Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

2381 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01350.pdf (LANGON (35). la chapelle Sainte-Agathe. rapport de prospection thématique)
  • demande de M. Cyrille Chaigneau qui a consacré une étude de bâti à ce monument, nous avons fourni les photos faites en 1981 et, après discussion, proposé de réexaminer le décor antique. Nous avons effectué une courte mission avec Jean-François Lefèvre, le 24 octobre 1995. Suite à cette
  • connaissance des différentes campagnes de restauration (tout particulièrement pour ce qui concerne les interventions sur la peinture antique), ainsi que des étapes de la protection patrimoniale de la chapelle. Le catalogue des divers fonds d'archives concernant la chapelle Sainte- Agathe de
  • -série 8T : beaux-arts, Monuments Historiques d'Ille-et-Vilaine, 1839 - 1841; chapelle Sainte-Agathe de Langon (maintenant série 4 T Monarchie de juillet) 2.7.4.1. Correspondance du 6 septembre 1837 2.7.4.2. Correspondance du 23 septembre 1837 2.7.4.3. Correspondance du 2 septembre
RAP00839.pdf (VANNES (56). 1 et 3 place Stalingrad. rapport de sondage)
  • . DONNEES TECHNIQUES DE L'OPERATION. Financements. Equipe de fouille.Traitement des données. Remerciements. m. DESCRIPTION SOMMATRE DES SONDAGES. IV. CONCLUSION. V. BIBLIOGRAPHIE. VL FICHE TECHNIQUE. Vn. PLANCHES PHOTOGRAPHIQUES. I. INTRODUCTION La ville antique de Vannes mentionnée
  • ' il nous a communiqué ainsi que F. Fromentin, Y. Menez et D. Pouille, G. Le Cloirec et son équipe, pour leur aide et précieux conseils. m. DESCRIPTION SOMMAIRE DES SONDAGES. 1. contexte archéologique antique. La parcelle de la place Stalingrad est située à proximité de la Domus
  • maison d'habitation: une première tranchée ( sondage 3 ) a été ouverte en diagonale révélant peu de vestiges archéologiques notables; une deuxième tranchée ( sondage 4 ) a donc été effectuée le long du hangar, elle a mis au jour un mur antique dont le tracé a pu être précisément
  • observé en coupe à l' est de la tranchée de récupération. Sa nature n' a pu être définie. Sondage 4. En hmite sud de la tranchée, nous avons mis au jour le parement nord d'un mur antique ( US 4007 ) situé dans le prolongement de la tranchée de récupération ( US ,1003, ) repéré dans la
  • niveau NGF 12, 34. Sondage 6. Le décapage à plat a montré que le mur antique mis au jour tranchée 4 ( US 4007 ) est conservé sur une longueur de 4,00 m, à 1* est ses moellons ont été récupérés ( cf. la tranchée de récupération du sondage 3 ( US 3003, ) ).Par contre, son retour a été
  • résiduel, en particulier de céramique commune; seul un tesson de sigillée a été découvert (Curie 15 ). On notera également la présence d'un fragment de pied de verre antique ainsi que des éléments de placages. SONDAGE 5 rv. CONCLUSION. Cette étude a permis de mettre au jour un mur
  • antique et son retour conservés sur deux à trois assises auquel on a pu associer deux niveaux de sol. Cette séquence semble correspondre à l'intérieur d'un angle de bâtiment. Par contre, que se soit au nord comme au sud de cet ensemble, de nombreux remaniements n' ont laissé en place
  • aucun vestige notable : on note à ces endroits un curage général des niveaux antiques. La période d'occupation gallo-romaine, difficile à définir par manques d'indices, semble toutefois correspondre à la fin du 1er et début du 2nd de notre ère. Enfin, un puits et un caniveau ont été
  • dégagés au sud de la cour. Leur datation n' a pu être définie mais , leur altitude inférieure aux niveaux antiques lié à la topographie moderne ainsi que leur situation à proximité de la maison, laisse supposer un aménagement associé à la maison d'habitation. V. BIBLIOGRAPHIE. 1
  • de I' art et d'Archéologie, Université de Haute-Bretagne, 1990. 8. MENEZ (Y).Les céramiques fumigées du nord-ouest de la gaule, mémoire de maîtrise d' Archéologie, Université Paris IV, 1985. 9. OSWALD (F), Index of porter' s stamps on terra sigillata "samian ware. Margidunum, East
  • 4007 reposant sur le rocher. Sondage 5. 1. Fondations US 5010 de la maison d'habitation. 2. Vue générale sur le puits US 5001 et le caniveau US 5007. Sondage 6. 1. Vue générale du décapage. 2. Mur antique US 6001 et détail du hérisson de pierres US 6006. 3. Mur antique US 6001 et
  • détail du sol de mortier de chaux US 6005 reposant sur le hérisson de pierres US 6006. Sondage 3. 1. Tranchée de récupération US 3003, Sondage 4. 1. Fondation US 4007 reposant sur le rocher. 2. Vue générale sur le puitsUS 5001 et le caniveau US 5007. 2. Mur antique US 6001
  • et détail du hérisson de pierres US 6006. 3. Mur antique US 6001 et détail du sol de mortier de chaux US 6005 reposant sur le hérisson de pierres US 6006.
