Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

3 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02914.pdf (SARZEAU (56). Château de Suscinio, le logis nord. Rapport intermédiaire de FP 2013-2015)
  • SARZEAU (56). Château de Suscinio, le logis nord. Rapport intermédiaire de FP 2013-2015
  • CHÂTEAU DE SUSCINIO, le logis Nord // Fouille programmée 2013-2015 // RAPPORT INTERMÉDIAIRE 2013 (N° Autorisation 2013-029) // Karine VINCENT En partenariat avec Création / impression : Conseil général du Morbihan. Photos : CG56 Papier PEFC fabriqué à partir de pâtes provenant
  • , découvert dans le secteur 4, juillet 2013 Vue générale du chantier en cours de fouille, juillet 2013 Relevé de bâti au tachéomètre laser, courtine nord, K. Vincent et R. Morand, novembre 2012 2 K. Vincent - 2013 Château de Suscinio, logis Nord-Rapport intermédiaire 3 K. Vincent
  • Fig.20 : Secteur 3 en fin de fouille, vu depuis la courtine nord Fig.21 : Plan de détail du secteur 4 Fig.22 : Secteur 4 en fin de fouille, vu depuis la courtine nord Fig.23 : Secteurs 3 et 4, après démontage de l’UM3 (sept.2013) Fig.24 : UM4, partie sud (secteur 4), vue depuis le
  • Réf Notice MH : PA00091728 Références de l’opération Autorisation de fouille programmée : N°2013029, en date du 4 mars 2013 Coordonnées géographiques et altimétriques (Lambert 93) Responsable scientifique : Karine Vincent, responsable d’opération médiéviste, chercheur associé au
  • petit mobilier métallique - nettoyage et consolidation du verre Géraldine FRAY – Restauratrice du patrimoine, spécialité peinture - stabilisation et consolidation des enduits peints Aude PAINCHAULT – Doctorante en Histoire et Archéologie médiévale, Université de MontSaint-Aignan
  • Aude PAINCHAULT – Doctorante en Histoire et Archéologie médiévale, Université de MontSaint-Aignan (Rouen) - étude céramique 16 K. Vincent - 2013 Château de Suscinio, logis Nord-Rapport intermédiaire L’équipe de fouille Camille DENIZEAU – Licence II en Histoire de l’art et
  • Nettoyage – tri – inventaire du mobilier Maurine LESACHER – Master I d’archéologie, Université de Caen Saisi des inventaires US / Nettoyage du mobilier en plomb 17 K. Vincent - 2013 Château de Suscinio, logis Nord-Rapport intermédiaire Résumé de l’opération Le château de Suscinio
  • études permettent de proposer une nouvelle vision du site. Enfin, le volet historique étant primordial dans ce type d’opération, un diagnostic des textes a été réalisé en 2013 afin de dresser un bilan des précédents travaux et élaborer une stratégie d’exploration pertinente d’autres
  • auroient emporté la pluspart de la couverture et maisons qui en deppendent avec les cheminees (…) 2 3 33 K. Vincent - 2013 Château de Suscinio, logis Nord-Rapport intermédiaire verbaux6 réalisés au cours du XVIIIe siècle, jusqu’à sa vente en tant que Bien National en 1798, font état
  • les deux anciens logis nord et sud, les salles en rez-de-chaussée du logis Ouest et le système de bastionnement sud, tout en maintenant autant que possible l’ouverture au public et les différentes manifestations organisées par le délégataire 35 K. Vincent - 2013 Château de
  • préventif réalisé en 2011. C’est ainsi que les nombreux réseaux ont pu être dégagés 13 Diego Mens, chef de service. 38 K. Vincent - 2013 Château de Suscinio, logis Nord-Rapport intermédiaire précautionneusement, les sondages du diagnostic rouverts, avec un soin particulier apporté
  • a toutefois permis la mise en sécurité de l’ensemble de la zone de fouille sans apport de blindage (Fig. 03). Fig.03 : Vue du chantier à la fin du décapage (avril 2013) Les déblais du décapage ont été stockés dans la prairie située à l’ouest du château, propriété départementale. Ils
  • enduits peints en place sur les murs, et film noir de 400 microns d’épaisseur ont été installés, avec système de lest et drains pour la dérivation des eaux de pluie en dehors de la fouille. 40 K. Vincent - 2013 Château de Suscinio, logis Nord-Rapport intermédiaire Fig.04 : Vue du
  • chantier après rebouchage et sécurisation (sept. 2013) La nature même des vestiges entraîne, lors de la fouille d’un château, de fortes contraintes techniques et une forte vigilance concernant la sécurisation des fouilleurs mais aussi du public, nombreux à Suscinio. Outre la mise en
