Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
sondage [X]
Commune
Département
35 [X]
Date (Année)

114 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03872 (IFFENDIC (35). Le château de Boutavent. Rapport de sondage 2019)
  • IFFENDIC (35). Le château de Boutavent. Rapport de sondage 2019
  • 35
  • Le château de Boutavent Commune d’Iffendic (Ille-et-Vilaine) Site n° 35 133 040 Rapport de sondage archéologique (3) André CORRE et Bernard LEPRÊTRE Centre de Recherches Archéologiques du Pays de Rennes Service régional de l’archéologie de Bretagne Mai 2020 Conditions
  • : vue d’ensemble Photo 32 : vue du parement est Mobilier et matériaux de construction Photo 33 : jetons (DIV 01) et tessons de poterie (CER 40 - 41) démolition F 700 Photo 35 : scories (SCO 10) démolition F 700 Photo 38 : éléments de tuiles faîtières Photo 34 : tessons de
  • est Photo 33 : mobilier et matériaux de construction – jetons (DIV 01) et tessons de poterie (CER 40 - 41) démolition F 700 Photo 34 : mobilier et matériaux de construction – tessons de poterie (CER 42 - 43 - 44) et scories (SCO 11) démolition F 778 Photo 35 : mobilier et matériaux
RAP03383.pdf (RENNES. Église Toussaints : la sépulture de Louis du Plessis (†1661). Rapport de sondage)
  • 35
  • de Rozenn Colleter Fabrice Dedouit Véronique Gendrot Klervia Jaouen Fatima-Zorha Mokrane Pierre Poilpré 2015-151 _ _ 35238 Arrêté de prescription Système d’information Code Inrap Code INSEE RENNES, Ille-et-Vilaine Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35 577 Cesson
  • isotopique (azote, carbone) 32 2.7.1. Principe et objectifs 32 2.7.2. Matériel et méthodes 33 3. Résultats 34 3.1. Étude technique du cercueil 34 3.2. Une proposition d’identification : la dédicace 35 36 3.3. Compte rendu autopsique et
  • scientifiques 8 Inrap · RFO d’évaluation La sépulture de Louis du Plessis († 1661) dans l’église Toussaints (Rennes-35) I. Données administratives, techniques et scientifiques 9 Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Département Ille-et-Vilaine (35) Statut du terrain au
  • l’église 1,50 m² (emprise fosse d’installation) 10 Inrap · RFO d’évaluation La sépulture de Louis du Plessis († 1661) dans l’église Toussaints (Rennes-35) Mots-clefs des thesaurus Chronologie Sujets et thèmes Mobilier Edifice public Industrie lithique Inférieur Edifice
  • Toussaints (Rennes-35) Notice scientifique La découverte fortuite et isolée, pendant les travaux de réfection des sols de l’église Toussaints de Rennes, d’un cercueil en plomb, a entrainé la mise en place d’une intervention de sauvegarde des données. Affleurant sous le dallage de
  • archéologique. Rennes Quimper Vannes 0 100 km 0 1 km 14 Inrap · RFO d’évaluation Arrêté de désignation La sépulture de Louis du Plessis († 1661) dans l’église Toussaints (Rennes-35) I. Données administratives, techniques et scientifiques 15 16 Inrap · RFO d’évaluation La
  • sépulture de Louis du Plessis († 1661) dans l’église Toussaints (Rennes-35) II. Résultats 18 Inrap · RFO d’évaluation La sépulture de Louis du Plessis († 1661) dans l’église Toussaints (Rennes-35) II. Résultats 19 1. Présentation de l’opération (R. Colleter) 1.1. Origine et
  • l’église Toussaints (Rennes-35) aux Croisades médiévales contre l’Orient (Saint Louis), la pratique des funérailles multiples, issue de la tripartition des corps ou Dilaceratio coropris (dissociation du cœur, des entrailles et du corps du défunt), se développe en Occident à partir du
  • –Toussaint de Brefeillac inhumé à Saint-Sauveur-. © R. Colleter Département Site 22 Saint-Pierre (Servel, Lannion) 1 22 Kermaria (Plouha) 1 22 Jacobins (Dinan) 1 35 Saint-Pierre (Pléchâtel) 1 35 Jacobins (Rennes) 5 35 Toussaints (Rennes) 1 35 Saint-Yves (Rennes) 35
  • Saint-Aubin (Rennes) 35 Saint-Georges (Rennes) 53 Saint-Martin (Châtillon-sur-Colmont) 6 1 53 Château (Laval) 1 1 44 Carmes (Nantes) 14 Saint-Germain (Flers) 2 14 Saint-Ouen (Livarot) 1 76 Notre-Dame (Rouen) Total Cercueil Cardiotaphe 5 1 1 1 1 1 1 1 17 17
  • . 22 Inrap · RFO d’évaluation La sépulture de Louis du Plessis († 1661) dans l’église Toussaints (Rennes-35) 1.3. Le contexte archéologique : Rennes moderne et l’histoire de l’église Toussaints De 1,2 millions d’habitants vers 1500, la province bretonne compte 1,8 millions
  • ). 24 Inrap · RFO d’évaluation La sépulture de Louis du Plessis († 1661) dans l’église Toussaints (Rennes-35) http://www.wiki-rennes.fr/Fichier:Plan_de_1616_(Porte_Blanche).jpg#filelinks Fig. 5 Représentation de la Porte-Blanche et du quartier sud-est de Rennes au début du XVIIe
  • Toussaints et localisation du cercueil en plomb. © d’après H. Chouinard, 2006 et archives Rennes 2Fi726 figure F, série documentaire, modifié R. Colleter 26 Inrap · RFO d’évaluation La sépulture de Louis du Plessis († 1661) dans l’église Toussaints (Rennes-35) A N S 1 2 niveau sol
  • 28 Inrap · RFO d’évaluation La sépulture de Louis du Plessis († 1661) dans l’église Toussaints (Rennes-35) la cuve a tenu compte de trois critères : la sécurité des agents, la conservation optimale des dépôts internes et le respect maximal de l’intégrité du cercueil dans un