RAP03320.pdf ((22). Les tumuli de l'âge du Bronze ans le nord-ouest des Côtes d'Armor. Rapport de PI 2016)
  • de maîtrise, Université de Haute-Bretagne Rennes II, 1992 BLANCHET, 2016 : BLANCHET (S.), Lannion, Penn an Alé, Occupations rurales de l'âge du Bronze en antiques, Rapport final d'opération, I.N.R.A.P. Grand-Ouest, 2016 BLANCHET, 2002 : BLANCHET (S.), Document final de synthèse de
  • Bronze et sanctuaire antique de Kergroas à Paule, Rapport de fouille, Conseil Général des Côtes d'Armor et S.R.A. Bretagne, 2004 MENTELE, 2013 : MENTELE (S.), Bretagne, Côtes d'Armor, PLOUISY, Zac de Kerisac, Des 27 implantations successives de l'âge du Bronze, Rapport d'opération
  • cadastre actuel Localisation du site (point rouge) sur un extrait de la carte IGN Image satellite Géoportail 2016 Photographie au sol du 01/07/2016 21/09/2016 C arte IG N - G éoportail 500 m © IG N 2016 - www.geoportail.gouv.fr/mentions -legales https ://www.geoportail.gouv.fr
  • site (point rouge) sur un extrait de la carte IGN 21/09/2016 C arte IG N - G éoportail 500 m © IG N 2016 - www.geoportail.gouv.fr/mentions -legales https ://www.geoportail.gouv.fr/donnees /carte-ign Longitude : Latitude : 3° 09 36 W 48° 27 47 N 1/1 Département : COTES D
  • ), Direction des Antiquités de Bretagne Documents annexes : Localisation sur le cadastre actuel Localisation du site (point rouge) sur un extrait de la carte IGN Plan et coupes du caveau Photographies du monument au moment de la fouille 21/09/2016 C arte IG N - G éoportail 500 m © IG N
  • tumulus n° 2 du 03/06/2016 21/09/2016 C arte IG N - G éoportail 500 m © IG N 2016 - www.geoportail.gouv.fr/mentions -legales https ://www.geoportail.gouv.fr/donnees /carte-ign Longitude : Latitude : 3° 13 08 W 48° 28 07 N 1/1 Département : COTES D ARMOR Commune : BOURBRIAC
  • /2016 C arte IG N - G éoportail 500 m © IG N 2016 - www.geoportail.gouv.fr/mentions -legales https ://www.geoportail.gouv.fr/donnees /carte-ign Longitude : Latitude : 3° 13 42 W 48° 25 56 N 1/1 Département : COTES D ARMOR Commune : BOURBRIAC Section : YX Feuille : 000 YX 01
  • ) sur un extrait de la carte IGN Photographie au sol du 03/06/2016 21/09/2016 C arte IG N - G éoportail 500 m © IG N 2016 - www.geoportail.gouv.fr/mentions -legales https ://www.geoportail.gouv.fr/donnees /carte-ign Longitude : Latitude : 3° 11 27 W 48° 29 42 N 1/1
  • , Ministère de la culture, Conseil général des Côtes d'Armor, Ville de Bourbriac, S.R.A. Bretagne Documents annexes : Localisation sur le cadastre actuel Localisation du site (point rouge) sur un extrait de la carte IGN Photographie au sol du 03/06/2016 21/09/2016 C arte IG N - G
  • , Université de Haute-Bretagne Rennes II, p.40 Documents annexes : Localisation sur le cadastre actuel Localisation du site (point rouge) sur un extrait de la carte IGN 21/09/2016 C arte IG N - G éoportail 500 m © IG N 2016 - www.geoportail.gouv.fr/mentions -legales https
RAP00840.pdf (VANNES (56). 6 rue des Quatre Frères Crapel. rapport de sondage)
  • TECHNIQUES DE L'OPERATION. Financements. Equipe de fouille.Traitement des données. Remerciements. m. DESCRIPTION SOMMAIRE DES SONDAGES. IV. CONCLUSION. V. BD3LIOGRAPHTE. VI. FICHE TECHNIQUE. VH. PLANCHES PHOTOGRAPHIQUES. h INTRODUCTION La ville antique de Vannes mentionnée sur la
  • , pour leur aide et précieux conseils. VANNES 6, rue des Quatre Frères CRAPEL 1993 IMPLANTATION DES SONDAGES ech: 1/200e D3. DESCRIPTION SOMMAIRE DES SONDAGES. 1. Contexte archéologique antique. Le parcelle de la rue des Quatre frères Crapel est située en limite nord de 1
  • sous la chape de béton, est apparu une couche de remblai antique ( US 1002 / US 1006 ) composé de cailloux, fragments de tegulae, de nodules de mortier de chaux et de mortier hydraulique. Dans la partie sud de la tranchée, cette couche suit un pendage N / S et est recoupé par un
  • creusement contemporain ( US 1001 ) certainement lié au décaissement cité plus haut. Des niveaux archéologiques en place, subsiste d'une part, la trace de fondation d'un mur ( US 1004 ) vraisemblablement antique. A ce mur, on a pu associer le niveau de démolition ( NGF 11,83 ) situé sur
  • : 69/79 ap. J.C.). VANNES 6, rue des Quatre Frères CRAPEL 1993 SONDAGE 1 Sondage 2. Sous un ensemble de remblais rapportés pour 1' aménagement du jardin, on a pu mettre en évidence au niveau NGF 13,55 les restes de deux murs antiques ( US 2031 et US 2035 ) construits en tranchée
  • permis de tout expliquer. Toutefois, on serait amené à penser que la partie inférieure des fondations correspondrait à une structure antérieure ( cf. infra ). Ces deux fondations recoupent à partir du niveau NGF 13,10 des couches archéologiques antiques antérieures aux murs, et
  • légèrement plus terreuses et hétérogènes à 1' ouest de la fondation 2032. Sous ces niveaux d'occupations antiques et une couche limoneuse brune ( US 2018 et US 2027 ), nous avons repéré au niveau NGF 12,05 un trou de poteau (US 2037, ) creusé dans le substrat qu' il faut peut-être
  • indigène et de la terra-nigra (Menez F 128). IV. CONCLUSION. Globalement, nous avons constaté un degré de conservation inégal des vestiges antiques entre le hangar et le jardin de la maison d'habitation. La relation stratigraphique entre les deux parties de la parcelle s' avère
  • cruches gallo-romaines en céramique communes dans 1' ouest de la Gaule. Maîtrise d'Histoire de 1' art et d'Archéologie, Université de Haute-Bretagne, 1990. 8. MENEZ (Y).Les céramiques fumigées du nord-ouest de la gaule, mémoire de maîtrise d' Archéologie, Université Paris IV, 1985. 9
  • . PLANCHES PHOTOGRAPHIQUES. Sondage 1. 1. Trace de fondation US ÎÔÔ4. 2. Fond du fossé US 1008. 3. Creusement US 1010. Sondage 2. 1. Vue générale de la tranchée. 2. Fondation du mur antique US 2032. 3. Fondation du mur antique US 2035. 4. Trou de poteau US 2037. 3. Fondation du mur
  • antique US 2035.
