Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4105 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03136.pdf (QUIMPER (29). La carte archéologique de Quimper. Rapport de FP)
  • QUIMPER (29). La carte archéologique de Quimper. Rapport de FP
  • dispersion: de vulgarisation, anciennes archives publiques ou privées antérieures à la législation place de services régionaux étoffes et efficaces. - - Services - accessible ou récentes. sur les fouilles et à la mise en archives de fouilles récentes dont les notes et
  • rapports sont régionaux ou dispersés entre les de collectivités territoriales et les archives personnelles des chercheurs. documentation iconographique (plans, clichés noir et blanc, diapositives) dispersée selon les mêmes critères. - mobilier de fouille les collections
  • sixième à la maîtrise et Son accessibilité et sa les amateurs intéressés consultation ne par ou l'exposé de posent pas de problème. Il est aisé de proposer partie historique du fichier dans le cadre de services tels la Bibliothèque municipale de Quimper. 1.2.2.4. Base de
  • l'équipe a matériels archéologique du Finistère et le Centre d'étude et de recherche archéologiques de Quimper proposent la mise à disposition de tous leurs et cartographiques et de leur bibliothèque. 2.1.3.1. Les locaux du Service moyens informatiques Organisation générale
  • municipal, le mobilier de bureau, de bibliothèque et le matériel informatique du C.R.A.F. et du Centre d'étude et de recherche archéologique de Quimper permettent d'assurer le stockage, le classement et le traitement de la documentation rassemblée. Bibliothèque rassemblant les
  • LA CARTE ARCHEOLOGIQUE DE QUIMPER (FINISTERE) DOCUMENT FINAL DE SYNTHESE Jean-Paul LE BIHAN et Yann-Lan GOALIC VILLE DE QUIMPER - C.R.A.F. Rennes : - CONSEIL GENERAL DU FINISTERE S.R.A. de Bretagne 1999 34SC | LA CARTE ARCHEOLOGIQUE DE QUIMPER (FINISTERE
  • ) DOCUMENT FINAL DE SYNTHESE Jean-Paul LE BIHAN et Yann-Lan GOALIC SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE Collaborations : VILLE DE QUIMPER CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE CONSEIL GENERAL DU FINISTERE Rennes : S.R.A. de 1999 Bretagne CARTE ARCHEOLOGIQUE DE OUIMPER
  • INTRODUCTION 1. DEFINITION DU PROJET 1.1. NECESSITE DU PROJET ET SITUATION EN 1993 1.2. LES OBJECTIFS 1.3. LA CARTE ARCHEOLOGIQUE 2. MISE EN PLACE 2.1. LES MOYENS MIS EN ŒUVRE 2.2. LE CHOIX DES DOCUMENTS A REALISER 3. LES RESULTATS 3 .1. INTRODUCTION 3.2. LA BIBLIOGRAPHIE 3.3. LES
  • FICHES DE SITES ET LES DOSSIERS 4 CONCLUSIONS 4.1 CONCLUSIONS 4 2. CONCLUSIONS TECHNIQUES ARCHEOLOGIQUES PIECES JOINTES GRAPHIQUES DU BILAN GLOBAL DES DECOUVERTES GRAPHIQUES DE REPARTITION DES SITES FOUILLES CARTES DES SITES ARCHEOLOGIQUES DE QUIMPER (7 cartes) LA VILLE GALLO
  • -ROMAINE EN TROIS DIMENSIONS DOSSIER LE BRADEN I DOSSIER ROZ-AVEL DOSSIER PLACE LAENNEC 2 INTRODUCTION Le rythme de la recherche archéologique à Quimper appliqué depuis trois décennies à devait fatalement conduire à réaliser la carte archéologique des vestiges que recelait son
  • , une recherche nouvelle, s'est nourrie, depuis 1970, des perspectives de la véritable révolution des méthodes et des problématiques archéologiques de la fin du XXe autant que de l'accroissement des moyens techniques et financiers progressivement mis à la disposition des archéologues
  • . sur un par XIXe Le résultat traduit par l'instruction de 268 dossiers concernant 185 sites différents et couvrant d'une manière relativement équilibrée toutes les périodes allant du Néolithique aux se Temps modernes. Ces dossiers touchent des sites phares tels que Le Braden
  • pour l'époque gauloise ou la place Laennec pour le bas Moyen Age, mais rapportent des informations recueillies par prospection, consultation d'archives et surtout lors de fouilles parfois modestes. sur des sites La caractéristique du dossier de la carte archéologique de Quimper
  • provient du fait que près de 65% des sites évoqués ont fait l'objet de véritables fouilles ; parmi ceux-ci 86% ont subi ces investigations au cours des trois dernières décennies. La documentation rassemblée relève donc de méthodes de recherche et d'enregistrement précises pour un
  • territoire équilibré. En effet la commune de Quimper est vaste et très bien partagée entre des espaces urbains d'origine antique et de véritables et vastes espaces ruraux étendus sur des plateaux et des vallées de part et d'autre d'une profonde ria. La qualité de l'information se
  • conjugue donc à celle du territoire étudié pour livrer un échantillonnage complet d'une portion du territoire national dont on peut, à bien des titres, penser qu'il est représentatif de l'évolution historique des terroirs et des micro-régions du nord-ouest de l'Europe. archéologique
  • de Quimper demeure, pour ses auteurs, une base documentaire pédagogie et de large diffusion autant qu'un instrument de gestion équilibrée du patrimoine de la commune. En ce sens elle est un point de départ vers le triple objectif permanent : écrire et mettre en forme l'Histoire à
  • partir d'une recherche de haut niveau sur un patrimoine bien contrôlé et porter cette connaissance au plus grand nombre. La carte à vocation de recherche, de 1. DEFINITION D'UN PROJET 1.1. NECESSITE D'UN PROJET ET SITUATION EN 1993 1.1.1. La nature et La l'importance du site de
  • Quimper Quimper est très vaste (8500 ha). Des études nombreuses et souvent approfondies soulignent, depuis le XIXe siècle, l'importance de son potentiel archéologique (cf. nombreuses publications de P. Du Chatellier, P. Galliou, J.-P. Le Bihan, Rde commune très F. Le Men, L. Pape
  • ). En 1993 soixante opérations de fouille réalisées la commune depuis 1971 s'ajoutent répertoriés au fichier national. Ils concernent toutes les périodes incluses entre le Néolithique et le Moyen-Age. Un accroissement de 100% à 200% du nombre des sites attestés est envisageable
RAP04019 (CANCALE (35). Pointe du Grouin : aménagement des accès, tranche 3. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • CANCALE (35). Pointe du Grouin : aménagement des accès, tranche 3. Rapport de diagnostic
  • n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée, relative à l’amélioration des relations entre l’administration et le public. Aux termes de la circulaire du 26 mars 1993, il pourra être consulté ; les agents des Services Régionaux de l’Archéologie rappelleront à tout demandeur les droits
  • Allemands, l’objectif du catalogue étant avant tout d’enregistrer les entités archéologiques. Des études complémentaires, menées par des spécialistes de telle ou telle période ou par des étudiants (sujets de Master ?) pourront le cas échéant être entreprises ultérieurement sur cette base
  • armé dont les architectures émanent de véritables modèles conçus par l’organisation Todt, au point qu’un catalogage avec numéro de référence (lettres et chiffres) est disponible pour les identifier. Le catalogue de la série R600, principalement utilisé pour la réalisation du Mur de
  • Mobilier Industrie lithique Dans la continuité des diagnostics en tranchées réalisés à l’emplacement des futures voies d’accès et des parkings (Tranches 1 et 2), une prospection pédestre a été prescrite par l’État pour l’ensemble de la pointe du Grouin (Tranche 3), soit une
  • superficie de près de 20 ha. Cette phase visait à inventorier l’intégralité des vestiges anthropiques connus sur la pointe, toutes périodes confondues, afin d’enrichir la carte archéologique et les notices afférentes, et le cas échéant d’en identifier de nouveaux. Diagnostic
  • Tranche 3, prospection-inventaire Des indices d’une présence préhistorique (Mésolithique, Néolithique) aux nombreux ouvrages militaires de la Seconde Guerre mondiale, une trentaine d’entités archéologiques est ainsi enregistrée sur la pointe du Grouin. Souvent résiduelles (objets
  • isolés), parfois imposantes (blockhaus), ces entités témoignent de l’attrait du site pour l’implantation d’occupations humaines, en premier lieu par sa configuration topographique et sa position stratégique à l’entrée de la baie du Mont-Saint-Michel. sous la direction de Stéphan
  • Code Inrap Arrêté de prescription Ille-et-Vilaine, Cancale, Pointe du Grouin sous la direction de avec la collaboration de Stéphan Hinguant Rozenn Colleter Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné avril 2021 Illustration de couverture Site 4, vue de
  • la casemate R667SK située en milieu de falaise sur la côte ouest de la pointe. © Rozenn Colleter, Inrap « Le Rapport d’Opération (RO) constitue un document administratif communicable au public dès sa remise au service Régional de l’Archéologie, suivant les prescriptions de la Loi
  • de la propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et les contraintes qui en résultent pour tout consultant. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L122-5 du code
  • de la propriété intellectuelle). Toute reproduction de texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes de l’auteur et de l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du
  • droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d’utiliser à de fins commerciales les documents communiqués (Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non-respect de ces règles constitue un délit de
  • contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal. » Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 7 8 9 10 10 11 13 19 21 Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique État du site Localisation de l’opération Arrêté de
  • prescription Projet scientifique d’intervention Arrêté de désignation Résultats 25 1. Présentation de l'opération 25 1.1 Origine et objectifs des prospections archéologique 25 1.2 Cadre géographique 29 1.3 Cadre archéologique 29 1.4 Méthodologie 31 2
  • . Résultats 31 2.1 Présentation des données 31 2.2 Le Mésolithique 36 2.3 Les indices d’une présence néolithique 37 39 41 2.4 La période moderne 43 43 55 2.5 La période contemporaine 56 2.6 Les vestiges de chronologie indéterminée 58 2.7 Bilan
  • 61 2.4.1 Les éléments du parcellaire napoléonien 2.4.2 Les batteries des xviie - xviiie siècles 2.5.1 Les ouvrages défensifs allemands 2.5.2 Vestiges mobiliers contemporains 3. Bibliographie 63 65 Annexe 1. Tableau récapitulatif des entités
  • archéologiques de la pointe du Grouin Annexe 2. Cartes anciennes Inventaires techniques 1. Inventaire du mobilier archéologique 2. Inventaire de la documentation photographique 3. Liste des figures 73 73 74 I. Données administratives, techniques et scientifiques
  • Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant
  • diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en
  • ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de
RAP02448.pdf (SAINT-VOUGAY (29). l'esplanade nord du château de Kerjean. archéologie des jardins. rapport final de synthèse de fp2 1998-1999.)
  • SAINT-VOUGAY (29). l'esplanade nord du château de Kerjean. archéologie des jardins. rapport final de synthèse de fp2 1998-1999.
