Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4115 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02794.pdf (LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport d'opération)
  • LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport d'opération
  • -organisation avec le CSIC (équivalent du CNRS en Espagne) et la Escuela Superior de Conservación y Restauración de Bienes Culturales de Galice. http://www.usc.es/ciqus/es/eventos/international-congress-science-and-technologyconservation-cultural-heritage • Toujours en Galice, une des tombes
  • d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal 1- Problématiques de recherche 1.1- Rapide présentation du site RGF93CC48 (X= 1256535,92 ; Y= 7169390,33) 47° 34′ 23″ N / 2° 53′ 53″ W Cadastre Feuille G05, n° 433 Classé MH depuis le 19 juillet 1901 Depuis sa fondation au début du IVe
  • emblématique du nord-ouest de la péninsule Ibérique, la tombe à couloir de Dombate en Galice, a fait l’objet d’explorations il y a plus de 20 ans par J.M. Bello Dieguez. Laissé un peu à l’abandon, ce monument a fait l’objet de restaurations récentes par la Xunta (gouvernement régional) et
  • Ministère de la Culture et de la Communication – Conseil général du Morbihan CNRS, ENSA, Université de Nantes 2012 G AVRINIS (Larmor-Baden, Morbihan) A la recherche des représentations d’une tombe à couloir du IVe millénaire (2). Rapport d’opération de relevés pariétaux et
  • d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal Panoramique de couverture : clichés L. Lescop. 2 Gavrinis 2012 - Rapport d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal Sommaire Remerciements Résumé de l’opération 1- Problématiques de recherche 1.1- Rapide présentation du
  • site 1.2- Objectifs 2012 1.3- L’argument 1.4- Les résultats attendus 2- Mégalithes et levés numériques « 3D » : bref état de l’art (2012) 2.1- Quelques expériences européennes 2.2- Congrès et colloques 3- Constitution de l’équipe 4- Moyens mobilisés 4.1- moyens financiers 4.2
  • - moyens techniques 5- Déroulé de la campagne 2012 6- Les résultats 2012 6.1- Description de L6. Analyses surfacique et chronologique des tracés. Modélisation dynamique. 1- Introduction 2- Méthodologie 2.1- Création d’un modèle graphique du contour des gravures 2.2- Identifier des
  • recouvrements de tracés 3- Eléments de chronologie relative : une stratigraphie horizontale des tracés 3.1- Abréviations dans le texte 3.2- Huit états descriptifs A- Les principaux modelés naturels B- Limitations rectilignes verticales et horizontales C- L’arc et les lames de haches polies
  • verticales D- Petits arcs radiés et crosses opposées E- Motifs phalliques F- Motif réticulé G- Motif zébré et grands arcs radiés H- Tracés sans recoupements avérés 4- Géométrie et orientations 5- Un déroulé des entités sémiotiques 5.1- Division de l'espace 5.2- Installation des objets 5.3
  • - Inscription des signes phalliques 5.4- Imbrication de quatre motifs 5.5- Disposition du motif zébré 5.6- Extension des arcs radiés 5.7- Inscription de la 3e lame de hache 5.8- Remplissage des champs non marqués 6.2- Description de R11. Identification et restitution des gravures 3
  • Gavrinis 2012 - Rapport d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal 1- La méthode de levé par éclairages tournants 1.1- Protocoles 1.2- Traitements et résultats 2- La méthode de levé par détection de teintes 2.1- Protocoles 2.2- Traitements et résultats 2.3- Enregistrement
  • complémentaire 3- Conclusions sur R11 6.3- Description de L11 (Dos) 1- Historique 2- Méthodes de levé 3- Synthèses graphiques des acquisitions sur le terrain Synthèses 1 à 8 Assemblage de clichés 4- Synthèses graphiques des acquisitions en laboratoire Synthèses 1 5- Conclusions 6.4
  • - Description de S12. Analyses surfacique et technique. 1- Introduction 2- L’acquisition des données 2.1- L’enregistrement photographique par éclairages tournants 2.1.1- La face ventrale (face cachée au sol) 2.1.2- La face dorsale (face visible au ciel) 2.2- L’enregistrement
