Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3929 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02428.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). Persivien, étude d'un tronçon des aqueducs romains et de leur environnement. Rapport de FP 2008)
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). Persivien, étude d'un tronçon des aqueducs romains et de leur environnement. Rapport de FP 2008
  • ...................................................................................................................................27 1.2.5 - Caractéristiques communes des regards deaqueduc de Carhaix-Plouguer ...........................30 1.3 - Des témoignages sur le chantier de construction ................................................................................31 1.3.1 - Les étapes de la
  • la ville de Carhaix-Plouguer (3 parcelles). Comme attendu, les sondages réalisés pour le diagnostic avaient permis de retrouver les vestiges, très bien conservés ici, du grand aqueduc de la ville antique de Carhaix ainsi que les restes, plus fugaces, deaqueduc primitif. L’un
  • des sondages avait également livré un regard sur le second aqueduc, aménagement jusque-là inédit pour les deux adductions de Vorgium. Le diagnostic avait également permis la mise au jour de structures antiques et postérieures dans l’environnement immédiat du second conduit. L
  • de la mise en œuvre de la couverture deaqueduc. Un nettoyage fin de la voûte et de l’intérieur canal mené sur quelques secteurs choisis a permis d’enrichir les données collectées lors de l’étude de l’adduction en eau de la ville antique menée par A. Provost et B. Leprêtre dans
  • fonctionnement du conduit ont pu être enregistrées dans les secteurs où le canal a été entièrement fouillé ainsi qu’au niveau des regards. La réalisation de sondages transversaux à l’aqueduc primitif a également permis d’apporter un éclairage nouveau sur ce conduit. Jusqu’alors, il était
  • admis que les matériaux de cet aqueduc avaient été totalement récupérés dans ce secteur, ne laissant comme vestiges qu’une tranchée en « U » dont le fond était recouvert d’un radier de pierres de schistes. La découverte en place d’un élément métallique d’assemblage a montré qu’en
  • fait l’aqueduc primitif de Vorgium devait être constitué, dans cette zone, de pièces de bois (vraisemblablement des troncs évidés) calés dans la tranchée par des dallettes de schiste (retrouvées en place) et assemblés par des pièces de fer apparentées aux anneaux d’assemblage
  • occupations se sont succédées sur le site. Deux principales se détachent : l’une antérieure à la construction deaqueduc principalement matérialisée par un aménagement de type talus coupé par la tranchée d’installation de l’adduction ; l’autre, composée d’aménagements (fosses, foyers
  • longue date que l’aqueduc qui alimentait la ville antique de Vorgium passait dans les parcelles concernées par ce projet. Un diagnostic archéologique a donc été réalisé par l’INRAP entre le 18 et le 29 juin 2007 sous la direction de Françoise Le Boulanger sur l’ensemble des parcelles
  • concernées (soit 45 100 m 2)2 . Cette intervention visait notamment à définir le tracé précis deaqueduc et à vérifier la présence d’autres vestiges archéologiques. L’opération s’est révélée largement positive. Elle a permis de mettre au jour le tracé du grand aqueduc de Vorgium sur les
  • parcelles 27 et 28 ainsi que celui, partiel, du premier aqueduc sur la parcelle 27. L’adduction principale semblait bien conservée dans ce secteur ; la voûte cintrée recouvrant encore une majorité des secteurs observés. L’un des sondages a également permis la découverte d’un regard (non
  • fouillé), aménagement inédit sur cette canalisation. A l’inverse, dans les sondages où il a pu être identifié, l’aqueduc primitif n’est apparu que sous la forme d’une tranchée à fond plat recouvert d’un radier de plaquettes de schiste local. Dans l’angle sud-ouest de la parcelle 27, un
  • curviligne, ont pu être clairement attribuées à une époque postérieure à la construction deaqueduc. Parmi elles, une fosse (fosse 52 du diagnostic) a fait l’objet d’un prélèvement de charbon en vue d’une datation au radiocarbone. Cette dernière, effectuée au laboratoire de Groningen
  • réutiliser l’adduction abandonnée, et de déterminer la fonction deaqueduc durant cette occupation. En outre, les parcelles diagnostiquées offraient l’opportunité d’étudier finement les conduits d’alimentation de la ville antique de Vorgium sur un tronçon de près de 300 m de long
  • , ouvrant ainsi des perspectives d’études plus larges que sur de courtes sections. Enfin, la découverte d’un regard dans la tranchée 28 du diagnostic, structure jusqu’alors inconnue sur les aqueducs de CarhaixPlouguer, imposait à la fois la recherche d’éventuels autres aménagements de ce
  • type et leur étude fine. Il s’agissait donc d’enrichir les données collectées lors de l’étude menée sur l’ensemble du tracé deaqueduc par A. Provost et B. Leprêtre entre 1993 et 1999. La préparation en cours d’une publication portant sur ces adductions a également motivé la
  • -totalité du tracé du grand aqueduc a été suivie sur une largeur de 5 m en moyenne. Seul le talus qui sépare les parcelles 27 et 28 a été conservé, ainsi qu’un passage pour les besoins de l’agriculteur à l’extrémité nord-ouest de la parcelle 28. L’adduction a donc été mise au jour sur
  • à 2,5 m de large ont également été ouvertes afin de repérer d’éventuels aménagements attenants à l’aqueduc et d’étudier le petit conduit (deux dans la parcelle 27 et une dans la parcelle 28) : l’une de 22,30 m de long se développant de part et d’autre de la tranchée principale
  • ; une deuxième de 12 m de long a été ouverte au sud de la grande tranchée et élargie à environ 4,50 m au niveau du petit aqueduc ; enfin une troisième d’environ 8 m de long également au sud de la tranchée de décapage du grand aqueduc. Un élargissement de la tranchée principale
  • » Rapport de fouille programmée annuelle Campagne 2008 Figure 8 : Coupe complète de l'aqueduc principal, vue vers le sud-est (cliché É. Philippe) Le calibre du canal est relativement constant dans l’ensemble de la portion voûtée deaqueduc. Le tronçon étudié à Persivien ne déroge pas
RAP03616 (CARHAIX-PLOUGUER (29). ZAC de Kergorvo 2-1. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). ZAC de Kergorvo 2-1. Rapport de diagnostic
  • ://infoterre.brgm.fr, feuille n°277 Carhaix Plouguer) I.2.2 Cadre archéologique et historique L’état du recensement (Carte archéologique de la Gaule, Finistère, SRA de Bretagne) des découvertes archéologiques présenté dans un premier temps couvre un secteur d’environ 6 km² autour de l’emprise du
  • 0024 NOM AQUEDUC ROMAIN DE CARHAIX - LA LIMITE 2 DEBUT Antiquité FIN Antiquité NATURE aqueduc STRUCTURE canalisation INSEE 22157 DECOUVERTE 1999 30-NUMERO 29 024 0202 NOM KÉRAMPUIL DEBUT Moyen-âge FIN Moyen-âge NATURE sépulture STRUCTURE inhumation INSEE 29024 DECOUVERTE 1994 31
  • Antiquité FIN Antiquité NATURE aqueduc STRUCTURE INSEE 29024 DECOUVERTE 1993 25-NUMERO 22 157 0013 NOM AQUEDUC DE CARHAIX - LA LIMITE 1 DEBUT Antiquité FIN Antiquité NATURE aqueduc STRUCTURE canalisation INSEE 22157 DECOUVERTE 1993 27-NUMERO 22 157 0014 NOM AQUEDUC DE CARHAIX DEBUT
  • Diagnostic archéologique Rapport d’opération Bretagne, Finistère, Carhaix-Plouguer, ZAC de Kergorvo 2-1 Diagnostic archéologique 2018 sous la direction de Serge Mentele Inrap Grand Ouest Septembre 2018 Rapport final d’opération Diagnostic archéologique 29024
  • Diagnostic archéologique 2018 sous la direction de avec la collaboration de Serge Mentele Eddie Roy SRA 2017-232 D118800 Code Inrap Système d’information Arrêté de prescription Entité archéologique Nr site Code INSEE Bretagne, Finistère, Carhaix-Plouguer, ZAC de Kergorvo 2-1
  • Cadre archéologique et historique 28 I.3 Stratégies et méthodes mises en œuvre 28 I.3.1 Les contraintes techniques 28 I.3.2 La phase terrain 30 I.3.3 La post-fouille 30 I.3.4 Les analyses 33 II. Les Résultats 33 II.1 Introduction 33 II.2 Un réseau fossoyé de
  • , document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces
  • documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La
  • consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de
  • notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas
  • , n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de
  • l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé
  • de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Inrap
  • 2-1 (29) – 2017-232 I – Données administratives, techniques et scientifiques ________________________________________________________________________________________________________________ NOTICE SCIENTIFIQUE Le projet d’aménagement de la ZAC de Kergorvo 2-1 (tranche 1) sur la
  • commune de Carhaix-Plouguer (29) a conduit le Service Régional de l’Archéologie de Bretagne à prescrire un diagnostic archéologique sur l’ensemble des parcelles concernées, lesquelles totalisent une surface de 29925 m². Les résultats de ce diagnostic archéologique révèlent la faible
  • I.1 Circonstances et objectifs de l'intervention Le projet d’aménagement de la ZAC de Kergorvo 2-1 (tranche 1) sur la commune de Carhaix-Plouguer (29) a conduit le Service Régional de l’Archéologie de Bretagne à prescrire un diagnostic archéologique sur l’ensemble des
  • parcelles concernées (Section B, parcelles 38 et 40), lesquelles totalisent une surface de 29925 m² (fig. 1 et 2). La localisation du projet, dans un secteur riche en vestiges archéologiques, se caractérisait notamment par l’existence dans l’environnement immédiat, d’une unité domestique
  • de la transition Néolithique final/Bronze ancien, de sépultures de l’âge du Bronze, du tracé de l’aqueduc de Vorgium, de sépultures antiques et d’un habitat du haut Moyen-âge. 6 Localisation de l'opération Brest Saint-Brieuc Carhaix-Plouguer Bretagne, Finistère, Carhaix
