Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3977 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00741.pdf (SAINT-JACUT-DE-LA-MER (22). île des Ebihens. rapport de fouille programmée)
  • SAINT-JACUT-DE-LA-MER
  • SAINT-JACUT-DE-LA-MER (22). île des Ebihens. rapport de fouille programmée
  • rapprocher du four de Brétignolles-sur-Mer (Vendée) qui possédait toute une série de couloirs parallèles de largeur identique (ROUZEAU, 1986). Alors que généralement ces fours allongés étaient alimentés en combustible par un de leurs extrémités, le four de l'atelier des Ebihens recevait
  • Loïc LANGOUET RAPPORT DE LA FOUILLE PROGRAMMEE D'UN SITE DE LA TENE FINALE SUR L'ILE PRINCIPALE DES EBIHENS EN SAINT-JACUT (Côtes-du-Nord) / Campagne de Juillet 1986 Loïc LANGOUET RAPPORT DE LA FOUILLE PROGRAMMEE D'UN SITE DE LA TENE FINALE SUR L'ILE PRINCIPALE DES EBIHENS
  • , étudiante, Université de Haute-Bretagne. Grâce à leur collaboration, le programme prévu a été mené à terme dans de bonnes conditions. La fouille se déroulant sur une île (à marée haute) accessible à pied (à marée basse), il a fallu combiner des moyens nautiques et terrestres. Le local du
  • Ce.R.A.A à Saint-Malo a constitué le centre logistique de l'opération. Nous avons disposé de subventions pour un total de 15.000 F : 14.000 F par TA.F.A.N et 1.000 F sur les crédits accordés pour l'archéologie départementale par le Conseil Général des Côtes du Nord. Le coût réel de
  • latéralement par des pierres plantées de chant et marquée horizontalement par une pierre de seuil et une planche de bois, elle aussi placée de chant, se trouvait à l'est. L'espace intérieur, d'environ 4 mètres sur 2,80 mètres, renfermait principalement une structure de combustion en argile
  • , longue de 2,50 mètres, un foyer annexe, entouré de pierres plantées de chant, d'un diamètre de 0,50 mètre environ, deux bassins tapissés d'argile crue et tassée, une fosse-dépotoir et un trou de poteau porteur. Celui-ci, bien calé horizontalement sur une profondeur de 0,50 mètre
  • , devait soutenir des pièces de bois rayonnantes s'appuyant sur les murets et calées horizontalement par de grosses pierres définissant au nord un pseudoparement externe. En fait il existe une différence entre les parois nord et sud. En arrière du muret nord, à un seul parement, un
  • remblai avait été déposé ; ce muret apparait donc comme un soutènement de terrasse. C'est sur le sol de cette terrasse que reposaient encore les pierres de calage horizontal des pièces de bois de la toiture. Par contre le muret sud possède deux parements, l'un intérieur, l'autre
  • fouille de 1985, nous avions d'ailleurs retrouvé des aires de préparation de ce même mortier au nord-est du présent édifice. Sur le sol de ce bâtiment se trouvaient la moitié d'une jatte noire présentant un décor interne par graphitage (un cercle et quatre rayons en partant), cassée
  • sur place, et quelques planches de bois calciné (Cf le plan). Le sable éolien de remplissage contenait de nombreux tessons de céramiques, des ossements animaux et des fragments divers de briquetages (boulettes d'argile cuite et fragments de godets cylindriques). Le fond de la
  • leur hauteur avant la première chauffe, servaient à supporter des plaques plates de schiste, épaisses de 2 à 3 centimètres et larges de 0,22-0,23 mètre, pour former une surface plane. C'est sur celle-ci que reposaient les moules, disposés très probablement perpendiculairement à
  • ,p. 106-107), mais leurs fonds les singularisent ; en particulier, ils ne peuvent tenir seuls debout. Ils devaient être calés les uns contre les autres sur la surface horizontale formée des pierres plates posées sur les galets encastrés. Les deux bassins de stockage de la saumure
  • , rendus étanches par une couche d'argile crue, grisvert, avaient été aménagés entre le four principal et le muret nord. L'angle sud-ouest, se présentant comme une terrasse sur fond rocheux, a pu servir à stocker le combustible. D'un point de vue typologique, cet atelier est le seul
  • détecté jusqu'à présent sur les côtes septentrionales de la Bretagne. Plus à l'est, dans la baie du Mont-Saint-Michel, les bouilleurs utilisaient des piliers, des briques et des godets cylindriques (LANGOUET, 1974) ; plus à l'ouest, on rencontre des installations avec briques, godets
  • cylindriques et hand-bricks. D'un point de vue architectural, la structure de l'atelier est bien connue. Le toit était constitué de pièces de bois rayonnantes s'appuyant, d'une part, sur le poteau porteur, d'autre part, sur le haut des murets de pierres. L'aire de travail se trouvait ainsi
  • remplissage (excavation A) Poterie écrasée sur le sol de l'atelier et pièce de bois retrouvées près du trou de poteau porteur de l'édifice (excavation A) Engagement des galets dans le foyer de briquetage (excavation A) Sections horizontale et verticale du foyer de briquetage
  • bien conservé et nous pensons avoir déjà un échantillonnage déjà enrichissant des données disponibles. Au rythme actuel de la fouille, même en concentrant tous les efforts sur cette zone, il faudrait environ 20 campagnes annuelles de 3 semaines. En fait pour le site, il serait
  • a aussi un besoin d'analyses minéralogiques : - sur les principales classes de poteries, pour mieux cerner les provenances, - sur les argiles ayant servi à la confection du four ou des barquettes, pour en déterminer l'origine. . 1 d m 13 * III EXCAVATION A VA O //! \W N A4
  • disposer de séries sur ces périodes et leur étude serait intéressante tant pour connaître l'environnement que pour obtenir des détails sur les combustibles utilisés dans les différentes de combustion retrouvées. Par ailleurs, nous avons été frappés par le nombre impressionnant de galets
  • brûlés retrouvés dans les différentes couches d'occupation. Nous pensons qu'ils ont été utilisés pour rechauffer des liquides dans les céramiques sans avoir à disposer celles-ci sur un feu. Le calcul thermodynamique montre qu'un galet de 0,10 mètre de diamètre porté à 300 ° C peut
RAP03098.pdf (PLONEOUR-LANVERN (29). Kersulec : indices du néolithique moyen et occupations de l'âge du bronze ancien en bord de vallée. rapport de diagnostic)
  • , qui permet néanmoins de proposer une première reconstitution paléoenvironnementale. Sur cette paléo-topographie, qui demanderait à être affinée par davantage de carottages, nous avons replacé la position du niveau de la mer vers 2 400 cal. BP. Les études récentes fixent cette
  • paléogéographique le long de la vallée de Trunvel. A/ Transect le long duquel a été reconstruit le profil topographique sur la base des relevés Lidar de Litto3D. B/ Profils topographique actuel (en gris) et profil extrapolé en soustrayant le prisme sédimentaire. Le niveau des pleines mers de
  • l’âge du bronze ancien en bord de vallée Chronologie Néolithique Protohistoire Âge du Bronze Époque contemporaine L’opération de diagnostic effectuée à Kersulec en Plonéour-Lanvern a porté sur une surface de près de 4,5 ha et ce sont 12,5 % de la surface qui ont été testés. Dans
  • funéraires bien connues à l’âge du Bronze ancien en Basse Bretagne. Il y a donc à résoudre sur ce site une intéressante question de chronologie relative entre le funéraire et le domestique. Enfin, nous avons retrouvé la plupart des fossés correspondant aux limites de parcelles représentés
  • sur le cadastre napoléonien. Inrap Grand Ouest Mars 2015 Diagnostic archéologique Rapport final d'opération 62559 — — SRA 2014-339 Lambert 93 CC48 D 107 698 Code INSEE Nr site Entité archéologique Arrêté de prescription Système d’information Code Inrap Bretagne, Finistère
  • -Lanvern Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Département Finistère (29) Commune Plonéour-Lanvern Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement — Proprietaire du terrain OPAC de Quimper-Cornouailles et commune de Plonéour-Lanvern M
  • , rue de Kergestin 29000 QUIMPER Nature de l’aménagement Constructeur d'un lotissement Opérateur d’archéologie Inrap GO Responsable scientifique de l’opération Yvan Pailler, Inrap Dates d’intervention sur le terrain diagnostic du 12/01/2015 au 21/01/2015 post-fouille du 22/01
  • chargé du suivi du dossier Prescription et contrôle scientifique, suivi sur le terrain Michel-Alain Baillieu, Inrap Adjoint scientifique et technique Mise en place et suivi de l’opération Thomas Arnoux, Inrap Assistant AST Mise en place et suivi de l’opération Yvan Pailler
  • Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Pierre Stéphan, CNRS, UMR 6554, LETGGéomer Géographe, géomorphologue Expertise sur le terrain, rédaction Joël Rolet, MC (e.r.), UMR 6538, Domaines Océanique Géologue Expertise sur le terrain, rédaction
  • -Lanvern a porté sur une surface de près de 4,5 ha et ce sont 12,5 % de la surface qui ont été testés. Dans une pente, nous avons repéré une fosse apparemment isolée du Néolithique moyen (culture Auzay-Sandun) dans laquelle avait été déposé un lot de mobilier (céramique et lithique
  • . Pourtant, l’élargissement de la fenêtre autour de ce site a permis la découverte de deux coffres, structures funéraires bien connues à l’âge du Bronze ancien en Basse Bretagne. Il y a donc à résoudre sur ce site une intéressante question de chronologie relative entre le funéraire et le
  • domestique. Enfin, nous avons retrouvé la plupart des fossés correspondant aux limites de parcelles représentés sur le cadastre napoléonien. Les parcelles concernées par ce diagnostic archéologique portent les numéros 23, 102 et 103 de la section YA du cadastre de Plonéour-Lanvern. La
  • parcelles d’une emprise de près de 4,5 ha au lieu-dit Kersulec, à la sortie du bourg, sur la route de Tréogat (D2). Les propriétaires ayant un projet de construction d’un lotissement, un diagnostic archéologique a été prescrit par le Service Régional de l’Archéologie. Les objectifs du
