Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4104 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01611.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). rue Albert Caillarec. rapport de diagnostic)
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). rue Albert Caillarec. rapport de diagnostic
  • d'abord présentés par tranchée et de façon analytique. Une synthèse est ensuite proposée afin de situer ces derniers au sein du contexte municipal antique. 3.1.: La tranchée 1. La tranchée 1 est située dans la partie méridionale de la parcelle. Une couche de terre humiques
  • aménagement revêt toutefois une certaine importance à l'échelle de l'ensemble de la ville, puisqu'elle permet d'accroître la connaissance du réseau viaire antique avec précision. Bibliographie. Le Cloirec 1996 et 1997 : "DFS de fouille préventive-Le Centre Hospitalier de Carhaix, rue du
  • site : Emprise menacée entièrement fouillée : OUI (NON) Fouille menée jusqu'au substratum : (OUI ) NON Sinon, altitude du fond de fouille : Résultats scientitiaues MOTS CLES : (3 à 5 par rubrique) -Chronologie : Moderne, antique -Vestiges immobiliers : Voie, fondations -Vestiges
  • s'inscrit dans une démarche d'évaluation systématique du patrimoine antique sur la commune de Carhaix mise en place par le Service régional de l'Archéologie depuis maintenant six années. Cette problématique trouve sa genèse dans une carte archéologique communale effectuée par C.Hervé
  • -Legeard en 1993 ayant mis en évidence le potentiel antique conséquent de la ville déjà apparut au cours de nombreuses opérations précédentes. L'importance de ce potentiel a été confirmée au travers des diverses interventions menées depuis lors; notamment sur l'emplacement du Centre
  • -ouest / nord-est afin de saisir un maximum d'informations concernant les éventuels vestiges antiques présentant pour leur part une orientation connue par ailleurs et axée sur les points cardinaux. Ces tranchées, d'une largeur constante d'environ 2,00 m, sont d'une longueur
  • mis au jour. Il s'agit, pour l'essentiel, d'une voie antique orientée suivant un axe nord-sud et quelques fondations de murs d'une attribution chronologique récente concentrés le long de l'actuelle rue Albert Caillarec. Dans le présent document, les résultats de l'intervention sont
  • d'attribution chronologique récente recouvre l'ensemble des niveaux relevés à cet emplacement (Cf.PI.4; US 1000). Ce dépôt , d'une épaisseur d'environ 0,40 m, comporte un certain nombre d'inclusions de fragments de matériaux de construction et de tessons de céramique antiques, le tout mêlé à
  • assez fragmenté dont les attributions chronologiques oscillent de la période antique à la période contemporaine. L'unité stratigraphique 1001, mentionnée ci-dessus, recouvre intégralement le niveau empierré correspondant à la voie antique ainsi que les différents aménagements
  • . Cette dernière est constituée d'une première assise composée d'un hérisson de blocs de schiste dont le module atteint 0,20 m de côté et qui semblent être imbriqués en biseau. Cet aménagement pourrait correspondre au statumen de la voie, selon la dénomination antique; il fait office
  • d'argile gris-vert homogène superposé au substrat géologique et constituant le lit de préparation de la voie. 2008: Niveau de circulation. I Fig. 6 : Plan de la tranchée 3. Fig. 7 : Localisation de la portion de voie mise au jour dans l'hypothèse de trame antique. 4. Conclusion
  • . Au terme de cette opération, nous retiendrons surtout ia présence d'une portion de voie antique d'un axe nord-sud s'inscrivant parfaitement sur le réseau hypothétique tracé par les soins de G.Le Cloirec dans le cadre de la carte archéologique communale (Fig.7). La structure de
  • Carhaix Site N° 29 024 373 Rue Albert Caillarec DFS d'évaluation archéologique Frédérick Béguin AFAN Grand-Ouest SRA de Bretagne 1999 Fiche signalétique Localisation d e l'opération SITE N° 29 024 373 Département : Finistère Commune : Carhaix Lieu dit ou adresse :Rue
  • Frédérick SP su organisme de rattachement : AFAN Protection juridique : Propriétaire du terrain : Motif de l'opération : Construction pavillonaire Maître d'ouvrage : Coût g|oba| d e l'opération : Contraintes techniques particulières : Surface fouillée :650 m2 Surface estimée du
  • mobiliers :Céramiques. COMMENTAIRE : Lieu de dépôt du mobilier :Rennes, SRA Des fonds documentaires : idem N° des 10 à 20 diapos les plus représentatives : "Références bibliographiques du DFS ANNEE: 1999 AUTEUR:F.Béguin Collaborateur(s) :J.Martineau TITRE : DFS d'évaluation
  • archéologique Sous-titre : Rue Albert Caillarec Nombre de volumes : 1 nbre de pages :23 nbre de figures : 7 Générique de l'intervention. Responsable de l'opération et titulaire de l'autorisation de fouille : Frédérick Béguin, AFAN. Collaborateur. Jocelyn Martineau, AFAN. intervention
  • technique : F.Béguin & J.Martineau. Rédaction du DFS: F.Béguin DAO.:J. Martineau. Suivi scientifique de l'opération: Mickaël Batt, Ingénieur d'Etudes, SRA de Rennes. Suivi administratif: Patrick Bretagne, Adjoint au Chef d'Antenne, AFAN Grand-Ouest. Didier Dubant, Correspondant sécurité
  • , AFAN Grand-Ouest. Stéphane Hrywniack, Contrôleur de gestion, AFAN Grand-Ouest. Ccntr d Insémination ^SfT Pomp. Kef philo îré recfo ou e l rv _Quînko jcil- Xergonan \ V . m > l > Kern!a«re? ^ f lej Càrbont :Kei>as(lbufrl Zone Irvdustr" Keivàazou' .Kwnéve Kergonanj Ferme
  • 4e i|L_^Cerà
  • Hospitalier et des anciens entrepôts Le Manac'h, rue du Docteur Menguy2 . La présence de Carhaix-Vorgium sur la carte de Peutinger et celle d'un aqueduc inédit dans l'Ouest des Gaules viennent renforcer l'intérêt scientifique d'une telle étude. Afin de répondre au mieux aux demandes
RAP02391.pdf (VANNES (56). containers de tri sélectif. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • VANNES (56). containers de tri sélectif. rapport de diagnostic
  • dans le square situé immédiatement à l'ouest de l'emplacement des containers fig. 11-12. Bibliographie Pouille 2008 : La muraille antique de Rennes. Quelques aspects de la partie sud du tracé, dans Aremorica, 2, 2008, p. 43-66. 17 Fig.11 : localisation de l'emprise du diagnostic
  • Pennée assistant de conservation au Musée de Vannes pour sa précieuse collaboration. 4 NOTICE SCIENTIFIQUE La réalisation de ces sondages a permis la mise en évidence de deux murs très bien conservés et d'un puits appartenant à un même ensemble antique situé Place sainte-Catherine
  • urgent menée dans le bas de la place des Lices en Mai 2000 ayant permis de découvrir des e 1 maçonneries antiques associées à du mobilier du IV s. (Céramiques, verrerie, monnaies) . Dans les environs de la Place sainte-Catherine, les données sont en revanche beaucoup plus nombreuses
  • ayant conduit le service de l'archéologie à demander un déplacement des containers vers le sud, l'emprise initiale a été légèrement modifiée. Suite à cette modification, une maçonnerie antique supplémentaire non détectée lors du diagnostic a été mise en évidence lors d'un éboulement
  • exceptionnellement bien conservés d'une maçonnerie antique Ml affleurant immédiatement sous la couche d'installation des pavés (à 0,35m de profondeur) ont été mis en évidence dès les premiers coups de godet de l'engin mécanique fig. 6. Compte tenu des conditions particulières de cette opération
  • des vestiges en toute sécurité. Sur la moitié sud de son emprise, où aucun vestige antique construit n'a été repéré, l'excavation a été immédiatement rebouchée avec du sable de carrière afin de maintenir les parois instables. En contrepartie il n'a pas été possible d'examiner en
  • voisine de 1,40m. A son extrémité nord M3 s'appuyait sur Ml et s'articulait avec un autre mur M4 perpendiculaire assis sur Ml et filant vers l'ouest. Quelques restes de ce dernier reposaient encore sur le sommet du mur antique Ml cl.l . La jonction entre ces deux murs et le mur antique
  • mobilier récupéré ne correspond donc qu'à un échantillonnage. 9 Fig.6 : plan général des vestiges. Cl. 1 Vue d'ensemble du mur Ml et de l'arc de décharge abritant le puits. On remarque au sommet de ce dernier les restes du mur M4 assis sur la maçonnerie antique. défoncée sur 0,80m
  • s'est effondrée, laissant apparaître sur 5m de longueur un mur antique maçonné M2 perpendiculaire à Ml cl.8-9. Des informations complémentaires ont enfin pu être recueillies dans un second temps lors de l'effondrement de la paroi occidentale de cette première excavation. La chute de
  • celle-ci ayant entrainé l'éboulement du muret de clôture du square jouxtant la place Sainte Catherine, les containers ont finalement été déplacés vers l'ouest afin de préserver le mur antique M2 dont l'extrémité méridionale se situait à l'emplacement choisi pour leur nouvelle
  • M3, aucun vestige antique n'a été observé. La coupe du terrain a uniquement montré l'existence d'une stratigraphie similaire à celle qui a pu être observée sur le reste de l'emprise étudiée fig. 8-9. La paroi occidentale de l'excavation, trop instable, n'a pu être observée en
  • stratigraphie occupant l'espace étudié comporte, en partie inférieure, trois strates anciennes remontant à l'époque antique. Celles-ci sont scellées par une épaisse couche de sédiment à dominante végétale datable au plus tôt de l'époque médiévale, dans l'angle de Ml et M2 (non dégagé) cette
  • dernière recèle d'ailleurs les restes d'une sépulture6 cL 8. La séquence stratigraphique remontant à la période antique témoigne de l'absence de toute accumulation sur le long terme. Bien qu'étant difficile à identifier le sédiment arènisé grisâtre qui scelle le rocher semble
  • luxueuse dans ce secteur de la ville antique et de son exceptionnel état de conservation, l'intérêt de cette découverte réside également dans le fait que celle-ci témoigne de la persistance d'une occupation hors les murs au Bas Empire. Les modalités de cette intervention d'ampleur très
  • des côtes septentrionales de l'Afrique (Tripolitaine) (même individu probable que « US 200 »). Un fragment de verre à décor de facettes réalisé à froid, importé lui aussi, complète la gamme des ustensiles de table. Quelques fragments d'enduit peint, comportant une couche picturale
  • anse large marquée de 2 sillons, ainsi que des fragments de panse d'une amphore africaine (même individu probable que « Puits US 1 »). Il est associé à un os, un fragment d'objet en fer plat (10 x 3 cm ) et à un fragment de verre particulièrement altéré dont le caractère antique
  • 10,0% 31 100,0% 10 100,0% com. post antique TOTAL 20 US 02 1 7 s C / / c Q .E I O s 1 CM .D- US 01 1 f O I e I I zone lustrée I I zone guillochée profils de céramique 0 15 cm S2. 0 verre et décor de céramique crrî™^™ Pu/'fs L/S 02 ; sigillée
  • , céramique commune claire. Puits US 01 : sigillée, céramique marbrée, "terra nigra tardive", céramique commune claire, céramique commune sombre, verre. -\Q Puits US 01 : plaque en schiste gravée. Le ramassage opéré se compose majoritairement de céramique antique, bien qu'un fragment
  • chaussée Epaisseur 30 à 35 cm -US 100 (Couche médiévale et post médiévale) Terre brune végétale hétérogène Epaisseur 80 à 120 cm Présence d'une sépulture encore en place (sans doute liée à l'ancienne chapelle médiévale de Sainte-Catherine) -US 200 (Remblai de démolition antique) Terre
  • (Couche antique d'incendie ?) Couche cendreuse noirâtre Epaisseur environ 5 cm Elle repose en partie directement sur le substrat rocheux et sur l'US 400. -US 400 Terre sableuse grisâtre, meuble et relativement homogène, contenant quelques tessons de céramiques Epaisseur 30 à 35 cm Elle
RAP00201.pdf (LANESTER (56). le resto. usine à salaisons. rapport de fouille programmée annuelle.)