RAP02176.pdf ((22)(35). les campagnes antiques aux confins des cités des Coriosolites et des Riedones. rapport de prospection thématique)
  • (22)(35). les campagnes antiques aux confins des cités des Coriosolites et des Riedones. rapport de prospection thématique
  • PRAC-SRA 3 1 MARS 2006 COURRIER ARRIVEE LES CAMPAGNES ANTIQUES AUX CONFINS DES CITES DES CORIOSOLITES ET DES RLEDONES LE CAS DU BASSIN CALCAHIE DU QUIOU ET DE SA PERIPHERIE (ILLE-ET-VILAINE ET COTES-D'ARMOR) RAPPORT PRÉLIMINAIRE CAMPAGNE DE PROSPECTION 2005 Par Catherine
  • Petit-Aupert (CERAMA, Centre d'études et de recherche d'archéologie méditerranéenne et atlantique, Equipe d'Accueil 1279, Histoire et Critique des Arts) Et Françoise Labaune-Jean (INRAP) 2 REMERCIEMENTS Cette étude n'aurait pu voir le jour sans le concours de nombreuses personnes
  • sites : des données assez énigmatiques 3.1.2. Les gisements antiques L'établissement des Ruettes au Quiou Le Guémain au Quiou Le site du Besso à Saint-André-des-Eaix 3.1.3. Les périodes préhistorique et médiévale 3.2. L'étude du mobilier CONCLUSION ANNEXE Tableau 1 . Présentation
  • recherche par L'équipe d'accueil 1279, Histoire et Critique des Arts de Rennes 2, ont été supprimés. Malgré ces nombreuses difficultés, nous avons, à la demande des étudiants de Licence 3 d'Histoire de l'Art et Archéologie et de Master 1 Archéologie et Histoire, maintenu une modeste
  • PROBLÉMATIQUE DE RECHERCHE Ce programme de recherche, qui a débuté en 2004, porte sur les campagnes antiques aux confins des cités des Coriosolites et des Riedones. Notre étude est focalisée sur une entité géographique tout à fait originale dans la région, le bassin du Quiou. Toutefois, les
  • la fouille programmée de la villa du Quiou (responsable : J.-Ch. Arramond et Ch. Requi), vise à insérer cette villa au sein d'un terroir et, plus largement, de proposer une reconstitution du paysage antique de cette partie occidentale de la Lyonnaise. Cette recherche s'effectue en
  • complémentarité avec le mémoire de master 1 (Master Archéologie et Histoire) de M. Guinguéno intitulé : L 'occupation des sols dans le bassin du Quiou et sa périphérie à l'époque antique : le canton d'Evran. La zone englobe l'ensemble des communes du canton d'Evran dans les Côtes-d'Armor
  • préliminaire (analyse des sources, enquête orale, étude des photographies aériennes verticales de l'IGN) et aux prospections systématiques, permettront de dresser un corpus exhaustif des établissements antiques autour de la villa du Quiou. 2.1. La consultation des photographies aériennes de
  • détection de sites secondaire. En effet, lors de la première campagne de 2004, nous avions repéré 18 secteurs dans l'espace d'un peu moins de 600 ha prospecté, qui avaient fourni des trouvailles isolées ou des indices de sites antiques. Cette présence ne peut être due au hasard et il
  • vestiges isolés et les indices de sites antiques : des nombreuses données (fig. 2 ; 3; 4 ; 5 ; tableau 1 ; tableau 2) Comme en 2004, les données isolées ou les indices de sites sont nombreux. Neu parcelles ont fourni du mobilier antique, mais les informations sont, pour l'instant, trop
  • sigillée de Gaule du Centre (fin II e s./début III e s.) ont pu être collectés (fig. 5, n° 217). S'agit-il d'un site dont l'image est encore incomplète ? ou d'une zone d'épandage antique ? Dans le cas d'un gisement de faibles dimensions, nous serions alors en présence d'une construction
  • . Cette année, ce sont 16 panses de commune antique, localisées dans la partie nord-est de la parcelle sur une surface de 2 000 m2 qui ont été découverts. Aucun élément de construction, de même époque, n'a été clairement identifié. Au Quiou, parcelle n° 211/305 (fig. 3), plusieurs
  • fragments de tegulae (10 dont 5 prélevés) et des éclats se répartissent sur une superficie de plus de 1000 m2 . Au Quiou, également, la partie nord de la parcelle 307 (fig. 2) avait, antérieurement, livré quelques éléments antiques {tegulae, sigillées et amphore). Trois fragments de
  • céramique commune complètent le mobilier. La parcelle, n° 209 (fig. 3) qui borde au nord ces vestiges, a fourni, six tegulae (dont 5 prélevés), et trois fragments de céramique antique. Ces données sont, encore, trop incomplètes pour pouvoir évoquer la présence de sites et déterminer leur
  • antiques (fig. 2, fig. 3, tableau 1 et tableau 2) L'établissement des Ruettes (commune Le Quiou ; fig. 3) L'extension est et nord de cet établissement, dont l'interprétation reste difficile, a été confirmée par la présence, dans la parcelle n°306 (à l'est) de mobilier archéologique
  • clairement, que sa surface avait été sous-estimée : elle atteint, en fait, 750 m2 . Le mobilier antique est composé uniquement de tegulae et ne nous permet donc pas de préciser la nature du gisement. Le site du Besso (commune Saint-André-des-Eaux ; fig. 3) Deux interprétations ont été
  • la protohistoire ont pu être identifiés sur les parcelles 217 à Trévérien et 472 à Saint-André-des-Eaux. Il s'agit uniquement de fragments de panse difficiles à identifier, si ce n'est par la pâte modelée de teinte brune et riche en particules de quartz. - La période antique est
  • antique Parcelle : -céramique, XIX7XXe s. Parcelle : Très bonne - céramique, époque contemporaine Secteur A : Très bonne - fr. de tegulae Parcelle : - céramique, XV e s., époque moderne Parcelle : Très bonne - céramique, XIX e s. Parcelle : Très bonne - céramique, XIX e s. Très bonne
  • Parcelle : - céramique, XIX e /XXe s. Extension nord du site des Très bonne Ruettes Secteur A : - fr. de tegulae - céramique, époque antique Parcelle : - céramique, XVII e à XIX e s. Visibilité nulle Parcelle : - céramique, XXe s. Parcelle : Visibilité - céramique, époque antique
  • Visibilité nulle Visibilité nulle Visibilité nulle Bonne | visibilité XIX7XXe s. ; fr. de tegulae Parcelle : - céramique, XIX e/XX e s. Parcelle : - céramique, époque antique, XVII e s. etXIX7XXe s. Aucun mobilier Secteur A : - fr. de tegulae Parcelle : - céramique, XIX7XXe s. Site des
RAP00938.pdf (les villes antiques dans l'ouest de la Gaule. rapport de projet collectif de recherches.)
  • les villes antiques dans l'ouest de la Gaule. rapport de projet collectif de recherches.
