Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3846 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02209.pdf (VISSEICCHE (35). enclos de la Montagne. rapport final de fp1 2006)
  • -Bretagne (354). Orléans : BRGM. Notice explicative par F. Trautmann, A. Carn (1997), 65 p. 7 touK; mant château XÈXe ,>80m 200m Tène fine/le enclos XI Ve S 1 qq' J.-C.Meuret La M o n t a g n e -VISSEICHE (llle-et-Vilaine) Contexte naturel, parcellaire,archéologique et
  • m de profondeur. Fé3 a coupé les extrémités de ces trois fosses, c'est surtout le cas de F02 et Fol, à peine celui de Fo3 qui est à peine effleurée. La fouille fine de ces structures n'a produit aucun mobilier. Seule Fo3 contenait des blocs de schiste assez abondants et
  • -Vilaine Visseiche La Montagne Section D - Parcelles 318 x = 327,375 y = 2334,05 = environ 65 m M. D. Bécan - La Montagne, Visseiche (Ille-et-Vilaine) L'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE Autorisation de fouille programmée annuelle n° 2006-214 délivrée le 10/05/2006 par Madame la préfète de
  • 278 m2 Surface du site : 2 500 m2 pour l'enclos d'habitat principal, plus la zone des tumuli et les fossés de parcellaire. RÉSULTATS Mots-clefs: chronologie : Bronze final et Tène finale. nature des vestiges immobiliers : fossés - trous de poteaux - bâtiments sur poteaux. nature
  • des vestiges mobiliers : céramique - meules - une fiche. Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique Cette opération de fouille s'intègre dans une recherche entamée depuis plus de dix ans qui concerne les enclos découverts
  • d'avion dans la haute vallée de la Seiche (Ille-et-Vilaine) et le bassin de l'Oudon (Mayenne) par Gilles Leroux. Le site, découvert en 1996, comprend plusieurs structures distinctes : au nord un ensemble de trois cercles sans doute tumulaires, au centre un enclos trapézoïdal à fossés
  • : habitations et greniers. Le mobilier consiste en céramique et plaques foyères et provient avant tout du fossé de l'enclos. Il date totalement de La Tène finale. L'étude de sa répartition dans le fossé a permis de cerner une zone d'habitat et une zone où le stockage domine. Un petit fossé
  • passé inaperçu d'avion a été reconnu. En l'absence de mobilier, il ne peut qu'être daté d'après La Tène finale. Un cercle vu d'avion a été fouillé. Il a révélé trois fosses de taille humaine entourées par un fossé peu profond. La céramique recueillie dans ce fossé plaide pour le
  • . 24 unités 21fig. 77fig. 2 REMERCIEMENTS Ils s'adressent en premier lieu à Monsieur Didier Bécan propriétaire et exploitant de la parcelle, qui a accepté avec sa gentillesse coutumiére que ses terres soient perturbées par le décapage et les fouilles. Qu'il soit encore remercié
  • pour sa compréhension. Nous remercions à nouveau l'ami Gilles Leroux dont les fructueuses prospections aériennes servent de point de départ à nos fouilles. Nous ne pouvons que le remercier de cette déjà longue et amicale collaboration. Merci au Service Régional de l'Archéologie
  • , en la personne de M. Stéphane Deschamps, conservateur régional, et Mme Anne Villard-le Tiec, conservateur chargée de l'Ille-et-Vilaine, qui assurent l'instruction des dossiers administratifs, résolvent les problèmes financiers et soutiennent avec constance notre recherche
  • thématique programmée, bien petite au milieu d'un océan d'archéologie préventive. Cette année, nous avons bénéficié d'une aide venue du Royaume-Uni, en la personne de Michaël Greig. Et quelle aide ! puisqu'il nous a gracieusement mis à disposition sa mini-pelle pendant tout le mois de
  • fouille. Merci de la part de tous les fouilleurs à ce généreux mécène qui nous a singulièrement allégé la tâche et permis par ailleurs de rafraîchir notre anglais. Enfin, j e remercie du fond du cœur tous les fouilleurs bénévoles, sans qui une telle opération n'aurait pu avoir lieu
  • . Qu'ils le fessent sur leurs temps de vacances, ou sur leur temps de retraite, ils acceptent tous le travail parfois difficile et fatiguant de la fouille sur site protohistorique. Sans leur travail quotidien et soutenu, les Gaulois de Visseiche demeureraient des inconnus. Merci à tous
  • - 2 - Contexte de la fouille : Visseiche et La Montagne I-2-A- La commune de Visseiche I - 2 - B - La Montagne, un secteur bien identifié I - 2 - C - Les fouilles à La Montagne n - La FOUILLE et les STRUCTURES H-1- Procédure de fouille et de relevés II-2- Les structures II-2-A- Le
  • tumulus ïï-2-A-a- Le fossé II-2-A-b- Les fosses ID-2-A-c-Aspect originel de la structure et son histoire IJ-2-B- L'enclos trapézoïdal : H-2-B-a- Le fossé Fé2 n-2-B-b- Le fossé Fél 1 n-2-B-c- Les fossés F é l 2 et F é l 3 II-2-B-d- Les trous de poteaux : statistiques II-2-B-e- Les trous
  • de poteaux : l'occupation interne de l'enclos II-2-B-f : Les trous de poteaux : des hypothèses de bâtiments m - Le MOBILIER et sa DATATION EH-l-Le mobilier du tumulus ffl-l-A- la céramique ffl-l-Ble mobilier lithique III - 2 - Le mobilier de l'enclos DI-2-A- Quantification et
  • description de la céramique : m-2-A-a- Les plaques foyères ni-2-A-b- La céramique stricto sensu m - 2 - A - b - l - Quantification m-2-A-b-2- Caractérisation des vases m-2-A-b-3- Datation du mobilier céramique III-2-B- Répartition spatiale des restes de céramique m - 2 - B - a - Des restes
  • 2003. Fig. 7 : Implantation de la fouille 2006. Fig. 8 : Vues aériennes (depuis les arbres) d'ensemble de la fouille. Fig. 9 : Le tumulus : secteurs de fouille et nivellement. Fig. 10 à 12 : Le tumulus : stratigraphies du fossé. Fig. 13 : Le tumulus : les fosses. Fig. 14 : Le
  • foyers dans le remplissage de Fé2. Fig. 28 à 32 : coupes des fossés Fél 1 et Fél2. Fig. 33 : Vues d'un grenier, de deux bâtiments et d'un poteau calciné. Fig. 34 à 38 : Plans des bâtiments. Fig. 39 : Plan d'ensemble des bâtiments dans l'enclos laténien. Fig. 40 : Vues du mobilier du
RAP02371.pdf (RENNES (35). les fouilles du couvent de La Visitation. rapport de fouille préventive)
  • RENNES (35). les fouilles du couvent de La Visitation. rapport de fouille préventive
  • - Interprétation des vestiges mis au jour B.VII.3 - Phase 3 B.VII.4 - Phase 4 B.VII.5 - Phase 5 B.VII .6 - Conclusions générales sur la zone 5 118 119 120 120 121 C- TROISIEME SECTION Etude du mobilier archéologique C I - LA CERAMIQUE (R. Ferretté) C.I.l - LES TEMOINS LES PLUS ANCIENS C.I.1.1
  • , toute la séquence d'occupation, généralement fine, se décollait en masse et devenait inexploitable. Il a fallu à ce niveau jouer de compromis et localement, le décapage a été interrompu au dessus de la cote idéale, afin d'atteindre sansrisquela séquence tardive, par le biais d'un
  • . Figure 4 : Plan des enceintes de la ville de Rennes, dressé par Hévin entre 1665 et 1670 A.IV - OBJECTIFS DE LA FOUILLE La ville antique de Rennes n'étant pas connue de manière extrêmement fine, les problématiques précises restent à construire. C'est ainsi que l'arrêté de
  • R. Ferrette avec la collaboration de P.-A. Besombes et Y. Maligorne LES FOUILLES DU COUVENT DE LA VISITATION •ÊÊHÊSÊÊMMM Evolution et abandon d'un quartier urbain de Condate entre le début du 1er siècle et les Ve- Vie siècles. • Esalile • Libellé Fraternité RÉPUBLIQUE
  • FRANÇAISE I N S T I T U T • i S E C H* A R C H É O L O G I PREV + + . JANVIER 2008 + Ö «A t B C H E S Q U E S ENTIVES * % t i l l i I I i y- i'f' •••ini iif* S i* H Remerciements : Une opération de cette ampleur ne peut arriver à son terme sans le concours de nombreuses
  • formats A3 32 planches céramiques 57 clichés 9 diagrammes stratigraphiques SOMMAIRE A- PREMIERE SECTION Données générales concernant l'opération, le site et son environnement (Pierre Chevet) A.I - DESCRIPTIF TECHNIQUE DE L'OPERATION A I . 1 - D É R O U L E M E N T E T CALENDRIER
  • A.I.l. 1 - Les zones d'intervention A.I. 1.2 - Le décapage A.I. 1.3-Lafouille 1 2 2 4 4 A.I.2 - CONSTITUTION DES ÉQUIPES 5 A.I.3 - MÉTHODES D'ENREGISTREMENT E T A R C H I V A G E DES DONNÉES 6 A.II - ENVIRONNEMENT NATUREL DU SITE A.II.l - MORPHOLOGIE A.II.2 - G E O L O G I E E
  • .3 - L E S COUPES GÉNÉRALES E T L E S SONDAGES 13 A.V.4 - LES PRELEVEMENTS D E MATERIAUX 14 B - DEUXIEME SECTION Présentation des vestiges et éléments de chronologie (Pierre Chevet, Romuald Ferrette, Laurence Daudin) B.I -PERTURBATIONS ET STRATIGRAPHIE DU SITE 16 B.II - L
  • E S VESTIGES PRESENTES INDEPENDAMMENT DES ZONES DE FOUILLE B.II.l - L A VOIRIE (decumanus et cardo) B.II. 1.1 - Trame de la présentation B.II. 1.2 - Date de création de la voirie B.II. 1.3 - Description du decumanus * Le decumanus du Haut-Empire - Les chaussées - Les fossés - Les
  • éléments de datation * La voirie tardive - Le creusement 2103 - Les chaussées - Les fossés - Les éléments de datation 19 19 20 21 21 21 22 23 24 25 25 26 29 29 * Eléments connexes à la voie tardive - Relation avec le fossé 4035=5057 - L'édicule maçonné 2092-2093 B.II.1.4
  • - Description du cardo - Les chaussées - Les fossés et caniveaux - Les éléments de datation B.II.1.5 - Description du carrefour B.II.1.6 - Résumé des principaux éléments caractérisant la voirie B.II.2 - La conduite 4138 (fig. 6) B.II.3 - Le fossé 4035=5057 B.II.4 - Les fossés 1099=4003 et
  • 1056=1070=1137=4001 B.II.5 - L'Unité Construite 22 30 30 31 32 32 35 36 38 40 41 43 44 45 B.III LES VESTIGES DE LA ZONE 1 B.III. 1 - Phase 1 B.III.2 - Phase 2 B.III.3 - Phase 3 B.III.4 - Phase 4 B.in.5 - Phase 5 B.III.6 - Phase 6 B.III.6.1 - Etat 6a B.III.6.2 - Etat 6b B.III.7
  • ? B.III.10.2-Phase 10b * Construction du mur 1068 * Fosses dépotoir B.III. 11 - Phase 11 B.III.12 - Conclusions générales sur la zone 1 47 47 48 49 51 53 56 56 58 61 62 64 66 67 67 71 73 73 73 73 74 75 75 75 76 76 B.IV - LES VESTIGES DE L A ZONE 2 B.IV.l - Vestiges antérieurs à la
  • voirie B.IV.2 - Vestiges contemporains de la voirie B.IV.2.1 - Phase 2 (milieu premier à milieu lue siècle), fig.9 et 10a * Le trottoir nord * Le trottoir sud B.IV.2.2 - Phase 3 B.IV.3 - Vestiges postérieurs à l'abandon de la voirie B.IV.3.1 - Phase 4 B.IV.3.2-Phase5 B.IV.3.3 - Phase
