Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4115 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02643.pdf ((29) inventaire des monuments du néolithique et de l'âge du bronze dans le finistère. arrondissements de morlaix, chateaulin et quimper)
  • (29) inventaire des monuments du néolithique et de l'âge du bronze dans le finistère. arrondissements de morlaix, chateaulin et quimper
RAP00480.pdf ((22)(35). arrondissements de Dinan et Saint-Malo. rapport de prospection inventaire)
  • (22)(35). arrondissements de Dinan et Saint-Malo. rapport de prospection inventaire
  • Prospection Archéologique 1975 Arrondissements de DINAN et SAINT MALO Prospection archéologique dans les arrondissements de DINAN et SAINT MALO RAPPORT COMPLEMENTAIRE Ce présent rapport résulte du dépouillement de tous les renseignements obtenus en 1975 • Si on veut se
  • dans la prospection menée par le Ce .R.A.A dans les arrondissements de SAINT MALO et DINAN , avec les autorisations de la Direction des Antiquités Historiques de Bretagne. On sait bien que dans notre région la prospection ne donne généralement que peu de résultats (Cf Colioque sur
  • faire une idée de la zone prospectée , il suffit d'analyser la liste des communes concernées : C8tes du Nord PLOUBALAY Q sites LANGUENAN 1 site ii SAINT LORMEL PLESLIN sites LANGROLAY 1 site TRIGAVOU J> sites CREHEN 1 site 4* Ille et Vilaine BAGUER MORVAN 1 SAINT MALO 2 SAINT
  • COULOMB 2 SAINT BROLADRE 2 LA RICHARDAIS 2 SAINT LUNAIRE 2 SAINT BRIAC 1 PLERGUER 1 SAINS 1 site sites sites sites sites sites site site site La liste des sites gallo-romains qui suit ne comporte que ceux pour lesquels tous les renseignements ont été obtenus (localisation du gisement
  • , étendue , parcelles cadastrales , plan ,etc.) * Une dizaine de sites ££&^ en complément d' information A ces sites gallo-romains , il faut ajouter des sites médiévaux , spécialement dans les Marais de DOL • Ils sont caractérisés par des poteries caractéristiques , locales (Xllème
  • siècle - XVème siècle). Ainsi , des habitats médiévaux disparus ont été localisée à : HIREL , Près la Planche - parcelles 256 et 257, L . HIREL , Près du Pignon Blanc - parcelles 152 et 153 , L. Pour les sites gallo-romains , la céramique sigillée a été soigneusement étudiée et les
  • résultats des expertises va servir à dater les occupations des différents sites . On a volontairement distinguer les gisements de tuiles et mobilier v pouvant être les vestiges d'un habitat ou le résultat d'un re jet (mélangé àdu fumier , provenant d'un site voisin) et les édifices où
  • les traces de constructions existent (murs , pilettes , mortier de tuileau en abondance , pierres taillées ,etc ... •) CENTRE RÉGIONAL ARCHÉOLOGIQUE D 'Ain Fo i uj ia Cité 35400 SAINT MALO Ce .R.A.A 1975 Résultats de la prospection gallo-romaine Sites identifiés» LANGUSNAN
  • - Au Nord-Est de la gare site gallo-romain. , route de Corseul - parcelle PLOUBALAY - A l'est de la Métrie Saudrais - Parcelles site gallo-romain , très riche. 3^+2 , B1 222,208 et 207 , F1 PLOUBALAY - Au lieu dit la Ville Bague - parcelle 305,302 et 311 , G2 site gallo-romain
  • , déjà signalé dans la bibliographie . On a obtenu sa localisation précise et des éléments chronologiques. PLOUBALAY - Au Nord Est de Recouvré - parcelles site gallo-romain. ^39,^31 et ^32 , B3 - SAINT LORMEL - La Ville Orien - parcelles 59 et 65 , ZI - site gallo-romain dont
  • on a l'étendue précise et des éléments chronologiques. BAGUER MORVAN - Au lieu dit la Lande Gretay , près de la Touche - parcelles 1 ^1 et 1^2 , B - site gallo-romain. SAINT MALO - Au Nord de Limoelou - parcelles site gallo-romain très étendu. 68,69,71,77,78,79,80 et 81 ,Q SAINT COULOMB
  • - Au Sud-Kaèst des Hauts Champs - parcelles site gallo-romain SAINT COULOMB - A l'Ouest de la Houe - parcelles gallo-romain PLOUBALAY - Au Nord de la Tricherie - parcelles G3 - site gallo-romain PLOUBALAY - A l'Ouest de la Tourelle - parcelles site gallo-romain. SAINT BROLADRE - Les
  • Rouxellières - parcelle 39 , ifOa ,38 et 37. 169,1$Q et 172 ,C - site ^76, 4?5, ^,818,^72 et 577 589-591 , 303, 222, E2 - 70 D1 - site gallo-romain. PLOUBALAY - Près de la Ville Asselin - Parcelles romain. 1029 , A1 - site gallo- LA RICHARDAIS - Près la Motte - parcelles 205 et 206
  • , A , d'une part , 261,262,263,265,267,513,512,511 et 510, A , d'autre part . On pourrait considérer ces deux sites comme distincts (600 m de distance) LA RICHARDAIS - Le Perron - Parcelle 203, C - site gallo-romain SAINT LUNAIRE - La Ville au Coq - Parcelle 2872, B - site gallo-romain
  • , 71 8 et 65'f - site gallo-romain. GREHEN - La Vieuville - parcelle 626, B - site gallo-romaig. PLESLIN - Le Bois Pdf fier - parcelle 900 - site gallo-romain. SAINT BROLADRE - Les Tertres de la Claye site gallo-romain. - parcelles 1082 et 1079, D3 - SAINT BRIAC - La Haute Ville
  • -romains, étudiés en 1975 Remarque . Un seul de ces sites a été étudié à la suite d'une mention Bibliographique (PLOUBALAY , La Ville Bague) . Tous les autres ont été décou verts en utilisant la méthodologie mise au point au sein du Ce .R.A.A. Prospection aérienne 1975 Le Ce .R.A.A
  • a pu assurer les frais de huit heures de vol; celles-ci ont été effectuées avec divers avions de 1' Aéro-Club de SAINT MALO . M.DERRIEN a piloté les avions et a effectué les manoeuvres propices à de bonnes prises photographiques. Ces opérations de prospection aérienne s'intègrent
  • le vicus , 1975) 5 on attribue ce fait jfety la structure agraire , la nature du sous-sol et Jte type de culture . Il est facilement observable que , sur des sites bien localisés au sol , on ne distingue rien d'avion dans les cultures ; les structures ne sont pas transposées en
  • surface ! Cette observation générale ne s 'est pas appliquée en 1975 ; en effet la sécheresse de l'été a entraîné une transposition que l'on peut qualifier d' exceptionnelU .Le bilan de la prospection aérienne 1975 est ainsi excellent , d 'autant que l'on n'a pu disposer que de 8
  • heures de vol . On a réalisé des photographies noir et blanc , des diapositives , des photographies infra-rouge , soit noir et blanc , soit fausse couleur. Voici un bilan sommaire des résultats obtenus. Structures inédites , décelées lors des vols. SAINT COULOMB - La Hérissonais , à
RAP01710.pdf ((56). la ria d'Étel. rapport de prospection inventaire)
  • (56). la ria d'Étel. rapport de prospection inventaire
  • be eh (iHûrbtljan) "Ria d'Etel, évolution du peuplement, de l'Age du Fer à la fin de l'époque gallo-romaine" R. B. 1 Belz, Bodéac BELZ Bodéac □ TANGUY D., 1997 - Les stèles de l'Age du Fer dans le Morbihan : Les arrondissements de Lorient et Pontivy, coll° Patrimoine
  • Kerclément □ TANGUY D., 1997 - Les stèles de VAge du Fer dans le Morbihan : Les arrondissements de Lorient et Pontivy, coll° Patrimoine Archéologique de Bretagne, Institut Culturel de Bretagne - Skol-Uhel ar Vro - Association des Travaux du Laboratoire d'Anthropologie-Préhistoire
  • latin de l'époque gallo-romaine" R. B. 1 Belz, Kerguen BELZ Kerguen □ TANGUY D., 1997 - Les stèles de l'Age du Fer dans le Morbihan : Les arrondissements de Lorient et Pontivy, coll° Patrimoine Archéologique de Bretagne, Institut Culturel de Bretagne - Skol-Uhel ar Vro
  • Maîtrise U.B.S. Lorient 1999-2001 1/1 "Ria d'Etel, évolution du peuplement, de l'Age du Fer à la fin de l'époque gallo-romaine' R. B. 1 Belz, Pont-Lorois (Parc-Nail) BELZ Pont-Lorois Les stèles de l'Age du Fer dans le Morbihan : Les arrondissements de Lorient et Pontivy, coll
  • rendait justice. Les stèles de l'Age du Fer dans le Morbihan : Les arrondissements de Lorient et Pontivy, coll° Patrimoine Archéologique de Bretagne, Institut Culturel de Bretagne - Skol-Uhel ar Vro - Association des Travaux du Laboratoire dAnthropologie-Préhistoire - Université de
  • dans le Morbihan : Les arrondissements de Lorient et Pontivy, coll° Patrimoine Archéologique de Bretagne, Institut Culturel de Bretagne - Skol-Uhel ar Vro - Association des Travaux du Laboratoire d'Anthropologie-Préhistoire - Université de Rennes I, p. 29, fig. p.31. 3 - Cosquer
  • . 1 Erdeven.Kerbernesse ERDEVEN Kerbernesse □ TANGUY D., 1997 - Les stèles de l'Age du Fer dans le Morbihan : Les arrondissements de Lorient et Pontivy, coll° Patrimoine Archéologique de Bretagne, Institut Culturel de Bretagne - Skol-Uhel ar Vro - Association des Travaux du
  • peuplement, de l'Age du Fer à la fin de l'époque gallo-romaine" R. B. 1 Erdeven, Kerhillio □ TANGUY D., 1997 - Les stèles de l'Age du Fer dans le Morbihan : Les arrondissements de Lorient et Pontivy, coll° Patrimoine Archéologique de Bretagne, Institut Culturel de Bretagne - Skol-Uhel
  • NABAT Grégory Prospection-Inventaire Ria d'Etel (56) 2000/019 Autorisation du 14/03/00 Tome 1/2 RAPPORT de SYNTHESE REPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE DIRECTION RÉGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES, SERVICE
  • REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE 6, rue du Chapitre 35044 RENNES CEDEX TEL standard 02.99.84.59.00 Télécopie 02.99.S4.59.1 9 N° 2000/019 LE PREFET DE LA REGION DE BRETAGNE PREFET D'ILLE-ET-VILAINE VU la loi validée du 27 septembre 1941 portant réglementation des fouilles archéologiques ; VU
  • le décret n° 94-422 du 27 mai 1994 modifiant la loi du 27 septembre 1941, portant réglementation des fouilles archéologiques et relatif à diverses dispositions concernant l'archéologie ; VU le décret n° 94-423 du 27 mai 1994 portant création des organismes consultatifs en matière
  • d'archéologie nationale ; après avis de la commission interrégionale de la recherche archéologique Ouest, en date du 14/03/00 ; ARRETE Article 1er : Monsieur NABAT Gregory est autorisé à procéder à une opération de prospection [ ] thématique [X] inventaire [ ] avec relevés d'art rupestre à
  • partir du 09/05/00 jusqu'au 31/12/00 concernant en région BRETAGNE, la zone de: 56 Ria d'Etel Organisme de rattachement : Bénévole. Article 2 : prescriptions générales. Les recherches sont effectuées sous la surveillance du conservateur régional de l'archéologie territorialement
  • compétent, qui pourra imposer toutes prescriptions qu'il jugera "utiles pour assurer le bon déroulement scientifique de l'opération. A la fin de l'année le responsable scientifique de l'opération adressera au conservateur régional de l'archéologie, l'ensemble de la documentation
  • relative à l'opération.et en double exemplaire, un rapport accompagné de cartes et de photographie, ainsi que, le cas échéant, des fiches détaillées établies pour chacun des nouveaux sites identifiés au cours des recherches. En outre, dans le cas d'une prospection thématique, le rapport
  • détaillera les actions menées, les résultats scientifiques obtenus et le nouvel état de la connaissance dans le domaine concerné; dans le cas d'une prospection avec relevés d'art rupestre, le rapport comportera la localisation précise de chaque support d'art rupestre, accompagné de plans
  • et de photographies; un exemplaire supplémentaire de chacun des relevés réalisés lors de cette opération sera fourni pour archivage au centre national de la préhistoire quelle que soit la technique utilisée (dessin, photographie, moulage, base de donnéesnumériques, etc.). Le
  • responsable scientifique de l'opération tiendra régulièrement informé le conservateur régional de l'archéologie de ses travaux et découvertes. Il lui signalera immédiatement toute découverte importante de caractère mobilier ou immobilier et les mesures nécessaires à la conservation
  • provisoire de ces vestiges devront être prises en accord avec lui. Article 3 : destination du matériel archéologique découvert. Le statut juridique et le lieu de dépôt du matériel archéologique découvert au cours de l'opération seront réglés conformément aux dispositions légales et
  • réglementaires et aux termes des conventions passées avec les propriétaires des terrains concernés. Article 4 : prescriptions particulières à l'opération. Le plus grand soin sera apporté au respect des règles fixées dans le cahier des charges "prospection". Article 5 : le directeur régional
RAP01929.pdf (LOCMARIAQUER (56). "le Rouick" dfs de diagnostic archéologique.)
