Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3732 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00568.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • o-f the trench because o-f lack of space for the spoil, so the trench was reduced in size to 6 X 3m. The pottery from this layer (2), like the stone fragments, provides a complète contrast with that of the plough soil. 61 sherds were found, ail of which were Irôn Age, the most
  • material was obtained from T29 (as was reflected by the results D -f the total collection) but more Roman pottery was found. Time ran ont and the sites had to be backfilled at the point, when ditches were recognised (Asti 13. and Davies 1987, 118-21). In 1988 the excavation was resumed
  • and was différent from the other ditches located on the site; its fill (11) yielded no finds. This may represent another récent attempt at drainage. The trench al so eut through the earthwork which was located at the bottom of the slope; no additional layers were found and it seemed
  • that has only rarely been found in our study area, was found in a destruction deposit (10), in a twelfthor thi rteenth-century rim form. Comment This small area, within 100m of the standing château, was clearly the site of several earlier structures. The séquence involved at least one
  • of the relationship between land-use and settlement during the 1 ast two thousand years, took place from 25 August - 1 October in the communes of Ruffiac, Tréal , St-Ni col as-du-Tertre and Carentoir, in the department of Morbihan in eastern Brittany. The ai m of the study is to détermine when
  • . The range o-f pottery recovered -from the top two spits was very différent -from the lowest spit. In the first twenty centimètres 45 sherds were -found; médiéval pottery predominated (837.), -followed by post-medi eval (157.) and a single sherd o-f Roman pottery (27.) ; 52 -fragments o-f
  • without more extensive investigation. The séquence from T36 is important. The trench was sited on the highest part of the field, near the top of the slope, yet it has a much deeper stratification than T37 lower down the slope. The buried soil 32, with its charcoal, might represent
  • Df the material in it, do not however suggest a midden but rather collapsed walls or some sort of bank. The absence of Roman material from the dump suggests that it was formed before the Roman period: the few Roman sherds found in the topsoil could have been derived from a very
  • Roman site in the vicinity, and a few sherds in the topsoil, there is no trace of Roman settlement on this field and little to suggest Roman agricultural use. Présent évidence might suggest that the médiéval pottery in the plough soil derived from very heavy manuring, although
  • the stone in the plough soil of T36 included plenty of introduced building stone, which must have been carried more than 1 km to this spot; this stone, then, may in tact dérive from the collapse of some nearby structure of médiéval date (cf. H132 below). It is just possible
  • sett 1 ement . In 1986 the plough soil in T2B
  • marks the north b oun d ar y of t h e field. None of the trenches produced structural évidence though the plough soil contai ned large blocks of stone which were cl early derived from a building. It is qui te possible that the buildings were located right. on the ridge, and therefore
  • and was destroyed or collap>sed in the second century, with no subséquent occupation of that parti cul ar site. A31/79 (Ru-ffiac ZN 119) A3 1/79 is situated 4 00m north of Petit Madou in Ruffiac; it stretches from the crest of a ridge on the 40m contour down the north-east slope of a small
  • o O o o ,0 , o sherds 0 Fig.S 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100m OO OOO o interesting assemblage (10) of tile and building stone, which suggested that material démoli shed from a substantiel building had been dumped in the ditch. The tile included fragments of floor tile
  • as wel 1 as curving pièces which might have corne from the arch of a hearth or furnace; none of the pièces, however, was mortared. The stone included large blocks of shaped quartz i te, quartz, a little sandstone (Gres) and one block of burnt granité. The main purpose of cutting T46
  • there was a ditch terminal (34), 0.62m wide and 0.25m deep. The fill (33) produced the largest collection of pottery from the site - 25 sherds. The majority (13) were of a late Iron-Age/earl y Roman fabric (Fabric 12) , but there was also a terra-ni qra-type base D -f a bowl (Fabric 65), a rim
  • ditches. In T39 ditch 3 contained a large quantity of brick, tile and stone which appears to be the residue from a démoli shed building; when this ditch was further investigated in T46 there was, however, little démolition material; this implies that the buildings were located
  • was probably used for agricultural purposes in the Roman period and hence that the distribution of Roman pottery on the surface derived from manuring. However, the concentrations of brick and tile found in 'total' collection cannot be expiai ned in this way, since the material occurs
  • in discrète clusters (see fig. 5). Nor does it appear to dérive from structures in situ, since there was no structural évidence in the trenches, despite the fact that T39 was sited through one of the concentrations. The combi nation of surface distribution together with the lack of large
  • . To a certain ex tent the results from A31/79 are similar to those from A92, one and a half km away, despite the considérable différence in data derived from the surface. Both sites are located on ridges and both suggest nearby structures occupiéd during the first and second centuries AD
RAP00566.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • management the proportion of sites located and quanti ti es of material collected is entirely comparable with those in the four core communes. However , there is less médiéval material than has usual 1 y been found there and it was a considérable contrast to collect pre-Roman sherds from
  • , they are of a size and shape more typical of Roman sites; this impression requires confirmation after a wider study of comparative material» While T15 and T16 have produced settlement data, it is more difficult to interpret the features in the other trenches» Some (e.g. 56, 48, 64) resuit from
  • of fieldwork, itself part of a larger, mul t i -di sci pl i nary study of the relationship between land-u.se and settlement during the last two thousand years, took place from 21 March - 5 April and 6 -- 27 September in the communes of Ruffiac, Treal, St~Ni col as-du-Tertre , Carentoir, La
  • of the? sites 1 ay within 250m of mapped streams (427.) , while more than a quarter (31.57.) were more than 500m away from them. £< . Samplinq ou.tside the core transects Sampling outside the core was organisée) in 2km radiating from it and thèse were walked in the s ame way as in one
  • the surface. However, the distribution pattern of material does not si gni f i cant 1 y deviate from that found in the core. There are again areas with little or no material 'blank ' zones - and areas with more or less of a surface scatter. So, material tends to concentrate in the La
  • previously recorded from the site. Three of thèse sherds were of a sandy fabric with large rounded quartz inclusions (1mm) and a notable absence of mica. One, a ri m sherçj, has parallèle with later Iron Age forms from Brittany (La Tene Finale) (Biot, Briard and Papes 331—9) » The other
  • 145 10m 0 10 20 F i g. 2 \4- 30 UQ 50 m H145 (Tréai ZB154a) This field was classified as a 'possible site' (médiéval) after •f i el dwal ki ng at 50m intervais in 1984» Intensive collection •from the whole of its surface in March 3.986 indicated smal 1 quanti ti es
  • ) to check the négative results from Ti 1 and T9. The sections of the trenches were cleaned by hand and recorded. In ail some 50 working days were spent on site? the average size of the team was seven. Trench 9 The plough soil was excavated in 10cm spits. The amount of pottery decreased
  • presurnabl y some kind of hardstanding or floor (9) « The northern extent of the standing was established by augering and was found to peter out some three mètres north of the wall. The eastern extent. of the wall was similarly established and found to end 1 » 2m from T12, with no sign
  • fabric) were also recovered, their number increasing with depth - which may suggest that they came from the underlyi ng levels» This layer also contai ned numerous rock fragments, including 18% roofing slate and 3.154 of the harder stones used Ic^cally for building (14% congl omerate
  • médiéval pottery to the rier t h classify the two fields as a 'site'. In March 1986 intensive surface collection was rnade from most of the two fields. The distribution of médiéval and post-medi eval pottery on K446 was of a 1 ow and even density, although there appeared to be more
  • working days were spent on site and the average size of the team was six. Trench 25 This was the most westerly trench and was 39m long. The depth of plough soil varied from 36cm at the south, uphill, end to 1.10m lower down the valley side. The plough soil (1, 36) overlay the natural
  • produced the greatest amount of prehistoric material from the whole site. The 1 owest fill (45) produced 11 pièces of tile (0.365kg) and 8 sherds of Iron Age pottery (0„120g). Layer 57 overlay 45 and produced no finds. 22 overlay this and contained 60 pièces of daub (0.168kg) , 30
  • inclusions of quart:-: (3~7mm) , and at. least one edge has a chamfer (see fig. 6, H80-ii). Ail the tile recovered from the site is of this type. Two pièces of slag also came from this 1 ayer . This feature? produced the best évidence of settlement from the site; the pits may have been
  • was then allowed to silt up , a layer of clay with some charcoal accumulated (60), followed by perhaps a more deliberate backfilling with more clay (58) and a mass of burnt stone which had been thrown in from the south (59). Thèse were nearly ail hard blocks of conglomerate (387.), quartzite
  • (277.), greywacke (147.) and quartz (107.). The stone may have been used when the pit was used for firing, piled on to the south si de, and then pushed back. No finds were recovered from this feature. Half a mètre to the north a pit containing burnt clay fragments was excavated (18
  • ) and may have been associated with the pit 19. Trench 20 Five ditches were excavated in this trench (33, 34, 35/50, 37/51, 40), and the détails are tabulated below. Ditch 40 included some blocks of hard stone similar to those from T19 (59). In two cases the ditches appear to have been
  • to the south. The stone seems to have been piled into a large irregular pit which had been cut into the natural subsoil (48). It muet represent. collapse from some structure in the vicinity, but the cadastral map shows no trace of any structure or track in the area in the early nineteenth
  • between one rira found at HSO and one from A92 (see fig» 6, HBO-5 and A92-2) would perhaps argue for a date that spans the first centuries BC and AD» The 'Roman' character of the assemblage might also be suggested by the substantiel tiles for, although not very wel 1 fired
