Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3929 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02367.pdf (BERNÉ (56). rapport de sondages archéologiques sous des pieds de fragon petit houx en forêt domaniale de Pont-Calleck)
  • BERNÉ (56). rapport de sondages archéologiques sous des pieds de fragon petit houx en forêt domaniale de Pont-Calleck
  • juridique et le lieu de dépôt du matériel archéologique découvert au cours de l'opération seront réglés conformément aux dispositions légales et réglementaires et aux termes des conventions passées avec les propriétaires des terrains concernés. Article 4 : prescriptions particulières à
  • sondages ont été envisagés dans le cadre d'une thèse sur les rapports entre la nature de la végétation actuelle et les structures archéologiques sous-jacentes en milieu seminaturel. Lors d'aide aux prospections dans la forêt de Pont-Calleck en 2004-2005 (Dardignac, 2005), des «bosquets
  • » de fragon petit houx (Ruscus aculeatus) avaient été repérés. Leur emplacement a semblé être lié spatialement aux habitats médiévaux désertés. Les pieds repérés étaient souvent -non pas sur les bâtiments euxmême- mais à proximité. Des observations répétées ont ailleurs été faites
  • valeur indicatrice de sites archéologiques en Limousin. Il propose de discuter du statut de cette plante en fonction des régions. Ghestem (2006) considère cette espèce comme potentiellement indicatrice de sites médiévaux en Limousin. Dans l'Allier, en forêt de Tronçais, Humbert (2002
  • accrochées aux cladodes2 des mois durant. Hillman pense qu'au regard de la possible origine méditerranéenne du fragon, l'agent disperseur n'est pas forcément présent en Grande-Bretagne où a été effectué le suivi. Outre l'avifaune, sur les îles d'Hyères, certains contenus stomacaux de rats
  • période de Noël est peut-être à l'origine du nom de la variété horticole Christmas berry1. Au final, les espèces sempervirentes comme le fragon sont utilisées aux deux fêtes marquant l'entrée et la sortie de l'hiver et qui vouent un culte à la vie éternelle. Cette symbolique peut lui
  • croissance ou de maturité des espèces cultivées, visibles en prospection aérienne (Delétang, 1998). Cependant, pour que ces pieds potentiellement implantés perdurent, le sol doit correspondre aux exigences autécologiques1 de l'espèce. Cependant, il ne faut pas oublier que les structures
  • ruinés non fouillés, alors qu'aucun pied n'est présent aux alentours (observations personnelles). On a donc des chances d'avoir affaire à une structure archéologique créant une anomalie dans le sol. Les structures archéologiques modifient les propriétés physiques du sol. A la fouille
  • minéraux (Rameau et ai, 1989). Par conséquent, ces trois hypothèses sont possibles pour le cas du petit houx. Pour le massif de Pont-Calleck, nous allons vérifier si le fragon est réellement lié aux structures archéologiques et tenter d'examiner la nature de ce lien. L'objectif des
  • travaux réalisés ici est donc d'essayer de démêler ces trois hypothèses par une fouille systématique de pieds de fragon. Tout d'abord, cette fouille tentera de déterminer si un lien uni -de manière systématique- le fragon aux occupations anciennes. Les différentes modalités possibles
  • -qui a fait l'objet du sondage VII- est situé sur la rupture de pente, au sud du plateau occupé. Ces trois sondages sont dans une ancienne zone de taillis, mise à blanc aux alentours de 1980. Depuis, la parcelle a fait l'objet d'une plantation en lignes déjeunes plants de Hêtre
  • photographié. Une carte précise de l'implantation des pieds de fragon a ainsi pu être réalisée, de même que l'étendue de ses racines et l'implantation des pieds de millet. Fouille : La fouille des sondages s'est déroulée par passes successives. Les relevés ont été photographiés
  • -organique (décapage2), la fouille a consisté à aller jusqu'à un niveau dense de blocs et jusqu'au substrat en l'absence de blocs (carrés A3, B2, B3, Cl, C2, C3, D4, D5, D6, E4, E5, F4). Les blocs erratiques sont surtout concentrés aux environs des carrés A3, E4, E5 et F4. Au niveau des
  • décapage Pieds de Fragon Souche d'arbre /// Racines de Fragon "O Etendue du Millet en surface Q) ^£e-"l _J 174 750 175 000 Lambert II étendu | «*. Litière (A00) Horizon organique (A0) Etendue des pieds de Millet Horizon mixte (A1) Bloc de Quartz Horizon mixte grisâtre
  • Surface Interprétation f//
  • 174 750 175000 Lambert II étendu | 1.5 Mètres Etendue du Fragon Niveau de décapage Pieds de Fragon Souche d'arbre Racines de Fragon Litière (A00) Etendue du Millet en surface Horizon organique (AO) Etendue des pieds de Millet Horizon mixte (A1) Bloc de Quartz
  • d'arbre yV'/' Racines de Fragon Etendue du Millet en surface "O 1.5 V Litière (A00) Horizon organique (AO) :*.Vr~. Etendue des pieds de Millet Horizon mixte (A1) f 3 Horizon mixte grisâtre (A1b) | | Bloc de parement Bloc de Quartz Horizon d'altération (B) Bloc de chant
  • d) ora Q ra o •ai T3 1 1:50 344 500 0 "O Ç? T >>Q) I | 174 750 175000 Lambert II étendu Etendue du Fragon Niveau de décapage Pieds de Fragon Souche d'arbre Racines de Fragon Litière (A00) '£*rZ Etendue du Millet en surface Q) :^r-. Mètres > Horizon organique
  • décapage V Pieds de Fragon Souche d'arbre Racines de Fragon Litière (A00) Etendue du Millet en surface Horizon organique (A0) Etendue des pieds de Millet Horizon mixte (A1 ) Bloc de Quartz Horizon mixte grisâtre (A1b) | Bloc de parement Horizon d'altération (B) | Bloc de
  • ■a CN a> a ra Q ro o •ai "D I''' C O ■ Etendue du Fragon Niveau de décapage Pieds de Fragon Souche d'arbre Racines de Fragon Litière (A00) ^3 Etendue du Millet en surface Horizon organique (A0) Q) Etendue des pieds de Millet Horizon mixte (A1) Bloc de Quartz Horizon
RAP00727.pdf (GUER (56). zone d'activité la bonde. rapport de sondage)
  • GUER (56). zone d'activité la bonde. rapport de sondage
  • Remblai 230 - Ornières D bis et C TRANCHEE 410: 400 (figure 7) fossé de direction est-ouest (cf. 250). 420: fosse (portion) subcirculaire, aux parois irrégulières avec des dépressions interprétées comme des négatifs de racines. Remplissage de terre humifère, sans mobilier
  • - Généralités sur les anneaux-disques L'aire de répartition des anneaux s'étend sur une grande moitié nord de la France, de la Bretagne aux Ardennes, en passant par la Normandie, la Manche, le Maine, 1'Orléannais, la Vallée de l'Allier, la Bourgogne, le Puys de Dôme... Le Bassin-Parisien
  • aux événements déstabilisateurs de cette période. La voie Rennes-Vannes, de Campe 1 , moins Rennes via BoveJ et devait voie Rieux-Corseul bien Le Chemin passer au connue au attestée Ferré en bourg Valescamp mais de avant Monteneuf et Reminiac en suivant le
  • aux gallo-romains de la elle clans Son et érudits la doute Péraie puis était D'autres reprise daires paraît tracés locaux issue ou de là itinéraire que Grées-Marais et le geant chapelle et Le Boissy d'où elle se divisait, en deux branches; Saint-Jean l'une
  • . d'une seule des trois les deux autres étaient dérangées par les racines d'un sapin. constituent un entre et explication l'Aff et les crêtes de Coëtquidan et de Monteneuf, bon terroir sage antique de inhumations des squelettes dissous par l'acidité des La fer Buquet
  • ont été ouverts, à partir de la tranchée 100, perpendiculairement à celle-ci eu égard aux observations effectuées dans la tranchée 100. Ces deux sondages sont numérotés 200 et 300. La tranchée L00 a été tracée en bordure immédiate de la clôture de la parcelle 267, c'est a dire à
  • trouant le schiste du substrat : chablis (négal ifs iaissés par des souches arrachées) et caves de pommier (un verger dont il reste quelques pommiers en place, occupai! cette parcelle), caractérisées par leur forme carrée, leur remplissage de terre humide ei. la présence de racines en
  • vo i e de décoinpos i I i on . les vestiges détectés appartiennent pour l'essentiel aux si rucl lires d'une ancienne voie matérialisée par ries ornières surcreusant dos remblais ou le substrat sous-jacent. Localisés dans les tranchées 200 et 300 ces niveaux ont été fouillés par
  • part et d'autre de la dépression. Un lambeau en est conservé aux a ho rd s de 1 ' orn i è re 2 60. Ce remblai a manifestement été érodé après sa mise en place, sa surface affectant un profil en cuvette épousant la dépression d'origine. Seuls deux petits éléments métalliques
  • contenant des débris modernes (faïence, verre, quincaillerie, fragments de briques et de tuiles mécaniques). Ce remblai recouvre les structures et couches décrites cidessus. Il repose directement sur Le substrat schisteux aux marges ouest ei est. du sondage 200. 11 s'agit du comblement
  • couvrant et le une conservés fut installé afin de rétablir un d'ailleurs à cet résidu d'une plus vaste aux abords L'érosion de ce remblai et Ses couche fond de surface qu'il est cm d'épaisseur plus surface comme au la alors 10 combler niveau protégé
  • urbaines ou avéré c'est rurales aux bien abords ou la l'implantation le long siècle Bonde. de Que la l'époque de J.-C. au ap. cette route où étonnant le nécropole est dans champ des la morts la route sert de limite. des voies intéressant là. s'agit Il
  • . d'occupation. de côtes Il Qu'on l'intérieur et cités recrutés un double remettent en culture qui précédent, prennent aux de s'agit des ont siècle et défense siècle, germaniques prospérité, ravagent la ivème du propre région des paraît peut-être Cité du
  • dans et rôle. la et aux non Atlantique, leur saxons d'une de n'est se qui révoltes région à l'Empire ainsi des ou par Gaule assurant "police" retrouve entre les de de armée Guer, donc CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE Les sondages de la vestiges d'une
  • géographiquement démarqué de Villeneuve-Saint-Germain. Les deux cultures sont qualifiées d'épirubannées, ce qui les placent à la fin du néolithique ancien, aux alentours de 4000 ans av. J.C. . Rares sont les anneaux trouvés en situation définie parmi les sites propres à d'autres cultures (Augy
  • étudiés dans l'Allier (Perot 1894), (Chapelet 1909), et certains sites des Ardennes ont révélé une multitude d'exemplaire^ comme à Réthel, maisaucun n'a pu fournir de datation précise (Agache R. 1966). c- En Bretagne Sur une trentaine d'exemplaire mis au jour en Bretagne, bien peu
  • Y. Lecerf Annales de Bretagne 78 197? La répartition, la matière et la morphologie des anneaux-disques, B.S.P.F. LVI, 1959, p 45-48. Découverte d'un anneau-disque en serpentine aux environs de Languidic, B.S.P.M. 1955, p 47-48. Trois anneaux-disques, Le Méné J.M., 1906, p 9-12
  • DIRECTION RÉGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES BRETAGNE SERVICE RÉGIONAL DE L'ARCHÉOLOGIE GUER la bon de zone d activités Ministère DIAGNOSTIC ARCHEOLOGIQUE n S c AVANT-PROPOS GUER LA BONDE L'opération de diagnostic archéologique de ia parcelle YK 331 ZONE D'ACTIVITES
  • DIAGNOSTIC ARCHEOLOGIQUE - zone d'activités de tion dans ia Bonde en Guer - la présence, parcelle 267 trouve sa justifica- la .jouxtant à l'ouest, de PARCELLE YK 331 tombes du Bas-Empire romain découvertes et fouillées en 1968. AUTORISATION DE SONDAGE N° 93-06 L'opération
  • devait: permettre de vérifier de la nécropole dans la parcelle 331 archéologique du niques non terrain destructifs par la et la l'extension possible et d'évaluer le potentiel réalisation de fouille des sondages méca- éventuelles struc- tures apparaissant dans les
RAP03025.pdf (QUIMPER (29). le Banellou. construction de terrains de tennis. rapport de sondage)