  • LANESTER (56). le resto. usine à salaisons. rapport de fouille programmée annuelle.
  • antiques et prévint la Direction des Antiquités hisboriques de Bretagne. - LE SITE AVANT LES TRAVAUX - La campagne de fouille a commencé le 9 Août 1980. Isolée au milieu de cultures de céréales et de pâtures, la section B de la parcelle Z C 31 ne disposait pas en effet de voie
  • fouillé (1). C'était la seule exploitation de ce type connusur la façade atlantique de la Gaule ; la péninsule ibérique et l'Afrique du Nord ont connu des établissements similaires. Entre le site de Pouarnenez-Flomarch et celui de Lanester-Le Resto, l'analogie est évidente - une
  • " -Chronique d'archéologie antique et médiévale. 1976. But etin de la Société archéologique du Finistère. CIV,1??6,p. '+2-52. 12 Dans l'état actuel de nos recherches, on peut donc penser que l'établissement du Resto en LANESTER était aussi une installation de salaisons, du Rlavet
  • on note le prolongement irrégularités du sol semblent d'autres structures. du mur princi- témoigner de l'existence Elles pourraient permettre de mieux compren- dre le fonctionnement de cette usine antique, en s'attachant entre autres à l'étude du problème technique de
  • Patrick ANDRE RAPPORT sur FOUILLES les ARCHEOLOGIQUES LE DE RESTO en LANESTER, Morbihan. Campagne IOPO Rapport transmis à M. le Directeur des Antiquités Historiques de Bretagne. Décembre I9S0 2 Département MORBIHAN Canton LORIENT Commune LANESTER Lieu-dit
  • LE RESTO Coordonnées Lambert 178,8 , 323i^* Cadastre Z C n° 31 b. Propriétaire M. Eugène HOUE. Le Resto. LANESTER. (1973) Autorisation de fouilles archéologiques n° FA/2-R, PifQgramij e H 2. n° 10^+9 Titulaire de l'autorisation : Patrick ANDRE. Salarun. 56'+50-THEIX
  • . Chantier subventionné par l'Etat et le Conseil Général du Morbihan. 3 - SITUATION - La commune de LÀNESTE-R, voisine de LORIENT, est limitée à l'Est par le cours du Blavet. Ce fleuve,qui descend des hauteurs de Bretagne centrale, s'élargit dans la partie inférieure de son cours
  • en une imposante ria que la marée remonte deux fois par jour ; des vilies, situées assez loin à l'intérieur des terres,ont de ce fait connu une vocation maritime et, : ainsi TIENNEBONT fut-elle longtemps un port actif, depuis l'antiquité, un point de passage obligé de la
  • grande voie de Bretagne • êridionale. Dans cette section "maritime" de son cours, dire entre ^ennebont et Lorient, le fleuve est large de cinq cents mètres. En un large méandre, Plan II dn T E RESTO (600 m. Est-Ouest, c'est-à- il contourne la presqu'île 1000 m. Nord-Sud
  • ), dont les deux versants dont interrompus par une falaise de deux à trois mètres de h"juteur; aux contours sinueux limitant des anses utilisées aujourd'hui comme cimetières à bateaux. Il y a dix ans, de jusqu'au remembrement, la presqu'île LE RESTO était morcelée en plus de
  • cinquante parcelles, souvent closes de talus. Le remembrement supprima ce paysage bocager et regroupa les exploitations : M. Eugène HOUE se vit ainsi attribuer la partie Ouest de la presqu'île, désignée au Cadastre r evisé en 1973 par le numéro Z C 3^• En dépit de l'arasement des
  • talus, un secteur restait toutefois rebelle à tonte culture : c'était un petit bosquet situé à une cinquantaine de mètres de la pointe Sud, où la présence de très nombreuses pierres entravait l'action des engins mécaniques. Malgré leurs efforts répétés, resta donc inculte, et
  • , cè secteur bientôt recouvert de landes et brous- sailles, dessina un ilôt abandonné au sein d'une vaste parcelle cultivée. En 1979* M. HOUE signale cette anomalie à un membre d'une Société arciiéologique locale qui, après observation, crut distinguer la trace de vestiges
  • d'accès. Il fallut donc attendre la fin des récoltes pour co encer les travaux de recherche. La zone 'archéologique se présente alors comme un quadrilatère, large de vingt mètres (N.S.) et long de cinquante (E.O.). La lande et le genêt en signal entLa présence de loin, tout le reste
  • de la parcelle étant cultivé. Une fois le défrichement réalisé, le sol apparaît plein d'inégalités, dues à la présence d'amas de pierres, qui, un temps,avaient fait croire à l'existence d'une ancienne carrière. Aussi cette zone fut-elle utilisée pour entreposer les pierres
  • provenant de l'arasement des talus voisins, ainsi que les souches et autres obstacles de ce type rencontrés par les engins mécaniques lors du remembrement. C'est à l'Est de la zone archéologique que le remblai a été le plus important. A l'Ouest par co; tre, la pente naturelle du terrain
  • laisse apparaître quelques alignements de pierres, que soulignent par endroits des vestiges d'enduits à mortier de tuileau. Suggérée par ces rares vestiges visibles de murs, l'orientation du bâtiment commande la mise en place du quadrillage. Le plan III en montre la disposition
  • , matérialisée par des piquets peints en rouge, et espacés de cinq mètres. Sur le plan, figure la numérotation des carrés et des piquats. Le piquet C D 1/2 est remplacé par un scellement en béton établi à demeure. Il servira pout toutes les mesures de nivellement. Ce niveau de Référence est
  • à neuf mètres au dessus du niveau de la mer ( marée haute), et à sept mètres au dessus du niveau supérieur de la falaise, située à cinquante mètres au Sud du bâtiment fouillé. N.R. = + 9,00 m.niveau de la mer» T.es mesures de nivellement figurant dans le présent rapport sont
  • toutes prises par référence à ce niveau. 5 DEROULEMENT DES TRAVAUX - - MESURES DE PROTECTION PRISES EN FIN DE CAMPAGNE. Après défrichement, les travaux de fouille ont commencé le 9 Août 1980. Ils ont pris fin le 5 Novembre 1980. Pendant une première période, du 9 au 1k Août
RAP02272.pdf (Vents et fours. du minerai à l'objet. recherches sur la ventilation naturelle en paléométallurgie du fer. rapport final de pcr 2005-2007)
  • projet collectif de recherches
  • Vents et fours. du minerai à l'objet. recherches sur la ventilation naturelle en paléométallurgie du fer. rapport final de pcr 2005-2007
  • : BIBLIOGRAPHIE AJ B/ Cl D/ Ouvrages historiques et techniques : Sites archéologiques : Expérimentations: Données ethnographiques : 66 66 68 81 82 97 97 98 100 102 DEUXIEME PARTIE - REDUCTION 104 PROPOSITIONS, EXPERIMENTATIONS ET REFLEXIONS AUTOUR DE LA REDUCTION DU MINERAI DE FER PAR
  • antiques; et la mise en commun des méthodes de l'archéologie avec la linguistique, la géographie et l'histoire des techniques pour comprendre l'invention du bronze (Brunet 1936-37). Un pas considérable fut franchi dans le milieu des années 1970, avec la création du G.M.P.C.A
  • de l'histoire et de l'archéologie des techniques ont appris à leur propos. Dans un deuxième temps, nous resserrerons notre propos autour de l'atelier paléométallurgique, pour opérer une approche analytique du procédé direct, en prenant soin d'y faire converger les trois grandes
  • ° 0U ' 3t^ 200? RRIER Vents et fours. Du minerai à l'objet (Recherches sur la ventilation naturelle en paléométallurgie du fer) Programme collectif de Recherche Rapport final SRA Bretagne, année 2006 Participants au PCR « Vents et Fours »: Aranda Régis Forgeron
  • -métallurgiste, association Hispamébro et chercheur associé à l'UMR 5060 Chauvel Jean-Jacques Géochimiste, président de la Société Géologique Minière de Bretagne Colliou Christophe Doctorant en archéologie, GRHIS, université de Rouen et Laboratoire Pierre Sue, CEA / CNRS, Saclay ' Dillmann
  • Philippe Chargé de recherches au Laboratoire Pierre Sue, CEA /CNRS Saclay (UMR 5060) Garçon Anne-Françoise (dir.) Professeur Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, responsable du Groupe d'Histoire des Techniques, (GHT/LAMOP, UMR 8589). Girault Nicolas Doctorant en archéologie, Université
  • Paris 1 Panthéon-Sorbonne, équipe d'archéologies environnementales, ArScAn, UMR 7041 Pellequer Simon Etudiant en master 2 Histoire des techniques, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Ploquin Alain Chargé de recherche, CRPG Nancy (UPR CNRS 2300) Vivet Jean-Bernard Responsable
  • d'opération archéologique de prospection thématique sur la paléométallurgie du fer en Haute-Bretagne (1999-2006), chercheur associé à l'UMR 6566 Table des matières INTRODUCTION GENERALE 5 PREMIERE PARTIE - METHODOLOGIE 8 DU MINERAI A L'OBJET : APPROCHE METHODOLOGIQUE 9 I
  • . INTRODUCTION II. APPROCHE CRITIQUE DES GRANDS OUTILS DE PENSÉE : LIGNÉES, COMPLEXES TECHNIQUES, CHAÎNES 9 OPERATOIRES AJ Qu'est-ce qu'une lignée technique ? Complexes, espaces et systèmes techniques La chaîne opératoire : intérêt, limites B/ Cl III. LES GRANDES LIGNÉES TECHNIQUES
  • DE PRODUCTION DES MÉTAUX FERREUX Al Réflexions d'ensemble sur la métallurgie du fer Les grandes lignées techniques de production des métaux ferreux B/ IV. APPLICATION A LA PALEOMETALLURGIE DU FER : LE BAS-FOURNEAU ET LA VENTILATION AJ Mise en place d'une grille de lecture
  • spécifique à la filière loupe/fer-acier B/ Du minerai marchand à la loupe : la métallurgie d'extraction Cl De la loupe à l'objet : la métallurgie de transformation V. CONCLUSION 13 14 20 24 26 26 29 NATURELLE .35 35 38 49 59 LA VENTILATION NATURELLE : A LA RECHERCHE D'UN REFERENTIEL
  • TECHNIQUE I. APPROCHE CRITIQUE DE LA LITTÉRATURE TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE AJ Les principaux arguments de diagnostic des modes de ventilation : A II. AJ III. LA RECHERCHE D'UN REFERENTIEL TECHNIQUE Discussion sur les arguments permettant de diagnostiquer les modes de ventilation
  • PROCEDE DIRECT AVEC UNE VENTILATION NATURELLE 105 I. GENERALITES SUR LA REDUCTION DIRECTE AJ B/ Cl II. La structure Principes Mode opératoire LES ENSEIGNEMENTS D'UNE FOUILLE ARCHEOLOGIQUE SUR LE TRACE DE L'AUTOROUTE A/ B/ Cl Dl El III. La structure du four Analyse des
  • fragments Le système de ventilation La fosse de piégeage à scories Discussion et propositions LES EXPÉRIMENTATIONS A/ B/ Cl Dl IV. Premiers essais Proposition Premiers résultats Le four d'expérimentation démontable en terre cuite BILAN ET PROPOSITION D'INTERPRÉTATION Al B
  • ventilation naturelle Bas fourneau en ventilation forcée CONCLUSION : SESSION D'EXPERIMENTATION SCIENTIFIQUE - FETE DU FER 2003 I. 123 125 1 30 134 136 REDUCTION EN BAS FOURNEAU A TIRAGE NATUREL DE DIMENSIONS INTERNES CORRESPONDANT AUX DONNEES ARCHEOLOGIQUES II. CONSTRUCTION DU
  • FOURNEAU III. GRILLAGE DU MINERAI - CONCASSAGE IV. RESULTATS V. PERSPECTIVES ET PROJETS A/ Réalisation de nouvelles opérations de réduction en ventilation naturelle dans un four de grande dimensions B/ Etude du comportement d'une minerai différent en réduction et post-réduction
  • 136 137 138 139 1 40 140 140 ANALYSE DES PRODUITS DE LA REDUCTION DIRECTE EXPERIMENTATION J.-B. VIVET 2002.151 I. LE II. LES ANALYSES CHIMIQUES AJ B/ Cl Dl III. MATERIEL ANALYSE L'argile de l'enduit interne du four Le charbon de bois Le minerai Les scories BILAN CHIMIQUE AJ
  • IV. Fractionnement des éléments CONCLUSION AJ B/ Les résultats positifs Les problèmes résiduels 1 51 152 153 153 155 155 156 1 56 159 159 160 TROISIEME PARTIE - EPURATION 166 QUESTIONS LIEES A L'EPURATION 167 I. INTRODUCTION II. RÉSULTATS AJ B/ Cl III
  • . Expérimentation I : épuration de type « martelage » Expérimentation 2 : de type « grappage » Expérimentation 3 : de type « grappage» DISCUSSION DES RÉSULTATS ; APPORTS ET LIMITES DE L'EXPÉRIMENTATION GLOSSAIRE 167 170 170 173 177 180 183 [Vents et Fours. Du minerai à l'objet - SRA
  • Bretagne 2006] Introduction générale (Anne-Françoise Garçon) Nous dédions ce travail à Jean-Jacques Chauvel, dont la chaleureuse compétence nous a fait si brutalement défaut La paléométallurgie du fer est étudiée par un ensemble conséquent de disciplines : archéologie, histoire des
RAP02135.pdf (les demeures aristocratiques de la cité des vénètes. rapport de prospection thématique.)