  • . Colleter, O. Laurent 4 Les analyses en fluorescence X ont été gracieusement effectuées par M. François Pustoc’h (UMR 6566, Rennes) que nous remercions vivement. 30 Inrap · RFO d’évaluation La sépulture de Louis du Plessis († 1661) dans l’église Toussaints (Rennes-35) 2.3. Le
  • († 1661) dans l’église Toussaints (Rennes-35) difficiles à différencier l’un de l’autre. Seule une coupe transversale peut les dissocier. Le lin et le chanvre sont les matières premières des suaires, linceuls et chemises. Le chanvre étant une matière moins noble que le lin, son usage
  • d’azote qu’il contient. Il semble que la cuisson n’ait pas endommagé le collagène, et que les valeurs isotopiques soient donc fiables. 34 Inrap · RFO d’évaluation 3. Résultats La sépulture de Louis du Plessis († 1661) dans l’église Toussaints (Rennes-35) (R. Colleter) 3.1. Étude
  • inscription se positionne sur le couvercle dans la moitié proximale. feuille B feuille A Fig. 17 Relevé en perspective cavalière du cercueil plombé. © R. Colleter soudure irrégulière brasure II. Résultats 35 Trois trous dans la cuve sont notés. Le plus important, ovale et au niveau
RAP03296.pdf (IFFENDIC (35). Le château de Boutavent)
  • IFFENDIC (35). Le château de Boutavent
  • 35
  • Le château de Boutavent Commune d’Iffendic (Ille-et-Vilaine) Site n° 35 133 040 Rapport de sondage archéologique André CORRE et Bernard LEPRÊTRE Centre de Recherches Archéologiques du Pays de Rennes Service régional de l’archéologie de Bretagne Septembre 2016 FICHE
  • SIGNALÉTIQUE Site n° : Département : Commune : Lieu-dit : Cadastre : Coordonnées Lambert II étendu, altitude : Propriétaires du terrain : IDENTITÉ DU SITE 35 133 040 Ille-et-Vilaine Iffendic Boutavent informatisé. Section S parcelles 638, 640 x = 273.155 y = 2350.880 z = 99 m NGF commune
  • céramique 2.3.2 Mobilier métallique p. 17 p. 17 p. 19 2.4 Les matériaux et les techniques de construction 2.4.1 Les pierres et les maçonneries des murs 2.4.2 Les éléments de couverture p. 20 p. 20 p. 20 Chapitre 3 : Synthèse p.31 Conclusion p. 35 Sources Liste des figures Liste
  • repéré entre l’étang de Trémelin et le village des Fossés (48). Il s’agit de 115 blocs de schiste de Pont-Réan couchés sur une hauteur qui domine l’étang à une altitude de 101 m NGF (Romano 2007). Un bloc mégalithique, la Pierre Saint-Martin, a été repéré dans l’étang de Trémelin (35
  • d’une fine couche de petites pierres intermédiaire. Les parements sont composés de blocs de schiste de dimensions variables (30 x 35 x 12 cm, 80 x 40 x 13 cm, 26 x 29 x 11 cm) tandis que le blocage possède en majorité de petites pierres (20 x 10 x 8 cm, 10 x 9 x 7 cm). Notons une
  • avec des blocs de dimensions diverses, les plus importants à l’ouest mesurent jusqu’à 50 x 35 x 10 cm, les moyens 25 x 20 x 10 cm et les petits 10 x 10 x 4 cm. F 127 (fig. 14 et photos 22 et 23) C’est le remplissage de l’ouverture à ébrasement F 126. La hauteur du remplissage
  • et photos 26 et 27) C’est le bouchement de l’ouverture F 130. La hauteur du remplissage est de 0,80 m. Deux belles dalles de schiste (60 x 40 x 10 cm et 50 x 35 x 10) ont été utilisées dans le rebouchage ainsi que des blocs de poudingue de Montfort et de poudingue briovérien. F
  • et 29) Le remplissage de l’ouverture à ébrasement F 132 a une hauteur qui atteint un maximum de 0,45 m. Un gros bloc de schiste mesure 60 x 35 x 13 cm mais sous ce bloc se trouvent des pierres de petit calibre. Coupe D-D’ Une coupe a été réalisée de part et d’autre du mur F 100
  • ocre beige argilolimoneuse avec de petites pierres de schiste dans la partie supérieure et de gros blocs dans la partie inférieure (70 x 16 cm, 50 x 15 cm, 35 x 30 cm). Quelques ardoises ont été mises à jour dans cette US. US 1002 : remplissage de cailloutis de schiste et de schiste
  • plus importante en contrebas côté est. 2.2.3 La tour-porte (photos 30 à 32) Description des maçonneries, aménagements et coupe F 140 (fig. 16 et 18 et photos 33 à 35) Le massif nord de la tour-porte est maçonné et chaîné avec le mur F 100. D’est en ouest il mesure, dans la partie
  • schiste de très petit calibre. En fond de cette US, un petit lot de poterie a été découvert (CER 07). F 141 (fig. 16 et photo 35) C’est un aménagement en forme de conduit dans le massif nord de la tour-porte (fig. 16 coupe D-D’). Il est composé d’un parement incliné à 66°, de 0,70 m
RAP03257.pdf (NOYAL-CHATILLON-SUR-SEICHE (35). Berges de la Seiche : identification du tracé de la voie romaine de la Guyomerais, à proximité immédiate du cours de la Seiche. Rapport de fouille)
  • NOYAL-CHATILLON-SUR-SEICHE (35). Berges de la Seiche : identification du tracé de la voie romaine de la Guyomerais, à proximité immédiate du cours de la Seiche. Rapport de fouille
  • 35
  • parcelle AR 63 8 RFO, sondages archéologiques Noyal-Châtillon-sur-Seiche (35) - Berges de la Seiche Mots-clefs des thesaurus Chronologie Sujets et thèmes Mobilier nb Paléolithique Industrie lithique Inférieur Industrie osseuse Moyen Céramique Supérieur Bâtiment Restes
  • Suivi des tranchées, sondages, relevés Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Simier Bastien, Inrap Responsable de l’opération Équipe de post-fouille 10 RFO, sondages archéologiques Noyal-Châtillon-sur-Seiche (35
