Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

2156 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00565.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • covered, encompassing 772 hectares (4.01% of the surface area of the four communes). 30.99kg of pottery and 93.92kg of man-made building material were recovered from the transects; 45% of the pottery was médiéval, 53.6% post-medieval and 1.4% Roman. No pre-Roman pottery was found
  • and in toto.) Of thèse concentrations, none produced predominantly Roman material although 4.8% produced s orne Roman material; 27.3% had predominantly médiéval, 38.5% predominantly post-medieval, and 8.6% more than the necessary minimum proportions of médiéval and post-medieval sherds
  • and in the early 'nineteenth century (Astill and Davies 1982b: 21f, 31). Thèse cadastral suggestions coincided with fields that produced concentrations of surface material at the post-medieval 'site' C470 and, more arguably, the post-medieval 'probable site 1 C473, although no buildings were
  • indicated there in the nineteenth century. One concentration was located in an area which had standing, inhabited, buildings in the early nineteenth century, but which is now devoid of structures or earthworks: F212, a 'possible site' (médiéval and post-medieval ) . Overall
  • and post-medieval pottery; 0221 had been classified as a 'possible site', with a prépondérance of médiéval pottery in an assemblage that included Roman wares; B216 was a 'blank' field which had produced no finds; B347 was classified as a 'site 1 , with Roman pottery predominating. Soil
  • the field, with no obvious clustering; magnetic susceptibil ity readings did not vary very much. Quantities of pottery, and of brick and tile especially, were low: 0.41 sherds of médiéval pottery per square (2.72g), 0.55 sherds of post-medieval pottery per square (4.4g) and 0.29
  • expanses of meadow and woodl and and diversions of streams and roads for essentially aesthetic purposes [Astill and Davies 1982b: 22]). An area of 0.62 hectares was walked, yielding 0.31 Roman sherds per square (2.77g), 0.52 médiéval sherds (2.72g), 1.15 post-medieval sherds (4.1g
  • ity readings did not vary much, but although médiéval and post-medieval pottery were gênerai ly distributed over the field, both Roman wares and brick and tile cl ustered in the north-west quarter. Although quantities of Roman pottery were small, those of brick and tile were
  • unusually large, and their distribution, together with the nature of the assemblage, suggests that the field once contained a Roman-period structure. Médiéval and post-medieval pottery, by contrast, probably arrived as a resuit of manuring. B216 lies on a slight north-west si ope at 65m
  • away. 0.41 hectare was walked. No pre-medieval or médiéval pottery was recovered and no brick or tile; but 0.05 sherds per square of récent post-medieval pottery were collected and eleven pièces of haematite (1561g). There was little variation in magnetic susceptibil ity readings
  • size is 0.44 hectare. In the early nineteenth century it was part of an area of water meadow, 250m from the nearest settlement of Le Cleu. 0.3 Roman sherds per square were collected (2.11g), with 0.4 médiéval sherds (1.63g), 0.31 post-medieval sherds (1.71g) and 2.38 fragments
  • of brick and tile (50.82g). The assemblage included second-century Roman wares, fifteen fragments of tegul a and one of imbrex. Médiéval and post-medieval pottery were gênerai 1 y distributed over the field but both Roman pottery and brick and tile cl ustered in the north-eastern third
  • . As with field 0221, this cl ustering was sufficiently pronounced (and sufficiently distinct from the distribution of médiéval and post-medieval pottery) to suggest that a Roman-period structure once stood on the field. Magnetic susceptibil ity readings produced unusually high values
  • characteristic of the région in the sixteenth to early eighteenth centuries was notable: only 3% of post-medieval pottery was recovered, and that mostly modem. There was no apparent zoning of particular fabrics, which would suggest a constant accumulation of soil produced by near continuous
  • . It produced only seven pièces of brick and tile and 47 sherds of pottery. Most of the pottery was of fabric 1 (44.7%); there was also a notable proportion of the médiéval tableware, fabrics 5 (12.5%) and 6 (21.3%). The post-medieval wares were mainly nineteenth-century types (8.5
