Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

2471 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03504 (LE QUIOU (22). La villa de la Gare. Rapport de FP)
  • romaine Argile : atelier Empire romain Atelier Haut-Empire (jusqu’en 284) Bas-Empire (de 285 a 476) Epoque medievale haut Moyen Age Moyen Age bas Moyen Age Temps modemes Epoque contemporaine Ere industrielle Edifice Thermal Etudes annexes Géologie Datation Anthropologie
  • quart du Ier siècle de notre ère. C’est à cette période que le bâtiment III est ajouté contre l’aile sud du bâtiment principal I. En partie restitué, il s’organise autour d’un espace central bordé de deux espaces de circulation desservant chacun deux pièces dont une était chauffée
  • par des structures porteuses boisées au niveau des anciennes pièces chauffées. Deux structures semi-enterrées sont installées au nord du bâtiment I. Des fosses sont conservées sur le site mais les niveaux de circulation de cette période ont été totalement arasés par les labours, ce
  • 19,78 . 19,68 . SDP200904 22.0 MR7037 FO7052 20,42 . 0 ST7039 . 19,72 19,74 . . 21,00 SDP200905 Sond.2 21.5 580 576 21.0 578 19,76 . 577 SDP2 0203 544 19,49 .545 579 0 Rui B 19,62 . 19,57 . 542 20.5 0420 du au sse A FO7030 .19,60 19,55 . .00 0418
  • 643 FS7048 FO7046 20,42 . 542 19,55 . dalle ST7039 MR7051 SL7049 20,35 . 578 579 . 19,72 19,76 . 576 575 us7038 19,77 . .19,69 .19,62 443 FO7033 444 us7008 SDP200907 19.00 19.50 . 20,89 19,68 . .19,95 .19,67 FO7032 us7007 573 .19,34 FS7059 0207
RAP02357.pdf (SAINT-MARCEL (56). "la Sente Verte". le bourg. rapport final d'opération de fouille préventive)
  • ) République romaine Paléolithique Inférieur Moyen Supérieur Mésolithique et Epipaléolithique Néolithique Ancien Moyen Récent Chalcolithique Protohistoire Empire romain Haut-Empire (jusqu'en 284) Bas-Empire (de 285 à 476) Epoque médiévale haut Moyen Âge Moyen Âge bas Moyen Âge Temps
  • Rapport Final d'Opération SAINT-MARCEL « LE BOURG » 2008 2.1 2 décapage : Responsable d'opération : 28 jours Technicien : 112 jours (4 techniciens pendant 28 jours) pelle mécanique : 28 jours Tracto-benne : 56 jours 2 2 3 Fouille : Responsable d'opération : 42 jours Technicien : 294
  • soldats de Rhénanie à la fin du IVe siècle » (Pape 1995, p.78). Une céramique leur est associée. Enfin, en 1968, au lieu-dit L'Hérupée en Guer (Morbihan), à quelques kilomètres au NE de Saint-Marcel (Petit 1970 ; Petit 1978) (Figure 4), trois sépultures du Bas-Empire se rapprochent de
RAP02752_3.pdf (TRÉGUEUX (22). rocade d'agglomération briochine : enclos défensif, bâtiment public et habitat nucléé de la Tène 2, et leurs développements à la période gallo-romaine et à l'époque médiévale. rapport de fouille)
RAP00938.pdf (les villes antiques dans l'ouest de la Gaule. rapport de projet collectif de recherches.)
  • Recherches sur l'Armée romaine et les Provinces, t. 3, 1984, p. 75-84. CALLU J.-P., 1981b : Une constante arithmétique dans la métrologie du Bas-Empire, PACT, Revue du groupe européen d'études pour les techniques physiques, chimiques et mathématiques appliquées à l'archéologie, n° 5, 1981
  • ?), Jublains (Noviodunum) et Vieux (Aregenua), chefs-lieux des Cités des Coriosolites, des Diablintes et des Viducasses, connaissent au Haut-Empire des évolutions plus ou moins similaires et surtout, au cours de l'Antiquité tardive (Bas-Empire et début du Haut Moyen-Age) un phénomène de
  • sur le plan de sa structure urbaine que sur son activité économique liée à la Loire. Classée aujourd'hui dans les villes secondaires, il n'est pas impossible que cette cité ait été au cours du Haut-Empire un site économiquement, de première importance. La réunion de ces quatre
  • , nous serons amenés à traiter tant de la création de ces villes que de leur évolution au Haut-Empire et des éléments qui, à partir du IVeme siècle aboutissent à leur disparition presque totale. Malgré la volonté de réaliser un travail en commun, il est plus que probable que chacun
  • , 1883 (t. 1 : livre II, chap. 8, p. 213). 2° -GENERALITES ANGOT abbé A., 19 1Q : Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, 4 vol., Laval : Goupil, 1900-1910. 19 AUBIN G., 1981b : Aspects de la circulation monétaire en Mayenne dans l'Antiquité, La
  • Y., 1984 : Les marques sur briques de Jublains. Recherches de chronologie relative sur le complexe fortifié, Cahiers du groupe de Recherches sur l'Armée romaine et les Provinces, t. 3, 1984, p. 85-102. REBUFFAT R., 1977 : Jublains 1975, Cahiers du Groupe de Recherches sur l'Armée
  • romaine et les Provinces, t. 1, 1977, p. 11-34. REBUFFAT R., 1978 : La forteresse de Jublains avant la campagne de 1978, Travaux militaires en Gaule romaine et dans les provinces du Nord-Ouest, Caesarodunum, 1978, p. 334-343. REBUFFAT R., 1981a : Le complexe fortifié de Jublains
  • fortifié de Jublains après la campagne de 1978, La Mayenne .■Archéologie, Histoire, n°3, 1981, p. 19-26. REBUFFAT R., 1984 : Jublains 1976, 1977, 1978, Cahiers du Groupe de Recherches sur l'Armée romaine et les Provinces, t. 3, 1984, p. 9-50 (catalogue du matériel avec la collaboration
  • romaine et les provinces voisines, t. 21, 1985, p. 191-201. REBUFFAT R., 1987 : Monnaies du complexe fortifié de Jublains (Mayenne), Mélanges offerts au docteur J.-B. Colbert de Beaulieu, Paris : Le Léopard d'Or, 1987. TRUFFREAU-LIBRE M., 1984 : La céramique gallo-romaine des fouilles