  • diagnostic en parcelle 102 (non représentée sur le plan cadastral) délimitée par un grillage. Comme à l’accoutumé, la méthode a consisté à effectuer des tranchées linéaires parallèles à l’aide d’une pelle mécanique de 25 t munie d’un godet lisse de 3 m. Les dix tranchées suivent l’axe
  • , l’eau ayant effacé la peinture fluo. Certains faits ont été noyés sous l’eau et n’ont pas pu être testés. Par ailleurs, la couche de terre arable n’est pas uniforme sur toute la surface et peut atteindre localement (en partie nord-ouest de la parcelle 23 par exemple), du fait de
  • colluvionnements, plus d’un mètre d’épaisseur en bas de pente. Sous la terre arable, on arrive sur une couche de limon argileux de couleur ocre. Par endroits, cette couche argileuse mélangée à des altérites (gneiss et quartz) peut atteindre plusieurs mètres avant de rencontrer la roche saine en
  • granitoïdes) légèrement porphyroïdes, très clairs et qui correspondent très probablement aux leptynites figurées sur la carte géologique de Quimper (Béchennec et al., 1999), mais qui sont différentes des aplites de Treguennec (fig. 4). Fig.4 Extrait de la carte géologique de Quimper au 1
  • semblent avoir été acquis vers la fin des événements hercyniens, peut être lors de la mise en place de corps leucogranitiques. Ils ne sont donc pas à rapporter aux « quartz laiteux tardifs, post-hercyniens » figurés sur la carte géologique de Quimper (Béchennec et al., 1999). 1Km
  • environnement (Pierre Stéphan) Géomorphologie A partir des coupes dégagées lors du sondage archéologique, le cadre lithostratigraphique a été précisé sur le site sur la base de simples observations. En surface, un horizon A de 30 cm d’épaisseur moyenne a été observé. Il correspond au sol
  • humifère labouré, homogénéisé, à limite inférieure nette, soit l’horizon Ap des pédologues. Le sol actuel repose sur un horizon Bt argileux, de couleur ocre et d’épaisseur variable selon l’importance du colluvionnement et la profondeur du front d’altération du gneiss sous-jacent (fig. 5
RAP01805.pdf (CONCARNEAU (29). les occupations néolithique, protohistorique et médiévale de Kerléan. rapport de fouille préventive)
  • 1989), mais aussi en Loire-Atlantique à Sandun (Guérande ; Letterlé 1991). Toujours sur le Massif armoricain, mais au Sud de la Loire en Vendée, le site d'Auzay, les stations littorales de Brétignolles-sur-Mer (Large 1991) et des Bouries (Rousseau 1999) ont également livré des
  • le bord de la parcelle et le fond du vallon. Un petit ruisseau y serpente jusqu'à son débouché sur la mer, 1 km au sud. Notons dès à présent qu'un aménagement de gué a été identifié lors d'une prospection pédestre au fond de ce vallon. De grosses dalles plates de schiste gisent de
  • fossoyé, fossés parcellaire, plans de bâtiments, excavations diverses, carrière - Vestiges mobiliers : céramiques, meules COMMENTAIRE : périphérie d'un habitat de La Tène ancienne avec souterrain. Enclos médiéval complet avec partition interne, bâtiments sur sablières basses et
  • structures domestiques (tranchées-foyers). Plans de bâtiments sur poteaux en périphérie. Une fosse Néolithique moyen isolée contenant deux meules, une coupe-à-socle décorée complète et des restes organiques (coquilles de noisettes, graines de céréales). LIEU DE DEPOT : du mobilier : LE
  • projet de lotissement pavillonnaire de Kerauret/Kerléan, sur une hauteur au nord de Concarneau (fig. 1), est à l'origine de cette fouille préventive. Elle fait suite au diagnostic archéologique réalisé en novembre 2000 qui avait mis en évidence la présence de structures excavées
  • sur le terrain s'est déroulée du 19-11 au 20-12-2001 et a mobilisé quatre archéologues de l'Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales. Aucune donnée archéologique ancienne n'est signalée sur l'ensemble du projet de lotissement, qu'il s'agisse de prospections pédestres
  • où aériennes. Seule la mention d'un probable souterrain gaulois sur la parcelle F. 235, découvert en 1978 par M. Kerjosse, propriétaire exploitant, figure à la carte archéologique régionale. Cette découverte, à l'origine du diagnostic 2000, n'a pu être confirmée ni durant
  • l'évaluation de la parcelle, ni durant la présente intervention. La localisation exacte de cette structure n'est donc toujours pas établie avec précision. Plus de vingt ans après sa découverte, M. Kerjosse, rencontré sur le terrain, n'a d'ailleurs pas pu nous indiquer l'emplacement en
  • considérablement réduits. Sur les 1,5 ha envisagés, seuls un peu plus de 8000 m2 auront donc été couverts. L'examen des cadastres anciens (1808 et 1845) montre que le parcellaire était autrefois morcelée, et que de nombreux talus ont aujourd'hui disparus sous l'effet du remembrement. Les
  • que celle du simple plan. En effet, les six larges bandes de décapage effectuées ont montrés, contre toute attente, une très faible densité de faits, correspondant de plus pour l'essentiel à des bioturbations. Cet ensemble n'a pas été numéroté et nous ne reviendrons plus sur celui
  • -ci par la suite, nous concentrant uniquement sur le secteur sud (photo 2). 2 - LE MILIEU NATUREL Le relief concerné par le projet au niveau des parcelles F.235-238 correspond à un rebord de plateau au nord, culminant vers 57 m NGF, et à un versant orienté au sud, dont la pente
  • part et d'autre du ruisseau, probables vestiges d'un petit pont aujourd'hui démantelé. Les blocs ne sont pas locaux et l'aménagement ne semble pas récent. Peut-être est-il à mettre en relation avec les occupations médiévales, voire protohistoriques, identifiées sur le site de
  • , deux meules passives fragmentées mais pratiquement complètes, posées à plats, couvraient la quasi totalité de la fosse. Les deux pièces sont façonnées sur un leucogranite à deux micas et semblent avoir subies une légère chauffe à en juger par les traces de rubéfaction affectant les
  • bords ou les faces inférieures. Elle sont de taille respectable et adoptent une morphologie en «goutte d'eau» globalement similaire, la meule n°l étant toutefois plus effilée (fig. 6 et 7, photo 3). Les surfaces de travail sont nettes, surtout sur la meule n°l, la seconde présentant
  • -socle décorée attribuable à la période néolithique. Outre le caractère isolé de la découverte sur le site, aucune autre structure néolithique n'ayant été identifiée, la qualité de conservation de cette céramique et des restes organiques associés justifient à eux seuls une étude
  • sur le fût (« montage côte à côte »). Le bord, ou méplat, a été placé par la suite, dans la continuité directe de la coupelle et du socle, facilitant par là le raccord entre ces deux éléments. La gorge est donc très étroite. Une fenêtre de 30 millimètres de longueur pour 20
  • légers bourrelets, notamment ceux qui bordent les incisions, indiquent que la réalisation du décor est postérieure. Le traitement de la surface du socle est identique à l'extérieur et à l'intérieur. Il s'agit d'un polissage sur pâte assez sèche où les éléments minéraux affleurent
  • moins poussé sur la surface externe, qui est en effet légèrement rugueuse tandis que l'intérieur a été poli. Technique décorative et organisation des motifs Le décor sur le méplat est constitué d'une série de dix triangles dont deux côtés sont limités par une incision, la base
  • s'appuyant sur le pourtour externe de la coupelle. Les triangles sont jointifs ou juxtaposés. Le remplissage de ces triangles est constitué d'une série d'impressions exécutées à l'aide de l'apex d'un bigorneau (littorina littorea). L'exécution est assez bien organisée, sans pour autant
  • réalisées sur le méplat. Aucune incision ne vient en revanche limiter les impressions. Colorations La coloration principale est un beige rouge clair, mais des variations existent. Ainsi, les surfaces externes du fût et de la coupelle présentent des plages plus sombres, souvent
RAP01030.pdf (LA TRINITÉ-SUR-MER (56). Kermarquer. rapport de fouille préventive)
  • LA TRINITÉ-SUR-MER
  • LA TRINITÉ-SUR-MER (56). Kermarquer. rapport de fouille préventive
  • / f CIRCONSCRIPTION ARCHEOLOGIQUE DE BRETAGNE DIRECTION DES ANTIQUITES PREHISTORIQUES - p ^ Date d'envoi s 9 J0 L |Aw 107 % Jniï. ! j I J RAPPORT DE..Ç4U1TO54®.. LIEU Morbihan LA. TRINITE SUR MER Kermarker 175-174 sect.l(emprise du CD 186) DATES 76-01 du 5 Janvier 1976
  • Circonscription dé Bretagne axe du projet Dept. : 5" 6 Commune : Trinité J mer Lieu-dit : ket mà. refluer N° : Zm Relevé : y/ Da, « : 8 J~PNvieR -jffç Mise au nef : yl f ecer MINISTÈRE D'ÉTAT - AFFAIRES CULTURELLES ANTIQUITÉS PRÉHISTORIQUES Circonscription de Bretagne
  • Dept. : 5"6 Commune : La. Trinité /mer Plan de référence Lieu-dit : tVermar^uer N°: J Relevé : V Jl Date: 8 Janvier AWc Mise au net : Y Xecerf Plan de référence
RAP03340.pdf (PLONEOUR-LANVERN (29). Kersulec : Un dépôt en fosse du Néolithique moyen 2 et une occupation de l'âge du Bronze ancien. Rapport de fouille)
  • - Supports et choix des matières premières - Spectre fonctionnel et activités 163 Les outils de broyage 163 Les percuteurs et bouchardes en quartz 163 Les lissoirs et la production céramique 164 Les outils à tranchant utilisé sur galets 164 Les outils de percussion
  • sur galets 164 Les outils de percussion et d’abrasion en lien avec le façonnage d’outils métalliques (dits de « métallurgistes ») 164 Les outils à surfaces polies 165 Les non-outils et les éléments architecturaux 165 - Macro-outillage et activités sur les
  • mobilier 169 - Exploitation des ressources locales 169 - Un site de fond de ria 170 - Au croisement de plusieurs voies 170 - Sur la route des Cassitérides 172 - Conclusion 173 Bibliographie 185 Annexes : Datations 14C Inventaires 194 Inventaire des faits 200
