Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3989 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03136.pdf (QUIMPER (29). La carte archéologique de Quimper. Rapport de FP)
  • QUIMPER (29). La carte archéologique de Quimper. Rapport de FP
  • . En fait le degré d'activité archéologie préventive de sauvetage sera tel à partir de 1996 que les travaux concernant la carte archéologique seront considérablement ralentis, ceci en concertation avec les deux partenaires. Il s'agit en effet d'assurer les sauvetages urgents et
  • choix d'une part s'adapter aux formes et normes de la carte archéologique nationale, d'autre part répondre aux objectifs particuliers définis précédemment. La documentation archéologique doit pouvoir, au-delà d'une identification des sites et d'un bilan précis de la masse
  • sont-elles généralement épargnées par les terrassements, faisant au contraire l'objet de comblements. Elles sont alors fréquemment exclues des opérations de diagnostic. Au contraire les zones hautes, nécessairement décapées et excavées par les mêmes types de travaux font l'objet
  • FICHES DE SITES ET LES DOSSIERS 4 CONCLUSIONS 4.1 CONCLUSIONS 4 2. CONCLUSIONS TECHNIQUES ARCHEOLOGIQUES PIECES JOINTES GRAPHIQUES DU BILAN GLOBAL DES DECOUVERTES GRAPHIQUES DE REPARTITION DES SITES FOUILLES CARTES DES SITES ARCHEOLOGIQUES DE QUIMPER (7 cartes) LA VILLE GALLO
  • pour l'époque gauloise ou la place Laennec pour le bas Moyen Age, mais rapportent des informations recueillies par prospection, consultation d'archives et surtout lors de fouilles parfois modestes. sur des sites La caractéristique du dossier de la carte archéologique de Quimper
  • provient du fait que près de 65% des sites évoqués ont fait l'objet de véritables fouilles ; parmi ceux-ci 86% ont subi ces investigations au cours des trois dernières décennies. La documentation rassemblée relève donc de méthodes de recherche et d'enregistrement précises pour un
  • partir d'une recherche de haut niveau sur un patrimoine bien contrôlé et porter cette connaissance au plus grand nombre. La carte à vocation de recherche, de 1. DEFINITION D'UN PROJET 1.1. NECESSITE D'UN PROJET ET SITUATION EN 1993 1.1.1. La nature et La l'importance du site de
  • ). En 1993 soixante opérations de fouille réalisées la commune depuis 1971 s'ajoutent répertoriés au fichier national. Ils concernent toutes les périodes incluses entre le Néolithique et le Moyen-Age. Un accroissement de 100% à 200% du nombre des sites attestés est envisageable
  • synchronique, permet une approche fine d'un territoire rural gaulois évoluant, durant l'Antiquité, vers un espace plus complexe: une ville naît d'une conjoncture économique et politique favorable et se développe au cœur d'un terroir rural hameaux du Braden, fortement peuplé de villae et
  • précédemment sont essentiellement connus par des articles de ou par quelques synthèses rapides et publications sérieuses dans des ouvrages scientifiques spécialisés qui ne sont pas toujours accessibles au grand public. Il en est de même des milliers de clichés originaux, des notes et des
  • centaines de plans relevés au cours de fouilles. Plusieurs obstacles à une large diffusion de la connaissance apparaissent donc : revues anciennes 1.1.2.1. Une documentation La nature de la documentation - publications scientifiques ou dispersée et archéologique entraîne peu sa
  • rapports sont régionaux ou dispersés entre les de collectivités territoriales et les archives personnelles des chercheurs. documentation iconographique (plans, clichés noir et blanc, diapositives) dispersée selon les mêmes critères. - mobilier de fouille les collections
  • particulières. La nature et la accessible tant réparti entre les laboratoires, les dépôts de fouilles, les musées et aux dispersion d'une telle documentation la rendent donc très difficilement qu'aux gestionnaires de l'archéologie et au public. chercheurs 1.1.2.2. Une documentation
  • long terme, il faut admettre que bien des renseignements, aujourd'hui connus des archéologique quimpéroise seront menacés de disparition lors de la cessation d'activité de ces chercheurs. Tous les sites ne sont pas publiés et une grande partie de la documentation iconographie relève
  • travaux les plus nombreux et les plus précis. menace 1.1.3. Les une conséquences 5 Il est vrai que certaines publications ou synthèses aisément consultables existent. Ainsi, le Bulletin annuel de la Société archéologique du Finistère, jouissant d'une bonne audience, publie
  • . archéologique nationale C'est le document de base relié au fichier de la carte archéologique nationale. 1.2.2.2. Document d'urbanisme 6 La carte archéologique sert de base à la réalisation du zonage archéologique en vigueur auprès du Service de l'Urbanisme de la Ville de
  • Quimper et du Service Régional de l'Archéologie pour la gestion commune du patrimoine archéologique de Quimper. La carte archéologique est évolutive. Elle permet donc d'affiner, en l'augmentant ou en réduisant, le zonage archéologique au fil des découvertes. Des sites nouveaux peuvent
  • très utile lors des transactions foncières. 1.2.2.3. Document de référence pour Pour les - l'histoire locale. enseignants à tous niveaux, de l'enseignement primaire à l'enseignement supérieur. Pour les élèves et étudiants dans le cadre de travaux de recherche - classe de
  • données pour La mise à de l'histoire de Quimper. consultation de la municipales : D.E.A., etc. Pour les chercheurs et pour - une au que les Archives la documentation pédagogique disposition du fichier auprès d'organismes dépendant de l'Education nationale peut être
  • plus large possible : de siècle. En ce qui concerne les périodes médiévales et plus récentes, la la Préhistoire au XVIIIe prise en compte des sites 7 s'appuie sur les critères de la pratique archéologique. Sont instruits des dossiers concernant des opérations ayant déjà fait
RAP01249.pdf (QUIMPER (29). carte archéologique communale. rapport de prospection inventaire)
  • QUIMPER (29). carte archéologique communale. rapport de prospection inventaire
  • archéologique quimpéroise seront menacés de disparition lors de la cessation d'activité de ces chercheurs. En effet, tous les sites ne sont pas publiés, des lacunes existent au sujet des rapports de fouilles et une grande partie de la documentation iconographie relève des archives
  • d'une part s'adapter aux formes et normes de la carte archéologique nationale, d'autre part répondre aux objectifs particuliers définis précédemment. La documentation archéologique doit pouvoir, au-delà d'une identification des sites et d'un bilan précis de la masse documentaire
  • ., 1974 : Quimper antique, Archéologia, n° 74, p. 16-19. GALLIOU P., LE BIHAN J.P., 1977 : Les monnaies romaines recueillies sur le site de Roz-Avel à Quimper, A. en B., n° 14, 2e trimestre, p. 9-13. GALLIOU P., LE BIHAN J.P., 1981 : Un tesson de céramique fumigée à décor moulé mis au
  • artisanats armoricains au deuxième Age du fer, R.A.O., suppl. n° 3, p. 85-95. LARGILLIERE R. , 1925 : Les Saints et l'organisation chrétienne primitive dans l Armorique bretonne, Rennes.? LE BIHAN J.P., 1972-73 : Quimper, Kermoysan, Rapport de fouille. LE BIHAN J.P., 1973 ; Quimper
  • , Rozmaria, Rapport de fouille. LE BIHAN J.P., 1974 : Quimper, Locmaria, terrain Bozec, Rapport de fouille. LE BIHAN J.P., 1974 : Quimper, Locmaria, rue du Frugy, Rapport de fouille. LE BIHAN J.P., 1975 : Roz-Avel, Quimper-Réalités, n° 2, 15 Octobre, p. 7-8. LE BIHAN J.P., 1977 : Quimper
  • , Kernoter, Rapport de fouille. LE BIHAN J.P., 1977 : Quimper, Locmaria, Route de Bénodet, Rapport de fouille. 7 LE BIHAN J.P., 1978 : Quimper, rue Haute, Rapport de fouille. LE BIHAN J.P., 1979 : Quimper, Locmaria, terrain Le Fort, Rapport de fouille. LE BIHAN J.P., 1980 : Quimper
  • . Le Men, L. Pape). Soixante opérations de fouilles, réalisées sur la commune depuis 1971, concernent toutes les périodes incluses entre le Néolithique et le Moyen-Age. Une soixantaine de sites sont actuellement répertoriés au fichier national. Un accroissement de 100% à 200% du
  • sur les fouilles et à la mise en place de services régionaux étoffés et efficaces. - archives de fouilles récentes dont les notes et rapports sont dispersés entre les Services régionaux ou de collectivités territoriales et les archives personnelles des chercheurs. - documentation
  • dispersion d'une telle documentation la rendent très difficilement accessible tant aux chercheurs qu'aux gestionnaires de l'archéologie et au public. - Une documentation menacée de disparition La dispersion de la documentation accroît naturellement les risques de perte. En outre, si
  • personnelles de ces chercheurs ou de fonds publics pour lesquels aucune véritable structure d'accueil n'a existé avant 1990. Cette menace pèse en particulier sur les résultats des fouilles exécutées depuis une vingtaine d'années, donc des travaux les plus nombreux et les plus précis. 1.1.3
  • archéologique La carte archéologique est à usages multiples. 1.2.2.1. Carte archéologique nationale C'est le document de base relié au fichier de la carte archéologique nationale. Par ailleurs la mise en fiches claires et d'accès aisé doit permettre une consultation soit sur fichier manuel
  • archéologique de Quimper. La carte archéologique est évolutive. Elle permettra donc d'affiner, en l'augmentant ou en le réduisant, le zonage archéologique au fil des découvertes. Des sites nouveaux peuvent apparaître tandis que des zones suffisamment étudiées peuvent être libérées de toute
  • important dans le cadre de l'évolution de l'urbanisme. 1.2.2.3. Document de référence pour l'histoire locale. - pour les enseignants à tous niveaux, de l'enseignement primaire à l'enseignement supérieur. - pour les élèves et étudiants dans le cadre de travaux de recherche: de l'exposé de
  • classe de sixième à la maîtrise et au D.E.A., etc.. - Pour les chercheurs et pour les amateurs intéressés par l'histoire de Quimper. Son accessibilité et sa consultation ne doivent pas poser de problème. Il est aisé de proposer cette consultation dans le cadre de services comme les
  • l'horizon chronologique le plus large possible: de la Préhistoire au XVIIIème siècle. Il débouchera sur l'établissement d'une série de documents: - Une bibliographie complète concernant le patrimoine archéologique quimpérois. - Un fichier exhaustif et raisonné de tous les sites
  • commune depuis 1970, date de la création d'une équipe locale travaillant en relation avec la Circonscription des Antiquités de Bretagne. - Mise au point, par l'équipe attachée à ce programme et travaillant en relation avec le service régional de l'Archéologie, avec le Centre de
  • bibliographiques et constitution des premièrs dossiers. de l'ensemble des fichiers 1.3.2.3. 1995 Les travaux de dépouillement des archives dispersées, de reclassement initial de la documentation et de conception des outils de travail ayant nécessité beaucoup plus de temps que prévu, il
  • reste un important travail de remplissage des fiches, de vérification sur place et de prospection complémentaire à réaliser. Ce sera l'objet du programme de l'année 1995 au terme de laquelle l'essentiel de la documentation doit être clairement classée et mise en fichier. 1.3.2.4
  • cartographiques adaptés au projet. 9 2.2.2. Les types de fiches 2.2.2.1. La fiche d'identification C'est celle de la carte archéologique nationale. 2.2.2.2. La fiche documents d'archives C'est celle de la carte archéologique nationale. 2.2.2.3. La fiche documents graphiques C'est celle de
  • Protohistoire et à l'Antiquité. . Les ouvrages ou articles consacrés au Moyen-Age et à l'époque moderne. - La bibliographie de chaque site, mise à jour, est également présentée sous la forme d'une simple liste. Un fichier général, fondé sur l'ordre alphabétique, permet d'appeler rapidement
RAP00938.pdf (les villes antiques dans l'ouest de la Gaule. rapport de projet collectif de recherches.)
