Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

2780 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00321.pdf (LA CHAPELLE DES FOUGERETZ (35). le Bas Plessis. rapport de sauvetage urgent.)
  • ,1938= dora CaVrol et dorn Lcclercq»Dictionnaire d'archéologie chrétienne et de liturgie. Tome 13 ,Paris,1938. -Carnegie,1908= H.CarnegieCed.) Catalogue of the collection of antique gems formed by James,ninth earl 6f Southesk,London,1908. -Dalton,1902= 0.M Dalton,Catalogue of early
  • , A corpus of Roman engraved gemstones from British site;: Oxford,1974,2 vols.(B.A.R,8). -Higgins,1961= R.A Higgins, Greek and Roman jewelIry, London,1961. -Iliffe,1934= J.H Iliffe, Rock-cut tomb at Tarshiha.Late IVth century, The Quarterly of the department of antiquities of Palestine
  • longueur de 6 m. environ. Quelques éléments de céramique furent prélevés sur place. Au-dessus, un remblai antique de 50 cm contenait d'abondants fragments de tegulae (cf fig. 3 : relevé stratigraphique). Autour une argile blanche, de très bonne qualité, très épurée, semblait propre à la
  • ,n° 800),de Barnsley Park(Henig,1974,n°361) et des collections de Clercq(de Ridder,1911,n°3510),Southesk(Carnegie,1908 N.F 14) et Berry (Berry,1969,n°246) ainsi que celles des pendentifs de La Chapelle-des-Fougeret -z et de la collection Frank au British Museum(Dalton,1902,137,n
  • , Ancient gems from the collection of Burton Y.Berry, Indiana,1969. -Brandt,1912- E.Brandt, Antike Gemmen In deutschen Sammlungen.Bd.1 Staatliche Münzsammlung Hünchen. Teil 3. Gemmen und Glaspasten der romischen Kaiserzeit, Prestel,München,1972. -Bréhier,1903= L.Bréhier, Les colonies
  • Christian antiquities of the British Museum,London,1902. -de Fréminville= M.de Fréminville, Restes d'un établissement gallo-romain découvert au Lodo,commune d'Arradon,Bulletin de la société archéologique du Morbihan,1857,p 53. ~Galliou,1974= P.Galliou, Deux mobiliers d'époque romaine
  • ronerzeitliche Gräberfeld von Salurn, Innsbruck,1963 , (Archäologische Forschungen in Tirol ,11). - R.C.H.M,1962= Royal Commission of Historical'Monuments »Eburacura.Roman York, London, H.M.S.O ,1962. - de Ridder,1911= A.do Ridder, Collection da Clercq ,VIl(ii) Pierres gravées, Paris,1911
RAP01573.pdf (ARRADON, PLOEREN (56). rapport de prospection inventaire)
  • . fftntutttifâ fljfftitiitw H tfîîorSÎfjan
  • pas dans le voisinage de trois monuments antiques , et si la ligne qu 'elles forment n'étok pas, d'environ quatre-vingts pas , comme un autre alignement dont je parlerai bientôt. A une assez petite distance de ce lieu , et à. l'est d'un autre bois de pins, je vis un bloc isolé au
  • ne faut considérer comme antique , sur celle lande , que le menhir et les dolmens ruinés dont elle est parsemée. A l'est et à peu de distance de ce lieu, on voit un monument au sujet duquel l'abbé Mahé est tombé dans une erreur d'un genre différent. Il le décrit comme un cromlech
RAP02222.pdf (Les haches à douille de type armoricain. rapport intermédiaire 2006 de projet collectif de recherches 2006-2008)
  • la corrélation typologie/analyses chimiques, et le SIG. Cette dernière étape nécessite plusieurs déplacements à travers la Bretagne. L'ensemble de ces travaux doit aboutir à une publication en 2008 à paraître dans la collection «Archéologie et Civilisations » des PUR, de Rennes
  • en Normandie. Des haches à douille armoricaines sont également connues dans de nombreuses régions de l'ouest de l'Europe, mais en quantité moindre. Ces haches existent également dans des collections en Europe centrale et du nord ouest, mais l'analyse critique de leur provenance
  • important de haches à douille inventoriée dans de nombreux musées français et européens mérite une mention particulière. En effet, ces collections proviennent de découvertes locales mises là à l'abri, mais aussi elles sont le reflet du goût de nombreux collectionneurs pour ces petits
  • ), Annales de Bretagne, 1973, LXXX, 21-33. BRIARD J., BOURHIS J., Analyse spectrographiques d'objets préhistoriques et antiques, 4 S série, Trav. Labo. Anthrop., Rennes, 133 p., sd. BRIARD J., BOURHIS J., VIVET J.B., nouvelles séries d'analyses spectrographique sur le Bronze armoricain
  • ., Le dépôt de haches à douille de La Bellière en Loudéac (C. du N.), Trav. Labo. Anthrop., Rennes, 1958, 42-45. GIOT P.R., BOURHIS J., BRIARD J., Analyses spectrographiques d'objets préhistoriques et antiques, Trav. Labo. Anthrop. Préh., Rennes, 2 e série, 1970, 124 p. e GIOT P.R
  • ., BOURHIS J., BRIARD J., Analyses spectrographiques d'objets préhistoriques et antiques, 2 série, Trav. Labo., Anthropo., 1969, 124 p. GIOT P.R., BRIARD J., HALLEGOUËT B., Habitat et dépôt de l'Age du Bronze au Lividic, en Plonéour-Trez (Finistère), Annales de Bretagne, 1971, LXXIII, 59
  • euros 350 euros x 6 = 2 1 00 euros 5957 euros •°ana N°anary 31729 Cu 89,0 112 Sn lef inv ""mpWmune 57.12.176 8,0 Ref inv Pb 2,5~ > Sainte Raphine Description I As lâche à douille département Sb 0,10 0,08 parlement hache à douille armoricaine ■ j F Collection
  • typologie Chronologie aration une Saint Germain-la Blanchère Deescripflon\*S^ Ag 0,10 Pays Site Ni 0,05 Bi 0,02 Fe 0,004 Zn 0,02 Collection Typologie Chronologie Décoration Mn 0,001 Si Lieu de conservation Lieu de conservation X Lambert' lusée Saint Raymond foulouse
  • °ana «yse 1967 Site :ef i Commune 2278 hache à douille 50 Sn 2,7 Charente As Sb U6 Ag 0,04 Ni F Collection type Couville Chronologie I Décoration 77-305-3a Description fragment de hache à jdouille | 0,001 ^■.^ : -.r..;-^-î-".TU-.: Bi 0,001 Fe 0,003 Zn 0,05
  • ~j Mn 0,001 Cu 64,1 dépôt de Vénat Commune Sn ,Saint Yrieix \ Département As Ref in 0,002 ^Département Typologie N°analyse 2784 Pb 43,5 Pays { Cu ( l^udeVréJ^m^J Pb 24,2 i Décoration Ag Pays Ni Bi Collection Fe Zn Chronologie Mn Si I Lieu de conservation
