Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

2718 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00284.pdf (VANNES (56). rue du Four. rapport de sauvetage urgent.)
  • huile - 10 Sépultures Iv _ L'APPORT DE CETTE INTERVENTION ARCHEOLOGIQUE A LA CONNAISSANCE DU VANNES ANTIQUE. I - L'INTERVENTION ARCHEOLOGIQUE : Origine et Conduite A) Les raisons de 1'intervention Le quartier Saint-Patern, à VANNES, occupe la colline de Boismoreau, où s'est
  • développée au Haut-Empire la ville romaine de DARIORITUM. Cette colline s'élève à quinze mètres au-dessus du quartier de l'actuelle Préfecture édifiée dans une zone alluviale autrefois marécageuse. A 17,50 m d'altitude, la place Cabello est le point culminant de ce quartier Saint-Patern
  • . Plusieurs rues rayonnent autour de ce point élevé : la rue du Four descend vers le carrefour Saint-Nicolas, très étroite, elle a conservé un aspect désuet, voire insalubre. Ses vieilles bâtisses, la plupart sans caractère, étaient depuis plusieurs années appelées à disparaître. Dans le
  • . La comparaison des fibules de la rue du Four avec celles d'autres horizons^armoriaains, gaulois (Compiègne, Alesia) et aussi helvètes^ ne paraît pas, a priori, confirmer l'hypothèse d'une fabrication locale. Quelques décennies après la conquête, Vannes&Barioritum paraît donc
RAP01114.pdf (GUISSENY(29). plage du Curnic. rapport de fouille préventive)
  • de R. Gavelle, Ilotes sur les fibules gallo-romaines recueillies à Lu^dunum Convenarum (Saint-Bertrand-de-Comminges). dans Ogam, XIV, 80-81, 1962, pp. 201-225. Ces ouvrages donnent une bibliographie abondante sur la question. â/jor de lignes obliques incisées ; l'arc est orné de
  • siècle après J.-C. (11). Cependant M . Sapène notait qu'à Saint-Bertrand-de-Comminges un exemplaire avait été découvert dans un niveau de la pleine période antonine. Le type de fibule à arc non interrompu (pl. III, fig. 3» 3a) existe déjà à Bibracte, à C-ergovie, sous la forme la plus
  • , n2 2, 3 , 4 ; pl. VIII, nS 3 (in Pro Alesia, fevr.-mars 1925) ; à Lombez, suivant P . feesplé, l'atelier ¡de potier gallo-romain de felane à Bombez (fiers), p . 56 et pl. V , n§ 6 , 7 , 8 Tin" Gal'lia." t.""xv. 195771) ; dans le camp rhénan d'iiofheim, sous Claude, suivant
  • Schweizerischen Gessellschaft ffir Urgeséhicbte, XXXV, 1944, p. 101, cité par L . Lerat, ouvr. cité, p . 17. - 11 On admet son existence en Angleterre jusque vers 65 et en Suisse, cane la deuxième moitié du 1er siècle. Cependant, à Saint-Bertrand-de-Comminges, une fibule de ce type a été
RAP00262.pdf (SAINT-LAURENT-SUR-OUST (56). sépulture mégalithique de Beaumont. rapport de sauvetage programmé.)
  • SAINT-LAURENT-SUR-OUST
  • SAINT-LAURENT-SUR-OUST (56). sépulture mégalithique de Beaumont. rapport de sauvetage programmé.
  • AP CONSCRIPTION HISTORIQUE RAPPORT DE Date d'envoi : FOUILLE PROGRAMMEE SAUVETAGE PROGRAMME / / / X / (autorisation triannuelle 1989-1990-1991) ALISATION SAUVETAGE URGENT / SONDAGE / / PROSPECTION / / / Département Morbihan Commune SAINT-LAURENT-sur-OUST
  • MINISTERE DE LA CULTURE, DE LA COMMUNICATION, DES GRANDS TRAVAUX ET DU BICENTENAIRE CIRCONSCRIPTION DES ANTIQUITES HISTORIQUES ET PREHISTORIQUES SAINT-LAURENT-SUR-OUST (Morbihan) Habitat du Néolithique Final à Beaumont Jean-Yves TINEVEZ 19 8 9 N° de site : 56 332 224 001
  • PREHISTORIQUES SAINT-LAURENT-SUR-OUST (Morbihan) Habitat du Néolithique Final à Beaumont Jean-Yves TINEVEZ 1989 N° de site : 56 332 224 001 AP 2 INTRODUCTION À la suite du repérage d'une structure linéaire en terre et blocs de grès, la campagne de fouille de 1988 a confirmé la présence
  • . I - CONDUITE DE LA FOUILLE : Préalablement à la fouille, et grâce à la collaboration des services techniques de la mairie de SAINT-LAURENT-SUR-OUST, il a été nécessaire de procéder à un débroussaillage sur une surface importante. En effet, depuis l'incendie forestier de 1984, la
  • /palissade. 8 LISTE DES FIGURES Fig. 1 : Extrait de la carte I.G.N. - MALESTROIT 7-8 1/25.OOOe. Fia. 2; SAINT-LAURENT-SUR-OUST - Beaumont - Situation cadastrale et topographique des vestiges archéologiques. Fig. 3 : Relevé topographique du talus et implantation des secteurs fouillés
  • Poitou Occidental, Thèse, Rennes. LEJARDS (Dr.), 1966. - Outillage en "grès armoricain" (ferme de Nazareth en Saint-Congard (Morbihan), Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan. LE ROUX (C-T.)f LECERF (Y.) et LE GOFFIC (M.), 1978. La fouille de l'allée couverte de la Grée Basse
  • . MARSILLE (L.), 1909. - De la Lande de Lanvaux à la Lande de Saint-Méen, Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan. MARSILLE (L.), 1925. - L'atelier néolithique de Nazareth en Saint-Congard (Morbihan), Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan. MOLLAC (R.) et CAHIERRE (R
  • . - Contribution à l'étude de la céramique du Néolithique Final de la Bretagne, Mémoire de Maîtrise, Paris I (inédit). TINEVEZ (J.-Y.), 1988. - La sépulture à entrée latérale de Beaumont en Saint-Laurent-sur-Oust, Revue Archéologique de l'Ouest, n" 5. L : Extrait de la carte I.G.N. 4