  • opération préventive de diagnostic
  • LOCMARIAQUER (56). "le Rouick" dfs de diagnostic archéologique.
  • 2/4 annexe 1, « tumulus de Mane er Hroueg ». AFAN, SRA Bretagne Z. Le Rouzic, 1965 : « Inventaire des monuments mégalithiques de la région de Carnac, arrondissement de Lorient », extrait du Bulletin de la société Polymathique du Morbihan, p 12, collection personnelle. Profondeur
  • Morbihan, 56 Le Rsmiek sûc Archémltmgique '
  • Rouick Cadastre : Année Sections et parcelles : BP 15p Coordonnées Lambert Zone II Abscisses : 203250 Ordonnées 2298170 Altitude (N.G.F.) -.environ 8m Propriétaire du terrain : M. Joël Le Provost, Dosten, 56150 Guenin Protection juridique : Classé Monument Historique sur la liste de
  • 1889 Arrêté de prescription n°: 2003/107 délivré le 05/ Mai 2003 Arrêté de désignation n°: Valable du au Titulaire : Hamon Anne Louise Organisme de rattachement :INRAP Motif de l'intervention : construction d'une maison d'habitation Dates de l'intervention : 22 Octobre 2003 Surface
  • diagnostiquée : 816m2 (surface de 466m2 boisée et non constructible non traitée) Intervenants scientifiques : S.R.A. : Yannick Lecerf INRAP :Anne Louise Hamon (Responsable d'opération, Technicien supérieur ), Michel Baillieu (Assistant Scientifique et Technique) Intervenants techniques
  • : Techniciens : Fanny Tournier (Assistant d'étude INRAP) Topographe : Terrassements mécaniques : Entreprise Justome, 56 Intervenants administratifs : D.R.A.C, S.R.A. : Stéphane Deschamps, Conservateur Régional de l'Archéologie, Yannick Lecerf, Conservateur du patrimoine, en charge du
  • département du Morbihan INRA : Gilbert Aguessè, Directeur de l'interrégion Grand Ouest, 35 Cesson Sévigné, Michel Baillieu AST en charge des régions Bretagne et Basse Normandie ; équipe administrative de la direction interrégionale de Cesson Sévigné Aménageurs : Vendeur du terrain
  • : Monsieur Robiani, Acheteur : M J. Le Provost, Intermédiaire : Agence Mocquard, 56 Crach Contexte archéologique local, et/ou prescriptions scientifiques Le diagnostic est préconisé en raison de la proximité immédiate du cairn de Mané er Rhoueg, monument funéraire néolithique appartenant
  • à la série des grands tumulus carnacéens, rencontrés dans toute la région du golfe du Morbihan. Contraintes techniques Sur partie ouest de la parcelle BP 15, 466m2 sont recouverts de pins et classés en zone non constructible. L'intervention n'a porté que sur les 816m2 de la
  • partie est du terrain. Eléments du diagnostic : Surface du projet d'aménagement : 1282m2 Surface diagnostiquée : 816m2 Contexte géographique et géologique : Mané er Hroueg est situé à une centaine de mètres de la rive actuelle ouest du golfe du Morbihan, au niveau du goulet
  • d'entrée de la baie. Sa position stratégique lui permet de dominer une partie du golfe, mais porte également vers l'océan. La roche rencontrée en fond de tranchée est un granité tardimigmatitique à biotite et cordiérite. Méthode de diagnostic : Tranchées en quinconce Tranchées
  • continues Sur décapage intégral Carottages Recherches en Archives Géophysique Autres X X Surface sondée (%): 94m2 sur 816m2 : 17.3% Liste des archives consultées S. Blanchet, 2003 : « Locmariaquer, le Rouick (morbihan) 31/03/2003, INRAP Grand Ouest rapport de diagnostic » INRAP
  • consulté au S.RA. de Rennes E. Gaumé, 1993 : « Le Rouick à Locmariaquer (56), rapport de Sauvetage Urgent». Inédit, AFAN, consulté au S.RA de Rennes AL. Hamon, 1994 : Inventaire des sites archéologiques protégés au titre de la loi du 31 décembre 1913 sur les Monuments Historiques : tome
  • des sondages ou carottages : Tranchée 1 : 70cm, maximum 130. Tranchée 2 : de 50 à 80cm, tranchée 3 : 50 à 60cm Description sommaire de la stratigraphie observée dans les sondages ou carottages : Sous une quarantaine de centimètres de terre végétale brun foncé, aérée, sableuse
  • , meuble, on rencontre un petit niveau de 15cm d'arène compacte de couleur brun moyen, comprenant de la terre cuite, de la brique moderne ou médiévale, et quelques fragments de poterie non tournée, grossière, à dégraissant quartzique millimétrique. Entre le rocher sain et cette US
  • , s'observe une épaisseur variable (10 à 40cm) d'arène issue de l'altération du granité : plus ou moins meuble, elle comporte des blocs de granité en cours de décomposition., noyés dans une arène hétérogène beige à gris clair. Ces horizons ne comportaient aucune trace de charbons de bois
  • . Substrat atteint : Oui, dans les trois tranchées Observations : Trois tranchées de 30, 33 et 31mètres de longueur sur 1.5m de largeur et orientées Nord ouest /sud est ont été pratiquées sur les 816m2 accessibles du terrain ayant fait l'objet de la prescription. Aucune structure
  • archéologique n'a été mise au jour sur les 141m2 décapés lors de ces sondages. Une dizaine de fragments de brique vraisemblablement modernes ont été découverts en interface terre végétale/arène de décomposition,. Dans les mêmes niveaux, quelques fragments de terre cuite roulés, au
  • dégraissant grossier, sont à rapprocher de l'ensemble mégalithique voisin. (2 tessons en T3, 2 tessons dont un brûlé en Tl, .1 tesson en T2. Aucun silex n'a été découvert. Figure 1: Locmariaquer: Le Rouick, Localisation du projet sur la carte I.G.N.: Vannes Top25 921 OT Emprise du
  • projet 0 Emprise du tumulus de Mané er Hroueg Figure 2: Locmariaquer, Le Rouick: Situation cadastrale du projet: Section BP 50m
RAP00491.pdf ((22)(35). arrondissements de Dinan et Saint-Malo. rapport de prospection inventaire.)
  • (22)(35). arrondissements de Dinan et Saint-Malo. rapport de prospection inventaire.