  • projet collectif de recherches
  • les villes antiques dans l'ouest de la Gaule. rapport de projet collectif de recherches.
  • informaticien y met au point actuellement ce système de gestion informatisé des données archéologiques. Les différents partenaires de ce P.C.R. ne peuvent se permettre de supprimer leurs travaux d'inventaire déjà réalisés. L'objectif du P.C.R. dans ce domaine consistera surtout, dans un
  • au cours des réunions nous ont également amené à traiter d'autres points. Nous avons ainsi élaboré un questionnaire regroupant les différents sujets abordés et sur lesquels des travaux communs pourraient ultérieurement être réalisés. Proposition de sujets : - La trame urbaine, le
  • bilan, pour chaque site, des données existantes et ensuite essayer d'en faire une synthèse. Le point commun de ces quatre cités réside dans leur relatif abandon au cours de l'Antiquité tardive. Les problématiques que ne élaborerons ne devront nullement s'arrêter à cette période et
  • , MARE E., NAVEAU J., PINCEMIN J.P. et RIOUFREYT J., 1986 La voie de Corseul au Mans et l'origine de Laval, La Mayenne, Archéologie, Histoire, n° 9, p.3-52. EVEILLARD J.Y., 1991 - Le réseau des voies romaines en Haute-Bretagne, Revue Archéologique de l'Ouest, supplément n° 4, p.19-25
  • d'émulation des Côtes du Nord, p.23 3-274. SATNT-JOUAN (de) R., 1990 - Dictionnaire des communes, département des Côtes d'Armor. Eléments d'histoire et d'archéologie. Saint-Brieuc, p. 169-171. vTLBERT L.R., 1977 - Quévert, Taden, La Vicomté sur Rance, Lanvallay au long de la voie romaine
  • romaine et les Provinces, t. 1, 1977, p. 11-34. REBUFFAT R., 1978 : La forteresse de Jublains avant la campagne de 1978, Travaux militaires en Gaule romaine et dans les provinces du Nord-Ouest, Caesarodunum, 1978, p. 334-343. REBUFFAT R., 1981a : Le complexe fortifié de Jublains
  • ?), Jublains (Noviodunum) et Vieux (Aregenua), chefs-lieux des Cités des Coriosolites, des Diablintes et des Viducasses, connaissent au Haut-Empire des évolutions plus ou moins similaires et surtout, au cours de l'Antiquité tardive (Bas-Empire et début du Haut Moyen-Age) un phénomène de
  • régression spatiale entraînant une ruralisation de leur structure urbaine. En effet, à partir du IVème siècle, diverses modifications profondes aboutissent à la disparition progressive de la vie urbaine sur ces trois sites. A l'inverse, d'autres chefs-lieux antiques conservent au Haut
  • villes antiques dans l'ouest de la Gaule nous permet en plus, d'intégrer dans ce programme d'étude une ville secondaire (Rezé) sujette à un schéma d'évolution plus ou moins similaire. Les travaux en cours nous dévoilent en effet régulièrement l'importance de cette cité pictone tant
  • sur le plan de sa structure urbaine que sur son activité économique liée à la Loire. Classée aujourd'hui dans les villes secondaires, il n'est pas impossible que cette cité ait été au cours du Haut-Empire un site économiquement, de première importance. La réunion de ces quatre
  • villes antiques dans ce projet collectif de recherche est basée sur deux données bien précises : - D'abord, ces quatre sites ne peuvent en aucun cas être aujourd'hui assimilés à des villes même de faible importance. L'essor urbain de Rezé, relativement récent, est lié en fait au
  • développement de Nantes et, il y a encore peu de temps, cet espace était surtout caractérisé par un paysage rural. Le premier point commun de ces sites se trouve donc être la disparition au cours de l'Antiquité tardive de la structure urbaine et des activités qui lui sont liées. - Ensuite
  • , les problématiques de recherche sur les villes antiques de l'ouest de la Gaule restent encore relativement limitées. Ces quatre sites bénéficient de la présence en permanence de chercheurs favorisant ainsi le développement d'études scientifiques propres au site ou plus globales
  • . Rezé est par contre plus distante et ne fait probablement pas, en plus de son appartenance à la Gaule aquitaine, partie de la même zone d'influence. Au cours de l'année 1993, des réunions organisées à tour de rôle sur chaque ville nous aurons permis de nous présenter les sites et
  • les problématiques qui y sont développées. Ces dernières sont dans l'ensemble différentes : - A Corseul, les fouilles programmées de Monterfil II commencées en 1987, abordent le plus souvent des bâtiments à caractère commercial. -A Jublains, ces dernières années, les travaux
  • désigner des faits identiques. Le Centre National d'Archéologie Urbaine de Tours a déjà mis au point un tel lexique classé en plusieurs rubriques. Pour des raisons de commodités il était intéressant 3 d'organiser notre thésaurus à partir de ces grandes rubriques du C.N.A. U. et
  • ensuite de mettre au point, en deuxième niveau, une liste de termes retenus applicables sur chacun des sites. Un outil similaire pour le mobilier est également à réaliser. Un travail d'inventaire des collections archéologiques du département des Côtes d'Armor nous amène actuellement à
  • réfléchir sur un outil informatisé de gestion du mobilier dans les dépôts de fouille comprenant une liste de termes spécifiques. Ce lexique reste simple et est surtout créé pour une gestion de mobilier datant de la Préhistoire au Moyen-Age. Il peut cependant servir de point de départ à
  • essayé de regrouper ces termes en quatre catégories différentes. Cette classification est encore au stade de projet et des modifications peuvent y être apportées. La définition du statut n'offre pas beaucoup de possibilités et permet de faire un premier tri dans les données. Ensuite
  • cette opération. Cette base de données comprendra rapidement une quantité non négligeable d'informations. La gestion informatisée de cet outil est nécessaire. Chaque chantier dispose déjà d'un parc informatique propre sur lequel différents travaux d'inventaire ont déjà été réalisés
Les premier peuplements de l’ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne (2018) (Les premier peuplements de l’ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne. Rapport de PCR 2018)
  • opération préventive de diagnostic
  • Les premier peuplements de l’ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne. Rapport de PCR 2018
  • d'activités 2018 Anne-Lyse RAVON1 et Marine LAFORGE2 (dir.) 1 The British Museum - UMR 6566 CReAAH 2 Éveha - UMR 6566 CReAAH Rennes Décembre 2018 Rapport final d’opération 2018 – PCR Paléo Bretagne Les données présentées dans ce rapport présentent les résultats issus des
  • – PCR Paléo Bretagne 5 Rapport final d’opération 2018 – PCR Paléo Bretagne 6 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au
  • , au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la
  • faire le point sur les actions déjà réalisées, de produire une synthèse actualisée, et de proposer une nouvelle approche pour la recherche sur les premiers peuplements de la région. Nous dressons ici le bilan des activités réalisées en 2018, qui se sont de nouveau intéressées au
  • anthropiques sur les zones de concentration de mobilier lithique connues ou mises au jour récemment par la prospection. 10 Rapport final d’opération 2018 – PCR Paléo Bretagne  Dresser un inventaire des dépôts pléistocènes préservés dans la région pour leur potentiel archéologique ou
  • partir de la base de données Patriarche du SRA. Toutefois, si ces travaux universitaires ont eu tendance à se multiplier depuis quelques années, ils restent encore trop peu nombreux au vu de la quantité de matériel disponible, et souvent déconnectés entre eux, du fait des différentes
  • au DGPS des différents dépôts sédimentaires est d'obtenir un calage altitudinal précis permettant d'affiner les raccords et les 13 Rapport final d’opération 2018 – PCR Paléo Bretagne corrélations stratigraphiques entre les sites et de mieux quantifier les mouvements de
  • (d’après Waelbroeck et al., 2002 et Shackleton, 1987). Présentation des logs étudiés sur le littoral armoricain, in : Laforge, 2012. 14 Rapport final d’opération 2018 – PCR Paléo Bretagne Fig. 2 : Calage chronologique des occupations paléolithiques étudiées lors de travaux récents
  • secteurs mal connus ou menacés, sur des découvertes de mobilier lors de ses opérations, et participe activement au recensement et à la formation des prospecteurs. 18 Rapport final d’opération 2018 – PCR Paléo Bretagne Fig. 4 : Organigramme du CReAAH (source https://creaah.cnrs.fr
  • contactent tout au long de l’année, mais nous n’avons pour l’instant pas entamé de collaboration avec tous. 19 Rapport final d’opération 2018 – PCR Paléo Bretagne Nom RAVON Anne-Lyse Spécialité Archéologie Rattachement paléolithique, étude The British Museum, Department Britain
  • -Brest Géomer TOULARASTEL Jean-Pierre Prospection CFRA Tabl. 1 : Composition de l'équipe scientifique. 21 Rapport final d’opération 2018 – PCR Paléo Bretagne OPÉRATIONS DE TERRAIN / TRAVAUX DE LABORATOIRE (2018) Axe « Cadre chronostratigraphique » Diagnostic pollinique de sept
  • , de la représentativité des données (mélange de flore, diversité taxonomique et équilibre des spectres) et de la nature du palynofaciès. Pour ce faire, une certaine surface de lame (3 lignes) est lue au grossissement 23 Rapport final d’opération 2018 – PCR Paléo Bretagne x 500
  • DIRECTION RÉGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES DE BRETAGNE SERVICE RÉGIONAL DE L'ARCHÉOLOGIE Projet Collectif de Recherche « Paléo Bretagne» LES PREMIERS PEUPLEMENTS DE L'OUEST DE LA FRANCE : DÉPÔTS PLÉISTOCÈNES ET OCCUPATIONS PALÉOLITHIQUES DE LA RÉGION BRETAGNE Rapport
  • caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits
  • /Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Rapport final d’opération 2018 – PCR Paléo Bretagne SOMMAIRE SOMMAIRE