  • les demeures aristocratiques de la cité des vénètes. rapport de prospection thématique.
  • ....FAÏCH.€ CÉMtU'.QUt e.T...f.f.Tf.r.....H.QÔiti'.f.6.. Chronologie proposée : ....&AJXO..T.BLQIIiUH...CX .A Mobilier | fc«0.ti.V.e*J....I.OAi Non |^| , MAÙ.ONÎ Lieu de conservation : Bibliographie : CAO«E RÉSERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE N° de site attribué Code
  • conservation : DÉPÔT Non □ Bibliographie : ...RAPPORT Refil* D' APRÈS Lf S FûUÙlci ( Il * .-JvJL*. 0£ FOUI LLE5. AR C He OtOO' Ç U£S 60 HoAfct' HAl SiÈCuTb J?.R05.P .£m .0*J. DE IHÉMAT-I 9 Ut .. ICùZ CADRE RÉSERVE CEILULE CARTE AROÉOIOGIQUE N* d'enregistrement If PA5SA6E
  • LLÉS T.MtikT. iQU£ RESERVE CELLULE CARIE ARCKOLOCJOUE N* de site attribué N" d'enregistrement S.Rft.... '. Documentation : Bibliographie : iiy..P.ÛCAU5r£.. . CI. 5 .0J-5... ET.... MI . . .A FFlt U R. EH.tfW.F5. . . . .f.M | DRACAR | | 1111 J | Code AP / AH
  • faible altitude (seulement 8 m) mais qui bénéficie cependant d'un panorama exceptionnel tant sur le golfe du Morbihan (Rivière de Noyalo en particulier) que sur la plaine littorale où se développe la ville antique de Vannes. En effet, la vue se porte au nord jusqu'aux premiers
  • forte densité d'occupation s'observe sur les bords de la rivière de Noyalo. Cette forte concentration s'explique sans doute par la proximité de l'agglomération antique de Vannes à moins qu'elle ne résulte de la mise en valeur des ressources d'un terroir. Comme sur le littoral
  • 212, 887, 888, et 894. La zone A se caractérise par de grandes plate-formes limitées par des talus, constitués exclusivement de gravats antiques : petits moellons dont certains avec encore du mortier et fragments de matériaux de constructions en terre cuite (tegulae, imbrices
  • PROSPECTION THEMATIQUE Autorisation n° 2003/026 Les demeures aristocratiques de la Cité des Vénètes Sébastien DARE Rennes : S.R.A. Bretagne Mars 2004 Annexe I.. Déclaration de découverte archéologique Service Régional de fArchéologie de Bretagne A. Première mention
  • = | B.A.R.E Responsable = P&QM É.CTiO.W Nature de ropêration = $£.6AS .T.!.E.kl LE Lieu-dit ( du Cadastre) : LE Organisme = Commune - .. A...RRAD.O.W. MA N.E. i jour) '. 86 à 81iecu'ûKi .Ze..-. MROEUUESL 70
  • £C.ti.OM....A £....r .faRCeLLE^. >f |S|S|3 Observations : Numéro Carte i.G.N. 03i4 VANNES - GOLFE" OU Année d'édition MORRtHAtJ Zone : \î \4 \ L, X= = Nom or Coordonnées Lambert Y V€ JMANE^-..&O.UR6.€ML. (Anr>è« de àeméto «rte Centre site: TH€ HAl .f.Q IX MA.N.é
  • Lieu-dit (de ri.G.N.) : Nom du site : Année première mention Kl MORE»IRA. .M Département : Cadastre Données cximplé(Tientaires= [ \l |p } 0(3j Année = rue du Cr^ptoe . 3SCH4 fU«*rt Crdejc Contours | . M lOl Ol 12 ISIOU1 . 13 15 IO Rayon du site (métrés) : [ j —/ 10
  • EI.U.M Circonstances de la découverte : |Q I m KM Y» X2> Yb Xc Yc Xd Yil Xa Y. feiii....aBJt4tf.S...M..EQ.Qi.^ Techniques de repérage : ...f..R.Q5.i>Ê.CIl .'ûM..AU..>5.Q.U Ilnformateur : Description des vestiges : ...iAJ?vXLCU.u!è.R.£S \$.Q.to....Xiki\\i&> jf.M
  • .mUCT.C0WS. , Oui | ÛU , Etat de conservation : ...J&.O.N Eléments de datation : -.J.AALS.LU.k □ LA \ Localisation du site de Mané-Bourgerel, commune d'Arradon (carte I.G.N. - 0921 OT Vannes, Golfe du Morbihan - 1997 - 1/25 OOOème) Localisation du site de MANE-BOURGEREL
  • (parcelles 86, section AC ; parcelles 70a 71 72a, 73, 167 et 396, section ZE) ARRADON (Morbihan) cadastre de 1983 section AC et ZE - échelle de l/2000 ème . 108 i 1 VILLA DE MANE-BOURGEREL (56 003 002 AH) f ARRADON - MORBIHAN) A partir des carnets de fouilles de l'archéologue
  • vannetais, Charles de Fréminville, et d'un plan d'ensemble des bâtiments de la villa retrouvé dans les archives de la Société Polymathique du Morbihan, il a été possible de positionner avec précision sur le cadastre ancien de la commune d'Arradon, daté de 1852, la villa de Mané-Bourgerel
  • (fig. 01). Ensuite, ce travail a été effectué pour le cadastre de 1983 (fig. 02). De plus, j'ai étudié cette villa dans le cadre d'un D.E.A., soutenu à l'Université de Bretagne Occidentale sous la direction de M. G. Moîtrieux (les deux volumes de ce travail universitaire sont joints
  • au présent rapport de prospection). Les thermes occupent ainsi la parcelle 86, section AC, parcelle qui est non construite à l'heure actuelle (fig. 03) (ph. 01). Il apparaît donc, comme essentiel et urgent, d'attribuer le degré maximum de protection à ces vestiges archéologiques
  • en raison de la multiplication des constructions de nouvelles maisons à proximité immédiate du site. L'acquisition de la parcelle 86 ainsi que de la parcelle 87 (simple bande de terre en prairie bordant le site à l'est) par la commune d'Arradon ou tout autre collectivité locale
  • , semble le meilleur moyen de préserver cet édifice gallo-romain pour lequel les possibilités de mise en valeur sont réelles à l'instar de ce qui a pu être réalisé récemment par exemple pour les thermes du Hogolo à Plestin-lesGrèves (Côtes-d'Armor). Par ailleurs, à l'issue des fouilles
  • de 1858, l'édifice thermal a été remblayé et le magnifique opus sectile mis au jour laissé en place. On rappellera, en outre, que les murs étaient encore conservés sur plus d'un mètre de hauteur ainsi que le montrent les différentes coupes du bâtiment réalisées par C. de
  • Fréminville. La villa proprement dite se situe dans les parcelles : 70, 71, 72, 73, 167 et 396, section ZE. On ne peut cependant exclure une extension de la villa dans les parcelles attenantes à celles déjà citées. Elle ne paraît pas avoir subi de destructions importantes à l'exception de
RAP01588.pdf (TRÉMOREL (22). rn 164. section Saint-Méen-le-Grand/Trémorel - le bois bray. rapport de diagnostic)
  • TRÉMOREL (22). rn 164. section Saint-Méen-le-Grand/Trémorel - le bois bray. rapport de diagnostic
  • menacée entièrement fouillée : OUI (^NON[) Fouille menée jusqu'au substratum : (SÛT) NON Sinon, altitude du fond de fouille : Résultats scientifiques MOTS CLES : (3 à 5 par rubrique) -Chronologie : Antique, ler-llème siècles. -Vestiges immobiliers : Fossés, fosses, foyer, trous de
  • poteaux. -Vestiges mobiliers : Céramiques, matériaux de construction antiques. COMMENTAIRE : Enclos quadrangulaire s'inscrivant dans une typologie exécutée dans le cadre d'un programme de recherche (M.Gautier) Lieu de dépôt du mobilier : Rennes. SRA Des fonds documentaires :Rennes.SRA
  • secteurs distincts ? 6.1.1. : Un enclos d'habitat en sommet de versant. 6.1.2. : Les vestiges du secteur périphérique. 6.2. : Problématique d 'une fouille extensive. 6.3. : Protocole technique d'une fouille éventuelle. Liste des figures. p.40 Bibliographie. P-41 Liste des
  • antiques en milieu rural. 6 Fig.2. : Cartographie des enclos découverts par prospection aérienne. "Bassin occidental de la moyenne Vilaine". Etat des découvertes au 31 / 12 / 98. Fond documentaire inédit - M. Gautier. 7 Fig.3.: Le réseau des voies romaines en Haute-Bretagne
  • correspondant à celui de la tranchée d'appartenance. Après une présentation analytique des données recueillies7 (plans et coupes stratigraphiques), une première synthèse interprétative est proposée, dans la mesure du possible, en fin de chapitre. Dans la mesure où ce travail est inscrit dans
  • présente par ailleurs l'avantage de limiter tes risques de confusion des discours analytiques et interprétatifs. Rivière. Limites cadastrales disparues Limites cadastrales actuelles Limites repérées en sondage Emprise du projet Fig,^-:Cadastre de 1846 de l'arrondissement de Loudéac
  • grise plastique oxydée avec fragments de tuiles et blocs Argile plastique gris-blanc. Niveaux récents 103 NGF Niveaux antiques Terre arable Terre arable contenant des blocs et fragments de tuiles [2b) Creusement © Terre argileuse marron-brun Terre argileuse marron Argile
  • fragments de matériaux de construction antique de type tegulae. 5.3.3.: La zone humide. Les limites du talweg ont été repérées dans la partie occidentale de la tranchée 6 (Cf.Rg. 8.). Nonobstant les particularités topographiques liées à une zone de fond de vallée ( côtes d'altitudes
  • un autre d'époque antique, leur attribution chronologique est impossible . Par ailleurs, un aménagement de talus a été mis au jour. Il correspond au prolongement d'une limite parcellaire encore existante et parallèle au bord occidental du talweg. Il nous a été possible d'effectuer
  • , on peut remarquer un alignement pouvant correspondre à une paroi de construction en matériaux périssables. L'hypothèse d'une construction semble être confirmée par la présence conséquente de fragments de matériaux de construction antique (tegulae, imbrices...). 17 Cf. infra. Chap.2
  • de la fosse 1006 Cl. 13: Ensemble de fosses du bas de la tranchée 1 Cl. 14: Vue d'une dépression de la Tranchée 1 Bibliographie Banéat 1927 : Banéat (P.)-" Etude sur les voies romaines du département d'IHe-et-Vilaine"Bu\\. et Mêm. de la SocArch. d'Ille-et-Vilaine, LIV, 5-82
  • . Collectif 1991 : Langouet (L.) dir.-"Terroirs, territoires et campagnes antiques. La prospection archéologique en Haute-Bretagne; traitement et synthèse des données." Revue Archéologique de l'Ouest, suppl.NM, 283p. Eveil lard 1975 : Eveillard (J.Y.)-la voie romaine de Rennes à Carhaix
  • . Recherches autour d'un itinéraire antique." Brest. Eveillard N°4, p.19-25. 1991 : Eveillard (JY.)- " Le réseau des voies romaines en Haute-Bretagne." R.A.O
  • -Route Nationale 164Section St Méen-le-Grand / Trémorel "Le Bois Bray" Commune de Trémorel Département des Côtes-d'Armor DFS de diagnostic archéologique Autorisation N° 1998/099 Frédérick Béguin SRA de Bretagne DDE des Côtes-d'Armor AFAN Grand-Ouest Février 1999 >4 £ ^ CL
  • 1 6 FEV. 1999 Fiche signalétique Localisation de l'opération SITE N° Département :Côtes-d'Armor Commune : Trémorel Lieu dit ou adresse : Le Bois Bray Année cadastre : 1997 Section(s) et Parcelle(s) : Plan garcellaire au 1 /2000è Coordonnées Lambert : XI = 257400 X2= 257700
  • Y2= 65600 Yl = 65400 Altitude : 105 m X3 = Y3 = Identité de l'opération Autorisation N° 1998/099 Valable du 02/1 1/98 au 15/12/98 TITULAIRE (nom et prénom) : Béguin Frédérick ( EV ) SP SU Organisme de rattachement : AFAN Propriétaire du terrain : DDE 22 Protection