  • de Jublains (19761978), Cahiers du Groupe de Recherches sur l'Armée romaine et les Provinces, t. 3, 1984, p. 51-58. 7° -AQUEDUC BAUCHET J.-P., NAVEAU J., L'aqueduc de Jublains (Mayenne), La Mayenne : Archéologie. Histoire, supplément n° 1, Les thermes romains d'Entrammes, 1991, p
  • ) (prospections de 1970 et 1971), ibid., t. 25(242), 1970-71, p. 3-52. BOUSQUET J., 1971 : Informations archéologiques, Gallia, t. 29, fasc. 2, 1971, p. 249-250. 10° - DEPOTS MONETAIRES AUBIN G., 19&lb : Aspects de la circulation monétaire en Mayenne dans l'Antiquité, La Mayenne : Archéologie
  • du matériel archéologique conservé à Jublains, Cahiers du Groupe de Recherches sur l'Armée romaine et les Provinces, t. 3, 1984, p. 59-66. GALLIOU P., 1982 : Corpus des amphores découvertes dans l'Ouest de la France, vol. 1 : Les amphores tardo-républicaines, supplément n° 4 à
  • provinciale au musée des Antiquités nationales, 29 e suppl. à Gallia, Paris : C.N.R.S., 1975 (p. 70-71, n° 186, et pl. 36 : vase de la Cruchère). TOURNAIRE J., BUSCHSENSCHUTZ O., HENDERSON J., COLLIS J., 1982 : Iron Age coin moulds from France, Proceedings of the prehistoric Society, t. 48
  • , 1982, p. 417-435 (p. 433 et Fig. 6 p. 430 : moule monétaire de Jublains). TRUFFREAU-LIBRE M., 1984 : La céramique gallo-romaine des fouilles de Jublains (19761978), Cahiers du Groupe de Recherches sur l'Armée romaine et les Provinces, t. 3, 1984, p. 5 1-58. Vingt-cinq années
  • paysage antique, La Mayenne : Archéologie, Histoire, n° 9, 1986, p. 53-99 (voies). JOULIA J.-C, 1984 : Un chapiteau corinthisant à Figures en buste de Jublains, Cahiers du Groupe de Recherches sur l'Armée romaine et les Provinces, t. 3, 1984, p. 67-74. LAMBERT F., 1865 : Recherches de
  • , 196-197, 199, 300]. GALLAND A. et FOUCAULT N. (1736), Découverte de l'ancienne ville des Viducassiens, Histoire de l'académie des inscriptions et belles-lettres (communication de 1717), I, p. 290-294. GERVAIS (1840-1841), Rapport sur les fouilles pratiquées à Vieux en 1839 et 1840
RAP03423_2.pdf (RENNES (35). Place Saint-Germain : naissance et évolution d'un quartier de Rennes de l'Antiquité tardive à 1944. Rapport de fouille )
RAP03720 (LANGROLAY-SUR-RANCE (22). La villa de SDU les Vaux. Rapport de fouille)
  • La Tene (second Âge du Fer) Abri Inscription Megalithe … Antiquite romaine (gallo-romain) Republique romaine Artisanat Empire romain Argile : atelier Haut-Empire (jusqu’en 284) Atelier … Bas-Empire (de 285 a 476) Epoque medievale haut Moyen
  • domaine rural gallo-romain de la périphérie de Corseul. Elle offre en effet l’opportunité d’étudier à la fois sa partie résidentielle et ses composantes annexes (bâtiments agricoles, réseau parcellaire etc.. ) sur une période qui s’étend du Ier siècle au début du Bas-Empire. Les
  • circulations Rennes-Corseul, Rennes-Avranches et du chef-lieu de cité, autorisent aussi à replacer ce site dans le cadre micro-régional. Le décapage exhaustif des 4 ensembles prescrits, favorisera surtout des comparaisons régionales ou extrarégionales. On ajoutera enfin que les modalités
  • suffisante pour la circulation de VL et ponctuellement de PL. Le cantonnement de chantier sera composé de structures modulaires organisées en vestiaires, salle de vie, bureau, et toilettes ainsi que d’un container permettant le stockage des outils. Ce cantonnement fera l’objet d’un
  • déceler rapidement des zones particulières (par exemple une occupation du Bas-Empire soulignée par la présence de monnaies de cette période). C. La fouille des vestiges : modes opératoires et principes méthodologiques C.1 La fouille des vestiges Afin de répondre aux exigences du
RAP03275_2.pdf (CHASNE-SUR-ILLET (35). ZAC du Champ des Buttes. Rapport de fouille)
  • ?? : données absentes O: ouest E: est PM : passe mécanique US : unité stratigraphique TP : trou de poteau AD : adulte d’âge indéterminé IMM : DD : immature probable decubitus dorsal F: sexe féminin M: sexe masculin Pm : prémolaire I: incisive M: molaire 10 Inrap
  • mauvais US comblement 1758 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe coffre schiste Stature 160.3 +/- 4.13 cm (fémur) Altitude supérieure 56.48 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 56.38 m NGF Pathologie ND Dimensions fosse (L/l
  • comblement 1863 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe pleine terre/linceul/logette Stature 156.6 +/- 4.13 cm (fémur) Altitude supérieure 56.43 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 56.29 m NGF Pathologie ND Dimensions fosse (L/l/prof
  • Catalogue des sépultures - E. Cabot Sépulture 6 Données archéologiques Données biologiques N° sépulture 6 Sujet en place 1 (sujet B) US creusement 1769 Etat de conservation mauvais US comblement 1770 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe F Type de tombe
  • 1737 Etat de conservation mauvais US comblement 1738 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe pleine terre Stature 147.5 +/- 4.13 cm (fémur) Altitude supérieure 56.44 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 56.35 m NGF Pathologie