  • lasergrammétrique 2.2.1- Rappel méthodologique 2.2.2- Restitution graphique des gravures Face ventrale Face dorsale Tranche 1 Tranche 2 2.2.4- Analyse des cassures Tranche 3 Tranche 4 2.3- L’enregistrement photogrammétrique 2.3.1- Méthodologie 2.3.2- Résultats 3- Conclusions générales 6.5- La
  • constitution graphique du corpus des signes gravés 1- Mailler les orthostates 1.1- Ouverture du nuage de points 1.2- Lecture des points 1.3- Création des maillages 2- Dessiner les gravures 2.1- Principe 2.2- Traitement préliminaire aux dessins des gravures 2.3- Note préliminaire sur la
  • production des images 2.4- Le maillage sans aucun traitement 2.5- Les cartes d’écarts 2.6- Les éclairages rasants 2.7- Création des MNT des orthostates (les courbes de niveau) 2.8- Organisation du fichier Illustrator 3- Le catalogue des orthostates gravés 4 Gavrinis 2012 - Rapport
  • d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal 6.6- Plans et élévations comparés du monument (cairn et tombe à couloir) 6.7- Calcul du volume et du poids de la dalle de couverture 6.8- Analyse des sections 6.8.1- Principe 7.8.2- Morphologie des orthostates 7.8.3- Profil des gravures
  • 6.9- Les tests en photomodélisation 6.10- La coloration des supports et des gravures 6.10.0- Historique 6.10.1- Détection des colorants par la fluorescence en ultraviolet 6.10.2- Analyse par microscopie électronique à balayage et microanalyse X de colorations présentes sur des
  • orthostates de la tombe à couloir 6.10.2.1- Analyse de la matière noire 6.10.2.2- Analyse de la matière rouge 7- Un prototype de visite virtuelle 8- Un test d’impression 3D 9- Conclusions générales 10- Perspectives 2013 Bibliographie, webographie Liste des figures Liste des annexes 5
  • Gavrinis 2012 - Rapport d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal 6 Gavrinis 2012 - Rapport d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal Remerciements Ce programme, souhaité de longue date par les auteurs et les partenaires locaux, n’aurait pu aboutir sans le
RAP03290.pdf (LAMPAUL-PLOUDALMEZEAU (29). Sondages, suivi et études archéologiques du site de l'île du Bec. Rapport de sondage 2016)
  • LAMPAUL-PLOUDALMEZEAU (29). Sondages, suivi et études archéologiques du site de l'île du Bec. Rapport de sondage 2016
  • para la gestión y protección del patrimonio arqueológico litoral./ "ALERT" Project: a risk map for the management and protection of coastal archaeological heritage ». In : Rovira Llorens S., García-Heras M., Gener Moret M., Montero Ruiz I. (eds), Actas del VII Congreso Ibérico de
  • ET DES RECHERCHES 1.1. Présentation générale Fiche signalétique Commune : Lampaul-Ploudalmézeau Département : Finistère Lieu dit : île du Bec N° de site : 29 099 00006 Coordonnées Lambert Zone II X = 83,945 Y= 2420,905 Références cadastrales : section A3, parcelle n°3
  • partir de profils espacés de 200 m, le taux moyen d’évolution du trait de côte y est calculé en mètre par an. Ainsi, pour le secteur géographique qui nous intéresse, l’analyse locale de l’évolution du trait de côte montre, dans un rayon de 2 km autour de l’îlot, un recul variable de
  • (Observatoire des Sciences de l’Univers de Rennes, Université de Rennes 1). Figure 6 – L’opération de Scan 3D à l’île du Bec, par Y. Bernard et L. Quesnel (cl. M.Y. Daire). 15 Figure 7 – Relevé au scanner 3D de l’île du Bec à Lampaul-Ploudalmézeau et traitement des coupes C-C’ et D-D
  • ’, par Y. Bernard et L. Quesnel (doc. Y. Bernard, CNPAO). 16 Figure 8 – Traitement du scan 3D de l’île du Bec, vue de détail du secteur du site de l’âge du Fer (doc. CNPAO). 17 Figure 9 – Relevé au scanner 3D de l’île du Bec à Lampaul-Ploudalmézeau et traitement des coupes
  • A-A’ et B-B’, par Y. Bernard et L. Quesnel (doc. Y. Bernard, CNPAO). 18 Le relevé a couvert non seulement les 1,64 ha de l’îlot, mais aussi son environnement immédiat, y compris la grande pêcherie de sa face est. Les délais entre deux marées étant relativement courts, nous avons
  • position relative à un espace tridimensionnel (x, y, z) ainsi que des informations de couleur (r, v, b) et d'intensité. Pour faciliter l'assemblage des différentes stations, des cibles sont disposées sur site. Ces cibles amovibles peuvent être des sphères fixées sur des trépieds ou sur