  • 6 77 77 79 79 79 80 81 82 82 83 83 B.V - LES VESTIGES DE LA ZONE 3 B.V.l-Phase 1 B.V.2 - Phase 2 B.V.2.1 - L'unité artisanale 1 B.V.2.2 - L'unité artisanale 2 B.V.2.3 - L'unité artisanale 3 B.V.2.4 - L'unité artisanale 4 84 84 85 85 85 86 88 B.V.2.5 - L'unité artisanale 5
  • B.V.3 - Phase 3 B.V.4-Phase4 B.V.5 - Phase 5 B.V.6 - Conclusions générales sur la zone 3 B.VI - LES VESTIGES DE LA ZONE 4 B . V U - Phase 1 B.VI.1.1 - Etat la B.VI.1.2-Etat lb B.VI. 1.3 - Le défrichage en zone lb B.VI.2 - Phase 2 B.VI.3 - Phase 3 B.VI.4 - Phase 4 B.VI.5 - Phase 5
  • B.VI.6 - Phase 6 B.VI.6.1 - Etat 6a B.VI.6.2 - Etat 6b B.VI.7 - Phase 7 B.VI.8 - Phase 8 B.VI.9 - Phase 9 B.VI.10-Phase 10 B.VI. 11 - CONCLUSIONS GÉNÉRALES SUR L A ZONE 4 88 88 89 89 89 90 91 92 75 94 96 97 98 99 100 101 103 104 107 108 109 109 B.VII - LES VESTIGES DE LA ZONE 5
  • B.VII.l - Phase 1 B.VII.2 - Phase 2 B.VII.2.1 - Etat 2a B.VII.2.2 - Etat 2b *L'UC23 * Les trottoirs - Le trottoir occidental - Le trottoir oriental * La voirie B.VII.2.3 - Etat 2c *L'UC23 * Les trottoirs 110 111 112 112 112 113 113 113 114 115 115 115 117 * Le cardo 118 B.VII.2.4
  • - Les US 4238,4366,4392, 4411,4412 et 4413 C.I.1.2 - Les US 2210,2200, 2189, 2188,2187 C.I.1.3 - Discussion chronologique C.I.2 - DE TIBERE AUX FLAVIENS CI.2.1 - Les contextes de la zone 1 CI.2.2 - Les contextes de la zone 2 C.I.2.3 - Les contextes de la zone 3 C.I.2.4 - Les
  • contextes de la zone 4 123 124 124 128 129 130 130 132 134 134 C.I.2.5 - Conclusion C.I.3 - LE MOBILIER DU DEBUT DU SECOND SIECLE C.I.3.1 - Les US 1454, 1460,1465,1469 et 1491 C.I.3.2 - Les US 1582 et 1508 C.I.4 - LE MILIEU DU SECOND SIECLE C.I.4.1 -L'US 1354 C.I.4.2-L'US 1348 C.I.5
RAP03350_3.pdf (SARZEAU (56). Le château de Suscinio : le logis nord. Rapport de FP 2013-2015)
  • SARZEAU (56). Le château de Suscinio : le logis nord. Rapport de FP 2013-2015
  • LE CHÂTEAU DE SUSCINIO (MORBIHAN – SARZEAU) LE LOGIS NORD Rapport de fouille programmée 2013-2015 Sous la direction de Karine VINCENT Avec la collaboration d'Adrien DUBOIS Volume II – Tome 2 Inventaires techniques et rapport de conservation Avec les contributions de : Aurélia
  • Borvon Natacha Frenkel Pauline Petit Isabelle Brunie Emilie Godet Carole Vissac Sébastien Daré Pierre-Marie Guihard Géraldine Fray Laura Le Goff Janvier 2017 L’utilisation des données du rapport de fouilles est régie par les dispositions du code de la propriété
  • intellectuelle concernant la propriété littéraire et artistique. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article LI22-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte
  • accompagnée ou non de photographies, cartes ou schéma, n’est possible que dans le cadre de courte citation, avec les références exactes et complètes de l’auteur de l’ouvrage. Toute utilisation des données du rapport à des fins lucratives est interdite en vertu de l’article 10 de la loi
  • modifiée des données du 17 juillet 1987 relative à l’amélioration des relations entre l’administration et le public. Le non-respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal (1). (1) Loi n°78-753 du 17 juillet 1978, article 10 “les documents
  • administratifs sont communiqués sous réserve des droits de propriété littéraires et artistique. L’exercice du droit à la communication (...) exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d’utiliser à des fins commerciales les documents
  • ………………….……………………...................p. 53 4. Inventaire simplifié du mobilier par US………………………….…………………p. 116 5. Inventaire spécialiste – Céramique………………………….…………………....…p. 177 6. Inventaire spécialiste – Le métal………………………….…………………....…….p. 261 7. Inventaire spécialiste – Les ardoises………………………….……………………...p. 284 9
  • . Rapport d’étude et de Conservation-restauration des éléments en verre découverts durant les fouilles archéologiques au château de Suscinio à Sarzeau en 2015 – par Natacha Frenkel, restauratrice du patrimoine…….………………………….… ………..p. 297 10. Rapport d’intervention sur les enduis peints du
RAP03204.pdf (LE QUIOU (22). La Villa de la gare. Rapport 2015 de FP)
  • LE QUIOU
  • LE QUIOU (22). La Villa de la gare. Rapport 2015 de FP
  • (22 263 002 AH -Le Quiou) ? 21.00 ? ? Bâtiment II : Thermes 2007-3 0413 . 23,20 . 21,91 Evacuation 6 0414 . 22,90 FS7058 FO7056 20,66 20.71 SDP200915 . 22,01 . 20,84 782 .20.20 Can.78 Mur 159 FS7097 . 20,88 . 20,86 . 20,87 . 20,93 . 20,84 .19.50 DE LA
  • Rapport de fouilles programmées Le Quiou, Côtes d’Armor(22) La villa de la gare Août 2015 sous la direction de Jean-Charles Arramond Christophe Requi avec la collaboration de Françoise Labaune Frédéric Rivière Isabelle Rodet-Belarbi Thomas Arnoux Inrap Grand - Ouest
  • Décembre 2015 2 Inrap · Rapport de fouille Le Quiou 2015 Rapport de fouilles programmées La villa de la gare Août 2015 22 263 Code INSEE Le Quiou, Côtes d’Armor(22) sous la direction de par avec la collaboration de Jean-Charles Arramond Christophe Requi Jean-Charles
  • 74 74 1. Problématique et méthodologie 1.1 Nature et importance scientifique du site 1.3 Historique des campagnes de fouilles 2002 -2005 (Figures 2 et 3) 1.4 Les campagnes 2006 à 2008 (Figures 2, 3 et 4) 1.5 La fouille Triannuelle 2009-2011 (Figures 2, 3 et 4). 1.6 La fouille
  • Triannuelle 2012-2014 (Figure 2,3 et 4). 1.7 Objectif de la campagne 2015 1.8 Enregistrement des données de terrain 1.9 Structure du rapport 2. Résultats Les résultats des campagnes 2012 à 2015 dans la zone 8 2.1 Les travaux menés en 2015, zone 8. 2.1.1 Stratigraphie et phasage 2.1.2 La
  • phase 8A 2.1.3 La phase 8B : un habitat des VIIIe, IXe et Xe siècles 2.1.4 La phase 8C : Occupation Antiquité tardive - haut Moyen Âge 2.1.5 La phase 8D : Evolution du bâtiment I de la villa 2.1.6 La phase 8E : vestiges de pratiques culturales du début du Ier de notre ère. 2.1.7 Les
  • sondages complémentaires dans la cour ouest ESP8262 2.2 Bilan de la triannuelle 2012-2014 2.3 Programme 2016-2017 75 3 Etude du mobilier céramique 75 75 75 76 3.1. Méthodes de travail 3.1.1. Le traitement des données 3.1.2. Le mobilier céramique. 3.1.3. Les autres matériaux
  • de datation radio carbone 110 ANNEXE II : Etude téchnique pétroarchéologique des liants architecturaux de la villa du Quiou 126 ANNEXE III : Projet de publication des résultats I. Données administratives, techniques et scientifiques 8 Inrap · Rapport de fouilles Le
  • d’Armor (22) Néant Dates d’intervention sur le terrain Commune Code opération Inrap Le Quiou D205.0060.01 Adresse ou lieu-dit Numéro de l’arrêté de prescription La Gare Néant du 3 août 2015 au 28 août 2015 Surfaces En date du Codes code INSEE 22 263 Numéro de l’arrêté de
  • désignation du responsable 2012-225 En date du 29 juin 2012 Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence x : 277, 825 y : 1081,400 z : 20 m NGF Références cadastrales Année Surface totale de l’emprise de la fouille 2000 : 300 m² 2001 : 100 m² 2002
  • composition du rapport Parcours archéologique et présentation des vestiges Nombre de volumes I Opérateur d’archéologie Nombre de figures 86 1983 section A parcelles 201, 206, 207, 208, 209, 210, 211 Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement
  • Anthropologie Paléontologie Zoologie Botanique Palynologie Macrorestes An. de céramique An. de métaux Aca. des données Numismatique Conservation Restauration 10 Inrap · Rapport de fouille Le Quiou 2015 Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches
  • génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Jean-Yves Tinevez, SRA Ingénieur en charge du dossier Prescription et contrôle scientifique Michel Baillieu, Inrap Adjoint scientifique et technique Mise en place et suivi de l’opération Jean-Charles Arramond, DRAC
  • , organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Deschamps, SRA Conservateur régional Prescription et contrôle scientifique Claude Le Potier, Inrap Directeur interrégional GSO Mise en place et suivi de l’opération Prénom Nom
  • , organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Jean-Charles Arramond, DRAC Ingénieur de recherches Responsable scientifique Christophe Requi, Inrap Chargé d’études Responsable scientifique Lydie Mano Bénévole Responsable secteur 8 Bénévoles
  • Travaux de terrain Plans et coupes des structures Assistant AST Relevés et plans Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Jean-Charles Arramond, DRAC Ingénieur de recherches Coordination scientifique Christophe Requi, Inrap
  • d’études Rédaction des textes Intervenants administratifs Équipe de fouille Thomas Bernard, Nicolas Blottières, Yoann Dieu, Saloux-Gendrot Véronique, Mathias Jonathan, Jaouen Ninog, Ronan Louessard, Lydie Mano, Malo Lemee, Maya Requi-LeNoheh, Mélody Requi-Le-Noheh, Bastien Simier
  • Requi, Inrap Chargé d’études Mise en page du RFO I. Données administratives, techniques et scientifiques 11 Notice scientifique Les observations réalisées lors des campagnes de fouilles 2001 à 2015 ont permis de cerner l’organisation et l’évolution des différents bâtiments
  • de la villa du Quiou. Le bâtiment (I) principal est flanqué de deux ailes organisées autour de deux cours successives. Un talus d’environ 1 m de haut délimitait un glacis de 5 mètres de large contre le mur de l’aile sud. Des fosses de plantations d’un mètre de diamètre en moyenne
  • , orthonormées et axées sur les murs directeurs de la villa ornaient la parcelle située au sud sur au moins 75 m de long (nord/sud). Si la quantité de mobilier est encore faible pour dater les phases initiales de construction, c’est l’édifice thermal (le bâtiment II) ajouté dans le
RAP03099.pdf (SARZEAU (56). Château de Suscinio, le logis Nord. Rapport intermédiaire de FP 2013-2015)
  • SARZEAU (56). Château de Suscinio, le logis Nord. Rapport intermédiaire de FP 2013-2015
  • Le site de Suscinio (EA n°56 240 0019) est localisé dans la commune de Sarzeau, au sud du département du Morbihan et dans la partie méridionale de la presqu’île de Rhuys. Le château s’inscrit dans la lignée des grandes résidences ducales qui émergent à la fin du Moyen Âge en