  • juridique : Motif de l'opération : projet routier Maître d'ouvrage : DDE 22 Coût global de l'opération : 569 7 1 3, 1 9 F Contraintes techniques particulières : Opération liée à une prospection systématique Surface fouillée : 1 200 m2 Surface estimée du site : 1 3000 m2 Emprise
  • des 10 à 20 diapos les plus représentatives : 1 à 14. Références bibliographiques du DFS ANNEE: 1999 AUTEUR: Frédérick Béguin Collaborateur(s) : TITRE : Le Bois Bray à Trémorel (22) Sous-titre : DFS de diagnostic archéologique Nombre de volumes :1 nbre de pages : 41 nbre
  • de figures : 1 4 SOMMAIRE Fiche slgnalétique p.1 Liste des intervenants. p. 3 1.: Cadre l'intervention p.5 2.: Générique de l'intervention p.5 3.: Contexte du site p. 6 4.: Protocole de l'intervention p .6 de 4.1 . : Implantation des sondages. 4.2
  • . : Réalisation du document final de synthèse 5.: Les résultats de l'intervention 5.1. : Les limites de l'intervention 5.2, ; l'endos occidental,- p.14 .p. 14 p. 17 5.2. 1. : Les fossés. 5.2.1.1. : Le fossé oriental 2011. 5.2.1.2. : Le fossé occidental 2018. -Brève synthèse et hypothèses
RAP01437.pdf (CESSON-SÉVIGNÉ (35). la chapelle. villa et ateliers de verriers. rapport de fouille préventive)
  • CESSON-SÉVIGNÉ (35). la chapelle. villa et ateliers de verriers. rapport de fouille préventive
  • antique ) CONSEILS CONCERNANT DE VERRIER: Topographie: L'ATELIER Maurice Picon ( C N R S , UPR 7524) Danielle Foy (CNRS, U M R 99 65) Anne Hochuly-Gysel ( C o n s e r v a t e u r du musée d'Avenches, Suisse ) Alain Guillot (Souffleur de verre, spécialiste des techniques de
  • soufflage antiques. Boissé /24) Martine J o u a n - G a s l a n d (Souffleur de verre, St Méloir des ondes /35) Alain Rebourg (CNRS) Michel Feugère ( C N R S , U M R 154) Heidi Amrein (Musée national suisse, section archéologie) Remerciements au C E R F A V , Centre Européen de r e c h e
  • salle 7. La salle 8. Les témoignages d'occupation antique présents sur le reste du site. Tentative d'approche synthétique de l'évolution chronologique du site et interprétation des vestiges. Phase 1. Phase 2. Phase 3. Phase 4. Phase 5. Phase 6. Phase 7. Phase 8. Phase 9. L'atelier de
  • domine la vallée de la Vilaine qui coule à environ 2,5 km au sud du site et domine également la ville antique dont le centre supposé se situe à 7 km au sud-ouest. Ce ne sont certainement pas les qualités du terroir qui ont été déterminantes pour le choix des lieux. En effet, dans tout
  • avait permis d'identifier cet ensemble constitué d'une construction dotée d'un complexe thermal antique auquel était adjoint un atelier de verrier 1 . 1 Cf. D.F.S. de diagnostic. Cesson-Sevigné, (Ille-et-Vilaine), La Chapelle. Ensemble thermal gallo-romain. D.F.S. de diagnostic
  • à l'époque antique. Il s'agit de fossés associés à des trous de poteaux ainsi qu'à quelques fosses. Ces vestiges se concentrent essentiellement à l'ouest des bâtiments mentionnés précédemment et occupent une bande d'environ 20m. de largeur, orientée nord-ouest / sud-est, qui
  • leur évolution. Examen des techniques mises en oeuvre et de la décoration. Organisation, évolution et fonctionnement des thermes. -Etude de l'atelier de verrier antique, de son fonctionnement, de son évolution et si possible de sa production. 3 -Etude succincte des structures
  • fossoyées repérées sur le reste de l'emprise de la fouille et mise en relation avec les structures maçonnées. Les données recueillies pendant la fouille ont permis de caractériser neuf grandes phases d'évolution de ce site dont huit correspondent à la période antique. La neuvième
  • qu'à cette époque plus aucune trace des constructions antiques n'était visible, puisqu'elles ne sont pas intégrées dans le parcellaire moderne. * On remarquera qu'une fosse protohistorique isolée a également été mise en évidence sur le site. Elle n'a pas été prise en compte dans le
  • . Avant d'exposer de manière synthétique l'évolution du site, aussi fastidieuse soit-elle pour le lecteur, il a semblé indispensable de présenter une étude analytique des vestiges. En effet il est apparu au cours de l'élaboration de ce travail, qu'il était malaisé d'expliquer de
  • permettre une restitution architecturale. L'artisanat du verre n'étant pas directement lié aux phases d'occupation initiales du site et constituant un domaine bien spécifique, son étude détaillée interviendra dans un volume séparé. III Etude analytique des vestiges. Les vestiges
  • comblement charbonneux n'a livré que quelques rares tessons de céramique antique et ossements. Ceux -ci ne fournissent malheureusement aucun repère chronologique utilisable. Il s'agit ici de l'un des seuls éléments de chronologie relative permettant de caler l'apparition de cette
  • construction. Cette fosse confirme l'existence d'une occupation antique antérieure à l'apparition du bâtiment 1. Elle matérialise la phase 1 de l'occupation du site. Cette dernière est également caractérisée par un tronçon de fossé 2064 situé dans l'angle 1 La nature des remplissages et
  • I s i ï CESSON-SEVIGNE. "La Chapelle" 35.051.004. A.H. Ille et Vilaine D.F.S de fouille préventive 2 8 / 1 0 / 1 9 9 6 - 2 0 / 0 6 / 1 9 9 7 Par Dominique Pouille Volume 1 A.F.A.N Rennes : S.R.A de Bretagne. t=ca CESSON-SEVIGNE. "La Chapelle" 35.051.004. A.H. Il le et
  • Vilaine D.F.S de fouille préventive 2 8 / 1 0 / 1 9 9 6 - 2 0 / 0 6 / 1 9 9 7 Par Dominique Pouille A.F.A.N Rennes : S.R.A de Bretagne. FICHE SIGNALETIQUE L O C A L I S A T I O N DE L ' O P E R A T I O N SITE N°:35..051..04 JH .• Département : .35.. COMMUNE: .Cfesscn.Sààgoé
  • ...• Lieu dit ou adresse : ..la OEpelle Année cadastre : 1977 Coordonnées Lambert Zone : .1 Section(s) et parcelle(s): Altitude ..?l. a . xl =..307.250 x2= yl= .lO^.-. 1 ^ y 2= 79ti ^7107^1^3-54^55-^0 - x3= .... y3= I D E N T I T E DE L ' O P E R A T I O N Autorisation n° : 19
  • ..96../1QQ.. valable du 2 8 / 1 0 au ?.8/p5l997 TITULAIRE (nom et prénom) :B?uille Dçmirdgue. Propriétaire du terrain HE. I l l e .et .Vilaine Nature: ffî ^ll SP Organisme de rattachement Protection juridique : Motif de l'opération : I t o œ . r a ^ e r . . . Maître
  • d'ouvrage : 1116 e t Vilaine Coût global de l'opération : .. 146?.-. Contraintes techniques particulières : Surface fouillée : : ...7QQ0. m2 Surface estimée du site plusieurs. ha .. m 2 (dans la ou les parcelles concernées par l'opération) Emprise menacée entièrement fouillée
  • : OUI J Fouille menée jusqu'au substrat : OUI > m® Sinon, altitude du fond de fouille : RESULTATS SCIENTIFIQUES MOTS CLES : (3 à 5 par rubrique) - Chronologie irédiéyal, iratenE. - Vestiges immobiliers : Habitat.,.. tlcmes,. atelier de ^ecrier , sutetaxtigis.,. fessés
  • , - Vestiges mobiliers : ... .Céramiques,. . w i e , . déttets. artisanat.veniec,. .éléients. d'epus. sectile. COMMENTAIRE: LIEU DE DEPOT : du mobilier : Rares.dépôt fouille. des fonds documentaires: J3&. Bretagne... N° des 10 à 20 diapo. les plus représentatives fouille et mobilier) : cf
RAP01249.pdf (QUIMPER (29). carte archéologique communale. rapport de prospection inventaire)
  • QUIMPER (29). carte archéologique communale. rapport de prospection inventaire
  • méthode et le travail effectué 3.2. LA BIBLIOGRAPHIE 3.2.1. Bibliographie générale 3.2.2. Bibliographie analytique 3.3. LES FICHES DE SITES ET L'ETAT D'AVANCEMENT DES DOSSIERS 3.3.1. Le travail engagé 3.3.2. Les dosiers complets 3.3.3. Les documents cartographiques 4 CONCLUSIONS 4.1
  • : Bibliographie de Quimper ; du Moyen Age à l'Epoque Moderne - Fichier : Bibliographie archéologique de Quimper ; fichier analytique des sites 5.2. FICHES DE SITES 1 CARTE ARCHEOLOGIQUE DE QUIMPER 1. DEFINITION DU PROJET 1.1. NECESSITE DU PROJET ET SITUATION EN 1993 1.1.1. La nature et
  • , comprend 580 titres d'ouvrages ou articles. Il convient, naturellement de la mettre à jour constamment. 3.2.2. Bibliographie analytique Un fichier bibliographique concernant 220 sites actuellement répertoriés a pu être réalisé à partir d'une recherche sur les fichiers de la
  • . SUR LE PLAN TECHNIQUE 2 4.2. SUR LE PLAN ARCHEOLOGIQUE 4.3. CONCLUSION D'ENSEMBLE 5. DOCUMENTS JOINTS 5.1. BIBLIOGRAPHIE - Bibli-Ql : Bibliographie générale de Quimper ; ouvrages généraux - Bibli-Q2 : Bibliographie de Quimper ; de la Préhistoire à l'Antiquité - Bibli-Q3
  • l'horizon chronologique le plus large possible: de la Préhistoire au XVIIIème siècle. Il débouchera sur l'établissement d'une série de documents: - Une bibliographie complète concernant le patrimoine archéologique quimpérois. - Un fichier exhaustif et raisonné de tous les sites
  • leur contexte La description des vestiges La bibliographie 1.3.2. La programmation Le programme ainsi défini est très ambitieux. Mis en place sous l'impulsion de Monsieur le Conservateur du service régional de l'Archéologie et du Service archéologique de la Ville de Quimper, il ne
  • la carte archéologique nationale. 2.2.2.4. La bibliographie et les fiches correspondantes. Nous reprenons les fiches de la carte archéologique nationale. Nous y ajoutons une série de documents. - Une bibliographie générale des ouvrages traitant des vestiges archéologiques et de
  • Protohistoire et à l'Antiquité. . Les ouvrages ou articles consacrés au Moyen-Age et à l'époque moderne. - La bibliographie de chaque site, mise à jour, est également présentée sous la forme d'une simple liste. Un fichier général, fondé sur l'ordre alphabétique, permet d'appeler rapidement
  • informatiques. Le bilan fera donc état d'un avancement inégal des différents volets de la carte archéologique. 3.2. LA BIBLIOGRAPHIE 3.2.1. Bibliographie générale Il est possible de Quimper est réalisée. Le Tymen qui y a consacré fichiers se sont poursuivis considérer que, pour l'essentiel
  • , la bibliographie générale de travail exploratoire est principalement dû aux recherches de C. deux mois et demi à temps plein. Le classement et la mise en dans le cadre du Service municipal et du C.R.A.F.. Cette bibliographie, disponible sur fichiers de type P.C. et Macintosh
  • bibliographie générale. Cette liste n'est pas exhaustive. 3.3. LES FICHES DE SITES ET L'ETAT D'AVANCEMENT DES DOSSIERS 3.3.1. Le travail engagé Une première liste de sites a été dressée à partir de la documentation existant d'une part dans le fichier de la carte archéologique nationale
  • 220 sites sont repérés, une grande partie de la documentation n'est pas encore exploitée. La liste est donc incomplète. Le travail a porté essentiellement sur les sites préhistoriques, protohistoriques et antiques. Les sites médiévaux et modernes ayant fait l'objet de fouilles
