Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3544 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00568.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • . To a certain ex tent the results from A31/79 are similar to those from A92, one and a half km away, despite the considérable différence in data derived from the surface. Both sites are located on ridges and both suggest nearby structures occupiéd during the first and second centuries AD
  • ZK67) Excavation o-f Trenches 28 and 29, started in 1986, was completed. Thèse two 6m squares were located over a dense tile scatter located by -fieldwalking at 50m intervais in 1982 and rewalked in 5m squares for 'total' collection in 19B6. The fieldwalking data suggested a Roman
  • and was différent from the other ditches located on the site; its fill (11) yielded no finds. This may represent another récent attempt at drainage. The trench al so eut through the earthwork which was located at the bottom of the slope; no additional layers were found and it seemed
  • that had provided a wide range of différent surface data so that excavation might produce results that would allow interprétation of the whole mass of surface mater i al. Three days (25 - 27 August) were spent in préparation for the main season by two people, in addition to two spécial
  • century as a metai rie (fig. 2). The field was permanent meadow in the early nineteenth century. In 1982 it was walked at 50m intervais and was classified as a 'médiéval site'; some Roman pottery was also recovered. In 1987 the field was gridded in 5m squares and walked for 'total
  • common f abri es being the coarse wares 86 (62/1) and 89 (307.); the rest were finer fabrics (Fabrice 13 and 14). Neither brick nor tile was found, but there were smal 1 quanti ti es (440g) of Ordovician mudstone at the bottom of the layer (05b-6) . A séries of pits was located
  • without more extensive investigation. The séquence from T36 is important. The trench was sited on the highest part of the field, near the top of the slope, yet it has a much deeper stratification than T37 lower down the slope. The buried soil 32, with its charcoal, might represent
  • Roman site in the vicinity, and a few sherds in the topsoil, there is no trace of Roman settlement on this field and little to suggest Roman agricultural use. Présent évidence might suggest that the médiéval pottery in the plough soil derived from very heavy manuring, although
  • was not présent in such quanti ti es. Although the area excavated was so small, it is sufficient to reveal that this zone is of exceptional importance as a long-used settlement area - Iron Age, Roman nearby to the south east, two seigneurial sites hardby (Le Bois Guillaume and La Touche au
  • material was obtained from T29 (as was reflected by the results D -f the total collection) but more Roman pottery was found. Time ran ont and the sites had to be backfilled at the point, when ditches were recognised (Asti 13. and Davies 1987, 118-21). In 1988 the excavation was resumed
  • the same corner and was 4.5m long; T44 was eut north from the north-east corner of T28 for 4.4m (fig. 3). In T42 two ditches were located eut into the natural . One (24) was lm wide and about 0.2m deep and was fi lied with a loam (23) similar to the plough soil. The other (39) was much
  • marks the north b oun d ar y of t h e field. None of the trenches produced structural évidence though the plough soil contai ned large blocks of stone which were cl early derived from a building. It is qui te possible that the buildings were located right. on the ridge, and therefore
  • and 19). Ditch 5 was eut into natural (21) , and a 4m length was excavated. In 1986 it was sugge?sted that this was the saune ditch as that (10) located in T28. The similarity of size, profile and filling would confirm this interprétation, as would the similarity of the stone fill
  • and was destroyed or collap>sed in the second century, with no subséquent occupation of that parti cul ar site. A31/79 (Ru-ffiac ZN 119) A3 1/79 is situated 4 00m north of Petit Madou in Ruffiac; it stretches from the crest of a ridge on the 40m contour down the north-east slope of a small
  • and A79 were first walked at 50m intervais in 1982; the material which was recovered concentrated where the two fields joined and was classified as a 'probable médiéval site'; Roman pottery was also noted. The field boundaries were subséquent 1 y changed and the eastern part of A31 has
  • ) by machine in order to understand a feature. The archaeological préservation was of varying quality; features were only located if they penetrated the natural subsoil. On the ridge and top of the slope the features had clearly been truncated by ploughing so that few were deeper than 0.1
  • - 0.15m; however, 1 ower down the slope négative features survived much better. In ail 105 working days were spent on site with a normal team of 6. Trench 40 This was the most southerly trench and was 85m long. It crossed the ridge and the top of the slope. The depth of the plough
  • was to check the course of thèse ditches, and both original ditch and reçut were found; however they produced neither pottery nor tile. A f 1 at-bottomed pit (17), 1.4m wide and 0.5m deep , was located close to ditch 3. Its fill (18) contained 3.7kg of tile (Fabric 1) , 7kg of quartz, one
  • sherd of late Iron-Age/earl y Roman pottery (Fabric 15) and one sherd of vessel glasB. This had a light olive-green colour. Further down the slope, within 10m of pit 17, two ditches were located which had a similar character; both had shallow 'U' shaped profiles; and were apparently
  • by plough soi 1 1, context 25 itself being similar to plough soi 1 2. No further ditches or pits were located beyond ditch 24, but 5rn to the north a layer of dark loarn was found i nterposed between the clay subsoil and the lower plough soi 1 (2). This layer (4) extended for about 25m
RAP03364.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2014-2016)
  • and rhythm of the transformation of the last Paleolithic communities. There is no doubt that the next plurennial program (2017-2019) will participate to bring much more data with the extension of the excavation to the totality of the surface preserved on the site. 11 Rocher de
  • .......................................................................................................................................... 11 1. FICHE SIGNALÉTIQUE DU SITE ......................................................................................................... 13 2. ÉQUIPE
  • ........................................................................................................................................... 13 3. REMERCIEMENTS ........................................................................................................................... 21 4. PROBLÉMATIQUE DE LA RECHERCHE ET IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE (N. NAUDINOT) ....... 25 5. LOCALISATION DU SITE (N. NAUDINOT
  • GÉNÉRAL ET DESCRIPTION DES DIFFÉRENTES UNITÉS STRATIGRAPHIQUES IDENTIFIÉES SUR LE SITE ............................................................................................................................................ 44 11.2. HISTORIQUE DES ÉVOLUTIONS DE LA STRATIGRAPHIE
  • Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 11.5. CONCLUSIONS SUR LA MISE EN PLACE DES DÉPÔTS ET LA CONSERVATION DU SITE .......................................... 53 12. ÉTUDE ANTHRACOLOGIQUE (I. THÉRY-PARISOT
  • ESSENTIELLEMENT RAPPORTABLE À L’AZILIEN ANCIEN (N. NAUDINOT) ........................................................................................................................................ 62 15.1. LES COMPOSANTES HOLOCÈNES MISES EN ÉVIDENCE SUR LE SITE
  • ........................................................................................................................... 131 20. OBSERVATIONS PRÉLIMINAIRES DE LA RÉPARTITION SPATIALE DES VESTIGES (N. NAUDINOT) ... 133 21. PREMIÈRES HYPOTHÈSES SUR LES MODALITÉS D’OCCUPATION DU SITE ET SA PLACE DANS LE SYSTÈME PALÉO-ÉCONOMIQUE AZILIEN (N. NAUDINOT, J. JACQUIER ET C. BOURDIER) ................... 138 22
  • ........................................................................................................................................ 145 25. UNE DIFFUSION SCIENTIFIQUE HANDICAPÉE PAR LES QUESTIONS DE SAUVEGARDE DU SITE (N. NAUDINOT) ...................................................................................................................................... 147 BIBLIOGRAPHIE
  • de Brest. L’obtention de datations radiocarbones (les premières pour le Tardiglaciaire de Bretagne), place l’occupation azilienne entre 13000 et 12000 cal. BC, soit dans le GIS-1e (Bølling). Plusieurs indices participent à faire de ce site une petite occupation fréquentée à
  • plusieurs reprises par de petits groupes de chasseurs durant de courts séjours pour des activités essentiellement dédiées à la chasse. Ces chasseurs seraient arrivés sur le site déjà équipés de certains outils domestiques sur lames et de nucléus en cours de débitage (destinés notamment à
  • fabriquer de nombreuses pointes de projectile sur petites lames), qui auraient ensuite été emportés hors du site. S’il est trop tôt pour être conclusif sur ce point, cette installation, tout comme les rares autres témoignages connus pour la période en Bretagne, pourrait témoigner
  • site du Rocher de l’Impératrice s’inscrit donc d’ores et déjà comme un jalon incontournable pour la compréhension des sociétés tardiglaciaires d’Europe nord-occidentale. Notamment grâce à la diversité des témoignages qu’il fournit, ce site permet de développer des réflexions
  • occupied during the Early Azilian. The obtaining of radiocarbon dates (the first ones for the Lateglacial of Brittany) places the Azilian occupations between 13000 and 12000 cal. BC, that is to say during the GIS-1e (Bølling). Several evidences suggest this site to be the result