  • Calvados 27 Eure Bretagne Ille-et-Vilaine 61 Orne Noyal-Châtillon-sur-Seiche Ilot Floratrait 22 Côtes d'Armor 29 Finistère Ille-et-Vilaine 35 Ille-et-Vilaine Rennes 28 Eure-et-Loir Section(s) et parcelle(s): 53 Mayenne AR 63 72 Sarthe infographie : S.Jean - INRAP D'après la
  • - 100 m 100 - 200 m 200 - 500 m 86 Vienne 0 100 km 5km 0 1/250 000 © IGN 2001 RENNES CHARTRES-DE -BRETAGNE Emprise du diagnostic 0 1000m 1/25 000 © IGN 2003 12 RFO, sondages archéologiques Noyal-Châtillon-sur-Seiche (35) - Berges de la Seiche Implantation cadastrale
  • Département : Ille-et-Vilaine 0 10 1 / 2500 50 Commune : Noyal-Châtillon-sur-Seiche 100 m Section : AR 63 Échelle : 1/2500 I. Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de prescription 13 14 RFO, sondages archéologiques Noyal-Châtillon-sur-Seiche (35
  • ) - Berges de la Seiche I. Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de subvention 15 16 RFO, sondages archéologiques Noyal-Châtillon-sur-Seiche (35) - Berges de la Seiche II. Résultats 19 II. Résultats 1. Présentation de l’opération 1. Cadre de
  • Noyal-Châtillon-sur-Seiche (35) – Berges de la Seiche 1.2 Le contexte d’intervention 1.2.1 Le contexte archéologique et historique La commune de Noyal-Châtillon-sur-Seiche fait l’objet depuis les années 1980 d’une surveillance archéologique particulière. Cette attention fait suite à
  • 22 RFO - Sondages archéologiques Noyal-Châtillon-sur-Seiche (35) – Berges de la Seiche 8 7 6 5 la 4 S e iche la Se ich e 2 1 0 250 m Préhistoire 1 km Protohistoire Gallo-romain 1. La Robinais : système d’enclos 2. La Lande Jambu : enclos 3. Les Châtelliers
  • Carte des opérations archéologiques réalisées sur la commune de Noyal-Châtillon-sur-Seiche entre 1984 et 2015 24 RFO - Sondages archéologiques Noyal-Châtillon-sur-Seiche (35) – Berges de la Seiche Sur le plan territorial, la commune de Noyal-Châtillon-sur-Seiche est associé à la
  • archéologique de la commune (fig.5). Plusieurs d’entre eux, attribués à la période protohistorique, ont été identifiés par prospection aérienne, au sud de la Seiche (CAG 35, base patriarche du SRA Bretagne, fig.4), notamment un petit enclos carré de 25 m de côté, au lieu-dit la Lande Jambu
  • ce plan de terrassement. La longueur de la tranchée 3 a été réduite et nous avons, en contrepartie, réalisé une troisième tranchée (TR.2). La tranchée 1 au nord, mesure 75 m de long, la tranchée 2 au centre, 35 m, et la tranchée 3 au sud, 18 m. 1.4 Les moyens mis en œuvre Le
  • motivation et leur bonne humeur. 26 RFO - Sondages archéologiques Noyal-Châtillon-sur-Seiche (35) – Berges de la Seiche F.1.3 F.1.4 TR.1 F.1.1 F.1.2 F.1.6 F.1.5 F.2.2 F.2.1 TR.2 1 / 1000 0 5 10 gué moderne 25 m Foyers pré ou protohistoriques Fossés antiques F.3.2 F
  • ? Tranchée 3 - coupe sud berme latérale Tranchée 2 - coupe nord F.1.3 (us.7) Fossé bordier Tranchée 1 - coupe nord Coupes stratigraphiques 28 Noyal-Châtillon-sur-Seiche (35) – Berges de la Seiche 29 II. Résultats Fig.10 Coupes stratigraphiques de la voirie antique, réalisées
  • bande de roulement en terre apparaît également comme 30 RFO - Sondages archéologiques Noyal-Châtillon-sur-Seiche (35) – Berges de la Seiche trop limitée pour supporter un trafic relativement intense, surtout dans un terrain humide et argileux. Il faut donc s’interroger sur la
  • fine couche d’argile brune visible en coupe matérialise l’emplacement de la chaussée 32 RFO - Sondages archéologiques Noyal-Châtillon-sur-Seiche (35) – Berges de la Seiche F.3.3 : une deuxième voie ? À l’extrémité occidentale de la tranchée TR.3, un radier, F.3.3 (fig.10, us.9
  • désaffection du gué antique, il est intéressant de constater que de l’autre côté de la rivière, sur la rive gauche, il existe encore un 34 RFO - Sondages archéologiques Noyal-Châtillon-sur-Seiche (35) – Berges de la Seiche chemin creux dont le tracé coïncide parfaitement avec celui de
  • qui est grossièrement parallèle au chemin communal qui prolonge la rue Albert Camus. Cette orientation pourrait potentiellement correspondre à l’orientation de la voie antique. 35 II. Résultats Pars urbana Gué antique Voie antique identifiée lors des opérations de fouille
  • archéologiques Noyal-Châtillon-sur-Seiche (35) – Berges de la Seiche NOYAL-CHÂTILLON-SUR-SEICHE ZAC des Deux Rivières ZAC de L’Ise La Lande Jambu aR el ed Ru ais in ob La Robinais 0 200 400 m 1 / 16 000 SAINT-ERBLON Voie antique identifiée lors des opérations de fouille
  • communal et limites parcellaires modernes : fossilisation du tracé de la voie antique ? Fig.19 Hypothèse de restitution de la voie antique de la Guyomerais sur le cadastre de 2015 38 RFO - Sondages archéologiques Noyal-Châtillon-sur-Seiche (35) – Berges de la Seiche Au niveau de
  • RFO - Sondages archéologiques III. Études annexes Noyal-Châtillon-sur-Seiche (35) - Berges de la Seiche 41 III. Annexes La terre cuite architecturale Un lot de terre cuite architecturale provenant du comblement du fossé bordier TR.3.2 a pu être prélevé lors de l’opération
RAP03141.pdf (PLELAN-LE-GRAND (35). Enceintes de Bernohen. Rapport de sondage 2014)
  • PLELAN-LE-GRAND (35). Enceintes de Bernohen. Rapport de sondage 2014