  • commune was intensively cultivated from the 1 ater twelfth century (although small amounts of earlier pottery could reflect earlier activity), while the absence of early post-medieval wares suggests a lapse in arable cultivation during the early modem period or changes in manuring
  • it was exploited as meadow, apparently in the early post-medieval period. The range of pottery found in both field boundaries reflects closely that recovered from 'total' collection of Allô. The désertion of the médiéval settlement may have been connected with the remodelling of this area when
  • the sample was small, in both cases there were indications of cereal cultivation in phases previous to those dominated by grass and calluna heathlands. Further samples have also been tested for diatom préservation: diatom floras do survive, though often in a fragmented state, and it does
  • and classified by Astill, Cook and Wright, and compared with the existing fabric séries. No changes have been suggested for this séries, which now comprises 16 fabric groups for prehistoric, Roman, médiéval and early post-medieval pottery. In December 1984 the fabric séries was compared
  • ; 27 fields hard by buildings tended to have as much post-medieval as médiéval pottery but only seven produced sufficient concentrations to warrant classification; fields penetrating the buildings at Rangera, Bussonaie, Pied, Gaincru and early médiéval Lodineu ail produced
RAP03240.pdf (PLOUEZOC'H (29). Grand cairn de Barnenez : nouvelles approches, nouveaux résultats, nouvelles perspectives. Rapport de FP 2015)
  • lecture internationales de très haut rang, valident la démarche entreprise. La première est parue dans Antiquity au début du mois de janvier 2015 : Bueno Ramirez (P)., Balbín Behrmann (R. de), Laporte (L.), Gouezin (Ph.), Cousseau (F.), Barroso Bermejo (R.), Hernanz Gismero
  • (A.), Iriarte Cela (M.), Quesnel (L.), 2015 - Natural colours/artificial colours. The case of Brittany’s megaliths, Antiquity, 2015, 89, 55-71. ISSN 0003-598X. La seconde de ces publications fait état de progrès méthodologiques tout à fait remarquables. Elle permet aussi de multiplier les
  • ., Morzadec H. 1994: About the age ot the oldest passage-graves in western Brittany. Antiquity, 68: 624-626. velle de données. Si celui-ci est proche du tumulus sud alors il est le fruit de nombreux aménagements architecturaux recouvrant un millénaire laissant envisager de nombreuses
  • Congreso Internacional 112, 4–5: 572-597. sobre Megalitismo y otras manifestaciones funerarias contemporáneas en su contexto social, Mens E. 2008: Refitting megaliths in western France. Antiquity, 82, 315: 25–36. Mohen J.-P., Scarre C. 2002: Les tumulus de Bou- económico y cultural
RAP03817 (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l'Holocène. Rapport de FP 2019)
RAP03350_2.pdf (SARZEAU (56). Le château de Suscinio : le logis nord. Rapport de FP 2013-2015)
RAP03423 (RENNES (35). Place Saint-Germain : naissance et évolution d'un quartier de Rennes de l'Antiquité tardive à 1944. Rapport de fouille )
  • V.1.6 Catalogue des tombes 461 463 463 467 467 467 473 478 480 480 485 486 486 487 487 489 489 489 V.2 La place Saint-Germain à Rennes : du VAL au vau – Analyse régressive d’un quartier rennais depuis nos jours jusqu’à l’époque antique – Pierre Poilpré V
  • future place dès le xiiie siècle 531 V.2.8 Antiquité et premier Moyen Âge – Un vau exclu de la cité mais qui lui donne accès : les origines d'un quartier sur lequel on mise 532 V.2.8.1 Le vau antique : entre évitement et passage obligé 532 V.2.8.1.1 Le vau Saint-Germain aux
  • marges de la ville antique 532 V.2.8.1.2 Le vau Saint-Germain dans le giron d’un carrefour antique 534 V.2.8.1.3 Saint-Germain et les suburbia rennais 536 V.2.8.2 L’origine du quartier : volonté politique et projet urbain 536 V.2.8.2.1 Saint-Germain : un endroit fortifié à la
  • divers et outillage 867 V.5.6 Construction, ameublement 869 V.5.7 Les déchets métallurgiques 869 V.5.8 Varia 871 Bibliographie 877 Tableaux 885 Planches 949 953 953 953 954 956 958 V.6 xie siècle – Nicolas Portet Identification des monnaies antiques – Paul
  • Barbier-Pain, Inrap Palynologue Étude palynologique Gaël Barracand, Inrap, Assistant d’études Étude du mobilier en cuir Vincent Bernard, CNRS Dendroarchéologue Étude des éléments en bois Paul-André Besombes, SRA Bretagne Conservateur Étude numismatique antique Aurélia