  • BRETAGNE (d'après C. Piéau). 3.4. ETAT ACTUEL 3.5. LES SOURCES IV. DONNÉES ARCHÉOLOGIQUES 4.1. ARCHEOLOGIE DES JARDINS (Anne Allimant) 4. 1. 1 - Naissance de la problématique 4. 1. 2 - L'archéologie des jardins en France 4.2. PROBLEMATIQUE ET METHODOLOGIE 4.3. LOCALISATION DES
  • : archéologie des jardins Mots-clefs: Sur la chronologie : AGE DU FER-MOD Sur la nature des vestiges immobiliers : CERA, FER, VER. Lieu de dépôt du mobilier archéologique : Collection publique départementale. CADRE MATERIEL DE L'OPERATION Financement L'opération archéologique a été
  • campagnes estivales. 7 Responsables admnistratifs ; Michel Vaginay et Stéphane Deschamps. Conservateurs régionaux, SRA Bretagne. Jean-Yves Tinevez. Conservateur, SRA Bretagne. Gilbert Aguesse. Chef dAntenne Grand-Ouest, AFAN. Stéphane Hvryniack. Contrôleur de gestion, AFAN. Christine
  • Catherine Dumas3 ont montré que l'un des propriétaires de Kerjean, le marquis de Coatanscour, était membre de cette corporation depuis 1757 (cf. Les sources). D'après les informations fournies par cette chercheuse la Société d'Agriculture, première créée en France, a constitué un centre
  • cette société dans le cadre de sa thèse6 montre qu'il n'a pas laissé de travaux à la société. Cependant, les livres composant sa bibliothèque d'après les inventaires après décès témoignent d'un intérêt certain pour les sciences naturelles (cf. annexe 3). Il n'est donc pas exclu
  • sa bibliothèque (cf. annexe : Dumat). Le bilan documentaire reste néanmoins globalement décevant pour ce site, même pour ce qui concerne les périodes du XlXè etXXè siècle où de nombreuses incertitudes subsistent10. 10 Même la consultation du cadastre ancien et actuel ainsi que
  • des jardins en France Inversement, c'est autour de cette problématique profonde que l'archéologie des jardins a été développée en France. Bien que chronologiquement et géographiquement différents, les 14 J. M. Treacy and W. M. Denevan, "The creation of cultivable land through
  • de maîtres d'œuvre. Occulter cette vision profonde et cachée des jardins, issue d'un savoir-faire et d'une maîtrise aiguisée des contextes revient à nier purement et simplement leur existence. Grâce aux recherches menées depuis huit ans en France, dans la limite chronologique des
  • France avait permis d'illustrer cette nouvelle vision en janvier 1999. 24 Cliché 6 : Réalisation de tranchées profondes pour une lecture verticale des différentes strates composant le sous-sol du jardin. Cliché 7 : Relevé graphique des structures après leur fouille manuelle
  • L'ESPLANADE NORD DU CHÂTEAU DE KERJEAN Saint-Vougay 29 0271 004 H Archéologie des jardins Fouille programmée bi-annuelle RAPPORT DE SYNTHÈSE Stéphanie Hurtin SRA/Rennes 2000 Z ^ U B L. Avertissement Ce rapport est la synthèse de deux années consécutives de campagnes de
  • fouille comprenant 1,5 mois de phase terrain et 1,5 mois de post-fouille. Or lors de la mise en place de la fouille nous avions demandé des phases de terrain d'une durée de 1 mois renouvelée pendant trois années de suite. Cette dernière proposition n'avait pas été retenue en raison des
  • délais réduits pour la restauration du site. Il est clair que le programme de recherche sur deux ans ne favorise pas le même recul que sur trois ans. D'autre part, les données observées sur le site sont considérables, il nous est donc impossible de les présenter tous en détail. Aussi
  • ce travail reste une étude synthétique et interprétative selon un schéma chronologique. Enfin, pour des raisons personnelles, nous n'avons pas été en mesure de remettre les résultats des fouilles aussi rapidement que prévu initialement. 1 Cliché de couverture : Vue générale sur
  • l'esplanade nord avant fouille. SOMMAIRE I. INTRODUCTION II. DONNÉES TECHNIQUES 2.1. FICHE SIGNALÉTIQUE 2.2. CADRE MATERIEL DE L'OPERATION III. LE SITE. LES CONTEXTES. PRESENTATION DU SITE 3.1. LE CONTEXTE GEOGRAPHIQUE 3.2. LE CADRE GEOLOGIQUE 3.3. ETAT DE LA RECHERCHE SUR LES JARDINS EN
  • DECAPAGES ET DES TRANCHÉES COMPLÉMENTIARES 4.4. LES PRINCIPAUX RESULTATS ISSUES DES DONNÉES ARCHÉOLOGIQUES 4.4.1 - Premières traces d'occupation ancienne. 4 . 4 . 2 - Un sol ancien en place. 4 . 4 . 3 - Les murs de clôture et les accès. 4 . 4 . 4 - Un jardin fossilisé sous
  • cinquante centimètres de terre végétale dans le secteur nord-ouest de l'esplanade. 4 . 4 . 5 - Un réseau de fossés de plantation au nord-est pouvant s'apparenter au labyrinthe. 4 . 4 . 6 - Des structures isolées. 4 . 4 . 7 - Traces de labour. 4.5 . LE MOBILIER V . UNE DEMARCHE
  • PLURIDISCIPLINAIRE 5 . 1 . ANALYSES MICROMORPHOLOGIQUES (C. Vissac) 2 5. 1. 1 - Stratégie d'échantillonnage et stratigraphie 5. 1. 2 - Démarche d'étude et fabrication des lames minces 5. 1. 3 - Généralités 5. 1. 4 - Détermination des faciès 5. 1. 5 - Synthèse et conclusion Restitution strati
  • graphique Conclusion 5.2. ANALYSES PALYNOLOGIQUES (M-F Diot) 5. 2. 1 - Définition de la palynologie 5. 2. 2 - Méthodologie employée 5. 2. 3 - Référentiels pour les jardins 5. 2. 4 - Historique de la palynologie des jardins 5. 2. 5 - Prélèvements à faire 5. 2. 6 - Résultats des analyses
  • palynologiques au Château de Kerjean 5.3. ANALYSE DU VEGETAL ACTUEL 5. 3. 1 - inventaire et caractéristiques des essences végétales actuelles de l'esplanade 5. 3. 2 - Essai d'interprétation CONCLUSION 3 1 1 ..tamji ,7, ! . St-LO,' i/o Chausey ,> SNl hstf Avranch uc .hateaulin
  • | Fougeres Ma ' 29 .BRÍTAGNE n îduimpe^ ^ iariant 5* L " ( rkäi _ ^ws-DEXA-L Belte-ile-on-MerQ, St-tàiam^ Arjcina*!?. r Atlas Universalis des Pays i 00 km I 1 i I Carte routière Michelin n°989 20 km I I Figi Cartes ÍGN n°0515 Ouest et Est ; et n°0516 Ouest et Est 500 m I I I
RAP01350.pdf (LANGON (35). la chapelle Sainte-Agathe. rapport de prospection thématique)
  • LANGON (35). la chapelle Sainte-Agathe. rapport de prospection thématique
  • 6 Edifices et établissements religieux depuis la fin de l'antiquité : origine, évolution. CATALOGUE DES FONDS D'ARCHIVES RELATIFS A LA CHAPELLE SAINTE-AGATHE Responsable scientifique : Cyrille Chaigneau AVANT-PROPOS L'objectif de l'opération de prospection thématique mise en
  • connaissance des différentes campagnes de restauration (tout particulièrement pour ce qui concerne les interventions sur la peinture antique), ainsi que des étapes de la protection patrimoniale de la chapelle. Le catalogue des divers fonds d'archives concernant la chapelle Sainte- Agathe de
  • lithographies de Charles Langlois (signées), gravées par Landais et Leroy, Rennes, 1839 Dossier Langon : 7Fal45 (ancien dossier 4J145) 2. 9. 1 . 2.9.2. 2.9.3. 2.9.4. 2.9.5. 2.9.6. 2.9.7. Documents divers Bulletin de la Sociétés des antiquaires de France 1914-1921 p. 250 et suivante (code
  • L'INVENTAIRE GENERAL DE BRETAGNE 6. ARCHIVES DU SERVICE DES BÂTIMENTS DE FRANCE 6.1. Répertoire chronologique des opérations effectées sur la chapelle Sainte-Agathe 7. ARCHIVES DU SERVICE DES MONUMENTS HISTORIQUES 7.1. Dle-et-Vilaine - Langon - chapelle Sainte-Agathe. 2ème dossier
  • DE LA BIBLIOTHÈQUE DU PATRIMOINE 10.1. Carton 1009, Dossier n° 1 : Dle-et-Vilaine - Chapelle Sainte-Agathe de Langon, restaurations Diverses 10. 1. 1 Correspondance de 1839 ? 10. 1.2. Correspondance du 26 septembre 1839 et du 14 octobre 1839 10.1.3. Correspondance du 13 décembre
  • l'agrandissement de la place publique de Langon, en date du 31 juillet 1900 10.2.5. Minute de lettre du 31 août 1900 10.3. Carton 1009, Dossier n° 3 : Dle-et-Vilaine - Chapelle Sainte-Agathe. Consolidation de la fresque existant dans la chapelle Sainte-Agathe. 10.3.1. Correspondance du 12
  • Langon : Inventaire des documents graphiques 10.6.1 Réf. 40 798FII 10.6.2. Réf. 60 772 FII 10.6.3. Réf. 1270 FII 10.6.4. Réf. 1271 FII 7 10.6.5. Réf. 60 774 FII 10.6.6. Réf. 1273 FI 10.6.7. Réf. 15 042 FII 11. BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE/MÉDIATHÈQUE DE NANTES 11.1. Manuscrit 2601
  • . Ce fond d'archives contenait sans doute de nombreux croquis de la chapelle la mine de plomb ; ceux-ci ont semble-t-il disparu. En raison du dispersement extrême des archives de l'Institut de France pendant la deuxième guerre mondiale, il existe peut-être encore une chance de les
  • et qui ont été les premières du pays. En joignant celle-ci l'autre chapelle de Saint-André, construite 12 aussi par les romains vers la fin du Bas-Empire, mes recherches dans l'Ouest de la France m'en auront fait découvrir quatre qui étaient restées inconnus au monde savant
  • CENTRE D'ETUDE DES PEINTURES MURALES ROMAINS C.N.R.S. PARIS-SCISCCMS ARCHÉOLOGIES D'ORIENT AOROC-UMR ET D'OCCIDENT 126 CNRS-ENS 71 Chapelle Ste Agathe à LANGON (Ile et Vilaine) par Alix BARBET avec la collaboration de Jean-François LEFEVRE Novembre-décembre 1995 A la
  • demande de M. Cyrille Chaigneau qui a consacré une étude de bâti à ce monument, nous avons fourni les photos faites en 1981 et, après discussion, proposé de réexaminer le décor antique. Nous avons effectué une courte mission avec Jean-François Lefèvre, le 24 octobre 1995. Suite à cette
  • visite destinée à contrôler les relevés effectués en 1981 pour en faire un dessin en couleur, nous avons fait les constatations suivantes, dans la lecture des peintures et sur leur état de conservation. Nous n'envisagerons ici que les peintures galloromaines, laissant aux autres
  • spécialistes l'examen des peintures médiévales. I L'iconographie La voûte en cul-de-four Vénus marine occupe la première place et elle est une interprétation originale de deux modèles. Du premier modèle, celui de Vénus à la Fig.5,6 toilette, elle a gardé le geste de se recoiffer, cheveux
  • roux tout raides d'humidité. Du deuxième modèle, celui de Vénus voguant sur la brise marine, elle a l'attitude, mi-couchée, sans doute en train de nager. En effet, si elle avait été représentée debout, le bas de son corps serait Fig.4 visible là où justement des restes de décor
  • montrent une pieuvre et un poisson (ou un oursin) juste au-dessus de la fenêtre moderne. École Normale Supérieure, 45 rue d'Ulm 75230 Paris Cedex 05 - Tél : (1) 44 32 30 00 poste .. .. - Fax (1) 44 32 30 60 2 Pour la publication prochaine de cet ensemble complexe, je me propose de
  • restituer l'attitude de Vénus, celle du petit Amour qui l'accompagne, par rapport aux autres décors connus du même type, tant en peinture murale qu'en mosaïque. Deux comparaisons déjà viennent à l'esprit. Pour Vénus à la toilette rappelons celle qui orne le mur du frigidarium des thermes
  • des Sept Sages à Ostie, juste au-dessus de la baignoire ; elle est entourée d'une faune marine semblable à celle de Langon ; un petit Amour lui tend , un miroir. Pour Vénus nageant, l'exemple du mur de jardin de la maison de Vénus à la Coquille de Pompéi (II, 3, 3) constitue un des
  • modèles d'origine possibles. Un petit Amour monté sur un dauphin l'escorte. La faune marine qui évolue autour des personnages, comme par exemple le thiase marin dans la piscine des thermes du Phare à Ostie, est à grande échelle et non proportionnelle à celle des humains. Le décor est
  • couvrant, c'est-à-dire qu'il envahit tout le champ, de la voûte au bas des parois, dont la plinthe ou la baignoire est plaquée de marbre. Il faut imaginer une telle restitution pour Langon où nous n'avons qu'une portion de la voûte en cul-de-four. Le petit Eros de Langon, bien qu'effacé
  • , est assez facile à restituer. A califourchon sur un dauphin, il a le bras droit haut levé sans doute pour brandir un fouet, tandis que de la main gauche baissée et fermée il devait tenir les rênes. Un voile s'enroule sur son avant-bras et flotte derrière, sous l'effet de la brise
RAP02227.pdf (LA ROCHE-MAURICE (29). château de roc'h morvan. rapport de fp1)
  • LA ROCHE-MAURICE (29). château de roc'h morvan. rapport de fp1
