Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3930 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01289.pdf (DAOULAS (29). l'abbaye. rapport de synthèse de fouille programmée 1993-1994)
  • DAOULAS (29). l'abbaye. rapport de synthèse de fouille programmée 1993-1994
  • . Selon des actes de 1393 , le Saint Siège accorda des indulgences pour l'église de Daoulas: "en partie détruite par les ennemis de la France". Il faut noter que les anglais sont encore à Brest jusqu'en 1397 et que le duché de Bretagne se tourne davantage vers la France à partir de
  • LES FOUILLES DE L ABBAYE DE DAOULAS f (29043001) (FINISTERE) DFS DE FOUILLE PROGRAMME par Michel BAILLIEU A.F.A.N. RENNES: SRA Bretagne 1995 r liîSJ SOMMAIRE Avant propos p Introduction p Chapitre 1. Chapitre 2. Chapitre 3. Les origines de la fondation romane fin
  • Xlle f Le monastère médiéval Xin-XIVe F La guerre de Cent Ans et les premiers remaniements fin XlVe - fin XVe f Au temps de la commende:réorganisation de l'espace Milieu XVIe-XVUe [ Du temps des Jésuites jusqu'aux dernières transformations XVIIIe - XIXe \ Chapitre 6
  • . Synthèse de l'histoire du site p Annexe 1 Tableau synchronique de l'histoire du site Annexe 2 Etude documentaire A. Léon Chapitre 4. Chapitre 5. AVANT-PROPOS Les résultats des sondages préliminaires effectués en 1990 ont entraîné la fouille programmée de l'Abbaye Notre Dame de
  • Daoulas entre le mois de Juillet 1991 et le mois d'août 1994. Quatre campagnes ont été nécessaires pour l'élaboration de cette étude, dont le financement a été pris en charge par le Conseil Général du Finistère, maître d'ouvrage, avec une participation de l'Etat. Le centre culturel
  • "Abbaye de Daoulas" (1991-1992), puis l'association pour les fouilles archéologiques nationales ont successivement assuré la gestion et le suivi de l'opération. Les travaux de fouilles ont été effectués par de nombreux fouilleurs bénévoles. L'encadrement, la réalisation des documents
  • graphiques ainsi que la gestion du mobilier ont été confiés le plus souvent à des étudiants stagiaires en histoire ou en archéologie sous la responsabilité de M.Prigent et D. Thiron. Des raisons matérielles et financières liées au montage des fouilles programmées m'ont conduit à mener le
  • plus souvent seul le traitement des données archéologiques ainsi que les différentes études annexes. Cependant, une étude d'archives complémentaire a été menée par Mlle A. Léon dans le cadre de la réalisation du document final de synthèse. Je tiens à remercier l'ensemble des
  • personnes qui ont contribué à cette étude et plus particulièrement A. Bardel, ingénieur à l'université de Rennes 2, responsable du programme de recherches sur les établissements monastiques en Bretagne qui nous a accueilli dans le laboratoire de l'U.R.2 où elle nous a fait bénéficier du
  • d'ensemble de l'Abbaye. INTRODUCTION Le village actuel se situe en fond de vallée de la rade de Brest, à l'emplacement même de l'estuaire de la rivière de Daoulas. Dominant le versant le plus élevé, c'est là que s'est installée l'Abbaye Augustinienne de Daoulas dont la fondation vers
  • déterminant de l'existence, vers le milieu du XÏÏIe siècle au moins, du bourg de Daoulas. Suite aux demandes répétées et motivées du Conseil Général du Finistère, propriétaire des lieux depuis 1984, des sondages archéologiques furent entrepris au mois de Juillet 1990. Les informations
  • glanées lors de cette première campagne de fouille ainsi que l'observation de quelques documents et plans anciens (Besnard 1771, Bigot 1875 et Chaussepied 1880) ont guidé nos recherches. Elles ont également permis d'identifier avec précision les phases d'occupation tardives (phases 5
  • et 6) ce qui n'était pas rendu possible par la seule lecture de la stratigraphie. En revanche les données concernant l'implantation de l'Abbaye romane et l'existence présumée d'un établissement antérieur étaient extrêmement rares et inconsistantes. En l'absence de plans et autres
  • documents anciens originaux, on doit se contenter d'un cartulaire du début du XIXe siècle (Archives départementales du Finistère, 1H79) dont le premier titre certain est une copie de la confirmation faite en 1186 par Hervé, vicomte de Léon, de la donation primitive faite à l'abbaye par
  • ses parents Guyomarch et Nobile et qui permettrait de replacer la fondation romane aux alentours de 1173. Il en va de même, pour toute la période médiévale et il faut attendre le XVIIe et le XVIIIe siècle pour disposer de plusieurs monographies retraçant l'histoire de l'abbaye
  • (Pinson 1696, Levot 1875, Peyron 1897). Néanmoins, comme on le verra tout au long de cette étude, l'historiographie du site souffre de nombreuses incohérences que l'on peut expliquer en partie par la personnalité et le statut de ses auteurs (cf. annexe 2, p. 2-4). Les difficultés
  • d'interprétation d'une telle documentation expliquent que l'on ait pu émettre diverses hypothèses sur les premières origines de l'Abbaye, à partir notamment de la vie légendée de Saint Jaoua (Legrand, p. 52-58). 2. Plan général (Besnard, ingénieur de l'Abbaye, dressé en des ponts et
  • chaussés 1771 à Landerneauj 1X5 * Au moment de débuter l'opération, nous ne disposions d'aucune information sur l'état de conservation des bâtiments conventuels qu'il était d'ailleurs difficile de situer. Le seul plan faisant référence aux "communs" était un levé de l'Abbaye
  • (Besnard 1771,fig. 2, p. 5), donnant l'inventaire sommaire des bâtiments existants en cette fin de XVIIIe siècle. Il convient de préciser également le caractère non conventionnel des fondations Augustiniennes en matière d'architecture, contrairement aux ordres Bénédictins ou Cisterciens
  • dont les schémas de construction demeurent assez figés, pouvant ainsi servir de référence. Par conséquent, une opération de fouille programmée a été mise en place afin de répondre aux nombreuses interrogations à propos de la nature, de l'organisation et surtout de la chronologie
RAP02227.pdf (LA ROCHE-MAURICE (29). château de roc'h morvan. rapport de fp1)
  • LA ROCHE-MAURICE (29). château de roc'h morvan. rapport de fp1
  • système défensif des portes de la Roche-Maurice et les stagiaires pour leur aide sur le terrain. TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS RESUME INTRODUCTION 1 3 5 FICHE SIGNALETIQUE 7 GENERIQUE DE L'OPERATION 8 I - LES OBJECTIFS D E L A C A M P A G N E D E F O U I L L E 2006 9 I I
  • - LES PRINCIPES M E T H O D O L O G I Q U E S 9 2.1 - La méthodologie d'intervention 2.1.1 - Le cadre d'intervention 2.1.2- L'enregistrement des données de fouille 2.1.3 - Le relevé de terrain et la mise au net des illustrations en post-fouille 2.1.4 - Le relevé topographique 9 9
  • 11 11 11 2.2 - Les méthodes de datation 2.2.1 - La chronologie relative 2.2.2 - La datation absolue 11 11 11 I I I - LES RESULTATS 12 3.1 - Le contexte topographique et archéologique 3.2 - La stratigraphie 3.2.1 - La rampe d'escalier du couloir A 3.2.2-Les sols 3.2.3 - Le
  • rocher. 3.3 - Le bâti 3.3.1 - Le donjon (M9) 3.3.2-Le couloir A (M 10, Mil) 12 13 13 14 17 12 12 15 3.4 - Les portes et leurs systèmes de fermeture 3.4.1 - La porte PI 3.4.2-LaporteP2 3.4.3 - Les barres Bl et B2 3.4.4- La porte P3 3.4.5- LaporteP4 3.4.6- LaporteP5 3.4.7 -Laporte P6
  • définitive de la tour et le remblaiement des vestiges de la porterie (fig.01). La phase I pourrait identifier une tour primitive sous les fondations du donjon, au sud-est (M9). La phase I I est liée à la reconstruction de la tour avec une première entrée fortifiée, au sud-ouest (P4, B3
  • ). La phase III identifie une deuxième campagne de travaux après démolition (M10 et M i l ) . Elle correspond à la construction de la porterie visible en arrachement. La rampe d'escalier orientée vers le bourg (A) était fermée par deux lignes de poutres ( B l et B2) et par une seule
  • porte close placée devant le donjon (P3). Deux longues barres de bois étaient disposées en travers du couloir, avant d'être bloquées depuis les couloirs B et C par un système rudimentaire mais néanmoins rapide et efficace. La rampe orientée vers le front ouest (B) était fermée par
  • une seule porte close (P5), barrée de l'extérieur par une poutre horizontale dont le verrouillage était commandé depuis l'intérieur de la porte. La rampe orientée vers la salle (C), était fermée quant à elle par la porte principale d'accès au logis seigneurial (P6). Le battant en
  • bois était protégé des coups de bélier ou d'un incendie volontaire par trois barres horizontales encastrées dans le mur, à 1,30 m du vantail. Les poutres extérieures étaient bloquées de l'intérieur par un système équivalent à la porte P5. L'ensemble formait ainsi une succession de
  • blindage qui devait considérablement freiner l'assaut en cas de siège. Les phases I V et V correspondent quant à elles, à des travaux de rénovations de la porterie entre le XlVe et le XVIe siècle ( M 12 et M13). C1.01 - Vue générale du front sud du donjon avant fouille en septembre
  • de la résidence fortifiée du château de la Roche-Maurice (29) (fig.02), réalisée entre 2002 et 2005, une étude complémentaire a été entreprise sur l'entrée fortifiée du logis seigneurial, du 18 avril au 5 mai 2006. L'opération a consisté à déblayer partiellement sur 60 m , le cône
  • d'éboulis tombé au sud de la tour sur l'emprise supposée des vestiges d'une porterie médiévale. L'objectif était notamment d'identifier un accès vers le sous-sol du donjon, aujourd'hui remblayé, à l'emplacement d'une cavité qui pouvait être interprétée avant fouille comme un linteau
  • . Ce rapport présente, après avoir rappelé les objectifs, le cadre et les principes méthodologiques, les résultats de l'intervention de 2006. Fig.02 : Localisation du château de la Roche-Maurice sur la carte topographique au 1/25000° (fond de plan I G N , carte 1/25000