  • Bretagne sous l’impulsion de ducs puissants. Afin d’enrichir considérablement les connaissances relatives à la vie dans un château ducal de la fin du Moyen Âge et alimenter les nombreuses problématiques ( castrales – architecturales – historiques – archéologiques ), le programme de
  • recherche vise la fouille exhaustive de ce site emblématique. La première phase du programme de recherche (triennale 2013-2015) vise l’étude archéologique du logis Nord du château (moitié est). Ce rapport présente les principaux résultats de la seconde campagne de fouille du programme de
  • INTERMÉDIAIRE 2014 (N° Autorisation 2014-043) - FOUILLE PROGRAMMÉE 2013-2015 - CHÂTEAU DE SUSCINIO, le logis Nord - Karine VINCENT - 2015 2 rue de Saint-Tropez – CS 82400 – 56009 Vannes Cedex Tél 02 97 69 50 75 – Fax 02 97 47 68 47 Création / impression : Conseil général du Morbihan
  • 2015 RAPPORT INTERMÉDIAIRE 2014 CHÂTEAU DE SUSCINIO, le logis Nord FOUILLE PROGRAMMÉE – TRIENNALE 2013-2015 Sous la direction de Karine VINCENT Arrêté d’autorisation n°2014-043 Commune de Sarzeau – Morbihan EA 56 240 001 Code INSEE 56240 CHÂTEAU DE SUSCINIO (Sarzeau) Le logis
  • ) Adrien Dubois (histoire/paléographie) Géraldine Fray (restauratrice du patrimoine) Natacha Frenkel (restauratrice du patrimoine) Pierre-Marie Guihard (numismatique) Pauline Petit (métal et instrumentum) Travaux réalisés avec le concours du : Conseil général du Morbihan Service
  • Régional de l’Archéologie de Bretagne Centre Michel de Bouärd – UMR6273 (CNRS/UCBN) 2015 AVIS AU LECTEUR Le présent rapport présente les résultats d’une opération de fouille programmée. Les rapports constituent des documents administratifs communicables au public, après remise au
  • Service Régional de l’Archéologie, suivant les dispositions de la loi modifiée n° 78-753 du 17 juillet 1978, relative à l’amélioration des relations entre l’administration et le public. Aux termes de la circulaire du 26 mars 1993, prise pour application, ils pourront donc être
  • consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et des contraintes qui en résultent. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L 122-5 du
  • code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes du ou des auteur(s) et de l’ouvrage. Par ailleurs
  • , l’exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d’utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art.10). Le non-respect de ces règles constitue un délit de
  • Mots-Clefs des thesaurus Résumé de l’opération Pièces administratives p.6 p.11 p.12 p.13 p.14 p.16 p.17 p.19 p.21 SECTION 2 : Résultats p.29 1. PROBLEMATIQUES D’INTERVENTION 1.1. Rappel historique 1.2. Le programme de recherche Le postulat : une vision partielle Un château
  • composite Les objectifs de la triennale 2013-2015 p.33 p.33 p.35 p.36 p.36 p.37 2. LES ÉTUDES CONNEXES 2.1. La recherche historique (Adrien Dubois) 2.2. Les relevés d’architecture p.39 p.39 p.42 3. LA CAMPAGNE 2014 2.1. Présentation générale Organisation et financement Les moyens
  • mécaniques et techniques Sécurité 2.2. Méthodologie Les secteurs de fouille Système d’enregistrement Documentation 2.3. Médiation et valorisation p.43 p.43 p.43 p.43 p.45 p.45 p.45 p.47 p.48 p.49 4. LES PRINCIPAUX RÉSULTATS 4.1. Le secteur 2 : une occupation des espaces à l’époque
  • moderne (XVIe-XVIIe s.) Une phase indéterminée (XVIe siècle) Dernière occupation (XVIe-XVIIe siècle) : une structure d’habitat Niveau d’arrêt du secteur 2 p.53 p.53 p.54 p.56 p.57 3 4.2. Les secteurs 3 et 4 : le logis Espace A : le four à pain Espaces B et C : la cuisine
  • Canalisations et circulation des eaux Les foyers Organisation et fonction des espaces Espace D : une pièce de stockage Un pressoir ? 4.3. Le secteur 5 : la cour Un chantier de construction du début du XIVe siècle Le dépotoir (DEP_1045) La partie ouest p.58 p.59 p.62 p.63 p.64 p.65 p.68 p.73
  • p.79 p.80 p.82 p.87 5. LES ÉTUDES 5.1. Les études réalisées sur les collections 2013 5.1.1. L’étude numismatique (Pierre-Marie Guihard) 5.1.2. Le mobilier métallique (Pauline Petit) p.91 p.91 p.91 p.95 5.2. Les études en cours p.107 5.2.1. Le mobilier céramique : Présentation
  • de l'étude céramique et de ses objectifs (Isabelle Brunie et Sébastien Daré) p.108 5.2.2. Compte-rendu sur le protocole mis en place pour les études archéozoologiques et attendus (Aurélia Borvon) p.111 5.2.3. Malacologie (Laura Le Goff) p.112 6. BILAN ET PERSPECTIVES 6.1
  • . Conclusions provisoires Une vie de château… Les études connexes 6.2. Les perspectives 2015 Organisation et objectifs Études et travaux prévus en 2015 Et après… p.115 p.115 p.115 p.116 p.117 p.117 p.119 p.119 BIBLIOGRAPHIE p.121 SECTION 3 : Annexes p.125 1. CONSERVATION ET
  • RESTAURATION : Rapports d’intervention 1.1. Les enduits peints - Lot 2014 (Géraldine Fray) 1.2. Le verre - Lot 2013 (Natacha Frenkel) 1.3. Le verre - Lot 2014 (Natacha Frenkel) p.129 p.211 p.237 2. LES INVENTAIRES 2.1. Inventaire simplifié des Unités Stratigraphiques 2.2. Inventaire
RAP03335.pdf (LE QUIOU (22). La Villa de la gare. Rapport de FP 2016)
  • LE QUIOU
  • LE QUIOU (22). La Villa de la gare. Rapport de FP 2016
  • Rapport de fouilles programmées Le Quiou, Côtes d’Armor(22) La villa de la gare Programme biannuel 2016-2017 Campagne 2016 : 3-10 septembre sous la direction de Christophe Requi Jean-Charles Arramond avec la collaboration de Thomas Arnoux Françoise Labaune Ronan Louessard
  • Lydie Mano Frédéric Rivière Isabelle Rodet-Belarbi Direction régionale des affaires culturelles de Bretagne Inrap Grand - Ouest Décembre 2016 2 Inrap · Rapport de fouille Le Quiou 2016 La villa de la gare Programme biannuel 2016-2017 Campagne 2016 - 3-10 septembre 22 263
  • Code INSEE Rapport de fouilles programmées Le Quiou, Côtes d’Armor(22) sous la direction de Christophe Requi par avec la collaboration de Jean-Charles Arramond Thomas Arnoux Christophe Requi Françoise Labaune Ronan Louessard Arrêté de prescription
  • 2 et 3) 23 1.4 Les campagnes 2006 à 2008 (Figures 2, 3 et 4) 25 1.5 La fouille Triannuelle 2009-2011 (Figures 2, 3 et 4). 27 1.6 La fouille Triannuelle 2012-2014 (Figure 2,3 et 4). 27 1.7 La campagne de fouille 2015 28 1.8 Programme 2016-2017 28 1.9
  • : Inventaire des éléments d’architecture 127 ANNEXE III.6 : Inventaire des prélèvements 143 ANNEXE IV : Projet de publication des résultats I. Données administratives, techniques et scientifiques 8 Inrap · Rapport de fouilles Le Quiou 2016 Fiche signalétique Localisation
  • Références de l’opération Organisme de rattachement Région N° OA Patriarche Bretagne 22 263 001 AH Inrap Grand - Ouest CS67737, 35577 Cesson-Sévigné Cedex Tél. 02 23 36 00 40  go@inrap.fr Département N° de projet Inrap Côtes d’Armor (22) Néant Dates d’intervention sur le
  • terrain Commune Code opération Inrap Le Quiou D205.0060.01 Adresse ou lieu-dit Numéro de l’arrêté de prescription La Gare Néant En date du Codes code INSEE 22 263 Numéro de l’arrêté de désignation du responsable 2016-038 En date du 25 mars 2016 Coordonnées géographiques et
  • altimétriques selon le système national de référence x : 277, 825 y : 1081,400 z : 20 m NGF Références cadastrales Année Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement CD 22 Nature de l’aménagement Parcours archéologique et présentation des vestiges du 3 septembre 2016 au 10 septembre 2016
  • composition du rapport Nombre de volumes I 1983 section A parcelles 201, 206, 207, 208, 209, 210, 211 Opérateur d’archéologie Nombre de figures 18 Inrap Grand Ouest Responsable scientifique de l’opération Christophe Requi, Inrap Statut du terrain au regard des législations sur le
  • . des données Numismatique Conservation Restauration 10 Inrap · Rapport de fouille Le Quiou 2016 Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Jean-Yves Tinevez, SRA Ingénieur en
  • pétroarchéologique des liants Isabelle Rodet-Belarbi, Inrap Chargée d’études Etude archéozoologique Thomas Arnoux, Inrap Assistant d’études Réalistion des levés topographiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Yves Menez
  • , SRA Conservateur régional Prescription et contrôle scientifique Claude Le Potier, Inrap Directeur interrégional GSO Mise en place et suivi de l’opération Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Jean-Charles Arramond, DRAC
  • Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Jean-Charles Arramond, DRAC Ingénieur de recherches Coordination scientifique Christophe Requi, Inrap Chargé d’études Responsable scientifique Christophe Requi, Inrap Chargé d’études Infographie Lydie Mano Chargée
  • , , Ronan Louessard, Lydie Mano, Malo Lemee, Bastien Simier, Océane Charpentier. Thomas Arnoux, Inrap Équipe de post-fouille Gestion et étude du mobilier I. Données administratives, techniques et scientifiques 11 Notice scientifique Les observations réalisées lors des campagnes
  • de fouilles de 2001 à 2015 ont permis de cerner l’organisation et l’évolution des différents bâtiments de la villa du Quiou. Le bâtiment (I) principal est flanqué de deux ailes organisées autour de deux cours successives. Un talus d’environ 1 m de haut délimitait un glacis de 5
  • mètres de large contre le mur de l’aile sud. Des fosses de plantation d’arbres d’un mètre de diamètre en moyenne, orthonormées et axées sur les murs directeurs de la villa ornaient la parcelle située au sud sur au moins 75 m de long (nord/sud). Si la quantité de mobilier est encore
  • faible pour dater les phases initiales de construction, c’est l’édifice thermal (le bâtiment II) ajouté dans le prolongement de l’aile nord qui permet d’avancer une date précoce soit le tout début du Ier siècle de notre ère. En effet, ce dernier subit un remaniement datable du milieu
  • du Ier siècle de notre ère. Mais, il succède déjà à un bâtiment antérieur (batiment IV) très arasé dont la fonction (peut être thermale) n’a pu être déterminée. La villa du Quiou constitue donc l’établissement rural de type romain le plus ancien connu actuellement en Armorique