  • RAPPORT PRELIMINAIRE PROSPECTION AERIENNE 1976 DANS LES ARRONDISSEMENTS DE SAINT MALO ET DINAN Ce.R.A.A Fort de la Ci SAINT MALO Depuis deux ans , le Ce.R.A.A réalise des opérations de prospection systématique des arrondissements de DINAN et de SAINT MALO , de part et
  • -romain en PLOREC. - des structures à l'ouest du bourg de SAINT MELOIR.(des Ondes). Il est souhaitable que nous puissions continuer nos prospections aériennes dans les arrondissements de DINAN et SAINT MALO . RAPPORT DE PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE 1976 Centre Régional Archéologique
  • , soit en prospection aérienne . En 1976 , le CejR.A.A s'est intéressé aux arrondissements de DINAN et SAINT MALO , dans le cadre des autorisations accordées en Février 1976 par M.SANQUER , Directeur des Antiquités Historiques de Bretagne . Le détail des résultats obtenus sera donné
  • quinze heures de vol au dessus des arrondissements de DINAN et SAINT MALO . Une quarantaine de sites ont ainsi été détectés ou ont fourni des structures inédites . Par ailleurs , une recherche méthodologique de prospection magnétique , couplant des techniques de géophysique et des
  • les conclusions, on a disposé à la fin un tiré à part de la chronique de prospection parue dans les "Dossiers du Ce.R.A.A" n °3. 1976. Bilan des sites prospectés par le CE.R.A.A en 1976 Prospection au sol - arrondissement de SAINT MALO dont - arrondissement de DINAN dont TOTAL
  • : 32 30 inédits : i*f 13 inédits if6 sites Prospection aérienne - arrondissement de DINAN : 30 dont tous les plans sont inédits - arrondissement de SAINT MALO : 18 dont tous les plans sont inédits TOTAL k8 sites Bilan par arrondissement. - arrondissement de DINAN
  • : - arrondissement de SAINT MALO : kk sites 50 sites Total des sites prospectés en 1976 9^ sites. De plus on peut compter une dizaine de sites inédits partiellement décelés qui feront l'objet des prospections de 1977. Liste des sites découverts en 1976 par prospection au sol dans
  • jour , 95 % des sites photographiés ont été parfaitement localisés . Il reste deux ou trois sites où il sera nécessaire d'aller dans la commune pour identifier le champ contenant les vestiges archéologiques. Les prospections aériennes ont été faites dans les arrondissements de DINAN
  • nombreuses autres structures dans les arrondissements de DINAN et SAINT MALO , en 1977. Beaucoup de sites n 'ont pu être survolés en 1976. Le fichier du Ce.R.A.A comprend Maintenant approximativement 180 à 200 fiches de sites prospectés par nos soins, depuis trois ans. découvrir o tu
  • pour déterminer les éléments directeurs provenant d'analyses de synthèse . Par exemple , pour la région malouine , en gros les arrondissements de DINAN et SAINT MALO, le Ce.R.A.A essaye de jouer ce rôle de coordonna teur; il transmet tous les renseignements aux Services chargés de
  • d'autre de Taxe de pénétration que constitue la Rance . Des chroniques de prospection publiées dans les n°2 et n°3 des "Dossiers du Ce.R.A.A" témoignent des importants résultats obtenus . Le rythme des découvertes s'est encore accéléré en 1976 . On avait eu les chiffres suivants : - 52
  • sites traités en 1974 - 48 sites traités en 1975 - plus de 80 sites traités en 1976 En 1976 , ces opérations ont continué avec les autorisations indispensables des Antiquités Historiques (n°2 et n°3 , en date du 12 Février 1976 , valables pour l'année en cours). Dans la méthode
  • utilisée (Cf Dossiers du Ce.R.A.A , n°3) , la prospection au sol (field-work) et la prospection aérienne se complètent et se combinent en guidant réciproquement les recherches . La prospection au sol permet soit de déceler des sites inédits , soit de dater et d'identifier des structures
  • décelées d'avion . La prospection aérienne permet de découvrir des sites inédits et de fournir le plan d'édifices déjà repérés au sol. Finalement , pour de nombreux sites , on obtient une datation , une identification et des éléments de plan. Pour des raisons budgétaires , on a dû
  • séparer ces prospections ; en effet une subvention de 1000 F a été alloué au Ce.R.A.A pour effectuer des heures de vol . Dans le présent rapport nous ne donnerons donc que les sites pour lesquels la prospection aérienne a donné des renseignements inédits . Toutefois dans la liste de
  • ces sites , figurent des sites découverts en 1976 par prospection au sol et survolés ensuite . Il ne faudra donc pas s'étonner de trouver dans le rapport de la prospection au sol , quelques sites qui figurent dans la présente liste. Comme il avait été convenu avec M.SANQUER
  • , Directeur des Antiquités Historiques de Bretagne , on informe des découvertes au fur et à mesure de l'établissement des fiches qui comprennent tous les renseignements cadastraux. Ainsi , en 1976 , 80 fiches ont été envoyés , mais il faut songer que pour certains sites , le travail est en
  • cours et paraîtra dans un rapport ultérieur. La politique du Ce.R.A.A a été et est toujours d'animer des prospecteurs et d'en former parmi les retraités . Ainsi en 1976 , un stage de formation de prospecteurs 3éme Age , d'une durée de 2 jours , a été organisé , en liaison avec la
  • Société d'Histoire et d'Archéologie de SAINT MALO . Le groupe limité volontairement à cinq personnes a prospecté l'ancienne commune de SAINT SERVAN, intégré aujourd'hui dans le grand SAINT MALO. Madame FAGUET , Présidente de la Commission de la prospection du Ce.R.A.A , par sa
  • disponibilité , son efficacité et sa compétence a grandement contribué aux succès des prospections au sol . Loic LANG0UET s'est chargé de la prospection aérienne . Les avions de VAéro-Club de SAINT MALO ont été utilisés , pilotés par DERRIEN , chef-pilote. Des vols ont été réalisés aux dates
RAP00637.pdf (CARHAIX (29). Persivien. rapport de sauvetage urgent)
  • CARHAIX (29). Persivien. rapport de sauvetage urgent
  • 1982 il n'y avait aucun effondrement de voûte ancien. i L'étude de la section de la conduite nous montre une constitution maçonnée différente de celle connue jusqu'à ce jour rue de l'aqueduc, où nous avons une construction en béton moulé. Arrondissement? Cantons et Communes
  • S u Z D 1 ï h v z i •f • i CIRCONSCRIPTION DE HISTORIQUE BORDEREAU RECAPITULATIF BRETAGNE Date d • envoi. 15. wril. 1983 RAPPORT DE FOUILLE DE 'SAUVETAGE Finistère LOCALISATION CARHAIX Persivien I.G.N 1978. AL 222 Ax Bx DATES 163,7 Ay By 30,3 Alt. NN13
  • DU 14.5.82 Années antérieures d'intervention.*«*. I D.A.H.B. INTERVENTION Aménagement clu site 5 m2 Estimation de l'étendue du gisement... SITE 50 m2 Aqueduç gallo-romain structure de l'aqueduc Remplissage de la conduite après abandon. Ile-IIIe s. AD. OBSERVATIONS
  • CONTENU DU DOSSIER 3 p. ai 3 plans, 1 section 4 planches poteries 3 RAPPORT DE FOUILLE DE SAUVETAGE CARHAIX. PERSIVIEN (L'aqueduc) En 1982 la municipalité de Carhaix a procédé à la mise en valeur de l'aqueduc galloromain de Persivien. A cette occasion la direction des Antiquités
  • historiques de Breta gne a effectué une intervention de sauvetage au cours de laquelle ont pu être étudiés la structure de l'aqueduc d'une part et son remplissage sur une longueur de 5 m, d'aut part. r Localisation Commune : CARHAIX Lieu-dit : Persivien Cadastre (1972) : AL n° 222
  • Coordonnées Lambert : x = 163,7 ; y = 80,3 N° de site o travaux de mise en valeur entrepris par la commune Les travaux réalisés par la commune ont consisté à creuser une rampe d'accès permettar au visiteur de descendre au niveau du fond de l'aqueduc et de voir ce dernier en secti La
  • bande de terrain protégé entrant dans le cadre d'un espace vert du lotissement, on a profité de l'occasion pour présenter avec l'aqueduc un tronçon du tout-à-1'égout mit au jour et récupéré lors de la construction de l'hôtel "Le Gradlon" près de l'église de Carhaix. Cet élément est
  • présenté en surface dans la pelouse et une allée en fait ] tour permettant de voir l'objet sous toutes ses faces. Structure de l'aqueduc L'ensemble de la conduite a pu être étudiée en section lors de l'aménagement de la pai tie détruite par le lotissement pour permettre au visiteur d'en
  • voir la coupe. L'aqueduc a été bâti dans une tranchée creusée dans le schiste ardoisier local. La tranchée a une largeur de 1,00 m et une profondeur de 2,35 m à cet endroit. L'aqueduc lui-même est constitué de deux parties différentes : - la cuve construite dans un premier temps
  • - la voûte réalisée ensuite après séchage de la cuve. LA CUVE : Elle est réalisée en deux étapes. Tout d'abord le fond et les côtés sont montés en pierres de schiste liées par un mortier de chaux très dur de couleur blanche. L'ensemble de la maçonnerie a une épaisseur de 0,20 m en
  • moyenne. Dans un second temps la conduite est enduite avec un mortier de tuileau dont l'épaisseur atteint 0,03 m. A la jonction du fond et des deux côtés on remarque un quart de rond en béton de tuileau dont le.rôle était d'empêcher l'encrassement aux angles. La largeur de la conduite
  • et sa hauteur sont alors respectivement de 0,55 m et 0,77 m. LA VOUTE : Contrairement à la voûte du tronçon de la rue de 1'Aqueduc qui est en béton moulé, nous avons ici une voûte en pierres de schiste maçonnée à la chaux. Le mortier est tombé presque partout de la voûte au fur
  • et à mesure de sa désagrégation. En effet on remarque ici l'utilisation d'un sable argileux de carrière dans la composition du mortier. Les quelques morceaux encore en place nous montrent les traces de l'empreinte des planches d'un coffrage. Elle repose sur les côtés de la cuve
  • . Le rayon de la voûte au-dessus de la cuve est de 0,20 m. L'épaisseur de la voûte est de 0,30 m. Au-dessus la tranchée de construction est- comblée avec du schiste brisé provenant du terrassement. Le remplissage de l'Aqueduc L'aqueduc est fortement remblayé avec de la terre qui
  • contient une grande quantité de - * • mobilier archéologique notamment dans sa partie basse. Il a été possible de vider environ 4 m de la conduite. Le bourrage dont la hauteur est très inégale s'arrêtait dans ces 4 m à 0,10 m de la voûte. Le mobilier recueilli est constitué de
  • céramique locale, et importée, d'un fragment de tige cannelée et d'un anneau, tous deux en bronze. Le mobilier importé comporte des fragments de sigiliéées parmi lesquels on note : - un .fragment de bol Drag 37 (Lezoux) - un fragment de coupe Walters 79/80 (période antonine. Lezoux
  • ). - un fragment de coupe Ludowici type Tt' (150-200 AD) - un fragment de mortier DRAG 45 (150/200 AD). Le mobilier local comporte dés pichets à décors peigné et ondulé. Les fonds sont pour certains coupés à la ficelle et comportent autrement des décors lustrés quadrillés
  • . On remarque également quelques fragments d'assiettes. Le faciès chronologique de l'ensemble de ce mobilier est de la seconde moitié du second siècle et du Ille s. Conclusion L'ensemble du mobilier recueilli dans les remblais de l'aqueduc nous indique que vrai semblablement au troisième
  • siècle on a remblayé partiellement l'aqueduc avec des débl provenant de l'édifice de Persivien (fouillé en 1976 par M. R. Sanquer). Cela nous laisse supposer que l'aqueduc comportait des regards 'par où le remblais a été introduit. En effet sur toute la section étudiée en 1976 et en
  • : da-Bula ( tes Qulmareh • 'Ùt C l o l t r j - P U y b t n Talgruc ; B Pprt-Tiùnay (! C H A f ^ u t l ^ ftV} " / : ''8«-Coullti. /"' v /Lotfiay Quéménévèn douarnene; LocfonaV. I. de Sein 'Landfévariac Clédan-CapSlxui^ LangoUn Pouldargot Prlmtllji,._..> •£>UIMPER / V v
RAP00596.pdf (arrondissements de Vannes et de Lorient : aqueduc gallo-romain de Locmariaquer (56). rapport de prospection inventaire)
  • arrondissements de Vannes et de Lorient : aqueduc gallo-romain de Locmariaquer (56). rapport de prospection inventaire