  • BAYEUX 37, rue du Bignon, CS 67737, 35 577 CESSON-SEVIGNE tél. : 02.23.36.00.40 - Fax : 02.23.36.00.50 COMMUNE DE LA ROCHE-MAURICE M. le Maire Jean-François JAOUANET M. le président de l'association "Château et patrimoine Rochois", Roger BRAZ 29 800 LA ROCHE-MAURICE tel
  • U I L L E 2006 Une rampe d'escalier inscrite dans un long couloir et une cavité béante ouverte dans l'angle sud-ouest du donjon, permettaient d'envisager la présence, sous les remblais, d'une porte d'accès ouverte en direction du sous-sol de la tour (cl.03). L'objectif de cette
  • campagne était donc de vérifier par sondage l'existence de cette porte, en vue d'une éventuelle fouille du donjon. Le deuxième objectif de l'opération était d'achever l'exploration de la fosse située au sud-ouest du logis seigneurial, et plus largement, la fouille du logis situé au nord
  • du donjon. Les résultats de la fouille de la fosse ont été joints au rapport final d'opération 2002-2005 (Martineau, 2007). Cl.03 - Vue de l'arrachement sud-ouest avant fouille, à l'emplacement supposé d'une porte comblée II - L E S PRINCIPES M E T H O D O L O G I Q U E S 2.1
  • - L a méthodologie d'intervention 2.1.1 - Le cadre d'intervention L'intervention s'est déroulée en deux phases. La première phase a consisté à enlever du 18 avril au 5 mai 2006 les gravats stériles avec une mini-pelle munie d'un godet de curage, sur une surface de 16 m implantée
  • face à l'angle sud-ouest de la tour (fig.03). Les remblais ont pu ainsi être évacués mécaniquement sur des bandes roulantes puis par une goulotte, jusqu'au pied du château. Les niveaux de remblais situés sur l'emmarchement ont été fouillés et nettoyés manuellement, afin de ne pas
  • toucher les structures M10 et M i l avec la mini-pelle. Un sondage manuel de 2 m a été par ailleurs réalisé devant l'escalier jusqu'au premier sol de terre battue, identifié face à l'entrée de l'escalier. Un sol aménagé apparaît à la cote d'altitude de 62,62 m NGF, à la même altitude
RAP02597.pdf (ELVEN (56). un possible sanctuaire gallo-romain découvert lors du diagnostic effectué au niveau de la ZAC le Gohélis. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • ELVEN (56). un possible sanctuaire gallo-romain découvert lors du diagnostic effectué au niveau de la ZAC le Gohélis. rapport de diagnostic
  • ROY Eddie
RAP01820.pdf (LANDELEAU (29). le Moulin Neuf. rapport de sondage)
  • LANDELEAU (29). le Moulin Neuf. rapport de sondage
  • -Saint-Laurent, de Notre-Dame de Bon secours, de SaintLanguis, l'église tréviale de Kergloff, et par la chapelle Saint-Roch, sise en ClédenPoher, face au Moulin du Roy. Une partie de ce grand axe peut être empruntée sur le trajet Landeleau-Carhaix, passant par la chapelle Saint-Roch
  • lieu d'inhumation habituel était l'église ou le cimetière paroissial. Cependant, pour Hincmar de Reims au IXe s, toute chapelle en milieu rural devait avoir « un atrium où les pauvres* qui ne peuvent pas porter leurs morts plus loin, pourront les ensevelir »9. De par sa position
  • supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, Tours 1996, p. 59. 8 9 15 A) Description stratiaraphigue Cf. coupe stratigraphique et plan du sondage, p 16. Pour une plus grande facilité de description, le sondage a été divisé dans sa longueur en quatre zones distinctes
  • Circonstance de l'intervention P- 6 Localisation et contexte historique P- 6 Modalités de la fouille P- 70 Le sondage P- 70 > Description stratigraphique P- 15 > Interprétation P- 17 Conclusion P- 21 • TABLE DES ILLUSTRATIONS - Extrait de la carte IGN et tracé de la troménie
  • et coupe stratigraphique P- 16 Planches photos P- 23 LOCALISA HON DE L'OPERA TION Site n° : 29.102.011 Département : FINISTERE Commune : Landeleau Lieu-dit ou adresse : Le Moulin neuf Année cadastre : 1955 Section (s) et parcelle (s) : D3, 618. x = 151.25 y = 2 379,06
  • du dépôt du mobilier : Dépôt de Fouilles - Le Faou des fonds documentaires : SDA - Le Faou. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES DU DFS Année : 2002 Auteur : (Nom et Prénom) : PERENNEC Ronan Titre : La chapelle Saint-Roch en Landeleau (Finistère) Sous-titre : DFS de sondage. Nombre de
  • du patrimoine, a aussitôt alerté le Service Départemental d'Archéologie du Finistère, et le Service Régional de l'Archéologie. Le propriétaire du site, M. Raymond Carer, envisageait en effet la construction d'un garage, et surtout un aménagement paysager qui aurait entraîné
  • l'arasement du placître de la chapelle, seul vestige visible de celle-ci. Contacté par le Conservateur Régional de l'Archéologie, M. Carer a accepté de différer les travaux en attendant que l'on puisse bénéficier de plus amples informations sur le site, avant d'en envisager les modalités
  • de protection. Une étude documentaire réalisée par M. Joël Hascoët en janvier 20021, n'a pas permis d'estimer l'ancienneté de l'édifice : les mentions faisant état de la chapelle ne sont pas relevées avant la fin du XIXe s, début du XXe s. Il a donc été décidé, fin mai 2002, de
  • la parcelle 618, section D3 du cadastre de 1955 (Cf. plan p 5). Les coordonnées Lambert sont : x = 151, 25 ; y = 2 379,06. L'altitude est d'environ 80 m. La chapelle de Saint-Roch était située à proximité immédiate de l'Aulne, qui délimite les communes de Landeleau et ClédenPoher
  • le cas pour la chapelle du manoir de Pratulo (accès Landeleau-Spézet), la chapelle Saint-Roch (Landeleau- Kergloff-Carhaix, Landeleau-Cléden-Poher), celle du Penity-SaintLaurent2 (Collorec-Carhaix), et celle de Saint-Nicodème (Plouyé-Carhaix). 1 Joël Hascoët « La chapelle Saint
  • -Roch sise à Moulin neuf - Landeleau » document dactylographié, 22 janvier 2002. Le passage de Pénity-Saint-Laurent, seul pont existant, devait être pour cette raison assez important (l'un des axes Landeleau-Carhaix par exemple), et susceptible de drainer un nombre plus important
  • de voyageurs ou de marchandises. 2 Vers Plouyé iSt Salomon >t Nicolas. ieritë"' C 'ARHAX I PO I UGUER Collorec' Bonne'Hov 'Botivik fcleäeniPoher Chapelles et réseau routier : quelques éléments Fond de carte IGN De même les anciennes routes importantes, parfois
  • distinctes de nos routes modernes plus rapides, apparaissent-elles par le biais des chapelles qui les parsèment. L'axe Plouyé-Carhaix longe ainsi les chapelles de Saint-Salomon, de Saint-Nicodème et de Saint-Nicolas. L'itinéraire Collorec-Carhaix passe quant à lui par celles du Penity
  • le paysage : lieux de prières et de pardons, elles étaient aussi des centres de perception d'offrandes et de redevances... Dans ce contexte le cas de Saint-Roch est intéressant, et ce d'autant plus que cette petite église constituait la quatrième station de la troménie de
  • Landeleau3. Sans entrer dans le détail de ce que sont les troménies, il suffira de rappeler l'origine pré-chrétienne de ces rituels circumambulatoires4 pour présumer de l'ancienneté d'un culte à Saint-Roch. Malheureusement la documentation subsistante ne permet pas de remonter l'histoire
  • de la chapelle au-delà des années 1858-1859, époque où l'édifice menaçant ruine est réparé. En 1937-38, les statues sont transportées au Pénity-Saint-Laurent. En novembre 1938, suite à une demande du maire de Landeleau, le préfet autorise la vente de la chapelle ruinée et le
  • terrain attenant, décision entérinée par le conseil municipal en mars 19395. Il faut dire qu'elle avait déjà disparu depuis plus d'une dizaine d'années en 1938 pour Joël Hascoët, qu'elle était « désaffectée en 1926 pour Couffon et Le Bars »6. La chapelle va ensuite servir de carrière
  • de pierre, fournissant le matériau nécessaire à la construction d'une maison particulière et à la réfection de routes. Avant notre intervention il ne subsistait donc aucune substruction visible de l'édifice, le terrain ayant de surcroît été nivelé. En revanche, le placître de la
  • chapelle restait bien visible sur trois côtés, délimité par un talus parementé ou une murette de pierres soutenant les remblais constitutifs d'une terrasse artificielle. Voir le tracé de celle-ci p 4. Voir à ce sujet les différents travaux de Donatien Laurent, CRBC, UBO Brest, en
RAP02049.pdf (LA ROCHE-MAURICE (29). château de Roc'h Morvan. rapport intermédiaire 2004 de fp3 (2002-2004))
  • LA ROCHE-MAURICE (29). château de Roc'h Morvan. rapport intermédiaire 2004 de fp3 (2002-2004)
  • scientifique sur la fortification médiévale dans l'Ouest de la France dans les années à venir. 15 2.1.3 Loire Les résultats en Bretagne et Pays-de-la- Les châteaux du Guildo (22), de la RocheMaurice (29), de Guingamp (22) et de Châteaubriant (44) restent donc les seuls édifices à faire
  • France. Des éléments de datation complémentaires, tels que les monnaies ou les C14 pratiqués sur les charbons de bois, seront donc les principaux outils de datation de notre céramique. Les éléments 3 4 d'architecture et le programme résidentiel et défensif peuvent également
  • H É Û L O G Ï Q U - E S FINISTERE litien • Egsllr • Fra REPUB1 [ Q U t FRANC P R - É V E N T I V E S Mars 2005 Perm ar-Bed SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE, avenue Charles Foulon, 35700 RENNES INTRODUCTION 2 1 - C O N T E X T E D E L'INTERVENTION 6 1.1
  • - Le cadre géographique 6 : la vallée de VElorn 2 - PROBLEMATIQUE D E L A R E C H E R C H E 6 2.1 - La recherche sur l'architecture 6 fortifiée en Bretagne : état de la question 2.1.1 - L a recherche universitaire 2.1.2- Larecherche institutionnelle 2.1.3- Les résultats 6 6
  • 7 3 - METHODOLOGIE 9 3.1 — Fouiller un site fortifié de hauteur 3.2 -L'enlèvement 9 des stériles 2 3.3 -La fouille des remblais de démolition 9 3.4- L'enregistrement des données de fouille 10 3.5- Le relevé archéologique 10 3.6- Le relevé topoeraphique 10 3.8-Les
