Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3929 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03790 (PLOUHINEC (29). Menez-Dregan I, des prénéandertaliens aux Néandertaliens à l'extrême ouest de l'Europe. Rapport de fouille)
  • PLOUHINEC (29). Menez-Dregan I, des prénéandertaliens aux Néandertaliens à l'extrême ouest de l'Europe. Rapport de fouille
  • surtout de sa longue stratigraphie, de son occupation semi-continue, et de son industrie lithique abondante. 14 Problématique de la recherche et principaux travaux Des avancées considérables ont été réalisées depuis la découverte du premier site de type Colombanien en 1980. Il est
  • évolution vers le Paléolithique moyen ; elle fournit également des informations sur la gestion des matériaux et l'échelle des déplacements des groupes humains (Ravon, 2017). Après l'étude de l’industrie des premiers secteurs fouillés (Molines, 1999 ; Molines et Moncel, 2005), une analyse
  • travail de master avait permis de démarrer l’inventaire des galets aménagés de la couche 4 du site (Linda Khamsitthideth, 2014). La gestion des ressources minérales utilisées pour la production de cette industrie a fait l’objet d’un master (Dréano, 2010, 2011) et d’une publication
  • anciennes en Eurasie) est un point crucial pour la connaissance de ces premiers peuplements et de leur acquisition de la maîtrise du feu. Dans les niveaux où figurent des foyers, les charbons témoignent des éventuelles préférences des préhistoriques pour certains types de bois. Les
  • paléoenvironnementales indiquent que lors de l’occupation préhistorique de certains niveaux archéologiques, le niveau de la mer étant bien plus bas, la ligne du rivage devait probablement se situer entre 5 et 10 km plus loin que l’actuelle (Lefort et al., 2007). Le gisement se situait donc au sommet
  • sur cordon littoral à galets, d’une épaisseur variable (US 6). Les 20 à 30 derniers centimètres de cette unité sont perturbés par une occupation humaine dont témoigne une abondante industrie lithique, la base de la couche restant quant à elle stérile (Monnier et al., 1996a). Cet
  • compose de 4 lits brun noir (5a à 5d) très riches en charbons et à humification coprogène, qui alternent avec 5 lits plus clairs qui sont principalement constitués par une industrie lithique très abondante. L'unité stratigraphique 5 est un complexe sédimentaire puissant, qui inclut à
  • , a livré une industrie abondante, dont il serait intéressant de reprendre l’étude afin d’effectuer de nouvelles comparaisons et interprétations à la lumière des informations dont nous disposons à présent concernant l’industrie lithique de Menez-Dregan I. Ainsi, les gisements de MDI
  • , MDII, MDIII et MDIV se situent tous à l’abri de couloirs d’érosion et conservent tous des lambeaux d’anciens cordons littoraux au sein desquels les différents groupes humains qui se sont succédé dans le secteur ont pu se fournir en matière première pour confectionner leur industrie
  • fouille du gisement. Une rapide synthèse mise à jour des données stratigraphiques et des occupations humaines est proposée en début de ce rapport, suivie des apports de la campagne 2019, ainsi que des perspectives de recherche. Les principales données relatives au site de Menez-Dregan
  • I sont développées plus en détail dans les rapports précédents, tous disponibles en ligne sur le site internet de la DRAC Bretagne via le lien http://bibliotheque.numerique.sra-bretagne.fr/ Une bibliographie non exhaustive est disponible en fin de ce volume et renvoie aux études
  • et publications antérieures. Le site internet réalisé par A. Sylvain et A.-L. Ravon et présentant la fouille est en ligne depuis juillet 2019 à cette adresse https://menezdregan.wixsite.com/francais/ 3 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération
  • archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le
  • public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette
  • consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1
  • ) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies
  • , cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes
  • et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est
  • majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et
  • ) ........................................................................................ 9 INSERTION DANS LES AXES DE RECHERCHE DE L’UMR 6566 CREAAH ............................................. 12 NATURE ET IMPORTANCE DU SITE ........................................................................................................... 13 PROBLEMATIQUE DE LA RECHERCHE
RAP03190.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le rocher de l'Impératrice. Rapport intermédiaire 2015 de FP 2014-2016)
  • PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le rocher de l'Impératrice. Rapport intermédiaire 2015 de FP 2014-2016
  • . De nouvelles analyses sédimentologiques et l'acquisition de données micromorphologiques (cf. infra, partie 11) nous conduiront ainsi à approfondir nos interprétations de ces niveaux et à mieux appréhender le contexte stratigraphique de cette occupation préhistorique. 7. RAPPEL
  • BELLOT-GURLET (Université Pierre et Marie Curie) Alexandre BOUSQUET (Université Nice-Sophia Antipolis) Loïc BARON (Université Nice-Sophia Antipolis) Avec le soutien : Service Régional de l’Archéologie de BRETAGNE Conseil général du FINISTÈRE Commune de PLOUGASTEL-DAOULAS 1 Rapport
  • ............................................................................................................................................. 9 3. REMERCIEMENTS ........................................................................................................................... 10 4. PROBLÉMATIQUE DE LA RECHERCHE ET IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE (N. NAUDINOT) ....... 12 4.1. PROBLÉMATIQUE
  • . L’ABRI DU ROCHER DE L’IMPÉRATRICE .................................................................................................. 17 6. STRATIGRAPHIE ET SÉDIMENTOLOGIE (M. LAFORGE, M. LE GOFFIC, N. NAUDINOT, S. SORIN) ........ 18 6.1. SIMPLIFICATION DES SÉQUENCES STRATIGRAPHIQUES
  • .......................................................................... 25 7.2.2. OBJECTIFS ET MÉTHODES DE PRODUCTION ................................................................................................. 26 7.2.3. LA PLACE DU ROCHER DE L’IMPÉRATRICE DANS LE PROCESSUS D’AZILIANIZATION.............................................. 33 7.3
  • .............................................................................................................. 38 8.2. PROTOCOLE GÉNÉRAL DE FOUILLE ........................................................................................................ 39 8.3. TAMISAGE ET TRI
  • ) ..................................................................... 61 9.5. PREMIERS RÉSULTATS DE L’ANALYSE FONCTIONNELLE DU MATÉRIEL LITHIQUE DES CAMPAGNES DE 2013 ET 2014 (J. JACQUIER) ............................................................................................................................................ 62 9.5.1. ÉTAT DE LA
  • SÉRIE : IMPLICATIONS SUR LE PROTOCOLE D'ANALYSE ET LES RÉSULTATS .......................................... 62 9.5.2. LES OUTILS IDENTIFIÉS ET LEUR(S) FONCTIONNEMENT(S) .............................................................................. 65 9.5.3. DISCUSSION AUTOUR DES
  • sociétés tardiglaciaires ont bénéficié d’un important regain d’intérêt dans l’Ouest de la France ces dernières années, mais nos connaissances restent inégales : si l’Azilien récent et les sociétés de la transition Pléistocène-Holocène sont aujourd’hui particulièrement bien connues, ce
  • n’est pas le cas du Magdalénien et des premiers temps de l’Azilien. Le lancement en 2013 d’une fouille dans un petit abri découvert par M. Le Goffic au Rocher de l’Impératrice à Plougastel-Daoulas, vise à progressivement combler ce hiatus. Les premiers résultats de cette opération
  • suggèrent en effet une occupation au cours de l’Azilien ancien de ce petit abri sous roche dominant l’estuaire de l’Elorn et la rade de Brest. L’obtention de datations radiocarbones (les premières pour le Tardiglaciaire de Bretagne), place l’occupation azilienne entre 13000 et 12000 cal
  • arrivés sur le site déjà équipés de certains outils domestiques sur lames et de nucléus en cours de débitage (destinés notamment à fabriquer de nombreuses pointes de projectiles sur petites lames), qui auraient ensuite été emportés hors du site. S’il est trop tôt pour être conclusif
  • . L’industrie lithique montre des objectifs de production résolument laminaires. Cet assemblage s’avère particulièrement heuristique afin d’enquêter sur la nature et les rythmes des transformations techno-économiques qui marquent cette période charnière si mal connue du Paléolithique entre
  • Magdalénien et Azilien. La production lithique est ainsi soignée et présente des caractéristiques clairement héritées du Magdalénien (recherche de lames régulières, mise en place de méthodes soignées, utilisation de matériaux non strictement locaux, usage ponctuel de la préparation en
  • éperon), mais témoigne toutefois d’un net cheminement vers l’Azilien (systématisation de l’usage de la pierre tendre, disparition de l’objectif lamellaire et, en corollaire, développement d’un armement exclusivement constitué de pointes axiales). Des témoignages inédits dans la région
  • et particulièrement rares à l’échelle européenne pour cette période, sous la forme d’une cinquantaine de plaquettes de schiste gravées, constituent une porte ouverte sur d’autres pans du système socio-économique de ces groupes. Comme le matériel lithique, les registres symboliques
  • présents sur ces plaquettes, par leurs thématiques et leurs codes formels, sont résolument dans la lignée de l’iconographie de la fin du Magdalénien et sembleraient annoncer les productions graphiques de l’Azilien récent. Si la plupart s’illustrent par des formes géométriques, plusieurs
  • colorants et ont permis de s’interroger sur une éventuelle arythmie entre changements techniques et symboliques au cours de l’Azilien. Le site du Rocher de l’Impératrice s’inscrit donc d’ores et déjà comme un jalon incontournable pour la compréhension des sociétés tardiglaciaires
  • d’Europe nord-occidentale. Notamment grâce à la diversité des témoignages qu’il fournit, ce site permet de développer des réflexions globales sur la nature et le rythme des transformations qui touchent les sociétés paléolithiques durant cette période de transition encore mal connue. Il
  • ) Coordonnées Lambert (Zone II étendue) : X = 103,520 Y = 1098,600 Coordonnées géographiques : Latitude : 48° 23’ 20” Longitude : 4° 22’ 33” Les références cadastrales de la parcelle contenant le site sont, pour 1982 section A parcelle 2439, pour 1986, section CE parcelle 114 et
RAP02164.pdf (PLOUHINEC (29). gisement du paléolithique inférieur de Ménez Drégan. rapport final de synthèse de fp 3 2003-2005)
  • PLOUHINEC (29). gisement du paléolithique inférieur de Ménez Drégan. rapport final de synthèse de fp 3 2003-2005
  • ) Fig. 1 : Menez-Dregan. Plan général du site et découpage des secteurs de la banquette supérieure. 4 i C = 10,778 % k J, ^ = 10,697 A = 10,881 Altitude en m N.G.F. Bloc Galet marin Industrie lithique Pièce rubéfiée Couche charbonneuse organique inférieure (C 2.1) Sédiment