  • LA ROCHE-MAURICE CHÂTEAU DE ROC'H MORVAN (29 237 002 Finistère) FOUILLES PROGRAMMEES Rapportfinald'opération 2006 Mars 2007 Arrêté n° 2006 - 266 Jocelyn Martineau Avec la collaboration de : Fabien Sanz-Pascual Pierrick Leblanc C'ONSETT. GENERAL Institut national de recherches
  • archéologiques préventives Liberté • Egalité • Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ministère de la Culture et de la Communication ministère délégué à l'Enseignement supérieur et à la Recherche FINISTERE mu Inrap^ / SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE, avenue Charles Foulon, 35700
  • RE1> Institut national de recherches archéologiques préventives, 37, rue du Bignon, CS 67737, 35577 CESSON-S 1 REMERCIEMENTS Je tiens à remercier Nicolas Faucherre et Emmanuel de Crouy-Chanel (CESCM Université Poitiers, équipe castellologie), pour leur aide à l'expertise du
  • système défensif des portes de la Roche-Maurice et les stagiaires pour leur aide sur le terrain. TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS RESUME INTRODUCTION 1 3 5 FICHE SIGNALETIQUE 7 GENERIQUE DE L'OPERATION 8 I - LES OBJECTIFS D E L A C A M P A G N E D E F O U I L L E 2006 9 I I
  • - LES PRINCIPES M E T H O D O L O G I Q U E S 9 2.1 - La méthodologie d'intervention 2.1.1 - Le cadre d'intervention 2.1.2- L'enregistrement des données de fouille 2.1.3 - Le relevé de terrain et la mise au net des illustrations en post-fouille 2.1.4 - Le relevé topographique 9 9
  • 11 11 11 2.2 - Les méthodes de datation 2.2.1 - La chronologie relative 2.2.2 - La datation absolue 11 11 11 I I I - LES RESULTATS 12 3.1 - Le contexte topographique et archéologique 3.2 - La stratigraphie 3.2.1 - La rampe d'escalier du couloir A 3.2.2-Les sols 3.2.3 - Le
  • rocher. 3.3 - Le bâti 3.3.1 - Le donjon (M9) 3.3.2-Le couloir A (M 10, Mil) 12 13 13 14 17 12 12 15 3.4 - Les portes et leurs systèmes de fermeture 3.4.1 - La porte PI 3.4.2-LaporteP2 3.4.3 - Les barres Bl et B2 3.4.4- La porte P3 3.4.5- LaporteP4 3.4.6- LaporteP5 3.4.7 -Laporte P6
  • propositions d'interprétation 31 B I L A N E T PERSPECTIVES D E R E C H E R C H E 33 BIBLIOGRAPHIE 35 ANNEXES 36 L'analyse de la stratigraphie en sondage et l'étude du bâti démontre la présence d'au moins cinq phases de construction successives ponctuées par la démolition
  • définitive de la tour et le remblaiement des vestiges de la porterie (fig.01). La phase I pourrait identifier une tour primitive sous les fondations du donjon, au sud-est (M9). La phase I I est liée à la reconstruction de la tour avec une première entrée fortifiée, au sud-ouest (P4, B3
  • ). La phase III identifie une deuxième campagne de travaux après démolition (M10 et M i l ) . Elle correspond à la construction de la porterie visible en arrachement. La rampe d'escalier orientée vers le bourg (A) était fermée par deux lignes de poutres ( B l et B2) et par une seule
  • porte close placée devant le donjon (P3). Deux longues barres de bois étaient disposées en travers du couloir, avant d'être bloquées depuis les couloirs B et C par un système rudimentaire mais néanmoins rapide et efficace. La rampe orientée vers le front ouest (B) était fermée par
  • une seule porte close (P5), barrée de l'extérieur par une poutre horizontale dont le verrouillage était commandé depuis l'intérieur de la porte. La rampe orientée vers la salle (C), était fermée quant à elle par la porte principale d'accès au logis seigneurial (P6). Le battant en
  • bois était protégé des coups de bélier ou d'un incendie volontaire par trois barres horizontales encastrées dans le mur, à 1,30 m du vantail. Les poutres extérieures étaient bloquées de l'intérieur par un système équivalent à la porte P5. L'ensemble formait ainsi une succession de
  • blindage qui devait considérablement freiner l'assaut en cas de siège. Les phases I V et V correspondent quant à elles, à des travaux de rénovations de la porterie entre le XlVe et le XVIe siècle ( M 12 et M13). C1.01 - Vue générale du front sud du donjon avant fouille en septembre
  • 2005. C1.02 - Vue générale du front sud du donjon après fouille en mai 2006. Fig.Ol : Plan de localsiation des vestiges découverts en 2006 et proposition de chronologie relative (Jocelyn M a r t i n e a u , Fabien Sanz-Pascual, I N R A P , 2006) Suite au programme de fouilles
  • de la résidence fortifiée du château de la Roche-Maurice (29) (fig.02), réalisée entre 2002 et 2005, une étude complémentaire a été entreprise sur l'entrée fortifiée du logis seigneurial, du 18 avril au 5 mai 2006. L'opération a consisté à déblayer partiellement sur 60 m , le cône
  • d'éboulis tombé au sud de la tour sur l'emprise supposée des vestiges d'une porterie médiévale. L'objectif était notamment d'identifier un accès vers le sous-sol du donjon, aujourd'hui remblayé, à l'emplacement d'une cavité qui pouvait être interprétée avant fouille comme un linteau
  • arraché d'une porte basse. 2 La fouille a été menée par Jocelyn Martineau (responsable d'opération, INRAP) avec la collaboration de Fabien Sanz-Pascual (dessinateur, INRAP), Pierrick Leblanc (topographe, INRAP) et une équipe de quatre étudiants en histoire et de l'Art et archéologie
  • . Ce rapport présente, après avoir rappelé les objectifs, le cadre et les principes méthodologiques, les résultats de l'intervention de 2006. Fig.02 : Localisation du château de la Roche-Maurice sur la carte topographique au 1/25000° (fond de plan I G N , carte 1/25000
  • °) IDENTITE D U SITE N° de site : Département : Commune : Lieu-dit : Propriétaire(s) du terrain Protection juridique : LOCALISATION D U SITE Coordonnées cadastrales Année : Section(s) : Parcelle(s) : Coordonnées Lambert Zone : Coordonnées : Altitude : 29 237 002 AH Finistère LA ROCHE
RAP01249.pdf (QUIMPER (29). carte archéologique communale. rapport de prospection inventaire)
  • QUIMPER (29). carte archéologique communale. rapport de prospection inventaire
  • contrariés par un certain nombre d'obstacles : 1.1.2.1. Une documentation dispersée La nature même de la documentation archéologique entraîne sa dispersion: - publications scientifiques ou de vulgarisation, anciennes ou récentes - archives publiques ou privées antérieures à la législation
  • sur les fouilles et à la mise en place de services régionaux étoffés et efficaces. - archives de fouilles récentes dont les notes et rapports sont dispersés entre les Services régionaux ou de collectivités territoriales et les archives personnelles des chercheurs. - documentation
  • Archives municipales ou la Bibliothèque municipale de Quimper. 1.2.2.4. Base de données pour la documentation pédagogique Ce dossier étant constitué, il devient aisé de créer: - une malette pédagogique - des dossiers (type C.D.D.P., C.R.D.P. ou C.N.D.P.) avec diapositives, cassettes etc
  • mise à disposition de tous leurs moyens informatiques et cartographiques et de leur bibliothèque. 2.1.3.1. Organisation générale Les locaux du Service municipal, le mobilier et le matériel informatique du C.R.A.F. permettent d'assurer le stockage, le classement et le traitement de
  • la documentation rassemblée. - Bibliothèque rassemblant les principales publications ou revues concernant Quimper (Gallia, B.S.A.F., Archéologie en Bretagne, R.A.O. etc.). - Stock de plans et notes de fouilles concernant les sites étudiés depuis 1970 à Quimper - Ensemble des
  • bibliothèques du C.R.AF., du C.E.R.A.Q. et du Service municipal un maximum de documentation et d'ouvrages concernant Quimper. En fait plusieurs mois de travail préparatoire sont nécessaires avant de lancer le remplissage des fiches et la rédaction des premiers documents. Ensuite, les tâches
  • Colin, 250 p. HELIAS P.J., 1980 : Quimper en Cornouaille, Châteaulin, éd. Jos Le Doaré. HENRIOT J. 1948 : Locmaria, berceau de Quimper, A travers les départements meurtris, Le Finistère, Paris, éd. La France, p. 27. KERHERVE J., 1994 : Histoire de Quimper, éd. Privât, Société
  • A travers les départements meurtris, le Finistère, Paris, éd. La France, p. 23-25. Quimper, ville d'art, 1972 : Quimper, éd. Association des Amis du vieux Quimper. PELLETIER Y. (dir), 1990 : Histoire générale de la Bretagne et des Bretons, Paris, éd. G.-V. Labat, 2 vol. POCQUET B., 1913
  • Bretagne touristique, n° 28, 15 Nov 1928, p. 250. SERRET A., 1885 : Catalogue du Musée Archéologique de Quimper, p. 43-47, 57-59, 6769. (nouvelle édition en 1901) SERRET A., 1901 : Catalogue du Musée archéologique et du Musée des anciens costumes de la ville de Quimper, Quimper, imp
  • : Informations archéologiques, Gallia, XXVII, p. 254. BRIOT, 1873-1874 : Communication, B.S.A.F., T. I, p. 41-42. BRIARD J., GIOT P.R., PAPE L., : Protohistoire de la Bretagne, Rennes, Ouest-France, 437 p. BUCHSENSCHUTZ O. (dir.), 1978 : Les structures d'habitat à l'Age du Fer en Europe
  • tempérée. L'évolution de l'habitat en Berry, Actes du Colloque de Châteauroux, Paris. • BUCHSENSCHUTZ O., 1989 : L'habitation gauloise, dans Goudineau C, GUILAINE J. (dir), De Lascaux au Grand Louvre, Archéologie et histoire en France, éd. Errance, Paris, p. 281. CARADEC A., 1981 : Un
  • nouveau site romain à Quimper, A. en B., n° 30, 2ème trimestre, p. 105. Catalogue de l'exposition : L'habitation romaine dans le Finistère, 1980, Quimper, p. 21, n° 22. CHARPY J., 1963 : Communication, B.S.A.F., T. LXXKJX, p. LXXII, photographies p. LXXII, LXXX, XCVI, XCVII. CHARPY J
  • tardo-républicaines et les importations de vins italiens à la fin de l'Age du Fer, in Corpus des amphores découvertes dans l'Ouest de la France, 4ème suppl. à A. en B., Brest, p. 65-67. GALLIOU P., 1982 : Commerce et société dans rArmorique du Bas-Empire, Océaan atlantique et
  • Les plus beaux sites archéologiques de la France, éd. Eclectis, p. 106. GALLIOU P., FULFORD M., CLEMENT M., 1980 : La diffusion de la céramique " à l'éponge " dans le nord-ouest de l'empire romain, Gallia, T. 38, fasc. n° 2, p. 265-278. (Quimper p. 275) ? GALLIOU P., LE BIHAN J.P
  • , 1894 : Temples romains dans le Finistère, B.S.A.F. HERON DE VILLEFOSSE, 1892 : Bulletin des Antiquaires de France, p. 83. HENRIOT J., 1948 : Locmaria, berceau de Quimper, dans A travers les départements meurtris, le Finistère, Paris, éd. La France, p. 27. Histoire de la Bretagne et
  • CARTE ARCHEOLOGIQUE DE QUIMPER (FINISTERE) DOCUMENT DE SYNTHESE DE CARTE ARCHOLOGIQUE ANNEE 1994 Sous la direction de Jean Paul LE BIHAN SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE Collaborations : VDLLE DE QUIMPER CONSEIL GENERAL DU FINISTERE CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU
  • FINISTERE Rennes : S.R.A. de Bretagne 1994 : caqra94 CARTE ARCHEOLOGIQUE DE QUIMPER 1. DEFINITION DU PROJET 1.1. NECESSITE DU PROJET 1.2. LES OBJECTIFS 1.3. PROGRAMMATION 2. MISE EN PLACE 2.1. LES MOYENS MIS EN OEUVRE 2.1.1. Moyens financiers 2.1.2. Moyens humains 2.1.3. Moyens
  • matériels 2.1.3.1. Organisation générale 2.1.3.2. Bases de données 2.1.3.3. Cartographie et informatique 2.2. LES CHOIX ET METHODES DE TRAVAIL 2.2.1. Introduction 2.2.2. Les types de fiches 2.2.3. Cartographie des sites et "fiche topographique" 3. LES RESULTATS 3.1. INTRODUCTION : la
  • méthode et le travail effectué 3.2. LA BIBLIOGRAPHIE 3.2.1. Bibliographie générale 3.2.2. Bibliographie analytique 3.3. LES FICHES DE SITES ET L'ETAT D'AVANCEMENT DES DOSSIERS 3.3.1. Le travail engagé 3.3.2. Les dosiers complets 3.3.3. Les documents cartographiques 4 CONCLUSIONS 4.1
  • . SUR LE PLAN TECHNIQUE 2 4.2. SUR LE PLAN ARCHEOLOGIQUE 4.3. CONCLUSION D'ENSEMBLE 5. DOCUMENTS JOINTS 5.1. BIBLIOGRAPHIE - Bibli-Ql : Bibliographie générale de Quimper ; ouvrages généraux - Bibli-Q2 : Bibliographie de Quimper ; de la Préhistoire à l'Antiquité - Bibli-Q3
RAP03957 (Projet Collectif de Recherche. Formes, nature et implantations des occupations rurales en Bretagne du IVe s au XIe s.)