  • 10 éléments de datation 4 - L E S RESULTATS D E L'ANNEE 2004 12 4.1 - la tour Nord Il 4.1.1- Présentation générale 4.1.2- Lafouille 4.3 - Le logis seigneurial : la salle nord 4.3.1 - L a dernière occupation : un « squatte », un cantonnement ou une prison 4.3.2 - Le logis du
  • sol d'occupation 1180 4.3.9 - Les arases 1181, 1068, 1182, 1213 4.3.10 - Le sol ancien et les impacts de foyers sur le rocher 12 12 14 14 14 16 18 18 19 19 19 19 21 5 - CONCLUSIONS E T P E R S P E C T I V E S D E R E C H E R C H E POUR L'ANNEE 2005 22 6-DOCUMENTATION 22 6.1
  • - Sources 6.2 -Recueils de sources 6.3 - Bibliographie 6.4 - Catalogue d'exposition , 22 22 21 24 INTRODUCTION Ce rapport intermédiaire se décompose en deux volumes. Le premier volume présente les résultats de la fouille menée au château de la Roche-Maurice par Jocelyn Martineau du
  • 30 août au 1 octobre 2004. La deuxième volume présente quant à lui les résultats de la recherche documentaire réalisée par Patrick Kemevez en 2004. Son objectif était de répertorier les sources d'archives concernant l'histoire du château de la Roche-Maurice et de recenser les
  • textes dans un catalogue d'actes les sources susceptibles d'éclairer l'histoire du site. I l s'agit également de replacer le château dans un contexte plus large en évoquant les châteaux du Léon et enfin d'approfondir l'étude historique du château, essentiellement lors des XIV , X V X
  • 76 20 20 - Fax : 02 98 76 20 16 I.N.R.A.P. - Inter-Région Grand Ouest Gilbert A G U E S S E Michel BAYEUX 37, rue du Bignon, C S 67737, 35 577 C E S S O N - S E V I G N E tél. : 02.23.36.00.40 - Fax : 02.23.36.00.50 COMMUNE DE LA ROCHE-MAURICE M. le Maire Jean-François JAOUANET
  • M. le président de l'association "Château et patrimoine Rochois", Roger BRAZ 29 800 LA ROCHE-MAURICE tel : 02.98.20.43.57 - Fax : 02.98.20.43.55 Equipe archéologique Responsable, Photos, PAO : Jocelyn MARTIN EAU, INRAP Dessin archéologique / DAO : Fabien SANZ-PASCUAL, INRAP
  • Topographie - Photoplan - 3D Frédéric BOUMIER, INRAP Archivage : Sylvie LERAY, INRAP Cartographie : Thierry Lorho, S R A Bretagne Stagiaires Equipe d'étudiants en Histoire, Histoire de l'Art et Archéologie, Régis Legall Olivier Roy Muriel Mélin Amélie Gomez Lydie Gargowitch Camille
  • 1 - CONTEXTE DE L'INTERVENTION porte sur l'architecture résidentielle des seigneurs de Rieux au XVe siècle . La seconde porte sur la relation entre l'artillerie et l'architecture fortifiée dans le duché de Bretagne au XVe siècle . La Bretagne aura à ce sujet une place
  • et les fortifications du Léon avant 1350 . Ce travail de recherche a pour origine une maîtrise d'Histoire sur le château de la Roche-Maurice , qui a débouché sur un inventaire exhaustif des fortifications du Finistère en 1994 , inventaire publié en 1997 . Dans ce cas précis et
  • unique, la maîtrise a aboutit 13 ans plus tard à la fouille exhaustive d'un fortifié. Patrick Kemevez a donc été en toute logique associé à notre programme de recherche depuis 2003. Le travail de maîtrise mené sur le château de Clisson en 1995 pourrait être comparable , mais les
  • interventions archéologiques successives se limitent pour le moment à des sondages ou des études de bâti ponctuelles . La maîtrise d'Histoire de l'Art et d'archéologie sur Tonquédéc et le D.E.A. qui a suivi sur Suscinio ont à l'inverse peu de chances d'aboutir à un chantier de fouille
  • exhaustif . L'équipe de castellologie de l ' U M R 6569 de l'Université de Poitiers reste à ce jour la seule structure universitaire à jouer le rôle de relais scientifique entre les archéologues bretons et la recherche plus générale sur la fortification médiévale occidentale. 3 1.1 - Le
  • cadre géographique : la vallée de l'Elom 4 La commune de la Roche-Maurice est située dans le nord du Finistère, dans le canton de Ploudiry (pref. Quimper, sous-pref. Brest, arr. Brest). Deux plateaux peu élevés, découpés par de profondes rias, dessinent ici le cadre géographique du
  • Léon. Baigné par l'Océan à l'ouest, la Manche au nord, le territoire est fermé par les Monts d'Arrée au sud-est. L'Elom y prend sa source à 300 m d'altitude, avant d'être guidée par un talweg jusqu'à Landerneau, où la rivière rejoint l'activité maritime du fond de l'estuaire de
RAP03111.pdf (ERGUE-GABERIC (29). Park al Lann tranche2 : un important site de l'âge du Bronze découvert. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • ERGUE-GABERIC (29). Park al Lann tranche2 : un important site de l'âge du Bronze découvert. Rapport de diagnostic
  • ROY Eddie
  • Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Finistère, Ergué Gabéric, Park Al Lann, tranche n° 2 Un important site de l’âge du Bronze découvert à Ergué Gabéric dans le Finistère sous la direction de Eddy Roy Inrap Grand Ouest févier 2015 Diagnostic archéologique
  • de l’opération Michel Baillieu, Inrap Adjoint scientifique et technique Mise en place et suivi de l’opération Eddie Roy, inrap Assistant d’études et d’opération Responsable scientifique Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre
  • Quimper Communauté Équipe de fouille Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Eddie Roy, Inrap Assistant d’études Responsable Scientifique Service topographique de l’Inrap Chargées d’études Relevés et plans Julie
  • Cosseron, Inrap Technicien supérieur Travaux de terrain, de relevés et d’enregistrements Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Eddie Roy, inrap Assistant d’études Coordination scientifique, infographie, texte
  • financée en partie par Quimper Communauté a nécessité pour la phase terrain, l'embauche de deux contractuels INRAP : Eddie Roy, assistant d’études, responsable d’opérations et Julie Cosseron technicienne supérieure. Les terrassements ont été effectués à l’aide d’une pelleteuse à
  • chenilles. Le maillage systématique et régulier des tranchées a mis en évidence des vestiges archéologiques protohistoriques anciens et gallo-romains. La rédaction, les dessins assistés par ordinateur (D.A.O) et la mise en forme du rapport ont été effectués par Eddie Roy et l’étude du
  • profondeur maximale de 0,39 m et présentent une ouverture comprise entre 0,48 m et 0,90 m. Leur comblement est similaire. Les portions de fossés extérieurs (structures 48 et 64, fig.10) sont plus profondes et en partie stratifiées, signifiant une certaine pérennité de l’ensemble. 7 Roy
  • SRA Bretagne, p.23 (fig.15). 9 Roy (E.) et Miler (P.), 2011.- Découverte d’une zone d’habitat datée entre la fin de l’âge du Bronze et le premier âge du Fer, à Theix dans le Morbihan.- RFO, Inrap et SRA Bretagne, p.25. 41 Ergué Gabéric (29), « Park Al Lann
  • , (Ille-et-Vilaine).- Rapport de fouilles, Inrap GO. 18 Roy (E.), 2011.- Découverte d'une zone d'habitat datée entre le fin de l'âge du Bronze et le premier âge du Fer à Theix dans le Morbihan .- Rapport de diagnostic, Inrap GO, 2011. 67 Ergué Gabéric (29), « Park Al Lann
  • communiqué Rapport Final d’opération Non Nr site Code INSEE tère) Finistère, (UJXp *DEpULF C de Kerlic Tranche n°2».Park Al Lann Wranche Qƒ 2 so Julie Cosseron S.R.A : 2014/180 prescription SRA Eddie Roy avec la collaboration de Code Inrap D105993 Système d’information
  • , techniques et scientifiques 5 Fiche signalétique. 6 Mots-clefs des thesaurus. 7 Intervenant. 8 Arrêté de prescription contenant le cahier des charges. 9 Localisation de l’opération 18 Résultats 19 1 – Introduction. 21 1.1 - Cadre géographique et géologique (superficiel
  • ). 22 1.2 – Méthodologie. 23 2 – Les vestiges archéologiques. 26 2.1 – Les vestiges protohistoriques : entre l’âge du Bronze ancien et le premier âge du Fer. 2.1.1 – Un vaste système taluté comportant une zone d’habitat. 28 31 2.1.2 – Les ensembles de trous de poteaux
  • » ______________________________________________ Février 2015 Ensemble n°12. 55 Ensemble n°14. 57 La fosse 80. 62 La fosse 86. 63 2.1.3 – Etude de la céramique. 65 Méthodes de travail. 65 Catalogue par contexte de découverte. 65 Informations du mobilier. 69 2.1.4 –L’outillage macrolithique. 69 2.2 – Les vestiges
  • dont la chronologie ne peut être établie dans le simple cadre du diagnostic. 2.2.1 - Les ensembles de trous de poteaux. 75 76 Ensemble n°4. 76 Ensemble n°8. 79 Ensemble n°9. 79 Ensemble n°13. 79 Ensemble n°15. 81 Ensemble n°16. 82 2.2.2 – Les fossés de parcellaires
  • anciens dont la chronologie ne peut être établie. 82 2.3 - Une série de fosses d’extraction d’argile attribuée entre la fin du XVIIe et le XVIIIe siècles. 85 2.4- Recherches documentaires sur la possible présence de potiers au lieu-dit « Park Al Lann » à Ergué Gabéric. 85 2.4.1
  • - Toponymie. 85 2.4.2 – Les potiers d’Ergué Gabéric. 87 3 Ergué Gabéric (29), « Park Al Lann » ______________________________________________ Février 2015 2.4.3 - Des terres louées pour en extraire de l’argile. 87 2.4.4 - Les lieux d'extraction de l'argile. 88 2.4.5 - Un terrain
  • argileux et inondable. 89 2.5 - Etude des céramiques Modernes. 89 2.5.1 - Présentation générale. 89 2.5.2 - Les céramiques. 91 2.5.3 - Conclusion. 92 2.6 – Les éléments cadastraux du XIXe siècle. 94 3 - Conclusion et notice synthétique. 101 Bibliographie. 105 Liste des
  • Localisation Statut du terrain au regard des Organisme de rattachement Région législations sur le patrimoine et Inrap Grand Ouest Bretagne l’environnement 37 rue du Bignon Non communiqué CS 67737 Département 37577 Cesson-Sévigné Finistère (29) Propriétaire du terrain Commune
  • Quimper Communauté Ergué Gabéric Hotel de Ville agglomération Adresse ou lieu-dit Park Al Lann PP.1759 29107 Quimper Dates d’intervention sur le terrain Préparation Le 30/01/2015 Fouille Du 02/02/2015 au 24/03/2015 Codes Références de l’opération Code INSEE Numéro de l’arrêté
