Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3974 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00742.pdf (QUEVERT (22). chemin de Létra. rapport de sondage)
  • QUEVERT (22). chemin de Létra. rapport de sondage
  • fortes pierres en l'axe de la voie, et, d'une manière générale, est bombé. Légende des photographies. Photo A. En se reportant à la planche n° 1, cette photo nous montre l'angle A de la coupe. or> •D £ : o c _J co^seuL Qoeve^i TADEN, M,0, L CORSE U AXE, PL A M su
  • CIRCONSCRIPTION LiîlECTION CES AETIQUIfES oo 2 Dde. .Breiagae. archéologique HISTORIQUES Date d'envoi .28. J A l i l l a t .1978 RAPPORT DE SONDAGE Côtes du Nord QUE VERT Chemin de L é t r a e n t r e g e t 1 1 3 , s e c t i o n D1 Départ a.i ont LTMJ Commune
  • u é en 1977 s u r l e t e r r i t o i r e de l a commune de LA BOUSSAC (même v o i e ) CONTENU DU DOSSItR î I î t t : : j Rapport scientifique. oui Plans Coupes . ,.., , Illustrations Photographies légendées . si •• . . . . î . . . ! • m , i •nriiw wm m • • • i • m m n
  • • • oui oui oui - oui Sondage du Chemin de LETRA, en Quévert. (22) Lieu du sondage. Il a été effectué sur la Commune de Quévert (22), dans la seotion D 1, sur le ohemin connu sous le nom de Chemin de Létra, entre les parcelles 6 et 113* Il avait été prévu de faire ce sondage entre
  • s'agissait de faire une ooupe transversale du Chemin de Létra reoonnu oomme étant la voie romaine Corseul-Avrancheeu Les archéologues l'avait déjà remarquée comme telle au cours des siècles passés, et nous avions étudié (Dossiers n° 5 C.R.A.A. pp 95*) son parcours entre Corseul et Taden
  • . La parcelle de terre n° 114 nous offrait d'ailleurs une indication toponymique d'intérêt : "le champ de la rue." Du point de vue de la méthode, nous avons ouvert un rectangle de terre A-B-C-D (Voir Pl. n° 1), en laissant intact, à l'intérieur de ce rectangle, un autre rectangle E
  • -G-H-I. Nous avons commencé la coupe à proprement parler,en creusant plus profondément à l'emplacement présumé des fossés latéraux. La ooupe réalisée, et suivant nos observations, nous nous sommes servis du plan B-O-H-I (Voir Pl. n° 1) encore intact, dans lequel nous avons alors
  • bien identifié en plan les couches que nous avions remarquées en ooupe. Ceci servait de vérification. A la suite de ces travaux, nous avons donc dressé la planche n° 2 présentant la coupe de la voie. Cinq strates apparaissent alors. 1. - Le sol vierge. 2. - Une couohe de sable
  • , renflée au milieu de la voie. Cette couche de sable est bien visible sur les photos A, B, et C. 3. - Une troisième couche, que nous appelons le "iïudus", composé d'un lit de terre argileuse dans la partie supérieure duquel se trouvaient des pierres, assez importantes dans l'axe de la
  • voie. 4. - Une quatrième couohe, que nous appelons le "Summum dorsum", composé d'un cailloutis, bloqué dans la terre. Sur la photo D, en haut à gauche, l'on distingue aisément un échantillon de ce cailloutis dégagé pour mettre à jour le rudus. 5. _ "d aoI (uCux.t, ôuuA Uquutl AjfruA
  • ojoowji Gu>uJot awajl ûuuNt. de poVuÀe., Impressionnés par les importantes pierres du rudus, nous avons cru bon de dégager (Voir Pl. n° 1) sur un plan E-G-L-K, dont simplement la partie P-O-J-K se trouve relevée sur la Planche n° 3. (Voir les photos D et E,) Le rudus est composé de
  • SONDAGE L'on y voit le fossé, 1» couche de sable, les 2 pierres plates et allongées du rudus ('Cf. Pl. n® 2.) Photo B. Suivant la planche n° 1, l'on voit ici le o3té C.-H. de la coupe. Photo C. Cette photo nous montre la partie gauche (vers le I. 0.) du c8té A .-3. de la coupe
  • . L'axe de la voie passe donc dans l'angle inférieur droit de la photographie. L'on y retrouve nettement les couches de la Pl. a 0 2. Photo D. et S . Ces 2 photos nous montrent le rudus. Mettre en rapport avec la Pl. n° 3. ont Des échantillons du rudus, du cailloutis, de sable, de
  • . et P. Verrière. Du C.ii.A.A I Hademoiselle J . - T . Hamel. Monsieur Loïc-Hené Vilbert. Dinan, le 10 juillet 1978. Loi'o-René VILBERT. I : LÉGENDE. ' -i, Sou Vl'tRGE. ; j l. 5A6LE. I L.R.V. | 3. ARGILE. ' 4. C A Î L L O U T i è . : ; 5.Sol actuel ; COUPE DE LA VûiE. o
  • romaine Nature du gisenont SITE n°4 , 20 Mai 1978 16 e t 17 J u i n 1978 Nature des découvertes effectuées Périodes chronologiques s t r u c t u r e de l a v o i e CORSEUL-AVRANCHES probablement 1 e r s ap J.C PB SERV AT IOÎTS Ce sondage complète un a u t r e sondage e f f e c t
  • les parcelles 2 et 114» mais l'extrême humidité du chemin bordé de 2 talus à cet endroit rendait très difficile le travail» (Voir Pl. n° 4). Date du sondage. Le sondage a été fait le vendredi 16 juin 78, les plans et ooupe furent relevés le samedi 1? juin. Nature du sondage. Il
  • terre argileuse du rudus remis au C.H.A.A. pour étude. Voici les noms des personnes ayant prêté leur concours à ce sondage. De Quévert s M. Le Maire, Messieurs 3 . et D. Araelot, Mr E. Collet, i'r H. Commerouc, Mr J.-P. Gautier, Mr G. Hamon, Mr Kerdilôs, Mr J. Rendez, Messieurs G
RAP00616.pdf (BELLE-ÎLE-EN-MER (56). Bangor et Sauzon. rapport de prospection-inventaire)
  • BELLE-ÎLE-EN-MER (56). Bangor et Sauzon. rapport de prospection-inventaire
  • , crâne humain trouvés en 1916). prospection : poteries, Il s'agit là à nos yeux d'une carence de si l'insularité a pu jouer un rôle répulsif au Mésolithigue récent (mais on sait gue les gens du Mésolithique ont "découvert" la Corse, par exemple), il n'en a pas de même pour les
  • AH DU 28 JUIN 1988 Ce rapport présente les résultats obtenus sur les communes De Bangor et Sauzon par une équipe de prospecteurs dirigée par la Direction des Antiguités de Bretaqne. La recherche au sol s'est déroulée pendant une vingtaine de jours, de fin juin à début juillet
  • d'une étude par l'Inventaire Général des Monuments et des Richesses artistigue de la France, publiée en 1978. Ce manque de données récentes dans le domaine strictement archéologique pose problème au niveau du traitement des plans d'occupation des sols et de l'étude des demandes de
  • permis de construire. Par ailleurs, sur le plan économique, depuis la seconde guerre mondiale, la réqression de la vie rurale a entrainé un dépeu- plement. Ce fait, auquel s'ajoute une orientation vers l'élevage, entraîne gue dix fois moins de terres sont cultivées gu ' au siècle
  • dernier. Ainsi la difficulté se trouve accrue quant à la localisation de sites par prospection et vérification au sol. Autre orientation économique : le tourisme. On constate alors, avec la possibilité de louer sur place des voitures de tourisme ou des mini-jeeps, une nette
  • augmentation des visites automobiles sur les sites pittoresques et naturels, sur des pistes souvent non adaptées à ce genre de véhicules. SITUATION GEOGRAPHIQUE (fig.) Parallèle à la direction générale de la côte, Belle-Ile se situe à 30 km environ de la masse continentale, à 13 km de la
  • pointe extrême de la presgu'île de Quiberon. C'est la plus vaste des îles bretonnes, avec 83 km2, sur une longueur de 17 km pour une laraeur de 5 à 9 km. GEOLOGIE Les 9/10 de l'île sont constitués de micaschistes et de schistes qrauwackeux épimétamorphigues , très riches en
  • à aalets de grès, thyoliteet schiste. De telles intercalations sont connues à la Pointe de Poulden (porphyroïdes, shyolites), par exemple. PREHISTOIRE On admet généralement que Belle-Ile a été isolée de l'ensemble Quiberon- Houst-Hoëdic vers 6 000 à 5 500 avant J.C., à la
