Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3793 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01249.pdf (QUIMPER (29). carte archéologique communale. rapport de prospection inventaire)
  • nombre des sites attestés est envisageable après étude de la documentation existante. Les vestiges d'époque gallo-romaine, depuis 1950, et gauloise depuis 1980, avec les découvertes des hameaux du Braden, ont fait l'objet de fouilles importantes. Une problématique de recherche, fondée
  • encore connu en 1980, dix sites différents apparaissent actuellement: deux d'entre eux livrent du mobilier néolithique - bronze ancien, trois reçoivent un habitat du second Age du Fer, sept présentent des structures rurales gallo-romaines et un des vestiges médiévaux. En revanche
  • C.R.A.F. (J.F. Villard, A. NoveJosserand). 8 Par ailleurs des bénévoles participent également à l'élaboration du projet: C. Tymen (enquête bibliographique), Y. Le Bihan-Gourmelon (recherche sur le terrain). La mise en commun des efforts de toute l'équipe a permis d'une part de
  • nécropole gallo-romaine de Creac'h-Gwen avec des divisions de terrains, des changements de propiétaires ou de raison sociale d'établissements, des extensions de propriété, nous contraignent à mener des enquêtes approfondies pour le repérage exact des vestiges signales et à répartir de
  • manière cohérente les divers lieux de site. D'autre part les mentions et références de fouilles peuvent être très imprécises. Nous pouvons reprendre l'exemple de la nécropole gallo-romaine. Bon nombre de découvertes d'urnes ne sont pas localisées. En outre, les plans des fouilles du
  • , p. 28-30, 34, 46, 77-80, 107-108, 141-142, 148-150, 165, 171, 196n, 221, 364-365, 426-428, 441, 480, 497, 534, 540, 561, 591n. LA BORDERIE A. (Le Moyne De), POCQUET B., 1906 : Histoire de Bretagne, T. 4, Rennes, J. Plihon et L. Hommay, rééd. J. Floc'h, Mayenne, 1972, p. 6, 8, 28
  • , 64-67, 120121, 167, 170, 220n, 224, 247, 254, 283n, 307, 537, 601, 629n, 631-634. LE BARS M., 1979 : Noms de lieux français à Quimper avant 1532, Gwechall, T. 2, p. 191-192. LE BIHAN J.P., 1982 : Quimper retrouve son passé, Archéologia, n° 165, p. 5-8. LE CAM L., 1974 : Quimper
  • des Côtes du Nord. R.A.C. : Revue Archéologique du Centre. R.A.O. : Revue Archéologique de l'Ouest. l OUVRAGRES ET ARTICLES ABGRALL J.M., 1889 : Défrichements dans le poste gallo-romain du Bourlibou, B.S.A.F., T. XVI, p. LIV, LV. ABGRALL J.M., 1891 : Voie romaine de Quimper à
  • Tronoën, B.S.A.F., T. XVIII,, p. 224-225. ABGRALL J.M., 1896 : Découverte de vases romains au Champ de Manoeuvres, B.S.A.F., T. XXIII, p. 110-111. ABGRALL J.M., 1905 ou 1906 : Etude de la voie romaine et du chemin du pèlerinage des sept saints entre Quimper et Vannes, B.A.A.B. ABGRALL
  • J. M., 1915 : Communication, B.A.S.F., T. XLII, p., ABGRALL J.M., 1916 : Communication, B.A.S.F., T. XLIII, p. XV, XVI. ABGRALL J.M., 1918 : Statistique monumentale du temps des Romains, B.S.A.F., T.XLV,p. 221-230. ABGRALL J.M., LE GUENNEC L., 1911 : Etude de la voie romaine
  • . 47-49, dans GALLIOU P., LE BIHAN J.P., CLEMENT M., Chronique d'archéologie antique et médiévale, B.S.A.F., T. CXII, 1983/2, p. 27-52. BODIVIT, 1932 : Communication, B.S.A.F., T. LIX, p. IV. BOURDE DE LA ROGERIE, 1904 : Communication, B.S.A.F., T. XXXI, p. XVI. BOUSQUET J., 1969
  • nouveau site romain à Quimper, A. en B., n° 30, 2ème trimestre, p. 105. Catalogue de l'exposition : L'habitation romaine dans le Finistère, 1980, Quimper, p. 21, n° 22. CHARPY J., 1963 : Communication, B.S.A.F., T. LXXKJX, p. LXXII, photographies p. LXXII, LXXX, XCVI, XCVII. CHARPY J
  • ., 1964 : Communication, B.S.A.F., T. XC, p. XII. ?? CHARTON B., DANIEL A., LE BIHAN J.P., PEUZIAT J., 1983 : Quimper, Créac'hMaria, p. 40-43, dans GALLIOU P., LE BIHAN J.P., CLEMENT M., Chronique d'archéologie antique et médiévale, B.S.A.F., T. CXII, 1983/2, p. 27-52. CHOUQUER G
  • ., FAVORY F. : Les Paysages de l'Antiquité, Terres et cadastres de l'Occident romain, éd. Errance, p. 9-11. CLEMENT M., 1979 : Une importation précoce de céramique commune en Armorique. Les urnes globulaires à bord mouluré, A. en B., n° 23, 3ème trimestre, p. 13-17. CLEMENT M., 1985
  • , p. 3-5. COUFFON R., 1946-1947 : Vorgium, Civitas Aquilonia et Vêtus Civitas, B.S.E.C.D.N., p. 47-50. ? COTONNEC, 1928 : Communication, B.S.A.F., T. LV, p. X. COTTEN J.Y, 1985 : Les fibules d'Armorique aux Ages du Fer et à l'époque romaine, Mémoire de maîtrise inédit, Rennes, p
  • . 80-83, 99-102, 110-114, 117-119, 124-127, 139, 145-146. COTTEN J.Y., 1986 : Aspects de la verrerie romaine d'Armorique, Mémoire de D.E.A., inédit, Rennes, p. 10, 14- 15, 18, 20, 23, 28-31, 33, 35, 37, 39, 51, 56, 60, 66, 68-69, 73, 94-95. CUNLIFFE B., 1993 : La Gaule et ses
  • . DANIEL A., 1981 : Fouille de l'établissement gallo-romain de Parc-ar-Groas à Quimper, renseignements pour la C.A.A.M. de R. SANQUER, B.S.A.F., T. CIX, p. 69-72. DANIEL A., 1982 : Quimper, Parc-ar-Groas, Rapport de fouille. DANIEL A., LE BIHAN J.P., 1984 : Quimper, rue Haute, p. 83
  • , dans GALLIOU P., LE BIHAN J.P., CLEMENT M., Chronique d'archéologie antique et médiévale, B.S.A.F., T. CXIII, p. 67-91. DANIEL R., 1968 : Trouvaille à Locmaria-Quimper, B.S.A.F., T. XCPV, p. XCVII. DANIEL R., 1969 : Communication, B.S.A.F., T. XCV, p. 386. DE BLOIS A., 1865 : Ruines
  • romaines découvertes près de Monumental, T. XXXI, p. 410-411, plan p. 727. Quimper, Bulletin DE BLOIS A., 1877-1878 : Fouille d'une sépulture gallo-romaine près de Quimper, B.S.A.F., T. V, p. 120-122. DE ROBIEN C. P., 1756 : Description historique, topographique et naturelle de
  • . XXIII, p. 235-240. DIZOT, 1897 : Plan des fouilles du Champ de Manoeuvre, B.S.A.F., T. XXIV, p. 40-41. DU CHATELLIER P., 1875 : Un réchaud gallo-romain, Bulletin Monumental, T. XLI, p. 384 ; croquis, p. 380. (rue Kéréon) DU CHATELLIER P., 1907 : Les époques préhistoriques et
RAP02039.pdf ((22)(35). nord de la haute-Bretagne)
  • sites découverts en 2003. Tous ont été localisés par prospection aérienne. * indique les compléments d'information Département des Côtes-d'Armor Commune X 1 • Andel x 2. Bobital >C3. Bourseul 4. Champs-Géraux ">5. Champs Géraux X6. Eréac ■•7*7. Evran 8. Evran 9. Evran -10. Evran X11
  • 3 6 7 2 0 1 1 4 0 46 Dont nombre d'enclos signalé en 2004 3 3 8 2 3 11 11 3 0 0 2 0 0 46 Tableau 2 : Rythme de découvertes des données en 2004. Note : le décalage entre le nombre de site déclaré et le total du tableau provient d'enclos observés à plusieurs reprises en 2004. Les
  • sites déjà connus et faisant l'objet de complément d'informations sont comptabilisés dans la colonne des sites déjà connus mais aussi dans celle des découvertes de 2004. 8 Annexe Liste des enclos et sites déjà inventoriés et revus d'avion en 2004, sans faire l'objet de déclaration
  • de découverte car aucune information complémentaire n'a été observée. Département des Côtes-d'Armor Commune 1) Corseul 2) Evran 3) Hénanbihen 4) La Landec 5) Lamballe 6) Langast 7) Langast 8) Lanrelas 9) Léhon 10) Léhon 11) Noyai 12) Pléboulle 13) Plénée-Jugon 14) Plénée-Jugon 1 5
  • /informateur C. Bizien-Jaglin bibliographiques archives, cartes, plans, photographies etc .) : vedette pages concernées Rapport prospection-Inventaire nord de la l aute-Bretagne 2004 Bizien-Jaglin C, 2005 - Chronique de pros iection 2004 dans le nord de la Haute-Bretagne Ce.R.A.A. n° 33
  • - Chronique de prospection 2004 dans le nord de la Haute-Bretagne Ce.R.A.A. n° 33, 2005, à paraître. Cadre réservé au SRA • N° Entité : • Intérêt Patrimonial : • Information à vérifier : • Date de création : ENTITES ARCHEOLOGIQUES LIEES nature du lien OPERATIONS ARCHEOLOGIQUES LIEES
  • etc. ..) : pages concernées vedette Rapport prospection-Inventaire nord de la Haute-Bretagne 2004 Bizien-Jaglin C, 2005 - Chronique de prospection 2004 dans le nord de la Haute-Bretagne Ce.R.A.A. n° 33, 2005, à paraître. Cadre réservé au SRA • N° Entité : • Intérêt Patrimonial
  • 2004 Bizien-Jaglin C, 2005 - Chronique de prospection 2004 dans le nord de la Haute-Bretagne Ce.RA.A. n° 33, 2005, à paraître. Cadre réservé au SRA • N° Entité : • Intérêt Patrimonial : • Information à vérifier : • Date de création : • Intérêt scientifique : • Dernière mise à
  • /informateur C Bizien-Jaglin SOURCES :(mentionner documents bibliographiques, archives, cartes, plans, photographies etc. . .) : pages concernées vedette Rapport prospection-Inventaire nord de la Haute-Bretagne 2004 Bizien-Jaglin C, 2005 - Chronique de prospection 2004 dans le nord de la