RAP02410.pdf (RENNES (35).étude documentaire place Saint-Germain)
  • RENNES (35).étude documentaire place Saint-Germain
  • Ligne b de métro automatique RENNES Place Saint-Germain ETUDE DOCUMENTAIRE Jocelyn Martineau, Ludovic Schmitt Avec la collaboration de : Emmanuel de Crouy-Chanel, Remy Arthuis, Teddy Bethus Décembre 2008 c0//i Mh L'utilisation des données du rapport est régis par les
  • vertu de l'article 10 de la loi modifiée du 17juillet 1978 relative à l'améliorationdesrelationsentrel'administrationetlepublic.Lenonrespectdecesrèglesconstitueundélitdecontrefaçonpuniparl'article425d RENNES (35) Place Saint-Germain 2 Table des matières Résumé 3 Introduction 4
  • I - Le cadre de l'étude 5 1.1 - L'identité et l'emprise de la paroisse Saint-Germain 1.2 - Les objectifs 5 6 1.3 - La méthodologie et le cadre générale d'intervention 6 II - Les résultats de l'étude 8 II. 1 - Le parcellaire II. 1.1 - Introduction II. 1.2 - Les limites
  • et le potentiel archéologique du secteur de Saint-Germain 59 III. 1 L'évolution conjointe de la ville et de son fleuve 111.2 - La topographie antérieure aux aménagements des quais du XIXe siècle 111.3 - Impact des constructions modernes et contemporaines sur les vestiges et la
  • topographie médiévaux 111.4 - La chronologie du pont et de la porte Saint-Germain Conclusion 59 60 61 62 63 La ville et son La porte Saint-Germain La dynamique urbaine fleuve 63 63 64 ETUDE DOCUMENTAIRE 1 ligne b de Métro automatique Bibliographie Iconographie Références
  • archivistiques 68 70 44 Sources imprimées 71 Sources manuscrites 71 Annexes 74 Annexe 1: Les anciennes paroisses de Rennes 75 Annexe Annexe Annexe Annexe 2 : Prospection des caves du quartier Saint-Germain, résumé des résultats 3 : Extrait du rôle rentier de Rennes (1455-1461) 4
  • : La pompe Saint-Germain (1613) 5 : Comptes des miseurs (1425 - 1491), série CC. Finances et contributions 77 79 95 96 799 (3 août 1425 - 12 mai 1427) (47 f ) * 800 (10 mai 1427 - 12 avril 1428) * 801-1 (7 juin 142 8-) 808/2 (2 février 1442- 2 février 1444 (v. st.) 805 (purif ND
  • francoys de brie et jacques meilleur, 2 fevrier 1490 au 1er fevrier 1491 vst) 96 100 109 110 111 115 116 117 117 CC CC CC CC CC CC CC CC CC Annexe 6 : Comptes des miseurs (1425 - 1491), Série EE. Affaires militaires 118 EE 160 118 EE 143 118 RENNES (35) Place Saint-Germain
  • Résumé Réalisée de juin à décembre 2008, l'étude documentaire a pour objectif d'enrichir les connaissances sur le potentiel archéologique de la place Saint-Germain à Rennes. Il s'agit notamment d'évaluer les contraintes liées à la présence d'éventuelles vestiges archéologiques dans un
  • d'analyse régressive du paysage urbain : géo-morphologie, morphogénèse et prospection archéologique. La première information inédite qui ressort de l'étude géo-morphologique est la mise en valeur d'un paléo-chenal fossilisé par le tracé de la rue du Vau Saint-Germain et de la rue
  • l'époque antique. Deux axes de communication principaux émergent de cette trame parcellaire orientée Nord 80°/Nord 170° : une voie cardine et une voie décumane. La voie décumane a perduré au Moyen Age classique comme chemin public et correspond partiellement à l'actuelle rue Saint
  • -Georges. La voie cardine, aujourd'hui disparue, franchissait la Vilaine à l'endroit précis où un important dépôt monétaire a été mis jour dans le lit de la rivière à proximité du pont Saint-Germain. L'axe de la voie cardine s'est pérennisé en matérialisant la limite des paroisses de
  • Toussaint et Saint-Germain. Pour le Moyen Age, l'étude a révélé une occupation altomédiévale associée à la paroisse Saint-Pierre-du-Marché située entre le castrum et le quartier Saint-Germain. Cette paroisse est attestée par les textes au XIe siècle. Corroborée par d'anciennes
  • découvertes archéologiques funéraires place de la Mairie, l'existence d'un pôle d'occupation est confortée par l'analyse du parcellaire et des limites paroissiales d'Ancien Régime. Quant au secteur de l'église Saint-Germain proprement dit, il s'est urbanisé de façon lâche dès lafinde la
  • période carolingienne. Il s'inscrit dans un développement continu d'un suburbium et se structure tardivement en paroisse, probablement au XIIe siècle, avec l'édification d'une église près de l'axe médiéval du Vau Saint-Germain. La troisième et dernière information issue de la
  • s'intègre dès lors dans une nouvelle organisation défensive bien documentée. En conclusion, l'église primitive Saint-Germain, la fortification et le bâti privé qui se développent en bordure de voirie s'inscrivent selon la trame parcellaire antique reconnue dans le cadre de cette étude
  • cadastral informatisé du secteur de la place Saint-Germain. (Cadastre D.G.F.P., Rennes, 35, Section BE, 2008) RENNES (35) Place Saint-Germain 4 de l'agglomération de Rennes au XVIIPsiècle. (L. Schmitt, T. Bethus, Inrap 2008, fond de plan G. Perquis, 1948) I - Le cadre de l'étude