  • Département Finistère (29) Commune Plonéour-Lanvern Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Propriétaire du terrain OPAC de Quimper-Cornouaille et commune de Plonéour-Lanvern M. Stéphane Briec, directeur développement OPAC Adresse ou lieu-dit
  • Yvan Pailler, Inrap Organisme de rattachement Inrap Grand-Ouest Centre de recherches archéologiques de CessonSévigné 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné cedex Tél : 02 23 36 00 40 Fax : 02 23 36 00 50 Référence du projet INRAP F111688 Dates d’intervention sur le
  • Arramond, Inrap Ingénieur chargé du suivi du dossier Prescription et contrôle scientifique, suivi sur le terrain Michel Baillieu, Inrap Directeur adjoint scientifique et technique Mise en place et suivi de l’opération Thomas Arnoux, Inrap Délégué du directeur adjoint scientifique
  • contrôle scientifique Jean-Charles Arramond, Inrap Ingénieur chargé du suivi du dossier Prescription et contrôle scientifique, suivi sur le terrain Claude Le Potier, Inrap Directeur interrégional Grand Ouest Mise en place et suivi de l’opération Arnaud Dumas, Inrap
  • Expertise sur le terrain Joël Rolet, UBO, UMR 6538, Laboratoire Domaines Océaniques MCF (e.r.), géologue Expertise sur le terrain Équipe de post-fouille Vérane Brisotto, Inrap Spécialiste lithicien Etude typo-technologique du macrooutillage Emmanuelle Collado, Inrap Dessinatrice
  • trouvent de nombreuses comparaisons dans la culture d’AuzaySandun, ce que confirme une datation 14C réalisée sur charbon de bois qui donne une fourchette comprise entre 4250-4045 cal. BC. Même si on ne peut l’affirmer en l’absence d’ossements, l’hypothèse d’une tombe en fosse semble la
  • plus plausible. La deuxième période correspond à une occupation de l’âge du Bronze ancien installée dans un méplat. Dans un premier temps, deux tombes (un coffre et une tombe en fosse) sont creusées sur le site ; ces structures bien connues à l’âge du Bronze ancien en Basse Bretagne
  • reconnus. Sur la base de l’étude céramologique, cette occupation appartient à une seule et même phase chronologique correspondant au premiers tiers du IIe millénaire, attribution confortée par deux datations 14C. L’étude de la céramique comme celle du mobilier lithique taillé vont dans
  • minerai jusqu’au travail de la tôle amène à moduler cette première hypothèse. A cela, il faut ajouter le fait qu’il est possible qu’il y ait eu production de poteries sur le site. Ces éléments issus de l’étude du mobilier iraient plutôt dans le sens d’un atelier d’artisans maîtrisant
  • implantées sur un méplat de la parcelle n°23. La première occupation, domestique, est caractérisée par la présence de vestiges de type trous d’implantation de poteaux, silos, des fosses dépotoir. La seconde, à priori funéraire, est soulignée par la mise au jour de deux coffres composés de
  • moellons et de petites dalles plantées de chant. ARRETE Article 1er : est prescrite une fouille préventive préalable aux aménagements, ouvrages ou travaux portant sur le terrain sis en : Région : Bretagne Département : Finistère Commune : Plonéour-Lanvern Lieu-dit : Kersulec
  • contrat mentionné à l’article 2, le justificatif de l’agrément de l’opérateur et, le cas échéant, la déclaration sur l’honneur prévue à l’article R 523-45 du code du patrimoine. Article 4 : Le directeur régional des affaires culturelles est chargé de l’exécution du présent arrêté, qui
  • lotissement porté par l’OPAC de Quimper-Cornouaille sur la commune de Plonéour-Lanvern (29). Elle répond à la prescription n° 2015-206 en date du 3 juillet 2015 émise par l’Etat (Préfecture de la Région Bretagne, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Service Régional de
  • l’Archéologie), dont, notamment, les objectifs et les principes méthodologiques sont précisés dans le cahier des charges scientifiques. Le présent projet scientifique d’intervention, a été élaboré sur la base de ce document par Michel Baillieu, adjoint scientifique et technique en charge de
  • problématiques principales de l’opération de fouille. Présentation du ou des secteurs de fouille Le site qui nous intéresse occupe une superficie globale d’environ 8800 m² à l’intérieur de l’emprise du futur lotissement de Kersulec sur la commune de PlonéourLanvern. La prescription de
  • pourraient lui-être associé. D’autre part, la découverte parmi les vestiges de l’ensemble 2, d’au moins deux sépultures en coffres de l’âge du Bronze ancien pose clairement la question de l’existence d’une nécropole pré/protohistorique qui aurait pu se développer et perdurer sur un même
  • spatiale et temporelle. En partie basse du secteur diagnostiqué, une occupation plutôt d’ordre domestique semble s’implanter sur le méplat (ensemble 2). Elle se caractérise par la présence à 0,50m sous le niveau de sol actuel de fosses, de silos et de trous de poteaux. Les premiers
RAP03753 (LA TRINITE-SUR-MER (56). 20 rue du Men Du. Rapport de diagnostic)
  • LA TRINITE-SUR-MER
  • LA TRINITE-SUR-MER (56). 20 rue du Men Du. Rapport de diagnostic
  • prononcée, explique l’absence de toute sédimentation. Le socle rocheux a été observé à l’ouest de l’emprise, mais aucune trace d’extraction de blocs n’a été mise en évidence. Diagnostic archéologique Sujets et thèmes _ La Trinité-sur-Mer, 20 rue du Men Du Rapport final d’opération
  • Chronologie _ Bretagne, Morbihan, La Trinité-sur-Mer, 20 rue du Men Du, sous la direction de Stéphane Bourne Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67 737 35 577 Cesson-Sévigné www.inrap.fr Inrap Grand Ouest Juillet 2019 Diagnostic archéologique Rapport final d'opération 20 rue
  • du Men Du, Kerdro-Vihan — — 56288 Nr site Entité archéologique Code INSEE Bretagne, Morbihan, La Trinité-sur-Mer, sous la direction de Arrêté de prescription 2018-302 Système d’information Lambert 93 CC Code Inrap D 125624 Stéphane Bourne Inrap région adresse 37 rue
  • du Bignon 35577 CESSON-SÉVIGNÉ tel : 02 23 36 00 40 grand-ouest@inrap.fr Juillet 2019 2 Inrap · Rapport de ? Bretagne, Morbihan, La Trinité-sur-Mer, 20 rue du Men Du I. Données administratives, techniques et scientifiques Sommaire Sommaire Données administratives
  • , Morbihan, La Trinité-sur-Mer, 20 rue du Men Du Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Département Morbihan Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement — Proprietaire du terrain ? Organisme de rattachement Inrap Grand Ouest 37, rue
  • du Bignon 35 577 Cesson-Sévigné cedex grand-ouest@inrap.fr Tél : 02 23 36 00 40 Fax : 02 23 36 00 50 coordination Commune La Trinité-sur-Mer Références de l’opération Adresse ou lieu-dit Numéro de l’arrêté de prescription 20, rue du Men Du — 2018-302, daté du 13 septembre
  • ) : 20 à 23 m NGF Références cadastrales Commune La Trinité-sur-Mer Année 2019 Section(s) et parcelle(s) AO, n°80p, 81p, 129p, 130p, 131p, 132 Dates d’intervention sur le terrain diagnostic le 8 avril 2019 post-fouille du 9 au 12 avril 2019 2019-107, daté du 13 mars 2019 Surface
  • Référence du projet Inrap D 125624 Surface prescrite 952 m² Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement Emprise diagnostiquée Mr et Mme Dagorne, propriétaire 20, rue du Men Du 56470 La Trinité-sur-Mer Ratio Nature de l’aménagement Maison individuelle Opérateur d’archéologie Inrap
  • Macrorestes An. de céramique An. de métaux Aca. des données Numismatique Conservation Restauration 8 Inrap · Rapport de ? Bretagne, Morbihan, La Trinité-sur-Mer, 20 rue du Men Dû Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches
  • plan masse et photogrammétrie Équipe de post-fouille 9 10 Inrap · Rapport de ? Bretagne, Morbihan, La Trinité-sur-Mer, 20 rue du Men Du Notice scientifique État du site Les sondages réalisés au 20 Rue du Men Du à la Trinité-sur-Mer (Morbihan) n’ont livré aucun vestige
  • administratives, techniques et scientifiques Localisation de l’opération Localisation de l’opération Localisation de l’opération Bretagne Morbihan La Trinité-sur-Mer Section(s) et parcelle(s) : AO - n° 80p, 81p, 129p, 130p, 131p, 132 Coord. Lambert93 CC48 x : 1 246 780 y : 7 171 300 z
  • : entre 20 à 23 m NGF St Brieuc Brest Rennes Quimper Vannes La Trinitésur-Mer Nantes 0 5 km issue 1/250 000 © IGN 2015 Chan�er Inrap Chantier Inrap 1Km 1/25 000 © IGN 11 12 Inrap · Rapport de ? Arrêté de prescription Bretagne, Morbihan, La Trinité-sur-Mer, 20 rue du
  • Men Du I. Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de prescription 13 14 Inrap · Rapport de ? Bretagne, Morbihan, La Trinité-sur-Mer, 20 rue du Men Du I. Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de prescription 15 16 Inrap
  • · Rapport de ? Bretagne, Morbihan, La Trinité-sur-Mer, 20 rue du Men Du I. Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de prescription 17 18 Inrap · Rapport de ? Bretagne, Morbihan, La Trinité-sur-Mer, 20 rue du Men Du I. Données administratives, techniques et
  • scientifiques Arrêté de prescription 19 20 Inrap · Rapport de ? Projet d’intervention Bretagne, Morbihan, La Trinité-sur-Mer, 20 rue du Men Du I. Données administratives, techniques et scientifiques Projet d'intervention 21 22 Inrap · Rapport de ? Bretagne, Morbihan, La
  • Trinité-sur-Mer, 20 rue du Men Du I. Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de désignation Arrêté de désignation 23 II. Résultats Inrap · Rapport de ? 26 Bretagne, Morbihan, La Trinité-sur-Mer, 20 rue du Men Du X= 1246775 X= 1246800 X= 1246825 24
  • cadastrales Ech 821:500 25 m II. Résultats 1.2 Contexte de l'opération 27 I. Introduction 1.1. Circonstances de l’intervention et objectifs Le projet de construction d’une maison individuelle à la Trinité-sur-Mer a conduit le Service Régional d’Archéologie à prescrire un diagnostic
  • l’état de conservation et d’en préciser l’attribution chronologique. 1.2. Contexte de l’opération 1.2.1 Cadre naturel (géographique et géologique) La commune de la Trinité-sur-Mer est située au sud du département du Morbihan. Le bourg s’étire sur 800 m de long en bordure ouest de la