  • (probably dedicated to the production of the numerous projectile points found in the assemblage). These cores have probably been taken of the site. If it is too early to be conclusive on this point, like the others few available testimonies for this period in the region, this site would
  • , development of a weaponry essentially constituted of axial points). More than 50 engraved schist tablets were also discovered at the Rocher de l’Impératrice. This discovery is particularly interesting since it constitutes the first evidence of Paleolithic art in Brittany. These engraving
  • and symbolic changes during the Azilian. The Rocher de l’Impératrice rock shelter is an unavoidable site for the understanding of Northwestern Europe Lateglacial societies. Because of the diversity of the archaeological evidences this site allows to develop a global thought about the nature
  • l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 12 Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 1. FICHE SIGNALÉTIQUE DU SITE Lieu-dit : Koat Pehen Nom du site
  • : Le Rocher de l’Impératrice Commune : Plougastel-Daoulas (29470) Coordonnées Lambert (Zone II étendue) : X = 103,520 Y = 1098,600 Coordonnées géographiques : Latitude : 48° 23’ 20” Longitude : 4° 22’ 33” Les références cadastrales de la parcelle contenant le site sont, pour 1982
  • cette opération, depuis le terrain jusqu’au tri, en passant par les opérations de tamisage ou la protection du site au cours de l’année. Tous les habitants de la commune de Plougastel-Daoulas pour leur accueil et leur intérêt pour notre travail. Nous espérons que les travaux de
  • protection du site permettront de rapidement investir plus de temps auprès d’eux pour leur présenter nos travaux et leur site. Les différents collègues de l’équipe qui ont consacré une part importante de leur temps de travail pour collaborer avec nous sur ce projet. Eugène Antolinos-Basso
RAP03676 (LANDEDA (29). La nécropole de Guennoc, architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons. Rapport de PT 2018)
  • LANDEDA (29). La nécropole de Guennoc, architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons. Rapport de PT 2018
  • , Morgan Macé, Jacques Le Deun, Eric Morize. 6 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) Numérisation 3D Editions AMHOLLVED Société Trimble avec la participation d’Arnaud Lezennec, Senior Application Engineer
  • reproduction des sociétés de chasse qui en ont grand besoin depuis 13 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) 2 ou 3 ans » (myxomatose) (Giot, 1956). Malheureusement, ces lapins sont toujours présents sur le site et
  • « Barnenez, Carn, Guennoc » fait la somme des interventions menées sur ces différents sites (Giot, 1987). Malheureusement, l’ouvrage est très condensé, résumant 15 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) douze
  • technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) néolithiques dirigé par Serge Cassen et Valentin Grimaud, ainsi que celles de la thèse d’Hervé Duval sur les sites fortifiés littoraux et insulaires de la façade Manche-Atlantique de l’Europe
  • Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) Sommaire Volume de texte SOMMAIRE .................................................................................................................. 1 FICHE
  • II.F - Cairn IV .................................................................................................................. 130 1 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) CHAPITRE III - ETUDE DES
  • CHAPITRE V - BIBLIOGRAPHIE ......................................................................... 189 Volume de planches 2 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) Fiche signalétique Localisation Région
  • , Bâtiment 25 Labo Archéosciences Avenue du Général Leclerc - CS 74205 35042 Rennes Cedex – France Dates d’intervention Du 1 septembre au 10 octobre 2017 3 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) Thesaurus 4
  • Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) Intervenants Direction du projet Florian Cousseau, membre associé UMR6566-CReAAH Gestion du projet UMR6566-CReAAH Marie-Yvane Daire, directrice du laboratoire Catherine Louazel
  • littorale, étude céramique et direction adjointe à l’opération de terrain Chloé Martin, chargée de coordination du projet ALERT, UMR6566-CReAAH (Archéosciences) 5 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) Etude des
  • de bateaux, des bouées d’amarrage au port de l’Aber Benoît et des pilotes bénévoles. Sans cette aide, le budget alloué aurait été insuffisant face aux contraintes de transport vers l’île Guennoc. 7 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de
  • application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du
  • intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à
  • Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) Chapitre I
  • technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) I.A - Localisation I.A.1 - Géographique Le nord-ouest du Finistère est réputé pour ses archipels qui sont présents sur tout le littoral. Certaines de ces îles sont accessibles à marée basse
  • d’années (Stéphan et al., 2009 ; Stéphan, 2011, 2012). Cette variation a fortement impacté l’accessibilité au site de Guennoc, ainsi que son insertion dans le paysage. Guennoc (Figure I.A-1) est l’île la plus lointaine de l’archipel se rattachant à la presqu’île Sainte Marguerite. La
  • I.A-1, bas). Figure I.A-1 : Courbes du niveau marin d’après Stéphan et al., 2009. Pour les premières occupations connues sur Guennoc, le site à la période azilienne était une colline légèrement dans les terres au bord d’une rivière remplaçant l’Aber Benoît. Les études de Pierre
  • d’autres îles complètement immergées aujourd’hui. La nécropole mégalithique se trouvait donc sur une butte qui surplombait tout un plateau. Ce dernier émerge 10 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons : la nécropole de Guennoc à Landéda (Finistère) à marée
  • proches de l’actuel. Un événement climatique rapide a été repéré à la fin de l’âge du Bronze impliquant de grosses tempêtes et une forte régression marine (Stéphan, 2012). Ensuite, une nouvelle transgression isole de plus en plus le site de Guennoc. À l’âge du Fer, seconde grande
  • période d’occupation du site. Elle devait être une île protégée par les eaux, mais facilement accessible à marée basse. L’accès se ferme à l’époque romaine où le site n’est plus occupé ou seulement très légèrement durant les périodes plus récentes. I.A.2 - Géologique D’un point de vue
RAP02608.pdf (PLOUHINEC (29). le gisement paléolithique inférieur de Ménez Drégan I. rapport intermédiaire de fouille programmée 2009-2011)
  • (500 000-300 000 ans av. J.C.), ce site a produit dans ses couches supérieures une abondante industrie lithique. Cette industrie est composée d'un stock macrolithique (pièces masse centrale dits encore) et d'un stock essentiellement représentée par des éclats bruts ou retouchés
  • traces ou témoins partiellement conservés. Intérêt du site Le gisement de Menez-Dregan 1 est un site clé pour la connaissance des premiers peuplements de l'extrême ouest de l'Europe. Il a été choisi parmi un grand nombre de sites analogues appartenant au groupe Colombanien, dispersés
  • sur le littoral sud armoricain, en gros entre Noirmoutier et Crozon. La plupart de ces sites sont menacés par l'érosion marine et font l'objet d'un pillage intensif par les clandestins. L'opération Menez-Dregan s'intègre à un plus vaste programme que l'on peut intituler «des
  • premier site de ce type (St-Colomban à Carnac) en 1980. Il est nécessaire de préciser les datations, de mieux cerner le contexte paléoenvironnemental et l'organisation de l'habitat (la structuration des habitats du Paléolithique inférieur est mal connue), de mieux situer ce groupe dans
  • GEOGRAPHIE, Université des Sciences et Technologies de Lille, 59655 Villeneuve d'Ascq Cedex France Tél: 33 (0)3 20 33 62 78 ; fax: 33 (0)3 20 43 66 77 E-Mail : patrick.auguste@univ-lille1.fr BAHAIN Jean-Jacques : Institut de Paléontologie Humaine, 1 rue René Panhard, 75013 Paris
  • , Université de Rennes 1, Laboratoire Archéosciences, Campus de Beaulieu, bât. 24-25, CS 74 205, 35042 Rennes cedex. Tél : 06 68 97 08 37 E-Mail : annelyse.ravon@voila.fr Fouille, techno-typologie lithique 5 Rappels généraux N°de site : 29-197-015 Cadastre : section ZW, parcelles 366
  • état ici que des datations RPE. ? m«— La falaise « morte » --.... • Gwen-Drez — , w« ^'^^^BpÎs^ -t~ Les dépôts pléistocènes en falaise ' - ' ï* •Mi ' La grotte effondrée ' • - « ir' Jtun. U 'M. ' fi-S _ l'rr&i « ^ -m 4, • — Le site de Menez-Drégan (© Maurice
  • dominante « clactonienne », associe cependant parfois des concepts de débitage « discoïdes ». 8 Vues aériennes du gisement de Menez-Dregan 1 Vue frontale du gisement de Menez-Dregan 1 en cours de fouille © J.L. Monnier Deux chaînes opératoires coexistent donc sur le site, avec une
  • étaient ensuite mis en forme et transformés directement sur le site. Il faut noter aussi la mis en œuvre plus importante du quartz dans les couches 9 et 4, ce qui pourrait être l'indice d'une certaine carence en silex (Molines et al., 2005). L'intérêt du site de Menez-Dregan tient
  • discussions. Compte-tenu de la topographie sous-marine et de notre connaissance des conditions paléoclimatiques, nous pourrions supposer que le rivage marin n'était sans doute pas très éloigné au moment où les sites étaient occupés par l'homme (5 à 10 km ?). Toutefois l'observation de
  • analogies sont possibles entre les industries du littoral sud-armoricain et celles des sites de Tautavel (PyrénéesOrientales) ou de Terra Amata (Alpes-Maritimes). Des comparaisons intéressantes peuvent aussi s'orienter vers des gisements espagnols, italiens et surtout du Portugal
  • l'existence d'un réseau de failles affectant l'Orthogneiss oeillé de Pors-Poulhan qui constitue le substrat. Ces failles ont largement induit la morphologie et l'orientation de cette grotte. La figure ci-dessous montre les orientations principales mesurées sur les plans de failles du site