  • 35
  • FICHE SIGNALÉTIQUE IDENTITÉ DU SITE Site n° : 35 223 002 Département : Ille-et-Vilaine Commune : Pléan-le-Grand Lieu-dit : Bois de Maxent Cadastre : Informatisé. Section YV parcelles 33, 34, 35,42 Coordonnées Lambert II étendu, altitude : x = 271.680 y = 2340.380 z = 132 m NGF
  • important. Ces enceintes sont situées dans l’emprise de la seigneurie de Plélan qui appartient au début du Moyen Âge à la baronnie de Lohéac puis passe aux Montfort au XIVe siècle. Lieu de dépôt : CERAPAR (PACÉ 35) CONTENU DU DOSSIER Cartes et plans du site : 34 fig. Rapport scientifique
  • distance de la limite communale avec Maxent (fig. 1). L’ensemble des structures est inclus dans les parcelles cadastrales 33, 34, 35 et 42 de la section YV (fig. 2). Les coordonnées Lambert II étendu du centre du site sont : x = 271.680, y = 2340.380 et z = 132 m NGF. Le bois de Maxent
  • sur l’étude historique sur Plélan-le-Grand du Ve au XIIIe siècles et les transcriptions de manuscrits des AD 44 et AD 35 réalisées par Jean-Claude Meuret, Philippe Guigon et Michelle Lapeyre (jointes en annexe). Epoque préhistorique Un menhir (1) mutilé et couché est signalé sur la
  • des six qui contrôle le comté de Rennes à la fin du XIIe siècle (Amiot 2010 p. 695). Au XIIIe siècle, la seigneurie de Lohéac passe à la famille de la Roche-Bernard (le livre de l’ostz de 1294 : Morvan 2009 p. 79, Amiot 2010 p. 728) (AD 35 2 J 757). Sous le règne de Raoul VIII de
  • Plélan-le-Grand, mentionne « Y. le chasteau de Burnohel car au paravant nostre temps tout cela estoit ruiné, et ne s’en voit plus que les places » (annexe 3, transcription AD 35 1 J 912). Dans ce document, outre Burnohel, sont évoqués les châteaux du Gué et des Brieux. Ces sites sont
  • .(annexe 4 , AD 35 3 H 140). En 1677, on retrouve dans les déclarations et dénombrements du prieuré de Maxent, la mention du débournement duquel fieff commance aux fossez qui font separation d’entre les boys de haute fustaye de Redon en maxant et les bois de burnohel (annexe 5
  • , village actuel à 500 m à l’ouest du site de Bernohen. Au XVIIIe siècle, en 1742, dans un aveu de la fabrique de Maxent, il est fait mention du couchant à la lande commune et au bois de Barnoehel appartenant au seigneur de la Cheze d’Arbré (annexe 9, AD 35 3 H 140). En 1792, dans le
  • procès verbal d’enchère et adjudication du bois de Maxent, il est mentionné qu’il est du couchant au bois de Bernohel du sieur de Montigny (annexe 10, AD 35 1 Q 378). Epoque contemporaine Sur le cadastre de 1823, le bois de Bernohen appartient à Mr. de Montigny et les landes contigües
  • sont aussi indiquées (AD 35, 3 P 1993). Sur le plan cadastral de 1823 (AD 35, 3 P 5449), on voit que les limites (talus / fossé) des deux enceintes sont reprises partiellement par les limites parcellaires du bois de Bernohen. De plus, il 9 apparaît qu’un chemin venant de la
  • l’ouest du clocher, à l’extrémité des bois, une enceinte circulaire en terre que les traditions bretonnes font remonter au roi Salomon (AD 35 4 j 169). En 1929 Paul Banéat, dans son inventaire sur l’Ille-et-Vilaine, mentionne à nouveau cette enceinte : « on trouve à 3,7 km de la ville
  • trouve un enclos fossoyé ? » (Duval 1998 p. 73). Dans les années 2000, un relevé GPS sommaire des deux enceintes est réalisé par Jean Boucard et Maurice Houeix (non publié). Le site est répertorié comme enceinte sur la carte archéologique de Bretagne sous le numéro 35 223 0002
  • petites pierres de grès où repose le mur d’une hauteur de 75 à 85 cm (fig. 11 élévation E-E’ et photo 12). Le parement, non assisé, est composé d’une majorité de blocs de grès bruts de moyenne à grande importance (35 x 20 cm, 22 x 22 cm, 25x13 cm). De petits blocs assurent le blocage
  • photo 13). Le parement à la base de la fondation est composé de gros blocs de grès bruts (40 x 35 cm, 35 x 25 cm) puis audessus de blocs toujours en grès mais plus petits. Le parement est sans assise. Dans la zone F 116, le parement nord du mur a une hauteur conservée de 1,10 m avec
  • gréseux. Elle est composée de gros blocs de grès bruts (32 x 30 cm, 36 x 25 cm) qui forment un ressaut (de 8 à 12 cm de largeur) par rapport à l’élévation du mur. Les niveaux bas et hauts des fondations sont horizontaux et sa hauteur mesure 32 cm. L’élévation du mur est de 35 à 70 cm
  • de grès bruts (35 x 20 cm, 30 x 25 cm) dans sa partie basse et de plus petits au-dessus. La fondation fait un ressaut de 10 cm de largeur par rapport à l’élévation qui est composée de blocs de grès et de schiste, jusqu’à une assise de construction à environ 40 cm au-dessus
RAP03096.pdf (LAIGNELET (35). Rapport de sondage)
  • LAIGNELET (35). Rapport de sondage
  • 35
  • Rapport de fouille à LAIGNELET 35 OCTOBRE 2014  Présentation: M VALET Oncle Mme Mme Neveu GUENNE GUENNE M NOHA Marc Interprète Présentation du témoignage de Mme GUENNE 13 ans à l’époque par M VALET adjoint au Maire, en charge des recherches, à M Marc NOHA Directeur de la
RAP03021.pdf (SAINT-AUBIN-DU-PAVAIL, PIRE-SUR-SEICHE (35). Piolaine : un dépôt de billons en territoire riedones. rapport de sondage)
  • SAINT-AUBIN-DU-PAVAIL, PIRE-SUR-SEICHE (35). Piolaine : un dépôt de billons en territoire riedones. rapport de sondage
