Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

2988 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02035.pdf (MELLAC (29). lotissement "le bourg" section aa n°1. rapport de diagnostic)
  • : LE SONDAGE 3 Ce sondage a livré une structure linéaire (F.3), orientée approximativement est/ouest (P1.5). Cette structure apparaissant sous la terre végétale, correspond à un fossé parcellaire. Sa largeur est de 1,50 m et sa profondeur conservée d'environ 0,60 m. Son comblement
  • structure d'époque récente. Ce fossé correspond probablement à la structure linéaire F.26 reconnue dans le Sond.22. 3 - 3 : LE SONDAGE 6 Ce sondage a livré deux structures (F.4 et F.5). F.4 est une structure linéaire, orientée sud-ouest/nord-est (non sondée), apparaissant sous la terre
  • végétale. Elle correspond à un fossé parcellaire probablement à mettre en relation avec F.l ou F.2 du Sond.l. D'une largeur d'environ 1 m, son comblement est constitué d'un sédiment brun. F.5 apparaissant sous la terre végétale correspond à une structure circulaire, d'un diamètre de
  • le Sond.30), orientées approximativement est/ouest (P1.5). Le Sond.25, décalé par rapport aux précédents, a livré une seule structure linéaire (F.27, P1.5). 2 Ces structures apparaissant sous la terre végétale, correspondent probablement à deux fossés parcellaires, implantés en
  • fossés n'ont livré aucun mobilier permettant de les dater précisément. 3 - 5 : LE SONDAGE 8 Ce sondage a livré trois structures circulaires correspondant à des trous de poteau (F.8, F.9 et F. 10, P1.4). Ces vestiges qui apparaissent sous la couche de terre végétale ont un diamètre de
  • organisé dont la fonction précise ne peut être, au vu des indices recueillis, déterminée. L'absence de mobilier dans l'environnement de ces vestiges n'autorise aucune datation de cet ensemble structuré. 3 - 6 : LE SONDAGE 11 Ce sondage a livré douze structures circulaires correspondant
  • - 7 : LES SONDAGES 12,13,14 et 42 Ces sondages ont livré des tronçons d'une seule et même structure linéaire, orientée nord-est/sud-ouest (P1.4). Ces vestiges apparaissant sous la terre végétale, correspondent à un fossé. Celui-ci, aujourd'hui totalement remblayé, est visible sur
  • le Sond.13 (P1.4), révèle que sa largeur est d'environ 2,80 m et sa profondeur conservée à cet endroit de 1,30 m. Son comblement est constitué de différentes couches, dont l'une (US.9) présente des racines et des morceaux de bois en cours de décomposition. L'US.2 correspondant au
  • récente. Le cadastre napoléonien présente un découpage parcellaire correspondant aux fossés de "l'enclos quadrangulaire" reconnus lors des sondages de diagnostic et apparents sur la photographie aérienne de l'IGN. La majorité de la surface interne de "l'enclos" est située dans les
  • linéaire (F.26), orientée approximativement est/ouest (P1.5). Cette structure apparaissant sous la terre végétale, correspond à un fossé parcellaire. Sa largeur est de 0,90 m et sa profondeur conservée d'environ 0,35 m. Son comblement est constitué d'un sédiment brun associé à des blocs
  • de gneiss et de très nombreuses racines. Ce fossé, qui n'apparaît sur aucun des plans consultés, n'a livré aucun mobilier permettant de le dater. En revanche, la présence des racines non décomposées semble indiquer une structure d'époque récente. Ce fossé correspond probablement à
  • la structure linéaire F.3 reconnue dans le Sond.3. 4) CONCLUSIONS Les résultats recueillis montrent que l'anomalie visible sur la photographie aérienne de l'IGN correspond bien à une structure anthropique. Le diagnostic révèle que les vestiges mis au jour, dans une partie des
  • de 1,30 m2. Ce fossé, au vu de la photographie aérienne, délimite un espace de forme approximativement quadrangulaire. Ces vestiges, fréquemment reconnus, correspondent souvent à une occupation de type "ferme indigène" pouvant être datée de la période gauloise. Le plan du cadastre
  • °1. F.l : structure linéaire correspondant à Aucun mobilier. un fossé. F.2 : structure linéaire correspondant à un fossé. Nord-Est/Sud-Ouest Aucune structure. Aucun mobilier. Nord/Sud F.3 : structure linéaire correspondant à Aucun mobilier. un fossé. Nord/Sud Nord/Sud Nord/Sud
  • Nord/Sud Aucun mobilier. Aucune structure. Aucune structure. Aucun mobilier. F.4 : structure linéaire correspondant à Aucun mobilier. un fossé. F.5 : structure circulaire correspondant probablement à une fosse. Nord/Sud F.6 : structure linéaire correspondant à Aucun mobilier. un