  • V Pays 3 F Typologie Décoration Collection Bi Fe Chronologie 0,001 Sb 0,001 ^Département Cu 72,7 dépôt de Vénat Sn Pb 21,5 kSaint Yrieix fragment de hache à douille 9,9 N°analyse 2786 0,005 Ref in TSÇrïmune 77-305 -3C kjSaint Yrieix Ag 0,015 ay s tr 0,06
  • Collection Typologie Zn Mn 0,003 X Lambert Y Lambert 0,001 0,002 Bi Fe Chronologie Décoration Zn Mn Si Lieu de conservation I Ni J Si Lieu de conservation X Lambert Y Lambert N°anaiyse 2787 :T_ L^H——:— 7^ Cu 71,3 1 = — Ref in^fF*^ 77-305-3d dépôt de Vénat "TjPptaïune
  • Saint Yrieix Sn 10,2 As 0,05 Département Sb 0,025 >" Igey de préJp^mG|t Typologie Ni 0,015 Bi 0,003 Fe 0,002 Typologie Zn tr Chronologie Décoration Desfoàon\X hache à douille Ag 0,02 Pays F Collection L Commune i Neuvy-surI Barangeon Pb 16,5 | Description s
  • x Lambert 'Hranalyse 4160 Cu 73,95 Pb 5,5 i Typologie Décoration As 0,001 Sb 0j08 Collection Ag Ô^T Ni 0,06 Bi 0,007 Fe Chronologie dépôt du BFIII Zn 0,002 Mn Si Lieu de conservation ^analyse ^4187 X Lambert Site Ref inv F une 30091 ^ésarin Descriptif n\*V
  • ^ * hache à douille " ^Département ,19 Pays F Typologie Décoration Collection Y Lambert Cu 88,7 N°analyse Cu 59,5 Sn 6,9 Sn 3,6 Pb 2,5~ Pb 31,5 As 0,15 Sb 0,20 Ag 0,07 Ni 0,10 Bi 0,015 Fe tT Chronologie Zn Mn Décoration Chronologie Mn tr Si Lieu de conservation^ Musée
  • 0,02 Bi 0,02 Fragment de hache à douille armoricaine L Dé parlement M, Lieu de prélèvement Collection Fe 0,001 ration p a ys Chronologie Décoration Mn tr ° "analyse Saint Bugan Lieu de conservation mbert 66,7 Sn 5 Pb ■Loudéac Département \22 p Cu N'analyse
  • 2,3 As 0,1 Sb 0,1 Ag 0,15 Ni 0,06 Bi 0,005 Fe tr Collection Typologie Zn Chronologie Décoration X Lambert- Ag mbert X Lambert N°analyse 10,2 21,2 ■.— Collection Lieu de conservation 0,026 Si Musée de Bretagne 62,3 Pb Ag p ays F - :. Lieu de
  • conservation y-Cambert 2366683 1215 t Sb Mn 0,001 Rectangulaire À 3 nervures Si de prélèvement êpa rtement Typologie Mn 0,003 fragment de hache à douille 0,005 Collection ypologie nalyse As ^Saint Quay Portrieux Description Collection X Lambert 220466 Cdrrïmune Ag i
  • F Lieu de conservation 48,2 lÈfeambert 2366683 X Lambert 2204123 3ll95 Ref inv Commune Liau de préj^mfcj* Pb Si Musée Saint Raymond oulouse Fragment de hache à douille armoricaine 3,1 Mn Si 138 Sn Typologie Zn Chronologie X Lambert . 48,1 Collection
  • Planguenoual 22 p a ys Lieu de prélèvement F Collection Typologie Chronologie Décoration " Dépôt ""langue de octogonale 3,8 As 0,09 Sb 0,1 >épa rtement fragment de hache à douille Pb X Lambert' 234759 Re tef inv /r^crjpflgnN fragment de hache à douille Ni Lieu de pré
RAP00878.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). rue de Kerniguez. rapport de sondage)
  • : Service Régional de l'Archéologie lieu de conservation : Collection publique départementale JUSTIFICATION DE L'INTERVENTION : demande de permis de construire Superficie du sondage : 400 m2 environ ORIGINE ET MONTANT DES CREDITS EVENTUELLEMENT ATTRIBUES : CONDITIONS ADMINISTRATIVES
  • . La parcelle se lotissement, n°l la situant d'évaluer dans la une zone richesse à risque, archéologique ayant fait l'objet de sondages en avril ville antique et proche de l'église il s'agissait, du sous-sol suite des lots à une n°2 demande et n°3 (le de
  • lot 1993). Nous sommes en effet ici en limite de de Plouguer sans doute installée sur un site la terre antique. Cinq végétale tranchées jusqu'au de substrat 9m de naturel long environ (schiste et de lm de briovérien), ont été large, dégageant
  • inintéressant, 35/40cm aucun hors apportant à l'Ouest, vestige sauf pour archéologique la en contexte. en particulier des précisions sur les limites de la ville antique, rien ne s'oppose en définitive à ce que les lots n°2 et n°3 de la parcelle 283 soient mis en construction
RAP03814 (VANNES (56). Rue Saint Tropez. Rapport de fouille)
  • du 13 bis rue de Saint Tropez à Vannes a permis l’étude d’une petite parcelle de 410 m², proche du centre-ville antique de Darioritum, chef-lieu de la cité des Vénètes. L’ensemble des vestiges mis au jour concernent essentiellement la période gallo-romaine. La parcelle prescrite
  • la chaussée témoigne aussi de son importance dans le paysage. Elle peut être définie comme un cardo de la trame viaire de la ville antique. Cet ensemble se poursuit sans grande modification jusqu’à la fin du Haut Empire. La seconde moitié du IIe siècle (phase 3) correspond à une
  • rue Saint-Tropez pourrait être la traduction matérielle. A partir du IVe siècle, le site ne semble plus véritablement occupé (phase 4). Les derniers temps d’occupation sont marqués par un dépouillement organisé des maçonneries antiques puis par un retour à l’état agricole. Inrap
  • sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple
  • Julien Villevieille, Inrap Technicien David Gache Technicien Etude du mobilier lithique Stéphanie Hurtin, Inrap Gestionnaire du mobilier Gestion des collections Équipe de post-fouille Réalisation de la photogrammétrie et du relevé Dessin du mobilier céramique, DAO, PAO
  • au projet d’aménagement du 13 bis, rue de Saint-Tropez à Vannes a permis l’étude d’une petite parcelle de 410 m², proche du centre-ville antique de Darioritum, chef-lieu de la cité des Vénètes. L’ensemble des vestiges mis au jour concernent essentiellement la période gallo-romaine
  • être défini comme un cardo de la trame viaire de la ville antique. Cet ensemble se poursuit sans grande modification jusqu’à la fin du Haut Empire. La seconde moitié du IIe siècle (phase 3) correspond à une profonde mutation du site avec une rupture forte vis-à-vis des états