  • 1771 Etat de conservation mauvais US comblement 1772 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe pleine terre Stature 158.9+/-4.13 cm (fémur) Altitude supérieure 56.38 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 55.67 m NGF Pathologie
  • comblement 1888 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe cercueil trapézoïdal. Pas de clous. Calage pierre. Stature 157.9+/-4.18 cm (tibia) Altitude supérieure 56.33 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 55.81 m NGF Pathologie ND
  • biologiques N° sépulture 11 Sujet en place 1 US creusement 1745 Etat de conservation mauvais US comblement 1746 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe cercueil trapézoïdal Stature ND Altitude supérieure 56.51 m NGF Caractère discret ND
  • Données biologiques N° sépulture 12 Sujet en place 1 US creusement 1779 Etat de conservation mauvais US comblement 1780 Age [AD ?] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe ND Stature ND Altitude supérieure 56.44 m NGF Caractère discret ND
  • archéologiques Données biologiques N° sépulture 14 Sujet en place 1 US creusement 1733 Etat de conservation mauvais US comblement 1734 Age [AD ?] Type de dépôt ND Sexe ND Type de tombe ND Stature ND Altitude supérieure 56.50 m NGF Caractère discret ND Altitude
  • archéologiques Données biologiques N° sépulture 15 Sujet en place 1 US creusement 1805 Etat de conservation mauvais US comblement 1806 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe pleine terre/logette Stature 163.2+/-4.13 cm (fémur) Altitude
  • 1793 Etat de conservation mauvais US comblement 1794 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe pleine terre Stature 159.6+/-4.83 cm (humérus) Altitude supérieure 56.48 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 56.40 m NGF Pathologie
  • B) US creusement 1765 Etat de conservation mauvais US comblement 1766 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe pleine terre Stature 163.1+/-4.83 cm (humérus) Altitude supérieure 56.45 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure
  • comblement 1782 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire Sexe ND Type de tombe cercueil trapezoïdal Stature 160.9+/-4.18 cm (tibia) Altitude supérieure 56.41 m NGF Caractère discret ND Altitude inférieure 56.04 m NGF Pathologie ND Dimensions fosse (L/l/prof) 230/60
  • m NGF 0 0,25 0,5 m 53 Catalogue des sépultures - E. Cabot Sépulture 19 Données archéologiques Données biologiques N° sépulture 19 Sujet en place 1 US creusement 1775 Etat de conservation mauvais US comblement 1776 Age [AD] Type de dépôt individuel/primaire
RAP03768 (RENNES (35). Place de la Trinité : l'occupation d'un îlot urbain depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours au regard des éléments structurants du paysage : le castrum, la douve du château ducal et l'hôtel des Monnaies. Rapport de fouille)
  • circulation longeant l’enceinte du Bas-Empire ? 12 3 NOTICE SCIENTIFIQUE 15 4 ABSTRACT 39 42 51 53 53 16 5 ÉTAT DU SITE 53 54 55 17 6 LOCALISATION CARTOGRAPHIQUE 55 21 7 ANNEXES ADMINISTRATIVES 55 56 21 7.1 Arrêté de prescription et cahier des charges de la fouille 57 32
  • transformation du secteur (Bas-Empire 3) 3.3.4 Une modification pérenne du paysage : la construction du castrum (Bas-Empire 4) 269 4 ÉTUDE ANTHROPOLOGIQUE 275 5 ÉTUDE DES MOBILIERS 275 275 276 294 5.1 Étude du mobilier céramique antique 5.1.1 Méthodologie 5.1.2 Présentation des lots
  • Monnaies à partir du XVe siècle. Au total, ce sont sept grandes phases qui ont été identifiées regroupant à la fois structures en creux et bâties, remblais et niveaux de circulation. Ces sept phases, (âge du Fer, Haut-Empire, Bas-Empire, haut Moyen Âge, Médiéval, Moderne et Contemporain
  • réaffirme l'occupation de cette zone de la ville dès le Haut-Empire confirmant l'hypothèse de L. Chevet (Chevet 2008 : 243) notant que l'emplacement du castrum serait aussi le premier noyau aggloméré sous Auguste et permet d’étoffer l'hypothèse de boulevard de circulation à l'arrière de
  • and cellar of the old Banque Populaire de l'Ouest. The prescription was based on the diagnosis carried by E. Esnault (Inrap) motivating the survey of 750 square meters. It is located in the current town center of Rennes, in the supposed Early Roman Empire town and in the north-east corner
  • of the Late Roman Empire town, surrounded by the Roman castrum. It is also close to the place recognized as the castle and in the area of the Office of coinages since the 15th century. Seven phases have been identified thanks to pits, ditches, paths, ramparts, moat, bronze furnace, storage
  • troisième décapage. É. Gaugé © Éveha, 2018. RENNES (35), Mots clefs : Haut-Empire, Bas-Empire, haut Moyen Âge, bas Moyen Âge, Époque moderne, Époque contemporaine ; habitat, voie, rempart, terres noires, douve, four de bronzier, hôtel, latrines, structure de stockage, pavage. Keywords
  • de la ville du Haut-Empire et dans l'angle nord-est de la ville ÉRICA GAUGÉ (DIR.) du Bas-Empire encerclée par le castrum. Elle est aussi à proximité immédiate de l'emplacement admis du château ducal de Rennes et dans le secteur de l'hôtel RENNES AOÛT 2019 Numéro de l'entité
  • archéologique 35.238.0140 35238 SRA BRETAGNE Code INSEE de la commune 35238 des Monnaies à partir du XVe siècle. Au total, ce sont sept grandes phases qui ont été identifiées regroupant à la fois structures en creux et bâties, remblais et niveaux de circulation. Ces sept états, (Âge du