  • programme collectif de recherche
  • Projet Collectif de Recherche. Formes, nature et implantations des occupations rurales en Bretagne du IVe s au XIe s.
  • 30 31 31 32 32 32 II.2.2 II.2.3 II.2.4 II.2.5 39 III. Catalogue des notices 2020 40 Betton (35), Pluvignon 48 Cancale (35), Les Prés Bosgers 54 Chartres-de-Bretagne (35), Fontenay 72 Chartres-de-Bretagne (35), Le Printemps 86
  • l'Abbaye 132 Martigné-Ferchaud (35), Les Robiniaux 138 Mordelles (35), Val de Sermon 162 Moutiers (35), Le Bourg, ancienne école publique 168 Ossé (35), 3, rue de la Mairie 172 Pacé (35), ZAC Beausoleil 184 Rennes (35), Vieuxville-Beaurade
  • le développement de collaborations interdisciplinaires engagées de longue date et par des travaux universitaires (Catteddu 2001, 2012, Colleter et alii 2012), les données recueillies ces dernières décennies nous permettent aujourd’hui de réaliser un premier catalogue régional des
  • (Catteddu, Lauwers, Watteaux, 2021b, à paraître). L’essor de l’archéologie préventive en France, à partir des années 1980 et en particulier dès la décennie 1990, révèle alors une densité et une variété insoupçonnées de sites ruraux du premier Moyen Âge, qui mettent rapidement à mal les
  • , l’habitat rural du premier Moyen Âge concentre peu à peu toute l’attention, tandis qu’en Île-de-France, dans les Hauts-de-France mais également dans les régions méridionales, les investigations dans les cœurs de bourgs commencent à se multiplier, en lien avec les projets d’aménagements
  • l’ensemble de la France, le nombre de sites ruraux altomédiévaux fouillés est estimé à plus d’un millier. Mais c’est davantage encore l’accroissement des surfaces étudiées, le plus souvent supérieures à un hectare et pouvant atteindre plusieurs dizaines d’hectares, qui va impacter de
  • le cas du site du site de Lunel en Occitanie (Raynaud 2007), de Yutz (Blaising 2000) et Vallange en Moselle (Gérard, Blaising 2006), de Villiers-le-Bel (Gentili 2010) et Tremblayen-France en Ile-de-France (Conçalves, Lafarge 2009 et 2012, Héron 2001), de Vilarnau dans le
  • . Le bilan historiographique de cette recherche depuis le début du XXe siècle jusqu’en 2001 a été très clairement et longuement détaillé par Édith Peytremann dans sa thèse sur « l’Archéologie de l’habitat rural dans le nord de la France du IVe au XIIe siècle » (Peytremann 2003, vol
  • davantage documentés. Les étapes de mise en place et de transformation des formes de peuplement sont au centre de l’attention des archéologues comme des historiens. Partout en France, entre l’Antiquité et le Moyen Âge, les modes d’occupation du sol et l’habitat se transforment à des
  • développement et de transformation sont en action (Blaising 2000, Gérard 2006, Catteddu, Raynaud, Le Goff 2014). Les villages médiévaux se montrent donc polymorphes et multipolaires, comme il est possible de l’observer sur les sites de Yutz (Moselle), mais aussi de Tremblay-en-France (Seine
  • Moyen Âge. À Yutz, des secteurs habités sont mis en culture avant d’être à nouveau construits. Les transformations de l’habitat s’opèrent donc à différents rythmes et périodes, avec parfois des changements notables dans le bâti comme au XIIIe siècle en Île-de-France (Gentili 2010
  • constituent de manière certaine des révélateurs de l’ancrage historique des territoires. La compréhension de l’histoire des villages implique un dialogue permanent entre les acteurs scientifiques de toutes disciplines, les Services Régionaux de l’Archéologie, les collectivités
  • le développement de ces études a été plus tardif en Bretagne que dans d’autres régions (ex. Hauts-de-France, Île-de-France), elles sont aujourd’hui systématisées et rejoignent les témoignages d’une croissance agricole visible autour des années 700 et d’une ouverture des paysages
  • ). Le premier Moyen Âge rural trouve également sa place dans des programmes interdisciplinaires plus larges et variés  : le PCR de S. Robert sur la dynamique des réseaux routiers en région Ile-de-France ; le PCR Cerdagne dirigé par Chr. Rendu sur les estives et les structures
  •  ». En 2007, la table ronde de Saint-Germain-en-Laye a été consacrée à « L’archéologie du village, archéologie dans le village », organisée à l’initiative du PCR « Habitat rural du premier Moyen Âge en Île-de-France », associé au Groupe de recherche archéologique sur le premier Moyen
  • fait l’objet d’une autre table-ronde qui s’est tenue à l’Université Paris-Nanterre en 2019 et qui était intitulée « L’archéologie du village en Île-de-France » (Gonçalves, Cottiaux 2021 à paraître ; Catteddu 2021d, à paraître). I. Introduction 25 Autre sujet  : de nombreuses
  • l’Ouest de la France, la thèse d’archéogéographie de Magali Watteaux (Watteaux 2009) sur « La dynamique de la planimétrie parcellaire et des réseaux routiers en Vendée méridionale ». Plus au nord, en 2007, Vincent Carpentier (Carpentier 2007) s’est intéressé à l’histoire des zones
  • Rapport d’activité 2020 Projet Collectif de Recherche Formes, natures et implantations des occupations rurales en Bretagne du IVe s. au XIe s. sous la direction de Françoise Le Boulanger Emmanuelle Ah Thon Laurent Beuchet Didier Cahu Isabelle Catteddu Françoise Labaune-Jean
  • Joseph Le Gall Pierre Poilpré Décembre 2020 Rapport d'activité 2020 Projet Collectif de Recherche Formes, natures et implantations des occupations rurales en Bretagne du IVe s. au XIe s. sous la direction de Françoise Le Boulanger Emmanuelle Ah Thon Laurent Beuchet Didier Cahu
  • Gall Anne-Marie Lotton Pierre Poilpré Décembre 2020 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de
RAP03856 (CARHAIX-PLOUGUER (29). Coeur de ville, phase 2 , place d'Aiguillon, place de la Mairie, rue de la Tour d'Auvergne et square Henri Dunant. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). Coeur de ville, phase 2 , place d'Aiguillon, place de la Mairie, rue de la Tour d'Auvergne et square Henri Dunant. Rapport de diagnostic
  • prescriptions de la Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée, relative à l’amélioration des relations entre l’administration et le public. Aux termes de la circulaire du 26 mars 1993, il pourra être consulté ; les agents des Services Régionaux de l’Archéologie rappelleront à tout demandeur
  • ) 63 63 63 65 65 2.6 66 66 68 68 69 2.2 71 3. Conclusion générale 72 4. Bibliographie 2.6.1 2.6.2 2.6.3 2.6.4 2.2.1 2.2.2 2.2.3 2.2.4 Le mobilier Généralités et données chiffrées Catalogue des lots de céramiques par Françoise Labaune-Jean
  • l’implantation a été confirmée lors d’une intervention dans la cour de l’école publique à la fin de l’année 2018 (Le Cloirec 2019b). La chaussée attestée la plus proche au sud est celle qui a été reconnue sur le site de la réserve archéologique en 1996. Elle passe à environ 114 m de la
  • fournir des informations sur le decumanus reconnu dans la cour de l’école publique même s’il fallait s’attendre à ce que les aménagements postérieurs aient largement bouleversé les vestiges gallo-romains. Comme presque tous les réseaux passent sous les larges trottoirs de la place de
  • Finistère, Carhaix-Plouguer, Cœur de ville, phase 2 Empire romain, Bas-Empire, Époque médiévale, Moyen Âge, bas Moyen Âge, Temps modernes, Époque contemporaine Sujets et thèmes Bâtiment, Voirie, Urbanisme, Structure urbaine, Foyer, Fosse Mobilier Céramique, Faune, Objet
  • métallique, Monnaie, Lithique Entre le 19 septembre et le 11 octobre 2019, une seconde phase de diagnostic archéologique a été réalisée à Carhaix dans le cadre du projet de revitalisation du centre-ville. Cinq sondages ont été ouverts à cette occasion sur la place d’Aiguillon, la place
  • de la mairie, dans la rue de la Tour d’Auvergne et dans le square Henri Dunant. Les possibilités de mettre au jour des vestiges antiques et médiévaux étaient très favorables car l’ensemble du secteur concerné se trouve, à la fois, en plein cœur de la ville de Vorgium et dans
  • l’enceinte fortifiée du Moyen Âge. Tous les sondages se sont révélés positifs avec une majorité de structures médiévales prouvant la densité du bâti à l’intérieur de l’enceinte. Seulement deux murs antiques ont été repérés au milieu de la place de la mairie et dans la rue de la Tour
  • d’Auvergne. Très partiellement épargnés par les aménagements postérieurs à l’Antiquité, ils témoignent toutefois de l’existence de constructions importantes dans ce secteur de la ville romaine. Diagnostic archéologique Antiquité romaine, Rapport d’opération Chronologie Finistère
  • , Carhaix-Plouguer, Cœur de ville, phase 2 Place d'Aiguillon, place de la mairie, rue de la Tour d'Auvergne et square Henri Dunant sous la direction de Gaétan Le Cloirec Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr Inrap Grand
  • Ouest février 2020 Diagnostic archéologique Rapport d’opération 29024 Code INSEE Finistère, Carhaix-Plouguer, Cœur de ville, phase 2 Place d'Aiguillon, place de la mairie, rue de la Tour d'Auvergne et square Henri Dunant — D129095 2019-172 Système d’information Code Inrap
  • Arrêté de prescription sous la direction de Gaétan Le Cloirec Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné février 2020 avec la collaboration de Lucie Arnaud Céline Baudoin Anne Boterf Philippe Cocherel Stéphane Jean Yohan Manthey Éric Nicolas Françoise
  • Labaune-Jean Vincent Pommier Illustration de couverture Ouverture du sondage 2 sur la place de la mairie. © Gaétan Le Cloirec « Le Rapport d’Opération (RO) constitue un document administratif communicable au public dès sa remise au service Régional de l’Archéologie, suivant les
  • les droits de la propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et les contraintes qui en résultent pour tout consultant. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L122
  • -5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction de texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes de l’auteur et de l’ouvrage. Par ailleurs
  • , l’exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d’utiliser à de fins commerciales les documents communiqués (Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non-respect de ces règles constitue un délit de
  • contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal. » Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 7 8 9 10 10 11 13 27 29 Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique État du site Localisation de l’opération Arrêté de