  • forme de documents scientifiques et techniques largement consultables est assez long et complexe à mettre en oeuvre. Ce programme est désormais bien lancé et en bonne voie de réalisation. 5. DOCUMENTS JOINTS 5.1. BIBLIOGRAPHIE - Ouvrages ou articles généraux : 50 titres - Ouvrages ou
  • articles traitant de la Préhistoire, de la Protohistoire et de l'Antiquité : 356 13 - Ouvrages ou articles traitant du Moyen-Age et des époques modernes 5.2. DOSSIERS DE SITES - 30 dossiers. bibli-ql BIBLIOGRAPHIE GENERALE DE QUIMPER OUVRAGES GENERAUX ABREVIATIONS A. B. : Annales
  • . WAQUET H., 1920 : Vieilles pierres bretonnes, Quimper, A. Le Goaziou, L. Le Guennec, p. 16-80. bibli-q2 BIBLIOGRAPHIE DE QUIMPER DE LA PREHISTOIRE A L'ANTIQUITE ABREVIATIONS A.B. : Annales de Bretagne. A. en B. : Archéologie en Bretagne. A. M. A. R. A. I. : Association Manche
  • . 47-49, dans GALLIOU P., LE BIHAN J.P., CLEMENT M., Chronique d'archéologie antique et médiévale, B.S.A.F., T. CXII, 1983/2, p. 27-52. BODIVIT, 1932 : Communication, B.S.A.F., T. LIX, p. IV. BOURDE DE LA ROGERIE, 1904 : Communication, B.S.A.F., T. XXXI, p. XVI. BOUSQUET J., 1969
  • , dans GALLIOU P., LE BIHAN J.P., CLEMENT M., Chronique d'archéologie antique et médiévale, B.S.A.F., T. CXIII, p. 67-91. DANIEL R., 1968 : Trouvaille à Locmaria-Quimper, B.S.A.F., T. XCPV, p. XCVII. DANIEL R., 1969 : Communication, B.S.A.F., T. XCV, p. 386. DE BLOIS A., 1865 : Ruines
  • -roman Iron Age, éd. S. Maceady, F. H. Thompson, Londres, p. 24-36. GALLIOU P., 1984 : De l Armorique romaine à la Bretagne mérovingienne, Vlèmes journées nationales d'archéologie mérovingienne, Rennes, 22-24 juin 1984, p. 63. ?? GALLIOU P., 1987 : Les intailles antiques découvertes
  • ., 1974 : Quimper antique, Archéologia, n° 74, p. 16-19. GALLIOU P., LE BIHAN J.P., 1977 : Les monnaies romaines recueillies sur le site de Roz-Avel à Quimper, A. en B., n° 14, 2e trimestre, p. 9-13. GALLIOU P., LE BIHAN J.P., 1981 : Un tesson de céramique fumigée à décor moulé mis au
  • J.P., 1981 : Quimper, Le Braden I A, Le Braden II, Rapport de fouille. LE BIHAN J.P., 1981 : Quimper, Locmaria, rue Moreau I Venelle des Potiers, Rapport de fouille. LE BIHAN J.P., 1982 : Quimper, Le Braden, p. 68-79, dans GALLIOU P., LE BIHAN J.P., Chronique d'archéologie antique
RAP02371.pdf (RENNES (35). les fouilles du couvent de La Visitation. rapport de fouille préventive)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • RENNES (35). les fouilles du couvent de La Visitation. rapport de fouille préventive
  • - Phase 7 B.m.7.1 - Etat 7a B.III.7.2 - Etat 7b B.III.7.3 - Etat 7c B.III.8 - Phase 8 B.III.8.1 - Etat 8a B.III.8.2 - Etat 8b B.III.9 - Phase 9 B.III.10-Phase 10 B.III. 10.1 - Phase 10a * Récupération et destruction des maçonneries antiques * Existence de sondages de reconnaissance
  • TOPOGRAPHIE D.III.2 - DYNAMIQUE D'OCCUPATION D.III.3 - QUESTION POSEES PAR L'OCCUPATION TARDIVE D.III.4 - QUELQUES MISE EN PERSPECTIVE PAR RAPPORT A LA VILLE ANTIQUE D.III.5 - CONCLUSIONS GENERALES 239 239 241 242 242 244 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 248 LISTE DES FIGURES ET PLANCHES
  • GRAPHIQUES Fig. 1 : Situation cadastrale du site Fig. 2 : Situation topographique du site dans son cadre naturel Fig. 3 : Centre ville actuel, localisation des fouilles antérieures et de la Visitation. Extension maximale supposée de la ville antique du Haut-Empire et du castrum Fig. 4
  • : Plan des enceintes de la ville de Rennes, dressé par Hévin entre 1665 et 1670 Fig. 5 : Plan d'emprise des zones de fouille et de la voirie antique, localisation des sondages et des axes de coupes cumulées utilisées dans le texte Fig. 6 : Plan des vestiges présentés indépendamment
  • ) LISTE DES CLICHES PHOTOGRAPHIQUES CLICHES D'ORDRE GENERAL Cliché 1 : Vue de la chapelle et de ses élévations conservées durant la fouille Cliché 2 : Mode de construction caractéristique des maçonneries antique du site Cliché 3 : Vue générale vers l'est des zones 1 et 2, montrant
  • antique de Condate, à proximité de sites avérés. Les résultats de cette intervention de reconnaissance avaient, de fait, confirmé l'existence d'une forte implantation gallo-romaine en bordure d'une rue de la cité antique. L'intervention, financée par l'aménageur (Société SOGEA
  • vestiges antiques étaient conservés sur pratiquement toute la surface de l'îlot, y compris sous la chapelle du couvent et ce, malgré la présence, sous cet édifice, de très profondes caves et de quelques perturbations profondes, mises en évidence par le diagnostic, perturbations qui se
  • on vite rendu, sinon nécessaire, pour le moins hautement souhaitable de préciser l'organisation des vestiges dans cette zone, où l'on soupçonnait la présence d'un très important bâti antique. Une équipe minimale y a donc procédé à un décapage sommaire et à quelques fouilles de
  • l'Antiquité tardive était conservée sur ce site. Il est assez délicat de conduire un décapage au plus près de ces faciès dits de « terre noires », aussi est-il probable que, parfois, le décapage ait été trop poussé. Dans d'autres, au-dessus des sols de béton antiques parfaitement lisses
  • fouille. Le traitement et l'étude du mobilier antique (120 jours homme pour l'ensemble, nettoyage compris) a été réalisé sous la conduite de Romuald Ferrette, qui s'est attaché le concours gracieux de plusieurs spécialistes, notamment pour les périodes antiques tardives (citons en
  • , mais elle n'excède pas quelques décimètres. Ces différents facteurs conduisent aux faits suivants : la facilité à exploiter du schiste sain en guise de pierres de construction. La plupart des maçonneries antiques découvertes sont d'ailleurs appareillées avec ce matériau, la relative
  • moellons. Les plans de diaclases sont systématiquement utilisés pour les parements mais la forme, irrégulière, fait qu'il est rare de rencontrer des murs aux assises bien réglées. C l i c h é 2 : Mode de construction caractéristique des maçonneries antique du site, avec le cas d'un mur
  • occupé depuis les origines de notre ère jusqu'à la fin Ille siècle. Figure 3 : Le site par rapport à la ville antique (fouilles 3 = Campus Hoche, 4 = Place Hoche, 5 = Ambroise Paré, réalisées : 1 = rue de Dinan, 6 = Place Sainte-Anne, 2 = rue de 7 = Place de la Saint
  • . Figure 4 : Plan des enceintes de la ville de Rennes, dressé par Hévin entre 1665 et 1670 A.IV - OBJECTIFS DE LA FOUILLE La ville antique de Rennes n'étant pas connue de manière extrêmement fine, les problématiques précises restent à construire. C'est ainsi que l'arrêté de
  • RENNES Rue de la Visitation - Rue Saint-Melaine (Parcelles 120,123,127 et 759 section cadastrale BE) Rapport Final d'Opération de fouille archéologique Arrêté de prescription 2003/138 en date du 18 août 2003 Responsable scientifique désigné P. Chevet Présenté par P. Chevet et
  • R. Ferrette avec la collaboration de P.-A. Besombes et Y. Maligorne LES FOUILLES DU COUVENT DE LA VISITATION •ÊÊHÊSÊÊMMM Evolution et abandon d'un quartier urbain de Condate entre le début du 1er siècle et les Ve- Vie siècles. • Esalile • Libellé Fraternité RÉPUBLIQUE
  • FRANÇAISE I N S T I T U T • i S E C H* A R C H É O L O G I PREV + + . JANVIER 2008 + Ö «A t B C H E S Q U E S ENTIVES * % t i l l i I I i y- i'f' •••ini iif* S i* H Remerciements : Une opération de cette ampleur ne peut arriver à son terme sans le concours de nombreuses
  • personnes qui, à un titre ou à un autre, spontanément ou à la demande de l'équipe de fouille, ont apporté leur soutien et leur aide à son bon déroulement. Que tous ces intervenants se trouvent ici remerciés. B O R D E R E A U R É C A P I T U L A T I F D'OPÉRATION TYPE Fouille
  • préventive LOCALISATION : Département : Commune : Lieu-dit : Cadastre : DATES : Arrêtés de prescription : Intervention terrain : Etude : Ille et Vilaine Rennes Rue de la Visitation - Rue de Saint-Melaine Parcelles 120, 123, 127 et 759 section BE 2003/138 et 2003/160 en dates du 18
  • août et 18 septembre 2003 du 17 juillet au 24 décembre 2004 du 27 décembre 2004 au 31 décembre 2006 INTERVENTION : Responsable : Motif de l'intervention : Surface totale du projet : Emprise de la fouille Surface réellement fouillée Equipe de fouille : Constitution du rapport
RAP03815 (VANNES (56). 6 rue de l'Etang. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • VANNES (56). 6 rue de l'Etang. Rapport de diagnostic
  • diagnostic Vannes, Morbihan, 6 rue de l'Etang Bibliographie André 1987 : ANDRE (P.) VANNES (56), un bâtiment antique à l'angle du boulevard de la Paix et de la rue des Frères Crapel. rapport de sauvetage 1987. sondage, RAP01431, Service régional de l'archéologie de Bretagne. Créé le 08
  • diagnostic n°1 (TRD01) La tranchée de diagnostic n°2 (TRD02) Le mobilier archéologique 35 4. Conclusion 36 25 34 Bibliographie Inventaires techniques 38 40 44 44 44 Catalogue des photographies Inventaire des unités stratigraphiques
  • raison d’un projet de construction d’un immeuble, réalisé par le pétitionnaire M. Georges Madec. Ce projet de construction touche la parcelle n°577 de la section BO1, d’une surface de 270 m², localisée dans le zonage archéologique de la ville antique de Vannes Darioritum. A proximité
  • de large. Les données issues de cette fouille ont été enregistrées sur le terrain. La numérotation et la description analytique des vestiges inventoriés ont suivi les préceptes d’enregistrement du système d’information archéologique SysLat (Py et al. 1997). Elles ont donc été
  • de l'Etang 1.3.2 Environnement archéologique La commune de Vannes est un des sites majeurs du Morbihan, Darioritum chef-lieu de la Cité des Vénètes. Les connaissances acquises de l’agglomération antique de Vannes ont permis de reconstituer les grandes lignes de son développement
  • la colline du Méné où est édifié le castrum antique à la fin du IIIe siècle voire au début du siècle suivant. La colline du Boismoreau connait une réoccupation partielle durant le IVe siècle, en particulier aux abords de l’actuelle église Saint-Patern. Enfin, La colline de la
  • Garenne, très remaniée au Moyen Age, a livré peu de vestige antique (Galliou et alii, 2009, Le Berre 2015). La parcelle diagnostiquée se déploie au sud-est de la colline de Boismoreau. A l’époque antique, la parcelle prescrite est établie, en plein cœur de l’agglomération de Darioritum