  • des piquets. Il peut également s'agir de damiers imprimés collés sur des supports articulés ou posés directement sur site. Figure 10 – Traitement des données du relevé scan 3D du secteur du site de l’âge du Fer, île du Bec (Lampaul-Ploudalmézeau) (doc. CNPAO, Y. Bernard). 19
  • champ magnétique total pour une faible variation de la profondeur à la source magnétique. Le magnétomètre mesure le champ magnétique ambiant, résultant de l’addition du magnétisme terrestre et du champ magnétique généré par la présence des masses ferreuses (y compris masses d’argile
  • ultérieurement sur l’interprétation de ces anomalies. 21 Figure 13 – Relevé au magnétomètre du site archéologique de l’île du Bec à Lampaul-Ploudalmézeau (doc. CNPAO, Y. Bernard et ABEM France). 22 Figure 14 – Prospection magnétique de la zone du site de l’âge du Fer sur l’île du Bec
  • ., BARREAU J.B., 2014. « De nouveaux outils d’observation et de gestion du patrimoine littoral de Bretagne ». In : Connaissance et compréhension des risques côtiers : Aléas, Enjeux, représentations, Gestion, actes du colloque international (Brest, 3-4 juillet 2014), p. 234-243. SPARFEL Y
  • ., PAILLER Y. (dir.), 2009. Les mégalithes de l’arrondissement de Brest. Saint-Malo et Rennes, coédition Ce.R.A.A. et Institut Culturel de Bretagne (coll. Patrimoine archéologique de Bretagne), 290 p. 38 39 ANNEXES 40 41 Annexe 1 Projet ALeRT, présentation résumée Initié en 2006
  • Site n° 29 099 00006 Opération n°2015-169 Sondages, suivi et études archéologiques du site de l’île du Bec Lampaul-Ploudalmézeau (Finistère) Sous la direction de Marie-Yvane Daire UMR 6566 CReAAH « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » Rennes 1
  • Site n° 29 099 00006 Opération n°2015-169 Sondages, suivi et études archéologiques du site de l’île du Bec Lampaul-Ploudalmézeau (Finistère) Sous la direction de Marie-Yvane DAIRE, avec les contributions de Jean-Baptiste BARREAU, Yann BERNARD, Loïc LANGOUËT, Pau OLMOS et Laurent
  • QUESNEL, et la collaboration de Jean-Yves ANDRÉ, Hubert ARZEL, Chloë MARTIN, Meritxell MONRÓS, et Nicolas MOTHAY UMR 6566 CReAAH « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » Rennes 2 3 SOMMAIRE page Introduction 5 1 – PRÉSENTATION DU SITE ET DES RECHERCHES
  • 5 1.1. Présentation générale 5 Fiche signalétique 5 1.2. Le contexte géographique et archéologique 7 1.2.1. Localisation et description de l’île du Bec 1.2.2. Le contexte archéologique et historique des découvertes 7 7 1.3. Problématique de la vulnérabilité du site et
  • conditions des opérations 8 1.3.1. La problématique de recherche 1.3.2. Évaluation de la vulnérabilité du site archéologique et de son évolution 1.3.3. Les moyens mis en œuvre et le calendrier des opérations 8 8 10 2 – RÉSULTATS ET BILAN DE L’ÉTUDE de 2015 14 2.1. Le scan 3D et
  • suivi de l’évolution du trait de côte 14 2.2. Le relevé au GPS différentiel 19 2.3. La prospection magnétique du site 20 2.4. Emprise et organisation générale des vestiges et structures archéologiques 22 2.5. La coupe stratigraphique 22 2.6. Le mobilier archéologique 25
  • 2.6.1. La céramique domestique 2.6.2. Des vestiges faunistiques 2.6.3. Le mobilier métallique 2.6.4. Le mobilier lithique 2.6.5. Les éléments de briquetages 25 32 33 33 34 CONCLUSIONS 36 Références bibliographiques 36 Annexe 1 : Projet ALeRT, présentation résumée 41 Annexe 2
  • : Les pêcheries de l’île du Bec 43 4 5 Introduction Le site archéologique de l’île du Bec, sur la commune de Lampaul-Ploudalmézeau (Finistère ; fig. 1), bien connu des archéologues de la région, fait l’objet d’un suivi irrégulier depuis de nombreuses années, et plus récemment
RAP02901.pdf (LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport de fp 2013)
  • LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport de fp 2013
  • interprétations. 9 1- Problématiques de recherche 1.1- Rapide présentation du site RGF93CC48 (X= 1256535,92 ; Y= 7169390,33) 47° 34′ 23″ N / 2° 53′ 53″ W Cadastre Feuille G05, n° 433 Classé MH depuis le 19 juillet 1901 Depuis sa fondation au début du IVe millénaire et après son abandon