  • Fer, Haut-Empire, Bas-Empire, haut Moyen Âge, Médiéval, Moderne et Contemporain) semblent, au moins sur le papier, se succéder sans discontinuer. VOL. 1/2 Code d'opération 5114 Aménageur GROUPE BLOT L'OCCUPATION D'UN ÎLOT URBAIN DEPUIS L'ANTIQUITÉ JUSQU'À NOS JOURS AU REGARD
  • l’angle nord de l’enceinte du Bas-Empire 2.1.1 La question du tracé 2.1.2 Un nombre de tours encore hypothétique 2.1.3 Un axe antique traversant l’enceinte d’est en ouest ? 2.1.4 La mise en œuvre de l’enceinte antique 2.1.5 La question de l’opus spicatum 2.1.6 Un boulevard de
  • (1772-1774) 193 194 230 243 253 3.5 L'occupation du secteur à l'Époque médiévale : de la douve à l'hôtel des Monnaies 3.5.1 Une circulation au début de l'Époque médiévale (Médiéval 1) 3.5.2 L'implantation de la douve, la construction d’un mur monumental et le réaménagement de la
  • ) 87 3 PRÉSENTATION DE L’ÉTUDE ARCHÉOLOGIQUE 91 3.1 Un bruit de fond de l'âge du Fer 93 3.2 Un secteur en voie d'urbanisation au Haut-Empire 3.2.1 La création de voies et le début de l’occupation (Haut-Empire 1) 3.2.2 Une zone d’occupation domestique (Haut-Empire 2) 266 266
  • 3.3 La modification du paysage à la fin du IIIe siècle (Bas-Empire) 3.3.1 L'abandon de l'occupation bâtie du Haut-Empire (Bas-Empire 1) 3.3.2 La continuité dans le remblaiement du secteur permettant une nouvelle installation (Bas-Empire 2) 3.3.3 Une dernière occupation avant la
  • 158 3.4 Entre le Bas-Empire et le haut Moyen Âge : une continuité de l'occupation ? 3.4.1 Un premier bloc de niveaux organiques (transition entre le Bas-Empire et le haut Moyen Âge) 3.4.2 Un second niveau de terres organiques (haut Moyen Âge) 268 295 298 313 331 340 343 3.7 À
  • l’aménagement Réhabilitation du site en hôtel haut de gamme Opérateur archéologique SAS Éveha 31 rue Soyouz - ESTER Technopole, 87068 Limoges Responsable Érica GAUGÉ Dates d’intervention sur le terrain du 16/05/2017 au 04/08/2017 1.3 Mots clefs Chronologie Haut Empire, Bas Empire, haut
  • Mordelaises. La fouille prend place dans l'emprise supposée de la ville du Haut-Empire et dans l'angle nord-est de la ville du Bas-Empire encerclée par le castrum. Elle est aussi à proximité immédiate de l'emplacement admis du château ducal de Rennes et dans le secteur de l'hôtel des
  • plus globale sur la ville de Rennes. Il faut rappeler ici que la fenêtre d'observation en plein cœur du castrum est exceptionnelle par ses dimensions. La Trinité au Haut-Empire La ville de Condate s'étend en aire ouverte pendant le Haut-Empire sur près de 100 ha (Aubert et al. 2010
  • rectangulaire mesurerait au moins 12,70 m hors-œuvre, tandis que sa largeur n'est pas connue mais est a minima de 2,58 m. La faible largeur des murs, 0,45 m au maximum, tend à les comparer à des solins de parois en matériaux périssables comme le note D. Pouille (Pouille 2008 : 294) pour
  • Trinité au Bas-Empire Après la destruction des bâtiments du Haut-Empire, une phase de remblaiement conséquente intervient dès le milieu du IIIe siècle. Elle dénote des autres remblais par sa couleur verdâtre due au remaniement des altérites de schiste. Plusieurs fosses ont été creusées
RAP03207.pdf (TREMBLAY (35). Bourg, église Saint-Martin : à la recherche des origines de l'église. Rapport de diagnostic)
  • (premier Âge du Fer) Sépulture Peinture La Tène (second Âge du Fer) Grotte Sculpture Abri Inscription Antiquité romaine (gallo-romain) République romaine Mégalithe Empire romain Artisanat Haut-Empire (jusqu’en 284) Argile : atelier Bas
  • -Empire (de 285 a 476) Atelier époque médiévale Études annexes Géologie haut Moyen âge Datation Moyen âge Anthropologie bas Moyen âge Carpologie Temps modemes Anthracologie époque contemporaine Pétrographie ère industrielle Palynologie
  • maçonnées appartenant à une construction antérieure à l’église actuelle dont le chœur est roman. Quand on prolonge les tracés des fondations de part et d’autre des sondages, le plan qui apparaît est –imparfaitement– orienté. Il se compose de deux entités, une rectangulaire côté ouest et
  • une curviligne côté est. Ce plan simple correspond à celui d’un édifice religieux avec une nef de plan rectangulaire et un chœur en abside. Il s’agit d’une construction antérieure à l’église au plan en croix latine édifiée à l’époque romane. La datation absolue des vestiges
  • l’édifice, il a été décidé de déplacer un maître-autel monumental pour mettre en valeur le chœur roman en cul-de-four. Le nouvel emplacement, au niveau de la croisée du transept, nécessite la construction d’une base maçonnée. Le maître-autel, œuvre du xviiie siècle, se trouvait à
  • essentiellement disposées sur les abords ouest, sud et est de l’église (cf. infra). Les parties les plus anciennes de l’église Saint-Martin de Tremblay datent de l’époque romane. Anne Lunven a réalisé une étude architecturale détaillée de l’édifice dans le cadre de sa thèse (Lunven, 2014 : 172
  • romane 1). Large de 0,70 m seulement, il possède un petit appareil rectangulaire, des essais de décor en opus spicatum et une « baie à linteau intradossé de faible ouverture » (fig.2). Elle propose un édifice à nef unique et au toit charpenté ; la forme du chœur est inconnue. A la fin