  • suite de la remontée des eaux liée à la transgression flandrienne. Contrairement à cet ensemble, aucun site antérieur au Néolithique n'est connu sur l'île. Mais il est vrai que les vestiges préhistoriques repérés sont tous hors sol, à une exception près (Tourbière du Potager = sitex
  • monuments correspondants n'étant pas rares sur l'île. Si des menhirs sont connus à Belle-Ile (Jean et Jeanne étant les plus célèbres), il est particulièrement remarguable gu ' aucune sé- pulture mégalithigue n'y a jamais été décrite. Ceci peut-être dû à la fois aux matériaux locaux
  • disponibles et à un particularisme funéraire lié aux conditions insulaires du lieu. Ce fait, au vu de l'abondance des dolmens et dérivés du Vannetoir, méritait d'être noté. Huit tumulus et quatre "champs" de tumulus, principalement répartis sur la moitié sud- sud-ouest de Belle-Ile
  • , montrent le forte implantation des populations de L'Age du Bronze sur l'Ile. Un dépôt de type "langue de carpe" découverten 1820 à Calastren (Bangor) atteste la continuation de l'occupation de Belle-Ile lors du Bronze final. AGE DU FER Cette période est représentée sur Belle-Ile par
  • ) est de 18 000 m2 . Aucune certitude sur l'occupation gauloise à l'intérieur de l'île n'existe ; tout au plus peut-on envisager l'hypothèse d'une présence de soutérrains de l'Age du Ter, connus par ailleurs sur l'ensemble de la péninsule armoricaine, en se référant à des mentions
  • anciennes faisant état de la découverte de "grottes souterraines" ou "garennes". EPOQUE GALLO-ROMAINE L'occupation gallo-romaine de Belle-Ile était attestée par une vingtaine de découvertes, dont la localisation précise reste à préciser sur le terrain. Malgré l'absence d'informations
  • plus développées, on peut constater toutefois gue les principales découvertes indiguent une occupation et mise en culture du plateau intérieur et une absence de sites sur la côte. Aucun vestige immobilier hors sol n'est connu sur l'île. Par ailleurs, comme on l'a signalé plus haut
  • , l'abandon des cultures et la transformation des terres labourées en prairies ont rendu difficiles les re-localisations des gisements anciennement connus. PERIODES MEDIEVALE ET MODERNE Mise à part des édifices religieux et les fortifications militaires de l'épogue médiévales, il n'est
  • pas possible dans l'état actuel de nos connaissances d'établir une carte d'archéologie médiévale et moderne. Circonscription des Antiquités de Bretagne DECLARATION DE DECOUVERTE D'UN SITE ARCHEOLOGIQUE - RECHERCHE EFFECTUEE : Année : | °)
  • Protection existante : (Lu^ VVAMS^. 0 a^A^ùioc\îq ^ji ^ ta ^ M I OCCUPATION DU SOL : Cultures, prairie, lande ou friche, forêt, bâti, autre. Référence des photograohies : IMPORTANT : Joindre à cette fiche une photoaraohie et/ou un schéma de local isation, Circonscription des
  • schéma de localisation. Circonscription des Antiquités de Bretagne DECLARATION DE DECOUVERTE D'UN SITE ARCHEOLOGIQUE RECHERCHE EFFECTUEE : Année : |9$S auteur : B ATT M REFERENCES ADMINISTRATIVES : commune (s) : j3tV^p£- Département : P€r Ba^û^f^^0 T£R£Er5 Lieu-dit du
  • : IMPORTANT : Joindre à cette fiche une photographie et/ou un schéma de localisation. Circonscription DECLARATION des Antiquités DE DECOUVERTE de Bretagne D'UN SITE ARCHEOLOGIQUE - RECHERCHE EFFECTUEE : Année : ]^*TTT / M (JteujL - REFERENCES ADMINISTRATIVES
RAP00784.pdf (onze communes du département des Côtes d'Armor. rapport de prospection inventaire)
  • onze communes du département des Côtes d'Armor. rapport de prospection inventaire
  • P.R. GIOT - C.-T. LE ROUX ++++++ PROSPECTIONS AERIENNES COTES-VU-NORV Direction lie la Circonscription fies Antiquités Préhistoriques de BRETAGNE PLOUGUERNEVEL, St-Jean foi AstiQuIlés Prsîîls de BRETAGNE PLOUAGAT, Guerbriac Direction fie la Circonscription
  • des Antimites Frénistoriques de BRETAGNE PLUSSULIEN, Kergolen
RAP00424.pdf (CORSEUL (22). Saint-Uriac. rapport de sauvetage urgent)
  • CORSEUL (22). Saint-Uriac. rapport de sauvetage urgent
  • CORSE U L 1976 Fouilles de S Uriac A. BARDE L CORSE UL 1976 Fouilles Université de Laboratoi re Directeur: H- Bretagne a" Archéologie L. PAPE de SÎ-Uriac Fouille e.' Rapport A. BARDEL CORSEUL 1976 -»-:-:-t-;-t- La construction de 1*usine de mise en
  • , et elle s'est déroulée du 22 Mars au 4 Avril, avec l'aide matérielle de la Circonscription des Antiquités Historiques et de la Société Archéologique de Corseul. Les sondages ont été effectués selon le système Mheeler, par une fouille stratigraphique à 1*intérieur de carrés de 4 m
  • bouteille d'eau de source -située à proximité de la route flinan-Corseul (R.N. 794), au lieu-dit SAINT-URZAC (parcelle Cadastrale 682, Section G—H)- et de l'aire de chargement entourant le bâtiment a amené la découverte fortuite de 3 urnes funéraires. Le nivelage de l*aire de chargement
  • a nécessité le déblayage de la terre végétale et d'un remblai d'argile sur une assez forte épaisseur, faisant apparaître des poteries dans le talus limitant cette surface. C'est là que Monsieur Le Fol, domicilié à Dinafcd et auteur de nombreuses prospections et découvertes dans la région
  • de Cor seul, a récupéré 3 pots presque complets, bien qu*entamés en partie par la pelleteuse utilisée pour les travaux. Ces poteries ayant été par la suite communiquées aux Antiquités Historiques de Bretagne par 1*intermédiaire de la Société Archéologique de Corseul, une campagne
  • de fouilles s. pu être organisée, grâce a la compréhension des propriétaires de 1«usine, Monsieur et Madame Rouault, de Corseul. Cette feuille a été confiée par Monsieur Sanquer, Directeur des Antiquités Historiques, au Laboratoire d'Archéologie de la Faculté de Lettres de Rennes
  • chargement, après repérage de l'emplacement où étaient groupées les 3 urnes découvertes par Monsieur Le Fol (cf. pl. 2, Plap dos Sondagej. Les urnes mises au jour fortuitement y sont signalées par ). Cet emplacement est englobé dans le sondage C-31, dont on a seulement la paroi Sud
  • sondés par deux puits-pilotes de 1 m. x 1. Enfin, la berme séparant C-31 de B-31 a été fouillée méthodiquement après que les débris d'une urne aient été repérés en limite de cette berme (cf. pl. 2, um MÊÊSÊÊÊ * La stratigraphie, assez simple, se retrouve sur l'ensemble des
  • sondages (cf. pl. 3« La paroi Sud du puitspilote de B-31 sert de module et reproduit exactement les parois des autres sondages). 1 - Terre végétale sur 20 è 30 cm en moyenne. 2 - Remblai d'argile brune assez compacte d'une épaisseur relativement importante (50 cm environ). pl
  • ** .°, S- ▼Lentille ■ **m J u v et brune de charbon r» 6 Argile grise 2 Argile brune 4 Terre + Charbon rj Argile jaune Substratum H lll 5 - v Couche de transition assez imprécise, formée d'interférences entre argile brune et grise, dont la présence est due, Irralsemblablement
  • , à la nature marécageuse du terrain. Elle doit se rattacher en fait à la couche d'argile grise ci-dessous• 6 - Argile grise poudreuse et très tassée, contenant beaucoup de parcelles de charbon, épaisse de 15 cm environ. 7 - Argile jaune du substratum, compacte et stérile. La paroi
  • urnes découvertes fortuitement étaient apparemment enfouies dans une inclusion similaire, mais dont le fond atteignait le niveau inférieur de la couche grise. 4 - Terre argileuse avec inclusions charbonneuses} se différencie de la précédente, mais en constitue probablement le
  • prolongement en hypsométrle et en plan, on peut cons- (1) La numérotation des couches est la même que celle utilisée dans la légende de la pl. 3, afin de faciliter les comparaisons • - 4 - tater (cf. pl. 3) que l'emplacement des 3 premières urnes est marqué par une lentille de cette