  • Patrick ANDRE Francis -o-O-o-O- PROSPECTIONS BOUGIS -o-O-o-O- ARCHEOLOGIQUES SUR LE TRACE DE L» AQUEDUC GALLO-ROMAIN DE LOCMARIAQUER ( MORBIHAN ). Autorisation de prospection n° Année 1984 84 - 20 H Dans la péninsule armoricaine, on connait les vestiges de deux
  • aqueducs romains x - l'aqueduc de CARHAIX, dans le Finistère. - l'aqueduc de CRAC 'H, dans le Morbihan. Le premier ouvrage est bien connu, depuis l'étude que L. Rolland lui a consacrée (1). Du deuxième, on ne connaît que les ruines des piles existant dans le secteur de Kérisper
  • ( commune de LE BONO, anciennement PLUNERET ) et dans celui de ROSNARHO, commune de CRAC 'H, c'est-à-dire là où l'aqueduc franchissait par un pont la "Rivière" d'Auray. Cette rivière d'Auray est en fait l'estuaire du Loc'h qui , en aval d 'Auray^ relie le port de Saint-Goustan à la
  • pleine mer. La présence de piles dans le chenal justifie les tentatives faites au siècle dernier pour supprimer le handicap qu'elles opposaient aux navires fréquentant le port de SaintGoustan. Cinq piles sont détruites en 1827 ; d'autres le sont en 1869, les dernières enfin en 1899
  • * Du "pont de César", nom local de cet ouvrage, il ne reste plus aujourd'hui qu'une bouée, la "bouée César" qui indique aux navigateurs l'em- placement des hauts fonds sur lesquels s'appuyait ce pont détruit. Sur la rive droite, côté Rosnarho, subsiste par contre le tracé d'un
  • ouvrage d'accès, long de 160 mètres et constitué lors de son étude, il y a un siècle (2 ) de 2k piles f carrées et une pile-culée. Dix d'entre elles, les plus proches du rivage, ont récemment disparu lors de la construction d'une maison. On pouvait donc craindre qu'un sort semblable
  • affecte les derniers vestiges de cet ouvrage. Cette crainte a déterminé (1) l'étude que nous avons commencée en 1984^ L.Rolland, "Aqueduc romain de Carhaix" Bulletin de la Société archéologique du Finistère, XXVII, 1900, p. 55-96. j (2) G. de Closmadeuc, "Le pont de César sur la
  • rivière d'Auray" et visant à recueillir le maximum d'informations sur l'ensemble de cet aqueduc, avant la disparition définitive de ses derniers vestiges. La prospection engagée en 1984 répondait à trois interrogations naturelles : 1) - Reconstituer avec le maximum de précision le
  • profil du pont-aqueduo et de ses ouvrages d'accès, au franchissement du Loc'h. 2) - Après avoir déterminé la hauteur du fond du caniveau, tenter de retrouver en amont le cheminement de l'aqueduc, et, bien sûr, le ou les points de captage. 3) - En aval enfin, étudier les différentes
  • possibilités du tracé, conduisant l'eau à Locmariaquer , important station antique. , De ce programme ambitieux, on a cette année privi- légié la première partie, et commencé l'étude du tracé amont. Ce travail a été réalisé grâce à la participation : - du Centre d'Etudes et de Recherches
  • Archéologiques du Morbihan ( CERAM) , Vannes. - de M. Bougis, Ingénieur des Travaux publics. Le Bono. - de M. Mauny, Ingénieur à l'I.G.N. Paris. - du Club subaquatique " les Vénètes", Vannes. Bulletin de la société polymathique du Morbihan, 1874, p. 124130, et " une rectification à propos du
  • pont dit de César, sur la rivière d'Auray", ibid, 1 882 ,p .6l -69. N 165 Vers Hennebant Vers t orient D768 Vers Pluvigner \fVers Si Bneuc Ketguéro P DU Vers Sle Anned'Auray 0 120 nflBaliaaeùf • ~Lomel 0 19 Vers Ste Anne d'Auray «f , IU ci LescKl -C Kerverli
  • Prospection sur le pont-aqueduc de Kerisper - Rosnarho. Le plus urgent paraissait l'étude des vestiges encore visibles dans la propriété de Rosnarho, en CRAC 'H, sur la rive droite de la "rivière d'Auray". A partir de ces vestiges, on pouvait tenter une reconstitution du pont franchissant
  • l'estuaire et déterminer approximativement la hauteur du fil d'eau, dont dépendent les tracés, amont et aval» L'itinéraire reconnu concerne essentiellement le franchisser-ent de l'estuaire entre la pointe de Kérisper >et celle de Rosnarho, sur une longueur approximative de 440 mitres
  • . Au-delà, de chaque côéé, les traces se perdent dans les bois. L'ouvrage comprenait trois parties : a) - un ouvrage d'accès côté Kerisper, très court en raison de l'escarpement de la rive, d'environ 35 mètres de long, qui devait comprendre une culée en maçonnerie pleine prolongée
  • par trois ou quatre arcades. Il n'y a plus de vestiges visibles. b) - un ouvrage de franchissement proprement dit, de 245 mètres de longueur, qui comptait 10 ou 11 arches de l'ordre de 11 mètres d'ouverture, séparées par des piles de 11 mètres également de long. Depuis le XIX
  • ° siècle les piles ont été arasées à plusieurs reprises pour les besoins de la navigation, et, seuls, des amas de pierres caractéristiques subsistent sous l'eau. c) - un ouvrage d'accès à la rive côté Rosnarho, de 160 mètres de long. C'est le mieux connu. Divers documents, plans et
  • photographies le représentent, et aujourd'hui encore, les vestiges de quinze piles et d'une culée en maçonnerie pleine sont visibles. Il y avait au total 24 piles carrées de 2,4 m. de côté, séparées par des vides de 2,4 m. également correspondant aux voûtes, et une pile-culée d'angle d'un
  • encombrement double. i ! L'aqueduc venait du Nord-Ouest, puis après deux coudes successifs dont le second se trouvait à l'entrée de l'ouvrage d'accès, franchissait la Rivière d'Auray d'Est en Ouest, pour faire ensuite deux nouveaux coudes vers le Sud, le premier à la dixième pile du
  • viaduc d'accès, et le second à cinq mètres de l'extrémité de la culée pleine. Le plan joint représente ces dispositions, avec une largeur d'ouvrage uniforme de 2,4 m., et vraisembla- blement des renforts de piles en rivière à l'amont et à l'aval, de forme non identifiée. Le niveau
RAP00181.pdf (GUELTAS (56). Klebzur. rapport de sauvetage urgent.)
  • GUELTAS (56). Klebzur. rapport de sauvetage urgent.
  • CIRCONSCRIPTION BORDEREAU RECAPITULATIF HISTORIQUE w..pjfciepA&. Data d'envol RAPPORT DE. fJW it LX5 .Dk«ÂtlM£IMSE* •««». LOCAtlSATION NORBIHAN : Département. : Commune. GUELTAS t Lleudlt : du cadastre. KLEBZUB S I.G.N. KLEBZUR local. KLEBZUR ZU 5 Cadastre
  • /~*\ rr\ r"t w m n n A* iravaux remembrement É H /-\ 25 m2 • . Estimation de l'étendue du gisement... . 25 m 2 souterrain gaulois SITE 1 dépotoir gaulois i i i • 3 | Périodes chronologiques j Tène 1-2 OBSERVATIONS CONTENU DU Rapport scientifique.... 3 pages
  • DOSSIER Plans et coupes 3 plans 2 sections '••* Planches et dessins..... 4 planches céramiques Photographies légendées. 5 photographies légendée? RAPPORT DE SAUVETAGE 56-GUELTAS. CLEBZUR A la suite des travaux connexes du remembrement de la commune de Gueltas (56), une galerie
  • souterraine s'est effondrée près du hameau de Clebzur pendant les périodes humides de l'hiver 1981-1982. La Direction des Antiquités historiques, informée, en effectuait le relevé détaillé et la fouille de l'entrée durant la dernière quinzaine du mois de septembre 1982 avec le concours
  • bénévole de M. P. Ridard et D. Pouillé, étudiants. Localisation : Département : Morbihan Commune : GUELTAS Lieu-dit : Clebzur Cadastre 1982 : ZU 5 Coordonnées Lambert : II, zone centrale x = 217,725 y - 353,175 numéro de site (F.D.S.A.) : 56 2 26 072 001 Le souterrain Il se situait
  • avant le remembrement sur un talus qui séparait deux champs (parcelles 513 et 514). Lors des travaux le talus fut arasé et la vaûte de la salle principale s'effondra lors des pluies de l'hiver 1981-82. L'ensemble du souterrain affecte la forme d'un "L" inversé et comporte un puits
  • d'accès et deux salles (I et II) séparées par des chatières. Les deux salles étaient vides de tout remblais archéologiques. Le puits d'accès : Comme à l'accoutumée, le puits d'accès est remblayé avec des déblais archéologiques. Aussi une excavation de 2 m sur 2,50 m fut ouverte au
  • -dessus de l'entrée. Elle permit de mettre au jour le sol ancien jaunâtre à 0,20 m de profondeur. La forme de l'ouverture du puits d'accès était marquée par une tâche brunâtre ovale de 1,70 x 1,40 m. A l'ouest une barre brunâtre de 0,50 m de large se prolongeait sous la berme du
  • sondage. Cette ligne brunâtre cor- respondait à une tranchée de 0,07 m de profondeur. Son remblai identique à celui du puits d'accès se compose de terre argileuse gris-brun contenant des traces de charbon et des moellons de quartzite gros comme le poing. L'interprétation de cette
  • tranchée est difficile. S'agit-il d'une fondation d'habitat; qui aurait jouxtée l'entrée ? Le puits d'accès vertical a une profondeur de 2,97 m. A 1,50 m de la surface sa section devient carrée et mesure 1,00 m de côté et son plan est décalé de 45o; par rapport au Nord. A 0,34 m au
  • -dessus du fond, une chatière de 0,48 de large sur 0,45 m de haut et longue de 0,50 m, s'ouvre sur la paroi sud-ouest et donne dans la salle I. Le remplissage du puits d'accès était constitué par le même matériau que celui rencontré dans la tranchée adjacente. A 0,20 m du fond apparaît
  • une couche de cendres contenant du clayonnage, de la cendre, du charbon de bois, des fragments de céramique et un fragment de meule en granit. Dans la céramique nous trouvons des éléments situliformes à carène (n° 56 072 1 5) , de "sauce pan pot" (n° 56 072 1 2 4 et 6) ainsi que
  • des pots à panse colique et lèvre légèrement versée vers l'extérieur (lèvre et panse se situant dans le même plan vertical) (n° 56 072 1 1 et 3). L'ensemble de ces spécimen se situent manifestement autour de la Tène Ancienne. Un élément de tradition halsttatienne nous est également
  • donné avedun fragment de panse à décors estampés représentant dés casiers en creux contenant un X en relief qui nous confirme la datation proposée. La salle I Elle a la forme d'un rectangle nord-sud dont l'extrémité sud est légèrement plus étroite qu'au nord. Elle est encombrée par
  • un cône d'éboulis provenant de l'effondrement de la voûte. Son sol est situé 0,20 m plus bas que le passage en chatière. Sa longueur est de 3,70 m, sa largeur au nord de 1,80 m, au sud de 1,25 m. La hauteur au milieu de la pièce est de 1,56 m. On remarque entre les deux extrémités
  • de la pièce une forte déclivité de 0,38 m vers le Sud. L'épaisseur de la voûte au centre était de 1,80 m avant effondrement. La paroi de la salle présente des traces d'outils de creusage. On observe dans le schiste des lits des coups de pic hauts de 0,20 m en moyenne penchés
  • alternativement à gauche et à droite. La salle II A 0,50 m de l'extrémité sud de la salle I, un tunnel d'accès à la salle II s'ouvre sur la paroi ouest du souterrain. Ce tunnel est un boyau long de 0,70 m, de section rectangulaire (0,40 x 0,70 m) dont le sol et la voûte sont légèrement . De
  • plus il présente une forte déclivité (0,25 m) vers la salle I. Au bout du boyau, on débouche sur une salle minuscule dont le volume correspond presque à une demi-sphère de 1,30 m de diamètre sur 1 m de hauteur. Le sol se situe à un niveau plus bas que celui de la salle I ( - 0,5 m
  • de dénivellation). L'ensemble était intact et n'était encombré par aucun remblai. L'ensemble du souterrain de Clebzur en Gueltas appartient donc à la série bien connue des souterrains armoricains de l'Age du Fer. Sa situation n'est pas isolée car nous avons sur une hauteur
  • voisine (à 5 km plus au sud) le souter- rain: de Lauban en Kerfourn. La découverte d'une légère tranchée près de l'accès suppose la présence d'autres structures dans les alentours. Ces structures pourraient être mises au jour lors d'un grand décapage de surface. L'abandon du site
RAP01529.pdf (PLOULEC'H (22). rapport sur les fouilles exécutées au Yaudet en août et novembre 1954. rapport de fouille ancienne)
  • PLOULEC'H (22). rapport sur les fouilles exécutées au Yaudet en août et novembre 1954. rapport de fouille ancienne