  • fossé. F.7 : structure linéaire correspondant à un fossé. F.8 : structure circulaire correspondant Aucun mobilier. à un trou de poteau. F.9 : structure circulaire correspondant à un trou de poteau. F. 10 : structure circulaire correspondant à un trou de poteau. Nord/Sud Inventaire
  • 0,40 m Nord/Sud Aucune structure. Nord/Sud Aucune structure. Nord-Ouest/Sud-Est F . l l . F.12. F.13. F.14, F.15. F.16, F.17, F.18. F.19.F.20. F.21 etF.22 : structures circulaires correspondant à des trous de poteau. Nord/Sud F.23 : structure linéaire correspondant à un fossé
  • .24 : structure linéaire correspondant à 1 fond de bouteille en verre vert et 1 un fossé. fragment de boite de conserve en fer. Nord-Ouest/Sud-Est F.25 : structure linéaire correspondant à Aucun mobilier. un fossé. Nord/Sud Nord/Sud Nord/Sud Nord/Sud Nord/Sud Inventaire des
  • mobilier. Aucun mobilier. correspondant à Aucun mobilier. Aucun mobilier. Aucun mobilier. correspondant à Aucun mobilier. Aucun Aucun Aucun Aucun correspondant à Aucun mobilier. mobilier. mobilier. mobilier. mobilier. correspondant à Aucun Aucun Aucun Aucun Aucun Aucun mobilier
  • du sondage 14). Nord/Sud Nord-Ouest/Sud-Est Nord-Est/Sud-Ouest Nord/Sud Nord-Ouest/Sud-Est Nord-Ouest/Sud-Est Inventaire des sondages Aucune structure. Aucune structure. Aucune structure. Aucune structure. Aucune structure. F.30 : structure linéaire correspondant à un fossé
RAP03580 (ROSTRENEN (22). RN 164 2x2 voies, tr 1. Rapport de diagnostic)
  • ). Cependant aucun élément susceptible d’orienter la datation de ces structures n’a été recueilli. II.2 Les structures II.2.1 Le fossé F A13-1 (fig. 5, plan 1) Le fossé F A13-1 est orienté est-ouest et est en correspondance avec les limites figurées sur le cadastre napoléonien. De 1,50 m
  • schisteuse (us 3) constitue le dépôt basal. Il est suivi d’une sédimentation de limon argileux brun moyen (us 2). La sédimentation finale correspond au comblement unique et homogène du fossé attenant au nord. Ce dernier possède un module légèrement plus réduit d’environ 0,86 m de large et
  • construites elec A2 A3 A1 Limites du cadastre napoléonien et fossés correspondants Structures archéologiques (fossés, fosses, TP...) 0 A4 A5 A14 A11 A12 A8 A6 A13 A9 A16 A15 A7 100 m A10 A17 A18 A44 F A13-1 S 2 0 1 3 N 1m Limon argileux brun moyen arène
  • B31 Structures archéologiques (fossés, fosses, TP...) Limites du cadastre napoléonien et fossés correspondants Réseaux électriques Zones construites Zones humides, fonds de vallées Zones boisées Voiries Emprise du diagnostic archéologique Légende : A60 A59 A65 B30 Fig
  • électrique Zones humides, fonds de vallées Réseaux électriques Zones construites A76 Limites du cadastre napoléonien et fossés correspondants Structures archéologiques (fossés, fosses, TP...) A85 A77 A78 B38 A79 B39 A83 B37 A84 B40 A82 A80 A81 B41 A86 B43 B42 B44 A87
  • archéologiques (fossés, fosses, TP...) Limites du cadastre napoléonien et fossés correspondants Réseaux électriques Zones construites Zones humides, fonds de vallées Zones boisées Voiries A113 B187 A114 0 A115 B181 A111 B186 B188 100 m A116 B189 A117 B190 B192 A120 A118
  • B205 A129 Pylône électrique Zones humides, fonds de vallées Réseaux électriques Zones construites B209 B206 A130 Limites du cadastre napoléonien et fossés correspondants Structures archéologiques (fossés, fosses, TP...) A132 A131 B214 B210 B211 B213 A133 B212 A134
  • 164 Tr 1 (22). Plan de détail - plan 5 © Serge Mentele, Inrap B233 B242 A150 B243 B234 B241 A157 Pylône électrique A151 B235 Structures archéologiques (fossés, fosses, TP...) A152 B245 B240 A156 B246 Limites du cadastre napoléonien et fossés correspondants
  • -5 F A163-16 0 A175 0 O A176 B278 A173 10 m B280 Structures archéologiques (fossés, fosses, TP...) B274 B276 B275 B271 F A173-11 1 F A173-11 E B279 0 0 A175 Limites du cadastre napoléonien et fossés correspondants Réseaux électriques Zones construites
  • ...) Limites du cadastre napoléonien et fossés correspondants Réseaux électriques Zones construites Zones humides, fonds de vallées Zones boisées Voiries Emprise du diagnostic archéologique Légende : A204 A205 A203 A206 A207 A208 A202 A210 A212 Emprise du diagnostic
  • archéologique Légende : Voiries Zones boisées Zones humides, fonds de vallées Zones construites Pylône électrique A217 A216 A218 Limites du cadastre napoléonien et fossés correspondants Réseaux électriques A213 A214 A215 Structures archéologiques (fossés, fosses, TP...) A209 A211