  • . L’espace thermal se développe pour atteindre son extension maximale dans le courant du dernier quart du Ier siècle de notre ère. C’est à cette période que le bâtiment III est ajouté contre l’aile sud du bâtiment principal I. En partie restitué, il s’organise autour d’un espace central
  • bordé de deux espaces de circulation desservant chacun deux pièces dont une était chauffée par un hypocauste à pilettes. L’hypothèse d’un espace de logement, mansio ou habitat du villicus, semble pouvoir être retenue pour l’instant. Le bâtiment thermal cesse probablement de
RAP02722.pdf (PLOUNÉOUR-MÉNEZ (29). abri sous roche de Pont-Glas. rapport de sondage)
  • LE GOFFIC Michel
  • at saillie par auxquels le suite chaos associees et a n'en d'une pres sur par PLOUNEOUR- cours dans sa attention de realises granite endogene abris-sous-roche de avait de inclusion de observation un Je me suis de le DACE de granite des pas struc
  • trapezoidale de I'ordre de 20 Le sondage large de 1 et long de 3,20 a 3,60 m, a ete implants' suivant de la un axe a Toutes les terres ete tamisees sur de 5 mm. Des la surface, dons les horizons de ceramique tournee de couleur beige, mis au jour, et diverses, sence de rebords, tres
  • certains Bronze ou de Deux du La 1 et que ceux (planche trouves dc marque haut par fine path et mica. a la bien large et cannelure se Le couleur diametre est de compose ; II dont horizon tour raboutent. vase tailie de 4. de la mont6 au interne, de
  • fine cannelure. paroi a d'un La beau Les stries fa 4 d'un une interne. vase vase de est par la de extcrne visibfes non sur sur la tourne face mat Le de vase noire, la est La bien face rousee et interne. a externe est et oxydante sur pincee. La
  • d'ha- d'babitat permanent ou temporaire sous en qu'en bord de chaos Pour d'une si il faille revoir peu regarder d'un peu plus pres rocheux de bien divers. sites en dans la pos- des alterations en Armorique pour les du temps post- 0 1 2 3 dans texte). s
  • -est. Toute la bordure sud du massif granitique de des affleurements de granite susccptibles et pation entre d'une allant de d'avoir connu et plus en de part et au bourg du choisi pour effcctuer le sondage est Le tit de ceux aspecte au sud-est, une cupulc, d'un bloc de
  • granite qui determine' DE de pe- par une pe- le fouille le plus /'existence dans I'abri I'acces ouest structure de picrres et de terre ont Ill - une occu- : du . - Michel LE COFFIC, . - Daniel retraite, . - Bertrand CRALL, • > IV - DU Le a ete realise les 75 Apres
  • la prise de 1987. la premiere operation a consiste d abords de de de la et lierre, cm 16 et vegetation cons- la de les plan de i'abri a est constitue de deux blocs de Le bloc le plus granite se un second le en est un Le tout une surface au sol de forme
  • fragments de clous et A a de dimension de I'abri et et entre les de Ce de granite, s'etend dans la vient s'appuyer sur le bloc a cupule. le de silex et roches diverses dont un furent trouves de tres beau trapeze tures legerement concaves en silex blond et aussi plusieurs
  • petits de ceramique de du Fer et d'autres Au-dessus eclats a troncatessons - 3 - Sur cettc surface ont ete de de de grains Beaucoup des pierres du pavage portent des traces de ces pierres figurait un de grain tres fin a et Au sud du dallagc, a 20 cm de profondeur
  • place a 50-65 du carre de fouille, tous Certains font penser a des Pour ne pas contrarier le surface large cannelure. d'argile cuite rouge figuraient a et sur toute deux se soit du d - 25 cm et pourrait dater d'une p6riode V - LB 1 > le galet du pavage et quelques
  • fragments dc quartz, tzite et gres pose au feu, le lithique se com- suit : - 1 eclat de talon large, non (planche 3, fig. 9). - - 1 trapeze en fame - I flexion - avoir ete sur distal d'outil en d inverses (planche en fig. - ] 3, fig. partic abruptes, fa
  • , en fig. - 3 en silex dont un de silex - de - 2 e'clats de - 1 de ce gres silex de gres de Kervouster) recristallise (planche gres - 11 debris debris (type lame en - 1 nucleus - 7 eclats gres 7). - J fragment distal Tout la sur le cot4 pu - 1 fig
  • . eclat Les semblc 1 ont tres Dons fragment gauche, d'un concaves. percussion - dont (planche figure (planche 3, fig. fig. 8). 5). brules. calcedonieux peut 3, type au La final. fig. 6). - 5 - 2 > 60 tessons ces ne sont de tessons, 15 sont pas
  • de cm. quartz, la est fonce ma- des noire stries est - Poterie Rebord 2 (planche d'un fig. 4, Le col Ce type est est court mm) tres mm mm mm. : et a la periode de la paroi est de bien - Poterie 2), vase Diametre de I'ouverture : Diametre au niveau du
  • col : Diametre maximum de la panse 3 grand cm. de epoque sur la planche de d'un vase a Fer, du 1). de une surface du a degraissant Le figures fig. 4, vase est de I'ordre de est ou de decrirons fragment pate 26 19 se rapportent d tessons sondage. ou
  • Le montre vase une 6). utilitaire. cuisson reductrice pdte la face sauf sur la dcgrais- cuisson et d'un La quartzo-micace. utilitaire fig. Fond de la la pdte de est sant pate panse-enco- fig. cuisson Rebord base et surface sont de La de vase se
RAP00159.pdf (BERNÉ (56). forêt domaniale de Pont-Calleck. rapport de sauvetage urgent.)
  • construction à partir du Sud. Sur le cliché nous pouvons observer : -A- la première construction (sol et mur -B- l'erfcrSmité Ouest de la seconde construction
  • second plan sur les murs des deux constructions» Détail ds la constitution du talus reliant les deux constructions. On remarque ici au centre du cliché l'inclusion d'une assiette en poterie commune grise (il s'agit du nOj/g/1 de la planche CERAMIQUES). Bétail de .La construction
  • couvr r sous &OLULI&> du Moyen-Age. 1976 à i celui-ci un habitat carré à foyer central de la fin 1978. Cette année les travaux ont porté sur l'ensemble des Photo naphlz i : habitats 193 - 20 - 21. L'intérêt de cet ensemble s'explique par les points suivants Vue. d'en&embltL
  • - juxtaposition de constructions de divers types (recavant ta ^OULWLQ. tangulaires et à pignon en abside). - plusieurs talus délimitent les enclos. - Comparaison à la fois struturales et chronologiques avec les découvertes faites dans la zone de l'habitat 3. La campagne de fouille s'est
  • déroulée du 1 au 15 juillet 1978 avec l'aimable collaboration de : Melles C. Le Costenec, C. Mau Mmes L. Chauvin, M. Bardel, A. Bardel Mrs C. Arrive, L. Bardel, B. Grall, et P. Mau. La méthode utilisée a été celle de l'Open Area Exca- vation ; en effet un sondage pilote ouvert à
  • l'angle Sud-Ouest de l'habitat 19 avait montré un seul sol d'occupation. Le quadrillage utilisé en 1976 - 1977 a été conserrvé et cette année, 7 sondages ont été ouverts entre les coordonnées 0 à R et 23 à 26. LA FOUILLE. Elle a porté sur l'habitat 19 en particulier. Elle a VtguAQ
  • , : permis de mettre au jour deux contructions d'époques différentes, Vlan d
  • Sud- esh Ouest. La maçonnerie très sommaire -efe identique à celle des constructions déjà étudiées : un parement de pierres encadre un blocage de pierre tout venant mélangé moellons utilisés proviennent, à de la terre arable. Les comme ailleurs, du clivage en pla- que du
  • sous-sol granitique affleurant. La maçonnerie mise au jour a une épaisseur moyenne d'1,18 m. Cependant du fait du grand état de dégradation de l'édifice cette mesure peut-être diminuée quelPhotogiaphlu 2 eJt 3 La pneMien.e. don&tiuioJilon que peu. Le retour de l'angle Sud-Ouest
  • surface du sol entre ce mur et l'habitât postérieur (2,60 Ti.QUh.2. plus à l'Est) a permis de récupérer un im- portant mobilier gallo-romain du début du 1er siècle, (sac. 5). ceAaniLque. On y remarque une amphore à pâte orange et engobe blanc dont le col et les anses ont été
  • ° (5) 10 et (8) 5), et des formes communes rappelant les jattes (n° (8) 2). Il est à noter, quaeâlon^a trouvé qu'un seul fragment de tegulae dans tout ce mobilier. Nous avons probablement un habitat de tradition indigène couvert en végétaux. La Seconde Construction. C'est la
  • grande construction rectangulaire (11 m x 5, P-tguAe. Plan d'unAornblz d&6 houùJLlv> de. 76 à 7ê 30 m hors-tout) à foyer central que l'on trouve entre P/Q et 24/ 26. Elle a les mêmes orientations que la première (Nord-Sud et Est-Ouest). Sa construction a réutilisé les matériaux de
  • la précé- dente. L'ère d'occupation est la même que la précédente et aucun élément ne permet de distinguer les deux temps d'occupation. Le n° 4 sol est un nivellement du sùbstratum granitique inégal avec de La seconde construction la terre végétale. La moitié Ouest de la
  • laitier de fonte de fer. Ventrée Photographie. n°6 Le loyer. Dans, l'angle Sud-Est un empierrement en arc de cercle s'appuie contre les murs. Il s'agit vraisemblablement du calage d'un gros récipient (genre Dolium). La maçonnerie identique à la précédente est cependant moins large
  • (1,00 m) et bien conservée. Par rapport à l'habitat 3 Pigureh : Vlan de la fouille 19?8 meule n° 1 et à la construction rectangulaire du bas Moyen-Age, on ne trouve pas ici le système "d'encaissement", ce qui explique le bon état de conservation vis à vis de la végétation
  • environnante. On constate dans le remplissage des murs, la présence de nombreux éléments Photographie. de réemploi n 7_ 1/2 meule, en réemploi riode d'occupation. On remarque ainsi une demi meule dans le pare- (céramiques diverses) provenant de la première pé- ment intérieur du mur à
  • gauche de la porte en entrant. A l'extérieur de la maison et à l'angle Nord-Ouest, on a fermé l'espace entre le mur du premier édifice et le pignon, avec photographies un talus de section hémisphérique où l'on trouve le réemploi de n° 3 et 8 tous les gravats de la première
  • construction, (poterie, meule, le talus moëllons de construction etc.). Ce petit espace devait constituer soit une remise parc à bestiaux (si elle était couverte) soit un petit (une palissade étant planté dans le talus). La fouille dans toute cette partie a livré un mobilier identique
