Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3092 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03495 (BADEN (56). Port-Blanc : un établissement de l'Antiquité tardive au cœur du Golfe du Morbihan. Rapport de diagnostic)
  • F09 dans la tranchée 4 que le vase black burnished ware archéologiquement complet (cf. 2.3., p. 40) a été mis au jour (fig. 17). Figure 17 : tranchée 4, vase black burnished ware en place à l’extrémité du fossé F09 28 Baden (Morbihan) Port-Blanc - Diagnostic archéologique 2017
  • puni par l’article 425 du code pénal. En couverture : vase black burnished ware type 1 (cliché Isabelle Brunie, CERAM) SOMMAIRE SECTION 1 - DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES .........................p. 1 Fiche signalétique
  • céramique est qualitativement remarquable, avec notablement l’exemplaire le plus complet d’un vase black burnished ware type 1 (importé d’Angleterre), découvert en sud Bretagne. Des indices ténus d’une occupation protohistorique indéterminée sont également représentés. Outre un rare
  • mica). La face externe est soigneusement lissée et la face interne est rugueuse et de couleur gris foncé. Pour l'antiquité : - La terra nigra (TN). - La black burnished ware (BBW). - La céramique commune sombre non tournée (CNT). Les vases de cette catégorie produits au début de la
  • .................................................................................................................................................. p. 48 Liste des figures............................................................................................................................................ p. 51 Liste des planches
  • octobre au 6 octobre 2017 Surface brute concernée par l’opération : 23 000 m² Rapport final d’opération Nombre de volumes : 1 Nombre de pages : 64 Nombre de figures : 28 Nombre d’inventaires : 5 3 Baden (Morbihan) - Port-Blanc - Diagnostic archéologique 2017-112 - Données
  • 2017-112 - Données administratives, scientifiques et techniques 14 RÉSULTATS 15 Black Burnished Ware BB1. Cliché Isabelle Brunie (CERAM) 16 Baden (Morbihan) - Port-Blanc - Diagnostic archéologique 2017-112 - Résultats - 1. Présentation de l’opération 1. PRESENTATION DE
  • saison, reste enherbé hormis les cheminements enrobés ou matérialisés en castine (fig. 3). Figure 1 : localisation du projet sur carte au 1/25 000ème (en haut) et au 1/10 000ème (en bas). Fond de carte © IGN 17 Baden (Morbihan) - Port-Blanc - Diagnostic archéologique 2017-112
  • - Résultats - 1. Présentation de l’opération Figure 2 : les trois zones du parking actuel, correspondant à trois états différents d’aménagement Figure 3 : vue de la partie Z2 du parking (à gauche) et de la partie Z3 (à droite) Golfe du Morbihan Vannes Agglomération porte un projet de
  • fait. Figure 4 : implantation des tranchées de diagnostic. Levé Géofit ; DAO Yannick Dissez (SDAM) 19 Baden (Morbihan) - Port-Blanc - Diagnostic archéologique 2017-112 - Résultats - 1. Présentation de l’opération L’implantation des tranchées a été faite de manière à préserver
  • , surplombant l’anse de Kerdélan. Comme tout ce secteur, le substrat est formé par un socle granitique, traversé de bandes de schistes qui couvrent l’essentiel de la pointe de Port-Blanc (fig. 5). Figure 5 : extrait de la carte géologique au 1/80 000ème, feuille de Vannes (© BRGM) Au
  • l’opération 1.4. Contexte archéologique Figure 6 : environnement archéologique d’après la carte archéologique nationale. Source © géobretagne, DRAC Bretagne. DAO Astrid Suaud-Préault (SDAM) 21 Baden (Morbihan) - Port-Blanc - Diagnostic archéologique 2017-112 - Résultats - 1
  • vigilance supplémentaire sur la sensibilité archéologique du lieu. Le cadastre ancien et les photographies anciennes de ce secteur témoignent de parcelles à vocation agricoles, sans bâti au sein de l’emprise du diagnostic (fig. 7). Figure 7 : la pointe de Port-Blanc sur le cadastre
  • Tr 03 14 m NGF 16,9 m NGF 11 Figure 8 : illustration de la séquence stratigraphique sur l’emprise à partir des logs par grandes unités sédimentaires, avec indication du niveau d’apparition des structures (du moins de lisibilité de celles-ci en plan). TV : terre végétale, limon
  • = 7172240 Figure 9 : plan général des vestiges archéologiques. Levé Géofit ; DAO, Yannick Dissez, SDAM (le trait grisé discontinu restitue l’axe des deux principaux fossés antiques) 24 Baden (Morbihan) Port-Blanc - Diagnostic archéologique 2017-112 - 2. Résultats du diagnostic
  • tranchée 1, plusieurs structures sont apparues sous la terre végétale : concentrations de blocs, fossés, structures en creux type trous de poteaux et fosses (fig. 10 et 11). Figure 10 : tranchée 1, à gauche F01, avec blocs surmontant le fossé F42 ; à droite ensemble F07 (grande fosse
  • circulaire avec blocs), F06, et trous de poteaux F02 à F06, F40 et F41, et à l’arrière-plan le F01 Figure 11 : tranchée 1, au premier plan à droite, en bordure de tranchée, F06 (avec un fragment de TCA) et à gauche trou de poteau (?) F05 ; à l’arrière-plan F07 avant nettoyage 25 Baden