  • QUIMPER (29). le Banellou. construction de terrains de tennis. rapport de sondage
  • ¬ céramique, est récupéré. Il s'agit de l'échantillonnage tra¬ du mobilier Gaule une Dr. 2/4, caractéristique du 1er S. ap. U.C., mais aussi, plus rare¬ de l'amphore spbérique Lr.20, plus clef blanche de bronze de l'Allier en assez bon état et tardive. Nous devons également
  • relié aux fouilles Michelet (12), de la rue Haute (13)» il permet souligne la vitalit (11), de la rue de ce petit port et, délimiter tout le quartier quartier est sans doute plus des • fouilles, archéologues. une artisanal et commerçant de Quimper vaste que nous ne
  • volonté d'aménagement urbain antique. l'avions imaginé et, au cohérent se révèle aux Ce n'est pas le moindre mérite surprises attendent ceux-ci encore réelles de recherches de cette fouille et souligner les possiblités toujours sur LE BIHAN le Banellou: (1) Y. VENEZ
  • OUrîPER LiS BAPELLCU : L'annonce de le construction de contre -bas courts de tennis,allr'e du Banellou, en l'échangeur de Poulguinan, permettait d'envisager la. mise au de jour de structures anciennes dans un secteur, certes excentré par rapport situé à faible
  • altitude, mais où une pros¬ pection avait tout de même livré d'assez abondants tessons de céramique m'diévale et de nombreux blocs de granité provenant de murs pouvant être attri¬ à "l'agglomération" de Locmari époque,(t). bués à la même Une opération de sauvetage parfaitement
  • Antiquités de Bretagne, de la Direction Départementale de des la Direction l'Equipement, l'archéologue municipal et du (p) C.E.E.A.D coordonnée (2), les services de propriétaire et promoteur, T'onsieur GALLIOU le entre , a l'équipe des archéologues locaux permis de faire
  • coïncider les exigences de la recherche historique, de la protection du pa^timoine avec les impératifs du projet engagé. occupées dès l'Antiauité. L'ampleur de celles-ci exigeait soit une fouille passionnante mais longue et contraignante, soit la destruction totale de\ tout un
  • quartier de Des la sondages préalables ont en effet ville romaine. Une vestiges sans les détruire et de archéologique sous à la recherche et nos conclusions faut retenir la Un réseau sud-ouest, un est axe quelque sorte, une réserve connaître car archéologiques elles
  • mêmes, nous devons sondages profonds et fins sont très restreints les contrôle encore de voies romaines apparaît. L'axe principal, orienté nord-est, par une et Poulgui
  • nord du terrain, de cette intersection, une structure plane, m inachevée .(4). Cependant, il présence de deux types de structures: lien entre Locmari a 70 type d'opé¬ concertation et une sensiblement parallèle à l'allée du Banellou, peut recoupa ce développement de
  • l'archéologie urbaine peuvent s'effacer. au l'exploitation de la fouille de comme en programmées, les tranmâtismes souvent liés qui concerne les opérations ce limiter - créer, les tennis. Il convient de faire politique de prévention soient et d'ensemble des courts afin de noyer
  • intelligente. Elle montre que, pour peu que. la ration En zones solution de compromis a été retenue: le promoteur ac¬ cepte de surélever de 0,20 m le niveau les décelé les à 0,60 m de à environ composée de larges dalles côt')> évoque le dernier réaménagement d'une rue ou
  • entrer "os également orientée est-ouest. passage, dans détail le de vesti " : autre core en cours d'étude, nous pou¬ vons signaler l'existence de trois états dans l'utilisation de la. voie princi¬ pale avec, à dire c'est fine éloignement un les sur autres
  • par général des' caractéristiques de l'est entre la phase I et la phase II, vers rapport lit de au la^ivière. évidence le même phénomène de en pour la construction de L'une moins de recouvre. Son module varie mais le bombe- structurœ et l'usure des pierres de
  • couverture sont bien type ce de vestiges,de même les fossés qui, dans que parfaitement horizontal, taillé dans le sol vierge et présentant phores écrasés, aménagé. Fragments de tuiles pilées, tessons d'am¬ de cruches, évoquent, endroits, par ignorons, faute d'élargissement de
  • la couvert. ou Nous savons taillé dans l'argile. fossé la nature de la voirie la. plus ancienne est bordée d'un espace large d'au part, 8 m, ouvert sur Locmaria. niveau manifestement Nous recons¬ voies sont le sable, ces D_'autres indices donnent des
  • renseignements précieux secteur analyse plus les bordent. plusieurs cas, - une (6). abondance, et la pierre qui le bement un aoces matériaux utilises Les ce décalage un permettra peut-être de mettre truction en notamment, un sol soigneusement damé. fouille, s'il s'agit
  • d'un espace simplement qu'il est limité, à l'est, par un Un bâti avec toiture paraît cependant peu proba¬ ble. Lans la partie sud du terrain, des blocage interne bordent avec ou à double parement murs en petit appareil s'orientent de part et d'autre de la voie est
  • -ouest. Enfin, mal/yré le faible volume fouillé, riel, notamment ditionnel de la du sud et gallo-romain: dn centre et ainsi des formes S. ap. U.C. 15» 55/36, 22/23, 33» 46, au contact de l'espace à sol damé. fragments de lèvres et d'anses permettent d'identifier
  • essentiellement la forme ment, une trouvons la. céramique sigillée Dr. (7). Une quantité inhabituelle de culots d'amphores est relevée, notamment le long des voies et Les nous 45» Curie 21. La terra-nigra est présente avec les formes du début 29, 37» du 1er quantité importante de maté
RAP00283.pdf (VANNES (56). rue du Four. rapport de sauvetage urgent.)
  • VANNES (56). rue du Four. rapport de sauvetage urgent.
  • . est a la. cote - 1,16 m. N.O. Aucun élément métallique [par exemple des fers aux sabots), n'est observé. Au même niveau que cette bête, on note la présence de moellons, tulles et surtout à - 1,18 m. N.O. cinq monnaies très usées, qui, analysées par le Cabinet des Médaille* a Paris
  • règne de Tibère. - V : TIJulature Illisible. Tête laurée à droijte. R : ROM ET AVG L'autel de Lyon. - Re&: BN 1718 ou 1801. 11 17 ~ Annexe 5- MORBIHAN 1981 t/ANNES Rue ck FouA FIGURINE GALLO-ROMAINE (Ile Siècle) EN TERRE CUITE BLANCHE VE L'ALLIER VEESSE-MERE ALLAITANT PEUX
  • PATRICK ANDRE ALAIN TRISTE SAUVETAGE RUE VANNES ARCHEOLOGIQUE DU - FOUR MORBIHAN AUTOR I SAT I ON DE SAUVETAGE 56 - 3 - 99 - 260 - 006 ( N° 9) de MONSIEUR LE DIRECTEUR DES ANTIQUITES HISTORIQUES DE BRETAGNE - DEPARTEMENT. MORBIHAN - COMMUNE. VANNES -LIEU-DIT RUE
  • -PARCELLES, CADASTRE DU FOUR 1977, -COORDONNEES, -PROPRIETAIRE B.O. 200-202 M i?,o^5 x 307,8 50 COMMUNE DE VANNES FOUÏLLEURS PERMANENTS : . A&ïxia . PatAlck ANDRE . VXJUUVL TRISTE . MoKbcqae R0B1N0 THUREAU . Fabienne BAUCHE . Claudine GUVOttARV . Kaël NASLA1N
  • . KavleA MUTET . Pa^7u.cxa POIRIER PLANS et NIl/ELLEMENT : P. ANfRE A. TRISTE C. ji/tAaWV ETUDE de* MONNAIES : - Ingénient à l'I.G.N. M. W/ENïN, CoKi6e^uaieuA aa Cabinet &e& Médaille* Bibliothèque, Nationale - PARIS. P. GALL10U, de, V UnlveAAlté de. Bretagne. Occidentale
  • , a bien voulu comme.nc.eA V élude, du mobllleA céAamlque.. Le* necheAche* ont été facilitée* pan, Vappui bienveillant de. la municipalité et de* t>eAvlce* technique* de, VANNES. Le mobllleA découvert ut entnepo&e au dépôt de fouille* de. VANNES. Morbihan - ou II e*l étudié en vue
  • , de, i>a publication. RAISONS VE L'INTERVENTION - Le quantlen. Salnt-VateAn, à VANNES, occupe la colline de Bolsmon.eau, où s ' est développée au Haut-Empln.e la. ville namalne de VARÏORTTUM. Cette colline s'élève a quinze métAe* au-de*sus du quantlen. de V actuelle pn-é^ectune
  • , édifiée dan* une zone alluviale autAefiol* marécageuse. A 17,50 m d'altitude, la place Cabelto est le point culminant de ce quantlen. Salnt-VateAn. Vtusleun* nues njxyonnent autour de ce point élevé : La mie du Tout descend ven* te canAe^oun. Saint-Nicolas ; lAèi> élAolle, elle
  • a conservé un aspect désuet, volne Insalubre. Se* vieille* bâtisses, la plapant sans caractère, sont peu à peu abandonnée* Van* le cadn,e de V Opénatlon Vrogrammée d'Améllonation de l'Habitat (O.P.A./-/.), une action de n.éno vallon-réhabilitation ImmoblHéAe a été récemment décidée. Elle
  • représente un ensemble de quatrevingts logement* sociaux, qui, après de*lAucllon de plix*leun* Immeuble*, doivent £alne disparaître en pantle l'actuel tissu unbaln. C'est le cas plu* spécialement du haut de la nue du Toun. : Le* Immeuble* situés entAe la rue de la. Veille Garenne et la
  • rue de la Tannenle doivent être démoli*. Verrière l'Immeuble EVENO [section BO n° 199) se trouve un jardin d'envlnan 400 ml. Au pnlntemps 1981, le* senvlce* municipaux y forent un puits destiné a sonden. le sous-sol. A Voccasion de ce fanage, de* débnls de cénamlque* antique* sont
  • exhumé*. Compte tenu de V Intérêt archéologique de l'ensemble du quantlen., une demande de sauvetage est déposée, a^ln de prospecter cette pancelle à lolsln., avant le début des tAavaux. DEROULEMENT VES TRAVAUX Le jardin de l'immeuble EVENO (80 n" 199) est un quadrilatère de vingt
  • mètres de côte. Au moment des travaux., ce jardin abandonné est en friche. L'Immeuble El/ENO devant disparaître, le choix du point 0 pour les mesures de nivellement se porte sur le seuil bétonné de VImmeuble récent si* au 31, rue du Tour. Niveau 0 [seuil Immeuble 31 rue du Tour
  • ) : 17,10 m. ait. Le niveau de la parcelle, au début des travaux, est à + 0,31 m. N.O. A - LES SOhIVAGES A-B-C-V-E Cinq sondages, chacun de quatre mètres carrés à Vouverture, Plan 4 sont eiiectixés. Leur orientation est commandée par Valignement de VImmeuble communal qui limite, à
  • l'Est, cette parcelle. Le plan 4 montre V emplacement de ces cinq sondages Initiaux A - B - C - V - E. Vans chacun de ces sondages, la fouille est menée jusqu'au sol vierge. l/AWMES, rue du Fout : Sondage C Squelette d'un cheval, enfoui à -7,50 m. du niveau du sol. Au même niveau
  • , on note la présence de vestiges tomains [tuiles), associés à cinq monnaies du début du ptemtet siècle de notre ère [voir annexe). Uota : Rien ne permet d'affirmer que l'enfouissement de la bête soit contemporain de la perte des monnaies. Carré A - Le sol vierge est atteint à - 1,70
  • m. ..N.O. On noie, en parlant du. sol, plusieurs niveaux. Carré B - terre végétale jusque 0,55 N.O. - couche d'effondrement, composée de briques, tulles, moellons 0,55 à - 0,80 N.O. - couche claire, folle de mortier blanc mêle à des tessons 0,80 a - 0,90 N.O. - coucke
  • très riche en céramique du début du premier siècle de notre ère comportant plusieurs estampilles 0,90 à - 1,70 N.O. - le sol vierge est atteint a - 1,40 m. N.O. La stratigraphie est Identique à celle du carré A. Une mâchoire humaine est mise au jour, au fond de ce carré. Cette
  • "mandibule ou se révêlent des caractères dégénératlfs dus à l'âge : minceur et légèreté de l'os, résorption du bord alvéolaire, usure prononcée des molaires où l'Ivoire est visible, est celle d'un vieillard, de sexe masculin par son relief osseux, même atténué". [7] Carré C - Le sol
  • vierge est atteint a - 1,78 m. hl.O. On rencontre successivement : al terre végétale : + 0,32 a - 0,47 m. N.O. b/ A partir de - 0,47 m. N.O. une fosse apparaît. Creusée artificiellement, elle a servi a enfouir un cheval. La tête de l'animal, dont la. colonne vertébrale mesure 1,10 m
RAP02663.pdf (VANNES (56). quartier Beaupré-La Lande / Bohalgo. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • VANNES (56). quartier Beaupré-La Lande / Bohalgo. rapport de diagnostic