  • . CONCLUSION Les résultats du diagnostic archéologique indiquent que ce secteur n’a été que très peu investi par l’homme. Les aménagements observés correspondent majoritairement à des fossés et attribuables à la période moderne. Ce phénomène peut être partiellement expliqué par la présence
  • correspondance Cadastre napoléonien correspondance Cadastre napoléonien correspondance Cadastre napoléonien correspondance Cadastre napoléonien observations Rostrenen 2x2 voies de la RN 164 (22) – 2017-234 V – Annexe- Inventaire des structures A23-1 A23-2 A23-3 A24 A25 A26 A27-1 A27-2
  • quartz LA brun sombre avec CB et TC LA brun sombre et plaque de schiste comblement de surface (L : limon ; A : argile (argileux) ; TN : terrain naturel-substrat ; TV : terrain végétal ; CB : charbon de bois ; TC : terre cuite ) datation correspondance Cadastre napoléonien
  • correspondance Cadastre napoléonien correspondance Cadastre napoléonien correspondance Cadastre napoléonien correspondance Cadastre napoléonien correspondance Cadastre napoléonien coupé par A58-2 correspondance Cadastre napoléonien correspondance Cadastre napoléonien observations
  • Présence d'un drain moderne Présence d'un drain moderne Présence de drains modernes Présence d'un drain moderne Présence de drains modernes Présence d'un drain moderne drain ? correspondance Cadastre napoléonien drain ? correspondance Cadastre napoléonien présence d'un drain
RAP01937.pdf (RENNES (35). rue d'Échange. salle de la Cité. dfs de diagnostic)
  • US 23). Une ultime recharge correspondant à l'état final de la chaussée semble indiquer une \ perte d'importance de cette dernière. On note en effet un rétrécissement de 0,30m de la bande de roulement sur le côté oriental de la rue. Si une diminution équivalente est opérée sur le
  • : Cailloutis damé dont le bord ouest repose sur un radier stabilisateur. US 4 : Terre brune noirâtre correspondant à l'emplacement du fossé de bord de voie oriental. (Contient du matériel médiéval en surface). US 5 : Matériaux de construction fragmentés et pierraille de schiste
  • correspondant à l'ultime recharge de la chaussée = US 25 de la coupe 2 fig. 4. US 22 : Sédimentation gris noirâtre = couche d'abandon ? US 23 : Graviers de rivière compactés correspondant à l'avant dernière recharge de la chaussée. US 24 : Niveau de cailloutis correspondant à un niveau de
  • circulation piétonnier. US 25 : Graviers de rivière compactés correspondant à l'avant dernière.xecharge de la chaussée N q d**^»*- , tjt S US 26 : Sédimentation brunâtre hétérogène à dominante organique. US 27 : Paléosol remanié. US 6 : Graviers de rivière compactés correspondant à
  • mobilier de la fin du 1er siècie. US 28 : Niveau grisâtre charbonneux correspondant à une occupation antérieure à l'installation de la chaussée. US 29 : Radier de gros blocs de schiste. US 30 : Couche de graviers de rivière compactée correspondant à la première succession de bandes de
  • roulement de la chaussée. US 12 : Niveau brun-grisâtre homogène. US 31 : Matériaux de construction fragmentés et pierraille de schiste correspondant à une recharge sommaire de la chaussée non visible dans la coupe sud. US 13 : Niveau de circulation compacté. US 32 : Niveau grisâtre
  • -verdâtre hétérogène charbonneux contenant du mobilier du 1er 1/4 du 1er siècle. US 18 : Radier de gros blocs de schiste. US 36 : Niveau gris-verdâtre. US 19 : Sédiment gris verdâtre. US 37 : Niveau gris-verdâtre. US 20 : Couche de graviers de rivière compactée correspondant à la
  • première succession de bandes de roulement de la chaussée. US 38 : Sédimentation brunâtre homogène _^^ * correspondant probablement à l'emplacement d'un coffrage du fossé. (Matériel fin Ile début llles.) US 11 : Niveau brunâtre hétérogène. US 21 : Sédimentation brunâtre - (/ S
  • nord. Au premier plan la bande de roulement sur laquelle on distingue quelques légères ornières. Au delà de la perturbation, on note la présence de la recharge sommaire de la chaussée correspondant à la dernière réfection opérée. Le trottoir, dont le bord est supporté par un radier
  • sur un radier stabilisateur. - y j i * 1 US 4 : Terre brune noirâtre correspondant à l'emplacement du fossé de bord de voie _ oriental. (Contient du matériel médiéval en surface). US 5 : Matériaux de construction fragmentés et pierraille de schiste correspondant à l'ultime recharge