  • à celui décrit pour la première construction. Seulement il se présente ici un problème de datation. En effet un sondage ouvert dans l'angle intérieur Sud-Ouest de la construction a montré que les sols des deux occupations étaient confondus et que le mobilier que l'on trouve dans
  • identique à celle que l'on a observée dans l'habitat 19. Entre les habitats 19 et 20, une crapaudine réalisée dans un bloc de granit a été récupérée dans l'éboulis qui remplissait la séparation. Il n'a pas été possible de déterminer à quel édifice appartenait cet élément. Aucun élément
RAP00565.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • , at least during the médiéval period (Astill and Davies 1984a: 20). A116 lies to the north of Ruffiac, between Coetion and Le Vivier. It is located in a small damp valley bottom, on a north-facing si ope, at 70m. At least one platform can be seen. To the north of the field, in the lowest
  • -use can also be helpful here. Sites like Trench 2 - which fall in areas of early nineteenth-century meadow or 1 ande are likely to represent pre-nineteenth-century activity, and as the excavation clearly demonstrates sometimes cultivation, pace our earlier suggestion (Astill
  • covered, encompassing 772 hectares (4.01% of the surface area of the four communes). 30.99kg of pottery and 93.92kg of man-made building material were recovered from the transects; 45% of the pottery was médiéval, 53.6% post-medieval and 1.4% Roman. No pre-Roman pottery was found
  • in nineteenth-century meadow and/or pasture (3.8%), marginal 1 ande (unculti vated land, not fallow - a high 8.6%), woodl and (0.5%), curtilage and areas of mixed land-use; ail but the latter suggest some measurable change in land-use by indicating pre-nineteenth-century arable or settlement
  • away. 0.41 hectare was walked. No pre-medieval or médiéval pottery was recovered and no brick or tile; but 0.05 sherds per square of récent post-medieval pottery were collected and eleven pièces of haematite (1561g). There was little variation in magnetic susceptibil ity readings
  • size is 0.44 hectare. In the early nineteenth century it was part of an area of water meadow, 250m from the nearest settlement of Le Cleu. 0.3 Roman sherds per square were collected (2.11g), with 0.4 médiéval sherds (1.63g), 0.31 post-medieval sherds (1.71g) and 2.38 fragments
  • of the areas of greatest environmental potential lies in attention to the pedology and sedimentol ogy of the soils themselves, especially where this can be precisely rel ated to the archaeol ogi cal évidence (Astill and Davies 1984c: 58). The features chosen were close to A116
  • farms) of La Touche Gourelle, Bas Coetion, Ruis, Gayon, and Le Vivier. The surroundings of the château seem to have been deliberately landscaped with long, straight, tree-lined approach roads, copses and a fish pond, and the farms are surrounded by the large rectangul ar blocks
  • of arable characteristic of the ' château landscape". Since the château appears to have been built by the seventeenth century, and the associated landscaping at least considerably pre-dates the nineteenth century, the settlement at Allô was presumably abandoned before seigneurial
  • of the last year pollen analysis has been carried out on samples taken during 1984, in particular from buried soils beneath banks in woods near Le Vivier (not far from the excavation site) and Le Rond Point (Carentoir), areas of extensive 1 ande in the early nineteenth century. Although
  • there, with some useful focussing on early modem, pre-cadastral use: the relevant problems are those of distinguishing manuring from settlement scatters and of determining the extent of scatter generated from inhabited buildings (Astill and Davies 1984c: 55-8). It is even clearer that crude
  • by the 'total' collection sites of D221 and B347, even one field can produce distribution patterns that differ by period; the cl ustering of one class of material can suggest structures, the lack of cl ustering of another can suggest the effects of manuring. Comparison with cadastral land
  • as coniferous) can hardly be more than two hundred years old. In such ways surface scatters, in association with other évidence, are beginning to suggest precisely localisable changes in land-use, especially during the 1 ast millenium. This year also saw a major attack on the problem
  • urry cores of walls. The harder schi stes are of three distinctive colours - black, pink-purple and grey - and can only very rarely be found on inhabited buildings now, although piles of both black and pink-purple sometimes survive in the fields beside collapsed structures
  • cleared woodland (F231, F594, C405, C436, for example). It is therefore at least a useful indicator of pre-twentieth-century arable. However, there are also différences in colour combinations for there are zones with ail three colours, others without pink-purple and others with black
  • into cultivation. Potentially; then, this is an excepti onal ly important source of information about land-use in the pre-cadastral period. As for the local schi stes that form the bulk of walling materials, although it i_s_ possible to distinguish thèse by eye in the field and even localise
  • , will appear in the next Dossier of the Centre Régional Archéologique d'Alet. The season's work was undertaken with the authorisation of the Ministère de la Culture, Direction des Antiquités de Bretagne, and many thanks are due to M. Le Roux, director of the circonscription
  • , and to the conservateur M. Clément and Michael Batt for facilitating the smooth runing of the programme. Excavation was undertaken with the permission of the owners of Allô, M. and Mme. d ' Argentre", and the tenant, M. Poyou, and the Kerl ano site was tested with the permission of M. Le Labourier
  • Department of Archaeol ogy University of Reading Wendy Davies Department of History University Collège London Whi tekni ghts Reading RG6 2AA Gower Street London WC1E 6BT 30 July 1985 REFERENCES André", P. 1974 'Le site médiéval de Kerl ano-en-Pl umel ec (Morbihan)', Archéologie en
  • Bretagne, ii, 27-34. Astill, G. and Davies, W. 1982a 'Un recherche sur le terrain dans l'Est de Bretagne, xxxv, 24-42. nouveau programme de la Bretagne', Arch. en Astill, G. and Davies, W. 1982b 'Fieldwalking in East Brittany, 1982', Cambridge Médiéval Celtic Studies, iv, 19-31
RAP02401.pdf (LE QUIOU (22). la villa gallo-romaine. rapport final de synthèse 2008 de fp 2006-2008)
  • LE QUIOU
  • LE QUIOU (22). la villa gallo-romaine. rapport final de synthèse 2008 de fp 2006-2008
  • I LE QUIOU (Côtes d'Armor) Site n° 22 263 001 la villa D R A C - S R A gallo-r^Sine •m. Fouilles archéologiques programmées Rapport de Septième Année, été 2008. (Recherches W .archéologiques Troisième année de triannuelle 2006 - 2008 Autorisation n° 2006 - 255 Par Jean
  • -Charles ARRAMOND, Christophe REQ lU OA Avec la collaboration de Anténne Grand Ouest CS 67737-355 CESSON SEVIGNE Cédex tel: 02. 23. 36. 00. 40 Laurent BRUXELLES, Françoise LABAUNE, Thomas ARNOUX, Paul-André BESOMBES LE QUIOU Côtes d'Armor (22) La Villa gallo-romaine de la Gare
  • , Paul-André BESOMBES, Laurent BRUXELLES Toulouse, Décembre 2008 REMERCIEMENTS Une fouille archéologique procède avant toutes choses d'un travail d'équipe et de collaboration dont le seul but est d'apporter une petite pierre à l'édifice de la connaissance historique de notre
  • société et de nos racines. Lefruitde ces travaux nous le devons aux personnes conscientes de la richesse et de la fragilité de ce patrimoine qui mérite d'être préservé pour les générations futures. Ce sont lesfinanceurs: le conseil général et le conseil-régional, les scientifiques en
  • charge de la conservation du patrimoine, et les fouilleurs. Nous leurs témoignons notre reconnaissance j >ti L ? pour l'énergie qu'ils déploient sans compter pour ce projet de recherche. Nous remercions bien sûr les habitants du Quiou et des alentours pour leur accueil souvent
  • chaleureux et l'intérêt qu'ils nous portent. Avis au lecteur Le présent rapport comporte les résultats d'une opération de fouille archéologique. Les rapports constituent des documents administratifs communicables au public, après remise au Service Régional de l'Archéologie, suivant les
  • dispositions de la loi modifiée n° 78753 du 17 juillet 1978. Aux termes de la circulaire de mars 1996, prise pour application, ils pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et des contraintes qui en résultent. Les
  • prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n'est
  • possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes de l'auteur et de l'ouvrage. Par ailleurs, l'exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d'utiliser à
  • des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). FICHE SIGNALETIQUE LOCALISATION DE L'OPERATION Site n° :22 263 001 AH Département : Côtes d'Armor - 22 Commune : Le Quiou Lieu dit ou adresse : La Gare Année cadastre : 1983 Section(s) et
  • Années 2002-2005 : 1600 m2, Années 2006-2008 : 3000 m2, Surface des bâtiments de la Villa : Surface estimée du site : l'opération) 20 000 m2 100 000 m2 (dans la ou les parcelles concernées par RESULTATS SCIENTIFIQUES MOTS CLES : - Chronologie : Antiquité - Vestiges immobiliers
  • Requi Bénévoles : Stéphanie Le Berre Solenn Le Forestier Audrey Le Merrer Myriam Planchot Sandra Boullier Annaig Salaun Laure Sornin-Petit Ludovic Trommenschlager Rachel Prost-Duprat Gwenael Hervé Maïlys Arramond Loreline Cinçon Renault Lénaïg Etude du mobilier : Françoise Labeaune
  • Topographie : Thomas Arnoux Géomorphologie : Laurent Bruxelles Bénévoles : Nicolas Blottière Anne-Thérèse Tondoux Erell Henry Antonella Polidoro Bastien Simier Marie Raymond Claire Dagois Lydie Mano Yohan Dieu Maya Requi Le Noheh Ralph Niçois Guillaume Gras Sybille Legendre Léo Arramond