  • du président du CG56 (J.B. Goulard) et du gestionnaire de Gavrinis (Y. Belenfant) s’est rendue dans le laboratoire GERSA de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Nantes pour nous entendre présenter le résultat des travaux de la campagne 2012 au sein du dispositif immersif
  • Ministère de la Culture et de la Communication – Conseil général du Morbihan CNRS, ENSA, Université de Nantes 2013 G AVRINIS (Larmor-Baden, Morbihan) A la recherche des représentations d’une tombe à couloir du IVe millénaire (3). Rapport d’opération de relevés pariétaux et
  • Marcoux, François Pustoc’h (Archéosciences, Rennes) Dominique Sellier (Géolittomer, Nantes) Barbara Trichereau (LRMH, Champs-sur-Marne) Panoramique de couverture : extrait de la visite virtuelle (traitement MGDesign, Nantes). 2 Sommaire Remerciements Résumé de l’opération 1
  • - Problématiques de recherche 1.1- Rapide présentation du site 1.2- Objectifs généraux 1.3- L’argument 1.4- Les résultats attendus en 2013 2- Mégalithes et levés numériques « 3D » : état de l’art (actualisation 2013) 3- Constitution de l’équipe 4- Moyens mobilisés 4.1- moyens financiers 4.2
  • - moyens techniques 5- Déroulé des missions lors de la campagne 2013 6- Les résultats 2013 6.1- La photomodélisation 6.1.1- Procédure pour compléter les modèles lasergrammétriques à partir de photos 6.1.2- Le levé des tranches du pilier L8 6.1.3- Le levé de la tranche droite du pilier
  • L10 6.1.4- Le levé de la tranche gauche du pilier R9 6.1.5- Les haches verticales sur L6 6.1.6- Le levé des dalles de sol dans le couloir 6.2- L’acquisition par capteur XTION 6.-3 Etudes descriptives sur quatre monolithes gravés 6.3.1- Description de L11. Analyses surfacique et
  • chronologique des tracés. Modélisation dynamique. 1- Introduction 2- Méthodologie 2.1- Création d’un modèle graphique du contour des gravures 2.2- Identifier des recouvrements de tracés 3- Enregistrements photographiques de L11 sous éclairages tournants et frisants 3.1- Face côté couloir 3.2
  • - Face côté chambre 4- Synthèses et mise en correspondance des faces gravées 4.1- Les procédures de redressement 4.2- La division en nouveaux motifs 4.3- Mise en correspondance des signes 4.4- Raccords et nouvelle identification de motifs 4.5- La géométrie de la composition 4.6- Un
  • tableau comparatif des profondeurs de tracés 5- Conclusions générales 5.1- La comparaison avec le levé E. Shee-Twohig 5.2- Le déroulé chronographique de L11 5.3- La présentation des trois faces 6.3.2- Description de R7. Identification et restitution des gravures. 1- Le bloc 2- La
  • méthode de levé par compilation d’images sous éclairages tournants 3- La méthode de levé par détection de teintes 3 3.1- Protocoles 3.2- Traitements et résultats 3.3- Commentaires 4- Conclusions sur R7 6.3.3- Description de P2. Levé et restitution des gravures. 1- Le bloc 2- Les
  • traitements par photomodélisation 3- Le levé des gravures par éclairages tournants 2.1- Protocoles 3.2- Moyens et données 3.3- La station 1 3.4- La station 2 3.5- Synthèse graphique 6.3.4- Description de P10. Achèvement du modèle tridimensionnel - Levé et restitution des gravures. 1- Le
  • bloc 2- Le « cornu » (station 1) 3- Les encornures du bovin (station 2) 4- Les pattes du bovin (station 3) 5- Le cachalot 6.4- Le calcul du volume du cairn 6.5- Identification de charbons au préalable d’une datation 6.6- Les perspectives de datation au radiocarbone 6.7- L’étude
  • pétrographique des blocs 6.8- L’analyse géomorphologique des orthostates et dalles 6.9- Les analyses sur les colorations 6.9.1- Les analyses du Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France 6.9.2- Les analyses du Laboratoire de recherches des Monuments historiques 7- Le
  • programme expérimental de dressage et de gravure 1. Méthodologie (description du protocole expérimental) 1.1. Critères d’enregistrement des données : 1.2. Choix du support et des percuteurs : 1.2.1. Les supports 1.2.2. Les percuteurs 2. L’Expérimentation : première étape 2.1. Un
  • préalable indispensable : la perception sensible et physiologique du geste 2.2. Préparations de surface 2.2.1. Percussion directe avec gros percuteurs 2.2.2. Percussion directe avec percuteur emmanché 2.2.3. Abrasion/polissage 2.3. Tracés expérimentaux 2.3.1. Tracés linéaires 2.3.2