  • 35
  • Stéphane Jean Paul-André Besombes Thierry Guyard Stéphane Thierry Lorho Jean Thierry Guyard Thierry Lorho Avec la collaboration de Sondage archéologique Un dépôt de billons en territoire Riedones Arrêté de prescription SRA 2013-042 Code INSEE 35 196 Rapport d’opération Communes
  • -Aubin-du-Pavail (35) Inventaire des figures Inventaire des photos I. Données administratives, techniques et scientifiques Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des
  • ://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Rapport de sondage archéologique Saint-Aubin-du-Pavail et Piré-sur-Seiche (35) Piolaine I
  • 67737 37577 Cesson-Sévigné 1 Rapport de sondage archéologique Saint-Aubin-du-Pavail et Piré-sur-Seiche (35) Piolaine I. Données administratives, techniques et scientifiques
  • Palynologie Macrorestes An.de céramique An. de métaux Acq. des données X Numismatique Conservation X Restauration 2 Rapport de sondage archéologique Saint-Aubin-du-Pavail et Piré-sur-Seiche (35) Piolaine I. Données administratives, techniques et scientifiques
  • sondage archéologique Saint-Aubin-du-Pavail et Piré-sur-Seiche (35) Piolaine II. Résultats _________________________________________________________________________________________________________________ 1- Circonstances de la découverte M.M. Thierry Guyard et Damien Le Youdec
  • dépôt de «Piolaine», commune de Saint-Aubin-du-Pavail, sur extrait de carte IGN au 1/25 000e. © Géoportail, IGN Rapport de sondage archéologique Saint-Aubin-du-Pavail et Piré-sur-Seiche (35) Piolaine II. Résultats
  • , Delphine Barbier-Pain, Anna Baudry-Dautry [et al.] ; par BETA ANALYTIC Inc., Philippe Dufresne, Stéphanie Hurtin [et al.] - Cesson-Sévigné : Inrap GO , 2013 - 3 vol. : couv. ill. en coul. 13 Rapport de sondage archéologique Saint-Aubin-du-Pavail et Piré-sur-Seiche (35) Piolaine II
  • monétaire et de celui de « Piolaine » (cf § : Le dépôt gaulois d’Amanlis). 3 Commune de Piré-sur-Seiche « Piolaine » site n°35 220 0008. 14 Rapport de sondage archéologique Saint-Aubin-du-Pavail et Piré-sur-Seiche (35) Piolaine II. Résultats
  • -Aubin-du-Pavail et Piré-sur-Seiche (35) Piolaine II. Résultats _________________________________________________________________________________________________________________ Photo 1 : Le décapage a été réalisé par passes successives d’environ 10 cm à l’aide d’une pelle mécanique
  • -Michel) 17 Piolaine 0 80 160 240 320 400 m Figure 6 : Localisation de la fenêtre de décapage et répartition spatiale des monnaies gauloises sur fond cadastral moderne. Rapport de sondage archéologique Saint-Aubin-du-Pavail et Piré-sur-Seiche (35) Piolaine II. Résultats
  • Rapport de sondage archéologique Saint-Aubin-du-Pavail et Piré-sur-Seiche (35) Piolaine II. Résultats _________________________________________________________________________________________________________________ également des monnaies mais en moins grand nombre. Sous cette
  • monnaies par point GPS relevés et plan et coupe de la fosse primitive dans laquelle était déposé le dépôt monétaire. Clous S 1024 1025 1022 B Rapport de sondage archéologique Saint-Aubin-du-Pavail et Piré-sur-Seiche (35) Piolaine II. Résultats
  • archéologique Saint-Aubin-du-Pavail et Piré-sur-Seiche (35) Piolaine II. Résultats _________________________________________________________________________________________________________________ Cette intervention archéologique aura finalement permis de mettre au jour l’intégralité d’un
  • en 1835 d’un important trésor constitué de billons sur la commune voisine d’Amanlis (35) (cf : Le dépôt monétaire gaulois d’Amanlis). Ce dépôt monétaire probablement contemporain de celui de Piolaine a malheureusement été dispersé avant son étude complète. Seul un lot de 310
  • la découverte d’un trésor riédone et relevé topographique du site. DRAC/SRA de Bretagne 23 Rapport de sondage archéologique Saint-Aubin-du-Pavail et Piré-sur-Seiche (35) Piolaine II. Résultats
  • -Aubin-du-Pavail et Piré-sur-Seiche (35) Piolaine II. Résultats _________________________________________________________________________________________________________________ préliminaire. Il conviendra ultérieurement de reprendre le classement des exemplaires de cette série en
  • (± 0,48). 25 Rapport de sondage archéologique Saint-Aubin-du-Pavail et Piré-sur-Seiche (35) Piolaine II. Résultats _________________________________________________________________________________________________________________ D/ : Tête à droite, le nez et les lèvres sont
  • perlé devant le visage. 767 R/ : Cavalier sans bras à droite sur un cheval non androcéphale ; au-dessous, un oiseau. 26 Rapport de sondage archéologique Saint-Aubin-du-Pavail et Piré-sur-Seiche (35) Piolaine II. Résultats
  • (classe I Colbert de Beaulieu) ou LT XXIII 6794 (classe IV Colbert de Beaulieu). 27 Rapport de sondage archéologique Saint-Aubin-du-Pavail et Piré-sur-Seiche (35) Piolaine II. Résultats
RAP02805.pdf (PLESDER (35). Pilleverte II : un atelier gallo-romain de production massive de fer spécialisé. rapport de sondage)
  • PLESDER (35). Pilleverte II : un atelier gallo-romain de production massive de fer spécialisé. rapport de sondage