  • sorte, qui n'est que la "marge" de l'inclusion où elles étaient enfouies (inclusion située à 40 cm environ en avant de la coupe). 5 - Couche de transition. 6 - Argile grise. matériel h4ologique : Il est constitué essentiellement par les urnes funéraires, le reste ne contenant
  • pratiquement pas d'éléments de datation. Il permet cependant de distinguer 2 niveaux t • Un niveau de remblai représenté par la couche d'argile brune. • Un niveau d'occupation où sont enterrées les urnes. 1 - La terre de surface contient quelquee parcelles de briques et quelques tessons
  • sans Age. 2 - Le remblai d'argile brune renferme, en petites quantités, des fragments de *tegulae", des scories et des tessons de poterie commune, assez grossière (cf. pl. 8, fig. 6 - 7 - 8-). A côté de formes gallo-romaines, on trouve de la céramique grésée et même quelques tessons
  • modernes. 3 - Dans la couche de terre charbonneuse, découverte d'une urne funéraire en place, contenant encore ses cendres. C'est unisse en terre rouge, assss grossier, très friable, éventré en partie sur le col et l'épaulement. Il est haut de 24 cm. (cf. pl. 7, urne S)» Il oat de forme
  • tronconique è épaulement peu marqué formant une courbe régulière avec le col, assez long, très peu éversé, au rebord aplati. Pond légèrement cambré. Surface brun-rouge avec traces de fumée . Dans la même couche, à la limite de la berme Nord de B—31, on a recueilli les fragments d'une
  • urne brisée, de forme simple et grossière, d'une hauteur de 15 cm (cf. pl. 6, urne 4). Ces fragments très fragiles, mais assez importants, se rapportent à un fond de poterie trouvé précédemment, dans la couche d'argile brune, quelques 15 cm plus haut, mais au même emplacement
  • , noire par endroits, et relativement luisante. Le fond est plat. Un objet de fer, d'une longueur de lb cm, très oxy- dé, a été relevé à quelques centimètres de l'urne, dans la même couche mais à un niveau légèrement supérieur, et accompagné de noyaux de charbon. Cet objet est
RAP00157.pdf (BERNÉ (56). forêt domaniale de Pont-Calleck. rapport de sauvetage urgent.)
  • BERNÉ (56). forêt domaniale de Pont-Calleck. rapport de sauvetage urgent.
  • 11 Figure n° 12 Figure n° 13 Figure n° 14 ANNEXE Au début de l'année 1974, la Circonscription des Antiquités Historiques de Bretagne était avertie par M. BOSSARDHT, Directeur du Centre de Gestion de l'Office National des Forêts à Quimper, de la découverte par M. GOURDEN
  • , technicien, de traces d'habitation en forêt de Pont-Calleck, sur le territoire de la commune de BERNE (Morbihan). Après une visite sur le site dans le courant du mois de juin, une campagne de relevés fut organisée du 5 au 15 août 1974 par la Circonscription avec le concours bénévole de
  • . A 12 m au Nord de la cabane C5 et au bord de la limite de coupe, existe un monticule de pierre (T du plan du site 1) d'im de haut sur 4 m de diamètre, qui fait penser à une tombelle. Plusieurs tombelles ont été recensées en forêt de Pont-Calleck par la Circonscription des Antiquités
  • navigations en Méditerranée. Les talayots des Baléares. La Corse : torres et Shardanes. Les nouraghes de Sardaigne. 9. - PIERRES GRAVEES, STELES ET STATUES-MENHIRS. Les bateaux Scandinaves. Les cultes de la fertilité. Le Val Camonica. Lè dieu-Cerf. Monte-Bego. Les dernières Déesses-Mères
  • CIRCONSCRIPTION ARCHEOLOGIQUE DE BRETAGNE DIRECTION DES ANTIQUITES HISTORIQUES Date d'envoi : 12 février 1977 RAPPORT DE FOUILLE DE SAUVETAGE LIEU Département Morbihan Commune Berné Forêt domaniale de Pont-Calleck Cadastre DATES INTERVENTION — coupe 12 A Autorisation
  • (n°, Date) n° 11 Intervention (début et fin) 13 au 31 juillet 1976 Années Antérieures d'intervention 1974 Responsable J.P. BARDEL ' '—— reboisement de la coupe 12 A 80 m2 SITE Extimation de l'étendue du gisement 1,5 ha Nature du Gisement médiéval et post médiéval
  • Habitats groupés en village. Période chronologique XV-XIX0 siècle. OBSERVATIONS CONTENU ' DU 1 rapport 2 plans DOSSIER 1 planches poteries 15 photos 1 extrait sur travaux 1974 En 1974 la Direction des Antiquités Historiques de Bretagne effectuait le repérage de 2 ensembles de
  • structures médiévales en forêt Domaniale de Pont-Calleck sur la commune de Pont-Calleck- BERNE (Morbihan), (cf. Annexe). Le site I fut alors relevé quant à lui en détail. Le site II ne l'était qu'en 1976 durant la fouille de l'un des habitats, (cf Plan d'ensemble des Habitats
  • ), L'opération s'est déroulé du 14 au 31 Juillet 1976 avec le concours bénévole de M. Mme BARDEL, membres de la Société Lorientaise d'Archéologie, Mme A. BARDEL, du Laboratoire d'Archéologie de 1•I.A.R.E.H., M. S. DIMIER, Melle A. BOURDEAU, professeurs, S.I. RAMIER, étudiante, R. FISSELIER
  • également étudiante. 1 - Le;Relevé du Site II (Coupe 12 A) L'ensemble du site II se trouve dans la coupe forestière 12 A, au centre de la zone reboisée dans un bois taillis, témoin de la flore existant avant le reboisement. DESCRIPTION : 12 Les Talus Contrairement au site I repéré dans
  • la coupe 11A, les habitats sont répartis dans.des zones limitées par des talus. Ces talus sont pour beaucoup affaissés et leur hauteur varie de 0,50 m. à 1,50 m. pour une largeur de 2 à 3 m. à la base, (cf Plan d'ensemble des habitats). Ils ont été repérés sur le plan par des
  • lettres alphabétiques en commençant par les talus orientés E/W (A à E), et en finissant par ceux orientés N/S. 2g Zone AFBG. C'est un grand enclos grossièrement trapézoïdal. Il est au bord de la coupe 12 A, au Nord. Il est entouré par un talus de 30 m. N/S sur SO m. E/W., dont la
  • . On y accède par une porte de 3>00 m. située sur le talus J, entre le talus C et l'habitat 18. Les talus qui la délimitent sont peu élevés en A, G et B (sauf à la jonction A-G), et par contre importants du côté J (1,50 m.). Contrairement à la zone AFBG, on observe ici deux ensembles
  • d'habitats situés de part et d'autrede l'entrée. Le premier ensemble est constitué par la cabane 18 rattachée à une courette limitée par les talus K et J et un retour de J situé au Sus face à la cabane. Cette courette de fonte ovale fait 12 m. sur 25 m. Le second est pris entre les talus
  • BCJ. Trois habitats accolés de forme rectangulaire, (19» 20, 21), ferment au Nord une courette rectangulaire définie par les talus B, J, C. 4-g Zone BHD Cette zone n'est définie qu'à l'W., au S., et à l'E., avec les talus B, H, D. Au N. de l'allée Forestière qui borde la coupe 12
  • A, se prolonge vraisemblablement la zone d'oc cupation. Au N/E du talus D aucune limite n'est vraiment visible. On se trouve, semble-t'il, dans une zone de passage communiquant avec la zone MD. On observe également 3 passages : - 2 sont aux extrémités du talus H, - 1 est dans le
  • cour de forme triangulaire orientée N/W-S/E, flanquée à l'W. d'une habitation (n° 5). Cette cour communique avec la zone BHD par 2 portes, décrites ci-dessus, et situées aux deux éxtrémités du talus Ht Si le talus D est élevé (l m.) pour sa part, il n'en est pas de même pour les
  • talus H, I, B : B mesure 0,60 m. de haut en moyenne, H 0,50 m., et I par endroits est au niveau de la cour triangulaire mais surplombe la zone JBIL de 0,50 à 1 m. 6° Zone MD Elle a pratiquement disparu après le reboisement à l'Est du site. En effet on peut y observer, dans la zone
  • dans un lieu de passage. Toutes les zones adjacentes communiquent avec elle par une porte (exceptée la zone BHDI2) ; de plus sa largeur (10 m.), et le fait qu'il n'y ait pas d'habitats, semblent confirmer cette hypothèse. 89 Zone EM Limitée par les talus E et M, elle n'a plus à