  • l’extrémité sudest de l’assiette du projet. Plusieurs des 36 parcelles n’ont pas été diagnostiquées pour des raisons d’accès, d’impossibilité d’opérer une exploration mécanique correcte ou encore d’intérêt scientifique limité, ces raisons pouvant s’additionner les unes aux autres dans
  • moins grossière, voire en argile parfois (parcelle 1103). Ce substrat a subi aussi des phénomènes érosifs remontant aux périodes glaciaires. Outre des « coins » de gel, il est fréquent de rencontrer des fentes glaciaires qui, en plan, peuvent être confondues avec des fossés. Une
  • d’eux (601) recèle des racines en décomposition qui valident l’hypothèse d’une limite assez récente. Localisation en rouge de la parcelle 1103. 26 Inrap RFO de diagnostic archéologique Vannes, Quartier de Beaupré La Lande / Bohalgo
  • principalement dans les parcelles 1099 et 1093, c’est-à-dire au plus près des découvertes effectuées en 2010. Une raison à cela tient certainement aux nombreux affleurements rocheux qui jalonnent la parcelle 1098 et ne facilitent guère le développement d’une occupation. Ont été repérés des
  • considérer comme anciens et remontent, d’après le mobilier ramassé dans beaucoup d’entre eux, aux époques gauloise ou galloromaine. A l’appui de cette hypothèse, on observera les orientations franchement divergentes de ces aménagements par rapports aux limites figurant sur le cadastre de
  • Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Vannes, Quartier Beaupré-La Lande/Bohalgo sous la direction de Romuald Ferrette Inrap Grand-Ouest 37 rue du Bignon, CS 677737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 juin 2011 Diagnostic Code INSEE 56260 Rapport final
  • d’opération Vannes, Quartier Beaupré-La Lande/Bohalgo SRA 2010/88 Non renseigné Romuald Ferrette Code Inrap DA05039201 Système d’information Arrêté de prescription Entité archéologique Nr site sous la direction de Inrap Grand-Ouest 37 rue du Bignon, CS 677737 35577 Cesson
  • -Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 juin 2011 par Vérane Brisotto Céline Bélanger Richard Delage Laure Simon Inrap RFO de diagnostic archéologique Vannes, Quartier de Beaupré La Lande / Bohalgo
  • --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Sommaire 3 4 4 5 6 7 8 12 14 I. Données administratives, techniques et scientifiques Fiche signalétique Mots clefs des thésaurus Intervenants Notice scientifique Localisation de l’opération Arrêté de prescription Cahier des charges Arrêté de désignation 16 16 16 18 18 20 20 21 1.1 Le
  • cadre de l’intervention 1.1.1 Introduction 1.1.2 Contraintes techniques 1.1.3 Le contexte géographique et morphologique 1.1.4 Le contexte archéologique 1.2 Le cadre méthodologique 1.2.1 Le mode opératoire 1.2.2 L’enregistrement des données 23 24 26 26 26 27 29 31 31 34 34 36 39 41
  • 43 46 48 II. Résultats 2.1 Introduction 2.2 Les résultats des parcelles 85, 86, 1103, 1070 à 1072, 1074, 1067 et 1068 2.2.1 Les parcelles 85 et 86 2.2.2 La parcelle 1103 2.2.3 Les parcelles 1070 à 1072 et 1074 2.2.4. Les parcelles 1068 et 1067 2.3 Les résultats des parcelles 1097
  • , 1099, 1093 et 1098 2.3.1 L’apport du cadastre ancien dans la lecture des vestiges 2.3.2 Fossés et enclos 2.3.2.1 L’époque gauloise 2.3.2.2 L’époque gallo-romaine 2.3.2.3 Les fossés non datés 2.3.3 Les zones d’extraction de matériaux 2.3.4 Des aménagements énigmatiques dans la
  • tranchée 32 2.3.5 Une zone d’épandage dans la tranchée 26 2.3.6 De possibles bâtiments dans les tranchées 17 et 21 50 51 51 III. Présentation du mobilier découvert 3.1 Données générales 3.2 Inventaire du mobilier et présentation des données 66 Conclusion 68 Bibliographie 69 71
  • Liste des figures et des clichés du RFO Inventaire des structures découvertes 2 I. Données administratives, techniques et scientifiques Inrap RFO de diagnostic archéologique Vannes, Quartier de Beaupré La Lande / Bohalgo
  • ____________________________ Responsable scientifique de l’opération Commune Vannes Lieu-dit Quartier de Beaupré La Lande /Le Bohalgo ____________________________ Codes Codes INSEE 56 260 Numéro de l’entité archéologique 56 260 0037 ____________________________ Coordonnées géographiques altimétriques et X : 220100
  • Y : 307900 Z : de 12 à 24 m Romuald Ferrette ____________________________ Organisme de rattachement Mots-clefs des thesaurus ___________________________ Chronologie Second âge du Fer Antiquité romaine ____________________________ Sujets et thèmes Fossé, enclos, parcellaire
  • , 1089 à 1093, 1095 (en partie), 1097 à 1099, 1101 à 1103, 1106 (en partie), 1107 ____________________________ Propriétaire du terrain Ville de Vannes Hôtel de Ville BP509 56019 Vannes Cedex ____________________________ Références de l’opération Numéro de l’arrêté de l’opération 2010
  • -88 en date du 21 juin 2010 Numéro de l’opération DA 05039201 Numéro de l’arrêté de désignation du responsable 2011-016 en date du 18 janvier 2011 ____________________________ Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement INRAP 4 Inrap RFO de diagnostic archéologique Vannes
  • , Quartier de Beaupré La Lande / Bohalgo
  • ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Intervenants Intervenants scientifiques Prénom, nom, organisme de rattachement Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Deschamps, SRA Emile Bernard, SRA Yves Romégoux, SRA Michel Baillieu, Inrap Romuald Ferrette, Inrap Conservateur régional de
RAP00146.pdf (ARZON (56). Petit-Mont. rapport de fouille programmée.)
  • ARZON (56). Petit-Mont. rapport de fouille programmée.
  • a dégagé la partie supérieure des éboulis-remblais allemands.La municipalité d'Arzon a également prêté son concours en débrousaillant puis en venant dégager au tracto-pelle un secteur qui en cours de fouille s'était effondré aux abords du petit blockhaus. II nous a fallu par ailleurs
  • poser de nouvelles clôtures ou consolider les anciennes. é;ue notre ami T.von Labcrderie soit ici vivement remercié pour avoir mené à bien cette tâche. Ont participé aux travaux de façon permanente : Elorence André,étudiante,Salarun en Theix (56) Philippe Gouezin,conducteur de
  • galloromains: A - Les statuettes en terre cuite blanche, fragmentée s (359 fragments) étaient; dispersées principalement devant l'entrée du couloir et dans les zones E et K.lls sont à ajouter aux déjà nombreux fragments recueillis en i960 dans le sondage qui traversait la zone de fouille Jw
  • .Le thème de la Vénus sous édiculeest peu représenté et nous ne 00s- sédons que des fragments de membres inférieurs. Par contre il faut noter la présence d'un type de statuette particulièrement intéressant : le type dit de REXTUGEITOS,potier gaulois de l'Allier dont les
  • brune,brun rouse ou rouge appartiennent tous aux types armoricains à décor atlantique.Cependant leur nombre réduit et leur sur- face limitée ne permet pas avec certitude de les situer dans le classement mis en place par J. L'Relgouach en I963 (Les civilisations atlantiques du
  • néolithique à l'âge du fer,colloque atlantique de Brest,I96l).Les n° 10 et 18 semblent appartenir au type lia ou 11 b à décor à lignes circulaires,tandis que les n°II,12,13,14 s"£ 19 J sont aux types III1a et III c des décors à bandes ornées0 Figure 2 -Le matériel lithique est
  • temples romains classiques. ùs± J\ Si. TRAVAUX PREVISIONNELS POUR I982. La recherche des parements de façade Est doit se poursuivre tant vers le sud où a été repérée ce qui semble être une seconde entrée de couloir,que vers la nord aux abords immédiats du petit blockhaus. Le
  • p CA1RN NEOLITHIQUE ou PehT Mont. Areon 56640. Campagne 1981. Joël LCCORNCC Corres pondant de la D,ondes Antiquités Préhistoriques die Bretagne, 1 CAI21T MEGALITHIQUE DU PETIT MOîTT ARZOÎT - 5664Û. CAMPAGNE DE FOUILLES I98I. La campagne de fouilles I98I s'est
  • déroulée du 3 Août au 22 Août inclus , dans le cadre du programme P 297s^rec 1 * autorisation, accordée le 2 Avril I98I sous la référence I758 3DA/2R.. 3SE7 HISTORIQUE ET RAPPEL LES TRAVAUX AÎÎTBREUESFbuillé en I865 par De Gussé de la Société Polymathique du Morbihan,le seul dolmen
  • alors connu dans ce cairn avait un couloir à ciel ouvert et ses supports ainsi que la dalle de couverture de la chambre demandaier a être redressés.Le mobilier découvert,peu abondant,était constitué en majeure partie de vestiges gallo-romains;quelques tessons de campaniforme et une
  • hache marteau accompagnant trois perles en variscite complétaient ces vestiges. Classé monument historique en I904 pour l'ensemble du cairn,S. Le Rousic y ontr? prit deux restaurations,!'une en 1905,l'autre en i926.De nouveaux vestiges galle romains et néolithiques étaient à
  • nouveau découverts.-La table de couverture de la chambre et les supports étaient relevés.Aucune autre recherche ne fut amorcés dans le cairn. En 1942-43 les occupants implantaient un blockhaus dans la partie sud du cairn et appliquaient un second blockhaus contre son flanc nord.Le
  • dolmen central devait en souffrir. Des renseignements fournis cette année par llr Hays Alexis,de port Havalo, qui participa à la construction du grand blockhaus bien malgré lui,permettent d'envisager pour une prochaine campagne la remise à jour d'une chambre mégalithique découverte
  • lors do ces travaux.Gotte chambre est selon ses dires demeurée intacte,mais il n'a aucun souvenir de l'existence d'ùn couloir. En 1979 puis en I98O les campagnes de fouilles menées dans le cadre d'une pro- grammation nous ont permis dans un premier temps de mesurer l'étendue des
  • dégât; occasionnés par la construction des blockhaus,puis de rechercher et mettre jour des structures du cairn absolument inédites. à 2 TRAVAUX I98I0 Cette troisième campagne a porté sur quatre points essentiels : A- Fouille sur la façade Est au sud du portique,avec pour
  • objectif la recherche du parement extérieur.sous les remblais allemands et fouille fine d'une zone de 15 m x 8 m devant le portique et le parement. 3- Fouille sur la façade Est au nord du portique en poursuivant le dégagement du parement inférieur,puis recherche de parements en arrière
  • de celui ci. C- Ouverture d'une nouvelle tranchée de reconnaissance appelée Nord 2 entre la zone fouillée en I98O et le petit blockhaus nord. 3- Extension latérale nord de la tranchée Nord I de I98O pour avoir une meilleure vue de la zone effondrée antérieurement reconnue. Par la
  • suite,les résultats obtenus dans ces deux dernières zones nous ont amenés à opérer des liaisons entre les différentes tranchées de reconnaissance. Pour les opérations A et 3,nous avons du faire appel au préalable à l'Entreprise J.P Rio de 3arzeau,qui à l'aide d'un tracto-pelle
  • adjoint,Paris Pascale Wilbert,secrétaire de Maison d1Edition,Paris Joël Lecornec,professeur^responsable du chantier,Vannes (56). Le service d'Intendance a été assuré par Annick Lecornec,oui durant trois semaine a accompli cette tâche ingrate avec une humeur toujours égale. La presque
  • totalité des permanents fréquente le chantier depuis trois ans;l'équip véritablement soudée a déployé une grande activité au cours des trois semaines et montré un très grand intérêt pour les recherches entreprises.La mise au net des plans et relevés a été assurée par Philippe Gouacin,ot
RAP00413.pdf (TRESSÉ (35). le bas Rouault. rapport de sondage)
  • TRESSÉ (35). le bas Rouault. rapport de sondage
  • de la fosse et la chambre de chauffe, un espace a été ménagé. Dans la partie sud, le sol de cette zone a été dallé de grosses pierres et de quelques tegulae aux rebords arasés. Contre les murets, une bande étroite d'argile cuite recouvre en partie ce dallage. Au nord, le dallage
