en o s
  • conservation et la fragmentation des os rendent les identifications malaisées ; nous avons pu y reconnaitre du cerf et du chevreuil. CONCLUSIONS La campagne de 1987 nous aura permis : - de remarquer des structures évidentes (le foyer 2) ou latentes (la pierre isolée/"siège", la
  • -an-Dorchenn a été retenu. Automne 1987 0 . Kayser BIBLIOGRAPHIE ANDERSEN S.H. & JOHANSEN E., 1986 - E r t e t e l e revisited, Journal of Danish Archaeology, vol. 5, 31 - 61. G.E.E.M., 1969 - Epipai eoiithique - Mésolithique : les microlithes géométriques, B.S.P.F., t . 66, 355 - 366
RAP00256.pdf (QUIBERON (56). beg-er-vil. rapport de sauvetage programmé)
  • Olivier KAYSER Programme P 24. QUIBERON (Morbihan) BEG-ER-VIL Campagne 1987 Sauvetage programmé n° 1400 Site n° 56 186 007 PROGRAMME P 24 QUIBERON (Morbihan) Site de BEG-ER-VIL Site n° 56 186 007 Cadastre de 1983 : AT (35) Coord. Lambert : x = 189,8 y = 2 288,9
  • Sauvetage programmé Autorisation n° 1400 du 22-IV-1987 0*1114 ■ i- rVv'"--"'^^-
  • 'objet d'une fouille de reconnaissance en 1985 (autorisation N° 85-05 P). Au vu des résultats obtenus à 1'époque et en raison de l'érosion progressive du site par l'océan, un sauvetage programmé fut entrepris au printemps 1987, après accord de la Municipalité, propriétaire du
  • refus de tamis conservé dans des sachets, avec repérage du cadran et du niveau; Un second tamisage, à l'eau, des 5 m3 de sédiments conservés aura lieu au dépôt de fouilles de la circonscription à Rennes, durant 1'hiver 1987-1988. Sur le terrain, une double couverture photographique
  • pléistocène. La fouille de 1987 permet de la subdiviser en 3 sous-couches, archéologiqueir.ent semblables. . C.3a (niveaux 1 et 2 de la fouille) : couche composée de sédiments sableux et de débris de coquillages. 3. . C.3b (niveaux 3 à 8) : couche composée de sédiments organiques et de
  • de la fosse St. 87-7 - à 1'intérieur du bois de cerf de la fosse St. 87-6. 18. CONCLUSIONS La campagne 1987 se révèle d'un intérêt manifeste pour l'étude des dernières communautés de chasseurs-collecteurs de la zone morbihannaise. Contrairement, aux gisements classiques de
  • chasseurs, Char!evi11e-Mézières, 3 BEG-ER-VIL 1987 : DECOMPTE DE L'OUTILLAGE LITHIQUE sondage 1985 (pour mémoire) - 1ère classe : Total . Grattoir simple sur éclat 1 1 2 . Grattoir caréné 1 - 1 . Grattoir denticulé : 3 - 3 . Eclat épais denticulé : 4 - 4 . Eclat
RAP00851.pdf (SAINT-JUST (35). Bel Air. rapport de fouille préventive)
  • l e a été réalisée le 18 mars 1987, l'aide de MM D. LEROY et P. PIHUIT, o b j e c t e u r s de a f f e c t é s à la Direction L'opération des A n t i q u i t é s de a permis de avec conscience Bretagne. constater les faits suivants : Le bloc s u p é r i e u r , x 0,50
  • DES ANTIQUITES PRE HISTORIQUES D E BRETAGNE AUTORISATION TEMPORAIRE DE SAUVETAGE URGENT valable du 8 A v r i l Le Directeur des Antiquités demeurant à de B r e t a g n e 12 , square de Sendaï au confie à M . - 30 A v r i l n"87-05 AP- 1987 prénom : Olivier KAYSER
  • Affaires Culturelles Archives de la circonscription. Fait à RENNES Je 8 avril 1987 i/Bossacx IMPLANTATION \ DU HAMEAU DE BEL-AIR (1/25 OOO) I* « j •
RAP00170.pdf (CARO (56). le Pommaut. rapport de sondage.)