  • 1.1 - L'identité et l'emprise de la paroisse Saint-Germain La question de l'identité du quartier Saint-Germain a été posée dans la cadre d'un mémoire de maitrise d'histoire moderne (Jacquet-Pelletier 1991) consacré précisément à ce sujet. L'auteur a tenté, à travers la surface des
  • dépendances religieuses et l'étude des rôles de capitations, de se faire une idée de l'étendue de la paroisse (Fig.02). Au terme de sa recherche, la paroisse Saint-Germain apparaît comme une paroisse aux contours flous, sans identité propre, à l'emprise discontinue et étirée, prenant en
  • écharpe la ville haute et la ville basse. On peut également se rapporter à la cartographie des paroisses de Rennes établie pour la fin de l'Ancien Régime par G. Perquis (1948) et reprise par J. Meyer (1972). La paroisse Saint-Germain déborde, au nord comme au sud, les limites des
RAP00263.pdf (SAINT-LAURENT-SUR-OUST (56). Beaumont. habitat du néolithique final. rapport de fouille préventive 2e année)
  • SAINT-LAURENT-SUR-OUST
  • SAINT-LAURENT-SUR-OUST (56). Beaumont. habitat du néolithique final. rapport de fouille préventive 2e année
  • MINISTERE DE LA CULTURE, DE LÀ COMMUNICATION ET DES GRANDS TRAVAUX CIRCONSCRIPTION DES ANTIQUITES DE BRETAGNE SAINT-LAURENT-SUR-OUST (MORBIHAN) HABITAT DU NEOLITHIQUE FINAL DE BEAUMONT 1990 - RAPPORT INTERMEDIAIRE Jean-Yves TINEVEZ N° de site : 56 332 224 OOl AP Sauvetage
  • programmé triannuel 1989 - 1991 BORDEREAU RECAPITULATIF {CONSCRIPTION HISTORIQUE RAPPORT DE FOUILLE PROGRAMMEE SAUVETAGE PROGRAMME SAUVETAGE URGENT // / SONDAGE / X / / Morbihan Commune Saint-Laurent-Sur-Oust Lieudxt : du cadastre I.G.N Local Le Chatelier Beaumont Beaumont
  • antérieures d1 intervention ERVENTTON / / Département Coordonnées Lambert .. ES / / PROSPECTION ALISATION / ■ 1988-1989 Responsable J-Y TINEVEZ Motif d'intervention Travaux Forestiers Surface fouillée Estimation de l'étendue du gisement 300 m2 Nature du gisement Site
  • TENU DU S 1ER Rapport scientifique Plans et coupes Planches et dessins Photographies légendées : : : : 15 p 6 8 MINISTERE DE LA CULTURE, DE LA COMMUNICATION ET DES GRANDS TRAVAUX CIRCONSCRIPTION DES ANTIQUITES DE BRETAGNE SAINT-LAURENT-SUR-OUST (MORBIHAN) HABITAT DU
  • NEOLITHIQUE FINAL DE BEAUMONT 1990 - RAPPORT INTERMEDIAIRE Jean-Yves TINEVEZ N° de site : 56 332 224 OOl AP Sauvetage programmé triannuel 1989 - 1991 2 INTRODUCTION : À la suite d'un incendie ayant détruit le couvert forestier sur la crête de Beaumont au sud de la commune de SAINT
  • nombreuses structures en creux avec un dense mobilier associé. I - CONDUITE DE LA FOUILLE : En 1989, en collaboration avec les services techniques de la commune de SAINT-LAURENT-SUR-OUST, nous avions fait procéder à un débroussaillage sur une surface d'environ 2.000 m2, travail
  • (inédit). JOUSSEAUME (R-), 1981. - Le Néolithique de l'Aunis et du Poitou Occidental, Thèse, Rennes. LEJARDS ("Dr.), 1966. - Outillage en "grès armoricain" (ferme de Nazareth en Saint-Congard (Morbihan), Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan. LE ROUX (C.-T.), LECERF (Y.) et
  • Bretagne. L'HELGOUACH (J.), Armorique. 1966. - Les sépultures mégalithiques en MARSILLE (L.), 1909. - De la Lande de Lanvaux à la Lande de Saint-Méen, Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan. MARSILLE (L.), 1925. - L'atelier néolithique de Nazareth en Saint-Congard (Morbihan
  • de la Société Préhistorique Française, tome 82/7. POLLES (R.), 1983. - Contribution à l'étude de la céramique du Néolithique Final de la Bretagne, Mémoire de Maîtrise, Paris I (inédit). TINEVEZ (J.Y.), 1988. - La sépulture à entrée latérale Beaumont en Saint-Laurent-sur-Oust
  • archéologique de l'Ouest, n° 7. LISTE DES FIGURES Fig. 1 : Extrait de la carte I.G.N. MALESTROIT 7-8. 1/25.OOOe. Fig. 2 : SAINT-LAURENT-SUR-OUST - Beaumont - Situation cadastrale et topographique des vestiges archéologiques. Fig. 3 : Relevé topographique de la zone étudiée implantation
  • échantillons de charbons de bois provenant du fossé de l'Age du Fer (M. FONTUGNE). ETUDE PETROGRAPHIQUE PRELIMINAIRE DES CERAMIQUES DU SITE D'HABITAT NEOLITHIQUE DE BEAUMONT EN SAINT-LAURENT-SUR-OUST (56) Hervé MORZADEC 45 tessons confiés par M de céramique J.Y.Tinevez du site
  • éch 1 Nature de l'échantillon: Bols Carbonisé Lieu de prélèvement: Saint Laurent/Oust BEAUMONT , MORBIHAN Résultat de la mesure de l'âge: 3 13C: -25,06 2140 ± 40 ans %o Date calibrée: Cal BC (-351,-96) CESSATIONS; Intervalle de confiance 95% (2 sigmas) Calibration d'après
  • prélèvement: Saint Laurent/Oust BEAUMONT , MORBIHAN Résultat de la mesure de l'âge: 3 13C: -24,95 2110 ± 40 ans %o Date calibrée: Cal BC (-336,-45) CSSERYAITCNS; Intervalle de confiance 95% (2 sigmas) Calibration d'après PAZDUR et MICHCZYNSKA GIF le: 31/08/90 1989 (Radiocarbon à