  • régression spatiale entraînant une ruralisation de leur structure urbaine. En effet, à partir du IVème siècle, diverses modifications profondes aboutissent à la disparition progressive de la vie urbaine sur ces trois sites. A l'inverse, d'autres chefs-lieux antiques conservent au Haut
  • villes antiques dans l'ouest de la Gaule nous permet en plus, d'intégrer dans ce programme d'étude une ville secondaire (Rezé) sujette à un schéma d'évolution plus ou moins similaire. Les travaux en cours nous dévoilent en effet régulièrement l'importance de cette cité pictone tant
  • villes antiques dans ce projet collectif de recherche est basée sur deux données bien précises : - D'abord, ces quatre sites ne peuvent en aucun cas être aujourd'hui assimilés à des villes même de faible importance. L'essor urbain de Rezé, relativement récent, est lié en fait au
  • , les problématiques de recherche sur les villes antiques de l'ouest de la Gaule restent encore relativement limitées. Ces quatre sites bénéficient de la présence en permanence de chercheurs favorisant ainsi le développement d'études scientifiques propres au site ou plus globales
  • différentes voies ou bâtiments. - A Rezé, les opérations ont le plus souvent lieu dans le cadre de fouilles de sauvetage. Ce travail aboutit maintenant à une approche intéressante de la structure de la ville antique et de ses relations avec le parcellaire de son espace périurbain
  • 7 bornes également disposées en fonction des coordonnées Lambert permet aux géomètres de caler exactement les vestiges de la ville antique. Ces données informatisées permettent ensuite de tirer sur papier, à l'échelle voulue, les plans des différents édifices ou le plan général
  • et surtout d'élaborer cet outil de travail. La démarche que nous entreprenons dans ce Projet Collectif de Recherche est à envisager sur du long terme. Cette association de chercheurs doit permettre à chacun de progresser dans ses réflexions sur la ville antique qu'il étudie et sur
  • des phénomènes plus généraux qui touchent l'Ouest de la Gaule. Plans des villes antiques de Corseul Rezé Jublains Vieux à l'échelle de 1,5 cm pour 100 m 11 12 Plan d'ensemble des vestiges archéologiques mis au jour à Vieux 13 BIBLIOGRAPHIE P.C.R. : CORSEUL (principales
  • la ville antique d'Auguste à Néron, Revue archéologique de l'Ouest, n° 6, p. 139-149. FICHET de CLAIRFONTAINE F. et KEREBEL H., 1993 - La diffiision des figurines en France, Bretagne, Documents d'Archéologie Française, n° 38, p. 155-159. FORMER E., 1870 - Rapport sur les fouilles
  • Bretagne, Braspars, 310 pages. GALLIOU P., 1991 - Les intailles antiques découvertes à Corseul, Patrimoine, Bulletin de la Société Archéologique de Corseul, n° V, p.22-26. GALLIOU P., 1993 - Les intailles antiques découvertes à Corseul (suite), Patrimoine, Bulletin de la Société
  • l'Ouest, à paraître. KEREBEL H., 1994 - Corseul (Fanum Martis) : 1984-1993, dix années de recherche sur une ville antique. Bulletin de la Société d'Histoire et d'Archéologie de l'arrondissement de Saint-Malo, à paraître. LANGOUET L., 1975 - Les bornes milliaires sur les voies romaines
  • ). MOWAT R., 1878 : Remarques sur les inscriptions antiques du Maine, Congrès archéologique de France, 45 e session, Le Mans et Laval, 1878, p. 224-271. MOWAT R., 1892 : Les dernières découvertes épigraphiques dans le département de la Mayenne, 1887-1889, Bulletin de la Commission
  • Mayenne : Archéologie, Histoire, n° 3, 1981, p. 99-146. AUBIN G., 1984a : Corpus des trésors monétaires antiques de la France, t. 3 : Pays de la Loire, Paris : Société française de Numismatique, 1984. BARBE H., 1865a : Jublains (Mayenne). Notes sur ses antiquités, époque gallo-romaine
  • et Ministère de l'Education Nationale et de la Culture, 1992. NAVEAU J., 1993 : Patrimoine antique. Enceintes gauloises et ville romaine, Monuments historiques, n° 186, mars-avril 1993, p. 41-45. 3° -TEMPLE AUBIN G., L'HELGOUAC'H J., 1988 : Pays de la Loire, Gallia informations
  • . NAVEAU J., 1986b : Le plan antique de Jublains (Mayenne), Revue archéologique de l'Ouest, n° 3, 1986, p. 107-117. 9° -NECROPOLE AUBIN G., 1980 : Informations archéologiques. Circonscription des Pays de la Loire, Gallia, t. 38, fasc. 2, 1980, p. 381-406. BOISSEL R., DIEHL R., PETIT M
  • , Histoire, n°3, 1981, p. 99-146. AUBIN G., 1984a : Corpus des trésors monétaires antiques de la France, t. 3 : Pays de la Loire, Paris : Société française de Numismatique, 1984. 23 CHABRUN C, 1906 : Le trésor de Jublains, Bulletin de la Commission historique et archéologique de la
  • Quimper antique n° 2, s.l., publ. par le Centre d'Etude et de Recherche archéologiques de Quimper et la Société archéologique du Finistère, 1985, 125 p., 44 pl. (p. 82, 88). NAVEAU J., 1979a : Première approche de la céramique du haut Moyen Age en Mayenne, La Mayenne : Archéologie
  • , Histoire, n° 1, 1979, p. 23 -49. NAVEAU J., 1990b : Le verre antique à Jublains, La Mayenne : Archéologie, Histoire, n° 13, 1990, p. 5-43. 24 RIBEMONT F., 1977 : Contribution à l'étude du Maine antique. Recherches sur la céramique e sigillée dans les cités des Aulerques, Diablintes
  • et Cénomans, 392f., 1 vol. de pl., thèse de 3 cycle, U.E.R. Art et Archéologie, Paris IV, 1977. SANTROT M. -H. et J., 1979 : Céramiques communes gallo-romaines d'Aquitaine, Paris : C.N.R.S., 1979 (p. 99 et 104-106). TASSINARI S., 1975 : La vaisselle de bronze romaine et
  • paysage antique, La Mayenne : Archéologie, Histoire, n° 9, 1986, p. 53-99 (voies). JOULIA J.-C, 1984 : Un chapiteau corinthisant à Figures en buste de Jublains, Cahiers du Groupe de Recherches sur l'Armée romaine et les Provinces, t. 3, 1984, p. 67-74. LAMBERT F., 1865 : Recherches de
RAP03729 (CARHAIX-PLOUGUER (29). 24 rue de Kerwenn. Rapport de diagnostic)
  • présentait un potentiel archéologique puisqu’elle se situe à proximité de la voie antique Carhaix-Corseul et du pont-aqueduc antique. Cependant, elle n’a livré aucune trace d’occupation à caractère archéologique. Diagnostic archéologique — Rapport d’opération Chronologie Finistère