  • IVe siècle, le site ne semble plus véritablement occupé (phase 4). Aucune trace d’occupation fugitive n’est à signaler. Enfin, soulignons le maintien de la voirie jusqu’à la fin de la période antique voire même un peu plus, mais les éléments de chronologie absolue manquent. Ce
  • d’occupation sont marqués d’une part par un dépouillement organisé des maçonneries antiques puis par un retour à l’état agricole. État du site A l’issue de l’opération, les terrains ont été restitués en l’état au maître d’ouvrage, conformément aux termes du contrat de fouille. Les terres
  • Saint-Tropez à VANNES (56) Occupations antiques urbaines au sud-est de la ville gallo-romaine de « Darioritum » Projet scientifique d’intervention Par : Michel Baillieu, Directeur - Adjoint scientifique et technique Région Bretagne Projet scientifique 27 28 Inrap · Rapport de
  • à l’étude scientifique de vestiges gallo-romains qui se rapportent à une occupation assez dense et dynamique d’un quartier urbain situé au sud-est de l’agglomération antique où au moins deux bâtiments en dur se développent sur la zone de fouille. Des espaces de cours alternent
  • d’ouvrage Bretagne Morbihan Vannes 13 bis rue Saint-Tropez Section BN parcelle n° 157 560 m² Monsieur et Madame Lelièvre, pétitionnaires privé Contexte actuel Nature archéologique Milieu urbain Site stratifié antique urbain Arrêté fouille Date du projet : N° 2016-319 en date du 12
  • capitale de cité antique (Darioritum) dont l’occupation est comprise entre le début du Ier siècle et le courant du IIIe siècle après J.-C. La fouille dont il est question devrait permettre d’observer la dynamique urbaine en partie sud-est de la ville, un secteur qui reste peu documenté
  • sommaires (nature, ampleur spatiale et durée) à partir des vestiges observés en tranchée 2. - Mise en perspective et corrélation des principaux résultats à l’échelle du quartier et/ou de la ville antique à partir des données existantes (fouilles préventives et programmées, découvertes
  • données (diagnostic et fouille) de tout le secteur sud-est de la ville antique afin de compléter nos connaissances de la trame urbaine de Vannes et de son organisation générale. I. Données administratives, techniques et scientifiques Projet scientifique Le projet décrit la
  • urbain de type Domus repose la question de l’organisation du réseau viaire dans les quartiers sud-est de la ville antique et de la présence d’une voie majeure pouvant structurer le quartier dès ses origines. Le plan de la fouille pourra être complété en mettant à profit le SIG que
  • résultats de la fouille avec ceux des opérations antérieures, afin notamment de s’inscrire dans une perspective d’une publication de synthèse de ce secteur dynamique de la ville antique de Vannes. IV. La méthode d’intervention La méthode d’intervention sur le terrain est divisée en
  • plus précisément en fonction du niveau de conservation des vestiges et de la complexité de la stratigraphie. La particularité de cette opération est qu’elle concerne le cœur d’un îlot de la ville antique. Cela signifie que l’exploitation scientifique des données du site nécessitera
RAP00839.pdf (VANNES (56). 1 et 3 place Stalingrad. rapport de sondage)
  • . DONNEES TECHNIQUES DE L'OPERATION. Financements. Equipe de fouille.Traitement des données. Remerciements. m. DESCRIPTION SOMMATRE DES SONDAGES. IV. CONCLUSION. V. BIBLIOGRAPHIE. VL FICHE TECHNIQUE. Vn. PLANCHES PHOTOGRAPHIQUES. I. INTRODUCTION La ville antique de Vannes mentionnée
  • ' il nous a communiqué ainsi que F. Fromentin, Y. Menez et D. Pouille, G. Le Cloirec et son équipe, pour leur aide et précieux conseils. m. DESCRIPTION SOMMAIRE DES SONDAGES. 1. contexte archéologique antique. La parcelle de la place Stalingrad est située à proximité de la Domus
  • maison d'habitation: une première tranchée ( sondage 3 ) a été ouverte en diagonale révélant peu de vestiges archéologiques notables; une deuxième tranchée ( sondage 4 ) a donc été effectuée le long du hangar, elle a mis au jour un mur antique dont le tracé a pu être précisément
  • observé en coupe à l' est de la tranchée de récupération. Sa nature n' a pu être définie. Sondage 4. En hmite sud de la tranchée, nous avons mis au jour le parement nord d'un mur antique ( US 4007 ) situé dans le prolongement de la tranchée de récupération ( US ,1003, ) repéré dans la
  • niveau NGF 12, 34. Sondage 6. Le décapage à plat a montré que le mur antique mis au jour tranchée 4 ( US 4007 ) est conservé sur une longueur de 4,00 m, à 1* est ses moellons ont été récupérés ( cf. la tranchée de récupération du sondage 3 ( US 3003, ) ).Par contre, son retour a été
  • résiduel, en particulier de céramique commune; seul un tesson de sigillée a été découvert (Curie 15 ). On notera également la présence d'un fragment de pied de verre antique ainsi que des éléments de placages. SONDAGE 5 rv. CONCLUSION. Cette étude a permis de mettre au jour un mur
  • antique et son retour conservés sur deux à trois assises auquel on a pu associer deux niveaux de sol. Cette séquence semble correspondre à l'intérieur d'un angle de bâtiment. Par contre, que se soit au nord comme au sud de cet ensemble, de nombreux remaniements n' ont laissé en place
  • aucun vestige notable : on note à ces endroits un curage général des niveaux antiques. La période d'occupation gallo-romaine, difficile à définir par manques d'indices, semble toutefois correspondre à la fin du 1er et début du 2nd de notre ère. Enfin, un puits et un caniveau ont été
  • dégagés au sud de la cour. Leur datation n' a pu être définie mais , leur altitude inférieure aux niveaux antiques lié à la topographie moderne ainsi que leur situation à proximité de la maison, laisse supposer un aménagement associé à la maison d'habitation. V. BIBLIOGRAPHIE. 1