  • site et découpage des secteurs de la banquette supérieure. Banquette témoin CENTRE (sous voûte. centre 19 EST (d iverticu le) Rappels sur la topographie, Ga stratigraphie et la néotectonique (d'après S. Hinguant, in Monnier et al., 1999) Topographie et néotectonique La
  • fouille des niveaux inférieurs et surtout le dégagement des blocs effondrés ont permis de visualiser le platier rocheux et la morphologie de la plate-forme. A l'emplacement de l'entrée originelle de la grotte, par devant le site, un pilier central effondré, a probablement existé. Il
  • la bande 22, marquant un net plongement vers le fond de l'abri. On remarque aussi que les transgressions qui se sont succédé sur le site ont tronqué les couches les plus anciennes. Celles-ci sont généralement affectées par des marmites d'érosion qui s'insinuent sous les dalles
  • ruissellement à partir des sols du versant au-dessus de l'abri durant les périodes d'abandon du site, ou encore par accumulation éolienne de feuilles, peuvent également avoir contribué à ces dépôts. La couche 5e montre une granulométrie et une texture rappelant particulièrement les sols
RAP02828.pdf (BRIELLES (35). la Fosse Poulain : habitat et activité artisanale à partir de la fin du Moyen Âge. rapport de fouille)
  • Barbier-Pain Françoise Labaune-Jean Maëva Lavoué Cécile Le Carlier de Veslud Pierre Poilpré __ Nr site Habitat et activité artisanale à partir de la fin du Moyen Âge __ SRA 2010/120 Entité archéologique Arrêté de prescription Système d’information DB05030803 Code Inrap Brielles
  • de la fabrique des manœuvres pour les vaisseaux ou l’Art de la corderie perfectionnée » 1747 Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 7 Fiche signalétique 8 Mots-clefs des thesaurus Intervenants 9 11 Notice scientifique 11 12 Etat du site
  • géographique et topographique 36 1.3.2 1.4 Contexte géologique Conditions de réalisation de l’opération archéologique 36 Données physiques 36 1.4.1 Sur le terrain 37 1.4.2 Les travaux de post-fouille 38 1.5 Mise en place du contexte territorial du site de la Fosse Poulain
  • 158 2.3.5 Épisode 5 161 2.4 Conclusion générale 162 2.5 Sources et bibliographie Proposition de phasage et d’interprétation du site de la Fosse Poulain à partir des données archéologiques et historiques (F. Le Boulanger, P. Poilpré) Annexes 255 3.1 3.2 Annexe 1 : corpus
  • documentaire : transcription des textes inédits (P. Poilpré) Annexe 2 : étude palynologique du site de Brielles « la Fosse Poulain »(D. BarbierPain) 269 3.3 Annexe 3 : étude des déchets métallurgiques des sites de Brielles « la Fosse Poulain » et de Gennes-sur-Seiche « La Liberderie » (M
  • . Les modifications sont multiples et nombreuses dans les textes, mais difficiles à percevoir d’un point de vue archéologique. État du site Au terme de l’opération de terrain, la terre végétale a été ramenée sur l’emprise décapée à la demande de Réseau Ferré de France. 12 Inrap
  • gisements. L’occupation la plus ancienne a été repérée sur le site de La Massuère à environ 1 km de l’emprise du site sujet de ce rapport. Elle correspond aux vestiges fossoyés d’un habitat de l’âge du Fer. Le gisement de La Dinetière, à 2 km environ au sud-ouest de notre site et à 700 m
  • de La Massuère, a révélé des structures archéologiques contemporaines de celles du site précédent, mais aussi des vestiges antiques (jusqu’au IIe siècle de notre ère). Une nécropole y a notamment été décelée. Au niveau du lieu-dit La Fosse-Poulain, des vestiges exclusivement
  • de Bretagne demande la détermination de la nature et du statut de l’occupation, difficiles à établir dans le cadre du diagnostic, et ce afin de continuer à compléter nos connaissances encore balbutiantes sur le plan archéologique pour des sites de la fin du Moyen Âge en Bretagne
  • 34 Inrap · Rapport de fouille archéologique Brielles (35), La Fosse Poulain 1.2 Le contexte archéologique (fig. 2) Les sites archéologiques recensés sur la commune de Brielles ne sont pas très nombreux. Sur la dizaine de sites répertoriés, trois sont attribués à l’âge du Fer et
  • deux à l’époque gallo-romaine. Deux enclos découverts en propection aérienne sont d’époque indéterminée. Quant à l’époque médiévale, elle est représentée par une motte castrale au lieu-dit La Motte, et par le site objet de notre étude. : enclos de l'âge du Fer. : enclos d'époque
  • antique. : enclos d'époque indéterminée. : forge médiévale (site de La Fosse Poulain). : exploitation agricole du second âge du Fer. : motte médiévale. 0 Fig.2 Carte de répartition des sites sur la commune de Brielles (carte archéologique SRA Bretagne d’après les données IGN au 1
  • Moderne reflète les effets de cette importante humidité du sol, avec une oxydation importante et une descente des fractions argileuses au fond des creusements. II. Résultats 35 450 Fig.3 Plan général du site avec toutes les structures archéologiques © Stéphane Jean, Inrap 0 50 m
  • prélèvements dans des fosses et quelques sondages de fossés pendant une journée. Elle a été relayée par l’équipe pour les autres prélèvements jugés utiles à la compréhension du site. Au total, 13 échantillons ont été récoltés2. Trois fosses comblées de scories, dont une avait été détectée
  • prélèvements de scories, en vue de leur étude en laboratoire. 1.4.2. Les travaux de post-fouille L’analyse du site et la synthèse des études de spécialistes ont été réalisées par la responsable d’opération. Stéphane Jean, dessinateur, s’est occupé de la mise au propre des plans, des coupes
  • annexe de ce travail (annexe 3). Enfin, Pierre Poilpré, technicien d’opération chargé des études documentaires (et archéogéographiques), a synthétisé les données issues de ses recherches d’archives écrites pouvant renseigner sur le site et ses environs au moment de son occupation
  • que la communauté religieuse aurait alors agi en parfait coffrefort jusqu’au milieu du XXe siècle. 1.5 Mise en place du contexte territorial du site de La Fosse-Poulain d’après les archives (P.Poilpré) Malgré l’existence du fonds de la Motte-de-Gennes, cette seigneurie n’a suscité
  • Brielles Le Châtelet Les Juliennières BRETAGNE Les Noës Mont-Martin La Robrie Grand Motay VilleTesson Le Gravier La Motte (Moutiers) Gennes La Vieuville Gonnier L'Étang La he Seic La Rousselière MAINE ANJOU 0 5 km : site archéologique de "La Fosse Poulain". : limites
  • nord au sud (fig. 7). La seigneurie du Châtelet qui s’étend de part et d’autre de cette limite relève donc elle aussi de deux seigneurs supérieurs. À la fin du Moyen Âge, le site de la Fosse-Poulain se trouve donc implanté au beau milieu des fiefs du Châtelet sous le Désert
  • baronnie Gibet Bourg Limite communale Siège de seigneurie 1 Site de la Fosse Poulain Motte féodale 2 Site de la Massuère Moulin à eau Moulin à vent 1 LE PERTRE Denée 2 Lancéyère le Sa Court St-Laurent lé Pont de Changeon BRIELLES LE CHASTELET le Mottay VILLETESSON LA MOTTE
RAP03190.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le rocher de l'Impératrice. Rapport intermédiaire 2015 de FP 2014-2016)
  • of the last Paleolithic communities. There is no doubt that the next field campaign and the next plurennial program (2017-2019) will participate to bring much more data with the extension of the excavation to the totality of the surface preserved on the site. 7 Rapport intermédiaire 2015
  • ............................................................................................................................................ 7 1. FICHE SIGNALÉTIQUE DU SITE ........................................................................................................... 9 2. ÉQUIPE
  • ............................................................................................................................................. 9 3. REMERCIEMENTS ........................................................................................................................... 10 4. PROBLÉMATIQUE DE LA RECHERCHE ET IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE (N. NAUDINOT) ....... 12 4.1. PROBLÉMATIQUE
  • ............................................................................................................................. 12 4.2. IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE ..................................................................................................... 13 5. NATURE DU SITE (N. NAUDINOT, M. LE GOFFIC, S. SORIN) .............................................................. 14 5.1
  • . LOCALISATION DU SITE ...................................................................................................................... 14 5.2. CONTEXTE GÉOLOGIQUE (M. LE GOFFIC)............................................................................................... 16 5.3
  • DE L’ÉTUDE TECHNOLOGIQUE DE L’INDUSTRIE LITHIQUE : UN PREMIER JALON DU PROCESSUS D’AZILIANISATION (N. NAUDINOT) ............................................................................................. 25 7.2.1. ORIGINE DES MATÉRIAUX LITHIQUES APPORTÉS SUR LE SITE
  • . DES TÉMOIGNAGES UNIQUES RENSEIGNANT LES TRANSFORMATIONS DU SYSTÈME SYMBOLIQUE MAGDALÉNIEN/AZILIEN (N. NAUDINOT, S. BEYRIES, L. BELLOT-GURLET) .......................................................... 34 7.4. PREMIERS ÉLÉMENTS DE RÉFLEXION SUR LE STATUT SOCIO-ÉCONOMIQUE DU SITE (N
  • . APPORTS DE L’ÉTUDE ANTHRACOLOGIQUE (I. THÉRY-PARISOT) ..................................................................... 49 9.2.2. DES DATES EN PARFAITE ADÉQUATION AVEC LES QUELQUES SITES AZILIENS ANCIENS DATÉS (N. NAUDINOT) ......... 53 9.3. DE NOUVELLES DÉCOUVERTES DE PLAQUETTES
  • ) ...................................................................................................................... 86 10. UN SITE POURTANT EN GRAND DANGER… (N. NAUDINOT) ........................................................... 89 11. ORIENTATIONS SCIENTIFIQUES POUR LA CAMPAGNE 2016 (N. NAUDINOT) .................................. 90 12. MOYENS MATÉRIELS MIS EN ŒUVRE POUR LA CAMPAGNE DE 2016
  • (N. NAUDINOT) ................... 92 13. ÉTUDES SCIENTIFIQUES COMPLÉMENTAIRES ENVISAGÉES POUR 2015.......................................... 92 14. UNE DIFFUSION SCIENTIFIQUE HANDICAPÉE PAR LES QUESTIONS DE SAUVEGARDE DU SITE (N. NAUDINOT