  • ). A part le fossé qui a été coupé dans les tranchées 2 et 4, ces structures n’ont pas été fouillées. Figure 12 : tranchée 1, F07, relevé (DAO M. Le Roch) et photo 26 Baden (Morbihan) Port-Blanc - Diagnostic archéologique 2017-112 - 2. Résultats du diagnostic archéologique - 2.3
  • . 14 à 16). Figure 13 : tranchée 2 ; à gauche, vue du fossé F10 ; au centre vue du fossé F09, avec le fossé F10 à l’arrière-plan ; à droite, détail du comblement du fossé étroit F09, avec fragments de tegulae Figure 14 : tranchée 4, détail de l’interruption du fossé étroit F09 27
  • Baden (Morbihan) Port-Blanc - Diagnostic archéologique 2017-112 - 2. Résultats du diagnostic archéologique - 2.3. Etude du mobilier céramique Figure 15 : tranchée 4, coupe des F12 et F09 ; si le fossé 09 entaille profondément le substrat avec un profil évasé, le fossé F09, pourtant
RAP01656.pdf (CORSEUL (22) la céramique gallo-romaine du site de Monterfil II à Corseul)
  • - La céramique commune claire 4. 1. 11 - La céramique à enduit interne rouge pompéien 4. 1. 12 - La céramique Black-Burnished 4. 1. 13 - La céramique commune sombre tournée 4. 1. 14 - La céramique type "Besançon" 4. 1. 15 - La céramique commune sombre non tournée 4. 1. 16 - Les
  • vases de stockage 4. 1. 17 - Les amphores 4. 2 - Principales caractéristiques des assemblages céramiques des cinq horizons 4. 2. 1 - Les Limites de l'étude 4. 2. 2 - L'horizon I ancien 4. 2. 3 - L'horizon I récent 4. 2. 4 - L'horizon II 4. 2. 5 - L'horizon III 4. 2. 6 - L'horizon IV
  • récupérations de matériaux. Les niveaux supérieurs de la stratigraphie du site fournissent régulièrement du monnayage de la fin du IUeme ou du premier quart du iv4"16 siècle, rarement associé aux céramiques typiques de cette période (sigillée d'Argonne, céramique à l'éponge, Black burnished
  • n'a pas été bien individualisée lors de la fouille ce qui constitue déjà un léger handicap du point de vue des datations et signifie un apport de céramiques potentiellement double. Lorsqu'ils sont encore en usage, plusieurs cas de figure peuvent aussi se présenter : tessons rejetés
RAP03648 (LANNION (22). Route de Petit Camp : un ensemble funéraire et un habitat de l'âge du Bronze. Rapport de fouille)
  • 2.4.5 2.4.6 2.4.7 2.4.8 2.4.8.1 2.4.8.2 2.4.8.3 2.5 2.5.1 2.5.2 2.6 2.6.1 2.6.2 2.7 De probables sépultures à inhumation Des fosses allongées La question du vase retourné de la fosse F149 Eléments de discussion sur les sépultures à inhumation Les sépultures à incinération
  • Des témoins d’occupations Aspects technologiques Datation et comparaisons La question des « vases silos » Le petit mobilier en argile Les éléments de parois Les pesons Les fragments de moules et de creusets Le macro-outillage (V. Brisotto, H. Morzadec) Le mobilier des tombes
RAP01835.pdf (CORSEUL (22). "l'école". dfs de diagnostic)
  • Annexe 1 : Arrêté de prescription du Service Régional de l'Archéologie de Bretagne Annexe 2 : Inventaire du mobilier céramique Annexe 3 : Coordonnées X-Y-Z des repères topographiques utilisés sur le chantier LISTE DES FIGURES Figure 1 a, b, c et d : Cadres géographique et
  • archéologique Figure 2 : Localisation de l'intervention et des sondages Figure 3 : Sondage 1 ouest, coupes et plan des structures Figure 4 : Sondage 1 est, coupes et plan des structures Figure 5 : Sondage 2, coupe et plan des structures Figure 6 : Sondage 3, coupes et plan des structures
  • Figure 7 : Sondage 4, coupe Figure 8 : Sondages 5 et 11, coupe et plans des structures Figure 9 : Sondage 6, coupe et plan des structures Figure 10 : Sondage 7, coupe partie nord Figure 11 : Sondage 7, coupe partie sud Figure 12 : Sondage 7, plan des structures Figure 13 : Sondage 8
  • , plan des structures Figure 14 : Sondage 9, plan des structures Figure 15 : Sondage 10, plan des structures et évolution des constructions Figure 16 : Sondage 12, plan des structures Figure 17 a, b, et c : Restitution du decumanus D3, report des voies mises au jour dans la trame
  • viaire Figure 18 : Plan masse et restitution des vestiges de l'état 3 Figure 19 : Altimétrie du sol/surface de travail contemporain de l'état 1 d'utilisation de la place Figure 20 : Altimétrie du remblai contemporain de l'état 2 d'utilisation de la place Figure 21 : Plan masse des
  • structures antérieures à l'état 3 Figure 22 : Céramiques découvertes au sud du decumanus D2 Figure 23 : Céramiques découvertes au nord du decumatms D2 (Sondage 7) Figure 24 : Céramiques découvertes au nord du decumanus D2 (Sondage 8) Figure 25 : Situation du site par rapport à la ville
  • antique Figure 26 : Profondeur d'enfouissement des vestiges LISTE DES PHOTOGRAPHIES Planche 1 cliché 1 cliché 2 Planche 2 cliché 1 cliché 2 Planche 3 cliché 1 cliché 2 Planche 4 cliché 1 cliché 2 Planche 5 cliché 1 cliché 2 Planche 6 cliché 1 cliché 2 Planche 7 cliché 1 cliché 2