  • SOURCES :(mentionner documents bibliographiques, archives, cartes, plans, photographies etc. . .) : vedette pages concernées Rapport prospection-Inventaire nord de la Haute-Bretagne 2004 Bizien-Jaglin C, 2005 - Chronique de prospection 2004 dans le nord de la Haute-Bretagne Ce.RA.A. n
  • Bizien-Jaglin C, 2005 - Chronique de prospection 2004 dans le nord de la Haute-Bretagne Ce.RA.A. n° 33, 2005, à paraître. Cadre réservé au SRA • N° Entité : • Intérêt Patrimonial : • Information à vérifier : • Date de création : • Intérêt scientifique : • Dernière mise à jour
  • prospection-Inventaire nord de la Haute-Bretagne 2004 Langouët L., Faguet G., 1977 = Chronique de prospection archéologique 1977, dans Dossi 5, 1977, p. 65-94. Bizien-Jaglin C, 2005 - Chronique de prospection 2004 dans le nord de la Haute-Bretagne Ce.R.A.A. n° 33, 2005, à paraître. Cadre
  • Structures (illimité) Enclos Quantité Commentaire sur les structures enclos localisé à environ 30 m au sud d'un gisement gallo-romain - traces vert-foncé sur maïs Cadastre ancien vérifié INTERPRETATION (les affixes 1 et 2 sont à choisir dans la liste des affixes matière, morphologie ou
  • /informateur C. Bizien-Jaglin SOURCES : (mentionner documents bibliographiques, archives, cartes, plans, photographies etc..) : vedette pages concernées Rapport prospection-Inventaire nord de la Haute-Bretagne 2004 Bizien-Jaglin C, 2005 - Chronique de prospection 2004 dans le nord de la
  • etc..) : pages concernées vedette Rapport prospection-Inventaire nord de la Haute-Bretagne 2004 Bizien-Jaglin C, 2005 - Chronique de prospection 2004 dans le nord de la Haute-Bretagne Ce.RA.A. n° 33, 2005, à paraître. Cadre réservé au SRA • N° Entité : • Intérêt Patrimonial
  • de la Haute-Bretagne 2004 Bizien-Jaglin C, 2005 - Chronique de prospection 2004 dans le nord de la Haute-Bretagne Ce.RA.A. n° 33, 2005, à paraître. Cadre réservé au SRA • N° Entité : • Intérêt Patrimonial : • Information à vérifier : • Date de création : • Intérêt scientifique
  • la Haute-Bretagne 2004 Bizien-Jaglin C, 2005 - Chronique de prospection 2004 dans le nord de la Haute-Bretagne Ce.R.A.A. n° 33, 2005, à paraître. Cadre réservé au SRA • N° Entité : • Intérêt Patrimonial : • Information à vérifier : • Date de création : • Intérêt scientifique
  • documents bibliographiques, archives, cartes, plans, photographies etc. . .) : vedette pages concernées Rapport prospection-Inventaire nord de la Haute-Bretagne 2004 Bizien-Jaglin C, 2005 - Chronique de prospection 2004 dans le nord de la Haute-Bretagne Ce.R.A.A. n° 33, 2005, à paraître
  • Prospection aérienne Inventeur/informateur C. Bizien-Jaglin SOURCES : (mentionner documents bibliographiques, archives, cartes, plans, photographies etc..) : pages concernées vedette Rapport prospection-Inventaire nord de la Haute-Bretagne 2004 Bizien-Jaglin C, 2005 - Chronique de
RAP03025.pdf (QUIMPER (29). le Banellou. construction de terrains de tennis. rapport de sondage)
  • quartier de Des la sondages préalables ont en effet ville romaine. Une vestiges sans les détruire et de archéologique sous à la recherche et nos conclusions faut retenir la Un réseau sud-ouest, un est axe quelque sorte, une réserve connaître car archéologiques elles
  • mêmes, nous devons sondages profonds et fins sont très restreints les contrôle encore de voies romaines apparaît. L'axe principal, orienté nord-est, par une et Poulgui
  • la couvert. ou Nous savons taillé dans l'argile. fossé la nature de la voirie la. plus ancienne est bordée d'un espace large d'au part, 8 m, ouvert sur Locmaria. niveau manifestement Nous recons¬ voies sont le sable, ces D_'autres indices donnent des
  • -ouest. Enfin, mal/yré le faible volume fouillé, riel, notamment ditionnel de la du sud et gallo-romain: dn centre et ainsi des formes S. ap. U.C. 15» 55/36, 22/23, 33» 46, au contact de l'espace à sol damé. fragments de lèvres et d'anses permettent d'identifier
  • Chanoine Moreau, par BARRERE (8) c'est à dire à une fourchette comprise entre la fine de la première moitié du 1er S. ap. J.C. et le début du second siècle. début . le i le règne de Tibère. La . Bien regard posé sur le quartier d'avancer des hypothèses assez précises en ce qui
  • cuisson En effet, la Locmaria gallo-romain. Les activités de celui-ci, burbain. au sur l'idée que nous nous ou de la céramique domestique), faisons de cette rive gauche (9) (10). La nouveauté réside dans la localisation et de ce secteur et développée densément
  • considérablement perturbée et ralentie qui, en novembre et décembre, les choses (5)LU 1907, pp. "Les BIHAN ( "Quimper, rue (8) LE (9) J.P. LE BIHAN: J.P. LE BIHAN: M. BARPlERE, du Chanoine INoreau" dans P. "Quimper retrouve son passé" aggravé du Chanoine GALLICU, J.P
  • . LE B.S.A.P., 1983» dans Archéologia, de Quimper Antique n°1, "Quimper,La Vallée" médiévale, B.S.A.F., 1984, 263 PP. 47-49 Braden en P* 1984» pp.44-47 Fouille J.P. LE BIHAN, renseignements transmis à R. Idem note 12 au 1982, n°l65 dans "Chronique d'archéologie
  • antique d'archéologie antique et médiévale", B.S.A.F., (13) , rue "Villages gaulois et parcellaires antiques Cahiers J.P. LE BIHAN: et a encore sous BARRERE: article cité Quimper", (12) pa.r "Chronique d'archéologie antique et médiévale" Renseignements Y. VENEZ (11
  • , interdisant tout travail et noyant souvent les 0,20 à 0,30 collaboration et sa toujours manifesté à l'égard de notre recherche. a DANIEL, J.P. GUILLAUHG, (4) bien des efficaces. J.P. Notes de de montrer que SANQUER: 1978, t. CVI, "Chronique p. 75
RAP00641.pdf (QUIMPERLÉ (29). forêt de Carnoët. les grands buis. rapport de fouille préventive)
  • mai 1 9 7 8 28 mai au 3 juin 1978 13 e t fin") Ann&-.s n r i t é r i e t r r e s d'intervention Responsable DWEHVEKTION — - M. Mn+i-F d H n t e r v o n t i o n R. SANQUER travaux en cours Snrfnr.o. f n i r i l l f i f i E s t i m a t i o n do l ' é t e n d u e du g L s
  • c n e n t ? SITE TCn-hirrn du gi.snmimt • . Etablissement agricole Nature des découvertes e f f e c t u é e s thermes P é r i o d e s c h r o n o l o g i q u e s .— Romain 1er - Illè s . •: • OBSERVATIONS 0• CONTENU DU DOSSIER R.-ippnrt 1 Pions • nmipfis
  • suite d'un défrichement effectue par l'Office National des Forêts dans la forêt domaniale de Carnoet en Clohars Carnoet (Finistère), les vestiges d'un établissement romain ont été mis au jour. Au sommet d'un plateau dominant la rivière Laîta, sur la rive droite, dans la coupe D 4
  • , près de l'allée des grands Buis, des pierres de grand appareil, des tuiles, des poteries,indiquaient, sans doute, possible, la présence d'une grande exploitation agricole romaine, protégée depuis plusieurs siècles par les arbres de la forêt (fig. 1). A l'Ouest du terrain, un
  • . Au bout d'une semaine fut mis au jour un petit bâtiment isolé à usage de thermes (cf. fig. n° 2, 3, 4, 5). Il comprenait la distribution classique des bains romains : un fourneau (p^ae^uAnium) donnait sur une salle chaude (daZdnhÂ,u.m) et une salle tiède (tzpldojiium), flanqués
  • enfoncées dans la maçonnerie des consoles de terre cuite à double gorge (fig. 7, 8 et 9). Des fragments de tuiles croisillonées leur étaient associés. Le dessin n° 10 apporte dune hypothèse d'utilisation cohérente. C'est la première fois que nous rencontrons ce système en Bretagne et
  • petite fosse dépotoir a livré une urne en poterie commune et un fond de coupelle en céramique sigillée portant la signature de COBNERTUS (Lezoux, 140-190 ap. J.-C). Une anse d'amphore DR 1 date le début de l'exploitation des premières décennies de l'époque romaine. Vraisemblablement
  • fouille nous a fait connaître un nouvel établissement agricole dont les bâtiments sont enfermés dans une enceinte, comme non loin de là à GUILLIGOMARC'H (cf. R. Sanquer, chronique d'Archéologie antique et médiévale , du Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1973, pp. 38-39
RAP02182.pdf (QUIMPER (29). le Banellou. dfs de diagnostic)
  • tuiles, l'arête septentrionale d'un autre mur romain est mise en évidence sur une longueur de 4,50 m. Le flanc sud n'a pas été dégagé. La technique de construction et l'environnement de tuiles brisées soulignent son antiquité. 3.1.5. Un mur médiéval (M.8) Bien que légèrement décalé
  • : Poterie sigillée, tuiles, amphores, poterie onctueuse, poterie glaçurée, ardoises Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : - Mise au j o u r : - d'un espace urbanisé gallo-romain avec bases de murs, sols et espaces de