  • dernières sont dans l'ensemble imprécises mais elles peuvent néanmoins fournir une fourchette "grossière". Il faut noter de plus que l'échantillonage est faible. Le type IIE' n'est pas très répandu. Nous n'en connaissons pour le moment que quatre exemples. Ceux-ci sont situés aux quatres
  • bras gauche est vertical, la main gauche semble longer la cuisse mais n'est pas distincte. (Type B, typologie ROUVIER-JANLIN). La pâte est fine, lisse, tendre, et de couleur blanc crème (pâte blanche de l'Allier ?). Le fragment semble porter des traces d'ôcre rouge. * Quatre
  • esquillé aux deux extrémités. Il présente des retouches directes sur les bords latéraux concave et convexe. - Une lamelle entière : elle est en silex de patine grise. Elle présente des retouches denticulées sur le bord latéral droit et des retouches marginales sur le bord latérale
  • que des éléments de construction : briques rectangulaires. La présence de quelques tessons qui sont visiblement des ratés de cuisson pose le problème d'une production associée de poterie commune. Il ne pourrait s'agir d'une production ponctuelle répondant aux besoins de l'atelier
  • RAPPORT DE FOUILLE DU SITE Du Bas-Rouault en TRESSE (Ille et Vilaine). 1986 ;v^jif>41 RAPPORT DE FOUILLE DU SITE Du Bas-Rouault en TRESSE (Ille et Vilaine). RAPPORT DE FOUILLE DU SITE Du Bas-Rouault en TRESSE (Ille et Vilaine). V •• SOMMAIRE I) ORGANISATION DE LA
  • FOUILLE II) LOCALISATION III) PROSPECTIONS - A) Prospection au sol - B) Prospection magnétique IV) DEROULEMENT DE LA FOUILLE - A) Sondage A - B) Agrandissement du sondage A' - C) Agrandissement de l'excavation A" V) DESCRIPTION DU FOUR VI) DIMENSIONS DU FOUR VII) INTERPRETATION DE LA
  • STRUCTURE VIII) DATATION IX) ORGANISATION DE L'ATELIER - A) Les matieres premières * Argile * Dégraissant * Eau * Bois - B) Les structures de l'atelier X) MATERIEL ARCHEOLOGIQUE XI) LA PRODUCTION DE MATERIAUX DE CONSTRUCTION - A) Nature de la production . - B) Dimensions des matériaux
  • de construction - C) Les marques digitées - D) Les empreintes - E) Divers * Les préparations pour mortier * Les emplacements de clous BIBLIOGRAPHIE I) ORGANISATION DE LA FOUILLE La fouille du site gallo-romain au lieu-dit le Bas-Rouault en Tressé (Ille et Vilaine), en juin 1986
  • , a été autorisé par La Direction des Antiquités Historiques de Bretagne (Autorisation N°86 - 7 AH). La responsabilité de cette fouille a été assurée par Mlle F. LE NY, étudiante en Thèse dArchéométrie - Archéologie à l'Université de Rennes I. Cette recherche n'aurait pu voir le jour
  • sans la bonne volonté de Mr. LOISEL, propriétaire des parcelles dans lesquelles est localisé le site. Celui-ci, nous a accordé l'occupation de ces champs pour une période allant du 1er au 30 juin 1986. L'exploration s'est déroulée du 2 au 24 juin 1986 et a donc duré trois semaines
  • . Mr. LOISEL nous a aidé tout au long des travaux. La première semaine a surtout été occupée par la mise en place de la fouille et le décapage du sondage : A (lm x 2m), puis la découverte du premier muret de soutènement, appartenant à un four, a entraîné l'extension de la fouille en
  • une surface d'investigation plus grande : A' (4m x 3m), enfin la constation que l'alandier de ce four n'apparaissait pas encore dans l'excavation A' a entraîné une deuxième et dernière extention : A" (1,70m x 3m). Ces deux extentions ont été effectuées lors des dernières semaines
  • . Les divers dégagements ont été réalisés avec l'aide de 8 fouilleurs : - Jacques BRAEKMAN, Inspecteur des impots retraité - Louis GOULPEAtJ, Responsable du Laboratoire d'Archéométrie de l'université de Rennes I - Loïc LANGOUET, Responsable du Laboratoire d'Archéométrie de
  • l'université de Rennes I - Philippe LANNOS, Etudiant à l'université de Rennes I - Frédéric LEMAIRE, Etudiant à l'université de Rennes I - Bernard LE PRETRE, Etudiant à l'université de Caen - Gilles LEROUX, Objecteur de conscience - Brigitte NICOLAS, Etudiante à l'université de Rennes II
  • Lors de l'étude du matériel, nous avons été aidé par Mr. P.R. GIOT , directeur de recherche au C.N.R.S. et par MrJ.L. MONNIER, chargé de recherche au C.N.R.S.. Nous avons bénéficié, pour réaliser et mener à bien ces travaux, d'une aide financière attribuée par le Conseil Régional
  • . La zone explorée a livré un four relativement bien conservé. Il n'est pas entièrement connu puisque le départ de l'alandier n'a pas encore été dégagé. Ce four appartient à un atelier de tuilier, car le remplissage de cette structure était essentiellemnt constitué de matériaux de
  • construction en argile cuite parmi lesquels figuraient des ratés de cuisson caractéristiques. II) LOCALISATION L'atelier de tuilier découvert se situe dans la commune de Tressé (Ille et Vilaine), au lieu-dit le Bas-Rouault. La fouille de cet atelier s'est déroulée dans les parcelles 270 et
  • 268 du cadastre (section Bl, 1982), à cheval sur la séparation de ces deux champs. Les coordonnées Lambert du site sont les suivantes ; zone I (X = 288,400 ; Y = 94,800). III) PROSPECTIONS - A) Prospection au sol : Le site a été découvert par F.LOISEL, cultivateur des deux
  • parcelles citées précédemment, qui, au cours de travaux agricoles, a remarqué puis ramassé de nombreux matériaux de construction en argile cuite ainsi que des vestiges de maçonneries déformées. 1/50 km J TRESSE - Le Bas-Rouault. IMPLANTATION GEOGRAPHIQUE DU SITE Filon de diabase
RAP01506.pdf (VANNES (56). 12 rue des Quatre Frères Crapel. rapport de diagnostic)
  • VANNES (56). 12 rue des Quatre Frères Crapel. rapport de diagnostic
  • trouve à environ 80 m au plus près des vestiges du forum, au nord-est de celui-ci. Par ailleurs, diverses investigations archéologiques ont permis de reconnaître des espaces d'habitat, datés des 1er et Ilème siècles, aux abords directs de ce secteur central, notamment dans la rue même
  • des Quatre Frères Crapel. En effet, les parcelles évoquées plus haut, situées aux n°6-10 et 16-18, ont révélé plusieurs vestiges de ce type : des niveaux de voirie recoupés par deux murs parallèles qui évoquent une galerie de circulation3 ; un habitat galloromain partiellement
  • pose du niveau d'installation du sol de cour 1006, et par conséquent antérieur aux années 70/80. ♦ Phase 3 Cette phase est caractérisée par deux séquences distinctes. La première est liée au niveau d'abandon (1002), reconnu au sud-est du mur Ml. Dans un deuxième temps, les matériaux
  • les caractéristiques techniques indiquent une fabrication typique d'ateliers de l'Est (Cologne ?) peut être daté du courant du Ilème siècle. Signalons également deux fragments de figurine en terre blanche issus d'ateliers de la vallée de l'Allier, datables encore du Ilème siècle
  • l'occupation L'analyse stratigraphique confrontée aux éléments datants recueillis sur le terrain a permis d'interpréter les données en fonction de quatres phases chronologiques, qui valent de manière cohérente pour les deux sondages SI et S2. A la phase 1 sont associés des niveaux de
  • deux sondages, lui est associé. Cette phase, qui commence aux débuts de l'ère flavienne, dure jusqu'à la deuxième moitié du Ilème siècle, sans que nous connaissions plus précisément selon quelles modalités. La phase 3 marque la fin de l'occupation du lieu, qui, abandonné, fait
  • * $ $ % 9 i * « s « « ? « I .4 * < D.F.S. S?de#F^«Lsondages d'évaluation J".'**.! Laure Simon Direction Régionale des Affaires Culturelles Service Régional de l'Archéologie Bretagne Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales FICHE SIGNALETIQUE LOCALISATION
  • DE L'OPERATION SITE N° : 56.260.098 Département : 56 COMMUNE : VANNES Lieu-dit ou adresse : 12, rue des Quatre Frères Crapel Année cadastre : 1977 Section(s) et parcelle(s) : Coordonnées Lambert Zone : A0 219 Altitude : xi = 218.200 x2 = x3 = yl = 2308 y2 = y3
  • = ______ ^ |_,QPERAT|ON Autorisation n° : 039 / 19 98 TITULAIRE : Valable du 02/02 au 13/02/1998 SIMON Laure Propriétaire du terrain : Motif de l'opération : Maître d'ouvrage : Nature : (EV) SP SU Organisme de rattachement : AFAN Mme MARTIN Janine Protection juridique : Extension d'une
  • maison particulière Mme MARTIN Janine Coût global de l'opération : 15947 F Contraintes techniques particulières : Surface fouillée : 9,25 m2 Surface estimée du site : 160 m2 Emprise menacée entièrement fouillée : OUI ^NON) Fouille menée jusqu'au substrat : ^OU^ NON Sinon
  • , altitude du fond de fouille : RESULTATS SCIENTIFIQUES MOTS-CLES : (3 a 5 par rubrique) - Chronologie : gallo-romain, Haut-Empire - Vestiges immobiliers : - Vestiges mobiliers : fondations de mur, cour céramique du Haut-Empire et petit mobilier d'accompagnement COMMENTAIRE : habitat
  • gallo-romain ; site très arasé LIEU DE DEPOT : du mobilier : SRA, Rennes des fonds documentaires : N° des 10 à 20 diapo. les plus représentatives (fouille et mobilier) : SRA, Rennes 1 à6 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES DU DFS ANNEE: 1998 AUTEUR: SIMON Laure COLLABORATEUR (s
  • ) : TITRE : Vannes. 12, rue des Quatre Frères Crapel (56.260.098). DFS de sondages d'évaluation Sous-titre : Nombre de volumes : 1 nb.de pages: 12 nb. fig. : 6 nb. planches : 9 SOMMAIRE 1. Cadre de l'intervention p. 3 2. Le contexte historique et archéologique p. 3 3. Méthode
  • de fouille et d'exploitation des données p. 4 4. Les données de terrain p. 5 5. Conclusion p. 11 Bibliographie Tables Table des figures Table des clichés 1 Générique de l'opération Intervenants scientifiques et techniques Responsable de l'opération et titulaire de
  • l'autorisation de fouille : Laure SIMON (AFAN, Assistant d'Etudes) Equipe de diagnostic Olivier LAURENT (objecteur de conscience au S.RA.) Alain TRISTE (président du C.E.RA.M.) Marie-Anne LE GOFF (membre du C.E.RA.M.) Jean-Bernard CLOAREC (membre du C.E.RA.M.) Collaboration : M. BAILLIEU
  • , suivi des résultats (AFAN, Chargé d'Etudes) Relevés de terrain et mise au net de la documentation graphique : Laure SIMON Cartographie : mise à disposition de plans du secteur archéologique concerné à partir du Système d'Information Géographique développé au S.RA. : M. BAILLIEU et Th
  • . LORHO Lavage du mobilier céramique : Laure SIMON et Alain TRISTE Traitement et datation du mobilier : Laure SIMON Photographie : Laure SIMON Suivi scientifique et administratif : Service Régional de l'Archéologie, D.R.A.C., région Bretagne Michel VAGINAY, Conservateur Régional de
  • l'Archéologie Michel BAILLIEU chargé des dossiers d'urbanisme de la ville de Vannes (AFAN, Chargé d'Etudes, détaché auprès du S.R.A.) Gestion financière de l'opération et du personnel : Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales (AFAN) Gilbert AGUESSE, chef d'Antenne
  • , Interrégion Grand-Ouest Jean-Christophe BATS, adjoint au chef-d'Antenne Didier LETOURMY, gestionnaire-comptable Maître d'ouvrage : Janine MARTIN, propriétaire de la parcelle Maître d'oeuvre : Gérard LE TEXIER, architecte 2 1. Cadre de l'intervention Dans le cadre de l'instruction des
  • permis de construire sur le territoire de la commune de Vannes, le Service Régional de l'Archéologie de Bretagne (S.R.A.) a été consulté, concernant un projet d'extension d'une maison particulière. Celle-ci se situe au n°12 de la rue des Quatre Frères Crapel, soit à l'intérieur du
RAP02062.pdf (BRUZ (35). "Cicé". tranche 2. dfs de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • BRUZ (35). "Cicé". tranche 2. dfs de diagnostic