  • PROSPECTION - SONDAGE * * * DECOOVERTE D'UNE STELE ANTHROPOMORPHE Commune de CARO Lieu-dit Le POMMAUT Morbihan Yannick LECERP DECOUVERTE D'UNE STELE ANTHROPOMORPHE COMMUNE DE CARO LIEU-DIT LE POMMAUT (MORBIHAN) Au printemps 1987, Monsieur FRAPSAUCE Gilbert
  • ruisseau. C'est à proximité du ruisseau que les fouilles de l'engin de terrassement heurtaient la dalle décrite ci-dessous. Ce lieu précis, dépourvu de toute construction, est connu sous le nom du Pommaut. Notre intervention, le 9 novembre 1987, avait pour but d'assurer la protection
RAP00324.pdf (CHARTRES-DE-BRETAGNE (35). Fontenay. four Provost. rapport de fouille programmée annuelle)
  • DIRECTION DES ANTIQUITES DE BRETAGNE CHARTRES DE BRETAGNE ( Ille et Vilaine ) FOUILLE PROGRAMMEE D'UN SITE ARTISANAL DE POTIERS Fin Xlè - XlVè siècles PROGRAMME H 30 - ^ 1987 Responsable : F.Fichet de Clairfontaine 324 CHARTRES DE BRETAGNE ( Ille et Vilaine ) Parcelle
  • AK 52 1987 Table des matières Présentation P.l - 7 L'ATELIER I : P.8 - 25 I : 1 ' é_tijd£ dejs £tru£tures P.8 - 19 a) Le four A ( structure 3) P.8 - 10 b) Le four B .( structure 13) P.10 - 12 c) Le four C ( structure 5) P.12 - 16 d) les dépotoirs p.16 - 18 e) Les
  • - 26 P.26 - 27 P.28 P.29 - 32 _I_:_Etude_d£S_s_tructu : rej3 P.29 - 30 a) le drain ( structure - ) P.29 - 30 b) la fosse 17 P.30 I_I_:_L£ £r£duc_tion_ p ^ CONCLUSION GENERALE. P.33 t ^ CHARTRES DE BRETAGNE 1987 PRESENTATION I : Les études préalables. Mis en place
  • entre le Xllè et le XlVè s. II : La première campagne de fouilles. Celle-ci a bénéficiée d'une subvention allouée par l'Etat, Ministère de la Culture et de la Communication, abondée au cours de l'année 1987 par des subventions du Conseil Général d'Ille et Vilaine et de la commune
  • 20 caractérisés par M . LEENHARDT en Basse-Normandie ( Leenhardt, 1987 ). Cette production est caractérisée par une forte lèvre de profil carré au dessous de laquelle se développe parallèlement à la panse une bande d'argile rapportée à décor digité. Sur la dizaine d'exemplaires
  • , en novembre 1987, complétant celles de 1985, démontrent que 1' activité artisanale s'est déplacée vers l'ouest de la parcelle AK 52. On ignore où se trouvent les ateliers du XlIIè s., mais les récentes pros« pections au sol menées par A.Provost ont révélé la présence de nombreux
  • ." ( Leenhardt, 1987); ce qui se confirme pour nos deux sites. La datation peut-elle être davantage poussée.? Les ouïes à bandeau sont présentes en Normandie sur des sites des Xlè - XIIè s. Elles sont fréquentes à AppevilleAnnebault ( Eure : Fichet, 1984 ) mais y présentent déjà une lèvre
  • ( Vaucluse : Thiriot, 1987 ) et entre autre le four 187 d datable du XlIIè s. Le four 4 de Wierde en Belgique ( Lauwerijs, 1967 ) s'en rapproche. Dans ce dernier cas, il est évident que les carneaux de chauffe , du fait de leur faible largeur, n'ont pas accueilli de vases à cuire. Le
  • voutement constitué de poteries creuses retournées semble largement répandu en Europe du nord et de l'ouest. Cependant la plupart des mentions à ce sujet évoquent des fours datables des XlVè - XVè s.; ainsi le four Pinson de Saint Denis ( Meyer, 1987 ), celui de la Saulsotte et ceux de