  • prescription Projet scientifique d’intervention Arrêté de désignation Résultats 33 1. Le cadre de l'opération 33 1.1. 33 33 34 37 38 1.2. Le contexte archéologique 40 40 43 1.3. Problématiques et méthodologie 1.2.1 1.2.2 1.2.3 1.2.4 Le contexte administratif
  • L’emprise dans la ville antique L’emprise dans la ville médiévale et moderne L’environnement archéologique de la place d’Aiguillon et de la place de la mairie L’environnement archéologique de la rue de la Tour d’Auvergne et du square Henri Dunant 1.3.1 Implantation des sondages 1.3.2
  • Déroulement des travaux 45 2. Présentation des vestiges 45 2.1 Sondage 1 (place d’Aiguillon) 46 2.2 Sondage 2 (place de la mairie) 53 2.3 Sondage 3 (place de la mairie) 56 2.4 Sondage 4 (rue de la Tour d’Auvergne) 60 2.5 Sondage 5 (square Henri Dunant
RAP01335.pdf (QUIMPER (29). carte archéologique communale. rapport de prospection inventaire)
  • QUIMPER (29). carte archéologique communale. rapport de prospection inventaire
  • vulgarisation, anciennes ou récentes. - archives publiques ou privées antérieures à la législation sur les fouilles et à la mise en place de services régionaux étoffés et efficaces. - archives de fouilles récentes dont les notes et rapports sont dispersés entre les Services régionaux ou de
  • consultation de la partie historique du fichier dans le cadre de services tels que les Archives municipales ou la Bibliothèque municipale de Quimper. 1.2.2.4. Base de données pour la documentation pédagogique La mise à disposition du fichier auprès d'organismes dépendant de l'Education
  • . Les moyens matériels Le Centre de recherche archéologique du Finistère et le Centre d'étude et de recherche archéologiques de Quimper proposent la mise à disposition de tous leurs moyens informatiques et cartographiques et de leur bibliothèque. 2.1.3.1. Organisation générale Les
  • locaux du Service municipal, le mobilier et le matériel informatique du C.R.A.F. et du Centre d'étude et de recherche archéologique de Quimper permettent d'assurer le stockage, le classement et le traitement de la documentation rassemblée. - Bibliothèque rassemblant les principales
  • CARTE ARCHEOLOGIQUE DE QUIMPER (FINISTERE) DOCUMENT DE SYNTHESE DE CARTE ARCHEOLOGIQUE ANNEE 1995 Sous la direction de Jean Paul LE BIHAN Mont Frugy SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE Collaborations : VILLE DE QUIMPER CONSEIL GENERAL DU FINISTERE CENTRE DE RECHERCHE
  • ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE Rennes : S.R.A. de Bretagne 1995 1 CARTE ARCHEOLOGIQUE DE QUIMPER (FINISTERE) DOCUMENT DE SYNTHESE DE CARTE ARCHEOLOGIQUE ANNEE 1995 Sous la direction de Jean Paul LE BIHAN SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE Collaborations : VILLE DE QUIMPER CONSEIL GENERAL
  • DU FINISTERE CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE Rennes : S.R.A. de Bretagne 1995 caqra95 CARTE ARCHEOLOGIQUE DE QUIMPER 1. DEFINITION DU PROJET 1.1. NECESSITE DU PROJET ET SITUATION EN 1993 1.2. LES OBJECTIFS 1.3. LA CARTE ARCHEOLOGIQUE 2. MISE EN PLACE 2.1. LES
  • MOYENS MIS EN OEUVRE 2.1.1. Moyens financiers 2.1.2. Moyens humains 2.1.3. Moyens matériels 2.2. LE CHOIX DES DOCUMENTS A REALISER 2.2.1. 2.2.2. 2.2.3. 2.2.4. Introduction Les types de fiches Cartographie des sites et "fiche topographique" Cartographie des sites et représentation en
  • trois dimensions 3. LES RESULTATS 3.1. INTRODUCTION : le travail effectué en 1993 et 1994 3.2. LA BIBLIOGRAPHIE 3.3. LES FICHES DE SITES ET L'ETAT D'AVANCEMENT DES DOSSIERS 3.3.1. Le travail engagé 3.3.2. Les dossiers complets 3.3.3. Les documents cartographiques 4 CONCLUSIONS 4.1
  • . SUR LE PLAN TECHNIQUE 4.2. SUR LE PLAN ARCHEOLOGIQUE 4.3. SUR LE PLAN GEOGRAPHIQUE ET HISTORIQUE 4.3. CONCLUSION D'ENSEMBLE ET PERSPECTIVES 2 CARTE ARCHEOLOGIQUE DE QUIMPER 1. DEFINITION DU PROTET 1.1. NECESSITE DU PROJET ET SITUATION EN 1993 1.1.1. La nature et l'importance du
  • site de Quimper La commune de Quimper est très vaste (8500 ha). Des études nombreuses et souvent très approfondies soulignent, depuis le XIXe siècle, l'importance de son potentiel archéologique (cf nombreuses publications de P. Du Chatellier, P. Galliou, J.-P. Le Bihan, R.-F. Le Men
  • , L. Pape). Soixante opérations de fouille réalisées sur la commune entre 1971 et 1993 concernent toutes les périodes incluses entre le Néolithique et le Moyen-Age. Une soixantaine de sites sont actuellement répertoriés au fichier national. Un accroissement de 100% à 200% du nombre
  • des sites attestés est envisageable après étude de la documentation existante. Les vestiges d'époque gallo-romaine et gauloise, depuis 1980 avec les découvertes des hameaux du Braden, ont fait l'objet de fouilles importantes. Une problématique de' recherche, fondée sur l'analyse
  • diachronique et synchronique, permet une approche fine d'un territoire rural gaulois évoluant, durant l'Antiquité, vers un espace plus complexe: une ville naît d'une conjoncture économique et politique favorable et se développe au coeur d'un terroir rural fortement peuplé de villae et
  • d'établissements secondaires dont le parcellaire laisse de nombreuses marques (publications J.-P. Le Bihan). Progressivement, les thèmes de recherche se sont diversifiés, grâce à la pratique d'une archéologie sans exclusive. D'excellents résultats sont obtenus avec la multiplication de
  • découvertes de sites protohistoriques de la fin du Néolithique à l'âge du Fer. La découverte et la fouille exhaustive de l'habitat, des débuts de l'âge du Bronze de Penancreac'h participent de celte évolution. Le Moyen Age n'est pas oublié avec la fouille d'habitats ruraux carolingiens et
  • les études du centre urbain (mise en évidence des vestiges romans sous la cathédrale gothique). Il convient d'ajouter la découverte d'habitats, d'édifices et de réseaux d'adduction d'eau d'époque moderne dans le coeur urbain. Les descriptions et les fouilles anciennes sont
  • également très nombreuses mais de précision et de fiabilité variable. Elles soulignent l'importance du patrimoine encore enfoui dans le sous- sol. Elle ne peuvent toutefois prétendre à l'exhaustivité. A titre d'exemple, la zone du Braden couvrant 30 ha et sur laquelle aucun vestige
  • n'était connu en 1980 livre actuellement dix sites différents. En résumé Quimper est une ville possédant un patrimoine archéologique d'une grande richesse et d'une très grande diversité, sans doute exemplaire pour la région. L'histoire ancienne de cette commune a fait l'objet d'une
  • étude et d'une protection exceptionnelles : - Sur le plan scientifique - Sur le plan de l'aménagement urbain Il s'agit donc d'une ville qui dispose d'archives remarquables sur son histoire ancienne. 1.1.2. Les problèmes 3 Les vestiges évoqués précédemment sont essentiellement
RAP02928.pdf (CORSEUL (22). val de Gravel. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • CORSEUL (22). val de Gravel. rapport de diagnostic
  • Chartes et en Pays carnute, catalogue typologique, Chartres, 2001 (Revue Archéologique du Centre de la France, Suppl. 16). Raimb. : Raimbault (M.), La céramique gallo-romaine dite « à l’éponge » dans l’ouest de la Gaule, Gallia, 31, 1973, p. 185-206. Ve. : Vernhet (A.), Création
  • FINANCES PUBLIQUES ------------EXTRAIT DU PLAN CADASTRAL ------------- Le plan visualisé sur cet extrait est géré par le centre des impôts foncier suivant : Centre des Impots Foncier 4, rue Salle Gourdine BP 62042 22102 22102 Dinan Cédex tél. 02 96 87 61 00 -fax 02 96 87 40 19
  • d’Aquitaine. Ce vase est plutôt à rapprocher des vaisselles produites dans la partie ouest de l’Île-de-France (pâte beige sableuse : Ch. 318 ; Sellès 2001). Appartiennent également à cet ensemble, trois NR de commune de mode A en pâte orangée ou blanchâtre, deux fragments de commune
  • Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Corseul (Côtes-d’Armor) Val de Gravel sous la direction de Romuald Ferrette Inrap Grand-Ouest Janvier 2014 d’opération Code Inrap Non renseigné sous la direction de avec la collaboration de Romuald Ferrette Paul
  • -André Besombes Richard Delage Vincent Pommier Pierre Poilpré SRA 2013/247 D106013 Système d’information Arrêté de prescription Entité archéologique Nr site Code INSEE 22048 Rapport Diagnostic Corseul (Côtes-d’Armor) - Le Val de Gravel Inrap Grand-Ouest 37 rue du Bignon, CS
  • 677737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40, grand-ouest@inrap.fr Janvier 2014 Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 7 8 9 10 10 11 13 18 19 Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique Etat du site Localisation de
  • l’opération Arrêté de prescription Arrêté d’autorisation de fouille Projet scientifique Résultats 23 1 23 24 25 25 26 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 27 2 27 28 31 31 34 35 36 2.1 2.2 2.3 2.3.1 2.3.2 2.3.3 2.4 38 3 38 44 46 3.1 3.2 3.3 50 4 50 51 54 4.1 4.2 4.3 55 56 Le cadre de
  • l’intervention Le contexte géographique L’environnement archéologique Problématiques du diagnostic Le mode opératoire L’enregistrement des données Les résultats Introduction Les axes de circulation Les constructions Le bâtiment 1 Le bâtiment 2 Des indices d’architectures légères Fosses et
  • fossés Etude du mobilier archéologique La céramique et l’instrumentum Les monnaies Inscription du Val de Gravel Synthèse et conclusions Organisation, état de conservation et datation des vestiges Intégration des vestiges au sein de la trame viaire antique de Corseul Conclusion
  • Bibliographie Liste des figures et clichés du rapport Annexes 59 61 62 Inventaire des structures Inventaire du mobilier Inventaire des clichés I. Données administratives, techniques et scientifiques 6 I. Données administratives, techniques et scientifiques Corseul (22), Val de
  • projet d’aménagement ____________________________ Localisation 2 391m² ____________________________ Opérateur d’archéologie Région Bretagne Département Côtes d’Armor (22) Commune Corseul Lieu-dit Val de Gravel ____________________________ Codes Codes INSEE 22048 Numéro de l’entité
  • archéologique ____________________________ Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence Inrap Grand-Ouest ____________________________ Responsable scientifique de l’opération Romuald Ferrette ____________________________ Organisme de rattachement Inrap