  • terrassement). La phase d'étude, réalisée entre le 07/10 et le 15/11 se résume quant à elle de la façon suivante : - rédaction et confection du rapport : 18 jours-homme, numérisation et réalisation des figures du rapport : 24 jours-homme, traitement et étude du mobilier : 8,5 jours-homme
  • Mutarelli, Pierrick Leblanc, Vincent Pommier, Hervé Paitier. La phase d'étude et la réalisation du rapport ont quant à elles été conduites par : - Pierre Chevet (constitution des figures, rédaction et mise en forme du rapport) Martin Pithon (constitution des figures et rédaction du
  • rapport) Romuald Ferrette (constitution des figures et étude céramologique) Pierrick Leblanc (traitement topographique) Vincent Pommier (traitement topographique) Hervé Paitier (redressement photographique) Elle a en outre bénéficié du concours de Dominique Pouille (identification
  • possible. Les documents ainsi obtenus sont tous recalés par rapport aux repères topographiques dont les références en coordonnées Lambert figurent en annexe 3. Le mobilier archéologique, au demeurant peu abondant (753 tessons, quelques objets en fer ou bronze et divers matériaux de
  • bien compte de Paltimétrie relative des vestiges mais figurant des cotes NGF incertaines. En revanche, la cote du toit des vestiges, compte tenu de son incertitude et de l'importance qu'elle pourrait revêtir en cas d'aménagement, n'a pas été présentée. Elle a été remplacée par une
  • figure établie à partir des coupes réalisées sur le terrain et rendant compte de la profondeur d'enfouissement du sommet de la séquence archéologique (fig. 25). L'inconvénient concernant ce document est que le rebouchage des sondages a immanquablement modifié la topographie initiale
  • niveau (1014 à 84,64 m et 1016 à 84,66 m NGF) et se trouvent Figure ! CORSEUL - L' école (22.048.107.AH) Sondage 1 ouest, coupes A1-A6 et A11-A12 et plan des structures 85,00 m A2 pt 3112 A3 pt 3113 A4 pt 3114 A5 pt 3115 A6 pt 3116 -è- A2 1167 Bioturbation Tranchée de
  • géométrique qui seront également développées dans le §B.II.l .a incitent à considérer que les maçonneries figurées par les tranchées 1106,1107 et 1148 étaient contemporaines. Ceci explique le parti graphique adopté dans la figure 4. Les dépôts environnant ces différentes tranchées, qu'ils
RAP02839.pdf (PLOUEDERN (29). Leslouc'h : une longue occupation de la protohistoire au Moyen Âge. rapport de fouille)
RAP00258.pdf (SAINT-AVÉ (56). villa antique de Tréalvé. rapport de sauvetage urgent.)
  • , n° 63-64, p. 366. 2) Sur ce type de vase : Grâce Simpson, Metallic black slip vases from central Gaul with applied and moulded décoration, Antiquaries Journal, vol XXXVII, January-April 1957, n° 1-2, p. 29-42 ; Colette Bémont, Moules de gobelets ornés de la Gaule centrale au
  • KejnavafTfHL"/ Fig: I. Localisation du site de Tréalvé. En vert les voies romaine échelle 1/25000 Fiq. 2 : Tréalvé en SAINT-AVE au somment de la colline, le site fouillé (+) VESTIGES MIS AU JOUR -o-O-o- (voir figures 4-5-6-7) Les figures 4-5-6-7 attestent l'existence de trois murs
  • datable de la tène moyenne. Zone A.Ouest. Pl.I n°2 : Fragment de vase à lèvre à inflexion externe de profil ovalaire; Pâte de texture hétérogène de couleur brun-foncé. Lèvre terminée à la tournette. Tène récente. Zone A.Est. Il pourrait s'agir d'un vase de forme tronconique ou
  • cylindrique, proche de types recueillis dans les souterrains de Stang-Vihan à Concarneau (F) et de Kermoysan à Plabennec (F.) Pl.I.n°3 : Fragment de vase à lèvre à inflexion externe de profil ovalaire. Pâte brune de texture hétérogène très micacée (surface lissée) Tène récente. Zone A.Est
  • . Pl.I. n°4 : Fragment de vase ou de jatte à lèvre à inflexion externe se terminant par un léger bourrelet. Pâte grise à franges brun-rouge et couverte noire. La lèvre est terminée à la tournette. Tène récente. Zone A.Est. La plupart des autres fragments sont de très petites tailles
  • . Ils se caractérisent tous par une pâte à texture hétérogène et présentent le plus souvent une lèvre à inflexion externe du type du vase n°3. Ces céramiques sont sans doute contemporaines du mur A constitué de gros blocs non maçonnés. B) Seconde occupation : Iè siècle ap. J.-C. La
  • on reconnaît une tèle, type Schnitzler 42, Gose 334/335 (Pl.I.n°5 ), des fragments de bols hémisphériques, type Schnitzler 17 dont des exemplaires semblables onr été recueillis à Kérilien en Plouneventer ou à Quimper. Ils sont associés à des éléments de jatte carénée et de vase-bobine. La
  • petit fragment de vase globulaire à col à bandeau typique des Xl-XIIè siècles La pâte de texture homogène est de couleur brun-rouge à brun foncé. Ce type de vase se rencontre assez peu fréquemment dans nos régions et se rapproche des productions normandes. TREALVE en SAINT-AV
  • archéologique de la Société polymathique du Morbihan., Vannes, 1921, n° 1977 à 1984. -6 - Fragment d'un vase en terre de très grande dimension. Un petit morceau de verre et un morceau de fer. Etat des fouilles de Tréalvé te 27 mai. On trouve dans l'espace A des fragments de stuc rouge