  • vestiges 2.5.2 - Conclusion , :1 2.6 - Structures agraires liées aux anciens potager et verger du château de Cicé de la fin du X V I I I e siècle 2.6.1 - Descriptions des vestiges 3 - LE MOBILIER 3.1 - Le Mobilier protohistorique 3.2 - Le Mobilier gallo-romain CONCLUSION GENERALE
  • Cicé (tiré de son mémoire de DESS) 1 M. TURPIN, propriétaire et dernier exploitant de la ferme de Cicé pour son accueil. Mme VILLARD-LE T I E C Anne et M. MENEZ Yves, Conservateurs du patrimoine, pour leurs conseils avisés relatifs aux sites de l'âge du fer et de la nécropole à
  • m sur sa partie décapée. Les deux sondages réalisés sur celui-ci (F. 475, tr. 4 et vig. 167), ont atteint une profondeur sous décapage de 0,70 m. Le fossé présente un profil en cuvette aux bords obliques. Le comblement peu stratifié a livré de nombreux fragments de céramique
  • (F. 104, tr. 3) à 0,60 m (F. 523, tr. 175). Les 2 sondages réalisés (Faits 104 et 520) montrent des profils en cuvette aux bords obliques. Leur profondeur sous décapage (0,60 m à 0,80 m) est très semblable au fossé méridional (Fait 475). Le remplissage supérieur des fossés est
  • nécropole est implantée sur des terrains relativement plats constitués d'alluvions limono-argileuses appartenant aux formations des basses terrasses de la Vilaine (fig.). L'altitude moyenne se situe au alentour de la courbe de niveau des 21 m NGF. Concernant l'aspect topographique, il
  • directement sous la lame de la pelle mécanique au contact du substrat sous à peine 0,40 m de terre. C'est grâce au comblement charbonneux et aux esquilles d'os que l'incinération fut rapidement repérée. Malgré l'écrêtement supérieur mais partiel du vase, nous avons suffisamment d'éléments
  • pgpg I L L Ë - Ë T - V i l a i n e Arrêté n°2004/130 (Tranche 2) DFS de Diagnostic archéologique RAPPORT PRESENTE PAR LAURENT AVEC LA COLLABORA TION ÙE ANNE FRANÇOISE PLUTON CHEREL, FRANÇOISE ET DE STEPHANE AUBRY LABAUNE, SONIA LECONTE, JEAN I N R A P , DIRECTION
  • INTERREGIONALE GRAND OUEST SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE FEVRIER 2 0 0 5 SYLVIE Photo de couverture : Vue aérienne des sondages archéologiques réalisés sur le site de "Cicé" Bruz. Auteur : Hervé PAITTER °Ou SOMMAIRE FICHE SIGNALETIQUE GENERIQUE DE L'OPERATION
  • REMERCIEMENTS INTRODUCTION 1 - PRESENTATION DE L'OPERATION ARCHEOLOGIQUE 1.11.2 1.3 1.4 - Les raisons et les objectifs de l'intervention Cadre géographique et géomorphologique Méthodologie et moyens mis en oeuvre Contexte archéologique environnant 2 - PRESENTATION DES DONNEES
  • ARCHEOLOGIQUES 2.1 - Une présence discrète du Néolithique final 2.1.1 - Descriptions de la structure 2.2 - Un habitat gaulois de la transition La Tène moyenne/La Tène finale 2.2.1 - Descriptions des vestiges 2.2.2 - Conclusion 2.3 - Une nécropole de l'âge du Fer 2.3.1 - Descriptions des
  • vestiges 2.3.2 - Conclusion 2.3.3 - Etude archéo-anthropologique de trois sépultures à incinérations (Faits 447, 452 et 563) 2.4 - Un réseau parcellaire antique complexe 2.4.1 - Descriptions des vestiges 2.4.2 - Conclusion 2.5 - Un système fossoyé indéterminé 2.5.1 - Descriptions des
  • FICHE SIGNALETIOUE Identité du site : Site n° : Département : Ille-et Vilaine Région : Bretagne Commune : Bruz Lieu-dit ou adresse : Cicé Année : 2003 section(s) : AC parcelle(s) : n° 14, 81, 82,107,110 et 136. Propriétaire du terrain : Société Rennaise des Dragages
  • L'opération archéologique : Autorisation ou décision : Arrêté rectificatif n°2004/130 rectifiant l'arrêté n°2004/088 du 26 mai 2004 Titulaire : Laurent AUBRY Ouest organisme de rattachement : INRAP, Direction Interrégionale firand- Aménageur/maître d'ouvrage : Société Rennaise des
  • Dragages Motif de l'intervention : Extension de carrière Surface totale de l'intervention archéologique : 228 830 m2 Pourcentage de la surface sondée : 10,20 % Date de l'intervention sur le terrain : Du 27/09/2004 au 26/11/2004 Résultats : Côte d'apparition des vestiges : De 0,30 m à
  • 1,40 m sous le sol actuel Chronologie : Néolithique, âge du Bronze, âge du Fer, gallo-romain, moderne et contemporain. Nature des vestiges immobiliers : Bâtiments sur poteaux, bâtiment circulaire, fossés d'enclos et parcellaires, fosses, fosses d'extraction de matériaux, nécropole à
  • incinérations, caves à fruitiers, fossés de drainage, tranchées de plantation, trous d'obus. Nature des vestiges mobiliers : Céramique domestique, urnes, lithique (meule, silex), fer, statuette en terre blanche, Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de
  • l'opération archéologique : Ce diagnostic confirme la présence d'une forte occupation humaine de la Préhistoire à nos jours sur les basses terrasses alluviales de la Vilaine (indices néolithique, habitat Latènien, nécropole du premier âge du Fer, un réseau parcellaire antique, un autre
  • d'époque indéterminée et le verger/potager de l'ancien château de Cicé daté de la fin du X V I I I e siècle). Cette importante densité de sites archéologiques avait déjà été observée lors du diagnostic précédent (13 ha) réalisé par Gilles LEROUX (INRAP) en janvier/février 2003. Lieu de
  • dépôt du mobilier archéologique : Dépôt archéologique de Bretagne GENERIQUE DE L'OPERATION Intervenants techniques et scientifiques: Phase terrain : M. AUBRY Laurent (Assistant d'études INRAP) responsable de l'opération et titulaire de l'autorisation de fouille. Suivi du
  • diagnostic, enregistrement, photographie, fouille et relevés de structures. M . BLANCHET Stéphane (Chargé d'études INRAP), orientations sur les questions relatives à la géologie et à la Préhistoire. M. LEBLANC Pierrick (Assistant d'études INRAP) et M . MELEC Frédéric (technicien INRAP
RAP01461.pdf (LANGON (35). le Balac. rapport de sondage)
  • LANGON (35). le Balac. rapport de sondage
  • aux sondages réalisés l'an dernier, il est apparu assez clairement que dans le secteur étudié,le remembrement effectué au bulldozer dans les années 1960 avait largement contribué à l'arasement général du site cl.l. Dès lors, la campagne de sondages 1997 s'est davantage orientée
  • leurs fondations. Dans la zone située immédiatement à l'ouest des « Bosses », l'écrètement semble avoir été moins destructeur. En effet, on retrouve quelques alignements de pierres correspondant aux restes des fondations de maçonneries qui s'articulaient vraisemblablement avec les
  • petite zone de 2,50m de long, constituée de petits blocs de schiste gréseux associé à des plaquettes semble pouvoir correspondre aux restes d'un sol extérieur (sol de cour) ou d'annexe. Il n'est directement en relation avec aucun autre vestige. - Dans la tranchée-vignette 9, un sol de
  • morceaux d'un ciment identique à celui de la chapelle de Langon, et enfin un mur gallo-romain s'élevant à 50 centimètres au-dessus du sol, du même appareil que la chapelle. Cet endroit se nomme la Bosse du Châtel, il y en a trois de ce nom aux environs de Redon. La Société, en
  • blanche de l'Allier comprenait : au moins quatre Vénus anadyomènes, trois déessesmères, Mercure, Cérès, un cheval (Epona?), quelques éléments non identifiés et une Vénus sous édicule (fig. 4) 4 . leyulue Une monnaie de Postumus (Elmer, n° 130, Cologne, fin 260), trouvée dans la couche
  • LANGON. « Le Balac ». Site N° 35 145 01 AH. Ille et Vilaine. Rapport de diagnostic archéologique. (18/08-29/08/1997) Cl. Maurice Gautier. Dominique Pouille. A.F.A.N.- S.R.A. Bretagne. Autorisation 1997/57. LANGON. « Le Balac ». Site N° 35 145 01 AH. Ille et Vilaine. Rapport
  • de diagnostic archéologique. (18/08 -29/08/1997) Dominique Pouille. A.F.A.N.- S.R.A. Bretagne. Autorisation 1997/57. Sommaire. - Introduction - But de l'opération et moyens mis en oeuvre. -Résultats fournis par la campagne 1996. -Campagne 1997. -Conclusions. -Bibliographie
  • . - Annexe numismatique. p. 1 p.2 p. 3 p.5 p.6 Table des figures. -Fig.l. Localisation du site sur la carte I.G.N. au 1/25000°. -Fig.2. Localisation des sondages 1996 et des vestiges sur plan cadastral. -Fig.3. Plan topographique. -Fig.4. Localisation des sondages 1997 et des vestiges
  • sur plan cadastral. -Fig.5. Plan des maçonneries conservées en élévation sur « les Bosses ». -Fig.6. Vignette de la tranchée 5. -Fig.7. Extrapolation concernant l'organisation générale des vestiges. Remerciements Nous tenons à remercier vivement ici toutes les personnes qui nous
  • ont aidé à la réalisation de ce diagnostic archéologique et notamment M.M. Laurent propriétaires des terrains. M. le maire de Langon pour sa mise à disposition des vestiaires du stade. Remercions également les fouilleurs bénévoles sans qui cette opération n'aurait pu être réalisée
  • . Véronique Guitton. Stéphanie Moreau. Vincent Binet. Claude-Yves Gestin. Thomas Sagory. Ainsi que Thomas Arnoux et Olivier Laurent pour leur précieux concours à la réalisation des relevés et Cyrille Chaigneau pour les renseignement qu'il nous a communiqué. Remercions enfin l'entreprise de
  • terrassements P. Gayet de Pipriac pour sa collaboration. FIG-1. Localisation du site. Neuves se a(j S t J a n t o n M ® ^ ] m/a s -Lajjauje jla Zctrfde^ des Écohard y; (a Basse - la-Couarde" î J T ç n f Roche //' •msais. Quenairoi : te Pâtis de Faix yia-Monneraiè" Je'Gioisti
  • : njjajylanjuerais'i t>,la Buntais > \ fit Vaalay Atel. Font.il il la Jaunais. Innais I le Chêrai ^ 1-Moft Mn Puits Ruisse'' le Clos de la Grée Chapelle St-Joseph ïkC/i ._ [ deVillage vacances: «ipsSc^/ laTaride du.Moulinij I \ si isXdJ "liitéTlesfPins Haut Cou'uray7'-/ la Gougeonnais— jf
  • r*( v-^ les DèmofSéiïes \P~~--—-^Ji. / la Rkhif^M ¿Guilaume v/^ IS.'ue• les Prés Carliers• J^/ijusson Villeneuve fi Font Eolleterie l'a Gàudinais 1 -- >> \ laiBtiqueterie'j/: T*Etrier de-Droulin .'le DurhâV éf jl la LouzalS; la Couaillerais St. pomp. r PonT^ cfe DrouHn
  • la Vallée" Carte I.G.N. 1/25000° Le site gallo-romain du Balac en Langon est connu depuis très longtemps. Au XIXo siècle déjà, il suscitait l'intérêt des sociétés savantes qui en faisaient d'ailleurs un but d'excursion. Dès lors, on trouve mention de ce site régulièrement dans
  • les travaux s'intéressant au patrimoine ancien ou à l'archéologie de la région (cf. annexe bibliographique). Des sondages archéologiques ont été effectués en 1970 dans le secteur où les vestiges sont les mieux conservés, au lieu dit « les Bosses du Châtel » (Sanquer 1973). Ils
  • n'ont toutefois permis de réaliser que quelques observations ponctuelles suggérant l'importance du site. En 1996, dans le cadre de la réalisation d'une carte archéologique communale, une autre série de sondages a été entreprise par C. Chaigneau (A.F.A.N.). L'étendue du site ayant été
  • largement sous estimée lors du montage de l'opération, ceux-ci se révélèrent insuffisants. C'est afin de compléter les données recueillies, qu'une opération d'évaluation archéologique de plus grande envergure a été programmé au cours de l'été 1997. Cette dernière a pu être réalisée grâce
  • à la participation du Conseil Général d'Ille et Vilaine, dont la subvention a été complétée par des fonds émanant de la Sous-Direction de l'Archéologie. L'opération s'est déroulée du 18 au 29 août avec l'aide de quatre bénévoles. But de l'opération et moyens mis en oeuvre. Suite
  • vers une évaluation de l'occupation spatiale de ce secteur, puisque les résultats de la campagne précédente laissaient présumer de l'état de conservation des vestiges environnants. Une première série de 16 tranchées réparties sur la totalité des parcelles à étudier (cf. cliché de
RAP00147.pdf (ARZON (56). Petit-Mont. rapport de fouille programmée.)