  • , Morbihan, La Trinité-sur-Mer, 20 rue du Men Du II. Résultats 1.2 Contexte de l'opération 29 1.2.2 Contexte archéologique Le contexte archéologique de la commune de la Trinité est riche en vestiges anciens, plus particulièrement pour le Néolithique (Fig. 5). Parmi la vingtaine de
  • ). Aujourd’hui, ce dolmen à couloir est difficile d’accès car il se situe en terrain privé, dans une végétation de lande dominée par l’ajonc épineux. Plusieurs opérations d’archéologie préventive ont eu lieu ces dernières années à la Trinité-sur-Mer. Un diagnostic suivi d’une fouille ont été
RAP03534 (LA TRINITE-SUR-MER (56). Kerdro-Vihan. Rapport de diagnostic)
  • LA TRINITE-SUR-MER
  • LA TRINITE-SUR-MER (56). Kerdro-Vihan. Rapport de diagnostic
  • DGEC / Direction de la culture Service départemental d’archéologie du Morbihan Morbihan, LA TRINITE-SUR-MER Diagnostic archéologique « Kerdro-Vihan » Rapport final d’opération/diagnostic N° de prescription : 2017-246 CODE INSEE : La Trinité-Sur-Mer-56258 Astrid SUAUD-PRÉAULT
  • ............................................................................................................ 43 Planches contact.............................................................................................................................. 44 1 RFO de diagnostic - La Trinité-sur-Mer (Morbihan), « Kerdro-Vihan » I. Données administratives, techniques et scientifiques 2
  • I-Données administratives, techniques et scientifiques Fiche signalétique Identité du site Région : Bretagne Commune : La Trinité-sur-Mer Département : Morbihan Code INSEE : 56258 Lieu-dit ou adresse : Kerdro-Vihan Code postal : 56470 Cadastre Année : 2017 Section (s) : AO
  • Parcelle(s) : 23-24p-25-26 Altitude : 22 m NGF Propriétaires des terrains : Mairie de La Trinité-sur-Mer Opération archéologique Arrêté de prescription N°: 2017-246 Arrêté de désignation N°: 2017-318 Responsable d’opération : Astrid Suaud-Préault Organisme de rattachement : Service
  • départemental d’archéologie du Morbihan (Direction de la culture/ Département du Morbihan) Maître d’ouvrage des travaux : Commune de La Trinité-sur-Mer Entreprise de terrassement : Ets BEAUSSIRE Christophe Nature de l’aménagement : Equipement culturel-salle de spectacle Dates d’intervention
  • -sur-Mer (Morbihan), « Kerdro-Vihan » Mots clés des thésaurus CHRONOLOGIE Paléolithique Paléolithique inférieur Paléolithique moyen Paléolithique supérieur Antiquité romaine (Gallo-romain) République romaine Empire romain Haut Empire (jusqu’en 284) Bas Empire (de 285 à 476
  • mobilier) HAMON Gwénaëlle –Etude céramique- inventaire mobilier (céramique) 5 RFO de diagnostic - La Trinité-sur-Mer (Morbihan), « Kerdro-Vihan » Notice scientifique L’objectif du diagnostic réalisé sur les parcelles AO 23, 24p, 25 et 26 était d’évaluer le potentiel archéologique de
  • cette zone située à proximité immédiate du tumulus de Kerdro-Vihan sur la commune de la Trinité-sur-Mer. Les sondages n’ont pas permis de mettre en évidence de structures archéologiques. Le mobilier recueilli n’est pas quantitativement très conséquent. Il s’agit exclusivement de
  • tous ceux qui ont facilité le déroulement de cette opération ou y ont participé d’une manière ou d’une autre : - 6 Christine Boujot (DRAC - Bretagne SRA) Frédéric Marquet (DST - Mairie de La Trinité-sur-Mer) Jean-Marc Diamedo (adjoint à la Culture et aux Sports Mairie de La
  • Trinité-sur-Mer) Emilie Heddebeaux (Paysage de Mégalithes) Emmanuelle Vigier (Musée de Carnac) I-Données administratives, techniques et scientifiques Localisation de l’opération Figure 1 : Localisation de l'opération sur carte IGN (© IGN France 2009) 7 RFO de diagnostic - La
  • Trinité-sur-Mer (Morbihan), « Kerdro-Vihan » Arrêté de prescription 8 I-Données administratives, techniques et scientifiques 9 RFO de diagnostic - La Trinité-sur-Mer (Morbihan), « Kerdro-Vihan » 10 I-Données administratives, techniques et scientifiques 11 RFO de diagnostic
  • - La Trinité-sur-Mer (Morbihan), « Kerdro-Vihan » 12 I-Données administratives, techniques et scientifiques 13 RFO de diagnostic - La Trinité-sur-Mer (Morbihan), « Kerdro-Vihan » 14 I-Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de désignation du responsable
  • scientifique 15 RFO de diagnostic - La Trinité-sur-Mer (Morbihan), « Kerdro-Vihan » II. Résultats 16 II-Résultats 1. Présentation de l’opération 1.1. Contexte de l’intervention En préalable à la construction d’une salle de spectacle et d’équipements culturels par la commune
  • , Service régional de l’Archéologie Bretagne a prescrit un diagnostic archéologique. Le projet porte sur une surface de 5000 m², située à l’ouest de la commune de la Trinité-sur-Mer sur les parcelles n°23--25 et 26, et partiellement la 24, cadastrées dans la section OA. Devant la
  • tranchée et unité stratigraphique. Figure 2 : Vue de la parcelle avant l’intervention archéologique : le chemin (à gauche), la parcelle et le talus (à droite) 17 RFO de diagnostic - La Trinité-sur-Mer (Morbihan), « Kerdro-Vihan » Figure 3 : Implantation des tranchées de diagnostic
  • sur fond cadastral au 1/1000, Lever Nicolas associés ; DAO A Suaud-Préault (SDAM). 1.3. Contexte géographique, géologique et topographique La commune de La Trinité-sur-Mer est située au sud du département du Morbihan, au nord de la baie de Quiberon, à l’est de la rivière de
  • Crach (fig. 1). La parcelle diagnostiquée est située sur une zone d’interfluve, dans le bourg de la Trinité-sur-Mer (fig. 5). L’emprise se trouve sur un ancien terrain de football, aujourd’hui transformé en parking enherbé. Elle a été largement terrassée et représente une rupture
  • parcelles AO 23, 24p, 25 et 26. 18 II-Résultats Figure 5: Schéma géomorphologique du littoral et de l’arrière-pays de la Baie de Quiberon (d’après Sellier 1991 et Fromont 2011) Figure 6 : Cadre géologique du site de « Kerdro-Vihan » à la Trinité-sur-Mer (d’après BRGM carte
  • géologique 1/250 000 © IGN) 19 RFO de diagnostic - La Trinité-sur-Mer (Morbihan), « Kerdro-Vihan » Figure 7 : Localisation de l’emprise sur plan cadastral au 1/1 000 20 II-Résultats 1.4. Contexte archéologique Le projet se situe au cœur d’un environnement riche en vestiges
  • , sept sont classés au titre des Monuments Historiques, dont celui de Kerdro-Vihan / Mané Roc’h, situé à proximité immédiate de l’emprise (à une centaine de mètre vers l’est). Ce tumulus situé à l’ouest du bourg de la Trinité sur Mer est fouillé et décrit en 1866 par L. de Cussé et L
RAP03730 (MOELAN-SUR-MER (29). Bellevue 2 : diagnostic en contexte mégalithique. Rapport de diagnostic)
  • MOELAN-SUR-MER
  • MOELAN-SUR-MER (29). Bellevue 2 : diagnostic en contexte mégalithique. Rapport de diagnostic
  • Diagnostic archéologique Rapport d’opération MOËLAN SUR MER Bellevue 2 (Finistère) Diagnostic en contexte mégalithique sous la direction de Valérie Le Gall Inrap Grand Ouest Mai 2019 Arrêté de prescription SRA 2019-015 Système d’information Lambert 93 Code Inrap
  • D127272 n° 29 150 0005 Entité archéologique - Nr site 29150 Code INSEE Diagnostic archéologique Rapport d’opération MOËLAN SUR MER Bellevue 2 (Finistère) Diagnostic en contexte mégalithique sous la direction de Valérie Le Gall Sommaire Données administratives, techniques et
  • 8 Inrap · RO de diagnostic MOELAN SUR MER (Finistère), Bellevue 2 Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Département Finistère Commune Moëlan sur Mer Adresse ou lieu-dit Bellevue 2 Codes code INSEE 29150 Numéro de l’entité archéologique n° 29 150 0005 Coordonnées
  • cadastrales Nature de l’aménagement Emprise diagnostiquée 2000 m² Commune : Moëlan sur Mer Année : 2019 Bâtiment de stockage industriel Section(s) : AM Parcelle(s) : 29 Emprise des sondages 32 m² Ratio 1,6 % I. Données administratives, techniques et scientifiques 9 Mots-clefs des
  • scientifiques 11 Localisation de l’opération Bretagne Finistère Moëlan sur Mer - Bellevue 2 Section(s) et parcelle(s): AM / 29 Coord. Lambert 93 : X : 204129 Y : 6766130 Z : 55 m NGF Finistère Quimper infographie : S.Jean - INRAP D'après la carte de la France au 1.1000 000e (I.G.N
  • -1993) Moëlan sur Mer 0 - 100 m 100 - 200 m 200 - 500 m 0 100 km 22.57 Emprise du diagnostic 0 1/25000e © IGN, Géoportail 1000m 12 Inrap · RO de diagnostic MOELAN SUR MER (Finistère), Bellevue 2 Notice scientifique Le diagnostic réalisé sur la parcelle AM 29 dans le
  • cadre de la construction d’un bâtiment de stockage industriel au lieu-dit Bellevue 2 sur la commune de Moëlan sur Mer (29) couvre une superficie de 2000 m². Ce diagnostic a été prescrit suite à la réalisation d’un premier diagnostic en novembre 2018 sur la parcelle adjacente (AM 28
  • Arrêté de prescription 13 14 Inrap · RO de diagnostic MOELAN SUR MER (Finistère), Bellevue 2 I. Données administratives, techniques et scientifiques 15 16 Inrap · RO de diagnostic MOELAN SUR MER (Finistère), Bellevue 2 I. Données administratives, techniques et
  • scientifiques 17 18 Inrap · RO de diagnostic MOELAN SUR MER (Finistère), Bellevue 2 I. Données administratives, techniques et scientifiques 19 20 Inrap · RO de diagnostic Arrêté de désignation MOELAN SUR MER (Finistère), Bellevue 2 I. Données administratives, techniques et
  • scientifiques Projet scientifique d’intervention 21 22 Inrap · RO de diagnostic MOELAN SUR MER (Finistère), Bellevue 2 I. Données administratives, techniques et scientifiques 23 II. Résultats 26 Inrap · RO de diagnostic MOELAN SUR MER (Finistère), Bellevue 2 parcelle AM 29
  • sur le plan cadastral de 2019 (section AM) 24 27 II. Résultats 1 Le cadre de l’opération 1.1 Circonstances de l’intervention Le projet d’aménagement d’un bâtiment de stockage industriel par l’usine Ardagh au lieu-dit Bellevue à Moëlan sur Mer a donné lieu à la prescription