  • fossoyées dont un large fossé de plus de 1.80 m ont été identifiées. Les comblements ont livré de la céramique augustéenne et tibérienne (Triste 1991 p. 2, fig. 5 n°3). Au 104 boulevard de la paix, la réalisation d’un sondage a permis de mettre en évidence la suite du grand fossé antique
  • de quelques éléments charbonneux. Le comblement a également livré deux tessons de céramiques, un bord antique et un fragment de panse d’époque médiévale. L’ensemble est recouvert par une couche limoneuse brun noir avec des inclusions de briques et d’ardoises (1004). 34 Inrap
  • mobilier céramique : 2 fragments pour 1 individu comptabilisé sur le nombre de bord différent, exclusivement attribués à la période romaine (fig. 16). Tranchée de diagnostic Us Fait Description Datation Nb de bord Nb de reste TRD01 1005 FS1003 1 fr. de bord de antique, 1 fr
  • Description Datation Nb de bord Nb de reste TRD01 1005 FS1003 1 fr. de bord de antique, 1 fr. de panse médiévale Moyen-Age 1 2 Inventaire des minutes de terrain NOM : MN01 Type : plan d'une zone et coupe nord-ouest -> sud-est Us/Faits : TRD01, FS1003, 1001, 1002, 1003, 1004
  • Epoque médiévale Sujets et thèmes Fosse d'extraction Un projet de construction d'immeuble, sur un parking d’un peu plus de 270 m², a déterminé la réalisation d’un diagnostic archéologique dans un secteur particulièrement sensible de la ville de Vannes. La surface accessible
  • de ce diagnostic était relativement restreinte et exiguë. Deux tranchées de diagnostic ont été réalisées. Celles-ci ont révélé la présence d’une fosse d’extraction médiévale présente sur la quasi-totalité de la surface d’ouverture. Diagnostic archéologique Chronologie Rapport
  • final d’opération Vannes, 6 rue de l'Etang Vannes, Morbihan 6 rue de l’Etang Mobilier Céramique sous la direction de Karine Prêtre Inrap Grand Ouest  37 rue du Bignon, CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr Inrap Grand Ouest novembre 2019
  • Diagnostic archéologique Rapport final d’opération 6 rue de l'Etang 56260 Code INSEE Vannes, Morbihan – Karine Prêtre avec la collaboration de Erwan Bourhis Philippe Boulinguez Solène Le Padellec 2018-306 – Arrêté de prescription RGF93/Lambert 93 D125616 Code Inrap Système
  • d’information Entité archéologique Nr site sous la direction de Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon, CS 67737, 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 novembre 2019 I. Données administratives, techniques et scientifiques 5 Sommaire Données administratives, techniques et
  • scientifiques 8 9 10 Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique État du site Localisation de l’opération Arrêté de prescription Arrêté de désignation Projet scientifique 12 12 13 14 20 21 Résultats
  • 25 1. Présentation du diagnostic archéologique 25 27 1.1 1.2 1.3 Circonstances de l’intervention et modalités d’intervention Méthode Contexte géographique et historique 31 2. Présentation des résultats 31 35 2.1 2.2 2.3 La tranchée de
  • Inventaire des faits Inventaire du mobilier Inventaire de la documentation de terrain 6 Inrap · RFO de diagnostic Vannes, Morbihan, 6 rue de l'Etang I. Données administratives, techniques et scientifiques I. Données administratives, techniques et scientifiques 7 Conditions
  • d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures
RAP02414.pdf ((56). autour du golfe du Morbihan et les communes à l'est de Vannes. rapport de prospection inventaire 2008)
  • (56). autour du golfe du Morbihan et les communes à l'est de Vannes. rapport de prospection inventaire 2008
  • d'une occupation antique (tuiles et céramiques), auraient été trouvés au niveau du village du Château. De plus, plusieurs autres enceintes ont été mises en évidence par une étude approfondie des cadastres napoléoniens du Morbihan, complétée par celle de la bibliographie ancienne : le
  • de la bibliographie ancienne et de l'absence d'une prospection au sol. On retrouve une telle erreur à Saint-Christophe, le petit Bézy ainsi qu'à Crévéac où celle-ci a eu pour conséquence la destruction de l'essentiel du site à l'occasion de l'aménagement de la nouvelle route
  • datation : .. fragments. chronologie proposée : Mobilier Oui Q d:a.ug.ç.ts..trftncpiism&tiq.ue.a.pEQ.fonds.. .se.c.Qnd.âge..du.Eer..(.T.ène.fmal.e.)..., Non [>
  • recoupée par un champ en prairie. Eléments de datation : ...aucun ; chronologie proposée : Mobilier Oui £ ..époque.indéteiminée Non fX] Lieu de conservation : Documentation : Bibliographie : CAORÊ RESCRVE ca.Lu.6 CAATE AA &eotcxaaue N* de site attribué 1 N* û"enregistrement
  • : ....c.éjmajjques..etfragmerits..de.biiquetage Chronologie proposée : .se.ç.Qnd..âge..du.Eer. Mobilier Oui [j>
  • ^ . ...Grmdr-Qjampiga^ Mo.y.en.(.paxcfiÙe.sii.prairie.).... Etat de conservation : Eléments de datation : ...aucun. Chronologie proposée : Mobilier Ouf 1 .indéterminée. 1 Non tXl Documentation : Lieu de conservation : , Bibliographie : CAORE RÊSÊKVC C6UUUÊ CASTE ARCXOLOGWK N* de
  • : Bibliographie : CAÛRE Rese*ve CELLULE CASTE ASCMEOLOocue. N* de site attribué | N* d'enregistrement 0RACAR | 1 MM 1111 i 1 j ] 1 1 Code AP / AH Modification □ Cadastre ancien daté de 1823 - section B dite de la Haye - 2ème feuille Enceinte : parcelle n° 600 Cliché aérien
  • : Bibliographie : C ACRE R6SCRVC CELLULE CASTE N* de site attribué ■ AUCXOLOGMLe | N* d'enregistrement DRACAR j | 1111 MM Code AP / AH Modification I 1 1 cadastre ancien de Molac (1823) section G dite de Tregouet 2ème feuille Cadastre ancien et clichés photographiques
  • : Bibliographie : CADRE RÉSERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE. N* de site attribué | N* cfenregistrement DRACAR | | | | [ | 1 I I [ Code AP / AH Modification | 1 1 Vue du château de Coëtcandec depuis le nord. LOCMARIA - GRANDCHAMP - Le château de Coëtcandec Deux vues de
  • . , Etat de conservation : Mo.y.en.(.parceIle..en..prairiÊ.) Eléments de datation : ...aucun Chronologie proposée : Mobilier Oui Q ■ .. radé.tercnjnie. Non p*Ç] Lieu de conservation : Documentation : Bibliographie : CAÛRE RÊSCRVÉ C&.IU.É CA«xt wjo-cotcoo-ç. N* de site attribué
  • : ..hach.e^..Quicagmeats.d6.haches.poJies.. Etat de conservation : Eléments de datation : ....ohje.tS.mis.iiU.jo.ur. Chronologie proposée : Mobilier .... ...paléolitJiiq.uer JiéoliM^ Oui (>
  • .£i.pj£fQ.n^ •• des.jj^es.de.hâriments..En.aiin^^ Etat de conservation : Moyen. Eléments de datation : Chronologie proposée : Mobilier Oui ...pMQde.jmé.diàv.ate.(XÏÏ^^ Non | j Lieu de conservation : Documentation : Bibliographie : CAORE RCSCRVE ctume CARTE ARoeo
  • ^^ Description des vestiges : - Ia.femie,— Etat de conservation : ..Moyen Eléments de datation : ..aucun Chronologie proposée : péxiode.médiévaie.(hautMo.y£nAge.peut-être en. .raison de. La .présence Mobilier Oui { | Non 1 ] Lieu de conservation : Documentation : Bibliographie
  • : Mobilier Oui £ ..pé.riQ.de„mé.di^ Non { ) Lieu de conservation : Documentation : Bibliographie : , ■ CADRE Reseuve cs.iu.e c**ri A*cxcxocxxe N* de site attribué I N* rfenregistrement DRACAR 1 I 1 I i I Mil Code AP/ AH I I Modification Q I MUZILLAC- Château de
  • Rapport de prospection inventaire (autorisation n°2008-251 jusqu'au 31/12/08) Alain Triste - Sébastien DARE Liberté • Egalité • Fraternité :.} RÉPUBLIQUE FRANÇAISE C.E.R.A.M. Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan 6, rue de la Tannerie - 56000 Vannes
  • Service régional de l'archéologie, DRAC Bretagne Rapport de prospection inventaire 2008 (autorisation n°2008-251 jusqu'au 31/12/08) DRAC-SRA -2FE120Q9 COURRIER ARRIVEE Alain Triste - Sébastien DARE C.E.R.A.M. Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan 6, rue de
  • la Tannerie - 56000 Vannes Service régional de l'archéologie, DRAC Bretagne La prospection-inventaire 2008 La prospection, menée en 2008 par le C.E.R.A.M., a permis d'étudier 33 sites se répartissant ainsi : - 25 nouvelles découvertes - 8 sites qui font l'objet de données
  • complémentaires ou d'une correction de localisation. Nouvelles découvertes (en gras : période médiévale) : Arradon : île de grande Logoden Arzal : La forge de la Lande Arzon : Le Crouesty Grandchamp : Le moulin de Toulnay Larré : La lande du moulin Le Cours : Le château de Trégouët Locmaria
  • : Grandchamp : Le château de Coëtcandec Locmaria : Grandchamp : Le pont du Loc'h - est Marzan : Le Guérie Marzan : Le château de l'Isle Marzan : La chapelle Saint-André Muzillac : Le château de Penmur Muzillac : Toul Coquenn Muzillac : Coëtsurho 3 Muzillac : Kerantré Péaule : Le Bocéno
  • Péaule : Le château Ploeren : La zone artisanale de Mané-Coëtdigo 1 Ploeren : La zone artisanale de Mané-Coëtdigo 2 Saint-Armel : La vache enragée - clos eur guen Saint-Avé : Saint-Thébaud Sarzeau : Kerassel-est Séné : Le Péchit Sulniac : La lande d'en bas - Le Peuh Le Tour-du-Parc
RAP02263.pdf (BAZOUGES-SOUS-HÉDÉ (35). la ville Allée. rapport de sondages programmés)
  • BAZOUGES-SOUS-HÉDÉ (35). la ville Allée. rapport de sondages programmés
  • . Historique de la fouille 2. Les découvertes, présentation analytique des faits 2.1. Méthode d'analyse et d'enregistrement des données 2.2. Le découpage par secteurs 2.3. Le secteur sud : la « Fontaine » M l et ses abords. 2.3.1. La fontaine M l 2.3.2. Les maçonneries au sud du site 2.3.3
  • .: Les aménagements de la berge est 4. Réflexions en vue d'une interprétation 4.1. Un premier établissement lié à l'eau 4.2. Une restructuration en bois suite à un premier abandon 5. Conclusion sur l'opération, apports et perspectives. Figures Clichés photographiques Bibliographie
  • par leur intermédiaire, j'ai identifié sur place des vestiges antiques puis contacté le Service Régional de l'Archéologie afin de mettre en place une opération de sondages complémentaires. Le premier décapage manuel effectué durant les jours suivants aura permis de dégager sur la
  • tant graphique que photographique des vestiges destinés à être ultérieurement recouverts. La Ville Allée - Bazouges s/s Hédé - 2005-2006 5 2. Les découvertes, présentation analytique des faits. 2.I.: Méthode d'analyse et d'enregistrement des données. L'ensemble des faits relevés