  • documentaire. Le secteur de Saint-Germain est situé en dehors de la ville antique. Toutefois, des remblais liés à l’aménagement d’un chemin durant l’Antiquité tardive permettent de valider l’hypothèse ancienne de la proximité d’un franchissement antique, lié à la voie Rennes-Angers. Ce
  • tessons de facture plus récente sera totalisé dans le groupe de la période moderne. V.3.2.2 L’Antiquité En dehors du mobilier numismatique, les restes matériels ayant trait à la période antique sont limités à 18 tessons issus de douze contextes (10457, 10571, 10573, 10692, 10696
  • , 10706, 10719, 10864, 10869, 10872, 10940, 10948). Il convient de noter que, si pour ces cas précis, le mobilier antique est seul à composer les lots, il ne permet pas pour autant de dater ces couches de l’Antiquité. En effet, avec un ou deux tessons, une bonne part de ces lots est
  • trop lacunaire pour être représentative de la période. Ils correspondent plus vraisemblablement à des fragments piégés dans des terres de remblais mis en place au début de la phase médiévale à l’image des autres tessons antiques retrouvés de manière résiduelle aux côtés de restes de
  • récipients médiévaux. Comme on se trouve à proximité de l’un des axes routiers donnant accès à la ville antique, leur présence ici est tout à fait normale. Les éléments recensés couvrent une période chronologique assez large, entre le milieu du iie siècle de notre ère et le courant du ve
  • niveau 10631 qui livre par ailleurs des monnaies datées entre 1057 et 1085. Ce lot important fournit tout un ensemble de récipients dont on enlèvera cinq tessons antiques résiduels. Les productions de Chartres-de-Bretagne comprennent 376 tessons à pâte fine et 99 à texture plus riche
  • foug. XVIIe s ou plus 4251 1 1 récipient pichet ? incol. XVIe s. ? jambe 5153 1 1 récipient v à pied BVN moderne ? pastille de jonction-vasque-pied 10208 1 1 vitrage vitre BVN antique éclat 10850 1 1 vitrage vitre BVN antique bord 1750 Inrap · RFO
RAP01961.pdf (bassin occidental de la Vilaine et centre Bretagne. rapport de prospection inventaire)
  • fermes indigènes? mey G. Ceraudo Photogrammetry addressed to archaeology: the city map of Aquinum (Lazio - Italy) W. De Clercq & J. Semey And what about the farms ? Assessing the "aerial visibility" of the early historié seulement areas in the North-Western part of Flanders M. De
  • protohistoriques et antiques. Ces recherches permettent également de poser de nombreux questionnements sur la morphogenèse des bocages armoricains (Gautier et alii,2003). 1 Rappelons également que ces travaux permettent de proposer aux archéologues bretons des sites susceptibles de faire
  • avancer nos connaissances sur les habitats préhistoriques, protohistoriques et antiques. Jean-Yves TINEVEZ a sondé le site de la Rochette en Mauron. caractérisé par un large fossé interrompu. Le mobilier recueilli confirme son attribution au Néolithique. De prochaines fouilles
  • retranchements ». Malgré les destructions récentes, nous avons pu dresser un plan sommaire de ce site remarquable dont la chronologie reste indéterminée (Fig 10 et 1 1). Des portions de voies antiques ont aussi été photographiées, notamment sur la commune de Plumieux où la chaussée de
  • Elsevier, p 115-131. Gautier M., 2003 - Archéologie aérienne. Apprenez à regarder, Chasseur d'Images, n°256, p95. Gautier M., 2003 - Géographie antique de Brocéliande, Topo-Guide P353, FFRP, p 22-24. Conférence le dimanche 23 mars à Ploërmel dans le cadre du Forum des Patrimoines
  • 12 décembre 2003) avec la présentation d'un poster « Fermes antiques et parcellaires associés révélés par la photographie aérienne en Bretagne intérieure ». Participation au colloque Bocages et Sociétés qui se tiendra à Rennes en 2004, à la demande de Dominique Marguerie et
  • . Réapparition d'un tronçon de la voie antique Rennes-Quimper. On distingue surtout les fossés latéraux de la voie restés plus verts à cause de la sécheresse (28.08.03). 14 .F/g. 13 - Mohon (56). LaNoë. Bel enclos curviligne avec nombreuses fosses internes, « sous la menace de l'extension
  • Photography in Italy (1899-2004) 15,30-16,00 M. Gojda Ancient Landscapes hidden and visible. Air Survey and Rethinking the History of Space and Seulement in Central Europe: towards a SynIhesis 16,00-16,30 Coffeebreak - Pause café To overcome infirmity: current approaches to aerial