  • ETAT INITIAL 2.2. LE CONTEXTE ARCHÉOLOGIQUE 3. LA FOUILLE DE DIAGNOSTIC 3.1. LES CONDITIONS DE FOUILLE 3.2. QUATRE SECTEURS OUVERTS Ch.2 LES VESTIGES 1. LE SONDAGE B.I 2. LE SONDAGE B.II 3. LE SONDAGE B.III 3.1. LES VESTIGES GALLO-ROMAINS 3.2. LES VESTIGES MEDIEVAUX TARDIFS 4. LE
  • SONDAGE B.IV 4.1. DES VESTIGES DE MUR ROMAIN 4.2. DES RESTES DE VOIRIE ROMAINE 4.3. DES TRACES DE FOSSES OU TRANCHEES DE FONDATION Ch. 3 : INTERPRETATION GENERALE ET CONCLUSIONS 1. CONCLUSIONS SCIENTIFIQUES 1.1. DES VESTIGES GALLO-ROMAINS 1.2. LES VESTIGES MEDIEVAUX 1.3. LES VESTIGES
  • l'épaisseur des alluvions récentes, postérieures à l'époque romaine. En fait, la construction de murs d'enclos et l'urbanisation progressive du quartier, à partir du Moyen Âge, ont freiné l'évacuation des produits du colluvionnement le long des flancs des reliefs voisins. Les ruisseaux
  • (0,40 m au nord de la parcelle) recouvrent les vestiges d'époque romaine. Depuis une dizaine d'année, un débat sur l'évolution récente de la ligne de rivage de l'Odet est ouvert dans le cadre de l'étude archéologique (Le Bihan, Villard, 2005). Il est entendu que la fouille de la
  • Société archéologique du Finistère depuis 1970) ont été nombreux. Tous les terrains voisins, situés au nord ou au nord-est, ont livré des vestiges de la petite ville romaine (Allée du Banellou 1984, Rue du Chanoine Moreau, Venelle des Potiers ...). Les questions d'urbanisme et
  • d'organisation de la cité antique sont au cœur d'une problématique de recherche très actuelle dans la mesure où son étude est intégrée au P.C.R. « Agglomérations secondaires gallo-romaine des régions Bretagne et Pays de Loire) » sous la direction de Martial Monteil (Université de Nantes). Par
  • structures découvertes ont rendu le diagnostic extrêmement fructueux. Sondage B.IV : relevé immédiat des vestiges Ch. 2 : LE VESTIGES 1. SONDAGE B.I Fig.8 Sondage B.I : vue vers le nord Le sondage B.I met en évidence un tronçon empierré du chemin de Kerdrezec évoqué précédemment. Il
  • , aucune couche stratigraphique ni structure archéologique n'est découverte. Le sol naturel semble très proche alors que l'eau sourd et comble rapidement le sondage. Sondage sous le chemin de Kerdrezec Etat du sondage B.I, 48 heures après la fouille 2. SONDAGE B.II Fig.8 et 9
  • est le plus vaste du site. Cette tranchée, longue de 47 m, orientée nord-est - sud-ouest, a été élargie dans sa partie méridionale (cf. supra, introduction). Les vestiges mis au jour dans cette tranchée peuvent se répartir en deux groupes : des vestiges gallo-romains dans la partie
  • produits de colluvionnement déposés dès le Moyen Âge et après destruction profonde d'importantes et denses structures urbaines gallo-romaines. De ce fait, les vestigesju^tiques^ encore en place sont bien peu élevés ; ce sont ceux qui furent incrustés dans le s(£f natureLJlsJ seront
  • (résidence Saint-Hubert, rue du Chanoine Moreau et Banellou 1984 ; il s'agissait ici de colliers récupéré et déposés dans un atelier de forge). 3.1.5. Une base de mur (M.9) Sondage B.III : au centre, murs M.9 (antique) et M.8 (médiéval) A 1,50 m au sud de la sablière délimitée par des
  • vers le sud, un mur de pierres surplombe le mur romain précédemment décrit. Son orientation diffère très légèrement ; sa technique de construction également. Les blocs de pierres sont un peu plus gros et assemblés par de la terre brune au lieu de sable à forte composante
  • arénitique. Il s'agit d'une technique davantage retenue sur les murs médiévaux du site (cf. infra). Sondage B.III : au dernier plan, mur médiéval M. 8 Compte tenu de sa position stratigraphique, du très faible enfouissement de son sommet, et de la chronologie relative assurée avec le
  • mur romain précédent, il est raisonnable de dater ce mur de la fin du Moyen Âge ou du tout début du XVI e . Un rebord de marmite mis au jour à proximité immédiate du mur ne s'opposerait pas à une telle datation. 3.1.6. Des restes de sol en sable arénitique Encore plus au sud, des
  • -romaine. Ce sont, à ce jour, les vestiges les plus excentrés de l'agglomération antique, également les plus proches de la rivière dans cette partie de l'agglomération (environ 40 m). 3.2. LES VESTIGES MEDIEVAUX TARDIFS La partie méridionale du sondage a livré un ensemble de bâtiments
  • siècle). ° I I I I 1L Marmite en poterie onctueuse, à rebord de type 8 (triangulaire "à degré"), et paroi tronconique (XVe siècle). Planche 2 - Quimper, Locmaria Le Banellou, 2006 : B. III sud, entre bâtiments A et B ("vide-sanitaire" entre M. 3 et M. 5), poteries onctueuses de la
  • onctueuse, à rebord de type 8 (triangulaire "à degré"), et paroi tronconique Planche 3 - Quimper, Locmaria Le Banellou, 2006 : B. III sud, fondation du bâtiment B (angle des murs M. 5 et M. 8), poteries onctueuses de la fin du Moyen Âge 0) O) s o 13 XI C »i— n; vo eu o =5
  • et 0,25 m d'épaisseur. Il s'agit de terre sombre, assez grasse, riche en fragments de tuiles romaines (également un fragment d'amphore de type Pascual de la fin du 1er siècle avant J.-C et un autre d'un mortier Dr.45 en sigillée, datable du II ou IIIe siècle). La poterie onctueuse
RAP01538.pdf (QUIMPER (29). les pentes du Mont-Frugy. rapport de diagnostic)
  • BIBLIOGRAPHIQUES DIZQT (Lt), 1896 : Rapport de M. le Lieutenant Dizot, B.S.A.F.. 1896, 235-240. P. GALLIQU, 1983 : L'armorique romaine, Brasparts, 1983. J.-P. LE BIHAN, 1986: Aux origines de Ouimver : histoire et archéologie J.-P. LE BIHAN, 1990 : Quimper, Parc-ar-Groas, Chronique
  • direction de Jean-Paul LE BIHAN VILLE DE QUIMPER CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE. I i Q Siten°: 2 9 2 3 2 0 8 3 Département : FINISTERE Commune : QUIMPER Lieu-dit ou adresse : 82 rue du Frugy Cadastre -.QUIMPER Année : 1986 Section et parcelle : CE 296 Coordonnées
  • la chronologie : - sur la nature des vestiges immobiliers : - sur la nature des vestiges mobiliers : S g co § : Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : - Recherche de vestiges gaulois et gallo-romains dans la
  • bâtiments qui furent découverts et sommairement décrits. Ils font fortement songer à des murs de fana gallo-romains, qu'ils soient octogonaux ou carrés. A une centaine de mètres vers le nord-est, c'est un site archéologique important qui fut mis au jour en 1864 : les vestiges de Parc-ar
  • -Groas. Ce site fouillé par R.-F. Le Men au XIXe siècle a été interprété par cet auteur comme un poste fortifié gallo-romain (Le Men, 1876). Les archéologues de la seconde moitié du XXe siècle ont révisé ce jugement en interprétant le site comme une villa romaine ceinte d'un mur de
  • par le projet actuel, ont mis en évidence des vestiges d'époque gauloise et gallo-romaine. Les fossés chargés de véritables dépôts rituels et leurs réaménagements successifs ont permis de suggérer une nouvelle explication. Ce site serait un sanctuaire du second âge du Fer perdurant
  • durant l'Antiquité (Le Bihan, 1990). En outre, la voie romaine quittant Quimper en direction de Carhaix et de Vaniies quitte les basses pentes de Locmaria et gravit le plateau en direction de l'est. Son itinéraire précis est perdu mais il ne peut être très éloigné des parcelles
  • concernées par le présent diagnostic.. Au-delà, sur le site de La Tourelle des vestiges gaulois et gallo-romains ont été découverts au XIXe siècle : souterrain de la Tène ancienne et dépôt de statuettes votives en terre blanche d'époque romaine (R.-F. Le Men). Il faut encore compter avec
  • des fossés gaulois et gallo-romains mis au jour par ailleurs sur le sommet du plateau du Frugy. L'intérêt de fouilles menées sur les terrains concernés apparaît donc aisément. Il s'agit de vérifier si des vestiges s'y trouvent et de compléter ainsi la carte de l'agglomération de
  • l'historien de la géographie antique de Locmaria de savoir que l'espace concerné par l'opération de diagnostic n'était pas urbanisé. C'est grâce à de telles observations que nous cernerons l'allure réelle de la ville gallo-romaine de Locmaria. 4.2. CONCLUSIONS TECHNIQUES L'étude
  • d'archéologie antique et médiévale, B.S.A.F., 1990. J.-P. LE BIHAN, 1994 : La période gallo-romaine dans "Histoire de édit. Privât. Quimper", J.-P. LE BIHAN 1995 : Les fouilles du sanctuaire eaulois et eallo-romain de Parcar-Groas à Quimper, D.F.S. R.-F. LE MEN, 1876 : Un poste gallo
  • -romain sur le Mont-Frugy . B.S.A.F. 1876. R.-F. LE MEN : Subterranean chambers at La Tourelle near Quimper, Archives départementales. L. PAPE, 1975 : T.a cité des Qsismes à l'époque mllo-romaine, Thèse de doctorat.