  • BAPPOKT sur les fouilles exécutées au Yaudet (en Ploulec'h, arrondissement de Lami on) en août et novembre 1954 RBKSBlGfiEHKNTS TKCHMQUES î) Bibliographie Ces renseignements ont été reproduits dans les rapporta de fouilles sur 1952, 1953 et il convient d'j ajouter : J.-L
  • . Fleuriot, One Civitas éphémère, le Coz-Yaudet, à paraître dans les Annales de Bretagne. 1954, 2. 2) Etat des lieux loi encore les rapports précédents sont â consulter pour s© rendre compte par des indications précises et détaillées de l'état des travaux au début de 1954. Les limites de
  • fouilles sont reportées sur le plan. 3) Moyens tais en oeuvre 4 personnes dont deux de façon permanente en août t954et trois en novembre. L'outillage a'a pas changé, pelles et pioches; les brouettes n'ont même pas été utilisées, la terre de déblai étant jetée avec les pierres au bas de
  • la falaise voisine. Par contre pour le transport des meules gallo-romaines dont 11 a été et sera question, ce moyen de transport a afcps dû et devra être utilisé. 4) Mesures de protection Le climat étant particulièrement humide en bordure immédiate de la mer les pieux et même 1
  • © ciment protégeant le mur se détériorent rapidement. La croissance des plantes dans les interstices du mur pose un problème pour l'evenir; si l'entretien cesse» il sera rapidement envahi par les buissons» Par contre il est à espérer que ces buisson® remplaceront d'ici deux ou trois ans
  • la clôture de fils de fer barbelés sur pieu qui sera rapidement défaillante : une clôture est de toute façon nécessaire car les fouilles sont en contre-bas de 2 w à 2 m 50 par rapport au niveau du champ. 5) Objets Après examen par M* Herlet une meule de pierre a été destinée au
  • Rusée de St-Brieuc; elle y est effectivement parvenue en juillet 1954. HKSSBlGKBMms SCIENTIFIQUES 1) La poursuite de la fouille Le dégagement des murs 0 et M avait été réalisé pendant les campagnes 1952 et 1953;. la fouille a été continuée dans la direction de l'Est. Le choix d'une
  • direction a été fait à cause de la modici- té des moyens et de la constatation suivant® : "l'intérieur" du complexe de cours est dans cette direction. Mais plus on avançait dans cette direction, en suivant les alignements de grosses pierres, plus l'absence de nouveaux murs devenait
  • étonnante. Par contre la couche de cendres, de débris de Jeftulae. de poteries, se prolongeait. In novembre, il s été pratiqué, à 2 m 50 en avant du front de 1© fouille, une vaste fosse de 2,50 * 2,50 a» pour se rendre eoapte plus rapidement de la présence ou de 1* absence de
  • constructions . Des sondages plus petits ont été exécutés au pied des murs. Partout la couche de cendres, de débris de tuiles, de fer rouillé se retrouve à ! a 50 à 2 m de la surface; 1*abondance des cendres en particulier, l'absence de murs oblige à reconnaître que les constructions qui
  • existaient à l'intérieur des murs étaient en BOIS et récouvertes de tuiles. C'est là une constatation assez décevante et que ne laissait pas prévoir la perfection du travail dans les murs extérieurs. On peut se demander si la poursuite des fouilles dans ce secteur donnerait des résultats
  • différents des résultats actuels. & cause de l'absence de débris de murs jouant un rôle protecteur tous les débris sont extrêmement fragmentés et écrasés dans la couche de cendres. On sondage s été exécuté près de la vieille fontaine D sur le plan cadastral, deux autres près du mur gallo
  • -romain en B et C; ils n'ont à peu près rien donné « 2) Description des parties déaégées. La description des parties extérieures, en maçonnerie, a déjà été faite. Celles-ci comprennent essentiellement des ruines de rempart interrompues en deux points et le seuil et la paroi Sud d'une
  • port® ou poterne de la "W jLJLJLili située dans un angle du rempart (voir le croquis et le plan). Le seuil a pour largeur actuelle 2,85 m etla largeur primitive devait dépasser 3 m. le logement. La crapaudine Sud subsiste. Il n'y a pas d'ornières pour le passage des voitures, ce
  • oui laisse penser que la porte donnait sur un escalier ou une rampe très inclinée» Le sol de la "rue" vers l'intérieur des murs a été partout recouvert de sable marin où sont noyées des dalles très irrégulières sauf les deux premières déjà décrites. L'une de celles-ci, carrée
  • , parfaitement taillée est en place, l'autre était formée par une meule renversBlllII que nous avons enlevée. Sur tout le côté Sud de la "rue" dans le prolongement du mur se poursuit l'alignement de grosses pierres signalé sur le plan; la partie dégagée a 6 m. de long. One énorme pierre
  • (?) grossièrement taillé© a été rencontrée et dégagée à 9 m 80 à l'est du seuil;et à 2 m 20 de la plus proche pierre de l'alignement signalé plus haut. Tout l'ensemble d* indications que noua possédons par ailleurs fait penser que ces pierres étalent les soubassements de constructions de bois
  • . Au fond de la fosse de 2 m 50 de côté creusée à 2 m 50 en avant du front de la fouille et menée jusqu'à 2 m 20 de profondeur, jusqu'au sol vierge, aucune pierre n'a été retrouvée, ce qui indique que cet alignement s'interrompt au bout de 7 à 8 m. Par contre les mêmes couches de
  • terrain que précédemment ont pu être mises ©n évidence. Stratigraphie• * Sur une épaisseur de 30 cm à 90 cm, croissant vers le Word, c' est-à-dire au plus bas de la pente du champ, se trouve la couche de terre végétale, très humide, qui a été accumulée au bas des pentes par les labours
  • répétés. * Sur 1 a à 1 m 50 se rencontre une couche de terre jaune, dure, asses sèche (ou s© trouvent de rares pierres et des débris de tuiles et céramique grossière, paraissant postérieure à 1*époque gailo-romaine) parmi cette terre, des débris de faïences modernes entraînées vers
RAP00138.pdf (PLOURIN-LES-MORLAIX (29). Kerveguen. rapport de sauvetage urgent.)
  • PLOURIN-LES-MORLAIX (29). Kerveguen. rapport de sauvetage urgent.
  • . Il faut donc s'attendre à 1'autres découvertes de l'âge du fer dans le secteur. Arrondissements Cantons et Communes S'-POLPLOUESÇAT Clti.r i Piaugoulm PlounAouMrat. Cut»«ény du-OoJqt Tréfif'ouéiMij,- IPlogîïOcTi" '¡LANMEUIV .¿louniVM-Loehrlrt' TAULÉ f PLOUDÀÎ j Plouguln
  • M i RAPPORT DE SAUVETAGE En conduisant une remorque de fumier dans son champ, M. Lohéac mit au jour fortuitement le souterrain gaulois de Kerveguen en PLOURIN-les-MORLAIX (29). L'une des roues du plateau avait crevé la voûte de l'une des salles. Par la suite il avertit la
  • mairie qui alerta la Direction des Antiquités historiques laquelle effectua au mois de mai une enquête suivie, en septembre, d'une fouille de sauvetage sur le puits d'accès avec le concours bénévole de M. D. Pouilie. LOCALISATION Commune : PLOURIN-les-MORLAIX Lieu-dit : Kervéguen
  • Cadastre 1834 : C.634 1977 : C 989 Coordonnées Lambert II : zone étendue x= 147.450 y= 1109.450 Carte I.G.N. l/25000e : MORLAIX OUEST Fiche de site à la carte archéologique n° 29 3 22 207 0 0 Ç DESCRIPTION DU SOUTERRAIN (Plan au sol et sections) Le souterrain de Kervéguen est composé
  • de deux salles (I et II) creusées dans un sol granitique décomposé et d'un puits d'accès situé à l'extrémité Est de l'ensemble. Les deux salles sont séparées par une chatière. LA SALLE I C'est celle qui s'est effondrée sous le passage de la machine agricole. Elle est situé à
  • l'extrémité Ouest de la galerie. Son orientation est sensiblement Est-Ouest et sa forme affecte légèrement celle d'un haricot. Sa longueur maximale est de 3,42 m et sa largeur maximale de 1,46 m. Sa hauteur, sous plafond, n'est pas connue. Par contre le sol se situe à 3,22 m sous le sol du
  • champ qui est horizontal dans la zone du souterrain. A l'extrémité Est de la salle une marche de 0,12 m permet d'accéder à la chatièr LA CHATIERE Le passage entre les salles I et II s'effectue par une chatière. Celle-ci a une orientation Nord-Ouest/Sud-Est. Sa forme est
  • subrectangulaire le sol et le plafond étant arrondis. Sa hauteur est de 0,80 m, sa largeur de 0,40 m et sa longueur également de 0,40 m. Elle débouche sur la paroi Ouest de la salle II par une marche moins élevée que la sa!le I (0,05 m). LA SALLE II Celle-ci affecte la forme d'un ovoïde à la
  • base aplatie, d'orientation Nord-Est/SudOuest. Sa longueur est inférieure à celle de la salle I (2,60 m). Par contre, sa largeur est identique (1?64 m), sa hauteur actuelle est de 1,64 m. Les parois portent les trous de coups de pics donnés lors du creusement. L'observation des
  • empreintes montre qu'elles sont penchées vers la droite, ce qui laisse à penser que l'ouvrier qui creusait était droitier. L'extrémité Nord-Est de la salle comporte un passage de 0,82 m de largeur sur 1,00 m de hauteur qui donne sur le puits d'accès. - 2 L'ensemble de la salle était
  • occupé par un cône d'éboulis, correspondant aux remblais du puits. Ce remblai bouchait entièrement le passage vers l'accès et venait mourir au bas de la paroi Sud de la salle en face de la chatière menant à la salle I. L'état de désagrégation avancé de la voûte de la salle II ne nous
  • a malheureusement pas laissé la possibilité de fouiller ce cône. LE PUITS D'ACCES Après avoir relevé le plan d'ensemble du souterrain en y pénétrant par l'orifice d'effondrement de la salle I, nous pûmes localiser en surface avec précision le puits d'accès et placer au-dessus un sondage afin
  • d'effectuer une fouille méthodique des remblais Le puits d'accès est une excavation verticale de plan subcirculaire dont le diamètre est de 1,20 m en moyenne et la profondeur de 3,10 m. Le fond est pratiquement plat. Seu un léger ressaut (0,05 m) le sépare du sol de la salle II. La fouille
  • du puits d'accès a permis : - de mettre au jour le sol ancien sous le labour ; - d'étudier la nature du comblement de l'accès. Le sol antique apparaît sous la terre végétale comme une zone dont la surface est assez dure et bien aplanie et composée essentiellement de l'arène
  • granitique. Le comblement du puits d'accès comporte neuf stratifications différentes, à savoir de la surface au fond : - arène granitique + cailloux ; - arène granitique + argile + gros cailloux (nécessité d'utiliser un engin pour les extraire) ; - argile + cailloux + arène granitique
  • + charbons épars ; - arène + charbon de bois + argile cuite (clayonnage) ; - idem, avec des cailloux en plus ; - argile cuite + charbon ; - arène granitique + charbon + argile cuite. Seules les deux dernières couches ont livré du mobilier, en quantité réduite cependant Il se compose de
  • : - un fragment de bracelet en lignite (diam. int. : 9 cm, section : 0,6 cm). deux'petites fusaïoles ; trois petits fragments de lèvres verticales ; des fragments de pierres à pâte grossière rouge ; deux fragments de meules tournantes en granit ; un polissoir en quartzite ; trois
  • galets de rivière ayant servi de brunissoir ou de polissoir ; un bloc de laitier de fonderie. L'ensemble de ce mobilier n'est pas suffisant pour proposer une datation précise cependant le faciès général des céramiques situe le comblement de la galerie à La Tène I CONCLUSION Comme
  • l'ensemble des souterrains, la galerie de Kervéguen est située sur un coteau. Son abandon tardif situé à La Tène III est confirmé par la prospection de surface qui - 3a livré du mobilier importé (terra rubra) au début du 1er siècle A.D. De même, la présence d'un fragment de hache
  • néolithique indique dans cette zone une présence humaine antérieure. L'occupation humaine à l'âge du fer dans la commune n'est pas située uniquement ici mais également sur le plateau de l'autre côté de la vallée comme le prouve la présence d'une stèle cannelée au bourg en face de la mairie
RAP00457.pdf ((22)(35). arrondissements de Dinan et Saint-Malo. rapport de prospection inventaire.)