  • -Sévigné Numéro de l’arrêté de désignation N°2013/288 Lieu de dépôt de mobilier : Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence x : 117.8000 y : 7225.100 __________________________ Maître d’ouvrage des travaux INRAP, Cesson-Sévigné
RAP01483.pdf (CRÉHEN (22). le château du Guildo. rapport final de fouille programmée 1995-1997)
  • CRÉHEN (22). le château du Guildo. rapport final de fouille programmée 1995-1997
  • rois de France et d'Angleterre17. Il est présent à Tours en 1392 aux côtés du duc lors d'une rencontre avec les représentants du roi de France18 et il est à nouveau nommé en 1394 procureur général avec les pleins pouvoirs pour représenter Jean IV auprès du duc de Bourgogne, nommé
  • adverse 3S". Il est en fait peu probable que Jacques de Matignon ait offert son château à la Ligue. Nommé par Henri III maréchal de France, il n'est certes pas pro-huguenots et combat ceux-ci en 1579. Il reste cependant fidèle au roi en tenant Bordeaux jusqu'après le décès d'Henri III
  • francs a été alloué par le Conseil Général pour l'étude archéologique du château. Cette somme, dont la gestion a été confiée à l'A.F.A.N. devait permettre de financer trois mois de fouille par an et cinq mois d'études post-fouille pour un archéologue. A ces cinq mois s'ajoutaient
  • le 1er janvier 1997. Cette décision administrative a eu une conséquence particulièrement lourde sur le programme de recherche présenté ici puisque le budget de l'opération 1997 a été amputé de 20,6 % de son montant global, soit de plus de 68 000 francs. Si cette somme ne
  • nobles bretons se retournent contre la France. Ils rappellent Jean IV, exilé à Londres depuis 1374. Charles de Dinan fait partie de ces huit principaux seigneurs qui accueillent le duc à Saint-Malo en 137914. A partir de cette date, Charles semble devenir un familier de Jean IV. Il
  • lui rendre ses comptes pour la seigneurie de Châteaubriant en juin 144523. Gilles a été élevé à la cour d'Angleterre et est resté très anglophile. Ses amitiés deviennent de plus en plus gênantes alors que le duc tente de se rapprocher de la France. François 1er fait arrêter son
  • frère au Guildo en juin 1446. Tous les chroniqueurs de la Bretagne médiévale rapportent cet épisode24. C'est sans conteste Bertrand d'Argentré qui donne le récit le plus complet : "...Le roi envoya messire Pierre de Brezé, sénéchal du Poictou et messire Regnaut du Dresnay, capitaine
  • . En 1487, le château du Guildo est remis en défense. François II demande à Jehan Heliguen, capitaine du château de mobiliser pour sa garde "...XXIII gentilzhommes et les franc archers... des parroesses de Cahen, Pluduno et Saint Postan28...". Le château semble avoir été attaqué et
  • et en participant au sacre d'Henri IV36 Plusieurs auteurs témoignent que le château a subi plusieurs assauts et a plusieurs fois changé de mains entre 1590 et 1598. Ils reste cependant difficile de retracer la chronologie exacte de tous ces faits d'armes, tant les points de vues
  • MINISTERE DE LA CULTURE DIRECTION REGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES SERVICE REGIONAL DE LARCHEOLOGIE CONSEIL GENERAL DES COTES-D'ARMOR LE CHATEAU DU GUILDO COMMUNE DE CREHEN (Côtes-d* Armor) FOUILLE PROGRAMMEE 1995-1997 TRIENNALE RAPPORT DE SYNTHESE volume 1/2 Laurent
  • BEUCHET avec la collaboration de Stéphane Jean, Christèle Picault et Cécilia Rapine ASSOCIATION POUR LES FOUILLES ARCHEOLOGIQUES NATIOF /m N° de site : 22 049 006 AH Programme H 17 : Naissance, évolution et fonctions du château médiéval. Autorisation de fouille programmée
  • trisannuelle du 9 mai 1995 Coordonnées Lambert - Zone I : Ax=264.900 ; Ay=1107.200 Altitude : 19 m N.G.F. Cadastre : année 1987 Section A, Parcelle 131 Titulaire de l'autorisation : Laurent Beuchet, chargé d'étude, Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales Photo de
  • couverture : Maurice Gautier SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 1.1 PRESENTATION DU SITE ET DU PROGRAMME TRIENNAL 1.1.1 1.1.2 1.1.3 1.1.4 1.1.5 PRESENTATION DU SITE, SITUATION. RAPPEL DES OPÉRATIONS ANTÉRIEURES L'OPERATION TRIENNALE 1995-1997 LES CONSEQUENCES DE L'ASSUJETTISSEMENT DE
  • L'A.F.A.N. A LA T.V.A. LES CONTRAINTES TECHNIQUES ET LA SÉCURITÉ 1.2 REMERCIEMENTS 1.3 AVERTISSEMENT 2. ETUDE HISTORIQUE 3. ETUDE ARCHEOLOGIQUE 3.1 LA ZONE 11. 3.1.1 ETUDE DES ÉLÉVATIONS . 3.1.1.1 Les élévations extérieures : 3.1.1.2 Elévations intérieures 3.1.1.2.1 L'élévation est
  • 3.1.1.2.2 L'élévation sud 3.1.1.2.3 L'élévation nord 3.1.1.2.4 L'élévation ouest 3.1.1.2.5 Le secteur 12 3.1.1.2.6 Le secteur 13 3.1.1.2.7 La tour nord-est. 3.1.2 CHRONOLOGIE ET ÉVOLUTION DE L'ANGLE NORD-EST 3.1.2.1 Chronologie 3.1.2.2 Phase 1 : Les premières constructions (XTVe s
  • .) 3.1.2.3 Phase 2 : De profondes transformations (fin XTVe s.) 3.1.2.3.1 Le niveau 0 3.1.2.3.2 Le niveau 1 3.1.2.3.3 La tour nord-est. 3.1.2.3.4 Datation et fonction 3.1.2.4 Phase 3 : Une nouvelle reconstruction (fin XVe s.) 3.1.2.4.1 La tour nord-est 3.1.2.4.2 Les secteurs 11 et 12
  • 3.1.2.4.3 Le secteur 13 3.1.2.4.4 Datation de l'état II (fin XVe siècle) 3.1.2.5 Phase 4 : L'angle nord-est aux XVIe et XVIIe siècles 3.1.2.5.1 La guerre de la Ligue 3.1.2.5.2 Dernières occupations 3.2 LA ZONE 10 3.2.1 ETUDE DES ÉLÉVATIONS 3.2.1.1 Les élévations extérieures 3.2.1.2 Les
  • élévations intérieures 3.2.2 EVOLUTION DE LA ZONE 10 3.2.2.1 Phase 1 : Les premières installations (XlVe s.) 3.2.2.2 La phase 2 : Une restructuration totale du front sud (fin XTVe s.) 3.2.2.2.1 Datation 1 1 1 1 2 3 3 5 6 7 14 14 15 15 16 16 17 18 18 18 19 20 21 21 22 22 23 25 26 27
  • 28 29 30 32 34 35 37 39 40 40 40 41 43 43 44 46 3.2.2.3 Phase 3 : Destructions et reconstructions (fin XVe s.) 3.2.2.3.1 Datation 3.2.2.4 Phase 4 : Le front sud au XVIe et XVIIe siècles 3.3 SYNTHESE DE L'ETUDE ARCHEOLOGIQUE 3.3.1 3.3.2 3.3.3 3.3.4 PHASE 1 PHASE 2 PHASE 3
  • 51 51 52 53 55 56 57 57 59 61 62 5. CONCLUSION 63 6 BIBLIOGRAPHIE 67 7. ANNEXES 70 1. INTRODUCTION 1.1 PRESENTATION DU SITE ET DU PROGRAMME TRIENNAL 1.1.1 Présentation du site, situation. Le château du Guildo est situé sur la commune de Créhen (Côtes-d'Armor), aux
RAP03843 (LE SAINT, BERNE, PLOUAY, INGUINIEL, INZINZAC-LOCHRIST, LANGUDIC (56). Rapport de diagnostic)
  • LE SAINT, BERNE, PLOUAY, INGUINIEL, INZINZAC-LOCHRIST, LANGUDIC
  • opération préventive de diagnostic
  • LE SAINT, BERNE, PLOUAY, INGUINIEL, INZINZAC-LOCHRIST, LANGUDIC (56). Rapport de diagnostic
  • lieu-dit Stanco Vraz, un petit grenier et une meule attestent protohistorique à proximité de ce site de hauteur supposé. Enfin, c’est au lieu-dit Kerentarff que les vestiges les plus significatifs ont été découverts. La fenêtre d’observation très réduite limite les possibilités de
  • compréhension du site. Toutefois, les poteaux, fosses et le mobilier mis au jour attestent un petit habitat attribuable à l’extrême fin du Bronze ancien / début de l’âge du Fer. Le dépôt d’une meule et d’un ensemble de huit pesons dans un possible silo constitue un aspect remarquable de ce
  • site. Morbihan, Le Saint, Berné, Plouay, Inguiniel, Inzinzac-Lochrist, Languidic  : Construction de la canalisation de gaz Bretagne sud phase 3 Sujets et thèmes Poteau, fosse, meule, peson Construction de la canalisation de gaz Bretagne Sud phase 3 Rapport d’opération
  • Chronologie Âge du Bronze ancien, âge du Bronze final, Premier âge du Fer Morbihan Le Saint, Berné, Plouay, Inguiniel, Inzinzac-Lochrist, Languidic Construction de la canalisation de gaz Bretagne Sud phase 3 Sous la direction de Laurent Juhel Inrap Grand Ouest Janvier 2020 2019-223
  • D129143 Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Arrêté de prescription Code Inrap Morbihan Le Saint, Berné, Plouay, Inguiniel, Inzinzac-Lochrist, Languidic Construction de la canalisation de gaz Bretagne Sud phase 3 Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577
  • Cesson-Sévigné Janvier 2020 sous la direction de avec la collaboration de Laurent Juhel Vérane Brisotto Emeline Le-Goff Théophane Nicolas Sommaire I Données administratives, techniques et scientifiques 7 Fiche signalétique 8 Mots-clefs des thesaurus 9 Intervenants 10
  • Technique de sondage II Résultats 51 Introduction 53 2.1 Le Saint, lieu-dit Coat Naon, secteur GRTgaz 56-A 53 2.1.1 Contexte 53 2.1.2 Résultats 57 2.2 Le Saint, lieu-dit Penfao, secteur GRTgaz 56-3 57 2.2.1 Contexte 57 2.2.2 Résultats 61 2.3 Berné, lieu-dit Zinzec, secteur
  • , lieu-dit Bois de la Forêt Pech Bras, secteur GRTgaz 56-E 125 2.10.1 Contexte 125 2.10.2 Résultats 125 2.10.2.1 Les structures 125 2.10.2.2 Le macro-outillage 125 2.10.3 Conclusion 133 2.11 Conclusion générale 134 Bibliographie III Inventaires techniques 139 141
  • 143 Inventaire des faits Inventaire du mobilier céramique Inventaire du macro-outillage I. Données administratives, techniques et scientifiques Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse
  • , sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce
  • auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces
  • rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes
  • de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de
  • courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance
  • et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants
  • ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle
  • scientifiques 7 Fiche signalétique Localisation Références de l’opération Région Numéro de l’arrêté de prescription Bretagne 2019-223 Département Numéro de l’arrêté de prescription modificatif Morbihan 2019-397 Communes Le Saint, Berné, Plouay, Inguiniel, Inzinzac-Lochrist