  • ARZON (56). Petit-Mont. rapport de fouille programmée.
  • municipalité d'Arzon a égale- ment prêté son concours en venant dégager des remblais allemands entre la trancha Sud et l'entrée Sud du grand blockhaus. Ont participé aux travaux de façon très efficace : André Florence,étudiante,Vannes (56). Bkrbaron Françoise,hôtesse du Musée de
  • recueillie en dessous ou aux abords immédiats est essentiellement gallo-romaine et commune.(Clichés I et 2). c- La fouille- des carrés F et I situés entre 6 et 8m en avas de l'entrée du "dolmen",a été réalisée en début de campagne. Si le carré I s'est révélé pauvre en mobilier,par contre
  • parement externe s'est poursuivi aux abords du petit blockhaus qu'il contourne,réduit à une soixantaine de centimètre de hauteur,puis se réduisant à une seule assise bien en place dans l'angle du cairn I (cliché 6). c- Le parement 2 a été dégagé dans toute sa longueur (cliché 7),et il
  • a permis de mettre en évidence la multiplicité des parements,les nombreuses reprises en massifs (clichés 9 et 10) r(clïclnés 11-12.) Malheureusement ces parements commencent à se dégrader aux abords du petit block 2.. fouille- Sou&ica tdalle ob\c>\nC}Ue, Cairn Sur loi demvcre
  • fragments de socles ou buste de personnage caractéristiques du style de REXTUGENOS,potier gaulois de l'Allier dont nous avions déjl rencontré les traces au Petit Mont lors de la campagne I98I. (nP 30' à 37) C - Matériel lithique.(fig.l) Recueilli tant sur la façade Est du monument qu'à
  • qu'il ne représente en longueur que le 1/5 de la largeur du montb - rourquoi les parements 2 et 3 dits de façade sont en mauvais état aux abords de ce dolmen rapporté. c - Pourquoi le parement inférieur de façade Est est de mauvaise quaiité,n'ayant en fait été construit que pour
  • sous ce remplissage. De l'autre côté du blockhaus une équipe cherchait à mettre à jour le parement de façade ou ce qui pouvait en subsister après le passage germanique.Après des ébaa lements répétés quelques pierres étaient mises à jour,pierres pouvant correspond: aux restes du
  • consiste à confirmer la trajectoia de parements et de continuer de mettre à jour la structure générale de la construction dans nos secteurs respectifs. Grâce aux découvertes réalisées il semble que,malgré les détériorations causées par les troupes allemandes,on ait mis en évidence
  • des monuments qui se trouvent aux alentours d'Arzon. 15 Enfin nous voulons mentionner les explications que nous ont donné "in situ" Jean Paul et Jean Michel,explications qui,ajoutées à celles de Mr Lecornec,ont été en tout point intéressantes pour une meilleure compréhension des
  • spéciale à Madame Lecornec pour laquelle nous ne trouvons pas de mots pour exprimer notre gratitude. Enfin nous remercions Mr Lecornec qui nous a fourni l'occasion de perfectionner nos connaissances en nous permettant de participer aux fouilles qu'il dirige au Petit Mont» En espérant
  • Cairn Néoli l"hique du Petit Mont. Arzon.56. Travaux 1982. Joël LECORNEC Correspondant de b D'^Antlauifes fre historiques de Bretagne. 1 CAIRN MEGALITHIQUE DU PETIT MONT ARZON - 56640. CAMPAGNE DE FOUILLES I982. La campagne de fouilles I982 s'est déroulée du 2 Août au 21
  • Août inclus,dans le cadre du programme P 29,avec l'autorisation accordée le 14 Avril I982 sous le numéro I483. HREP HISTORIQUE ET RAPPEL DES TRAVAUX ANTERIEURS Fouillé en I865 par De Cussé de la Société Polymathique du Morbihan,le.: seul dolmen alors connu dans ce cairn avait un
  • couloir à ciel ouvert et ses supports ainsi que la dalle de couverture de la chambre demandaient à être redressés.Le mobilier découvert peu abondant,était constitué en majeure partie de vestiges gallo-romains;quelques tessons de campaniforme et une hache marteau accompagnant trois
  • perles en variscite complétaient ces vestiges. Classé monument historique en 1904 pour l'ensemble du cairn,Z. le Rouzic y entreprit deux restaurations,1'une en 1905,1'autre en I926.De nouveaux vestiges gallo romains et néolithiques étaient à nouveau découverts.La table de couverture
  • de la chambre et les supports étaient relevés,le couloir couvert* de dalles en béton. En 1942-43 les occupants implantaient un blockhaus dans la partie sud du cairn et appliquaient un second blockhaus contre son flanc nord.Le dolmen devait en soufrir. Des renseignements recueillis
  • auprès de Mr Hays Alexis,de Port Navalo,qui partiel pa à la construction du grand blockhaus,permettaient d'envisager la remise à jour d'une chambre mégalithique découverte lors de ces travaux.Cette chambre serait demeurée intacte,aucun couloir d'accès aurait été découvert lors de
  • l'ouverture de la carrière faite à la main. En I979>1980 et I98I les campagnes de fouilles menées dans le cadre d'une program mation nous- ont permis dans un premier temps de mesurer l'étendue des dégâts occasionnés par la construction des blockhaus,puis de rechercher et mettre à jour des
  • recherche du parement extérieur sous les remblais allemands. B - Fbuille sur la façade Est au nord du portique,en poursuivant le dégagement cfa parement inférieur,puis recherche de parements en arrière de celui-ci. C - Dégagement des parements multiples au Nord-ouest jusqu'aux abords du
  • petit blockhauso D - Ouverture d'une tranchée de reconnaissance orientée Nord-Sud. E - Sondage en arrière du grand blockhaus au dessus du point présumé de la chamb: vue en 1943. Par la suite,les résultats obtenus dans la zone D nous ont condu: à opérer une jonction entre cette zone
  • et la tranchée de reconnaissance 1979«en suivant les parements reconnus . Pour les opérations A et C,nous avons dû faire appel au préalabli à l'Entreprise J.P RIO de Sarzeau,qui à l'aide d'un tracto-pelle a dégagé la par> tie supérieure des éboulis ou remblais allemands.La
RAP01976.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). "place de la Tour d'Auvergne ". dfs de sondages archéologiques)
  • opération préventive de diagnostic
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). "place de la Tour d'Auvergne ". dfs de sondages archéologiques
  • de ce niveau à une période relativement récente (aux alentours des XVIUe / XXe siècles ap. J.-C.) Fig. 33 : niveau de circulation empierré dans le sondage 11 (cl. G. Le Cloirec /INRAP). 46 Janvier / Février 2004 Carhaix-Plouguer (Finistère) - Place de la Tour d'Auvergne
  • CARHAIX-PLOUGUER (Finistère) Place de la Tour d'Auvergne D.F.S. de sondages archéologiques 26/01-20/02/2004 (Arrêté de prescription n° 2003/061) t Sous la direction de Gaétan Le Cloirec avec la collaboration de Philippe Cocherel, Claire Guého, Stéphane Jean, Françoise
  • LOCALISATION COMMUNE : Département : Finistère Lieu dit ou adresse : Place de la Tour L'OPÉRATION Carhaix-Plouguer d'Auvergne Section(s) et parcelle(s) : AN. domaine Altitude : - Année cadastre : 1984 Coordonnées Lambert Zone : x1 = x2 = x3 = y1 = y2 = y3 = IDENTITE Arrêtés n
  • ° 2003/061 DE DE public L'OPERATION Nature : sondages en date du 3 mars 2003 archéologiques Date d'intervention : du 26/01/2004 au 20/02/2004 TITULAIRE (nom et prénom) : Le Cloirec Gaétan Organisme de rattachement : I.N.R.A.P. Propriétaire du terrain : domaine Protection
  • juridique : - Motif de l'opération : Projet de public réaménagement Maître d'ouvrage : I.N.R.A.P. Contraintes techniques particulières : intervention Surface abordée : 5190 m2 sur un espace de stationnement Surface du projet : 5190 m2 (dans la ou les parcelles concernées par
  • l'opération) Fouille menée jusqu'au substrat : OUI RESULTATS NON Sinon, altitude du fond de fouille : SCIENTIFIQUES MOTS CLES : (3 à 5 par rubrique) - Chronologie : ler-IVe siècles ap. J.-C., médiéval, moderne. - Vestiges immobiliers : murs maçonnés, solins, puits, sols de terre
  • battue - Vestiges mobiliers : céramique, fer, bronze, monnaies. COMMENTAIRE : la place correspond à un îlot de la ville antique occupé par des constructions modestes. Le bâti est plus dense dans la partie nord. LIEU DE DEPOT : du mobilier : dépôt du Faou (Finistère) des fonds
  • documentaires : S.R.A. Bretagne N° des 10 à 20 diapo. les plus représentatives, fouille et mobilier) : REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES DU DFS ANNEE : 2004 AUTEUR (nom, prénom) : Le Cloirec Gaétan COLLABORATEUR(S) : Philippe Cocherel, Claire Guého, Stéphane Jean, Françoise Labaune et Vincent
  • Pommier TITRE : Carhaix-Plouguer (Finistère), place de la Tour Sous-titre :DFS de sondages archéologiques Nombre de volumes : 1 d'Auvergne nbre de pages : 61 nbre fig. : 36 nbre planches. : 6 Avertissement Les prises de notes et de photocopies sont autorisées pour un usage
  • exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n 'est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références
  • exactes et complètes de l'auteur et de l'ouvrage. Par ailleurs, l'exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires et pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d'utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du ¡7juillet
  • 1978, art. 10). Le non-respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l'article 425 du code pénal. • Janvier / Février 2004 Carhaix-Plouguer (Finistère) - Place de la Tour d'Auvergne - SOMMAIRE Générique_ P- 3 . Cadre de l'opération 1.1. Contexte
  • significatif 2.13. Interprétation générale p- 10 jp. 10 p. 14 p. 18 p. 22 p. 26 p. 29 p. 33 p. 37 p. 42 p. 45 p. 46 p. 47 p. 57 ». Conclusion p. 61 Liste des figures : Fig. 1 : localisation du projet dans le cadastre actuel. Fig. 2 : localisation du projet sur le plan de 1772. Fig. 3
  • : localisation du projet sur le cadastre de 1819. Fig. 4 : contexte archéologique. Fig. 5 : plan général des sondages. Fig. 6 : relevés du sondage 1. Fig. 7 : vue générale des vestiges du sondage 1. Fig. 8 : tranchée de mur démonté 1005. Fig. 9 : relevés du sondage 2. Fig. 10 : vue générale