  • .................................................................................................................................................................................................18 COMPOSITION DE L’EQUIPE SCIENTIFIQUE.....................................................................................................................................................19 OPÉRATIONS DE TERRAIN / TRAVAUX DE LABORATOIRE (2018
  • d’opération 2018 – PCR Paléo Bretagne INTRODUCTION Le programme collectif de recherche « PCR Paléo Bretagne » qui a débuté en 2015 arrive désormais à l’issue de quatre années de fonctionnement. Suite à des changements professionnels, et notamment au départ d’Anne-Lyse Ravon en stage post
  • -doctoral au British Museum, nous avons décidé de ne pas reformuler de demande d’opération pour ce PCR en 2019. Toutefois, nous poursuivrons certaines de nos activités, comme l’actualisation de la base de données créée en 2015, ou les contacts avec les prospecteurs, mais de manière plus
  • informelle pour l’instant. Les différents apports de ce PCR entre 2015 et 2017 sont présentés dans le rapport de triennale de 2017, et les activités de 2018 dans ce volume. Ce projet avait été mis en place fin 2014 afin de développer une approche unifiée de la recherche sur le
  • ; - tous ces gisements ont été découverts dans le cadre de différents travaux de recherche programmée : le Paléolithique régional échappe donc en partie à l’archéologie préventive, que ce soit en diagnostic ou en fouille ; - les travaux concernant le paléolithique régional sont
RAP00648.pdf (DOUARNENEZ (29). les plomarc'h tosta. rapport de fouille préventive)
  • DOUARNENEZ (29). les plomarc'h tosta. rapport de fouille préventive
  • sont atteintes dans l'angle. Une analyse des sols du sondage J5 est en cours, mais ne m'est pas encore parvenue. LE VENDREDI 2 SEPTEMBRE ET LE 3 SEPTEMBRE 1977. Il est temps d'entreprendre les travaux préliminaires à la clôture du chantier : lever des plans, mise au net des coupes
  • O 3 N z W . m 2 tri r * (D- -i CD Les Editions Marque déposée Audierne — Reproduction (Finistère) interdite ^icWà ijaajc ^ . t u M Y^mm e» FOUILLE DE SAUVETAGE DE L'USINE ROMAINE DE SALAISONS (15 août au 4 septembre 1977) Département : FINISTERE
  • , pourtant peu profonde, n'a jamais été bousculée. VENDREDI 2 6 AOUT 1977. Il pleut tellement le matin que le travail n'est pas possible. Seule une petite équipe reste sur le chantier, car nous avons décidé de vider les cuves déjà visitées à l'époque moderne au moyen d'une pelle mécanique
  • et écailles indiquent que l'on traitait le poisson dans cette partie du couloir, à moins que l'on ait laissé dans l'angle quelque reste de balayage. TROISIEME SEMAINE DE FOUILLES. LUNDI 29 AOUT 1977. Le travail se poursuit selon l'organisation adoptée en fin de semaine. Au quatre
  • - MARDI 30 AOUT au JEUDI 1er SEPTEMBRE. 1977 Le décapage des sondages se poursuit régulièrement, assez lentement car il faut décaper à la truelle le cailloutis qui recouvre le sol. En G5, dans le sol, une ornière marque l'emplacement de la route d'un chariot. Sur le sol du couloir, les
  • , fin du marquage, mise en sacs et en boites, etc... LE DIMANCHE 4 SEPTEMBRE 1977. Il convient de rendre propre les locaux de l'école - J- 10 - Ferry. RESULTATS DE LA CAMPAGNE DE F O U I L L E DE 1977. La campagne de l'année surtout des confirmations Confirmation au 1
  • . - : . - . ' ; v . : s' % : "" ^ - ,: ' A . . - « ' L'ETABLISSEMENT ROMAIN E MEDIEVAL DE PLOMARC'H EN DOUARNENEZ Fouilles Directeur de (FINISTERE) sauvetage des fouilles au c o u r s : R. de l ' é t é SANQUER 1978 N> ro 10 • > 03 "O. Q) O CD CQ fi) ID T m CD 3 H CL
  • d'Archéologie Antique et Médiévale du Bu.ZZe.tXn de Za SocZeté a.A.chêoZogZque du FInZàtene (1975, pp. 64 à 69 ; 1976, pp. 42 à 52), et dans la chronique de la circonscription de Bretagne, GaZZZa, 1977, 2. La recherche s'insère dans l'importante question de Z' ZnduAt-iZe des ¿aZaZion-i en
  • complexe industriel. A ce titre, sa fouille présente un intérêt scientifique de premier plan. Résumons très schématiquement les résultats majeurs obtenus jusqu'ici. 1°) - Une première occupation de la fin de la Tène III au début du Ild siècle après J.-C. est attestée mais sa forme n'est
  • )OOMVvjIVV1^ - 2 - 80 m3 et les plus petites 45 m3, soit une contenance moyenne de 2000 m3. 3°) - Cette usine est détruite lors des invasions de la décennie 270 ap. J.-C. 4°) - Une première réoccupation a lieu du début au milieu du IVè siècle, 5°) - Une seconde réoccupation à
  • ) était unique dans la région et ne pouvait manquer de poser des problèmes d'origine aux occupants médiévaux. En 1977, s'est poursuivie la fouille de l'unité de production n° 2, comprenant 16 cuves groupées symétriquement. Voici, sommairement, le résumé du journal de fouille : PREMIERE
  • SEMAINE DE FOUILLES LUNDI 15 AOUT 1977. Arrivée des fouilleurs logés à l'école Jules Ferry à Douarnenez, grâce à l'obligeance de M. le Maire, de M. l'Inspecteur d'Académie et du Directeur de l'école. L'équipe se compose de : R. SANQUER, Directeur des Antiquités , Directeur du chantier
  • . G. SANQUER, Professeur au Lycée de Brest, intendance. J. SIRAUDEAU, imprimeur, correspondant des Antiquités historiques à Angers, M.C. SIRAUDEAU, épouse du précédent. Tous deux archéologues très confirmés. - 3 - J.-P. BARDEL, Agent technique à la D.A.H.B, dessins et
  • des sols. A. GUILLOU, étudiante. D. BRIGANT, étudiante, archéologue confirmée (5 ans de fouilles). MARDI 16 AOUT 1977 Le matin, il pleut. Cours technique en salle sur le quadrillage du terrain et le fonctionnement du niveau de chantier. Implantation du chantier à 11 h. Deux équipes
  • . Brigant. Une première monnaie de bronze est trouvée au cours du décapage superficiel, dans la cuve n° 5 -—une monnaie de Constantin au type GLORIA EXERCITUS— mais, si elle confirme l'occupation des lieux au IVè siècle, sa position hors stratigraphie n'apporte aucune indication précise
  • Izella, le bois d'en bas, nous apprend qu'un taillis y prit la suite des habitations. > h Ô v ^ OAjL^ - MERCREDI 17 AOUT 1977 Les équipes de travail mises en place la veille continuent leur ouvrage. La décision est prise de fouiller les cuves en quadrants : ainsi la progression
  • vestige quelque peu notable. JEUDI 18 AOUT 1977. Poursuite du même genre d'activité. Descente progrèssive dans les cuves. Aucune formation originale n'apparaît. VENDREDI 19 AOUT 1977. Poursuite du travail dans les cuves 5 et 8. Les résultats obtenus jusqu'ici sont assez décevants. La
  • . La cuve n° 11 est entamée sur trois quadrants. La poterie médiévale, parfois ornée de damiers, est mêlée à la poterie romaine (céramique sigillée de Lezoux, Illè siècle). Cette dernière provient des couches romaines perturbées au Moyen-Age. Par contre, dans la cuve n° 5, il
  • devient de plus en plus évident que le remblai est moderne ; des fragments de faïence proviennent de la zone profonde. I ! i i I O :í X'a ¿ . I i s 4 AMPHORE TYPE DRESSELIA P'ömarc'h 1977 (29 77 01 E8C2 03) HË S t CHU, ¿ : POUARMENEZ Cuve $ - Couhe PLOMARC'H 0uesfc
  • . SAMEDI 20 AOUT 1977. La situation est stationnaire dans tous les sondages. Il apparait de plus en plus que les cuves nn° 5 et 8 ont été fouillées à l'époque moderne, tandis que seules, les cuves nn° 10 et 11 montrent*des couches médiévales originelles. En particulier, des réparations
RAP02823.pdf (MERDRIGNAC (22). parc d'activités de la Héronnière. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • MERDRIGNAC (22). parc d'activités de la Héronnière. rapport de diagnostic
RAP01254.pdf (JANZÉ (35). la Tullaye. la Huberdière. habitat du haut Moyen Âge. rapport de fouille préventive)
  • JANZÉ (35). la Tullaye. la Huberdière. habitat du haut Moyen Âge. rapport de fouille préventive
  • CONCLUSION : BILAN ET PERSPECTIVES 81 BIBLIOGRAPHIE 83 ANNEXE Liste des photographies Photographies 89 74 76 77 REMERCIEMENTS Les auteurs du présent rapport tiennent à remercier vivement : - le Conseil général d'Ille et Vilaine, maître d'ouvrage de la déviation routière de Janzé
  • Mise au net des plans : Stéphane BLANCHET Photographies : Gilles LEROUX Rédaction, frappe et mise en page du rapport : Françoise LE BOULANGER Gilles LEROUX LISTE DES BENEVOLES BELLANGER Karine, Marti gné-Ferchaud BRINDEJONC DES MOULINS Anne-Mathilde, Le Minihic-sur-Rance DALIBOT
  • d'une emprise routière devant englober, à moyen terme, une zone de dépassement à quatre voies. Au cours de nos travaux, la surprise est venue de la densité des vestiges qui s'est révélée très importante, mais également de leur extension tout-à-fait remarquable dans la parcelle 60. De
  • les mois d'été. L'aide technique et logistique (bureau, cabane de chantier, branchement E.D.F.et téléphone) nécessaire au bon fonctionnement de l'opération a été apportée par la D.R.I. et l'entreprise de travaux publics BROUGALAY. D)- Les méthodes de fouilles mises en oeuvre
  • contexte archéologique G)- Les sources historiques 11 PRESENTATION GENERALE DES VESTIGES ARCHEOLOGIQUES A)- Les principaux types de structures mis au jour B)- L'organisation générale du site C)- Le mobilier archéologique D)- Les grandes périodes chronologiques attestées 20 PREMIERE
  • loti 6.1.2. le lot II 6.1.3. le lot III 6.1.4. le lot IV 6.2)- le mobilier archéologique et proposition de datation 6.3)- tentative d'interprétation 7)- La mise au jour d'une plaque en schiste ardoisier taillée 51 53 65 DEUXIEME PARTIE : ETUDE COMPAREE DE LA TULLAYE AUX HABITATS
  • 10.2)- une occupation des sites de l'époque gallo-romaine au Moyen Age 10.3)- à propos de la gravitation des sites du haut Moyen Age autour d'un pôle gallo-romain 11 )- La singularité du bâtiment excavé d'époque mérovingienne de Janzé 12)- L'organisation systématique de l'habitat à
  • qu'ils ont porté au site; - l'entreprise BROUGALAY, maître d'oeuvre de la déviation, qui a su être à l'écoute de nos besoins logistiques; - Monsieur Michel VAGINA Y, Conservateur Régional de l'Archéologie, et Mademoiselle Anne VILLARD, Conservateur au Service Régional de l'Archéologie