  • . 3 Diagnostic archéologique de CarhaixPlouguer Kergorvo 2-1 (29). Topographie de l’emprise du projet © Serge Mentele, Inrap La zone prescrite s’inscrit dans le bassin Dinantien de ChâteaulinCarhaix (schistes et grauwackes) qui constitue une vaste dépression au cœur de la Basse
  • Bretagne (fig. 4). Il s’étend sur une centaine de kilomètres de longueur depuis Châteaulin jusqu’à l’aplomb de la Baie 22 Inrap –- Rapport de diagnostic Carhaix-Plouguer ZAC de Kergorvo 2-1 (29) – 2017-232 I – Données administratives, techniques et scientifiques
RAP03288.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). Kergorvo 2. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). Kergorvo 2. Rapport de diagnostic
  • Mobilier Céramique Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Sujets et thèmes Aqueduc Voiries Carrières Parcellaire Urnes cinéraires Le diagnostic réalisé sur l’emprise de la future Z.A.C. de Kergorvo 2 s’est révélé prometteur à plus d’un titre bien que limité à la
  • période antique. Les tracés des différents aqueducs ainsi que de la tranchée d’adduction d’eau antiques ont ainsi pu être confirmés ou précisés. De nombreux aménagements associés à la construction des aqueducs (carrières notamment) ou à leur utilisation ont pu être mis en évidence
  • 2.3.3 Le parcellaire associé au cadastre ancien Les aqueducs et la tranchée d’adduction d’eau antiques Les conduites 1, 1bis et 2 La tranchée d’adduction d’eau Des vestiges associés à la phase de chantier de construction des 2.4 2.5 2.6 2.6.1 2.6.2 2.6.3 2.6.4 2.6.5 2.7 2.8 2.9
  • ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 6 Notice scientifique Etat du site Le diagnostic réalisé sur l’emprise de la future Z.A.C. de Kergorvo 2 s’est révélé prometteur à plus d’un titre bien que limité à la période antique. Les tracés des différents aqueducs ainsi que de la tranchée d’adduction d’eau antiques ont
  • ainsi pu être confirmés ou précisés. De nombreux aménagements associés à la construction des aqueducs (carrières notamment) ou à leur utilisation ont pu être mis en évidence ainsi qu’une importante voirie bordée d’un système fossoyé. Enfin la présence d’une concentration d’urnes
  • probables ornières à rattacher à une phase sans doute plus ancienne de l’occupation. La tranchée de sondage réalisée en 2000 a permis de localiser la limite parcellaire à 4 m plus à l’ouest. 2.3 Les aqueducs et la tranchée d’adduction d’eau antiques La série de trois aqueducs successifs
  • conduite (61-06). Elle n’a pas été sondée. La largeur totale de l’aménagement au niveau du décapage atteint 2,10 m. fig. 16 Aqueduc 61-07, coupe. fig. 17 Aqueduc 61-09, vue vers le nordouest. fig. 18 Aqueduc 62-07, vue vers le nord. La conduite 2 Le troisième état de l’aqueduc se
  • . fig. 21 Aqueduc 61-09, coupes. Le tronçon dégagé dans la tranchée 61 est relativement dégradé mais a permis de réaliser des observations partielles dans la partie interne de la conduite (fig. 19 et 21). Un sondage d’ampleur limitée a été mené jusqu’au niveau d’apparition des
  • ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- fig. 22 Aqueduc 62-07, détail de la paroi nord-est. fig. 23 Aqueduc 61-09, détail de la voute, vue vers le nord-est. Il met nettement en évidence le démontage de la voute et peut-être de la partie supérieure des piédroits. L’absence de blocs de schiste dans le comblement d’abandon
  • lien avec les aqueducs ont pu être mis en évidence. Il s’agit notamment de traces d’espaces de circulation qui sont apparues sous la forme d’ornières et dont l’orientation est parallèle à celle des conduites (fig. 11). C’est le cas de l’unique ornière repérée dans la tranchée 61 (61
  • phase de construction des conduites d’eau. 2.4 Des limites parcellaires et des voiries antiques En sus des aqueducs et de la tranchée d’adduction d’eau le terroir concerné par le diagnostic est marqué par un réseau de fossés et de voiries en partie associés. La densité n’est pas
  • Diagnostic archéologique Bretagne, Finistère, Carhaix-Plouguer, Kergorvo Kergorvo 2 Diagnostic archéologique sous la direction de Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67 737 35 577 Cesson-Sévigné www.inrap.fr Rapport de Diagnostic Eric Nicolas Eric Nicolas Inrap Grand Ouest Juin
  • 2016 Diagnostic archéologique Kergorvo 2 Diagnostic archéologique Code INSEE 29024 Rapport final d’opération Bretagne, Finistère, Carhaix-Plouguer, Kergorvo sous la direction de par Eric Nicolas Emmanuelle Coffineau SRA 2016-067 D111972 Code Inrap Arrêté de
  • Projet d’intervention approuvé par le préfet de la région Arrêté de désignation du responsable scientifique Les résultats 19 1. Le cadre de l’opération 19 19 19 21 22 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 Les motifs de l’intervention L’environnement topographique Le contexte géologique
  • L’environnement archéologique Méthodologie 25 2. Présentation des données 2.1 2.1.1 2.1.2 Des aménagements contemporains Des aménagements contemporains liés au festival des Vieilles Charrues Les traces des tranchées de sondage archéologique associées à la fouille 2.2 2.3 2.3.1 2.3.2
  • ___________________________ Sujets et thèmes ___________________________ Mobilier Antiquité Aqueduc Voiries Carrières Parcellaire Urnes cinéraires Céramique 5 Inrap – RFO de diagnostic Carhaix-Plouguer – Kergorvo 2 2016
  • cinéraires pourrait indiquer la présence d’un ensemble funéraire plus important. Les tranchées réalisées sur l’emprise du projet de la Z.A.C. de Kergorvo 2 sur la commune de Carhaix-Plouguer ont été rebouchées à l’issue du diagnostic. La surface totale des sondages est de 4750 m
  • ² correspondant à 6,6 % de la surface prescrite. 7 Inrap – RFO de diagnostic Carhaix-Plouguer – Kergorvo 2 2016 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Localisation de
  • – Kergorvo 2 2016 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Projet d’intervention approuvé par le préfet de la région 15 Inrap – RFO de diagnostic Carhaix-Plouguer
  • cadre de l’opération 1.1 Les motifs de l’intervention archéologique La réalisation d’un diagnostic archéologique sur le territoire de la commune de Carhaix-Plouguer a été demandée par Poher-Communauté auprès du Service régional de l’archéologie, DRAC Bretagne, en prévision de la
RAP02538.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). persivien, étude d'un tronçon des aqueducs romains de vorgium et de leur environnement immédiat. rapport de fp 2009)
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). persivien, étude d'un tronçon des aqueducs romains de vorgium et de leur environnement immédiat. rapport de fp 2009
  • 2009 12 3- Contextes topographique, géologique et archéologique 12 4- Conditions de réalisation de l'opération 13 Résultats de la campagne 2009 15 1 - Les 1.1 1.2 1.31.4 1.5 1.6 1.7 - sondages dans le petit aqueduc Le sondage 1.01 Le sondage 1.02 Le sondage 1.03 Le
  • 27 3.1.1- Au fil du grand aqueduc 3.1.2 - Entre les deux aqueducs et aux abords du petit conduit 3.2 Une occupation de la fin de l'antiquité au nord de la parcelle 28 3.2.1 - Les observations faites au nord du regard R4 3.2.2 - Un axe de circulation au niveau du sondage 2.09
  • Comparaisons 4- Restitution de la petite conduite 4.1 - Le canal 4.2 Quelle couverture ? 4.3 - Le chantier de construction Les traces d'occupations dans l'environnement immédiat des aqueducs 1- Une occupation de la fin de l'antiquité au nord de la parcelle 28 2 - Les occupations au sud
  • -est de la parcelle 27 2.1 - Des aménagements antérieurs aux aqueducs 2.2 - L'occupation de ce secteur après l'abandon des aqueducs 85 85 87 87 88 88 89 89 90 Conclusion 92 Bibliographie 94 Table des figures 97 CAMPAGNE 2009 FICHE SIGNALÉTIQUE Région : Bretagne
  • installées dans le comblement des aqueducs, sont en majorité attribuables aux occupations du site durant la période médiévale. Pour celles associables au vaste enclos identifié depuis le diagnostic de 2007, l'étude du maigre mobilier céramique paraît confirmer une datation du haut Moyen
  • 19/05/2009 ARRETE Article 1er : Monsieur Eric PHILIPPE est autorisé(e) à procéder, en qualité de responsable scientifique, à une opération de fouille programmée à partir du 01 août 2009 jusqu'au 31 décembre 2009 concernant la région BRETAGNE Intitulé de l'opération : Aqueduc
  • grand aqueduc afin de compléter les observations de témoignages du chantier de construction (phasages, équipes, différences dans la construction, réfections éventuelles...) ; • effectuer de nouveaux sondages dans le grand aqueduc pour étoffer le corpus d'indices liés à la
  • construction et au fonctionnement de l'adduction ; • réaliser un décapage complet et la fouille d'un long tronçon du petit aqueduc pour comprendre l'agencement et le fonctionnement de la canalisation en bois (interdistance des éléments d'assemblage, restes des calages des pièces de bois
  • postérieures dans les abords immédiats des adductions. Le piètre état de conservation des vestiges liés aux occupations successives du site et l'ampleur des travaux à mener sur les aqueducs a incité à recentrer la problématique de la campagne 2009 sur l'étude des conduits et de leurs abords
  • immédiats. Rappelons enfin que cette étude s'inscrit comme ultime phase de terrain de l'étude de l'ensemble du tracé des aqueducs de la capitale des Osismes menée par A. Provost et B. Leprêtre depuis 1993. Elle visait notamment à répondre à un maximum des questions restées en suspens à
  • ayant fait l'objet, à l'issue de la campagne 2008, d'une protection au géotextile lesté par des cordons de terre, les terrassements mécaniques ont consisté en un redégagement des zones ouvertes en 2008 au niveau de la grande conduite et un décapage du tracé du premier aqueduc sur la