  • d'âge par le Carbone 14 de l'échantillon : Gif-83 26 Echantillon prélevé par: J.Y.TINEVEZ Soumis par: J.Y. TINEVEZ Le: 10/11/89 Sous la référence: SLB 89-TW 7-8-ech 3 Nature de l'échantillon: Bois Carbonisé Lieu de prélèvement: Saint Laurent/Oust BEAUMONT , MORBIHAN Résultat de la
RAP01870.pdf (PAULE (22). cimetière protohistorique et sanctuaire antique de Kergroas. rapport de fp1)
  • tumulus de l'âge du Bronze, rares ont été les études de ce type de monuments. Les dernières ont eu 21 2002 lieu à Saint-Just (Ille-et-Vilaine) en 1990 et 1991 - où il s'agissait d'avantage de l'aménagement de trois ou quatre sépultures de l'âge du Bronze dans un dolmen transepté
  • aspects de la constitution du tertre. L'utilisation de limons déposés sur le vieux-sol, présentant parfois des traces de foyers, est un facteur commun à de nombreux sites, (Balquet 2001, p.29-31), tels - parmi les rares monuments bien étudiés - ceux de Saint-Jude à Bourbriac (Côtes
  • formant des "bandes ondulées de matières noirâtres" comme à Trévérec "Tossen-Maharit"(Côtes d'Armor) (Balquet, p.32, 89, 90). Dans le tumulus de Brun-Bras à Saint-Adrien au Bronze ancien, la sépulture comprenait un cercueil en chêne, lui-même déposé dans un caveau de bois entouré d'un
  • cairn (Briard 1984, p.43, 225,226, fig.119). Cependant, à l'exception des tombes de Saint-Just, datées vers 1500 avant notre ère, elles constituent toujours la sépulture
RAP00335.pdf (NOYAL-CHÂTILLON-SUR-SEICHE (35). la Guyaumerais. rapport de sauvetage programmé.)
RAP00935.pdf (SAINT-AUBIN-DU-CORMIER (35). le château. rapport intermédiaire de fouille programmée 1993-1995)
  • SAINT-AUBIN-DU-CORMIER
  • SAINT-AUBIN-DU-CORMIER (35). le château. rapport intermédiaire de fouille programmée 1993-1995
  • CHATEAU DE SAINT-AUBIN-DU-CORMIER RAPPORT DE FOUILLES (JUILLET 199$) Jérôme CUCARU T1 L CHATEAU DE SAINT-AUBIN-DU-CORMIER RAPPORT DE FOUILLES (JUILLET 1993) Jérôme CUCARULL Cette opération n'aurait pu avoir lieu sans le travail de nombreux bénévoles et le
  • soutien de nombreuses personnes : Georges Alves (Paris) David Paillard (Rennes) Francesca Amendoca (Italie ) Cédric Pétereau (Rennes) Céline Auger (Rouen) Emmanuelle Pinel (Melesse) Caroline Barry (Paris) Sophie Peyrot (Paris) Barbara Bellest (Italie) Marie Reine Rolland Loïc Bert
  • (St-Aubin) Raphaëlle Delas (Paris) Alessandro Delfino (Italie) Christophe Duhil (St Hilaire des Landes) Fabienne Ernoul (Saint Gilles) Alexandra Francini (Italie) Jean-René Georgault (St Aubin) Céline Hubert (Paris) Julien Kaci (Paris) Jean Claude Neveu (Saint-Aubin-du-Cormier
  • D'ARTILLERIE DE L I A I S O N ENTRE PAYS AMIS ARCHEOLOGIOUES DE RENNES- DU CHATEAU CHATEAU DE SAINT AUBIN LES DEUX ENCEINTES PLAN DE SITUATION • DU CORMI SAINT plan AUBIN général DU CORMIER de la . CHATEAU première enceinte / ' ; i i / /i i i i ' • • i i i ni
  • ' ' / SAINT AUBIN DU CORMIER . CHATEAU . plan des secteurs fouillés ZONE FOUILLEE EN 1992 ZONE FOUILLEE EN 1993 10 m PRINCIPAUX RESULTATS Les bien fondé s'agit la résultats d'une de la étude d'un rapport description fouille sur de plusieurs intermédiaire
RAP03383.pdf (RENNES. Église Toussaints : la sépulture de Louis du Plessis (†1661). Rapport de sondage)
  • . Les éléments textiles liés à la préparation du corps 53 3.4.7.1. La couche 3.4.7.2. Les fils de suture 53 3.5. Qui était Louis de Bruslon du Plessix et pourquoi fut-il inhumé en l’église Toussaints de Rennes ? 55 3.5.1. Contexte : le collège Saint
  • -Thomas et sa chapelle 3.5.2. Louis et sa famille : une noblesse d’extraction du Rennais 3.5.3. Les Bruslon et le collège Saint-Thomas : une histoire de famille 55 59 62 3.6. Mise en perspective de la découverte à la connaissance des rites funéraires du XVIIe dans les
  • historique, celui de la ville de Rennes au XVIIe siècle. I. Données administratives, techniques et scientifiques 13 Localisation de l’opération Saint-Brieuc Bretagne, Ille-et-Vilaine, Rennes, église Toussaints X : 48°6’32.872" N Y : 1°40’32.508" O : localisation de la fouille
  • l’église Toussaints (Rennes-35) aux Croisades médiévales contre l’Orient (Saint Louis), la pratique des funérailles multiples, issue de la tripartition des corps ou Dilaceratio coropris (dissociation du cœur, des entrailles et du corps du défunt), se développe en Occident à partir du
  • moderne. Bien documentés par les textes (récits d’obsèques) et les iconographies (nombreuses gravures de funérailles des Valois ou des Bourbons par exemple) pour les rois et les reines de l’Occident chrétien1, peu de travaux s’intéressent aux déclinaisons de ces pratiques dans les
  • seuls six d’entre eux, provenant de Rennes, conservent des tissus humains de manière exceptionnelle. La plupart proviennent d’églises ou de chapelles encore consacrées (Saint-Pierre de Servel à Lannion, Kermaria à Plouha, Saint-Ouen à Livarot, Toussaints à Rennes, Saint-Martin à