  • Chapelle Gaceline, Caro, Reminiac, Augan and Campélieac in the Morbihan in eastern E
RAP00565.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • in the area. Samples were taken from Trench 1 and Trench 2; more will be taken during the summer; and micromorphological analysis will begin in September. The samples taken from 'total' collection sites in 1984 for phosphate analysis have ail been processed and a study was made
  • covered, encompassing 772 hectares (4.01% of the surface area of the four communes). 30.99kg of pottery and 93.92kg of man-made building material were recovered from the transects; 45% of the pottery was médiéval, 53.6% post-medieval and 1.4% Roman. No pre-Roman pottery was found
  • , but sixteen worked flints were recovered, three from transect L, three from C and ten from F, and also a stone axe, the stone of which has yet to be identified (F117). Two possible areas of ridge and furrow were noted, along with fourteen lynchets and eight (mostly substantial) old banks
  • , concentrations of surface material were most frequently found in the basin to the south of Ruffiac village (the centre of L) and in the nei ghbourhood of Trignac, in the north of Carentoir commune (F); however, sites were common throughout the southern halves of F and C, particularly
  • or schi ste; the imported material is notably absent from fields cleared of woodl and since the 1 ate nineteenth century. Fieldwalking in 5m squares ('Total' Coll ecti on ) In order to investigate the nature of sites identified in transect walking, as in 1983 and 1984 some fields
  • were the subject of more intensive study: four fields (A107, D221, B216, B347) were gridded in 5m squares so that everything on the surface of the fields, including schiste, might be collected. A107 had been classified as a 'possible site', with comparable amounts of médiéval
  • body of the lynchet and lay immediately below the modem plough soil. The loam and the plough soil produced 112 pièces of brick/tile and 92 sherds of pottery. Most of the pottery was of fabric 1 (64%), the most common médiéval type found in surface collections throughout the study
  • it was exploited as meadow, apparently in the early post-medieval period. The range of pottery found in both field boundaries reflects closely that recovered from 'total' collection of Allô. The désertion of the médiéval settlement may have been connected with the remodelling of this area when
  • of the last year pollen analysis has been carried out on samples taken during 1984, in particular from buried soils beneath banks in woods near Le Vivier (not far from the excavation site) and Le Rond Point (Carentoir), areas of extensive 1 ande in the early nineteenth century. Although
  • of phosphate concentrations at the deserted médiéval settlement at Kerlano. This site, partially excavated by M. Patrick André nearly twenty years ago, is located in the granité upland of the Landes de Lanvaux, 30km west of the study area, and is the nearest known surviving médiéval
  • from the fields of the study area, and to pursue the problem of surface scatter arising from middens, it was decided to investigate phosphate and magnetic susceptibil ity readings from this known settlement with its known pattern of rubbish disposai. In December 1984 soil samples
  • of the building, especially inside and immediately outside its walls, there were higher levels of 26-37 Si/kg and 200-300ppm. The experiment suggests that we might expect structures and middens in the study area to produce relatively high levels. Pottery from the 1984 season has been sorted
  • with that generated by survey undertaken around St Malo by the Centre Régional Archéologique d'Alet. Similarities in some of the médiéval fabrics were noted, and there was a striking visual similarity between fabric 10 and pottery from a kiln found at Guipel ( 1 1 1 e et Vilaine). The kiln
  • no, or next to no, material. As in 1984, even fields with inhabited structures in the early nineteenth century produced no more material than that sufficient to qualify as a 'possible site' (F212); and, as noted above, most of the high concentrations occurred more than 100m from présent
  • and cadastral settlements. In the particular case of Roman wares, only small quantities have been recovered and the 'total' collections made from D221 and B347 both suggest that Roman sites generate little pottery on the surface, though they may produce large quantities of brick and tile. 0f
  • as significant as surface brick and tile. We have made some progress in characterising the local schi stes - which are of very mixed character and considérable local variation - by identifying small quarries within the study area and comparing samples with material from buildings and from
  • quarry samples and some further limited testing of 'total' collection sites would therefore be useful, particularly from a site with a known, though collapsed, cadastral settlement; the nature of the red/yellow schi stes unevenly distributed on A107 and the grey/green schi ste
  • : transects will be taken radially from the area of intensive study, and fields within them walked at 50m intervais. Excavation of Allô will begin, in order to ascertain the relationship of this year's excavated features with the settlement and at the same time make some assessment
  • of the quai ity of préservation of sites; two 25m squares within the field have already been prospected using a f 1 uxgate gradiometer in order to assist choice of areas for excavation. Thereafter further sites from which 'total' collection has been made will be investigated in small areas
  • to continue exploration of the meaning of surface scatters and to extend the range of environmental study. Investigation of the pedology and sedimentol ogy of lynchet deposits will continue to be integrated with archaeol ogical investigation of the sites. This report, in French
RAP00567.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • where a 'temple' is sited (R8) , was observed to have a ploughed-out stone building, apparently unrecorded and suggesting a larger complex of buildings than has previously been supposée) Gai 1 i a 1977). Slag was collected from both R8 and R9; that from RS is tap slag, produced
  • years, took place from 20 March - 4 April in the communes surrounding Ruffiac, Treal , St-Ni col as-du-Tertre and Carentoir, in the departments of Morbihan and 1 1 1 e-et-Vi 1 ai ne in eastern Brittany. The aim of the study is to détermine when, how and why the exploitation
  • to existing settlements was much the same as found in the core communes, with slightly fewer concentrations at distances above 300m from modem dwellings. In ail cases material tends to occur within 50 and 300m of settlements - in P, for example, 33.37. of concentrations lie within 100
  • was found near Le Boschet, Château de la Boulaye, 'Château Gaillard' (ail in M) and near le Mur (R) . There are, however, two cases of such material being found near (apparently) non-seigneurial settlements 300m from Comblessac in R and 100m from La Rigaudiere, 1km south of Pipriac, in M
  • EAST BRITTANY SURVEY 1987 PU EAST BRITTANY SURVEY - OUST/VILAINE WATERSHED EASTER 1987 The seventh season in a programme of fieldwork, itself part of a larger, mul ti -di sci pl i nary study of the relationship between 1 and-use and settlement during the last two thousand
  • as, Treal and Carentoir, together with sélective geophysical and geochemical surveys, and small excavations to test results; compl ementary envi ronmental analysis is also being undert aken , as is a sùrvey of ail standing buildings in the core. The complète study involves (amongst other
  • landscape
  • , Reading, Cardiff and York) numbered twenty-two, ' including the directors, and worked for twel ve deiys, from 22 March, with one day off. Six people went in advance, and worked for one day beforehand. Overall, 330 mandays were spent on this year ' s season, including travelling time
  • ) Sampling was organized in three 2km transects radiating from the core (P, M and R) and thèse were wal ked in the same way as Transects A to L within the core and Transect N outside it, in 1982-6. Transect P ran due west to the River Oust for 4.1km from the western boundary of Ruffiac
  • (from the area of La Sourigaie to La Houssaie), passing through the communes of Missiriac and Malestroit and the northern outskirts of the town of Malestroit; Transect R ran north east for 7.75km from Trelo to Le Mur at the north-east corner of Carentoir, passing through the communes
  • of pottery, 161.72kg of man-made building material, 23 from thèse flints and 611.72g of haematite were recovered transects , together with two worked pièces of quartz (from M). This breaks down, by transect, as follows: Brick/tile kg 18. 49 P M 121 . 77 21 . 46 R Pre-Rom. Pottery 1 . 47
  • of building material) have been termed 'sites'; fields in which one unit produced five or more sherds or fragments of building material, and two or more neighbouring units produced one to four, or. two neighbouring units each produced five or more sherds or fragments, have been termed
  • 'probable sites'; fields in which there were irregular concentrations of material not covered by the above catégories - for example, one unit with five or more sherds of the same period - have been termed 'possible sites'. (It should be stressed, yet again, that the terme are conventions
  • of surface scatters Di scussi on Clearly the character of the surface material differs from transect to transect. Transects P and M had areas which produced a little pre-Roman pottery - as had Transect N - a phenomenon that is extremely rare in the core communes (Asti 11 and Davies 1986
  • of material (15.67. 'possible', 177. 'probable' and 4.57. 'site'). Transect M itself produced unusually high quanti ti es of brick and tile, and a high proportion of its concentrations were characterized by brick and tile - some of which had Roman pottery associated. Transect R was notable
  • for its very 1 ow proportions of médiéval pottery and very high of post-medi eval . Thèse results are striking by comparison with patterns of material recovered from the four core communes. Whereas the amounts of Roman material collected from the surface are mue h the same, the amounts
  • and proportions of médiéval material are 1 ower (especially in R) - as in N - while those of post-medi eval material are considerably higher, though not as high as in N; in the core 507. of pottery collected from the surface was médiéval and 46.77. post-medi eval . The proportion
  • ' areas in which nothing - or virtually nothing - can be found on the surface. It looks as if thèse 'blanks' are fields on land not cultivated in the historic period until the twentieth century; sometimes they are in areas clearly utilized as woodland until very recently. In P