  • l'heure actuelle que trois magnifiques habitats (ng 6, 7 et 8), qui ont été conservées au moment du reboisement. le reste de cette zone a été détruite au N-E, à l'E, et au Sud. Une prorte d'accès (6 m.), immédiatement au N de l'habitat 6 permet d'y accéder. 9 9g Zone EL C'est la plus
RAP00955.pdf (VANNES (56). 13 rue André de Kerdrel. rapport de sondage)
  • VANNES (56). 13 rue André de Kerdrel. rapport de sondage
  • MINISTERE DE LA DES GRAh JRE. DE LA GOMMUNICATIC RAVAUX ET Ou DU Dl BICENTENAIRE ^tN PREFECTURE DE LA PEGiCN DE BRETAGNE DIRECTION REGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES CIRCONSCRIPTION DES ANTIQUITES HISTORIQUES ET PREHISTORIQUES S, rue du Chapitre 35044 RENNES CEDEX Tél
  • , objecteur de conscience à avec l'aide de Laurent la Circonscription des Antiquités. Aucun vestige archéologique n'a pu être mis en évidence. Seule la terre, localisée immédiatement au contact du sol naturel, tessons d'époque gallo-romaine, en général usés. recelait quelques
  • . : 99.79.21.32 VANNES - 13 rue Audren de Kerdrel RAPPORT DE SONDAGE o)\ °W J>^~ . cA, Nous avons effectué quatre tranchées de sondages le 13 juillet 1989 sur la superficie accessible du terrain cadastré sous les n°s 91 et 192 p de la section AD du cadastre de VANNES, BEUCHET
  • L'hypothèse de champs ou de jardins à cet emplacement de la ville romaine est vraisemblable. FAIT A RENNES, le 25 septembre 1989 LE CONSERVATEUR, H A H • N A J J t i Ci c i.i-i j / {oo i OIT bo n n f r t iom u r i r t v r » r v' f t ; f • c K T \ o n
RAP01030.pdf (LA TRINITÉ-SUR-MER (56). Kermarquer. rapport de fouille préventive)
  • LA TRINITÉ-SUR-MER
  • LA TRINITÉ-SUR-MER (56). Kermarquer. rapport de fouille préventive
  • / f CIRCONSCRIPTION ARCHEOLOGIQUE DE BRETAGNE DIRECTION DES ANTIQUITES PREHISTORIQUES - p ^ Date d'envoi s 9 J0 L |Aw 107 % Jniï. ! j I J RAPPORT DE..Ç4U1TO54®.. LIEU Morbihan LA. TRINITE SUR MER Kermarker 175-174 sect.l(emprise du CD 186) DATES 76-01 du 5 Janvier 1976
  • tumulus Nature des découvertes effectuées Structures architecturales (mur de parement et structure du tumulus) Néolithique moyen (avec intrusions historiques) OBSERVATIONS CONTENU DU DOSSIER Opération menée a la demande des services de l'Equipement et avec l'aide de la subdivision
  • Circonscription dé Bretagne axe du projet Dept. : 5" 6 Commune : Trinité J mer Lieu-dit : ket mà. refluer N° : Zm Relevé : y/ Da, « : 8 J~PNvieR -jffç Mise au nef : yl f ecer MINISTÈRE D'ÉTAT - AFFAIRES CULTURELLES ANTIQUITÉS PRÉHISTORIQUES Circonscription de Bretagne
  • Dept. : 5"6 Commune : La. Trinité /mer Plan de référence Lieu-dit : tVermar^uer N°: J Relevé : V Jl Date: 8 Janvier AWc Mise au net : Y Xecerf Plan de référence
  • 6 au 10 Janvier 1976 Années antérieures : d'intervention INTERVENTION : Néant (sauf feuilles 1866, 1867, 1888, restauration 1927). M. LECERF, Agent Technique Travaux routiers 100 M2 environ Estimation de l'étendue du gisement SITE 300 M2 environ Dolmen à couloir sous
  • Ijuiberon-Belle-Ile, préalablement à une modification d'un projet de rectification routière qui aurait gravement endommagé le monument. Rapport scientifique Plans et coupes Planches de dessins Photographies légendées Copie lettre à M, l'Ingénieur T.P.E. dé Quiberon-Belle-He et 3 plans
  • joints. 2 planches de photos. \ A03o i—* (XA^CVJL^ ,A ^O-I^VWJL t. tX_c-c i>—— _ 3 1 J\J\J- fl * «6L (\***A^U*^ C M^k' ) 1m limite du ' ' décapage actuel L> V fouille limite de dégagement MINISTÈRE D'ÉTAT - AFFAIRES CULTURELLES ANTIQUITÉS PRÉHISTORIQUES
RAP03088.pdf (MONTENEUF (56). Inventaire, description et cartographie des blocs de la parcelle 1 du site archéologique des Pierres Droites. Rapport de PT 2014)
  • MONTENEUF (56). Inventaire, description et cartographie des blocs de la parcelle 1 du site archéologique des Pierres Droites. Rapport de PT 2014
  • Association les Landes INVENTAIRE, DESCRIPTION ET CARTOGRAPHIE DES BLOCS DE LA PARCELLE 1 DU SITE ARCHÉOLOGIQUE DES PIERRES DROITES – RAPPORT DE PROSPECTION ARCHÉOLOGIQUE – (Morbihan, commune de Monteneuf) Claire TARDIEU Janvier 2015 Cette opération a été réalisée avec les
  • financement de : Conseil Général du Morbihan Service Régional de l'Archéologie Guer communauté L’association les Landes La commune de Monteneuf 1 REMERCIEMENTS Nous tenons tout d'abord à remercier Christine Boujot. Elle nous a suivie et soutenue tout au long de la réalisation de ce
  • travail. Elle nous a consacré du temps, non seulement dans la réalisation de la fiche mais également sur le terrain. Merci à également à Olivier Agogué qui a rapidement cru en ce projet, et nous en soutenu tant lors de sa conception que sa réalisation. Nous remercions également ici
  • Pierre Jegouzo qui est venu sur place et nous a fait part de ses observations de géologue. Merci à Rémy Langlois qui, durant un stage de deux mois, a mis en évidence le potentiel de prospection de cette parcelle. Nous remercions aussi le propriétaire des parcelles, la Communauté de
  • la commune de Monteneuf et particulièrement à Philipe Ermel pour son nettoyage des blocs et sa réactivité. 2 INTERVENANTS Prospection Claire TARDIEU (association les Landes) Bénévoles Jacqueline Gouelleu Gildas Bregain Béatrice Danière Damien Boudot Patrick Perez Vérane
  • : Projet de valorisation, gestion concertée naturelle et archéologique et connaissance archéologique du site Surface prospectée : 2 hectares FINANCEMENTS Subventions Conseil Généra du Morbihan Ministère de la Culture DRAC/SRA Autofinancement Commune de Monteneuf Guer Communauté TOTAL
  • ........................................................................................................12 I–2–2 – Phase de terrain ; méthodes de la prospection .............................................................12 II- Résultats de l’opération.................................................................................................................21 II– 1 – Un site
  • ..............................................................................................................................42 6 I - CONTEXTE DE L'ETUDE I–1 – Le site des Pierres Droites I–1–1 – Localisation Monteneuf se situe au Nord-Est du département du Morbihan, à 20 Km à l’Est de Ploërmel et à 50 Km au Nord de Vannes (cf. fig. 1). Le site archéologique des Pierres Droites est implanté sur la
  • partie Est de la commune, en direction de Guer (cf. fig. 2). Figure 1 – Carte de localisation de Monteneuf dans la région Bretagne 7 Figure 2 – Carte de localisation du site archéologique (signalé par la flèche violette) sur la commune de Monteneuf et avec les limites du périmètre
  • de classement en réserve naturelle Le site est divisé en deux parties par la départementale D776. Une grande partie du site est actuellement sur des propriétés publiques acquises par la commune ou la communauté de communes du pays de Guer. D’après Y. Lecerf, le site s’étend au
  • minimum sur 7 hectares. L’ensemble de la surface est protégé par la réserve naturelle régionale des Landes de Monteneuf. Le site se trouve sur le versant Sud-ouest d’une ligne de crête qui culmine à 158 mètres au niveau de la Lande des 5 chemins. La majorité du site se situe au-dessus
  • bord Nord d’une unité géologique, connue sous le nom "d’ellipse de Réminiac" et fait partie du grand ensemble des schistes pourpres caractéristiques de la région issue de la formation de Pont-Réan. À proximité, 5 allées couvertes se répartissent sur des points élevés du secteur (cf