  • Systems in Flanders. The intégration of aerial photography and GIS in the Potenza Valley Survey (Italy) ADABweb - Base de données archéologiques sur l'inlranet du pays fédéral allemand Niedersachsen (Basse-Saxe) Vlapping the Médiéval agricultural traces with help of GIS and aerial
  • . Gheyle, J. Bourgeois, R. Goos- CORONA satellite imagery used for archaeological survey and detailed mapping of remote areas (Allai, Russia). sens, A. Dewulf & T. Willems M. Gautier Fermes antiques et parcellaires associés révélés par la photographie aérienne en Bretagne intérieure R
  • . Jarockis & G. Motuzaite Aerial Photography in Lithuania: seven years of expérience D. Krasnodebski Polish Aerial Photography from year ca. 1920 G. Leroux Contribution de l'archéologie aérienne à la connaissance des tracés de routes antiques dans l'ouest de la France - l'exemple de
  • %. Ainsi, les données des prospections aériennes suggèrent une faible influence (résilience) des paysages protohistoriques et antiques sur la genèse des bocages armoricains. En outre, l'étude récente des ellipses bocagères [18,37] a montré qu'il existe des ruptures paysagères
  • antiques Si dans plus de 90 % des cas, il existe une nette discordance entre les parcellaires protohistoriques ou antiques et le réseau bocager du cadastre napoléonien, des exemples de conservation ou de concordance existent. De même que la microtoponymie (avec ses Coz Castel et autres
  • usages aux parcelles est moins spécialisée et l'adaptation aux contraintes parcellaires plus forte et diverse. 3.2. L'évolution des fonctions attribuées aux haies, talus et fossés par leurs utilisateurs 3.2. 1. Fonctions des structures parcellaires protohistoriques et antiques
RAP03536 ((56). Belle-Île en Mer : espaces et territorialité d'une île atlantique. Rapport de PCR 2017)
  • annexe 1. 1200 1078 1100 1000 2,30% 0,66% 1,48% 0,90% 6,31% Antique 900 Antique à Moderne 800 Médiéval 700 Médiéval à Moderne 88,36% 600 Néolithique récent 500 400 300 200 77 100 28 8 18 11 0 Antique Antique à Moderne Médiéval Médiéval à Moderne Néolithique
  • récent Néolithique/ Protohistorique Fig. 1 : Nombre et pourcentage des restes céramiques (poteries) Sur un total de 1034 restes, les éléments antiques sont les plus nombreux et sont très largement majoritaires puisqu’ils représentent 1078 fragments et 88,36 % du corpus (fig. 1). Les
  • . L’incertitude concerne également des fragments datés des époques « antique à moderne » (28, soit 2,30 %) et « médiévale à moderne » (8, soit 0,66 %). Tous les éléments sont très fragments et souvent érodés en surface, ce qui est généralement le cas pour les céramiques dans ce contexte de
  • découverte (ramassage de surface). 2 Programme Collectif de Recherche Belle-Île-en-Mer : Espaces et territorialité d’une île atlantique - Rapport d’activité 2017 10000 8966 9000 0,40% 0,28%0,40% 0,33% 3,13% Antique 8000 Antique à Moderne 7000 Médiéval Médiéval à moderne 87,53
  • % 6000 Néolithique récent 5000 4000 3000 2000 879 1000 113 80 112 93 Médiéval à Moderne Néolithique récent Néolithique/ Protohistorique 0 Antique Antique à Moderne Médiéval Fig. 2 : Poids en gramme du mobilier céramique (poteries) Le poids total des restes de vases est
  • de 10243 g. (fig. 2), le corpus céramique antique (gallo-romain) étant le plus conséquent (8966 g. soit 87,53 %), le corpus médiéval atteint 879 g. (soit 3,13 %) et celui daté du Néolithique 112 g. (soit 0,40 %). Le reste, à savoir les lots « antique à moderne », « médiéval à
  • dans le lot. De très rares fragments de terre crue séchée correspondent à des éléments de torchis. 3 Programme Collectif de Recherche Belle-Île-en-Mer : Espaces et territorialité d’une île atlantique - Rapport d’activité 2017 2. Les éléments céramiques antiques Production
  • 1,21 1 0,09 92 8,53 11 1,02 459 42,58 29 2,69 4 0,37 32 2,97 11 1,02 3 11 1 1 32 Pied Préhension 11 Total 489 382 3 2 16 Pourcentage 54,82 42,83 0,34 0,22 1,79 892 100 % Fig 4 : Décompte du corpus céramique antique en nombre de restes Parmi les 892
  • éléments céramiques antiques, la céramique commune est la plus représentée, avec 489 tessons, soit 45,36 %. Le nombre de bords, de 108, pourrait s’approcher du NMI car peu voir pas de remontages semblent possibles. Un très grand nombre de forme est présent, de la vaisselle de service
  • potentiel de ce site repose sur la quantité et la qualité du mobilier attribuable à la période antique et notamment par la forte proportion de céramique sigillée d’importation. Les traces d’occupation antique à Belle-Ile sont nombreuses mais le gisement du Lanno représente un caractère