RAP01846.pdf (QUIMPER (29). les vestiges de kerogan-kernoter. dfs de diagnostic)
  • Maître d'ouvrage des travaux : I.N.R.A.P. Surface fouillée : 1821 m2 Surface estimée du site : Mots-clefs (thésaurus DRACAR pour la chronologie et le vestiges immobiliers) ! - sur la chronologie : Gallo-romain, moderne, contemporain - sur la nature des vestiges immobiliers
  • -romaines ou médiévales. 2 Plusieurs occupations du second âge du Fer furent mises au jour à proximité. Le site fortifié de La Tène situé sur le plateau de Keradennec, fouillé en 1990, n'est distant que de 1,25 km. Les vestiges d'un établissement rural laténien furent également
  • Créac'h-Gwen. De la période gallo-romaine, les restes de bâtiment sur solin de pierres d'un établissement rural, occupée aux Ier et IIe siècles, furent étudiés sur le plateau de Kernoter (Le Bihan, 1977). Les sondages de Kernoter II (Le Bihan, 1994) et Kernoter III (Le Bihan, 1996
  • B VII et B VIII (Cl. 3). Quatre segments de petits fossés, orientés nord / sud, sont mis au jour (T 5 à T 8). D'une largeur comprise entre 0,40 m et 0,70 m, leur profondeur n'excède pas les 0,20 m. Leur fond est plat. Les fossés T 5 et T 6 sont observés sur une longueur de 12,50
  • m, tandis que les fossés T 7 et T 8 sur seulement 7 m. La faible profondeur de ces structures semble s'expliquer par l'action d'une érosion assez importante. Cette dernière justifie probablement l'absence de T 7 et T 8 dans les sondages B VIII et B IX. Le fossé T 5 a livré un
  • ainsi que de l'environnement archéologique, une datation gallo-romaine est proposée. De tels phénomènes d'érosions, parfois spectaculaires, gommant l'essentiel des vestiges, ont déjà été observés, notamment à Kervéguen (EL 18), entre l'époque romaine et nos jours. 4 2.1.2. La
  • la présence du micro talweg que ce fossé longe sur son flanc septentrional. La similitude des caractéristiques tendrait à envisager l'intégration de ce fossé au réseau formé par T5, T 6, T 7 et T 8. Toutefois en l'absence de tout mobilier archéologique, rien ne l'atteste
  • répertorié entre les deux états de cadastre, est fréquemment rencontré lors d'opérations de diagnostics sur la commune de Quimper (Ker-Yen, Kerdroniou, 15 rue de l'Université...). 2.6. Les enfouissements de sédiments Us.01 à Us. 04 : (Cl. 8 et Cl. 9 ; Fig. 5 et 8). A l'ouest, dans la
  • l'occupation gallo-romaine installée sur son sommet. Des vestiges de parcellaire plus récent, pressentis comme médiévaux ou modernes ; des activités lourdes de transfert et d'enfouissement de matériaux ; du parcellaire et des traces d'exploitation agricole contemporaine, combinés aux
  • . Cl. 4 - B III, fossé de parcellaire érodé T 1. Cl. 5 - B VII est, fossés de parcellaires T 2, T 3 et T 4. Cl. 6 - B VII, coupe stratigraphique du fossé T 2. Cl. 7 - B VII, coupe stratigraphique du fossé T 3. Cl. 8 - B IV, Vue de la structure Us. 04. Cl. 9 - B V, Vue de la
  • . 5 - Kerogan - Kernoter : plan général. Fig. 6 - Kerogan - Kernoter : B III et B VII, coupes stratigraphiques des fossés T 1, T 5, T 6, T 7 et T 8. Fig. 7 - Kerogan - Kernoter : B VII, coupes stratigraphiques des fossés T 2, T 3 et T 4. Fig. 8 - Kerogan - Kernoter : B IV et B V
  • , coupes stratigraphiques des structures Us. 03 et Us. 04. Bibliographie : LE BIHAN J.-P., 1977 : Quimper, Kernoter, Rapport de fouille. 8 LE BIHAN J.-P., 1987 : Quimper, Créac'h-Gwen, Le Brittany, Rapport de fouille. LE BIHAN J.-P., 1989 : Quimper, Créac'h-Gwen Kernenez, Rapport de
  • fouille. LE BIHAN J.-P., ROBIC J.-Y., 1990 : Quimper, Keradennec, dans Chronique d'archéologie antique et médiévale, Bulletin de la société archéologique du Finistère, T. CXIX, p. 113-116. LE BIHAN J.-P., 1994 : Les vestiges archéologiques du Domaine de Rives de l'Odet, D.F.S., S.R.A
  • : L'habitat du Haut Moyen Age de Créac'h-Gwen à Quimper (Finistère), dans R.A.O. n° 5, 1998, p.123-140. ROBIC J.-Y., 1991 : Cuzon/ Kerogan, diagnostics d'évaluations archéologiques, Rapport de fouille. ROBIC J.-Y., 1991 : Quimper, Kerogan, dans Chronique d'archéologie antique et médiévale
  • , Bulletin de la société archéologique du Finistère, T. CXX, p. 80-87. SANQUER R., 1979 : Quimper, Kernoter, dans Chronique d'archéologie antique et médiévale, Bulletin de la société archéologique du Finistère, T. CV, p. 67. 9 Cl. 2 - Vue générale des décapages d e la partie
  • I.G.N O Site néolithique "j^f Site fortifié du O 500 m =d O Site de l'âge du Bronze Site de l'âge du Fer O Site gallo-romain Villa gallo-romaine O Site du bas Moyen-Age Itinéraire antique et médiéval second âge du Fer O Site du haut Moyen-Age Itinéraire post
  • charbonneuse Graviers, galets et sable gris Terre fine, brun clair Terre brun-gris et pierres + traces de charbon Coupe stratigraphique T 5 et T 6 : coupe stratigraphique n°7 (B VII) T7 T8 Vs//// 7 T 7 et T 8 : coupe stratigraphique n°8 (B VII) Nord Wmmk/m #TT/ -A// " ?> / y T 1
  • VII, coupes stratigraphiques des fossés T 2, T 3 et T 4 EU [ Sable gris et petits galets I Terre grise granuleuse [ZZI Terre fine brun sombre CD Arène jaune Substrat géologique 2m =1 Fig. 8 - Kerogan - Kernoter : B IV et B V, coupes s t r a t i g r a p h i q u e s des
RAP01791.pdf ((22)(35). nord de la haute-Bretagne)
  • Liste des sites et gisements faisant l'objet d'une déclaration de découverte archéologique en 2001 * indique les compléments d'information Département des Côtes-d'Armor 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16. 17. 18. 19. 20. 21. 22. 23. 24. 25. 26. 27. 28. 29
  • : §&9.!9.^.ies...PM Techniques de repérage : P.^.9.?P?.9.* i .0 ?....^.H.ie ^.e. .9.r ..M?.i ?.?.~?M^A?. Ilnformateur : Description des vestiges : arasé Etat de conservation : Eléments de datation : m-obi-li -ei Chronologie proposée : gai l.Qr- romain (villa) Mobilier ^ Jp
  • -Malo Documentation : Bibliographie : CADRE RÉSERVE CELLULE CARTE ARCXOLOGJOUE N" de site attribué | N-o-enregistrementDRACAR I I Mil | I l l I I I | I | Code AP/ AH Modification | | (~~J [ 2001 AUCALEUC 22 003 Etablissement gallo-romain (complément
  • foncées sur blé mûrs permet de compléter le plan de l'édifice dans la parcelle 295. Bibliographie : Langouët L., Faguet G. et Vilbert L.-R., 1982 - Chronique de prospection archéologique 1982 dans les Côtesdu-Nord et l'Ille-et-Vilaine, Les dossiers du Ce.R.A.A. n°10, p. 14. Langouët L
  • ., Faguet G. 1984 - Chronique de prospection archéologique 1984 dans les départements d'Ille-etVilain et des Côtes-du-Nord, Les dossiers du Ce.R.A.A. n°12, p. 21. Langouët L., Faguet G et Andlauer L. 1992 - Chronique de prospection archéologique 1992 en HauteBretagne et Basse-Normandie
  • , Les dossiers du Ce.R.A.A. n°20, p. 50. Bizien-Jaglin C. Faguet G. Langouët L., Huck T. Duval H. Andlauer L. 1994 - Chronique de prospection archéologique 1994 en Haute-Bretagne et dans le Trégor, Les dossiers du Ce.R.A.A. n°22, p. 84. 5 0 794 2001 AUCALEUC La Mégrais
  • 1017 Est Coordonnées Lambert Cerrtresite: X Y= \\ | 1993 £3 Zone : = | ?| fil Année d'édition Prnrm . Yb Xe Yc M Y< Xa Y. ^5E^M_.^J*®i?.?i^.Ç£. Circonstances
  • | | NongX] Lieu de conservation : Documentation : Bibliographie : C AORE RESERVE CELLULE CARTE AROCOLOdOUE N' de site attribué | N' réenregistrement DRACAR I 1 I [ 1 I | | | | | | | ..(.Q48) se-C-t-ion Y8-parcelles... 2 .8...e.t. 46 Numéro Coordonnées Lambert
  • apparaissant en vert foncé sur maïs naissant. Cet enclos ne présente aucune corrélation avec le parcellaire du cadastre de 1827. Pour information : un gisement gallo-romain localisé en 1986 par G. Faguet est distant de 200 m de l'enclos. Bibliographie : Langouët L., Faguet G. 1986
  • - Chronique de prospection archéologique 1986 en Bretagne, Les dossiers du Ce.R.A.A. n°14, p. 97 à 109. CORSEUL LE Vau Boulard II Cordonnées Lambert I X = 266 000 Y =1097 600 Cadastre 1996, section YR, parcelles 28 et 46 (cliché du 11 juillet 2001) 1 Annexe I Déclaration de
  • découverte archéologique , Service Régional de rArchéologie de Bretagne 8. □ Première mention Nature de ropération = Ç, BIZIBN-.JAGLIN . . Responsable = □ Année première mention = PROSPECT ION- INVENT A IRE autre Organisme = COTES«D 1.ARM0R Département : .(-22) Commune
  • végétal) - Arène ou head (couvrant la roche mère, épaisseur environ 14 cm) : 1 silex (4 cm sous le dépôt coquillier, 50 cm sous couvert végétal)) Sommet de l'îlot, à proximité de la chapelle, dans le sentier : 8 tessons protohistoriques et divers Coupe 1 (au sud-est de l'îlot, presque
  • en surface - Dépôt quaternaire : 13/02/2000 : 1 silex hors contexte stratigraphique 20/02/2000 : 1 silex (2,80 m du haut et 1,70 m du bas) 1 silex en bas de coupe hors contexte stratigraphique 30/09/2000 : 1 silex en bas de coupe hors contexte stratigraphique » M&8> ROCHE PLATE
  • ^ JMUDL. Responsable = (.22) COTES-D 'ARMOR Département : autre Organisme = ER^UY. ..( .^.) Commune = .«afcOL_Sa^^ Lieu-dit ( du Cadastre) : ..' ^jjtX^. AjL.Âik^....?^...^. 3 Lieu-dit (de ri.G.N.) : Nom du site : Y.. entre ...Sain^ |1 [9 [8 [ 2| Sections) et parceiie