  • Persivien, l'exposé des résultats de la campagne de 2009 sont cantonnés à une description analytique des sondages et zones fouillées. Les relevés en coupe des sections étudiées des aqueducs sont présentés dans la synthèse sous la forme de deux planches présentant chacune l'ensemble des
  • relevés réalisés au cours des deux campagnes sur chacun des deux aqueducs (figures 101 et 123). Seuls en ont été exclus les relevés issus de l'étude des regards puisqu'ils font l'objet d'un développement particulier dans la synthèse. Au sortir de la campagne de 2009, la numérotation
  • petit aqueduc La mise au jour, dans un sondage réalisé dans le petit aqueduc en 2008, d'un élément d'assemblage métallique de pièces de bois, de type « frette », a conduit à mettre cette première adduction au centre de la problématique de la campagne de 2009. Les sondages menés en
  • linéaire dans la conduite afin de vérifier les interdistances entre les frettes. Comme attendu, la tranchée de l'aqueduc n'a livré aucun vestige de maçonnerie sur la totalité du tracé étudié. Figure 7 : Prospection métallique en surface du comblement du petit aqueduc au niveau du
  • sondage 1.01 (É. Philippe) 1.1 - Le sondage 1.01 Le sondage 1.01 est le sondage le plus en amont réalisé sur le petit aqueduc. Il s'étend sur 7,30 m de long, un témoin d'1 m de large ayant été laissé à 2,70 m de la limite orientale du sondage. La tranchée de l'aqueduc présente un
  • atteint une longueur de 20,70 m. Deux témoins, laissés dans un premier temps, ont été finalement fouillés ; l'un d'eux a livré une nouvelle frette. La tranchée d'installation du petit aqueduc y présente un profil évasé à fond plat. Localement, un palier a été relevé en partie
  • couverture isolés ou calages latéraux basculés ? Figure 16 : Vue des dalles retrouvées à plat dans le comblement du petit aqueduc (É. Philippe) Directement en aval de la frette 3155, le comblement a été entaillé en surface pour l'installation d'une modeste fosse circulaire comblée d'un
  • reprise de ce sondage a permis d'obtenir une coupe totale du petit aqueduc et d'en dresser un relevé précis (section s, figure 123) au regard des découvertes réalisées depuis 2007. Creusée dans un contexte schisteux similaire, la tranchée présente un profil analogue à celui observé
  • frette 3103 (É. Duclos) 2 - Les sondages dans le grand aqueduc Le décapage manuel de la grande conduite sur le site de Persivien a été poursuivi dans les secteurs où cela n'avait pu être réalisé en 2008. Cette opération visait notamment à préciser le tracé exact de l'adduction
RAP01725.pdf (LOCMARIAQUER (56). l'aqueduc antique. rapport de prospection thématique)
  • LOCMARIAQUER (56). l'aqueduc antique. rapport de prospection thématique
  • indiscutable, comparant le "Pont de César" aux autres ponts-aqueducs connus en Gaule. Les 25 piles désormais découvertes sont décrites dans cet article. De l'avis de Closmadeuc, la source de l'aqueduc se situe à la fontaine de Kérisper ou à Pont-Sal et son point d'arrivée pourrait se
  • AQUEDUC ANTIQUE DE LOCMARIAQUER (MORBIHAN) RAPPORT DE PROSPECTION THEMATIQUE 2000 PRESENTE PAR ALAIN PROVOST, BERNARD LEPRETRE ET ERIC PHILIPPE ROSNARHO. — La Voie Romaine MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION DRAC BRETAGNE - SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE
  • DEPARTEMENT DU MORBIHAN Région de Locmariaquer (Morbihan) Aqueduc antique de Locmariaquer Rapport de prospection thématique 2000 Autorisation n° 2000-010 Programme 025 : Histoire des techniques, de la protohistoire au XVÏÏIè s. et archéologie industrielle. Responsable scientifique
  • postale représentant les dix premières piles de la file d'arches aval du pont-aqueduc (Pont de césar), aujourd'hui détruites, improprement nommées « la voie romaine » (document original : M et Mme Jaumier). Sommaire Page Introduction 1 1 . Cadre naturel et contexte archéologique
  • trait et 15 clichés. 17 planches hors-texte dont 3 cartes et 14 plans. Introduction Les vestiges d'un pont-aqueduc connu sous le nom de Pont de César, franchissant la rivière d' Auray, ont été repérés et interprétés dès le XVÏÏIè siècle par Robien. Au XLXè siècle, un architecte
  • aqueducs antiques connus en Bretagne. L'autre est celui de Carhaix, étudié par A. Provost et B. Leprêtre depuis 1993. Contrairement à Carhaix, chef-lieu de la cité des Osismes, Locmariaquer n'est pas chef-lieu de cité, mais une « agglomération secondaire » des Vénètes. Mal connue et
  • . Audelà de l'intérêt intrinsèque que représente cet aqueduc au plan des techniques hydrauliques antiques, il ne peut être dissocié de la problématique de l'agglomération antique de Locmariaquer. Il serait surprenant que le pont ait été construit pour rien. Ce serait un cas unique dans
  • postérieures de matériaux. L'illustration en est donnée par l'aqueduc de Carhaix où, pour ces raisons, la fonction de la canalisation secondaire a longtemps échappé aux chercheurs avant d'être identifiée comme le premier aqueduc de Carhaix. Notre projet de prospection thématique se
  • Carhaix, chef-lieu de civitas. L'ouvrage dont ne subsistent que les vestiges du pont-canal franchissant la rivière d' Auray n'était pas banal. Certes, le tracé de cet aqueduc demeure inconnu de même que sa section, ce qui peut laisser penser que le projet n'avait pas été mené à son
  • grandissantes au fur et à mesure des reprises. La découverte de nouveaux vestiges et la reprise de la recherche par un érudit aux méthodes de scientifique va permettre d'interpréter le pont comme un pont-aqueduc. 2.3. L'étude menée par G. de Closmadeuc C'est un membre de la Société
  • n'est retrouvé. De ses observations sur le terrain, de Closmadeuc conclut qu'il ne peut s'agir d'un pont routier, la configuration des vestiges indique plutôt un pont-aqueduc. Pour la première fois, le "Pont de César" est interprété comme un ouvrage d'art servant au franchissement de
  • la rivière par un aqueduc. Pour la première fois également, un chercheur va s'interroger sur l'origine et la destination de la conduite. Cet article demeure encore aujourd'hui l'un des plus importants de nos sources puisqu'il s'agit de la première description des vestiges tirée
  • de Rosnarho. 2.3.3. 1882 : La seconde partie de l'étude de Closmadeuc C'est en compagnie de l'inspecteur général des Monuments Historiques de l'époque que de Closmadeuc retourne visiter les vestiges de Rosnarho. L'interprétation de cette structure comme pont-aqueduc leur paraît
  • trouver à Locmariaquer. De plus, d'après Closmadeuc, les poutres évoquées dans la majorité des articles traitant du "Pont de César" n'appartiendraient pas au pont-aqueduc mais à un autre pont situé plus en aval, à Kérentreh. Ce second pont aurait une vocation routière reliant Vannes à
  • amoindri dans les vingt dernières années. Seul P. André mentionne régulièrement l'aqueduc de Locmariaquer dans ses articles. A la fin des années 1980, il va mettre en place une série de travaux pour en savoir plus sur le pont-aqueduc de Kérisper-Rosnarho. 2.5.1. 1992 : Une première
  • située à l'emplacement du pont près de la rivière. 2.5.3. 1999 : Synthèse sur les ponts et voies du Morbihan Dans son Histoire rurale des Vénètes armoricains, parue en 1999 aux éditions du Ce.R.A.A., P. Naas signale qu'à part le pont-aqueduc de Kérisper-Rosnarho, d'après lui il
  • , répertoires, rédigés par les antiquaires, érudits ou historiens au cours de deux siècles et demi d'interrogations autour du pont-aqueduc de Kérisper-Rosnarho et des divers vestiges qui l'entourent. En outre, nous avons eu la chance d'accéder à un fond documentaire supplémentaire, jamais
  • : Alain Provost, archéologue indépendant Equipe de recherche : Bernard Leprêtre, ingénieur Génie civil . Eric Philippe, doctorant à l'université de Toulouse - le Mirail (sujet de thèse : « L'eau et la gestion de l'eau en Armorique gallo-romaine »). Collaborateurs du projet, les
  • régional de l'Archéologie M. et Mme Jaumier, Rosnarho (Crac' h) M. Aubry, Equipement/Affaires maritimes, Vannes Opération réalisée avec le concours de l'Etat (Ministère de la Culture et de la Communication) et du Département du Morbihan. Cliché de couverture : Reproduction d'une carte
  • de la recherche 1 . 1 . Le cadre naturel 1.2. Locmariaquer antique 3 3 3 2. Historique des recherches 2.1. Les premières mentions au XVÏÏIè siècle 2.2. Le temps des érudits 2.3. L'étude menée par G. de Closmadeuc 2.4. Des répertoires aux destructions des piles (fin XlXè - XXè
RAP01151.pdf (CARHAIX (29). la ville neuve. rapport de sauvetage urgent)
  • CARHAIX (29). la ville neuve. rapport de sauvetage urgent
  • carrières. Depuis 1993 une étude détaillée du parcours de l'aqueduc de Carhaix a été entreprise.. Cet aqueduc, qui alimentait la ville antique de Carhaix en eau potable, a été peu étudié ou fouillé méthodiquement. En 1978 une fouille de sauvetage urgent a permis l'étude d'un tronçon
  • , nous a permis d'étudier les techniques de construction d'un ouvrage linéaire. L'ouvrage est de bonne qualité et montre que les bâtisseurs avaient des connaissances très spécifiques concernant la construction des aqueducs et leur fonctionnement, en particulier celui concernant les
  • CARHAIX - PLOUGUER Kernevez - Rocade Est. Aqueduc Romain. Cliché 4 Vue de la jonction entre les parties maçonnées et ouvertes CARHAIX Kernevez, aqueduc Carroyage. - PLOUGU romain. Localisation stratigraphiques. des coupes et relevés Topographie. 147,96 7,90 147,91 147,92
  • CARIIAIX - PLOUGUER KERNEVE^ (29 024 020) (FINISTERE) RAPPORT DE SAUVETAGE URGENT 15/05/1991 - 15/06/1991 Sous la direction de Michael BATT avec la collaboration de Stèphan EŒNGUÀNT et Stèphan PESCHARD MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA FRANCOPHONIE Rennes: S.R.A. de Bretagne
  • . Situation : Département : Finistère Commune : CARHAIX-PLOUGUER Cadastre : Kernevez (la Ville Neuve) Coordonnées Lambert : Zone I x=164,575 n° carte archéologique : 29 024 020 n° d'autorisation de fouilles : 91 - 22 AH y=1080,950 RESPONSABLE SCIENTIFIQUE : Service Régional de