  • (et la présence de pièces brûlées semble le confirmer), ces structures devaient probablement être positionnées 6 Photo 2 : Menez-Dregan. Foyer 5d (cliché S. Hinguant). 7 A Altitude en m N.G.F. Bloc Galet marin Industrie lithique Pièce rubéfiée VA AC prélèvement sédiment
  • ") 2m 5»' Si3 station i (S; 8.88/;. 2m 5b Fig.l 1 : Menez-Dregan, répartition des vestiges dans les niveaux 5a-5d' selon YZ. 20 Fig.12 : Menez-Dregan, remontages des pièces en quartz dans la couche 5. 21 Industries, structuration de l'espace et activités spécialisées Les
  • par des blocs effondrés, avec une organisation de l'espace autour de structures de combustion, la mise en évidence d'aires de rejet le long des parois et d'aires réservées à la taille, des aménagements probables de sols sous forme de litières (couche 5); pour la dernière occupation
  • particulier, spécifique et héréditaire, présentant une organisation particulière de ses tissus. La structure du bois s'étudie dans les trois plans anatomiques (Marguerie et Hunot, 1992) (fig. 1) : - plan transversal, - plan longitudinal radial, - plan longitudinal tangentiel. Sur les
  • -typologiques et spatiales: Nathalie MOLINES Remontages : Luc Le Doussal Géomorphologie : Bernard Hallégouët UMR 6566 du CNRS « Civilisations Atlantiques et Archéosciences », CNRS, Université de Rennes 1, Ministère de la Culture OMk Civilisations Atlantiques - V Archéosciences Rennes
  • Programme : Jean-Laurent MONNIER Suivi opération de terrain: Stéphan HINGUANT Analyses techno-typologiques et spatiales: Nathalie MOLINES Remontages : Luc Le Doussal Géomorphologie : Bernard Hallégouët UMR 6566 du CNRS « Civilisations Atlantiques et Archéosciences », CNRS, Université
  • , parcelles 366, 370, 372 et hors parcelles Coordonnées Lambert II : X = 92,200. Y= 2353,800. Z moy. = 10 m NGF Autorisation n°: 2003/008 - 01108 1 - MISE EN PLACE DE LA CAMPAGNE 2 0 0 5 La campagne de terrain a débuté le 16 août et s'est achevée le 23 septembre 2005, soit une durée de 6
  • MOLINES. Il a assuré le suivi de l'enregistrement 3D de l'ensemble des vestiges archéologiques durant toute la campagne de fouille. Outre les visites de personnalités officielles, des journées de conférence ont été organisées par la mairie de Plouhinec et l'office de tourisme à
  • l'attention du public (deux visites de près de 150 personnes, les vendredi 26 août et mardi 13 septembre) sous la conduite de Stéphan HINGUANT. Les scolaires ont également bénéficié de conférences sur le site (6ème de Pont-Croix, Terminales SVT de l'école Diwan de Carhaix, BTS
  • environnement du Lycée de Suscinio à Morlaix). Les aménagements réalisés l'an passé sur les pourtours du chantier, notamment devant l'escalier d'accès, se sont avérés très efficaces en limitant les phénomènes de ruissellement et d'accumulation de sédiment dans la grotte. L'ouverture du
  • chantier et le nettoyage général avant la fouille en ont été grandement facilités. La création d'une troisième plate-forme destinée à installer le théodolite est envisagée sur la partie orientale du site, au sommet de la plate-forme d'abrasion marine. Elle devrait permettre de compléter
  • et surtout de faciliter l'enregistrement des pièces situées sous la voûte subsistante de la grotte, masquées par les parois et les phénomènes de pendage lorsqu'elles sont visées à partir des stations 1 et 2. Cette station 3 devrait être opérationnelle dès la prochaine campagne de
  • fouille. Concernant les échantillonnages en vue d'analyses, plusieurs secteurs ont fait l'objet de prélèvements : Datations RPE (Christophe Falguères, Jean-Jacques BAHAIN) : 4 prélèvements dans et autour du foyer 5d (cf. infra). - Chimie organique (Ramiro MARCH) : 10 prélèvements dans
  • et autour du foyer 5d après établissement d'un protocole conjointement à la fouille de la structure (cf. infra) 2 - Palynologie, anthracologie (Dominique MARGUERIE, Nancy MARCOUX) : Outre les prélèvements de masse habituels et la collecte des charbons de bois en cours de
  • fouille ou au tamisage, une série de 9 prélèvements supplémentaires destinés à une étude palynologique a été réalisé pour les couches 4b, 4c sup. et inf., 5a', 5b', 5c, 5d, 5d' et 5e surface. 2 - LES ACQUIS DE LA FOUILLE 2 0 0 5 La poursuite des relevés planimétriques de l'ensemble
  • stratigraphiques principales (notamment E-F et E'-F'), n'ont pas fait l'objet d'investigations supplémentaires. Seule la coupe C-D a été révisée. La partie nord et surtout la base de la coupe, atteignant aujourd'hui les couches 5d-d', sont venues compléter le relevé initial. La fouille, depuis
  • et petits débris (collectés de visu à la fouille ou lors du tamisage des terres). Ces trois secteurs sont désignés sur les sacs par les mentions « est » (le diverticule), « ouest » (de la limite du très gros bloc effondré en coupe E-F jusqu'à l'axe nord-sud de la banquette témoin
  • gardée sous voûte) et « centre » (entre ces deux secteurs, et subdivisé luimême en deux zones, l'une sous la voûte conservée, l'autre en devant jusqu'à l'axe de la coupe E-F) (fig. 1). A l'issue de la cette campagne, nous avons pratiquement achevé la fouille des couches 5 c-c' et 5d-d
  • de la couche 6 (plage ancienne, au centre et au fond de la grotte) apparaissent déjà clairement. Les hiatus et/ou lacunes évoqués les années passées se confirment, avec notamment l'absence des couches 5c à 5d' à l'ouest du remplissage. Le seul foyer structuré qui était reconnu à
RAP02005.pdf ((29). le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • (29). le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches
  • . looÇ L PCR-Le Mésolithique en Bretagne-2003 Table des Matières : I) Rappel de la problématique, (par Estelle Yven et Grégor Marchand). A) Le projet de recherche. B) Les activités entreprises en 2003. H) Organisation de la recherche - Compte-rendu de la troisième réunion, (par
  • malacofaune des sites mésolithiques et néolithiques de la façade atlantique Contribution à l'économie et à l'identité culturelle des groupes concernés, (par Catherine Dupont). B) Approche spatiale et territoriale des industries lithiques. Constantes et variantes dans l'occupation du
  • (par Grégor Marchand et Estelle Yven). 1 PCR-Le Mésolithique en Bretagne-2003 Principaux acquis du programme « le Mésolithique en Bretagne » - 2001/2003. -Organisation chronologique et culturelle de la base de données constituée par Pierre Gouletquer sur des critères
  • . -Calcul de l'effet de réservoir océanique à partir de plusieurs types de coquillages sur le site de Beg-an-Dorchenn. -Etudes de collections Uthiques anciennes et réalisation de monographies (Raguénez, Kerliézoc, Kerhuellan, Kervilien, la Presqu'île, ...). -Synthèses sur les industries
  • la gestion des ressources animales et marines. Une attention particulière sera également accordée à la hiérarchisation et à la publication des faits archéologiques. Tableau 1 : Organisation des travaux du PCR « le Mésolithique en Bretagne ». THEMES L'espace (organisation du
  • l'année 2002, plusieurs synthèses ont vu le jour, présentées notamment lors d'une réunion de la Société Préhistorique Française tenue à Nantes les 26 et 27 avril, sur le thème : « Unité et diversité des processus de néolithisation sur la façade atlantique de l'Europe (7-4 ième
  • réalisées entre 1989 et 2003 sur le département du Finistère ont permis de bâtir une base de données comportant plus de 1318 entrées, qui sont autant de traces d'occupations préhistoriques. Entre 2001 et 2003, ce corpus a été classé suivant des critères typologiques, introduisant des
  • . A l'ouest de Melgven et jusqu'à la pointe du Raz, aucun faciès taillable n'a pu être localisé, ce qui en définitive correspond à la rareté de cette roche dans les séries préhistoriques. Il s'avère donc que le faciès sélectionné par les tailleurs de pierre n'est pas répandu sur l'ensemble
  • Yven intitulée « Approche spatiale et territoriale des industries lithiques - Constantes et variantes dans l'occupation du substrat géographique et la gestion des matières premières lithiques au Mésolithique en Bretagne ». Yvan Pailler devrait quant à lui terminer la sienne au cours
  • . SCHULTING, R.-J., 1999 - Nouvelles dates AMS à Téviec et Hoëdic (Quiberon, Morbihan). Rapport préliminaire. Bull, de la Société Préhistorique française, T.96, numéro 2, p. 203-207. SCHULTING, R.-J. et RICHARDS, M.-P, 2001 - Dating Women and Becoming Farmers : New Palaeodietary and AMS
  • « Civilisations Atlantiques et Archéosciences », UMR 6566, Université de Rennes 1, 29 mars 2003, p. 13-14. 7 PCR-Le Mésolithique en Bretagne-2003 II) Organisation de la recherche - Compte-rendu de la troisième réunion (Estelle Yven). Présents : Stéphane Blanchet, Yann Bougio, Bernard
  • dans la région de Merdrignac mais sans reconnaître de véritables traces d'exploitation. Il compte également organiser une planigraphie sur le site du Cap Fréhel et étudier les sites découverts dans la région de Saint-Malo par Catherine Bizien et son équipe. Estelle Yven a présenté
  • d'approvisionnement en microquartzite, le Crann. Par Estelle Yven (in thèse : « Approche spatiale et territoriale des industries lithiques - Constantes et variantes dans l'occupation du substrat géographique et la gestion des matières premières lithiques au Mésolithique en Bretagne, p. 271-278
  • PROGRAMME COLLECTIF DE RECHERCHE LE MESOLITHIQUE EN BRETAGNE ANNEE 2003 Estelle Yven et Grégor Marchand (coordination) Avec la participation de Yann Bougio, Catherine Dupont, Loïc Gaudin, Jean-Noël Guyodo, Dominique Marguerie, GaëUe Martin, Anne Tresset et Rodrigue Tsobgou
  • et Gaëlle Martin). TV) Des opérations de sondages en Finistère. A) Le Mésolithique en Finistère : chronologie et stratigraphie - Bilan d'une prospection thématique réalisée entre 2001 et 2003. (par Grégor Marchand). B) L'assemblage lithique de l'Ile aux Moutons (Fouesnant
  • , Finistère), sondages 2002. (par Jean-Noël Guyodo). V) Le Mésolithique final en synthèse - Aspects des néolithisations. A) Derniers chasseurs-cueilleurs et premiers agriculteurs sur la façade atlantique de l'Europe, (par Grégor Marchand et Anne Tresset). B) Les niveaux coquilliers du
  • Mésolithique final en Bretagne : fonctionnement des habitats côtiers et intégration territoriale, (par Grégor Marchand). VI) Analyses archéobotaniques - Pré-rapport d'une étude anthracologique - Beg an Dorchenn. (par Loïc Gaudin et Dominique Marguerie). VII) Résumés de thèses. A) La
  • substrat géographique et la gestion des matières premières lithiques au Mésolithique en Bretagne, (par Estelle Yven). Vni) Liste des articles réalisés sur le Mésolithique en Bretagne par les membres du PCR entre 2001 et 2003. IX) Conclusions à trois ans de recherches et perspectives
  • typologiques. La base comporte désormais 1318 entrées, avec une centaine de sites mésohthiques avérés. -Campagne de sondages manuels et mécaniques sur cinq sites mésolithiques en Finistère, choisis dans des contextes topographiques contrastés et à partir du fichier de Pierre Gouletquer
  • . -Prospections dans le sud Finistère et découverte de soixante-deux nouveaux sites et indices. -Travaux sur l'économie de subsistance et sur les saisons d'occupation des amas coquilliers par l'analyse des restes de mammifères, d'oiseaux, de crabes, d'oursins, de coquillages et de poissons
RAP03801 (Corpus des signes gravés néolithiques, Art rupestre néolithique en Armorique. Rapport PCR.)