  • de la chaussée = US 25 de la coupe 2 fig. 4. US 22 : Sédimentation gris noirâtre = couche d'abandon ? US 23 : Graviers de rivière compactés correspondant à l'avant dernière recharge de la chaussée. US 24 : Niveau de cailloutis correspondant à un niveau de circulation piétonnier
  • . US 25 : Graviers de rivière compactés correspondant à l'avant dernière recharge de la chaussée US 26 : Sédimentation brunâtre hétérogène à dominante organique. US 27 : Paléosol remanié. US 6 : Graviers de rivière compactés correspondant à l'avant dernière recharge de la chaussée
  • : Niveau grisâtre charbonneux correspondant à une occupation antérieure à l'installation de la chaussée. US 29 : Radier de gros blocs de schiste. US 30 : Couche de graviers de rivière r compactée correspondant à la première succession de bandes de roulement de la chaussée. US 12
  • : Niveau brun-grisâtre homogène. US 31 : Matériaux de construction fragmentés et pierraille de schiste correspondant à une recharge sommaire de la chaussée non visible dans la coupe sud. US 13 : Niveau de circulation compacté. US 32 : Niveau grisâtre charbonneux US 14 : Niveau de
  • charbonneux contenant du mobilier du 1er % du 1er siècle. US 18 : Radier de gros blocs de schiste. US 36 : Niveau gris-verdâtre. US 19 : Sédiment gris verdâtre. US 37 : Niveau gris-verdâtre. US 20 : Couche de graviers de rivière compactée correspondant à la première succession de
  • bandes de roulement de la chaussée. - j ( ^p US 38 : Sédimentation brunâtre homogène - i/i1 correspondant probablement à l'emplacement d'un coffrage du fossé. (Matériel fin Ile début llles.) US 11 : Niveau brunâtre hétérogène. * US 21 : Sédimentation brunâtre d'accumulation au
  • un certain nombre d'aménagements légers correspondant aux toutes premières occupations des lieux. Ces témoins ; niveaux de tassement du sol, rejets charbonneux et foyer ont été perçus dans un petit sondage test effectué à l'extrémité sud de la tranchée (fig.5 coupe 3). Cette
RAP01193.pdf (PLUHERLIN (56). la Pierre Longue. rapport de fouille préventive)
  • calage du mégalithe, largement de la route et à peine plus profonde 0,8m sous la surface actuelle du champ. seul conservé, était tapissé d'un calage sommaire fait de quelques pierres en granité local. Ce fond substratum fois de la fosse correspond également au début du
  • granitique solide ; on notera cependant qu'une encore,les structures de calage d'un menhir aparaissent extraordinairement sommaires Le reste du enchevêtrées au correspondant trésor" de et la le matériel n'a remplissage sans doute pour montré que des manifestement
  • Municipalité, à l'occasion d'une fete locale. On banal notera sur correspond humide un que l'emplacement plateau cependant sans à une aucun du mégalithe, a priori accident topographique, tete de vallée ; la vaste zone qui s'éteznd au nord du monument alimente en effet un
RAP01008.pdf (MELRAND (56). Talrest. rapport de fouille préventive)
  • spontané apparaissait en mare 1979 sous le dit chemin emprunté journellement par les tracteurs. Le propriétaire d'une parcelle voisine prévenait Monsieur F. André,correspondant dei Antiquités Historiques.Je me 26 Hiars uia rendu avt- lui sur lec lieux de la découverte le de façon
  • a : participé au déga^ aient : J» Looorne~,oe3 'té trois journées de travail «Ont nt ae la otion, jadré,correspondant de la Direction des Antiquités Histori —, Ph* Le Breton,professenr à Auray,Ces Le Verger. A l'issue des travaux le remblsieiaont a été effectué par les
RAP01028.pdf ((22). aménagement de la rn 176. section Vildé/Dinan. rapport de sondage)
  • l'exception de quelques rares fragments de tuiles très mais probablement antiques. Les seules structures mises au jour à l'emplacement du projet routier correspondent, carrière moderne "roulées" (sondage n°l), soit à soit à une petite du parcellaire arasé lors des derniers
RAP02077.pdf (LA MÉZIÈRE (35). "tiercendre". ZAC cap Malo. 3e tranche. dfs de diagnostic)
  • bâtiments de l'exploitation agricole moderne. INTRODUCTION L'opération de diagnostic archéologique dont il sera question dans ce document correspond à l'étude préliminaire de la troisième tranche du projet de ZAC nommé « Cap Malo » et généré par la Communauté de communes du Val d'Ille