  • , Languidic Codes Numéro de l’opération D129143 Numéro de l’arrêté de désignation du responsable 2019-326 code INSEE 56201, 56014, 56166, 56089, 56090, 56101 Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement GRT gaz Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de
  • référence Nature de l’aménagement Gazoduc Surface du projet prescrite Références cadastrales Le Saint : E659, 657, 656, F24, G407 Berné : ZA20, 26, ZB27, 28, 145 Plouay : ZY5, 50, YE32, YH46 Inguiniel : WV16, 15, 18, 19, 20 Inzinzac-Lochrist : ZL22, ZM72, 4, 3 Languidic: WT127, VC13
  • 65273 m2 Opérateur d’archéologie Inrap Grand Ouest Responsable scientifique de l’opération Laurent Juhel, Inrap Organisme de rattachement Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Dates d’intervention sur le terrain 14 octobre - 13 novembre 2019 8 Inrap
RAP03158.pdf (BENODET (29). 14 chemin de Kernéost. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • BENODET (29). 14 chemin de Kernéost. Rapport de diagnostic
  • ROY Eddie
  • Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Bénodet, Finistère, lieu-dit «14 chemin de Kernéost» Diagnostic archéologique mené avant la construction d’une maison individuelle à Bénodet dans le Finistère. Sous la direction de Eddie Roy Inrap Grand Ouest, Octobre 2015
  • la sécurité et de la prévention Intervenants administratifs Équipe de fouille Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Eddie Roy, Inrap Assistant d’études Responsable Scientifique Anne Boterf Technicienne
  • Travaux de terrain Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Eddie Roy, inrap Assistant d’études Coordination scientifique, infographie, texte, dessins et mise en page du RFO Équipe de post-fouille 5 Arrêté de
  • proximité de l’emprise1 (fig.02). L’opération a nécessité pour la phase terrain, l'embauche de deux contractuels INRAP : Eddie Roy, assistant d’études, responsable d’opérations et Anne Boterf technicienne. Les terrassements ont été effectués à l’aide d’une pelleteuse à pneus. La
  • rédaction, les dessins assistés par ordinateur (D.A.O) et la mise en forme du rapport ont été effectués par Eddie Roy. 1.1 - Cadre géographique et géologique (superficiel) L’emprise des travaux est située à moins de 300 mètres du bord de mer et occupe un terrain plat. Le site s’intègre
  • France et même d’Europe occidentale3. Bénodet se trouve dans le domaine dit de « l’anticlinal4 de Cornouaille » entre la côte atlantique et le grand système de failles qui cisaille toute la péninsule, de la pointe du Raz au Sud/est de la Vendée. Pendant l’ère primaire, plus exactement
  • à la période carbonifère5 la région est à nouveau fracturée. Ces mouvements s’accompagnent d’un métamorphisme important transformant les matériaux en gneiss et de nombreux massifs granitiques se mettent en place. 1 Roy (E.) avec la coll. de Nicolas (E.), Cherel (A.F.), 2003
  • » ______________________________________ Octobre 2015 Bibliographie : Roy (E.) avec la coll. de Nicolas (E.), Cherel (A.F.), 2003.- Découverte d’une entité agricole de l’âge du Fer « Route de Kernéost » à Bénodet dans le Finistère.- Rapport Final d’Opération, Inrap, S.R.A. de Bretagne, 64 p. Tanguy le Roux (C.), 1985 ; avec
  • . Non Non communiqué Bénodet(Finistère) « 14 chemin de Kernéost » Entité archéologique sous la direction de n°2015209 prescription SRA Eddie Roy D111422 Code Inrap Système d’information Arrêté de Octobre 2015 communiqué Code INSEE Nr site Rapport Final d’opération
  • 2015 Pages Données administratives, techniques et scientifiques 3 Fiche signalétique. Intervenant. Arrêté de prescription contenant le cahier des charges. Localisation de l’opération 4 5 6 9 Résultats 10 1 – Introduction. 11 1.1 - Cadre géographique et géologique
  • » ______________________________________ Localisation Région Bretagne. Octobre 2015 Statut du terrain au regard des Organisme de rattachement législations sur le patrimoine et l’environnement Non communiqué Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 37577 Cesson-Sévigné Département Finistère (29). Propriétaire du terrain
  • Commune Bénodet. Franck macé 6 rue Julien Coïc, 29100 Quimper. Dates d’intervention sur le terrain Fouille Adresse ou lieu-dit Le 19/10/2015 «14 chemin de Kernéost ». Références de l’opération Numéro de l’arrêté de prescription n°2015-209 Codes Code INSEE Non communiqué Numéro de
  • dossier Patriarche Non communiqué. Post-fouille Le 21/10/2015 Numéro de l’opération D111422 _____________________________ Numéro de l’arrêté de désignation Lieu de dépôt des archives : INRAP, Cesson-Sévigné Non communiqué Numéro de l’entité archéologique Non référencé
  • . __________________________ Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement Franck Macé Lieu de dépôt de mobilier : INRAP, Cesson-Sévigné Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence x : 116 985 y : 720 470 Nature de l’aménagement Construction d’une maison d’habitation
  • Références cadastrales Commune Quimper. Opérateur d’archéologie Inrap Grand-Ouest Année 2015. Section AI, Parcelles(s) : Responsable scientifique de l’opération Eddie Roy, assistant d’études, Inrap. n°99p. 4 Bénodet (29), «14 chemin de Kernéost
  • » ______________________________________ Octobre 2015 Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Jean-Yves Le Corre, DRAC Directeur régional des affaires culturelles Prescription et contrôle scientifique Stéphane Deschamps
  • , SRA Conservateur régional de l’archéologie Mise en place et suivi de l’opération Jean Charles Arramond Conservateur du patrimoine Mise en place et suivi de l’opération Michel Baillieu, Inrap Adjoint scientifique et technique Mise en place et suivi de l’opération Eddie Roy
  • , inrap Assistant d’études et d’opération Responsable scientifique Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Claude Le Potier, Inrap Directeur interrégional Mise en place et suivi de l’opération Arnaud Dumas, Inrap
  • » ______________________________________ Octobre 2015 Localisation de l’opération Figure n°01 : Localisation de Bénodet (29). Figure n°02 : Localisation de la parcelle concernée par les travaux de constructions. 9 Bénodet (29), «14 chemin de Kernéost » ______________________________________ Octobre 2015 10 Bénodet
  • (29), «14 chemin de Kernéost » ______________________________________ Octobre 2015 1 - Introduction La construction d’une maison individuelle au niveau d’un contexte archéologique sensible, au lieu dit « Kernéost » au sud de Bénodet dans le Finistère, a amené le Service Régional
RAP01249.pdf (QUIMPER (29). carte archéologique communale. rapport de prospection inventaire)
  • QUIMPER (29). carte archéologique communale. rapport de prospection inventaire
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • Colin, 250 p. HELIAS P.J., 1980 : Quimper en Cornouaille, Châteaulin, éd. Jos Le Doaré. HENRIOT J. 1948 : Locmaria, berceau de Quimper, A travers les départements meurtris, Le Finistère, Paris, éd. La France, p. 27. KERHERVE J., 1994 : Histoire de Quimper, éd. Privât, Société
  • A travers les départements meurtris, le Finistère, Paris, éd. La France, p. 23-25. Quimper, ville d'art, 1972 : Quimper, éd. Association des Amis du vieux Quimper. PELLETIER Y. (dir), 1990 : Histoire générale de la Bretagne et des Bretons, Paris, éd. G.-V. Labat, 2 vol. POCQUET B., 1913
  • : Informations archéologiques, Gallia, XXVII, p. 254. BRIOT, 1873-1874 : Communication, B.S.A.F., T. I, p. 41-42. BRIARD J., GIOT P.R., PAPE L., : Protohistoire de la Bretagne, Rennes, Ouest-France, 437 p. BUCHSENSCHUTZ O. (dir.), 1978 : Les structures d'habitat à l'Age du Fer en Europe
  • tardo-républicaines et les importations de vins italiens à la fin de l'Age du Fer, in Corpus des amphores découvertes dans l'Ouest de la France, 4ème suppl. à A. en B., Brest, p. 65-67. GALLIOU P., 1982 : Commerce et société dans rArmorique du Bas-Empire, Océaan atlantique et
  • Les plus beaux sites archéologiques de la France, éd. Eclectis, p. 106. GALLIOU P., FULFORD M., CLEMENT M., 1980 : La diffusion de la céramique " à l'éponge " dans le nord-ouest de l'empire romain, Gallia, T. 38, fasc. n° 2, p. 265-278. (Quimper p. 275) ? GALLIOU P., LE BIHAN J.P
  • , 1894 : Temples romains dans le Finistère, B.S.A.F. HERON DE VILLEFOSSE, 1892 : Bulletin des Antiquaires de France, p. 83. HENRIOT J., 1948 : Locmaria, berceau de Quimper, dans A travers les départements meurtris, le Finistère, Paris, éd. La France, p. 27. Histoire de la Bretagne et
  • CARTE ARCHEOLOGIQUE DE QUIMPER (FINISTERE) DOCUMENT DE SYNTHESE DE CARTE ARCHOLOGIQUE ANNEE 1994 Sous la direction de Jean Paul LE BIHAN SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE Collaborations : VDLLE DE QUIMPER CONSEIL GENERAL DU FINISTERE CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU
  • FINISTERE Rennes : S.R.A. de Bretagne 1994 : caqra94 CARTE ARCHEOLOGIQUE DE QUIMPER 1. DEFINITION DU PROJET 1.1. NECESSITE DU PROJET 1.2. LES OBJECTIFS 1.3. PROGRAMMATION 2. MISE EN PLACE 2.1. LES MOYENS MIS EN OEUVRE 2.1.1. Moyens financiers 2.1.2. Moyens humains 2.1.3. Moyens
  • matériels 2.1.3.1. Organisation générale 2.1.3.2. Bases de données 2.1.3.3. Cartographie et informatique 2.2. LES CHOIX ET METHODES DE TRAVAIL 2.2.1. Introduction 2.2.2. Les types de fiches 2.2.3. Cartographie des sites et "fiche topographique" 3. LES RESULTATS 3.1. INTRODUCTION : la
  • méthode et le travail effectué 3.2. LA BIBLIOGRAPHIE 3.2.1. Bibliographie générale 3.2.2. Bibliographie analytique 3.3. LES FICHES DE SITES ET L'ETAT D'AVANCEMENT DES DOSSIERS 3.3.1. Le travail engagé 3.3.2. Les dosiers complets 3.3.3. Les documents cartographiques 4 CONCLUSIONS 4.1