  • aménagements parcellaires, des équipements routiers et des chemins pare-feu. Enfin, la pratique du « palis », ainsi que d’autres activités artisanales, a certainement eu un impact sur le site puisqu’il a alors servi de carrière à ciel ouvert. 8 I–1–2 – Les données avant prospection La
  • première indication du site remonte à 1825, par le Chanoine J. Mahé, qui cite la présence de « 7 à 8 pelvans dans le secteur » (Mahé 1825). Par la suite, ce site sera régulièrement signalé par d’autres M. Cayot Delandre (1847), Rozenzweig (1863), J.-M. Le Mené (1894), l’Abbé Leclaire
  • (1915), puis par plusieurs membres de la Société Polymathique du Morbihan, en visites répétées à partir de 1930. Enfin, il est à noter que la tradition de Monteneuf était d’envoyer les enfants, « les patoux », garder les troupeaux dans les landes et particulièrement autour des
  • menhirs qui étaient un repère visible dans le paysage. Tous les anciens que nous avons pu rencontrer à ce sujet, comme le maire de Monteneuf, Mr Orhan, nous disent avoir vu 3 pierres encore dressées lors de la re-découverte du site dans les années 70. Nous n’avons pas ici cherché plus
  • avant les raisons de l’écart entre ces observations, toutefois il serait intéressant de s’y pencher plus précisément. C’est suite à cette redécouverte liée à des incendies qui ont ravagé les landes au moment des sécheresses des années 70 que la DRAC a été contactée et a décidé d’y
  • bloc sur la parcelle 1 : le 138 (communication orale). Il s’agit d’un bloc coupé presque au niveau du sol mais encore debout. L’emprise de la fouille est un cercle de 2 mètres autour de ce bloc. Il a ainsi pu mettre à jour le fait que ce bloc était encore fiché dans son calage
  • d’origine. Nous disposons donc là d’un indice témoignant à nouveau de l’extension du site au delà de la partie fouillée extensivement. 9 Figure 4 – Carte retraçant l’extension du site et l’ensemble des opérations archéologiques menées La fouille a permis d’apporter des éléments de
  • compréhension à la fois sur les époques historiques et préhistoriques. Ainsi, d’une part il a été observé l’impact de l’autorité religieuse au Moyen Age (destruction de symboles païens) et, d’autre part, il a été mis au jour des traces exceptionnelles sur le débitage et la manutention des
RAP00968.pdf (PLÉNEUF-VAL-ANDRÉ (22). la ville Pichard. rapport de sondage)
  • PLÉNEUF-VAL-ANDRÉ (22). la ville Pichard. rapport de sondage
  • D'ÉTAT - ANTIQUITÉS AFFAIRES CULTURELLES PRÉHISTORIQUES Circonscription de Bretagne Dept. : 2 2 Commune : P/éneu P Lieu-dit: N° : la V,lle Date: P i chard Juin 19 80 Relevé : Z/ecerP Mise au net : V I y 1 % i \ ( c h a m b r e Chambre H
  • \ \% MINISTÈRE D'ÉTAT ANTIQUITÉS - AFFAIRES CULTURELLES PRÉHISTORIQUES Circonscription de Bretagne Dept. :ZZ Lieu-dit: Commune : la N°: Ville Date: PLENEUF P i c h ard Jum 1980 Relevé : /¿eterf Mise au net : VJL c h a m b r e n° I MINISTÈRE D'ÉTAT - ANTIQUITÉS AFFAIRES
  • INTERVENTION DE SONDAGE SDR LE CAIRN MEGALITHIQUE DE LA VILLE-PÏCHARD PLENEUF-VAL-ANDRE (COTES-DU-NORD) Devant l'évolution extrêmement rapide de la situation foncière aux abords de l'agglomération balnéaire du Val-André, le Département des Côtes-du-Nord envisage
  • l'acquisition d'un "espace vert littoral". Face à cette situation, il importe donc de situer exactement par rapport au parcellaire actuel le cairn à trois dolmens de la Ville-Pichard, classé Monument Historique en 1965 (référence archéologique : 22/186/002), et par la même occasion d'en
  • . F . LE PROVOST, Correspondant pour le département cité et M . G. MENARD, affecté à la circonscription au titre du Service National Civil. Le monument se situe dans un landier qui surplombe la mer, au Nord du lieudit la Ville Pichard. Ses coordonnées Lambert sont : X • 240,3, Y
  • - 111,2 de la Zone I. La parcelle qui supporte le monument est cadastrée sous le N° 212 de la sectéon S. Avant de pouvoir entreprendre les relevés topographiques et plans divers qui motivaient notre intervention, nous avons dû nous livrer à une très longue séance de dëbroussaillage. Le
  • monument était invisible du chemin côtier tant les ajoncs et ronciers étaient denses sur toute cette lande. Ce travail que nous avons effectué à la faucille et au croissant, nous a permis de dégager un cairn très arrasé de forme oblongue dint la plus grande dimension atteint 20 m alors
  • que la largeur moyenne est de 12 m . 968 Trois chambres funéraires orientées Sud-Ouest - Nord-Est sont inscrites dans le c a i m , elles s'ouvrent par des couloirs assez étroits vers le Sud-Ouest. Le monument très dégradé ne comporte plus qu'une seule assise pierres au niveau de
  • l'extrémité sud-ouest du de couloir. Sur la façade sud- ouest deux à trois assises de petits blocs posés I plat forment le parement de maçonnerie sèche. Sur la partie sud du cairn un appendice composé de blocs et de terre vient se greffer. Il s'agit probablement des déblais de la
  • fouille ancienne par F . F0SNII1 a la fin du siècle dernier. Les chambres qui étaient probablement construites en tholos ont été écrêtées jusqu'au niveau du parement formé par les blocs plantés devant la maçonnerie de pierre sèche. Pour cette raison, elles sont mieux conservées que
  • le reste de la construction. Elles gardent une hauteur de mur voisine de 40 cm voire mime 80 cm par endroit dans la chambre N° III. La chambre N* I, sub-circuîaire d'un diamètre moyen de 3 m , est ouverte sur un couloir légèrement désaxé vers l'Est. Le couloir long de 4 m , très
  • étroit au niveau de la chambre, 50 cas, va en s'élargissant sur son extrémité sud-Ouest : 1,30 m . Bans sa partie sud-ouest, ses parements sont très dégradés, alors qu'aux abords de la chambre, bénéficiant de pierres plantées en parement devant la maçonnerie, il est en meilleur état
  • de conservation. La chambre W II est c" culaire avec un diamètre de 3 m . Le cou- loir aux parois parallèles s'ouvre dans l'axe de celle-ci. Loçg de 4,20 m , il est mieux conservé que le précédent grâce lâ encore à la présence de blocs plantés en parement devant la maçonnerie
  • de pierres sèches. L'angle sud-ouest est cependant entamé. La chambre N" III est celle qui a le plus souffert. La Nord-Est du parement a complètement disparu. Ceci peut paraître surprenant puisque c'est dans cette chambre que les parois restantes sont conservées sur la plus
  • grande hauteur, elles atteignent en effet 80 cm. Cette salle paraît ©trïTô la plus grande, circulaire son diamètre moyen se situe â 3,20 m . Elle s'ouvre sur un couloir assez large, 70 cm, placé:dans son axe. Les deux parois parallèles du couloir ont été là aussi protégées par des
  • blocs plantés devant la maçonnerie sèche. Il est 8 noter cependant que ce dernier est plus court que les deux précédents, sa longueur totale n'excède pas 2,70 m . En conclusion, cette opération de levé de plan et de topographie nous a permis d'établir un plan précis de ce c a i m
  • mégalithique de la période néolithique, semblable à ses voisins que sont B a m e n e z , Gaignog et Cajm situés plus S l'Ouest sut la côte nord. Le travail topographique a situé avec la précision nécessaire le monument dans un parcellaire enfermé sous une végétation abondante* MINISTÈRE
  • CULTURELLES PRÉHISTORIQUES Circonscription dé Bretagne Dept. .ZI Lieu-dit : N°: Commune : P LE la Ville Date: NEUF Pichard Juin 1380 Relevé :Y. ¿ecerf Mise au net : / / C h&mbre •-'A'" XV f. 1 u' n* H MINISTÈRE D'ÉTAT - ANTIQUITÉS AFFAIRES CULTURELLES PRÉHISTORIQUES
  • Circonscription de Bretagne Dept. : ZZ Lieu-dit: N° : PLENEUF Commune : \ a Ville Date: PicViard Juin 1980 Relevé: y/eter/Mise au net: C hambre r n° y / ni . . *. V ^ A M:V- ' r V I c-r f -\ r v ri f CL , ...