  • . /y '< f\(\h fèfk 'à M £=/•'• 7) - Fragment de vase ovoïde en terra nigra : le décor comprend une double rangée de motifs ovalaires (tracés à la gouge ?) entre des frise guillochées. Un vase du même type fut découvert à Blain (LoireAtlantique) dans un milieu du 1er siècle- (3
  • ) (fig. 10). 8) - Col de grand gobelet en "neo-terra nigra" (ou terra nigra tardive) : il s'agit sans doute d'une production du IVè siècle. 9) - Fond du même vase ? 10) - Pichet en céramique locale. 11) - Rebord d'un gros pelvis à pâte blanche parsemée grains de quartz (Diamètre
  • Musée, des antiquités nationales, Paris, 1977, XXXIII supplément à Gallia, p. 67-83. 3) J. Revelière, Notes archéologiques sur Blain, B.S.A.N.L.I.3 t. 44, 1903, pl. IV, fig. 4. 4) Nous avons signalé ce vase dans P. Galliou, Pelves en céramique commune importés en Armorique
RAP02610.pdf (VANNES (56). Bohalgo. rapport de sondage)
  • opération subaquatique) Vannes « Bohalgo » - site n° 56 260 037 Sommaire Fiche signalétique Copie de l'arrêté d'autorisation Sommaire Liste des figures Liste des photos 1. Cadre et objectifs de l'intervention 2. Contexte géographique et géologique 3. Le contexte archéologique 4
  • 18 19 Bohalgo : étude et datation du mobilier céramique Inventaire du mobilier Article de presse : Ouest-France du 13 avril 2010 1 21-51 Vannes « Bohalgo » - site n° 56 260 037 Liste des figures Fig. 01 : localisation du site en région Bretagne et sur la carte ÎGN au l
  • . Fig. 23 : Mobilier de FUS 2050 - 55 à 66 : Céramique commune sombre tournée ; 67 à 70: Céramique commune sombre (pâte à spicules) ; 71 : Céramique Black-Burnished ; 72 à 75 : Céramique commune claire. 2 Vannes « Bohalgo » - site n° 56 260 037 Fig. 24 : Mobilier de FUS 2050 - 76
  • commune sombre tournée ; 4 : verre. Fig. 30 : meules en granité (U.S. 2320 et hors-stratigraphie). Fig. 31 : céramiques du fossé 1010 - U.S. 1011 : 001: céramique gauloise - vase de stockage ; 002-003 amphores gréco-italiques. Photographies des amphores de FUS. 1011 et aspect de la
  • . Elle a livré un petit ensemble céramique essentiellement constitué de fragments d'amphores italiques (1 bord de gréco-italique (1011-002) et 1 bord de gréco-italique de transition (1011-003)). On dénombre quelques tessons de céramique gauloise dont un bord de grand vase de stockage
RAP03240.pdf (PLOUEZOC'H (29). Grand cairn de Barnenez : nouvelles approches, nouveaux résultats, nouvelles perspectives. Rapport de FP 2015)
  • holocènes du niveau marin en Bretagne Occidentale., in Les mégalithes de l’arrondissement de Brest., p.p. 10 11. Figure 1 : Table de couverture du tumulus nord et visibilité de la nécropole depuis la baie de Morlaix (archives UMR6566-Creaah) LA NÉCROPOLE DE BARNENEZ À PLOUEZOC’H DANS
RAP03492 (VANNES (56). 15 avenue Édouard Herriot : un secteur de la nécropole antique de Vannes. Rapport de fouille)
  • inhumations, parmi lesquelles se trouvaient quatre sépultures de nouveaux-nés. Une grande majorité des dépôts secondaires de crémation se présente sous la forme d'un vase isolé ; de rares dépôts comprenaient un ou des vases d'accompagnement. En l'absence de recoupements stratigraphiques
  • ensemble de références pour l'étude du mobilier en verre, il constitue un apport exceptionnel pour la connaissance des pratiques funéraires. couverture Vase ossuaire en verre. Cliché : M. Quillivic © Éveha 2017. VANNES 15 AVENUE ÉDOUARD HERRIOT 5$33257 )Ζ1$/ ' 23‹5$7Ζ21 $5
  • analyse 2.9.2 Catalogue des monnaies 2.6 Étude du verre : méthodologie et synthèse 2.6.1 Présentation du corpus 2.6.2 Méthodologie 2.6.3 Conclusion et synthèse 251 251 252 2.10 Rapport des analyses physico-chimique du contenu des trois vases 243 243 244 244 254 3 SYNTHÈSE DE
  • de Kerampest 3.5.3 Quimper (Finistère) : la nécropole de Créac'hMaria 3.5.4 Jublains (Mayenne) 3.5.5 Nantes (Loire-Atlantique) : la nécropole d'Auvours 3.5.6 Caractéristiques générales et mise en perspective des données de l'étude 3.5.7 Conclusion générale 275 LISTE DES FIGURES
  • d'une grande cuvette, impactée de nombreuses fosses d'extraction. Une occupation funéraire succède à cette carrière, qui constitue un espace non constructible et idéalement situé. Elle se décline sous la forme de dépôts crématoires secondaires généralement en vase ossuaire, de
  • nécropoles de l'Ouest de la Gaule, une grande majorité des dépôts secondaires en vase ossuaire se présente sous la forme d'un vase isolé ; seuls quelques dépôts comprenaient un ou des vases d'accompagnement. Bien que la céramique soit principalement utilisée, une proportion remarquable
  • des vases découverts se rapporte à des récipients en verre. Les ossements non brûlés ne sont pas conservés, néanmoins quatre probables inhumations de sujets nouveau-nés ou très jeunes immatures ont été mises en évidence et constituent les témoins de pratiques variées (coffrages en