  • programme collectif de recherche
  • Corpus des signes gravés néolithiques, Art rupestre néolithique en Armorique. Rapport PCR.
  • . Il faut cependant distinguer stockage et archivage car les objectifs sont très différents. – Le stockage (ou la sauvegarde) est le processus qui consiste à organiser ses données de manière à pouvoir facilement y accéder et les retravailler. – L'archivage pérenne est le
  • bâtie sur une organisation originale consistant à mettre en œuvre un dispositif humain (concertation collective) et technologique (services numériques pérennes) à l’échelle nationale et européenne en s’appuyant sur un important réseau de partenaires et d’opérateurs. L'objectif du
  • sur la Huma-Num Box nantaise. 1.6. Résultats attendus À la fin de ce rapport, un bilan sera porté sur les protocoles adoptés et sur leur éventuelle évolution consécutive à la nature des objets et des buts à atteindre. Un descriptif spécifique a été rédigé dans le rapport 2017 pour
  • Corpus des signes gravés néolithiques Programme collectif de recherche (PCR) relatif à l’enregistrement et à la restitution de l’art rupestre néolithique en Armorique en vue de son étude et de sa conservation numérique * Année 3 : avril 2019/février 2020 Serge Cassen
  • , Valentin Grimaud et Malou Blank-Bäckelund, Christine Boujot, Olivier Celo, Cyrille Chaigneau, Emmanuelle Collado, Mikaël Guiavarc’h, Philip de Jersey, Christian Obeltz , Guirec Querré, Bettina Schulz-Paulsson, Dominique Sellier, Alia Vázquez Martínez, Emmanuelle Vigier, Marie Vourc'h
  • , Adeline Walter Laboratoire de recherche en archéologie et architectures (LARA) Université de Nantes rue Censive du Tertre | 44312 NANTES cedex 3 3 4 5 6 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de
  • synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs
  • s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de
  • ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou
  • autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le
  • cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme
  • d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants
  • , d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété
  • croissante des visites et en raison de restaurations modernes ayant largement modifié la climatologie des espaces confinés (tombes des Vème, IVème et IIIème millénaires av.nè.). L’inventaire s’attache à enregistrer et représenter la gravure au même niveau que le support auquel elle est
  • étroitement associée, physiquement et symboliquement. La contextualisation en 3D des supports ornés, dans le cadre topographique (le site) et architectural (la tombe, l’ouvrage de stèles), s’impose tout autant afin que ne se perde pas le lien historique et fonctionnel. Les enregistrements
  • des surfaces sont de surcroît l’occasion d’observations qui ne se limitent pas à la seule acquisition archéologique des tracés, mais relèvent les différents désordres dus aux colonisations biologiques, aux altérations chromatiques et minérales. On se propose ainsi d'effectuer un
  • état des lieux qui résume, notamment par une cartographie, cet aspect altéré du support. Une expérimentation est également engagée avec pour objectifs de déterminer les outils possibles pour graver le granite, l’orthogneiss et le quartz, de lister les différentes techniques et
  • chaînes opératoires possibles pour la gravure et les préparations de surface, d’établir des ratios qualitatifs et quantitatifs en fonction de la nature du bloc support et des techniques retenues. L’année 2019 s’est notamment attachée à prolonger le creusement d’une cavité par frappe
  • directe avec percutant emmanché. Le mode de transmission du Corpus fait enfin partie de la réflexion menant à des propositions concrètes en termes de stockage et d’archivage pérenne, en établissant la liste indispensable des métadonnées. La solution adoptée en 2018 ( Huma-Num Box à
  • travers le réseau des MSH) a été prolongée en 2019  ; 1,4 To de données sont actuellement déposés sur un total de 2,8 To. Ce mode de transmission passe aussi par la médiation, à l’image de notre participation à la Nantes Digital Week 2019 et à l’exposition temporaire dans le bâtiment
RAP03659 (Corpus des signés gravés néolithiques. Rapport de PCR 2018)
  • programme collectif de recherche
  • Corpus des signés gravés néolithiques. Rapport de PCR 2018
  • . − Le stockage (ou la sauvegarde) est le processus qui consiste à organiser ses données de manière à pouvoir facilement y accéder et les retravailler. − L'archivage pérenne est le processus qui consiste à documenter et placer les données dans un lieu sûr pour les transmettre aux
  • grande infrastructure de recherche (TGIR) visant à faciliter le tournant numérique de la recherche en sciences humaines et sociales. Au coeur des humanités numériques, elle est bâtie sur une organisation originale consistant à mettre en œuvre un dispositif humain (concertation
  • Tours. Depuis septembre 2018, quelques sites déjà traités sont sauvegardés sur la Huma-Num Box nantaise. 1.6. Résultats attendus À la fin de ce rapport, un bilan intermédiaire sera porté sur les protocoles adoptés et sur leur éventuelle évolution consécutive à la nature des objets
  • Corpus des signes gravés néolithiques Programme collectif de recherche (PCR) relatif à l’enregistrement et à la restitution de l’art rupestre néolithique en Armorique en vue de son étude et de sa conservation numérique * Année 2: avril 2018/février 2019 Serge Cassen, Valentin
  • Grimaud et Christine Boujot, Olivier Celo, Cyrille Chaigneau, Emmanuelle Collado, Mikaël Guiavarc’h, Céline Jardiné, Philip de Jersey, Christian Obeltz , Guirec Querré, Bettina Schulz-Paulsson, Dominique Sellier, Emmanuelle Vigier, Marie Vourc'h Laboratoire de recherche en
  • archéologie et architectures (LARA) Université de Nantes rue Censive du Tertre | 44312 NANTES cedex 3 3 4 5 6 Résumé Un nouveau Corpus des représentations symboliques néolithiques gravées sur dalle a été entrepris en Bretagne depuis avril 2016 (année-test) puis développé en 2017
  • , première année d’un PCR courant sur trois années (2017-2019) ; le rapport 2018 est donc produit à mi-chemin. L’opération intéresse aussi bien l'archéologue (la recherche fondamentale, la conservation et la protection du patrimoine) que le gestionnaire de site (la commune, le département
  • , l’association, la société d'économie mixte, le propriétaire privé, etc.). Ces objets archéologiques, le plus souvent hors-sol, courent le risque de disparaître ou de devenir illisibles sous une pression croissante des visites et des restaurations modernes ayant largement modifié la
  • climatologie des espaces confinés (tombes des Vème, IVème et IIIème millénaires av.nè.). L’inventaire s’attache à enregistrer et représenter la gravure au même niveau que le support auquel elle est étroitement associée, physiquement et symboliquement. La contextualisation en 3D des supports
  • ornés, dans le cadre topographique (le site) et architectural (la tombe, l’ouvrage de stèles), s’impose tout autant afin que ne se perde pas le lien historique et fonctionnel. Les enregistrements des surfaces sont de surcroît l’occasion d’observations qui ne se limitent pas à la
  • seule acquisition archéologique des tracés, mais relèvent les différents désordres dus aux colonisations biologiques, aux altérations chromatiques et minérales. On se propose ainsi d'effectuer un état des lieux qui résume, notamment par une cartographie, cet aspect altéré du support
  • . Une expérimentation est également engagée avec pour objectifs de déterminer les outils possibles pour graver le granite, l’orthogneiss et le quartz, de lister les différentes techniques et chaînes opératoires possibles pour la gravure et les préparations de surface, d’établir des
  • ratios qualitatifs et quantitatifs en fonction de la nature du bloc support et des techniques retenues. L’année 2018 s’est notamment attachée à tester le travail debout et le creusement d’une cavité par frappe directe avec percutant emmanché. Le mode de transmission du Corpus fait
  • enfin partie de la réflexion devant mener à des propositions concrètes en termes de stockage et d’archivage pérenne, en établissant la liste indispensable des métadonnées. La solution adoptée cette année nous dirige vers les Huma-Num Box à travers le réseau des MSH ; 400 Go de
  • données ont été ainsi transférées pour un premier dépôt. Ce mode de transmission passe aussi par la médiation, à l’image de notre participation à la Fête de la Science 2018 et à la Nuit des Musées. 7 Entre avril et novembre 2018, 9 tombes à couloir, 11 stèles, 1 sépulture à entrée
  • associées à des lots d’images compilées sous éclairages obliques (protocole ICEO) – et pour la première fois en 2018 sous illuminations virtuelles pour certains monolithes (Mougau Bihan, Kerlud, Er Lannic, Gavrinis R8) - et à la décorrélation d'image afin d’obtenir les meilleurs
  • résultats. Les modèles tridimensionnels produits avec ces différentes techniques sont consolidés dans un même système de coordonnées et traités suivant le protocole d'exploitation des représentations tridimensionnelles en archéologie (PETRA). Certains objets sont passés par toutes les
  • étapes de la chaîne opératoire à la date du 15 décembre 2018, d'autres sont en cours de traitement et les résultats reportés dans le rapport 2019. Après une année budgétaire difficile, le redressement de la subvention 2018 du CD56 doit être salué (montant demandé obtenu), compensant
  • une subvention moindre de la Région Bretagne dans le cadre de son appel à projet. Soulignons que le LARA a encore une fois investi dans du matériel d’acquisition et de traitement (achat d’un scanner Leica BLK360) dont le PCR a intégralement bénéficié. 8 Avertissement Ce rapport
  • passer du statut de rapport à celui de publication scientifique. S’agissant d’une opération en train de se réaliser, des conclusions et un bilan seront nécessaires. Certains sites sont en cours de traitement, d’une année à l’autre, et ce travail d’ajustement et de correction va
RAP03161.pdf (PLOUHINEC (29). Ménez Drégan 1 : des Préandertaliens aux Néandertaliens à l'extrème ouest de l'Europe. Rapport de FP 2015)
  • PLOUHINEC (29). Ménez Drégan 1 : des Préandertaliens aux Néandertaliens à l'extrème ouest de l'Europe. Rapport de FP 2015
  • , Pierre VOINCHET UMR 6566 CReAAH «Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » CNRS, Université de Rennes 1, Ministère de la Culture UMR 7194 Histoire naturelle de l’Homme préhistorique Paris et Rennes Novembre 2015 Sommaire Autorisation de fouille