  • du xie siècle ou au début du siècle suivant, au même emplacement, est construite une église plus grande et plus monumentale (fig.1, phase romane 2). Le chœur en abside est voûté en berceau, éclairé par cinq fenêtres en meurtrière et encadré par deux absidioles en cul-de-four
  • de son intérêt architectural.   absidiole absidiole : phase romane 1 : phase romane 2 0 10 mètres Fig.1 Proposition de restitution des phases de construction romane sur l’église de Tremblay (d’après Lunven 2014, fig.42, p.173). © Stéphane Jean, Inrap II. Résultats a Fig
  • .2 La façade sud de l’église, éléments attribués à la phase romane 1 par Anne Lunven : a- détail de la maçonnerie en opus spicatum ; b- la baie à linteau intradossé. Les maçonneries postérieures ont un appareillage plus régulier. © Françoise Le Boulanger, Inrap Fig.3 Vue
  • extérieure vers le sud-ouest, du chœur en abside, du bras nord du transept et de la tour-clocher. Ils sont rattachés à la phase romane 2 par Anne Lunven. © Françoise Le Boulanger, Inrap 27 b 28 Inrap · RFO de fouille Tremblay (35) – Bourg, Église Saint-Martin 1.4 Conditions de
  • superposés de sépultures. Sous le niveau de circulation actuel, le substrat apparaît à une profondeur de 0,60 m dans le sondage 4, et de 0,80 m dans le sondage 1. Au fur et à mesure de l’ouverture, un relevé au 1/100e du sondage était réalisé, les structures mises au jour et le mobilier
  • romane. Long de presque 9 m, il a révélé des fosses, un fossé, deux sépultures et des aménagements en pierre (fig.10). Le trou de poteau 3.2, les fosses 3.7 et 3.1 ont des dimensions différentes mais modestes, des profondeurs allant de 0,10 à 0,16 m, et un remplissage unique et
  • la fondation du contrefort 3.13 et les structures 3.10 et 3.12 s’explique par une reprise en fondation de 3.13 quand le mur nord du collatéral est construit au début de l’époque moderne et qu’il prend appui sur le mur roman du bras nord du transept. Le fossé 3.14, repéré sur une
  • longueur de 1,80 m, de direction nord-sud, est antérieur au mur roman 3.10 qui le coupe (fig.10). Large de 0,50 m, et profond de 0,38 m au maximum, son creusement en « U » a un remplissage unique et sans indice anthropique. Creusé dans le sens de la pente, cet élément parcellaire
  • antérieur à l’édifice roman, participe aussi à l’évacuation des eaux de pluie. 34 Inrap · RFO de fouille Tremblay (35) – Bourg, Église Saint-Martin réseau d’eau 2015 Sd.3, état 1 3.6 3.1 82,52 3.12 3.3 3.4 3.13 3.9 3.2 3.7 3.5 3.8 3.11 3.10 réseau d’eau 2015 Sd.3, état
  • superposés de sépultures sont identifiés (fig.17 ; fig.15, coupes 1 et 2). Des creusements perforent le substrat jusqu’à 1,70 m de profondeur sous le niveau de circulation actuel dans cette partie de l’église (fig.18). Fig.16 Au premier plan, vue du dessus de la fondation maçonnée 1.2
  • raison des contraintes importantes imposées par leur environnement immédiat : un pilier roman d’un côté, et l’emmarchement mis en place au pied du maître-autel toujours présent au moment de notre intervention. Ils ont été implantés au pied de chacun des piliers qui encadrent l’entrée
  • du chœur, dans le but de vérifier si les murs 1.2 et 1.18 (sondage 1) se poursuivent. La réponse est positive (fig.21 et 22). Dans le sondage 4, le mur 4.2 (=1.2-sondage 1) sert en partie de base au pilier roman du chœur actuel (fig.21 et 23). Un fin niveau de mortier jaune (US.6
  • largeur de 0,70 m. Et il présente une nette courbure vers le NE (fig.22 et 24). Tout comme dans le sondage 4, le pilier roman repose en partie sur lui. Le niveau de réglage préparatoire à la pose du pilier est visible (fig.22, US.6). Il recouvre un petit amas de pierres et argile
RAP03707 (TREMUSON (22). Le Coin des Petits Clos : du Néolithique à l'âge du Bronze entre traditions continentale et atlantique. Rapport de fouille)
  • TREMUSON (22). Le Coin des Petits Clos : du Néolithique à l'âge du Bronze entre traditions continentale et atlantique. Rapport de fouille
  • Bretagne, Côtes d'Armor Fouille préventive du 12/06/2017 au 10/08/2017 VOL. 1/1 VOL. 1/1 TRÉMUSON (22), LE COIN DES PETITS CLOS sur tranchée de fondation, foyer, four, citerne, céramique, industrie lithique. Aménageur SAINT-BRIEUC AGGLOMÉRATION ancien, Bronze final, Moyen
  • Agglomération LE COIN DES PETITS CLOS Prescription n° 2016-336 du 16 mai 2017 TRÉMUSON (22), LE COIN DES PETITS CLOS Du Néolithique à l'âge du Bronze entre traditions continentale et atlantique Keywords : Settlement, postholes building, trench building, fire pit, deck oven, water tank
  • , ceramic, lithic technology. Les fouilles menées sur le site de Trémuson (22) Le Coin des Petits Clos interviennent dans le cadre du projet d'aménagement d'un lotissement par la commune de Trémuson. Les investigations archéologiques ont permis de mettre au jour une importante
  • -BRIEUC AGGLOMÉRATION VOL. 1/1 FOUILLE PRÉVENTIVE TRÉMUSON (22), LE COIN DES PETITS CLOS Du Néolithique à l'âge du Bronze entre traditions continentale et atlantique RAPPORT FINAL D'OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE Arrêté de prescription 2016-336 DU 14 NOVEMBRE 2016 AVRIL 2019 Numéro de