  • drain ainsi que les fosses dépotoirs qui le longent ont livré un mobilier très important mais extrêmement fragmenté, semblable à celui recueilli en 1976. L'étude partielle dont il a été l'objet en novembre 1987, complétant celle effectuée en 1984 ( Rapport Ateliers de Potiers.., 1984
  • fouilles 1987 n'a cependant encore touché que 20 % de l'espace sur lequel se concentra l'activité artisanale. Outre les structures dont les fours de type longitudinal^, elle a livré un mobilier jusqu'alors particulièrement méconnu en Ille et Vilaine ( pour le Xllè s.) mais qui s'intègre
  • premiers résultats de la fouille, complétés par la prospection mégnétique effectuée en novembre 1987 par Ph.Lanos ( Laboratoire d'Archéométrie ), la prochaine campagne devrait permettre d'achever l'étude de l'aire de cuisson de l'atelier I et de mettre au jour les structures liées à son
  • fouilles 1976 . Le four de Bruz ( Ille et Vilaine ) Langouet, L , 1977, La poterie carolingienne de Trans ( Ille et Vilaine ), les Dossiers du C.R.A.A., p.109-142 Thiriot, J, 1987, Approche de la typologie de la production potière de Bollène ( Vaucluse ) au XlIIè s. : essai sur le four
  • , et Petit, G, 1967, Un atelier de potiers au moyen age à Wierde (Namur), Bulletin du Cercle Archéologique Hesbaye-Condroz, VII, p.11-19 Meyer, N et M, 1987, Analyse de la distribution de la céramique dans les stratigraphies de l'habitat de Saint-Denis, La Céramique (Vè - XlXè ).. p
  • .43-53. De Ridder-Blenska,G, et alii, 1977, Spatmittelalterliche Topferofen aus Hauset und Raeren. Lennhardt, M , 1987, Contribution à l'étude de l'habitat en Basse-Normandie : recherches sur la typologie et la chronologie des céramiques utilisées du Xlè au XVè siècle, La Céramique
  • PROSPECTION MAGNETIQUE réalisée rue de Fontenay à CIIARTRES-DE-BRETAGNE 1987 Le Laboratoire d'Archéométrie (Université de Rennes I) a continué la prospection magnétique de l'atelier de potier situé en la parcelle 52 de la section AK à Chartres-de-Bretagne. Le but de l'opération était de
  • déceler la présence éventuelle de structures archéologiques dans 3 carrés de 20 m sur 20 m situés immédiatement à l'ouest de la zone déjà prospectée en 1985 et partiellement fouillée durant l'été 1987. Ce rapport est accompagné d'une carte générale des isanomales (Plan 1) et d'un plan
  • importantes notées a et b. L'interprétation en est la suivante : a : Four certain important. b : Anomalie très probablement sans signification archéologique. Cette prospection met ainsi en évidence la présence d'un four exactement dans le prolongement de la zone fouillée en 1987. Compte
  • Route Fossé / / / / / / / / 17 I H 1« xU H >1 M / / / / / / / / / / / / / limile d e p a r c e l l e à l ' a p l o m b du fossé. Il 11 Z o n e f o u i l l é e e n 1987. Nord CIIARTRES-DE-HRETACNE P r o s p e c t i o n m a g n é t i q u e 1987 Intervalle : 10 g a m m a s
RAP00423.pdf (CORSEUL (22). Monterfil II : un quartier commercial aux Ie-IVe s. rapport intermédiaire 1 de fouille programmée 1987-1989)
  • CORSEUL (22). Monterfil II : un quartier commercial aux Ie-IVe s. rapport intermédiaire 1 de fouille programmée 1987-1989