  • très altérés ont pu être retrouvés et identifiés (équidé, bovidé) par des analyses paléogénétiques (Geigl 1996, Geigl et al. 2004). Les niveaux d’occupation sont très riches en industrie lithique. Dans son ensemble, cette industrie correspond au faciès Colombanien (Monnier 1996
  • et leur évolution vers le Paléolithique moyen ; elle fournit également des informations sur la gestion des matériaux et l'échelle des déplacements des groupes humains. Après l'étude de l’industrie des premiers secteurs fouillés (Molines 1996, Molines et Moncel 2005), une analyse
  • 2016). La gestion des ressources minérales utilisées pour la production de cette industrie avait fait l'objet d'un travail de master (Dréano 2010, 2011) et d’un article (Tsobgou-Ahoupé et Monnier, 2012). Un nouveau travail de master a permis d’inventorier les galets aménagés de la
  • 000 ans (parmi les plus anciennes en Eurasie) est un point crucial pour la connaissance de ces premiers peuplements et de leur acquisition de la maîtrise du feu. Dans les niveaux où figurent des foyers, les charbons témoignent des éventuelles préférences des préhistoriques pour
  • l’extrême ouest de l’Eurasie », dans le cadre plus large de l’axe thématique « Évolution des sociétés : les sociétés de chasseurs-cueilleurs » et son sous-axe : 10 « Les peuplements paléolithiques de l’ouest de la France dans leur contexte européen ». Elle contribue aux axes
  • , il pourrait s’agir d’occupations sur un laps de temps relativement important, partiellement en grotte ou protégées par des blocs effondrés, avec une organisation de l’espace autour de structures de combustion, la mise en évidence d’aires de rejet le long des parois et d’aires
  • Suivi de terrain & de laboratoire : Techno-typologie lithique et fouille : Anne-Lyse RAVON, Claire GAILLARD Géologie & géomorphologie : Jean-Laurent MONNIER, Bernard HALLEGOUET, Marine LAFORGE Description stratigraphique du gisement : Stéphan HINGUANT Données sédimentologiques
  • .................................................................................................................................... 2 Menez Dregan 1 : état des connaissances ..........................................................................5 La recherche à Menez-Dregan 1 .........................................................................................8 Nature et importance du site
  • ......................................................................................................................... 8 Problématique de la recherche et principaux travaux .................................................................................. 8 Insertion dans les programmes de recherche des deux UMRs en charge du programme........................ 10 Équipe scientifique Menez Dregan
  • (dont membres extérieurs aux UMRs 6566 et 7194)......................... 12 Rappels généraux sur le site de Menez Dregan 1 .............................................................15 Rappels généraux
  • Travaux de laboratoire .......................................................................................................40 Étude microstratigraphique et caractérisation analytique des marqueurs de combustion de la séquence de Menez-Dregan
  • ............................................................................................................................................ 40 1. Contexte des recherches et objectifs ................................................................................................. 40 2. Protocole d'étude
  • Analyse stratigraphique et analyse micromorphologique de la couche 5 .................................................. 65 Analyse stratigraphique.......................................................................................................................... 65 Analyse
  • des couches 7 et 8 ...................................................................... 76 Contraintes et perspectives ...............................................................................................80 Contraintes environnementales et spécifiques du site
  • d’effondrement ont en partie protégé de l’érosion la séquence stratigraphique et son contenu archéologique. Celui-ci témoigne de la présence humaine à l’extrême ouest de l’Eurasie (fig. 1) dès la fin du MIS (Marine Isotopic Stage) 13 ou début du MIS 12 (500 à 450 ka). Les fouilles ont lieu
  • chaque année depuis 1991 et leur arrêt entraînerait la perte des vestiges encore présents dans le site car celui-ci, actuellement en front de mer, est soumis à l’érosion des fortes tempêtes. Les premiers travaux ont concerné la partie sud, la plus menacée, puis au début des années
  • colmatée par des sédiments du Pléistocène. Le remplissage témoigne d'un bilan sédimentaire assez faible, dominé par les dépôts littoraux anciens et avec de nombreux hiatus (érosions). A la base, une plage fossile correspond probablement au premier stationnement de la mer au niveau de la
  • grotte, il y a environ 1,2 Ma (tableau 1). Ce stade serait responsable du façonnement de la plate-forme marine et de la formation du couloir d’abrasion qui constitue la grotte, et qui, à l’origine, était probablement double. Sur cette plage basale repose la couche archéologique 9, où
  • est enregistrée la première occupation humaine du site, et les premières traces de foyers, vers 465 ka (selon les datations par RPE / ESR). La séquence se poursuit par une alternance entre plages de galets déposées par la mer (couches 8 et 6) et sédiments beaucoup plus fins
RAP02036.pdf (PLOUHINEC (29). gisement paléolithique inférieur de Ménez Drégan I. rapport intermédiaire 2004 de fp 3 (2003-2005))
  • PLOUHINEC (29). gisement paléolithique inférieur de Ménez Drégan I. rapport intermédiaire 2004 de fp 3 (2003-2005)
  • fréquentation de grands herbivores. Bibliographie Jaubert J. (1993). Le gisement paléolithique moyen de Mauran (Haute-Garonne) : techno-économie des industries lithiques, Bulletin Société Préhistorique Française, 90, 5, 328-335. Farizy C., Jaubert J., David F. (1994). Hommes et bisons du
  • électronique (RPE) pour le site de Menez-Dregan 1 (Finistère). In ; « Datation », XXf rencontres internationales d'archéologie et d'histoire d'Antibes, J.-N. Barrandon, P. Guibert, V. Michel (dir.), éd. APDCA, Antibes, p. 207-215. MOLINES N., 1999 - Les industries à galets aménagés du
  • littoral sud-armoricain au Paléolithique inférieur. Etude techno-typologique, comparaisons avec des industries similaires en Europe et rapports avec l'Acheuléen. Thèse Université de Rennes (1996), 379 p. British Archaeological Reports, 795. MONNIER J.-L, HALLEGOUET B. (Dir.), avec la
  • l'autre soumis) qui replacent ces industries dans leur cadre environnemental et dans leur contexte régional. Au stade actuel de la fouille ce sont les niveaux d'occupation supérieurs (couches 4 et 5) qui nous ont livré le plus de matériel, la couche 7 n'est connue qu'en coupe et la
  • utilisation très importante des supports non retouchés (Tabl.1-2). Dans l'ensemble, les comportements techniques n'indiquent pas une grande modification des pratiques, cependant une évolution est perceptible entre le niveau inférieur (couche 9) et les deux dernières phases d'occupation
  • correspondant à une volonté de gestion optimale du nucléus et / ou à la production de supports courts et épais et qui se poursuivra dans le niveau 4. L'apparente uniformité qui pourrait se dégager des industries lithiques de MenezDregan 1, notamment au niveau du petit outillage, et que l'on
  • disposons, nous pouvons proposer le schéma suivant : pour les couches 5, 7 et 9 il pourrait s'agir d'occupations sur un laps de temps relativement long, établies partiellement en grotte ou protégée par les blocs effondrés, avec une organisation de l'espace autour de structures de
  • DRAC-SRA PLOUHINEC, FINISTERE î 1 -rev. 2 m COURRIER ARRIVEE RAPPORT INTERMÉDIAIRE SUR LA FOUILLE DU GISEMENT PALÉOLITHIQUE INFÉRIEUR DE MENEZ-DREGAN I Campagne 2004 Sous la direction scientifique de : Jean-Laurent MONNIER et Bernard HALLEGOUET Réalisé par : Stéphan
  • HINGUANT et Nathalie MOLINES U M R 6566 du CNRS « Civilisations Atlantiques et Archéosciences », CNRS, Université de Rennes 1, Ministère de la Culture Rennes 2004 CONSEIL GENERAL FINISTERE i à. fi Penn-ar-Bed ÇÎtysations Atlantiqu O C Archéosciences UNIVERSITE DE RENNES 1
  • PLOUHINEC c I tsj I ; S T È R E Za.f>.CDZi1 Menez-Dregan 1 - Campagne 2004 RAPPELS N° de site: 29-197-015 Cadastre : section ZW, parcelles 366, 370, 372 et hors parcelles Coordonnées Lambert II : X = 92,200. Y= 2353,800. Z moy. = 10 m NGF Autorisation n°: 2003/008 - 01108 1
  • - MISE EN PLACE DE LA CAMPAGNE 2 0 0 4 La campagne de terrain a débuté le 16 août et s'est achevée le 24 septembre 2004, soit une durée de 6 semaines. L'opération a été menée, sous la direction de Stéphan HINGUANT, par 22 bénévoles : Pénélope AMATO, David AOUSTIN, Gaël BIGET, Samuel
  • NEDELEC, Anne-Lyse RAVON et Sylviane RENAULT. Pénélope AMATO, Julie CREDOU, Jessica LOCQ et Anne-Lyse RAVON ont été formées à la manipulation du théodolite à visée laser. L'absence de Rozenn COLLETER (que l'I.N.R.A.P ne souhaite plus affecter sur le site de Menez-Dregan), qui assurait
  • ces dernières années le suivi topographique et la formation des bénévoles, s'est lourdement fait ressentir. Nous sommes redevables à Simon CARROUE d'avoir pu régler en partie de sérieux problèmes lors de la mise en place des stations d'enregistrements. Outre les visites de
  • (primaires et 6eme de Pont-Croix, terminales SVT de l'école Diwan de Carhaix). Nous avons également reçu les équipes respectives d'archéologues de deux chantiers en cours dans la région, celle de Josselin MARTINEAU (site médiéval de la Roche Maurice) et celle d'Elven LE GOFF (site gaulois
  • importante accumulation de sédiment issu de l'érosion du sol et donc un nettoyage plus long et fastidieux que d'habitude. Un aménagement supplémentaire est donc envisagé à l'amorce de l'escalier d'accès, destiné à dériver les eaux pluviales vers la falaise à l'ouest du site. De même, un
  • renforcement du muret de soutènement de ce secteur est prévu, les actions répétées des vagues et des ruissellements ayant endommagé sa base. 1 Menez-Dregan 1 - Campagne 2004 Pour la première fois depuis plusieurs années (cf. rapports antérieurs) nous n'avons pas à déplorer de fouilles
  • clandestines sur le site. La protection de sacs de sable et de plaques métalliques, renforcée à l'issue de la fouilles 2003, ainsi peut-être que les campagnes de sensibilisation auprès du public, ont semble t-il efficacement jouées leur rôle au cours de l'année. Nous avons mis en place une