  • vérifier l'état de conservation et d'en faire un relevé complet, dans son état actuel, les plans étant par trop schématiques. Cette opération a été effectuée les 4 et 5 juin 1980 sur une autorisation de sondage urgent. Le travail sur le terrain a pu être effectué avec le concours de M
RAP01033.pdf (AUGAN (56). la ville Costard. rapport de fouille préventive)
  • AUGAN (56). la ville Costard. rapport de fouille préventive
  • CIRCONSCRIPTION ARCHEOLOGIQUE DE BRETAGNE DIRECTION DES ANTIQUITES PREHISTORIQUES 7602 RAPPORT DE, LIEU FOUILLE DE * jj^jj i; 1 Date d'envoi SAUVETAGE Morbihan : A U 8A K La Ville-Costard Parcelle N° 21 section Z I 75 - 09 DATES 6 du HSaoût 1975 août 1975 Néant
  • 1975, le Docteur R. MOLAC, médecin à Guer (56), informait M. LE ROUX, Directeur de la Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne, que lors des travaux connexes du remembrement d'Augan, les engins avaient mis au jour une petite tombe renfermant des débris de poterie
  • OBSERVATIONS CONTENU DU DOSSIER Rapport scientifique Plans et coupes Planches de dessins..... Photographies légendées. 2 pages de texte 2 planches 1 planche de 3 vues , LE DIRECTEUR i033 FOUILLE D'UNE TOMBE PROTOHISTORIQUE A LA VILLE COSTARD EN AUGAN (MORBIHAN) Le 31 juillet
  • . Le 6 août 1975, nous nous rendions sur place afin d'effectuer une fouille de sauvetage. Celle-ci dura une journée. La tombe est située en bordure du chemin d'exploitation, au Sud de la parcelle 21 section ZI du cadastre, S proximité d'un four à pain, sur la propriété de M. MINIER
  • , propriétaire-exploitant demeurant à la Ville Costard. La Ville Costard se trouve 3 km â l'Est d'Augan, à 400 m au Nord de la RN 772. A notre arrivée, deux dalles brisées verticales apparaissaient dans la coupe. Elles furent mises au jour lors de l'élargissement du chemin d'exploitation
  • . Nous avons entrepris de fouiller la tombe en effectuant des décapages successifs sur une surface d'un mètre carré. Le coffre est constitué de deux dalles verticales en schiste ardoisier N-S. hautes de 45 cm et épaisses de 5 cm, orientées On ne peut préciser leur longueur, toute la
  • partie sud ayant été démolie par un engin de travaux publics. Ces dalles reposent directement sur le schiste briovérien altéré ("cosse" en langage vernaculaire) qui constitue le fond de la tombe. La paroi nord est formée par un muretin de petites plaques de schiste ardoisier qui
  • s'appuie sur les dalles verticales. La partie supérieure de ce muretin avait été démolie anciennement. Une fouille ancienne a eu lieu comme en témoigne l'absence de dalle de couverture; la destruction de la partie supérieure du muretin et surtout le matériel que nous avons trouvé dans
  • la tombe : ?. ardoises épaisses (chacune percée d'un trou), les restes d'un grand peigne à carder en fer, un clou forgé et oxydé, de nombreux tessons de poterie récente. - 2 - En conclusion, de cette tombe, si il est difficile d'être précis sur la date tombe il s'agit
  • , celles qui s'en rapprochent le plus sont datées de l'Age du Bronze. M. LE GOFFIC Correspondant des Antiquités Préhistoriques de Bretagne
  • : d'intervention : H. LE GOEFIC, Correspondant INTERVENTION Arasement de tains (remembrement) 2 M2 environ (fouille intégrale) . Estimation de l'étendue du gisement : SITE Sépulture en caveau Structures architecturales (pas de • mobilier préhistorique) Age du Bronze vraisemblable
RAP03032.pdf (QUIMPER (29). rapport sur la fouille de sauvetage exécutée le 6 décembre 1972 à Quimper dans le quartier de Locmaria)
  • QUIMPER (29). rapport sur la fouille de sauvetage exécutée le 6 décembre 1972 à Quimper dans le quartier de Locmaria
  • petite équipe fut réunie, comprenant s Une R.SMQUER, directeur de la circonscription , demeurant à Brest GALLIOU, correspondant départemental, demeurait à Brest P. correspondant départemental, demeurant à Quiraper JP î£ BIHM, MREEL, agent technique de la Direction, (Mourant à
  • la céramique onctueuse. Le directeur de la René SJJfQUER Circonscription
  • A / / RAPPORT SUR LA FÛUILIE DE SAUVETAGE EXECUTEE 1E 6 JMJMWE 1972 (FEIISTEKïï) A QUIMPER J'ai été averti par dans 2e quartier de IO&îâRIA M. Lucas, ôiigéaieur céramiste à Keralue, en QuiEpsr, de d'une canalisation dans la rue de la Troméaie et dam la cour l'imminence
  • de la pause des Ponts-et-Ghaussées du Finistère. Depuis 1950, à la suite notamment des travaux d© P. lerlat, nous savons que œ secteur recouvre une importante nécropole gallo-romaine important de suivre de pris les travaux afin d'intervenir en cas de besoin. et il était
  • Rennes. JP Après accord avec l'ingénieur de la ville de Quimper, M. Breton, le directeur de l'entreprise responsable des travaux accepta de nous laisser faire un sondage sur le parcours en de la canalisation et de nous laisser suivre le cheminement de la pelleteuse, l'arrêtant
  • si cela Le sondage révélait nécessaire. se fut réalisé dans la cour de l'établissement des Ponts-et-Chanosées du Un rectangle de 6 Finistère, pendant toute la Journée du 6 décembre. délimité an centre d'une pelouse (angle Sud-Ouest Point A du m x 1 m fut et
  • positionné de la façon suivante s sondage)? à 21 m 25 de la maison d'habitation à 21 ,55 m du garage (angle Point B nord-ouest du sondage); à 2$,35 à Fouille •proarement dite 16,25 a a cte la saison d'habitation du garage. ; Après enlèvement de la couche superficielle de
  • 0,35 sent 1X310) ; ï voir a)- une sons de moellons non liés avec de la terre brune, contenant de nombreux céramique médiévale (onctueuse- céramique antique im à e)- les niveaux suivants apparais¬ figure Jointe. tessons de b)- a» (notamment niveau d'aride tassée
  • «as séricitique) et de la sigillée du 1er siècle ap d'époque médiévale, avec une des tessons de J-C), fosse creusée et occupé© l'époque romaine la fosse d'époque romaine contenait 1°)- une zone de terre compacte brun-roux ayant subi l'action d'une très forte chaleur 2°)- une
  • couche de terre noire brûlée. 1^ matériel trouvé est uniquement romain, avec, en particulier une coupelle décorée à la "harbotine. à ce niveau -2- CENTHE s sur 1g sol araire on vierge, céramique une légère dépression contenait les restes d'une oomnaroe indigène
  • , sans ornementation, arec urne ciné- des restes d'ossements calcinés. ■ SUD affleurement de la roche aère : Eue de la ïroméhie La surveillance des travaux la rue de la Troaénie, à moins pente du terrain a pu que tout ce a montré que la nécropole s*arrêtait à
  • hauteur de secteur n'ait été remanié à l'époque moderne. la être modifiée. CONCLUSION. Cette fouille de se poursuivait ustrinro se a vers 3e été qui n'avait sauvetage d'une Journée Nord,et l'Est, niais a montré que la néâropole de Loemria avec une moindre densité (tes
  • urnes. repérée, et surtout la présence d'un niveau médiéval pas été signalé au La trace d'un dessus de la nécropole précédement. Los secteurs où le niveau médiéval surmontent immédiatement le niveau romain sont asses peu nombreux. Leur étude permettra de dater le début de
RAP00313.pdf (BEAUCÉ (35). la Salle. rapport de sondage.)