  • Rennes. Collection publique départementale. Lieu de conservation: Adresse: Propriétaire: N° du site: Autorisation de fouille: Responsable: Plan cadastral: Coordonnées Lamberts: vTL PLANCHES PHOTOGRAPHIQUES. Sondage 3. 1. Tranchée de récupération US 3003r Sondage 4. 1. Fondation US
  • 4007 reposant sur le rocher. Sondage 5. 1. Fondations US 5010 de la maison d'habitation. 2. Vue générale sur le puits US 5001 et le caniveau US 5007. Sondage 6. 1. Vue générale du décapage. 2. Mur antique US 6001 et détail du hérisson de pierres US 6006. 3. Mur antique US 6001 et
  • détail du sol de mortier de chaux US 6005 reposant sur le hérisson de pierres US 6006. Sondage 3. 1. Tranchée de récupération US 3003, Sondage 4. 1. Fondation US 4007 reposant sur le rocher. 2. Vue générale sur le puitsUS 5001 et le caniveau US 5007. 2. Mur antique US 6001
  • et détail du hérisson de pierres US 6006. 3. Mur antique US 6001 et détail du sol de mortier de chaux US 6005 reposant sur le hérisson de pierres US 6006.
RAP02176.pdf ((22)(35). les campagnes antiques aux confins des cités des Coriosolites et des Riedones. rapport de prospection thématique)
  • (22)(35). les campagnes antiques aux confins des cités des Coriosolites et des Riedones. rapport de prospection thématique
  • PRAC-SRA 3 1 MARS 2006 COURRIER ARRIVEE LES CAMPAGNES ANTIQUES AUX CONFINS DES CITES DES CORIOSOLITES ET DES RLEDONES LE CAS DU BASSIN CALCAHIE DU QUIOU ET DE SA PERIPHERIE (ILLE-ET-VILAINE ET COTES-D'ARMOR) RAPPORT PRÉLIMINAIRE CAMPAGNE DE PROSPECTION 2005 Par Catherine
  • sites : des données assez énigmatiques 3.1.2. Les gisements antiques L'établissement des Ruettes au Quiou Le Guémain au Quiou Le site du Besso à Saint-André-des-Eaix 3.1.3. Les périodes préhistorique et médiévale 3.2. L'étude du mobilier CONCLUSION ANNEXE Tableau 1 . Présentation
  • PROBLÉMATIQUE DE RECHERCHE Ce programme de recherche, qui a débuté en 2004, porte sur les campagnes antiques aux confins des cités des Coriosolites et des Riedones. Notre étude est focalisée sur une entité géographique tout à fait originale dans la région, le bassin du Quiou. Toutefois, les
  • la fouille programmée de la villa du Quiou (responsable : J.-Ch. Arramond et Ch. Requi), vise à insérer cette villa au sein d'un terroir et, plus largement, de proposer une reconstitution du paysage antique de cette partie occidentale de la Lyonnaise. Cette recherche s'effectue en
  • complémentarité avec le mémoire de master 1 (Master Archéologie et Histoire) de M. Guinguéno intitulé : L 'occupation des sols dans le bassin du Quiou et sa périphérie à l'époque antique : le canton d'Evran. La zone englobe l'ensemble des communes du canton d'Evran dans les Côtes-d'Armor
  • préliminaire (analyse des sources, enquête orale, étude des photographies aériennes verticales de l'IGN) et aux prospections systématiques, permettront de dresser un corpus exhaustif des établissements antiques autour de la villa du Quiou. 2.1. La consultation des photographies aériennes de
  • détection de sites secondaire. En effet, lors de la première campagne de 2004, nous avions repéré 18 secteurs dans l'espace d'un peu moins de 600 ha prospecté, qui avaient fourni des trouvailles isolées ou des indices de sites antiques. Cette présence ne peut être due au hasard et il
  • intensive de ces vingt dernières années, ces gisements, de moindre importance, ne doivent laisser en surface que très peu de vestiges. Ainsi, la collecte de tous le mobilier de surface présent sur une parcelle, permet également, de mettre en évidence des indices de site. Cette modeste
  • réguliers, le long de l'axe le plus court du champ et collectant les vestiges au sol. Un intervalle restreint, de l'ordre de 4 m, a été adopté entre chaque prospecteur. Celui-ci permet, en effet, la localisation de tous les sites, quelles que soient leurs dimensions et leur nature. Il
  • offre, en outre, la possibilité de collecter les artefacts isolés ou liés aux pratiques culturales. Chaque parcelle prospectée a été choisie comme unité d'échantillonnage et affectée d'un numéro indépendant du numéro cadastral. Celui-ci ne pouvait en effet pas être utilisé, car le
  • sont hachurées les parcelles prospectées, que l'on note le type de culture, les conditions de visibilité et les découvertes. En ce qui concerne la collecte des vestiges, nous procédons à un ramassage exhaustif pour les artefacts liés aux pratiques culturales ; en revanche, pour les
  • vestiges isolés et les indices de sites antiques : des nombreuses données (fig. 2 ; 3; 4 ; 5 ; tableau 1 ; tableau 2) Comme en 2004, les données isolées ou les indices de sites sont nombreux. Neu parcelles ont fourni du mobilier antique, mais les informations sont, pour l'instant, trop
  • sigillée de Gaule du Centre (fin II e s./début III e s.) ont pu être collectés (fig. 5, n° 217). S'agit-il d'un site dont l'image est encore incomplète ? ou d'une zone d'épandage antique ? Dans le cas d'un gisement de faibles dimensions, nous serions alors en présence d'une construction
  • . Cette année, ce sont 16 panses de commune antique, localisées dans la partie nord-est de la parcelle sur une surface de 2 000 m2 qui ont été découverts. Aucun élément de construction, de même époque, n'a été clairement identifié. Au Quiou, parcelle n° 211/305 (fig. 3), plusieurs
  • fragments de tegulae (10 dont 5 prélevés) et des éclats se répartissent sur une superficie de plus de 1000 m2 . Au Quiou, également, la partie nord de la parcelle 307 (fig. 2) avait, antérieurement, livré quelques éléments antiques {tegulae, sigillées et amphore). Trois fragments de