  • MOELAN SUR MER (Finistère), Bellevue 2 0 1000m 1/25000e © BRGM Dépôts fluvio-marins et marins : Dépôts estuariens holocènes sablo-silteux Unités métamorphiques : Orthogneiss en massifs : Orthogneiss de Moëlan Unités métamorphiques : Métasédiments et métavolcanites : Groupe de
  • Kerfany : gneiss fins leucocrates rubanés Unités métamorphiques : Métasédiments et métavolcanites : Groupe de Nerly : Formation de Kerfany : faciès micacé Fig. 3 : Extrait de la carte géologique de Moëlan sur Mer (feuille n°382 de Concarneau et feuille n°383 de Lorient © BRGM) Fig. 3
  • : Extrait de la carte géologique de Moëlan sur Mer (feuilles n°382 Concarneau et n°383 Lorie 29 II. Résultats 1.3 Contexte géographique et géologique Moëlan sur Mer est une commune du littoral Atlantique localisée au sud du département du Finistère. Son territoire s’étend sur une
  • issus du creusement du sondage 1 Géologiquement Moëlan sur Mer appartient au domaine varisque sud-armoricain. Le substrat géologique est constitué de l’orthogneiss de Moëlan ; ce dernier constitue l’un des quatre massifs orthogneissiques présent sur la carte géologique de Concarneau
  • notamment de gros minéraux de feldspath et de mince lits de paillettes de biotite. 30 Inrap · RO de diagnostic MOELAN SUR MER (Finistère), Bellevue 2 M D M D M D D M M M M D D/M O O km 0 1 2 Site du Mésolithique Site de l’âge du Fer Localisation du diagnostic Site
  • du Néolithique Site Antique Site de l’âge du Bronze Site d’époque indéterminée D : Dolmen ou allée couverte M : Menhir O : Occupation Fig. 6 : Carte archéologique de Moëlan sur Mer (SRA Atlas des patrimoines) Fig. 5 : Carte archéologique de la commune de Moëlan sur Mer (© SRA
  • -Atlas des patrimoines) 31 II. Résultats 1.4 Contexte archéologique La carte archéologique mise en place par le ministère de la culture répertorie 51 entités archéologiques sur le territoire de la commune de Moëlan sur Mer (fig. 5). Les sites repérés révèlent une occupation
  • au lieu-dit Pont Ville a fait l’objet d’une fouille préventive menée par Michel Gueguen en 1980 (Gueguen 1980). Fig.6 : Menhir et dalle de Bellevue (EA 29 150 0005) Fig. 6 : Menhir et dalle de Bellevue (EA 29 150 0005) 32 Inrap · RO de diagnostic MOELAN SUR MER (Finistère
  • ), Bellevue 2 33 II. Résultats 2 Présentation des données Un premier diagnostic réalisé en novembre 2018 sur la parcelle AM 28 à Moëlan sur Mer au lieu-dit Bellevue (Le Gall 2018) nous avait permis d’observer une série de blocs de granite présents dans la parcelle boisée adjacente, AM
RAP02959.pdf (LILLEMER (35). rapport de fouilles 2013. rapport de fp)
  • CeRAA, à l’initiative de la découverte, a très aimablement facilité nos démarches sur place. Ces travaux n’auraient pas pu être réalisés sans le soutient financier du Conseil Général et celui actif du Service Régional de l’Archéologie, en particulier en la personne de P.-A. Bezombes
  • dressées et dégagées au cours des campagnes précédentes sur ce sondage 5. Ces mêmes travaux avaient démontré l'existence d'une stratigraphie complexe au sein de la structure du talus, construit en plusieurs étapes et traversé par de multiples tranchées de palissade. Compléter le plan
  • nettement distinct du modèle généralement admis pour l'habitat en bois sur poteaux planté du Néolithique moyen dans la région, a ainsi pu être validé. Les discussions qui on eu lieu sur le terrain nous ont toutefois montré la nécessité de valider certaines observations plus ponctuelles
  • opération achève dix ans de fouilles sur la parcelle 733. La préparation de la Monographie correspondante a notamment été marquée par l'obtention d'une vingtaine de datations radiocarbone supplémentaires. G. Hamon a réalisé un voyage d'étude jusque dans le sud de la France et dans la
  • vallée du Rhône pour affiner le cadre général de la synthèse concernant l'étude du mobilier céramique recueilli sur le site de Lillemer. Pour une question de disponibilité l'étude complémentaire concernant les charbons de bois, initialement prévue en 2013, a été reportée au premier
  • volumes, le premier correspondant à la présentation des données recueillies sur le site de Lillemer, le second étant un volume de synthèse sur l'habitat néolithique qui permet de replacer ces résultats dans un cadre plus vaste. Le plan détaillé très provisoire qui en découle, comme le
  • J. Wattez. On pouvait dès lors envisager de dégager de telles structures sur de plus vastes superficies. La campagne de fouilles 2011 permet de démonter toute la séquence du talus située à l’est de l’entrée A. Après dépose des blocs de dolérite qui bordaient l’entrée A, à l’ouest
  • dégagé sur toute la largeur du sondage 5. Celui de la seconde tranchée de palissade (Str. 20) n’avait été dégagé que jusqu'à l’emplacement de l’entrée A, même si on pouvait deviner quelque peu son tracé, plus à l’ouest, au sommet du talus. Les travaux de cette année nous ont permis de
  • 2013 – Fouille des tranchées de palissade 20 et 21. Sur les deux clichés du bas on remarquera la robustesse du calage et quelques traces ligneuses dans le remplissage de la tranchée - Cl. L. Laporte. 8 La partie avant du talus, était surmontée par un empierrement, comme à l’est
  • A, il s’agit plutôt d’un sédiment organique ou terreux (us 110) renforcé à sa base par quelques très gros blocs, de schiste principalement. Il repose sur un niveau de tourbe (Us 118) qui se prolonge plus loin dans le marais. Fig. 4 : Lillemer 2013 – Fouille de la partie avant du
  • renforcée par de grosses dalles de schiste (us 117). Elle repose sur un niveau de tourbe qui s’amincit progressivement pour disparaître au pied de la palissade (us 118). En arrière de la palissade, la structure du talus est différente à l’est et à l’ouest de la section étudiée. A l’est
  • , il s’agit d’une masse d’argile grise mêlée de schiste pilé qui repose directement, et pour partie, sur les constructions en terre sous-jacente (us 60c). A l’ouest, il s’agit d’un remplissage plus hétérogène et plus sombre, contenant quelques éléments rubéfiés (us 55). Celui-ci
  • : Lillemer 2013 –Paroi en terre et en pierre plaquée contre la tranchée de palissade interne au talus DAO C. Bizien-Jaglin Nous avons ensuite dégagé la partie située en avant de la palissade. C’est la seule partie qui repose directement sur un fin niveau de tourbe sous-jacent. Celui
  • dans la masse d’une paroi constituée pour partie de pains de terre assez massifs et de pierres sèches (us 128). En avant de cette paroi, de grosses pierres ont été disposées directement sur le niveau de tourbe sous-jacent, probablement pour servir d’assise à la construction du talus
  • niveaux d’argile qui sont parfois rubéfiés (us 134). L’ensemble repose sur une surface assez tourmentée. Celle-ci correspond aux vestiges des architectures en terre sous-jacentes. 16 Fig. 12: Lillemer 2013 – Base du talu, dans sa partie sud,s en avant de la palissade interne - Cl. L
  • tranchées de palissade 20 et 21, par exemple. Ici, il s’agit plutôt de dalles de schiste plaquées contre le bord de la tranchée. Elle recoupe les niveaux rubéfiés qui ici reposent localement sur une banquette latérale que l’on voit très bien en coupe. Au sud de la tranchée 32, la fouille
  • sud de la banquette latérale dégagée cette année, se trouve exactement dans le prolongement d'une marche assez nette qui correspond, vers l'ouest, à une remontée abrupte du substrat à l'emplacement de l'entrée B. A l'est, sur les photos prises cette année, nous avons déjà signalé
  • que cette même limite sud de la banquette se voit en coupe au moins jusqu'au niveau de la structure 135. L'espace interne de cette pièce de 2,5m de large se trouve donc différencié d'est en ouest, avec une banquette de 1,5m de large contre le mur latéral nord, qui courre sur plus
  • de 4m de long, à l'ouest. A l'est, ce même espace de 2,5m de large est seulement rythmé sur 5 m de long par la présence de trois poteaux de soutènement pour la toiture. Fig. 23 : Lillemer 2013 – Constructions en terre dégagées à l'issu de la campagne de fouilles, en juin 2013 Cl
  • même largeur que la précédente. Quelques galets aux extrémités émoussés ont été recueillis posés bien à plat à la surface de ce niveau de sol. Il pourrait s'agir d'outils. Le mode de construction de la terrasse sur laquelle reposent ces différents niveaux de sol superposés a pu être
RAP01017.pdf (TREFFIAGAT (29). Kervac'h. rapport de sondage)
  • diverticule formant l'anse dite de Kervarc'h. Un chemin formant un petit barrage^ empêche la mer aux plus hautes marées de remonter un peu plus loin dans k petit vallon. M . A. CRIQUET a surélevé le barrage et a entrepris de creuser le vallon pour réaliser un plan d'eau.. Sur la erge
  • mettre au jour une petite fosse creusée dans l'arène granitique et tapissée d'argile rouge sur la paroi adossée à la berge. Elle contenait des galets, des cendres, quelques tessons de poterie et de la brique grossière. Il est vraisemblable que le coffrage constituait les éléments d'un
  • four à briquetages adossé à la berge rocheuse. M . GIOT venu sur place pense que la pierre plate du dessus devait supporter des augets. Il n'a pas été trouvé de débris d'augets sauf peut-être un petit tesson dans la terre du jardin. Le sondage de 50 cm de large environ a été rendu
  • difficile par la présence de l'eau du plan qui avait tendance à envahir la fosse. Celle-ci est située légèrement au-dessus du niveau des plus hautes mers et probablement à l'extrême limite de la remontée de la mer. (L'envasement, la végétation aquatique et marine rendent difficile cette
  • évaluation à l'époque de l'u- tilisation). lo-r? Le site probablement se prolonge en aval le long de la berge et peut-être dans la grève. Depuis l'abandon du site, une épaisseur d'un mètre de terre environ a glissé sur 1 bord du vallon recouvrant le four. Des arbres ont grandi h