  • ¿la Limite •yKerledan fenn-Lan-Tail 'oulriou la Métairie.Neuve isr^'t Tracé de yKernal J il. r l'aqueduc romain sur la commune de Carhaix O Tronçon d'aqueduc visible. - Plouguer. t: Fig 2 29 CARHAIX - PLOUGUER Persivien — Coupe de l'aqueduc. (après Sanquer 1978
  • ), cet ouvrage a un tracé d'environ 22 kilomètres (GUYOMARD, 1980), depuis la commune de Glomel (Côtes d'Armor) à l'est. Sur la plupart de son parcours, l'aqueduc reste un ouvrage enterré peu visible en milieu rural, sauf occasionnellement dans les coupes des chemins creux ou des
  • d'une dizaine de mètres à Persivien sur la commune de Carhaix (SANQUER 1978) (figure 2) En 1991, des travaux préalables à la réalisation de la rocade est de la ville de Carhaix avaient nécessité la fouille d'un tronçon de 23,50 mètres semblable à celui mis au jour en 1978 à Persivien
  • . Le tronçon examiné se trouve à l'est de la ville actuelle de Carhaix, où le projet routier le traversait perpendiculairement (figure 3). Son parcours sur cette partie rurale de la commune n'était pas connu précisément. Une série de sondages sur l'axe de la future route a permis sa
  • localisation à 100 mètres environ de son emplacement supposé. En accord avec la Direction Départementale des Routes du Conseil Général du Finistère, des sondages de reconnaissance ont été réalisés le 12 mars 1991. Une simple tranchée de 80 cm de large et 50 mètres de long a été effectuée
  • avec l'aide d'un tractopelle mis à disposition par la subdivision de l'Equipement de Carhaix. La fouille de sauvetage qui a suivi du 15 mai 1991 au 14 juin 1991 a permis l'étude de sa construction sur une longueur de 23,50 mètres (emprise totale de la nouvelle route). Sur les 23,50
  • mètres, 16 mètres ont été construits en pierre avec une voûte, 7,50 mètres étant en canalisation ouverte aménagée. Profitant d'effondrements et d'écrêtements de la voûte, quatre sondages ont été effectués dans le canal même. 5 L'ETUDE ARCHEOLOGIQUE DE L'AQUEDUC. Pour la description
  • , 1991). I La Tranchée de l'aqueduc et son canal (figures 4 et 5) Creusée d'une façon régulière dans le schiste briovérien, la tranchée dans laquelle l'ouvrage même de l'aqueduc a été construit se présente de la façon suivante : Une tranchée ouverte, de deux mètres de profondeur en
  • moyenne, avec des parois verticales à partir de 0,90 mètres de profondeur a été creusée dans le substrat naturel.. La partie supérieure était évasée sans doute pour faciliter l'évacuation des déblais pendant le creusement. D'une largeur variable entre 1,20 mètres et 1,40 mètres, la
  • tranchée a été aménagée soigneusement avec un fond plat. Sur chaque côté, la roche naturelle a été laissée en place pour l'aménagement d'une banquette d'environ 0,20 mètres de large sur 0,10 à 0,15 mètres de haut. A l'emplacement du canal ouvert, la tranchée présente les mêmes
  • caractéristiques, sauf sa largeur qui est inférieure (1,00 à 1,10 mètres) et l'absence des banquettes. II Le canal : La partie maçonnée, (figures 6 et 7) Le conduit de la partie maçonnée du canal (16 mètres fouillés), de construction régulière, est établi dans une tranchée d'environ 2 mètres de
  • profondeur et d'une largeur variant entre 1,20 et 1,40 mètre. Il est possible après l'étude archéologique menée sur cette partie maçonnée d'appréhender les différentes étapes techniques de la construction du canal. Etape 1 : Sur le fond de la tranchée un radier de blocaille composé d'un
  • dallage de schiste (
  • double radier ont été remplis de gravats et de sable. 6 Etape 3 : C'est sur ce double radier de fond que les piédroits du canal en pierre de schiste ont été montés. Ils ont 0, 40 mètre d'épaisseur, entre 1 et 1.10 mètre de hauteur, et s'arrêtent au niveau de l'évasement de la
  • tranchée. Le canal même de l'aqueduc mesure 0.60 mètre de large. Côté canal, les piédroits en pierre de schiste ont été liés par un mortier de chaux très maigre et vers l'extérieur contre les parois de la tranchée seulement par de la glaise. Une fois la grosse maçonnerie montée, la
RAP00596.pdf (arrondissements de Vannes et de Lorient : aqueduc gallo-romain de Locmariaquer (56). rapport de prospection inventaire)
  • arrondissements de Vannes et de Lorient : aqueduc gallo-romain de Locmariaquer (56). rapport de prospection inventaire
  • Patrick ANDRE Francis -o-O-o-O- PROSPECTIONS BOUGIS -o-O-o-O- ARCHEOLOGIQUES SUR LE TRACE DEAQUEDUC GALLO-ROMAIN DE LOCMARIAQUER ( MORBIHAN ). Autorisation de prospection n° Année 1984 84 - 20 H Dans la péninsule armoricaine, on connait les vestiges de deux
  • affecte les derniers vestiges de cet ouvrage. Cette crainte a déterminé (1) l'étude que nous avons commencée en 1984^ L.Rolland, "Aqueduc romain de Carhaix" Bulletin de la Société archéologique du Finistère, XXVII, 1900, p. 55-96. j (2) G. de Closmadeuc, "Le pont de César sur la
  • rivière d'Auray" et visant à recueillir le maximum d'informations sur l'ensemble de cet aqueduc, avant la disparition définitive de ses derniers vestiges. La prospection engagée en 1984 répondait à trois interrogations naturelles : 1) - Reconstituer avec le maximum de précision le
  • Prospection sur le pont-aqueduc de Kerisper - Rosnarho. Le plus urgent paraissait l'étude des vestiges encore visibles dans la propriété de Rosnarho, en CRAC 'H, sur la rive droite de la "rivière d'Auray". A partir de ces vestiges, on pouvait tenter une reconstitution du pont franchissant
  • aqueducs romains x - l'aqueduc de CARHAIX, dans le Finistère. - l'aqueduc de CRAC 'H, dans le Morbihan. Le premier ouvrage est bien connu, depuis l'étude que L. Rolland lui a consacrée (1). Du deuxième, on ne connaît que les ruines des piles existant dans le secteur de Kérisper
  • ( commune de LE BONO, anciennement PLUNERET ) et dans celui de ROSNARHO, commune de CRAC 'H, c'est-à-dire là où l'aqueduc franchissait par un pont la "Rivière" d'Auray. Cette rivière d'Auray est en fait l'estuaire du Loc'h qui , en aval d 'Auray^ relie le port de Saint-Goustan à la
  • pleine mer. La présence de piles dans le chenal justifie les tentatives faites au siècle dernier pour supprimer le handicap qu'elles opposaient aux navires fréquentant le port de SaintGoustan. Cinq piles sont détruites en 1827 ; d'autres le sont en 1869, les dernières enfin en 1899
  • * Du "pont de César", nom local de cet ouvrage, il ne reste plus aujourd'hui qu'une bouée, la "bouée César" qui indique aux navigateurs l'em- placement des hauts fonds sur lesquels s'appuyait ce pont détruit. Sur la rive droite, côté Rosnarho, subsiste par contre le tracé d'un
  • ouvrage d'accès, long de 160 mètres et constitué lors de son étude, il y a un siècle (2 ) de 2k piles f carrées et une pile-culée. Dix d'entre elles, les plus proches du rivage, ont récemment disparu lors de la construction d'une maison. On pouvait donc craindre qu'un sort semblable
  • profil du pont-aqueduo et de ses ouvrages d'accès, au franchissement du Loc'h. 2) - Après avoir déterminé la hauteur du fond du caniveau, tenter de retrouver en amont le cheminement de l'aqueduc, et, bien sûr, le ou les points de captage. 3) - En aval enfin, étudier les différentes
  • possibilités du tracé, conduisant l'eau à Locmariaquer , important station antique. , De ce programme ambitieux, on a cette année privi- légié la première partie, et commencé l'étude du tracé amont. Ce travail a été réalisé grâce à la participation : - du Centre d'Etudes et de Recherches
  • Archéologiques du Morbihan ( CERAM) , Vannes. - de M. Bougis, Ingénieur des Travaux publics. Le Bono. - de M. Mauny, Ingénieur à l'I.G.N. Paris. - du Club subaquatique " les Vénètes", Vannes. Bulletin de la société polymathique du Morbihan, 1874, p. 124130, et " une rectification à propos du
  • pont dit de César, sur la rivière d'Auray", ibid, 1 882 ,p .6l -69. N 165 Vers Hennebant Vers t orient D768 Vers Pluvigner \fVers Si Bneuc Ketguéro P DU Vers Sle Anned'Auray 0 120 nflBaliaaeùf • ~Lomel 0 19 Vers Ste Anne d'Auray «f , IU ci LescKl -C Kerverli
  • l'estuaire et déterminer approximativement la hauteur du fil d'eau, dont dépendent les tracés, amont et aval» L'itinéraire reconnu concerne essentiellement le franchisser-ent de l'estuaire entre la pointe de Kérisper >et celle de Rosnarho, sur une longueur approximative de 440 mitres
  • . Au-delà, de chaque côéé, les traces se perdent dans les bois. L'ouvrage comprenait trois parties : a) - un ouvrage d'accès côté Kerisper, très court en raison de l'escarpement de la rive, d'environ 35 mètres de long, qui devait comprendre une culée en maçonnerie pleine prolongée
  • ° siècle les piles ont été arasées à plusieurs reprises pour les besoins de la navigation, et, seuls, des amas de pierres caractéristiques subsistent sous l'eau. c) - un ouvrage d'accès à la rive côté Rosnarho, de 160 mètres de long. C'est le mieux connu. Divers documents, plans et
  • encombrement double. i ! L'aqueduc venait du Nord-Ouest, puis après deux coudes successifs dont le second se trouvait à l'entrée de l'ouvrage d'accès, franchissait la Rivière d'Auray d'Est en Ouest, pour faire ensuite deux nouveaux coudes vers le Sud, le premier à la dixième pile du
  • viaduc d'accès, et le second à cinq mètres de l'extrémité de la culée pleine. Le plan joint représente ces dispositions, avec une largeur d'ouvrage uniforme de 2,4 m., et vraisembla- blement des renforts de piles en rivière à l'amont et à l'aval, de forme non identifiée. Le niveau
  • exécutés en quèlques points judicieusement choisis permettraient d'en préciser l'implantation et les formes, et de recueillir des informations sur la technologie utilisée pour des fondations en site d'estuaire, avec un marnage de 4,50 mètres. La "rivière d'Auray", vue du côté
  • Rosnarho, au point de franchissement du pont-aqueduc .
RAP00377.pdf (RENNES (35). 38 rue de Saint-Malo. rapport de sondage.)
  • RENNES (35). 38 rue de Saint-Malo. rapport de sondage.