  • . Elle est bordée sur son côté occidental, par Factuelle voie rapide Rennes-St Malo et relativement centrée autour de la ferme de Tiercendre. La topographie des lieux correspond globalement à un plateau, basculé vers le nord jusqu'à un petit talweg au creux duquel s'est installée la
  • indices correspondent à trois catégories complémentaires, à savoir les fossés, les plus nombreux ; les trous de poteaux, cantonnés à la seule tranchée 105 et les fosses, peu nombreuses, reconnues dans les tranchées 107 et 116. Le mobilier archéologique, limité à des fragments de
  • 0.20m de profondeur, puis un net replat sur une longueur de 0.50m, jusqu'à un nouveau surcreusement atteignant cette fois 0.35m de profondeur et une largeur de 0.50m. Ce dernier correspond à l'emplacement choisi pour le dépôt d'une urne cinéraire. La surface du comblement de la fosse
  • contenu (non fouillé) du petit vase globulaire (H = 0.18m ; ouverture = 0.14m) correspond à un mélange de limon cendreux et de fines esquilles d'os calcinés de couleur blanche. Sa fracture apparaît tout à fait antique, la nature des tessons de poterie orange reste cependant
  • détail de la fosse surcreusée en fin de fouille. L'urne correspond à un vase globulaire à pâte grise et conserve sa position verticale initiale. Photo 4 : Vue générale oblique de la fosse à incinération en fin de fouille. Le creusement destiné à recevoir l'urne tranche nettement
  • , a livré un petit lot de mobilier, totalisant 113 tessons répartis dans quatre structures. Pour l'essentiel, il s'agit de fragments de poterie correspondant à l'Antiquité, mis à part douze tessons protohistoriques. La tranchée 107 a livré un ensemble de 25 tessons. On notera : - deux
  • tessons d'une coupelle de type drag 27, provenant de Gaule du Centre et correspondant aux productions de la première moitié du Ile siècle ap. J-C. trois tessons de sigillée attribuables aux ateliers de Gaule du Sud dont un bord de coupelle Drag. 35. S'y ajoutent deux fragments de
  • céramique commune claire (cruche), un bord de mortier à grande lèvre en collerette, huit tessons de céramique commune sombre tournée et huit tessons en terra nigra. Cet ensemble correspond à des productions en usage durant la première moitié du Ile siècle de notre ère. Le second fait
  • éléments ne sont pas suffisants pour affiner la fourchette chronologique. De plus, ils sont associés à un groupe de douze tessons correspondant à la panse d'un récipient à pâte brun rouge grossière. Malgré l'absence de bord, il est possible d'attribuer ces tessons à un récipient de
RAP01657.pdf (LILLEMER (35). la Fontaine Blanche. rapport de diagnostic)
  • situees dans un perimetre archeologique sensible correspondant a un vaste de la periode neolithique materialise au sol par des concentrations lithique et des decouvertes de caracteristiques de cette pouvant nous eclaircir sur la nature exacte des periode. L'absence etat de conservation
  • un vestiges enfouis dans le sous-sol et diagnostic archeologique sur ce secteur. FIGURE 1 : Localisation du diagnostic to Cadre La commune de est dans fond du Marais de Mont-Saint-Michel, le et Rocher de Lillemer correspond a du bedrock qui forme un rocheux (schistes et
  • phyllades de Saintun de dolerite) et qui le marais a une altitude de 13 m NGF. Le marais sous le environnant se situe a une altitude variant entre 3 et 4 m NGF. niveau des plus hautes Le marais correspond a un en cours de formation depuis la fin de la derniere glaciation sous
  • ont ete realisees sur la 2 Parcclles de 1996 Prospcction dc 1997 ttvrc 2 : Localisation dans des parcclles par (realisation de construction. I'emprise du projet, la vestiges - la correspond a travaux lies fondations de la menagaient est de toutes facons inexploitable
  • sur le bedrock et au fur et a que descend vers le marais. Cette horizon sableux correspond a une plage ancienne d'origine marine ou estuarienne. Deux structures en creux ont ete identifiees : Fosse apparait sous une trentaine de centimetres de terre vegetale et n'a ete Cette fosse
RAP00508.pdf ((22)(35). archéologie du milieu rural en haute Bretagne. rapport de projet collectif de recherche)
  • comprend à ce jour 1641 sites (Fichier INVENT1.DON). Pour apprécier les progrès réalisés en deux ans, il suffit d'indiquer que dans le rapport de 1987, nous faisions état de 1 191 sites dans ce même fichier. La zone retenue pour l'étude lancée en 1984 (A.T.P. C.N.R.S.) correspond à la