  • . SUR LE PLAN TECHNIQUE 2 4.2. SUR LE PLAN ARCHEOLOGIQUE 4.3. CONCLUSION D'ENSEMBLE 5. DOCUMENTS JOINTS 5.1. BIBLIOGRAPHIE - Bibli-Ql : Bibliographie générale de Quimper ; ouvrages généraux - Bibli-Q2 : Bibliographie de Quimper ; de la Préhistoire à l'Antiquité - Bibli-Q3
  • l'importance du site de Quimper La commune de Quimper est très vaste (8500 ha). Des études nombreuses et souvent très approfondies soulignent, depuis le XIXème siècle, l'importance de son potentiel archéologique (cf nombreuses publications de P. Du Châtelier, P. Galliou, J.P. Le Bihan, R.F
  • . Le Men, L. Pape). Soixante opérations de fouilles, réalisées sur la commune depuis 1971, concernent toutes les périodes incluses entre le Néolithique et le Moyen-Age. Une soixantaine de sites sont actuellement répertoriés au fichier national. Un accroissement de 100% à 200% du
  • nombre des sites attestés est envisageable après étude de la documentation existante. Les vestiges d'époque gallo-romaine, depuis 1950, et gauloise depuis 1980, avec les découvertes des hameaux du Braden, ont fait l'objet de fouilles importantes. Une problématique de recherche, fondée
  • peuplé de vil la e et d'établissements secondaires dont le parcellaire laisse de nombreuses marques (publications J.P. Le Bihan). Progressivement, les thèmes de recherche se sont diversifiés, grâce à une volonté de pratiquer une archéologie sans exclusive. Ainsi d'excellents résultats
  • sont obtenus avec la multiplication des sites protohistoriques de la fin du Néolithique à l'Age du Fer. La découverte et la fouille exhaustive de l'habitat des débuts de l'Age du Bronze de Penancréac'h participent de cette évolution. Par ailleurs, le Moyen Age n'est pas oublié avec
  • la fouille d'habitats ruraux carolingiens ou les études du centre urbain (mise en évidence des vestiges romans sous la cathédrale gothique). Il conviendrait d'ajouter à cela des découvertes d'habitats ou d'édifices, de réseaux d'adduction d'eau d'époque moderne dans le coeur
  • urbain. Les descriptions et les fouilles anciennes sont également très nombreuses mais de précision et de fiabilité variable. Elles soulignent l'importance du patrimoine encore inconnu. A titre d'exemple, sur la zone du Braden couvrant 30 ha et sur laquelle aucun vestige n'était
  • , toute cette documentation est dispersée, soit dans des articles de revues anciennes, soit dans des archives ou notes personnelles inaccessibles. Les quelques synthèses rapides et publications sérieuses dans des ouvrages scientifiques spécialisés ne sont guère accessibles. Des
  • cette commune a fait l'objet d'une étude et d'une protection exceptionnelles : - Sur le plan scientifique 4 - Sur le plan de l'aménagement urbain Il s'agit donc d'une ville qui dispose d'archives remarquables sur son histoire ancienne. 1.1.2. Les problèmes Ces atouts sont
RAP03539 (PORT-LOUIS (56). Citadelle : diagnostic archéologique du bastion Desmouriers. Rapport de FP 2017)
  • PORT-LOUIS (56). Citadelle : diagnostic archéologique du bastion Desmouriers. Rapport de FP 2017
  • havre de Blavet, rédigé lors de la rétrocession de la place au roi de France en 1598 indique clairement l'importance défensive du front de terre par rapport au front de mer peu défendu : "la fortification de la teste consiste en deux boulevards et une courtine et contient 2700 cubes
  • Blavet afin d'établir une tête de pont pour les interventions militaires dans les terres. Ils resteront huit ans. Pour les Espagnols, Blavet représentait - en plus d’une tête de pont en Bretagne pour déstabiliser la couronne de France - un havre bien utile sur la route des PaysBas
  • de Brissac eut la satisfaction, de mener la seconde campagne de construction de la fortification (1616 à 1621). La déclaration du havre de Blavet, rédigée lors de la rétrocession de la place au roi de France en 159819 indique clairement l'importance défensive du front de terre par
  • Corbineau, architecte du roi 21 , sur le modèle de Pagan 22 (avec les architectes Léonard Malherbe et René Le Meunier). La construction terminée en 1621 fait de Port-Louis la base de l'armée navale du roi. Le parti suivi par Jacques Corbineau pour achever la citadelle, contraste, par
  • en avant les avantages stratégiques évidents du site, la sûreté de la rade afin de rendre nécessaire la reprise du lieu par le roi et sa fortification de la place laissée ruinée et à l’abandon depuis plus de 10 ans. 19 Signature de la paix de Vervins. 20 La construction fut
  • des architectes civils dans la construction militaire avant 1650, car c’est seulement après cette date que la profession se militarise progressivement et se cloisonne. Au point de vue technique, le rôle de fortificateur est alors réservé aux ingénieurs militaires. 22 Le roi Louis
  • capacité de projection, de prendre une place dans le lucratif commerce international avec le lointain, et d’assurer la protection de ses intérêts sur mer, la France doit se doter d’une flotte de guerre moderne et favoriser l’armement de navires marchands. En termes d’innovation et de
  • de neuf à quatre millions en temps de guerre. Ces chiffres estimés par Philippe Haudrère rappellent l’importance stratégique pour le royaume de France des parages lorientais vers lesquels convergent les vaisseaux porteurs de ces richesses. Vauban émet pourtant un jugement négatif
  • , gouverneur de Port-Louis et lieutenant général du roi en Bretagne, principal actionnaire de la Compagnie, c’est l’estuaire du Blavet qui est retenu par Colbert pour le commerce des Indes. Il pourra aussi disposer d’un arsenal auxiliaire pour la marine du roi entre Brest et Rochefort. La
  • a été le cas pendant la Régence, n’est pas en mesure d’affronter la Royal Navy32. Le royaume de France semble incapable d’assurer la protection d’un espace maritime proche dans une zone de premier ordre pour ses intérêts. La marine de guerre épuise toutes ses ressources dans
  • , Grichka Bredow, Morgan Grall, Caroline Laffay et Joachim Lebomin avec la collaboration de : Jean Soulat Clément le Guédard Sébastien Daré Aurélien Creuzieux Avec le soutien de : 2 Illustration de couverture : Vue du bastion Desmouriers. "L'utilisation des données du rapport de
  • fouilles est régie par les dispositions du code de la propriété intellectuelle concernant la propriété littéraire et artistique. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L122-5 du code
  • de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schéma, n'est possible que dans le cadre de courte citation, avec les références exactes et complètes de l'auteur et de l'ouvrage. Toute utilisation des données du rapport
  • à des fins lucratives est interdite en vertu de l'article 10 de la loi modifiée du 17 juillet 1978 relative à l'amélioration des relations entre l'administration et le public. Le non-respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l'article 425 du code pénal
  • of the improvement of relations between the administration and the public. Failure to respect with these rules constitutes copyright infringement punishable under article 425 of the Criminal Code. " 3 Je remercie le Musée national de la Marine et Anne Belaud de Saulce, administratrice du musée
  • -direction de l’immobilier) du ministère des Armées pour leurs autorisations à effectuer nos recherches archéologiques et nos relevés sur la citadelle. Je remercie Olivier Agogué, directeur du SDAM à Vannes pour son aide et le prêt du tachéomètre et Anne Pariente, directrice du SAVL pour
  • le prêt de matériel de terrain. Un grand merci à toute l'équipe de fouille et amis de longue date, Morgan Grall, Joachim LeBomin, Grichka Bredow, Amaury Berthelon et Romain Bertin et à ma compagne Caroline Laffay. Je remercie Clément le Guédard et Sébastien Daré de l'association
  • CERAM, Jean Soulat du laboratoire LandArc et Aurélien Creuzieux pour leurs collaborations dans nos études spécialisées. Je remercie aussi le Service Historique de la Défense et le conservateur en chef de l’antenne de Lorient, Jean-Claude Leroux. De nombreux documents sont encore en
  • cours de numérisation afin de rendre les archives militaires de Port-Louis accessibles sur d’autres supports. Je remercie Diego Mens, Conservateur des antiquités et objets d'art au conseil départemental du Morbihan, et Nicolas Faucherre, directeur du LA3M, UMR 7298-CNRS à Aix
  • ma compréhension du site et des éléments défensifs, notamment pour le contexte de la fortification régionale. 4 PRESENTATION ADMINISTRATIVE 1.1. FICHE SIGNALETIQUE IDENTITE ET LOCALISATION DU SITE (cf. plan et carte) Site : Bastion Desmouriers, citadelle de Port-Louis Région
RAP03765 (DINAN (22). Haute-Cour du Château.Le bastion de la citadelle de Dinan XVIe - XXe siècles.Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • DINAN (22). Haute-Cour du Château.Le bastion de la citadelle de Dinan XVIe - XXe siècles.Rapport de diagnostic
  • du maître d’œuvre et les représentants des services de la DRAC (conservation régionale des Monuments historiques, Architecte des bâtiments de France et Service Régional de l’Archéologie). A cet effet, des réunions régulières de chantiers seront proposées au maître d’ouvrage. A. La
  • militaire Bâtiment Foyer Structure de combustion Métallurgie du fer La fouille, d’une emprise de 100 m2, a été prescrite préalablement au projet d’aménagement par la municipalité de Dinan d’un bâtiment d’accueil au château, situé sur le bastion de la citadelle de la ville. En juin 2015
  • , le diagnostic archéologique avait permis de mettre au jour un massif de maçonnerie, situé à la pointe du bastion, où un évent avait été identifié. Cette construction avait été daté de la fin du XVIème siècle. La fin du XVIIème siècle avait vu un changement d’affectation de cet