  • (20 tessons du Néolithique récent) Age du Bronze : Bordustart (76 tessons) Antique : Le Lanno (926 tessons, 188 tuiles, 12 fragments de verres, 12 scories, 40 macro-outils) 9 Programme Collectif de Recherche Belle-Île-en-Mer : Espaces et territorialité d’une île atlantique
RAP03383.pdf (RENNES. Église Toussaints : la sépulture de Louis du Plessis (†1661). Rapport de sondage)
  • Italie (Fornaciari, Capasso 1996 ; Marinozzi 2013) ou en Europe centrale (WeissKrejci 2010), grâce aussi à l’archéobotanique et à la détermination des baumes et onguents utilisés (Giuffra et al. 2011 ; Corbineau, Georges 2015), l’étude des gestes des chirurgiens est davantage
RAP01319.pdf (RENNES (35). 8-10 rue Legraverend. rapport de diagnostic)
  • l'emprise du projet (fig.3 ). Elle a permis de mettre en évidence l'absence totale de stratigraphie antique à cet emplacement. Une seule couche de terre végétale d'une épaisseur variant de 0,30m au nord à 0,80m au sud recouvre le substrat rocheux constitué par du schiste altéré. Deux
  • Autre Bord l-ond Autre tessons Indét. 1 GALLO-ROMAIN SIGILLEE lotal NMI Bord 3 % A Al AA 1 l-ond Autre tessons type italique Sud Gaule Centre Gaule Est Gaule autre indét. A 1 A FAC MEDIEVAL 3 A A PAROIS FINES Total NMI Bord Fond Autre tessons type Aco
  • Indét. M OBILIER EN ARGILE CU(Jallo-romain ITE Nature Verre Medieval Moderne Poids: indet. À F*t-. 01 Tabletterie Mat. de construction Observations ARTISANNAT LITHIQUE Figurine Lampe Peson Fusaïole Opercule, amphorisque Autre Indét. indét. Z VERRE A M ATIERES
  • ORGANIQUES 1. non manufacturées charbons de bois os humain faune coquillages graines-noyaux bois 2. manufacturées tabletterie.(objets) tabletterie( déchets) bois cuir fibres vannerie autre indét. NC Nature Récipient ^ Objet pâte Vitre Autre Indét. Medieval Lithique Fer Artisannat 0
RAP02548.pdf (SAINT-ANDRÉ-DES-EAUX (22). ancienne église paroissiale Saint-André. rapport de prospection thématique 2007-2008)
RAP02731_1.pdf ((56). autour du golfe du Morbihan, les Landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine. rapport de prospection inventaire)
  • pour le second Age du Fer, 22 pour la période antique, 12 pour les périodes médiévale et moderne et enfin 7 pour lesquels la chronologie reste indéterminée. La cartographie des déclarations montrent deux secteurs de prospection privilégiés : le nord du golfe du Morbihan et la basse
  • effectuées résultent de l’étude de lots de mobilier archéologique découverts anciennement qui apportent un éclairage sur cette importante agglomération antique située à l’entrée du golfe du Morbihan. Ces lots ont fait l’objet d’un conditionnement normalisé, d’un inventaire et d’une étude
  • effet, il se distingue de l’essentiel des sites de production de sel recensés sur les rivages du golfe du Morbihan par la mise en œuvre d’augets à bords parallèles ou « barquette » et non d’augets troncprismatiques profonds. - La période antique : La principale découverte pour cette
  • et de mortier de chaux ont été recueillis indiquant une construction de qualité. Par contre, il faut noter l’absence complète de fragments de tuiles. Les indices dont nous disposons plaident pour une construction de cet édifice à la période antique. D’autres reliefs perceptibles à
  • des bas-plateaux littoraux où se développe notamment la ville antique de Vannes. Une prospection pédestre après labours (janvier 2011 et janvier 2012), dans des conditions de visibilité optimales, a pu être effectuée dans les parcelles : YE 25, 27 et 28, situées immédiatement à
  • 1989 et daté de la première moitié du Ier siècle. Deux autres fortes concentrations ont été mises au jour le long de la clôture avec la parcelle YE 20. Elles se situent de part et d’autre de la voie antique reliant Vannes à Carhaix. Des déchets de verre et des éléments de four
  • , notamment plusieurs fragments de sole incrustés de verre brut de couleur bleu-vert, ont été collectés dans la concentration à l’ouest de la voie antique. Ces derniers indiquent l’existence de fours à bassin de fusion rectangulaire comparables à ceux exhumés lors du sondage conduit en
  • 2005 sur un autre atelier distant d’une centaine de mètres. Ces vestiges autorisent à situer à cet endroit une zone de production de verre. De plus, la prospection pédestre a mis en évidence deux zones vides de tout artefact antique au nord-ouest de la parcelle YE 28 ainsi qu’à