  • proximité sur la berge. On peut penser que le site choisi pour l'exploitation du sel trouvait dans l'anse de Kervarc'h 1'eau douce du petit ruisseau et une grève plate pour la récolte de la saumure. : . u*> .. im •I if,isi¡ ¡ § 1 WÊÊËÈ - • - ^
Moëlan-sur-Mer. Bellevue, diagnostic en contexte mégalithique (MOËLAN-SUR-MER (29). Bellevue, diagnostic en contexte mégalithique. Rapport de diagnostic)
  • MOËLAN-SUR-MER
  • MOËLAN-SUR-MER (29). Bellevue, diagnostic en contexte mégalithique. Rapport de diagnostic
  • Diagnostic archéologique Le diagnostic réalisé dans le cadre de la construction d’un bâtiment de stockage industriel au lieu-dit Bellevue sur la commune de Moëlan sur Mer (29) couvre une superficie de 2 314 m². Ce diagnostic a été prescrit car la parcelle AM 28 faisait l’objet
  • limitrophe (AM 29) située au nord de la parcelle diagnostiquée. Rapport final d’opération Sujets et thèmes Mégalithes Moëlan sur Mer (Finistère) – Bellevue - Diagnostic en contexte mégalithiques Bellevue, Moëlan sur Mer, Finistère, Bretagne Chronologie Néolithique Bretagne
  • , Finistère, Moëlan sur Mer, Bellevue, Diagnostic en contexte mégalithique sous la direction de Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67 737 35 577 Cesson-Sévigné www.inrap.fr Rapport de Diagnostic Valérie Le Gall Valérie Le Gall Inrap Grand Ouest Novembre 2018 29150
  • Inrap Bretagne, Finistère, Moëlan sur Mer, Bellevue, 37 rue du Bignon CS 67 737 35 577 Cesson-Sévigné Novembre 2018 2 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Finistère, Moëlan, Bellevue I. Données administratives, techniques et scientifiques Sommaire Sommaire Données
  • 6 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Finistère, Moëlan, Bellevue Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Département Finistère Commune Moëlan sur Mer Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement — Proprietaire du terrain
  • travaux d’aménagement SAS Ardagh Metal Packaging France Emprise diagnostiquée 2 314 m² Emprise des sondages 306,20 m² Nature de l’aménagement Bâtiment de stockage industriel Opérateur d’archéologie Inrap Grand-Ouest Références cadastrales Commune Moëlan sur Mer Organisme de
  • Inrap · Rapport de diagnostic Notice scientifique Le diagnostic réalisé dans le cadre de la construction d’un bâtiment de stockage industriel au lieu-dit Bellevue sur la commune de Moëlan sur Mer (29) couvre une superficie de 2 314 m². Ce diagnostic a été prescrit car la parcelle
  • , techniques et scientifiques Localisation de l’opération Localisation de l’opération Bretagne Finistère Moëlan sur Mer - Bellevue Section(s) et parcelle(s): AM / 28 Coord. Lambert 93 CC48 : X : 1203800 Y : 7200000 Z : 55 m. NGF Finistère Quimper infographie : S.Jean - INRAP D'après
  • la carte de la France au 1.1000 000e (I.G.N-1993) Moëlan sur Mer 0 - 100 m 100 - 200 m 200 - 500 m 0 100 km 22.57 Emprise du diagnostic 0 1/25000e © IGN, Géoportail 1000m 11 12 Inrap · Rapport de diagnostic Arrêté de prescription Bretagne, Finistère, Moëlan, Bellevue
  • Circonstances de l’intervention Le projet de construction d’un bâtiment industriel sur le site actuel de l’usine Ardagh à Moëlan sur Mer, au lieu-dit Bellevue, a donné lieu à la prescription d’un diagnostic archéologique de la part du service régional d’archéologie de Bretagne. Ce dernier
  • de la carte géologique de Moëlan sur Mer (feuilles n°382 Concarneau et n°383 Lorient) Fig. 3 : Extrait de la carte géologique de Moëlan sur Mer (feuilles n°382 Concarneau et n°383 Lorie II. Résultats 1.3 Contexte géographique et géologique 27 1. 3 Contexte géographique et
  • géologique Moëlan sur Mer est une commune du littoral Atlantique localisée au sud du département du Finistère. Son territoire s’étend sur une superficie de 4 753 ha, il est limité à l’ouest par la rivière du Belon et à l’est par les rias de Brigneau et de Merrien. Le projet de
  • , Inrap Fig.5 Cliché du log 2 – tranchée 2 © V. Le Gall, Inrap a : Limon arénacé brun à jaune, mélange de terre végétale et d’arène b : Arène b’ : Affleurement d’orthogneiss 0 0,50m 1/20e Géologiquement Moëlan sur Mer appartient au domaine varisque sudarmoricain. Le substrat
  • : Occupation Fig. 6 : Carte archéologique de Moëlan sur Mer (SRA Atlas des patrimoines) Fig.6 Carte archéologique de Moëlan sur Mer (© SRA-Atlas des patrimoines) © V. Le Gall, Inrap II. Résultats 1.4 Contexte archéologique 29 1. 4 Contexte archéologique La carte archéologique mise en
  • place par le ministère de la culture répertorie 51 entités archéologiques sur le territoire de la commune de Moëlan sur Mer (fig. 6). Les sites repérés révèlent une occupation ancienne du territoire, le plus ancien site reconnu est un atelier de taille mésolithique découvert sur le
  • Localisation de mégalithes des parcelles AM28 et AM 29 © V. Le Gall, Inrap 25m II. Résultats 2.1 La parcelle AM 28 31 2. Présentation des données 2.1 La parcelle AM 28 Le diagnostic réalisé sur la parcelle AM 28 à Moëlan sur Mer a permis de réaliser trois tranchées de sondage (fig.7
  • secteur d’extraction en front de taille. Ce type d’extraction peut être ancien et dater des époques protohistoriques ou historiques, à moins qu’il ne s’agisse d’une carrière plus récente, la région de Moëlan sur Mer étant marqué par le travail de la pierre au cours du 19ème siècle
  • approfondie du secteur. 34 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Finistère, Moëlan, Bellevue Conclusion Le diagnostic réalisé sur la parcelle AM 28 au lieu-dit Bellevue à Moëlan sur Mer s’est révélé négatif malgré la présence sur cette parcelle d’un menhir et d’une dalle associée
  • .). – Concarneau, Orléans, BRGM, 1996. 1 vol 129 p., 1 carte. (carte géologique à 1/50000 ; 382) Gueguen 1980 GUEGUEN (M.) - Moëlan sur mer (29), pont-vil, rapport de fouille, SRA Bretagne, 1980, 17p. Le Roux 1974 LE ROUX (C. T.) - Moëlan sur mer (29), Kercadoret, rapport de fouille, SRA
  • Moëlan sur Mer (feuilles n°382 Concarneau et n°383 Lorient) Fig.4 Relevés des logs géologiques © V. Le Gall, Inrap Fig.5 Cliché du log 2 – tranchée 2 © V. Le Gall, Inrap Fig.6 Carte archéologique de Moëlan sur Mer (© SRA-Atlas des patrimoines) © V. Le Gall, Inrap Fig.8 Clichés des
RAP02706.pdf (HOËDIC (56). groah denn. rapport de fp 2009-2011)
  • Archéo Atlantica 15, rue du Moulin, 44740 BATZ SUR MER emmanuel.mens@free.fr MORIN Antoine Etudiant Master 2 CReAHH Rennes I Université Rennes I, 35044 RENNES Cedex antoine.mf@gmail.com 3 Groah Denn 2009-2011 Résumé Située sur la côte nord de l’île d’Hoedic (Morbihan), la file de
  • archéologique concernant la pente d’Argol et prolonge l’action débutée les années passées. La fouille de l’alignement du Douet, ayant fait l'objet d'une programmation sur trois ans (2004-2006), formait le premier volet de l’action de terrain. Elle avait comme objectif de mieux cerner la
  • objectif d’étudier les blocs de granite extraits du substrat et en élévation dans les dispositifs de pierres dressées. L’accent est mis sur l’aspect technologique de l’extraction, de la mise en œuvre dans la file et des éventuels aménagements qui ont pu être effectués sur les blocs
  • CReAHH, pour l’étude du macrooutillage, s’intègrera elle aussi dans le cadre de sa thèse. - Les ensembles du Néolithique récent, dont la présence a été bien établie sur la partie haute du site, au niveau du plateau sommital de la pente d’Argol, ont été étudiés par Audrey Blanchard et
  • Jean-Noël Guyodo qui dirige Audrey dans le cadre d’une thèse sur les cultures matérielles du Néolithique récent en Bretagne. - L’étude des deux lots de coquillages découverts dans l’US3, en lien avec les blocs M7b et M9, M13 et M14 a été effectuée par Catherine Dupont, Chargée de
  • -nantes HAMON Gwennaëlle Collaboratrice UMR 6566 CReAHH Rennes 1 12 ter rue des Mouettes, 56550 BELZ hamon.gwen@gmail.com LARGE Jean-Marc Collaborateur UMR 6566 CReAHH Rennes I 25, rue St-Vincent-de-Paul, 85000 LA ROCHE SUR YON jlarge2@wanadoo.fr MENS Emmanuel Associé à l’UMR 7055 2
  • a été érigé par un petit groupe de personnes et, à chaque modification, ce sont toujours peu de personnes qui se sont mobilisées. D’autres part, les témoins des actions humaines sur ce site laissent à penser que ces aménagements n’ont pas été portés par une technologie aboutie, les
  • gestes techniques que l’on a pu déceler montrent des imprécisions similaires à celles relevées sur la fouille du Douet. Les premières phases de construction indiquent clairement un projet abouti. Une saignée de faible profondeur a permis de délimiter l’espace investi. Des pierres
  • issues de structures de combustion complètent l’établissement d’une série de petites stèles mises en forme puis abattues et disposés à la périphérie du monument ou comme pierre de fond de fosse de calage. Ces stèles sont issues d’un granite qui n’est pas présent sur le site lui-même
  • . Dans un deuxième temps, des blocs sont érigés. L’extraction sur le rocher nord qui limite le site en bordure de falaise, avec la présence de filons de pegmatite que l’on retrouve sur les blocs érigés, est complètement avérée avec, notamment, l’abandon d’un menhir en cours
  • retrouvent positionnés sur cet empierrement linéaire, formant un complément dans le dispositif. Un curieux aménagement central a aussi été reconnu : une stèle érigée a été abattue, brûlée, et le chicot restant est toujours présent dans un calage. Toutes ces phases sont à situer dans le 5e
  • millénaire av. J.-C. si l’on prend en compte les témoins céramiques. Toutefois, ceci méritera d’être précisé par des datations radiocarbone en cours. Une sépulture circulaire, creusée dans les sédiments alors présents sur le site, et limitée par une série de dalles en granite, permettra