  • l'objet d'une fouille programmée, inscrite en opération pluriannuelle pour 1987-1989. LA CAMPAGNE DE FOUILLE 1986 Sur une surface de fouille de 280 M2, les vestiges d'un atelier de bronzier (?) d'époque tibero—c1audienne avaient été mis au jour sous un quartier commercial créé dès la
  • de terre et de bois à Corseul. LA CAMPAGNE DE FOUILLE 1987 Celle-ci a débuté en avril 1987 (stage d'une semaine d'initiation à la fouille pour des jeunes de 13 à 17 ans) et s'est poursuivi en juillet 1987 sur une surface couvrant 590 M2. Les crédits alloués par l'Etat, Ministère
  • l'organisation des pièces qui s'étendent plus à l'est de celui-ci. En 1987, la voirie n'a fait l'objet que d'une étude sommaire qui a permis de reconnaître la présence d'une chaussée empierrée large de 7,20 M., longée par deux fossés comblés à la fin du Ille siècle. Il n'est pas encore
  • long et de 3 M. de large afin de reconnaître la structure de la chaussée et les diverses réfections dont celle-ci a été l'objet. LA SERIE MONETAIRE RECUEILLIE EN 1987 ETUDE PRELIMINAIRE Outre l'architecture, les découvertes d'ordre monétaire constituent l'un des principaux apports
  • de la campagne de fouilles 1987. Le secteur du quartier commercial n'a livré presque exclusivement que des monnaies (32) datables pour la plus grande majorité de la première moitié du 1er siècle ap. Trois statères coriasolites de la classe II ont été recueillis au même endroit
RAP00576.pdf (RENNES (35). la ZAC Saint-Malo ille. rapport de sauvetage urgent)
  • Ministère de la Culture et de la Communication Direction Régionale des Affaires Culturel les de Bretagne RENNES Z . A . (I&V) Saint-Malo C Rapport dévaluation du sous-sol Direction des archéologique Antiquités de B r e t a ^ ' 1987 ~ r RENNES, chef-lieu de
  • mis au jour au n° 25 de la rue de Saint-Malo (1987) conserva ses bâtiments à structure à pan de bois jusqu'à l'extrême fin du 1er siècle ap. J.-C.. Il ne faut pas imaginer que la nouvelle ville s'étendant sur 90 ha fut densément peuplée. Dans la partie Nord, les fouilles ont au
  • l'extrême fin du XV11le siècle. Malgré ces travaux contemporains, les niveaux antiques ont pu être nettement différenciés et couvrent près de quatre siècles. • « • / • • • 5 GA Uo~ RENNES 1987 rue de SAINT MALO Z.A.C SAINT MALO THERMES ZONE DETRUITE FOSSE : PLAN AU DES
  • JOUR (état STRUCTURES DANS au 1 Juin LE MISES SONDAGE 1. 1987 ) mortier de chaux terre cuite TRANCHEE (DE FONDATION ?) COLLECTE^ caillou tis MUR 2 I* SOLDE pierres SOL DE CAILLOUTIS F. FICHET D.A.HP.B. MUR 1 TERRE BATTUE ZONE A .SONDAGE 1 . Vue des thermes gallo
  • 1987 gravats O AH rue de SAINT MALO sol de schist '4 > \N -fc- v\\ Z.A.C SAINT MALO — terre PLAN gravier . brune AU DES STRUCTURES JOUR DANS létat au 1 juin KSES LE SDUOASE 6. 1937) chaux — *i tu :n F.F!C->ET 0A.HP8. —¥~ t» «
  • vinaire Dressel 2/4 et de la sigillée dont un fragment provenant de la Graufesenque portait l'estampille de VIRTVS (40-80 ap. J.-C.). • !% % % 35238 AH RENNES 1987• , rue de SAINT MALO Z.A.C PLAN SAINT MALO DES STRUCTURES MISES AU JOUR DANS LE SONDAGE 7. (état au 1 juin sol
  • bord de la terrasse : + 1,20 m . Sol vierge à 2 m sous la surface actuelle (sur terrasse). n t 35238 ^ L 36.62/'- Legraverend RENNES AH 1987 rue de SAINT Z.A.C SAINT MALO MALO ETAT DES DEMOLITIONS ET SITUATION DES ARCHEOLOGIQUES SONDAGES AU V JUIN j^'^J sondage