  • "La Ville Allée" Bazouges s/s Hédé H, 2006 Rapport de sondages programmés Frédérick Béguin Service Régional de l'Archéologie Région Bretagne 2ZG3 "La Ville Allée" Bazouges s/s Hédé 2006 Rapport de sondages programmés Frédérick Béguin Service Régional de l'Archéologie
  • Région Bretagne La Ville Allée - Bazouges s/s Hédé - 2005-2006 717 Générique de la fouille Direction: Frédérick Béguin Prise en charge de la logistique : Jean-Pierre Bardel, Technicien de Recherches, Ministère de la Culture Suivi scientifique: Anne Villard, Conservateur du
  • Patrimoine, Ministère de la Culture Propriétaires du terrain : M. et Mme Thébault Jean-Claude et Thérése. Maire de Hédé- St Symphorien : Mme Feudé Jeanine Maire délégué de Bazouges sous Hédé : M. Béni Jean-Christophe Logistique, participation à la fouille et prêt de matériel et de locaux
  • : M. et Mme Thébault JeanMichel et Stéphanie Stagiaires de l'Université : Bouju Pauline, Université de Paris I De Salins Stéphanie, Université de Rennes II fouille et participation à l'élaboration du rapport Piccirilli Sarah, Université de Louvain-la-Neuve, Belgique Ray
  • Marjolaine, Université de Rennes II Tessier Anne-Jérémie, Université de Rennes II Wen Zhen, Université de Rennes II Defreitas Université de Rennes II Claire Fougeray Université de Rennes II Un remerciement particulier aux nombreux bénévoles locaux ainsi qu'aux familles Thébault et Feudé
  • pour leur accueil, leur gentillesse et leur amour de leur terroir et de son histoire. La Ville Allée - Bazouges s/s Hédé - 2005-2006 2 Le Monument des Eaux de La Ville Allée à Bazouges sous Hédé. Sommaire 1. Introduction générale à la fouille 1.1. Présentation du site 1.2
  • . Les abords immédiats de la fontaine M l 2.3.4. Les Unités stratigraphiques au nord de la fontaine M l 2.4. Le sondage 1 2.5. Le sondage 2 : la conduite en limite basse du site 2.6. Le sondage 3 2.7. Les sondages 4 et 4 bis 2.8. Le sondage 5 2.9. Les aménagements hors sondages. 3
  • . Synthèse et éléments de chronologie relative. 3.1. Une première phase de construction : l'ensemble maçonné au sud du site 3.1.1.: Séquence 1: la construction initiale 3.1.2.: Séquence 2 : une extension maximale effectuée au cours de reprises de maçonnerie 3.1.3.: Séquence 3: la
  • réfection de l'évacuation centrale du bassin 1 dans les parements M6/M8 3.2. Deuxième phase d'occupation: les installations en bois 3.2.1.: Les éléments situés au sud : perturbation du bâtiment initial 3.2.2.: Le dispositif de barrage et la conduite forcée en limite nord du site 3.2.3
  • sommaire La Ville Allée - Bazouges s/s Hédé - 2005-2006 3 1. Introduction générale à la fouille 1.1. Présentation du site Le site se trouve sur le lieu dit « La Ville Allée », sur la commune de Bazouges sous Hédé. Cette commune est subdivisée en deux entités géographiquement
  • distinctes, le bourg, en contrebas, proche de l'actuel canal d'Ille et Ranee et les lieux dits situés sur le plateau dont Hédé est l'extrémité occidentale, culminant à quelques 100 métrés d'altitude et au bord duquel se trouve le monument. Ce plateau rocheux est essentiellement constitué
  • par un pli granitique marquant en bas de pente le départ de la vaste plaine de Combourg vers le nord. Si la parcelle concernée par la fouille s'appelle la Ville Allée, car rattachée à cette propriété éponyme, l'une des parcelles voisines, également en rupture de plateau s'appelle
  • « Les sources » et témoigne aussi de la présence massive d'eau le long de cette pente. La parcelle du site, d'une inclinaison de 10%, est en cuvette évasée vers le bas, suivant le sens d'écoulement des sources dans le granit. Seule une couche succincte de terre argileuse recouvre
  • l'ensemble, tandis que la puissance stratigraphique s'accroit en contrebas, du fait des différents dépôts de colluvions. 1.2. Historique de la fouille Au cours de l'été 2004, M et Mme Thébault, propriétaires, ont eut l'intention de curer la parcelle contenant les vestiges afín de la
  • mettre en eau. Celle-ci alors en friche, n'avait, selon eux, jamais connu d'autre destination qu'une pâture, étant trop humide. A l'issue d'un premier décapage mécanique effectué en surface au tractopelle à leur initiative, des éléments maçonnés ont été mis au jour. Ayant été informé
  • partie haute du gisement un mur maçonné pour partie de briques à encoches (M6); une petite construction de briques de forme octogonale en eau (fontaine) ainsi qu'une série de bois apparemment taillés et tantôt en place, tantôt piégés dans les remblais recouvrant encore la majeure
RAP01502.pdf (bassin occidental de la Vilaine et centre Bretagne. rapport de prospection inventaire)
  • bassin occidental de la Vilaine et centre Bretagne. rapport de prospection inventaire
  • f^f Aménagement agraire d'époque gallo-romaine fig. 1 : ST BRIEUC-DE-MAURON (Morbihan) « la Boulais ». Vaste aménagement agraire disparu au sein d'une ellipse bocagère. 46 223.00» Traces enfouies | A Parcellaire fossile (anomalie bocagère) | Enclos et fossés antiques | B
  • | Micro-parcellaire médiéval |^/^ Cadastre 1829 fig. 2 : SAINT-ALLOUESTRE (Morbihan)
  • , dans la région de Rennes, les travaux de P. Aumasson ([36] AUMASSON 1980) qui a tenté de prouver une éventuelle filiation entre les aménagements antiques et certaines lignes directrices du bocage. Dans le détail, on peut faire une analyse de ce problème à partir de l'exemple étudié
  • romaine : dans le Gâtinais oriental, un ensemble parcellaire cohérent d'abord interprété comme une cadastration semble, en fait, dû à un découpage médiéval reposant sur l'arpent d'ordonnance dont la métrique (715 m) est proche de la métrique antique (MARCHAND 1996, p. 37). L'existence
  • (route départementale, chemin vicinal et chemin de terre), semble indiquer que cette trame serait davantage le résultat d'une transformation progressive du paysage que les vestiges d'une planification agraire antique. On retrouve dans la thèse récente de Guy Jumel (1988
  • actuellement comme étant la plus probante concerne la cadastration antique de Rezé ([1324] DESCHAMPS et PASCAL 1996, 104-110). Le point commun à la plupart de ces travaux est de faire une analyse régressive à partir des paysages modernes, avant le remembrement. P.R. Giot dans un travail
  • bocage mais bien à la recherche de données sur les paysages antiques et anciens ». LES PARCELLAIRES PROTOHISTORIQUES ET ANTIQUES : UNE APPROCHE NOUVELLE Des conditions renouvelées pour l'étude des parcellaires anciens Comment cette question a-t-elle évolué ? On a assisté à partir de
  • , constitue un exemple caractéristique de cette discordance fréquemment observée entre l'organisation agraire antique et les paysages modernes (fig. 4). Il n'est donc pas surprenant que les progrès les plus spectaculaires réalisés dans l'acquisition de données aient été étroitement liés à
  • la révélation des structures fossoyées : fig. 4 : SAINT-BARTHELEMY (Morbihan) « Kermabernars ». Microparcellaire antique en discordance avec le bocage. 49 l'amorce d'un parcellaire, discordant par rapport à l'enclos gallo-romain, et dont quelques indices avaient été perçus au
  • d'observer en prospection à basse altitude ou en photo-interprétation est l'association d'un parcellaire fossoyé à un ou plusieurs enclos d'habitat (fig. 14). Quelques exemples significatifs de ces formes d'occupation antique du sol ont été publiés récemment ([1451] GAUTIER 1996, 49-50
  • étudiée. Les enclos d'habitat et les parcellaires associés Les premiers éléments cartographiés montrent très souvent un aménagement de l'espace suivant un schéma « nucléaire ». Un type caractéristique de finage antique a été ainsi mis en évidence à Pont-Meslé, sur la commune de
  • ). L'habitat occupe en fig. 5 : CORPS-NUDS (llle-et-Vilaine). Report des vestiges fossoyés découverts par prospection aérienne sur fond parcellaire du cadastre napoléonien et mise en évidence d'une trame parcellaire antique. 308 307.500 Fossés détectés par prospection aérienne (Trame
  • antique) H Habitat • Gallo-romain □ 50 1 203,2 1 203,4 1 203,6 Cadastre de Plumeliau (1829) Fouille E. Guillet (1994) Prospection aérienne et photo-interprétation (P. Naas- 1990-95) 4 /k f 1 hectare 100 m fig. 6 : PLUMELIAU (Morbihan) « Kerropert ». Report des
  • apparaissent comme tels sur les photogra- phies aériennes. S'agit-il de limites « bocagères » avec fossé et talus associé, de simples fossés de drainage ou bien encore tout à la fois ? A défaut de trancher, on remarquera dans cet exemple que l'exploitation antique se présente avec une
  • mise en valeur rationnelle d'un espace privilégié. Ce type d'établissement rural présumé antique, assez répandu entre la Vilaine et l'Oust, témoigne d'un aménagement et d'une probable appropriation de petits terroirs bien individualisés par la topographie, l'hydrographie et la géo
  • agraire de grande amplitude, aux tracés rectilignes mais au dessin assez aléatoire qu'on peut rapporter à un probable arpentage antique ([1451] GAUTIER 1996, 49-56). Cette ossature génère peu de parcellaire proprement dit. Si cet aménagement agraire pose de nombreuses questions, il est
  • antique RennesQuimper. La révélation de ces formes originales de découpage du sol devrait permettre de réinterpréter « d'énigmatiques limites agraires » signalées dans d'autres régions et qui n'entraient pas, jusqu'alors, dans le corpus des systèmes orthonormés. A titre de comparaison
  • talwegs secondaires. L'impression qui se dégage dans l'organisation de ce paysage est celle de la juxtaposition de 6 micro-terroirs qui fonctionnent comme autant de cellules nettement individualisées par la topographie et l'hydrographie. Une autre lecture - moins analytique et plus
  • Maurice GAUTIER PROSPECTION-INVENTAIRE BASSIN OCCIDENTAL DE LA VILAINE ET CENTRE BRETAGNE 1997/31 Autorisation préfectorale du 7 avril 1997 Tome Vi Rapport de synthèse 4 SOi & SOMMAIRE INTRODUCTION REMERCIEMENTS CADRE GEOGRAPHIQUE DES RECHERCHES QUELQUES REFLEXIONS
  • METHODOLOGIQUES APPRECIA TION GLOBALE SUR LES DECOUVERTES 1997 LA PHOTOGRAPHIE AERIENNE ET LE PATRIMOINE VISIBLE BILAN PRO VISOIRE ET PERSPECTIVES PUBLICA TIONS, COMMUNICA TIONS DIVERSES LISTE DES DECOUVERTES SIGNALEES ANNEXE INTRODUCTION Le bassin occidental de la moyenne Vilaine et
RAP02421.pdf (ALLAIRE (56). Sainte-Anne, voie antique Nantes-Vannes. rapport de fouille préventive.)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • ALLAIRE (56). Sainte-Anne, voie antique Nantes-Vannes. rapport de fouille préventive.