  • breton. 2.2. Méthodologie La zone de fouille 2013 s’étend sur 480 m² décapés, découpée en cinq secteurs (Fig.02). La profondeur maximale atteinte est de 4,69 m au fond du secteur 4. ∞ Le secteur 1 a été ouvert afin de tester la stratigraphie conservée d’une part, mais aussi et
  • d’aménagement d’un bâtiment d’accueil du public est prévu à terme en cet endroit, ce qui avait déclenché l’opération de diagnostic préventif n° 2011-124. 15 42 K. Vincent - 2013 Château de Suscinio, logis Nord-Rapport intermédiaire ∞ Le secteur 3 se localise à l’intérieur du logis et
  • lors de la fouille. 43 K. Vincent - 2013 Château de Suscinio, logis Nord-Rapport intermédiaire ∞ Le secteur 4 constitue l’autre zone de fouille en intérieur du logis (Fig.08). Les secteurs 3 et 4 ont été divisés en raison d’un mur les séparant et barrant la stratigraphie (UM3
  • de forêts gérées de façon durable. décembre 2013 Département du Morbihan Direction générale de l’éducation et de la culture Direction de la culture Service départemental d’archéologie 2 rue de Saint-Tropez – CS 82400 – 56009 Vannes Cedex Tél. 02 97 54 80 00 - contact@cg56.fr
  • L’organisation interne L’UM4, un mur de refend Les piliers (38 - 49 - 57) La façade du logis Les aménagements hydrauliques Les séquences stratigraphiques observées Le four à pain p.51 p.51 p.52 p.54 p.57 p.59 p.59 p.60 p.62 p.66 p.69 p.72 5 K. Vincent - 2013 Château de Suscinio, logis
  • cadastrale du site Plan topographique du site Plan général du château Fig.01 : Carte de localisation IGN Fig.02 : emprise et secteurs de fouille Fig.03 : Vue du chantier à la fin du décapage (avril 2013) Fig.04 : Vue du chantier après rebouchage et sécurisation (sept. 2013) Fig.05
RAP02851_1.pdf (CHÂTEAULIN (29). penn ar roz : un site d'activité métallurgique protohistorique et antique. rapport de fouille)
  • Châteaulin – Penn ar Roz 2013 51 3. Les systèmes parcellaires (Eric Nicolas) Le diagnostic archéologique réalisé en 2009 avait mis en évidence la présence de plusieurs réseaux parcellaires datés du second âge du Fer et de la période antique. Le décapage a permis de mettre au jour de
  • méandre de l’Aulne documente ainsi la Préhistoire. Des bas fourneaux associés à un travail de réduction du fer ont également pu être mis en évidence pour La Tène ancienne. Cette activité liée à la métallurgie semble s’être poursuivie sous la forme d’un travail de forge concomitante
  • surface. fig. 5 Extrait de la carte géologique. © BRGM. 38 Inrap – RFO de fouille Châteaulin – Penn ar Roz 2013 1.3 Descriptif technique et scientifique de l’opération Au regard des résultats obtenus lors du diagnostic, une opération complémentaire s’avérait justifiée. En
  • Françoise Labaune-Jean SRA 2010-024 Hélène Seignac SRA 2010-081 DB05026703 Code Inrap DB05026702 Arrêté de prescription Solenn Le Forestier Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson Sévigné cedex Tél. 02 23 36 00 40, www.inrap.fr Avril 2013 1 Inrap – RFO de
  • Le cadre de l’opération Découverte et évaluation du site Le contexte topographique et géologique Descriptif technique et scientifique de l’opération Stratégies et méthodes mises en œuvre 41 41 41 48 2. 2.1 2.2 2.3 L’assemblage lithique tardiglaciaire Rappel du contexte
  • 12.4 12.5 12.6 Synthèse et conclusion Une occupation de l’extrême fin du Tardiglaciaire Une occupation du terroir à l’âge du Bronze L’occupation de l’âge du Fer L’occupation antique Une occupation médiévale Conclusion 323 13. Bibliographie Inventaire technique 3 Inrap – RFO
  • ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 6 Mots-clefs des thesaurus ___________________________ Chronologie ___________________________ Sujets et thèmes ___________________________ Mobilier Tardiglaciaire La Tène ancienne La Tène finale Antiquité Haut Moyen Âge Réduction du fer Artisanat du fer Fours à céréales
  • Pommier Topographe Relevé du plan général Hervé Paitier, Inrap Photographe Clichés aériens Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Équipe de post-fouille Prénom Nom, organisme d’appartenance Eric Nicolas, Inrap Rédaction, DAO, mise en forme du RFO
  • , Inrap Logisticienne 9 Inrap – RFO de fouille Châteaulin – Penn ar Roz 2013 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Notice scientifique Etat du site Menée sur
  • métallurgique se maintient également comme l’atteste toute une série de fours quadrangulaires bien conservés qui fonctionne jusqu’au IIIe siècle de notre ère qui marque l’abandon du site. Une activité agricole reprend possession de cet espace dans le courant du haut Moyen Âge comme en
