Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
sondage [X]
Commune
PLELAN-LE-GRAND [X]
Département
35 [X]
Date (Année)

2 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00934.pdf (PLÉLAN-LE-GRAND (35). la lande de Halogros. rapport de sondage)
  • PLÉLAN-LE-GRAND (35). la lande de Halogros. rapport de sondage
  • 35
RAP03141.pdf (PLELAN-LE-GRAND (35). Enceintes de Bernohen. Rapport de sondage 2014)
  • PLELAN-LE-GRAND (35). Enceintes de Bernohen. Rapport de sondage 2014
  • 35
  • FICHE SIGNALÉTIQUE IDENTITÉ DU SITE Site n° : 35 223 002 Département : Ille-et-Vilaine Commune : Pléan-le-Grand Lieu-dit : Bois de Maxent Cadastre : Informatisé. Section YV parcelles 33, 34, 35,42 Coordonnées Lambert II étendu, altitude : x = 271.680 y = 2340.380 z = 132 m NGF
  • important. Ces enceintes sont situées dans l’emprise de la seigneurie de Plélan qui appartient au début du Moyen Âge à la baronnie de Lohéac puis passe aux Montfort au XIVe siècle. Lieu de dépôt : CERAPAR (PACÉ 35) CONTENU DU DOSSIER Cartes et plans du site : 34 fig. Rapport scientifique
  • distance de la limite communale avec Maxent (fig. 1). L’ensemble des structures est inclus dans les parcelles cadastrales 33, 34, 35 et 42 de la section YV (fig. 2). Les coordonnées Lambert II étendu du centre du site sont : x = 271.680, y = 2340.380 et z = 132 m NGF. Le bois de Maxent
  • sur l’étude historique sur Plélan-le-Grand du Ve au XIIIe siècles et les transcriptions de manuscrits des AD 44 et AD 35 réalisées par Jean-Claude Meuret, Philippe Guigon et Michelle Lapeyre (jointes en annexe). Epoque préhistorique Un menhir (1) mutilé et couché est signalé sur la
  • des six qui contrôle le comté de Rennes à la fin du XIIe siècle (Amiot 2010 p. 695). Au XIIIe siècle, la seigneurie de Lohéac passe à la famille de la Roche-Bernard (le livre de l’ostz de 1294 : Morvan 2009 p. 79, Amiot 2010 p. 728) (AD 35 2 J 757). Sous le règne de Raoul VIII de
  • Plélan-le-Grand, mentionne « Y. le chasteau de Burnohel car au paravant nostre temps tout cela estoit ruiné, et ne s’en voit plus que les places » (annexe 3, transcription AD 35 1 J 912). Dans ce document, outre Burnohel, sont évoqués les châteaux du Gué et des Brieux. Ces sites sont
  • .(annexe 4 , AD 35 3 H 140). En 1677, on retrouve dans les déclarations et dénombrements du prieuré de Maxent, la mention du débournement duquel fieff commance aux fossez qui font separation d’entre les boys de haute fustaye de Redon en maxant et les bois de burnohel (annexe 5
  • , village actuel à 500 m à l’ouest du site de Bernohen. Au XVIIIe siècle, en 1742, dans un aveu de la fabrique de Maxent, il est fait mention du couchant à la lande commune et au bois de Barnoehel appartenant au seigneur de la Cheze d’Arbré (annexe 9, AD 35 3 H 140). En 1792, dans le
  • procès verbal d’enchère et adjudication du bois de Maxent, il est mentionné qu’il est du couchant au bois de Bernohel du sieur de Montigny (annexe 10, AD 35 1 Q 378). Epoque contemporaine Sur le cadastre de 1823, le bois de Bernohen appartient à Mr. de Montigny et les landes contigües
  • sont aussi indiquées (AD 35, 3 P 1993). Sur le plan cadastral de 1823 (AD 35, 3 P 5449), on voit que les limites (talus / fossé) des deux enceintes sont reprises partiellement par les limites parcellaires du bois de Bernohen. De plus, il 9 apparaît qu’un chemin venant de la
  • l’ouest du clocher, à l’extrémité des bois, une enceinte circulaire en terre que les traditions bretonnes font remonter au roi Salomon (AD 35 4 j 169). En 1929 Paul Banéat, dans son inventaire sur l’Ille-et-Vilaine, mentionne à nouveau cette enceinte : « on trouve à 3,7 km de la ville
  • trouve un enclos fossoyé ? » (Duval 1998 p. 73). Dans les années 2000, un relevé GPS sommaire des deux enceintes est réalisé par Jean Boucard et Maurice Houeix (non publié). Le site est répertorié comme enceinte sur la carte archéologique de Bretagne sous le numéro 35 223 0002
  • petites pierres de grès où repose le mur d’une hauteur de 75 à 85 cm (fig. 11 élévation E-E’ et photo 12). Le parement, non assisé, est composé d’une majorité de blocs de grès bruts de moyenne à grande importance (35 x 20 cm, 22 x 22 cm, 25x13 cm). De petits blocs assurent le blocage
  • photo 13). Le parement à la base de la fondation est composé de gros blocs de grès bruts (40 x 35 cm, 35 x 25 cm) puis audessus de blocs toujours en grès mais plus petits. Le parement est sans assise. Dans la zone F 116, le parement nord du mur a une hauteur conservée de 1,10 m avec
  • gréseux. Elle est composée de gros blocs de grès bruts (32 x 30 cm, 36 x 25 cm) qui forment un ressaut (de 8 à 12 cm de largeur) par rapport à l’élévation du mur. Les niveaux bas et hauts des fondations sont horizontaux et sa hauteur mesure 32 cm. L’élévation du mur est de 35 à 70 cm
  • de grès bruts (35 x 20 cm, 30 x 25 cm) dans sa partie basse et de plus petits au-dessus. La fondation fait un ressaut de 10 cm de largeur par rapport à l’élévation qui est composée de blocs de grès et de schiste, jusqu’à une assise de construction à environ 40 cm au-dessus