  • Modéré de la ville de RENNES a décidé de reconstruire un immeuble su/i l'emplacemen du n" 38, me de Saint-Malo, Rennes. Paul BANEAT dam ¿on ouvrage Le Vieux Rennes, publié en 1911, mentionne, ¿un. l'emplacement du n" 38 de la rue de Salnt-Malo, la présence d' un aqueduc gallo-romain
  • SUA le terrain acquis par l'Osiez de Rennes. La vérification présente un grand Intérêt. d'Inter- Public d'H.L.M. de la ville, de l'emplacement probable d'un aqueduc romain / W ^ Ä /ÍM^ • mm i^ill'Mn/iií/Íll/lli!. •• (Hôte!///? ^Èiiiii/fìr^ Avec l'aide d'une petle
  • r. S* Melaine 500 m i zones à forte densité de j découvertes archéologiques,! extension probable de la ville sous le Haut-Empire. ; FIG : 22 Aqueduc
  • . Une zone à portes débités de découvertes archéologiques existe entre la rue de Salnt-Malo et la rue de Vlnan et au nord ¿ur V emplacement de, l'hôpital Hôtel Dieu, depuis 19.77 des fouilles archéologiques métho- diques, dans le quartier, du [/leax Saint-Etienne, ont mis au
  • jour d'Importants, vestiges de la ville, romaine. Aucune, découverte archéologique n'est véritablement connue dam ce. ¿ecteur de la rue de Salnt-Malo mais vu l'Importance des découvertes à V ouej,t, la Direction des Antiquités Historiques et Préhistoriques de Bretagne,a décidé venir
  • mécanique, établi la pA.ue.nce. d'une couche de Aemblati avec du 30/40 cm. moficeaux de bnlquu, médiévale, et nocaWLu de vutlgu po a t-médiévale de com>tAuctloni cLLévale. Le txacé de l'aqueduc piuumé ont a/igileux belge nolAcLt/ie, Mélangé à ce Aemblal, Il y avait du gaULo
  • -iomalne, de tnacu blou eu ¿ondagu de ¿ckiàte tuions et modeAne. anténleunu galto-Komaln de épalA d potenle Il n'y avait pou> à l'époque n'a pu êtAe Wo-ô concZuàloni iont HmiXéu paA eu iondagu po&t-mélocaLU ponctuels, malô II semble que. Î>UA l'emplacement du 38 de la me de
  • CIRCONSCRIPTION HISTORIQUE BORDEREAU RECAPITULATIF Date d'envoi DE. . . è t â Q f f î ^ RAPPORT D E . S & W À Q i ^ LOCALISATION ¿¿U eJt-\rJlxxurU Département Commune 3 iZoXlJt Oft Lieudit : du cadastre. I.G.N fatfaJLo local N ° de Site Cadastre DATES Coordonnées
  • Lambert.., Ax 3 o lj 00 Ay ^ V . O O Bx By Autorisation (n°, date)..... "¿1 ¡4 ¿9-// V ^ ô Intervention (début et fin) Années antérieures d'intervention. INTERVENTION Responsable . ri. özxtr Motif d'intervention Surface fouillée Estimation de l'étendue du gisement SITE
  • Nature du gisement. Nature des découvertes effectuées.. Périodes chronologiques OBSERVATIONS CONTENU DU DOSSIER Rapport scientifique... Plans et coupes £ h
  • : 38, rue de Saint-MaZo Section, parcelles : AB [36 5) Coordonnées Lambert, Zone II : x = 301,00 ; y = 54,00 Autorisation te.mpoA.cuAe de sondage : n" 21 H. SONDAGES ARCHEOLOGIQUES EFFECTUES AU 38, RUE VE ST-MALO A RENNES, LE 27 DECEMBRE 1983. L'OUlce public d'Habitation à Loyer
  • Saint-Malo, lu coucku antiquu aient été totalement peAtunbéu pa/i lu tioné poitéiieufiu, buhtout au Moyen-Age. comttuc- RENNES Porte Mordelaise Place Saint-Michel Pont Jean-Jaurès Préfecture Rue d'Echange Rue Saint-Martin Rue Hoche Ancienne Faculté des Lettres 5» ruuL A* -s-v
RAP02303.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). Persivien. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). Persivien. rapport de diagnostic
  • circulation actuel, et il a été repéré sur une longueur deXX m. Un regard dont la conservation est très bonne, a été découvert : il s'agit d'une première pour cet ouvrage. Cette opération a permis aussi de confirmer l'existence d'un aqueduc plus ancien (dit aqueduc 1) : l'aqueduc 2 a un
  • , ils se situent dans un secteur sensible caractérisé par un aqueduc et des vestiges d'un habitat de l'époque gallo-romaine. CONSIDERANT qu'il est nécessaire de mettre en évidence et de caractériser la nature, l'étendue et le degré de conservation des vestiges archéologiques
  • plusieurs années sur des secteurs sensibles de la commune de Carhaix-Plouguer. L'emprise du projet (4,6 ha environ) est localisé dans un environnement recelant des indices ou vestiges archéologiques (aqueduc et habitat) attestés à l'ouest par de la découverte fortuite et à l'est par la
  • , préalablement à la construction de la ZAC du Poher (n°2), deux aqueducs successifs aux tracés parallèles ont été répertoriés (Hervé-Legeard, 1999) ; seul le plus récent est totalement conservé, les matériaux de construction du premier ayant probablement été récupérés au moment de sa mise en
  • place. L'aqueduc le plus récent est ensuite retrouvé à l'intérieur du périmètre de la ville antique (n° 3 (section présentée au public) et 4). Un programme de recherches sur cet aqueduc a aussi permis de restituer son tracé au sud-est de la cité romaine (Provost, Leprêtre, 1998) (n
  • son éloignement est compris entre 5 m et 15 m. Sur le plan altimétrique ce second aqueduc a été installé au dessus de l'aqueduc 1. Dans notre cas, l'aqueduc 1 a été repéré dans les tranchées 28 (F.16) et 25 (F. 14), donc sur 50 m de long. De direction SE-NO, il suit la courbe
  • » Diagnostic archéologique 2007 Photo 3 : Tranchée 28 : vue en oblique (du SO) des deux aqueducs - Au 1 er plan, aqueduc 1 (sondé) : ses matériaux de construction ont été presque totalement récupérés au moment de son abandon On devine la voûte en place de l'aqueduc 2 en arrière-plan (F
  • endroit la section de l'aqueduc est en général plus profonde car un bassin de décantation des sédiments 27 CA RH A1X-PLOUGUER. « Persivien » Diagnostic archéologique 2007 y est associé. Les regards sont en général régulièrement répartis sur le tracé d'un aqueduc ; il reste encore
  • mise en place du second aqueduc. Il est probable qu'elle ait été installée à l'époque antique. La structure de combustion (Fo.59) au sud de la tranchée 50 de l'aqueduc 2 peut être associée à la fosse 58. Elle a un plan circulaire d'1,20 m de diamètre dont le pourtour est souligné de
  • aiguiser en grès. 50 tessons ont aussi été recueillis sur la surface décapée. Il s'agit de céramiques d'importation : sigillées (assiette de gaule du sud, gobelet de gaule du Centre, bol de type Drag.37, coupelle de type Drag.46), d'amphores du type Gauloise 4 venant de Narbonnaise
  • . Parmi ces dernières on note la présence d'un bord de coupe en sigillée de Gaule du centre rattachée aux productions de la première moitié du IIe siècle après J.C. Elles sont associées à un verre de loupe moderne ; ce dernier peut être intrusif. Le tracé, la fonction et la datation de
  • l'aqueduc 2. Les aqueducs 1 et 2 ont été repérés dans l'emprise étudiée. Le premier aqueduc, encore mal connu, de la ville gallo-romaine de Carhaix, est mal conservé. Les matériaux du premier ont été presque totalement récupérés probablement au moment de la mise en place du second. Leurs
  • Rapport + I N S T I T T N A T I O N A L R E C H - E R C H E S De E 0 L 0 G I Q U € S P R € V E N T I V E S Diagnostic D E A R C H U + + Août 2007 + Françoise LE BOULANGER, Avec la collaboration de Philippe COCHEREL, Eric GAUME, Françoise LABAUNE-JEAN et
  • Stéphane JEAN -V • f i CARHAIX-PLOUGUER « Persivien » (Finistère - Bretagne) Dates d'intervention : 18.06.07 - 29.06.07 N° de prescription : SRA 2006/112 N° INSEE de la commune : 24 N° d'opération INRAP : DA 05 017401 INRAP -Direction interrégionale Grand-Ouest -37, rue du Bignon CS
  • conditions de réalisation de l'opération p. 13 RESULTATS 1- Les vestiges fossoyés d'un parcellaire récent 2- Les aqueducs servant à l'alimentation en eau de Vorgium 2.1. L'aqueduc 1 2.2. L'aqueduc 2 3- Des structures appartenant à l'époque gallo-romaine 3.1. Les fosses 58 et 59
  • -Jean) p.37 BIBLIOGRAPHIE p.41 Annexe 1 - Inventaire des tranchées positives p.43 Annexe 2 - Copie des résultats de la prospection électrique (1984-85) p.53 Photo de couverture : Vue du regard aménagé dans l'aqueduc 2 (Tr.28 - F.15) (F. Le Boulanger) 1 CARHAIX-PLOUGUER
  • de diagnostic en préalable à la construction d ' u n établissement médicalisé Opérateur c h a r g é d e s t r a v a u x : I N R A P interrégion G r a n d - O u e s t S u r f a c e du projet d ' a m é n a g e m e n t : 4 5 1 0 0 m 2 D a t e s d ' i n t e r v e n t i o n sur le
  • terrain : du 18 au 19 j u i n 2007 S u r f a c e d i a g n o s t i q u é e : 2600 m 2 % de la s u r f a c e s o n d é e : 6 % Résultais P r o b l é m a t i q u e de r e c h e r c h e et p r i n c i p a u x résultats : La Mairie de Carhaix-Plouguer a demandé la réalisation d'un
  • . La mairie ayant un projet de construction d'un établissement médicalisé dans les parcelles en question, elle souhaitait donc connaître l'emplacement exact de cet ouvrage d'art. Le diagnostic archéologique, prescrit sur la totalité des parcelles, devait aussi vérifier l'existence
  • d'autres occupations à proximité de l'aqueduc. Les résultats sont positifs : l'aqueduc mentionné ci-dessus passe en bas d'emprise, et suit la courbe de niveau des 147 m NGF. Il est relativement bien conservé : sa voûte de couverture apparaît par endroits à 0,25m sous le niveau de
RAP02085.pdf (Inventaire du patrimoine archéologique du centre ouest Bretagne. rapport de l'opération 2003-2004 de prospection inventaire sur les communes de Carnoët)
  • Inventaire du patrimoine archéologique du centre ouest Bretagne. rapport de l'opération 2003-2004 de prospection inventaire sur les communes de Carnoët
  • justifiait. Il convenait d'évoquer, à titre d'exemple, le quasi vide d'occupation rurale gallo-romaine autour de Carhaix, chef-lieu de cité romaine que l'équipement hydraulique, entre autres, situe parmi les villes antiques majeures du Grand-Ouest de la Gaule. Encore faut-il préciser que
  • , document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces
  • documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La
  • consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de
  • notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas
  • , n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de
  • l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé
  • de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Inventaire
  • informateurs locaux, à B Leprêtre, prospecteur bénévole occasionnel. Région Bretagne Pays du Centre-Ouest-Bretagne Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne Présentation générale du programme En 2002, l'analyse de la carte archéologique régionale soulignait l'état
  • la forte concentration de sites dans certains secteurs faisait illusion dans la mesure où ces sites appartiennent souvent à une période chronologique donnée (mésolithique à Carnoët), où bien encore lorsque ces sites ne constituent qu'une seule entité archéologique comme dans la
  • commune du Moustoir où, sur les 24 points de découverte alors recensés, 22 se rapportent à l'aqueduc romain de Carhaix. L'inventaire était surtout représentatif, comme cela était souligné dans le rapport de la phase préparatoire, de l'action de prospecteurs locaux ou de groupes de
  • prospections thématiques. L'extrême disparité de la documentation obérait le potentiel de gestion du patrimoine archéologique et interdisait toute exploitation scientifique des données. Le constat dressé fonde le projet d'inventaire du patrimoine archéologique du CentreOuest-Bretagne initié
  • et les manques. Ce travail, consigné dans un rapport et sous forme de liasses communales, comptabilisait, pour les 108 communes, 833 entités archéologiques enregistrées dans la base de la carte archéologique dont 363 pour la seule commune de Carhaix-Plouguer et 577 indices de
  • sites, déterminés d'après la recherche documentaire, allant de la simple trouvaille isolée (hache polie) à l'enceinte en élévation. Ces indices, pour lesquels il manque généralement les éléments de localisation précise, ou pour lesquels de sérieux doutes subsistaient quand à
  • par an. La détermination des secteurs géographiques des programmes annuels avait été définie comme suit : Carhaix considérée comme un centre de gravité à partir duquel la prospection devait s'étendre progressivement et en couronne jusqu'aux marges du pays. La première campagne
  • (automne-hiver 2002/2003) a été conçue comme une opération test, sur 8 communes de la périphérie de Carhaix dans un premier temps, étendue à 1 1 autres communes dans un second temps. Les résultats du test ayant été jugés probants, la deuxième campagne a été mise en œuvre à l'automne
  • proviennent de la liste des indices et 77 représentent des sites inédits. Au plan de la qualité des informations, l'accent doit être mis sur 3 points : -le nombre des tumulus de l'Age du Bronze (voire de l'Age du fer) a plus que doublé, passant de 17 à 41, avec de fréquents groupes de 2 à
  • 4 tertres. Leur répartition met en évidence l'importance des lignes de crêtes et de la proximité des voies de passage dans les choix d'implantation des monuments funéraires protohistoriques ; -les enceintes terroyées ont également vu leur nombre doubler (de 19 à 34). Au seul
  • gestion et à la demande des responsables du Pays. Les 18 communes concernées par la campagne de prospection 2003/2004 sont les suivantes : Gouarec, Laniscat, Lescouët-Gouarec, Mellionnec, Perret, Plélauff, Plouguernével, Plounévez-Quintin, Rostrenen, Saint-Gelven, Sainte-Tréphine
  • , Maël-Carhaix, Paule, Plévin, Trébrivan, Tréffrin, Tréogan (Côtes-d'Armor), Cléden-Poher, Kergloff, Motreff, Saint-Hernin (Finistère), Gourin, Langonnet, Le Saint et Plouray (Morbihan).