  • . BC, soit dans le GIS-1e (Bølling). Plusieurs indices participent à faire de ce site une petite occupation fréquentée à plusieurs reprises par de petits groupes de chasseurs durant de courts séjours pour des activités essentiellement dédiées à la chasse. Ces chasseurs seraient
  • arrivés sur le site déjà équipés de certains outils domestiques sur lames et de nucléus en cours de débitage (destinés notamment à fabriquer de nombreuses pointes de projectiles sur petites lames), qui auraient ensuite été emportés hors du site. S’il est trop tôt pour être conclusif
  • colorants et ont permis de s’interroger sur une éventuelle arythmie entre changements techniques et symboliques au cours de l’Azilien. Le site du Rocher de l’Impératrice s’inscrit donc d’ores et déjà comme un jalon incontournable pour la compréhension des sociétés tardiglaciaires
  • d’Europe nord-occidentale. Notamment grâce à la diversité des témoignages qu’il fournit, ce site permet de développer des réflexions globales sur la nature et le rythme des transformations qui touchent les sociétés paléolithiques durant cette période de transition encore mal connue. Il
  • . The obtaining of radiocarbon dates (the first ones for the Lateglacial of Brittany) places the Azilian occupations between 13000 and 12000 cal. BC, that is to say during the GIS-1e (Bølling). Several evidences suggest this site to be the result of a succession of short occupations by small
  • of the numerous projectile points found in the assemblage). These cores have probably been taken of the site. If it is too early to be conclusive on this point, like the others few available testimonies for this period in the region, this site would testify of Lateglacial groups limited
  • of axial points). More than 50 engraved schist tablets were also discovered at the Rocher de l’Impératrice. This discovery is particularly interesting since it constitutes the first evidence of Paleolithic art in Brittany. These engraving are also essential at a greater scale since
  • de l’Impératrice rock shelter is an unavoidable site for the understanding of Northwestern Europe Lateglacial societies. Because of the diversity of the archaeological evidences this site allows to develop a global thought about the nature and rhythm of the transformation
  • - Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) 8 Rapport intermédiaire 2015 - Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) 1. FICHE SIGNALÉTIQUE DU SITE Lieu-dit : Koat Pehen Nom du site : Le Rocher de l’Impératrice Commune : Plougastel-Daoulas (29470
  • ) Coordonnées Lambert (Zone II étendue) : X = 103,520 Y = 1098,600 Coordonnées géographiques : Latitude : 48° 23’ 20” Longitude : 4° 22’ 33” Les références cadastrales de la parcelle contenant le site sont, pour 1982 section A parcelle 2439, pour 1986, section CE parcelle 114 et
RAP01768.pdf (le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • la définition des technologies lithiques au Mésolithique. LA PRESQU'ÎLE A BRENNILIS Le site mésolithique de la Presqu'île a été découvert en 1989, lors de la baisse artificielle des eaux du réservoir de Brennilis liée aux travaux de nettoyage du barrage. Une planigraphie avait
  • : présentation des travaux 8 III. LES SITES MESOLITHIQUES EN FINISTERE : CHRONOLOGIE ET STRATIGRAPHIE 12 1. Problématique générale : pour une nouvelle définition archéologique des sites mésolithiques 12 2. Objectifs des nouvelles recherches de terrain 12 3. Mise en place d'une base de
  • données - Exploitation du fichier Gouletquer 13 4. Principaux résultat de la campagne 2001 14 5. Bilan de la campagne 2001 et projets des campagnes 2002-2003 24 IV. LE MESOLITHIQUE EN COTES D'ARMOR 25 1. Sondages sur le site mésolithique de Kervilien (Côtes d'Armor) 25 2. De
  • dans les Côtes d'Armor : résumé de la campagne 2000-2001 47 V. EXPLOITATION DES RESSOURCES MARINES 51 1. La Malacofaune 51 1 PCR - Le Mésolithique en Bretagne - Rapport 2001 2. Reconnaissance de quelques espèces communes de crustacés (crabes et balanes) : application au
  • site mésolithique de Beg-er-Vil (Morbihan, France) 86 VI EXPLOITATION DE LA FAUNE 104 French Connections II: Of cows and men 104 VII. FLORAISON DE SITES PREHISTORIQUES DANS LA MOYENNE VALLEE DU BLAVET : 115 1. Généralités 115 2. Matériaux, toujours / 115 3. De l'Azilien
  • , enfin 115 4. Du Mésolithique, un peu 119 5. La question des anneaux en pierre 120 6. Autres sites néolithiques 127 VIII. LE SITE MESOLITHIQUE DE LA CROIX AUDRAN A CARNAC (MORBIHAN) 130 IX. LE SITE MESOLITHIQUE FINAL DE KERLIEZOC A PLOUVIEN (FINISTERE) 135 Résultats de la
  • animales et marines Activités Promoteurs S. Blanchet, B. Ginet, J.-M. Lacot, P. Forré, P. Gouletquer, M. Le Goffic, P. Léopold, Y. Pailler, J. Perry, E. Yven P. Gouletquer, G. Hiérarchisation du corpus de sites en Marchand Finistère S. Blanchet, J. Josselin, P. Etudes de collections
  • et définition Gouletquer, G. Marchand, d'un protocole d'analyse commun Y. Pailler, E. Yven Prospections au sol en Finistère, Morbihan, Côtes-d'Armor et Ille-etVilaine Budget Autonome PCR - G. Marchand Autonome Bilan archéographique des sites de Beg-an-Dorchenn, Téviec et
  • . Schulting ossements humains et animaux des amas coquilliers Prélèvement et étude des coquilles C. Dupont sur les sites de Hoëdic et Beg-anDorchenn Anthropologie physique Pratiques funéraires et L. Soler - R. Schulting (recrutement, caractères biologiques) domaine symbolique Analyse et
  • comparaison des systèmes S. Cassen symboliques mésolithiques et néolithiques Tableau 1. Organisation des travaux du PCR « Le Mésolithique en Bretagne » en 2001. - PCR PCR - 3 Jérémy Josselin (étude de Kerliézoc) Estelle Yven ^1 (prospections, études de sites et sondage) Yvan Pailler
  • (prospections et études de sites) Gérard Tournay (prospections), Grégor Marchand, Estelle Yven Pailler (études de collections) Grégor Marchand (sondages et études de sites) Stéphane Blanchet (prospections et études de sites) Pierre Gouletquer (prospections et études de sites) Catherine
  • Dupont, Grégor Marchand et N Anne Tresset (prélèvements à beg-a-Dorchenn) Raymond Le Floc'h (prospections) Stéphane Blanchet (fouille du site de La CroixAudran) John Perry, Peggy Pottier et Grégor Marchand (La Villeneuve) Bernard Ginet - Jean-Marc Lacot (prospections) Catherine
  • en 2003. Officiants Travaux Sondages sur des sites mésolithiques du Finistère Sondage sur un site du mésolithique moyen en Côte d'Armor Classement et étude des collections Morbihan Tournay en Centre- Etude de l'amas coquillier de Beg-er-Vil Marchand Yven Marchand-Pailler
  • - Tournay- Yven Desse - Gruet- Dupont Schulting - Tresset Etude de l'amas coquillier de Beg-an-Dorchenn Desse - Dupont - Gruet - Tresset - Marchand Etudes de sites et de séries lithiques mésolithiques Josselin - Pailler - Pottier - Yven Fouille préventive d'un habitat du
  • Mésolithique moyen. Elle souhaite notamment appréhender des vastes sites de plein-air, pour les comparer aux nombreux abris-sous-roche qu'elle a pu étudier dans le Sauveterrien. Lors d'un premier voyage, elle a pu fournir quelques orientations sur les possibilités offertes par les roches du
  • qui plombe la chronologie bretonne. Elles concernent l'une le site du Bilou au Conquet (Finistère) sondés par O. Kayser en 1999, l'autre le site de Quillien (Le Cloître-Saint-Thégonnec, Finistère) sondé en 1990 par P. Léopold. Sur le chapitre important de la chronologie absolue, R
  • . Schulting a pris à sa charge de nouvelles datations sur le site de Beg-er-Vil à Quiberon, dans l'objectif d'approcher l'effet de réservoir océanique. Une même opération sera entreprise en 2002 à partir des prélèvements 2001 de Beg-anDorchenn, en collaboration avec C. Oberlin et D
  • ou traduction de pratiques exogamiques ? La fouille du site de La Croix-Audran à Carnac s'est achevée à la fin de l'été, sous la direction de S. Blanchet, avec une équipe de l'AFAN. Première intervention préventive pour la période mésolithique, elle marque un virage dans
  • ont été réalisés par G. Marchand sur les sites de La Presqu'île (Brennilis), La Villeneuve (Locunolé) et Kerliézoc (Plouvien). Dans le premier cas, les vestiges étaient tout simplement sous un lac de barrage et les nombreux sondages n'ont rien donné. Un mobilier abondant
  • d'offrir à tous les chercheurs l'accès aux fondements de nos modèles. Une reprise des sites classiques (Téviec, Hoëdic, Beg-anDorchenn, Beg-er-Vil, La Presqu'île) est d'ores et déjà prévue, si l'on parvient à lutter contre les réticences de certains « gardiens » de collections (à ce
RAP03849 (PLOUEZOC'H (29). La nécropole de Barnenez)
  • appliqué au cours des étapes 1-3 (Archaeology Data Service, n.d.; Schmidt et al., 2015) Présentation La figure 6 présente un diagramme (échelle 1:4000) de l’emplacement du site, mettant en évidence l’étendue de la surface étudiée. La planche I présente une échelle de gris des résultats
  • Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et
  • application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une
  • ............................................................................................................................. 6 INTRODUCTION ................................................................................................................................ 7 CHAPITRE I - PAYSAGE ENVIRONNANT DES MEGALITHES .................................................................. 8 LE SITE DE TOSSEN
  • : LOCALISATION DES SITES ETUDIES LORS DE LA CAMPAGNE 2019 AVEC LA REPARTITION DES AUTRES ARCHITECTURES FUNERAIRES DU NEOLITHIQUE MOYEN DANS LA PENINSULE ARMORICAINE ........................................................................ 8 FIGURE 2 : LOCALISATION (GEOPORTAIL) ET VUE DE LA
  • GUENNOC, LANDEDA, FINISTERE EN BAS (PHOTO : P. GOUEZIN) ............................. 24 1 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons Fiche signalétique Barnenez (Plouezoc’h) Localisation Région Bretagne Département Finistère (29) Commune Plouezoc’h Lieu-dit
