Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

1 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02646.pdf (PLOUISY (22). Kérisac : tranche 2 avant l'implantation d'une ZAC. rapport de diagnostic)
  • PLOUISY (22). Kérisac : tranche 2 avant l'implantation d'une ZAC. rapport de diagnostic
  • 22
  • r t é à Plouisy ( C ô t e s - d ' A r m o r ) . Sous la direction de Eddie Roy avec ia collaboration d e Audrey Le Merrer Françoise Labaune-Jean Inrap G r a n d Ouest mars 2011 Sommaire. Pages Fiche signalétique. Générique de l'opération. 1 2 1 - Introduction. 2 1.1
  • de rattachement : INRAP Motifs de l'intervention : Construction d'une Zone d'Aménagement Concerté. Dates de l'intervention sur le terrain (incluant la préparation de chantier) : du 10/01/2011 jusqu'au 20/01/2010 (soit 9 jours ouvrés). Réalisation de la post-fouille : du 28/02 au
  • 04/03/2011 et du 14/03 au 28/03/2011 (soit 14 jours ouvrés). Résultats : Principaux résultats : Situé en terrain légèrement pentu et en bordure de plateau, le diagnostic a confirmé la présence de rares vestiges mobiliers protohistoriques anciens, considérés résiduels dans leur
  • susceptibles par leur surface, d'affecter des éléments du patrimoine archéologique. La campagne de diagnostic a été réalisées en deux tranches : une première en 2010 , sur une surface de 168 000 m , dirigée par Jean François Villard et une 1 Vilard (J.F.), 2010.- Plouisy (22), TAC de
  • Kerisac (tranche 1) : Les vestiges protohistoriques et antiques.Rapport Final d'Opération, SRA de Bretagne, INRAP Grand - Ouest. 1 2 seconde, sur une surface de 31 252 m , dirigée par Eddie Roy en janvier 2011 (fig.02). 2 a Vilia^Neuv Figure n°01 : Localisation de Plouisy et des
  • emprises archéologiques : tranche n°l du diagnostic (janvier 2010), tranche n° 2 du diagnostic (janvier 2011) et de la fouille de 2010. 3 Suite aux résultats obtenus lors de la première tranche du diagnostic (enclos funéraires protohistoriques), des recherches archéologiques
  • complémentaires dirigées par Serge Mentélé^ (INRAP) ont été réalisées, également en 2010 (fig.02). Fouille de 2010 Diagnostic de Janvier 2011 Diagnostic de Janvier 2010 Figure n°02 : Localisation des emprises archéologiques sur vue aérienne. La Tranche n°2 du diagnostic a été effectuée
  • , sur le terrain, du 10 au 20 janvier 2011 (incluant une journée de préparation). L'opération a nécessité pour la phase terrain, l'embauche de deux contractuels INRAP : Eddie Roy, responsable d'opérations et Audrey Le Merrer, technicienne supérieure. 2 Mentélé (S.), 2011.-Rapport
  • trouve rattaché plusieurs unités stratigraphiques (u.s.). Annexe : Tableau récapitulatif Annexe : Tableau récapitulatif 4 5 6 7 2 - Résultats. De nombreuses structures archéologiques ont été découvertes lors du diagnostic de 2011. Une grande partie d'entre elles est attribuée à
  • , d'après les résultats obtenus durant les 9 campagnes de diagnostics de 2010 et 2011 et ceux obtenus par les fouilles de 2010 que ces éléments soient résiduels. Le système fossoyé relevé lors du dernier diagnostic, étayé par la présence de quelques fragments de céramiques, semble
  • 2011 et l'étude du plan général (parcellaire loti) qui nous permettent d'attribuer l'ensemble à la période antique. La trame parcellaire de cette époque est orienté O/NO-E/SE et se développe sur toute l'emprise. Mentélé (S.).- Op. cit. La présence de ces éléments céramiques
  • de diagnostic de 2010. Les découvertes de 2011 correspondent à sa continuité vers le N/E de l'emprise des futurs travaux d'aménagement (fig.12). 12 o 1/1000e Structures gallo-romaines et leurs possibles prolongements. Probables structures gallo-romaines. Structures de
  • ...... k. - - H a b — — m S n1 92 1 1801 Parcelles concernées par le diagnostic de 2011. 19 Emprise du diagnostic d'avril 2010. Parcelles concernées par le diagnostic de 2010. 103p Structures de chronologie indéterminée et leurs possibles prolongements. Tranchées de
  • diagnostics. S Structures attribuées à l'époque gallo-romaine, leurs possibles prolongements et emplacements des talus. 0 îcôooe 50m Figure n°12 : Vestiges gallo-romains découverts lors des diagnostics de 2010 et 2011. 2.2.2 - Une construction sur tranchées de fondations empierrées
  • rc?. 22 Bien que l'ensemble des trous de poteaux forme quatre travées irrégulières, l'utilisation d'entraits entre les poteaux symétriquement opposés et la présence d'une couverture est fortement pressentie. L'utilisation d'une toiture semble étayé par d'un trou de poteau
  • trous de poteaux et une tranchée palissadée ont été relevées au niveau de la tranchée de diagnostic n°3 (fig.21 et 22). L'étude du plan et les différentes textures relevées dans le comblement de ces structures nous permettent de les attribuer à deux constructions distinctes : C et D
  • composée de 7 trous de poteaux : 11 à 10 (fig.22). Cette construction présente un plan rectangulaire et chevauche apparemment et en partie, la construction C, sur son côté nord. Le bâtiment peut se développer hors emprise de tranchée, vers le nord et le sud. Dans le cas où les éléments
  • comblement plus foncé, des éléments formant la construction C. Les trous de poteau 7 et 8, ce dernier étant légèrement plus profond, semblent diviser la bâtisse en deux travées régulières. Figure n°22 : Restitution hypothétique des plans des constructions C et D, relevées au niveau de la
  • opération a été effectuée en plusieurs tranches : tranche n°l en Avril 2010^8, fouilles complémentaires sur une partie des découvertes de la tranche n°l, également effectuées en 2010 , et dernière tranche n°2 en janvier 2011. Cette dernière tranche du diagnostic a permis de mettre au
  • jour de nombreux vestiges archéologiques immobiliers sur quasiment les 3 hectares de l'emprise. 19 1 8 1 9 Villard (J.F.), 2010.- Op. cit. Mentélé (S.), 2011 .-Op. cit. 40 Les éléments les plus anciens, sont d'ordre mobilier, et remontent à la protohistoire ancienne. Ils