  • foyer n° 3, deux échantillons), couche 5c est et couche 9a surface est. Datations, mesure de température de chauffe, chimie...(Christophe Falguères, JeanJacques BAHAIN, Ramiro MARCH) ; couche 5c centre, prélèvement des blocs plus ou moins rubéfiés du foyer 5c. (19 pièces au total
  • ) Palynologie (Lionel VISSET, Dominique MARGUERIE) : couche 5b' ouest (sous petite dalle) et couche 5 c est. Micromammifères (Jean-Claude MARQUET) : test dans le remplissage sableux très organique d'un terrier fossile, couche 5e centre. 3 - LES ACQUIS DE LA FOUILLE 2 0 0 4 La poursuite des
  • en place des stations topographiques, ce sont près de 10000 pièces qui ont été enregistrées au cours de cette campagne. Les niveaux inférieurs (couches 9a à 6), de même que les coupes stratigraphiques principales (notamment E-F et E'-F'), n'ont pas fait l'objet d'investigations
RAP01311.pdf (PLOUHINEC (29). menez drégan. rapport final de fouille programmée 1993-1995)
  • PLOUHINEC (29). menez drégan. rapport final de fouille programmée 1993-1995
  • : - Généralités et présentation du gisement. - Organisation de la campagne et déroulement des travaux. - Stratigraphie et description générale du gisement. Premier carroyage. - Répartition planimétrique de l'outillage au sommet de la plage 6. - Structure de galets rubéfiés (foyer). - Industrie
  • - sur la nature des vestiges immobiliers : G r o t t e rnarine effondrée - sur la nature des vestiges mobiliers : industrie lithique. ossements 1 3 • Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : F o u i l l e exhaustive de l
  • a g r o t t e (opérations t r i p n r ^ l p s ) Straticfraphie du remplissage.- Etude et répartition des industries lithiques. Etude de 1"habitat, des foyers. Paléoenvironnement Lieu de dépôt du mobilier archéologique :_ .:* 1 — „ „ 1-oc Ann* Laboratoire d'Anthropologie
  • SCIENTIFIQUE DE MENEZ-DREGAN p.6 m : DONNEES DE LA CAMPAGNE 1995 p8 - 1 - Déroulement des fouilles p.8 - 2 - Principaux résultats Stratigraphie Datations Industrie lithique Restes osseux Foyers p.9 IV : PRELEVEMENTS, ANALYSES EN COURS ET RESULTATS ACQUIS : UN BILAN DES INTERVENTIONS
  • du gisement. D'autres gisement similaires jalonnent le promontoire de la Pointe du Souc'h et fournissent des indices d'occupations préhistoriques au niveau des plages anciennes culminant entre 9 et 11 m NGF. Sortit » S B /:/Kerveneni KerVevan UñVstÓar ;fívo/r TroKohanÎA
  • lithique. - 40p, 8 figures, 12 planches photos hors texte. 1992 : - Généralités : géographie, géologie, géomorphologie. - Organisation de la campagne et déroulement des travaux. - Topographie. - Coupes stratigraphiques frontales et sagittales. - Données nouvelles sur la stratigraphie du
  • et perspectives. - Bibliographie. - 23p, 9 figures, 10 planches photos hors texte, 18 planches dessins industrie lithique. Im 1994 : - Avant-propos. Présentation de l'équipe scientifique pluridisciplinaire. - Présentation du site et travaux antérieurs. - Données de la campagne
  • micromorphologiques. * Nathalie MOLINES, Doctorant, rattachée à l'UMR 0153 (Université de Rennes I): techno-typologie des industries lithiques. * Christophe FALGUERES, Docteur d'Université, Chargé de Recherche au CNRS, Institut de Paléontologie Humaine (Paris), géophysicien : datations par U/Th et
  • Rennes 1), géoarchéologue : pétro-archéologie des industries lithiques. * Dominique MARGUERIE, Docteur d'Université, UMR 0153 (Université de Rennes 1), paléobotaniste, sédimentologue : palynologie, anthracologie et sédimentologie. * Patrick AUGUSTE, Docteur d'Université, Institut de
  • grotte et laisse supposer l'importance que celle-ci devait avoir pour les préhistoriques. Nous devons ajouter à ce nombre tous les objets non cotés car déplacés ou mal localisés en stratigraphie (décapages, nettoyages de coupes, ruissellements, fouilles clandestines...). Des milliers
  • taille a dû être consommé par les préhistoriques sur le site de Menez-Dregan comme le suggèrent le fragment d'épiphyse de la couche 9 et la dent (éléphant ?) de la couche 5 c découverts en 94. Au total, près d'une vingtaine de restes osseux ont été prélevés depuis 1993. Une majorité
  • un contexte oscillant entre un milieu tempéré littoral et un milieu boréal littoral. Les arrivées de heads peuvent avoir une origine autre que périglaciaire (surcharge hydrostatique, déstabilisation par la houle ou séismicité). - 3 - Pétrographie des industries Iithiques
  • UMR153 "CIVILISATIONS ATLANTIQUES ET ARCHEOSCIENCES" CNRS, UNIVERSITE de RENNES I, MINISTERE DE LA CULTURE RAPPORT DE FIN D'OPERATION TRIENNALE SUR LA FOUILLE DU GISEMENT PALEOLITHIQUE INFERIEUR DE MENEZ-DREGANI Campagne 1995 Fouille programmée S.D.A, Service Régional de
  • l'Archéologie programme P4, autorisation n° 000 795 Département : Finistère. Commune : Plouhinec Cadastre : section ZW n° 366, 370, 372 et hors parcelles Coordonnées Lambert II : x = 92, 200. y = 2353, 800 N° de site : 29 197 015 Responsables scientifiques : Jean-Laurent MONNIER, Directeur
  • de Recherche au CNRS, UMR 153 "Civilisations Atlantiques et Archéosciences", Laboratoire d'Anthropologie, Université de Rennes I Bernard HALLEGOUET, Maître de Conférences, URA 904 CNRS "Dynamique et Gestion des Espaces Littoraux", Université de Bretagne Occidentale (Brest
  • ), associé à l'UMR 153 Chef de chantier et réalisation du rapport : Stéphan HINGUANT, Chargé d'Etudes AFAN, rattaché à l'UMR 153 Etude du mobilier lithique : Nathalie MOLINES, Doctorant, rattachée à l'UMR 153 Novembre 1995 ANNEXE 4 S1GNALKUQUE FICHE Site n * : I a_J! 9 I U J L a J L
  • HENAFF Jean + domaine public maritime Propriétaire du terrain :. Protection juridique : Autorisation n * : 795 Valable du au_ 199. S S 2 5 Titulaire : J e a n - I a u r e n t MQNNTNR Organisme de rattachement : Q^s il Raison de l'urgence : Bo 366 370 3 7 2 et hors parcelles
  • zw Section et parcelle :_ Erosion marine Maître d'ouvrage des travaux :- UMR 153 du CNRS Surface fouillée : 80 m2 Surface estimée du site : 130 m2 Mots-Clefs (thésaurus DRACAR pour la chronologie et les vestiges immobiliers) : • «UT Ifl chronologie • P PaléolitMque inférieur
  • DES SPECIALISTES p 12 - 1 - Sédimentologie p. 12 - 2 - Micromorphologie (par B. VAN VLIET-LANOE) p. 12 - 3 - Pétrographie des industries lithiques p. 13 - 4 - Paléomagnétisme p. 14 - 5 - Paléobotanique p. 14 - 6 - Paléoparasitologie p. 15 Im - 7 - Biochimie : ADN
  • données recueillies sur le site de Menez-Dregan et dans les falaises du Cap-Sizun (par B. HALLEGOUET) p.22 VI : LES STRUCTURES ANTHROPIQUES p 24 - 1 - Les sols d'habitat supposés p.24 - 2 - Description des foyers reconnus La structure de la couche 5c Le foyer de la couche 5e/6 p
RAP02518.pdf (rapport de la campagne de fouille 2009 sur le gisement paléolithique inférieur de Ménez Drégan I. rapport intermédiaire de fp triennale (2009-2011))
  • rapport de la campagne de fouille 2009 sur le gisement paléolithique inférieur de Ménez Drégan I. rapport intermédiaire de fp triennale (2009-2011)
  • industries humaines témoignent de tout temps de la volonté de transformer et « améliorer » leur état d'être. 2SIS POUHINEC, FINISTERE RAPPORT DE LA CAMPAGNE DE FOUILLE 2009 SUR LE GISEMENT PALEOLITHIQUE INFERIEUR DE MENEZ-DREGAN I Fouille programmée triennale (1/3) Responsable de
  • DE ^ RENNES 1 Penn Âr Bed Rennes Novembre 2009 Les industries humaines témoignent de tout temps de la volonté de transformer et « améliorer » leur état d'être. Introduction L'opération archéologique de fouille de la grotte effondrée de Menez-Dregan I arrive cette année à
  • (500 000-300 000 ans av. J.C.), ce site a produit dans ses couches supérieures une abondante industrie lithique. Cette industrie est composée d'un stock macrolithique (pièces sur la masse centrale) et d'un stock essentiellement représentée par des éclats bruts ou outils (grattoirs
  • , cependant une certaine évolution est perceptible entre le niveau inférieur (couche 9) et les deux dernières phases d'occupation (couches 4 & 5), avec un investissement technqiue légèrement plus poussé correspondant à une volonté de gestion optimale du nucleus et/ou à la production de
  • sédimentologie et la paléobotanique. L'article (Lefort et al., 2007) fait le point sur cette question et défend certaines hypothèses. 12 Eclats de silex (couche 5d') issus de rognons très peu émoussés © J.L. Monnier 13 Si l'on peut parler de faciès régional pour les industries à galets
  • analogies sont possibles entre les industries du littoral sud-armoricain et celles des sites de Tautavel (PyrénéesOrientales) ou de Terra Amata (Alpes-Maritimes). Des comparaisons intéressantes peuvent aussi s'orienter vers des gisements espagnols, italiens et surtout du Portugal
  • grossier et les courbes granulométriques sont sublinéaires et peu redressées, soulignant le faible classement et un mélange de stocks. • Couche 4b: idem; galets marins et industrie lithique dispersée, présence de gros blocs granitiques anguleux. Les caractères granulométriques sont
  • démontage a mis en évidence la richesse en industrie lithique et l'aspect désorganisé des galets (par rapport à un cordon naturel) sur les 20/30 premiers centimètres. La base de la couche est constituée de galets de très petit module; les artefacts y sont absents ou rares. La matrice de
  • comme la couche la plus fortement anthropique du gisement, extrêmement riche en industrie lithique et conservant des structures. L'abondance de matières charbonneuses organiques (charbons de bois, petits fragments osseux carbonisés...), associées à ces structures, confirme la
  • terrain & de laboratoire : Géologie & géomorphologie : Jean-Laurent MONNIER, Bernard HALLEGOUET & Rodrigue TSOBGOU AHOUPE Etudes géologiques et géo-mécaniques des matériaux : Rodrigue TSOBGOU AHOUPE & Sylvain BLAIS UMR 6566 CReAAH «Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences
  • l'opération : Jean-laurent MONNIER Adjoints au Responsable : Rodrigue TSOBGOU AHOUPE & Anne-Lyse RAVON Suivi de terrain & de laboratoire : Géologie & géomorphologie : Jean-Laurent MONNIER, Bernard HALLEGOUET & Rodrigue TSOBGOU AHOUPE Etudes géologiques et géo-mécaniques des matériaux
  • l'évaluation de la productivité de la couche 6. Cette couche est un ancien cordon de galets anthropisé dans sa partie supérieure (du moins c'est ce que l'on observe dans l'état actuel des recherches), et ce sur l'ensemble de son extension horizontale. Rapportée au Paléolithique inférieur
  • , racloirs, encoches, denticulés, etc.). On distingue ainsi un « outillage lourd » (principalement des choppers) et un « outillage léger » (éclats et outils retouchés sur éclats). Ces deux ensembles correspondent à deux chaînes opératoires bien distinctes basées sur l'exploitation de