  • -Bretagne. La prospection aérienne a été très bénéfique : 1070 structures archéologiques, correspondants à des sites inédits à raison de 90 %, ont été découverts et localisés. Ce fort taux de découverte aura divers prolongements immédiats : - quatre expositions itinérantes réalisées et
  • Haute-Bretagne, doivent être signalées ; elles sont présentées à la fin du rapport. LES ZONES DE PROSPECTION Participent au Projet Collectif de Recherche des chercheurs et des groupes, précités, dont on a cartographié les zones de prospection (Figure 1). La carte jointe correspond
  • cuisson de poteries 19 - monnaies Q 20 - objet remarquable 21 - divers ( épigraphie , sculpture ,.. ) (métaux) Q Densité des vestiges mobiliers. 0 = densité inappréciable 1 2 = densité moyenne 3 = forte densité Indiquer le chiffre correspondant = densité faible à votre
  • appréciation | | m Etat du mobilier. 0 = inappréciable 1 = grande "fraîcheur" 2 = état moyen 3 = mobilier très érodé 4 = mobilier pulvérisé Indiquer le chiffre correspondant à votre appréciation »- | | L ' immobilier. D'après les renseignements fournis par des observations au
  • sol, des témoignages ou des observations aériennes. 0 = pas de renseignements 2 = villa 1 = substructions sans thermes attestés 3 = villa avec thermes attestés k = temple 5 = thermes Indiquer le chiffre correspondant à vos renseignements Repérage spatial des structures
  • ° à 20° 3 = de 20° à 30° U = de 30° à 40° 5 = de 40° à 50° 6 = de 50° à 60° 7 = de 60° à 70° 8 = de 70° à 80° 9 = 80° à 90° Indiquer le chiffre correspondant à la mesure angulaire — \ | II - L'ENVIRONNEMENT DU SITE Deux zones concentriques ont été définies à
  • = relief inconnu 1 = relief en bosse 2 = relief en creux 3 = relief en pente k - relief plat en hauteur 5 = relief plat en vallée Indiquer le chiffre correspondant aux observations \ | Le versant d'implantation. Dans le seul cas d'une implantation l'orientation moyenne du
  • ancienne de 100 m à 500 m 7 = = distance à une voie ancienne de 500 m à 1000 m 8 = = distance à une voie ancienne de 1000 m à 1500 m 9 . = au delà de 1500 m d'une voie. Indiquer le chiffre correspondant à votre appréciation *■ | | La liaison entre les sites gallo-romain et pré
  • 300 à 400 m 6 = de 400 à 500 m 7 = au delà de 500 m Indiquer le chiffre correspondant à l'estimation | Q | B) Distance de l'épicentre G.R à un enclos vu d'avion. Q Existence d'un enclos détecté Même code que le précédent Indiquer le chiffre correspondant à l'estimation
  • = pente modérée (10-15 %) 6 = pente extrêmement forte : (5-10 %) 5 = pente très forte (15-25 %) (+ de 25 %) l I Indiquer le chiffre correspondant à votre appréciation Pédologie roche mère. Nature de la (0-2 %) ^ ^ ^ „ roche mère. 0 = pas d'observation 1 = formations en
  • ) (V) (H) sableuses ou graveleuses (S ou T) Indiquer le chiffre correspondant à vos observations Présence de calcaire dans la (E) ) I I |_J I I | roche mère. 0 = pas de donnée 1 = roche mère carbonatée (C ou K) 2 = roche mère non carbonatée Indiquer le chiffre
  • correspondant à vos observations Granulométrie sommaire Lisible aussi sur les cartes pédo. Il (facilement appréciée à l'oeil nu). s'agit de dominantes. 0 = pas d'observation 1 = caillouteux et graveleux 2 = sableux 3 = limoneux U - argileux Indiquer le chiffre correspondant à vos
  • observations |__J I I Charge caillouteuse (parfois indiquée sur carte pédo.). 0 = pas d'observation 1 = existe (xl sur carte pédo.) 2 = gênante pour l'agriculture (x2 sur carte pédo.) 3 = quasi incultivable (x3 sur carte pédo.) j J Indiquer le chiffre correspondant à votre
  • appréciation Epaisseur des formations meubles. 0 = pas d'observation 1 = + de 120 cm (1 sur carte pédo.) 2 = de 80 à 120 cm (2) 3 = de 60 à 80 cm (3) 4 5 = de 20 à 40 cm (5) de 40 à 60 cm (4) 6 = - de 20 cm (6 sur carte pédo.) |_J Indiquer le chiffre correspondant à votre
  • podzoliques O ou P 07 = sol brun acide A 08 = sols bruns B ou F ou G ou H 09 = sols bruns calcaires ou calciques J ou K 10 = sols lessivés C ou L 11 = sols plus ou moins dégradés D ou E 12 = sols rouges Q I I I Indiquer les chiffres correspondant à votre lecture Pédologie
  • = hydromorphie très forte ( gley , pseudogley ) Indiquer le chiffre correspondant à votre lecture (7 ou 8 ou 9) U I I I 1 I | CARTE DE. LA HAUTE-BRETAGNE DENSITE des VESTIGES CARTE DE LA HAUTE-BRETAGNE ETAT du MOBILIER CARTE DE LA HAUTE-BRETAGNE HABITATS POSSIBLES CARTE DE LA
RAP01930.pdf (LILLEMER (35). "les Hauts". diagnostic archéologique)