  • (22)(35). arrondissements de Dinan et Saint-Malo. rapport de prospection inventaire.
  • RAPPORT 1978 PROSPECTIONS ARCHEOLOGIQUES DANS LES ARRONDISSEMENTS DE SAINT MALO et DE DINAN Avec les autorisations accordées par la Direction des Antiquités Historiques de Bretagne , le Centre Régional Archéologique d'Alet a effectué des prospections dans différentes communes
  • de ces arrondissements . Les renseignements ont été régulièrement transmis à Monsieur R.SANQUER . Avant de tirer des conclusions de toutes les découvertes effectuées par le Ce.R.A.A , une présentation peut être réalisée Pour ce faire , nous avons choisi l'ordre alphabétique des
  • . On peut donner le nombre de sites traités par commune et par arrondissement Arrondissement de SAINT MALO BAGUER MORVAN BAGUER PICAN BONNEMAIN CHERRUEIX DOL EPINIAC LA FRESNAIS LA GOUESNIERE LILLEMER MINIAC MORVAN MONT DOL PLERGUER PLEURTUIT ROZ LANDRIEUX ROZ sur Couesnon SAINT BROLADRE
  • SAINT COULOMB SAINT MALO SAINT MARCAN SAINT MELOIR SAINT PERE TRESSE LE TRONCHET LE VIVIER Total Arrondissement de DINAN T0~R5"EUL LANGROLAY PLESLIN PLEUDIHEN PLUMAUDAN QUEVERT SAINT HELEN SAINT JACUT TREMEHEUC YVIGNAC Total Autres Arrondissements. BATOUGES LA PEROUSE COMBOURG CUGUEN
  • des arrondissements de SAINT MALO et DINAN . Ceci prouve que la dynamique créée par le Ce.R.A.A dans le domaine de la prospection déborde dans les arrondissements voisins , surtout vers le sud. En risquant d'oublier des informateurs , on doit remercier ceux qui sont à la base de
  • bilan , on constate que depuis cinq ans , le Ce.R.A.A a signalé environ 300 sites , pour la plupart inédits , dans la seule région de SAINT MALO (arrondissements de SAINT MALO et DINAN) . On fournit , à notre sens , un exemple de ce que l'on peut découvrir avec une volonté de
  • noms de commune. Voici donc une liste des résultats obtenus . Nous ne rappelerons que le type de renseignement obtenu , les détails ayant déjà été envoyés à la Circonscription de Bretagne . BAGUER - MORVAN , La Basse Poterie , parcelle 652 , section F3 - Gisement post-médiéval de
  • tuiles à crochet. S ' BAGUER - MORVAN , La Sageais , parcelles 407 , 408 , 413 , 412 et 411 , section D2 Gisement de tegulae . BAGUER - MORVAN , La Houillère , parcelles 347 , 346 , 354 , 355 et 352 , section B Très important gisement gallo-romain avec poteries et une monnaie de
  • , parcelles 14 , 16 et 17 et 26 , section Al , Vaujour - Gisement de tegulae. BAGUER - PICAN , Trégoyer , parcelle 244 , section Al - Gisement de tegulae . BAGUER - PICAN , La Vallée , parcelles 530 et 531 , section A2 - Gisement post-médiéval du XVIIIème siècle, doublé d'un gisement
  • préhistorique. BAZOUGES LA PEROUSE , Montignë , - Découverte ,dans la cour de la ferme , d'une céramique probablement carolingienne. BAZOUGES LA PEROUSE 1 Forêt de Villecartier , parcelle 12 , section Bl - Gisement galloromain . Meule dormante trouvée sur le gisement. 60NNEMAIN , La Haute
  • Barbotais , parcelles 213 et 214 , section Bl - Gisement galloromain très important. BONNEMAIN , Les portes , parcelle I 153 , section A3 - Gisement post-médiéval , ayant toutes les apparences d'un atelier de potier . BONNEMAIN , La Praie , parcelle 321 , section Bl - Gisement gallo
  • Ilème siècle par le mobilier. CORSEUL , La Gauvenais , parcelle 392 , section E2 - Confirmation de la nature galloromaine de l'édifice trouvé par prospection aérienne en 1976. o^jft+l CORSEUL , La Ville Es Ayaux , parcelle 422 - Gisement gallo-romain. OOSAHCORSEUL , La Ville Es Denis
  • , parcelle 362 , section F2 - Gisement de scories de fer.O»(CUGUEN , La Chapelle Saint Jouan , parcelles 439 et 440 , section E2 - Très important gisement gallo-romain. DOL DE BRETAGNE , Les Luzardières , près Carfantin , parcelle 144 - Très important gisement gallo-romain . Nombreux
  • tessons de céramique sigillée (Ilème siècle surtout). XDOL DE BRETAGNE , L'Orme , parcelles 117 , 118 et 119 , section AX - Gisement galloromain , doublé d'un gisement post-médiéval. EPINIAC , La Vieuville , parcelles 147 , 148 et 149 , section Al , parcelle 86 , section Bl et parcelle
  • 548 , section A2 - Gisement médiéval. EPINIAC , Le Coucou , parcelles 126 , 127 , 128 , 129 , 132 , 133 , 137 , 138 , 139 et 198 , section F - Gisement médiéval . EPINIAC , La Péquinaie , parcelles 59 , 60 et 61 , section Bl - Gisement de tegulae et gisemefct médiéval . EPINIAC
  • AH - Gisement post-médiéval. EPINIAC, Cadran , parcelles 615 , 608 , 607 et 610 , section B2 - Gisement de tegulae. EPINIAC , Le Petit Souchai , parcelles 322 , 327 et 328 , section C - Gisement de tegulae EPINIAC , La Morandais , parcelles 92 , 95 et 97 , section Dl - Gisement
  • médiéval. LA FRESNAIS , Les Fours Bénis , parcelle 339 , section B - Ancien Four (de potier ?). LA GOUESNIERE , La Ville Henri , parcelles 293 et 294 , section B2 - Gisement galloromain. LANGROLAY , La Ville Chevallier , parcelles 132 et 133 , section B2 - Gisement galloromain
  • . LANGROLAY , Sur Les Vaux , parcelle 218 , section B2 - Gisement gallo-romain. LILLEMER , Le Sillon , parcelle 394 , section A3 - Gisement post-médiéval (fin XVIIème siècle) . LOURMAIS , La Frelonnière , parcelles 741 , 339 et 340 , section B2 - Gisement de tegulae. Une meule trouvée à
  • proximité. LOURMAIS , La Barre , parcelle 322 , section A - Gisement post-médiéval , probablement doublé d'un gisement de tegulae. LOURMAIS , La Guillardière , parcelle 39 , section A - Gisement médiéval . En 51 , découverte d'une meule transition néolithique-bronze. LOURMAIS , Le Roche
  • Treblin , parcelles 566 , 567 , 568 et 569 , section B3 - Gisement médiéval . LOURMAIS , La Charlopinais , parcelle 389 , section B2 - Gisement de tegulae. LOURMAIS, Launay-Solon , parcelles 31 et 35 , section Bl - Gisement post-médiéval. LOURMAIS , Le Prail , parcelle 790 , section Bl
RAP00655.pdf (les arrondissements de Dinan et Saint-Malo (22)(35). rapport de prospection inventaire)
  • les arrondissements de Dinan et Saint-Malo (22)(35). rapport de prospection inventaire
  • * /\ ,-\ r\ ^ V
  • fcENTRE RÉGIONAL ARCHÉOLOGIQUE « 0 D'ALET Fort de la Cité - 35400 SAINT M ALO RAPPORT DE SYNTHESE SUR LES PROSPECTIONS ARCHEOLOGIQUES DANS LES ARRONDISSEMENTS DE DINAN ET SAINT MALO Année I0B0 Avec les autorisations de la Direction des Antiquités Historiques de Bretagne , le
  • Centre Régional Archéologique d'Alet a poursuivi la prospection des arrondissements de DINAN et SAINT MALO , commencée maintenant depuis plus de six ans . Cette année encore , les résultats ont été importants : 60 sites inédits. Oéographiquement , ces sites se réoartissent ainsi - 9
  • dans 1 'arrondissement de DINAN - 51 dans l'arrondissement de SAINT MALO . Dans ce dernier , l'affort a été particulièrement porté sur les communes de COMBDURO et MEILLAC. Le nombre des découvertes réalisées sur ces deux communes est important et illustre bien que les vides
  • dossiers sont en cours de constitution . Ils apoaraîtront dans les résultats de l'année prochaine PBI. La nrospection est bien lancée dans les arrondissements de DINAN et SAINT MALO , plus d'ailleurs dans l'arrondissement de SAINT MALO et ce travail doit continuer sur le même rythme en
  • I^I. A SAINT MALO, le 31 Décembre I0B0 Pièces jointes : liste des sites découverts en I 0Q n nar le Ce.R.A A CCP : Rennes 57 - 381 Société Générale : Rennes 3 - 72B125 - S » Arrondissement de DINAN CORSEUL - La Péronerie - Harcelles I 10 , section HT - Ancien four
  • - parcelles 136 et protohistorique (?) or >6 , section Al - enclos VILDE GUINGALAN - Le Prëron - parcelles 636 et 635 , section 42 - enclos Drotohistorique. 1080 Arrondissement de SAINT MALO BAGUER PICAN - La Soignerais - parcelles 417,41 e* ,466 ,471 ,47? et 41? , section 02 gisement
  • archéologiques ne sont que des vides de nrospection . Il faut aussi noter que ces communes situent notre zone actuelle d'action prioritaire dans un mouvement d 'expansion à partir de SAINT MALO . Nous voyons poindre le jour où nous allons rejoindre sur le terrain un autre grouoe de
  • nrospecteurs (MAISON DES 1EUNES DE D ACE) et ainsi aboutir à une bonne couverture de tout le nord-ouest de l'Ille et Vilaine : Par contre la réqion de Fougères reste à étudier et il est difficile de 1 'animer. Chronologiquement , les découvertes se situent ainsi : - nériode nrotohistorinue
  • 5 % - période gallo-romaine 47 % - nériode médiévale 16 % - nériode post-médiévale V % Les découvertes gallo-romaines (29 sites inédits) revêtent une orande imnortance nour le proqramme de recherche qui a été établi avec le Laboratoire d ' Archéomëtrie de l'Université de Rennes
  • (Etude des nhases du dêvelonnement de l'occupation rurale à 1 'êooque gallo-romaine) et gui est soutenu financièrement nar la D.P.R.S.T. Le 31 Décembre est une date fatidiaue nour les rannorts , mais on doit signaler qu'une vingtaine de sites inédits sont en cours d'étude et que leurs
  • . LANGUENAN - La Chapelle de Tiff - parcelle 646 , section R2 - Enclos circulaire protohistorique PLE^LAN LE PETIT - Couavra - narcelles 675 et 57? - Imoortant gisement gallo-romain PLOUBALAY - Les Haies - narcelles 242 et 243 , section B - gisement nallo-romain PLOUBALAY - La Garenne