  • , en gros entre Noirmoutier et Crozon. La plupart de ces sites sont menacés par l'érosion marine et font l'objet d'un pillage intensif par les clandestins. L'opération Menez-Dregan s'intègre à un plus vaste programme que l'on peut intituler «des Prénéandertaliens aux Néandertaliens
  • à l'extrême ouest de l'Eurasie », dans le cadre plus large de l'axe thématique de l'UMR 6566 « Evolution des sociétés : les sociétés de chasseurs-cueilleurs » et son sous-axe : « les peuplements paléolithiques de l'Ouest de la France dans leur contexte européen » . Elle contribue
  • aux axes transversaux « Paysages, environnements et sociétés », « Occupation et exploitation du littoral » et « L'Homme et le feu », intégrant aussi les géomatériaux (variété des matériaux lithiques mis en œuvre), la technologie lithique, la sédimentologie, la paléo-botanique et
  • les datations physico-chimiques. D'autres aspects plus « pionniers » sont également développés (paléogénétique, paléoparasitologie). Il s'agit de connaître et comprendre comment se sont constitués et ont évolué les plus anciens peuplements dans l'un des « culs de sacs » les plus
  • forte présence néandertaliennes encore mal connue, que malheureusement l'érosion marine et les aménagements anthropiques font disparaître rapidement. 3 Des avancées considérables (voir publications) ont été réalisées depuis la découverte du premier site de ce type (St-Colomban à
  • Carnac) en 1980. Il est nécessaire de préciser les datations, de mieux cerner le contexte paléoenvironnemental et l'organisation de l'habitat (la structuration des habitats du Paléolithique inférieur est mal connue), de mieux situer ce groupe dans le cadre du Paléolithique inférieur
  • européen. La présence de structures de combustion s'échelonnant entre 350000 et 500000 ans est également un point crucial pour la connaissance de la première maîtrise du feu. Les travaux menés à Menez-Dregan sur les vestiges osseux constituent aussi un avancée dans le domaine de la
RAP02033.pdf (GROIX (56). occupation humaine. rapport de prospection thématique)
  • GROIX (56). occupation humaine. rapport de prospection thématique
  • opérations de 2003 B - Organisation de la fouille 1 - Le site 2 - Déroulement des opérations C - Résultats 1 - La stratigraphie 2 - Les structures 3 - Le mobilier 4 - Interprétation et perspectives Bibliographie Annexe 40 40 41 43 44 44 45 46 47 55 62 67 69 70 IV - Epoque gallo-romaine
  • ce dernier (évolution des lignes de rivage et du niveau de la mer, exploitation des ressources naturelles. . . ). - Caractérisation typo-chronologique des vestiges des diverses périodes reconnues (préciser la chronologie et la nature des sites). - Evaluation du caractère insulaire
  • : l'île de Groix. Mémoire de DEA de l'Institut de Géologie, Rennes, 16 p. - QUINQUIS H. ; 1980 - Schistes bleus et déformation progressive : l'exemple de l'île de Groix (MassifArmoricain). Thèse de doctorat de l'Université de Rennes 1, 18 p. - RICHARDS L.E. ; 1983 - Tectonic évolution
  • corrélation stratigraphique a été également proposée pour le secteur compris entre Locqueltas et la Pointe des Chats. Ces deux sondages ont permis de mieux cerner le contexte stratigraphique entourant ces industries à galets aménagés. Les occupations se sont effectuées directement sur les
  • recueillies lors de cette campagne montrent une grande similitude avec les industries à galets aménagés du littoral sud-armoricain tant au niveau typologique que technologique. Ces industries montrent également une grande adaptation des Préhistoriques aux matériaux, ici principalement des
  • éventuellement retrouver des niveaux à industries moins érodés. Ce sondage a été complété par le relevé de deux coupes surplombant la plage (fig.7) 1 - Description du sondage Le sondage réalisé en arrière du cordon littoral, et orienté nord-ouest / sud-est présentait une surface totale de 10
  • : Description du sondage Au niveau du sondage, la plage ancienne (couche V) repose directement sur ce niveau. Elle est composée de cailloutis et de galets emballés dans une matrice marron clair limono-sableuse très indurée. Elle comporte également de nombreux galets de silex. L' industries
  • UMR 6566 du CNRS "Civilisations Atlantiques et Archéosciences" (CNRS, Universités de Rennes 1, Rennes 2 et Nantes, Ministère de la Culture) DRAC-SRA -8FEV.2005 COURRIER ARRIVEE Programme de recherche diachronique sur l'île de Groix (Morbihan) Coordonnatrice du programme : N
  • . Molines Rapport de fouille et sondage 2004 Réalisé par : M. Y. Daire - Age du Fer - Pointe des Saisies, Locmaria N. Molines - Paléolithique - Pointe des Chats Rennes 2005 UMR 6566 du CNRS "Civilisations Atlantiques et Archéosciences" (CNRS, Universités de Rennes 1, Rennes 2 et
  • Nantes, Ministère de la Culture) Programme de recherche diachronique sur l'île de Groix (Morbihan) Coordonnatrice du programme : N. Molines Rapport de fouille et sondage 2004 Réalisé par : M. Y. Daire - Age du Fer - Pointe des Saisies, Locmaria N. Molines - Paléolithique - Pointe
  • des Chats Rennes 2005 Sommaire Préambule I - Introduction - Rappel de la problématique générale 1 2 3 4 - 1 Présentation générale du programme Problématique et choix des sites Présentation de la zone d'étude Bibliographie générale 1 2 6 10 II - Les occupations
  • opérations archéologiques en parallèle, couvrant le Paléolithique, le Néolithique et l'Age du Fer. Cette année, aucune opération de terrain n'a eu lieu pour le Néolithique, cependant les recherches sur l'île sont toujours d'actualité. En effet, il a été décidé, avant toute nouvelle
  • opération de terrain pour cette période, de réaliser un inventaire des monuments, encore en place sur l'île, et un recollement des collections. Pour ce faire, deux étudiants (D. Bonniol et E. Bellamy) de Master 1 de l'Université de Rennes 2 ont été chargés de réaliser ce travail, sous la
  • direction de J.N. Guyodo. Il donnera lieu à une phase de reconnaissance et de relevés sur le terrain lors de la campagne 2005. Par ailleurs, les études concernant le Mésolithique et l'époque galloromaine vont connaître également un nouvel essr lors de la future campagne, respectivement
  • sous la responsabilité de G. Marchand et L. Langouët. Programme de recherche diachronique - lie de Groix - 2004 I - Introduction - Rappel de la problématique générale Les sites ayant fait l'objet de sondages lors de la campagne 2004 se trouvaient tous dans le périmètre de la
  • Réserve Naturelle François Le Bail gérée par la SEPNB Bretagne Vivante, une convention a donc été signée entre la responsable du programme archéologique et le conservateur de la réserve Michel Ballèvre. Outre le conservateur, nous tenons à remercier Catherine Robert et Frédéric Cornoux
  • , animateurs au sein de la réserve pour leur accueil et leurs conseils, ce qui nous a permis de concilier patrimoine archéologique et patrimoine naturel. Nous tenons également à associer à ces remerciements Monsieur le Maire Eric Regenermel et son équipe municipale. Serj Bihan, fort d'une
  • longue expérience de prospecteur sur l'île, nous a également apporté son aide lors des prospections et en nous faisant part de données inédites. Tous nos remerciements également aux fouilleurs sans qui cette opération n'aurait pu avoir lieu : Clarisse, Solène, Pierre-Yves, Luc, Klervi
  • , les deux Hélène, Ronan, Pierre-André, Sandra, Loïc; Gwénaëlle, et à Laurent Quesnel pour la couverture photographique des différentes opérations et la réalisation de nombreuses figures. 1 - Présentation générale du programme Une première ébauche d'étude pluridisplinaire et
  • diachronique sur l'île de Groix (Mobihan) a été réalisée en 1989 et 1990 lors d'une opération de prospection-inventaire programmée dans le cadre de l'AMARAI (Association Manche Attantique pour la Recherche Archéologique dans les Iles) et mise en œuvre sur le terrain par F. Goupil (Goupil
RAP02427.pdf (BELZ (56). l'ensemble mégalithique de Kerdruellan. rapport de fouille préventive)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • BELZ (56). l'ensemble mégalithique de Kerdruellan. rapport de fouille préventive
  • ». — Vestiges immobiliers : menhirs, fosses de calages, fossés — Vestiges mobiliers : céramique, industrie lithique COMMENTAIRE : Le site fait état de vestiges de la période Néolithique s.L, ensemble de blocs couchés interprétés comme des menhirs et scellés par d'importants dépôts
  • - La prescription de fouille et ses objectifs (C. Boujot et S. Hinguant) 20 3 ■ L'opération de fouille (C. Boujot. S. Hinguant) 23 3.1 - Moyens et organisation générale (S. Hinguant) 23 3.1.1 - Le décapage et les conditions de l'intervention (S. Hinguant) 23 3.1.2 - Les
  • l'emprise sont positives et montrent une concentration de vestiges sous formes de dalles de pierres, éparpillées sans organisation apparente. Ces pierres sont toutefois associées à quelques rares structures en fosses et à un mobilier céramique correspondant à des témoignages
  • : le chevalier de Robien (BOUJOT, PINET, 2007). Depuis lors, différentes approches et études ont été mises en oeuvre afin de mieux les connaître, déterminant une tradition des recherches préhistoriques bretonnes essentiellement tournée vers une archéologie des mégalithes. Cette
  • fouille préventive (240 000 euros) a été intégralement pris en charge par le Fond national pour l'archéologie préventive (FNAP). 3.1 Moyens et organisation générale S. Hinguant 3.1.1 Le décapage et les conditions de l'intervention Le site semble occuper une position particulière et
  • comportant divers renseignements sur - 23 - 2008 L'ensemble mégalithique de Kerdruellan à Bel: 2008 le matériau, la morphologie, les cassures, les traces de débitage, de mise en forme (taille, façonnage, piquetage,...) et d'érosion (FIG. 17). 3.2 3.2.1 Organisation générale
  • et l'évolution post-dépositionnelle. Dans cette optique, une intervention a eu lieu au cours de la campagne de fouille pour étudier la dynamique de formation du sol et son évolution. La démarche consiste en une observation fine de la stratigraphie, de l'échelle du terrain jusqu'à
  • d'hydromorphie liés à sa position topographique, plus proche du ruisseau. Il doit être comparé au profil A pour compléter l'étude du mode de mise en place des couches et de leur évolution (FIG. 23, B). • Profil C, sous un monolithe. Localisé sous un grand bloc allongé à proximité de sa fosse
  • spécifiquement la nature et l'organisation des dépôts archéologiques à l'échelle microscopique. L'étude micromorphologique favorise la différenciation entre les processus sédimentaires (transport, mode de dépôt), anthropiques (nature des activités humaines) et pédologiques (évolution au cours