  • des vestiges du sondage 2. Fig. 11 : vue du mur 2008 et du puisard 2009. Fig. 12 : relevés du sondage 3. Fig. 13 : vue générale des vestiges du sondage 3. Fig. 14 : profil de la tranchée 3034. Fig. 15 : relevés du sondage 4. Fig. 16 : vue générale des vestiges du sondage 4. Fig. 17
  • : puits 4009. Fig. 18 : relevés du sondage 5. Fig. 19 : empreintes des murs 5001 et 5002. Fig. 20 : relevés du sondage 6. Fig. 21 : vue générale des vestiges du sondage 6. Fig. 22 : puits 6002. Fig. 23 : relevés du sondage 7. Fig. 24 : vue générale des vestiges du sondage 7. Fig. 25
  • : coupe longitudinale dans le sondage 7. Fig. 26 : relevés du sondage 8 Fig. 27 : vue générale des vestiges du sondage 8. Fig. 28 : fragment d'amphore dans la recharge de cour 8003. Fig. 29 : vestiges du puits 8002. Fig. 30 : relevés du sondage 9 Fig. 31 : vue générale des vestiges du
  • sondage 9. Fig. 32 : vue du sondage 10. Fig. 33 : niveau de circulation empierré dans le sondage 11. Fig. 34 : nombre de tessons recueillis par sondages. Fig. 35 : plan d'interprétation des vestiges. Pl. 1 à 6 : mobilier. Fig. 36 : localisation du secteur sondé dans la ville antique
  • . 2 Carhaix-Plouguer (Finistère) - Place de la Tour d'Auvergne - • Janvier / Février 2004 GENERIQUE Intervenants : Gaétan LE CLOIREC (I.N.R.A.P., chargé d'opérations et de recherche, responsable de l'opération) Philippe COCHEREL (I.N.R.A.P., technicien de fouille) Claire
  • GUEHO (I.N.R.A.P., technicienne de fouille) Stéphane JEAN (I.N.R.A.P., dessinateurD.A.O.) Françoise LABAUNE (I.N.R.A.P., assistante d'études) Vincent POMMIER (I.N.R.A.P., topographe) Suivi de l'opération : Stéphane DESCHAMPS (Conservateur Régional de l'Archéologie de Bretagne
RAP02031.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). un quartier de la ville antique de vorgium. les fouilles de la réserve archéologiques, 5 rue du Docteur Menguy. rapport intermédiaire 2004 de fp 3 (2003-2005))
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). un quartier de la ville antique de vorgium. les fouilles de la réserve archéologiques, 5 rue du Docteur Menguy. rapport intermédiaire 2004 de fp 3 (2003-2005)
  • zig-zag). Il se compose de deux scènes séparées par des lignes horizontales terminées dans la partie haute par des doubles feuilles à bourgeon central strié, encadrant un candélabre jouxté de lignes de feuilles bifides. La première scène se compose d'un oiseau aux ailes dépliées et
  • , notamment l'oiseau, sont à rapprocher du style de IANVARIS, en activité entre 125 et 150 après J.-C. Comme nous avons ici affaire à un surmoulage, nous sommes plutôt en présence d'un récipient plus tardif dont la pâte correspond aux productions de la fin du Ile et du début du lile siècle
  • première couche blanche, une deuxième de teinte orange marbrée a été apposée. Si ce descriptif correspond tout à fait aux productions de céramique à l'éponge du Sud-Ouest, la forme cependant ne semble pas faire partie des types de cruches actuellement recensés et demande à être
  • de la fin du Ille et surtout aux IVe et Ve siècles, pour perdurer jusqu'au Vile siècle. La fouille de la conduite en bois retrouvée dans les thermes a livré un mobilier hétérogène dont certains éléments sont également à noter (us. 5005 et 5020). 25 Le premier est un fragment
  • découverte, notre spécimen peut être associé aux potiers APCO (n° 97, 401 et 402 - 140 ap. J.-C.) ou L. Fabii Grescentis (n° 851) dont la signature se présente sous la forme LMECO et LFCCO en activité entre 140 et 198 ap. J.-C. Les deux autres tessons (Pl. V, n° 2 et 3) proviennent de la
  • correspond tout à fait aux céramiques à l'éponge, cette forme ne figure pas dans l'inventaire des productions connues et pose donc problème. Quoi qu'il en soit, on peut avancer une datation large des Ille et IVe siècles, période de production de ce type de céramique. Destruction des
  • au jour dans ce contexte, seuls deux fragments sont retenus ici. (Pl. VII). Il s'agit d'une estampille sur sigillée (assiette drag. 18) de Gaule du Sud, donnant à la lecture OF.BASSFCO et correspondant aux potiers BASSVS et COELVS en activité à La Graufesenque entre 40 et 80 après
  • laissent penser que de riches notables occupent toujours le quartier après les troubles de la fin du Ille siècle. Par ailleurs, de rares indices indiquent clairement que certains murs antiques (peut-être la majorité) sont récupérés aux alentours du XVe siècle. 2 0 5 cm Pl. III. US
  • toujours, un léger décalage d'orientation est visible par rapport aux structures linéaires qui sont postérieures. Un foyer marque la partie centrale de cette construction pouvant se prolonger vers le nord. Par ailleurs, le creusement qui traverse Y ara de l'hypocauste du bâtiment 5
  • , essentiellement fondé sur l'activité artisanale. Bien que tout ceci reste hypothétique, la relative modestie des constructions dégagées aux quatre coins du site est général. La présence d'une zone de travail continue le long de la chaussée semble par ailleurs de plus en plus évidente. 31
  • , comparable aux gobelets fusiformes de type Mayet II en usage à la fin du 1er siècle avant J.-C. et au 1er siècle après J.-C. (Pl. VIII, n° 5) La terra nigra est également bien illustrée avec des écuelles (Menez 11 et 119) et des coupesbols, correspondant aux pâtes des ateliers de Kérilien
  • paillettes de mica est caractéristique des productions de la région. Elle correspond au type I défini dans le rapport de synthèse des campagnes 2000-2002. Cet ensemble est complété par la présence de deux tessons d'une même amphore dont la pâte fait penser aux productions de l'île de
  • UN QUARTIER DE LA VILLE ANTIQUE DE VOKGIUM Les fouilles de la Réserve Archéologique de Carhaix-Plouguer (Finistère) (5, rue du Docteur Menguy) DRAC-SRA I 1 MN, 2005 (29 024 356) COURRIER ARRIVEE Rapport intermédiaire de fouille archéologique programmée pluriannuelle Année
  • 2004 Sous la direction de Gaétan Le Cloirec Avec la collaboration de F. Labaune et S. Jean Contrat de plan Etat-Région Etat - Ministère de la Culture et de la Communication Région Bretagne Conseil Général du Finistère Ville de Carhaix-Plouguer Institut National de Recherches
  • Archéologiques Préventives tap. 0023A Usa Rennes : S.R.A. Bretagne - 2004 FICHE SIGNALETIQUE LOCALISA TION DE L 'OPERA TION SITE n° COMMUNE : Carhaix-Plouguer Département : Finistère 29 024 356 Lieu dit ou adresse : 5, rue du docteur Menguy Année cadastre : 1984 Coordonnées Lambert
  • Zone : Section(s) et parcelle(s) AO. 124, 135, 138, 139, 140. Altitude : x1 = 161,4 x2 = x3 = y1 = 1080,9 y2 = y3 = IDENTITE DE L'OPERA TION Autorisation n° 2003/050 valable du 14/05/2003 au 31/12/2005 Nature : Fouille programmée TITULAIRE (nom et prénom) : Le Cloirec
  • Gaétan Organisme de rattachement : I.N.R.A.P. Propriétaire du terrain : Conseil Général 29 Protection juridique : réserve archéologique Motif de l'opération : Fouille programmée pluriannuelle avec projet de mise en valeur du site Maître d'ouvrage : I.N.R.A.P. Coût global de
  • l'opération : 47 700 euros pour 2004 Contraintes techniques particulières : Surface fouillée : 3130 m2 Surface estimée du site : 4000 m2 (dans la ou les parcelles concernées par l'opération) Emprise menacée entièrement fouillée : OUI NON - pas de menace Fouille menée jusqu'au
  • substrat : OUI NON Sinon, altitude du fond de fouille : RÉSULTATS SCIENTIFIQUES MOTS CLES : (3 à 5 par rubrique) - Chronologie : antiquité gallo-romaine. - Vestiges immobiliers : chaussée, caniveaux, fontaine, portiques, bâtiments, domus, thermes, hypocaustes, puits. - Vestiges
  • mobiliers : céramique, bronze, fer, verre, os, jais, éléments lapidaire, monnaies, enduits peints. COMMENTAIRE : quartier de la ville antique organisé autour d'une rue décumane majeure. LIEU DE DEPOT : du mobilier : dépôt archéologique du Faou, des fonds documentaires : SRA Bretagne N
RAP02052.pdf (LE QUIOU (22). la villa gallo-romaine de la gare. rapport final de synthèse 2004 de fp3 (2002-2004))
  • LE QUIOU (22). la villa gallo-romaine de la gare. rapport final de synthèse 2004 de fp3 (2002-2004)
  • d'apporter une petite pierre à 1 ' édifice de la connaissance historique de notre société et de nos racines. Le fruit de ces travaux nous le devons aux personnes conscientes de la richesse et de la fragilité de ce patrimoine qui mérite d'être préservé pour les générations futures. Ce sont
  • Service Régional de l'Archéologie, suivant les dispositions de la loi modifiée n° 78753 du 17 juillet 1978. Aux termes de la circulaire de mars 1996, prise pour application, ils pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédés par les
  • Lande 0mi r u \ " i^a; t Bâtiment (22 263 002 des AH Quiou) ¿.ande Orcie 'fé Fou'mer aux^MoirtesJ l'a Crò*i Noirél laC , our Neuwfl Ja Perchais rXfiYÄ / 'la. Crox/-Bosi Villa (22 352 de la 00 1 AH Perchais -Tréfumel) la Vile Hervj le Bas Tré»ele»c>' la Rue És
  • 800 mètres à l'est de la Rance, la villa rurale est implantée au tiers inférieur d'une légère pente orienté à l'ouest. De ce fait, l'habitat principal est en léger contrebas par rapport aux autres bâtiments qui se développent autour des deux cours, ce qui est inhabituel. Au sol
  • séquences archéologiques, soit de préciser la datation de certains mobiliers. DESCRIPTIONS ET INTERPRÉTATIONS DES VESTIGES PREMIÈRES Les six phases d'occupation ont été conservées : La phase F la plus ancienne regroupe les aménagements antérieurs aux bâtiments des phases D, C et B
  • . A l'issue de la fouille de 2004, les deux maçonneries d'orientations divergentes par rapport aux axes directeurs des constructions postérieures se sont avérées être des drains très profonds qui se succèdent dans le temps. La phase E procède toujours de nos interprétations. Ses