  • gallo-romain BONNEMAIN - La Bërichère - parcelles 726 , 727 et 725 , section C2 - gisement nostmédiéval COMBOURG - Le Buet - narcelle 1714 , section K4 - nisement de tegulae COMBOURG - Le Tertre Audie - narcelle 134" , section K2 - gisement de tegulae COMBOURG - La Croix Aubin
  • , section I? - gisement gallo-romain COMBOURG - Les Champs Moitaux - parcelles I 161 , I 141 et I 142 , I 140 , 1149 , section A3 - Four de tuilier gallo-romain COMBOURG - La Poissionnière - parcelles 741 et 739 , section D3 - gisement de tegulae. COMBOURG - Les Jardières - parcelles 333
  • et ^40 , section I 1 - gisement de tegulae COMBOURG - Travers - parcelles 303 et 483 , section H 1 - gisement post-médiéval COMBOURG - La Bullière - parcelle 523 , section A2 - Gisement médiéval COMBOURG - La Basse Epine - parcelle 421 , section R2 - gisement gallo-romain DOL DE
  • , 210 et 650 , section K - gisement LANHELIN - Le Ville Poulet - parcelles 660 , 554 et 619 , section B' - gisement gallo-romain MEILLAC - Loges de Pirieuc - parcelle 421 , section 01 - forqe nallo-romaine MEILLAC - La Sëdounière - parcelles 1012 et 1025 , section A3 - gisement post
  • . MEILLAC - Le Plessis Margat - parcelles 747 , 740 , 750 , 751 , 752 et 753 , section A3 - anciennes forqes. MEILLAC - Le Moulin du Bas Bourqneuf - parcelle 73 , section A 1 - qisement postmédiéval . MEILLAC - Le Ponçonnet - narcelle 300 , section D 1 - qisement li* 3 des forqes MEILLAC
  • - parcelle 761 , section B2 - gisement gallo-romain MEILLAC - La Garde - parcelle 312 , section B2 - tegulae et scories MEILLAC - La Forge - parcelle 076 , section 02 - gisement gallo-romain MEILLAC - Les Gats - parcelles 300 , 737 et 733 , section B2 - gisement de tegulae. MEILLAC - La
  • Ville David - parcelles 557 , 553 , 552 , 551 , 932 et 566 , section C2 - fonderies et vestiges gallo-romains. MEILLAC - La Chauvais - parcelles 390 , 300 et 400 , section Cl - traces de fonderies PLEINE FOUGERES - Le Leez - parcelles 461 , 45Q et 436 , section B2 - Important
  • gisement gallo-romain. PLEUGUENEUC - La Motte Beaumanoir - parcelle Id , section ZT - Motte féodale PLEUGUENEUC - La Barre du Leix - parcelles ?Ic et b , section ZV - gisement médiéval 7 ROZ LANDRIEUX - La Fontaine - narcelle 125 , section J - gisement post-médiéval SAINS - Etang de la
RAP01124.pdf (PLOUENAN (29). Lopreden. rapport de fouille préventive)
  • PLOUENAN (29). Lopreden. rapport de fouille préventive
  • .y^/f'-tifil/fi'/ es c/e-"técié^w/^ttles ef a/e- •¿a. mmu-ntca/ion* Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne Avenue Le Gorgeu B.P. 813 29279 Brest Tél. (98) 03.06.87 p. 257 et 278 Direction du Patrimoine Services des Fouilles et Antiquités Hôtel de Blossac 6
  • , rue du Chapitre 35000 Rennes Tél. (99) 79.21.32 Direction des Antiquités Historiques de Bretagne N/Réf 8207 0 t Rennes le 7 juillet 1982 Objet s Rapport d'enquête sur la découverte d'un charnier en Lopréden, commune de PLOUENAN (29) J.P. BARDEL Technicien à Monsieur R
  • . SàNQUER Directeur Localisation : Finistère PLOUENAN " LOPREDEN V cadastre 1959 section E parcelle 1014 carte IGN 1/25000° feuille de SAINT P0L DE LEON 7-8 coordonnées LAMBERT zone 1 X = 135,500 Y = 1120,270 Circonstance de la découverte : Vendredi 2 juillet 1982 la Préfecture du
  • Finistère était informé par un rapport de la Gendarmerie de Saint Pol de Léon et par la Mairie de Plouénan que Mr François LE BIHAN venait de découvrir des ossements en effectuant les fondations de sa maison neuve au hameau de Lopréden dans la parcelle cadastrée E1014. Lundi 5 juillet Mr
  • . D0LLE , de la Préfecture avertissait la Direction des Antiquités afin que quelqu'un puisse se rendre d'urgence sur place afin de se rendre compte de l'importancede la découverte, le maire ayant fait arrêter les travaux de construction. Mardi je me suis donc rendu sur place et y
  • retrouvais : Mr le Maire de Plouénan Mr chef de la brigade de Gendarmerie de Saint Pol de Léon Mr François LE BIHAN, propriétaire. Ladécouverte a eu lieu à l'angle Sud Est de la construction à 1,50 m. au sud de l'angle dans la paroi Est de l'accès excavé de la cave. Il s'agit d'une fosse
  • de section hemisquérique d'environ 1,50 m de diamètre sur 1,30 m environ de profondeur où ont été entassésdes ossements humains. On observe que l'opération a été effec tuée selon une certaine méthode : en effet les crânes sont groupés afin de prendre moins de volume dans la fosse
  • . En présence de la gendarmerie six caisses d'ossements ont été recueill&set pour ma part j'en ai récupéré quatre, en ne portant mon attention que sur les éléments visibles et menacés par conséquence par les actes de vendalisme. L'ensemble des dix caisses sont acutellement en dépôt
  • à la Direction. 112 A Interprétation : Au XVIII0 siècle la paroisse de Plouénan possède au moins trois cimetières : celui de l'église paroissiale, celui de Saint Brandan en Lopréden, celui de Saint Grégoire au Mouster. Dans la seconde moitié du XVIII0 siècle les deux derniers
  • furent désaffectés. A la suite de leur abandon on regroupa les ossements un peu avant la Ré Révolution tous les ossements dans une fosse commune afin de rendre à la culture les terres. Comme au début du siècle pour le cimetière de Saint Grégoire au Mouster, c'est le terrassement des
  • fondations d'une construction qui met au jour la fosse commune où avaient été regroupés les ossements. Conservation de la découverte : Dis caisses d'ossements sont en dépôt à la Direction en attendant de pouvoir les confier au Professeur P.R. GIOT spécialiste en anthropologie. Si ce
  • dernier n'estime pas intéressant l'étude des individus recuillis, la municipalité propose de recuillir dans un emballage à part tous les ossements de Lopréden et de les déposer dans la fosse Commune du cimetière communale. Pour ce qui est du reste des ossements in situ, avec le chef de
  • la Brigade de Saint Pol, il a été décidé de recouvrir provisoirement de sable la fosse et de planche afin d'attendre la suite à donner au prélèvement du dépôt suivant votre avis et celui du professeur PR GIOT : - prélèvement méthodique pour étude anthropologique (2 jours
  • d'interventions), sauvetage D.A.H.B. - prélèvement réalisé par les employés municipaux et dépôt à la fosse commune si le dépôt est inintéressant. Arrondissements Cantons et Communes du FINISTÈRE St-POL- PLOUESÇAT Clédar j K'arlouarv' Gulssény 'G oui van j' 'lounévar-Loehrltf
  • ,PONT^ABBÉ^KCombr 8«-Yvl Fouaanantf ! ^CTnodat 'FbÙEoNANI ROSPORDEN ... KamévaA BANNALEC \ La Trivmrn ( J \ Pfebannalae-\ Loctudy LÎrafftagat QUIMPERLÉ^ LÉGENDE PREFECTURE » SOUS-PREFECTURE O CHEF LIEU DE CANTON • Commun« M«*« Limita da t Umna Car .,„, . tJitUfi
  • , « s^*«" e a u r > f yf s * * * V ^ Vi tv £ c \ Uj NJ «V N ' «s. kj Q • k V) Ul 1 o ;OMMUNE DE AGRANDISSEMENT PLOUENAN CADASTRAL Lopre Jtart 3 L A N je la p r o p r i é t é de M r :ROQUIS LE B1HAN François DE BORNAGE N°5 'oitCadastrée Section
  • E 1016 P " Portier u Ichelle de : 1 / 5 0 0 ' env. EXTRAIT CADASTRAL Echelle : 1 / 1 0 0 0 * - 7 ÂDUÏ 1973 HC'Nicun F-.r.r. Cf-OMtrnE Gxrxnr n* ' oiS PLAN DE SITUATION 5 m* CONSTRUCTION NEUVE ACCES EXCAVE VOIE COMMUNALE 29.3.38.184 PLOUENAN, hameau de Lopreden
  • , parcelle E 1014, propriété de Mr et Pfoe LE BIHAN Thomas, enquête du 6 juillet 1982. Des ossem its découverts à Plouénan (Lire î)f en P a 9 e Finistère). Le nombre de squelettes est actuellement impossible à déterminer, mais est certainement très important. a g g-a « a-o sî c c m
RAP00490.pdf ((22)(35). nord de la haute Bretagne. rapport de prospection inventaire)
  • (22)(35). nord de la haute Bretagne. rapport de prospection inventaire
  • CIRCONSCitlFTIOIT ARCHEOLOGIQUE D g . DIRECTION DES ANTIQUITES • HISTORIQUES Date d'envoi RAPPORT DE ... prospectiez. . Arrondissement de St MALO et Arrondissement de DIMAN Départaient IHe et Vilaine IIT'U • Connune Lieudit Côtoo du Nord— Cadastre Autorisation (n
  • bronze du tri eux, .... On doit signaler une mutation agricole très sensible dans les arrondissements de DINAN et SAINT MALO . L'élevage remplace de plus en plus les cultures si bien que le nombre des prairies s'accroit . La prospection des champs ainsi couverts d'herbe est rendue
  • rejet secondaire. Arrondissement de SAINT MALO . 17 - BAGUER MORVAN , La Houillère , parcelle 346 , section B , cadastre 1959.- Gisement gallo-romain avec tegulae et tessons de poteries communes. 13 - BAZOUGES La Pérouse , Bourienne , parcelle 763 , section NE .- Découverte d'une
  • déposée au Musée de SAINT MALO . Son origine mérovingienne semble la plus probable ; elle rappelle en effet des stèles retrouvées dans les Côtes du Nord ( 5). Arrondissement de DINAN CORSEUL LANVALLAY PLESLIN PL0U3ALAY PLOUER QUEVERT SAINT SAMSON TADEN TREMEREUC TRIGAVOU 1 2 2 1 2 2
  • 1 3 1 1 16 sites ou découvertes Arrondissement de SAINT HALO BAGUER MORVAN BAZOUGES (Pérouse) CHERRUEIX C0M30URG HIREL LA BOUSSAC LA FRESNAIS LE TRONCHET MINIAC MORVAN MONT DOL PLERGUER PLEURTUIT SAINT MALO SAINT MELOIR SAINT PERE TRANS 1 1 1 2 1 2 5 2 6 3 3 2 2 5 2 1 (inclus