  • (directeur interrégional) (adjoint scientifique et technique) SRA de Bretagne Jean-Pierre Bardel Stéphane Deschamps Laurent Beuchet (ingénieur d'étude) (conservateur en chef) (conservateur du patrimoine) Cette recherche ne pourrait avoir lieu sans le financement du Ministère de la
  • Culture et de la Communication, le Conseil Général des Côtes d'Armor et le Conseil Régional de Bretagne. TABLE DES MATIÈRES SECTION I - PROBLEMATIQUE ET METHODOLOGIE 17 NATURE ET IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE 17 CONTEXTE GÉOLOGIQUE 18 Evolution géomorphologique 18 Les
  • formations superficielles recoupées sur le site 20 Le «sablon» 20 Les formations alluviales et colluviales 20 les sondages 2007-8 et 2007-9 20 le sondage 2007-4 20 Premières analyses 21 Historique des campagnes de fouilles 2002 -2005 (Figure 8) 23 Localisation des vestiges
  • et zonage du site 23 Les campagnes 2006 à 2008 (Figure 9) 23 Enregistrement des données de terrain 23 Structure du rapport 25 S E C T I O N II - L E S R E S U L T A T S 27 La Zone 3 : le bâtiment Principal I (Figure 10) 27 Le bâtiment I 27 Phases de constructions 3C6
  • , 3C5 et 3C4. 27 Aile nord 27 Galeries est : UH64 et 65, accès à la cour intérieure UH85 28 La cour intérieure UH85 28 Les niveaux de construction situés à l'extérieur du bâtiment I : angle nord , UH84. 28 L'Aile sud 30 Absence de niveaux d'occupation du bâtiment 1 pour
  • la phase la plus ancienne. 30 Les aménagements contemporains au sud du bâtiment I - Zone 4 - Phase 4C (Figure 25) 31 Des fosses d'implantations d'arbres, un verger... 33 Les aménagements contemporains au nord du bâtiment I - Zone 2 - Phase 2F (Figure 31) 36 9 Datation
  • , relation et phasage Phase 2F -Le drain 246 Phase 2E -Le bâtiment Le bâtiment avec les structures et les bâtiments de la zone 2. 37 IV (Figure 38). 37 II Periodisation 36 38 de la zone 2 et de la zone 3 : UH84 40 Périodisation et propositions de datations pour P
RAP01228.pdf (DOUARNENEZ (29). les Plomarc'h Bella. usine à salaisons. rapport de fouille programmée)
  • DOUARNENEZ (29). les Plomarc'h Bella. usine à salaisons. rapport de fouille programmée
  • noire à l'intérieur; dégraissant bien visible. G cm 10 DOÜARNENEZ- Les Plomare' h Juillet 1994 L E MOBILIER CERAMIQUE P L . II 6. Secteur 14, US 1405 : vase globulaire à lèvre évasée; pâte relativement fine, de couleur noire; traces de suie sur la surface. 7. Secteur 14, US
  • fouille fine et une étude plus précise des mortiers devrait nous permettre de préciser la méthode de construction employée. Cette colonne fat découverte le 25 août 1977 contre l'angle nord-est de la cuve 11 (Sanquer 1977, 6). Soubassement de pilier constitué d'un bloc de pierre taillé
  • gallo-romaine jusqu'au début de l'époque moderne. Une fouille fine devrait ici encore nous permettre de préciser la chronologie et le type d'installation à s'y être développée depuis la fin de l'industrie du garum. L'abandon définitif du site doit s'opérer à l'époque moderne. Des
  • . Sanquer 1977 (BSAF), 56. 2 27 DOUARNENEZ- Les Plomare' h L E MOBILIER CERAMIQUE Juillet 1994 1. Secteur 1, US 100 : gobelet en céramique métallescente, 2e siècle après J.-C. 2. Secteur 1, US 105 : vase globulaire en céramique onctueuse présentant une lèvre évasée pourvue d'un
  • cruche; pâte beige/orange. 0 cm 10 L E MOBILIER CERAMIQUE — DOUARNENEZ- Les Plomare' h Juillet 1994 — PL. y 21. Secteur 20, US 2000, rectification de la coupe nord : céramique sigillée type Drag 37, fin Ier-IIe siècle après J.-C 22. Secteur 20, US 2000, rectification de la
  • - Les Plomare' h Juillet 1994 CERAMIQUE PL. VI \ L, i i ™ 7 > 29 31 V V 32 33 / 1 34 35 29. Secteur 20, US 2010 : assiette creuse à bord plat; petit rebord sur le pourtour du dessous; pâte de couleur rouge/verdâtre sur la tranche et noire en surface; aspect assez lisse
  • Gaétan LE CLOIREC et Jean-Pierre BARDEL Une usine de salaison gallo-romaine : L'établissement des Plomarc fh à Douarnenez Rapport de fouille programmée Rennes : S.R.À. Bretagne 1994 1228 _ _ _ _ _ FICHE SIGNA LÉTIQUE * : i 2 H 9 1 I0ji4II6I LUJL f0M0H5 Département
  • travaux : Ville de Douarnenez Surface fouillée : 50 X 25 m Surface estimée du site : 3 ha * Mots-clefs (thésaurus DRACAR pour la chronologie et les vestiges immobiliers) : - sur la chronologie : Gallo-romain / Médiéval / Moderne , ^ . . . . .... CAR / VOI / HAB / VLE / FOY / - sur la
  • nature des vestiges immobiliers ; F Q 0 ; ^ ; M U R , TRQ , FQS , FSS - sur la nature des vestiges mobiliers : Céramique / métal / OBJ / MEU — S i 3 * Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : Etude et mise en valeur du
  • site Lieu de dépôt du mobilier archéologique : Dépôt archéologique du Finistère extrait de la carte au 1:25 000* avec localisation du site Les prises de notes et de photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective
  • (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n'est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes de l'auteur et de l'ouvrage. Par ailleurs
  • , l'exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires et pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d'utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non respect de ces règles constitue un délit
  • de contrefaçon puni par l'article 425 du code pénal. SOMMAIRE INTRODUCTION p. 2 LISTE DES BENEVOLES p. 5 I - CADRE DE L'INTERVENTION p. 6 1.1 - LOCALISATION DU SITE p. 6 1.2 - ETAT DE LA RECHERCHE p. 6 H - ORGANISATION DE L'OPERATION p 7 n . 1 - LES RELEVES
  • D'ELEVATION p. 7 ÏÏ.2 - L'OPERATION DE TERRAIN p. 7 ffl - RESULTATS DE L'OPERATION p. 13 III. 1 - LES PREMIERES INSTALLATIONS p. 13 III.2 - L'USINE DE PRODUCTION DE GARUM . Organisation . Construction . Fonctionnement p. 13 p. 13 p. 15 p. 19 m . 3 - TRANSFORMATION DE L'USINE p
  • . 2 1 III.4 - L'ABANDON DE L'USINE p. 24 n i . 5 - LA PERIODE MEDIEVALE p. 2 4 CONCLUSION p 25 DOCUMENTS ANNEXES : p. 26 LE MOBILIER p. 2 7 LISTE DES OBJETS PARTICULIERS MIS AU JOUR AU COURS DES FOUILLES ANTERIEURES P. 3 6 BIBLIOGRAPHIE p. 3 8 LISTE DES FIGURES P. 4
  • 1 LISTE DES PHOTOGRAPHIES P. 4 1 1 INTRODUCTION A l'époque romaine, l'Armorique importait des produits divers en provenance de régions parfois lointaines mais elle n'exportait en grande quantité qu'un seul produit : le garum1. Cette sauce obtenue à partir d'abats de
  • poissons mis à fermenter avec du sel et des épices était alors très prisée. La baie de Douarnenez semble pourtant représenter l'une des rares zones de production à s'être développée en Gaule, les exemples comparables se trouvant surtout dans la péninsule ibérique et ail Maroc2. Des
  • établissements divers ont ainsi été repérés entre le cap de la Chèvre et la pointe du Raz (fig. 1). Certains correspondent à des villae dont la décoration, parfois très élaborée, dévoile l'installation de riches notables gallo-romains dans ce paysage qui ne pouvait que les attirer3. Des
  • constructions maçonnées composées de cuves quadrangulaires parementées ont aussi été repérées en nombre important. H s'agit là d'usine de production de garum. Le plus imposant de ces ensembles a été identifié aux Plomarc'h. La mairie de Douarnenez venant de se porter acquéreur de la parcelle
  • sur laquelle se trouvent ces vestiges, le Service Régional de l'Archéologie a été consulté afin d'élaborer un programme d'étude et de mise en valeur du site. Une première opération a donc été engagée entre le mois de juin et le mois d'août 1994 sous la responsabilité de Jean-Pierre
RAP01570.pdf (LANDÉVENNEC (29). abbaye. rapport de synthèse de fouille programmée 1995-1997)
  • départ de la panse. 10601/3 1A CERAMIQUE COMMUNE M-41 Les grès et faïences n'ont pas été intégrés aux autres céramiques fines en raison d'une étude spécifique en cours sur ces dernières. Toutefois le nombre d'individus est très restreint (13 tessons de grès, 41 de faïence ) et
  • présenté et achevé que dans le cadre de la publication. Pour ce qui concerne la céramique fine vernissée et la céramique onctueuse, cette reprise globale est actuellement en cours puisque ces deux types de poteries font l'objet de mémoires de maîtrise qui doivent être achevés au
  • différenciation au comptage, on a ajouté à ces numéros un A pour les céramiques onctueuses, un B pour les céramiques fines. L'ensemble du catalogue pour chaque type de mobilier est présenté par phase. On trouvera en annexe de cette introduction un rappel des datations de ces phases. Mais il
  • pas généraliser les résultats obtenus. Ce travail est en cours pour les autres sondages en vue de la publication. Les travaux menés sur le sondage Q 20 depuis 1996 ont mis au jour environ 3000 tessons représentant un poids global de 45kg.600. Sondage Q 20 Fine Onctueuse Commune
  • datable de la phase D, avec une large représentation de la fine : 321 tessons, pour 60 d'onctueuse. Le reste de la commune est totalement absent. - La phase E' est presqu'aussi riche, mais l'onctueuse y est largement majoritaire : 200 tessons pour 55 de fine et un seul de « commune
  • ». - La céramique « commune » est totalement absente de la phase E, excepté l'onctueuse qui prédomine nettement sur la fine. - H en va de même pour la phase F :.bien que le nombre de tessons d'onctueuse ne soit pas important, la fine est complètement absente, et le reste de la commune
  • l'onctueuse semble prendre fin à partir de la phase C. L'emploi de la céramique fine ne débute qu'en phase E (cf. cependant catalogue Fine Phase F). La phase D Constitue la période d'utilisation maximale de la fine, qui disparaît en phase C. Conclusion : Le second comptage montre la
  • A : Reconstructions par PLOUVIER au milieu du XVÏÏe s. CERAMIQUE FINE La céramique fine se définit à partir de la pâte. Elle se caractérise par l'absence ou par la faible dimension des inclusions contenues dans celle-ci. L'épaisseur de la pâte n'est pas un élément discriminant en tant que tel