  • découverte étant parvenue tardivement à la connaissance des membres de la Société, de nombreux vases avaient été détruits ou dispersés au moment de leur arrivée, et L. De Cussé déplore l'impossibilité d'observer la disposition initiale de ces objets. Les travaux de terrassements étant
  • "simples fosses creusées dans le substrat rocheux". Elles étaient "environnées de charbons ainsi que de cendres", placées debout et quelques vases étaient couverts d'une assiette ou d'un fragment de tuile. « Quelques urnes contenaient une monnaie en dessous des ossements ». Des
  • sujet portait sur les nécropoles urbaines en Lyonnaise Occidentale (Siette 2015). )LJ – Vases découverts lors de la construction des casernes militaires et exposés au musée d'Histoire et d'Archéologie de Vannes©Musée d'Histoire et d'Archéologie de Vannes 37 38 )LJ – Plan de
  • , fragments de verre, clous en fer (chaussure et huisserie). La fourchette chronologique fournie par ce mobilier s'étend du y ont par ailleurs été découverts, sans qu'aucune trace de creusement ne soit, là encore, perceptible. Ier-IIe siècle jusqu'au début du IIIe siècle. Deux vases
  • clous de chaussures, des clous de huisseries, des fragments de verre parfois fondus. Quatre dépôts cinéraires en vase, datés du Haut-Empire, ont été découverts. L'un d'eux est en verre, tandis que les trois autres sont en céramique. Deux dépôts étudiés ont permis de déterminer un
  • observée, les urnes semblant comme noyées dans leur encaissant. Ces observations poussent le diagnostiqueur à s'interroger sur la dynamique de dépôt de ces vases : véritables sépultures ou dépôts issus d'un remaniement de la nécropole voisine ? /H FDGUH GH OȇLQWHUYHQWLRQ 5‹68/7$76 6
  • recueillir des informations sur les pratiques funéraires des habitants de Darioritum, bien que les modalités de dépôts des vases cinéraires découverts lors de l'opération de diagnostic posent question (dépôts volontaires ou secondaires, en lien avec l'utilisation de la nécropole voisine
  • de la partie sommitale de nouveaux vases. De même, ces pluies ont eu l'avantage de créer un contraste entre les sédiments et les esquilles d'os brûlés, favorisant le repérage des zones de rejets de crémation ainsi que l'emplacement d'une aire de crémation. Face à la quantité
  • d'implantation. Des relevés graphiques, photographiques et topographiques complets, ont ensuite été réalisés avant prélèvement des objets. Les vases ont été déposés sur un support plat avant d'y être fixés à l'aide de cellophane (ILJ ). Une étiquette portant l'indication de l'orientation
  • a été déposée sur chaque prélèvement. La fouille des vases a été réalisée en laboratoire, suivant le protocole détaillé dans l'étude anthropologique. Les amas osseux ont été prélevés en motte, maintenue par des bandes de plâtre. )LJ – Prélèvement d'un vase ossuaire. Cliché
RAP00636.pdf (CARHAIX (29). Persivien. rapport de sauvetage urgent)
  • . La coloration différente des fosses se détachait sur l'argile jaune : plus noire, plus fine, la terre qui les remplissait, montrait également des tessons plus abondants. Au centre, une fosse était remplie d'objets de fer. (plan n° 3 - 1 ). a) - La figure n° 4 , qui ne contient
  • qu'une petite partie de découvertes, montre surtout des instruments agricoles dont la plupart sont peu reconnaissables. b) ~ Dss fragments de bronze accompagnaient les objets de fer. Dans la figure n° 5 on reconnaît : - Une clochette (5a) - Une fibule (5b) - Une corne de cerf (5d
  • siècle - forme Drag. 37 - Ile siècle - forme Drag. 29 - 1er siècle c) - de la céramique à l'éponge, bol Raimbault 6. d) - de la poterie dite Bretagne. black-buAnUkid provenant de Grande- - Un ovoïde et une jatte à collerette. e ) " Un fragment de verre décoré à la feuille d'or
  • . (cf. fig. 11 e t 12). la terre on uniforme de vase entier 13 et 14). 1 1 1 A l'intérieur, quelques effondrements s'étaient p r o d u i t s . Parmi trouva plusieurs tessons du IVè siècle e t , au sommet d'une couche 20 cm d ' é p a i s s e u r , représentant 1'alluvionnement de
RAP03503 (ARRADON (56). Place de l'Église. Rapport de sondage)
  • ............................................................................................................... 39 4. Bibliographie ................................................................................................................................ 40 5. Liste des figures
  • l’aménagement : Réaménagement du centre bourg. Dates d’intervention terrain : ponctuelles entre le 2 novembre et le 19 décembre 2016 Rapport final d’opération Nombre de volumes : 1 Nombre de pages : 59 Nombre de figures : 46 Nombre d’inventaires : 4 Annexes : 6 5 RFO surveillance (2016
  • équipes de Charrier TP. A Elodie Jadelot (Anthropologue), pour les observations biologiques effectuées sur les squelettes. I-Données administratives, techniques et scientifiques Localisation de l’opération Figure 1 : Localisation de l'opération sur carte IGN (© IGN France 2009) 9