  • Inrap – RFO de fouille Châteaulin – Penn ar Roz 2013 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Arrêté de désignation du responsable scientifique 1 Inrap – RFO de
  • ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Arrêté de désignation du responsable scientifique 2 Inrap – RFO de fouille Châteaulin – Penn ar Roz 2013 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 32 Inrap – RFO
  • de fouille II. Les résultats Châteaulin – Penn ar Roz 2013 33 34 Inrap – RFO de fouille Châteaulin – Penn ar Roz 2013 Inrap – RFO de fouille Châteaulin – Penn ar Roz 2013 35 1. Le cadre de l’opération (Eric Nicolas) 1.1 Découverte et évaluation du site Un projet
  • . C’est également le cas de deux autres incinérations dans la partie orientale. fig. 1 Localisation des vestiges mis au jour lors du diagnostic. L’emprise de la fouille apparait en grisé. Le cœur du site localisé dans la partie centrale de la zone méridionale a livré une plus grande
  • densité de vestiges. Du mobilier lithique attribuable au Néolithique a ainsi été mis au jour dans une fosse. Le second âge du Fer est représenté par un enclos, des plans de bâtiment et une activité artisanale de métallurgie attestée par la présence de bas fourneaux. Pour la période
  • d’un montage de clichés. © Hervé Paitier fig. 3 Localisation du site d’étude au nordouest de Châteaulin (Finistère). © Géoportail – IGN. Châteaulin – Penn ar Roz 2013 1.2 Le contexte topographique et géologique (Alain Hénaff) Le site de Penn ar Roz se localise sur la partie
  • Roz domine la vallée de l’Aulne vers le sud et le versant méridional de cette partie du plateau rejoint le fleuve par une forte pente correspondant à la rive concave d’un méandre. De courts talwegs orientés vers le sud incisent le plateau et le versant méridional en pente forte
  • domine la vallée de l’Aulne au sud se trouve ainsi largement exposé au nord-ouest. Inrap – RFO de fouille Châteaulin – Penn ar Roz 2013 37 fig. 4 Détail topographique de la zone d’étude. © Géoportail – IGN. La surface sommitale du plateau est formée dans les roches sédimentaires
  • du bassin de Châteaulin. Le substrat en affleurement est constitué par les schistes et wackes dits de Pont-de-Buis datés du Viséeen supérieur et du Namurien (fig. 4). Il s’agit d’une roche constituée d’une alternance de grés argileux et d’argilites dont certaines renferment
  • marquée par une encoche dans la limite du décapage (fig. 1). Dans le prolongement de ce terrassement le niveau de terre végétale avait été en partie décapé sur une zone d’une longueur de 40 mètres et une largeur de 20 mètres qui avait également servi de piste de circulation pour les
RAP02805.pdf (PLESDER (35). Pilleverte II : un atelier gallo-romain de production massive de fer spécialisé. rapport de sondage)
  • PLESDER (35). Pilleverte II : un atelier gallo-romain de production massive de fer spécialisé. rapport de sondage
  • Autorisation de sondage n° 2011/238 OPERATION DE SONDAGE PILLEVERTE II EN PLESDER (35) : UN ATELIER GALLO-ROMAIN DE PRODUCTION MASSIVE DE FER SPÉCIALISÉ R Responsable d’opération : Jean-Bernard VIVET Etude du mobilier céramique en collaboration avec Isabelle
  • PRODUCTION MASSIVE DE FER SPÉCIALISÉ Responsable d’opération : Jean-Bernard VIVET Etude du mobilier céramique en collaboration avec Isabelle BRUNIE D.R.A.C. Bretagne - Service Régional de l’Archéologie EA 127/ CH2ST - PARIS I Sorbonne Centre Régional d’Archéologie d’Alet (Ce.R.A.A
  • reconnaissance va également à Daniel GUÉRIN et Jacques BANSARD, membres du Ce.R.A.A., pour le dessin des poteries, et la mise au propre des planches. Je remercie vivement Alexandre POLINSKI, actuellement en thèse, pour son aide et ses précieuses indications sur les meules gallo-romaines en
  • de préciser l’attribution typo-chronologique des sites à scories du secteur central de la Haute-Bretagne. C’est le cas du site de Pilleverte II, qui livre des rejets métallurgiques présentant une typologie bien spécifique de scories en plaquettes (Vivet, 1997 et 2004). Le site de
  • Pilleverte II se trouve sur la commune de Plesder (35), en bordure du ruisseau intermittent des Landes qui correspond pratiquement à la limite de commune avec Saint-Pierre-de-Plesguen. Il est situé à 15 km de Saint-Malo, pratiquement sur l’axe Rennes-St Malo (fig.1 et 2). L’ancienne route