  • ____________________________ Référence cadastrale Commune Corseul Année 2012 Section(s) AB Parcelle(s) 516, 1061 ____________________________ Propriétaire du terrain Mairie de Corseul 1 rue du Temple de Mars 22130 Corseul ____________________________ Références de l’opération Numéro de l’arrêté de l’opération 2013
  • -247 en date du 11 septembre 2013 Numéro de l’opération INRAP D 106013 Numéro de l’arrêté de désignation du responsable 2013-247 en date du 12 novembre 2013 ____________________________ Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement Office public de l’habitat 1, rue de la Violette 22100
  • Quévert ___________________________ 7 I. Données administratives, techniques et scientifiques Corseul (22), Val de Gravel Mots-clefs des thesaurus Chronologie Sujets et thèmes Paléolithique Mobilier Édifice public Industrie lithique Inférieur Édifice religieux Industrie
  • Inscription Néolithique âge du Fer Antiquité romaine (gallo-romain) République romaine Mégalithe Empire romain Artisanat Haut-Empire (jusqu’en 284) Argile : atelier Bas-Empire (de 285 a 476) Atelier É poque médiévale Études annexes Géologie haut MoyenÂge Datation MoyenÂge
  • Anthropologie bas Moyen Âge Paléontologie Temps modemes Zoologie É poque contemporaine Botanique Ère industrielle Palynologie Macrorestes An. de céramique An. de métaux Aca. des données Numismatique Conservation Restauration 8 I. Données administratives, techniques et
  • scientifiques Corseul (22), Val de Gravel
  • ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Intervenants Intervenants administratifs Préno m, nom, organisme de rattachement Tâches génér iques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Deschamps, SRA Jean-Yves Tinévez, SRA Claude Le Potier, Inrap Michel Baillieu, Inrap Arnaud Dumas, Inrap Thomas Arnoux, Inrap
  • Christelle-Picault, Inrap Nathalie Ruaud, Inrap Olivier Laurent, Inrap Olivier Bréhelin, Inrap Conservateur régional de l’archéologie Conservateur du patrimoine Directeur Interrégional Grand-Ouest Adjoint scientifique et technique Administrateur Assistant technique Assistante
RAP02049.pdf (LA ROCHE-MAURICE (29). château de Roc'h Morvan. rapport intermédiaire 2004 de fp3 (2002-2004))
  • LA ROCHE-MAURICE (29). château de Roc'h Morvan. rapport intermédiaire 2004 de fp3 (2002-2004)
  • H É Û L O G Ï Q U - E S FINISTERE litien • Egsllr • Fra REPUB1 [ Q U t FRANC P R - É V E N T I V E S Mars 2005 Perm ar-Bed SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE, avenue Charles Foulon, 35700 RENNES INTRODUCTION 2 1 - C O N T E X T E D E L'INTERVENTION 6 1.1
  • - Sources 6.2 -Recueils de sources 6.3 - Bibliographie 6.4 - Catalogue d'exposition , 22 22 21 24 INTRODUCTION Ce rapport intermédiaire se décompose en deux volumes. Le premier volume présente les résultats de la fouille menée au château de la Roche-Maurice par Jocelyn Martineau du
  • textes dans un catalogue d'actes les sources susceptibles d'éclairer l'histoire du site. I l s'agit également de replacer le château dans un contexte plus large en évoquant les châteaux du Léon et enfin d'approfondir l'étude historique du château, essentiellement lors des XIV , X V X
  • scientifique sur la fortification médiévale dans l'Ouest de la France dans les années à venir. 15 2.1.3 Loire Les résultats en Bretagne et Pays-de-la- Les châteaux du Guildo (22), de la RocheMaurice (29), de Guingamp (22) et de Châteaubriant (44) restent donc les seuls édifices à faire
  • qu'une Histoire, catalogue d'exposition, association «SOS Château de banquette d'environ 30 m appuyée contre le glacis Trémazan», 2001. du donjon, qui n'a pas pu être enlevée du fait de PASCAL (J.), BONMN (N.), responsable et technicien de l'encombrement des excédents de fouilles mais
  • France. Des éléments de datation complémentaires, tels que les monnaies ou les C14 pratiqués sur les charbons de bois, seront donc les principaux outils de datation de notre céramique. Les éléments 3 4 d'architecture et le programme résidentiel et défensif peuvent également
  • • CHATEAU DE LA ROCHE-MAURICE (Finistère) Rapport intermédiaire année 2004 DRAC-SRA -9 MAIS 2005 COURRIER ARRIVEE Sous la direction de Jocelyn Martineau Avec la collaboration de : Fabien Sanz-Pascual Frédéric Boumier CONSEIL GENERAL J o E R E C H - E R C H E S A R C
  • - Le cadre géographique 6 : la vallée de VElorn 2 - PROBLEMATIQUE D E L A R E C H E R C H E 6 2.1 - La recherche sur l'architecture 6 fortifiée en Bretagne : état de la question 2.1.1 - L a recherche universitaire 2.1.2- Larecherche institutionnelle 2.1.3- Les résultats 6 6
  • 7 3 - METHODOLOGIE 9 3.1 — Fouiller un site fortifié de hauteur 3.2 -L'enlèvement 9 des stériles 2 3.3 -La fouille des remblais de démolition 9 3.4- L'enregistrement des données de fouille 10 3.5- Le relevé archéologique 10 3.6- Le relevé topoeraphique 10 3.8-Les
  • 10 éléments de datation 4 - L E S RESULTATS D E L'ANNEE 2004 12 4.1 - la tour Nord Il 4.1.1- Présentation générale 4.1.2- Lafouille 4.3 - Le logis seigneurial : la salle nord 4.3.1 - L a dernière occupation : un « squatte », un cantonnement ou une prison 4.3.2 - Le logis du
  • sol d'occupation 1180 4.3.9 - Les arases 1181, 1068, 1182, 1213 4.3.10 - Le sol ancien et les impacts de foyers sur le rocher 12 12 14 14 14 16 18 18 19 19 19 19 21 5 - CONCLUSIONS E T P E R S P E C T I V E S D E R E C H E R C H E POUR L'ANNEE 2005 22 6-DOCUMENTATION 22 6.1
  • 30 août au 1 octobre 2004. La deuxième volume présente quant à lui les résultats de la recherche documentaire réalisée par Patrick Kemevez en 2004. Son objectif était de répertorier les sources d'archives concernant l'histoire du château de la Roche-Maurice et de recenser les
  • V I et X V I I siècles, c'est-à-dire du temps des Rohan. er e e e e FICHE SIGNALETIQUE IDENTITE DU SITE N° de site : Département : Commune : Lieu-dit : 29 237 002 AH Finistère LA ROCHE-MAURICE Bourg, château de Roc'h Morvan Propriétaire(s) du terrain Protection juridique
  • ° : Valable du : 24 014 30/5/02 au 31/12/04 Titulaire : Organisme de rattachement : Jocelyn MARTINEAU I.N.RA.P. Type d'opération : Maître d'ouvrage : Contraintes techniques : Surface estimée du site : Emprise fouillée : Fouille menée jusqu'au substrat Localisation de l'étude de bâti et
  • de la fouille : Fouille programmée Conseil Général du Finistère Site d'éperon imposant un décapage manuel des stériles 700m 50m Non Logis seigneurial adossé au donjon 2 2 RESULTATS Chronologie : Vestiges mobiliers : Vestiges immobiliers : Lieu de dépôt de la documentation Lieu
  • de dépôt du mobilier : Moyen-Age Céramiques, fer, bronze, matériaux de construction Courtines, tours, donjon SRA Rennes Base archéologique INRAP de Nantes (44) GENERIQUE PARTENAIRES MINISTERE DE LA C U L T U R E DRAC Bretagne Service Régional de TArchéologie Stéphane DESCHAMP
  • 76 20 20 - Fax : 02 98 76 20 16 I.N.R.A.P. - Inter-Région Grand Ouest Gilbert A G U E S S E Michel BAYEUX 37, rue du Bignon, C S 67737, 35 577 C E S S O N - S E V I G N E tél. : 02.23.36.00.40 - Fax : 02.23.36.00.50 COMMUNE DE LA ROCHE-MAURICE M. le Maire Jean-François JAOUANET
  • M. le président de l'association "Château et patrimoine Rochois", Roger BRAZ 29 800 LA ROCHE-MAURICE tel : 02.98.20.43.57 - Fax : 02.98.20.43.55 Equipe archéologique Responsable, Photos, PAO : Jocelyn MARTIN EAU, INRAP Dessin archéologique / DAO : Fabien SANZ-PASCUAL, INRAP
  • Topographie - Photoplan - 3D Frédéric BOUMIER, INRAP Archivage : Sylvie LERAY, INRAP Cartographie : Thierry Lorho, S R A Bretagne Stagiaires Equipe d'étudiants en Histoire, Histoire de l'Art et Archéologie, Régis Legall Olivier Roy Muriel Mélin Amélie Gomez Lydie Gargowitch Camille
  • Vaugien Caroline Chauveau Nicolas Lacoste Gwénole Legoff Anne Julliard Fabrice Quinea Julien Camus Caroline Hoerni Remerciements L'association des amis du château de la Roche-Maurice et en particulier, son président M. Roger Braz FINISTERE (29) Fig.01 : Carte de localisation IGN
RAP02620.pdf (PAULE (22). l'enceinte de Bressilien. rapport de fp 2010)
  • PAULE (22). l'enceinte de Bressilien. rapport de fp 2010
  • exemples régionaux et extrarégionaux. En revanche, la découverte la plus notable pour la première moitié de cette enceinte est, sans aucun doute, celle du fragment de verre décoré (Fig. 26) découvert dans le comblement d’un des plus profonds silos du 0 5 site (Fig. 16). L’étude de ce
  • partir du milieu du VIIIe siècle, en une Marche militaire. Cette frontière sert de zone tampon dont le but est d’empêcher l’incursion et la mainmise des seigneurs bretons sur le territoire franc. Comme nous l’avions déjà indiqué en 2009, le site de Bressilien est également proche du
  • L’enceinte de Bressilien à PAULE (Côtes d’Armor) Côtes d’Armor site n°22.163.0003 Rapport d’opération 2010 et programmation 2011-2012 Responsables d’opération : Joseph Le Gall (INRAP Bretagne) Yves Menez (SRA Bretagne) Etude des monnaies : Guillaume Sarah (IRAMAT – CNRS
  • ) Conseil Gén éral Côtes d’Armor C R eA A H cliché : Maurice Gautier Côtes d’Armor site n°22.163.0003 L’enceinte de Bressilien à PAULE (Côtes d’Armor) Rapport d’opération 2010 et programmation 2011-2012 Responsables d’opération : Joseph Le Gall (INRAP Bretagne) Yves Menez (SRA
  • Bretagne) Etude des monnaies : Guillaume Sarah (IRAMAT – CNRS) SOMMAIRE Remerciements p. 5 I – Historique des recherches et résumé du programme d’intervention 2009-2010. (J. Le Gall) II - L’enceinte altomédiévale de Bressilien. (J. Le Gall) 1.Les limites d’enclos. 2.Le rempart
  • intérieur et l’accès au site. 3.La structuration de l’espace interne de l’enceinte. A. La basse-cour : une zone de dépendances. B. L’espace résidentiel. 4. Conclusions et remise en contexte historique et géographique. III – Une occupation de la fin du Moyen-âge. (J. Le Gall) 1.Un grand
  • logis du XIVe siècle : Manoir ou établissement hospitalier ? 2.Une grange des XVe-XVIe siècles. IV – Perspectives d’étude et programmation envisagée pour 2011-2012. (J. Le Gall) p. 6 p. 11 p. 11 p. 11 p. 23 p. 23 p. 33 p. 34 p. 36 p. 36 p. 45 p. 48 Bibliographie p. 49 ANNEXES
  • Analyses élémentaires des monnaies carolingiennes de l’atelier de Melle issues des sites archéologiques de Saint-Symphorien et Bressilien à Paule (22) et de Saint-Lupien à Rezé (44). (G. Sarah) p. 51 p. 67 Arrêté préfectoral d’autorisation de fouille programmée sur le site de