  • . Thereafter, although there are a few 'blank' fields in the nei ghbourhood of Pipriac it is again marked that there are very few from Pipriac east to the Vilaine. The contrast between this area and that to the west of it is very striking. The distribution of material in relation
  • used locally for building, especially roofing, materials was also recorded for each field (though not collected). Thèse materials were not carried for long distances (10—20km maximum) but can usually be clearly di st i ngui shed from local natural , and o-f ten have nail holes
RAP03967 (QUIBERON (56). Beg-er-Vil à Quiberon. Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de fouille programmée 2020 )
  • Université Rennes CReAAH) « Tracéologie de l’industrie lithique des sites mésolithiques côtiers » Conférence de Stecy Meyeno-Ilougou (CReAAH – Université de Rennes1) « Recherches archéologiques dans la province de l’Ogooue-Maritime : le(s) site(s) de la centrale de Batanga » Conférence de
  • Beg-er-Vil à Quiberon Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan Deuxième année de post-fouille Décembre 2020 N° de site : 56 186 0007 Arrêté : 2020-083 du 13 mars 2020 Responsable (Paléo-environnement) : Catherine Dupont Coresponsable (Archéologie) : Grégor
  • Décembre 2020 N° de site : 56 186 0007 Arrêté : 2020-083 du 13 mars 2020 Responsable (Paléo-environnement) : Catherine Dupont Coresponsable (Archéologie) : Grégor Marchand Contributions de : Nancy Marcoux (Université de Rennes 1) Marylise Onfray (UMR 8215 Trajectoires) Marie-France
  • Table des matières Résumé des travaux en 2020 1 Remerciements 3 Première partie : problématique de l’intervention 4 1. Premières étapes de l’exploration d’un site de référence 5 1.1. Les fouilles d’Olivier Kayser (1985-1988) 5 1.2. Une longue période d’analyses
  • . Perspectives de recherche 27 4. Nouvelle campagne de datations par le radiocarbone à Beg-er-Vil 30 4.1. Objectif du travail 30 4.2. Etablissement du cadre radiométrique sur le site 30 4.3 – Les dates par le radiocarbone déjà disponibles 33 4.4 - Problématique des nouvelles dates
  • par O. Kayser, de 1985 à 1988, puis d’une grande série d’analyses paléo-environnementales, archéozoologiques et technologiques, qui ont dessiné les contours d’un site désormais considéré en Europe comme une référence pour comprendre les sociétés de la fin du 7ème millénaire avant
  • des différents faciès rencontrés à Beg-er-Vil. Des aspects taphonomiques de l’amas coquilliers ont été décrits, ainsi que plusieurs phases de formation et de fonctionnement du site. Les analyses des végétaux qui manquaient cruellement à l’appel ont débuté fin 2020. Les données sont
  • ténacité. • Tous les membres de l’équipe scientifique qui rament dans le même sens pour que le navire Beg-er-Vil fonce sur les flots. 3 Etudes post-fouille – 2020 Première partie : Marchand) problématique de l’intervention (G. 1. Premières étapes de l’exploration d’un site de
  • -Maria (fig. 1). Figure 1 - Localisation du site de Beg-er-Vil (DAO : L. Quesnel) 4 Fouille de Beg-er-Vil Figure 2 - Vue aérienne du site en 2014 réalisée par H. Paitier, depuis le nord-est de la pointe. Le site est entre le parking et la ligne de côte (photo : Hervé Paitier
  • ). Figure 3 - Stratigraphie schématique des fouilles d’O. Kayser, après étude des vestiges archéologiques et après la réalisation de nouvelles datations. (DAO : G. Marchand). Le site préhistorique est installé au fond d’une petite crique sur le flanc occidental de cette pointe rocheuse
  • notamment avec les micaschistes de Belle-Île. À hauteur du site, il est difficile de percevoir la configuration originelle des lieux, du fait de la couverture dunaire et 5 Etudes post-fouille – 2020 des aménagements urbains récents, mais il semble y avoir une pente légère de la
  • d’une plage fossile avec une nette troncature sédimentaire, à environ trois mètres au-dessus des plus hautes mers et il est coiffé d’un couvert dunaire qui en a assuré le scellement et la protection. Le site a été découvert par G. Bernier en 1970, puis fouillé sur 23 m² par Olivier
  • toujours comprise dans les deux derniers siècles du millénaire (Thomas et al., 2007 ; Kobashi et al., 2007). 6 Fouille de Beg-er-Vil 2. 2012-2018 : Retour à Beg-er-Vil En réponse à la dégradation évidente de la falaise meuble qui borde le site à l’ouest, il a été décidé en 2012, en
  • accord avec les divers partenaires de cette opération, d’entamer une fouille totale du site avant sa disparition, en laissant néanmoins une bande de deux à trois mètres en front de mer pour ne pas accélérer le processus érosif (fig. 4 et 5). Fortement contrainte par l’existence d’un
  • , relevés et prospections aux alentours pour « accrocher » le site à son environnement initial. Une telle opportunité de fouille étendue permet également enfin d’explorer les contours du niveau coquillier, qui témoignent d’autres modes d’occupation de l’habitat mésolithique. Une première
  • échantillons complémentaires sont passés également en laboratoire au cours de l’année (à partir des prélèvements de terrain), afin de fournir une cartographie de trente éléments chimiques susceptibles de nous informer des activités réalisées dans diverses zones du site (responsable : Guirec
  • débitage ou le taux d’armatures relativement faible sont des indicateurs convergents vers l’image d’un site d’habitat pérenne, interprétation que les analyses fauniques ou les structures domestiques corroborent sans peine. La monotonie des types d’armature et l’intervalle de datation
  • paléoéconomiques laissés dans l’ombre par les travaux de M. et S.-J. Péquart sur les deux sites morbihannais. Même si il est tentant d’accoler à tous ces sites à niveau coquillier un même label « chasseurs-cueilleurs maritimes », des évolutions sont tout à fait possibles entre Beg-erVil et
  • Téviec, entre 6200 et 5300 avant notre ère... Avec ses bitroncatures symétriques et ses couteaux à dos, l’assemblage lithique de Beger-Vil permet de définir un faciès original au début du Téviecien. Il trouve cependant une correspondance directe avec le site de Bordelann, à Belle-Île
  • d’une économie maritime, appuyée sur la navigation. Et comme sur les autres sites du Téviecien, l’absence de roches taillées venus du continent confère une certaine autonomie à cette organisation vivrière, en opposition avec les groupes de l’intérieur des terres. Les travaux à venir
RAP01768.pdf (le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • : présentation des travaux 8 III. LES SITES MESOLITHIQUES EN FINISTERE : CHRONOLOGIE ET STRATIGRAPHIE 12 1. Problématique générale : pour une nouvelle définition archéologique des sites mésolithiques 12 2. Objectifs des nouvelles recherches de terrain 12 3. Mise en place d'une base de
  • données - Exploitation du fichier Gouletquer 13 4. Principaux résultat de la campagne 2001 14 5. Bilan de la campagne 2001 et projets des campagnes 2002-2003 24 IV. LE MESOLITHIQUE EN COTES D'ARMOR 25 1. Sondages sur le site mésolithique de Kervilien (Côtes d'Armor) 25 2. De
  • site mésolithique de Beg-er-Vil (Morbihan, France) 86 VI EXPLOITATION DE LA FAUNE 104 French Connections II: Of cows and men 104 VII. FLORAISON DE SITES PREHISTORIQUES DANS LA MOYENNE VALLEE DU BLAVET : 115 1. Généralités 115 2. Matériaux, toujours / 115 3. De l'Azilien
  • , enfin 115 4. Du Mésolithique, un peu 119 5. La question des anneaux en pierre 120 6. Autres sites néolithiques 127 VIII. LE SITE MESOLITHIQUE DE LA CROIX AUDRAN A CARNAC (MORBIHAN) 130 IX. LE SITE MESOLITHIQUE FINAL DE KERLIEZOC A PLOUVIEN (FINISTERE) 135 Résultats de la
  • animales et marines Activités Promoteurs S. Blanchet, B. Ginet, J.-M. Lacot, P. Forré, P. Gouletquer, M. Le Goffic, P. Léopold, Y. Pailler, J. Perry, E. Yven P. Gouletquer, G. Hiérarchisation du corpus de sites en Marchand Finistère S. Blanchet, J. Josselin, P. Etudes de collections
  • et définition Gouletquer, G. Marchand, d'un protocole d'analyse commun Y. Pailler, E. Yven Prospections au sol en Finistère, Morbihan, Côtes-d'Armor et Ille-etVilaine Budget Autonome PCR - G. Marchand Autonome Bilan archéographique des sites de Beg-an-Dorchenn, Téviec et
  • . Schulting ossements humains et animaux des amas coquilliers Prélèvement et étude des coquilles C. Dupont sur les sites de Hoëdic et Beg-anDorchenn Anthropologie physique Pratiques funéraires et L. Soler - R. Schulting (recrutement, caractères biologiques) domaine symbolique Analyse et
  • comparaison des systèmes S. Cassen symboliques mésolithiques et néolithiques Tableau 1. Organisation des travaux du PCR « Le Mésolithique en Bretagne » en 2001. - PCR PCR - 3 Jérémy Josselin (étude de Kerliézoc) Estelle Yven ^1 (prospections, études de sites et sondage) Yvan Pailler
  • (prospections et études de sites) Gérard Tournay (prospections), Grégor Marchand, Estelle Yven Pailler (études de collections) Grégor Marchand (sondages et études de sites) Stéphane Blanchet (prospections et études de sites) Pierre Gouletquer (prospections et études de sites) Catherine
  • Dupont, Grégor Marchand et N Anne Tresset (prélèvements à beg-a-Dorchenn) Raymond Le Floc'h (prospections) Stéphane Blanchet (fouille du site de La CroixAudran) John Perry, Peggy Pottier et Grégor Marchand (La Villeneuve) Bernard Ginet - Jean-Marc Lacot (prospections) Catherine
  • en 2003. Officiants Travaux Sondages sur des sites mésolithiques du Finistère Sondage sur un site du mésolithique moyen en Côte d'Armor Classement et étude des collections Morbihan Tournay en Centre- Etude de l'amas coquillier de Beg-er-Vil Marchand Yven Marchand-Pailler
  • - Tournay- Yven Desse - Gruet- Dupont Schulting - Tresset Etude de l'amas coquillier de Beg-an-Dorchenn Desse - Dupont - Gruet - Tresset - Marchand Etudes de sites et de séries lithiques mésolithiques Josselin - Pailler - Pottier - Yven Fouille préventive d'un habitat du
  • Mésolithique moyen. Elle souhaite notamment appréhender des vastes sites de plein-air, pour les comparer aux nombreux abris-sous-roche qu'elle a pu étudier dans le Sauveterrien. Lors d'un premier voyage, elle a pu fournir quelques orientations sur les possibilités offertes par les roches du
  • qui plombe la chronologie bretonne. Elles concernent l'une le site du Bilou au Conquet (Finistère) sondés par O. Kayser en 1999, l'autre le site de Quillien (Le Cloître-Saint-Thégonnec, Finistère) sondé en 1990 par P. Léopold. Sur le chapitre important de la chronologie absolue, R
  • . Schulting a pris à sa charge de nouvelles datations sur le site de Beg-er-Vil à Quiberon, dans l'objectif d'approcher l'effet de réservoir océanique. Une même opération sera entreprise en 2002 à partir des prélèvements 2001 de Beg-anDorchenn, en collaboration avec C. Oberlin et D
  • ou traduction de pratiques exogamiques ? La fouille du site de La Croix-Audran à Carnac s'est achevée à la fin de l'été, sous la direction de S. Blanchet, avec une équipe de l'AFAN. Première intervention préventive pour la période mésolithique, elle marque un virage dans
  • ont été réalisés par G. Marchand sur les sites de La Presqu'île (Brennilis), La Villeneuve (Locunolé) et Kerliézoc (Plouvien). Dans le premier cas, les vestiges étaient tout simplement sous un lac de barrage et les nombreux sondages n'ont rien donné. Un mobilier abondant