RAP00599.pdf (Les ateliers de potiers médiévaux en Bretagne. rapport de 1re année de projet collectif de recherches 1987-1989)
  • Les ateliers de potiers médiévaux en Bretagne. rapport de 1re année de projet collectif de recherches 1987-1989
  • MEDIEVAUX EN BRETAGNE PROGRAMME H 30 Coordonnateur : F. FICHET De CLAIREFONTAINE Conservateur des Fouilles Mis en place en 1984, le projet collectif H 30 de recherches sur les ATELIERS DE POTIERS MEDIEVAUX EN BRETAGNE est pour 1987-1989 inscrit en opération pluriannuelle. Réunissant
  • produit, d'en étudier la diffusion et l'évolution. De telles études ont été effectuées sur les productions de Meudon, St Jean la Poterie et Boderez... Les travaux menés en 1987 - L'inventaire des ateliers Les prospections intensives menées en haute Bretagne par l'équipe de L
  • potier ; sources conservées principalement dans les divers fonds d'archives départementaux bretons (série E surtout) mais aussi aux Archives Nationales. En 1987, s'est poursuivie l'étude des comptes de la Châtellenie de Lamballe (XVIe siècle). Se confirme bien l'existence d'un
  • . Cependant, l'étude des archives y mentionnant l'activité de l'artisanat (XVIIIe - XIXe S.) montre à quel point le comportement de ménages potiers est proche de celui des artisans de la Poterie près de Lamballe. En 1987, P. ANDRE a poursuivi son enquête sur l'évolution des ateliers de
  • actuellement en cours d'étude de la part de Mlle Armelle Bonis. La fouille Depuis 1984 seul l'atelier de Meudon en Vannes faisait l'objet de fouilles archéologiques inscrites en sauvetage programmé. En 1987, après l'achèvement d'études préalables suscitées par le projet de recherche
  • caractériser en un comrtlaps de temps des productions fortement dégraissées. Les productions de Guipel, de Trans, de la Poterie près Lamballe ou de Meudon ont déjà fait l'objet d'un tel type de caractérisation pétrographique . En 1987, tout en achevant la mise au point de l'analyse
  • Chartres-de-Bretagne devra être menée en 1988. Il en est de même pour le mobilier recueillie dans une tour du château de RIEUX, proche de Saint- Jean-la-Poterie (lot datable du XVe siècle) . MEUDON 1984 - 1987 ETUDE SPATIALE DE L'ATELIER DE POTIERS Le précèdent rapport portait sur
  • structures annexes de production et de l'habitat ainsi qu'à l'étude de la céramique qui caractérise la production artisanale du Haut-Moyen-Age de Meudon. A. TRISTE - D. TAQUET Novembre 1987 CHARTRES-DE-BRETAGNE (Ille-et-Vilaine) , Fontenay La première campagne de fouilles
  • imposant qui pourrait avoir permis une production de pavés . F. FICHET de CLAIRFONTAINE Patrick Les ANDRE potiers de MALANSAC Morbihan DEUXIEME PARTIE LES POTIERS DE MALANSAC VERS 1840. - 1987 - Patrick ANDRE LES POTIERS DE MALANSAC. MORBIHAN. DEUXIEME PARTIE LES
  • POTIERS DE MALANSAC VERS 1840 . - 1987 - INTRODUCTION La première partie de notre travail sur les potiers de Malansac s'intitulait : " Les potiers dans la communauté paroissiale. 1680-1750 ". A partir des registres paroissiaux et des registres fiscaux du "vingtième", nous avions