  • Bressilien Conseil Gén éral Côtes d’Armor C R eA A H cliché : Maurice Gautier REMERCIEMENTS l’INRAP, pour le travail d’analyse très complet qu’elle a effectué sur le fragment de verre du haut Moyenâge, ainsi que François Arnaud, verrier travaillant en archéologie expérimentale
  • (atelier PiVerre, La Plaine sur mer (44)), qui a tenté avec succès une reconstitution de l’objet. Nous remercions également Claudine BERNARD, Nous tenons donc à témoigner notre reconnaissance prospectrice bénévole, pour sa précieuse participation à l’ensemble des fouilleurs, pour la
  • sueur qu’ils ont autant lors de la fouille que durant l’année. largement dispensée sur le chantier, et, une fois n’est Nous remercions aussi Jean-Pierre BARDEL (SRA pas coutume, sous un soleil plutôt radieux, durant cinq Bretagne), mais également Olivier LAURENT (INRAP Bretagne
  • ), pour l’aide précieuse qu’il nous ont apporté semaines de fouille, du 28 juin au 30 juillet 2010 : pour l’installation du système de treuillage en vue de la fouille d’un puits qui n’en était finalement pas un... Gaël BARRACAND Nous remercions enfin Jean-Jacques RIOULT, du Pierre
  • CARRIE Service Régional de l’Inventaire de Bretagne, et Elodie Romain CHAILLY BAIZEAU, architecte du Patrimoine et archéologue, Léa CLOUET qui nous ont aidé à la compréhension de l’architecture Marie DECHOSAL du «manoir». Constance DE COURREGES Anastasia DELECOLLE Nous n’omettrons pas
  • de remercier les financeurs : Marije DE VRIES Yoann DIEU - Le Ministère de la Culture et de la Communication, Guillaume DOURY Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne, Jean-Marc FEILLET Service Régional de l’Archéologie de Bretagne, et Caroline HAMON notamment M
  • . Stéphane DESCHAMPS, Conservateur Martin HEES régional, M. Yves ROUMEGOUX, Conservateur Véronique JOUAULT précédemment en charge des Côtes d’Armor au sein de Olivier LAURENT ce Service, et M. Jean-Yves TINEVEZ Conservateur, Matthieu LE BOULCH qui lui a succédé. Marion LE DENMAT Valérie
  • LE GALL - Le Conseil Général des Côtes d’Armor, notamment Hugo LE GUENNIC M. Claudy LEBRETON, Président du Conseil Général, Audrey LE MERRER M. Christian PROVOST, Vice-Président en charge de Charlotte LEPELLEY la Culture, M. Claude LE POTIER, Directeur de la Nicolas LOEW Culture
  • , de la Jeunesse et des Sports du Conseil Général, Lydie MANO M. Yvon PELLERIN, en charge du Patrimoine au sein Estelle MARTINET de cette Direction, ainsi que Mlle Emilie VENEAU, Camille MAYEUX en charge des dossiers d’archéologie au sein du service Loïc MENAGE Patrimoine. Juliette
  • MENEZ Laurence PHILIPPE Nous tenons à remercier M. Paul FRAVAL, propriétaire Simon RANNOU et exploitant de la parcelle n°11d, section ZV, qui a bien Camille RINGENBACH voulu immobiliser le temps nécessaire aux fouilles la Marine SALAUN partie de ce vaste champ dont il est locataire
  • . Bastien SIMIER Guillaume TISSERAND Nous remercions enfin les personnels de l’UMR 6566 Joséphine TUQUOI de Rennes qui ont bien voulu faciliter la réalisation Nous remercions tout particulièrement Thierry de cette fouille : M. Dominique MARGUERIE, son LORHO, ingénieur d’études au SRA de
  • Bretagne, Directeur, ainsi que Mmes Marie-Thérèse RIBAULT et Catherine LOUAZEL qui ont assuré la gestion de cette pour la réalisation des relevés topographiques. Nous remercions chaleureusement Françoise Labaune- opération. Jean, spécialiste du mobilier antique et altomédiéval à Les
RAP02410.pdf (RENNES (35).étude documentaire place Saint-Germain)
  • l'église d'un petit cimetière (XVe siècle) et d'une fontaine publique alimentée par un aqueduc ( XVIIe siècle), construction de la porte et du pont en 1425-1427, 1444-1446 et 1448. Détruite en 1649, la porte à deux tours se situe aujourd'hui à la charnière d'une section d'enceinte nord
  • Ligne b de métro automatique RENNES Place Saint-Germain ETUDE DOCUMENTAIRE Jocelyn Martineau, Ludovic Schmitt Avec la collaboration de : Emmanuel de Crouy-Chanel, Remy Arthuis, Teddy Bethus Décembre 2008 c0//i Mh L'utilisation des données du rapport est régis par les
  • dispositions du code de la propriété intellectuelle concernant la propriété littéraire et artistique. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle
  • ). Toute reproduction du texte accompagnée ou non de photographies, cartes ou schéma, n'est possible que dans le cadre de courte citation, avec les références exactes et complètes de l'auteur et de l'ouvrage. Toute utilisation des données du rapport à desfins lucratives est interdite en
  • vertu de l'article 10 de la loi modifiée du 17juillet 1978 relative à l'améliorationdesrelationsentrel'administrationetlepublic.Lenonrespectdecesrèglesconstitueundélitdecontrefaçonpuniparl'article425d RENNES (35) Place Saint-Germain 2 Table des matières Résumé 3 Introduction 4
  • I - Le cadre de l'étude 5 1.1 - L'identité et l'emprise de la paroisse Saint-Germain 1.2 - Les objectifs 5 6 1.3 - La méthodologie et le cadre générale d'intervention 6 II - Les résultats de l'étude 8 II. 1 - Le parcellaire II. 1.1 - Introduction II. 1.2 - Les limites
  • parcellaires II. 1.3 - Les limites parcellaires II. 1.4 - Les limites parcellaires IL 1.5- Les limites parcellaires II. 1.6 - Les formes parcellaires IL 1.7 - Conclusion 8 isoclines isoclines isoclines isoclines locales de de de de l'axe l'axe l'axe l'axe de de de de référence Nord
  • référence Nord référence Nord référence Nord 8 8 8 12 12 12 12 0° 80° 60° 70° 11.2 - Paléo-relief et paysages anciens de la vallée fluviale de Rennes 16 n.2.1 - Les traces fossiles d'un paléo-chenal de la Vilaine II.2.2 - Les indices d'occupations antérieures à la dynamique urbaine
  • 16 16 11.3 - La dynamique urbaine 18 11.3.1 - L'Antiquité 11.3.2 - Le haut Moyen Age n.3.3 - Le Moyen Age classique ïï.3.4 - Le bas Moyen Age 11.3.5 - La période moderne 11.3.6 - L'époque contemporaine 18 21 23 32 48 53 III - Synthèse des résutlats : la topographie ancienne
  • et le potentiel archéologique du secteur de Saint-Germain 59 III. 1 L'évolution conjointe de la ville et de son fleuve 111.2 - La topographie antérieure aux aménagements des quais du XIXe siècle 111.3 - Impact des constructions modernes et contemporaines sur les vestiges et la
  • topographie médiévaux 111.4 - La chronologie du pont et de la porte Saint-Germain Conclusion 59 60 61 62 63 La ville et son La porte Saint-Germain La dynamique urbaine fleuve 63 63 64 ETUDE DOCUMENTAIRE 1 ligne b de Métro automatique Bibliographie Iconographie Références
  • archivistiques 68 70 44 Sources imprimées 71 Sources manuscrites 71 Annexes 74 Annexe 1: Les anciennes paroisses de Rennes 75 Annexe Annexe Annexe Annexe 2 : Prospection des caves du quartier Saint-Germain, résumé des résultats 3 : Extrait du rôle rentier de Rennes (1455-1461) 4
  • : La pompe Saint-Germain (1613) 5 : Comptes des miseurs (1425 - 1491), série CC. Finances et contributions 77 79 95 96 799 (3 août 1425 - 12 mai 1427) (47 f ) * 800 (10 mai 1427 - 12 avril 1428) * 801-1 (7 juin 142 8-) 808/2 (2 février 1442- 2 février 1444 (v. st.) 805 (purif ND
  • francoys de brie et jacques meilleur, 2 fevrier 1490 au 1er fevrier 1491 vst) 96 100 109 110 111 115 116 117 117 CC CC CC CC CC CC CC CC CC Annexe 6 : Comptes des miseurs (1425 - 1491), Série EE. Affaires militaires 118 EE 160 118 EE 143 118 RENNES (35) Place Saint-Germain
  • Résumé Réalisée de juin à décembre 2008, l'étude documentaire a pour objectif d'enrichir les connaissances sur le potentiel archéologique de la place Saint-Germain à Rennes. Il s'agit notamment d'évaluer les contraintes liées à la présence d'éventuelles vestiges archéologiques dans un
  • secteur largement méconnu concerné par la construction de la future ligne b du métro automatique. Outre l'inventaire et l'étude des sources d'archives, la complexité de l'espace étudié a justifié la mise en place de trois autres méthodes complémentaires fondées sur le même principe
  • d'analyse régressive du paysage urbain : géo-morphologie, morphogénèse et prospection archéologique. La première information inédite qui ressort de l'étude géo-morphologique est la mise en valeur d'un paléo-chenal fossilisé par le tracé de la rue du Vau Saint-Germain et de la rue
  • Baudrairie. Plus généralement, les quelques informations en notre possession montre que le cours dufleuvea été forcé à plusieurs reprises en fonction de l'évolution des défenses de la ville ou plus récemment pour des besoins de circulationfluviale.Un retour sur les cartes les plus
  • anciennes permet de se rapprocher d'un tracé de la Vilaine moins domestiqué qu'il convient d'étudier dans le cadre d'opérations archéologiques de terrain. La seconde information importante issue de l'étude morphogénétique, est la mise à jour d'une organisation de l'espace du secteur à
  • l'époque antique. Deux axes de communication principaux émergent de cette trame parcellaire orientée Nord 80°/Nord 170° : une voie cardine et une voie décumane. La voie décumane a perduré au Moyen Age classique comme chemin public et correspond partiellement à l'actuelle rue Saint
RAP01581.pdf (PAULE (22) . camp de Saint-Symphorien. rapport final de synthèse de fp 1996-1998)
  • PAULE (22) . camp de Saint-Symphorien. rapport final de synthèse de fp 1996-1998
  • Le Camp de Saint-Symphorien à Paule. (Côtes d'Armor) Conseil Général des Côtes d'Armor Service Régional de l'Archéologie de Bretagne 1996 - 1 9 9 8 L E C A M P DE S A I N T - S Y M P H O R I E N A PAULE (Côtes d ' A r m o r ) Forteresse aristocratique du second âge du Fer
  • Conseil Général des Côtes d ' A r m o r Service Régional de l'Archéologie de Bretagne U M R 6566 1996- 1998 SOMMAIRE REMERCIEMENTS p. 1-3 PREMIERE PARTIE - LA FOUILLE DU CAMP DE SAINT-SYMPHORIEN 1 - Localisation géographique du site et historique des recherches. p. 4-6 2
  • - Problématique et méthodologie adoptée pour la fouille programmée de 1996-1998. p. 6-9 3 - Documentation recueillie et état d'avancement de l'analyse des données. p. 9-11 DEUXIEME PARTIE - NAISSANCE ET EVOLUTION DE L'HABITAT 1-Préambule. 2 - La phase I : l'habitat enclos. 3 - La phase II
  • : vers une monumentalisation de l'habitat. 4 - La phase III : la forteresse. 5 - La phase IV : modification des défenses et de l'organisation interne du cœur du site, suite à un incendie. 6 - La phase V : modification des lignes de défense à l'ouest du site, et à la périphérie de