  • de prospection aérienne menées par Catherine Bizien (Ce.R.A.A.). Pilleverte a été reconnu en 1997 comme l’un des témoins d’atelier de réduction de fer à scories en plaquettes (Vivet, 1997). Le sondage réalisé en 1999 a permis de progresser dans la caractérisation typologique de ce
  • façon plus globale le site et présentant en particulier l’atelier sidérurgique avec son bas fourneau, tel qu’il est apparu lors des fouilles de 1999 (Vivet, 2008). Grâce à l’opération de 1999, on a pu montrer que les métallurgistes transformaient, à Pilleverte, le minerai de fer en
  • au 5 août 2011, est une reprise des travaux de fouille du site galloromain de Pilleverte II en Plesder (35), engagés en 1999. Elle visait à explorer les éléments indispensables à la compréhension du procédé métallurgique gallo-romain et à celle des ressources humaines et
  • techniques n’ont été que rarement mis au jour : les aires de charbonnage, les mines, l’espace de travail où se déroulent la transformation du minerai brut ou ‘grillé’, l’épuration de la masse de fer brute (loupe), le forgeage, les témoins traduisant le contexte de vie des métallurgistes
  • , leur habitat. La découverte en prospection et en fouille de nombreux blocs de minerai cru et grillé à l’est du four, dans la zone Z1 (fig. 4), indiquait que ce dernier emplacement possédait un bon potentiel pour la mise au jour des étapes de minéralurgie. L’achèvement de la fouille
  • du bas fourneau lui-même était susceptible de permettre de mieux cerner son mode de fonctionnement. L’appareil de réduction avait été en bonne partie fouillé. Il subsistait une coupe longitudinale pratiquée dans le four et la fosse de travail, et la moitié occidentale avait été
  • explorée. L’autre moitié, mise en réserve, demandait à être examinée. Une zone interprétée comme servant au stockage de minerai grillé et à celui du charbon de bois avait été reconnues au voisinage du four. Le mobilier céramique a été découvert aux abords même du four (écuelles
  • , mortiers, sigillées…). ϲ La présence de deux gros calages de poteaux près du four incitait à voir l’existence d’un appentis abritant les hommes dans leur tâche. L’agrandissement de la surface explorée cette année montre en réalité qu’il s’agit d’un vaste bâtiment sur poteaux de
  • métal est disséminé dans de la scorie. Il leur fallait en effet épurer les matières métalliques et les ressouder sur elles-mêmes pour obtenir un bloc qui puisse être travaillé en forge, opération requérant un savoir-faire tout à fait particulier. La fouille du bas fourneau
  • mètre avec insertion de pierres verticales intercalaires, qui se prolongent en contrebas en tant que parement d’une fosse de travail dans laquelle coulait la partie minérale non récupérable (scorie). L’ouverture de la porte d’argile du four en fin d’opération et sa dégradation
  • niveaux de la fosse pratiquement à celui du sol et la dimension interne du four, lors de la dernière opération, à 75 cm seulement. De nombreux systèmes de drainage, mis en place successivement pour se garantir du ruissellement de l’eau due aux intempéries, à l’aide de tuyaux de bois
  • , avaient été reconnus dans la fosse de travail. Les couches les plus profondes accueillent l’agencement pour l’écoulement de l’eau le plus ingénieux. Partiellement découvert en 1999, le plan d’ensemble du dispositif, employant des imbrices mises bout à bout, demandait à être complété et
  • préalables L’ensemble de la parcelle 12 présente un aspect essentiellement plan, dont l’inclinaison générale, d’environ 2%, est orientée SSE-NNW (fig. 3 et 4). Cette surface plane est marquée par un léger talweg qui débute aux abords sud du ferrier et partage en deux la zone de fouille
  • . Les prospections de 1998-1999 mettaient en évidence une importante concentration de matériaux de construction dans la partie ouest de la parcelle, sur le rebord est du sillon médian, à 60 m du bas fourneau (zone Z2, fig.3). On recensait ainsi dans la couche de labour une grande
  • pareillement que le curage des fossés de la route de Pilleverte dans son passage au niveau du bois (fig.4) à la même hauteur que la zone en question a livré quelques tegulae dans les années 2005-2006. Par ailleurs Monsieur Gaillard, propriétaire de la parcelle fouillée, indiquait que ses