  • SIGNALETIQUE III. 1 L'empreinte de la préparation et de la mise en place du chantier antique III. 2 Les grandes étapes de la construction de la route : l'exemple de la coupe transversale 2 III. 3 Les terrassements et le plan de circulation du chantier III. 4 La détermination d'une
  • . CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE I. I. I. I. I. 1 2 3 4 INTRODUCTION Circonstances de l'intervention Etat des connaissances avant l'opération L'environnement géographique La mise en place de l'opération de fouille IL II. II. II. II. II. II. II. II. II. II. II. II. II. II. PRESENTATION DES
  • REMERCIEMENTS Au terme de cette approche archéologique d'un important tronçon de la voie antique Nantes (Portunamneto)-\annes (Darioritum), réalisée dans le cadre d'une intervention préventive sur le tracé de la déviation routière d'Allaire, nous voudrions souligner quel avantage avait été
  • semaines passées sur le terrain, l'attention des uns et des autres s'est focalisée sur les méthodes de construction de la route antique, les interrogations devenant immédiatement de nouvelles pistes de recherche sur le terrain. Ce dialogue incessant entre les archéologues, en quête
  • notre stratégie de fouille. Cela s'est notamment traduit par la mise en oeuvre de la seconde phase du chantier archéologique qui avait pour but, après enlèvement total des matériaux de construction de la route antique, de noter les éventuelles traces de marquage ou de préparation du
  • stratégies de construction dans le domaine routier. Bernard RAUD et André QUATREVEAU, techniciens dans ce service, sont en effet, venus réaliser des « essais à la plaque » pour mesurer la portance de la route antique. Bien évidemment aussi, l'opération n'aurait pu être menée à bien sans
  • RÉSULTATS Problématique de recherche et principaux résultats : La fouille archéologique d'une importante section de la voie antique Nantes (Portunamneto)-Vannes (Darioritum), sur la commune d'Allaire, à hauteur du lieu-dit « Sainte-Anne », représentait une rare opportunité d'étudier les
  • modes de construction de la route antique, de la délimitation éventuelle de son emprise jusqu'à sa mise en service. Cette étude a été menée sur une longueur de près de 300m, ce qui est suffisamment rare pour être souligné. Nous avons pu constater qu'il existait une véritable
  • uniformité de sa mise en œuvre, mais avec une adaptation aux conditions naturelles (topographie, géologie et hygrométrie). De plus, la combinaison des différentes coupes et fouilles en gradins ont permis de comprendre les grandes étapes de la construction de l'ouvrage antique. Son emprise
  • -côtés qui encadrent cette bande de roulement font aussi l'objet de recharges au fur et à mesure de son élévation. De nombreuses traces d'ornières appartenant à des véhicules antiques, liées au chantier lui-même et à l'utilisation de la route, ont également été relevées. Lieu de
  • ce tronçon de la voie antique Nantes (P ortunamnetd)Vannes (Darioritum), menacé par la construction de la déviation routière du bourg d'Allaire, notre connaissance de cet itinéraire se limitait à une simple esquisse de tracé, via la station de Rieux (Duretie) et après son
  • le statut. La compréhension des techniques de construction routière antique est passée par la réalisation de coupes longitudinales ou transversales et de fouilles en gradins. L'ouvrage routier se caractérise essentiellement par une bande de roulement empierrée occupant une
  • résistance de cette construction laisse peu de place aux dégradations et aux ornières ; lorsque c'est malgré tout le cas, nous observons des écartements entre les roues de charrettes proches de 1,40m, c'est-à-dire une mesure classique dans le monde antique. La fouille aura également
  • Recharges multiples Fossés de limite d'emprise communication Hipposandale terrestre majeure à l'échelle régionale (itinéraire Fosses d'extraction Traçage du chantier antique Nantes/PortunamnetoVannes/Darioritum) Planche I - Localisation géographique de l'opération de fouille. y
  • relie Vannes à Redon, en reprenant en partie le tracé de cette voie, représentait une formidable opportunité de dépasser le simple constat de la présence de l'ouvrage routier antique. D'abord appréhendée lors d'un diagnostic archéologique réalisé au cours de l'hiver 2004 sur la
  • totalité de la déviation du bourg d'Allaire, la voie antique présentait un tel état de conservation que le Service régional de l'archéologie de Bretagne a prescrit une fouille préventive près du lieu-dit Sainte-Anne. Le choix géographique de l'intervention se justifiait par la
  • antiques se limite à de simples lectures de coupes transversales. Cette tâche est revenue à une équipe d'une dizaine d'archéologues de l'Institut national de recherches archéologiques préventives, entre les mois de septembre et novembre 2005. La voie Nantes-Vannes passe au sud du bourg
  • naturels que sont les creux de talwegs. Localement, en passant à proximité du lieu-dit Sainte-Anne, à exactement 1 km au sud d'Allaire, l'itinéraire antique n'est confronté qu'à une mouillère temporaire, mais qu'il lui faudra tout de même apprivoiser. Sur les lieux de notre intervention
  • et approprié de la construction routière. Le choix du tracé de l'itinéraire antique retire également quelques avantages de son positionnement géologique (Planche III : Fig. 5). Localement, son ancrage dans un massif cristallin, et en particulier de type porphyroïde, lui procure le
  • la chaussée antique. Pour simplifier, nous ferons simplement état d'arène granitique. Il est clair que ce sédiment a été utilisé pour ses qualités de drainage et de portance. I. 4. La mise en place de l'opération de fouille ( Planche IV : Fig. 6 et 7 ; I. 2. Etat des
RAP02197.pdf (VANNES (56). Cathédrale. Cour de la sacristie des Sourds. rapport de sondage)
  • VANNES (56). Cathédrale. Cour de la sacristie des Sourds. rapport de sondage
  • du site et brefs rappels architecturaux p. 6 Le contexte de l'intervention et contraintes techniques p. 6 H. DESCRIPTD7 ANALYTIQUE p. 11 m. CONCLUSION p. 14 IV. ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE SOMMAIRE p. 35 V. ANNEXES p. 36 Inventaire des US P- 37 Inventaire du mobilier
  • antiques (le long de la rue Francis Decker), n'est distante que d'une soixantaine de mètres seulement du chevet avec une porte fortifiée située en contre-bas de la rue des chanoines et de la place brûlée (fig. 1). Les quelques éléments architecturaux retenus ci-dessous sont extraits de
  • .. ' \* '''if! WBH«*y ■ Fig. 3 : Extrait du cadastre du XIXe siècle (Documentation C.R.M.H.- D.R.A.C.de Bretagne). \ ■ H. DESCRIPTIF ANALYTIQUE Remarques préalables - Tous les éléments archéologiques ont été positionnés en altitude à partir d'un point de référence, coté zéro, qui correspond
  • mobilier (cf. Pl. V : p. 41). Trois fragments de céramiques ont été mis au jour. Alain Triste, à qui a été montré le mobilier, exclut catégoriquement la possibilité d'une datation médiévale ou antique au profit d'une attribution moderne ou plus certainement post-modeme. Au sud
  • Carré Archéologue libéral IV. ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE SOMMAIRE 1 - Documentation - Centre de documentation de la Conservation régionale des Monuments historiques - Centre de documentation du Service régional de l'archéologie 2 - Bibliographie André (P.) - « Le rempart
  • fragments de granité gris clair : un fragment de colonnette + un bloc sculpté représentant un dragonnet ou un ange. PI VI à IX Moyen Age (XlIe-XIIIe s. ?) Incertaine datation médiévale ou voire antique initialement supposée mais remise en doute par la datation du mobilier attribué à
  • Bretagne - Morbihan VANNES (Code INSEE commune : 56 260) Cathédrale de Vannes (n° site : 56 260 0120) Cour de la sacristie des Sourds Sondage archéologique (mai 2006) Gaêl CARRE Ministère de la Culture et de la Communication D.R.A.C. de Bretagne Conservation régionale des
  • Monuments historiques Hôtel de Blossac - 6, rue du Chapitre 35 044 Rennes cedex Suivi scientifique Service régional de l'Archéologie Avenue du professeur Charles Foulon - 35 700 Rennes Bretagne - Morbihan VANNES (Code INSEE commune : 56 260) Cathédrale de Vannes (n° site: 56 260 0120
  • ) Cour de la sacristie des Sourds Sondage archéologique (mai 2006) Gaël CARRE ****** Ministère de la Culture et de la Communication D.R.A.C. de Bretagne Conservation régionale des Monuments historiques Hôtel de Blossac - 6, rue du Chapitre 35 044 Rennes cedex Suivi scientifique
  • Service régional de l'Archéologie Avenue du professeur Charles Foulon - 35 700 Rennes Département : Morbihan Code INSEE : 56 260 Numéro site : 56 260 0120 Région : Bretagne Commune : Vannes Lieu-dit ou adresse : Cathédrale Saint-Pierre Année : 1998 CADASTRE Section et parcelles
  • : Zone : Lambert I COORDONNEES GEOGRAPHIQUES Abscisse X : 21 7706 Coordonnées moyennes BR, n° 166 Ordonnées Y : 2307744 COORDONNEES ALTIMETRIQUES : Altitude repère de nivellement sur le mur de façade du clocher, face sud - 18,770 m NGF PROPRIETAIRE DU TERRAIN : Etat PROTECTION
  • JURIDIQUE : Classé MH par arrêté du 30 octobre 1906 NATURE ET REFERENCE DE L'OPERATION NECESSITANT UNE AUTORISATION Autorisation n° : 2006-252 Valable du 20 mars 2006 au 21 avril 2006 MAITRE D'OUVRAGE DES TRAVAUX : Conservation régionale des Monuments historiques de Bretagne Raison de
  • l'opération : Recherches préliminaires à l'étude préalable de l'Architecte en chef des Monuments historiques, Dominique Ronsseray. Surface fouillée : 2,6 m2 Lieu de dépôt du mobilier archéologique : S.R.A de Bretagne OPERATEUR CHARGE DE L'OPERATION : Gaël Carré — Archéologue libéral
  • Manoir Saint-Clair /14 400 Vaux-sur-Seulles. Archéologie des Monuments Opérateur agréé en matière d'archéologie préventive sum SCDXNTHTQUE : D.R.À.C. de Bretagne / Service régional de l'Archéologie Suivi de dossier : Michaël BATT, ingénieur d'études Avenue du professeur Charles
  • Foulon - 35 ?00 Rennes DATE D'INTERVENTION SUR LE TERRAIN : 21 au 23 mars 2006 MOTS-CLES : Cathédrale, Moyen Age, bâti GENERIQUE : L'opération de terrain et de post-fouille a mobilisé un archéologue pendant 6 jours théoriques. L'intervention comprend la réalisation manuelle d'un
  • sondage de surface très restreinte afin d'évaluer rapidement la sensibilité du sol, dans la limite d'une profondeur n'excédant pas 1,20 m et dans le cadre de recherches préliminaires à l'étude préalable conduite par l'ACMH. 2 NOTICE SCIENTIFIQUE / PRINCIPAUX RESULTATS DE L'ETUDE
  • : Réalisé dans le cadre de recherches préliminaires à l'étude préalable conduite par l'ACMH, le dégagement des maçonneries en pied de parement du mur oriental de l'ancienne absidiole latérale sud du chevet (actuelle cour de la sacristie des Sourds) apporte un nouvel éclairage sur la
  • compréhension des élévations de ce secteur très remanié. Il a, en effet, été possible de mettre en évidence l'emplacement d'un pilastre ou dosseret dont ne subsiste plus que l'embase. Son emplacement coïncide exactement avec des traces d'arrachement associées à un coup de sabre vertical
  • repérable sur le bord du piédroit d'une baie romane murée. C'est à cet endroit que se situait un autel dont l'existence est seulement attestée par un plan dressé par Kerleau au XVIIIe siècle, en plus de la position d'un petit placard mural préservé en élévation, l'emprise au sol de
  • l'autel n'ayant pas été révélée par le sondage. Le sous sol apparaît assez perturbé : divers bouleversements de l'Epoque contemporaine ont gommé presque tous vestiges archéologiques superficiels au moins sur une quarantaine de centimètres d'épaisseur. Aucun élément de sol construit n'a