  • .G.N. Numéro Nom m? Coordonnées Lambert Centre site: Zone : X» Y Année d'édition Dinan - Gaulnes Contours |2 |8 |U | . [9 | U| U| = I110I8H I . 19 I 51 0 I2 In in I m Rayon du site (mètres) : Xa Yl a Yb Xc Ye Xd fi Xa Yl aHO.malie .S....pilJ.t .0.1.0glq.U
  • Département : MO I OlO autre Organisme = .(-22.) EREHEL ...(22..-1.79 ) Commune = Ei;tre...l.8...Fp.ss.e ...et..les..grèves^ Lieu-dit ( du Cadastre) : ri .G.N.) Année première mention = PROSPECTION- INVENTAIRE Nature de ropération = Ç, .BIZI]W^JAQL^_ Responsable = Lieu-drt
  • site : Cadastre -.. s^. e t i oa -ZG paroelles -6é- y -4-8 -à - 53 • -80 e t- -82a- Sections) et parcelle
  • : Description des vestiges : giS-e.mSfl.t ...de ...mobilier !!ZZZZZ!ZZZZZZ'.ZZZZZZZZZ! céramique"^ Etat de conservation : Eléments de datation : mobilier Chronologie proposée : Mobilier Oui jjj] néolithique Non Q protohistoire et gallo-romain Lieu de conservation : ...Ce...R.A
  • : environ 3 1 m NGF. Emprise actuellement observée : environ 400 m de diamètre. J.-P. Toularastel a repris la prospection autour de ce gisement gallo-romain et pré-romain localisé par P. Amoureux et J.-H. Clément en 1985, en observant de nouvelles parcelles situées au sud. Les nouvelles
RAP01228.pdf (DOUARNENEZ (29). les Plomarc'h Bella. usine à salaisons. rapport de fouille programmée)
  • . Merlat, Chronique, Ploaré-Douarnenez, dans Gallia X V , 2, 1957, 186-190. P. Merlat, Chronique, Ploaré-Douarnenez, dans Gallia X V I I , 2, 1959, 342-343. L. Oges, dans BSAF X I X , 1955. 39 L . Pape, La civitas des Osismes à l'époque gallo-romaine, Paris 1978. T . Pékary
  • , Chronique, dans BSAF, 1978, 50. R Sanquer, dansÄß, 1980, 215-236. R Sanquer et P. Galliou, Garum sel et salaisons en Armorique gallo-romaine, 1, 1972, 199-223. J. Soares, Fstaçao romana de Troia, Setubal 1980. Strabon, 3, 4, 6. dans Gallia, Tanneau, dans BSAF, 1964, XXII. H. Waquet, La
  • Gaétan LE CLOIREC et Jean-Pierre BARDEL Une usine de salaison gallo-romaine : L'établissement des Plomarc fh à Douarnenez Rapport de fouille programmée Rennes : S.R.À. Bretagne 1994 1228 _ _ _ _ _ FICHE SIGNA LÉTIQUE * : i 2 H 9 1 I0ji4II6I LUJL f0M0H5 Département
  • travaux : Ville de Douarnenez Surface fouillée : 50 X 25 m Surface estimée du site : 3 ha * Mots-clefs (thésaurus DRACAR pour la chronologie et les vestiges immobiliers) : - sur la chronologie : Gallo-romain / Médiéval / Moderne , ^ . . . . .... CAR / VOI / HAB / VLE / FOY / - sur la
  • . 2 1 III.4 - L'ABANDON DE L'USINE p. 24 n i . 5 - LA PERIODE MEDIEVALE p. 2 4 CONCLUSION p 25 DOCUMENTS ANNEXES : p. 26 LE MOBILIER p. 2 7 LISTE DES OBJETS PARTICULIERS MIS AU JOUR AU COURS DES FOUILLES ANTERIEURES P. 3 6 BIBLIOGRAPHIE p. 3 8 LISTE DES FIGURES P. 4
  • 1 LISTE DES PHOTOGRAPHIES P. 4 1 1 INTRODUCTION A l'époque romaine, l'Armorique importait des produits divers en provenance de régions parfois lointaines mais elle n'exportait en grande quantité qu'un seul produit : le garum1. Cette sauce obtenue à partir d'abats de
  • établissements divers ont ainsi été repérés entre le cap de la Chèvre et la pointe du Raz (fig. 1). Certains correspondent à des villae dont la décoration, parfois très élaborée, dévoile l'installation de riches notables gallo-romains dans ce paysage qui ne pouvait que les attirer3. Des
  • Plomarc'h Porzay 1 ' 0NEVEZ- PORZAY Tri faut Prat-Trianna% Pointa du CERLA2 O j OUARNENEZJ Van \Pouldavid Trouguer Pointa du r Tràgouza/ Rai 'auoierne 0 VESTIGES GALLO-ROMAINS DE LA BAIE DE DOUARNENEZ (d'après R. Sanquer 1973 1, 217) _ Mosaïque. :: Cuve de sofaîsons
  • CLAQUIN Romuald FERRETTE Romain GROLLEAU Didier HUVET Boris KERAMPRAN Envel KERVOAS Paul LE BOUTOUILLER Catherine LE BRETON Sandrine LE GALL Isabelle LE NAB AT Marie-Dominique PINEL Laure SIMON Cécile TALBO Fanny TOURNER Solange CONAN E N POST-FOUILLE: Sandrine L E G A L L Cécile T
  • ) » Mur 10 Sud ! 2 Fig.4 Nord /tZ/wn^ 8 L'ensemble de l'usine a donc été mis au jour à partir du bord de la falaise. Les cuves ont été vidées jusqu'aux niveaux archéologiques en place. De ce fait, trois d'entre elles (n°2, n°5 et n°10) ayant déjà été complètement fouillées dans
  • 1994 10 m Numérotation des secteurs, des murs et des contreforts Notes : - les numéros de secteurs sont plus petits que ceux des murs. - chaque cuve correspond à un secteur. *9 8 * 10 *7 »6 #3 54 4» 2 1 i f ¥ f S 16 ft. 13 10 14 11 8 •ni m 11 :5Ïi 6 Élr i
  • ; j ; 12 3 .SS Ér t 14 mmm 17 — 19 15 12 18 a. & - 17- 13 II i15 i'! ;V.;.-IV;V.:; "•'-i V.V'iiVV-' T" i i 16 o 20 IV S1 CTQ* 'Jl DOUARNENEZ - Les Plomarc'h Maçonneries |P.p;J Juillet 1994 {il?M PLAN GENERAL DES VESTIGES Structures gallo-romaines (non
  • semblent dater de la période gallo-romaine. Une occupation antérieure à la construction de l'usine est attestée par la découverte du mur 17 et d'un fossé parallèle dans la partie sud du site. Ces vestiges, qui se situent à l'extérieur du bâtiment, présentent une orientation différente
  • romains tout en se confortant aux contraintes liées à l'industrie en question. Le bâtiment se présente comme un grand rectangle placé contre une terrasse artificielle aménagée dans la pente naturelle. L'accès se faisait vraisemblablement par le milieu du mur sud-est. Aucune entrée ne
  • nous est suggéré par une lambeau conservé près de la cuve 8 (photo 8) ainsi que dans la zone nord du secteur 18 sous un pan de mur effondré. Quelques pierres mêlées de mortier en marquaient apparemment la surface. Les ressauts de fondations conservent aussi ça et là des traces
  • tuileau qui remonte sur le sommet des murs (secteurs 13 et 16) (fig. 4). Le grand mur de terrasse est aussi recouvert d'enduit de tuileau sur une hauteur d'environ 50cm au-dessus des cuves 8 et 10. Les angles de ces mêmes cuves présentent un bourrelet en quart de rond qui, selon M
  • .). 13 Ponsich et Tarradell 1965, 106. 19 Photo 8 : vestiges du sol de la zone de circulation contre la cuve 8. 20 Un niveau d'écaillés a été repéré entre la cuve 16 et le mur 9. Nous n'avons noté de tels déchets nulle part ailleurs sur les lambeaux de sol conservés. Ces
  • gallo-romaine jusqu'au début de l'époque moderne. Une fouille fine devrait ici encore nous permettre de préciser la chronologie et le type d'installation à s'y être développée depuis la fin de l'industrie du garum. L'abandon définitif du site doit s'opérer à l'époque moderne. Des
  • 1405 : fragment de céramique d'Argonne omé d'un décor quadrillé réalisé à la molette. 8. Secteur 14, US 1405 : aiguisoir (élément lithique) 0 c cm 10 DOUARNENEZ- Les Plomare1 h Juillet 1994 L E MOBILIER C E R A M I Q U E 9-10-11-12. Secteur 14, US 1405 : bouchons d'amphores
  • -IIe siècle après J.-C. 35. Secteur 20, US 2025 : tesson en céramique Terra Negra omé de motifs incisés, type Menez 139, fin du règne de Néron ou de Vespasien; production locale. 0 cm 5 10 I PL. VLLR CÜZE s: C°O0\ l I 3: 8 DOUARNENEZ- Les Plomare' h Juillet 1994 LES
RAP01184.pdf (QUIMPER (29). Kernoter. rapport de sondage)
  • : KERNOTER - Les Rives de l'Odet à Cadastre : QUIMPER Année : 1994 I £ s Section et parcelle : HP 23 à 35 Coordonnées Lambert : Zone : Abcisse : Ordonnée : Altitude : 15 à 50 m Propriétaire du terrain : EURL - Les Rives de l'Odet Protection juridique : g S* g o o Xj o s 1 8
  • s s é s S S g tq contemporain Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : - Mise e n é v i d e n c e d e f o s s é s et de f o y e r s p r o c h e s d ' u n habitat d e la T è n e finale et d ' é p o q u e romaine. - T
  • pu observer les vestiges détruits d'un établissement gallo-romain occupé aux 1er et 2ème siècles ap. J.C. (Le Bihan, 1977). A environ un kilomètre au nord-ouest le plateau de Keradennec a livré, en 1990 et 1991 un important site du second A g e du Fer (Le Bihan et al., 1990). Au
  • VESTIGES ARCHEOLOGIQUES 3.1. LES VESTIGES D E C O U V E R T S D A N S LES T R A N C H E E S 3.1.1. Tranchée B.I - La fosse S.8 est subcirculaire. D'un diamètre moyen de 0,80 m et d'une profondeur de 0,35 m, elle contient de la terre brune. Il est impossible de dater cette dépression qui
  • tranchée. Nous trouvons, du sud-est au nord-ouest: - Les prolongements de T.3.et T . l . Plus au sud, un segment de talus encore existant confirme cette interprétation. - Deux couples de tronçons de fossés T.5 - T.7. d'une part, T.6. - T.8 d'autre part. Nous sommes en présence de fossés
  • deux derniers siècles sans toutefois apparaître sur les documents cadastraux. Sommes-sous face à une situation de ce genre ? 3.1.4. Tranchée B.IV Le fossé T.5. et le couple T.6 - T.8 évoqués précédemment se retrouvent lors de la mise au net du fond de la tranchée B.IV. 3.1.5
  • romaine. Il faut toujours se montrer très prudent sur ce sujet. Nous considérons que la mise au jour du réseau très ancien de talus par nos sondages est un argument supplémentaire pour affirmer que le site de Kernoter se trouve inclus dans le fuseau au sein duquel la voie reliant