  • céramique commune complètent le mobilier. La parcelle, n° 209 (fig. 3) qui borde au nord ces vestiges, a fourni, six tegulae (dont 5 prélevés), et trois fragments de céramique antique. Ces données sont, encore, trop incomplètes pour pouvoir évoquer la présence de sites et déterminer leur
  • antiques (fig. 2, fig. 3, tableau 1 et tableau 2) L'établissement des Ruettes (commune Le Quiou ; fig. 3) L'extension est et nord de cet établissement, dont l'interprétation reste difficile, a été confirmée par la présence, dans la parcelle n°306 (à l'est) de mobilier archéologique
  • clairement, que sa surface avait été sous-estimée : elle atteint, en fait, 750 m2 . Le mobilier antique est composé uniquement de tegulae et ne nous permet donc pas de préciser la nature du gisement. Le site du Besso (commune Saint-André-des-Eaux ; fig. 3) Deux interprétations ont été
  • la protohistoire ont pu être identifiés sur les parcelles 217 à Trévérien et 472 à Saint-André-des-Eaux. Il s'agit uniquement de fragments de panse difficiles à identifier, si ce n'est par la pâte modelée de teinte brune et riche en particules de quartz. - La période antique est
  • restreinte, collecte du mobilier hors site et multiplication des vérifications) permettra de les mettre en évidence. 11 Tableau 1. Présentation générale des parcelles prospectées Commune N° parcelle Le Quiou 200 = 28+29 (2004) Culture/Couvert végétal/Pratique culturale Semis de
RAP00838.pdf (VANNES (56). rue du 505e RCC. maison de retraite. rapport de sondage)
  • . SOMMAIRE L INTRODUCTION. U. DONNEES TECHNIQUES DE L'OPERATION. Financements. Equipe de fouille.Traitement des données. Remerciements. III. DESCRIPTION SOMM AIRE DES SONDAGES. TV. CONCLUSION. V. FICHE TECHNIQUE. VI. PLANCHES PHOTOGRAPHIQUES. I. INTRODUCTION La ville antique de
  • . 1. Contexte archéologique. La parcelle de la future Maison de Retraite se situe à 1' extrême nord de 1' occupation antique de la ville du Haut-Empire 2. Méthodologie et implantation des sondages Cette étude a été réalisée en parallèle avec d'autres sondages situés en différents
  • ' occupation antique au nord de la ville de VANNES. Apparemment, ce secteur semble écarté des faubourgs antiques. Toutefois, la présence de quelques tegulae ( mêlées à une cotamination contemporaine ) laisse supposer 1' existence d' une occupation galloromaine à proximité. V. FICHE
  • . A. Desfonds Section AY. Parcelle 311. Ax: 218,700. Ay: 2308,250 1er au 15 Septembre 1993. SRA Rennes. Collection publique départementale. VI. PLANCHE PHOTOGRAPHIQUE. 1 et 2. Vue sur la coupe stratigraphique du terrain. 1 et 2. Vue sur la coupe stratigraphique du terrain.
RAP02964.pdf (VANNES (56). 13 rue du 35e RA Beaupré. rapport de diagnostic)
  • au 24 mars 2014. D’une emprise de 8893 m2, la zone d’intervention se situe dans un contexte environnemental particulièrement humide, proche d’un fond de vallée. Le secteur se trouve en périphérie occidentale des villes antiques et médiévales, dans un quartier urbanisé à l’époque
  • contemporaine (Casernes). La prescription de l’Etat a été motivée par le passage supposé de la voie antique Vannes-Angers par Rieux en contrebas du terrain diagnostiqué et par la proximité d’une nécropole à incinération au niveau de la Caserne. Des enclos laténiens et gallo-romains ont
  • pourrait suivre celle de la voie antique. Les autres éléments, foyer ou fosses, apparaissent isolés ou en bordure d’emprise. Les différentes structures ont livré une petite quantité de mobilier attaché à la vie quotidienne (chaussure, récipients en verre, céramique). En conclusion, les
  • fossés attribuables à l’époque antique. Les fossés F. 5 – F. 7 Les fossés F. 23 – F. 26 Les fossés F. 25 – F. 10/F. 15 2.1.2 Le réseau fossoyé moderne 2.1.3 Les fossés à datation indéterminée 2.2. Les autres structures fossoyées antiques 2.2.1 La tranchée-foyer F. 3 2.2.2 Les fosses F
  • Logistique Nathalie Ruaud, INRAP Assistant de gestion Logistique Olivier Laurent, INRAP Gestionnaire de base Gestion du matériel Stéphanie Hurtin, INRAP Gestionnaire de collection Gestion du mobilier Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans
  • particulièrement humide, proche d’un fond de vallée. Le secteur se trouve en périphérie occidentale des villes antiques et médiévales, dans un quartier urbanisé à l’époque contemporaine (Casernes). La prescription de l’Etat a été motivée par le passage supposé de la voie antique VannesAngers
  • parcellaires. Son orientation pourrait suivre celle de la voie antique. Les autres éléments, foyer ou fosses, apparaissent isolés ou en bordure d’emprise. Les différentes structures ont livré une petite quantité de mobilier attaché à la vie quotidienne (chaussure, récipients en verre
  • périphérie orientale de la cité antique de Darioritum, à proximité du tracé supposé de la voie Vannes-Angers ainsi que d’une nécropole jusque là repérée au niveau de la Caserne du 3e Régiment d’Infanterie de Marine. 1.2 Cadre géographique et géologique Le projet concerné se situe partie
  • tardive que vont se développer la ville médiévale et ses remparts. Le projet du 13, rue du 35e RA Beaupré se situe donc hors emprise des centres antiques et médiévaux. L’urbanisation du quartier date véritablement de la fin du XIXe s et du début du XXe siècle, sous l’impulsion de
  • l’implantation de deux casernes d’artillerie et de l’arsenal, de 1875 à 1881. Plusieurs indices de sites archéologiques ponctuent les abords de la zone d’intervention. Des sépultures à incinération antiques ont été identifiées à l’angle sud-ouest des casernes, lors de la construction de ces
  • , avenue de Verdun (EA 56 260 0063 / 0080 / 0081) Port, cours d’eau et étangs Voie antique 2 Diagnostic du 24, rue A. Leroy (EA 56 260 0084) Emprise supposée de la ville antique pendant le Haut-Empire 3 Surveillance de travaux Bohalgo (Triste, Daré, 2009) Tracé attesté et présumé