  • BEAUCÉ (35). la Salle. rapport de sondage.
  • Sef)U e t Sï> ^ e ^ ç o n h ^ - : T?. ojj. (¡eucLl V ^ S a f L " Vfexndeotßoüc^ce.. F ' L -I CIRCONSCRIPTION HISTORIQUE BORDEREAU RECAPITULATIF DE. . . . . ( h & Ç + p V L ^ Date d'envoi.. )... RAPPORT DE. irâ&L LOCALISATION etr&ajL^u exxjLLCLC" ¿cx_
  • &v
RAP00724.pdf (SANTEC (29). roc'h croum. rapport de sauvetage programmé)
  • SANTEC (29). roc'h croum. rapport de sauvetage programmé
  • /?/VTEC ~P!a.n Croum Date : Septembre Lecerf Zone de la tombe 73 Mise au net r I L Vosition cr^ne du squelette. MINISTÈRE D'ÉTAT - AFFAIRES CULTURELLES Z o n e ANTIQUITÉS PRÉHISTORIQUES Circonscription de Bretagne Dept. : 2 3 Commune : Lieu-dit : T?oo'h N° : S/7/V7
  • D'ETAT - AFFAIRES CULTURELLES ANTIQUITÉS PRÉHISTORIQUESZoneWest Circonscription de" Bretagnetomben°898 Dept. : 2 S Commune : SRN Lieu-dit : 7 ? o c ' / i N° : Relevé Zone Weôt Tombe n° 6 TEC Croum Date: Septembre» 'Plan de la tombe 73 :fiecerf Mise au net : IL •p
  • -Mise n° b R N T E C 1379 au net : / / T^/âti de la. couver tu MINISTÈRE D'ÉTAT - AFFAIRES CULTURELLES 'Zone. ANTIQUITÉS PRÉHISTORIQUES Circonscription de Bretagne * Dept. : 2 S Lieu-dit: N° : C o m m u n e : S AN Tombe Date ; S e p t e m b r e ~Phn 73 Relevé
  • Circonscription dé B r e t a g n e Dept. : 2 9 C o m m u n e : Lieu-dit : 7?oc N° : h Croum Date: R e l e v é : Y iect.rÇ 'Zone SfINTEC Pont 13 79 M i s e a u net : Y . L . Est T^Jan Tombe n° 3 de la couverture "Plan de tombe MINISTÈRE D'ETAT - ANTIQUITÉS • AFFAIRES
  • PRÉHISTORIQUESZoneWest Circonscription de" Bretagnetomben°913 Dept. :Z 9 Commune L i e u - d i t : 7?oc'h N° : ~P!ar\ de Tombe croum. 1373 Mise au net : V / la couverture P/a/7 de 0 1 n° fÇ/WTEC D a t e : flout Relevé : V lecerf Est Zone ANTIQUITÉS m la tombe 5
  • Y. LECERF RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DE SAUVETAGE D'UNE NECROPOLE DE TOMBES EN COFFRES DE L'AGE DU BRONZE SUR L'ILOT DE ROC'H CROUM commune de 2eme Campagne SANTEC - (FINISTERE) Août-Septembre 1979 Y. LECERF RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DE
  • SAUVETAGE D'UNE NECROPOLE DE TOMBES EN COFFRES DE L'AGE DU BRONZE SUR L'ILOT DE ROC'H CROUM COMMUNE DE SANTEC 2eme Campagne - (FINISTERE) Août-Septembre 1979 Le sauvetage des sépultures de la nécropole entrepris en 1978 sur le programme F.I.A.S. a été repris au cours de l'été 1979
  • sur ce même programme. Cette opération a pour but de stabiliser la falaise de l'îlot et consolider les sépultures menacées. C'est pourquoi nous avons continué nos explorations entreprises T a n n é e dernière sur la bordure Sud et Sud-Ouest de l'îlot. Dans ce secteur, nous voyons
  • apparaître quelques-unes des constructions en pierres sèches dans la falaise qui immanquablement finiront lors de prochaines tempêtes sur la grève. Profitant de cette deuxième campagne, nous avons p u , en étendant les limites de nos investigations, nous faire une idée plus précise de
  • l'organisation et des diverses techniques de construction employées pour l'aménagement de ce cimetière. ORGANISATION PRATIQUE La campagne de fouilles du 20 août au 4 septembre a été menée avec le concours de 14 bénévoles dont M . LE PROVOST, Correspondant des Antiquités Préhistoriques de
  • Bretagne. Le financement du chantier a été assuré sur un crédit F.I.A.S. (7.000 F). L'hébergement de fouilleurs ayant été organisé sous tente à proximité du site, la totalité des crédits a été utilisé â la subsistance des fouilleurs. - 2 - METHODE DE TRAVAIL Après une constatation
  • des modifications du contour de l'îlot q u i , malgré les grandes tempêtes de j u i n , ne paraît pas trop avoir cédé à la m e r . Nous décidons un décapage à une vingtaine de mètres à l'Ouest de la fouille de T a n dernier. A cet endroit en effet dans la falaise, deux sépultures
  • se devinent et une troisième laisse un mur accroché à la coupe. Une extension du décapage de 1978 est simultanément entreprise, ceci afin de mieux comprendre ce qui était apparu comme un muret dans le coin Ouest du sondage de 1978. Ce carré est positionné de façon à recouper le
  • nous trouvons sur du sable blanc dans lequel des tessons et des éclats de silex apparaissent de temps à autre à des niveaux très différents. La couche sableuse plus profonde dans le coin Nord-Est du carré a une épaisseur moyenne de 40 cm. Quelques pierres flottantes sont présentes
  • dans la partie Sud. C'est également dans ce secteur qu'apparaissent les premières "pierres sérieuses". Presque simultanément, environ 40 cm sous le sol actuel, la dalle de couverture du caveau N° 1 se dessine. Au même niveau, 2 m à l'Est de cette première sépulture, une autre dalle
  • signale la présence de la tombe N° 3 . Le décapage est alors arrêté au niveau de la base des couvertures des caveaux, ce qui correspond à un changement de nature du sol ; nous sommes sur une terre argileuse de couleur marron. Les couvertures sont stratifiées dans une zone intermédiaire
  • claire et terreuse. Tous les tessons recueillis au-dessus de cette zone sont d'époque gauloise et certains même plus récents. Dans la partie Sud du décapage, vingt-cinq centimètres sous le sol actuel un ustensile métallique est découvert, il pourrait être un peigne à carder ou un
  • peigne à chevaux. Son état de corrosion rend l'identification malaisée. Cet objet peut être de la même période que les tessons découverts dans la partie sableuse, sans doute époque gauloise. Toujours dans la partie Sud de ce carré, une construction de pierres sèches se conforme comme
  • - 3 - étant le chevet d'une tombe orientée Est-Ouest (tombe N° 2 ) . Les restes d'un squelette (fragments de boite crânienne, os longs des bras et jambes) nous montrent un individu inhumé en position allongée sur le d o s , la tête à l'Ouest. Les restes d'un crâne de grande
  • taille, aux soudures très bien fermées permettent d'y voir un individu de sexe masculin d'âge assez avancé. Au cours du dégagement de cette sépulture nous avons constaté la présence de clous et de fragments de bois protégeant ceux-ci de la corrosion. La disposition régulière de ces
RAP01595.pdf (SARZEAU (56). carte communale. rapport de prospection inventaire.)
  • SARZEAU (56). carte communale. rapport de prospection inventaire.