  • d'offrir à tous les chercheurs l'accès aux fondements de nos modèles. Une reprise des sites classiques (Téviec, Hoëdic, Beg-anDorchenn, Beg-er-Vil, La Presqu'île) est d'ores et déjà prévue, si l'on parvient à lutter contre les réticences de certains « gardiens » de collections (à ce
  • Morbihan. Estelle Yven expose les résultats de ses recherches sur l'Epipaléolithique et le Mésolithique ancien-moyen de la Basse-Bretagne, intégrées dans une thèse de troisième cycle sous la direction de Pierre Gouletquer. La découverte récente du site de Kervillien (Tonquédec, Côte
  • d'Armor) vient bousculer le modèle actuel d'implantation des sites. Il permet également de s'interroger sur le jeu des traditions techniques entre Bertheaume et groupes normands. Le phtanite de la région de Callac fait l'objet d'une analyse totale, en association avec des géologues de
RAP03654 (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport intermédiaire 2018 de FP 2017-2019)
  • du Conseil départemental du FINISTÈRE de la Commune de PLOUGASTEL-DAOULAS 2 SOMMAIRE 1. FICHE SIGNALÉTIQUE DU SITE ........................................................................................ 7 2. ÉQUIPE
  • .......................................................................................................................... 7 3. REMERCIEMENTS ......................................................................................................... 11 4. PROBLÉMATIQUE DE LA RECHERCHE ET IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE (N.N) ..... 13 5. LOCALISATION DU SITE (N.N
  • quant au statut du site du Rocher de l’Impératrice durant l’Azilien ancien ....................................................................................................................................... 28 10. PROTOCOLE DE FOUILLE GÉNÉRAL
  • profond au nord du site (fig. 25) ............................................................... 41 12.4. N13-14 : nettoyage coupes (fig. 26) .................................................................................. 43 12.5. K11-12 : premier levé de coupe en secteur sous
  • ........................................................................................................................ 138 21. PROSPECTION GÉOLOGIQUE AUTOUR DU SITE DU ROCHER DE L’IMPÉRATRICE – PROVENANCE DES PLAQUETTES DE SCHISTES GRAVÉES (G.Q, M.G, M.L.-G et N.N) ........ 140 21.1. Contexte géologique et localisation des prélèvements. .................................................. 140 21.2
  • ....................................................................................................................................... 170 Discussion and Conclusions ...................................................................................................... 173 5 6 1. FICHE SIGNALÉTIQUE DU SITE Lieu-dit : Koat Pehen Nom du site : Le Rocher de l’Impératrice Commune : Plougastel-Daoulas (29470
  • ) Coordonnées Lambert (Zone II étendue) : X = 103,520 Y = 1098,600 Coordonnées géographiques : Latitude : 48° 23’ 20” Longitude : 4° 22’ 33” Les références cadastrales de la parcelle contenant le site sont, pour 1982, section A parcelle 2439, pour 1986, section CE parcelle 114 et
  • toutes les étapes de cette opération, depuis le terrain jusqu’au tri, en passant par les opérations de tamisage ou la protection du site au cours de l’année. 11 Tous les Plougastels, et en particulier les habitants du secteur du Passage, pour leur accueil si chaleureux et leur
  • Segaud, Antoine Zanotti, et les nombreuses personnes de passage sur le site – merci à vous tous ! Kinniget da Breizh. 12 4. PROBLÉMATIQUE DE LA RECHERCHE ET IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE (N.N) Le Tardiglaciaire est caractérisé par une importante instabilité climatique dans
  • armoricaine a été initiée sur le site de Roc’h Toul (Finistère) que l’on sait aujourd’hui pouvoir principalement être rattaché à l’Azilien ancien (Marchand et al., 2004 ; Naudinot, 2010), l’Ouest de la France restait ainsi systématiquement écarté de ces réflexions et des grandes synthèses
  • sur le Tardiglaciaire. C’est à l’archéologie préventive et à la fouille du site azilien des Chaloignes (Maine-et-Loire) par G. Marchand et S. Sicard que l’on doit une nouvelle dynamique de recherche qui s’est initiée au début des années 2000 (Marchand et al., 2009). À la suite de
  • avec les régions disposant d’éléments de datation (fig. 1). Un des principaux résultats de ce travail aura tout d’abord été de rajeunir les sites jusqu’alors attribués au Magdalénien, en les plaçant à l’extrême fin du Tardiglaciaire, à la transition Pléistocène-Holocène (Naudinot
  • même du début du GS-1, et mise en évidence sur le site du Closeau (Hauts-de-Seine ; Bodu et Valentin, 1997) ou encore dans les Pyrénées (Fat Cheung et al., 2014), n’est ainsi pas encore vraiment reconnue dans l’Ouest de la France, même si certains caractères reconnus sur quelques
  • sites (soin apporté au détachement, régularité des supports, usage de la percussion bipolaire sur enclume) pourraient très prudemment suggérer son existence (Génieux, 2015). Cette variabilité dans les normes techniques de l’Azilien récent pourrait cependant aussi révéler des
  • France pour cette période. L’art de l’Azilien ancien est par exemple très méconnu puisqu’identifié sur un nombre infime de sites, si l’on écarte les gisements aux stratigraphies complexes et fouillés anciennement. Il s’agit pourtant d’un levier essentiel afin de mieux percevoir les
  • caractérisaient jusqu’alors le Paléolithique supérieur. La découverte de l’abri-sous-roche du Rocher de l’Impératrice constitue ainsi un évènement important tant au niveau régional qu’international. L’assemblage lithique livré par ce site permet en effet d’alimenter la discussion sur ce
  • changements ? La fouille actuellement en cours au Rocher de l’Impératrice est en mesure de largement contribuer à répondre à ces questions. La découverte d’un riche corpus de plaquettes de schistes gravées de registres animaliers et géométriques ajoute un intérêt incontestable au site. Le
  • -système lithique en s’intéressant à d’autres pans du système technique, mais aussi directement au système symbolique de ces groupes préhistoriques. 5. LOCALISATION DU SITE (N.N) Le gisement se trouve sur la commune de Plougastel-Daoulas dans le Finistère. Le site est situé dans le
  • l’abri (fig. 3). Figure 2. Position du site sur le cadastre de Plougastel-Daoulas (parcelle 171). 15 Figure 3. Position topographique du gisement (DAO L. Quesnel et N. Naudinot). Figure 4. Le passage du bac entre le Relecq-Kerhuon et la cale du Passage à Plougastel-Daoulas avec
  • présente une pente générale SW-NE. 9. PRINCIPAUX ACQUIS DES CAMPAGNES PRÉCÉDENTES (N.N) Après une première campagne de sondages en 2013, le site a fait l’objet d’une première opération programmée pluriannuelle entre 2014 et 2016 puis d’une nouvelle série d’opérations dès 2017. Les
RAP03345.pdf (QUIBERON (56). Beg-er-Vil : Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de FP)
  • Beg-er-Vil à Quiberon Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan Première année de fouille triennale 5 septembre - 7 octobre 2016 N° de site : 56 186 0007 N° d’autorisation : n° 2016-027 Responsable (Archéologie) : Grégor Marchand Coresponsable (Paléo-environnement
  • le littoral du Morbihan Première année de fouille triennale 5 septembre - 7 octobre 2016 N° de site : 56 186 0007 N° d’autorisation : n° 2016-027 Responsable (Archéologie) : Grégor Marchand Coresponsable (Paléo-environnement) : Catherine Dupont Contributions de : Jorge Calvo
  • ....................................................................................................................... 8 PREMIERE PARTIE : PROBLEMATIQUE DE L’INTERVENTION .................................... 11 1. Premières étapes de l’exploration d’un site de référence ............................................. 11 1.1. Les fouilles d’O. Kayser (1985-1988
  • , il a fait l’objet d’une fouille par O. Kayser, de 1985 à 1988, puis d’une grande série d’analyses paléo-environnementales, archéozoologiques et technologiques, qui ont dessiné les contours d’un site désormais de référence. Parce qu’il ne fut occupé qu’à la fin du 7ème millénaire
  • l’Homme en Bretagne (MSHB). A la suite d’une campagne de sondages réalisée au printemps 2012, le principe d’un fouille triennale du site mésolithique de Beg-er-Vil a été posée, en concertation avec le Conservatoire du Littoral, la Maire du Quiberon, le Service Archéologique de du
  • partie de ces opérations se déroule sur le site, mais il faut recourir aussi à des stages avec des étudiants ou des bénévoles (1 stage en 2016), et à l’embauche d’un salarié (5 semaines cette année). Le principe de la fouille sous le parking étant acté par la Mairie de Quiberon et le
  • , une tranchée (BH) et deux sondages de 2 m² destinés à comprendre la nature du site sous le parking. A la base de l’US 101, plusieurs regroupements de pierres ou à l’inverse des césures dans ces épandages de pierres viennent épauler l’hypothèse d’une structure circulaire délimitée
  • . Troisième partie, chapitre 2 - par Jorge Calvo Gomez) Les bitroncatures symétriques constituent un des éléments les plus caractéristiques du Second Mésolithique en Bretagne (Marchand, 2014). Des sites comme Beg-er-Vil (Quiberon, Morbihan) ont conservé grandes quantités de ce type
  • DE L’EXPLORATION D’UN SITE DE REFERENCE Les quatre précédents rapports de fouille ont fait état en détail des problématiques scientifiques de cette opération. Nous en proposons ici seulement un résumé. 1.1. LES FOUILLES D’O. KAYSER (1985-1988) A l’extrémité sud de la presqu’île
  • de Quiberon, sur la commune du même nom, la pointe de Beg-er-Vil ferme une baie ouverte plein sud, qui abrite le port de Port-Maria (figure 1). Figure 1 - Localisation du site de Beg-er-Vil (DAO : L. Quesnel) 11 Campagne 2016 Le site préhistorique est installé au fond d’une
  • Croisic, en intégrant les îles de Houat et Hoëdic, en contraste notamment avec les micaschistes de Belle-Île. À hauteur du site, il est difficile de percevoir la configuration originelle des lieux, du fait de la couverture dunaire et des aménagements urbains récents, mais il semble y
  • mésolithique et qui a peut-être été empruntée jadis par un ruisseau, aujourd’hui masqué par les dunes. Figure 2. Vue aérienne du site en 2014 réalisée par H. Paitier, depuis le nord-est de la pointe. Le site est entre le parking et la ligne de côte (photo : Hervé Paitier). L’habitat
  • mètres au-dessus des plus hautes mers et il est coiffé d’un couvert dunaire qui en a assuré le scellement et la protection. Le site a été découvert par G. Bernier en 1970, puis fouillé sur 23 m² par O. Kayser en 1985, 1987 et 1988. Cet archéologue avait notamment repéré des structures
  • ). 2. 2012-2015 : RETOUR A BEG-ER-VIL En réponse à la dégradation évidente de la falaise meuble qui borde le site à l’ouest, il a été décidé en 2012, en accord avec les divers partenaires de cette opération, d’entamer une fouille totale du site avant sa disparition, en laissant