  • Châtillon-sur-Colmont) ou de bâtiments qui ont perdus leur fonction originelle et/ou sont détruits (Saint-Germain à Flers, église conventuelle des Jacobins à Rennes et à Dinan, ancienne église Saint-Aubin et Saint-Yves à Rennes) ou encore de collections muséographiques (musée de Bretagne
  • , exhumé en 1838 de la cathédrale de Rouen, celui de Bertrand du Guesclin transféré du couvent dominicain de Dinan à la basilique Saint-Sauveur de cette même ville en 1810 ou celui d’Anne de Bretagne, inhumée selon ses vœux avec ses parents dans la chapelle des Carmes de Nantes puis
  • transféré en 1792 dans la cathédrale Saint-Pierre de Nantes. Le renouvellement des problématiques sur ces types de funérailles et l’approche pluridisciplinaire qui en découle sont à la base de plusieurs publications ou recherches récentes (Colleter et al. 2011 ; Charlier et al. 2013
  • opératoire intégrale de l’intervention post-mortem grâce à une 1 Citons ici les Chroniques de Jean II et Charles V sur les triples funérailles de la reine Jeanne d’Évreux le 10 mars 1371 ou celles faisant référence aux fastueuses funérailles de l’enterrement d’Anne de Bretagne par Pierre
  • –Toussaint de Brefeillac inhumé à Saint-Sauveur-. © R. Colleter Département Site 22 Saint-Pierre (Servel, Lannion) 1 22 Kermaria (Plouha) 1 22 Jacobins (Dinan) 1 35 Saint-Pierre (Pléchâtel) 1 35 Jacobins (Rennes) 5 35 Toussaints (Rennes) 1 35 Saint-Yves (Rennes) 35
  • Saint-Aubin (Rennes) 35 Saint-Georges (Rennes) 53 Saint-Martin (Châtillon-sur-Colmont) 6 1 53 Château (Laval) 1 1 44 Carmes (Nantes) 14 Saint-Germain (Flers) 2 14 Saint-Ouen (Livarot) 1 76 Notre-Dame (Rouen) Total Cercueil Cardiotaphe 5 1 1 1 1 1 1 1 17 17
  • paroisses3 (Meyer 1984, 195). Les églises paroissiales possèdent pour la plupart des aîtres cimétérials destinés à recevoir les paroissiens comme c’est le cas pour les églises de Saint-Étienne, Saint-Aubin, Saint-Germain ou Toussaints. Les sujets les plus fortunés peuvent choisir d’être
  • (Isbled 1992 ; Le Cloirec 2016). L’actuelle église Toussaints est à l’origine la chapelle de l’ancien collège Jésuite de Saint-Thomas. Fondée en 1536 par la Communauté de Ville de Rennes à l’emplacement d’un ancien hôpital, la Compagnie de Jésus y assure un enseignement gratuit très
  • de la Porte-Blanche, la chapelle Saint-Thomas n’est pas encore visible puisqu’elle ne sera édifiée qu’entre 1624 et 1651 (Meyer 1984, 196) (fig. 5). Son architecture est de style baroque, caractéristique des édifices de la compagnie de Jésus et s’inscrit dans un élan propre à la
  • habitants. 3 Les paroisses de Saint-Aubin, Saint-Étienne, Saint-Germain, Saint-Hélier, SaintJean, Saint-Laurent, Saint-Martin, Saint-Pierre-en-Saint-Georges, Saint-Sauveur et Toussaints. II. Résultats 23 Capucins Saint-Etienne Carmélites Dominicains Saint-Aubin Minimes
  • Augustines La Visitation Trinité Cathédrale Saint-Pierre Saint-Sauveur Cordeliers Calvairiennes Saint-Germain Bénédictines Ursulines Toussaints Saint-Thomas Carmes Visitandines église conventuelle cimetière paroissial église paroissiale cathédrale Chapelle Saint-Thomas 0 200
  • mètres Fig. 4 Rennes au XVIIe siècle. Copie du plan Hévin (vers 1665), complété par M. Maillet (1845), modifié. Échelle et orientation approximative. © R. Colleter La chapelle fait partie de la paroisse de Saint-Germain au XVIIe siècle (Meyer 1984, 196) dont l’église éponyme est
  • lieu d’inhumation privilégié pour ses paroissiens. Les plus fortunés pouvaient demander à être inhumés dans l’église elle-même ou dans le couvent des carmes, tout proche de la chapelle Saint-Thomas, ou encore dans celui des Cordeliers, situé au nord de l’église paroissiale (fig. 6
  • siècle. En rouge, collège des Jésuites en 1616. © Plan D’Argentré, 1616/1618, Archives municipales de Rennes, 1FI42, modifié, R. Colleter A B paroisse Saint-Jean paroisse Saint-Etienne Bénédictines Cordeliers Saint Germain paroisse Saint-Pierre en Saint-Georges paroisse paroisse
RAP00771.pdf (MAXENT (35). église paroissiale. rapport intermédiaire de fouille programmée)
  • de lieu de sépulture à saint Conwoion, fondateur de Redon, décédé en 868, puis à Wembrit, épouse de Salomon (+ 869), enfin au souverain lui-même, après son assassinat en 874. Des machtierns, aristocrates bretons, obtinrent également le droit d'être inhumés dans 1 ' exedra de
  • fortifiés du haut Moyen Age en Bretagne. Les églises des saints et les palais des rois, thèse de doctorat de l'Université de Rennes 1, dactylographiée, p. 210-214. GUIGON Ph„ 1990. m p l a n t a t i o n de l a p r o s p e c t i o n m a g n é t i q u e ain 1981 - L a b o . d ' A r c h
  • choeur est un rectangle orienté long de 6,40 m, large de 4,50 m; à l'extérieur, deux avancées encadrent un passage large de 1,2 0 m, faisant communiquer le choeur avec la chapelle axiale, un "drain ad caput" où furent peut-être déposées les reliques du saint éponyme. Les murs sont