  • granitique. Dans la partie supérieure la terre brune de remplissage recèle de nombreuses traces de charbons de bois et de cendres. Des pierres se mêlent à ce remplissage. Le fossé se prolonge, vers le nord, en direction de l'établissement gallo-romain étudié en 1977. Sa fouille est
  • lourdes n'ont pas révélé d'habitat à proximité. Alors, sommes-nous en présence d'un enclos de champ gaulois ou près d'une ferme qui serait à l'origine de l'établissement gallo-romain déjà connu ? Nous l'ignorons. 3.2.2. Les aires de combustion. Un nombre élevé de structures en creux
  • a visiblement été détruit dans la partie supérieure par l'érosion. Nous ne pouvons toutefois affirmer qu'il était entier lorsqu'il fut placé dans la fosse. Il pourrait fort bien dater de l'époque gallo-romaine. - La structure S . l . Distante de 7 m de la précédente et située au sud-est de
  • terrain présentant un telle pente l'érosion peut avoir emporté plusieurs dizaines de centimètres de sol. Ceci est insuffisant pour nous permettre de restituer l'allure exacte de ces structures. Si elles datent de l'époque romaine comme pourrait le faire penser le vase découvert en S.2
  • , et si elles sont toutes contemporaines, il convient d'imaginer des fosses assez profondes. - Une datation de ces structures à l'époque romaine est très tentante. Un rebord de gros dolium et quelques petits tessons de terra-nigra découverts sur ce site très proche de
  • l'établissement gallo-romain identifié en 1977 à quelques dizaines de mètres au sud peuvent renforcer une telle hypothèse. En revanche, l'apparente relation dans la distribution spatiale des deux catégories de fosses par rapport au fossé laténien irait à l'encontre de cette proposition. De
  • toute manière, il apparaît certain que nous sommes face à un site gaulois qui perdure à l'époque romaine. Dans de telles conditions un fossé comblé au début du 1er siècle avant J.C. peut très bien continuer à jouer un rôle dans le paysage quelques décennies plus tard. 6 - La
  • funéraires. Il convient de rappeler la découverte de structures en creux rectangulaires à parois rubéfiées sur le site de Kerlaéron. La fonction de ces fosses datées de l'époque romaine n'avait pas été définie. 4.CONCLUSIONS 4.1. CONCLUSIONS SCIENTIFIQUES Les fouilles réalisées sur les
  • terrain du domaine des Rives de l'Odet révèlent donc un site intéressant et complexe. Une activité agricole et, vraisemblablement un habitat de la fin de l ' A g e du Fer précèdent, au 1er siècle avant J.C., un établissement gallo-romain. La continuité entre les deux occupations de
  • municipal BIBLOGRAPHIE G A L L I O U P., 1989, Carte archéologique de la Gaule, Le Finistère, Paris, éd. Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 159-176. LE M E N R. F., 1874-1875, Statistique monumentale du Finistère, époque romaine, Bulletin de la Société archéologique du
  • Finistère, t. II, p. 127. PAPE L., 1978, La Civitas des Osismes à l'époque A-172. gallo-romaine, Paris, Klincksieck, p. LE B I H A N J. P., 1977, Quimper, Kernoter, Rapport de fouille. LE B I H A N J.P., 1986: Aux origines de Quimper, Archéologie 7 et histoire, Quimper, 64 p. L E
  • B I H A N J.P., ROBIC J.Y., 1990 : Quimper, Keradennec, dans Chronique d'archéologie antique et médiévale, Bulletin de la Société archéologique du Finistère. t . C X I X , p. 113-116. ROBIC J.Y., 1991: Quimper, Kerogan, Quimper, dans Chronique d'archéologie antique et médiévale
  • , Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t.CXX, p.80-87. S A N Q U E R R., 1977, Quimper, Kernoter, p. 67, dans Chronique d'archéologie antique et médiévale, Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. C V , p. 35-77. (renseignements : J. P. Le Bihan) S A N Q U E R R
RAP01625.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). impasse de l'Aqueduc Romain. rapport de diagnostic)
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). impasse de l'Aqueduc Romain. rapport de diagnostic
  • .) - Aqueduc romain de Carhaix. BSAF, T. XXVII, 1900, p. 5596. Sanquer 1976 : SANQUER (R.) - Chronique d'archéologie antique et médiévale : Carhaix. BSAF, T. CIV, 1976, p.37-39. Sanquer 1978 : SANQUER (R.) - Chronique d'archéologie antique et médiévale : Carhaix. BSAF, T. CVI, 1978, p. 41
  • Impasse de Vaqueduc romain (parcelles AD. 239, 420, 421) CARHAIX-PLOUGUER (29 024 377) (Finistère) DFS de sondages archéologiques 20/09 - 24/09/1999 Sous la direction de Gaétan Le Cloirec A.F.A.N. RENNES : S.R.A. Bretagne 1999 1 4 OCT. 1999 FICHE SIGNALETIQUE
  • LOCALISATION DE L'OPÉRATION SITE n° 29 024 377 Département Finistère COMMUNE : Carhaix-Plouguer Lieu dit ou adresse : impasse de l'aqueduc romain Année cadastre : Coordonnées Lambert Zone : Section(s) et parcelle(s) : AD. 239, 420, 421 Altitude : x1 = 162,075 x2 = x3 = y1
  • ) Emprise menacée entièrement fouillée : OUI NON Fouille menée jusqu'au substrat : OUI NON Sinon, altitude du fond de fouille : RÉSULTATS SCIENTIFIQUES MOTS CLES : (3 à 5 par rubrique) - Chronologie : époque romaine - Vestiges immobiliers : chaussée, cour, fossés, fosse, drain
  • documentaires : SRA Bretagne N° des 10 à 20 diapo. les plus représentatives, fouille et mobilier) : REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES DU DFS ANNEE : 1999 AUTEUR (nom, prénom) : Gaétan LE CLOIREC TITRE : Impasse de l'aqueduc romain (parcelles AD. 239, 420 et 421) Sous-titre DFS de sondages
  • problématique p. 8 2 . Résultats p. 10 Sondage 1_ p. 10 Sondage 2_ p. 14 Sondage 3 p. 15 Sondage 4 p. 18 3 . Conclusion P-19 Bibliographie p. 20 GENERIQUE DE L'OPERATION Direction : Gaétan LE CLOIREC (AFAN, responsable de l'opération, titulaire de l'autorisation de fouille
  • (fig. 4). La plus spectaculaire concerne l'ensemble des terrains limité par la rue Poincaré, la rue de l'aqueduc romain, l'impasse de l'aqueduc et la rue Clémenceau. L'abbé Roland indique en effet « des pierres rangées les unes sur les autres jusqu'à une grande profondeur, formant
  • fondations de l'église Saint-Trémeur construite en 1882. Rolland affirme également qu'il y a «dans ce même champ un très grand réservoir circulaire mesurant 1,40 m ou 1,50 m de profondeur et environ 7 ou 8 mètres de diamètre, suivant ce qu'on a pu en juger approximativement, après
  • ° 59, 60 et 61 ) pour privilégier aujourd'hui tel ou tel terrain. Des observations relativement récentes confirment toutefois que le secteur est bel et bien urbanisé pendant la période romaine. La fouille du cabinet médical, réalisée en trois interventions successives, a notamment
  • archéologique dirigée par Catherine HervéLegeard a révélé la présence de constructions antiques au-delà de la rue de l'aqueduc romain repoussant ainsi les limites de l'agglomération encore plus à l'est. Du côté ouest, les mentions de découvertes sont plus laconiques mais l'observation de
  • humide (parcelle AD. 262) pourrait signaler le passage d'une rue. Pour finir, n'oublions pas de signaler la proximité du tronçon d'aqueduc classé Monument Historique dans le haut de la rue de l'aqueduc romain. Le terrain concerné par notre intervention se trouve à environ 150 m en
  • 2. Domus du cabinet médical 3. Vestiges de constructions antiques 4 et 5. Murs repérés lors de la construction d'immeuble 6. Blocs architecturaux et bassin signalé au XIXe siècle 7. Fragments de statue et mosaïque 8. Empierrement dans une zone humide fig. 4 : localisation du
  • chronologique direct entre les deux aménagements. Ce niveau de circulation méridional diffèrent du premier espace décrit plus haut par la présence de gros blocs de schiste (fig. 8). Sa largeur ne dépasse pas 2,50 m mais la présence d'une vaste échancrure dans sa partie sud suggère des
  • cour alors que le second niveau pourrait être interprété comme une petite voie décumane. (cliché G. Le Cloirec) Fig. 7 : sondage effectué dans le fossé mis en évidence dans la tranchée 1 (cliché G. Le Cloirec). Fig. 8 : détail des vestiges mis au jour dans le sondage 1. Au
  • supplémentaire pour nous aider à comprendre l'organisation mise en place par l'autorité romaine. Les quelques structures retrouvées au sud témoignent d'activités artisanales de la même époque. Leur ampleur semble toutefois limitée à la vue de nos découvertes. Celles-ci pourraient
  • convient de prêter une attention particulière à la parcelle voisine (AD. 423) aujourd'hui en friche. BIBLIOGRAPHIE Batt 1992 : BATT (M.) - Carhaix-Plouguer. Rue de l'Aqueduc romain (maison médicale), Bilan Scientifique de la région Bretagne, 1991. Rennes : 1992, p. 29. Cotten 1985
  • : COTTEN (J.-Y.) - Les fibules d'Armorique aux âges du fer et à l'époque romaine. Rennes : Université de Haute Bretagne-Rennes II 1985. Mémoire de maîtrise inédit. Galliou 1987 : GALLIOU (P.) et al. - Catalogue de l'exposition : Aux origines de Carhaix. 1987. 58 p. Galliou 1989
  • -50. Sanquer 1979 : SANQUER (R.) - Chronique d'archéologie antique et médiévale : Carhaix. BSAF, T. CVII, 1979, p. 61-65. Sanquer 1981 : SANQUER (R.) - Notice : Carhaix, informations, Gallia, T. 39, 1981, p.323.