  • opération de terrain réclame à la fois une fouille fine d’un niveau archéologique remarquablement préservé, mais aussi une série de sondages, relevés et prospections aux alentours pour « accrocher » le site à son environnement initial. Une telle opportunité de fouille étendue permet
  • tenant de 60 m² (22 semaines de fouilles à 20 personnes). A la fin de la campagne 2015, nous avions fouillé 69 m² presque partout jusqu’au substrat. Ils viennent s'ajouter aux 23 m² explorés par O. Kayser. Le principe d’un laboratoire de tri installé directement sur le site a été
  • (à partir des prélèvements de terrain), afin de fournir une cartographie de trente éléments chimiques susceptibles de nous informer des activités réalisées dans diverses zones du site (responsable : Guirec Querré, avec la collaboration de Jean-Christophe Le Bannier) L’intégralité
  • rincer à l’eau douce dans un second temps à l’aide d’une tonne à eau. 14 Beg-er-Vil (Quiberon, Morbihan) Figure 4. Vue de la fouille de Beg-er-Vil issue du site Géoportail, au printemps 2013 (d’après une photo disponible en décembre 2015 sur le site IGN – géoportail). Figure 5
  • structures du site de Beg-er-Vil découvertes à la base du niveau archéologique, telles que révélées par les fouilles des années 1980 (à l’ouest) et celles de la période 20122015 La fouille de 2016 commence à la bande 43 et s'étend 15 mètres plus à l'est. A l'heure de la rédaction de la
  • poissons et de micro-charbons. Un protocole d’échantillonnage prévoit donc des colonnes totales, réparties sur le site. Cette collecte vétilleuse de l’information apporte des informations déterminantes pour comprendre le fonctionnement de cet habitat littoral du Mésolithique. Au
RAP03364.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2014-2016)
  • (probably dedicated to the production of the numerous projectile points found in the assemblage). These cores have probably been taken of the site. If it is too early to be conclusive on this point, like the others few available testimonies for this period in the region, this site would
  • and rhythm of the transformation of the last Paleolithic communities. There is no doubt that the next plurennial program (2017-2019) will participate to bring much more data with the extension of the excavation to the totality of the surface preserved on the site. 11 Rocher de
  • .......................................................................................................................................... 11 1. FICHE SIGNALÉTIQUE DU SITE ......................................................................................................... 13 2. ÉQUIPE
  • ........................................................................................................................................... 13 3. REMERCIEMENTS ........................................................................................................................... 21 4. PROBLÉMATIQUE DE LA RECHERCHE ET IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE (N. NAUDINOT) ....... 25 5. LOCALISATION DU SITE (N. NAUDINOT
  • GÉNÉRAL ET DESCRIPTION DES DIFFÉRENTES UNITÉS STRATIGRAPHIQUES IDENTIFIÉES SUR LE SITE ............................................................................................................................................ 44 11.2. HISTORIQUE DES ÉVOLUTIONS DE LA STRATIGRAPHIE
  • Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 11.5. CONCLUSIONS SUR LA MISE EN PLACE DES DÉPÔTS ET LA CONSERVATION DU SITE .......................................... 53 12. ÉTUDE ANTHRACOLOGIQUE (I. THÉRY-PARISOT
  • ESSENTIELLEMENT RAPPORTABLE À L’AZILIEN ANCIEN (N. NAUDINOT) ........................................................................................................................................ 62 15.1. LES COMPOSANTES HOLOCÈNES MISES EN ÉVIDENCE SUR LE SITE
  • ........................................................................................................................... 131 20. OBSERVATIONS PRÉLIMINAIRES DE LA RÉPARTITION SPATIALE DES VESTIGES (N. NAUDINOT) ... 133 21. PREMIÈRES HYPOTHÈSES SUR LES MODALITÉS D’OCCUPATION DU SITE ET SA PLACE DANS LE SYSTÈME PALÉO-ÉCONOMIQUE AZILIEN (N. NAUDINOT, J. JACQUIER ET C. BOURDIER) ................... 138 22
  • ........................................................................................................................................ 145 25. UNE DIFFUSION SCIENTIFIQUE HANDICAPÉE PAR LES QUESTIONS DE SAUVEGARDE DU SITE (N. NAUDINOT) ...................................................................................................................................... 147 BIBLIOGRAPHIE
  • de Brest. L’obtention de datations radiocarbones (les premières pour le Tardiglaciaire de Bretagne), place l’occupation azilienne entre 13000 et 12000 cal. BC, soit dans le GIS-1e (Bølling). Plusieurs indices participent à faire de ce site une petite occupation fréquentée à
  • plusieurs reprises par de petits groupes de chasseurs durant de courts séjours pour des activités essentiellement dédiées à la chasse. Ces chasseurs seraient arrivés sur le site déjà équipés de certains outils domestiques sur lames et de nucléus en cours de débitage (destinés notamment à
  • fabriquer de nombreuses pointes de projectile sur petites lames), qui auraient ensuite été emportés hors du site. S’il est trop tôt pour être conclusif sur ce point, cette installation, tout comme les rares autres témoignages connus pour la période en Bretagne, pourrait témoigner
  • site du Rocher de l’Impératrice s’inscrit donc d’ores et déjà comme un jalon incontournable pour la compréhension des sociétés tardiglaciaires d’Europe nord-occidentale. Notamment grâce à la diversité des témoignages qu’il fournit, ce site permet de développer des réflexions
  • occupied during the Early Azilian. The obtaining of radiocarbon dates (the first ones for the Lateglacial of Brittany) places the Azilian occupations between 13000 and 12000 cal. BC, that is to say during the GIS-1e (Bølling). Several evidences suggest this site to be the result
  • testify of Lateglacial groups limited incursions (seasonal?) into the Armorican Massif after a probable desertion of the region during the GS-2. Lithic production clearly aims the production of blades. This assemblage is particularly interesting in the perspective of studying
  • the nature and rhythm of the techno-economic transformation marking this poorly understand transitional period between Magdalenian and Azilian. Lithic production shows high qualitative standards and exhibits some characteristic clearly inherited from the Magdalenian (production of long
  • , development of a weaponry essentially constituted of axial points). More than 50 engraved schist tablets were also discovered at the Rocher de l’Impératrice. This discovery is particularly interesting since it constitutes the first evidence of Paleolithic art in Brittany. These engraving
  • assemblage, these artistic productions appear to be caught between the Magdalenian and the Azilian. Various studies allowed: starting proposing hypothesis about technical gestures used to produce these engravings; identify colorants; or identify a probable arrhythmia between technical
  • and symbolic changes during the Azilian. The Rocher de l’Impératrice rock shelter is an unavoidable site for the understanding of Northwestern Europe Lateglacial societies. Because of the diversity of the archaeological evidences this site allows to develop a global thought about the nature
  • l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 12 Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 1. FICHE SIGNALÉTIQUE DU SITE Lieu-dit : Koat Pehen Nom du site
RAP03240.pdf (PLOUEZOC'H (29). Grand cairn de Barnenez : nouvelles approches, nouveaux résultats, nouvelles perspectives. Rapport de FP 2015)
  • Archéosciences et en présence de Jacques BuissonCathil, administrateur du site de Barnenez. L'ensemble de la documentation disponible est à la disposition du CMN qui se charge désormais d'élaborer de nouvelles propositions dans ce sens. Le travail est en cours. Un dernier aspect envisagé dans
  • 2016 pour tenter de financer cette dernière partie du programme de recherche. Luc Laporte DR CNRS UMR 6566 - Laboratoire Archéosciences   RAPPORT BARNENEZ Activités 2015 F. COUSSEAU Doctorant Université dr Rennes 1, France L’étude du bâti du site de Barnenez, pour le terrain
  • photogrammétrie afin de réaliser son plan, des sections et déterminer son poids. La présentation détaillée des vestiges du tumulus nord est présente dans l’article joint au rapport. Le second volet de cette campagne était l’étude de visibilité à partir et vers le site. L’objectif premier était
  • les plus actives depuis une vingtaine d’année pour peuvent être rassemblés sur le même lieu comme l’étude des mégalithes. Les fouilles des sites d’Er- la nécropole de Bougon qui possède un long tumu- Grah à Locmariaquer dans le Morbihan, de Péré à lus et quatre autres de forme
  • plusieurs monuments qui ont été inclus ou unis dans Le site de Barnenez à Plouezoc’h dans le le long tumulus par différents types d’aménage- Finistère possède deux longs tumulus nommés ments possibles (Joussaume 2003; Laporte 2010b). nord et sud. Ces deux édifices connus depuis le
  • privilégier le tumulus sud et son numents du même type, par exemple le site de exploitation touristique actuelle a mis le tumulus ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 82 nord dans l’oubli. La monographie du site ne con- pente sud de façon parallèle avec
  • - ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 87 Fig. 3.- Haut : relevé de la table de couverture du tumulus nord de Barnenez, typologie d’après Mens 2008. (Modèle 3D disponible sur le site : https://sketchfab.com/flocou) Bas : blocs de métadolérite autour de
  • multiples d’une butte. La structure en U pourrait être les formes sur une longue durée montrant que l’em- restes d’une occupation médiévale du site. Les placement joue un rôle primordiale dans la com- autres sont à rattacher au tumulus nord et à sa des- préhension de cet ensemble
  • a actuellement. Le site www.heywhatsthat.com été ajustée pour assurer le maximum de visibilité. permet de calculer toutes les zones visibles depuis Un cliché présente la centaine de mètres qui sépa- un point qu’on lui indique. Les données utilisées rent les deux tumulus en 1955-56. La
  • Barnenez d’après le site www.heywhatsthat.com. Bas : photo de la pente entre les deux tumulus en 1955-1956 (Archives UMR6566-Creaah). portante. Si comme à Barnenez les longs tumulus monuments pour chaque phase pourront per- sont par deux ou plus, le phasage architecturale mettre de
  • royale belge d’Anthropologie et de Préhistoire: 259276. Laporte L. 2010a: Innate and/or expressed identities: Their conceptualization through monumentality, funerary practices and grave goods? Some examples from the megalithic tradition of western France., Journal of Neolithic
RAP00129.pdf (PLOULEC'H (22). le Yaudet. rapport de sondage et de prospection-inventaire.)