  • RFO surveillance (2016-345) - Arradon (Morbihan), « Centre bourg, place de l’église » Figure 2 : Localisation de la place de l’église, sur fond cadastral (éch. 1/1000) 10 Figure 2 : Localisation de la Place de l’Eglise, impactée par les travaux sur fond cadastral (éch. 1/1000
  • une autorisation de sondages auprès du SRA afin de repérer et coter le plan complet des maçonneries de l’église médiévale et poursuivre la surveillance et les observations des travaux autour de l’église, dans les zones non encore impactées. Figure 3 : au nord de l’église
  • , excavation de la place, avant la surveillance 14 II-Résultats Figure 4 : place de l’église, côté nord – vue vers le sud-ouest 1.2. Etat des connaissances avant l’intervention 1.2.1. L’environnement archéologique et historique • Carte archéologique D’après la carte archéologique de
  • est élevé à cette occasion. Figure 5 : vue du pignon ouest du chœur contreforté après dérasement de la nef 1.2.2. Les interventions archéologiques précédentes autour de l’ancienne église paroissiale et du cimetière. • Société polymathique du Morbihan mars 1867 : L. Galles
  • l’intérieur de l’emprise prescrite (Suaud-Préault 2016). Par ailleurs, une partie du mur pignon de la nef de l’ancienne église a été observée dans une des tranchées. Dans cette partie un bord de pot à cuire, daté du milieu ou de la seconde moitié du XVème siècle 2, a été recueilli. Figure
  • 2O Arradon) 2 Attribution chronologique par Sébastien Daré, CERAM 17 RFO surveillance (2016-345) - Arradon (Morbihan), « Centre bourg, place de l’église » e Figure 7 : plan général du diagnostic, proposition de phasage. Éch. 1/250 18 II-Résultats 1.3. Stratégie et
  • l’église » Figure 8 : tranchées de réseaux impactant les murs de l’église Figure 9 :l’église vue vers l’est : l’intérieur de la nef, depuis l’entrée primitive Les travaux d’aménagement ne devant pas impacter l’église, l’intérieur n’a pas été redécapé. Hormis lors du nettoyage de
  • l’entrée de l’église primitive, les niveaux en place à l’intérieur de la nef n’ont donc pas été observés lors de la surveillance (fig. 9). 20 II-Résultats Figure 10 : plan des vestiges relevés au diagnostic et lors de la surveillance de travaux. • L’église primitive Figure 11
  • RFO surveillance (2016-345) - Arradon (Morbihan), « Centre bourg, place de l’église » Figure 13 : Ressaut de fondation sondage 1, F 109. Figure 12 : détail sur l’enduit de chaux du mur F109. Les murs F109 et F108 sont contemporains. A l’ouest à la jonction entre le mur de
  • place à la fin du 19ème siècle, une à deux assises encore en place sous l’enrobé. Le mur F107 repose aussi sur l’assise de dérasement du mur de façade de la nef (F108). Figure 14 : détail des relations stratigraphiques entre F109 et F107 Le mur pignon F108 La partie nord de ce mur
  • et un blocage de moellons de granite blond. L’ensemble est lié avec un mortier de chaux et sable coquillé et le parement interne du mur est enduit (fig.15). Figure 15: F 108 vue générale vers le nord ouest (à gauche) et détail de l’entrée, vue vers l‘est (à droite) 22 II
  • de centimètres de haut pour une largeur et profondeur de quarante centimètres. F110 et F111 F 110 F 111 Figure 16: F 110 vue vers le sud, au premier plan F111 Ces deux maçonneries sont situées au sud-est de la zone décapée, à proximité du mur pignon de l’actuelle chapelle. F
  • bourg, place de l’église » F112-F117 et F113 F 112 F 113 F 117 Figure 17 : zone Nord, F 112-113 et 117, vue vers le SE, coupées par les tranchées de réseaux Les maçonneries situées au nord de la zone n’ont été observées que brièvement avant d’être rendues inaccessibles par les
  • probablement contreforter le mur F112, au sud. 24 II-Résultats • Les vestiges liés à l’extension de l’église (1848-1889) ème Figure 18 : localisation des maçonneries liées au prolongement de l’église au milieu du 19 siècle Dans la partie nord, n’ont pas été observées de nouvelles
  • sont liés à l’argile orange compacte. Figure 19 : Contrefort F 116, vue vers l’est. Cette observation très partielle a néanmoins permis de resituer ce contrefort qui n’apparaissait pas dans la tranchée de diagnostic. Le mur gouttereau sud : F107 Au sud de la place, le mur F107, vu
  • (Morbihan), « Centre bourg, place de l’église » Figure 20 : F107, vue vers l’est Figure 21 : Eglise de Saint Avé, escalier en vis aménagé dans l’épaisseur du mur. Figure 22 : F107 réservation pour l’escalier en vis, vue vers le sud L’aménagement consiste en une réservation en arc de
  • observés : F 115 à l’ouest et F114 à la jonction entre des murs F107 et F109 (fig23). F 107 F 115 F 114 F 109 Figure 23 : vue vers le nord du mur F107, avec les contreforts F115 et F114 Le fait F114, comprend deux niveaux distincts (fig.24). A l’ouest, les blocs de la fondation du
RAP03801 (Corpus des signes gravés néolithiques, Art rupestre néolithique en Armorique. Rapport PCR.)