  • Philippe LANOS, Chargé de Recherche au C.N.R.S., Laboratoire d'Archéométrie, U A 804, Université de Rennes I, qui a examiné le four domestique du bâtiment excavé F.640; - Le Centre Régional d'Archéologie d'Alet, et plus particulièrement Madame Catherine BIZIEN et Monsieur Loïc LANGOUET
  • , dans le cadre de la post-fouille. Ainsi, durant la semaine du 09 au 13 Janvier 1995, nous avons pu confronter les données issues de la fouille de Janzé à celles de nombreux chantiers en Normandie, dans le Bassin Parisien et en Picardie. Nous avons également pu visiter les musées de
  • chaque fois un accueil chaleureux et nous ont fait part de leur expérience, toujours enrichissante, à propos de la structure générale des habitats, de la céramique ou des reconstitutions de bâtiments du haut Moyen Age : - Monsieur Didier BAYARD, Ingénieur de Recherches au S.R.A. de
  • Picardie, responsable de la fouille de Juvincourt-et-Damary (02), spécialiste de la céramique gallo-romaine et du haut Moyen Age; - Monsieur Pascal COUANON, Technicien de Recherches au S.R.A. de Basse-Normandie, responsable de la fouille de l'habitat du haut Moyen Age du site des
  • « Gaudines » à Vieux (14); - Monsieur Vincent HINCKER, archéologue contractuel A.F.A.N., qui consacre ses travaux universitaires à l'étude de la céramique du site de Vieux; - Monsieur Léonce DEMAREZ, archéologue belge, responsable de l'Archéosite d'Aubechies (Belgique); - Monsieur
  • François FICHET DE CLAIREFONTAINE, Conservateur du Patrimoine au S.R.A. de Basse-Normandie; - Monsieur Alain NICE, archéologue amateur, responsable de la fouille de l'habitat et de la nécropole mérovingienne de Goudelancourt-Les-Pierrepont (02), et responsable du service éducatif au
  • , que nous avons mis au jour dans le courant du mois de janvier 1994 (prospection terrestre), un gisement de tegulae, près du lieu-dit La Tullaye sur la commune de Janzé. Ces vestiges, constitués essentiellement par des débris épars de tuiles gallo-romaines et par quelques fragments
  • l'axe RennesAngers, leur validité devait être contrôlée. B)- La mise en place de l'opération de fouilles archéologiques : (fig. 4) La déclaration de cette découverte au Service Régional de l'Archéologie de Bretagne a été suivie d'une opération de diagnostic archéologique, organisée
  • en concertation avec la Direction des Routes et Infrastructures du Conseil général d'Ille et Vilaine, maître d'ouvrage de la déviation de Janzé. Cette intervention, dirigée par Anne VILLARD, Conservateur au Service Régional de l'Archéologie, a mis en évidence des vestiges antiques
  • ce fait, le temps imparti à la fouille (du 15 juillet au 15 octobre 1994) n'était plus suffisant pour traiter la totalité des vestiges. Sa durée a donc été allongée d'un mois (du 1er au 31 décembre 1994), mais limitée cette fois, à la seule emprise de la route à deux voies devant
  • phases : du 15 juillet au 15 octobre d'abord, puis du 1er décembre au 31 décembre 1994. Elle a été conduite par une équipe de sept archéologues contractuels de l'Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales, renforcée par la participation de bénévoles essentiellement durant
  • : L'opération de terrain a débuté par le décapage de la terre arable sur une surface d'un hectare; il a été réalisé avec l'aide d'une pelle mécanique à chenilles munie d'un godet lisse de deux mètres de large. Pendant cette première phase des travaux qui a duré près de cinq semaines
RAP02201.pdf (HOËDIC (56). projet archéologique îles d'Hoëdic et de Houat : alignement du Douet)
  • HOËDIC (56). projet archéologique îles d'Hoëdic et de Houat : alignement du Douet
  • rapport direct avec la donnée connue de Penerf, petit port du littoral continental au nord d'Hoedic4. Nom Penerf Latitude 47°30'42"N Longitude 2°37'24"W Zone 11 PHM 610 PM95 545 PM45 430 NM 328 BM45 205 BM95 75 PBM 5 Zéro hydro -3,21 m NGF Une fois ce point de
  • référence choisi, il a fallu prendre un point de repère sur l'île dont l'altimétrie par rapport au zéro hydro était connue. La lampe du phare à l'entrée du port actuel d'Argol est positionnée sur la cote 10 m des cartes marines. Avec un niveau de chantier, ce point a été reporté sur
  • Référencé par rapport au phare d'Argol Hauteur d'eau en marée de VE (95) 10,00 7,13 Penerf 5,15 11,94 NGF 5,15 9,07 NGF Le point de référence de la fouille est donc situé à 9,07 m NGF en altimétrie. Il est positionné à la base de l'amer, matérialisé par une bande blanche
  • polymérisée adhérente au support. C'est donc à partir de ce référent altimétrique que toutes les données de la fouille seront calculées. L'axe de départ, qui déterminera la nomination des carrés de fouille, est situé en rapport avec l'alignement général des blocs, notamment entre M2 et M4
  • . Il a été déterminé lors du sondage d'évaluation initial. Son orientation est 54° - 234° par rapport au nord magnétique. Un axe orthogonal au contact avec le bloc en élévation M2 a été choisi à son tour. Ces deux axes déterminent la numérotation des carrés allant de 1 à X sur l'axe
  • abscisse, ordonnée et profondeur puis relevé en sachets selon le secteur de fouille. Les sachets et objets de matériel archéologique ont été ensuite inventoriés sur fichier Excel. Tous les ans, le bilan annuel présenté au Service régional de l'Archéologie faisait le point sur les
  • premières approches géologiques. Les fouilles anciennes. Au siècle dernier, les travaux des Péquart (1954) avaient non seulement permis la découverte de vestiges archéologiques préhistoriques mais aussi d’obtenir la première description d’une stratigraphie, à l’ouest de la « nouvelle
  • PROJET ARCHÉOLOGIQUE ILES D’HŒDIC ET DE HOUAT HŒDIC ALIGNEMENT DU DOUET Opération de fouille programmée pluriannuelle n° 2006/209 par Jean-Marc LARGE Valérie DELOZE Emmanuel MENS Année 3 : 2006 - Bilan de synthèse Rennes : Service Régional de l’Archéologie de Bretagne 2006
  • de fouille. Les travaux connexes à la fouille ont déjà débuté. Un certain nombre de recherches sont soit publiées soit en cours de traitement : - - Une recherche sédimentologique, animée par Valérie Deloze, géologue à l'INRAP Grand Ouest, antenne du Mans, avec la collaboration
  • réalisé au GPS centimétrique par Gilles Janin, informaticien. L'appareillage a été confié par la société Thalès dans le cadre d'un partenariat d'entreprise. Une étude de gestion des blocs de granite mis en place pour l'alignement. Elle est réalisée par Emmanuel Mens, archéologue. Trois
  • datations radiocarbone sont demandées au centre de datation par le radiocarbone de l'université Claude Bernard Lyon 1. Deux concerneront des charbons de bois, l'un découvert dans le vieux sol, contemporain de la mise en place des menhirs, l'autre associé étroitement au foyer près du M1
  • : X = 206,450 Y = 2273,550 Z = 9 m (point origine chantier : 9,07 m NGF) Commune : Hoedic Lieu-dit ou adresse : Argol (le Douet) Cadastre : 3 année : 1971 section : AC parcelle : n°2a PROBLEMATIQUE GENERALE Les îles d’Houat et d’Hoëdic, au Sud de l’entrée du Golfe du Morbihan
  • travail est la suivante : Dès le Mésolithique, cette position géographique a été reconnue par les dernières populations prédatrices (Ilot de Melvan à Houat et Port-Neuf à Hoëdic) mais c’est au Néolithique et à l’Age du Bronze qu’une recherche systématique des endroits privilégiés a été
  • généralisée. Ainsi, au cours de ces périodes, les deux îles ont connu une forte anthropisation où marques du profane et du sacré abondent. Initié en 2002, le programme archéologique centré sur la Préhistoire récente des îles de Houat et d'Hoedic a débuté par une prospection-inventaire sur
  • l'état végétal pendant une période comprise entre le Néolithique moyen et la période actuelle (Delalande et al. 2004). En 2004 a débuté une fouille pluriannuelle concernant un alignement de blocs en granite, dont le présent bilan livre les derniers résultats. Les objectifs sont les
  • suivants : - Connaître la période de mise en place de l'alignement et son contexte chronoculturel. - Approcher les méthodes de mise en place des blocs. - Approcher les raisons d'un tel choix structurel. - Intégrer les données paléoenvironnementales. Le bilan 2006 des fouilles
  • archéologique visible en coupe de falaise. - Un site limité dans l'espace et ne comprenant en apparence que quelques blocs érigés. - Une facilité d'accès. Le cadre de publication est maintenant à jour. Il proposera les parties et les chapitres suivants. Le présent rapport composera la
  • moyen A. Du zoom au panoramique : les gestes symboliques d'accompagnement. 1. Le menhir M1 2. La céramique du M1 3. Les petites stèles anthropomorphes 4. Les dépôts de galets 5. Les dépôts de haches polies 6. Les autres éléments (céramiques et lithiques) B. Du zoom au panoramique
  • menhirs isolés 4-1. Le menhir du Phare 4-2. Le menhir couché D. Du zoom au panoramique : Pourquoi de telles constructions ici ? 1. Opposition Hoedic / Houat 2. Dans le contexte du pourtour du Golfe du Morbihan et de la Baie de Quiberon. 3e partie : Que devient l'alignement du Douet
  • d'épicentres de séisme de l'Ouest de la France" (Cassen 1987). 7 Cela implique de grosses différences visibles dans l'illustration de la variation des niveaux marins au cours de la Préhistoire récente et empêche d'avoir une vision claire des oscillations marines lors de la période qui
RAP02278.pdf (PLOUNEOUR-MENEZ (29). Pont-Glas. les occupations humaines en abri sous roche en Bretagne. rapport de fp 1 2007)
  • PLOUNEOUR-MENEZ (29). Pont-Glas. les occupations humaines en abri sous roche en Bretagne. rapport de fp 1 2007
  • de la Recherche Scientifique Centre Départemental d'Archéologie du Finistère Rapport de fouille programmée - 2007 Les occupations humaines en abri-sous-roche en Bretagne : Pont-Glas (Plounéour-Ménez, Finistère) PREMIER RAPPORT DE FOUILLE PROGRAMMÉE - A N N E E 2 0 0 7 Travaux