  • the archaeological i n v e s t i g a t i o n s and casual d i s c o v e r i e s and from t h e h i s t o r i c a l r e c o r d (De La B o r d e r i e 1853, 1896; Fleuriot considerable h i s t o r i c a l 1954b) t h a t Le Yaudet i s a site of potential: the promontory has produced
  • D I R E C T I O N D E S ANTIQUITÉS H I S T O R I Q U E S E T PRÉHISTORIQUES D E B R E T A G N E PLOULEC'H Le Yaudet Site multi-périodes PROSPECTION E T SONDAGES P. G A L L I O U et B. C U N L I F F E - 1991 - 129a D I R E C T I O N D E S ANTIQUITÉS D E B R E T A G N E
  • PLOULECH Le Yaudet Site multi-périodes PROSPECTION E T SONDAGES MINISTERE DE LA CULTURE, DE LA COMMUNICATION ET DES GRANDS TRAVAUX S o u s - D i r e c t i o n de 1/Archéologie CIRCONSCRIPTION DES ANTIQUITES DE BRETAGNE n" 01-3 l 6 H AUTORISATION TEMPORAIRE DE PROSPECTION v a l a b
  • / G pour t o u t e s l e s LOCALISATION DU SITE Site n° 22.224.001 Commune: Ploulec'h Lieu-dit: Le Yaudet Coordonnées Lambert : Zonel. Abs. 108,00. Ord.: 167,00. Le site du Yaudet, dans la commune de Ploulec'h (Côtes-d'Armor), occupe un promontoire qui s'avance dans la Baie de
  • de granité et atteint la hauteur maximale de 61 mètres. La courbe de niveau des 25 mètres marque, presque partout, l'abrupt des falaises. La vallée qui entaille ce promontoire fut en partie utilisée dans le dispositif de défense du site à l'époque pré-romaine. Pour ce faire
  • aujourd'hui occupé par la route donnant accès au site. Le promontoire est occupé par le noyau central du village du Yaudet et par les vestiges des terres agricoles qui en dépendaient. Ces exploitations sont aujourd'hui abandonnées, mais on distingue encore fort bien les murets qui
  • servaient autrefois de limites de parcelles ainsi que les chemins d'exploitation. En 1980, à la demande de la commune, le site fut acheté par le département des Côtes-d'Armor afin que ce remarquable ensemble soit protégé de toute construction nouvelle et que les recherches archéologiques
  • des monuments encore visibles (rempart de l'Age du Fer, muraille romaine) et les découvertes fortuites faites sur son sol ont, depuis fort longtemps, attiré l'attention des érudits et des archéologues bretons sur le site du Yaudet. I l est ainsi mentionné dès le XVIIè siècle dans
  • recueillis sur le site à cette époque, nous n'en connaissons ni la nature ni le nombre, et i l faut attendre le XlXè siècle pour que soient recensées, dans les inventaires que dressaient les antiquaires du temps, les trouvailles faites au Yaudet. C'est ainsi que Gaultier du Mottay (1885
  • site ne fut toutefois reprise qu'une vingtaine d'années plus tard, lorsque, de 1952 à 1954, le regretté Léon Fleuriot - à cette époque professeur d'histoire - effectua des sondages au nord de la péninsule (parcelles 5 et 6). I l y dégagea un fragment de la muraille d'enceinte
  • ). A l'occasion de ces fouilles, Y. Garlan eut l'occasion d'examiner un ensemble de monnaies comportant 183 antoniniani du Illè siècle et deux aes du IVè siècle, recueilli sur le site dans des conditions non précisées. En 1970 enfin, une photographie aérienne du Yaudet révélait l'existence de
  • Léguer ont tout naturellement conduit les archéologues à privilégier plusieurs thèmes de recherche: - l'occupation du site de la Préhistoire à l'Age du Bronze: divers indices donnent à penser que le promontoire fut fréquenté dès la Préhistoire et que certains des chaos granitiques qui
  • épées de l'Age du Bronze (Briard, 1971, fig. 1, 1-3) et deux crânes, probablement anciens. - le site de l'Age du Fer: la situation du Yaudet, à l'embouchure d'une rivière importante, donne à penser que nous n'avons pas là un promontoire barré ordinaire, lieu de refuge temporaire pour
  • ). L'exploration du site devrait donc nous permettre de mieux connaître les réseaux d'échanges au long des côtes septentrionales de l'Armorique et de la Manche à l'Age du Fer. - l'agglomération et la fortification romaines: s'il est probable que le promontoire fut occupé, au Haut Empire, par
  • les diverses phases de l'occupation du site, que fût engagée une fouille d'ensemble à long terme. I l était tout aussi nécessaire que ce projet soit conduit par une équipe pluri-disciplinaire rompue à l'étude de sites multipériodes de ce type. C'est pour cette raison qu'il fut
  • commune de Ploulec'h, du Conseil Général des Côtes-d'Armor, du Ministère de la Culture et de nos amis de l'ARSAT. Les premiers résultats ont été fort prometteurs, comme on en jugera ci-dessous. La campagne de 1991 a) Prospection et relevé topographique: L'exploration du site du
  • site est aujourd'hui mieux appréhendée, sans que certaines structures observées puissent être cependant datées Une équipe de trois personnes a, par ailleurs, opéré un relevé topographique complet des limites de parcelles, les éléments figurant sur le cadastre s'étant révélés
  • Yaudet. Tranchée n° 1, vers l'est. Fossés et mur (arrière-plan) de la phase 3. Le Yaudet. Tranchée n° 1: au premier plan, fosse F 25, puis mur F 21. La stratigraphie complexe, bien préservée sur ce site, permet d'identifier six phases d'activité principales que nous présenterons
  • . Elle livra des fragments de céramique romaine, des clous et une monnaie de l'un des Empereurs gaulois. Phase 4 Après qu'un certain temps se soit écoulé, des activités agricoles commencèrent sur le site, et une bonne partie de la zone traversée par la tranchée 1 fut occupée par une
  • site, juste à l'ouest du Poste de Douane. C'est à cet endroit qu'entre 1952 et 1954 le Professeur Léon Fleuriot découvrit et fouilla une porte romaine donnant accès au rivage. Cette structure avait fait, depuis ce temps, l'objet de mesures de conservation (cimentage des joints, mise
RAP01714.pdf (PLOUHINEC (29). "ménez-drégan I". rapport intermédiaire 2000 de fp 3 (2000-2002))
  • to render it soluble. I show herein that this is indeed the case and that DNA can be found preserved m 465.000 years-old fossil bones (originating from a layer dated by ESR of the Lower Palaeolithic site of Menez-Dregan, Brittany, France). This DNA is present in an insoluble form
  • marquer les artefacts lithiques récoltés cette armée. Outre les visites de personnalités officielles, une ouverture du site en cours de fouille a été organisé pour le grand public (deux matinées, pour un accueil de plus de 200 persormes), ainsi qu'une visite pour les élus de la région
  • , particular fossilisation processes could protect DNA molecules in some fossils from microbial, oxidative and hydrolytic attack and preserve them for a much longer time. I have shown^ that this is indeed the case and that DNA can be found preserved in 465.000 years-old tbssil bones
  • (originating from a layer dated by ESR of the Lower Palaeolithic site of Menez-Dregan, Brittany, France"^). However, this DNA is present in an insoluble form associated to the mineral matrix and resists up to now standard extraction procedures and thus PCR analyses. I could demonstrate
  • -Dregan I N° de site: 29 197 015 Cadastre : section ZW, parcelles 366, 370, 372 et hors parcelles Coordonnées Lambert II : X = 92, 200. Y = 2353, 800. Z moy. = 10 m NGF Autorisation n°: 2000/015 1 - Mise en place de la campagne 2000 Préalablement à la campagne de fouille proprement
  • définitivement démonté. A l'issue de l'opération, et après nettoyage de la zone, une nouvelle clôture grillagée a été mise en place autour du site et un grillage de protection plaqué sur le pan de falaise au dessus de fouille (Ets GLOAGUEN). Ce demier, fixé par des pitons dans la paroi, vise
  • utilisé sur le chantier, Yves SELLIER, Sandrine SCHWARTZ et Solène BOURDIN, bénévoles préalablement formés par Nathalie MOLINES, ont assuré l'enregistrement des données planimétriques du site. Durant la phase de post-fouille de l'opération, Luc LE DOUSSAL a été recruté pour laver et
  • - Données topographiques et morphologiques La campagne 2000, neuvième du nom menée sur le site de Menez-Dregan, devait être pour l'essentiel orientée sur la reprise de la fouille des niveaux supérieurs de la cavité. Délaissés depuis plus de trois ans au profit des couches les plus
  • site ont donc été fouillés cette année, comprenant les couches 2, 3a et b, 4a à 4c. L'objectif de la campagne était de descendre assez rapidement cette banquette supérieure sur la totalité de la largeur de la grotte afm d'atteindre la couche d'occupation humaine 5a. Les années
  • la couche de sable dunaire a dû être carbonatée à l'origine. Enfm, la couche 4, subdivisée en trois niveaux (4a à 4c), avait quant à elle fourni de nombreux artefacts lithiques mais la nature des dépôts qui la constituent, un sédiment arénacé lité englobant de gros blocs
  • , suggérait son caractère remanié (Monnier et Hallégouët, dir., 1999). L'opération de la campagne 2000 devait donc se borner à enregistrer et collecter rapidement le mobilier de ces couches. C'était sans compter sur les inévitables surprises que nous réserve tous les ans le site de Menez
  • antérieures ou de lambeaux de sols issus des versants adjacents, comme initialement envisagé. La densité d'artefacts (pratiquement un galet sur deux est taillé) ainsi que la présence d'un aménagement de sol, ne laissent plus aucun doute : les hommes sont venu une ultime fois sur le site, à
  • n'a été repéré. Contrairement aux autres sols d'habitats identifiés sur le site, notamment à partir des structures de combustion, aucun foyer n'a été reconnu dans la couche 4b, malgré la présence d'éclats de taille brûlés et de charbons de bois qui trahissent l'utilisation du feu
  • intentionnelle, il n'est pas sans évoquer celui décrit sur le site de Terra Amata à Nice et destiné, selon les auteurs, à abriter un foyer des courants d'au- (voir notamment la photo dans Perlés, 1976). Signalons pourtant que de nombreux galets au sein de la couche 4b sont plus ou moins
  • abandonnés en couche 4b sont donc telles que nous sommes à présent convaincu de cette ultime occupation. Il s'agit même de la couche qui a fourni à ce jour la plus grande quantité de galets aménagés sur le site, au dépends d'ailleurs des autres types d'outillages. On note effectivement