  • espace, transformé alors en prison pour les prisonniers de guerre. L’édification d’un bâtiment avait été entrepris entre 1693 et 1711. A la suite de l’effondrement de ce bâtiment, un second bâtiment avait été réalisé. La citadelle de Dinan a été construite sous la gouvernance du duc
  • de Mercœur entre 1593 et 1597 dans un contexte de guerres civiles et religieuses. Dinan avait été accordé par le traité de Nemours en juillet 1585 comme place de sureté. Au XVIème siècle, deux phases de construction de cette citadelle ont pu être observées. La première, (phase 1
  • ), est localisée entre la tour de Coëtquen et le pont dormant. Les éléments de chronologie relative sont observables à l’intérieur de la galerie de contremine et dans la canonnière proche du pont. La construction du bastion (phase 2) comporte à sa pointe un massif de maçonnerie où
  • évent est également présent, vient lier ces maçonneries entre elles. Après la décision de transformer cet espace défensif en prison à la fin du XVIIème siècle, tous les éléments structurant du bastion ont subi une phase d’arrachement (fin XVIème/début XVIIème) afin d’asseoir les
  • combustion à caractère artisanal. Bretagne, Côtes-d’Armor, Dinan, Haute-cour du Château Le bastion de la citadelle de Dinan, XVIe-XXe siècles sous la direction de Fabrice Lecampion Fabrice Lecampion Chronologie Temps modernes Époque contemporaine Rapport de Fouille Commune de
  • Dinan (Côtes-d’Armor), Haute-cour du Château « Le bastion de la citadelle de Dinan, XVIe-XXe siècles » Inrap Grand Ouest Juillet 2019 Fouille archéologique Rapport final d'opération 22050 non communiqué SRA 2017-139 Lambert 93 F116510 Code INSEE Nr site non communiqué Entité
  • archéologique Arrêté de prescription Système d’information Code Inrap Bretagne, Côtes-d'Armor Dinan, Haute-cour du Château Le bastion de la citadelle de Dinan, XVIe-XXe siècles sous la direction de avec la collaboration de Fabrice Lecampion Paul-André Besombes Emmanuelle Coffineau
  • l'opération 40 1.1.1 Les données du diagnostic de 2015 1.1.2 Objectifs de la fouille 43 1.1.3 Stratégie et méthode mise en œuvre 45 1.2 Rappel du contexte historique et archéologique 40 60 2 Résultats de l'opération 60 2.1 Les maçonneries structurelles du bastion 60 2.1.1
  • La pointe du bastion 2.1.2 Les contreforts ? 68 2.1.3 Comparaisons architecturales et interprétations 72 2.2 Le bâtiment de la prison 72 2.2.1 Rappel des données du diagnostic 74 2.2.2 Les données de la fouille 88 2.3 Synthèse 66 89 3 Les études de mobilier 89 3.1
  • 110 110 111 111 111 3 Données administratives, techniques et scientifiques Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs
  • communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les
  • détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de
  • la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles
  • sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple
  • par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la
  • reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son
  • utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr
RAP02899_1.pdf (OUESSANT (29). structures d'habitat et de mobilier du village du premier âge du fer de Mez Notariou. rapport final de fp 2012-2013)
  • OUESSANT (29). structures d'habitat et de mobilier du village du premier âge du fer de Mez Notariou. rapport final de fp 2012-2013
  • LE BIHAN Jean-Paul
  • , méthodologique, technique, ceci pour la fouille, pour l’étude des vestiges, leur enregistrement et leur publication (le rythme et le processus de publication adopté pour une fouille programmée en cours demeure unique en France). 15 Les fouilles menées dans le cadre du programme biennal
  • aujourd’hui très bien acceptées. Les travaux en cours autour de la longue et cruciale période entre le Bronze final III et La Tène ancienne s’appuient sur une documentation archéologique unique en France et devraient contribuer à poser les problèmes de manière nouvelle, fiable et peu
  • . Sans qu’il soit possible de retracer des plans successifs, on peut discerner une évolution chronologique avec, en particulier, le passage très franc et certainement extrêmement rapide, entre des aménagements à caractère Bronze ancien finissant et un faciès typique des milieux Bronze
  • les mobiliers métalliques, céramiques et les datations radiocarbones, livrent une vision cohérente de l’ensemble. Elles confirment le passage très franc, et certainement extrêmement rapide, entre des structures à caractère Bronze ancien finissant et un faciès très caractéristique
  • du Bronze final I. Le lot de mobilier céramique découvert est important. Ses caractères morphologiques et décoratifs le situent dans la mouvance des productions de l'ensemble de la France du sudouest et du sud-est, mais aussi de domaines nettement continentaux de l’Europe de
  • agglomérations compactes de l’âge du Bronze bien connues à l'est des Alpes et du Jura, en Europe continentale, mais encore inédites en France. Il est également perçu comme le résultat d’une adaptation à un territoire clairement défini par la nature et l’insularité (Le Bihan, Villard, 2001
  • administre des terres devenues siennes par la volonté du roi des Francs. La foi s’en mêle étroitement. Ouessant est une part du territoire. L’île doit se soumettre à la règle chrétienne. Cela peut se réaliser un certain nombre d’années après l’arrivée de Paul Aurélien en Bretagne
  • STRUCTURES D’HABITAT ET MOBILIER DU VILLAGE DU DU PREMIER ÂGE DU FER DE MEZ-NOTARIOU (OUESSANT - FINISTÈRE) 29 155 0022 AP DOCUMENT FINAL DE SYNTHÈSE DE FOUILLE PROGRAMMÉE BIENNALE Tome 1 ANNÉES 2012 - 2013 Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN CENTRE DE RECHERCHE
  • PROGRAMMÉE BIENNALE Tome 1 ANNÉES 2012 - 2013 Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN Avec la collaboration de Jean-François Villard, CENTRE DE RECHERCHE ARCHÉOLOGIQUE DU FINISTÈRE CONSEIL GÉNÉRAL DU FINISTÈRE S.D.A. - MINISTÈRE DE LA CULTURE Rennes : S.R.A. de Bretagne 2013 1 2
  • AVERTISSEMENT AVANT-PROPOS CHAPITRE 1 : INTRODUCTION 1. SITUATION 1.1. LE MILIEU NATUREL ET L'INSULARITÉ 1.2. LE SITE DE MEZ-NOTARIOU 2. LE PROJET BIENNAL DE FOUILLE PROGRAMMÉE 2.1. LES DONNÉES ARCHÉOLOGIQUES EN DÉBUT DE PROGRAMME 2.1.1. Les périodes anciennes 2.1.1.1 Un établissement
  • néolithique ? 2.1.1.2. Un établissement entre Bronze ancien et Bronze final 1 2.1.1.3 Un site du Bronze final III ? 2.1.2. Un grand village du Premier âge du Fer 2.1.3. Les vestiges du Second âge du Fer 2.1.4. Des vestiges complexes d’époque romaine 2.1.5. Un abandon au début du haut Moyen
  • Âge 2.2. LE PROJET BIENNAL DE FOUILLE 2.2.1. Le programme de fouille 2.2.2. Le programme de publication 3. L’HISTOIRE DU VILLAGE DU PREMIER ÂGE DU FER : UNE RELECTURE 3.1. DE NOUVELLES APPROCHES 3.2. UNE AUTRE LECTURE ET DES RECHERCHES RENOUVELÉES 3.2.1. À partir du mobilier 3.2.2
  • . À partir des structures 3.3. ÉTAT DE LA QUESTION À LA FIN 2011 4. ORGANISATION DES CAMPAGNES DE FOUILLE 4.1. LES MOYENS MATÉRIELS 4.2. LES MOYENS HUMAINS ET SCIENTIFIQUES 4.2.1. L’encadrement 4.2.2. Les bénévoles 4.2.2.1. En 2012 3 4.2.2.2. En 2013 4.2.3. La publication et les
  • programmes annexes 4.3. LA DURÉE DU CHANTIER 4.4. LES RELATIONS PUBLIQUES 4.4.1. En 2012 4.4.2. En 2013 4.5. LE TRAVAIL RÉALISÉ 4.5.1. Activité de chantier 4.5.1.1. En 2012 4.5.1.2. En 2013 4.5.2. Publication CHAPITRE 2 : LES FONDATIONS Us. 03 1. CONDITIONS ET STRATÉGIE DE FOUILLE 1.1
  • . ÉTAT DES CONNAISSANCES ET MISE EN PLACE D’UNE STRATÉGIE 1.2. ÉVOLUTION DE LA STRATÉGIE 2. LES VESTIGES DE L’Us. 03 2.1. LES LIMITES DE L’Us. 03 2.2. LES BANQUETTES 2.3. LES TERRES DE REMPLISSAGE 2.3.1. Les sédiments Us. 375 2.3.2. Les plaques de sédiments sableux 2.3.3. Le mobilier
  • mis au jour 2.4. LES CALAGES ET TROUS DE POTEAUX 2.4.1. Les trous de poteaux 2.4.2. L’organisation des poteaux au sein des travées 2.4.3.1. Les travées septentrionale et centrale 2.4.3.2. La travée méridionale 2.4.3. Le mobilier 3. PROPOSITION DE RESTITUTION DE PLANS ET ÉVOLUTION
  • DE L’Us. 03 3.1. DES BÂTIMENTS SUR TRANCHÉES 4 3.2. DES BÂTIMENTS SUR TROUS DE POTEAUX PROFONDS 3.2.1. Ensemble A 3.2.2. Ensemble B 3.2.3. Ensemble C 3.3.4. Ensemble D 3.3.5. D’autres ensembles ? 3.3. DES BÂTIMENTS À FONDATIONS PLUS LÉGÈRES 4. CONCLUSION CHAPITRE 3 : LES
  • FONDATIONS Us. 372 1. CONDITIONS ET STRATÉGIE DE FOUILLE 1.1. ÉTAT DES CONNAISSANCES 1.2. STRATÉGIE DE FOUILLE 2. LES VESTIGES DE L’Us. 372 2.1. LES LIMITES DE L’Us. 372 2.2. BANQUETTES ET TRAVÉES 2.2.1. État général 2.2.2. Les banquettes 2.2.2.1. La banquette septentrionale 2.2.2.2. La
  • banquette méridionale 2.2.3. Les travées 2.2.3.1. La travée centrale 2.2.3.2. La travée sud 2.2.3.3. La travée nord 2.3. LES SÉDIMENTS DE REMPLISSAGE 2.3.1. Les sédiments Us. 373 2.3.2. Les plaques de sédiments sableux 2.3.3. Le mobilier mis au jour 2.4. LES PETITES TRANCHÉES 2.4.1. La
  • tranchée Us. 379 2. 4.2. La tranchée Us. 377 2.4.3. La tranchée Us. 376 2.4.4. La tranchée Us. 387 2.4.5. La dépression longitudinale Us. 393 5 2.4.6. Le mobilier 2.4.7. Chronologie et datation 2.4.8. Fonction - interprétation 2.5. LES CALAGES ET TROUS DE POTEAUX 2.5.1. Les trous de
RAP03707 (TREMUSON (22). Le Coin des Petits Clos : du Néolithique à l'âge du Bronze entre traditions continentale et atlantique. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • TREMUSON (22). Le Coin des Petits Clos : du Néolithique à l'âge du Bronze entre traditions continentale et atlantique. Rapport de fouille
  • L'OPÉRATION 1.1 Les résultats du diagnostic Prescription par arrêté n° 2016-205 modifiant l'arrêté n° 2016-163 du 2 juin 2016 ; Réalisé du 17 août au 26 août 2016, sous la conduite de Eddie Roy (Inrap). Chronologie : Néolithique moyen, Chalcolithique, Protohistoire, âge du Bronze ancien