  • l'avant-cour. 7 - La phase VI : démantèlement de la fortification, suivi d'une réoccupation du site. TROISIEME PARTIE - L'ENVIRONNEMENT DE L'ENCEINTE 1 - La position topographique du site. 2 - Les voies. 3 - Les tumuli, et leurs environs immédiats. 4 - Données nouvelles sur quelques
  • sites, ou indices de sites, aux alentours. p. 12 p. 12-40 p. 40-43 p. 44-46 p. 47-52 p. 53-90 p. 91-94 p. p. p. p. 95 96-98 99-104 105-107 QUATRIEME PARTIE - PERSPECTIVES EN FAVEUR D'UN NOUVEAU PROGRAMME TRIENNAL DE RECHERCHES p. 108-109 Ti 0 10 50 100km 5 Carhaix 0 1 Fig
  • . 1 : localisation du site N ° de site : 22 163 004 AH Programme : H 10 FORMES ET FONCTIONS DES HABITATS GROUPES PROTOHISTORIQUES Fouille programmée triennale n° 96.64 autorisée le 13 mai 1996 par M. Le Préfet de la région Bretagne, Préfet d'Ille-et-Vilaine Coordonnées Lambert
  • - Zone I : Ax = 73,9, Ay = 171,0 Altitude : 274 N.G.F. Cadastre : année 1985 Section ZW, parcelles 48 et 49 Titulaire de l'autorisation : Yves Menez, UMR 6566, Conservateur du Patrimoine au Service Régional de l'Archéologie de Bretagne REMERCIEMENTS Les données analysées dans
  • ce rapport résultent de l'effort collectif d'objecteurs de conscience ou de bénévoles. La qualité comme la quantité des informations recueillies ont toujours dépendu de leur capacité à mener cette opération archéologique comme un travail d'équipe et non comme un simple passe-temps
  • . Je tiens donc à témoigner ma reconnaissance pour la sueur qu'ils ont largement dispensée sur le chantier à l'ensemble des fouilleurs. Hélène ALZIEU Michael LECOMTE Thomas ARNOUX Valérie LE GALL Johanne AZPEITIA Elie LE GUIRIEC Aurélie BOUSSION Eva LEMONNIER Erwann CHARTIER
  • Vincent TRZASALA Joanna KOROS Ketel TURZO Olivier LAURENT Emmanuelle URVOY Je n'omettrai pas de remercier les financeurs : - le Ministère de la Culture et de la Communication - Direction Régionale des Affaires Culturelles - Service Régional de l'Archéologie de Bretagne, et notamment M
  • . Michel VAGINAY, Conservateur Régional, qui a toujours soutenu cette activité de recherche effectuée par un agent de son service. - Le Conseil Général des Côtes d'Armor, maître d'ouvrage de cette opération de fouille, et notamment M. Claudy LEBRETON, Président du Conseil Général, ainsi
  • que M. Claude LE POTIER, Chef du Bureau de l'Action Culturelle, qui ont su convaincre les élus de la nécessité de mettre en place les financements nécessaires à l'étude de ce site. 1 Fig. 2 : Localisation du site sur un extrait de la carte IGN au 1/25.000 , et sur le cliché
  • vertical de 1993 projetés sur un modèle informatisé du relief vu du sud-est (documents conçus et réalisés par O. Laurent). e 2 - L'UMR 6566 de RENNES, et notamment M. Jean-Laurent MONNIER, son directeur, qui a bien voulu financer l'étude d'une partie des bois issus de cette fouille
  • sur les crédits affectés à l'unité. Je voudrais enfin remercier, pour l'intérêt qu'il manifeste envers les fouilles et la qualité de son accueil, M. le Comte Hervé DE SAISY DE KERAMPUIL, propriétaire du Camp de Saint-Symphorien. AFAN. Les documents graphiques ont été réalisés par
  • Mathilde DUPRÉ, contractuelle Olivier LAURENT, objecteur de conscience, a élaboré et mis en place, en 1997 et 1998, les infrastructures nécessaires à la réalisation de cette fouille ; il a également modélisé à l'aide de logiciels informatiques le relief des environs du site. Thomas
  • ARNOUX, objecteur de conscience, a effectué les relevés de micro-topographie sur le rempart de la forteresse et les parcelles avoisinantes. rempart conservé en élévation ancienne départementale Fig. 3 Phasage proposé en 1995 pour le programme de fouille triennale 1996-1998. 3
  • PREMIÈRE PARTIE - LA FOUILLE DU CAMP DE SAINT-SYMPHORIEN 1 - Localisation géographique et historique des recherches Le camp de Saint-Symphorien à PAULE, dans les Côtes d'Armor, se situe en plein cœur de la Bretagne, à proximité des limites des départements du Finistère et du Morbihan
  • . Il occupe une position topographique remarquable, à l'extrémité d'une ligne de crêtes qui prolonge vers l'est les Montagnes Noires. Malgré la modeste altitude de ces sommets, qui culminent entre 270 m et 300 m N.G.F. au voisinage du site, cet emplacement permet de disposer d'une
  • visibilité exceptionnelle sur le territoire avoisinant. Elle porte en effet jusqu'à une trentaine de kilomètres en direction du nord-ouest, vers les sommets des Monts d'Arrée (383 m N.G.F.) qui sont les points culminants de la péninsule armoricaine (fig. 1). La vue en direction du sud est
RAP03021.pdf (SAINT-AUBIN-DU-PAVAIL, PIRE-SUR-SEICHE (35). Piolaine : un dépôt de billons en territoire riedones. rapport de sondage)
  • SAINT-AUBIN-DU-PAVAIL, PIRE-SUR-SEICHE (35). Piolaine : un dépôt de billons en territoire riedones. rapport de sondage
  • ), 1087 exemplaires en billon Introduction Catalogue synthétique Monnaies attribuées aux Vénètes : 452 ex. attribuées aux Riedons : 455 ex. Monnaies de la série « à l’octopède » : 178 ex. Type hybride Vénètes/Riedons : 2 ex. Quelques éléments d’iconographie monétaires Les exemplaires
  • en billon : un alliage argent-cuivre Catalogue de coins et accidents de fabrication Catalogue de coins : premières observations Surfrappe Le dépôt de Piolaine et les dépôts de billon armoricain Mode de constitution et datation de l’enfouissement du dépôt : Premières approches
  • utiles Les fonds privés et muséaux Hypothèses sur l’emplacement de la découverte du dépôt gaulois d’Amanlis Conclusion Le dépôt monétaire gaulois d’Amanlis et les dépôts numériquement importants dans le nord-ouest de la France Sur l’importance supposée du dépôt monétaire d’Amanlis
  • 51 54 54 54 59 66 66 16.2 17 18 19 Le dépôt monétaire d’Amanlis, conséquence de la conquête romaine ? Conclusion Sources manuscrites Bibliographie III Inventaires techniques Catalogue de présentation d’un échantillon de monnaies du dépôt monétaire de « Piolaine » à Saint
  • __________________________ Piolaine _____________________ Propriétaire du terrain M. Michel Monnier Codes INSEE 10, rue des Francs Archers 35254 et 35220 35410 Châteaugiron ________________________ N° de l’entité archéologique Références de l’opération Non communiqué __________________________ Coordonnées
  • : 000 ZA 01 Commune : SAINT-AUBIN-DU-PAVAIL Département : ILLE ET VILAINE DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ------------EXTRAIT DU PLAN CADASTRAL ------------- 1366400 1366400 Surface décapée 1366500 1366500 7213100 7213100 6 7 8 II. Résultats Rapport de
  • Saint-Aubin-du-Pavail, Piré-sur-Seiche et Amanlis. Le propriétaire de la parcelle, M. Michel Monnier domicilié 10 rue des Francs Archers à Châteaugiron (Ille-etVilaine), a été immédiatement informé de cette découverte. Afin de vérifier l'emplacement et les modalités de la découverte
  • est prévue à la fin de l’année 2014. 7.2 – Catalogue synthétique Les 1087 exemplaires du dépôt de Piolaine ont été identifiés. Les monnaies sont attribuées à peu près à part égale aux Vénètes (452 ex.) et aux Riedons (455 ex.). 178 monnaies appartiennent à la série dite « à
  • très peu connues, ont été enregistrées pour la classe 5 avec la présence d’un motif en forme de rinceau ou de volute entre la tête du cheval et celle de l’aurige. Il conviendra de s’assurer que cette variante n’est pas déjà répertoriée dans les collections publiques et articles qui
  • n’ont pas encore été consultés. Deux exemplaires au moins ont été enregistrés dans des catalogues de vente (VSO 45, 2010 et VSO 15, 2002). Le droit de la variante c classe 5 est également présent sur les exemplaires « de type hybride Vénètes/Riedons » (voir infra) et a déjà été
  • intervalle compris entre 5,71 g et 6,20 g (fig. 1). Plusieurs monnaies cassées et donc de poids plus faibles accentuent la dispersion des poids. Il conviendra de les différencier dans les études métrologiques qui seront prochainement engagées. 10 Si le catalogue des monnaies gauloises
  • de la Bibliothèque nationale ne répertorie aucune émission vénète (Muret et Chabouillet 1889), l’atlas de monnaies gauloises attribue quelques émissions à ce peuple (La Tour 1892), notamment les exemplaires de type LT XXII 6667 (classe III de J.-B. Colbert de Beaulieu), 6720
  • Sujets et thèmes Fosse Mobilier Monnaies Sondage archéologique Age du Fer Rapport d’opération Sondage archéologique Rapport d’opération Chronologie Saint-Aubin-du-Pavail et Piré-sur-Seiche, Ille-et-Vilaine, Piolaine Un dépôt de billons en Communes de Saint-Aubin-du
  • -Pavail et de Pirésur-Seiche (Ille-et-Vilaine) Piolaine territoire Riedones Un dépôt de billons en territoire Riedones sous la direction de Laurent Aubry sous la direction de Laurent Aubry par Pierre Poilpré Sylvia Nieto-Pelletier Pierre Poilpré Sylvia YvesNieto-Pelletier Menez
  • Par Yves Menez octobre 2014 avec la collaboration de Anne Villard-Le Tiec Aurélien Herber Anne Villard-Le Tiec Aurélien Herber Cribellier Christian Christian Cribellier Damien Le Youdec Damien Le Youdec Erwan Bourhis Erwan Bourhis Hervé Paitier HervéBesombes Paitier Paul-André
  • Stéphane Jean Paul-André Besombes Thierry Guyard Stéphane Thierry Lorho Jean Thierry Guyard Thierry Lorho Avec la collaboration de Sondage archéologique Un dépôt de billons en territoire Riedones Arrêté de prescription SRA 2013-042 Code INSEE 35 196 Rapport d’opération Communes
  • de Saint-Aubin-du-Pavail et de Pirésur-Seiche (Ille-et-Vilaine) Piolaine sous la direction de Par Avec la collaboration de Laurent Aubry Pierre Poilpré Sylvia Nieto-Pelletier Yves Menez Anne Villard-Le Tiec Aurélien Herber Christian Cribellier Damien Le Youdec Erwan Bourhis
  • Hervé Paitier Paul-André Besombes Stéphane Jean Thierry Guyard Thierry Lorho Octobre 2014 SOMMAIRE I. 1 2 3 4 5 6 8 Données administratives, techniques et scientifiques Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Localisation de l’opération Plan cadastral Arrêté de
  • Circonstance de la découverte Contexte géographique et archéologique de la découverte Les moyens mis en œuvre L’intervention archéologique Résultat Conclusion sur l’intervention archéologique Etude préliminaire du dépôt monétaire gaulois de Piolaine, Saint-Aubindu-Pavail (Ille-et-Vilaine
  • Conclusion et perspectives de l’étude du dépôt Bibliographie indicative Le dépôt gaulois d’Amanlis : Un illustre voisin à interroger Recherche de l’emplacement du dépôt monétaire d’Amanlis Examen critique de la bibliographie scientifique Des recherches complémentaires décevantes mais