  • du Mésolithique en Bretagne. D'abord concentrées sur le littoral et sur les amas coquilliers, les travaux sur le Mésolithique ont migré vers l'intérieur de la péninsule, par petites touches au cours des années 1970, puis avec une plus grande ampleur au cours des années 1990. Après
  • . L'attribution de principale et secondaire est : sondage ; PROS : prospection). 7 Rapport de fouille programmée - 2007 A 10 km au sud de Pont-Glas, le site de La Presqu'île à Brennilis est également important à signaler (Gouletquer et alii, 1996 ; Marchand, 2001, 2005 a et b). Même si
  • Plounéour-Ménez (Finistère), à 2.250 m au nord-est du bourg. Il est installé sur un plateau, à proximité d'une 8 Rapport de fouille programmée - 2007 rupture de pente qui annonce un ruisseau au sud. Un autre thalweg borde à l'est ce plateau. Ce ruisseau est tributaire du Coatoulzac'h
  • étoile bleue (extrait de la carte géologique). 9 Rapport de fouille programmée - 2007 2.2. Géologie (M. Le Goffic) Le site de Pont-Glaz se trouve au cœur d u massif granitique de Plounéour qui est u n granité monzonitique porphyroïde faisant partie du grand ensemble granitique dit
  • sous roche, objet de ce rapport. 2.3. Description de l'abri D ' u n e surface de 20 m 2 environ, la zone abritée est encadrée par deux blocs granitiques inclinés qui se chevauchent, le bloc 1 au sud passant par-dessus le bloc 2 au nord (figure 5). Le bloc 1 mesure environ 5,10 m de
  • (photographie G. Marchand). Figure 8. Entrée occidentale de l'abri, avec le petit muret entre les blocs 2 (à gauche) et 1 (à droite) (photographie G. Marchand). 13 Rapport de fouille programmée - 2007 Un talus borde le site au sud-est, avec un fossé de 0,80 m de large sur son flanc
  • « monolithe ») planté de chant dans le talus. Ces remaniements liés au travail de la pierre 14 Rapport de fouille programmée - 2007 se traduisent par des pierres aux arêtes encore vive, indice de leur caractère récent. Les arêtes des pierres environnant le bloc 4, dans les carrés devant
  • numériques devant l'abri (bandes 20 et 21), et p a r dessins u n i q u e m e n t à l'intérieur (bandes 22 à 28). Le sommet des pierres significatives a été relevé au tachéomètre laser. Le dessin de ces empierrements n'est pas encore 15 Rapport de fouille programmée - 2007 disponible
  • d'arène chargée de limon noir soit en continuité avec l'US 5.3 et l'US 6 ; cette compréhension des liens entre ces US homogènes de l'abri est u n des objectifs des travaux complémentaires d e m a n d é s au SRA p o u r 2008. C'est dans ces unités sédimentaires que n o u s avons
  • %) A la base d e B2, au contact d u rocher, revêtement gris foncé et, avec chevelu racinaire plaqué. Tableau 3. Description des horizons pédologiques devant l'abri (carré020 et 021) (M. Le Goffic). 20 Rapport de fouille programmée - 2007 Figure 15. Coupe sud des carrés 020 et 021
  • Les occupations humaines en abrï-sous-roche en Bretagne Pont-Glas ^ g (PIounéour-Ménez, Finistère) PREMIER RAPPORT DE FOUILLE PROGRAMMEE - ANNEE 2007 Gregor Marchand et Michel Le Goffic "O Q O^o -Oo o0 O o oo . 6 0n 0^000 V. O.ooo o
  • de la Recherche Scientifique Centre Départemental d'Archéologie du Finistère Les occupations humaines en abri-sous-roche en Bretagne Pont-Glas (Plounéour-Ménez, Finistère) PREMIER RAPPORT DE FOUILLE PROGRAMMEE - ANNEE 2007 Grégor Marchand et Michel Le Goffic Centre National
  • (d'après carte IGN) Parcelle cadastrale Année 1837 mise à jour en 1983 Section F - Parcelle 423 Propriétaire : Christiane et Robert Henry Responsable de l'opération : Grégor Marchand (Chercheur au CNRS - UMR 6566 - Université de Rennes 1) Co-responsable : Michel Le Goffic (Archéologue
  • ordinateur : laurent Quesnel et Grégor Marchand Fouilleurs : Lorena Audouard, Gaël Barracand, Caroline Peschaux, Aurélia Staub, Jean-Pierre Gabrielle Bosset, Jérémie Jacquier, Isabelle Lefèvre, Toularastel. 1 Rapport de fouille programmée - 2007 Résumé Dans le cadre d'un
  • programme sur le fonctionnement des sociétés mésolithiques en Bretagne, il a semblé important de documenter une occupation en abri-sous-roche, susceptible d'offrir un autre spectre d'activités que les grands sites désormais mieux connus. L'abri-sous-roche de Pont-Glas (Plounéour-Ménez
  • fermait un peu à l'origine cet abri et devait faciliter l'installation d'une couverture. Cet abri a été découvert et sondé en 1987 par M. Le Goffic, qui y reconnut un niveau remanié contenant des silex du Mésolithique final et de la céramique gauloise, au-dessus d'un empierrement
  • important pour la Préhistoire régionale. 2 Rapport de fouille programmée - 2007 1. Problématiques de l'intervention 1.1. Comprendre le fonctionnement des sociétés du Mésolithique en Bretagne l Le programme de fouille présenté ici est le prolongement d'une réflexion sur les habitats
  • le réseau de prospection est efficace. Dans nos recherches sur le fonctionnement des dernières économies de prédation en Bretagne, ces sites représentent une masse de données encore largement à exploiter. Les territoires de diffusion des roches débitées au Mésolithique commencent
  • la nature des sites de surface, pour affiner notre v compréhension de l'information disponible. Entre 2001 et 2003, cinq sites choisis au sein du corpus de sites de surface ont pu être sondés, en des contextes topographiques variés. Kerliézoc (Plouvien) reposait sur une pente
RAP03882 (CARHAIX-PLOUGUER (29). Park d'activité Kergorvo. Raport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). Park d'activité Kergorvo. Raport de diagnostic
  • -ouest et semble parallèle au fossé 401. Il mesure 1,30 m de large et est comblé par un limon argileux brun. Il n’a pas été sondé à cet endroit. 34 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Finistère, Carhaix-Plouguer, Park d'activité Kergorvo Fig. 8 Les fossés 401 et 405 et la
  • auquel le plan des tracés autour de la colline du Moulin à Vent est maintenant presque complet. Diagnostic archéologique Sujets et thèmes Hydraulique Finistère, Carhaix-Plouguer, Park d'activité Kergorvo Rapport d’opération Chronologie Antiquité romaine, Empire romain, Haut
  • Diagnostic archéologique Rapport d’opération Park d'activité Kergorvo 29024 Code INSEE — 2018 - 045 modifié 2019 - 429 Système d’information Code Inrap D1222754 Arrêté de prescription Finistère, Carhaix-Plouguer sous la direction de avec la contribution de Céline Baudoin
  • Françoise Labaune-Jean Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné mai 2020 Illustration de couverture La conduite bétonnée 402. © Céline Baudoin « Le Rapport d’Opération (RO) constitue un document administratif communicable au public dès sa remise au service
  • des figures I. Données administratives, techniques et scientifiques Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public
  • terrain Finistère (29) Commune Carhaix-Plouguer Numéro de l’arrêté de prescription 2018-045 21 au 31 janvier 2020 Adresse ou lieu-dit Park d'activité Kergorvo Numéro de l’arrêté de prescription modificatif Surface diagnostiquée 2019-429 Codes code INSEE 29024 Coordonnées
  • l’opération Céline Baudoin, Inrap 272 m2 soit 9,67% de l'emprise du projet 8 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Finistère, Carhaix-Plouguer, Park d'activité Kergorvo Mots-clefs des thesaurus Chronologie Sujets et thèmes Mobilier Édifice public nb Industrie lithique
  • -infographe DAO / PAO Françoise Labaune-Jean Céramologue Étude et inventaire du mobilier Vincent Pommier, Inrap Topographe Réalisation du plan topographique Équipe de post-fouille 10 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Finistère, Carhaix-Plouguer, Park d'activité
  • vestiges mis au jour sont identifiables entre 40 et 60 cm de profondeur. Toutes les tranchées ont été rebouchées à l’issue de l’intervention. I. Données administratives, techniques et scientifiques 11 Localisation de l’opération Bretagne, Finistère, Carhaix-Plouguer, Park d'activité
  • -Plouguer, Park d'activité Kergorvo Y=6817200 1181p Y=6817150 Y=6817100 Y=6817050 0 emprise du diagnostic archéologique. 1181p numéro de parcelle. 50 mètres I. Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de prescription 13 14 Inrap · Rapport de diagnostic
  • archéologique Finistère, Carhaix-Plouguer, Park d'activité Kergorvo I. Données administratives, techniques et scientifiques 15 16 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Finistère, Carhaix-Plouguer, Park d'activité Kergorvo I. Données administratives, techniques et
  • scientifiques 17 18 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Arrêté de prescription modificatif Finistère, Carhaix-Plouguer, Park d'activité Kergorvo I. Données administratives, techniques et scientifiques 19 20 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Finistère, Carhaix
  • -Plouguer, Park d'activité Kergorvo I. Données administratives, techniques et scientifiques 21 22 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Projet scientifique d'intervention Finistère, Carhaix-Plouguer, Park d'activité Kergorvo I. Données administratives, techniques et
  • scientifiques 23 24 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Arrêté de désignation Finistère, Carhaix-Plouguer, Park d'activité Kergorvo II. Résultats II. Résultats 27 1. Le cadre de l'opération 1.1 Circonstances de l’intervention Un dossier de demande de permis de
  • Vorgium qui se sont succédés durant la période romaine. 28 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Finistère, Carhaix-Plouguer, Park d'activité Kergorvo Les contextes ainsi que les caractéristiques de ces découvertes étant déjà bien étudiés (Provost et al. 2013, Lotton 2019
  • . C’est pourquoi, malgré le soin apporté à l’élaboration de la documentation, flaques et boue peuvent apparaître sur les clichés présentés dans ce rapport. 30 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Finistère, Carhaix-Plouguer, Park d'activité Kergorvo 2. Présentation des