RAP03708 (CARHAIX-PLOUGUER (29). ZAC de Kergorvo : étude complémentaire des aqueducs de Vorgium. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). ZAC de Kergorvo : étude complémentaire des aqueducs de Vorgium. Rapport de fouille
  • Mots clefs : Antiquité (Haut-Empire) ; eau et hydraulique, adduction, aqueduc ; En offrant l’opportunité de procéder à un suivi de travaux en 2014, puis à deux opérations de fouilles préventives en 2015 et 2017, l’aménagement de la ZAC de Kergorvo, à Carhaix-Plouguer (Finistère
  • vingt-huit emboîtures métalliques, inédites en Gaule, et de plusieurs plaques en plomb interprétées comme des dispositifs de colmatage mis en place à l’occasion de réparations du tuyau. La canalisation bétonnée qui, sur le reste du tracé de l’aqueduc, vient remplacer la conduite en
  • deux prélèvements de béton de chaux issus des aqueducs bétonné et maçonné 4.6.1 Des granulats semblables et d'origine locale 4.6.2 La nature des liants 4.6.3 Synthèse 213 5 SYNTHÈSE GÉNÉRALE 213 5.1 L’aqueduc de Vorgium-Carhaix ou les vicissitudes d’un projet d’adduction 5.1.1
  • Un premier aqueduc en bois… 5.1.2 … suivi d’une réfection en béton 5.1.3 … avant la construction d’une seconde adduction 82 100 108 108 110 128 133 133 134 167 185 185 186 193 193 3.2 La canalisation bétonnée 3.2.1 Rappel des éléments issus des opérations antérieures 3.2.2
  • . Cette entreprise n'est pas menée à son terme et, environ un siècle après la réalisation du premier aqueduc, une nouvelle adduction est entreprise, faisant cette fois appel à une maçonnerie de moellons. L'aménagement de la ZAC de Kergorvo a offert de préciser ce scénario à l'occasion
  • résultats de la prospection électrique figure en annexe du rapport), une campagne de fouille programmée fut conduite en 2008 puis 2009 par É. Philippe sur les parcelles AL 98, B1 27, 28 et 32 (Philippe 2009a et 2009b). À l'occasion de ces opérations, le grand aqueduc fut décapé sur près
  • . Plusieurs occupations purent par ailleurs être mises en évidence dans l'environnement immédiat des aqueducs. À l'ouest, des niveaux de rejets, en partie effondrés dans la grande canalisation, sont probablement à mettre en lien avec une occupation repérée lors du diagnostic dans la partie
  • Contexte des interventions Les résultats des diagnostics conduits en 2010-2011 d'une part, et 2012 d'autre part, motivèrent la prescription d'une fouille préventive sur l'ensemble du tracé des aqueducs impacté par le projet de construction d'une zone d'aménagement concerté conduit par
  • l'usine Synutra, ainsi qu'un laboratoire d'analyse du lait, et sur la parcelle B 1198, devant en permettre l'accès depuis la rue de Marcel Le Goff. Les fouilles des aqueducs se poursuivirent en 2017, sur les parcelles B 1198p et 1234 d'une part, et B 39 d'autre part, à l'emplacement du
  • définissant a posteriori cinq tranches, dont quatre (tranches 2 à 5) concernent l'aqueduc1. La tranche 2 correspond ainsi au suivi de travaux de 2014, la tranche 3 à la fouille préventive de 2015, et la tranche 4 à celle de 2017. La tranche 5 ne fut pas réalisée en l'absence des aqueducs
  • 2017, parcelle B 1234). Cliché : A.-M. Lotton © Éveha, 2017 CARHAIX-PLOUGUER (29), KERGORVO - EXTENSION SYNUTRA CARHAIX-PLOUGUER (29), ZAC DE KERGORVO ÉTUDE COMPLÉMENTAIRE DES AQUEDUCS DE VORGIUM 31 rue Soyouz - ESTER Technopole, 87 068 Limoges cedex Responsable : Anne-Marie
  • LOTTON RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE Arrêté de prescription 2011/129 DU 27 JUIN 2011 MODIFIÉ PAR 2017/098 DU 4 AVRIL 2017 CARHAIX-PLOUGUER AVRIL 2019 Numéro de l'entité archéologique 029.024.0031 / 29.024.0453 29024 SRA BRETAGNE Code INSEE de la commune 29024 Auteur
  • loin la mieux étudiée, la canalisation en bois a pu être décapée sur plus de 500 m linéaires, et faire l’objet de quarante-huit sondages. Ceux-ci ont permis de compléter l’étude de la section de la tranchée d’installation de la conduite. Ils ont également amené la découverte de
  • entraînèrent une correction du tracé de l’aqueduc au niveau du contournement de la colline du Moulin à Vent. Édifiée sous la dynastie sévérienne pour répondre aux besoins en eau accrus du chef-lieu de cité osisme, alors à son apogée, la seconde adduction de Vorgium a été appréhendée en 2015
  • et 2017 sur un peu plus de 250 m. Sondée à une vingtaine de reprises, elle se présente sous la forme d’une conduite maçonnée en moellons de schiste et de grauwacke liés au mortier de chaux, dont la voûte, bien conservée par endroits, a conservé cinq regards de visite. ANNE-MARIE
  • LOTTON (DIR.) RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE Arrêté de prescription 2011/129 DU 27 JUIN 2011 MODIFIÉ PAR 2017/098 DU 4 AVRIL 2017 AVRIL 2019 Numéro de l'entité archéologique 029.024.0031 / 29.024.0453 SRA BRETAGNE Code INSEE de la commune 29024 SAFI Aménageur FOUILLE
  • PRÉVENTIVE CARHAIX-PLOUGUER (29), ZAC DE KERGORVO ÉTUDE COMPLÉMENTAIRE DES AQUEDUCS DE VORGIUM Auteurs ANNE-MARIE LOTTON (DIR.) VALENTINA BELLAVIA GUILLAUME BRON MARIE GRALL MARINE LAFORGE CHRISTOPHE LOISEAU MANON QUILLIVIC LAUDINE ROBIN VOL. 1/1 Utilisation des données d'un
  • rapport de fouille L'utilisation des données du rapport de fouilles est régie par les dispositions du code de la propriété intellectuelle (CPI) concernant la propriété littéraire et artistique : « toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de
  • le nom de l'auteur et la référence de l'ouvrage dont elles sont issues (article L 122-5, 3°, a). Bien qu'un rapport de fouille soit un document reçu par l'État, il n'est communiqué que sous réserve des droits de propriété littéraire et artistique. Les informations qui y sont
  • contenues ne sont pas considérées comme des informations publiques pouvant être librement réutilisées quand des tiers détiennent sur ce document des droits de propriété intellectuelle (articles 9 et 10 de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée relative à l'amélioration des
RAP02763.pdf (CARHAIX (29). ZAC de Kergorvo. nécropole de l'âge du bronze et occupation du chalcolithique à l'âge du bronze, aqueduc, carrières et nécropoles gallo-romaines. occupation du Moyen Âge.)
  • opération préventive de diagnostic
  • CARHAIX (29). ZAC de Kergorvo. nécropole de l'âge du bronze et occupation du chalcolithique à l'âge du bronze, aqueduc, carrières et nécropoles gallo-romaines. occupation du Moyen Âge.