  • de l’enceinte de l’Antiquité tardive 4 Diagnostic de La Lande/ Bohalgo (Ferrette, 2011) Rues antiques attestées de l’Antiquité tardive 5 Diagnostic Bohalgo, Impasse de Kersec (Villard, 2011) Fig. 3 Contexte archéologique de l’opération © S. Daré / CERAM 2004, J.-Fr. Villard
  • / INRAP 2011, St. Le Berre / INRAP 2014 Fig. 4 Chemin communal en contrebas de parcelle, à l’emplacement présumé de la voie antique © St. Le Berre / INRAP 2014. chemin communal en contrebas de l’emprise de l’opération (CAG 56, p. 344) (Fig. 4). Aucun autre indice ne nous renseigne
  • perpendiculairement au chemin communal matérialisant le tracé hypothétique de la voie antique, respectant ainsi la topographie du terrain. Les suivantes ont été ouvertes selon diverses orientations, afin de détecter efficacement d’éventuelles structures archéologiques. Des extensions de tranchées
  • puis reconditionné en sacs numérotés et caisses normalisées avant de faire l’objet d’une étude et d’un listing spécifique. Les documents de terrain, les photos enregistrées sur CD-Rom ainsi que le mobilier reconditionné seront versés au gestionnaire des collections pour archivage
  • l’emprise de l’opération. 2.1.1 Trois ensembles de fossés attribuables à l’époque antique. Un premier réseau fossoyé est attribuable à l’époque antique. Les fossés F. 5 – F. 7 Au centre de la parcelle, il correspond aux fossés parallèles F. 5 - F. 7, tous deux scellés par l’horizon Hi 4
  • cadastrale récente (ancienne haie) 10 1/1000 Tracé supposé de la voie antique Vannes-Angers / Nantes par Rieux Structure antique Parcellaire présumé antique Mobilier antique Structure à datation indéterminé Parcellaire moderne ou contemporain Fig. 8 Proposition de phasage des
  • antique (Fig. 29, n°1) ainsi que des tessons d’amphore à vin de Tarraconnaise (Espagne), typiques des premières décennies de l’Empire dans la région. A l’ouest de la zone de diagnostic, le fossé F. 19 - TR. 8, présente des similitudes de profil et de dimensions (0,84 m de large et 0,30
  • aucun indice datant, il est toutefois envisageable de l’associer au parcellaire antique. Fig. 10 Fossés F. 5 et F. 7, TR. 15 © St. Le Berre / INRAP 2014. Fig. 11 Coupe du fossé F. 7, TR. 3 © St. Le Berre / INRAP 2014. Fig. 12 Interruption du fossé F. 5, TR. 3 © S. Le Forestier
  • / INRAP 2014. Fig. 13 Fossé F. 19, TR. 8 © S. Le Forestier / INRAP 2014. Les fossés F. 23 – F. 26 Les deux fossés parallèles F. 23 et F. 26, dégagés à l’extrémité orientale de l’emprise de diagnostic (TR. 13) constituent le second ensemble fossoyé attribuable à l’époque antique (Fig
RAP03293.pdf (VANNES (56). Rue du 28ème R.A. Rapport de diagnostic)
  • Sujets et thèmes Fossé parcellaire Diagnostic archéologique Le diagnostic se situe au nord-est du centre-ville de la commune de Vannes à proximité de la limite supposée de la ville antique « Darioritum ». Son emprise porte sur une superficie totale de 582 m2 dont 94 m2 ont été
  • diagnostiqués. Malgré un environnement favorable, proximité d’une voie antique (Vannes-Angers), de l’emplacement supposé de la nécropole antique sur les terrains des casernes militaires, d’une (avenue de Verdun) ou de rejets liés à la nécropole antique (en contrebas du site avenue E Herriot
  • ), aucune trace d’occupation antique n’est présente sur les lieux. Seule la mise au jour d’un unique fossé parcellaire d’époque contemporaine est à signaler. Le résultat est donc négatif. Rapport final d’opération Chronologie moderne Commune de Vannes (Morbihan) Rue du 28ème R.A
  • Gestion du matériel Stéphanie Hurtin, INRAP Gestionnaire de collection Gestion du mobilier Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Dominique Pouille, INRAP Responsable d’opération Responsable scientifique Mathieu Piriou, Stagiaire Technicien de fouille
  • supposée de la ville antique « Darioritum ». Son emprise porte sur une superficie totale de 582 m2 dont 94 m2 ont été diagnostiqués. Malgré un environnement favorable, proximité d’une voie antique (VannesAngers), de l’emplacement supposé de la nécropole antique sur les terrains des
  • casernes militaires, d’une (avenue de Verdun) ou de rejets liés à la nécropole antique (en contrebas du site avenue E Herriot), aucune trace d’occupation antique n’est présente sur les lieux. Seule la mise au jour d’un unique fossé parcellaire d’époque contemporaine est à signaler. Le
  • réalisation d’un diagnostic archéologique sur la parcelle située au n° 28 rue du 28e R.A. Ce diagnostic a été motivé principalement par la proximité de la nécropole antique de Darioritum actuellement reconnue au niveau des terrains militaires situés plus au sud. Il est néanmoins nécessaire
  • de mentionner le tracé d’une voie antique Vannes-Angers une centaine de mètres en contrebas au sud-est. 1.2 La méthodologie La parcelle ne présentant pas de contraintes particulières si ce n’est l’existence d’arbres fruitiers à préserver le long de sa limite sud. Les tranchées de
  • . La ville se développe sur la colline de Boismoreau durant la période augustéenne. Le quartier de Saint Patern a livré le cœur politico-judiciaire de la ville antique. Celui -ci est caractérisé par par la mise en évidence du forum, de sa basilique et dans son axe, plus à l’est, du
  • théâtre. A proximité immédiate, un quartier artisanal s’est révélé rue Sainte Catherine et ruelle du recteur, mais aussi des entrepôts situés non loin du port antique. Des thermes ont été retrouvés en face de l’ancienne préfecture. Dans la zone périphérique des domus ont également pu