  • archéologique Finistère, Carhaix-Plouguer, Park d'activité Kergorvo Fig. 5 Vue générale de la tranchée 2. © Céline, Baudoin 2.3 La tranchée 3 La tranchée 3, longue de 32 m, a permis de mettre au jour trois linéaires (Fig. 3). Des dalles et blocs de schiste répartis dans une bande de 1,40
  • Les empierrements 403. © Philippe Cocherel 36 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Finistère, Carhaix-Plouguer, Park d'activité Kergorvo 3. Note sur le mobilier par Françoise Labaune-Jean L’intervention de diagnostic menée en 2020 sur le Park d’activités-Kergorvo à
  • de Vorgium / Carhaix (Finistère). Contribution à l’étude des aqueducs romains, Gallia, 61e supplément. Paris : CNRS, 2013, 351 p. Toron 2013 TORON (S.) — Carhaix-Plouguer (29), ZAC de Kergorvo, Rapport final d’opération archéologique, Limoges : Éveha, 2013, 342 p. III
  • soit sableux ocre. Piédroits et fond de la conduite bétonnée. 2 3 4 44 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Finistère, Carhaix-Plouguer, Park d'activité Kergorvo 3. Inventaire des minutes de terrain N° minute Date Auteur Type de relevé Description 1 2/29/2020
RAP02091.pdf (CARNAC (56). base documentaire des alignements. opérations de terrains 1998-1999-2000. rapport d'étude)
  • CARNAC (56). base documentaire des alignements. opérations de terrains 1998-1999-2000. rapport d'étude
  • numériques : S. Cassen, Ch. T. Le Roux, C. Boujot. - Réécriture d'ensemble, mise en forme et en page du rapport : C. Boujot 2 I Introduction C'est au XVI li ème siècle, au moment où s'éveille l'intérêt de quelques érudits pour les monuments mégalithiques que vont éclorent la réputation
  • du «Petit Ménec» situé non plus sur la commune de Carnac, mais sur celle de la Trinité-sur-Mer. Il s'agissait : - de contrôler la localisation et la position (debout/couché) de chaque bloc par rapport à un plan dressé au XIXè (1872-1874) et à un relevé topographique récent
  • répétition fréquente de ce type d'erreur (8,5% à Kerlescan, 13% au Manio, 3,5% à Kermario) nous a contraint à opérer une confrontation systématique des plans par rapport au terrain, dans le cadre d'une phase de préparation qui s'est imposée comme une 6 condition nécessaire à la
  • Premiers résultats Au terme de cette première intervention, le bilan obtenu s'est révélé positif même si tous les objectifs du projet initialement prévu, n'ont pu être atteints. S'agissant d'un type d'opération encore inédit et expérimental, plusieurs aspects liés à sa réalisation ont
  • perfectionnement des moyens mécaniques, informatiques et photographiques d'enregistrement des fiches, si bien que : - la totalité des sites concernés n'a pu être couverte par ce relevé ; - la comparaison de la position actuelle des pierres par rapport au plan établit au XIXème a été différée au
  • L'intervention de 1998 avait permis de roder une méthode de travail que, par souci de cohérence, nous avons gardé pour 1999. Les premières difficultés rencontrées, dès la lecture des plans topographiques par rapport au terrain, nous avaient amené très rapidement à adopter une
  • Rapport s u r l'opération de t e r r a " n ■: ' 1 " (Mai-Juin 1998^ (Juin-Août 1999) (Janvier-Avril 2000) t par Chru I 1 Boujot et Emmanuel Mens Base documentaire «Alignements de Camac» Rapport sur l'opération de terrain (Mai-Juin 1998) (Juin-Août 1999) (Janvier
  • personnes qui, par leurs compétences, ont contribué au bon déroulement de cette opération : - l'ensemble du personnel du Service régional de l'archéologie qui nous a toujours réservé de bonnes conditions d'accueil et plus particulièrement M. Benoit et P. Balut qui n'ont pas ménagé écoute
  • et services ainsi que D. Guyader qui a dû assurer la saisie électronique des informations de terrain ; - E. Seynave, T. Arnoux et T. Lorho, informaticiens, se sont succédés pour mettre au point la construction, le développement des traitements informatiques de la base de données
  • et qui ont toujours fait preuve d'une grande patience et disponibilité pour nous faire bénéficier de précieux conseils et échanges d'informations ; - H. Paitierqui a mistout son talent au service de l'enregistrementphotographique ; - Ch.T. Le Roux (Conservateur général du
  • patrimoine) et S. Cassen (Chargé de recherches au CNRS) qui nous ont épaulé en mettant leur compétences au service d'une expertise nocturne de traces de gravures ; - J. Vaquero-Lastres, J. Defaix, J.N. Guyodo et G. Hamon qui ont manifesté leur amitié et leur soutien à ce projet par de
  • . Thébault et A Le Magouarou, stagiaires de ce même laboratoire, pour la sympathique cohabitation dans la «maison bleue» et pour leurs nombreux échanges de points de vue ; - J. Rospart pour sa disponibilité et la patience dont elle a dû faire preuve pour nous initier au maniementdu
  • . *** Le partage des tâches pour la réalisation de ce rapport s'est effectué de la manière suivante : - Texte : C. Boujot, E. Mens. - Lexique : E. Mens. - Montage des figures et D.A.O : •C. Boujot :fig. 1, 2,3,7,8,10,11,12,13,15,16,18,19,20,21,22,23,24,25,26,42,43. • E. Mens : fig
  • , puis la notoriété de Carnac. Au fil des mouvements d'idées, des explications proposées depuis les celtomanes jusqu'aux premiers archéologues, ces ouvrages de pierres dressées n'ont cessé d'amasser foule de visiteurs au point d'atteindre aujourd'hui un seuil critique pour leur
  • préservation. Pourtant, parallèlement à la reconnaissance croissante de l'intérêt scientifique et historique des mégalithes à laquelle aboutissaient leurs travaux, certains précurseurs ont oeuvré sans relâche pour leur protection en menant une politique d'acquisition et de classement
  • et des connaissances acquis à leur sujet. En effet, au cours de ces premières investigations plusieurs plans et autant de dénombrements ont été effectués aussi bien par J. Miln qui releva avec précision les alignements de Kermario en 1881, que par Dryden et Lukis (1869), Blair et
  • associée au développement d'un SIG (Système d'Information Géographique), c'est-à-dire d'une technologie informatique privilégiée dans le traitement des informations spatiales et géographiques. Suite à une première et importante phase de recherche documentaire effectuée par C. Rapine
  • . Véritable outil de gestion d'informations géographiques numériques, il peut donner lieu à la réalisation de produits dérivés à destination de plusieurs autres utilisateurs, d'un public plus large. 11-2 Bilan de ia phase 1998 11-2-1 Objectifs et moyens Le but visé était de
  • sur le terrain ont été estimées à une durée totale de trois mois (deux mois à plein temps et deux mois à mitemps) pour procéder au relevé complet du site compris dans les limites des parcelles acquises par l'état, c'est-à-dire à l'exception des blocs hors clôtures et de l'ensemble
  • établi par le cabinet de géomètre L.M Josso ; - de mettre au point un système de numérotation à la fois sur plan et sur le 5 terrain, et procéder au marquage temporaire et discret de chaque pièce à l'aide d'une craie effaçable ; - de concevoir un code descriptif et de l'appliquer à
RAP00668.pdf (GUENGAT (29). Kervouster. rapport de fouille programmée)
  • GUENGAT (29). Kervouster. rapport de fouille programmée
  • fragmentées par l'érosion. Découvert en 1886 par le baron Halna du Fretay, le gisement de Kervouster n'avait fait l'objet d'aucune fouille scientifique. Les premiers travaux furent entrepris au cours de l'été 1974, grâce à l'autorisation et à la subvention du Service des Fouilles ainsi
  • général où sont consignées diverses observations et réflexions. De nombreuses photographies ainsi que des levés de plans détaillés complètent ces renseignements. Cette année, étant donné l'état d'avancement des travaux, une importance toute particulière a été attachée au dessin des
  • sondage de 1974 ne s'est pas confirmée au cours des fouilles suivantes. Il semble que le matériel recueilli dans la couche 2a a été fortement entraîné par la gélifluxion ; il proviendrait d'un unique niveau d'occupation situé à la base de 2b et bien marqué par des traces d'activités
  • taille ou de retouche - débris - nucleus 1 1 1 3 3 8 1 5 113 1217 12 V - CONCLUSION. Au terne d'une série de campagnes de fouilles sur le gisement de Kervouster il est possible de dresser un bilan des résultats obtenus. Il ne faut cependant pas perdre de vue le fait que les
  • . A Rennes, le 15 Novembre 1977 Le Responsable du chantier : an Laurent MONNIER Attaché de Recherche au C.N.R.5. Langue de congélifluxion dans le carré C4 : la couche 4 injectée vient recouvrir une lentille de 3b reconnaissable à ses fentes polygonales. Ef.iâir Section est. Limite
  • 1,1 i ..«s. i RAPPORT SUR S C I E N T I F I Q U E LA G I S E M E N T F O U I L L E DE GUENGAT KERVOUSTER ( 2 9 ) + + + + J U I L L E T 1 9 7 7 INTRODUCTION 1 " 1 " §lîyâïion_du_2isenient Le site de Kervouster (ou Kermouster) se trouve auprès du moulin du même
  • nom et de la ferme de Kervouster Izella ("Kervouster d'en bas"), sur la commune de Guengat, à environ 4 km au Nord-Ouest du bourg (fig. 1). Le gisement s'étend sur environ 4 hectares dans les parcelles 47 et 48, section ZA du cadastre. Il se trouve sur un versant en pente au
  • qu'à la contribution du Conseil Général du Finistère, Je tiens à leur exprimer mes remerciements. Implanté vers le milieu de la parcelle 47, le premier sondage avait démontré que le gisement n'était pas seulement superficiel, mais qu'il s'étendait au contraire jusqu'à plus de 2 m de
  • être rencontrée. Il s'agit d'un linon jaune d'aspect loessique qui fut décapé sur huit mètres carrés. A sa base furent reconnues des traces d'activité humaine sous la forme de traces cendreuses, de tas de déchets de taille, de gros blocs de auartzite épannelés, d'une enclume... En
  • plus profondes ne purent être reconnues qu'en sondage sur moins d'un mètre carré. Elles se composent de sédiments de plus en plus sableux e ^ au fond7 d'un sable rougeâtre où fut découvert un biface sur éclat. L'excavation ouverte en 1974 dût être rebouchée sans être terminée afin