  • Responsable scientifique de l’opération Florian Cousseau, postdoctorant, Université de Genève, Suisse Gestionnaire UMR6566-CReAAH, Campus de Beaulieu, Bâtiment 25 Labo Archéosciences Avenue du Général Leclerc 2 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons Thesaurus
  • Barnenez 1 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons Arrêté 2 3 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons Intervenants Direction du projet Florian Cousseau, post-doctorant Université de Genève, membre associé UMR6566CReAAH Gestion du
  • -Plouguer a contribué à cet aspect financier en achetant pour le projet l’équipement nécessaire pour la réalisation des sondages archéologiques à Goasseac’h. Pour les prospections autour du site de Barnenez, la Mairie de Plouezoc’h et la communauté d’agglomération de Morlaix nous ont
  • aidés en réalisant le nettoyage préalable. 5 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons Remerciements Je tiens tout d’abord à remercier le Service Régional de l’Archéologie de Bretagne et notamment Yves Menez, Olivier Kayser, Jean-Charles Arramond et Christine
  • ., 1998; L’Helgouach, 1965). Par manque de documentation sur les sites d’habitats du Néolithique moyen, cette répartition a servi de principale référence pour discuter de la démographie des populations néolithiques (Scarre, 2011). La découverte en Bretagne intérieure du site
  • vestiges à grande échelle autour d’un site mégalithique connu avec des prospections géophysiques. Le site pressenti lors de la demande était la butte de Tossen-Ar-Run à Yvias dans les Côtes-d’Armor. À cause de perturbations des outils de mesure, les prospections ont dû être déplacées
  • autour du site du cairn de Barnenez à Plouezoc’h dans le Finistère. Le second volet visait à confirmer ou infirmer la présence d’un cairn allongé dans la butte de Goasseac’h présente à Carhaix-Plouguer en Centre Bretagne. Cette recherche a été réalisée tout d’abord avec des
  • prospections géophysiques, puis avec des sondages archéologiques au cours du mois d’août 2019. Ce rapport présente donc les résultats de ces deux volets séparément puis propose une conclusion générale sur la prospection thématique. 7 Architectures et technologies des tumulus néolithiques
  • bretons Figure 1 : localisation des sites étudiés lors de la campagne 2019 avec la répartition des autres architectures funéraires du Néolithique moyen dans la Péninsule armoricaine (d'après Giot et al., 1998, modifiée dans Scarre, 2011) Chapitre I - Paysage environnant des
  • Target archaeological geophysics. Son expérience sur la recherche de vestiges archéologiques en Bretagne a grandement profité au projet. 8 Le site de Tossen-Ar-Run à Yvias (Côtes-d’Armor) Le site mégalithique choisi en premier lieu était celui de Tossen-Ar-Run à Yvias dans les
  • ) et vue de la butte de Tossen-Ar-Run depuis le sud-est et la D7 avec des indications des dépressions (Photo : Google Street View, mars 2018) 9 Architectures et technologies des tumulus néolithiques bretons Implantation des prospections et difficultés Les parcelles autour du
  • Tossen-Ar-Run et de la déplacer sur un autre site mégalithique. Le choix s’est porté vers les tumulus de Barnenez à Plouezoc’h qui présentait l’avantage d’être accessibles et d’avoir peu d’urbanisation autour. Figure 5 : Localisation des différents vestiges présents sur la presqu’île
  • Barnenez à Plouezoc’h (Finistère) Le site de Barnenez est particulièrement connu pour son cairn sud identifié en 1954 lors de son exploitation comme carrière (fig. 5). Une fouille de sauvetage de ses dolmens dirigée par Pierre-Roland Giot a été mise en place entre 1954 et 1961, puis une
  • restauration jusqu’en 1968 (Giot, 1987). Il s’agit du site qui est visitable aujourd’hui. Le site a fait l’objet d’une relecture de son architecture dans le cadre de la thèse « Archéologie du bâti mégalithique de l’ouest de la France » soutenue fin 2016 (Cousseau, 2018, 2016). La nouvelle
RAP03345.pdf (QUIBERON (56). Beg-er-Vil : Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de FP)
  • Beg-er-Vil à Quiberon Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan Première année de fouille triennale 5 septembre - 7 octobre 2016 N° de site : 56 186 0007 N° d’autorisation : n° 2016-027 Responsable (Archéologie) : Grégor Marchand Coresponsable (Paléo-environnement
  • le littoral du Morbihan Première année de fouille triennale 5 septembre - 7 octobre 2016 N° de site : 56 186 0007 N° d’autorisation : n° 2016-027 Responsable (Archéologie) : Grégor Marchand Coresponsable (Paléo-environnement) : Catherine Dupont Contributions de : Jorge Calvo
  • ....................................................................................................................... 8 PREMIERE PARTIE : PROBLEMATIQUE DE L’INTERVENTION .................................... 11 1. Premières étapes de l’exploration d’un site de référence ............................................. 11 1.1. Les fouilles d’O. Kayser (1985-1988
  • , il a fait l’objet d’une fouille par O. Kayser, de 1985 à 1988, puis d’une grande série d’analyses paléo-environnementales, archéozoologiques et technologiques, qui ont dessiné les contours d’un site désormais de référence. Parce qu’il ne fut occupé qu’à la fin du 7ème millénaire
  • l’Homme en Bretagne (MSHB). A la suite d’une campagne de sondages réalisée au printemps 2012, le principe d’un fouille triennale du site mésolithique de Beg-er-Vil a été posée, en concertation avec le Conservatoire du Littoral, la Maire du Quiberon, le Service Archéologique de du
  • partie de ces opérations se déroule sur le site, mais il faut recourir aussi à des stages avec des étudiants ou des bénévoles (1 stage en 2016), et à l’embauche d’un salarié (5 semaines cette année). Le principe de la fouille sous le parking étant acté par la Mairie de Quiberon et le
  • , une tranchée (BH) et deux sondages de 2 m² destinés à comprendre la nature du site sous le parking. A la base de l’US 101, plusieurs regroupements de pierres ou à l’inverse des césures dans ces épandages de pierres viennent épauler l’hypothèse d’une structure circulaire délimitée
  • . Troisième partie, chapitre 2 - par Jorge Calvo Gomez) Les bitroncatures symétriques constituent un des éléments les plus caractéristiques du Second Mésolithique en Bretagne (Marchand, 2014). Des sites comme Beg-er-Vil (Quiberon, Morbihan) ont conservé grandes quantités de ce type
  • DE L’EXPLORATION D’UN SITE DE REFERENCE Les quatre précédents rapports de fouille ont fait état en détail des problématiques scientifiques de cette opération. Nous en proposons ici seulement un résumé. 1.1. LES FOUILLES D’O. KAYSER (1985-1988) A l’extrémité sud de la presqu’île
  • de Quiberon, sur la commune du même nom, la pointe de Beg-er-Vil ferme une baie ouverte plein sud, qui abrite le port de Port-Maria (figure 1). Figure 1 - Localisation du site de Beg-er-Vil (DAO : L. Quesnel) 11 Campagne 2016 Le site préhistorique est installé au fond d’une
  • Croisic, en intégrant les îles de Houat et Hoëdic, en contraste notamment avec les micaschistes de Belle-Île. À hauteur du site, il est difficile de percevoir la configuration originelle des lieux, du fait de la couverture dunaire et des aménagements urbains récents, mais il semble y
  • mésolithique et qui a peut-être été empruntée jadis par un ruisseau, aujourd’hui masqué par les dunes. Figure 2. Vue aérienne du site en 2014 réalisée par H. Paitier, depuis le nord-est de la pointe. Le site est entre le parking et la ligne de côte (photo : Hervé Paitier). L’habitat
  • mètres au-dessus des plus hautes mers et il est coiffé d’un couvert dunaire qui en a assuré le scellement et la protection. Le site a été découvert par G. Bernier en 1970, puis fouillé sur 23 m² par O. Kayser en 1985, 1987 et 1988. Cet archéologue avait notamment repéré des structures
  • ). 2. 2012-2015 : RETOUR A BEG-ER-VIL En réponse à la dégradation évidente de la falaise meuble qui borde le site à l’ouest, il a été décidé en 2012, en accord avec les divers partenaires de cette opération, d’entamer une fouille totale du site avant sa disparition, en laissant
  • opération de terrain réclame à la fois une fouille fine d’un niveau archéologique remarquablement préservé, mais aussi une série de sondages, relevés et prospections aux alentours pour « accrocher » le site à son environnement initial. Une telle opportunité de fouille étendue permet
  • tenant de 60 m² (22 semaines de fouilles à 20 personnes). A la fin de la campagne 2015, nous avions fouillé 69 m² presque partout jusqu’au substrat. Ils viennent s'ajouter aux 23 m² explorés par O. Kayser. Le principe d’un laboratoire de tri installé directement sur le site a été
  • (à partir des prélèvements de terrain), afin de fournir une cartographie de trente éléments chimiques susceptibles de nous informer des activités réalisées dans diverses zones du site (responsable : Guirec Querré, avec la collaboration de Jean-Christophe Le Bannier) L’intégralité
  • rincer à l’eau douce dans un second temps à l’aide d’une tonne à eau. 14 Beg-er-Vil (Quiberon, Morbihan) Figure 4. Vue de la fouille de Beg-er-Vil issue du site Géoportail, au printemps 2013 (d’après une photo disponible en décembre 2015 sur le site IGN – géoportail). Figure 5
  • structures du site de Beg-er-Vil découvertes à la base du niveau archéologique, telles que révélées par les fouilles des années 1980 (à l’ouest) et celles de la période 20122015 La fouille de 2016 commence à la bande 43 et s'étend 15 mètres plus à l'est. A l'heure de la rédaction de la
  • poissons et de micro-charbons. Un protocole d’échantillonnage prévoit donc des colonnes totales, réparties sur le site. Cette collecte vétilleuse de l’information apporte des informations déterminantes pour comprendre le fonctionnement de cet habitat littoral du Mésolithique. Au
RAP02918.pdf (HOËDIC (56). groah denn. rapport de fp 2013)
  • . 12 Bois de la transition Mésolithique/Néolithique sur le site de l’alignement p. 32 du Groah Denn (île d’Hoedic, Morbihan) - Nancy Marcoux Des datations objectives disponibles - Jean-Marc Large, Emmanuel Mens p. 49 Substrat rubéfié et pierres chauffées - Emmanuel Mens p