  • en Bourgogne, telles St-Germain d'Auxerre (89), et surtout St-Pierre de Flavigny (21), qui fut modifiée pour recueillir les reliques de Ste-Reine, en 860, c'est-à-dire exactement à la même époque que la fondation de Maxent. St- 5 Philbert-de-Grandlieu (44), transformée à
  • pratiqué des recherches, principalement dans l'absidiole nord (sans la signaler dans ses procès-verbaux) . Le Jeudi Saint 1893 [!], le premier coup de pioche fut porté à la vieille église qui servit de lieu de culte provisoire jusqu'à l'inauguration de la construction neuve, en 1898
RAP03665 (SARZEAU (56). Capitainerie de Port Saint Jacques. Rapport de sondage)
  • SARZEAU (56). Capitainerie de Port Saint Jacques. Rapport de sondage
  • DGEC / Direction de la culture Service départemental d’archéologie du Morbihan Morbihan, Sarzeau « Saint Jacques » Sondage archéologique « Capitainerie de Port Saint Jacques » _____________________ Rapport final d’opération/sondage N° d’autorisation : 2018-207 CODE INSEE
  • ........................................................................................................................ 39 1 RFO sondage archéologique (2018-207) - Sarzeau(Morbihan), « Capitainerie-Port Saint Jacques » I. Données administratives, techniques et scientifiques 2 I-Données administratives, techniques et scientifiques Fiche signalétique Identité du site Région : Bretagne Commune
  • : Sarzeau Département : Morbihan Code INSEE : Sarzeau 56240 Lieu-dit ou adresse : Port Saint jacques Code postal : 56 370 Cadastre Année : 2017 Section (s) : BS Parcelle(s) : 01 Altitude : 4.8 m NGF Propriétaires des terrains : Mairie de Sarzeau Opération archéologique Arrêté de
  • : Réhabilitation et extension du bâtiment de la capitainerie à Port Saint Jacques Dates d’intervention terrain : du 2 au 6 juillet 2018 Rapport final d’opération Nombre de volumes : 1 Nombre de pages : 41 Nombre de figures : 18 Nombre d’inventaires : 4 + planches contact Annexes : 1 3 RFO
  • sondage archéologique (2018-207) - Sarzeau(Morbihan), « Capitainerie-Port Saint Jacques » Mots clés des thésaurus CHRONOLOGIE Paléolithique Paléolithique inférieur Paléolithique moyen Paléolithique supérieur Age du fer Hallstatt ou premier âge du Fer La Tène ou deuxième âge du Fer
  • administratif Service Départemental d’archéologie du Morbihan (DGEC), Conseil départemental du Morbihan : AGOGUE Olivier, Conservateur du patrimoine / chef du Service départemental d’archéologie du Morbihan OGER Hélène, Coordinatrice administrative 2 rue de Saint-Tropez – CS82400 – 56009
  • ) - Sarzeau(Morbihan), « Capitainerie-Port Saint Jacques » Notice scientifique Suite à la découverte de restes humains par la commune de Sarzeau dans le cadre de travaux de réhabilitation et d’extension de la capitainerie de Port Saint Jacques, le terrassement de la zone a été interrompu
  • I-Données administratives, techniques et scientifiques Localisation de l’opération Figure 1 : localisation de l'opération sur carte IGN (© IGN France 2009) 7 RFO sondage archéologique (2018-207) - Sarzeau(Morbihan), « Capitainerie-Port Saint Jacques » 8 Figure 2
  • ), « Capitainerie-Port Saint Jacques » 10 II-Résultats II. Résultats 11 RFO sondage archéologique (2018-207) - Sarzeau(Morbihan), « Capitainerie-Port Saint Jacques » 1. Introduction 1.1. Circonstances de l’intervention Dans le cadre des travaux de réhabilitation et d’extension du
  • bâtiment de la capitainerie du port Saint Jacques à Sarzeau (Morbihan) (fig. 1, 2 et 3), des restes humains ont été mis au jour. La commune de Sarzeau a arrêté les travaux de terrassement et alerté la Drac Bretagne. Au sud-ouest du projet, le Service régional de l’archéologie
  • intervention 1.2. Etat des connaissances avant l’intervention Figure 5 : extrait de la carte de Cassini, secteur de Sarzeau présentant la chapelle à Saint-Jacques 13 RFO sondage archéologique (2018-207) - Sarzeau(Morbihan), « Capitainerie-Port Saint Jacques » Aucune entité
  • archéologique n’est répertoriée à proximité de l’emprise (fig. 5). Néanmoins, des vestiges témoignant de la présence d’ateliers de sauniers laténiens sont mentionnés dans la carte archéologique de la gaule (CAG Morbihan, Galliou et al 2009) à Saint Jacques. Figure 6 : carte des entités
  • archéologiques présentes à proximité du site au 1/25 000 Le rentier de Rhuys rédigé entre 1506 et 1510 sur ordre de la reine Anne de Bretagne présente un inventaire précis des terres de Rhuys, des propriétaires et locataires de la presqu’île ainsi qu’une cartographie avant l’apparition des
  • apporte des informations quant à la frairie de Saint Jacques, alors appelée « Saint Jame » (fig. 7). 14 II-Résultats Figure 7 : localisation des différentes frairies de Rhuys d’après le rentier de Rhuys, d’après l’Association « La maison Forte » A la pointe Saint Jacques, le
  • rentier mentionne une « église » entourée de quelques maisons. Dans le l’ouvrage rédigé d’après le rentier de Rhuys, l’association La maison Forte mentionne un document du XVIIème siècle faisant état de la nef de l’église Saint Jacques mesurant « par la grande porte septentrionale