  • . : 20 pages Plans et coupes : Planches et dessins. : / Photographies légendées. 44 19 Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne DECLARATION DE DECOUVERTE D'UN SITE ARCHEOLOGIQUE A - RECHERCHE EFFECTUEE : Année : 19 s2 et 1983 auteur : LABORDSRIE TVON B
  • DE KERGILET RELEVE LE 8 JANVIEH 1983 ALTITUDE 11 m - . 1m 2.m Xt212 ,825 3,m YT295^25Ô— ' SECTION :B. H Echell» 1 /20" PARCELLE: n* 202 AUTEUR :LABORDERIE YVON SARZEAU DOLMEN DE KERGILET dit LANEK ER BEN Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne
  • un schéma de localisation Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne DECLARATION DE DECOUVERTE D'UN SITE ARCHEOLOGIQUE A - RECHERCHE EFFECTUEE : Année :i982 et 1933 auteur : LABORDERIE YVON B - REFERENCES ADMINISTRATIVES : Département : MORBIHAN commune (s
  • : IMPORTANT : Joindre à cette fiche une photographie et/ou un schéma de localisation Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne DECLARATION DE DECOUVERTE D'UN SITE ARCHEOLOGIQUE A - RECHERCHE EFFECTUEE : Année : 1982 et 1983 auteur : LABORDERIE YVON B - REFERENCES
  • «ll« 1/20 PARCELLE: n °1013 AUTEUR: LABORDERIE YVON Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne DECLARATION DE DECOUVERTE D'UN SITE ARCHEOLOGIQUE A - RECHERCHE EFFECTUEE : Année : 19 82 et 1983 auteur : LABORDERIE YVON B - REFERENCES ADMINISTRATIVES
  • : (précises, approximatives). Zone : 2 Abscisse Ax : Ordonnée Ay : Abscisse Bx : 2
  • : &CCK8U«£, prairie, 1 $tfuè^Xft^^XŒ^^ Référence des photographies : IMPORTANT : Joindre à cette fiche une photographie et/ou un schéma de localisation. MENHIR n°2 KERTOMAS.LA MASSE SARZEAU MENHIR DE KERTOMAS dit la MASSE RELEVE LE $ JANVIER 19?? ALTITUDE 39 m T :293,220 SECTION
  • A.B Echell«1/20° PARCELLE n° 100 AUTEUR :LABORDERIE YVON. Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne DECLARATION DE DECOUVERTE D'UN SITE ARCHEOLOGIQUE A - RECHERCHE EFFECTUEE : Année : 1982 et 1983 auteur : LABORDERIB TVON B - REFERENCES ADMINISTRATIVES
  • OCCUPATION DU SOL :WiW^,Wt^ autre. MER Référence des photograohies : IMPORTANT : Joindre à cette fiche une photographie et/ou un schéma de localisation SARZEAU MENHIR DE LA POINTE DE BECUDO LES TROIS DEMOISELLES Echelle 1/500° SARZEAU MENHIR POINTE DE BECUDO dit LES 3
  • DEMOISELLES Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne DECLARATION DE DECOUVERTE D'UN SITE ARCHEOLOGIQUE A - RECHERCHE EFFECTUEE : Année : 1982 et 1983 auteur : LABORDERIE YVON B - REFERENCES ADMINISTRATIVES : Département : commune (s) : MORBIHAN Lieu-dit du cadastre
  • fiche une photographie et/ou un schéma de localisation. Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne DECLARATION DE DECOUVERTE D'UN SITE ARCHEOLOGIQUE A - RECHERCHE EFFECTUEE : Année :1982 et 1983 auteur : LABORDERIE YVON B - REFERENCES ADMINISTRATIVES : Département
  • ^. Référence des photogra-)hies : IMPORTANT : Joindre à cette fiche une photographie et/ou un schéma de localisation. Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne DECLARATION DE DECOUVERTE D'UN SITE ARCHEOLOGIQUE A - RECHERCHE EFFECTUEE : Année M982 et 1983 auteur
  • RELEVE LE 5 MARS 1983 ALTITUDE 19 ■ Xl21^,850 T 1291 ,557 SECTION 1 X Echelle 1/20* PARCELLEt n* 280 AUTEUR t LABORDERIE YVON SARZEAU DOLMEN DE KERBLAY dit M EN HIOL SARZEAU DOLMEN DE KERBLAY dit M EN HIOL Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne DECLARATION DE
  • BODERIN dit M EN GUEN Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne DECLARATION DE DECOUVERTE D'UN SITE ARCHEOLOGIQUE A - RECHERCHE EFFECTUEE : Année ;1982 et 1983 auteur : LAB ORDERIE YVON B - REFERENCES ADMINISTRATIVES : Département : commune (s) : MORBIHAN Lieu
  • BRILLAC LE VONDRE Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne DECLARATION DE DECOUVERTE D'UN SITE ARCHEOLOGIQUE A - RECHERCHE EFFECTUEE : Année : 1982 et auteur 1983 LABORDERIE YVON B - REFERENCES ADMINISTRATIVES : Département : commune (s) : MORBIHAN Lieu-dit
  • Xî209,820 Y :295,0 *K) SECTION: A Echelle 1/20» PARCELLE n °6l6 et 37 AUTEUR: LABORDERIE YVON S6"_ -2i, o_ o-A^ Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne DECLARATION DE DECOUVERTE D'UN SITE ARCHEOLOGIQUE A - RECHERCHE EFFECTUEE : Année :i982 et 1983 auteur
  • SARZEAU ifm MENHIR DE KERBIGEOT RELEVE LE 19 FEVRIER 1983 ALTITUDE: 17 m I X :212,1?0 Y :293,?10 Echelle 1/20° SECTION :Z PARCELLE n# 53 AUTEUR tLABORDERIE YVON Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne DECLARATION DE DECOUVERTE D'UN SITE ARCHEOLOGIQUE
  • PENVINS HIH DE PENVTNS Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne DECLARATION DE DECOUVERTE D'UN SITE ARCHEOLOGIQUE A - RECHERCHE EFFECTUEE : Année : 1982 et 1983 auteur : LABORDERIE YVON B - REFERENCES ADMINISTRATIVES Département : MOBBIHAN Lieu-dit du cadastre
  • RAPPORT DE .SWfÇTïQH. Département : MORBIHAN Commune jSARZEAU Lieudit : du cadastre : I.G.N \ local : N° de Site. Dépouillement en cours 15 sites : Cadastre : : Ax : Bx Coordonnées Lambert DATES INTERVENTION Autorisation (ffi , date) M Ay By [15 mars 1982
  • Intervention (début et fin) :9 1 1983 à 18 IV 1983 Années antérieures d'intervention " Responsable • Motif d'intervention.. Surface /fyiliWtJd'. prQSjD.ep£ée .M. Yvon LAB0RDER1 S , Aménagements . touristiques, tgavauiQa^e |uipamenTs divers Estimation de l'étendue du gisement. SITE
RAP01195.pdf (PLOUHARNEL (56). port-an-elestr. rapport de fouille préventive)
  • PLOUHARNEL (56). port-an-elestr. rapport de fouille préventive
  • CIRCONSCRIPTION HISTORIQUE BORDEREAU RECAPITULATIF PRE DE. Date d'envoi ,,.».,. I^OA 21 Janvier 1984 8 «» 1 3 S 1 LOCALISATION RAPPORT DE. SAUVETAGE Département........... Morbihan Plouharnel Commune Lieudit : du cadastre. Port-an-Elestr I«G.N•...... local i N° de
  • littoral, R. LE CLOIREC remarqua quelques éclats de silex dans la micro-falaise de la pointe de Porh-an-Elestr, côté sud, à hauteur de la parcelle N° 342, section AE du cadastre de Plouharnel. A cet endroit, la coupe haute de 1 m de moyenne comprend essentiellement du head avec quelques
  • restes de plage ancienne légèrement plus haute que l'actuelle à la base. L'érosion reste relativement active et les champs sont intensément cultivés jusqu'au ras de la falaise. Une petite intervention de sauvetage fut donc décidée qui eut lieu en deux journées fin octobre 1983 avec la
  • participation de M. Jean-Luc VINET. Le ravivage de la coupe n'a livré aucune pièce supplémentaire, ni donné aucun élément de stratigraphie dans un head qui apparaît homogène. Les deux carrés jointifs de 1 m2 chacun ouverts dans la parcelle N° 342 en arrière de la falaise n'ont eux aussi
  • rencontré que l'arène pierrailleuse stérile en dessous de la terre arable superficielle.
  • Surface fouillée Erosion manne MOitfiJER * LE CLOIHEG 2 m2 Estimation de l'étendue du gisement SITE Nature du gisement. Nature des découvertes effectuées.... Plein air (silex trouvés dans une aiicro-falaise, lors de pros pections) î^éant Périodes chronologiques OBSERVATIONS
  • CONTENU DU DOSSIER Rapport scientifique... Plans et coupes Planches et dessins.... Photographies légendées, page dactylographiée L. MONNIER LE CLOIREC RAPPORT DE SAUVETAGE DE PORH-AN -ELESTR COMMUNE DE PLOUHARNEL (MORBIHAN) ++++ Au printemps 1982, lors d'une prospection du