  • 35
  • Autorisation de sondage n° 2011/238 OPERATION DE SONDAGE PILLEVERTE II EN PLESDER (35) : UN ATELIER GALLO-ROMAIN DE PRODUCTION MASSIVE DE FER SPÉCIALISÉ R Responsable d’opération : Jean-Bernard VIVET Etude du mobilier céramique en collaboration avec Isabelle
  • BRUNIE D.R.A.C. Bretagne - Service Régional de l’Archéologie CH2ST / EA 127 - PARIS I Sorbonne Centre Régional d’Archéologie d’Alet (Ce.R.A.A.) - St Malo Autorisation de sondage n° 2011/238 OPERATION DE SONDAGE R PILLEVERTE II EN PLESDER (35) : UN ATELIER GALLO-ROMAIN DE
  • Pilleverte II se trouve sur la commune de Plesder (35), en bordure du ruisseau intermittent des Landes qui correspond pratiquement à la limite de commune avec Saint-Pierre-de-Plesguen. Il est situé à 15 km de Saint-Malo, pratiquement sur l’axe Rennes-St Malo (fig.1 et 2). L’ancienne route
  • au 5 août 2011, est une reprise des travaux de fouille du site galloromain de Pilleverte II en Plesder (35), engagés en 1999. Elle visait à explorer les éléments indispensables à la compréhension du procédé métallurgique gallo-romain et à celle des ressources humaines et
  • toute la partie ouest du terrain sondé. 2.3 Sondages S 11000 et S 12000. Le sondage S 11000 longe le bois sur une distance de 21 m. Il a été mené jusqu’à une profondeur de 35 cm sans qu’apparaisse aucune structure ni élément mobilier, ni élément pierreux. L’exploration de la partie
  • fonctionnement de l’atelier. La profondeur du trou de poteau est de 35 cm sous la couche de labour ; le diamètre de passage laissé par les tegulae est de l’ordre de 20 cm. Conclusion : Le sondage S 4000 livre des fossés, fosses et calages, qui indiquent une organisation de l’espace à des
RAP02789.pdf (LA MÉZIÈRE (35). les lignes de la gonzée. rapport de sondage)
  • LA MÉZIÈRE (35). les lignes de la gonzée. rapport de sondage
  • 35
RAP02771.pdf (OSSE (35). Le Bourg, 3 Rue de la Mairie. Une nécropole du Haut Moyen Âge. Rapport de sondage)
  • OSSE (35). Le Bourg, 3 Rue de la Mairie. Une nécropole du Haut Moyen Âge. Rapport de sondage
  • 35
  • Direction régionale des affaires culturelles de Bretagne UMR 6566 CReAAH– Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire 1 Fiche signalétique Localisation OSSE (35), 3 rue de la Mairie, salon de coiffure Codes et coordonnées INSEE : 35209 EA Patriarche : 35 209 0007
  • (Banéat 1927, p. 533 et Guillotin de Corson 1884, V, p. 383). LE BOULANGER F., avec la coll. de NICOLAS E., LABAUNE F. et PAITIER H., 2004, VISSEICHE, Le Bourg (35 359) (Ille-et-Vilaine) – DFS de prospection thématique, SRA-DRAC Bretagne, Inrap, 53 p. dactylographié. 15 ANNEXES
RAP02757.pdf (LA BOUËXIÈRE (35). la motte castrale de Chevré. rapport de sondage)
  • LA BOUËXIÈRE (35). la motte castrale de Chevré. rapport de sondage
  • 35
  • La motte castrale de Chevré Chevré Commune de La Bouëxière (Ille-et-Vilaine) Site n° 35 031 0037 Rapport de sondage archéologique André CORRE et Bernard LEPRÊTRE CERAPAR Centre de Recherches Archéologiques du Pays de Rennes Service régional de l'archéologie de Bretagne
  • - Rennes 2012 FICHE SIGNALÉTIQUE IDENTITÉ DU SITE Site n°: Département : C.ommune: Lieu-dit: Cadastre: Coordonnées Lambert l1 étendu, altitude : Propriétaire du terrain : 35 031 0037 Ille-et-Vilaine La Bouëxière Chevré Informatisé 20 Il Section F parcelle 71 x=317750 y=2361690 z
  • dépôt: CERAPAR (PACÉ 35) Cartes plans et coupes : Rapport scientifique : Photographies légendées : Planche de mobilier : CONTENU DU DOSSIER 18 fig. 26 p. 56 unités 2 fig. Sommaire p. 1 Remerciements, préambule et problématique p.2 Chapitre 1 : Contexte de l' opération 1.1 Le
  • 203. Dans ce sondage, le parement du mur intérieur de la tour apparaît clairement, venant ainsi confirmer sa forme circulaire et son emprise (photo 35). 2.5 Coupe sous l'if (fig.16, photos 38 à 40) L'amputation de la motte a permis d'observer une autre stratigraphie à l'intérieur
RAP02725.pdf (RETIERS (35). le clos Bouzard. rapport de sondage)
  • RETIERS (35). le clos Bouzard. rapport de sondage
  • 35
RAP02667.pdf (SAINT-MÉEN-LE-GRAND (35). abbatiale, chapelle sud. rapport de sondage)
  • SAINT-MÉEN-LE-GRAND (35). abbatiale, chapelle sud. rapport de sondage
  • 35
  • BAIZEAU ARCHITECTE 15, rue Hoche 35 000 RENNES Tel.: 02 99 84 07 93 Fax. : 09 55 54 01 70 contact@baizeau architecte.fr 35 290 SAINT-MEEN-LE-GRAND Abbatiale – Chapelle Sud Site N° 35 297 002 SONDAGES DU 07 MARS AU 17 MARS 2011 SERVICE REGIONAL DE L’ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE
  • Avenue Charles Foulon 35700 Rennes 35 – Saint-Méen-le-Grand Rapport des sondages archéologiques de mars 2011/ 2 SOMMAIRE FICHE SIGNALETIQUE ......................................................................................................... 4 Préambule et problématique
  • ................................................................................................................... 67 35 – Saint-Méen-le-Grand Rapport des sondages archéologiques de mars 2011/ 3 FICHE SIGNALETIQUE Identité du Site Site n° 35 297 002 Département : Ille et Vilaine Commune : Saint Méen le Grand Lieu-dit : Abbatiale Cadastre : cadastre informatisé – avril 2011 – section AE