  • (22), Le Coin des Petits Clos. Du Néolithique à l'âge du Bronze entre traditions continentale et atlantique, Rapport final d'opération archéologique (fouille préventive), Éveha – Études et valorisations archéologiques (Limoges), 1 vol., SRA Bretagne, 2019. TRÉMUSON (22) – Le Coin
  • des résultats pour une structure datant du Néolithique final/Campaniforme (204) 5.5.6 Synthèse et discussions 184 5.6 Analyses radiocarbone 179 TRÉMUSON (22) – Le Coin des Petits Clos – 2019 6 255 C LES INVENTAIRES 207 207 207 5.7 Analyse micromorphologique 5.7.1
  • /Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 TRÉMUSON (22) – Le Coin des Petits Clos – 2019 8 1 FICHE SIGNALÉTIQUE 1.1 Terrain 1.1.1 Localisation
  • du site Région Bretagne Département Côtes d'Armor Commune Trémuson Lieu-dit / adresse Le Coin des Petits Clos Code Insee commune 22372 Coordonnées RGF93 – Lambert 93 : E= 268001.855 m N= 6840873.689 m RGF93 – CC48 : E= 1267897.007 m N= 7274665.899 m WGS84 : Long= 2.85565 Lat
  • ) Habitat rural, bâtiment sur poteaux, bâtiment sur tranchée de fondation, foyer, four, citerne, céramique, industrie lithique Keywords Settlement, postholes building, trench building, fire pit, deck oven, water tank, ceramic, lithic technology 9 TRÉMUSON (22) – Le Coin des Petits
  • d'Alet (Ce.R.A.A.) 11 TRÉMUSON (22) – Le Coin des Petits Clos – 2019 12 3 NOTICE SCIENTIFIQUE Les fouilles menées sur le site de Trémuson (22) Le Coin des Petits Clos interviennent dans le cadre du projet d'aménagement d'un lotissement par la commune de Trémuson. Les
  • proximité, une autre portion de bâtiment présentant un plan similaire, avec une tranchée moins profonde, pourrait appartenir au début de l'âge du Bronze. 4 ABSTRACT The residential building project at Le Coin des Petits Clos is situated in the west part of Tremuson locality
  • Saint-Brieuc, le long de la route nationale 12 reliant Saint-Brieuc à Brest. Le site archéologique faisant l'objet de cette prescription de fouille prend place au lieu-dit du Coin des Petits Clos à l'ouest du bourg de Trémuson. Il donne suite au projet d'aménagement d'un lotissement
  • sur l'emprise des travaux. Au nord-est de la parcelle 1148p, un chêne a également été contourné au moment du décapage. 13 TRÉMUSON (22) – Le Coin des Petits Clos – 2019 14 6 LOCALISATION CARTOGRAPHIQUE Fig. 1 – Localisation du site dans le département des Côtes d'Armor et
  • sur fond cartographique au 1/25 000. DAO : M. Gourmelon. Source : SCAN25 © IGN DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 15 Fig. 2 – Localisation du site sur fond cadastral. DAO : M. Gourmelon. Source © Cadastre.gouv.fr TRÉMUSON (22) – Le Coin des Petits Clos – 2019
  • 16 7 ANNEXES ADMINISTRATIVES 7.1 Arrêté de prescription et cahier des charges de la fouille DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 17 TRÉMUSON (22) – Le Coin des Petits Clos – 2019 18 DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 19 TRÉMUSON (22
  • ) – Le Coin des Petits Clos – 2019 20 DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 21 TRÉMUSON (22) – Le Coin des Petits Clos – 2019 22 DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 23 TRÉMUSON (22) – Le Coin des Petits Clos – 2019 24 DONNÉES
  • ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 25 TRÉMUSON (22) – Le Coin des Petits Clos – 2019 26 7.2 Arrêté d'autorisation et de nomination DONNÉES ADMINISTRATIVES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 27 B RÉSULTATS SCIENTIFIQUES 29 RÉSULTATS SCIENTIFIQUES 1 ÉLÉMENTS ACQUIS AVANT
  • prescription n°2016-336 du 14 novembre 2016 - Localisation de la fouille : Section A ; parcelles 230, 1148p, 1249p, 1251p, 678p, au lieu-dit du Coin des Petits Clos - Superficie de la fouille : 17 000 m² - Objectif : Les objectifs principaux de la fouille préventive visent d'une part à
  • , auquel cas un simple relevé en place est de mise). Les structures attenantes liées aux pratiques et à l’architecture funéraire feront également l'objet d'une fouille totale. 31 TRÉMUSON (22) – Le Coin des Petits Clos – 2019 32 Un relevé précis des structures rencontrées sera
  • Coin des Petits Clos – 2019 34 La fosse-citerne 186 a été fouillée manuellement par quart pour ces niveaux supérieurs jusqu'à l'apparition de la couche détritique. L'intégralité de la fosse a ensuite été explorée mécaniquement à l'aide d'une minipelle. Les tranchées ou fossés
RAP03179.pdf (SAINTE-MARIE (35). Saint Julien et Pont Saint Julien. Rapport de fouille)
  • médiévale, Haut Moyen Age Keywords : Roman Empire, Early Middle Ages, villa, pit, private baths Titre : Sainte-Marie Sous-titre : « Saint Julien » et « Pont Saint Julien » L’opération de fouilles préventives réalisée entre mai et juillet 2013 sur la commune de Sainte-Marie (Ille-et
  • Rapport d’Opération d’Archéologie Préventive Volume I/I – Textes, figures et annexes Nantes, octobre 2015 Région BRETAGNE / Département d’Ille-et-Vilaine (35) SAINTE MARIE « Saint Julien » et «Pont Saint Julien » Code INSEE : 35294 N° de site : 35 294 0014/015 N° arrêté de
  • prescription : n° 2012-142 du 20 juillet 2012 N° d’autorisation : n°2013-164 du 24 mai 2013 Code opération Patriarche : n° 35 294 0014 et 35 294 0015 Ministère de la culture et de la communication Préfecture de la Région Bretagne Direction Régionale des Affaires Culturelles – Service