  • tenté de préciser la place qu'occupaient vers 1750 les trente familles de potiers dans une communauté paroissiale de 340 ménages. Nos recherches de 1987 ont eu pour ambition de suivre, pendant un siècle, le destin de ces dynasties de potiers et d'en dresser un tableau vers le
  • ces ateliers, soit l'époque de 1850 à 1930 environ. Novembre 1987. LES FAMILLES DE POTIERS , vers 1840. A un siècle d'intervalle, la population de Malansac connait peu de changement dans sa structure professionnelle. En 1751, comme on l'a indiqué précédem- 1 ment^ il y
RAP01241.pdf (REDON (35). place Saint-Sauveur - place de Bretagne. rapport de sondages)
  • reliait certainement au corps de garde qui s'appuyait aussi au rempart mis au jour en février 1987. Montée à l'aide d'un parement soigné composé de blocs de granité et de schiste équarris, cette tour est constituée d'un massif de maçonnerie épais de 3,62 m . Le sondage réalisé à son
  • Remblais / XVÏÏJ- Canalisation XUG (travaux) R E D O N : L'ENCEINTE URBAINE Base moulurée de la grande tour située place Saint-Sauveur. III - SONDAGES ARCHEOLOGIQUES SUR LA PORTE NOTRE-DAFIE (détruite vers 1763) Les sondages conduits le 3 février 1987 sur la place Saint
  • Bretagne Situation des remparts Sondages effectués en 1985 et 1987 VOIE FERREE PF.198 - P • Place Saint-Sauveur REDON PLACE SAINT -198 7. SAUVEUR TOUR XVfe ? , A) L'ENCEINTE URBAINE AUX ABORDS DE L'ABBATIALE Enserrée dans une enceinte de 950 m de développement, REDON ne fut
  • toujours une faiblesse inquiétante à l'exemple aussi de celles de DOL et CHATEAUBRIANT ; faiblesse dénoncée par les contemporains et qui ira s'accentuant à la fin du XVe par manque d'entretien. Les sondages effectués en 1985 et en février 1987 se sont appuyés sur les plans de
RAP00367.pdf (RENNES (35). les portes Mordelaises. rapport de sauvetage urgent)
  • des Antiguités de Bretagne et la ville de Rennes d'organiser une deuxième campagne de fouilles en 1987. En 1982, Michael BATT mettait au jour un dépotoir du XIXème siècle qui comblait le fond de la tour sur une hauteur d'environ 2 mètres. (1) En 1987, la fouille avait pour but de
RAP00438.pdf (LANGAST (22). l'église. rapport de sauvetage programmé)
RAP01063.pdf (FOUGÈRES (35). château fort. rapport de fouille préventive)
  • Direction des Antiquités de Bretagne FOUGERES 1987 CHAT EAU-FORT 3 e me • enceinte Rapport de fouille programmée F.CHAMPAGNE 1063 *************** FOUGERES 1987 *************** En 1 3 8 7 . la D i r e c t i o n d e s A n t i q u i t é s d e B r e t a g n e a c
  • , cette et sont couche f ! - ! • (1 l1 •! F O U G H R F S CI I ATI: 1987 A U - F O R T 3ème enceinte talus Xè-XIIe Siècle (X) remblais 1173 (Y) reconstruction coupe schématique d'après les relevés hypsom étriqués P P » ïêMÏÉÎ couche d'incendie ( 1166) talus (cX
  • ) remblai s (c Y) .im^-I-A-Î) remblais XllI-XIVèS cailloutisX/V-XVèS. o m P5 trou de poteau contemporain à la palissade P7 trou de poteau contemporain à la palissade P5 trou de poteau contemporain de la palissade FOUGERES 1987 CHATEAU-FORT 3 ème enceinte couche rJTTT^ i
RAP00248.pdf (PLUVIGNER (56). habitat et nécropole de Talhouët-Breventel. rapport de sauvetage programmé.)