  • de rendre le terrain aux activités agricoles. En août 1975 une fouille de plus longue durée put être entreprise dans un endroit différent, en bordure de la parcelle 47. Un rectangle d'une superficie totale de douze mètres carrés fut ouvert. Au cours de la campagne 197 5 les
  • PLAN DE LA FOUILLE DE KERVOUSTER ET INDICATION DES COUPES. 1 A 'B B C couches. - MISE EN OEUVRE DE LA CAMPAGNE DE FOUILLES II - 1 - 1977 Partjç20§0Χ Nous tenons à renouveler nos remerciements à Madame Louise DIVERRES et à Monsieur Hervé DIVERRES, propriétaires de la
  • parcelle 47, qui nous ont aimablement autorisés à poursuivre ces recherches et nous ont accordé toutes facilités. Monsieur Roger JULE Maire de Guengat, a bien voulu nous héberger dans des locaux dépendant de la Mairie, tout au .long de ces quatre campagnes successives. La fouille s'est
  • déroulée du 4 au 30 juillet 1977. Se sont joints à moi : M. Jean-Roger BOURHIS, Ingénieur au C.N.R.S. Mlle Marie-Thérèse BOURHIS, Conseillère économique et familiale Mr Yves GONTIER, Rédacteur d'Assurances Mme Lucienne HALLU, commerçante Mlle Laurence HALLU, Infirmière Mlle Mireille
  • , Directeur. Ceci nous a permis de maintenir le chantier ouvert plusieurs années de suite et de travailler dans de bonnes conditions quelles que soient les circonstances atmosphériques. La fouille avait et p. implantée dans la parcelle 47, au voisinage du talus qui la limite avec la
  • parcelle 4 8 (fin» 3). En 1977 la zone préservée comprenant la fosse a été entièrement daçapée. Par ailleurs la fouille a pu être poursuivie jusqu'au substrat stérile auquel correspondait plus ou moins le niveau de la nappe phréatique. La technique de fouille n'a pas varié (voir
  • rapports des années précédentes). Le décapage se fait à l'aide de grattoirs ou de petites truelles. Toutes les pièces retouchées ainsi que les éclats ou les débris de grande taille sont notés suivant trois coordonnées. Un cahier par carré est ainsi établi en plus du cahier de fouille
  • coupes. Le matériel recueilli est lavé et trié sur place par les fouilleurs. Les pièces numérotées sont immatriculées à l'encre de chine suivant cette formule : KV 77. BU. 4C. 402 (Kervouster, 1977, carré, couche et numéro de la pièce). III - RESULTATS STRATIGRAPHIES Couche 1
  • humaines peu perturbées : gros nucleus de quartzite, tas de déchets de taille, blocs, traînées cendreuses, fosse creusée dans les couches sous-jacentes. Couche 2c : Limon très argileux, gras au toucher ; couleur homogène : jaune brun terne (10 YR 5,5/4) à l'état naturel;, jaune orangé
  • terne (10 YR 6/4) à l'état sec. Traces charbonneuses très dispersées. Présence de blocs arrondis. Cette couche, très discontinue, correspond essentiellement au remplissage de la fosse (carrés C-3 et C-4) ainsi qu'à quelques traînées sans doute issues de la même structure (carrés C-4
RAP01525.pdf (DOUARNENEZ (29). Trogouzel. rapport de fouille programmée)
  • DOUARNENEZ (29). Trogouzel. rapport de fouille programmée
  • Temple gallo-romain de Trogouzel en Douarnenez (Finistère) RAPPORT SCIENTIFIQUE LE SITE, p. 1 Au bord de la baie de Douarnenez, centre gallo-romain de la production du garum. LE TEMPLE, p. 2-3 - Fanum polygonal (octogonal ou hexagonal) à galerie concentrique. cella et
  • fouillé une première fois en 1894 par le baron Halna du Fretay, qui en donna un plan complet. Des travaux routiers menaçant le site, la Direction des Antiquités Historiques de Bretagne entreprit en 1977 une fouille de sauvetage, A SITUATION GEOGRAPHIQUE ^Cathaixl KERLAZ
  • , quelques tessons de céramique d'Argonne seulement) attestent un regain d'activité sur le site à cette époque. Il n'y a aucune trace de destruction brutale du temple à la fin du Ille' siècle, comme dans bien des vill^'J gallo-romaines d'Armorique, ou au IVe s. On doit plutôt penser à un
  • - Fouille une première fois par Haina du Fretay en 1894. Nouvelles fouilles en 1977 et 1978 sous la direction de M. Michel Clément. CHRONOLOGIE DU SITE ET MATERIEL DECOUVERT, p. 3-5 - Première fréquentation du site dès le début du second âge du fer (stèles, céramique). - Très riche
  • niveau de la Tëne finale (monnaies en or, argent, bronze, céramique, etc...). - Construction et nombreux remaniements au 1er s. ap. J.-C. - Nouvelle occupation intense du site dans la 1er moitié du IVe s., puis abandon des lieux vers 350. CONCLUSION, p. 5 Un classement parmi les
  • (Finistère), qui fut à l'époque romaine une ville prospère, au centre d'une région spécialisée dans l'industrie du garum et des salaisons. Parmi les nombreux vestiges gallo-romains découverts autrefois autour de la baie de Douarnenez, on recensait trois temples de type celto-romain
  • Lanèvry J-v^.. •..f'fq/nürc'h I J. I Lcnisjh.. V \pou!david Trouguar V:ÌJOamezen i — | I Trégouzel Raz 1 Vestiges gallo-romains de la baie de Douarnenez. d'après R„ Sanquer et P. Galliou (1972) . LE TEMPLE. Le grand fanum de Trogouzel, découvert au milieu du XIXe s., fut
  • DU SITE ET MOBILIER DECOUVERT. - Avant le 1er s. av. J.-C. De nombreux tessons de céramique estampée (poinçons souvent inédits svastikas, croix de Saint-André, triangles pointés, esses enchaînées, arceaux pointillés) ont été découverts dans la terre végétale ou mêlés au mobilier
  • la couche d'occupation gauloise quart de statère en bon or, inédit, attribuable aux Ossismes (début 1er s. av. J.-C.). Acquis par la Bibliothèque Nationale. Plaque(s) en bronze, ornée au repoussé d'un décor laténien. Vase en céramique graphitée Tène finale, (début du 1er av. J
  • découverte, malheureusement en assez mauvais état de conservation. - 1er s. Ap. J.-C. Construit au début du 1er siècle, sans doute à l'époque augustéenne, le temple a subi plusieurs remaniements avant de présenter à l'époque flavienne le plan hexagonal ou octogonal qu'il conserva
  • abandon et à un délabrement progressif du bâtiment après 350. CONCLUSION. Le site archéologique de Douarnenez mérite un classement parmi les monuments historiques pour au moins deux raisons : - Le mobilier découvert est d'un exceptionnel intérêt. Le site de Trogouzel est de loin le
  • formation quaternaire à la fin de l'ère gallo-romaine, Quimper. p. 137-145. 2) Articles et ouvrages récents : 1977 : M. Clément : Douarnenez, Trogouzel. Un temple romano-celtique, Archéologie en Bretagne3 15, 1977, p. 20. (P.J.). 1977 : R. Sanquer, CAAM, BSAf3 CV, 1977, p. 52-54.(P.J
  • monuments historiques paraît souhaitable. ANNEXE BIBLIOGRAPHIQUE, p. 7-8. /5t?5 LE TEMPLE GALLO-ROMAIN DE TROGOUZEL en DOUARNENEZ (fiche descriptive de la carte archéologique n° 29 4 13 046 002). LE SITE. Le site archéologique de Trogouzel se trouve aux abords de Douarnenez
  • : celui de Crozon et celui du Menez-Hom ont été détruits ; le fanwn de Trogouzel est le seul encore visible. @ — Mosaïque. CROZGN X _ Statue. I Leçquiffinec Morgt; ! . Inscription Krrn _ Sarcophage. \Lostmarc'h Hj-Gppe. SN ' IC U — Urne. \ .% \Cap, de Monnaie, i l — Cuve
  • de la Pen tre/ ft. aridrein Chèvre PLOWJQcfI. salaisons, Porzay f x I - Substruction. O — Fourneau. O - Fosse. kerandraon Q — Temple . À — Monument PO iE ifVEZ-PORZAY Tréfeur (T) — Tourbe. CD Beuzec préhistorique 'Kefvsljv. J (V/âi Pointe du Prat-Trèanna
  • direction de M. M. Clément DOUARNENEZ, PLAN DU FANUM DE TROUGOUZEL D'après L. Pape (1978) et Halna du Fretay (1894). Le plan de l'édifice est en fait assez différent de celui dressé par les soins d'Halna du Fretay. Le Temple est polygonal (octogonal ou hexagonal) à celta et galerie
  • concentriques.Durant ces deux campagnes de fouilles, un quart de la galerie entourant la cetta (aux murs épais de 2 m) a été dégagé. Un des aspects les plus remarquables du site est l'existence, sous les murs gallo-romains, d'une épaisse couche d'occupation de l'époque gauloise, qui a livré un
  • matériel considérable en qualité et en quantité. Les murs découverts ont encore un aspect relativement spectaculaire puisqu'ils sont conservés sur une hauteur variant de 1 à 2 m. Une consolidation a été entreprise en 1979, qui devrait leur garantir une protection suffisante. CHRONOLOGIE
  • gallo-romain. Ils attestent une fréquentation du site très précoce, peut-être dès le 4e s. av. J.-C., dont une autre preuve était autrefois la présence non loin dede plusieurs stèles de l'âge du fer. ~ 1er s. av. J.-C. Sous les différentes couches d'occupation gallo-romaine, le
  • niveau de la Tène finale s'est révélé très riche : monnaies gauloises en grand nombre, presque toutes inédites, dont une magnifique monnaie en or d'un type inconnu (probablement ossisme), des billons armoricains et des petits bronzes de la Mobilier du 1er s. av. J.-C. découvert dans
RAP01768.pdf (le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • projet collectif de recherches
  • le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches
  • . 6 PCR - Le Mésolithique en Bretagne - Rapport 2001 3. Un rapport, pour dire quoi ? Au cours de ce rapport, plusieurs chercheurs proposent un bilan de leur activité de l'année écoulée. Le fait que ces bilans s'expriment souvent par des articles en cours de publication me semble
  • 2001 Ces travaux sont dédiés à la mémoire de Anne-Elisabeth RISKINE Table des matières L PROBLEMATIQUE 3 1. Le projet de recherche 3 2. Activités entreprises 5 3. Un rapport, pour dire quoi ? 7 II. REUNION 8 Compte-rendu de la réunion du 24 février 2001 à Carnac
  • dans les Côtes d'Armor : résumé de la campagne 2000-2001 47 V. EXPLOITATION DES RESSOURCES MARINES 51 1. La Malacofaune 51 1 PCR - Le Mésolithique en Bretagne - Rapport 2001 2. Reconnaissance de quelques espèces communes de crustacés (crabes et balanes) : application au