  • Localisation du site Région : Bretagne Département : Ille-et-Vilaine (35) Commune : Sainte-Marie (35237) Adresse : Saint-Julien et Pont-Saint-Julien RD 177 – Axe Rennes-Redon N° de site : 35 294 0014/015 Cadastre : Section : YB Section : YC Propriétaire : Conseil Général d’Ille
  • ° autorisation de fouille : n°2013-164 du 24 mai 2013 Code opération Patriarche : n° 35 294 0014 et 35 294 0015 Maître d’ouvrage : Département d’Ille-et-Vilaine, Pôle Construction, Direction des Grands Travaux d’Infrastructures, Service Etude et Travaux n°2 - 1 avenue de la préfecture
  • du Fer) supérieur Antiquité romaine (gallo-romain) Mésolithique et Epipaléolithique République romaine Néolithique Empire romain ancien Haut-Empire (jusqu’en 284) moyen Bas-Empire (de 285 à 476) récent Epoque médiévale Chalcolithique Haut Moyen Âge Protohistoire
  • ) Numéro d’EA : 35 294 0014 (seteur 1) et 35 294 0015 (secteur 2) Responsable d’opération : Maxence Segard (Archeodunum) Nature de l’opération : Fouille préventive (SP) Couverture géographique : Bretagne, Ille-et-Vilaine (35), Sainte-Marie Code INSEE de la commune : 35 294 Mots clés du
  • thésaurus : Villa, therme privée, fosse, argile : atelier, artisanat, céramique, restes végétaux, flore, objet métallique, verre, datation, palynologie, macrorestes, analyse de céramiques, analyse de métaux, acquisition de données Chronologie : Antiquité romaine, Empire Romain, Epoque
  • /25000e). DAO : G.MARROT Renac Sainte-Marie-De-Redon Sainte-Marie (35) "Saint-Julien" - "Pont Saint-Julien" 2013 - 35 294 0014/0015 100 km Redon Rennes Ille-et-Vilaine 5km Rennes 0 Localisation de la fouille 1000 m Echelle 1/25000 © IGN 2003 Coord. Lambert : X : 275 800 Y
  • -Julien" - "Pont Saint-Julien" 2013 - 35 294 0014/0015 Secteur 1 Localisation de l'emprise de la fouille (fond cadastral) (éch.: 1/20000e). DAO : G.MARROT (fond atlas des patrimoines) Secteur 2 Cadastre 15 Copie de l’Arrêté de prescription 16 Données administratives
RAP03778 (CARNOËT (35). Tossen Saint-Gildas, la Vallée des Saints.Rapport de diagnostic)
  • décembre 2018 x : 216 294 y : 6 827 735 z : entre 205.52 et 223.90 m NGF Références cadastrales Commune Carnoët Année 2017 Section(s) et parcelle(s) YP 4 9 mai 2019 diagnostic Numéro de l’arrêté de désignation du responsable 2019-178 en date du 29 avril 2019 du 13 au 24 mai 2019
  • Âge du Fer) Sépulture Sculpture Grotte Inscription République romaine Abri Empire romain Mégalithe Haut-Empire (jusqu’en 284) Artisanat Argile : atelier Antiquite romaine (gallo-romain) Bas-Empire (de 285 a 476) Epoque médiévale haut Moyen
  • -Gildas N Carnoët Rennes Coordonnées géographiques et altimétriques (Lambert 93) : Centre de l’emprise archéologique x : 216 294 m y : 6 827 735 m z : entre 205.52 et 223.90 m NGF 20 20 40 60 80 100 km Section et parcelle : section YP parcelle 4 N Chantier Inrap - Carnoët
  • . 2.1.1 Phase 1 La première phase correspond aux structures fossoyées apparues directement au contact du substrat ou de son interface Hi 1. Le mobilier mis au jour dans ces structures permet d’envisager une datation du Haut-Empire. Sont concernés les segments 3.8, 14.1 (non sondé) et
  • observé sur le flanc méridional du fossé (Fig. 19). Figure 19 - Vue à la perche du niveau d'arrêt du sondage 7. ©J. Cavanillas Ce segment de fossé 5.3, daté du Haut-Empire, est recoupé par le fossé 5.4 et le fossé 5.5 (Fig. 19) et à fortiori par les fossés 5.2 et 5.6. Au regard des
RAP02752_2.pdf (TRÉGUEUX (22). rocade d'agglomération briochine : enclos défensif, bâtiment public et habitat nucléé de la Tène 2, et leurs développements à la période gallo-romaine et à l'époque médiévale. rapport de fouille)
  • Enclos défensif, bâtiment public et habitat nucléé de la Tène 2, et leurs développements à la période galloromaine et à l’époque médiévale VOLUME 2 Picture to be added SECTION 2 : CONTEXTE DE L’OPERATION ET DESCRIPTIONS DES FOUILLES - FIGURES Par Tim Allen, Edward Biddulph
  • .3748 14154 0 C.3682 12604 12606 Puits 12674 14247 14248 12705 12707 12708 Chablis 16988 16987 Coupe 3939 F2.2.8 Faits dedans et près de l’enclos 742 12706 5m Structure 799 Coupe 3637 1:100 12668 C.3620 12721 12915 C.3639 Coupe 3772 C.3772 14247 577 578
  • 11581 11502 11505 908 907 906 Revêtement d’argile 11499=11501 11500 11506 10021 11683 F2.2.14 Coupe 2435 à travers l’interieur près du coin NE 11579 11631 583 0 14270 C.3777 10762 C.2434 Groupe 717 11055 10749 14249 10759 1:100 14281 10718 C.3771 5m 11138
  • , exposée ouest PN6854 Détail de la voie 224 dernière phase R0014818 Voie et fossés au coin sud-ouest de la Zone 1, exposée sud F2.3.11 6135 Surface de voie Ligne supposé de voie 0 1 m 1:25 F2.3.12 : Voie 226. Photographie rectifiée 1. Surface 218 7199 Surface de voie Ligne
RAP01639.pdf (PLOULEC'H (22). le Yaudet. rapport de synthèse de fouille programmée et sondages de 1996 à 1999)
  • à son terme la coupe du rempart (tranchée 32) et repris l'étude des abords internes de cet accès (tranchée 34). Nous avons par ailleurs commencé d'examiner la porte du Bas Empire romain édifiée au pied des rochers de Beaumanoir (tranchée 33). En 1999, une fouille d'ampleur
  • limitée nous a permis d'achever l'étude de la porte terrestre occidentale du Bas Empire romain et de reprendre l'examen du problème de la situation des portes principales donnant accès au site à l'Age du Fer et à l'époque romaine (tranchées 37, 38, 39 et 40). Le relevé topographique du