  • CARHAIX-PLOUGUER (FINISTERE - BRETAGNE) ZAC de Kergorvo-Kerconan Nécropoles de l’âge du Bronze et occupation du Chalcolithique à l’âge du Bronze, Aqueduc, carrières et nécropoles gallo-romaines Occupation du Moyen Âge Rapport de diagnostic archéologique Arrêté de prescription
  • SRA 2011-327 modifiant l’arrêté SRA 2011-132 Muriel FILY (dir.) Avec la collaboration de Sophie CASADEBAIG, de Bertrand GRALL et de Ronan PERENNEC Quimper – Le Faou : Conseil général du Finistère, Centre départemental de l’archéologie Juin 2012 Conseil général du Finistère
  • Chalcolithique à l’âge du Bronze, traces de métallurgie protohistorique, traces d’occupation du second âge du Fer, nécropoles romaines, aqueducs romains, carrières romaines, et occupation du Moyen-âge central, Rapport de diagnostic archéologique. Le Faou Quimper : Conseil Général du Finistère
  • Service régional de l’archéologie, suivant les dispositions de la loi modifiée n°78-753 du 17 juillet 1978. Aux termes de la circulaire de mars 1996, prise pour application, ils pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédés par les
  • auteurs et des contraintes qui en résultent. La prise de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction de texte, accompagnée ou non de
  • photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de la courte citation, avec les références exactes et complètes de l’auteur et de l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du droit de la communication, exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de
  • ) ............................................................................. 75 La datation des carrières : une incinération isolée.......................................................................................... 77 Des carrières pour l’aqueduc
  • ......................................................................................................................... 37 Trois espaces funéraires de l’âge du Bronze .................................................................................................. 40 L’emprise de la nécropole
  • .............................................................................................................................. 82 Caractéristiques des sépultures ...................................................................................................................... 83 L’aménagement de la nécropole
  • 93 59 Nature de l’aménagement : ZAC (aménagement de type résidentiel, commercial et industriel) Maître d'ouvrage des travaux : Poher Communauté Maison des services publics, Place de la Tour d’Auvergne, BP 150, 29 833 Carhaix Cedex Surface du projet d’aménagement : 125 454 m2
  • Superficie diagnostiquée : % du diagnostic : Résultats Thèmes : Nécropoles de l’âge du Bronze, occupation du Chalcolithique à l’âge du Bronze, traces de métallurgie protohistorique, traces d’occupation du second âge du Fer, nécropoles gallo-romaines, aqueducs gallo-romains, carrières
  • gallo-romaines, et occupation du Moyen-âge central Mots clefs : sur la chronologie : Protohistoire (Chalcolithique – Bronze ancien – Bronze final – second âge du Fer), Antiquité, Moyen Age (époque romane), Epoque contemporaine sur la nature des vestiges mobiliers : céramique
  • , lithique, fer, alliage cuivreux, verre, charbon Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de l’opération archéologique : Mise en évidence de la présence ou de l’absence de vestiges archéologiques sur les parcelles concernées par l’aménagement et
  • , Bertrand GRALL, RONAN PERENNEC, avec la contribution de Françoise LABAUNE (INRAP) et Marie GRALL (Mémoires du Kreiz Breizh) Relevés topographiques : Bertrand GRALL Informatisation des plans : Bertrand GRALL, Muriel FILY, RONAN PERENNEC Mise en page : Muriel FILY, Bertrand GRALL Fonds
  • (29) – ZAC de Kergorvo-Kerconan Arrêté 2011-327 modifiant 2011-132 2012 Notice scientifique Le diagnostic archéologique sur l’emprise d’une extension de la ZAC de Kergorvo à Carhaix a livré de nombreux résultats intéressant l’occupation de ce secteur depuis la fin du
  • repéré à leur surface. Cet ensemble funéraire complexe est très intéressant de par sa division en plusieurs lieux, de par la diversité d’aménagements entre au moins deux de ces groupes, ainsi que par la persistance dans le temps de ces espaces dédiés aux morts. De plus, le secteur de
  • Carhaix-Plouguer est jusqu’à présent peu connu pour la découverte de sépultures de cette période. Or, les tombes mises au jour lors de cette opération semblent plus pauvres, et différentes de celles habituellement répertoriées au Bronze ancien en Bretagne. Un habitat composé de petits
  • abris fossoyés, à la datation peu aisée, est situé à proximité de petits foyers empierrés. L’occupation des lieux, possible dès le tout début du Bronze ancien, voire la fin du Chalcolithique dans ce secteur, est aussi attestée à la Tène. Un four de métallurgiste est aussi
  • vraisemblablement attribuable à cette période. La fourchette de datation de l’habitat permet d’envisager sa contemporanéité avec un ou plusieurs groupes de tombelles. L’occupation antique des lieux est perceptible au travers des adductions d’eau successives de Carhaix. La voie de desserte et
  • d’entretien du dernier canal a été mise en évidence, mais aussi les carrières de pierres gallo-romaines qui ont alimenté le chantier de cet aqueduc. Ces découvertes sont de premier ordre pour permettre d’envisager l’ouvrage d’art dans sa globalité. Une sépulture à incinération gallo
RAP00904.pdf (CARHAIX (29). aqueduc gallo-romain. rapport de prospection thématique)
  • CARHAIX (29). aqueduc gallo-romain. rapport de prospection thématique
  • Carhaix entre pleinement dans le cadre du programme H5 "L'eau comme matière première et source d'énergie". Ce programme prévoit entre autres l'étude du tracé des aqueducs et l'analyse des solutions techniques choisies par les constructeurs confrontés aux contraintes de la topographie
  • (Sanquer, 1978, 1979, 1980). Maël Carhaix CARHAIX 0 -—-j^- Tracé de I aqueduc 2 PARCOURS DE L'AQUEDUC 4 km ROMAIN DE CARHAIX Le tracé de l'aqueduc selon Rolland (Galliou, Le tracé de l'aqueduc selon Guyomard L'aqueduc Ôourceê et Cuisseaux 1987) 6 Dans la cité même, le
  • beaucoup trop basse par rapport à la section visible rue de 1 'aqueduc romain et beaucoup trop basse pour alimenter les quartiers nord de la ville antique! La villa de Persivien et l'aqueduc (Sanquer, 1978) Carte des vestiges archéologiques de Carhaix (Pape, • 1978) Nécropole e
  • , 1989, p. 45. in 1987, p. Carte archéologique de la Gaule, Batt, 1991 -M. Batt, Carhaix-Plouguer , Kernevez, Sauvetage urgent, Bilan scientifique S.R.A. de Bretagne, 1991, p. 28-29. 9 REMERCIEMENTS Nos remerciements pour leur précieuse aide et leur collaboration : Aux élus : M
  • ramenés en surface par les charrues. mortayés et 2- des témoignages sur la présence de vestiges rencontrés lors de l'édification de hangars ou lors du creusement de fosses et que l'on a pu décoder comme appartenant aux maçonneries de 1 ' aqueduc . 3- des témoignages faisant état
  • situer qu'à 150 mètres (à plus ou moins 50 mètres) à l'est de la section connue de la rue de 1 'aqueduc romain. Les distances ont été mesurées au curvimètre après report du tracé sur les cartes de l'Equipement au 1/5000 et au 1/10000. Les résultats obtenus permettent de proposer un
  • tracé sérieux où les incertitudes, en dehors de la question du captage principal, restent minimes et pourront être aisément levées par quelques sondages (cf. infra) . INVENTAIRE DES SITES 1- Pk. 0.150 -CARHAIX. Coord . Lamb . rue de 1' aqueduc I: 0X= 162,125 0Y= 1081 ,475
  • section de La conduite était, à cet endroit, CARHAIX B1 1984 641 .10 AQUEDUC Î1 i . 100m i CARHAIX -Kernevez 1 Coupes de l'aqueduc ( Batt , Hingant, Peschard) 1991. restitution de la structure de l'aqueduc à 1 ' emplacement de la rocade est (document M. BATT) CARHAIX
  • , Ke rnevez 1 Icï? Ç S? Batu aqUedUC décoUvert sous la rocade est en 1991 29 enterrée; l'extrados de la voûte se situant à 0,40m sous la surface du sol actuel. La structure était bien conservée sur une longueur de 18m si l'on excepte quelques portions effondrées et, par
  • de 1 'aqueduc , et le ciment qui le compose ici est plus résistant que la pierre schisteuse dont il est entouré: de chaque côté, mais surtout du côté ouest, qui est celle de la pente, la pierre est usée, en sorte que les morceaux de ciment restent en saillie" (Rolland 1900
  • aujourd'hui Quéhélen!) (Rolland 1900) . Ce point a fait l'objet d'un sondage (cf. 27- Pk. 21.400 -MAEL-CARHAIX . infra). Moulin de Keroguiou 1 (ou Moulin de Roscoat Ira' KERDRËZEC 1 PAULE ZC 1985 33 AQUEDUC •ONTAGNE DE LA VIERGE 34 0 An 100 m 65 Coord. Lamb.I: 0X
  • Alain PROVOST et Bernard LEPRETRE L'AQUEDUC GALLO-ROMAIN DE CARHAIX (COTES-D 1 ARMOR - FINISTERE) PROSPECTION THEMATIQUE ET SONDAGES Autorisation 93-51 du 10 juin 1993 RAPPORT 1993 TOME 1/3 PRESENTATION GENERALE LA PROSPECTION L'AQUEDUC GALLO-ROMAIN DE CARHAIX ( COTES -D
  • ' ARMOR - FINISTERE) PROSPECTION THEMATIQUE ET SONDAGES 1993 autorisation n' 93-51 du 10 juin 1993 Rapport présenté par ALAIN PROVOST, ARCHEOLOGUE HORS-STATUT RATTACHE AU SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE Avec la collaboration de BERNARD LEPRETRE, INGENIEUR CIVIL
  • ARCHEOLOGUE BENEVOLE DU CENTRE DE RECHERCHES ARCHEOLOGIQUES DU PAYS DE RENNES tome 1/3 PRESENTATION GENERALE LA PROSPECTION Avec le concours DE LA SOUS -DIRECTION DE L'ARCHEOLOGIE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA FRANCOPHONIE DES CONSEILS GENERAUX DES COTES-D ' ARMOR DU FINISTERE DES
  • COMMUNES DE CARHAIX GLOMEL LE MOUSTOIR MAEL-CARHAIX PAULE 1 SOMMAIRE TOME 1 INTRODUCTION 2 OBJECTIFS DE L'OPERATION 3 L'ETAT DE LA QUESTION AVANT NOTRE INTERVENTION 4 BIBLIOGRAPHIE DE L'AQUEDUC 8 REMERCIEMENTS 9 PREMIERE PARTIE: LA PROSPECTION Problématique Méthodologie
  • de la prospection Inventaire des sites de l'aqueduc Carte des sites de l'aqueduc 10 10 10 13 76 2 INTRODUCTION "L'aqueduc romain de Carhaix est un monument bien connu". Tel est le discours souvent entendu dans le milieu des érudits locaux ... et dans le cercle des
  • archéologues bretons! En fait, lorsque, à la requête des élus locaux des cantons et communes de la région de Carhaix soucieux de valoriser les quelques sections de l'aqueduc connues sur leurs territoires, Yves Ménez, Conservateur du Patrimoine au Service Régional de l'Archéologie de
  • Bretagne, nous a proposé de réexaminer la question, nous nous sommes rapidement rendu compte de l'état lacunaire du dossier pour ne pas dire de l'indigence de la littérature consacrée à ce monument symbole de prestige pour la ville de Vorgium (Carhaix), capitale de la cité des Osismes
  • travaux d'aménagement: à Persivien (lotissement) et à Kernevez (rocade est de Carhaix). D'autres projets sont susceptibles de concerner l'ouvrage dans l'avenir: les aménagements de la RN 164 Rennes-Carhaix et les projets de zones d'activité économique à la périphérie est de Carhaix
  • pour ne citer que les programmes à court ou moyen terme . Enfin, au regard de la demande des élus locaux, il importait de mesurer l'état de conservation du monument dans ses sections susceptibles d'être intégrées dans les circuits touristiques locaux. L'effort porté sur la
RAP01925.pdf (Inventaire du patrimoine archéologique du centre-ouest Bretagne : rapport de l'opération test de prospection-inventaire)
  • Inventaire du patrimoine archéologique du centre-ouest Bretagne : rapport de l'opération test de prospection-inventaire