RAP01183.pdf (QUIMPER (29). ker yen i - prat ar rouz. rapport de sondage)
  • réalisation du programme immobilier projeté par la Ville de Quimper. 8 BIBLIOGRAPHIE LE B I H A N J.P., 1985 : "Quimper - Prat-ar-Rouz", dans Chronique d'archéologie antique et médiévale, Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t.CXIX, p. 67-68. L E B I H A N J.P., 1989
  • fortifié du 2ème A g e du Fer de Kercaradec (Wheeler, 1957) et à proximité immédiate de l'établissement de la Tène finale et d'époque gallo-romaine de Prat-ar-Rouz (Le Bihan, 1985. Il est d'ailleurs possible d'envisager que le terrain concerné couvre les ultimes prolongements de ce
  • rubéfiée Diamètre : 0,50 m Indatable - Structure S.7 : Terre noire et arène granitique Diamètre : 1,10 à 2,10 m Profondeur : 0,50 m Epoque contemporaine - Structure S.8 : Terre brun noir et un mégot de cigarette Diamètre : 0,50 m Profondeur : 0,45 m Epoque contemporaine - Structure S.9
  • . Tranchée B.IX - Fossé T.8 : Largeur : 2,45 m Profondeur : 0,15 m Terre brune et pierres abondantes. Indatable mais une possibilité pour que nous soyons face à une structure très ancienne, peut-être protohistorique. En effet la terre est plus claire que dans les fossés postérieurs au
  • Moyen Age. 3.1.10. Tranchée B.X - Fossé T.8 : Largeur : 2,45 m Profondeur : 0,15 m Terre : Identique à celle de T.8 en B.IX. Les critères de datation sont également semblables. 3.2. I N T E R P R E T A T I O N La fouille permet donc de mettre au jour un nombre élevé de structures
  • récente. Seules les fosses S . l , et S.4. ou les fossés T . l et T.2 7 découverts au nord de la tranchée B.I, au sommet du plateau, ont des chances assez sérieuses d'appartenir à des périodes très anciennes. Cela reste également possible pour le fossé T.8. Il est donc bien
  • : "Quimper - Kernenez", dans Chronique d'archéologie antique et médiévale, Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t.CXIX, 1989, p. 56-60. ROBIC, J.Y., LE B I H A N J.P., 1994 : "Quimper-Kerdroniou" dans Bilan 1993, Rennes, p. 42. W H E E L E R R R.E.M, Londres. RICHARDSON
  • la tranchée B III, fossé T. 3 QUIMPER K E R - Y E N : Sondage dans le fossé T. 8 (tranchée B X ) 12 m Zone étudiée Fossé repéré el hypothèse d'orientation Q U I M P E R K E R - Y E N : superposition des vestiges et du cadastre de 1834 15 S7 TRANCHEE B II : profils
  • structures 21 50 cm 1 t » V S 27 T R A N C H E E B V I : profil « 0 50 cm 1 i » N f 11 T R A N C H E E B V I I I : profil » « Pierre Plan L. ,i Fossé |1 l 11 Portion sondée « > f « T R A N C H E E B I X : fossé T 8 23 0 L
RAP03136.pdf (QUIMPER (29). La carte archéologique de Quimper. Rapport de FP)
  • -ROMAINE EN TROIS DIMENSIONS DOSSIER LE BRADEN I DOSSIER ROZ-AVEL DOSSIER PLACE LAENNEC 2 INTRODUCTION Le rythme de la recherche archéologique à Quimper appliqué depuis trois décennies à devait fatalement conduire à réaliser la carte archéologique des vestiges que recelait son
  • après étude de la documentation existante. sur à la soixantaine de sites Les vestiges d'époque gallo-romaine, et gauloise depuis 1980 avec les découvertes des ont alors fait l'objet de fouilles importantes. Une problématique de recherche, fondée sur l'analyse diachronique et
  • travail de cartographie très lourd. La de l'efficacité à venir des documents, a mobilisé savoir-faire. Le financement de l'opération a été réduit de 30% au cours de la troisième année. 1.3.3.1. 1994 8 L'année 1994 été réservée à la mise a en place des structures de
  • morcelées. L'examen de la nécropole gallo-romaine de Creac'h-Maria avec des partages de terrains, des changements de propriétaires ou de raison sociale d'établissements, des extensions de propriété, nous a entraîné de sérieuses et contraint à des enquêtes approfondies pour le repérage
  • exact des vestiges signalés, à répartir de manière cohérente les divers lieux sites. mener identifier et à D'autre les mentions et références de fouilles pouvaient être très imprécises. Nous pouvons reprendre l'exemple de la nécropole gallo-romaine. Bon nombre de découvertes
  • nature et d'objet totalement différents : ainsi en va-t-il de la nécropole gallo-romaine de Creac'h-Maria et de la zone de sanctuaire de protohistorique et antique de Parc-ar-Groas. installées - sur des sites Nombre de sites La différence - avec archéologiques le nombre
  • (5+25) Epoque gallo-romaine : 98 (20+78) Moyen Age : 47 (13+34) Epoque moderne : 61 (25+36) Le nombre total excède celui du nombre des sites établissements Parc-ar-Groas archéologiques dans la mesure où des d'époques différentes peuvent s'accumuler sur les mêmes lieux (Le Braden
  • site guéable par basse mer, les berges de Locmaria et le Mont-Frugy sur la rive gauche, les hauteurs de Roz-Avel sur la rive droite. Il s'agit donc d'une zone relief mouvementé incluant la plus grande part des vestiges gallo-romains de Quimper. La Un travail d'analyse, de
  • travail a été évoquée à propos de la situation à l'époque romaine dans le secteur de Locmaria. Une autre réflexion est en cours au sujet des lits des rivières en amont de celui-ci. Les premiers résultats, extrêmement importants, se révèlent déterminants dans le cadre des études menées
  • a privilégié l'action de fouille préventive réelle. thématique Fig.4 à 11 Il est certain que l'action des archéologues du XIXe siècle porte essentiellement sur les gallo-romains. Question de culture générale (les humanités et le latin), question de capacité à découvrir les sites
  • : on reconnaît bien la tuile et les monnaies romaines. On a même sites tendance à penser que toute tuile est romaine. Cela aura des conséquences catastrophiques l'écriture de l'histoire de Quimper. R.-F. le Men, qui pourtant connaissait bien les archives dont il avait la charge, attribua
  • toutes les tuiles des maisons médiévales ou d'Epoque moderne à l'Antiquité. Cela le conduisit à interpréter le site médiéval comme un ancienne fortification romaine du Bas-Empire. Cela entraîna les historiens modernes à s'engager sur cette voie et ne point la quitter (Kerhervé, 1988
  • participera activement, autant des points de vues intellectuels et théoriques que des points de vues concrets et pratiques à cette véritable révolution. culturel ambiant. Les années 1970-1980) sont principalement vouées à l'étude des sites gallo-romains (Locmaria, Roz-Avel). Il s'agit
  • Pennancréac'h), âge du Fer (ferme gauloise des Hauts de Penvillers), époque romaine (sanctuaire de Parc-ar-Groas), Moyen Age (place Laennec et prison de Mesgloaguen), Epoque moderne (rue Elie Fréron). La nouveauté fut doute la pénétration des archéologues dans le centre médiéval à la faveur
  • du Fer l'époque romaine et le bas Moyen Age sont particulièrement brillants. Il faut tout de même se méfier d'une lecture simpliste des cartes de répartition déjà ou susceptibles d'être construites à partir des données des fouille. En effet, les lieux d'exercice de la
  • ). - La reprise et l'analyse critique des documents et plans anciens du Lieutenant Dizot ont permis de localiser la partie septentrionale de la nécropole romaine de Créac'h-Maria. C'est la topographie générale du cimetière qui est changée. Cette modification a des conséquences très
RAP03377_1.pdf ((22)(35). Prospection inventaire nord de la Haute-Bretagne, arrondissements de Dinan, Saint-Brieuc, Guingamp, Rennes, Fougères, Saint-Malo. Rapport de PI 2016)
  • gestion des collections par : C. Bizien-Jaglin Marie-Christine Bertho Jacques Torché Duncan Mallet 5 6 Liste des sites faisant l’objet d’une déclaration de découverte archéologique en 2016 * indique les compléments d’information Département des Côtes-d’Armor 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
  • aérienne Prospection pédestre* Prospection pédestre Prospection pédestre* Prospection pédestre* 8 9 RAPPEL DES PROBLEMATIQUES La problématique de base, à l’origine de toutes les autres, est l’étude de l’occupation du Nord de la Haute-Bretagne. Les données collectées génèrent sans