  • chrono-stratigraphiques et palethnographiques au site de Menez-Dregan. 3. 3-GoupeE-F/E'-F' Dans le but de poursuivre la coupe de référence E-F vers la paroi occidentale de la grotte, nous avons exceptionnellement maintenu la fouille des niveaux 5 à 7 préservés entre le gros bloc
  • la couche organique 5e elle-même bien marquée. Comme à l'autre extrémité de la coupe E'-F', la couche 5d' est également épaisse et très riche en artefacts. Par contre, les niveaux sus-jacents ont été entièrement érodé avant la mise en place des dépôts supérieurs 5a, 4c et 4b. 4
  • choppers au tranchant en tbrmc de pointe ne sont pas rares. Dans l'ensemble, les choppers montrent une variété typologique plus importante que les pièces du même groupe jusqu'ici décrites sur le site, et des comparaisons au niveau morphologique vont être effectuées entre les différentes
  • that it prevents up to now conventional extraction and PCR amplification. To validate this approach, more recent, morphologically well preserved and palaeontologically determined bones from various periods (from Neolithic to modem times) are now being investigated. Current results show
  • that molecular hybridisation is still the most adequate approach to analyse DNA in fossil bones regardless of its solubility. So far, soluble DNA can be found and analysed by PCR only in the more recent bones. However, some of them also contain preserved DNA in an insoluble form
Les premier peuplements de l’ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne (2018) (Les premier peuplements de l’ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne. Rapport de PCR 2018)
  • Normandie, les îles anglo-normandes ou le sud de l’Angleterre) ; - la dernière synthèse concernant le Paléolithique régional date de 1980 (Monnier, 1980a), et ne prend donc pas en compte les découvertes effectuées depuis, comme par exemple les sites de Menez-Dregan ou Saint-Colomban, ou
  • être affinée  Définir l’extension et les limites des sites archéologiques paléolithiques déjà connus.  Identifier les menaces actuelles dues à l’érosion marine et anthropique des sites paléolithiques déjà connus.  Évaluer les dommages liés à l’agriculture ou aux activités
  • de données paléoenvironnementales cruciales à la compréhension des occupations paléolithiques.  Cartographier et géoréférencer précisément des dépôts pléistocènes et les sites et indices de sites paléolithiques déjà connus.  Produire un état des lieux amélioré des données
  • conservé des sites paléolithiques, et les zones dans lesquelles ils sont préservés.  Cartographier la couverture sédimentaire superficielle dans les terres. Objectifs de diffusion, formation et communication Si la recherche sur le Paléolithique régional est bien diffusée
  • également à compléter la formation des prospecteurs de la région.  Promouvoir la recherche scientifique sur le Paléolithique régional, dont les sites sont parmi les plus anciens à l’échelle nationale.  Diffuser les résultats des travaux de recherche et notamment des fouilles lors
  • de conférences à destination du grand public.  Veiller à une diffusion régulière des résultats récents (conférences, publications d’ouvrages, presse, sites internet).  Poursuivre le développement de chantiers-écoles de fouille en Bretagne reconnus
  • ces trois grands thèmes. Comment expliquer la répartition littorale des sites paléolithiques, et la rareté des données concernant l’intérieur des terres ? Quelles sont les périodes et les zones les plus propices aux installations humaines dans la région au Paléolithique ? Comment
  • reconnecter les données géologiques et archéologiques ? Quels types de dépôts sédimentaires peuvent témoigner de la présence de sites paléolithiques ? Comment identifier les zones favorables à la conservation de vestiges paléolithiques ? Comment rendre exploitable l’information
  • scientifique contenue dans la carte archéologique (doublons, attributions chrono-culturelles erronées ou peu précises) ? Pourquoi les sites archéologiques paléolithiques échappent-ils à l’archéologie préventive ? Comment assurer la protection et la préservation des différents gisements
  • périodes concernées. Seules les séries issues de sites fouillés lors d’opérations programmées (ou plus rarement préventives1) sont facilement accessibles. Jusque-là, aucun réel travail d’inventaire des collections issues des différentes opérations de prospections n’a été réalisé. Le
  • lithiques et des relevés de terrain. Par ailleurs, les sites paléolithiques ne sont jamais signalés lors des diagnostics d’archéologie préventive en Bretagne2, ce qui soulève plusieurs questions auxquelles ce PCR tente également de répondre depuis 2015 (cf. infra). Les seules données
  • rapport d’étude documentaire des sites paléolithiques des Côtes d’Armor en 1996, « si le but initial de cet inventaire est avant tout d’alimenter la carte archéologique de la Bretagne, il est aussi conçu pour générer une réflexion sur les mesures de conservation potentielles
  • applicables aux sites paléolithiques. On sait effectivement combien leur position littorale caractéristique particulière au Massif armoricain les rend vulnérables face à l’érosion naturelle ou aux aménagements anthropiques. Au même titre que les sites des autres périodes, les sites
  • paléolithiques littoraux devraient donc être pris en compte rapidement dans les 1 2 12 Le site Paléolithique inférieur de la Croix-Audran à Carnac (56) a été mis en évidence lors d’une fouille de sauvetage menée par l’Inrap en 2001, mais n’était pas apparu lors du diagnostic préalable
  • indices de sites associés doivent faire l’objet d’une déclaration auprès des services archéologiques et donc d’un géoréférencement, afin d’en connaître la position exacte et de pouvoir les protéger. L’autre approche consiste à affiner le cadre chronostratigraphique des dépôts
  • place, sont menacés notamment par l’érosion marine qui progressivement les détruit en libérant les artefacts que l’on retrouve alors sur les estrans. De nombreux gisements paléolithiques ne sont ainsi bien souvent connus que par le biais de différentes prospections, livrant des
  • au DGPS des différents dépôts sédimentaires est d'obtenir un calage altitudinal précis permettant d'affiner les raccords et les 13 Rapport final d’opération 2018 – PCR Paléo Bretagne corrélations stratigraphiques entre les sites et de mieux quantifier les mouvements de
  • ; Khammsithideth, 2014 ; Dutouquet, 2014) que pour les prospecteurs, pour lesquels nous assurons également un suivi des découvertes (tri des artefacts, attribution chronoculturelle, formation à la technotypologie lithique, aide au montage de dossiers de déclaration de découverte).  L’axe
  • vérifications à la tarière manuelle des secteurs prospectés pour en évaluer la couverture sédimentaire. La compilation de données sur la couverture sédimentaire superficielle est indispensable à la reconnaissance des dépôts susceptibles de conserver des sites paléolithiques, et constitue
  • une première étape de zonage de ces gisements. En effet, la répartition des sites paléolithiques bretons est surtout littorale, et l’intérieur des terres est beaucoup moins bien connu. À ce jour, le seul moyen d’appréhender ces occupations dans les terres est d’effectuer un
RAP01710.pdf ((56). la ria d'Étel. rapport de prospection inventaire)
  • relative à l'opération.et en double exemplaire, un rapport accompagné de cartes et de photographie, ainsi que, le cas échéant, des fiches détaillées établies pour chacun des nouveaux sites identifiés au cours des recherches. En outre, dans le cas d'une prospection thématique, le rapport
  • de Lorient et la presqu'île de Quiberon. L'objectif de ce travail consiste à établir un état des lieux et une carte des sites archéologiques de l'Age du Fer et de l'époque gallo-romaine sur une aire géographique englobant les dix communes qui bordent ce bras de mer, à savoir
  • disponible. Parallèlement, des actions sur le terrain ont été menées tout au long de l'année. Celles-ci avaient pour objectifs principaux, d'abord la relocalisation des sites connus afin d' en évaluer l'état de conservation et, le cas échéant, d'y relever des données complémentaires
  • Autorisation du 14/03/2000 m.l - Relocalisations Le site de hauteur de Portanguen-Les Genêts en Merlevenez (N° dracar 2828) notamment, a livré en surface des fragments de tegulae et surtout des tessons de céramique gallo-romaine : Beaucoup de céramique commune mais aussi de la terra nigra
  • réemploi, sans grande transformation, en monument funéraire gaulois. A Erdeven toujours, sur le site de la station protohistorique de Kerhillio (N° dracar 2159), une très petite pierre, bien taillée, de 25 cm de haut, de forme trapézoïdale avec des arêtes adoucies, au sommet arrondi et
  • (période galloromaine), la seconde campagne de prospection s'axera essentiellement sur la recherche de sites inédits dans ce même secteur enserrant la ria dEtel. Les nouvelles mises au jour viendront compléter la base de données personnelle en cours et dont un tirage de chaque fiche
  • (de H.G.N.) : . Nom du site : CcOex. Données complémentaires= Année = Responsable = RKTCI ~ Cadastre Sections) et parcelle(s) : ..^.aa^..A../SJb& SijÙL , tU, fCfdkVlh, fflfttftKC H *J&£9L Observations : Carte I.G.N. Numéro Coordonnées Lambert Centre site : Nom □ Zone
  • : X = Y= | Rayon du site (mètres) : Circonstances de la découverte : Techniques de repérage : Ilnformateur : I p| m Yl » Yb Xc Yc M vt Xa Y« —; ^C
  • %.t&.^ ttS .or?. Etat de conservation : Eléments de datation : r. Chronologie proposée : ..../^^.&..d
  • -dit (de Année première mention = /?.eïit.- .Q.U.e.na.À.. n .G.N.) : Nom du site : Cadastre 4 \3\B\4\ , (Année e* «entn frite I ..^.\/......^f.O.. {.&â^..&£tiç£&i .......... Sections) et parcelle(s) : Observations Numéro o-RZA OT Carte I.G.N. Coordonnées Lambert Centre
  • site : Nom />ra.s
  • RESERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE N* de site attribué N* d'enregistrement DRACAR | \OfT\^\ Lpj ^Ll 1 A^ X\ Çkl I ^ Code AP / AH Modification □ d DÉPARTEMENT DIRECTION GENERALE DES IMPOTS Sjg SERVICE DES AFFAIRES FONCIÈRES ET DOMANIALES CADASTRE ' COMMUNE (Sept
  • de ropération = 1 o\ O Année = 2- Responsable = ...