  • , Inrap. L'ensemble mégalithique Fïci," de Kérdruellan à Belz ■^ (Morbihan) A Rapport de fin d'opération préventive Arrêté n° 2005/93 du 05 07 2005 Opération Inrap n° DB 05005902 sous la direction de Stéphan Hinguant et de Christine Boujot avec les contributions de : Xavier Hénaff
  • Opération Inrap n° DB 05005902 sous la direction de Stéphan Hinguant et de Christine Boujot I avec les contributions de : Xavier Hénaff Stéphane Jean Françoise Labaune-Jean Nancy Marcoux Hervé Paitier Carole Vîssac L'ensemble mégalithique de Kerdruellan à Belz Les auteurs Christine
  • Boujot : néolithicienne, ingénieur de recherche, DRAC/Bretagne, service régional de l'Archéologie et UMR 6566 du CNRS (CReAAH), responsable du thème de recherche sur les pierres dressées, étude du mégalithisme. Mathilde Dupré : dessinatrice et infographe, Inrap Grand Ouest, PAO
  • . Stéphan Hinguant : préhistorien et géomorphologue, ingénieur de recherche, Inrap Grand Ouest et UMR 6566 du CNRS (CReAAH), titulaire de l'autorisation de fouille, étude géomorphologique et étude du mobilier lithique. Xavier Hénaff : néolithicien et céramologue, assistant d'opération
  • Deschamps, conservateur régional Gestion : Inrap, Direction interrégionale Grand Ouest, Cesson-Sévigné Gilbert Aguesse, directeur interrégional Michel Baillieu, adjoint scientifique et technique Équipe de fouille : Christine Boujot, François Briand, Vérane Brisotto, Jérôme Defaix, Éric
  • . Remerciements Préalablement à l'exposé de ce rapport nous tenons adresser nos remerciements aux très nombreuses personnes qui, à des degrés divers, ont contribué à la réalisation et au succès de cette opération. Notre reconnaissance s'adresse tout d'abord à nos collègues de l'Inrap et de la
  • DRAC Bretagne dont les compétences administratives, techniques et scientifiques ont été déterminantes tout au long de ce dossier depuis les premiers courriers, la mise en place de la fouille jusqu'au classement du site. Notre gratitude s'adresse également à toute l'équipe de l'UMR
  • 6566 du CNRS (CreAAH) pour l'intérêt porté à cette opération inédite par de nombreuses visites qui furent autant d'occasions d'échanges et de réflexions dont nous avons pu tirer les plus grands bénéfices. Enfin, nous sommes obligés envers tellement de personnes qu'il nous est
  • difficile de les citer toutes ; aussi nous leur exprimons collectivement toute notre reconnaissance pour leur soutien et pour tout ce que nous avons pu apprendre à leur contact. - 3 - L'ensemble mégalithique de Kerdruellan à Bel: FICHE SIGNALÉT1QUE Localisation de l'opération SITE N
  • ° 56 013 0024 DÉPARTEMENT : Morbihan COMMUNE : Belz Lieu dit ou adresse : Kerdruellan Année cadastre : 2004 Section(s) et parcelle(s) : AH 153, 155, 547, 572p, 638p, 639p, 641p. Coordonnées Lambert Zone : II xl = 185,200 yl = 2311,650 Altitude moy. : 10 m. NGF Identité de
  • l'opération Arrêté n° 2005/093 du 05-07-2005 TITULAIRE (nom et prénom) : Stéphan Hinguant Organisme de rattachement : Inrap Nature : fouille préventive Date d'intervention : du 13-03-2006 au 15-06-2006 Propriétaire du terrain : M et Mme Pierre DANIEL Motif de l'opération : lotissement
RAP03055.pdf (PLOUHINEC (29). Ménez Drégan 1 : des prénéandertaliens aux néandertaliens à l'extrême ouest de l'Europe. rapport final de fp 2012-2014)
  • PLOUHINEC (29). Ménez Drégan 1 : des prénéandertaliens aux néandertaliens à l'extrême ouest de l'Europe. rapport final de fp 2012-2014
  • VOINCHET UMR 6566 CReAAH «Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire »CNRS, Université de Rennes 1, Ministère de la Culture UMR 7194 Histoire naturelle de l’Homme préhistorique Paris et Rennes Novembre 2014 1 Sommaire Menez Dregan 1 : état des connaissances
  • ossements très altérés ont pu être retrouvés et identifiés (équidé) par des analyses paléogénétiques (Geigl 1996). Les niveaux d’occupation sont très riches en industrie lithique. Dans son ensemble, cette industrie correspond au faciès Colombanien (Monnier 1996), un faciès du
  • connaissance de ces premiers peuplements et de leur acquisition de la maîtrise du feu. L'industrie lithique, très abondante dans tous les niveaux d'occupation permet de préciser les particularités technologiques du Colombanien et leur évolution vers le Paléolithique moyen ; elle fournit
  • 2010, 2011, Ravon et Monnier, 2013) et se depuis la rentrée 2012 grâce au financement d'une thèse de doctorat par l'ARED-Bretagne (Ravon, en cours). La gestion des ressources minérales utilisées pour la production de cette industrie avait fait l'objet d'un travail de master (Dréano
  • au programme de l’UMR 6566 (CReAAH, Université Rennes 1) intitulé «des Prénéandertaliens aux Néandertaliens à l’extrême ouest de l’Eurasie », dans le cadre plus large de l’axe thématique « Évolution des sociétés : les sociétés de chasseurs-cueilleurs » et son sous-axe : « Les
  • scientifiques des deux UMRs impliquées UMR 7194 – (http://hnhp.cnrs.fr/) « Histoire Naturelle de l’Homme Préhistorique » (Muséum national d'Histoire naturelle, Paris) Équipe I - Les hominidés au Quaternaire : milieux et comportements Coordinateurs F. Sémah et M.-H. Moncel. Thème 1 – Les plus
  • (ou l'absence) d'un seul type d'outil (le biface). Des analogies sont possibles entre les industries du littoral sud-armoricain et celles des sites de Tautavel (Pyrénées-Orientales) ou de Terra Amata (Alpes-Maritimes). Des comparaisons intéressantes peuvent aussi s’orienter vers
  • Plouhinec, Finistère MENEZ DREGAN 1 Des Prénéandertaliens aux Néandertaliens à l’extrême ouest de l’Europe RAPPORT DE FOUILLE TRIENNAL 2012 - 2014 et rapport sur la campagne de fouille 2014 autorisée par l’arrêté 2014-015 Responsable d’opération : Claire GAILLARD Adjointe au
  • responsable d’opération: Anne-Lyse RAVON Suivi de terrain & de laboratoire : Techno-typologie lithique et fouille : Anne-Lyse RAVON & Claire GAILLARD Géologie & géomorphologie : Jean-Laurent MONNIER, Bernard HALLEGOUET & Marine LAFORGE Description stratigraphique du gisement : Stéphan
  • ................................................................. 3 La recherche à Menez Dregan ................................................................................... 6 Nature et importance du site............................................................................................................... 6 Problématique de la
  • ..................................................... 9 Équipe scientifique Menez Dregan (dont membres extérieurs aux UMRs 6566 et 7194) : ............ 10 Rappels généraux sur le site de Menez Dregan 1.................................................... 15 Situation et contexte archéologique
  • .................................................................................................. 15 Contexte géologique et formation de la grotte.................................................................................. 21 Rappels sur la topographie, la stratigraphie et la néotectonique ..................................................... 26 Topographie et
  • fouille 2014.................................................................................... 55 Mise en place de la campagne ......................................................................................................... 55 Moyens matériels mis en œuvre et aspects
  • de l’érosion la séquence stratigraphique et son contenu archéologique. Celui-ci témoigne de la présence humaine à l’extrême ouest de l’Eurasie (fig. 1) dès la fin du MIS (Marine Isotopic Stage) 13 ou début du MIS 12. Les fouilles ont lieu chaque année depuis 1991 et leur arrêt
  • la stratigraphie est mieux développée. Cependant, la plus ancienne couche archéologique (couche 9) reste à fouiller sur la quasi-totalité du site et n’est guère connue que par les sondages initiaux. L'ultime cavité était entièrement colmatée par des sédiments du Pléistocène. Le
  • remplissage témoigne d'un bilan sédimentaire assez faible, dominé par les dépôts littoraux anciens et avec de nombreux hiatus (érosions). A la base, une plage fossile correspond probablement au premier stationnement de la mer au niveau de la grotte, il y a environ 1,2 Ma (tableau 1). Ce
  • stade serait responsable du façonnement de la plate-forme marine et de la formation du couloir d’abrasion qui constitue la grotte, et qui, à l’origine, était probablement double. Sur cette plage basale repose la couche archéologique 9, où est enregistrée la première occupation
  • humaine du site, et les premières traces de foyers, vers 465 ka (selon les datations par RPE / ESR). La séquence se poursuit par une alternance entre plages fossiles de galets déposées par la mer (couches 8 et 6) et sédiments beaucoup plus fins accumulés surtout par le ruissellement
  • , parfois par le vent ; ceux-ci sont riches en matières organiques, d’origine anthropique et / ou naturelle (couches 9, 7 et 5). La dernière phase d’occupation est enregistrée entre 200 et 350 ka dans la couche 4b qui a livré un pavage de pierres le long de la paroi, alors que l’abri
  • résiduel était très restreint. La stratigraphie se termine par des sables dunaires et des éboulis de pente marqués par l’action du gel. La chronologie de cette séquence (tableau 1) se réfère préférentiellement aux datations par RPE (résonnance paramagnétique électronique ou electron
RAP01290.pdf (LOCMARIAQUER (56). la table des Marchand, l'alignement du grand menhir et l'habitat pré table des Marchand. rapport final de synthèse de fouille programmée 1989-1991)
  • LOCMARIAQUER (56). la table des Marchand, l'alignement du grand menhir et l'habitat pré table des Marchand. rapport final de synthèse de fouille programmée 1989-1991
  • . 2.3.1. -Etat des lieux en 1986. 2.3.2. -Premières problématiques. 2.3.3. -Organisation du chantier. 2.3.4. -Résultats globaux à l'issue du premier plan triennal. 2.3.5. -Problèmes de terminologie. 3 -Le second programme triennal (1989-1991) 3.1. - Problématique et objectifs. 3.2
  • avons eu l'occasion de vérifier les variations de l'aspect du socle et les travaux préhistoriques qui l'ont affecté. La fosse ZI.7. Dans la partie sud-est de la zone décapée, le socle apparaît, parfois sous quelques centimètres de terre à peine, sous un aspect de petites plaquettes
  • Centre National de la Recherche Scientifique (U.P.R. 403) et Université de Nantes (Lab oratoire de Préhistoire armoricaine ) Jean L'HELGOUAC'H - Serge CASSEN - Nelly LE MEUR (avec le concours de Liliane ARNAUD) MORBIHAN LOCMARIAQUER LA TABLE DES MARCHAND L'ALIGNEMENT DU GRAND