RAP03975 (BADEN (56). Port Blanc. Occupation rurale des IIe et IIIe siècle A.D : portion d'un enclos d'habitat)
  • IIIe siècle A.D. Parmi les restes, un bruit de fond du Ier siècle est aussi évoqué, mais hétérogène et très fragmenté, à l’évidence remanié. L’unique indice du Bas-Empire, vase black burnished ware (mis au jour lors du diagnostic), apparaît comme un terminus ante quem plutôt
  • moitié IIIe siècle A.D. Parmi les restes, un bruit de fond du Ier siècle est aussi évoqué, mais hétérogène et très fragmenté, à l’évidence remanié. L’unique indice du Bas-Empire, vase black burnished ware (mis au jour lors du diagnostic), apparaît comme un terminus ante quem plutôt
  • similaires (ailes ou façades de cours d’établissements ruraux gallo-romains). Au moins deux autres constructions plus petites – à 4 et 6 poteaux - figurent dans le prolongement et en contrebas de cet édifice, avec la même orientation parallèle au côté de l’enclos. Une grande fosse
  • sur l’évolution de l’enclos Conclusion 66 66 67 70 72 74 77 78 79 82 83 84 84 85 85 86 86 87 87 88 90 91 94 98 99 103 104 105 Bibliographie Iconographie, références Web Liste des figures Liste des tableaux Inventaires techniques Inventaire détaillé des Faits et UE (N. Pétorin
  • au sol le plan d’un grand bâtiment rectangulaire, de 9 x 15 m (135 m²), comparable à des architectures de granges connues dans des organisations spatiales similaires (cours d’établissements ruraux gallo-romains). Deux autres constructions plus petites – à 4 et 6 poteaux - figurent
  • , Inrap Assistante d’étude DAO générale et figures Emeline Le Goff Technicienne spécialisée SIG Intervenants administratifs Équipe de fouille Équipe de post-fouille Inrap . Rapport d’opération Baden, Morbihan, Port-Blanc Localisation de l’opération Bretagne, Morbihan
  • connues dans des organisations spatiales similaires (ailes ou façades de cours d’établissements ruraux gallo-romains). Au moins deux autres constructions plus petites – à 4 et 6 poteaux - figurent dans le prolongement et en contrebas de cet édifice, avec la même orientation parallèle
  • nord (basse) de ce fossé F.09 qu’a été mis au jour le bol de type Black Burnished Ware, dont la période de production assez tardive, fin IIIe – IVe siècle, marque le terminus ante quem de l’occupation galloromaine du site de Port Blanc. En partie haute de l’espace délimité - moitié
RAP02380.pdf (CORSEUL (22). site de la salle des fêtes. rapport de fouille de sauvetage programmé)
  • (groupe 2 de Hubener, Burnished ware" vers 330-360 AP), un fond de "Black- (I ou II ?), deux vases à panse carénée et à bec verseur, le trou d'écoulement étant situé sur la carène, et deux formes de céramique à "l'éponge" (la forme Raimbault VI prédomine). La fabrication de cette
  • les années 20 avant notre ère et les premières années du règne de Claude. Une telle chronologie se trouve confirmée par la présence de céramiques typiques de cette période. Ainsi des vases globulaires à bords moulurés sont associés à des amphores Pascual I et Dressel 2-4 de
  • Tarraconaise. La céramique fumigée regroupe près de 25 % du mobilier. Y prédominent le vase-bobine, la jatte ca- rénée et les assiettes. Quelques formes plus rares sont présentes mais très fragmentées : ainsi deux calices (-10 à + 40), une coupe forme Santrot 171 de même date et un
  • connue. Les rares formes de sigillée lisse proviennent de MONTANS et de la GRAUFESENQUE. à une forme Drag. Il s'agit surtout de Drag. 15/17 de LEZOUX datable de TIBERE-CLAUDE des années 0-40 AP. J.C. demeure abondante, vase-bobine et de jatte carénée. Beaker" 24/25 et 35/36
  • associés (?). La céramique en particulier les éléments de On recense les premiers fragments de "Butt (0 - 40) à décor de palmettes stylisées ainsi que des vases ovoïdes (terra-nigra) à petite lèvre éversée (40 - 70). Enfin, ractérise la verrerie se ca- par un fragment de coupe en
  • pièce III. le Pieux datable de 143 AP. on creuse jusqu'au sol vierge une Son contenu a livré un sesterce d'Antonin une cruche à deux anses et un petit vase ovoïde portant un graffiJb N sous la lèvre. Au cours du Ille siècle, la pièce IV est divisée par un mur-derefend (m. 4