  • : ...«2i&7r»
  • Lieu-dit (de H.G.N.) : Nom du site : Cadastre (Année .T^r. o* «Jamiéri ni M Sections) et parcelles) : A pul '. .Sc.ÙS.^...(i.C..r .r.u,.!àit.d^r. *f..+.Mi*\
  • Centre site: /'/•e.flu '.Vt «/t
  • proposée : ... Oui Documentation : Bibliographie : Non ^] Lieu de conservation : . .7TT rr. CADRE RÉSERVE CEUU.E CARIE N* de site attribué S.o.fl^ ..../S.P.O Eléments de datation : Mobilier Ya xt ~ Description des vestiges : ..€.A |Q| m Xa f.&&t
  • ( du Cadastre) : Nom du site : .^..e.O .y.P./c $.&.C-A .T^T. Cadastre Sections) et parcelle(s) : . /9.c. Observations : Carte I.G.N. Numéro ~22,A O Coordonnées Lambert Centre site: Nom Contours QJgTJ] . 1
  • ^131 \ loi. Rayon du site (mètres) : \$\o\o\ LJTJTÔI x> Yl Xb Yb X* Ye .Xd Yd X* Ye m Circonstances de ta découverte : — ^£&$fî.Ç..
  • : . ...&.n. Eléments de datation : .zrr, Chronologie proposée : . Mobilier H .X ^tc.^.Â\Hf}.hxr:^j\.v.^we. v .firAj.. Oui Non^
RAP02397.pdf (PLOUHINEC (29). Menez-Dregan I. rapport final de fp 2006-2008)
  • où les sites étaient occupés par l'homme (5 à 10 km ?). Toutefois l'observation de certains artefacts trouvés en 2006 montre que du silex non, ou très peu roulé, a été mis en oeuvre. Cela supposerait la possibilité d'un accès jusqu'à proximité des affleurements 11 crétacés
  • 2008 2 S3* CONTENU DU RAPPORT Intérêt du site (page 3) Equipe scientifique et intégration aux thèmes de l'UMR 6566 - CReAAH Rappels généraux (page 5) (page 7) Le contexte géologique et la formation de la grotte (page 15) Description stratigraphique et interprétation de
  • couches 5d' & 6' ANNEXE 2 : Article Lefort-Monnier-Marcoux ANNEXE 3 : Article « pre-print » Actes du Colloque de Tautavel 2007 ANNEXE 4 : Projet d'article Laforge-Monnier ANNEXE 5 : Anthracologie sur le site de Menez-Dregan (Nancy Marcoux) CD : Menez-Dregan Programmation (pdf
  • ) Intérêt du site (rappel) : Le gisement de Menez-Dregan 1 est un site clé pour la connaissance des premiers peuplements de l'extrême ouest de l'Europe. Il a été choisi parmi un grand nombre de sites analogues appartenant au groupe Colombanien, dispersés sur le littoral sud armoricain
  • , en gros entre Noirmoutier et Crozon. La plupart de ces sites sont menacés par l'érosion marine et font l'objet d'un pillage intensif par les clandestins. L'opération Menez-Dregan s'intègre à un plus vaste programme que l'on peut intituler «des Prénéandertaliens aux Néandertaliens
  • forte présence néandertaliennes encore mal connue, que malheureusement l'érosion marine et les aménagements anthropiques font disparaître rapidement. Des avancées considérables (voir publications) ont été réalisées depuis la découverte du premier site de ce type (St-Colomban à Carnac
  • @clermont.in2p3.fr MONNIER Jean-Laurent: UMR 6566, Université de Rennes 1, Laboratoire Archéosciences, Campus de Beaulieu, bât. 24-25, CS 74 205, 35042 Rennes cedex. Tél: 02 99 28 16 30; fax: 02 99 28 69 34. E-Mail : jean-laurent.monnier@univ-rennes1.fr 6 Rappels généraux N° de site : 29
  • faltise La grotte effondcée Le site de Menez-Drégan (© Maurice Gautier) dates sur grains de quartz en particulier sont totalement aberrantes vis à vis du contexte géologique. Dans l'état actuel et compte tenu des données géologiques et archéologiques, nous ne ferons état ici que des
  • Deux chaînes opératoires coexistent donc sur le site, avec une dichotomie au niveau de la gestion des matériaux. Une chaîne opératoire avec plusieurs schémas d'exploitation, correspondant au petit outillage et mettant en œuvre principalement du silex et du quartz, et une chaîne
  • considérée et comme l'ont montré de nombreux remontages, les matériaux collectés dans l'environnement proche étaient ensuite mis en forme et transformés directement sur le site. Il faut noter aussi la mis en œuvre plus importante du quartz dans les couches 9 et 4, ce qui pourrait être
  • l'indice d'une certaine carence en silex (Molines et al., 2005). L'intérêt du site de Menez-Dregan tient aussi à la présence de "structures" attestant des feux entretenus par l'homme, parmi les plus anciennes connues à ce jour (cf. infra). Des structures de combustion, associées à
  • prudence, car elle ne serait guère fondée que sur la présence (ou l'absence) d'un seul type d'outil (le biface). Des analogies sont possibles entre les industries du littoral sud-armoricain et celles des sites de Tautavel (Pyrénées-Orientales) ou de Terra Amata (Alpes-Maritimes). Des
  • comparaisons intéressantes peuvent aussi s'orienter vers des gisements espagnols, italiens et surtout du Portugal. (Monnier & Le Cloirec, 1985; Monnier, 1989; Monnier & Molines, 1993 ; Molines, 1996). Le gisement de Menez-Dregan 1 est donc un site clé pour la connaissance des premiers
  • peuplements de l'extrême ouest de l'Europe. Il a été choisi parmi un grand nombre de sites analogues appartenant au groupe Colombanien, dispersés sur le littoral sud armoricain, en gros entre Noirmoutier et Crozon. La plupart de ces sites sont menacés par l'érosion marine et font l'objet
  • d'un pillage intensif par les clandestins. Des avancées considérables (voir publications) ont été réalisées depuis la découverte du premier site de ce type (St-Colomban à Carnac) en 1980. Il est nécessaire de préciser les datations, de mieux cerner le contexte paléoenvironnemental
  • point crucial pour la connaissance de la première maîtrise du feu. Il est indispensable que ce gisement soit fouillé quasi intégralement, en réservant seulement une partie témoin qui pourra être protégée et visible dans une future présentation du site. Le site doit, à terme
  • les orientations principales mesurées sur les plans de failles du site. 15 Un système de plateformes d'abrasion marine et de grottes se répète selon trois niveaux superposés : au niveau actuel où l'érosion est active dans la zone de balancement des marées ; sous le niveau des
  • : Menez-Dregan. Plan général du site et découpage des secteurs de la banquette supérieure. 19 LE POINT SUR LA TOPOGRAPHIE, LA STRATIGRAPHIE ET LANEOTECTONIQUE (Rappel, d'après S. Hinguant, in Monnier et al., 1999) Topographie et néotectonique La fouille des niveaux inférieurs et
  • surtout le dégagement des blocs effondrés ont permis de visualiser le platier rocheux et la morphologie de la plate-forme. A l'emplacement de l'entrée originelle de la grotte, par devant le site, un pilier central effondré, a probablement existé. Il s'agit d'un socle proéminent lui
  • la bande 22, marquant un net plongement vers le fond de l'abri. On remarque aussi que les transgressions qui se sont succédé sur le site ont tronqué les couches les plus anciennes. Celles-ci sont généralement affectées par des marmites d'érosion qui s'insinuent sous les dalles