  • , la ville antique se retranche sur la colline du Mené à l’abri d’un solide castrum dont on peut encore apercevoir des maçonneries (face à l’ancienne préfecture, rue Thiers dans des jardins privés, rue de Closmadeuc…). Les abords de Darioritum ont aussi livré leurs lots de
  • élément mobilier quel qu’il soit trahissant une occupation ancienne des lieux. Malgré un environnement favorable, proximité d’une voie antique (Vannes-Angers), de l’emplacement supposé de la nécropole antique sur les terrains des casernes militaires, d’une domus (avenue de Verdun) ou
  • de rejets liés à la nécropole antique (Avenue E. Herriot), cette absence totale d’artefacts anciens montre que le terrain concerné n’est pas situé à proximité immédiate d’une zone anciennement urbanisée . Ceci incite à repousser vers le sud-ouest la limite d’extension de la ville
  • antique. 4 Bibliographie DARE, S., TRISTE A., avec la collaboration de BRUNIE, I., 2012-Bohalgo, Vannes, Rapport de sondages archéologiques du CERAM, SRA Bretagne. DARE, S., TRISTE, A., 2012-Vannes, la villa romaine du Boizy, Bulletin des amis de Vannes, 37. FERRETTE, R., 2010-Bohalgo
  • archéologique Le diagnostic se situe au nord-est du centre-ville de la commune de Vannes à proximité de la limite supposée de la ville antique « Darioritum ». Son emprise porte sur une superficie totale de 582 m2 dont 94 m2 ont été diagnostiqués. Malgré un environnement favorable, proximité
  • d’une voie antique (Vannes-Angers), de l’emplacement supposé de la nécropole antique sur les terrains des casernes militaires, d’une (avenue de Verdun) ou de rejets liés à la nécropole antique (en contrebas du site avenue E Herriot), aucune trace d’occupation antique n’est présente
RAP03729 (CARHAIX-PLOUGUER (29). 24 rue de Kerwenn. Rapport de diagnostic)
  • présentait un potentiel archéologique puisqu’elle se situe à proximité de la voie antique Carhaix-Corseul et du pont-aqueduc antique. Cependant, elle n’a livré aucune trace d’occupation à caractère archéologique. Diagnostic archéologique — Rapport d’opération Chronologie Finistère
  • tout consultant. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction de texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou
  • et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle
  • puisqu’elle se situe à proximité de la voie antique Carhaix-Corseul et du pont-aqueduc antique. Cependant, elle n’a livré aucune trace d’occupation à caractère archéologique. Trois tranchées de diagnostic ont été réalisées. Le terrain naturel a pu être observé dans chaque tranchée et ce
  • général des tranchées. © Stéphane Jean, Vincent Pommier emprise du diagnostic tranchée de diagnostic 0 20 mètres 1.2 Contexte archéologique L’emprise du diagnostic se situe dans une zone de la cité antique de Carhaix-Plouguer, présentant un potentiel archéologique. En effet, nous
  • sommes en périphérie immédiate des tracés de la voie antique Carhaix – Corseul et du pont aqueduc (Fig. 2). 26 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Finistère, Carhaix-Plouguer, 24, rue de Kerwenn Ke n ie ril Renn es / V annes / Cors eul Pont-a quedu c nez arne Dou
  • 0 emprise du diagnostic tronçon de chaussée mis au jour Fig. 2 Localisation de l’opération par rapport aux vestiges antiques connus. axe de rue attestée 500 m axe de rue supposée 1.3 Méthodologie et problématiques © Céline Baudoin, Gaétan Le Cloirec L’opération s’est
  • générale des tranchées. C. Baudoin 3826 Vue générale des tranchées. C. Baudoin 2. Liste des figures Fig. 1 Plan général des tranchées. © Stéphane Jean, Vincent Pommier Fig. 2 Localisation de l’opération par rapport aux vestiges antiques connus. © Céline Baudoin, Gaétan Le Cloirec
  • était de 1 310 m². L’opération présentait un potentiel archéologique puisqu’elle se situe à proximité de la voie antique Carhaix-Corseul et du pont-aqueduc antique. Cependant, elle n’a livré aucune trace d’occupation à caractère archéologique. — Mobilier — Diagnostic archéologique
RAP03354.pdf (TREVE (22). La Ville au Moulin : un dépôt de monnaies antiques. Rapport de sondages)
  • TREVE (22). La Ville au Moulin : un dépôt de monnaies antiques. Rapport de sondages
RAP03653 (CARHAIX-PLOUGUER (29). Lannaouennec. Rapport de diagnostic)
  • un potentiel archéologique puisqu’elle se situe le long du tracé supposé de la voie antique Carhaix-Quimper et est à proximité d’une occupation antique et d’un dépôt de l’âge du Bronze. Cependant, elle n’a livré aucune trace d’occupation à caractère archéologique. — Mobilier
  • possédés par les auteurs et les contraintes qui en résultent pour tout consultant. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute
  • notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas
  • ). La surface à sonder était de 4 100 m². L’opération présentait un potentiel archéologique puisqu’elle se situe le long du tracé supposé de la voie antique Carhaix-Quimper et est à proximité d’une occupation antique et d’un dépôt de l’âge du Bronze. Cependant, elle n’a livré aucune
  • de la cité antique de Carhaix-Plouguer. La proximité du tracé supposé de la voie antique reliant Carhaix-Plouguer à Quimper, un dépôt de l'âge du Bronze ainsi qu'une occupation antique constituent le paysage archéologique de Lannaouennec. Fig. 2 Localisation de l’opération par
  • de la voie antique Carhaix-Quimper et est à proximité d’une occupation antique et d’un dépôt de l’âge du Bronze. Cependant, elle n’a livré aucune trace d’occupation à caractère archéologique. — Mobilier — Diagnostic archéologique — Rapport d’opération Chronologie Finistère
RAP00840.pdf (VANNES (56). 6 rue des Quatre Frères Crapel. rapport de sondage)