  • 10510 1B : Fragment d'anse, de réchaud ? Type 2c. Pâte fine, grise au cœur, rosée à l'intérieur et l'extérieur. Glaçure partielle verte à jaune sur le dessus de l'anse. 10510 2B : Fragment d'anse. Type 2c. Pâte fine, grise au cœur, intérieur et extérieur gris clair à prune. Aucun
  • décor, ni glaçure. 17064 2B : Partie centrale de réchaud. Pâte fine beige. Glaçure partielle jaune à marron. 10510 1B 10510 2B \ 17064 2B 10502 3B : Fragment de réchaud. Pâte fine beige. Ecu appliqué contre la cuvette du réchaud. Le haut de la cuvette et le dessus de l'écu sont
  • stabiliser le sol qui allait être implanté par-dessus. Des analyses dendrochronologiques ont été effectuées sur plusieurs éléments de ce plancher découvert dans plusieurs secteurs du cloître de l'abbaye. Elles datent cet ensemble céramique de la première moitié du XPsiècle. CERAMIQUE
  • que les poteries fines ou onctueuses. Cependant on peut remarquer que son type prédominant est une vaisselle culinaire qui a remplacé l'onctueuse à partir du XVIè s. Antérieurement à cette époque charnière, la poterie commune existe en très petites quantités, et est souvent proche
  • M M B C Introduction générale M-l à M-12. Céramiques fines M-13 à M-28. Céramiques onctueuses M-29 à M-40. Céramiques communes, faïences, grès M-41 à M-71. Mobilier non céramique : Mobiliers divers Bois Ecorce Fiche numismatique M-72 à M-79. M-80 à M-l 17. M-l 18 à
  • M-l 19. M-120 à M-122. Introduction Générale L'essentiel du mobilier présenté dans ce catalogue a été mis au jour au cours de la campagne 1995-98. Le secteur concerné ayant été particulièrement riche en matériel archéologique de toute sorte, nous avons jugé préférable de nous
  • concentrer sur les découvertes plus récentes dont la datation est plus aisée à mettre en œuvre. Pour les fouilles anciennes, en effet, la chronologie globale est assurée, mais la datation de chaque couche demande un travail assez long de remise en contexte, travail qui ne pourra être
  • Printemps 1999 : céramique vernissée Erwan LE BOZEC, céramique onctueuse Véronique BARDEL. Le catalogues ci contre sont extraits de ces deux mémoires. Le reste de la céramique commune a été inventorié et présenté par phases, avec une description succincte. Ce catalogue a été dessiné et
  • vacataire et bénévole. Le mobilier non céramique est inventorié et catalogué de la même façon, ainsi que les éléments de bois. Excepté un peigne en corne (Véronique BARDEL), les dessins et mises au propre ont aussi été réalisés par Stéphanie ROMINGER, qui entreprend un mémoire de
  • maîtrise sur ce type de mobilier. Un inventaire plus détaillé et complet pourra donc être dressé en vue de la publication de synthèse. Des pièces de bois mises au jour dans un autre secteur, mais récemment restaurées, ont été étudiées dans le cadre d'un stage de DESS par Cristelle
  • MOURGUES. On présente ici des extraits de ce rapport avec les dessins et les fiches xylologiques. En annexe à l'inventaire des éléments de bois, on a inclus les résultats d'un examen effectué sur un fragment d'écorce enroulé, par Per HOFFMANN, du Deutsches Schiffahrtsmuseum à
  • BREMERHAVEN. Nous avons fait figurer, en fin de catalogue, une fiche d'analyse numismatique réalisée par Dominique POUILLE, contractuel AFAN, et confirmée par Jacqueline PILET, chercheur au CRAM de CAEN (UMR-CNRS n°6577). Les opérations préliminaires de traitement et d'inventaire du
RAP02110.pdf (CORSEUL (22). "16 rue de l'Hôtellerie". dfs de diagnostic)
  • . 37 du Centre de la Gaule, dont les caractéristiques techniques désignent des productions postérieures au milieu du If^siècle. La céramique à parois fines est représentée par une coupelle hémisphérique de même provenance à revêtement noir non grésé également du second siècle (fig
  • : Corseul Site : L'Hôtellerie Date : 2005 Tranchée : 1 US. : Nettoyage M. 104 Site : L'Hôtellerie Tranchée 1 Commune : Corseul Date : 2005 US. : 101 CERAMIQUE Sigillée Paroi fine Cér. à engobe rouge Cér. à engobe blanc Terra-nigra Com. Claire CST CSNT Amphore Indéterminés Autres
  • TOTAL 1 1 1 1 2 MOBILIER NON CERAMIQUE Faune Verre Fer Bronze Monnaie Architecture Observation Q. I 1 1 1 5 | Quantité Lieu de dépôt : Corseul Site : L'Hôtellerie Tranchée : 1 Commune : Corseul IDate : 2005 US.: 103 CERAMIQUE Sigillée Paroi fine Cér. A engobe rouge Cér
  • Observation Lieu de dépôt : Corseul Commune : Corseul Date : 2005 US.: Quantité CERAMIQUE Sigillée Paroi fine Cér. A engobe rouge Cér. A engobe blanc Terra nigra Com. Claire CST CSNT Amphore Indéterminés Autres TOTAL Quantité 2 Bords 1 1 5 3 1 10 1 4 | Quantité Site
  • : L'Hôtellerie Tranchée : 1 108 ICERAMIQUE Sigillée Paroi fine Cér. à engobe rouge Cér. à engobe blanc Terra-nigra Com. Claire CST CSNT Amphore Indéterminés Autres TOTAL 2 6 1 8 1 MOBILIER NON CERAMIQUE Faune Verre Fer Bronze Monnaie Urchitecture Observation [Lieu de dépôt : Corseul
  • 30 2005 Corseul -16 rue de L'Hôtellerie. Parcelle AB 294 Commune : Corseul Date : 2005 US. : Commune : Corseul Date : 2005 US. : Site : L'Hôtellerie Tranchée : 2 200a Quantité 1 CERAMIQUE Sigillée Paroi fine Cér. A engobe rouge Cér. A engobe blanc Terra nigra Com. Claire
  • CST CSNT Amphore Indéterminés Autres TOTAL Bords 5 36 18 3 2 2 10 1 70 1 8 | Quantité MOBILIER NON CERAMIQUE Faune Verre Fer Bronze Monnaie Architecture Observation 2 Site : L'Hôtellerie Tranchée : 2 CERAMIQUE Sigillée Paroi fine Cér. à engobe rouge Cér. à engobe blanc
  • Terra-nigra Com. Claire CST CSNT Amphore Indéterminés Autres TOTAL 4 4 3 4 4 11 MOBILIER NON CERAMIQUE Faune Verre Fer Bronze Monnaie Architecture Observation Commune : Corseul Date : 2005 US. : 200b CERAMIQUE Sigillée Paroi fine Cér. à engobe rouge Cér. à engobe blanc Terra
  • Tranchée : 2 1 2 7 1 1 10 Q^ Site : L'Hôtellerie Tranchée 2 203 CERAMIQUE Sigillée Paroi fine Cér. A engobe rouge Cér. A engobe blanc Terra-nigra Com. Claire CST CSNT Amphore Indéterminés Autres TOTAL MOBILIER NON CERAMIQUE Faune Verre Fer Bronze Monnaie Architecture Observation
  • 1 1 2 0 Q. l Lieu de dépôt : Corseul 31 2005 Corseul -16 rue de L'Hôtellerie. Parcelle AB 294 Commune : Corseul Date : 2005 US. : Commune : Corseul Date : 2005 US. : Site : L'Hôtellerie Tranchée : 2 205 CERAMIQUE Sigillée Paroi fine Cér. à engobe rouge Cér. à engobe
  • blanc rerra-nigra Com. Claire CST CSNT Amphore Indéterminés Autres TOTAL 9 3 1 2 15 1 1 Site : L'Hôtellerie Tranchée : 2 2009 CERAMIQUE Sigillée Paroi fine Cér. à engobe rouge Cér. à engobe blanc Terra-nigra Com. Claire CST CSNT Amphore Indéterminés Autres TOTAL Lieu de dépôt
  • : Corseul Lieu de dépôt : Corseul 206 CERAMIQUE Sigillée Paroi fine Cér. A engobe rouge Cér. A engobe blanc Terra-nigra Com. Claire CST CSNT Amphore Indéterminés Autres TOTAL MOBILIER NON CERAMIQUE Faune Verre Fer Bronze Monnaie Architecture Observation 1 fragment de bobine
  • Monnaie Architecture Observation Commune : Corseul Date : 2005 US. : 4 1 9 Q. Site : L'Hôtellerie Tranchée : 2 209/210 CERAMIQUE Sigillée Paroi fine Cér. à engobe rouge Cér. à engobe blanc Terra-nigra Com. Claire CST CSNT Amphore Indéterminés Autres TOTAL MOBILIER NON CERAMIQUE
  • Faune Verre Fer Bronze Monnaie Architecture Observation 3 2 2 8 5 3 21 2 Q Lieu de dépôt : Corseul 32 2005 Corseul -16 rue de L'Hôtellerie. Parcelle AB 294 Commune : Corseul Date : 2005 US.: Site : L'Hôtellerie Tranchée : 2 215 CERAMIQUE Sigillée Paroi fine Cér. à
  • : 2005 US. : Site : L'Hôtellerie Tranchée : 2 CERAMIQUE Sigillée Paroi fine Cér. à engobe rouge Cér. à engobe blanc Terra-nigra Com. Claire CST CSNT Amphore Indéterminés Autres TOTAL 4 MOBILIER NON CERAMIQUE Faune Verre Fer Bronze Monnaie Architecture Observation Commune
  • : Corseul Date : 2005 US.: Site : L'Hôtellerie Tranchée : 2 216 CERAMIQUE Sigillée Paroi fine Cér. à engobe rouge Cér. à engobe blanc rerra-nigra Com. Claire CST CSNT Amphore Indéterminés Autres TOTAL 5 1 6 Commune : Corseul Date : 2005 US. : décapage Site : L'Hôtellerie Tranchée
  • : 2 208/209 CERAMIQUE Sigillée Paroi fine Cér. à engobe rouge Cér. à engobe blanc Terra-nigra Com. Claire CST CSNT Amphore Indéterminés Autres TOTAL MOBILIER NON CERAMIQUE Faune Verre Fer Bronze Monnaie Architecture Observation MOBILIER NON CERAMIQUE Faune Verre Fer Bronze
  • Sigillée Paroi fine Cér. à engobe rouge Cér. à engobe blanc Terra-nigra Com. Claire CST CSNT Amphore Indéterminés Autres TOTAL MOBILIER NON CERAMIQUE Faune Verre Fer Bronze Monnaie Architecture Observation Lieu de dépôt : Corseul 2 1 5 12 5 9 29 5 Q. 1 2005 Corseul -16 rue de
  • Juin 2005 2AA0 Corseul -16 rue de L'Hôtellerie. Parcelle AB 294 Mai 2005 SOMMAIRE Fiche signalétique 2 Générique de l'opération 3 1-LE CADRE DE L'OPERATION 4 1-1 Le cadre topographique et géographique 1-2 Le contexte archéologique 1- 3 Les principes méthodologiques 2
  • - LES RESULTATS 9 2-1 Les vestiges de tranchée 1 2-2 Les vestiges de la tranchée 2 3- 3 Les vestiges de la tranchée 3 3-LE MOBILIER 18 3-1 Principes méthodologiques 3-2 Le mobilier du sondage 1 3-3 Le mobilier du sondage 2 3-4 Le mobilier du sondage 3 3-5 Divers 4- ELEMENTS
RAP02810.pdf (LE QUIOU (22). la villa de la gare. rapport intermédiaire de fp 2012-2014)
  • LE QUIOU
  • LE QUIOU (22). la villa de la gare. rapport intermédiaire de fp 2012-2014
  • FS3718 19.66/19.38. FS3719 19.66/19.28. 19,60/19,39. . 19.42 . 19,10 MR8022 19,66 UH90 TP3770 . 19,55T TP3775 75 TP3776 TP3777 19,46/19,32. 19,46/1 19,42/19,30. 19,38/19,26. 19,30/19,18. 19,22 Mur 400 . 19.42 1 Zone 1 MR8250 Rapport de fouilles programmées Le Quiou
  • La villa de la gare Août - septembre 2012 Première année de triannuelle 2012-2014 22 263 Code INSEE Le Quiou, Côtes d’Armor(22) sous la direction de par avec la collaboration de Jean-Charles Arramond Christophe Requi Jean-Charles Arramond Françoise Labaune Christophe
  • fouilles 2002 -2005 (Figure 2 et 3) 21 1.4 Les campagnes 2006 à 2008 (Figures 2, 3 et 4) 23 1.5 La fouille Triannuelle 2009-2011 (Figure 2, 3 et 4). 26 1.6 La fouille Triannuelle 2012-2014 (Figure 2, 3 et 4). 27 1.7 Enregistrement des données de terrain 27 1.8 Structure du