  • -MENHIR ET L'HABITAT PRE-TABLE DES MARCHAND Bilan du deuxième programme triennal de recherches (1989-1991) Ministère de la Culture et de la Communication (Sous-Direction de l'Archéologie) Département du Morbihan Ville de Locmariaquer SOMMAIRE Remerciements Avant-propos 1 - Le
  • cadre géographique et l'implantation mégalithique dans le Golfe du Morbihan. 2.-Historique des travaux sur la Table des Marchand. 2.1. - Problèmes de toponymie. A propos de l'appellation TABLE DES MARCHAND(S). 2.2. - Travaux anciens. 2.3. - Les travaux du programme triennal 1986-1988
  • . - Procédures de fouilles. 3.3. - Résultats 3.3.1.-Compléments d'informations sur le cairn et ses éboulis. 3.3.2 - La datation radiocarbone du foyer F 5. 3.3.3. -Affleurements granitiques, nivellements et carrières. La fosse ZL7. carrières et dépotoirs. 3.3.4. - L'alignement du Grand Menhir
  • de la Culture et de la Communication - le Département du Morbihan - la Ville de Locmariaquer. Nous remercions vivement ces trois partenaires qui ont assuré le financement de l'opération, la Société d'Aménagement du Morbihan (Sagemor) et l'Association pour les Fouilles
  • archéologiques nationales (AFAN) qui ont géré le personnel contractuel et les crédits. A la Sagemor et à la Municipalité de Locmariaquer nous témoignons de notre vive gratitude pour l'aide technique apportée pour le fonctionnement général du chantier et pour leur importante contribution à la
  • et techniques -de la Direction des Antiquités de Bretagne qui a pris en charge une part importante de l'intendance et de la logistique - de la Direction des Antiquités des Pays de la Loire pour le prêt de matériels techniques, - du Centre National de la Recherche Scientifique et
  • souligner bien davantage combien leur contribution, bénévole et anonyme, à une recherche souvent ingrate et toujours aléatoire, est pour nous fondamentale. Nous leur adressons nos plus vives remerciements et l'assurance de notre reconnaissance; tout spécialement nous sommes redevables de
  • l'amitié de ceux qui reviennent durant plusieurs années, assurant avec nous la mémoire de la recherche, la continuité méthodologique du travail et l'encadrement des nouveaux fouilleurs. LOCMARIAQUER Etat de la Table des Marchand avant 1937. On peut remarquer le niveau du eairn autour
  • de la chambre, le sommet de la dalle de chevet et la cassure de l'extrémité est de la dalle de couverture. "L'importance des monuments de Locmariaquer et leur célébrité, Monsieur le Ministre, en font vivement désirer la conservation". Prosper Mérimée, 1836. La Table des
  • Marchand et le Grand Menhir (brisé) forment, avec le tumulus voisin d'Er Vingle, l'un des ensembles mégalithiques les plus spectaculaires de Bretagne. La renommée internationale de ce site est due à la dimension colossale du Grand Menhir (environ 300 tonnes) taillé dans un matériau
  • (orthogneiss) étranger au socle rocheux de Locmariaquer, au problème subséquent de son transport et de son mâtage, au mystère bien entretenu, durant des décennies, sur les causes et la date de sa chute, à l'équilibre séculaire de l'énorme Table des Marchand perchée sur trois piliers et
  • enfin à la qualité des gravures et sculptures visibles à l'intérieur de la chambre, sous cette Table. Jusqu'en 1937, la Table des Marchand et le Grand Menhir ont fourni une illustration idéale du mégalithisme romantique et celtomaniaque. Puis les protections effectuées à cette date
  • ont bouleversé la vision ethnographique, bien ancrée dans les mentalités, sans apporter de compensation scientifique. A partir de 1986, les recherches ont été reprises pour une connaissance plus approfondie des structures de la Table des Marchand (tombe centrale et cairn) et pour
  • une remise en état de l'ensemble de l'édifice en rapport avec les réalités architecturales mises en évidence. LE GOLFE DU MORBIHAN Carte de répartition des grands monuments à dalles ornées (Néolithique moyen) 1 - Le cadre géographique et l'implantation mégalithique dans le
  • de Kerpenhir à l'Ouest et la pointe de Port Navalo - Bilgroix à l'Est, cette zone est parsemée de nombreuses iles de toutes dimensions, allant de l'îlot d'Er Lannic à la vaste Ile-aux-Moines. A l'époque néolithique, le niveau moyen de la mer se situant à 6 mètres au moins sous le
  • coulent que deux rivières, celle d'Auray venant du Nord et celle de Séné/Vannes venant de l'Est. C'est dans la zone occidentale du Golfe, située près de l'accès à l'Océan, que se trouve la concentration la plus remarquable de très grands monuments mégalithiques renfermant la majeure
  • partie des oeuvres d'art pariétal du Morbihan et de l'Armorique. En effet, on y rencontre, à l'Est, la tombe à couloir de Penhape à l'Ile aux Moines, vers le Nord, la tombe sous cairn de Gavrinis et celle à encorbellement de l'Ile Longue, toutes deux sur Larmor-Baden, vers le Sud, sur
RAP03523 (Corpus des signes gravés néolithiques. Rapport de PCR 2017)
  • projet collectif de recherches
  • Corpus des signes gravés néolithiques. Rapport de PCR 2017
  • une publication. Des discussions sont par ailleurs ouvertes et offertes au lecteur au terme de chaque descriptif de site, mais doivent être considérées comme réflexions « à chaud », sans les contrôles croisés, recherches bibliographiques poussées, organisation des arguments, etc
  • processus qui consiste à organiser ses données de manière à pouvoir facilement y accéder et les retravailler. − L'archivage pérenne est le processus qui consiste à documenter et placer les données dans un lieu sûr pour les transmettre aux générations futures. Ces deux phases de travail
  • ) visant à faciliter le tournant numérique de la recherche en sciences humaines et sociales. Au cœur des humanités numériques, elle est bâtie sur une organisation originale consistant à mettre en œuvre un dispositif humain (concertation collective) et technologique (services numériques
  • … Plusieurs niveaux de lectures devraient alors permettre de satisfaire les besoins de chacun. 1.6. Résultats attendus À la fin de ce rapport, un second bilan (après celui énoncé dans le rapport de l’année-test 2016) sera porté sur les protocoles adoptés et sur leur éventuelle évolution
  • beaux dolmens gravés d'Europe. Pourtant, alors même que Gavrinis est devenu un jalon incontournable de l’histoire universelle de l’art, peu d’études ont jusqu’à présent porté sur la technologie des gravures préhistoriques, et a fortiori des gravures néolithiques morbihannaises. Si
  • primordiales dans l’enregistrement des données et la connaissance du monument, certains paramètres nous échappent encore. Ainsi, dans la perspective d’une meilleure compréhension des procédés mis en œuvre par les graveurs préhistoriques, nous avons entrepris en 2012 une étude technologique
  • (gravures du monument) et ont été complétés par une étude tracéologique. 28 2. Expérimentations 2.2. L’expérimentation : considérations préalables L’expérimentation, ayant pour objectif une analyse technologique des gravures préhistoriques, nécessite un va-et-vient fréquent entre les
  • Corpus des signes gravés néolithiques Programme collectif de recherche (PCR) relatif à l’enregistrement et à la restitution de l’art rupestre néolithique en Armorique en vue de son étude et de sa conservation numérique Année 1 : avril 2017 / février 2018 Serge Cassen
  • , Valentin Grimaud avec Hervé Paitier et Violette Abergel, Christine Boujot, Cyrille Chaigneau, Michel Errera, Mikaël Guiavarc’h, Philip de Jersey, Christian Obeltz, Guirec Querré, Dominique Sellier, Emmanuelle Vigier, Marie Vourc'h Laboratoire de recherche en archéologie et
  • (2017-2019). L’opération intéresse aussi bien l'archéologue (la recherche fondamentale, la conservation et la protection du patrimoine) que le gestionnaire de site (la commune, le département, l’association, la société d'économie mixte, le propriétaire privé, etc.). Ces objets
  • archéologiques, le plus souvent hors-sol, courent le risque de disparaître ou de devenir illisibles sous une pression croissante des visites et des restaurations modernes ayant largement modifié la climatologie des espaces confinés (tombes des V ème, IVème et IIIème millénaires av.n.è
  • .). L’inventaire s’attache à enregistrer et représenter la gravure au même niveau que le support auquel elle est étroitement associée, physiquement et symboliquement. La contextualisation en 3D des supports ornés, dans le cadre topographique (le site) et architectural (la tombe, l’ouvrage de
  • stèles), s’impose tout autant afin que ne se perde pas le lien historique et fonctionnel. Les enregistrements des surfaces sont de surcroît l’occasion d’observations qui ne se limitent pas à la seule acquisition archéologique des tracés, mais relèvent les différents désordres dus aux
  • colonisations biologiques, aux altérations chromatiques et minérales. On se propose ainsi d'effectuer un état des lieux qui résume, notamment par une cartographie, cet aspect altéré du support. Une expérimentation est également engagée avec pour objectifs de déterminer les outils possibles
  • pour graver le granite, l’orthogneiss et le quartz, de lister les différentes techniques et chaînes opératoires possibles pour la gravure et les préparations de surface, d’établir des ratios qualitatifs et quantitatifs en fonction de la nature du bloc support et des techniques
  • retenues. Le mode de transmission du Corpus fait enfin partie de la réflexion devant mener à des propositions concrètes en termes de stockage et d’archivage pérenne, en établissant la liste indispensable des métadonnées. Le mode de transmission par le biais d'un site sur l'Internet
  • s'ajoute à ces préconisations, 7 en déterminant une ligne éditoriale à partir de quelques pratiques relativement récentes dans la médiation de l'art pariétal. Un retour d'expérience est décrit autour d'une application interactive. Entre avril et novembre 2017, 9 tombes à couloir, 11
  • ont été associées à des lots d’images compilées sous éclairages obliques (protocole ICEO) et à la décorrélation d'image afin d’obtenir les meilleurs résultats. Les modèles tridimensionnels produits avec ces différentes techniques sont consolidés dans un même système de coordonnées
  • et traités suivant le protocole d'exploitation des représentations tridimensionnelles en archéologie (PETRA). Certains objets sont passés par toutes les étapes de la chaîne opératoire à la date du 31 décembre 2017, d'autres sont en cours de traitement et les résultats reportés
  • conséquent plusieurs missions sur le terrain qui ont été annulées par rapport à notre programmation initiale. Le volume des acquisitions s’en trouve donc diminué et le rapport 2018 logiquement s’en ressentira. 8 Avertissement Ce rapport ne doit en aucun cas être considéré comme une