  • 9 Daniel TANGUY Fouille de sauvetage programmée sur un site d'habitat de l'âge du Fer, au Talhouet Commune de Pluvigner (MORBIHAN) Année 1987 Daniel TANGUY Fouille de sauvetage programmée sur un site d'habitat du second âge du Fer, au Talhouet Commune de Pluvigner
  • (MORBIHAN) Année 1987 RAPPEL Les recherches 1983 par une menées fouille au Talhouet de sauvetage ont débuté d'urgence, au cours déclenchée à de la l'hiver suite de travaux de défrichements sur une parcelle de landes. L'habitat vallées de occupe le deux petits
  • cadastre de 1981 de la commune PLUVIGNER, avec l'aimable autorisation des propriétaires Monsieur Alban LETUMELIN et Denis TUFFIGO. La campagne 1987 a fait l'objet d'un crédit d'Etat de 19.000 dont 4.000 Frs au titre des analyses et travaux de Laboratoire, Frs dans le
  • participé aux fouilles du Talhouet du 6 au 25 juillet 1987, dans des conditions météorologiques souvent déplorables qui ont considérablement gêné les recherches durant les deux dernières semaines. Malgré tout, le travail effectué sur le chantier a été considérable et les résultats
  • , VI le découvert en avant du mur Sud 1 apparait chaque année sur le site. CONCLUSION 11 est intéressant, en conclusion, de mettre en valeur les enseigments de la campagne de fouilles 1987. La notion de sauvetage reste malheureusement d'actualité sur le site du
  • Talhouet, PLUVIGNER. malgré tout nos efforts et ceux de la municipalité de La protection totale de l'habitat n'interviendra qu'au moment de l'acquisition des terrains concernés. La campagne 1987 s'est donc déroulée, en fonction d'une menace toujours présente, sur
  • Beaulleu Avenue du Générai Leclerc 35042 RENNES CEDEX FOUILLES DU SITE DE TALHOUET (Pluvigner, Morbihan) 1 PRE-RAPPORT D'ETUDES PALYNOLOGIQUES Décembre 1987 Dominique MARGU1ZR1E Durant la campagne de fouillée estivale menée par D. Tanguy et son équipe sur le site de Talhouët
RAP00590.pdf (la vallée du Scorff (56). rapport de prospection inventaire)
  • Daniel TANGUY Prospection— Inventaire archéologique en zone boisée sur la moyenne vallée du Scorff . Hiver 1987 PRESENTATION Démarche proposée: La prospection envisagée e3t axée principalement sur les zones boisées. Il s'agit d'étudier les bassins versants de la rivière en s
  • être menée correctement que d'Octobre à atars. L'acceptation du projet par le C.S.R.A. et le montant du crédit: 5000 frs, accordé ont été notifiés à la fin du mois de mars. Cette date prévisible imposait donc la programmation de la recherche pour l'automne - hiver 1987 .(Ces délais
  • cette situation n'évoluera pas avant plusieurs années) une action de prospection systématique telle qu'elle était envisagée dans un premier temps. - 2 - L' étude totale de la Forêt de Pont Calleck, prévue pour 1987, ne s'est donc pas réalisée. Il reste que la prospection de cette
  • Emplacement et nature du site: Commune de BERNE (56) Partie Sud de la forêt Zone gérée par l'Office Nationnal des Forêts La partie Sud de la forêt a fait l'objet de rpérages préliminaires en février et mars 1987. La prospection systématique du secteur, prévue pour l'automne-hiver n'a pu
  • sructures découvertes. Description: L'approche de ces enclos, répérés • dans un premier temps en mars 1987>est pratiquement impossible actuellement. -Parcelle 26, l'enclos est situé dans une petite dépression, il est déterminé par un talus haut d'en moyenne 1,40m. Aucune structure
RAP00642.pdf (COMMANA (29). penn ar quimquis. rapport de fouille préventive)
  • R A P P O R T LE S O U T E R R A I N DE DE L'AGE_DU_FER_DE_PEN_AR_QUINQUIS EN C O M M A N A SITE n° AUTORISATION RESPONSABLE n° F O U I L L E (FINISTERE) : 29/038/008 AH : 87-04 H : Michel LE COFF1C Archéologue Départemental du Finistère. AVRIL 1987. R A P P
  • O R T LE S O U T E R R A I N DE DE L;AGE_DU_FER_DE_PEN_AR_QUINQUIS EN C O M M A N A SITE n° AUTORISATION RESPONSABLE (FINISTERE) 29/038/008 n° F O U I L L E AH 87-04 H Michel LE COFFIC Archéologue Départemental du Finistère. A VR1L 1987. / S O M M A I R E
  • le fouiller par la Les fouilles de l'accès péni- pluvieux. à redéboucher a permis de juger l'état de conservation et d'un 1987 a été relativement a consisté de souterrains en marches ser le cône d'éboulis Finistère. Douarnenez. temps particulièrement ment une