  • gisenent ?_ Fort de la Cité ^KAnn QAIMT MALO îlature du gisenent SITE Nature des découvertes effectuées Périodes chronologiques OBSERVATIONS CONTENU DU • DOSSIER ■ Rnpnnr-h '• Plnna : Coupes scientifique Tniicrtrmfrîrinà Photographies légendées ! oui i envoyés
  • antérieurement RAPPORT 1977 SUR LES OPERATIONS DE PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE MENEES PAR LE CENTRE RÉGIONAL ARCHÉOLOO! i; D'ALET Fort de la Cité 35400 SAINT MALO En 1977 , avec l'accord de la Direction des Antiquités Historiques de Bretagne , le Centre Régional Archéologique d'ALET
  • a poursuivi ses opérations de prospection archéologique . D'une part , la recherche s'est poursuivie dans des communes ou des zones où elle avait été amorcée les années antérieures , d'autre part , elle a parfois été orientée vers la délimitation de gisements post-médiévaux des environs du
  • XVIème siècle. Madame FAGUET , Présidente de la Commission da prospection du Ce.R.A.A , a été efficace et active .Plusieurs nouveaux prospecteurs ont rejoint nos rangs , améliorant la répartition des équipes de recherche . Les contacts avec l'habitant sont de plus en plus aisés
  • . Cette année , on a une preuve de ce contact dans le nombre de découvertes fortuites signalées spontanément au Ce.R.A.A . On peut ainsi citer le dépotoir de la piperie raalouine CRETAL , la série d 'assiettes en étain à BAZOUGES la Pérouse , la stèle mérovingienne de TRANS ,1'épée de
  • alors très difficile , sinon impossible . Il faut être présent, au moment précis où la parcelle est retournée , ce qui n'arrive pas tous les ans , loin de là. Cette mutation risque d'avoir des conséquences sensibles sur la prospection dans les années S venir. Par ailleurs la
  • poursuite de la prospection aérienne a été bénéfique (10 sites en 1977) . On a encore la preuve que , même en l'absence d 'une sécheresse exceptionnelle , ce type de prosoection est valable dans nos régions . Plus notre expérience croit , plus les vols seront rentables puisque nous
  • saurons choisir les instants propices de vol. Dans la chronique 1977 de prospection archéologique qui va paraître sous peu dans le n°5 des DOSSIERS DU Ce.R.A.A , 55 rubriques figurent . Tantôt il s'agit d 'un site inécTTt , tantôt la" poursuite de la prospection a apporté des
  • renseignements complémentaires . On peut y compter 16 sites ou découvertes dans l'arrondissement de DINAN , et 39 sites , dans celui de SAINT MALO. La prospection aérienne fournit environ 20 % du total des gisements traités. La présence de plusieurs gisements archéologiques à l'entrée de
  • SAINT MALO et le projet d'une Z.A.C.en cette zone , nous ont fait prendre conscience d 'un petit problème administratif . Alors que pour un projet d'autoroute , les Directions d'Antiquités sont consultées' il ' n'en' est apparentent pas de même dans un projet de- Z.A.C ou de Z.U.P
  • . Les Services._de l'Equipement sont chargés des enquêtes mais le patrimoine archéologique ne figure pas dans les conclusions , généralement. Au sein du Ce.R.A.A , on peut chiffre le nombre des prospecteurs à une quinzaine . On doit les remercier pour leur éfficacité et leur
  • dévouement dans cette recherche archéologique si passionnante. Arrondi vsement d_e_DIjlAN. 1 - CORSb'UL , Le Haut Bocherel , parcelle 776 , section H3 , cadastre 1958 . - En 1976 , la structure précise de l'aile gauche du grand temnle avait été dcceléo en prospection aérienne (Cf Dossiers
  • du Ce. n°4 , p 97-93) . En Juin 1977 , ce fut au tour de l'aile droite d'apparaître très nettement "dans ta parcelle précitée . On a ainsi constaté que cette aile se trouvait au nord des bâtiments de la ferme et non sous ceux-ci comme on le pensait antérieurement . Le plan de
  • FORMER se confirme globalement. N 2 - LANVALLAY , Saint Piat , parcelle 641 , section C4 . - Gisement de teguTae , découvert par Mrs AYNE et DEQUE . Il se situe à proximité immédiate de la voie bien connue CORSEUL-AVRANCHES , en haut de sa partie qui remonte du gué de la Rance. 3
  • - LAMVALLAY , La Guerche , parcelles 208,209 et 310 , section C3 . - Gisement gallo-romain découvert par Hr 3ASLE . Un tesson de céramique sigillée atteste l'origine gallo-romaine . Il faut noter , à proximité du site , la présence d'un toponyme significatif (201 , la Vieuville). 4
RAP00845.pdf (PLOUGONVELIN (29). Keraouen. rapport de fouille préventive)
  • PLOUGONVELIN (29). Keraouen. rapport de fouille préventive
  • cache qui permettait de mettre à l'abri les divers biens des personnes du hameau voisin en période de trouble. Arrondissements H N V. du FINISTÈRE H--PLOUE8CAT Cé l d«r i usa- _ • : Po l unéouf-Tryi •V Pl.u,u.,»«u ( • Oui
  • CIRCONSCRIPTION BRETAGNE DE. BORDEREAU RECAPITULATIF HISTORIQUE Date d'envoi...1.5..^.1.1 9 8 3 bappopt LOCALISATION nir FOUILLE DE SAUVETAGE Département Finistère Commune. PLOUGONVELIN Lieudit : du cadastre... Keraouen I.G.N local Cadastre Coordonnées Lambert
  • . 1979 2a»e .1 < Ax ZA 38 76.900 Bx DATES A y 1096.800 Alt. By N° 11 du 24.3.83 Autorisation (n*, date) Intervention (début et fin) Années antérieures d'intervention.4... INTERVENTION DcA-H.B. Responsable. Mo 11 £ d 1 in ter ven tlon Surface fouillée » Estimation de
  • l'étendue du gisement... Nature du gisement. Cache souterraine Nature des découvertes effectuées. une salle avec puits d'accès vertical Périodes chronologiques. XVIe-XVIIe s. • CONTENU DU Rapport scientifique.... 2 pages DOSSIER Plans et coupes 4 plans, une section SITE
  • OBSERVATIONS Planches et dessins Photographies légendées. & RAPPORT DE SAUVETAGE PLOUGOMVELIN (Finistère) Au mois de mars 1983 la direction des Antiquités historiques de Bretagne était informée de la découverte fortuite d'une galerie souterraine creusée dans la roche naturelle près de
  • la ferme de Keraouen en PLOUGONVELIN (Finistère). La trouvaille a été faite à l'occasion d'un labour profond qui arracha les dalles de fermeture qui condamnaient x1accès du souterrain. Immédiatement la direction effectuait une intervention de sauvetage d'une semaine du 14 au 18
  • mars 1983 avec l'accord du propriétaire, M. Hall et de M. Le Du, exploitant agricole. LOCALISATION.: Département : Finistère Commune : PLOUGONVELIN Lieu-dit : Keraouen Cadastre 1979 : section ZA parcelle n° 38 Coordonnées Lambert Zone I : X = 76.900 ; Y = 1096.800 N° de site : 29 1
  • 39 190 001: DESCRIPTION DU SOUTERRAIN ., Le souterrain de Keraouen est constitué de deux parties : un puits d'accès verticale, une salle rectangulaire. L'ensemble était légèrement remblayé par des gravats provenant d'une part de 1'effondrement de la fermeture de 1'entrée et
  • d'autre part d'un orifice percé par le fermier à l'extrémité de la salle. Avant ces deux événements arrivés en mars 1983 aucun remplissage n'existait dans la galerie. La fouille méthodique et systématique de la salle a permis de montrer une stratification simple et générale de toute la
  • galerie. 1/ la couche d'éboulis générale provoquée par la découverte ; 2/ une couche d'humus très légère sur le sol de l'ensemble (épaisseur moyenne 0,05 m) ; 3/ le sol naturel taillé (micaschiste). Dans l'humus qui recouvrait le sol un léger mobilier a pu être recueilli. Il est
  • constitué de quelques morceaux de clous forgés, complètement oxydés ;et d'un fragment de poterie à pâte blanche et vernis vert d'épaisseur très fine (0,002. m) d'époque post-médiévale (XVIe s.) provenant très certainement de l'atelier de Lannilis-Plouvien. Une fois dégagé le plan du
  • souterrain présente donc un puits d'accès et une petite salle carrée dont l'orientation d'ensemble est Nord-Sud avec un léger décalage de 14° vers l'Ouest. LE PUITS D'ACCES Celui-ci est une excavation verticale de plan presque carré de 0,90 m de côté, aux côtés et aux angles arrondis, et
  • de 2,10 m de profondeur. Une pente comportant trois paliers rappelant des marches sommaires permet de descendre au niveau du fond de la salle soit à 2,84 m de profondeur . L'entrée de la galerie était entièrement fermée par des plaques de micaschiste dont la plus importante mesure
  • 1,10 m sur 0,40 m et 0,13 m d'épaisseur. * LA SALLE C'est une pièce rectangulaire qui est ouverte sur le côté Nord du puits d'accès.' Elle mesure 3,10 m de long sur 1,80 m de large. Son élévation est en moyenne de 1,70 m dans ses parties non éboulées. Le volume de la voûte, taillée
  • dans le rocher, est de plein cintre. CONCLUSION La galerie de Keraouen est à rattacher à la série des caches médiévales tardives et post-médiévales du Léon occidental. Elle correspond au type I. Le fragment de céramique recueilli a permis de situer son abandon vers le XVIe siècle
  • vraisemblablement, ou le XVIIe. Cela correspond du reste bien avec la date de 1652 que l'on trouve sur la façade d'une vieille maison à Keraouen. Pour ce qui est de l'utilisation de cette structure il ne fait pas de doute que nous sommes, comme dans les autres cas déjà connus, en présence d'une
  • LÉGENDE « i PREFECTURE « SOUS-PREFECTURE O CHEF LIEU OE CANTON Ottpuducliùn inUtdilt Limit, tu Until, d. Until« d. c LES PRESSES BR FEUILLE 111-17 Roche de la Fourmi v N y 0 » 1 1 1 L. 100m 1 96800 37 Lan 96600 4 - 39 29 PLOUGONVEL/N 1983 Keraouen NO es R