  • emplacement actuel en bordure de l’itinéraire antique interprété comme celui reliant Angers à Carhaix. Il est à noter qu’elle se trouve à approximativement 2 200 m du carrefour de Kerfloc’h/Goh-Ilis, soit une lieue romaine. Une pierre semblable a été mise au jour au lieu-dit la mare au sel
  • , commune de Saint-Jean-Brévelay dans un talus bordant le chemin rural qui reprend le tracé de la voie antique. La borne n’a été déplacée que quelques dizaines de mètres pour être replantée dans le jardin de la maison attenante au terrain où elle été sortie. Ce lieu-dit se trouve à la
  • sites du Ter et de Locqueltas sur la commune de Larmor-Baden correspondent à d’importants établissements antiques dont l’implantation sur le versant sud-est d’un plateau en bord de mer est très proche de celles des grandes villae d’Arradon. Ils regardent vers l’anse de Toulindac et
  • au sud. Ces deux exemples témoignent de l’attrait de cette portion du littoral du golfe du Morbihan à l’époque antique et qui se place entre les deux plus importants pôles urbains de la cité des Vénètes que sont Vannes/Darioritum, la capitale de cité et Locmariaquer, reliés par
  • Béchis Total : 42 sites répartis sur 23 communes Saint-Jean-Brévelay – Coleho- voie antique de Vannes à Corseul Saint-Jean-Brévelay – La mare au sel Saint-Perruex – La Brambohaie Sulniac – Kerréan Treffléan – Crann Vannes – 13 rue St-Tropez FICHE D'ENREGISTREMENT DE DECOUVERTE
  • , plans, photographies etc…) : notice PIRAULT (L.), « L’agglomération antique de Locmariaquer (Morbihan), état des Connaissances », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, tome 110-1, 2003 pages concernées 7-27 Commentaire général sur l'EA
  • élévation : OUI NON Inventeur/informateur M. Jacques Madec, adjoint à la Culture à la municipalité de Locmariaquer SOURCES :(mentionner documents bibliographiques, archives, cartes, plans, photographies etc…) : notice PIRAULT (L.), « L’agglomération antique de Locmariaquer (Morbihan
  • Locmariaquer. Il confirme également l’existence d’une occupation à la fin de la période gauloise et gallo-romaine précoce dans ce secteur de l’agglomération antique. FICHE D'ENREGISTREMENT DE DECOUVERTE Année : 2011 Données complémentaires = ฀ Première mention = X Année de première
  • ou autre ) Structures (illimité) Gisement de surface Doute Affixe 1 Affixe 2 Quantité Commentaire sur les structures Ensemble de mobilier antique ramassé en surface autour de la chapelle St-Michel. Il est à noter que les vestiges d’un bâtiment antique ont été découverts à
  • Circonstance de la découverte Ramassage de surface ฀ Immergé Géomorphologie En élévation : OUI NON Inventeur/informateur M. Le Cotillec SOURCES :(mentionner documents bibliographiques, archives, cartes, plans, photographies etc…) : notice PIRAULT (L.), « L’agglomération antique de
RAP01662.pdf (SAINT-MALO-DE-PHILY (35). "le Déron", carrière des Ménais. rapport de diagnostic)
  • structures. 11 toutefois l'occupation ne un medieval se soil gal Dans la de la pareelle 97, unc scric a ete visible le cliche Bicn soient Pun eux a un a la finale. - 4 Cadre gcogxaphique 4 B ) Mode 4 II A) 5 1 - Zone Est a ) Fosse b) fours c ) Trous de d )Les 2 - Zone Enclos 1 b
  • , 51, 36, 33, 34, 35, 48, 50, 71 et 72. dans a ) Les fosses De fosses sur cadastre de reperes (Fig. 6) dans 22, 23, 35, 36, 47, 53, 51, 48, 50, 72 Dans cette parcelie lc cadastre de 1831 a conserve" orientations le cadastre antique. fosses ne figurant pas sur ce cadastre limitcs
  • ou fosse n'a de ces enclos. - Conclusion trouvee dans les a 9 dans du de la a les de en et au cours des de Dans !a dc la 97, structures reperees bien conservees et labour. recueilli est abundant et apparaissent juste sous la pas de lcs structures. toutefois un medieval se
  • site. Son reside dans le mobilier. tin les que peu dc Bibliographic 1996 : he Devon. D.F.S. de diagnostic, S.R.A. de 1996 (incdit). 1986 : de Le 1997 me occupation S.R.A. de Bretagne, Maurice. S.R.A. de antique (incdit). dans la Renncs, 1986 Le des de la Vilaine. D.F.S
RAP03708 (CARHAIX-PLOUGUER (29). ZAC de Kergorvo : étude complémentaire des aqueducs de Vorgium. Rapport de fouille)
  • données nouvelles et de découvertes inédites. À tout le moins, elles ont permis de préciser le parcours et la conception des trois conduites, et de compléter notre connaissance de cette portion du territoire osisme, à la périphérie du chef-lieu de cité, à l'époque antique. DONNÉES
  • ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 4 ABSTRACT The development plan of the Urban Development Zone of Kergorvo, in Carhaix-Plouguer (Finistère, France), gave the opportunity to study new sections of the three pipes which have successively brought water into the Osismes' capital city
  • . Excavated on 300 m in total between 2014 and 2017, it appeared in a globally poor state of preservation. Nevertheless, the comparative study of both pipes supplied interesting informations about the reasons why the plan of the aqueduct was corrected once it got to the hill of the Moulin
  • à vent. The second adduction of Carhaix was built under the Severan dynasty in order to respond to the increasing water demands of the Osismes' capital city, which was at its heights. It was studied in 2015 and 2017 through a total of 21 surveys scattered along a nearly one
  • s'implante dans un territoire dont le patrimoine antique est riche et bien documenté. Le tracé de l'aqueduc en particulier a fait l'objet de plusieurs opérations d'archéologie préventive et programmée, dont les résultats sont présentés dans une synthèse récente (Provost et al. 2013 : 29
  • vers le nord-est de la frette 3146 in situ. Cliché : É. Philippe (source : Provost et al. 2013 : 152, fig. 233) CARHAIX-PLOUGUER (29) – ZAC de Kergorvo – 2019 54 Fig. 9 – Carhaix-Plouguer, Kergonan-Kergorvo (inv. n° 49) : plan général et tracé des canalisations antiques repérées
  • particulier de préciser le tracé des conduites successives ayant fourni l'eau courante à la ville antique de Carhaix dans les parcelles B 57, 61, 62, 37 et 956, à proximité des limites septentrionale et occidentale de l'emprise. La conduite en bois (conduite 1) et sa réfection en béton
  • , 62, 37, 956 et 958 ont livré, à proximité de la limite occidentale puis septentrionale de l'emprise, les vestiges des conduites qui ont permis d'alimenter en eau la ville antique de Carhaix. La conduite en bois (conduite 1), ainsi que sa réfection bétonnée (conduite 2), ont été
  • . Les adductions de la ville antique de Carhaix ont été appréhendées. Si la conduite en bois n'a pas été formellement identifiée comme telle, il est probable qu'elle ait été rencontrée dans la parcelle B 33 (Tr85), où de nombreuses structures fossoyées ont été observées. La
  • d'un petit enclos à fonction domestique ou artisanale, au vu des vestiges mis au jour (four, plaque foyère). Enfin, l'intervention a permis d'appréhender partiellement les systèmes de parcellaire qui se sont succédé, et dont les plus anciens paraissent être antiques. - Récapitulatif
  • , métal (fer, alliage cuivreux), verre. 2.3 Rappel des éléments du cahier des charges de la prescription L'arrêté de prescription n° 2011-129 du 27 juin 2011 définit une tranche conditionnelle de 39 000 m², correspondant à l'emprise du tracé des trois états de canalisation antique et
RAP03449 ((56). Autour du Golfe du Morbihan, les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine. Rapport de PD 2016)
  • archéologique 1 Allaire le Bois-Guy enclos protohistoire et Moyen Age 3 Arradon Langat Antiquité 5 Arzon Pen-Castel tronçon de la voie antique Vannes/Locmariaquer éperon barré, site castral médiéval 8 8 Baden Baden Langario Kerispert 12 Béganne Les Alliers 12 Béganne 12
  • Datation protohistoire à Moyen-Age tumulus possible diverticule de la voie antique Vannes/Locmariaquer chapelle Age du Bronze Antiquité Le Moulin Martin système d'enclos protohistoire et Moyen Age Béganne Logerais enclos protohistoire et Moyen Age 15 Berric Le Bois Roger
  • enclos ferrier 53 Elven Bézidalan 53 53 Elven Elven Bodual Penroh bâtiment antique dépendance d'une villa gisement de surface carrières Age du Fer fin du 2nd Age du Fer au Moyen-Age Antiquité 54 Erdeven Kerzénan enclos Age du Fer/Antiquité 58 58 Férel Férel Le Gastre
  • Age 153 Péaule Signon enclos protohistoire et Moyen Age 164 171 Ploeren Pluherlin Poulpri Le Frotage tumulus enclos Age du Bronze protohistoire et Moyen Age 171 Pluherlin bâtiment antique Antiquité 171 171 Pluherlin Pluherlin tumulus tumulus Age du Bronze Age du
  • inédites et de deux bâtiments maçonnés antiques. L’identification de ces sites a été faite principalement à partir d’images satellites datées du 13 août 2016 et consultables sur Google Earth. Cette série de clichés se distinguent des autres visibles sur ce site par une définition
  • renseigner des territoires où les prospections aériennes sont rares ou ponctuelles, comme la commune de Péaule. Parmi les découvertes significatives, on retiendra le bâtiment antique mis au jour à Bézidalan, commune d’Elven (EA n° 56 053 0033). On peut reconnaître dans la forme de cet