  • ou d’utiliser à de fins commerciales les documents communiqués (Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non-respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal. » Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 7
  • puisqu’elle se situe à proximité de la voie antique Carhaix-Corseul et du pont-aqueduc antique. Cependant, elle n’a livré aucune trace d’occupation à caractère archéologique. Trois tranchées de diagnostic ont été réalisées. Le terrain naturel a pu être observé dans chaque tranchée et ce
  • général des tranchées. © Stéphane Jean, Vincent Pommier emprise du diagnostic tranchée de diagnostic 0 20 mètres 1.2 Contexte archéologique L’emprise du diagnostic se situe dans une zone de la cité antique de Carhaix-Plouguer, présentant un potentiel archéologique. En effet, nous
  • sommes en périphérie immédiate des tracés de la voie antique Carhaix – Corseul et du pont aqueduc (Fig. 2). 26 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Finistère, Carhaix-Plouguer, 24, rue de Kerwenn Ke n ie ril Renn es / V annes / Cors eul Pont-a quedu c nez arne Dou
  • 0 emprise du diagnostic tronçon de chaussée mis au jour Fig. 2 Localisation de l’opération par rapport aux vestiges antiques connus. axe de rue attestée 500 m axe de rue supposée 1.3 Méthodologie et problématiques © Céline Baudoin, Gaétan Le Cloirec L’opération s’est
  • générale des tranchées. C. Baudoin 3826 Vue générale des tranchées. C. Baudoin 2. Liste des figures Fig. 1 Plan général des tranchées. © Stéphane Jean, Vincent Pommier Fig. 2 Localisation de l’opération par rapport aux vestiges antiques connus. © Céline Baudoin, Gaétan Le Cloirec
  • était de 1 310 m². L’opération présentait un potentiel archéologique puisqu’elle se situe à proximité de la voie antique Carhaix-Corseul et du pont-aqueduc antique. Cependant, elle n’a livré aucune trace d’occupation à caractère archéologique. — Mobilier — Diagnostic archéologique
RAP03653 (CARHAIX-PLOUGUER (29). Lannaouennec. Rapport de diagnostic)
  • un potentiel archéologique puisqu’elle se situe le long du tracé supposé de la voie antique Carhaix-Quimper et est à proximité d’une occupation antique et d’un dépôt de l’âge du Bronze. Cependant, elle n’a livré aucune trace d’occupation à caractère archéologique. — Mobilier
  • bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d’utiliser à de fins commerciales les documents communiqués (Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non-respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal
  • ). La surface à sonder était de 4 100 m². L’opération présentait un potentiel archéologique puisqu’elle se situe le long du tracé supposé de la voie antique Carhaix-Quimper et est à proximité d’une occupation antique et d’un dépôt de l’âge du Bronze. Cependant, elle n’a livré aucune
  • de la cité antique de Carhaix-Plouguer. La proximité du tracé supposé de la voie antique reliant Carhaix-Plouguer à Quimper, un dépôt de l'âge du Bronze ainsi qu'une occupation antique constituent le paysage archéologique de Lannaouennec. Fig. 2 Localisation de l’opération par
  • de la voie antique Carhaix-Quimper et est à proximité d’une occupation antique et d’un dépôt de l’âge du Bronze. Cependant, elle n’a livré aucune trace d’occupation à caractère archéologique. — Mobilier — Diagnostic archéologique — Rapport d’opération Chronologie Finistère
RAP01511.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). rue Hervé le Janne II. rapport de diagnostic)
  • m2 Surface estimée du site : 1500 m2 Emprise menacée entièrement fouillée : NON Fouille menée jusqu'au substrat : OUI RÉSULTATS SCIENTIFIQUES MOTS-CLÉS : (3 à 5 par rubrique) - Chronologie : Antique - Vestiges immobiliers : sols - empierrements - fossés - Vestiges mobilier
  • PROPRIÉTAIRES» au dos de la chemise 6463 lu plan minute établi Bureau du Cadastre'". CERTIFICATION p 9 f ioane_ag ri óìmJ 0 n s (Art. 2 5 du dòcrei n" 5 5 • 4 7 1 du 30 avril 19 551 K-du-C J das tre 1.". re au fcgislfc de cons- , Le prcscnl document ci'arpcnlage. certifié psr les
  • vallée de l'Hyère, ou nord-ouest du centre de l'agglomération actuelle (figure 1), Elle est localisée dans la périphérie nordouest de la ville antique, à quelques mètres au sud d'un site fouillé en 1995 et qui avait livré une occupation antique du 1er au Vie siècle A.P. J,C
  • l'ouest Conclusion L'ensemble des éléments retrouvés dans les sondages manifeste une occupation antique matérialisée par des vestiges ténus mais tangibles et qui apparaissent de même nature que ceux retrouvés en 1995 dans le même secteurs. Il faut noter que le plan des sondages a été
RAP00841.pdf (VANNES (56). école Saint-Patern. 79 boulevard de la Paix. rapport de sondage)
  • . DONNEES TECHNIQUES DE L'OPERATION. Financements. Equipe de fouille.Traitement des données. Remerciements. m. DESCRIPTION SOMMAIRE DES SONDAGES. IV. CONCLUSION. V. BD3LIOGRAPHD2. VI. FICHE TECHNIQUE. VH. PLANCHES PHOTOGRAPHIQUES. I. INTRODUCTION La ville antique de Vannes mentionnée
  • . DESCRIPTION SOMMAffiE DES SONDAGES. 1. Contexte archéologique antique. La parcelle de 1' école maternelle St Patern se situe sur la partie nord de 1' ensemble de bâtiments publiques mis en évidence dans le quartier St Patern. 2. Méthodologie et implantation des sondages Cette étude a été
  • tranchée a permis de mettre au jour à son extrémité sud la face nord d'un mur antique (US 7001 ) situé directement sous le muret délimitant la cour d'école et le jardin. Conservé sur une assise, il est parementé en petit appareil régulier et repose sur un blocage de gros blocs de
  • sud de la tranchée ainsi qu' une fosse septique au milieu de celle-ci, sont venus couper toutes relations stratigraphiques entre le sud et le nord de la tranchée. Cependant, nous pouvons mettre en évidence deux phases d'occupation antique bien distinctes. Dans sa partie nord, cette