  • romaine que l'équipement hydraulique situe parmi les villes antiques majeures du grand-ouest de la Gaule. Encore faut-il préciser que la forte concentration de sites archéologiques de certains secteurs fait illusion dans la mesure où ces sites appartiennent souvent à une période
  • parmi les villes antiques majeures du Grand-Ouest de la Gaule. Encore faut-il préciser que la forte concentration de sites archéologiques de certains secteurs fait illusion dans la mesure où ces sites appartiennent souvent à une période chronologique donnée (mésolithique à Carnoët
  • ). Autorisation de pospection- inventaire n° 2002/140 en date du 15/10/2002 Introduction Un rapide coup d'œil dans la base archéologique régionale suffit à constater l'état lacunaire de l'inventaire des sites archéologiques des 110 communes du Pays du Centre-Ouest Bretagne. A des secteurs
  • chronologique donnée (mésolithique à Carnoët), où bien encore lorsque ces sites ne constituent qu'une seule entité archéologique comme dans la commune de Le Moustoir où 22 des 24 points de découverte se rapportent à l'aqueduc romain de Carhaix. Bref, l'inventaire, dans son état actuel, est
  • surtout représentatif de l'action de prospecteurs dispersés ou de groupes de prospections thématiques. La disparité de la documentation limite le potentiel de gestion de ce patrimoine et interdit toute exploitation scientifique des données. Ce constat fonde le projet d'inventaire du
  • et faisant apparaître les insuffisances et les manques. 833 sites archéologiques répartis sur les 1 10 communes sont enregistrés dans la base dont 363 pour la seule commune de Carhaix et 577 indices de sites ont été déterminés d'après la recherche documentaire, de la simple
  • trouvaille isolée (hache polie) à l'enceinte en élévation; ces indices pour lesquels il manque généralement les éléments de localisation précise ne sont pas actuellement pris en compte dans la carte archéologique! A la suite de ce travail consigné dans un rapport et sous forme de liasses
  • obtenus lors de ce test. 1 1. L 'état de la documentation dans les 8 communes de la zone test Département 22 22 22 22 22 22 56 29 Total Commune Carnoët Le Moustoir Plévin Trébrivan Treffrin Tréogan Langonnet Motreff Sites enregistrés Indices de sites Total 21 24 2 1 3 0 36 2
  • 5 2 1 1 2 0 12 0 26 26 3 2 5 0 53 2 89 23 112 L'état de la documentation dans ces 8 communes est diversifié à l'extrême. Aux 3 communes denses en sites archéologiques répertoriés où à l'état d'indices s'opposent les 5 autres où la densité de vestiges apparaît très faible
  • . Les communes de Carnoët et Le Moustoir ont été le sujet de prospections thématiques. Sur la première, les 9 sites mésolithiques signalés sont pour la plupart voisins (champs contigus) et posent le problème de la notion d'entité archéologique. Sur Le Moustoir, 22 des 24 sites
  • prospecteur (P. Moisdon) qui signale régulièrement le résultat de ses prospections de surface qui concernent, pour l'essentiel, la période romaine; de plus, Langonnet est régulièrement survolé par R. Bertrand, dans le cadre de ses programmes annuels de prospection aérienne. Là encore, il
  • importe de relativiser le nombre d'enregistrements dans le mesure où 7 des sites gallo-romains signalés concernent une seule entité archéologique: un vaste atelier de production de terres cuites architecturales. La disparité entre les communes doit également être pondérée par les
  • superficies relatives des communes: Tréogan est une petite commune de moins de 1000 ha de superficie, comparée à Langonnet qui couvre près de 9000 ha. La documentation intrinsèque des sites enregistrés est également d'une grande disparité. Les identifications sont souvent réduites aux
  • coordonnées Lambert et les numéros de parcelles ont été signalées lors de la phase préparatoire conduite par A.-L. Hamon, ce qui oblige à reprendre contact avec les prospecteurs et à dépouiller à nouveau les rapports de prospection pour trancher, dans la mesure où il est vain de retrouver
  • les sites sur le terrain compte tenu des conditions très particulières qu'exige le repérage de microlithes! Bref, sur ce chapitre des sites à contrôler, la tâche n'est pas mince. En ce qui concerne les indices de sites, au nombre de 23, censés entrer dans la base de données, notons
  • ; dans ce cas il s'agit d'indices localisables. Un certain nombre de ces indices concernent les voies anciennes (voies romaines en fait, éventuellement d'origine protohistorique et utilisées au Moyen-Age). Outre le fait que le mode de prise en compte de ces entités linéaires dans la
  • base de données est encore en discussion (le problème est voisin de celui d'enregistrement de l'aqueduc romain), on doit s'attendre à 2 des disparités dans l'information avec des tronçons fossilisés en milieu forestier conservant la structure ancienne de la voie (largeur, fossés
  • latéraux etc..) et d'autres déstructurés par les réutilisations (routes, chemins) sans omettre les modifications de tracé qui font que, pour un même itinéraire, on peut identifier plusieurs tracés successifs. 2. L 'opération test : la méthodologie mise en œuvre et ses limites La
  • rencontre des maires des communes concernées a été un préalable, l'occasion d'un échange d'informations et un premier aiguillage vers les érudits ou les personnes montrant un intérêt pour l'histoire de leur commune. L'exemple de Motreff est à souligner avec la communication immédiate
  • , par des personnes gravitant autour de la bibliothèque associative, de renseignements de premier ordre ayant débouché sur l'identification de 4 sites inédits. Soulignons au passage que ces renseignements se référaient à des trouvailles effectuées depuis plusieurs années, ce qui
RAP00938.pdf (les villes antiques dans l'ouest de la Gaule. rapport de projet collectif de recherches.)
  • projet collectif de recherches
  • les villes antiques dans l'ouest de la Gaule. rapport de projet collectif de recherches.
  • Pascal VIPAR LE PHENOMENE DE L 'ECHEC URBAIN DANS L 'OUEST DE LA GA ULE : Le cas de trois chefs-lieux de Cités (Corseul, Jublains, Vieux) et d'une agglomération secondaire (Rezé). Villes nées de l'organisation de la Gaule par et pour l'administration romaine, Corseul (Fanum Martis
  • villes antiques dans l'ouest de la Gaule nous permet en plus, d'intégrer dans ce programme d'étude une ville secondaire (Rezé) sujette à un schéma d'évolution plus ou moins similaire. Les travaux en cours nous dévoilent en effet régulièrement l'importance de cette cité pictone tant
  • , les problématiques de recherche sur les villes antiques de l'ouest de la Gaule restent encore relativement limitées. Ces quatre sites bénéficient de la présence en permanence de chercheurs favorisant ainsi le développement d'études scientifiques propres au site ou plus globales
  • doivent cependant être comparables et, afin d'éviter un trop grand dispersement, l'espace concerné par le projet est limité à l'ouest de la Gaule. Les trois chefs-lieux de civitates lyonnaises sont relativement proches et on peut penser que, de ce fait, leurs évolutions sont parallèles
  • . Rezé est par contre plus distante et ne fait probablement pas, en plus de son appartenance à la Gaule aquitaine, partie de la même zone d'influence. Au cours de l'année 1993, des réunions organisées à tour de rôle sur chaque ville nous aurons permis de nous présenter les sites et
  • ) Définition de l'espace : Aire Amphithéâtre (15) Annexe (21) Aqueduc (6) Atelier (25) Auberge Baptistère Basilique (12, 21) Bâtiment (18) Boutique (17) Cabane (18) Champ Chapelle (9, 20, 24) Définition de la structure : Bassin (6, 16, 18, 25) Borne Cailloutis (l) Canalisation ((1, 6, 7, 18
  • des phénomènes plus généraux qui touchent l'Ouest de la Gaule. Plans des villes antiques de Corseul Rezé Jublains Vieux à l'échelle de 1,5 cm pour 100 m 11 12 Plan d'ensemble des vestiges archéologiques mis au jour à Vieux 13 BIBLIOGRAPHIE P.C.R. : CORSEUL (principales
  • - Un verre à course de chars à Corseul (Côtes du Nord), Archéologie en Bretagne, p.23-25. GALLIOU P., 1975 - Notes de céramologie II (Alet, Corseul), Archéologie en Bretagne, n° 7, p. 13-19. GALLIOU P., 1976 - La diffusion de la terra sigillata de Gaule du Sud en Armorique (Corseul
  • , 40, 126, 139, 140, 159, 225226, 284, 285). CESAR : Guerre des Gaules, texte établi et traduit par L.-A. Constans, 2 vol., Paris : Les BellesLettres, 1926 (Diablintes : III, 9. - Aulerques : II, 34 - VII, 4 - VII, 57 - VIII, 7). DESJARDINS E., 1869 : Géographie de la Gaule d'après
  • ., 64 fig., dactyl. NAVEAU J., 1988d : Jublains (Mayenne), ville gallo-romaine. Guide du visiteur, Laval : Conseil Général de la Mayenne, 1988, 48 p., 38 fig. NAVEAU J., 1992 : La Mayenne, collection Carte archéologique de la Gaule, Paris : Académie des Inscriptions et Belles-Lettres
  • . Préhistoire et Histoire, 1987-1988} fasc. 2, p. 139-184 (p. 162-166 : "Jublains (Noiodunum)"). BERTIN D., 1974 : Les temples carrés celto-romains de la Gaule et de la Germanie romaines, thèse de troisième cycle, 3 vol. dactyl., Paris, 1974 (Inventaire 1, n° 105). 20 BOISSEL R., LAVOQUER
  • , fouilles du Temple et borne de la PetiteBeltière, La Mayenne : Archéologie, Histoire, n° 14, 1991, p. 98-99 (c.r. séance du 15-12-1990). ROUSSELLE A., 1990 : Croire et guérir. La foi en Gaule dans l'Antiquité tardive, Paris : Fayard, 1990 (p. 45-46, 319, 324, 327). 4° -THERMES AUBIN G
  • ., 1989 : Jublains, Dossiers Histoire et Archéologie, n° 134, janv. 1989, Les théâtres de la Gaule romaine, p. 82-83. DUMASY-MATHIEU F., 1993 : Les théâtres de type gallo-romain, La Mayenne : Archéologie, Histoire, n° 16, 1993, p. 349-350 (c.r. séance du 14-03-1992). GRENIER A., 1958
  • romaine et les Provinces, t. 1, 1977, p. 11-34. REBUFFAT R., 1978 : La forteresse de Jublains avant la campagne de 1978, Travaux militaires en Gaule romaine et dans les provinces du Nord-Ouest, Caesarodunum, 1978, p. 334-343. REBUFFAT R., 1981a : Le complexe fortifié de Jublains
  • de I. Gabard). REBUFFAT R., 1985 : Jublains : un complexe fortifié dans l'ouest de la Gaule, Revue archéologique, 2, 1985, p. 237-256. REBUFFAT R., BROUQUIER V., 1985 : Les trous de boulins de l'enceinte fortifiée de Jublains, Caesarodunum, actes du colloque Le bois dans la Gaule
  • de Jublains (19761978), Cahiers du Groupe de Recherches sur l'Armée romaine et les Provinces, t. 3, 1984, p. 51-58. 7° -AQUEDUC BAUCHET J.-P., NAVEAU J., L'aqueduc de Jublains (Mayenne), La Mayenne : Archéologie. Histoire, supplément n° 1, Les thermes romains d'Entrammes, 1991, p
  • Mayenne, 2e série, t. 22, 1906, p. 305-3 1 1 . GIARD J.-B., 1969 : La monnaie locale en Gaule à la fin du III e s., reflet de la vie économique, Journal des Savants, 1969, p. 5-34, pl. I et II (Jublains : trésors d'imitations). 11° -MOBILIER BIGOT B., 1988 : Quelques céramiques
  • . Archéologie en Bretagne, Brest, 1982 (p. 44-45). Inventaire général. Collections mérovingiennes, Musée du Vieux Château, Laval, 1977. JIGAN C, 1987 : Le potier Eridubnos dans l'ouest de la Gaule, Revue archéologique de l'Ouest, n°4, 1987, p. 111-112. LEDRU A., 1911 : Répertoire des
  • A., 1980 : Les figurines de déesses-mères gallo-romaines en terre cuite de l'Ouest (Bretagne et Pays-de-la-Loire), mémoire de maîtrise, Faculté de Lettres et Sciences humaines, Nantes, 1980, 2 vol. dactyl. MENEZ Y., 1985 : Les céramiques fumigées de l'Ouest de la Gaule, Cahiers de
  • Service Municipal d'Archéologie de Corseul (Côtes d'Armor) Service Départemental d'Archéologie de Mayenne Service Régional de l'Archéologie des Pays de la Loire Service Départemental d'Archéologie du Calvados 1993 le Hervé KEREBEL Jacques NAVEAU Stéphane DESCHAMPS Pascal