  • sur le « littoral de la France » publié à la fin du XIXème siècle cette présence templière est soulignée : à la pointe Saint Jacques, « la marque de l’envahissement de l’Océan est visible sur les derniers débris de l’antique maison des Templiers. Par suite des empiètements
  • du Rentier de 1506-1510 (2013) 2 AD56- Série 4S408 15 RFO sondage archéologique (2018-207) - Sarzeau(Morbihan), « Capitainerie-Port Saint Jacques » Figure 8 : carte postale des années 1900 présentant les vestiges de la chapelle encore en élévation 1.3. Stratégie et méthodes
  • 07). Le premier correspond au comblement supérieur, remanié, très hétérogène, composé 17 RFO sondage archéologique (2018-207) - Sarzeau(Morbihan), « Capitainerie-Port Saint Jacques » principalement d’un mélange de limon et de sable avec quelques cailloux. La tranchée est
  • de la zone (fig. 10). 19 RFO sondage archéologique (2018-207) - Sarzeau(Morbihan), « Capitainerie-Port Saint Jacques » Dans la partie sud, le lambeau d’aménagement conservé sur une largeur de 50 cm environ et une soixantaine de centimètres de long.Il est constitué de dalettes
  • . Galou/ Topo Géobretagne Sud / DAO A. Suaud-Préault 20 II-Résultats Figure 15 : l’ensemble des sépultures repérées sur la zone nettoyée. 21 RFO sondage archéologique (2018-207) - Sarzeau(Morbihan), « Capitainerie-Port Saint Jacques » Le nettoyage de la zone a permis de repérer
RAP01581.pdf (PAULE (22) . camp de Saint-Symphorien. rapport final de synthèse de fp 1996-1998)
  • PAULE (22) . camp de Saint-Symphorien. rapport final de synthèse de fp 1996-1998
  • Le Camp de Saint-Symphorien à Paule. (Côtes d'Armor) Conseil Général des Côtes d'Armor Service Régional de l'Archéologie de Bretagne 1996 - 1 9 9 8 L E C A M P DE S A I N T - S Y M P H O R I E N A PAULE (Côtes d ' A r m o r ) Forteresse aristocratique du second âge du Fer
  • Conseil Général des Côtes d ' A r m o r Service Régional de l'Archéologie de Bretagne U M R 6566 1996- 1998 SOMMAIRE REMERCIEMENTS p. 1-3 PREMIERE PARTIE - LA FOUILLE DU CAMP DE SAINT-SYMPHORIEN 1 - Localisation géographique du site et historique des recherches. p. 4-6 2
  • sur les crédits affectés à l'unité. Je voudrais enfin remercier, pour l'intérêt qu'il manifeste envers les fouilles et la qualité de son accueil, M. le Comte Hervé DE SAISY DE KERAMPUIL, propriétaire du Camp de Saint-Symphorien. AFAN. Les documents graphiques ont été réalisés par
  • PREMIÈRE PARTIE - LA FOUILLE DU CAMP DE SAINT-SYMPHORIEN 1 - Localisation géographique et historique des recherches Le camp de Saint-Symphorien à PAULE, dans les Côtes d'Armor, se situe en plein cœur de la Bretagne, à proximité des limites des départements du Finistère et du Morbihan
  • ferrugineux, pour la partie sud des schistes phylliteux gris-vert fortement plissés par des phénomènes de cryoturbation. Deux sources au débit important sont connues à proximité : celle de Coat ar Scaon, à 800 m au nord-est, et surtout celle de Saint-Symphorien, localisée à moins de 100 m
  • au nord et qui était autrefois dominée par une vaste chapelle. La première mention connue de l'enceinte est une note manuscrite étudiée par Cécilia RAPINE. Datée du 6 décembre 1682, elle mentionne "au dessus de la chapelle de Saint Symphorien un chasteau nommé Castel Andic dont
  • / 1997 / 1591 - 2A : sondage 2, couche A, du fossé 1591, fouillé en 1997 sur le site de Saint-Symphorien à PAULE, Côtes d'Armor). L'étiquette placée sur la cagette précise le numéro du site, la commune et le lieu-dit, l'année, le type de mobilier (os, amphores, céramique indigène
  • d'échantillons de pâtes sont régulièrement réalisés tous les deux ou trois ans. Le mobilier en bois découvert en 1997 a été consolidé par lyophilisation dans le laboratoire UTICA de SAINT-DENIS ou, pour l'élément le plus long, dans le laboratoire de GRENOBLE. Les datations par
RAP03439 (GUENGAT (29). Le Bourg, rue des Genêts : Les vestiges de la Pars rustica d'un établissement antique. Rapport de fouille)
  • Friedericke Schlürmann-Constans, docteur Omar Miranda, docteur Patricia Blanchard ; CHUR de Brest (La Cavale Blanche) : docteur Alexandre Simon, docteur Hervé Person, docteur Jean-Philippe Aubouin, docteur Sandra Lesven ; Clinique Saint-Michel & Sainte-Anne (Quimper) : docteur Yves Coadou
  • , encore cultivée aujourd’hui. Cette dernière, enclavée dans un espace urbanisé, devrait prochainement faire l’objet de projets d’aménagement. 12 Guengat Saint-Brieuc Brest Rennes Guengat Quimper Vannes N 0 Nantes Parcelle étudiée Fig. 1 - Guengat, le bourg, rue des Genêts
RAP03350_1.pdf (SARZEAU (56). Le château de Suscinio : le logis nord. Rapport de FP 2013-2015)
  • 56 240 001 N° identifiant MH 240MH01 Réf. Notice MH PA00091728 Propriétaire du terrain Département du Morbihan 2 rue de Saint-Tropez CS82400 56000 Vannes cedex 9 Références de l'opération N° des arrêtés d'autorisation de fouille et de nomination du RO 2013 : 2013-029 délivrée le