  • tranchée a permis de dégagé, l'interruption d'un mur antique que 1' on suppose être la base d'un piédroit, orienté SO / NE et large de 0,70 m . Reposant directement sur le substrat, il sert d'appui à un niveau de sol ( US 9002 et US 9007 ) constitué d'un cailloutis sur lesquels de
  • gros blocs de pierres ( US 9012 ). Elle est orientée NO / SE , il convient de signaler qu' elle ne suit cependant pas la trame antique général du site. Cette tranchée a permis de mettre une deuxième phase d'occupation. A son extrémité sud, se trouve un angle de bâtiment antique ( US
  • devait se trouver à un niveau supérieur à la cote NGF 16,85. Nous pouvons émettre 1' hypothèse d'une évolution architecturale de cet espace qui s' est faite en deux temps. L' arasement de 1' angle est situé sous un épandage de remblais de destruction antique qui vient sceller la phase
  • évidence une tranchée de récupération ( US ,10 004, ) d'un mur antique orientée SO / NE et situé dans le prolongement du mur ( US 9016 ) mis au jour tranchée 9. Il est comblé par un remplissage hétérogène de terre meuble contenant du mobilier céramique, des jetons d'ardoise, des
  • récupération ainsi que les remblais ont livré de la céramique moderne voir contemporaine. La céramique antique a été essentiellement livrée par la fouille du fossé. Il s' agit, outre la céramique commune dont des fragments de cruches ( LE MEUR F 59 ), essentiellement de sigillée (DRAG 31
  • , DRAG 46 ) et de terra-nigra ( MENEZ F 11, F 96 ). Un fragment de pied de verre antique a été trouvé également dans le remplissage du fossé. Sondage 11. Les premiers nivaux archéologiques se situent à la cote NGF 17,11 et correspondent à une occupation moderne voir contemporaine
  • puis à 1' aménagement de 1' école St Patern, les vestiges antiques sont relativement bien conservés. Toutefois, d'un point de vue strictement archéologique, il n' est pas possible de proposer une interprétation générale des espaces du site et de leur chronologie. Cependant nous
  • dans Y ouest de la Gaule. Maîtrise d1 Histoire de 1* art et d'Archéologie, Université de Haute-Bretagne, 1990. 8. MENEZ (Y).Les céramiques fumigées du nord-ouest de la gaule, mémoire de maîtrise d' Archéologie, Université Paris IV, 1985. 9. OSWALD (F), Index of porter' s stamps
  • plan du mur antique US 7001 et de la maçonnerie US 7002. Sondage 8. 1. Fosse dépotoir US .8003.. 2. Fosse dépotoir US ,8005. Sondage 9. 1. Détail du sol de caUloutis US 9001. 2. Détail du second sol de cailloutis US 9002 et 9007 venant s' appuyer contre V interruption de mur US 9004
  • . 3. Tranchée de récupération US .9013. comblé par des gros blocs de pierres US 9012. 4. Angle de bâtiment antique US 9018 sur lequel vient s' appuyer le mur US 9016. Sondage 10. 1. Fossé US 10 016. 2. Tranchée de récupération US 10 004. 3. Remblai de démolition US 10 003. 4
  • US 12 004. Sondage 7. 1. Vue en plan du mur antique US 7001 et de la maçonnerie US 7002. Sondage 8. I. Fosse dépotoir US 18003, 2. Fosse dépotoir US 18005» Sondage 9. I. Détail du sol de cailloutis US 9001. 3. Tranchée de récupération US,9013, comblé par des gros blocs
RAP01262.pdf (VANNES (56). 12 rue du Jointo. rapport de sondage)
  • , la possibilité de reproduire, de diffuser ou d'utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l'article 425 du code pénal FICHE SIGNA LÉTIOUE Siten
  • l'absence de présence humaine jusqu'à nos jours. Cela s'expliquerait d'une part, par le relatif éloignement du centre urbain antique supposé, d'autre part, par l'altitude du site, au sommet de la plus importante hauteur de Vannes, et éloigné de tout point d'eau, ressource nécessaire à
RAP01810.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). "rue Cottin". dfs de diagnostic)
  • communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non-respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l'article 425 du code pénal. INTRODUCTION 3 FICHE SIGNALETIQUE 3 CADRE DE L'OPÉRATION 6 Générique 6 Problématique, méthodes de travail et contraintes
  • remblais antiques Surface fouillée : 50 m2 Surface estimée du site : 3000m2 Fouille menée jusqu'au substrat : oui RÉSULTATS SCIENTIFIQUES MOTS CLÉS : (3 à 5 par rubrique) - Chronologie : Antiquité - Vestiges immobiliers : Mur sen élévation, sols, solins, fosses, fossés - Vestiges
  • cadastral révisé avec implantation des zones et des sondages archéologiques Cadre de l'opération La construction d'une « Maison de l'Enfance » par la Communauté de Communes n'ayant pu être réalisée sur une parcelle située rue E. Renan en raison des vestiges antiques qui y ont été mis
  • implantées en biais par rapport à la connaissance que nous avons de la trame urbaine antique qui est grossièrement orientée nord-sud. Elles ont été ouvertes à l'aide d'un tracto-pelle muni d'un godet lisse de 1,80 m de large. Elles ont été numérotées dans l'ordre de leur ouverture. Le
  • nord de l'emprise supposée de la ville antique 500 m Figure 3 - Localisation du site sur le plan cadastral napoléonien Présentation du site La parcelle concernée est située dans la partie nord de l'emprise supposée de la ville romaine. La superficie du terrain à sonder approche
  • les 2000 m2. Il surplombe la rue Cottin qui pourrait reprendre un axe antique. Le terrain qui présente une surface au pendage orienté ouest-est est recouvert de prairie. Il est divisé en deux par une rupture brutale qui est en réalité une ancienne limite parcellaire figurant sur le
  • C. Hervé-Legeard, trois tranchées ont été ouvertes dans la parcelle 380, jouxtant la parcelle sondée cette année. Les vestiges antiques repérés, qui se situent dans une fourchette chronologique ler-llle siècles, étaient représentés par des murs et des empierrements
  • orientés selon un axe nord-sud2. En 1999, d'autres sondages ont été réalisés dans la parcelle 138 également contiguë à la parcelle 132. Cet opération a livré des structures antiques médiocrement conservées sur l'ensemble de l'emprise. Toutefois, à l'extrémité nord de la parcelle, les
  • 3 1