  • exacte de la principale porte laténienne, de la principale porte terrestre de la fortification du Bas Empire, l'étendue et le parcours exacts du circuit défensif. C'est à ces questions que nous souhaitions répondre dans le programme 1996-1999. L'étude du rempart principal de l'Age du
  • de la tranchée, une couche de terre (Us 295), passant par-dessus cette structure ancienne, a livré quelques tessons de La Tène Finale. Ce niveau était recouvert par une couche de dalles de granit à angles vifs (Us 294), correspondant sans doute à la couche de pierres associée au
  • . 6-8) Un petit sondage ouvert en 1996 avait permis de mettre en évidence de ce que nous pensions alors être le coin extérieur nord-est d'une porte s'ouvrant dans le rempart laténien. C'est donc armés de ces renseignements qu'en 1997 nous avons ouvert un nouveau sondage (tranchée
  • et 34 (Figs. 10 et 12) A l'époque romaine, le creux du chemin pré-laténien fut définitivement remblayé et nivelé à l'aide de gros blocs de granit (Us 374 et 467). Dans ce comblement se trouvaient de la poterie du Bas Empire romain ainsi que quatre monnaies de la fin du troisième
  • siècle. Il est très vraisemblable que ce nivellement soit associé avec la refortification du promontoire au Bas Empire et qu'il soit à peu près contemporain de la construction de la porte terrestre occidentale du Bas Empire. Ce niveau de pierres était scellé par une couche de terre
  • ajouré, d'un type tardif. Cette structure est particulièrement intéressante en ce que nous avons ici, pour la première fois, un édifice correspondant à la phase tardive du Bas Empire, encore mal connue sur le site. On peut lui associer un trou de poteau (creusé dans le remplissage de
  • . Illustrations : 1269-1273. Ce mobilier couvre la période allant du 1er au lllè siècles ap., mais comprend un pourcentage élevé de mobilier résiduel plus ancien. Comblement du bâtiment à sol surcreusé, F 546 20 tessons ; assemblage du Bas Empire romain. Pâtes : A2.1-1 B1.1-3 B1.2-2 B2.1-7
  • Empire gaulois (illis.) 260-286 ap. On trouvera dans le rapport spécialisé (en annexe) l'analyse complète de ces monnaies. Petits objets Pierres du comblement Us 374 (certains de ces obiets proviennent peut-être de la partie supérieur de la couche laténienne Us 372 située
RAP03278_2.pdf (RENNES (35). Métro ligne B, station place Sainte-Anne : de la ville antique à l'Hôpital Sainte-Anne. Rapport de fouille)
  • . Dès le XIXe s, les trouvailles sont nombreuses dans ce quartier situé au centre géographique de la ville du Haut-Empire. La prescription de fouille, liée à la création d’une station de métro, fait suite à un diagnostic documentaire réalisé en raison de l’impossibilité
  • à laquelle se développe un atelier de verrier. Sur le côté oriental du site, des restes de maçonneries semblent attester la présence d’une vaste domus de la fin du Haut-Empire, équipée d’une salle chauffée par un hypocauste rayonnant. La période s’étendant de la fin du Haut
  • -Empire à la fin du Moyen-Age est illustrée par quelques rares témoignages d’occupation ayant échappé à l’écrêtement stratigraphique et aux nombreuses perturbations contemporaines ayant touché ce secteur notamment sur le côté nord ouest de la fouille. Ces indices permettent juste
  • partie supérieure et les premiers sujets apparents puis au fur et à mesure 294 Inrap · RFO de fouille De la ville antique à l’Hôpital sainte-Anne, Métro ligne B, Station place sainte-Anne, Rennes (Ille-et-Vilaine) des démontages, les ossements inférieurs étaient mis en évidence
  • de l’analyse des derniers points d’ossification du squelette (Owings-Webb et Suchey, 1985) permettant de les distribuer dans des classes d’âge selon le protocole suivant : [Ad] : individu mature mais crête iliaque et clavicule non observables [>20] ans : crête iliaque mature et
  • avons réparti les adultes en deux classes d’âge arbitraires : [Ad jeune] : classe d’âge inférieure à 39 ans [Ad âgé] : classe d’âge supérieure à 40 ans Pour les sujets immatures, trois critères ont été utilisés  : la calcification et l’éruption dentaire (Ubelaker, 1984, Moorees et al
  • sexuelle Adulte âge indéterminé [AD] Adulte [20-30 a] Immature [15-19 a] Immature [1-4 a] Adulte [>30 a] Adulte [>20 a] Immature [10-14 a] Immature [0] Adulte [20-25 a] sujet féminin sujet masculin Immature [5-9 a] Fig. 11 : diagramme stratigraphique des sépultures de la
  • décès des sujets Adulte âge indéterminé [AD] Adulte [>30 a] Adulte [20-25 a] Diagnose sexuelle Adulte [20-30 a] Immature [15-19 a] Immature [1-4 a] Adulte [>20 a] Immature [10-14 a] Immature [0] sujet féminin sujet masculin Immature [5-9 a] Fig. 13 : diagramme
  • espaces préservés (sép 12, 14 et 40). Cette disposition en rangées témoigne d’une gestion fine des enfouissements avec un marquage au sol et des zones de circulation. Ce type d’organisation en rangée a été identifié pour les inhumations dans la galerie des enfeus du couvent des
  • Sép 98 Sép 51 Sép 58 Sép 73 Sép 57 Sép 56 Sép 76 Sép 78 Sép 52 Sép 59 Sép 82 Non fouillé Sép 75 Sép 86 Sép 60 Sép 117 Sép 84 Âge au décès des sujets Adulte âge indéterminé [AD] Sép 96 Sép 83 Sép 65 Sép 70 Sép 91 Adulte [>30 a] Adulte [20-25 a] Sép 89 Sép 69