  • mortier couleur orangé, n'est pas centrée sur son ressaut de fondation : le ressaut est inexistant sur un des coté, ce qui semble une anomalie structurelle notable par rapport aux autres maçonneries du site. La différence de mortier entre fondation et élévation n'est pas suffisante à
  • (Quiou04.num9) 26 axe d'élévation décalé par rapport aux fondations. Le mur 167 est coupé par l'installation profonde du mur 59 à l'emplacement de la première natatio (UH34) de la phase D. Un fragment de l'enduit couleur de Syène a été trouvé à plat dans l'axe du mur 70 à l'ouest du
  • premier lieu, nos observations au sein des maçonneries pourraient être des indices liés aux aléas du chantier de construction : étape de la construction (couleur de mortier différent élévation/fondation), erreur d'orientation, fondation différente d'un mur en fonction des contraintes
  • antérieurs aux sol 67 permettra peut être d'apporter une datation qui permettra d'affiner nos observations stratigraphiques. PHASE D : MISE EN PLACE DE L'ESPACE THERMAL Note préliminaire Le principe du bain romain est basé sur le contraste chaud/froid : une gradation chaude préliminaire
  • fouiller tous les niveaux d'occupations et de reconnaître son système d'adduction d'eau. La découverte d'une natatio antérieure à celle découverte l'année dernière associées aux fouilles de contextes datant a permis de préciser l'évolution architecturale de l'espace thermal. de pluie
  • 1522 + N S T I T U T 0 E R EC A R C H É0 p s + + + + + + + NATIONAL + fi Dl^Àe-SRA LE QUIOU 1 6 MARS 2 0 0 5 (Côtes d'Armor) Site n° 22 263 001 + + + + INRAP Antenne Grand Ouest CS 67737 - 35577 CESSON SEVIGNE Cédex tel: 02. 23. 36. 00. 40 -S* Site de la
  • villa gallo-romaine de la gare TflÄSSSdft^fc' i1 mÊ mîm yw H H t* • 1MS1 * > - Direction ' J-i't " ' i. £ A* - ' ... régionale ' • » ».... ' . - des affaires culturelles de Bretagne ¡¡¡||i * ' DRAC i 6 r u e du Chapitre 35044 RENNES Cedex Service Régional
  • de l'Archéologie REG » Q N -j. '' • P Fouilles archéologiques programmées Rapport de Troisième Année,été 2004. ET BRETAGNE sjgps Par Jean-Charles ARRAMOND, Christophe RE QUI Avec la collaboration de Françoise LABAUNE, Thomas ARNOUX, 2 Q f * Côtes d'Armor Vincent
  • GENEVIEVE et Stéphane JEAN Année 2004 ¡¿qÇ * '•"SII BÀ-J f'XÎÎÏ Jf LE QUIOU Côtes d'Armor (22) La Villa gallo-romaine de la Gare Site n° 22 263 001 A H Rapport de fouilles archéologiques programmées Troisième année, Eté 2004. Autorisation n° 2002 - 045 Par Jean-Charles A R R A M
  • O N D , Christophe REQUI Avec la collaboration de Françoise LABAUNE, Thomas ARNOUX, Vincent GENEVIEVE et Stéphane JEAN Toulouse, Janvier 2005 REMERCIEMENTS Une fouille archéologique procède avant toutes choses d'un travail d'équipe et de collaboration dont le seul but est
  • les financeurs : le conseil général et le conseil régional, les scientifiques en charge de la conservation du patrimoine, et les fouilleurs. Nous leurs témoignons notre reconnaissance pour l'énergie qu'ils déploient sans compter pour ce projet de recherche. Nous remercions bien sûr
  • les habitants du Quiou et des alentours pour leur accueil souvent chaleureux et l'intérêt qu'ils nous portent. • • • FICHE SIGNALETIQUE • _ LOCALISATION D E L'OPERATION • m Site n° :22 263 001 AH Département : Côtes d'Armor - 22 Commune : Le Quiou Lieu dit ou adresse : La
  • Gare Année cadastre : 1983 Section(s) et parcelle(s) : A201, A206, A207, A208, A209, A210, A211 Coordonnées Lambert : Zone : Altitude : 20 m x = 277,825 y = 1081,400 •1 • • IDENTITE DE L'OPERATION ™ t Autorisation n° 2002-045 Nature : FPP TITULAIRE (nom et prénom) : Arramond
  • Jean-Charles Organisme de rattachement : INRAP - U M R 5608 Propriétaire du terrain : Conseil Général des Côtes d'Armor Protection juridique : néant Motif de l'opération : Programme de recherche P. 20 Crédit Année 2004 : 53 800 euros Surface fouillée ou reconnue : Année 2000 : 300 m
RAP02585.pdf (CHÂTEAUGIRON (35). le Petit Launay. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • CHÂTEAUGIRON (35). le Petit Launay. rapport de diagnostic
  • finale voit ensuite deux ensembles se développer et sans doute cohabiter. En limite ouest de la zone prescrite a été découvert une partie d'un établissement qui peut correspondre à une ferme. A l'opposé, une portion d'une enceinte aux fossés profonds de plus de 3 m est établie sur le
  • aux alentours de 61 m et se termine par un talweg où coule le ruisseau de Saint-Médard. Au nord de la RD 34 s'observe un étranglement ouvrant à la hauteur des Coteaux de Rochaude sur une proéminence dominant la vallée de l'Yaigne. La zone est parcourue de micro talwegs qui
  • peuvent correspondre à des trous de poteaux (fig. 4, F. 128/11, 12 et 128/14 à 17) ou à des fosses (fig. 4, F. 128/6, 9 et 10), certaines adoptent des plans aux formes irrégulières qui amènent à douter de leur véracité (F. 128/4 et 128/13 par exemple). L'hypothèse de simples anomalies
  • fouille de F. 195/4, qui dispose en surface d'une envergure de 1,90 m, a montré l'existence de 2 fossés parallèles. A l'inverse du sondage précédent, le creusement le plus ancien se situe sur le flanc ouest du tracé F. 195/4 (fig. 6). Il s'agit d'un fossé à fond plat, aux bords
  • phénomènes de percolation (US 6), qui indique que ce creusement est resté ouvert aux intempéries durant un laps de temps sans doute assez court. Cette couche est en effet surmontée d'un épais niveau cendreux (US 5) qui a livré l'essentiel du mobilier dont 149 scories et des fragments de
  • §ËBSËÊÈ Drac --SR A i 3 COUh Inrap Institut national de recherches archéologiques préventives ' A(J(Jl /» ARRIVEE Châteaugiron, ¡Ile-et-Vilaine, Le Petit Lau nay £ S sous la d i r e c t i o n d e Romuald Ferrette f 1 1 Il tj «• ¡1 I I; ' I fjgpfjj Sapa • • j
  • 1_ u 15 c 4= 5 -CU 'Î; s: in Q. o s, ^° 01 •m O Q. Q. (O GC sous la direction de Romuald Ferrette par Rozenn Battais Arnaud Desfonds Joseph Le Gall Laure Simon "O œ c'u Ln Inrap Grand-Ouest 37 rue du Bignon, 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 0040 < Q août 2010
  • Institut national de recherches archéologiques préventives Inrap RFO de diagnostic archéologique Châteaugiron, Le Petit Launay Sommaire 3 4 4 5 6 7 8 12 14 I. Données administratives, techniques et scientifiques Fiche signalétique Mots clefs des thésaurus Intervenants Notice
  • scientifique Localisation de l'opération Arrêté de prescription Cahier des charges Arrêté de désignation 15 1.1 Le cadre de l'intervention 18 1.2 Le cadre méthodologique 21 22 24 26 II. Résultats 2.1 Introduction 2.2 L'ensemble 1 2.3 L'ensemble 2 33 34 2.4 L'ensemble 3 2.5
  • L'ensemble 4 15 15 16 18 19 26 28 29 31 1.1.1 Introduction 1.1.2 Le contexte géographique et géologique 1.1.3 Le contexte archéologique 1.2.1 Le mode opératoire 1.2.2 L ' enregistrement des données 2.3.1 Les fossés d'orientation nord-sud 2.3.2 Les fossés d'orientation est-ouest F
  • . 175/4 et F. 175/9 2.3.3 Trous de poteaux, fosses et puits 2.3.4 Eléments de datation et proposition d'interprétation 34 41 44 45 46 49 2.5.1 L'enceinte 2.5.2 Un chemin au sud de l'enceinte 2.5.3 Un second chemin au nord ? 2.5.4 Les bâtiments 2.5.5 Le réseau parcellaire 2.5.6
  • L'apport du cadastre napoléonien dans la compréhension de l'ensemble 4 51 III, Etude du mobilier découvert 54 54 58 58 59 59 3.2.1 L'ensemble 1 3.2.2 L'ensemble 2 3.2.3 L'ensemble 3 3.2.4 L'ensemble 4 3.2.5 Les contextes hors ensemble 3.2.6 Conclusion 52 54 3.1 Le mobilier
  • néolithique 3-2 Le mobilier protohistorique 63 3.3 De la période gallo-romaine à l'époque contemporaine 75 Conclusion 77 Bibliographie 78 89 92 Inventaire des structures Inventaire du mobilier de la Tène finale Liste des figures et des clichés du RFO 2 Données administratives
  • , techniques et scienti Châteaugiron, Le Petit Launay Inrap RFO de diagnostic archéologique Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Surface du projet d'aménagement Localisation 190 909 m Région Bretagne 2 Opérateur d'archéologie Département Ille-et-Vilaine (35) Inrap Grand
  • -Ouest Commune Châteaugiron Romuald Ferrette Responsable scientifique de l'opération Organisme de rattachement Inrap Grand-Ouest 37 rue du Bignon CS 677737 35577 Cesson-Sévigné Centre archéologique Inrap 37 rue du Bignon CS 677737 35577 Cesson-Sévigné Lieu-dit Le Petit Launay
  • Codes Codes INSEE 35 Numéro de l'entité archéologique Aucun Coordonnées altimétriques Date d'intervention sur le terrain géographiques et X : 312525 Y : 345075 Z : de 51 à 61,5 m Référence cadastrale Commune Châteaugiron Section(s) H, ZE Parcelle(s) 64, 15p, 56,57, 63,1_1, 33p
  • , 37, 30, 33b, 20 Propriétaire du terrain SCIAERVS Centre commercial Les Grands Chênes 35 410 Châteaugiron Références de l'opération Numéro de l'arrêté de l'opération 2009-132 en date du 17 novembre 2009 Numéro de l'opération DA 05031901 Numéro de l'arrêté de désignation du
  • responsable 2010-022 en date du 29 janvier 2010-08-13 Maître d'ouvrage d'aménagement INRAP des travaux du 22 mars 2010 au 07 mai 2010 Chronologie Second âge du fer Antiquité romaine Epoque contemporaine Sujets et thèmes Fossé, enceinte, bâtiment, fosse Mobilier parcellaire, chemin
  • , Céramique, objet métallique, verre, lithique Châteaugiron, Le Petit Launay Inrap RFO de diagnostic archéologique Intervenants Intervenants scientifiques Prénom, nom, organisme de rattachement Stéphane Deschamps, SRA Anne Villard-Le-Tiec, SRA Michel Baillieu, Inrap Romuald Ferrette
  • , Inrap Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l'opération Conservateur régional de l'archéologie Conservatrice du patrimoine Adjoint scientifique et technique Assistant d'études et d'opérations Prescription et contrôle de l'opération Prescription et contrôle de