  • 2009 et 2011, objet d’un important rapport (Large et al. 2011), et la fouille annuelle de 2012 (Large et al. 2012) ont permis de clore le programme de terrain sur le site de Groah Denn et de mettre un terme bien provisoire aux fouilles archéologiques sur l’île d’Hoedic. Bien
  • provisoire parce que le potentiel archéologique de l’île est important et remarquable. L’année 2013 a été consacrée à l’achèvement d’un programme complémentaire réservé exclusivement à la datation du site. Les séquences structurelles sont complexes et le matériel archéologique plutôt
  • indigent. Cette situation nécessitait d’effectuer un certain nombre de prélèvements afin de caler chronologiquement ces séquences. Le préalable, sachant que sur ce site quasiment dépourvu de restes osseux le support de datation est le charbon de bois, sur ce site quasiment dépourvu de
  • mise en place de la file de pierres dressées. La présence de restes de structures à pierres chauffées antérieures aux blocs érigés a permis de dégager une présence sur le site dès le Mésolithique final. La proximité de la célèbre nécropole de Port-Neuf, fouillée par les Péquart dans
  • bien concernait-elle un réinvestissement tardif ? Les réponses à ces deux questions étaient importantes pour la compréhension du site et il a fallu croiser de façon rigoureuse l’ensemble des données en notre possession pour arriver enfin à une conclusion recevable, sans preuve
  • faire de ces sites des sites emblématiques mais de prendre en compte un phénomène peu représenté sur le continent, la mise en oeuvre de pierres dressées par un petit groupe humain qui va réaliser une architecture de peu d’ampleur mais, vraisemblablement, hautement signifiante. Ces
  • deux sites ne sont donc pas monumentaux, il s’agit plutôt d’une expression culturelle nécessaire, dans un souci de réalisation montrant un contrôle technique 3 Projet archéologique Houat-Hoedic - Groah Denn (Hoedic) Opération archéologique annuelle - rapport d’activité 2013
  • au Douet, sur une utilisation plus fonctionnelle des lieux, y compris des lieux symboliques. Mais l’étude fondamentale reste la contextualisation structurale dans le site. Avec l’ensemble des données structurales de la fouille de Groah Denn, corrélé sur le plan stratigraphique
  • granitique aménagée Granite débité à la barre à mine Amas de débitage de galets côtiers e 0 6 Projet archéologique Houat-Hoedic - Groah Denn (Hoedic) Opération archéologique annuelle - rapport d’activité 2013 N 57 F 50 51 52 53 54 55 58 56 59 60 61 G 29 30 31 32 33
  • campagne d’analyses 2013 du site de Groah Denn à Hoedic n’a pu se faire qu’avec des moyens suffisants, financiers et humains. Les moyens financiers ont été délivrés sur l’ensemble du programme par deux organismes publics et une association : - Le Ministère de la Culture par
  • rocher R2 fait de cet affleurement la source d’approvisionnement majeur du site de Groah Denn. Les marques d’extraction sont localisées en priorité sur le versant méridional de l’affleurement, c’est-à-dire ouvert en direction de la file de menhirs. La grande quantité de filon de
  • L200-250 31 L250-300 Projet archéologique Houat-Hoedic - Groah Denn (Hoedic) Opération archéologique annuelle - rapport d’activité 2013 Bois de la transition Mésolithique/Néolithique sur le site de l’alignement du Groah Denn (île d’Hoedic, Morbihan) Nancy Marcoux CReAAH – UMR
  • 6566, Université de Rennes 1 Décembre 2013 Introduction Bon nombre de charbons de bois ont été mis au jour sur le site de l’alignement de pierres dressées de Groah Denn au fil des campagnes de fouille entre 2009 et 2012 (RO : J.-M. Large). Des datations ont vite été effectuées dans
RAP02966.pdf (CRÉHEN (22). château du Guildo : fouille programmée triennale 2011-2013. rapport de fp)
  • Mots-clefs des thesaurus 9 11 15 1. 15 1.1 Intervenants Localisation de l’opération Résultats Introduction Présentation du site et du programme triennal 15 1.1.1 Présentation du site, situation 17 1.1.2 État des connaissances en 2011
  • Année 2010 section(s) A parcelle(s) 131 Dates d’intervention sur le terrain 2011-210 Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Site inscrit Responsable scientifique de l’opération Laurent Beuchet, Inrap 14/06/2011-29/07/2011 18/06/2012
  • Bretagne, Côtes d’Armor, Château du Guildo système RGF93 x : 131610 y : 727725 z : 20 m NGF 11 II. Résultats II. Résultats 15 1. Introduction 1.1 Présentation du site et du programme triennal 1.1.1 Présentation du site, situation   Le château du Guildo est situé sur la
  • Général des Côtes-d’Armor depuis 1981. Jusqu’en 1993, le château a fait l’objet d’une suite d’opérations de dégagements et de restaurations, plus ou moins contrôlées par les services du Ministère de la Culture1. Devant l’intérêt et la complexité du site, et dans le but de présenter le
  • 2007. Fig.2 Vue aérienne du site. © Gilles Leroux, Inrap 1. Beuchet 1994 16 Inrap · RFO de fouille Créhen, château du Guildo (22) – Fouille programmée triennale 2011-2013 Département : COTES D ARMOR N E O L Commune : CREHEN A M A N C H E S Saint-Malo Section
  • relation avec le statut du site à partir du milieu du XVe siècle et le rang très élevé de Françoise de Dinan, Dame du Guildo, épouse en première noce de Gilles de Bretagne, frère du duc, puis en secondes noces du Comte Guy XIV de Laval. Cet ensemble remarquable constitue un exemple
  • dans la cour, bien qu’anecdotique, illustre bien le lent déclin et l’abandon progressif du site aux XVIIe et XVIIIe siècles. II. Résultats 19 1.1.3 Le programme 2011-2013 1.1.3.1 Organisation des interventions, financement Comme depuis 2009, les années 2011à 2013 ont vu
  • nourriture des stagiaires, la location des engins de terrassement et des infrastructures de chantier. Notons qu’une part importante du budget a été allouée en 2012 à la fouille du puits mis au jour dans la cour en 2008, par l’association Archéopuits. Cette opération s’est déroulée sur une
  • , p. 23 20 Inrap · RFO de fouille Créhen, château du Guildo (22) – Fouille programmée triennale 2011-2013 particulier. Ce travail fastidieux, était rendu nécessaire pour l’intégration des données du dernier programme dans la chronologie générale du site, et notamment pour la
  • réalisation de travaux visant la mise en valeur des abords du site. Comme depuis 2000, le décapage des zones de fouille a été réalisé par le responsable d’opération, titulaire du CACES, à l’aide d’une mini-pelle de 6 tonnes munie d’un godet de curage. Il a été stoppé dans la cour sur les
  • l’association Archéopuits6. Les sondages réalisés dans la vallée orientale ont été effectués hors période de plus forte fréquentation du site, sur une courte durée (une semaine). Les tranchées, ouverte à la pelle mécanique de 22T, à l’aide d’un godet lisse de 3m de large, ont atteint parfois
  • nouvelles, précisant ou apportant des informations substantielles par rapport aux programmes antérieurs sont présentées ici. Elles sont toutefois replacées dans le contexte général du site. Les problématiques ou perspectives qu’elles ouvrent ne sont le plus souvent qu’esquissées. Ce
RAP03817 (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l'Holocène. Rapport de FP 2019)
  • Beg-er-Vil (Quiberon, 2019) Beg-er-Vil à Quiberon Un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l’Holocène Première année de post-fouille Décembre 2019 N° de site : 56 186 0007 / Arrêté : 2019-152 du 3 mai 2019 Responsable (Archéologie) : Grégor Marchand Coresponsable (Paléo
  • de post-fouille Décembre 2019 N° de site : 56 186 0007 Arrêté : 2019-152 du 3 mai 2019 Responsable (Archéologie) : Grégor Marchand Coresponsable (Paléo-environnement) : Catherine Dupont Contributions de : Oriane Digard (Université de Rennes 2) Jorge Calvo Gomez (Université de
  • archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le
  • consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1
  • ............................................................................................................... 8 PREMIERE PARTIE : PROBLEMATIQUE DE L’INTERVENTION ........................... 9 1. PREMIERES ETAPES DE L’EXPLORATION D’UN SITE DE REFERENCE ..................................... 9 1.1. Les fouilles d’Olivier Kayser (1985-1988
  • les contours d’un site désormais considéré en Europe comme une référence pour comprendre les sociétés de la fin du 7ème millénaire avant notre ère. Il a fait l’objet de fouilles entre 2012 et 2018 sous la direction de Grégor Marchand et Catherine Dupont. Des fosses, des foyers de
  • schématique, et un outillage plus massif en bois de cerf. 6 Etudes post-fouille - 2019 Une étude des 213 restes de crabe recueillis lors de l’année 2012 a été réalisée par Oriane Digard et Catherine Dupont. Les espèces de crabes retrouvées sur le site sont au nombre de sept : tourteau
  • formes de temporalité perceptibles dans le site de Beg-er-Vil, afin de discuter de tous les éléments dont nous disposons pour établir les rythmes des mobilités collectives. Les 12 dates par le radiocarbone retenues s’étagent entre 6250 et 6100 av. n.-è., soit une durée très courte
  • siècles possibles d’occupation ne nous permet pas de savoir si cette présence régulière sur un cycle annuel est continue ou est un effet d’un cumul de séjours. En additionnant tous les « morceaux de temps » disponibles sur le site de Beg-er-Vil, on peut opposer le temps court du
  • Etudes post-fouille - 2019 Première partie : problématique de l’intervention 1. Premières étapes de l’exploration d’un site de référence Les sept précédents rapports de fouille ont fait état en détail des problématiques scientifiques de cette opération et de leurs résultats. Nous en
  • ). Figure 1 - Localisation du site de Beg-er-Vil (DAO : L. Quesnel) 9 Beg-er-Vil (Quiberon) Figure 2. Vue aérienne du site en 2014 réalisée par H. Paitier, depuis le nord-est de la pointe. Le site est entre le parking et la ligne de côte (photo : Hervé Paitier). Figure 3
  • . Stratigraphie schématique des fouilles d’O. Kayser, après étude des vestiges archéologiques et après la réalisation de nouvelles datations. (DAO : G. Marchand). Le site préhistorique est installé au fond d’une petite crique sur le flanc occidental de cette pointe rocheuse, élevée de