  • pour la connaissance de la ville antique, elles ne créent pas toutes le même impact. En effet, deux types de vestiges ont été découverts. D'une part, au sud du terrain des murs d'une conservation remarquable en élévation ont été dégagés (tranchées 4, 5, 6, 7 et 8), et, d'autre part
  • l'extrémité est de la tranchée. Ces structures, non fouillées, n'ont donc pas livré de mobilier. Seuls des fragments de tegulae, retrouvés dans toute la tranchée lors de son décapage, laissent penser que les traces relevées sont antiques. Tranchée 2 Cette longue tranchée a livré un
  • de 1m et un profil en U (figure 14). Figure 14- Fossé F7, vu vers l'ouest Aucun tesson n'a été trouvé dans son remplissage composé de terre brune très caillouteuse dans laquelle seuls quelques fragments de tuiles attestent un comblement antique. A 5 m plus au sud, un second
  • d'épaisseur (F4), un trou de poteau quadrangulaire (F8) et trois petites fosses (F5, 6 et 7) (fig. 16). 132,75 m Figure 16 - Plan de la tranchée 4 Le mobilier recueilli dans toutes les remblais de cette tranchée a été attribué à la période antique, à l'exception de la fosse F6 qui
  • nombreux fragments de tuiles qu'il contenait, était uniforme et a livré quelques tessons antiques datant probablement de la seconde moitié du 1er siècle. Si l'on est assuré d'avoir délimité son extrémité nord, en revanche on ne connaît pas son extension vers le sud et sa fonction reste
  • . Zone 2 sud - Le bâti en élévation Tranchées 4, 5, 6, 7 et 8 Les murs antiques découverts dans cette partie du terrain forment un ensemble homogène et très bien conservé puisque les élévations se dressent parfois jusqu'à plus de deux mètres au dessus des sols antiques. Ces
  • des remblais antiques ont été rencontrés. Il est probable qu'un sol soit conservé mais s'il se situe à la même altitude que dans la tranchée 5, à 131m NGF, cela signifie qu'il restait encore presque 1 m de remblais à déblayer avant de le retrouver. Ce sondage a toutefois permis
  • orientation divergente, après la démolition de l'établissement antique. Il souligne le fait que le site n'a pas été totalement abandonné à la suite de la disparition de l'édifice romain. - 134 - 132 - 131 Figure 28 - Section schématique ouest de la tranchée 5 - 500 : humus -501
  • une pause, ce qui indique que la démolition et la récupération des matériaux a certainement été opérée relativement rapidement. Ces niveaux, très caillouteux, contenaient de nombreux fragments de tuiles, de briques, de mortier et du mobilier antique attribué à la période s'étendant
  • négligeable et témoigne d'installations légères situées dans un espace extérieur au bâti maçonné. Elle a livré du mobilier antique dont la fourchette de datation s'étend du milieu du 1er siècle au début du Nie siècle AP. Tous les vestiges identifiés dans la zone sud (zone 2) sont des murs
  • maçonnés remarquablement conservés en élévation au dessus des sols antiques et qui montrent que l'on est devant un vaste édifice au statut important mais dont la fonction reste à élucider. Etant donné la présence du réseau d'évacuation et des sols de tuileau, la présence de l'eau est
RAP02983.pdf (MILIZAC (29). Kerhuel. rapport de diagnostic)
  • protohistorique 31 II.3 Un enclos antique ? 31 II.3.1 Contexte 33 II.3.2 Dimensions et morphologie 34 II.3.3 Les structures internes 35 II.3.4 Quelques éléments environnants à l’enclos 36 II.3.5 Synthèse sur l’occupation antique 39 II.4 Un foyer à pierres chauffantes 42
  • , l’autre à la période antique. Ces implantations se caractérisent par leur faible prégnance qui se traduit également par la relative indigence des mobiliers qui leur sont associés et par voie de conséquence par une chronologie lâche. L’occupation la plus ancienne est attribuée à la
  • un enclos de 20 à 23 m de côté, d’orientation cardinale. La datation de ce petit espace repose sur un fragment de tegulae recueilli en sommet du fossé de la façade est et sur une concentration, toute relative, de mobilier antique dans son environnement immédiat. Partant de ce
  • postulat chronologique, l’existence d’enclos de petites taille à la période antique constitue est fort peu connue et ne peut se référer, à l’échelle régionale, qu’à un seul exemple de comparaison, l’enclos antique de Guichen La Croix Vallée en Ille-et-Vilaine. Il s’agit d’un monument
  • funéraire antique récemment fouillé par l’Inrap. Son étude menée par L. Juhel étend la comparaison à un autre exemplaire de dimensions comparables, repéré en prospection aérienne par G. Leroux (Inrap) et situé dans le même département (Retier Pas Villard). Cependant, les limites de la
  • , situé dans la partie médiane de l’emprise 20 0 99 73 72 numéro de parcelle (section WL) zones non diagnosticables (travaux) zones arborées ou talus 71 31 70 68 62 69 66 100 m 67 63 64 61 54 65 60 59 55 75 53 57 52 47 51 48 43 Rou te dép arte me nta
  • Contraintes Chablis Remblais TP 73 Fossés Fossés en correspondance avec les limites du document napoléonien Fosses 72 71 70 68 62 69 66 100 m 67 63 64 61 54 65 60 59 55 75 53 57 52 51 48 Rou te dép arte me nta le 58 56 74 47 43 39 n° 67 50 49 44 45
  • antique. La phase protohistorique est représentée par une portion de fossé orienté nord-sud (tranchée 38). La période antique se caractérise par un petit enclos carré d’un peu plus de 20 m de côté (tranchées 52, 55, 74 et 75). La fourchette de datation relativement large est imputable
  • du mobilier protohitorique 73 Localisation du mobilier antique (céramique) Localisation du mobilier antique (tegulae) Contraintes Chablis Remblais TP Fossés Fossés en correspondance avec les limites du document napoléonien Fosses 72 71 70 68 62 69 67 66 63 100 m
  • 64 61 54 65 60 59 55 75 53 57 52 51 48 Rou te dép arte me nta le 58 56 74 47 43 39 n° 67 50 49 44 45 40 38 42 36 32 33 31 30 29 28 21 22 23 24 25 13 14 15 16 17 18 12 20 11 10 9 5 6 7 8 4 3 2 1 ▲ Fig. 6 Diagnostic
  • relevé du sondage Inrap –- Rapport de diagnostic MILIZAC Kerhuel (29) – 2013-225 II – Résultats _______________________________________________________________________________________________________________ II.3 Un enclos antique ? (fig. 8) II.3.1 Contexte Le secteur situé à