  • STAP 35 Maitre d’ouvrage des travaux : DRAC Bretagne Surface fouillée : environ 21m² soit 1/3 de la chapelle Surface estimée du site : 62 m² (chapelle) Résultats Mots-clefs : - Chronologie : IXème siècle – XIXème siècle (vestiges médiévaux et classiques) - Nature des vestiges
  • archéologique d’Ille et Vilaine 35 – Saint-Méen-le-Grand Rapport des sondages archéologiques de mars 2011/ 4 Préambule et problématique La dépose du sol de la chapelle Sud de l’abbatiale de Saint-Méen-le-Grand par l'entreprise Joubrel, en décembre 2010, a fait apparaître l'arase d'un mur
  • Est – Ph 2 : Clocher Ouest 35 – Saint-Méen-le-Grand Rapport des sondages archéologiques de mars 2011/ 5 Données techniques de l’opération 1.1 - Financement Les présents sondages ont été financés par une subvention de la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne
  • câbles. Sondage 2 (angle Nord-ouest) Un sondage de 3mx1.55m a été implanté au Nord de la jonction du mur Est de la chapelle et du muret traversant la chapelle afin de vérifier leur chronologie relative et 35 – Saint-Méen-le-Grand Rapport des sondages archéologiques de mars 2011/ 6
  • maison culturelle Théodore Bothrel, rue du Rvd père Janvier – cf annexes – fiche Q.DE-2 35 – Saint-Méen-le-Grand Rapport des sondages archéologiques de mars 2011/ 7 Fig. 4 : Fiche IGN de la référence NGF du nivellement 35 – Saint-Méen-le-Grand Rapport des sondages archéologiques
  • toute épreuve. Merci à Valérie Le Gall, Joseph Le Gall et Marie Millet de l’INRAP pour leur aide professionnelle précieuse, et à Véronique Jouault pour son aide dans le traitement du mobilier. 35 – Saint-Méen-le-Grand Rapport des sondages archéologiques de mars 2011/ 9 2
  • localisation à l’intérieure de l’abbatiale, le site n’est que peu impacté par son contexte géographique ou géologique. Fig. 5 : Carte de la région (Source Géoportail) Fig. 6: Cadastre Napoléonien (AD35) 2 Bureau de Recherches Géologiques et Minières 35 – Saint-Méen-le-Grand Rapport
  • des sondages archéologiques de mars 2011/ 10 Fig. 7: Carte d’état major (Source Géoportail) Fig. 8: Carte IGN de la commune 1/25 000eme (Source SRA) Localisation des sites archéologiques 35 – Saint-Méen-le-Grand Rapport des sondages archéologiques de mars 2011/ 11 Fig. 9
  • : Cadastre actuel (Source cadastre.gouv) 2.2 - Le contexte archéologique et historique L’historique de la ville de Saint-Méen-le-Grand est étroitement lié à l’histoire de l’abbaye3 . 3 Sources : Rapport AFAN 1993 ; Articles de l’abbé Blot 35 – Saint-Méen-le-Grand Rapport des sondages
  • d’une confirmation de privilège donc cette première église est antérieure au IXème siècle. XIème siècle Une église est reconstruite par Alain III, Duc de Bretagne et son frère Eudes en 1008. Ils concèderont, au même moment, à la commune, une foire et un marché. 35 – Saint-Méen-le
  • août 1689 : « La plupart des fidèles sont portés à désirer être inhumés dans les églises et au lieu de contribuer à les entretenir et orner, ils les rendent non seulement malpropres, mais ils en ruinent le pavé d'une telle sorte qu'il en coûte beaucoup pour le réparer ». 35 – Saint
  • -Méen-le-Grand Rapport des sondages archéologiques de mars 2011/ 14 Fig. 11: Cycle de peintures de la chapelle (Source AVAP en cours – Photos R.PECHARD) 35 – Saint-Méen-le-Grand Rapport des sondages archéologiques de mars 2011/ 15 Fig. 12: Carte de Cassini – AD 35 XVIIIème
  • 1743 – HURTIN 1993 35 – Saint-Méen-le-Grand Rapport des sondages archéologiques de mars 2011/ 16 Fig. 13: plan de l’abbatiale (Source R.BLOT) 35 – Saint-Méen-le-Grand Rapport des sondages archéologiques de mars 2011/ 17 Fig. 14: Plan de la fouille et niveaux NGF 35 – Saint
  • fondations du banc Vue de la couche d’incendie apparue après dépose du muret de soutènement (104,95mNGF) Vues du sondage 1 dégagé au niveau des fondations du banc périmétrique. Les vestiges d’enduits sont encore en place. 35 – Saint-Méen-le-Grand Rapport des sondages archéologiques de
  • mars 2011/ 19 Vues du niveau d’incendie au droit des enduits du banc et sur les fondations de l’autel. 3.1- 2. Stratigraphie Fig. 15: Localisation du sondage 1 35 – Saint-Méen-le-Grand Rapport des sondages archéologiques de mars 2011/ 20 Fig. 16: Sondage 1 – Coupes 1 et 2 et
  • plan US Description terre limoneuse 101 et remblais 102 pierres Pierres 103 maçonnées Identification Mobilier décapage muret de fondation pour lambourdes de plancher Monnaie Louis XVI NGF analogies fondations du banc 104 Cendres linéaires couches d'incendie/plancher 35
  • un échantillon témoin pour la restauration de l’état salle capitulaire. 3.2 - Sondage 2 (angle Nord-ouest) 3.2- 1. Rapport photographique Vue de la mise en place du sondage 2 sur l’excavation Joubrel 35 – Saint-Méen-le-Grand Mise au jour de la fondation d’autel et du muret de
RAP02582.pdf (LIFFRÉ (35). l'enclos 1 du site des Sept Chemins. forêt domaniale de Liffré. rapport de sondage)
  • LIFFRÉ (35). l'enclos 1 du site des Sept Chemins. forêt domaniale de Liffré. rapport de sondage
  • 35
RAP02505.pdf (RENNES (35). église Notre-Dame en Saint-Melaine , anciens fonts baptismaux. étude du bâti et surveillance de travaux.)