  • Bretagne, Côtes d'Armor Fouille préventive du 12/06/2017 au 10/08/2017 VOL. 1/1 VOL. 1/1 TRÉMUSON (22), LE COIN DES PETITS CLOS sur tranchée de fondation, foyer, four, citerne, céramique, industrie lithique. Aménageur SAINT-BRIEUC AGGLOMÉRATION ancien, Bronze final, Moyen
  • Agglomération LE COIN DES PETITS CLOS Prescription n° 2016-336 du 16 mai 2017 TRÉMUSON (22), LE COIN DES PETITS CLOS Du Néolithique à l'âge du Bronze entre traditions continentale et atlantique Keywords : Settlement, postholes building, trench building, fire pit, deck oven, water tank
  • , ceramic, lithic technology. Les fouilles menées sur le site de Trémuson (22) Le Coin des Petits Clos interviennent dans le cadre du projet d'aménagement d'un lotissement par la commune de Trémuson. Les investigations archéologiques ont permis de mettre au jour une importante
  • occupation domestique et artisanale du Néolithique moyen (bâtis sur poteaux, citerne, fours, …), deux bâtiment sur tranchée de fondation datés entre la fin du Néolithique et le début de l'âge du Bronze ainsi qu'un enclos circulaire et des structures en creux d'époques protohistorique (âge
  • du Bronze – âge du Fer) et médiévale. La période la plus représentée est le Néolithique moyen I ; on dénombre une quinzaine de structures de combustion ou de rejets de différents types, Auteurs dont six ont pu être datées entre 4700 et 4200 avant notre ère. Dans cette SÉBASTIEN
  • TORON (DIR.) MARINE GOURMELON (RO ADJOINTE) catégorie de structures, les découvertes originales sont celles de deux fours à fosse d'accès à la conservation exceptionnelle. Située vers le centre de l’emprise de TRÉMUSON AVRIL 2019 Numéro de l'entité archéologique 22.372.0016
  • -BRIEUC AGGLOMÉRATION VOL. 1/1 FOUILLE PRÉVENTIVE TRÉMUSON (22), LE COIN DES PETITS CLOS Du Néolithique à l'âge du Bronze entre traditions continentale et atlantique RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE Arrêté de prescription 2016-336 DU 14 NOVEMBRE 2016 AVRIL 2019 Numéro de
  • de fouille L'utilisation des données du rapport de fouilles est régie par les dispositions du code de la propriété intellectuelle (CPI) concernant la propriété littéraire et artistique : « toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de
  • l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (article L122-4). Toutefois sont autorisées : - Les photocopies ou reproductions destinées à un usage exclusivement privé et non à une utilisation collective (article L 122-5, 2° ). - Les reproductions du texte, accompagnées
  • ou non de photographies, cartes ou schémas, réalisées dans le cadre d'analyses ou de courtes citations, si elles sont justifiées par le caractère (…) critique, scientifique ou d'information de l'œuvre à laquelle elles sont incorporées et sous réserve que soient indiqués clairement
  • le nom de l'auteur et la référence de l'ouvrage dont elles sont issues (article L 122-5, 3°, a). Bien qu'un rapport de fouille soit un document reçu par l'État, il n'est communiqué que sous réserve des droits de propriété littéraire et artistique. Les informations qui y sont
  • relations entre l'administration et le public). Le non-respect des règles qui précèdent peut constituer un délit de contrefaçon passible de trois ans d'emprisonnement et de 300 000 euros d'amende (articles L335-3 et L335-2 du CPI). Pour citer ce document Toron 2019 : TORON S., Trémuson
  • (22), Le Coin des Petits Clos. Du Néolithique à l'âge du Bronze entre traditions continentale et atlantique, Rapport final d'opération archéologique (fouille préventive), Éveha – Études et valorisations archéologiques (Limoges), 1 vol., SRA Bretagne, 2019. TRÉMUSON (22) – Le Coin
  • des Petits Clos – 2019 4 7 A 29 B RÉSULTATS SCIENTIFIQUES DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 8 1 FICHE SIGNALÉTIQUE 31 1 ÉLÉMENTS ACQUIS AVANT L'OPÉRATION 8 8 8 1.1 Terrain 1.1.1 Localisation du site 1.1.2 Références cadastrales actualisées 31 1.1 Les
  • Description pédo-sédimentaire et interprétation lithostratigraphique du contexte géologique 16 7 ANNEXES ADMINISTRATIVES 41 3.3 Le contexte historique et archéologique 16 7.1 Arrêté de prescription et cahier des charges de la fouille 26 7.2 Arrêté d'autorisation et de nomination
  • Sommaire 5 43 4 PRÉSENTATION DES RÉSULTATS SCIENTIFIQUES 43 4.1 Organisation générale du site 45 45 50 57 4.2 L'occupation du Néolithique moyen 4.2.1 La fosse de captage 186 4.2.2 Les foyers et rejets de combustion 4.2.3 Les fours à fosse d'accès et sole empierrée (243 et 425
  • ) 4.2.4 La fosse 105 : un dépôt volontaire 4.2.5 Les rejets détritiques (fosses et chablis) 4.2.6 Le bâti sur poteaux 67 67 71 75 75 84 88 95 99 4.3 L'occupation de la fin du 3e au début du 2e millénaire avant notre ère 4.3.1 Le bâtiment en amande (UA 1) 4.3.2 Une amorce de second
  • bâtiment (UA 2) 4.3.3 Les bâtiments sur tranchée en amande : synthèse et comparaisons 4.3.4 Des unités domestiques de transition 3e-2e millénaire av. ? 99 99 99 102 4.4 Un monument à fossé circulaire du Bronze final 4.4.1 Méthodologie 4.4.2 Description du monument 4.4.3 Au centre, les
  • fosses de plantation modernes 117 117 117 121 4.8 Les vestiges non datés 4.8.1 Fossé 4.8.2 Des zones de bâti 4.8.3 De possibles fosses d'extraction ... et de nombreux chablis 123 5 ÉTUDE DES MOBILIERS 123 5.1 Étude du mobilier céramique des périodes protohistoriques 5.1.1
RAP03650 (PORT-LOUIS (56). Citadelle : diagnostic archéologique du bastion Desmouriers. Rapport de FP 2017)
  • PORT-LOUIS (56). Citadelle : diagnostic archéologique du bastion Desmouriers. Rapport de FP 2017
  • roi de France en 1598 indique clairement l'importance défensive du front de terre par rapport au front de mer peu défendu : « la fortification de la teste consiste en deux boulevards et une courtine et contient 2700 cubes de maçonnerie compris les fondations ». Une partie de la
  • resteront huit ans. Pour les Espagnols, Blavet représentait- en plus d’une tête de pont en Bretagne pour déstabiliser la couronne de France - un havre bien utile sur la route des PaysBas espagnols. Ce qui, finalement, place Blavet dans un réseau de communication à l’échelle européenne
  • satisfaction, de mener la seconde campagne de construction de la fortification (1616 à 1621). La déclaration du havre de Blavet, rédigée lors de la rétrocession de la place au roi de France en 159819 indique clairement l'importance défensive du front de terre par rapport au front de mer peu
  • (Concarneau, Brest, SaintMalo, Vannes,...) et des tours à canons. En 1618, Louis XIII fait de Blavet une puissante place forte 20 dans le giron royal en la nommant Port-Louis et en commanditant l'édification d'une citadelle puissante par Jacques Corbineau, architecte du roi 21 , sur le
  • modèle de Pagan 22 (avec les architectes Léonard Malherbe et René Le Meunier). La construction terminée en 1621 fait de Port-Louis la base de l'armée navale du roi. Le parti suivi par Jacques Corbineau pour achever la citadelle, contraste, par l’exiguïté des bastions, avec l’ampleur
  • des bastions espagnols. L’architecte a voulu faire du tracé bastionné comme le montrent les bastions des Chambres et de la Brèche, mais il ne le maîtrisait pas suffisamment pour l’adapter au terrain, d’où la mauvaise nécessaire la reprise du lieu par le roi et sa fortification de
  • cloisonne. Au point de vue technique, le rôle de fortificateur est alors réservé aux ingénieurs militaires. 22 Le roi Louis XIII décida de conserver le fort et que « le dit lieu Blavet soit retranché, fossoyé, fermé de murailles, bastions et remparts et dorénavant appelé Fort-Louis
  • de disposer d’une capacité de projection, de prendre une place dans le 26 CERINO, 2007. 39 lucratif commerce international avec le lointain, et d’assurer la protection de ses intérêts sur mer, la France doit se doter d’une flotte de guerre moderne et favoriser l’armement de
  • atlantique. La commission du Chevalier de Clerville avait émis un avis favorable. Colbert choisit le site de Rochefort pour la marine de guerre. Sous la pression du duc de Mazarin, gouverneur de Port-Louis et lieutenant général du roi en Bretagne, principal actionnaire de la Compagnie
  • , c’est l’estuaire du Blavet qui est retenu par Colbert pour le commerce des Indes. Il pourra aussi disposer d’un arsenal auxiliaire pour la marine du roi entre Brest et Rochefort. La côte sud de la Bretagne est à cette époque plus sûre que la côte de la Manche et permet d’éviter les
  • OPERATION ARCHEOLOGIQUE PROGRAMMEE Rapport final 2018 Dates d'intervention : 28/08/2017 au 03/09/2017 Autorisation d'opération n° 2017-129 N° patriarche de la citadelle : 56-181-0001 Avec le soutien du Conseil Départemental du Morbihan et du Musée national de la Marine Sous
  • la direction de Nicolas Morelle, Avec la participation d’Amaury Berthelon, Romain Bertin, Grichka Bredow, Morgan Grall, Caroline Laffay et Joachim LeBomin avec la collaboration de : Aurélien Creuzieux Clément le Guédard Jean Soulat 4 Conditions d’utilisation des documents Les
  • entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour
  • objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété
  • intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou
  • non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la
  • source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel
  • elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par
  • les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue
  • Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 2 Illustration de couverture : Vue du bastion Desmouriers. "L'utilisation des données du rapport de fouilles est régie par les dispositions du code de la propriété intellectuelle concernant la propriété littéraire et artistique. Les prises