  • Marais de Dol. Comme le Mont-Saint-Michel, le Mont-Dol et le Rocher de Tombelaine, Lillemer correspond à un pointement du bedrock qui forme un ilôt rocheux (schistes et phyllades de Saint-Lô, filon de dolérite) et qui domine le marais à une altitude de 13 m NGF. Le marais environnant
  • se situe à une altitude variant entre 3 et 4 m NGF, soit largement sous le niveau des plus hautes mers. Le marais correspond à un prisme sédimentaire extrêmement complexe en cours de formation depuis la fin de la dernière glaciation (transgression holocène). Cette sédimentation
  • d'épaisseur. Il a livré quelques tessons de céramique moderne. Plus en profondeur et jusqu'à au moins un mètre de profondeur, l'horizon brunjaune devient plus sableux. Cet horizon dont nous n'avons pas estimé l'épaisseur correspond très vraisemblablement à un remblai de carrière. 2. La
  • et riche en plaquettes de schiste. Un sondage effectué à la pelle mécanique a permis de constater que le fossé possède un profil en cuvette et une profondeur conservée de 0,35 m. Ce fossé correspond à une limite parcellaire et ne semble pas d'origine ancienne. 2.2 Le fait 2 Le
  • fait 2 correspond à une zone rubéfiée située à l'interface d'un horizon gris-brun (US.4) et d'un horizon limoneux gris jaune (US.5). Cette zone rubéfiée (photos 2 et 3) se présente sous la forme de lambeaux très diffus de terre cuite rose orangée auxquels sont associées de fines
  • couches de terre brune. 2.3 Le fait 3 Le fait 3 correspond à un horizon sableux gris-vert (US.6) dans lequel on retrouve un niveau de plaquettes de schiste (photo 4). Il a été observé à l'extrémité sud-est de la tranchée c'est-à-dire en limite de l'emprise du projet. Le fait 3 ou US.6
  • régulière. Elles correspondent très vraisemblablement à un aménagement d'origine anthropique. Soulignons que de l'industrie lithique sur silex attribuable au Néolithique (hormis une armature géométrique mésolithique) a été recueilli au sein de l'empierrement. Par son aspect, cet
  • | NO SE 193,70 m 1 : terre végétale. Présence d'industrie lithique, de céramique néolithique et de tessons de céramique moderne. 2 : horizon brun jaune compact et plaquettes de schiste. Cet horizon correspond au comblement d'un fossé. 3 : horizon brun compact et plaquettes de schiste
  • tranchée 3 est sensiblement située au centre de l'emprise du projet. L'horizon brun-jaune argileux (remblai de carrière) observé dans la tranchée 1 a été reconnu à l'extrémité nord de la tranchée 3. 3.1 Le fait 4 (figure S) Le fait 4 (F.4) correspond à une fosse à fond plat creusée
  • moderne. Cet horizon brun compact correspond au niveau octobre 2003 colluvié observé dans la tranchée 2 (US.3) et dans la tranchée 4 (US.2). 4. La tranchée 4 (figure 3) La tranchée 4 est située sur la partie basse de la butte de Lillemer. Sur ce secteur, les niveaux superficiels
  • l'ouverture de 1,20 m, présente un remplissage terreux brun-jaune compact et riche en plaquettes de schiste. Il a également livré un tesson d'époque moderne. Ce fossé correspond à une probable limite parcellaire et ne semble pas d'origine ancienne. 4.3 La stratigraphie (figure 4) Le
  • sud-est de la tranchée 2. Photo 2 : tranchée 2. La couche sombre (US.4) située à la base de la coupe correspond au niveau qui a livré de la céramique de la fin du Moyen age ou du début de l'époque moderne. Ce niveau est recouvert par un horizon colluvié (US.3) et la couche de
  • labour (US.l). Au premier plan, le niveau gris clair situé à la base du sondage correspond à un autre horizon colluvié (US.5). La zone rubéfiée (fait 2) apparaît sous la forme d'une tâche orangée au centre de la photo. LILLEMER (35) : Les Hauts octobre 2003 »to 3 : tranchée 2. Vue
  • de détail de la zone rubéfiée (fait 2). La couche sombre (US.4) située à la base de la ipe correspond au niveau qui a livré de la céramique de la fin du Moyen age ou du début de l'époque derae. Photos 4 : tranchée 2. Vue de l'empierrement (fait 3) en cours de fouille. LILLEMER
  • (35) : Les Hauts octobre 2003 Photo 5 : tranchée 2. Vue de l'horizon sableux gris-vert et de l'empierrement (fait 3). Il est également visible en coupe (US.6). Le niveau sombre qui recouvre l'empierrement correspond à l'US.4. : tranchée 2. Vue en coupe de l'empierrement (fait 3