  • profonde de 35-40 cm et large de 84, comprend de la Terra-Nigra (vase-bobine, jatte-carenée et coupe) et des vases en céramique commune datable surtout de la première moitié du 1er siècle. Ils sont associés à un fragment de coupe en verre "millefiori" et deux fragments de céramique
RAP02378.pdf (SURZUR (56). médiathèque-Grand Parc. le bourg. surveillance de travaux. rapport de sondage)
  • céramique commune sombre associe des vases très fragmentaires à d'autres extrêmement bien conservés. Parmi les formes basses, les assiettes occupent une part importante. On distingue deux profils : les assiettes à panse oblique et bord rentrant Lis. G101 (1031-029 et 030) et celles à
  • vases, une jatte à profil en « S » (1071-006) et un pot à col tronconique à décor ondé : Lis. 1-602 (1071-007) qui possèdent un graffiti identique sur le bord à savoir deux V à l'envers. Un fragment de bord (1031-051) présentant une marque identique à été mise au jour dans l'U.S
  • . 1101) La céramique Black-Burnished : La seule céramique d'importation découverte dans cet ensemble est un bord de pot ovoïde en céramique Black-Burnished qui par ses caractéristiques techniques (non tournée, pâte à quartz) se rattache aux productions du Dorset ou BB1, amplement
  • fossé 1070 composé d'une terre marron gris, très argileuse avec de nombreuses pierres et des fragments de tuiles. Il a livré un mobilier relativement abondant parmi lequel on notera deux vases (1071-006 et 007) possédant un graffiti identique (2 V à l'envers) gravés sur la lèvre. U.S
  • blocs de pierres et de nombreux fragments de tuiles. Cette couche a livré un abondant mobilier céramique notamment une coupe très décorée (1101-003) et plusieurs coupes à collerette (1101-006 à 008) en terra nigra, un bord de céramique Black-Burnished 1 (1101009), et un pichet à
  • 22 frag. d'une jatte à col court concave (forme Lis. A-600) C. Terra nigra 1 frag. de coupe carénée lisse (forme Lis. A-701) C. Terra nigra 2 frag. de coupe carénée décorée (forme Lis. A-702) C. Terra nigra lot de 3 frag. d'un vase de grande dimension (bouteille ?) à décor de
  • cruches C. Com. Sombre lot de 20 frag. d'anses C. Com. Sombre lot de 114 frag. de fonds C. Com. Sombre lot de 5 frag. de panses décorées (décor de croisillons et décor ondé) C. Com. Sombre 36 frag. de la panse d'un vase C. Com. Sombre lot de 1330 frag. de panses C. Amphore 1 frag. de
  • C. Sigillée lisse C. Terra nigra Liscorno C. Terra nigra Liscorno C. Terra nigra Liscorno C. Terra nigra Liscorno C. Terra nigra Liscorno C. Terra nigra Liscorno C. Terra nigra Liscorno C. Black-Burnished C. Com. Claire C. Com. Claire C. Com. Claire C. Com. Claire C. Com. Sombre
  • (Lis. A-801) C. Terra nigra 22 frag. d'une coupe à collerette (Lis. A-801) C. Black-Burnished 4 frag. dont 2 bords d'un pot en BB1 C. Com. Claire 6 frag. d'une coupe (Lis. H-105) - grand modèle C. Com. Claire 16 frag. de la panse d'une cruche avec départ d'anse C. Com. Claire lot de
  • 8 frag. de panses d'une cruche à engobe brun rougeâtre C. Com. Claire Lot de 8 frag. d'un même vase 2 2 1 1 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 8 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 SURZUR - Médiathèque Grand Parc - site n° 56 248 009 Inventaire du mobilier archéologique 56
  • . Com. Sombre 2 frag. de la partie inférieure d'un pichet à pied balustre (forme inédite) C. Com. Sombre 3 frag. de la partie inférieure d'un vase peut-être forme Lis. 1-800 C. Com. Sombre pichet complet de forme Lis 1-1201 C. Com. Sombre 2 frag. de fonds avec graffiti : X C. Com
  • . Sombre lot de 7 frag. du fond et de la partie inférieure d'un vase C. Com. Sombre lot de 21 frag. du fond et de la partie inférieure d'un vase C. Com. Sombre lot de 8 frag. du fond et de la partie inférieure d'un vase C. Com. Sombre lot de 3 frag. du fond et de la partie inférieure
  • d'un vase C. Com. Sombre lot de 33 frag. de bords et 1 d'anse C. Com. Sombre lot de 26 frag. de fonds C. Com. Sombre lot de 206 frag. de panses C. Amphore lot d'1 frag. de bord (Gauloise 12), de 3 frag. de fonds et 1 de panse C. Brique 1 frag. de plaque foyer C. Brique 3 frag. de
  • lot de 38 frag. d'un vase (protohistorique, Age du Fer ?) 10 10 10 10 10 10 10 10 10 11 11 11 11 11 11 11 11 11 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12