  • rapport 28 2. Résultats 28 2.1 Les travaux menés en 2012, zone 8. 28 2.1.1 Premiers éléments de stratigraphie 31 2.1.2 La phase 8A 31 2.1.3 La phase 8B : un habitat des VIIIe-IXe et Xe siècles 37 2.1.4 La phase 8C : Occupation Antiquité tardive - haut Moyen Âge 40 2.1.5
  • conclusions 48 3 Etude du mobilier céramique 48 3.1. Méthodes de travail 48 3.1.1. Le traitement des données 48 3.1.2. Le mobilier céramique. 49 3.1.3. Les autres matériaux. 54 4. Bibliographie Générale 57 4.1 Bibliographie sur le mobilier 67 Annexe I diagramme
  • statigraphique Z.8 69 Table des figures I. Données administratives, techniques et scientifiques 8 Inrap · Rapport de fouilles Le Quiou 2012 Fiche signalétique Localisation Références de l’opération Organisme de rattachement Région N° OA Patriarche Bretagne 22 263 001 AH Inrap
  • Grand - Ouest CS67737, 35577 Cesson-Sévigné Cedex Tél. 02 23 36 00 40 go@inrap.fr Département N° de projet Inrap Côtes d’Armor (22) Néant Dates d’intervention sur le terrain Commune Code opération Inrap Le Quiou D205.0060.01 Adresse ou lieu-dit Numéro de l’arrêté de
  • prescription La Gare Néant En date du Codes code INSEE 22 263 Numéro de l’arrêté de désignation du responsable 2012-225 En date du 29 juin 2012 Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence x : 277, 825 y : 1081,400 z : 20 m NGF Références
  • , 206, 207, 208, 209, 210, 211 Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Néant Propriétaires des terrains Conseil Général des Côtes d’Armor (22) Inrap Grand Ouest Nombre de pages 70 Responsable scientifique de l’opération Jean-Charles
  • An. de métaux Aca. des données Numismatique Conservation Restauration 10 Inrap · Rapport de fouille Le Quiou 2012 Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Jean-Yves Tinevez, SRA
  • levés topographiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Deschamps, SRA Conservateur régional Prescription et contrôle scientioque Claude Le Potier, Inrap Directeur interrégional GSO Mise en place et
  • suivi de l’opération Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Jean-Charles Arramond, Inrap Ingénieur de recherches Responsable scientioque Christophe Requi, Inrap Chargé d’études Responsable scientioque (adjoint) Lydie Mano
  • Bénévole Responsable secteur 3 et 4 Yohan Dieu Bénévole Responsable secteur 3 Bénévoles Travaux de terrain Plans et coupes des structures Assistant AST Relevés et plans Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Jean-Charles
  • , Maya Requi Le Noheh, Léo Arramond Thomas Arnoux, Inrap Équipe de post-fouille Gestion et étude du mobilier I. Données administratives, techniques et scientifiques 11 Notice scientifique Les observations réalisées lors des campagnes de fouilles 2001 à 2012 ont permis de cerner
  • l’organisation et l’évolution des différents bâtiments de la villa du Quiou. Le bâtiment (I) principal est qanqué de deux ailes organisées autour de deux cours successives. Un talus d’environ 1 m de haut délimitait un glacis de 5 mètres de large contre le mur de l’aile sud. Des fosses de
  • plantations d’un mètre de diamètre en moyenne, orthonormées et axées sur les murs directeurs de la villa ornaient la parcelle située au sud sur au moins 75 m de long (nord/sud). Si la quantité de mobilier est encore faible pour dater les phases initiales de construction, c’est l’édioce
  • thermal (le bâtiment II) ajouté dans le prolongement de l’aile nord qui permet d’avancer une date précoce soit le tout début du Ier siècle de notre ère. En effet, ce dernier subit un remaniement datable du milieu du Ier siècle de notre ère. Mais, il succède déjà à un bâtiment antérieur
  • (batiment IV) très arasé dont la fonction (peut être thermale) n’a pu être déterminée. La villa du Quiou constitue donc l’établissement rural de type romain le plus ancien connu actuellement en Armorique. L’espace thermal se développe pour atteindre son extension maximale dans le courant
  • du dernier quart du Ier siècle de notre ère. C’est à cette période que le bâtiment III est ajouté contre l’aile sud du bâtiment principal I. En partie restitué, il s’organise autour d’un espace central bordé de deux espaces de circulation desservant chacun deux pièces dont une
  • était chauffée par un hypocauste à pilettes. L’hypothèse d’un espace de logement : mansio ou habitat du villicus semble pouvoir être retenue pour l’instant. Le bâtiment thermal cesse probablement de fonctionner dans la seconde moitié du IIème siècle de notre ère. L’aile nord du
RAP02913.pdf (LE QUIOU (22). la villa de la gare. rapport intermédiaire de fp 2012-2014)
  • LE QUIOU
  • LE QUIOU (22). la villa de la gare. rapport intermédiaire de fp 2012-2014
  • 271 . 19.55 UH 54 .18,26 .18,97 Foyer 316 . 19,83 Y=81450 St340 Y=81450 . 19.05 . 19.01 R-510 - us 3195-3099 . 18,52 Drain 246 R-510 - us 3223 . 19.30 19.40 19,20. 19,21. . 19.97 Mur Mur 51 51 Fosse 92 ? Can. 57 UH 11 20.45 20.45 UH 21 AILE SUD Sol arasé
  • Poteau19,46/19,41 Sol 101 20.64 20.58 .20.58 UH 5 2665 Sol 20.63 .20.58UH Canal 76 20.63 20.6320.63 20.20 .19.89 20.25 20.25 20.25 Tp 194 UH 7 Can. Can. 53 53 .19.72 .19.8620.79 20.12 Fosse20.0774 254 Poteau 224 Poteau 223 20.51 20.51 19.98Structure Fosse20.14.75 20,33
  • 241 20.51 .17,53 . 20,84 FO7056 Poteau 287 Tranchée 213 Sol 108 UH 23 UH 23 20.74 Mur 77 20.65 . 20.70 /19.72 20.70 20.52 20,66 20.71 .19.67/19.61 18.36 17.81 . 18.31/18,11 Tp 5 ST 212?20.75 Mur 109 Sol 94- us 2440 .20.39 .20.20 Can.78 Mur Sol 20.59 160 20.59
  • 20.04 Mur 22 19.20 X=277875 X=277850 X=277825 X=277800 X=277775 X=277750 19.16 .19,77 SDP200903 19.41 19.26 19.08 MR8250 Rapport de fouilles programmées Le Quiou, Côtes d’Armor(22) 2 Inrap · Rapport de fouille Le Quiou 2013 Rapport de fouilles programmées La
  • villa de la gare Août - septembre 2013 Seconde année de triannuelle 2012-2014 22 263 Code INSEE Le Quiou, Côtes d’Armor(22) sous la direction de par avec la collaboration de Jean-Charles Arramond Christophe Requi Jean-Charles Arramond Françoise Labaune Christophe Requi
  • (Figures 2 et 1.4 1.5 1.6 1.7 1.8 Les campagnes 2006 à 2008 (Figures 2, 3 et 4) La fouille Triannuelle 2009-2011 (Figures 2, 3 et 4). La fouille Triannuelle 2012-2014 (Figure 2,3 et 4). Enregistrement des données de terrain Structure du rapport 28 2. Résultats 28 29 29 32 32 38 46 54
  • 2.0 Les résultats de la campagne de 2012 2.1 Les travaux menés en 2013, zone 8. 2.1.1 Premiers éléments de stratigraphie 2.1.2 La phase 8A 2.1.3 La phase 8B : un habitat des VIIIe, IXe et Xe siècles 2.1.4 La phase 8C : Occupation Antiquité tardive - haut Moyen Âge 2.1.5 La phase
  • 8D : Evolution du bâtiment I de la villa 2.2 Programme pour 2014. 56 3 Etude du mobilier céramique 59 Tableau récapitulatif des datations campagnes 2012 - 2013. Ensemble, Faits, US, TYPE d’US et Périodes 68 4. Bibliographie Générale 72 4.1 Bibliographie sur le mobilier 85
  • ANNEXE I : Rapport de datation radio carbone I. Données administratives, techniques et scientifiques 8 Inrap · Rapport de fouilles Le Quiou 2013 Fiche signalétique Localisation Références de l’opération Organisme de rattachement Région N° OA Patriarche Bretagne 22 263
  • 001 AH Inrap Grand - Ouest CS67737, 35577 Cesson-Sévigné Cedex Tél. 02 23 36 00 40 go@inrap.fr Département N° de projet Inrap Côtes d’Armor (22) Néant Dates d’intervention sur le terrain Commune Code opération Inrap Le Quiou D205.0060.01 Adresse ou lieu-dit Numéro de
  • l’arrêté de prescription La Gare Néant En date du Codes code INSEE 22 263 Numéro de l’arrêté de désignation du responsable 2012-225 En date du 29 juin 2012 Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence x : 277, 825 y : 1081,400 z : 20 m NGF
  • A parcelles 201, 206, 207, 208, 209, 210, 211 Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Néant Propriétaires des terrains Conseil Général des Côtes d’Armor (22) Inrap Grand Ouest Nombre de pages 88 Responsable scientifique de l’opération Jean
  • céramique An. de métaux Aca. des données Numismatique Conservation Restauration 10 Inrap · Rapport de fouille Le Quiou 2013 Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Jean-Yves
  • d’études Réalistion des levés topographiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Deschamps, SRA Conservateur régional Prescription et contrôle scientifique Claude Le Potier, Inrap Directeur interrégional
  • GSO Mise en place et suivi de l’opération Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Jean-Charles Arramond, Inrap Ingénieur de recherches Responsable scientifique Christophe Requi, Inrap Chargé d’études Responsable
  • Montagné, Guillaume Peirone, Maya Requi-Le-Noheh, Mélody RequiLe-Noheh, Annaig Salaün, Bastien Simier, Amélie Vincent, Camille Vincenti, Morgane De Parthenay. Bénévoles Travaux de terrain Plans et coupes des structures Thomas Arnoux, Inrap Assistant AST Relevés et plans Prénom Nom
  • , organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Jean-Charles Arramond, Inrap Ingénieur de recherches Coordination scientifique Christophe Requi, Inrap, Lydie mano, Yohan Dieu Christophe Requi, Inrap — Enregistrement des données Chargé d’études
  • Collaborations Intervenants administratifs Équipe de fouille Équipe de post-fouille Gestion et étude du mobilier I. Données administratives, techniques et scientifiques 11 Notice scientifique Les observations réalisées lors des campagnes de fouilles 2001 à 2012 ont permis de cerner
  • l’organisation et l’évolution des différents bâtiments de la villa du Quiou. Le bâtiment (I) principal est flanqué de deux ailes organisées autour de deux cours successives. Un talus d’environ 1 m de haut délimitait un glacis de 5 mètres de large contre le mur de l’aile sud. Des fosses de
  • plantations d’un mètre de diamètre en moyenne, orthonormées et axées sur les murs directeurs de la villa ornaient la parcelle située au sud sur au moins 75 m de long (nord/sud). Si la quantité de mobilier est encore faible pour dater les phases initiales de construction, c’est l’édifice