  • base de la coupe correspond à l'US.4. Il s'agit d'un horizon colluvié. Photo 8 : tranchée 4. Vue de détail de la stratigraphie. A la base du sondage, le niveau gris clair correspond à l'US.4. Juste au dessus, le niveau sombre qui apparaît sous forme de lambeaux (US.3) est
RAP01677.pdf (LILLEMER (35). la Lavandrie. rapport de diagnostic)
  • e secteur est, en effet, situé dans un périmètre archéologique sensible correspondant à une vaste occupation néolithique matérialisée au sol par des concentrations d'industrie lithique et des découvertes de céramiques. L'absence d'éléments pouvant nous éclaircir sur la nature
  • située dans le fond du Marais de Dol. A l'instar du MontSaint-Michel, du Mont-Dol et du Rocher de Tombelaine, Lillemer correspond à un pointement du bedrock qui forme un ilôt rocheux (schistes et phyllades de Saint-Lô, filon de dolérite) et qui domine le marais à une altitude de 13 m
  • NGF. Le marais environnant se situe à une altitude variant entre 3 et 4 m NGF, soit largement sous le niveau des plus hautes mers. Le marais correspond à un prisme sédimentaire extrêmement complexe en cours de formation depuis la fin de la dernière glaciation (transgression
  • tranchées laissent apparaître sous 0,10 m de terre végétale un horizon hétérogène mais compact constitué de plaquettes de schiste et de terre végétale (photo 1). Cet horizon correspond à une phase de remblaiement de la carrière. Les recherches ont été rapidement a b a n d o n n é e s
  • visible au fond de la tranchée correspond à un niveau de terre végétale sous-jacent à un niveau de plaquettes de schiste. Il s'agit de niveaux de remblais. T r a n c h é e s 3, 4 e t 5 Les tranchées mesurent 16,50 m, 8 m et 7 m de longueur. Sous un niveau de 0 , 1 0 m à 0,30 m de
  • et plaquettes de schiste). Plusieurs fragments de céramique post-médiévale et contemporaine ont pu y être observés. PHOTO 2 : Le seul niveau de sol en place reconnu au cours de ce diagnostic correspond au secteur jaune. Il s'agit d'un horizon sableux d'origine marine ou
  • mètres au sud (parcelle A. 760) - est également inexploitable sur un plan archéologique. Le secteur ouest correspond, en effet, à une zone d'extraction comblée par des remblais. Ces derniers sont un leurre car ils contribuent à reconstituer un profil topographique se rapprochant
  • atteint une dizaine de mètres. PHOTOS 4 et 5 : Le dénivelé que l'on observe entre les parcelles A. 704 et A. 708 correspond à une couche de remblais qui peut être visible en coupe sur 2,2 m de haut (la parcelle A. 704 est la parcelle surélevée). m*. BIBLIOGRAPHIE B I Z I E N - J
RAP02070.pdf (CARNAC (56). "impasse des Chênes". dfs de diagnostic)
  • que la parcelle correspond à un jardin d'agrément planté d'arbres, qu'il a fallu contourner. 1 griser les carrés correspondants avec l'outil "Trames" (dans Format) ANNEXES 1 - carte de localisation générale. 2 -plan cadastral. 3 -plan de l'emprise du projet et localisation des
RAP01033.pdf (AUGAN (56). la ville Costard. rapport de fouille préventive)
  • : d'intervention : H. LE GOEFIC, Correspondant INTERVENTION Arasement de tains (remembrement) 2 M2 environ (fouille intégrale) . Estimation de l'étendue du gisement : SITE Sépulture en caveau Structures architecturales (pas de • mobilier préhistorique) Age du Bronze vraisemblable
  • , celles qui s'en rapprochent le plus sont datées de l'Age du Bronze. M. LE GOFFIC Correspondant des Antiquités Préhistoriques de Bretagne
RAP01928.pdf (LAILLÉ (35). "la Gaudinais". rapport de diagnostic)
  • 629 m 2 2 Contexte géographique et géologique : La topographie du site montre une réelle simplicité puisqu'il correspond à la partie centrale d'un plateau pénéplainé dominant le bassin de Rennes et culminant à 109 m. Il en va de même de la géologie puisque nous avons constaté
  • . Substrat atteint : oui/non (si non, précisez pourquoi) Observations : La totalité des tranchées est restée négative. Aucun élément mobilier ou structurel n'a été découvert. 1 griser les carrés correspondants avec l'outil "Trames" (dans Format) tffc / ¡4 Touche, fougerav linais j
RAP00083.pdf (PLOËVEN (29). une sépulture de l'âge du bronze. plage de ty an ker. rapport de sauvetage urgent)
  • J.PEUZIAT PLOEVEN (FINISTERE).Plage de TY M KER. RAPPORT DE SAUVETAGE. X J. PEUZIAT Correspondant PLOEVEN (Finistère), plage de Ty an Ker Rapport de Sauvetage (autorisation 79-03) Ref. carte archéologique : 29.2.08.166.001 L'amaigrissement de la plage, en février 1979
  • * Plan 9low«ve3 C OKW W ü n í (29^ difc dU/ ßow"9 ( y í < fewlle) «rev.íe po