  • de retrouver les restes très dégradés d’un individu jeune adulte. L’absence de matériel d’accompagnement ne permet pas d’être plus précis sur le moment où cette fosse sépulcrale a été aménagée. Plusieurs datations OSL de l’ensemble sont prévues afin de caler cette sépulture dans
  • blocs moins importants seront laissés en place ou juste poussés en oblique. Il est vraisemblable que la partie sud du site a complètement été nettoyée lors de cette phase. L’absence de témoins du Néolithique moyen est patent sur cette partie alors qu’au nord du site, c’est exactement
  • l’inverse. Des réinvestissement à la toute fin du Néolithique, voire au tout début de l’Âge du bronze sont aussi perceptibles sur le site. 4 Enfin, au cours du 19e siècle, si l’on en croit les propos de l’abbé Lavenot (1886), des modifications importantes seront effectuées sur les
  • , apporte des informations très précieuses non seulement sur la complexité mais aussi sur les aménagements qui ne cessent d’être effectués. Ce sont des monuments évolutifs, dynamiques, investis dans une dimension symbolique, prenant en compte les éléments du paysage mais aussi les lignes
  • , apportent des témoignages importants sur les pensées symboliques des premiers néolithiques dans la région. Ce sont des éléments d’analyse qui seront incontournables dans les synthèses que l’on pourra effectuer pour approcher la pensée des agriculteurs-éleveurs du 5e et du 4e millénaire
  • nourriture a été un poste important, quoique avec un impact budgétaire relativement peu important. Hoedic est équipé de services qui permettent de s’approvisionner sur place. Il est à noter qu’à partir du moment où une épicerie supplémentaire s’est installée sur l’île en 2010, les prix
  • des denrées ont notablement chuté. Ce qui a permis d’atteindre un prix moyen de 3,90 € par repas et par personne (boissons comprises). Les repas étaient pris sur place, dans les gîtes, et organisés par nous-mêmes. Le montant total est de 6 797 €, ce qui correspond à 14 % du budget
  • total de l’équipement est de 5 467 €, ce qui correspond à 13 % du budget. 5. Les analyses scientifiques Ce poste est classiquement le plus important du projet archéologique en fouilles programmées pluriannuelles. Les analyses incontournables sur le chantier du Groah Denn ont été
RAP03662 (LA TRINITE-SUR-MER (56). ZA de Kermarquer : indices d'occupations diachroniques et de paléométallurgie du fer. Rapport de diagnostic)
  • LA TRINITE-SUR-MER
  • LA TRINITE-SUR-MER (56). ZA de Kermarquer : indices d'occupations diachroniques et de paléométallurgie du fer. Rapport de diagnostic
  • DGEC / Direction de la culture Service départemental d’archéologie du Morbihan LA TRINITÉ-SUR-MER (Morbihan) - Z.A. de Kermarquer Indices d’occupations diachroniques et de paléométallurgie du fer _____________________ Rapport final d’opération / diagnostic N° de prescription
  • : 2015-361 CODE INSEE : LA TRINITÉ-SUR-MER 56258 Olivier AGOGUÉ Avec la participation de Morgane LE ROCH Astrid SUAUD-PRÉAULT Rapport : DÉCEMBRE 2018 Terrain : SEPTEMBRE 2018 Les rapports constituent des documents administratifs communicables au public, après remise au Service
  • ......................................................................................................... p. 47 Note concernant les photographies de terrain ........................................................................................... p. 49 DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 1 2 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique
  • 2015-361 - Données administratives, scientifiques et techniques Fiche signalétique Identité du site Région : Bretagne Commune : La Trinité-sur-Mer Département : Morbihan Code INSEE : 56 258 Lieu-dit ou adresse : ZA de Kermarquer Code postal : 56 470 Cadastre Année : 2015 Section (s
  • Nombre d’inventaires : 4 3 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique 2015-361 - Données administratives, scientifiques et techniques Mots clés des thésaurus CHRONOLOGIE Paléolithique Paléolithique inférieur Paléolithique moyen Paléolithique supérieur Age du
  • Zoologie Botanique/Anthracologie Palynologie Macrorestes malacofaune Analyse de céramiques Analyse de métaux Acquisition des données Numismatique Conservation / restauration Autre 4 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique 2015-361 - Données administratives
  • Morbihan : Olivier AGOGUÉ : coordination et rédaction Morgane LE ROCH : photos et inventaires CERAM : Isabelle BRUNIE : détermination céramique 5 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique 2015-361 - Données administratives, scientifiques et techniques Notice
  • scientifique Un diagnostic archéologique a été prescrit en préalable à l’extension de la zone d’activité de Kermarquer à la Trinité-sur- Mer. La zone Est, boisée, n’a pas fait l’objet de sondages, mais d’une prospection, conformément à l’arrêté de prescription. Aucun indice archéologique
  • services techniques de la ville de La trinité-sur-Mer pour la mise à disposition de la salle et des sanitaires et à Arnaud Levasseur (AQTA) pour le suivi administratif du dossier ; Merci à Christine Boujot (DRAC Bretagne, SRA) pour sa confiance et son suivi scientifique et technique
  • Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique 2015-361 - Données administratives, scientifiques et techniques Localisation de l’opération 7 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique
  • 2015-361 - Données administratives, scientifiques et techniques Arrêté de prescription 8 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique 2015-361 - Données administratives, scientifiques et techniques 9 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic
  • archéologique 2015-361 - Données administratives, scientifiques et techniques 10 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique 2015-361 - Données administratives, scientifiques et techniques 11 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique 2015-361
  • - Données administratives, scientifiques et techniques 12 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique 2015-361 - Données administratives, scientifiques et techniques 13 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique 2015-361 - Données
  • administratives, scientifiques et techniques Arrêté de désignation 14 RÉSULTATS 15 16 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique 2015-361 - Résultats - 1. Présentation de l’opération 1. PRESENTATION DE L’OPERATION 1.1. Contexte de l’intervention Le projet
  • d’extension de la zone d’activité de Kermarquer au nord de la Trinité-sur-Mer (Morbihan) (fig. 1) a entrainé la prescription préalable d’un diagnostic archéologique par arrêté préfectoral n° 2015-361 en date du 16 décembre 2015. Le service départemental d’archéologie du Morbihan, agréé
  • ) L’extension de la zone d’activité est prévue sur plusieurs secteurs, Nord, Est, Sud et Ouest (fig. 2) ; le secteur Sud a été exempt de diagnostic car implantée sur une zone ayant fait l’objet de plusieurs mètres de remblais ; le 17 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic
  • secteurs Nord et Ouest ont donc fait l’objet de sondages mécaniques (fig. 3). Figure 2 : secteurs du projet d’extension de la zone d’activité de Kermarquer (plan AG2M Géomètres) 18 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique 2015-361 - Résultats - 1. Présentation
  • , ont été ouvertes, pour une surface d’environ 3 800 m², soit environ 9,5 % de la superficie prescrite (40 500 m²). 19 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique 2015-361 - Résultats - 1. Présentation de l’opération Figure 4 : vue générale depuis le sud de la
  • parcelle AT 3 Figure 5 : implantation des tranchées de diagnostic. Levé Nicolas Associés ; DAO O. Agogué 20 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique 2015-361 - Résultats - 1. Présentation de l’opération 1.3. Contexte géologique et topographique Le site se
  • de faible relief en pente douce descendante du nord au sud à plate dans la partie sud de l’emprise. 21 La Trinité-sur-Mer ZA de Kermarquer - Diagnostic archéologique 2015-361 - Résultats - 1. Présentation de l’opération 1.4. Contexte archéologique Figure 7 : environnement
RAP03348.pdf (BANGOR, LE PALAIS, LOCMARIA, SAUZON (56). Belle-Île-en-Mer : espaces et territorialité d'une île atlantique. Rapport de PCR 2016)
  • BANGOR, LE PALAIS, LOCMARIA, SAUZON (56). Belle-Île-en-Mer : espaces et territorialité d'une île atlantique. Rapport de PCR 2016
  • Palais, Sauzon Lieu-dit : Belle-Île en Mer Coût de l’opération (en euros) : 2000 Déplacements sur Belle-Île (hébergement/nourriture) : 974.06 Déplacements réunions Vannes/Rennes : 102.24 Assurance AFO : 20 Analyses et études : 903.70 Subventions Ministère de la Culture et de la
  • protohistoriques à Belle-Île-en-Mer (H. Duval) 8 11 Visite des sites mégalithiques de Belle Île du 19 décembre 2017 (P. Gouezin) 143 Premières observations sur les céramiques pré et proto-historiques (G. Hamon, M.-Y. Daire) 146 Analyses pétrographiques et chimiques des céramiques de Belle
  • -Île-en-Mer (B. Gehres) 150 Premières observations sur le mobilier lithique (L. Audouard) 163 Étude en laboratoire de 6 haches polies en fibrolite de Belle-Ile-en-Mer (M. Guiavarc’h) 173 Premières observations sur le mobilier métallique (C. Le Carlier) 179 Conclusions 180
  • Vue dans la presse 185 Programme Collectif de Recherche Belle-Île-en-Mer : Espaces et territorialité d’une île atlantique - Rapport d’activité 2016 Introduction   Le Programme Collectif de Recherche « Espaces et territorialité d’une île atlantique » est centré sur BelleÎle-en
  • prospections ainsi que des relevés topographiques sur des zones ciblées. Ce travail vient mettre à jour, alimenter et compléter la carte archéologique. Des analyses ont également été menées sur le mobilier céramique et lithique.   Belle-Île-en-Mer est la plus grande des îles bretonnes