  • -UMR6273 (CNRS/UCBN) X : 1268840 Y : 7161880 Z : env. 7 m NGF au centre de la cour Organisme de rattachement Département du Morbihan Direction de la Culture - Service départemental d'archéologie 2 rue de Saint-Tropez CS82400 56000 Vannes cedex 9 Références cadastrales Commune Sarzeau
  • Gougaud 56000 Vannes Parcelle 10 Lieu de dépôt provisoire de la documentation Service archéologique, Rue de saint-Tropez, Vannes 2 Mots-clefs des thesaurus Chronologie Paléolithique Âge du fer Paléolithique inférieur Paléolithique moyen Paléolithique supérieur Mésolithique et
  • l’Épervier » (« toure de l’Epervié », « tour de l’Eprevier ») datent des années 17202. Il en est de même pour la tour des Salines (« tour des Salinnes »), tandis que la tour Saint-Nicolas porte apparemment ce nom depuis le début du XVIIe siècle3. Ces deux tours qui forment l’entrée sont
RAP02530.pdf (BAINS-SUR-OUST (35). axe Rennes/Redon. aménagement de la rd177, section Sainte-Marie/Redon, tranche 1. rapport de diagnostic)
  • BAINS-SUR-OUST (35). axe Rennes/Redon. aménagement de la rd177, section Sainte-Marie/Redon, tranche 1. rapport de diagnostic
  • Numéro de projet INRAP : DA 05032801 Région : Bretagne Département : Ile et Vilaine Commune : Bains-sur-Oust Code INSEE : 013 Lieu-dit ou adresse : Axes Rennes-Redon (RD 177) section Sainte-Marie-Redon- Tranche 1 : Le Portail Cadastre année : Feuille YC 01, parcelle YC 185 Coord
  • Préhistoire. Malgré la faible quantité de sites répertoriés dans la région de Redon, récemment prospectée, de nombreux mégalithes dont les plus célèbres se situent dans la Lande Cojoux à Saint-Just attestent d'une occupation humaine importante de ce secteur au Néolithique. Un gisement de
  • ramassée dans la parcelle située de l'autre côté de la RD 177, faisant face à notre emprise, sur la commune de Sainte-Marie. Le diagnostic archéologique a permis de confirmer la présence humaine dans ce secteur sans pouvoir localiser précisément l'occupation, peut-être complètement
  • Archéologique en 2004, le site est décrit comme occupation néolithique. Au sud de notre emprise, de l'autre coté de la RD 177 sur la commune de Sainte-Marie, une hache polie a également été recueillie, venant confirmer la présence humaine de ce secteur, dès la Préhistoire. 1.2 CONTEXTE
  • TOPOGRAPHIQUE, GEOLOGIQUE ET ARCHEOLOGIQUE L'emprise du diagnostic occupe une partie de la parcelle YC 185, située à l'extrême sud-est de la commune de Bains-sur-Oust. La limite sud de la prescription longe la RD 177, faisant office de limite communale entre Bains-sur-Oust et Sainte-Marie
  • -Llandeiiien inférieur Grès quartzites d'Aucfer (Caradoclen-Ashgillien?) : grès chloriteux, q-uartzites, siltites à muscovite et chiastolite 0 3 ¿S Siltstones bleu-noir ardoisiers à la base à Didymograptus niveau de la Grenouillère (Llanvirnien) 03 Schistes de Saint-Perreux
  • microconglomérats fefdspathiques 2 - Poudingues feldspathiques du Dreneuc Formations m é t a m o r p h i s é e s au c o n t a c t d u granite des Landes-de-Lanvaux Groupe de Bains-sur-Oust (Briovérien à Arénigien) : tuffites à muscovite de l'enclave de Saint-Vincent-sur-Oust, micaschistes
  • c o u p e s d e s faits m i s au j o u r , A x e R e n n e s - R e d o n , Section Sainte-Marie, B a i n s - s u r - O u s t (35), au 1/500 cme 1m 1m La seconde US qui tapisse le fond, est un petit niveau argileux gris-blanchâtre renfermant également des charbons de bois
  • ., GAUTIER M., LEROUX G. (1995) - Les mégalithes et les tumulus de Saint-Just. Ille-etVilaine. Evolution et acculturations d'un ensemble funéraire (5000 à 1500 ans avant notre ère). Documents préhistoriques 8, Conseil Général d'Ille-et-Vilaine, 1995, 174 p. 13 ANNEXES 14 INVENTAIRE
  • Ccrmune BAINS-SUR OUST Llej-dit ; Axe Rernes-Reoon ¡RD 177) - section Salnto-Marie - Redon - TRANCHE 1 : Le Portail Cadastre : ssctlcn : VC pa-e&llos : 1E5 te diagnostic aretéolog qjs corrprond. ottre jne phase d'exploration du t&-rEin: uns phase d'étuce qt.i s'aihôva par a remisa
  • Bretagne. Préfet d'il le-et-Vilaine, Prescriptions de diagnostic archéologique Annexées à l'arritâ préfectoral numéro 2009-076 Département : llle-et-V |p ne S C-r-muñes : BAINS SLR CUS" Lieu-dit : Axe Rennes-Rccon (RG 1?7j - se^on Sainte- fi'ar a - Redon - IRANCHEJ^LLe^Qj^ii Cadastre
  • au sud ce cc site, au sud de ¡a RQ 17? (hors e"prise), â La Verdière, commune rie Sainte-Marie. I objectif de ccttc opération est ae mettre en évidence, de caa» ol de caractériser les structures s-chccogicues liées rctammentà celte occupalan néolirt-ique D'..re marisrs gënéraie
  • -avaux routiers. Fait à Serneï, Is 10 aaûi 2Q09 pou- le Prôtot da ia région de Bretagne, Préfet d Illa et Vi.aine, e cinsctouf régional 6eh affaires culturelles, :o conservateur régional do ia'théologie. Stéphane Deschamiis 19 % RD177 Sainte-Marie - Redon \ PLÂ^j P;AftCEL^AXRE