  • et définition Gouletquer, G. Marchand, d'un protocole d'analyse commun Y. Pailler, E. Yven Prospections au sol en Finistère, Morbihan, Côtes-d'Armor et Ille-etVilaine Budget Autonome PCR - G. Marchand Autonome Bilan archéographique des sites de Beg-an-Dorchenn, Téviec et
  • " Dupont, Yves Gruet et Anne Tresset (coquilles marines, crabes et faune) Rick Schulting (dates et isotopes à Beg-er-Vil) )|C Figure 1. Les travaux réalisés en 2001 autour du Programme collectif de recherche Sondage, fouille ou prélèvement PCR - Le Mésolithique en Bretagne - Rapport
  • . Elle a permis de présenter un bilan des travaux de chacun. Elle a aussi été la base des échanges qui se sont instaurés en 2001 entre des collègues qui ne se connaissaient encore pas, en évitant tout centralisme dans la circulation des informations. Les activités entreprises sont
  • Blanchet évoque ensuite ses prospections dans le moyen bassin de la Vilaine (sud et ouest de Rennes). Les zones d'influences ligériennes (jusqu'au sud du bassin de 8 PCR - Le Mésolithique en Bretagne - Rapport 2001 Rennes) et nord-bretonnes (au nord) marquent nettement les
  • Société Lorientaise d'Archéologie. La vérification au sol des sites découverts par la prospection aérienne est le moteur de ces travaux de terrains. Bernard Ginet a réalisé pour chaque site une série de fiche sur le modèle proposé par Pierre Gouletquer. A la suite, Gérard Tournay
  • . Ces crédits seront disponibles en avril-mai. Plusieurs occasions de présenter nos travaux doivent être notées. Du 3 au 8 septembre, le colloque de l'UISPP se tiendra à Liège en Belgique. Du 13 au 15 octobre 2001, le colloque mésolithique annuel se déroulera à Tours ; il est
  • imposer la spécificité du traitement de cette période. L'objectif de cette première réunion était de présenter à tous les travaux menés sur le Mésolithique breton. Il faut d'ores et déjà réfléchir à d'autres modes de 10 PCR - Le Mésolithique en Bretagne - Rapport 2001 réunions, sur
  • Le fort développement de l'archéologie préventive en France ces dernières années n'a pas particulièrement profité à l'archéologie préhistorique, et surtout pas à la période mésolithique. A l'inverse, les travaux de prospection au sol, souvent laissés aux amateurs, livrent un
  • la définition des technologies lithiques au Mésolithique. LA PRESQU'ÎLE A BRENNILIS Le site mésolithique de la Presqu'île a été découvert en 1989, lors de la baisse artificielle des eaux du réservoir de Brennilis liée aux travaux de nettoyage du barrage. Une planigraphie avait
  • mésolithiques se rapportant au groupe de Bertheaume et au Mésolithique récent sont présents en nombre dans le labour, mais aussi dans l'horizon limoneux sous-jacent. Les fouilles ne permettent pas de définir la nature exacte de trois fosses creusées dans le granit altéré sur la terrasse
  • : grès lustré, 9-11 microquartzite FL). PCR - Le Mésolithique en Bretagne - Rapport 2001 5. Bilan de la campagne 2001 et projets des campagnes 2002-2003 5.1. UN BILAN DES METHODES DE FOUILLE L'exploration d'un site du Mésolithique en un temps limité est perpétuellement confrontée
  • PROGRAMME COLLECTIF DE RECHERCHE LE MÉSOLITHIQUE EN BRETAGNE Année 2001 Stéphane Blanchet, Catherine Dupont, Yves Gruet, Pierre Gouletquer, Jérémie Josselin, Grégor Marchand, Yvan Pailler, Gérard Tournay, Anne Tresset, Estelle Yven PCR - Le Mésolithique en Bretagne - Rapport
  • : présentation des travaux 8 III. LES SITES MESOLITHIQUES EN FINISTERE : CHRONOLOGIE ET STRATIGRAPHIE 12 1. Problématique générale : pour une nouvelle définition archéologique des sites mésolithiques 12 2. Objectifs des nouvelles recherches de terrain 12 3. Mise en place d'une base de
  • données - Exploitation du fichier Gouletquer 13 4. Principaux résultat de la campagne 2001 14 5. Bilan de la campagne 2001 et projets des campagnes 2002-2003 24 IV. LE MESOLITHIQUE EN COTES D'ARMOR 25 1. Sondages sur le site mésolithique de Kervilien (Côtes d'Armor) 25 2. De
  • l'analyse des pierres taillées à l'hypothèse de territoires restreints et délimités au Mésolithique 27 3. De l'approvisionnement à l'utilisation d'un matériau local au Mésolithique dans la Bretagne intérieure :1e phtanite 39 4. Gestion des matières premières lithiques au Mésolithique
  • Mésolithique en Bretagne - Rapport 2001 FICHE SIGNALETIQUE Numéro d'autorisation : n°200 1 /003 Responsable d'opération : Grégor Marchand L PROBLEMATIQUE 1. Le projet de recherche Ce programme collectif de recherche réunit vingt-cinq chercheurs amateurs ou professionnels (CNRS
  • Universités de Paris I, de Brest et de Belfast - S.R.A. - Service archéologique du Finistère) pendant une durée de trois ans. L'objectif est de coordonner les travaux concernant la période mésolithique sur la Bretagne, en dégageant de nouvelles articulations entre les champs de
RAP02205.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). un quartier de la ville antique de vorgium. les fouilles de la réserve archéologique. rapport de fp 1 2006)
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). un quartier de la ville antique de vorgium. les fouilles de la réserve archéologique. rapport de fp 1 2006
  • ). D) Rapport concernant le séminaire de terrain du 8 au 1 1 novembre 2003. (par Yann Bougio et Gaëlle Martin). TV) Des opérations de sondages en Finistère. A) Le Mésolithique en Finistère : chronologie et stratigraphie - Bilan d'une prospection thématique réalisée entre 2001 et
  • . looÇ L Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée
  • : Organisation des travaux du PCR « le Mésolithique en Bretagne ». THEMES L'espace (organisation du territoire et économie de la matière première lithique) Les systèmes techniques Les fondements archéologiques ACTIVITES Prospections au sol en Finistère, Morbihan, Côtes d'Armor et Illeet
  • l'analyse stratigraphique, l'analyse malacologique et l'analyse lithique du rapport de PCR millésime 2001 et l'analyse des poissons du millésime 2002. Par ailleurs, les travaux sur l'effet de réservoir océanique effectués sur certains prélèvements de ce site sont également arrivés à leur
  • , 5 PCR-Le Mésolithique en Bretagne-2003 mais au-dessus des pierres. Cette date est compatible avec celles obtenues pour le Téviecien, notamment lorsqu'on la rapporte aux nouvelles datations des squelettes humains sur le site éponyme (Schulting, 1999 ; Schulting et Richards
  • devrait quant à lui terminer la sienne au cours de l'année 2004. Tableau 3 : Récapitulation des travaux effectués en 2003. Travaux Sondages Séminaire de prospection dans le Finistère-Sud Etudes de sites et de séries lithiques mésolithiques Nouvelles datations Prospections géologiques
  • Officiants G. Marchand Y. Bougio Blanchet, Yven, Marchand Blanchet, Marchand, Yven Blanchet, Marchand, Tsobgou, Yven Ces différents travaux seront développés dans le rapport qui suit. 6 PCR-Le Mésolithique en Bretagne-2003 Bibliographie du chapitre : Rappel de la problématique
  • programme commun. La réunion a débuté par un tour de table suivi d'une présentation des résultats obtenus par les différents membres du PCR qui n'ont pu se déplacer. Les travaux de Catherine Dupont ont montré que les coquillages avaient des dimensions plus imposantes au Mésolithique et
  • niveaux bathymétriques. Les travaux de N. Brault montrent qu'il existe en Bretagne intérieure des gisements de grès lustré peut-être exploités au Mésolithique. Les investigations seraient menées dans l'intention de reconnaître d'éventuels systèmes de gestion des matières premières
  • lustré ainsi que de nouveaux sites mésolithiques comme néolithiques ». 9 PCR-Le Mésolithique en Bretagne-2003 III) Des prospections géologiques aux prospections archéologiques. A) Rapport de campagne de terrain organisée du 8 au 11 novembre 2003 : détermination des gisements à
  • d'ultramylonites cataclastiques. Ces roches ont en effet été utilisées comme roche de substitution au cours du Mésolithique final armoricain ; Ceci du fait de Péloignement des sites d'habitat de la zone littorale où abonde silex. Supposée être de très mauvaise qualité pour la taille par rapport
  • et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions
  • d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment
  • incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le
  • entreprises en 2003. H) Organisation de la recherche - Compte-rendu de la troisième réunion, (par Estelle Yven). III) Des prospections géologiques aux prospections arcchéologiques. A) Rapport de campagne de terrain : détermination des gisements à ultramylonites cataclastiques armoricaines
  • , (par Rodrigue Tsobgou). B) Un gîte d'approvisionnement en microquartzite, le Crann. (par Estelle Yven). C) Etude pétrographique des outils en ultramylonites armoricaines : détermination des zones d'approvisionnement en matières premières au Mésolithique final, (par Rodrigue Tsobgou
  • atlantique de l'Europe, (par Grégor Marchand et Anne Tresset). B) Les niveaux coquilliers du Mésolithique final en Bretagne : fonctionnement des habitats côtiers et intégration territoriale, (par Grégor Marchand). VI) Analyses archéobotaniques - Pré-rapport d'une étude anthracologique
  • spatiale et territoriale des industries lithiques. Constantes et variantes dans l'occupation du substrat géographique et la gestion des matières premières lithiques au Mésolithique en Bretagne, (par Estelle Yven). Vni) Liste des articles réalisés sur le Mésolithique en Bretagne par
  • , choisis dans des contextes topographiques contrastés et à partir du fichier de Pierre Gouletquer. -Prospections dans le sud Finistère et découverte de soixante-deux nouveaux sites et indices. -Travaux sur l'économie de subsistance et sur les saisons d'occupation des amas coquilliers
  • coordonner les travaux concernant la période mésolithique sur la Bretagne, en dégageant de nouvelles articulations entre les champs de connaissances parcourus par les participants. Ce dialogue concerne particulièrement les travaux sur l'organisation spatiale - très développée en Finistère