  • RENNES (35). église Notre-Dame en Saint-Melaine , anciens fonts baptismaux. étude du bâti et surveillance de travaux.
  • 35
  • RENNES (35) EGLISE NOTRE-DAME en SAINT-MELAINE Anciens fonts baptismaux Novembre 2 0 0 9 R)RAR SRA 2 6 m. ms ' COURRIER arrivee Joseph MASTROLORENZO Mairie de Rennes - Service des bâtiments : 12, rue de Viarmes BP 3126 - 35031 RENNES Service Régional de l'Archéologie de
  • Bretagne : avenue Charles Foulon - 35700 RENNES - 25o5 I Photo de couverture : Galerie ouest du cloître (J.M.). i FICHE SIGNALETIQUE Site n° : 35.238.XXX Région : Bretagne Département : Ille et Vilaine (35) Commune : Rennes Adresse : Eglise Notre-Dame en Saint-Melaine, Place
  • L'OPERATION Financement : CRMH DRAC Bretagne Devis n° A 35/09/2008 Devis n° B 35/09/2008 Montant global : 11 797,50 € H.T. Maître d'ouvrage : Ville de Rennes Maître d'œuvre : P. MOTTE, architecte du patrimoine Montage et suivi de l'opération : Joseph MASTROLORENZO SRA-CRMH DRAC Bretagne
  • Saint-Melaine L'église appartient à la Ville de Rennes (Ille et Vilaine - 35). Elle se situe dans le nord-est du centre de la ville, dans le prolongement de la rue Saint-Melaine et à l'extrémité ouest du Parc Thabor (Planche 1). Même si l'édifice offre dans l'ensemble une
  • J.M. Planche 10 : Plan au sol - Phase 4 - l/100e J.M. Planche 11 : Elévation intérieure - Phase 4 - Murs ouest et nord - 1/100e J.M. J.M. = Joseph MASTROLORENZO. P.M. = Patrick MOTTE. 31 LES PLANCHES Rennes (35) Eglise Saint-Melaine Anciens fonts baptismaux Localisation
  • géographique du site Planche 1 Plan cadastral de Rennes (1/100 000e) o Extrait du cadastre (1/10 000e) 5 km Rennes(35) Eglise Saint-Melaine Anciens fonts baptismaux Plan de Masse (Aut. : P. MOTTE) i/50oe Planche 2 20 m Rennes (35) Eglise Saint-Melaine Anciens fonts baptismaux
  • nord I I Mur sud I I Epandage de calcaire Rennes (35) Eglise Saint-Melaine Anciens fonts baptismaux Plan au sol - Phase 1 î/iooe Planche 4 Rennes (35) Eglise Saint-Melaine Anciens fonts baptismaux ' " -Y Il Elévation intérieure - Phase 1 Murs ouest et nord - î/iooe
  • Planche 5 \ / Rennes (35) Eglise Saint-Melaine Anciens fonts baptismaux Phase 2 : XlVe-XVIe s. 5m I I Ressaut de fondation du pilier I I Tranchée de fondation du mur ouest f I Ressaut de fondation du mur ouest I I Sol en carreaux de terre cuite (16 cm x 30 cm) Plan au sol
  • - Phase 2 i/iooe Planche 6 Rennes (35) Eglise Saint-Melaine Anciens fonts baptismaux I Elévation intérieure - Phase 2 Murs ouest et nord - i/iooe Planche 7 O fc eí p & x -S s a fi • O S m o o ci £ £ S o q d! o Rennes (35) Eglise Saint-Melaine Anciens fonts baptismaux Plan
  • au sol - Phase 3 i/iooe Phase 3 : XVUe s. I ~~1 Tranchée de fondation du mur nord 5m Planche 8 Rennes (35) Eglise Saint-Melaine Anciens fonts baptismaux Elévation intérieure - Phase 3 Murs ouest et nord - i/iooe Planche 9 'UMMUCW Rennes (35) Eglise Saint-Melaine Anciens
  • fonts baptismaux Plan au sol - Phase 4 î/iooe Planche 10 b Rennes (35) Eglise Saint-Melaine Anciens fonts baptismaux Elévation intérieure - Phase 4 | Murs ouest et nord - î/iooe Planche 11 Q Od 0 S5 01 S S "® gs 0 D0 0 • 'uhm ¡¿.ewi s o o ci "iff" ° h "(pfln u g ;7i Q