  • micaschistes de Belle-Île. À hauteur du site, il est difficile de percevoir la configuration originelle des lieux, du fait de la couverture dunaire et des 10 Etudes post-fouille - 2019 aménagements urbains récents, mais il semble y avoir une pente légère de la surface granitique vers
  • troncature sédimentaire, à environ trois mètres au-dessus des plus hautes mers et il est coiffé d’un couvert dunaire qui en a assuré le scellement et la protection. Le site a été découvert par G. Bernier en 1970, puis fouillé sur 23 m² par Olivier Kayser en 1985, 1987 et 1988. Cet
  • derniers siècles du millénaire (Thomas et al., 2007 ; Kobashi et al., 2007). 11 Beg-er-Vil (Quiberon) 2. 2012-2018 : Retour à Beg-er-Vil En réponse à la dégradation évidente de la falaise meuble qui borde le site à l’ouest, il a été décidé en 2012, en accord avec les divers
  • partenaires de cette opération, d’entamer une fouille totale du site avant sa disparition, en laissant néanmoins une bande de deux à trois mètres en front de mer pour ne pas accélérer le processus érosif (figures 4 et 5). Fortement contrainte par l’existence d’un parking à l’est qui
  • alentours pour « accrocher » le site à son environnement initial. Une telle opportunité de fouille étendue permet également enfin d’explorer les contours du niveau coquillier, qui témoignent d’autres modes d’occupation de l’habitat mésolithique. Une première campagne de sondages
  • complémentaires sont passés également en laboratoire au cours de l’année (à partir des prélèvements de terrain), afin de fournir une cartographie de trente éléments chimiques susceptibles de nous informer des activités réalisées dans diverses zones du site (responsable : Guirec Querré, avec la
  • ) domestique en bord de mer. C’est à cet éclairage que la fouille de Beg-er-Vil doit s’atteler en priorité. Le fort taux de pièces brûlées, l’abondance des restes de débitage ou le taux d’armatures relativement faible sont des indicateurs convergents vers l’image d’un site d’habitat pérenne
  • sont les parangons. Les nouvelles méthodes de fouille et d’enregistrement des vestiges devraient permettre de bien documenter certains aspects paléoéconomiques laissés dans l’ombre par les travaux de M. et S.-J. Péquart sur les deux sites morbihannais. Même si il est tentant
RAP02769.pdf (ÎLE-DE-MOLÈNE (29). programme archéologique molenais, rapport n°17, beg ar loued : un habitat en pierres s7ches du campaniforme/âge du bronze ancien. rapport de fouille programmée 2011)
  • TEXTE PROGRAMME ARCHEOLOGIQUE MOLENAIS, Rapport n° 17 BEG AR LOUED : UN HABITAT EN PIERRES SECHES CAMPANIFORME / AGE DU BRONZE ANCIEN FOUILLE PROGRAMMEE DU SITE DE BEG AR LOUED (ILE MOLENE ; FINISTERE), Opération n° 2011 - 222 SOMMAIRE REMERCIEMENTS
  • ............................................................................................................. 18 II – NEUVIEME CAMPAGNE DE FOUILLE PROGRAMMEE SUR LE SITE DE BEG AR LOUED (ILE MOLENE, FINISTERE)........................................... 20 A – INTRODUCTION......................................................................................................... 20 B
  • Communauté de Communes du Pays d'Iroise qui a mis à notre disposition les moyens matériels et humains pour le débouchage et le rebouchage du site (Gérard Caraven & Emmanuel Masson). Nous adressons nos plus vifs remerciements à André Talarmain (président de la CCPI) et Albert Rousseau
  • matériel et pour les innombrables services qu'il nous rend ; - ainsi que tous les visiteurs du chantier, Molénais, continentaux ou d’ailleurs, qui par leurs questions et leur curiosité instaurent une vraie relation d’échange avec l’équipe. 6 FICHE SIGNALETIQUE Nom du site : Beg ar
  • DR CNRS, MNHN, UMR 7209, archéozoologue 10 I – RAPPORT FINANCIER 2011 (H. Gandois) A – INTRODUCTION Le financement par subventions de la campagne 2011 de la fouille programmée du site de Beg ar Loued se monte à 17 000 EUR, financement partagé entre le Conseil Général du
  • %). Ce montant se décompose pour presque 100€ d’achat de publications diverses servant de références à l’étude du site, 200 EUR de frais d’envois divers (rapports, CD, matériels aux divers spécialistes…), 165 EUR de cartes de téléphonie que nous utilisons lorsque nous sommes sur le
  • a permis de faire un rebouchage complet au moindre coût. Les 143,52 EUR représentent la location d’une mini-pelle avec son chauffeur (Christophe Berthelé) que nous avons fait venir le dernier jour de fouille afin de tester quelques zones que nous n’avions pas eu le temps de fouiller
  • permettent, on l’a vu, de réaliser des économies très substantielles et ainsi d’affecter des montants plus importants aux analyses et donc d’avoir une meilleure compréhension du site. Au final, pour l’année 2011, d’un point de vue géographique, si l’on exclut les analyses (généralement
  • % Tabl. 6 – Répartition géographique des dépenses pour l’année 2011 (hors analyses). 19 II – NEUVIEME CAMPAGNE DE FOUILLE PROGRAMMEE SUR LE SITE DE BEG AR LOUED (ILE MOLENE, FINISTERE) A – INTRODUCTION Découvert en 2000, lors d'une prospection visant à répertorier l'ensemble des
  • traces d'occupations anciennes de l'archipel de Molène (Pailler & Sparfel, 2001 ; Pailler et al., 2002 ; Dréano et al., 2007), le site de Beg ar Loued fait l'objet chaque année depuis 2003 de sondages et de fouilles programmées. Repéré lors de prospections en coupe de falaise, le site
  • Molène à la fin du IIIe millénaire et au début du IIe millénaire avant notre ère, les fouilles cherchent à mettre en évidence aussi bien la chronologie du site, que l'organisation et les phases de construction du bâti. B – METHODES ET STRATEGIE DE FOUILLE 1 – Méthodes mises en oeuvre
  • Depuis 2003, les fouilles que nous menons se sont concentrées chaque année sur des secteurs particuliers. En 2007 nous avions privilégié la partie nord / nord-ouest du site afin de mieux comprendre la relation entre le bâti et la zone colluvionnée. Une grande tranchée d’une quinzaine
  • de mètres avait donc été réalisée, de même que 5 nouveaux sondages ouverts mécaniquement également au nord et au nord-ouest. Lors de l’année 2008 nous avons souhaité fouiller l’intérieur de l’habitat, mais aussi élargir le site au sud et au sud-ouest, c’est pourquoi la totalité du
  • sondage II a été rouverte (à l’exception de la tranchée Z). Il avait également été décidé d’élargir le site à l’ouest afin de mieux comprendre la structure 2 et de voir si d’autres structures n’étaient pas décelables. Nous avons également décapé la zone sud pour tenter de reconnaître
  • d’autres structures et voir s’il ne pouvait pas y avoir des zones d’activités associées au bâtiment. En 2009, l’extension du site vers le sud-ouest s’est poursuivie afin de comprendre les relations et la chronologie entre les structures et éventuellement d’en déceler de nouvelles. Nous
  • site en état et pu commencer la fouille dès le lendemain. Le rebouchage en 2011 s’est déroulé une nouvelle fois avec le concours du Manitou de la CCPI, cette fois ci piloté par Emmanuel Masson, remplaçant de Gérard Caraven. Etant donné qu’il s’agissait de la dernière année de
  • fouille, le site en entier a été intégralement rebouché. Les niveaux archéologiques et les structures restantes ont été protégés par un feutre géotextile puis par une bâche d’ensilage. Le petit talus séparant le site du chemin a été arasé et a servi au rebouchage. Etant donné le manque
  • ; une seconde opération (toujours réalisée avec les moyens humains et mécaniques de la CCPI) fin Septembre avec de la terre rapportée qui a permis la mise à niveau du site. Un petit cordon de galet a également été disposé côté estran (fig. 55). A noter que l’équipe municipale de
  • , plus rien ne rappelle la présence du site archéologique. 2 – Protocole de tamisage et gestion des refus de tamis Le protocole de tamisage et de gestion des refus de tamis est resté identique cette année par rapport à celui des années précédentes, nous en rappelons ici les grandes
  • lignes : - un tamisage systématique sur le site : L’option prise depuis le début des fouilles a amené des résultats scientifiquement intéressants aussi bien en malacologie que pour la recherche de microvertébrés ou des éléments métalliques et d’une façon générale sur toute l’étude
RAP00565.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • indicated there in the nineteenth century. One concentration was located in an area which had standing, inhabited, buildings in the early nineteenth century, but which is now devoid of structures or earthworks: F212, a 'possible site' (médiéval and post-medieval ) . Overall
  • of phosphate concentrations at the deserted médiéval settlement at Kerlano. This site, partially excavated by M. Patrick André nearly twenty years ago, is located in the granité upland of the Landes de Lanvaux, 30km west of the study area, and is the nearest known surviving médiéval
  • or more fragments of building material) have been termed 'sites 1 ; fields in which one unit produced five or more sherds or fragments of building material, and two or more neighbouring units produced one to four, or two neighbouring units each produced five or more sherds or fragments
  • , have been termed 'probable sites'; fields in which there were irregular concentrations of material not covered by the above catégories - for example, one unit with five or more sherds of the same period - have been termed 'possible sites'. (The minimum number of finds necessary
  • for distinguishing between greater and lesser concentrations and for providing a means of référence to them; they do not necessarily dénote the position of former settlements. ) In accordance with the conventions, 187) may be classified as follows: the concentrations (total 'Sites' 'Probable
  • . The remaining concentrations (25.7%) had a prédominance of building material, at présent treated as undatable. 2 As usual , the topographical position of the sites was analysed. About a third of them (29.4%) were on flat 1 and while 17.1% were on south-facing and 16.6% on south-east-f