  • l’existence, dans une proximité immédiate d’une implantation antique. Un petit enclos orienté selon les axes cardinaux a été mis au jour dans ce secteur. Cependant, à l’exception d’un fragment de tuile antique recueillis en surface du fossé de la façade oriental, aucun élément probant ne
  • permet d’attribuer assurément cet aménagement à la période antique. C’est sont également le mobilier antique recueilli tout autour et dans l’environnement immédiat de l’enclos qui participe également de cette attribution chronologique. Photo 3 vue de l’angle sud-est de l’enclos 31
  • 47 53 F 55-1 Fossés Fossés en correspondance avec les limites du document napoléonien 75 Fosses TP 55 74 F 74-2 Remblais 44 Chablis Localisation du mobilier antique (tegulae) F 74-1 Localisation du mobilier antique (céramique) F 55-2 52 48 60 F 48-5 56 45 64 51
  • blocs en concentration rare à moyenne Substrat et inclusion : blocs de granit F 74-1 F 74-2 O E SO NE O E 0 1m ▲ Fig. 8 Diagnostic archéologique de Milizac “Kerhuel” (29). Plan de l’enclos supposé antique, des structures associées et relevés des sondages réalisés Inrap
  • fossés bordiers est à envisager. En raison de son orientation, et de sa localisation, cette limite avait été envisagée comme une correspondance possible avec les limites du cadastre napoléonien. Malgré l’existence de mobilier antique, cette limite n’a pas fait l’objet d’une
  • investigation plus approfondie. 35 Inrap –- Rapport de diagnostic MILIZAC Kerhuel (29) – 2013-225 II – Résultats _______________________________________________________________________________________________________________ II.3.5 Synthèse sur l’occupation antique L’investigation menée
  • favorablement que cet aménagement fut le lieu d’activité ponctuelle. Quant à l’attribution chronologique à l’époque antique, elle repose essentiellement sur l’unique mobilier recueilli dans le fossé de la façade oriental ainsi que sur les découvertes récurrentes de mobilier de cette période
  • opération programmée. L’enclos de Guichen correspond à un espace enclos funéraire antique, de forme carré, de 22 X 25 m de côté. Si les quelques mobiliers découverts dans les comblements du fossé permettent une attribution chronologique de cet aménagement à la phase antique, un
  • autorisent en effet à considérer raisonnablement une fonction et une attribution chronologique identique pour les deux sites. L’existence de ces deux aménagements amènent à envisager l’existence d’un type encore inédit de monument funéraire antique. En ce qui concerne l’enclos de Milizac
RAP03354.pdf (TREVE (22). La Ville au Moulin : un dépôt de monnaies antiques. Rapport de sondages)
  • TREVE (22). La Ville au Moulin : un dépôt de monnaies antiques. Rapport de sondages
RAP03490 (RENNES (35). 68 rue de Saint-Malo. Rapport de diagnostic, 2017, 1, 33. 3490)
  • , diagnostics positifs et fouilles préventives ayant permis d’appréhender l’agglomération antique sont nombreux. Le terrain se situe à mi pente sur le flanc peu escarpé du coteau bordant la rivière Ille à l’est. Dans ce secteur, la présence d’aménagements en terrasses est soupçonnée
  • emplacement les découvertes anciennes, diagnostics positifs et fouilles préventives ayant permis d’appréhender l’agglomération antique sont nombreux. Le terrain se situe à mi pente sur le flanc peu escarpé du coteau bordant la rivière Ille à l’est. Dans ce secteur, la présence
  • horaire de Paris) cadastre.gouv.fr Coordonnées en projection : RGF93CC48 ©2016 Ministère de l'Économie et des Finances 1351800 1351850 564 587 Ru eS 540 565 art in 581 7223850 7223850 t-M 590 0 .0 31 580 5 .2 31 32 .00 579 32 .25 31 .75 31 . 50 566 ain
  • observé. prolongement du tronçon observé. tracé de voie actuellement admis. emprise de la ville antique au haut-Empire. 1 - Site de l’Hôtel-Dieu 2 - Site du parking Hoche 3 - Site de la place Foch 4 - Site du 3, rue de Juillet 5 - Poterne de la place Rallier du Bâty 6 - Poterne du
  • saint-Malo 11 - Site de l’hôpital Ambroise Paré 12 - Site de la place sainte-Anne 13 - Trésor de la préfecture 14 - Trésor de la rue Robien 15 - Site des thermes de la rue d’Echange 16 - Site du campus Hoche Fig.1 Localisation du site dans la ville antique. © Arnaud Desfonds, Inrap
  • , ce projet est situé dans un secteur particulièrement sensible de la ville fig .1-2. Il est en effet localisé en bordure d’un quartier ayant livré de nombreux témoignages d’occupation antique. Les observations sont de différents types : mentions anciennes et fouilles récentes. Nous
  • de l’emprise à étudier a permis de mettre en évidence la présence d’un carrefour de rues de la ville antique (Pouille 1993). C’est notamment le prolongement de cette rue en direction de l’ouest ainsi que des vestiges d’installations ou constructions la bordant que l’on pouvait
  • doute quant à une datation relativement récente des grands travaux de terrassements qui ont bouleversé le terrain à cet emplacement. Aucune trace de vestiges antiques, ni même de mobilier situé hors contexte n’a été observée fig.4-7. Fig.4 Vue générale de la tranchée 1 depuis le sud
  • initialement à hauteur du tracé de la rue. En effet sur son côté ouest de nombreux vestiges d’occupation antique, encore conservés en élévation pour certains, ont été détruits dans les années 1970 lors de la construction des immeubles bordant la rue (informations L. Pape †). 32 Inrap
  • Bibliographie - Pape 1984 : PAPE (L.). PAPE (L.). - “ Rennes antique ”, dans Histoire de Rennes, Toulouse, 1984 (2e édition), p. 27-64. - Pouille 1993 : POUILLE (D.). - Rennes Hôtel-Dieu, Diagnostic archéologique, AFAN / Service Régional de l’Archéologie de Bretagne, 1993. - Pouille 2013
  • vue archéologique. Dans un rayon de quelques centaines de mètres autour de cet emplacement les découvertes anciennes, diagnostics positifs et fouilles préventives ayant permis d’appréhender l’agglomération antique sont nombreux. Le terrain se situe à mi pente sur le flanc peu