  • édifice d’assez vastes dimensions (21 m par 14 m) un grenier qui se développe à quelques dizaines de mètres d’un vaste gisement de matériel antique (tuiles, moellons), probablement le corps de logis de cet établissement rural. Un autre bâtiment a été identifié cette fois sur la commune
  • de Pluherlin à proximité du sanctuaire antique de la Grée-Mahé, fouillé au milieu du XIXe siècle et à nouveau au début du XXe siècle. Il s’insère dans un secteur marqué par une forte concentration de matériel antique qui a amené à l’interpréter comme une probable agglomération
  • secondaire. Une prospection systématique mérite d’être entreprise afin d’en préciser l’organisation, l’étendue et de recueillir des indices chronologiques. Les photographies aériennes ont en outre contribué à préciser le tracé de la voie antique Vannes-Locmariaquer dans son parcours sur
  • Malansac (au nord) (EA n° 56 123 0003). Il a aussi été reconnu en prospection de surface un important gisement antique au nord. Image extraite de Google Earth datée du 13/08/2016. Fig. 04 : enclos en forme de D de Goah-Piren, sur la commune de Grand-Champ (EA n° 56 067 0010) menacé par
  • des ateliers attestent de l’exploitation du fer pendant la période antique. On se gardera bien cependant de généraliser cette datation à l’ensemble des ferriers mis au jour dans la zone. La surveillance de travaux place Lucien Laroche, rue des remparts à Vannes Le service régional
  • of Muzillac, and on Pointe St-Nicolas at Pen Castel, 2km NE of Arzon, in Département Morbihan (56), southern Brittany (France). Two sites of suspected medieval origin were investigated at Coet Sürho, covering a total 4 survey locations (M1-M4), situated E & W of a minor road. Survey at Pen
  • Coet Sürho: alluvial soils overlying granite and gneiss Pen Castel: rendzinas overlying granite Recent discovery of mediaeval ceramic and building debris at Coet Sürho (Muzillac) suggests the locations of 2 potential medieval settlements dating th th from the 13 -15 century. Survey
  • of upstanding structural remains including large rectilinear ramparts of probable Iron Age origin, several rough stone buildings and walls from the Mediaeval period. These remains encompass an area c.1ha in size. Recent discovery of Gallo-Romain and medieval pottery indicate
RAP00129.pdf (PLOULEC'H (22). le Yaudet. rapport de sondage et de prospection-inventaire.)
  • gauloises; l'une est des Abrincates (série X N ) , l'autre est encore indéterminée. Tranchée n° 1. Différentes phases d'occupation. - Phases 1-2 (obscured by collapsed rubble = masqué par les éboulis du mur). - Phase 3 (burning = zone brûlée; obscured by medieval structure = masqué par
  • antiques d'Afrique du Nord découvertes au CozYaudet en Ploulec'h (Côtes-du-Nord), Archéologie en Bretagne, 37, 13-8. - SAVIDAN, J. 1935, Fouilles pratiquées au Yaudet en Ploulec'h le 23 novembre 1935 et jours suivants, Bull. Soc. d'Emulation des Côtes-du-Nord, 67, 287-95. ANNEXE 1 LA
  • Medieval building and occupation 15 F6 F2 —1— 5a F1/F4 F22/3 Medieval field and lynchet 4 3d F5 7 8 9 13 14 15 19 3c collapse F21 F17F29 F34 F35 J — 1 F26 _l F16 1 hollow F30 (21) F36 1 1 1 3^ 3a wall F25 F27 Stone building and its abandonment 2b Quarry
  • abandon; medieval field and lynchet=parcelle médiévale et lynchet; medieval building and occupation=bâtiment et occupation d'époque médiévale; recent=occupation récente). Le Yaudet, 1991: trench 2 y Hill wash 2c Roman soil accumulation 2b Roman gate structure and road 2a Iron
  • evidence b u t an e a r l y medieval date seems l i k e l y (Savidan 1935; Mazeres 1936). From 1952 u n t i l 1954 P r o f e s s o r F l e u r i o t examined t h e Roman w a l l a t t h e n o r t h - e a s t corner o f t h e s i t e b o t h west and s o u t h o f t h e Poste de Douane
  • ; I n 1969 P r o f e s s o r e x p l o r a t o r y work. Garlan and M e r l a t undertook further The Roman gate was c l e a r e d o f v e g e t a t i o n and a s e r i e s o f sondages c u t i n p a r c e l l e s 22, 13, 20, 12, and 5 exposing Roman and medieval m a t e r i
  • was s u f f i c i e n t l y i m p o r t a n t t o be t h e s i t e o f a b i s h o p r i c t h a t was l a t e r t r a n s f e r r e d t o Treguier t h e s i t e c o n t i n u e d t o be occupied d u r i n g t h e e a r l y medieval period f i n a l l y i n i t s r e l i c t