  • acing slopes. Upland concentrations were less notable than in 1984 (transects H, J, K) with only a quarter lying between the 50m and 75m contours; more than half 1 ay between 25m and 50m (59.9%), as in the other Carentoir transects. Only 35.3% of sites 1 ay within 250m of streams
  • that are mapped, far less than in 1984, while a further 39% were up to 500m, and 25.6% more than 500m, away; it was largely sites in F that caused this anomaly. Comparison was systematical ly made with the early nineteenth-century pattern of land-use and settlement, as evidenced by the ancien
  • . In some parts cadastral land-use, naming and road patterns themselves indicate former settlement sites, especially where very small fields of very mi scell aneous^ land-use are arranged in relation to tracks, like the curti 1 agesand clos that surround settlements both now
  • and in the early 'nineteenth century (Astill and Davies 1982b: 21f, 31). Thèse cadastral suggestions coincided with fields that produced concentrations of surface material at the post-medieval 'site' C470 and, more arguably, the post-medieval 'probable site 1 C473, although no buildings were
  • , concentrations of surface material were most frequently found in the basin to the south of Ruffiac village (the centre of L) and in the nei ghbourhood of Trignac, in the north of Carentoir commune (F); however, sites were common throughout the southern halves of F and C, particularly
  • or schi ste; the imported material is notably absent from fields cleared of woodl and since the 1 ate nineteenth century. Fieldwalking in 5m squares ('Total' Coll ecti on ) In order to investigate the nature of sites identified in transect walking, as in 1983 and 1984 some fields
  • were the subject of more intensive study: four fields (A107, D221, B216, B347) were gridded in 5m squares so that everything on the surface of the fields, including schiste, might be collected. A107 had been classified as a 'possible site', with comparable amounts of médiéval
  • and post-medieval pottery; 0221 had been classified as a 'possible site', with a prépondérance of médiéval pottery in an assemblage that included Roman wares; B216 was a 'blank' field which had produced no finds; B347 was classified as a 'site 1 , with Roman pottery predominating. Soil
  • usters of other classes of material. 5 Excavations (EBS85 Tl and T2) Small -scale excavation of earthworks was undertaken in order to begin investigation of the soils and archaeology within field boundaries near sites identified in fieldwalking. As indicated previously, one
  • , a concentration of médiéval pottery ('site') discovered in the course of transect walking in 1982. In 1983 a 'total' collection was organised over the same area, with geophysical and geochemical prospection. The results suggested that there was domestic occupation on some part of the field
  • , at least during the médiéval period (Astill and Davies 1984a: 20). A116 lies to the north of Ruffiac, between Coetion and Le Vivier. It is located in a small damp valley bottom, on a north-facing si ope, at 70m. At least one platform can be seen. To the north of the field, in the lowest
  • the large lynchet (Site Tl), and a lm-wide trench, 18m long, across the bank (Site T2). This was done using a JCB, a method that would allow a preview of the stratigraphy . lm-wide trenches were excavated to the side of the machine cuts, and thèse were divided into mètre squares
  • ) in order to record the depth of the subsoil (see fig. 2). Trench 1. A shallow ditch was located, eut into the subsoil and natural schi ste. It had a slightly sloping bottom (33cm wide) and was situated 5m north of the crest of the présent lynchet; the ditch was on approximatel y
  • practice. Since the two trenches showed différent amounts of soil buildup and material in the two areas, changes in manuring practice rather than lapse in cultivation may be more relevant in explaining the data from Trench 1. The land-use around Trench 2 clearly changed when
RAP03502 (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2017-2019)
  • -Daoulas, Finistère) Rapport intermédiaire 2017 de l’opération pluriannuelle 2017-2019 SOMMAIRE 1. FICHE SIGNALETIQUE DU SITE ........................................................................................................... 5 2. EQUIPE
  • ............................................................................................................................................. 5 3. REMERCIEMENTS ............................................................................................................................. 9 4. PROBLEMATIQUE DE LA RECHERCHE ET IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE (N.N) ....................... 11 5. LOCALISATION DU SITE (N.N
  • .................................................................................................. 20 9.4. LES PLUS ANCIENNES TRACES D’ART DE BRETAGNE ................................................................................... 21 9.5. PREMIERES HYPOTHESES QUANT AU STATUT DU SITE DU ROCHER DE L’IMPERATRICE DURANT L’AZILIEN ANCIEN .... 23 10. PROTOCOLE DE FOUILLE
  • BANDES K ET L .................................................... 39 11.5. FERMETURE DU SITE ........................................................................................................................ 44 12. STRATIGRAPHIE DU SITE ET CONDITIONS DE CONSERVATION (M.L
  • . QUELQUES NOUVELLES INFORMATIONS SUR LES MODALITES D’OCCUPATION DU SITE (N.N, J.J) .. 69 18. ORIENTATIONS SCIENTIFIQUES POUR LA PROCHAINE CAMPAGNE (N.N) ....................................... 71 19. MOYENS MATERIELS MIS EN ŒUVRE POUR LA CAMPAGNE DE 2017 (N.N
  • ............................................................................................................................................ 87 4 Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport intermédiaire 2017 de l’opération pluriannuelle 2017-2019 1. FICHE SIGNALÉTIQUE DU SITE Lieu-dit : KoatPehen Nom du site : Le Rocher de l’Impératrice Commune : Plougastel-Daoulas (29470) Coordonnées
  • Lambert (Zone II étendue) : X = 103,520 Y = 1098,600 Coordonnées géographiques : Latitude : 48° 23’ 20” Longitude : 4° 22’ 33” Les références cadastrales de la parcelle contenant le site sont, pour 1982, section A parcelle 2439, pour 1986, section CE parcelle 114 et, actuellement, CE
  • de cette opération, depuis le terrain jusqu’au tri, en passant par les opérations de tamisage ou la protection du site au cours de l’année. Joël Kerhervé, tailleur de pierre à Lannédern, pour nous avoir consacré beaucoup de temps et pour avoir permis à la fouille de prendre une
  • autre dimension grâce à l’extraction d’un des plus gros blocs d’effondrement du site. 9 Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport intermédiaire 2017 de l’opération pluriannuelle 2017-2019 Tous les Plougastels pour leur accueil et leur intérêt pour notre
  • travail lors des portes ouvertes sur le site. Les différents collègues de l’équipe qui ont consacré une part importante de leur temps de travail pour collaborer avec nous sur ce projet. Yves Le Boulh d’Optirep Topo à Landerneau pour sa disponibilité, sa gentillesse et son aide
  • SCIENTIFIQUE DU SITE (N.N) Le Tardiglaciaire est caractérisé par une importante instabilité climatique dans l’hémisphère nord. Cette région connaît en effet de rapides et profonds bouleversements climatiques (Svensson et al., 2006, Rasmussen et al., 2014). Si la tendance générale est à
  • initiée sur le site de Roc’h Toul (Finistère) que l’on sait aujourd’hui pouvoir principalement être rattaché à l’Azilien ancien (Marchand et al., 2004 ; Naudinot, 2010), l’Ouest de la France restait ainsi systématiquement écarté de ces réflexions et des grandes synthèses sur le
  • Tardiglaciaire. C’est à l’archéologie préventive et à la fouille du site azilien des Chaloignes (Maine-et-Loire) par G. Marchand et S. Sicard que l’on doit une nouvelle dynamique de recherche qui s’est initiée au début des années 2000 (Marchand et al., 2009). À la suite de ces travaux, les
  • d’éléments de datation (fig. 1). Un des principaux résultats de ce travail aura tout d’abord été de rajeunir les sites jusqu’alors attribués au Magdalénien, en les plaçant à l’extrême fin du Tardiglaciaire, à la transition Pléistocène-Holocène (Naudinot, 2008, 2010, 2013). Ces résultats
  • et de gisements stratifiés, il n’a pas été possible à l’époque de développer la question d’une éventuelle sériation de la phase récente de l’Azilien. La phase terminale, datée de la toute fin du GI-1 et même du début du GS1, et mise en évidence sur le site du Closeau (Hauts-de
  • -Seine ; Bodu et Valentin, 1997) ou encore dans les Pyrénées (Fat Cheung et al., 2014), n’est ainsi pas encore vraiment reconnue dans l’Ouest de la France, même si certains caractères reconnus sur quelques sites (soin apporté au détachement, régularité des supports, usage de la
  • rares en France pour cette période. L’art de l’Azilien ancien est par exemple très méconnu puisqu’identifié sur un nombre infime de sites, si l’on écarte les gisements aux stratigraphies complexes et fouillés anciennement. Il s’agit pourtant d’un levier essentiel afin de mieux
  • qui caractérisaient jusqu’alors le Paléolithique supérieur. La découverte de l’abri-sous-roche du Rocher de l’Impératrice constitue ainsi un évènement important tant au niveau régional qu’international. L’assemblage lithique livré par ce site permet en effet d’alimenter la
  • incontestable au site. Le Rocher de l’Impératrice, au-delà de fournir les plus anciens témoignages symboliques de Bretagne ou encore une composition graphique unique dans la Préhistoire européenne, permet ainsi d’étendre la réflexion sur les transformations des sociétés tardiglaciaires bien
  • au-delà du sous-système lithique en s’intéressant à d’autres pans du système technique, mais aussi directement au système symbolique de ces groupes préhistoriques. 5. LOCALISATION DU SITE (N.N) Le gisement se trouve sur la commune de Plougastel-Daoulas dans le Finistère. Le site