  • Néolithique sur cette île. Belle-Îleen-Mer se démarque, du point de vue archéologique ou culturel, de l’ensemble des îles bretonnes sur plusieurs points essentiels : - Contrairement à toutes les autres îles bretonnes, Belle-Île ne comporte aucun monument funéraire de type allée couverte et
  • synthèse n’existait à l’échelle de l’île, malgré les différents travaux qui se sont succédés sur plusieurs des sites fortifiés de Belle-Île-en-Mer (Threipland, 1943 ; Bernier, 1964  ; Batt et Kayser, 1989). La situation ayant considérablement évolué depuis la première moitié du XXe
  • fortifiés identifiés à Belle-Île-en-Mer a été réalisé.   De même, P. Gouezin a effectué en décembre 2016, dans le cadre de sa thèse, une prospection orientée sur le mégalithisme bellilois. Son travail permet de dresser un état de la situation et d’examiner certaines découvertes récentes
  • prospection-inventaire passée à Belle-Île-en-Mer. Ses riches échanges ainsi que ses remarques avisées ont contribué à la rédaction de ce rapport qui a été enrichi de ses connaissances sur les différents sites étudiés. Merci à Marie-Yvane Daire pour la relecture qu’elle a bien voulu faire
  • -inventaire réalisée durant la semaine du 25 au 31 juillet 2016. Le but principal de celle-ci était de contribuer à la connaissance des sites fortifiés attribuables aux périodes pré- et protohistoriques recensés sur trois des quatre communes de Belle-Île-en-Mer, (Bangor, Locmaria et Sauzon
  • attribuables aux époques pré- et protohistoriques à Belle-Île-en-Mer (H. Duval) Introduction   Malgré les différents travaux archéologiques qui se sont succédé sur plusieurs sites fortifiés de Belle-Îleen-Mer (Threipland, 1943 ; Bernier, 1964 ; Batt et al., 1988), aucune synthèse
  • partie nord (communes de Sauzon et du Palais). Cette partie de l’île est actuellement la plus densément peuplée et il est possible que des sites implantés sur des positions topographiques similaires à 14 Programme Collectif de Recherche Belle-Île-en-Mer : Espaces et
  • , celui de « Porh Pons », un relevé microtopographique plus précis a été envisagé pour préciser la nature de l’anomalie observée sur place. 17 Programme Collectif de Recherche Belle-Île-en-Mer : Espaces et territorialité d’une île atlantique - Rapport d’activité 2016 Prospection
  • , plusieurs observations générales peuvent être formulées à l’égard du corps des sites fortifiés de Belle-Île-en-Mer. Sur les 8 sites recensés avant d’entreprendre l’étude, 6 présentent des vestiges pouvant être interprétés comme des fortifications pré- ou protohistoriques. En effet, au
  • Belle-Île-en-Mer : Espaces et territorialité d’une île atlantique Programme Collectif de Recherche Rapport d’activité 2016 tome 1/2 sous la coordination de : Audouard L., Gehres B. avec la participation de : Daire M.-Y., Duval H., Gouezin P., Guiavarc’h M., Hamon G., Le Carlier
  • C., Musch G., Querré G. Belle-Île-en-Mer : Espaces et territorialité d’une île atlantique Programme Collectif de Recherche Rapport d’activité 2016 sous la coordination de : Audouard L., Gehres B. avec la participation de : Daire M.-Y., Duval H., Gouezin P., Guiavarc’h M
  • ) 4 FICHE SIGNALITIQUE Nom du site : Belle-Île en Mer Numéro d’opération : 2016-002 Nature de l'opération : Prospection thématique / Programme Collectif de Recherche Titulaire de l’autorisation préfectorale : Lorena Audouard Département : Morbihan Communes : Bangor, Locmaria, Le
  • -Mer (Morbihan), et se veut diachronique (du Néolithique à l’âge du Fer). Les objectifs sont multiples : il s’agira dans un premier temps de réaliser un inventaire des collections conservées chez les prospecteurs et dans les musées, et dans un second temps d’effectuer des
  • (environ 85 km2), mais elle est la plus méconnue de toutes sur un plan archéologique. En effet, les opérations archéologiques ont été très peu nombreuses sur ce territoire (De Closmedeuc, 1902  : fouille d’un coffre dont la datation reste inconnue ; Marchand, 2010  : sondages site
  • /ou dolmen à couloir, ou tout du moins aucun vestige n’est conservé. - L’importation d’une pierre dressée en orthogneiss sur l’île (menhir Jeanne de Runélo) depuis le golfe du Morbihan a été démontrée (étude de S. Cassen et G.Querré, Cassen et al., 2009) - C’est sur cette île que
RAP03809 ((29) (56). Sud-est du Finistère, Pays de Cornouailles, Ouest du Morbihan. Rapport de PI 2019)
  • FASCICULE 2 : FICHES DE DÉCLARATION 16 Sites découverts en 2019 dans le Finistère 17 • Bannalec 17 • Briec sur Odet 23 • Elliant 33 • Ergué Gabéric 39 • Melgven 44 • Poullan sur mer 49 • Scaër 76 • Trégunc 86 Sites découverts en 2019 dans le Morbihan 91 • Le Faouët
  • 91 • Ploemeur 103 Contrôle de sites déjà déclarés dans le Finistère 109 • Beuzec Cap Sizun 109 • Briec Sur Odet 115 4 Fascicule 1 • Le Trévoux 120 • Poullan sur mer 126 • Quimper 150 • Quimperlé 155 • Saint-Nic 161 • Spézet 167 5 RFO de PROSPECTION
  • Morbihan Poullan sur Mer Briec sur Odet Ergué-GaElliant beric Scaer Melgven Le Faouet Bannalec Trégunc Ploemeur Figure 2 : Zone d’étude avec les communes de découvertes positives (A. Crowch) 9 RFO de PROSPECTION DIACHRONIQUE 2019/Sud-Est du Finistère, Pays de Cornouailles
  • 1 Ergué-Gabéric 29051 1 Finistère Le Trévoux 29300 1 1 Melgven 29146 1 1 Poullan sur Mer 29226 5 4 Quimper 29232 1 Quimperlé 29233 1 Saint-Nic 29256 1 Scaër 29274 2 Spézet 29278 Morbihan Sites vérifiés 1 Trégunc 29293 1 Ploemeur 56162 1 Le Faouët
  • ou site Poullan sur Mer 29226 Quimper 29232 Kerbalannec Vraz Néolithique/Allée couverte Kerdréal Néolithique/Menhir Keriolet Néolithique/Menhir Kerlafin Néolithique/Menhir Penfrat Âge du Fer/stèle 12 Fascicule 1 Communes Lieu-dit Pièces identifiées par des
  • et des éléments lithiques prélevés sur le site de Le Run 3, Melgven (Finistère). (David_Duvollet_29146_le_run3_2019_01, 02 et 03) 48 Fascicule 2 • Poullan sur mer FICHE D’ENREGISTREMENT DE DÉCOUVERTE ANNÉE : 2019 PREMIÈRE MENTION = DONNÉES ANNÉE DE = COMPLÉMENTAIRES
  • PREMIÈRE MENTION = N° DE L’EA = NOM DU REDACTEUR Duvollet david TEL : 0298602260 localisation DÉPARTEMENT : ...29. COMMUNE PRINCIPALE: ............POULLLAN SUR MER ...................... Nom : ...An Herlan............... Commune principale Poullan sur mer Commune secondaire(s) Lieu
  • réservé au SRA   Modification 50 O U I Fascicule 2 Figure 23 : Extrait du plan cadastral de la commune de Poullan sur mer, section ZO Feuille 000 ZO 01 Source : direction générale des finances publiques 51 RFO de PROSPECTION DIACHRONIQUE 2019/Sud-Est du Finistère
  • de la parcelle 76 où une concentration de silex a été repérée au lieu-dit de An Herlan, Poullan sur mer (Finistère). Source géoportail 52 Fascicule 2 Figure 25 : Photographies des silex et des éléments lithiques prélevés sur le site de An Herlann, Poullan sur mer (Finistère
  • Duvollet david TEL : 0298602260 localisation DÉPARTEMENT : ...29. COMMUNE PRINCIPALE: .......POULLAN SUR MER....................... Lieu-dit de l’IGN et/ou adresse : ..Beg ar gazec......... Nom : .Beg ar gazec.......... Commune principale Poullan sur mer Commune secondaire(s) Lieu
  • ! " #$ % & '! (" % Figure 27 : Carte IGN de la parcelle 195 où une concentration de solex a été repérée au lieu-dit de Beg ar Gazeg, Poullan sur mer (Finistère). Source géoportail 57 RFO de PROSPECTION DIACHRONIQUE 2019/Sud-Est du Finistère, Pays de Cornouailles, Ouest du Morbihan
  • ! " #$ % & '! (" % Figure 28 : Photographie aérienne de la parcelle 195 où une concentration de silex a été repérée au lieu-dit de Beg ar Gazeg, Poullan sur mer (Finistère). Source géoportail 58 Fascicule 2 Figure 29 : Photographies des silex prélevés sur le site de Beg ar Gazeg, Poullan sur mer
  • mention = N° de l’EA = NOM DU REDACTEUR Duvollet david TEL : 0298602260 localisation Département : ...29. Nom : ....Kerandraon.............. Commune principale Poullan sur mer Commune secondaire(s) commune principale: .......Poullan sur mer....................... Lieu-dit de l’IGN
  • l’EA : Cadre réservé au SRA N° Entité : Modification 61 RFO de PROSPECTION DIACHRONIQUE 2019/Sud-Est du Finistère, Pays de Cornouailles, Ouest du Morbihan Figure 30 : Extrait du plan cadastral de la commune de Poullan sur mer, section ZH Feuille 000 ZH 01 Source : direction
  • 218 et 220 où une concentration de tegulae a été repérée au lieu-dit de Kerandreon, Poullan sur mer (Finistère). Source géoportail 63 RFO de PROSPECTION DIACHRONIQUE 2019/Sud-Est du Finistère, Pays de Cornouailles, Ouest du Morbihan
  • ! " # $ %! &" # Figure 32 : Photographie aérienne des parcelles 218 et 220 où une concentration de tegulae a été repérée au lieu-dit de Kerandreon, Poullan sur mer (Finistère). Source géoportail 64 Fascicule 2 Figure 33 : Photographie d’une tegula sur le site de Kerandreon, Poullan sur mer
  • = N° DE L’EA = NOM DU REDACTEUR Duvollet david TEL : 0298602260 localisation DÉPARTEMENT : ...29. COMMUNE PRINCIPALE: ............POULLAN -SUR-MER.......................... Nom : ....Kerandréon............... Commune principale Poullan sur mer Commune secondaire(s) Lieu-dit de
  • : Extrait du plan cadastral de la commune de Poullan sur mer, section ZH Feuille 000 ZH 01 Source : direction générale des finances publiques 68 Fascicule 2
  • ! "# $ $ % & '! (# % Figure 35 : Carte IGN des parcelles 218 et 220 où une concentration de silex a été repérée au lieu-dit de Kerandreon, Poullan sur mer (Finistère). Source géoportail 69 RFO de PROSPECTION DIACHRONIQUE 2019/Sud-Est du Finistère, Pays de Cornouailles, Ouest du Morbihan Figure 36
  • : Photographies des silex et éléments lithiques prélevés sur le site de Kerandréon, Poullan sur mer (Finistère). (David_Duvollet_29226_Kerandréon_2018_01 à 04) 70 Fascicule 2 FICHE D’ENREGISTREMENT DE DÉCOUVERTE Année : 2019 Première mention = Données complémentaires = Année de