  • 34 dont 3 compl. info 0 Pédestre 7 dont 7 compl. info 9 dont 8 compl. info Totaux 64 dont 17 compl. info 12 dont 8 compl. info Documentaire 34 dont 3 compl. info 16 dont 15 compl. info 76 dont 25 compl. info Complément d’information = compl. info Tableau 1
  • 2 5 2 1 8 2 2 1 3 0 22 1 4 8 3 6 17 1 3 5 5 3 14 3 4 3 4 0 9 4 2 2 1 0 28 0 2 8 12 6 28 0 4 9 12 3 15 2 2 3 6 2 12 0 2 4 1 4 30 2 1 14 11 2 226 17 34 82 63 29 Tableau 2 : Rythme de découvertes des données aériennes en 2016. Le nombre d’enclos annoncé dans la colonne « inédit
  • car aucune information complémentaire n’a été observée. Les clichés et le fichier excel d’indexation sont consultables sur le CD joint à ce rapport INSEE 1) 22015 2) 22048 3) 22048 4) 22051 5) 22051 6) 22051 7) 22065 8) 22083 9) 22083 10) 22094 11) 22112 12) 22112 13) 22136 14
  • CHRONOLOGIE gallo-romain Période de début : ? siècle : date : Période de fin : ? siècle : date : Indicateur de période : Attribution culturelle : Commentaire sur la chronologie 27 GEOREFERENCES (Coordonnées de l'entité) : Type de fond : IGN 1/25000ème Carte : Carte IGN 1/25000
  • , cartes, plans, photographies etc…) : notice pages concernées Bizien-Jaglin C., 2003 = Chronique de prospection 2002 dans le nord de la Haute-Bretagne, dans Dossiers du Ce.R.A.A., 31, 2003, p. 51-72 Commentaire général sur l'EA
  • gisement gallo-romain à proximité d’enclos. La prospection associée à de la détection a été réalisée sur l'ensemble des surfaces des parcelles 2056, 206,, 207, 208, 210, 211, 212, 213. Exceptés sur le gisement signalé, aucun artefacts significatifs n' a été observé sur ces surfaces
  • briques et de tegulae, 1 fgt probable de céramique sigillée Pour info : 4 fgt de céramiques modernes et médiévales dont 2 grès gris, 2 double tournois. Contexte du mobilier : Lieu de dépôt du mobilier : Ce.R.A.A. Saint-Malo CHRONOLOGIE gallo-romain Période de début : ? siècle
  • -Jaglin C., 2011 - Chronique de prospection archéologique dans le nord de la Haute-Bretagne en 2010, Les Dossiers du Ce.R.A.A. n°39, pages concernées . Commentaire général sur l'EA
  • monnaies antiques Contexte du mobilier : Lieu de dépôt du mobilier : Ce.R.A.A. Saint-Malo CHRONOLOGIE gallo-romain Période de début : ? siècle : date : Période de fin : ? siècle : date : Indicateur de période : Attribution culturelle : Commentaire sur la chronologie 35
  • - Chronique de prospection archéologique dans le Nord de la Haute Bretagne en 2011, Les Dossiers du Ce.R.A.A. n°40, p. 53-82. pages concernées Commentaire général sur l'EA
  • , 867 et 870 Bizien-Jaglin C., Duval J.-F.,1996 = Chronique de prospection archéologique 1996 dans le nord de la Haute-Bretagne, dans Dossiers du Ce.R.A.A., 24, 1996, p. 85-119. Bizien-Jaglin C., Duval J.-F.,1996 = Chronique de prospection archéologique 1996 da Haute-Bretagne, dans
  • : OUI NON Inventeur/informateur T. Huck, D. Gillet SOURCES :(mentionner documents bibliographiques, archives, cartes, plans, photographies etc…) : notice Langouët, Bardel, Gouletquer, 1974 : Découverte de briquetages gallo-romains dans les marais de Dol, Bull.et mém. De la Soc
  • . Archéo. D’Ille-et-Vilaine, LXXVIII, 17-34 Bucur, Langouët, Le Goff, Pozzi, 1975 : Etudes archéologiques et archéomagnétiques des briquetages gaulois et gallo-romain d’Hirel, Les Dossiers du Ce.R.A.A., 3, 119-138. Bizien-Jaglin Catherine, 1992 - Nouvelle approche des briquetages
RAP02361.pdf ((22)(35). nord de la haute-Bretagne. arrondissements de Dinan)
  • d'enclos déjà connus (annexe) 2 4 4 4 2 4 6 8 2 0 0 0 0 Dont nombre d'enclos signalés en 2006 0 2 3 1 3 8 4 1 6 1 2 0 19 Tableau 2 : Rythme de découvertes des données en 2007. La prospection pédestre La prospection pédestre a permis la découverte de 3 nouveaux gisements gallo-romains
  • page 8). 68 ont été jugées trop partielles, douteuses ou correspondant à d'anciens parcellaires, n'apparaissent donc pas dans ce rapport. La détection des enclos par anomalie phytologique a été très restreinte. Seul 24 enclos ou portions d'enclos ont été reconnus. La qualité des
  • la Baie du Mont-Saint-Michel. 6 Date des vols Nombre de données totales observées 27/04/2007 08/06/2007 14/06/2007 16/06/2007 22/06/2007 23/06/2007 28/06/2007 29/06/2007 13/07/2007 20/07/2007 01/09/2007 14/09/2007 28/09/2007 4 13 13 8 12 16 15 14 13 4 5 3 37 Dont nombre
  • ) 2) 3) 4) 5) 6) 7) 8) 9) 10) 11) 12) 13) 14) 15) 16) 17) 18) 19) 20) 21) 22) 23) 24) 25) 26) 27) 28) 29) 30) 31) 32) 33) 34) 22 22 22 22 22 22 22 22 22 22 22 22 22 22 22 22 22 22 22 22 22 22 22 22 22 22 22 22 35 35 35 35 35 35 Lieu-Dit Date d'observation Dolo La Touche-es
  • ou autre ) Structures (illimité) Aménagement indéterminé Doute (?) Affixel tuile Affixe2 Affixe3 Quantité Commentaire sur les structures Gisement gallo-romain INTERPRETATION (les affixes 1 et 2 sont à choisir dans la liste des affixes matière, morphologie ou autre
  • x x X 2007 La Boussac 35034 Gisement gallo-romain Cadastre : Parcelles 430, 432, 446, 447 et 431, 471 ; Section 0B ; du 09/04/2008. Lieu-dit IGN : La Ville Goui Carte IGN : 1216 0, Dol-de-Bretagne, éd. 1998 Coordonnées Lambert : zone 1 X = 306 950 Y = 1 099 820 Altitude NGF
  • ) 17 fragments de tegulae conservés (moyenne 8 cm) 81 fragments de tegulae jetées 3 fgt sigillées matériel moderne : grès normand faïence glaçurée cul noir 1 grès Rhénan médiéval 1 fgt de céramique type atelier de Trans 4 fgt céramique des marais matériel médiéval et moderne : 2
  • . . .) : vedette Rapport prospection-inventaire nord de la Haute-Bretagne 2007 Langouët L., Faguet G., Andlauer L., 1993 = Chronique de prospection archéologique 1993 en Haute-Bretagne et Basse-Normandie, dans Les Dossiers du Ce.R.A.A., 21, 1993, p. 5-16. Cadre réservé au SRA • N° Entité
  • 28 septembre 2007 par C. Bizien-Jaglin. Bibliographie : Langouët L., Faguet G., Andlauer L., 1993 = Chronique de prospection archéologique 1993 en Haute-Bretagne et Basse-Normandie, dans Les Dossiers du Ce.R.A.A., 21, 1993, p. 5-16. 2007 DINARD 35093 Plage de l'Ecluse
  • -inventaire nord de la Haute-Bretagne 2007 Langouët L., Faguet G., Salmon J.-P., 1976 = Chronique de prospection archéologique 1976, dans Les Dossiers du Ce.RA.A., 4, 1976, p. 5-52. Cadre réservé au SRA • N° Entité : • Intérêt Patrimonial : • Information à vérifier : • Date de création
  • remembré et interdit de recaler les données de 1976 sur la parcellaire actuel. Bibliographie : Langouët L., Faguet G., Salmon J.-P., 1976 = Chronique de prospection archéologique 1976, dans Les Dossiers du Ce.R.A.A., 4, 1976, p. 5-52. 5 I CartoExploreur 3D - Copyright IGN
  • tuile Affixe 2 Affixe 3 Quantité Commentaire sur les structures gisement gallo-romain près de la voie romaine Corseul-Avranches (Langouët 1 994). Le site se trouve en bas du versant sud du massif de St Brolade. Le gisement se situe sur la partie ouest de la parcelle. Au sud ouest
  • dépôt du mobilier : Ce.RA.A. Saint-Malo CHRONOLOGIE Période de début : Gallo-romain ? siècle : date : Période de fin : ? siècle : date : Attribution culturelle : Commentaire sur la chronologie x x X GEOREFERENCES Type de fond : X du centroïde : (Coordonnées de l'entité
  • LIEES identification PROTECTIONS ET SERVITUDES LIEES identification Commentaire général sur l'EA identification pages concernées (NGF) 2007 Pleine-Fougères 35222 Gisement gallo-romain Cadastre : Parcelle 17 ; Section ZD ; du 08/04/2008. Lieu-dit IGN : Le Pin Carte IGN
  • la voie romaine Corseul-Avranches (Langouët, 1994). Le site se trouve en bas du versant sud du massif de St Brolade. Le gisement se situe sur la partie ouest de la parcelle. Au sud ouest du gisement une zone en forme de L s' inscrivant dans une surface de 4 m sur 5 environ
  • s'individualise par un manque de croissance de la végétation. . Bibliographie : L. Langouët, 1994 = La voie romaine Corseul-Avranches et son insertion dans le paysage, dans Dossiers du Ce.R.A.A., 22, 1994, p. 47-70. Mobilier collecté : 4 fgt sigillé indéterminé 1 bord Drag 46 (nouvelle