  • TECHNIQUES DE L'OPERATION. Financements. Equipe de fouille.Traitement des données. Remerciements. m. DESCRIPTION SOMMAIRE DES SONDAGES. IV. CONCLUSION. V. BD3LIOGRAPHTE. VI. FICHE TECHNIQUE. VH. PLANCHES PHOTOGRAPHIQUES. h INTRODUCTION La ville antique de Vannes mentionnée sur la
  • , pour leur aide et précieux conseils. VANNES 6, rue des Quatre Frères CRAPEL 1993 IMPLANTATION DES SONDAGES ech: 1/200e D3. DESCRIPTION SOMMAIRE DES SONDAGES. 1. Contexte archéologique antique. Le parcelle de la rue des Quatre frères Crapel est située en limite nord de 1
  • sous la chape de béton, est apparu une couche de remblai antique ( US 1002 / US 1006 ) composé de cailloux, fragments de tegulae, de nodules de mortier de chaux et de mortier hydraulique. Dans la partie sud de la tranchée, cette couche suit un pendage N / S et est recoupé par un
  • creusement contemporain ( US 1001 ) certainement lié au décaissement cité plus haut. Des niveaux archéologiques en place, subsiste d'une part, la trace de fondation d'un mur ( US 1004 ) vraisemblablement antique. A ce mur, on a pu associer le niveau de démolition ( NGF 11,83 ) situé sur
  • : 69/79 ap. J.C.). VANNES 6, rue des Quatre Frères CRAPEL 1993 SONDAGE 1 Sondage 2. Sous un ensemble de remblais rapportés pour 1' aménagement du jardin, on a pu mettre en évidence au niveau NGF 13,55 les restes de deux murs antiques ( US 2031 et US 2035 ) construits en tranchée
  • permis de tout expliquer. Toutefois, on serait amené à penser que la partie inférieure des fondations correspondrait à une structure antérieure ( cf. infra ). Ces deux fondations recoupent à partir du niveau NGF 13,10 des couches archéologiques antiques antérieures aux murs, et
  • légèrement plus terreuses et hétérogènes à 1' ouest de la fondation 2032. Sous ces niveaux d'occupations antiques et une couche limoneuse brune ( US 2018 et US 2027 ), nous avons repéré au niveau NGF 12,05 un trou de poteau (US 2037, ) creusé dans le substrat qu' il faut peut-être
  • indigène et de la terra-nigra (Menez F 128). IV. CONCLUSION. Globalement, nous avons constaté un degré de conservation inégal des vestiges antiques entre le hangar et le jardin de la maison d'habitation. La relation stratigraphique entre les deux parties de la parcelle s' avère
  • , rue des Quatre Frères Crapel. M. et Mme Falvet. 56 260 065. 93-81. A. Desfonds Section AO. Parcelle 552. Ax: 218,200 Ay: 2307,920 16 au 21 Août 1993. Date des sondages: Lieu de dépôt pour étude: SRA Rennes. Lieu de conservation: Collection publique départementale. I VII
  • . PLANCHES PHOTOGRAPHIQUES. Sondage 1. 1. Trace de fondation US ÎÔÔ4. 2. Fond du fossé US 1008. 3. Creusement US 1010. Sondage 2. 1. Vue générale de la tranchée. 2. Fondation du mur antique US 2032. 3. Fondation du mur antique US 2035. 4. Trou de poteau US 2037. 3. Fondation du mur
  • antique US 2035.
RAP03770 (ARRADON (56). 17 route de Plesterven. Rapport de diagnostic)
  • Antiquite romaine (gallo-romain). Sujets et thèmes voirie Un projet d’aménagement immobilier sur une parcelle attenante à la route départementale 101, dite localement de la Côte du Vincin et sensée fossiliser un itinéraire routier antique reliant la ville de Vannes
  • ) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies
  • de la côte du Vinci Notice scientifique Un projet d’aménagement immobilier sur une parcelle attenante à la route départementale 101, dite localement de la Côte du Vincin et sensée fossiliser un itinéraire routier antique reliant la ville de Vannes /Darioritum à l’agglomération
  • ville de Vannes à Locmariaquer, est à l’origine de la prescription d’un diagnostic archéologique par le Service régional de l’archéologie de Bretagne. En effet cette route, semblant perpétuer une possible liaison routière antique, établie entre la capitale de la Cité des Vénètes et
  • tracé supposé de la voie antique emplacement du diagnostic Fig.1 Plan de localisation de l’opération et détermination du tracé de la voie antique reliant Vannes/Darioritum à Locmariaquer © A. Desfonds, Inrap 28 Inrap · RFO de diagnostic Commune de Arradon (56) 2, route de la
  • diagnostic 440 Fig. 3 Plan général de l’opération © A. Desfonds, Inrap emprise du diagnostic 0 130 25 m Echelle : 1/500 Le contexte archéologique A l’image du pourtour du golfe du Morbihan, le territoire de la commune d’Arradon est parsemé de grandes villae antiques, toutefois dans
  • l’environnement immédiat de notre intervention, seule la présence d’une voie antique a retenu notre attention (Galliou et alii., 2009, p. 70). 29 II. Résultats Les découvertes archéologiques L’ouverture de l’unique tranchée n’a révélé aucun indice archéologique. Le substrat de nature
  • tranchée ouverte selon un axe nord-ouest/sud-est perpendiculaire à la route départementale 101, depuis le nord © G. Leroux, Inrap Conclusion Au terme de ce diagnostic, réalisé sans nul doute à proximité d’un tronçon de la voie antique reliant la capitale de cité gallo-romaine Vannes
  • /Darioritum à l’agglomération antique secondaire de Locmariaquer, il est possible d’affirmer que l’entité physique de cette voie et ses éventuels aménagements latéraux, n’ont pas été touchés par les investigations archéologiques. Nous pensons que la route départementale moderne 101
  • recouvre, au moins ponctuellement, cette chaussée antique. Bibliographie Galliou P. et al., 2009 - Le Morbihan. Carte archéologique de la Gaule, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 445 pages. Antiquite romaine (gallo-romain). Sujets et thèmes voirie Un projet
  • d’aménagement immobilier sur une parcelle attenante à la route départementale 101, dite localement de la Côte du Vincin et sensée fossiliser un itinéraire routier antique reliant la ville de Vannes /Darioritum à l’agglomération secondaire de Locmariaquer, est à l’origine de ce diagnostic. La