  • . Autres tracés (courbes et rapprochés) 2.3.3. Champlevé 3. L’expérimentation : reproduction de la dalle L6 3.1. Dalle de reproduction 3.2. Préparation de surface de la dalle 3.3. Installation du programme iconographique 4 3.3.1. Tracés de fondation et de division de l’espace
  • (séquence 1) 3.3. 2. Gravure d’arcs concentriques (séquence 3-1 à 3-3-9) 3.3.3. Gravure de l’arc et de la corde (séquence 2-1-1 et 2-1-2) 3.3.4. Gravure des chevrons (2-2-1 et 2-2-2) 4. Perspectives pour 2014 5. Lexique 8- Analyse tracéologique tridimensionnelle préliminaire des haches
  • à "perforation" de l’orthostate L6 9- Les altérations diverses visibles sur les parois 10- Conclusions générales Bibliographie, webographie 5 Remerciements Ce programme, souhaité de longue date par les auteurs et les partenaires locaux, n’aurait pu aboutir sans le concours
  • appuyé et les conseils de Christine Boujot, ingénieur de recherche au SRA de Bretagne (Rennes) ; Stéphane Deschamps et Yves Menez, conservateurs du Patrimoine au SRA de Bretagne, ont bien voulu soutenir nos idées et défendre depuis 2010 la nature spécifique de l’opération
RAP02413.pdf (LE CONQUET (29). île de Triélen. rapport de sondages 2008)
  • LE CONQUET (29). île de Triélen. rapport de sondages 2008
  • - Fiche signalétique Commune : archipel de Molène Département : Finistère Lieu dit : île de Triélen, plage nord-ouest N° de site : 29 040 0073 Coordonnées Lambert Zone II X = 61,675 Y = 2399,855 Références cadastrales : section Kl, parcelle n°4, cadastre du Conquet de 1982
  • : (2004) 25 - Histoire des techniques, de la Protohistoire au 18eme siècle. N° d'opération : 2008-209 Responsable : Marie-Y vane Daire, chargée de recherche Organisme de rattachement : CNRS Adresse du responsable : UMR 6566 "CReAAH" Centre de recherche en Archéologie, Archéosciences
  • mieux en mieux connus grâce au programme de recherche, développé depuis les années 2000 sur ce territoire, et coordonné par Y. Pailler et Y. Sparfel (Pailler et al, 2002 et 2004 ; Sparfel et Pailler, 2004). Au sein de cet archipel, l'île de Triélen révèle des occupations humaines
  • électronique émanant de Y. Pailler (co-responsable scientifique des recherches menées depuis plusieurs années dans l'archipel de Molène), informa l'un d'entre nous (M.Y.D.) que le site reconnu il y a quelques années sur l'île de Triélen, venait de subir de graves dégradations consécutives
  • aux tempêtes de l'hiver 2006-2007 ; des photos prises par J.-Y. Le Gall, Garde de la Réserve Naturelle d'Iroise, montraient nettement l'existence de structures archéologiques (four, fosse, niveau anthropique contenant notamment de la faune) en coupe d'une microfalaise loessique
  • sa couleur et son aspect il semble que cet ossement ainsi que les deux restes de poissons qui lui étaient associés (une mâchoire de Daurade royale et une vertèbre de Bar, identification Y. Dréano) ont subi l'action du feu. La consommation ou tout du moins la pratique d'une
  • Site n°29 040 0073 Opération n° 2008-209 drac-sra "2 Fit courrier 2009 A R R i w Rapport de sondages Marie-Yvane DAIRE, Anna BAUDRY, Catherine DUPONT, Valérie-Emma LEROUX, Yvon DREANO et Laurent QUESNEL U M R 6566 « CReAAH » Centre de Recherche en Archéologie
  • , Archéosciences, Histoire et A M A R A I (Association Manche Atlantique pour la Recherche Archéologique dans les îles). Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents
  • administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés
  • ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des
  • dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la
  • mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être
  • justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation
  • ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement
  • concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http
  • ://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 3 Site n° 29 040 0073 Opération n° 2008-209 Rapport de sondages ÎLE DE TRIÉLEN (Finistère
  • ) Archipel de Molène 1 6 - 1 7 juillet 2008 Marie-Yvane DAIRE, Anna BAUDRY, Catherine DUPONT, Valérie-Emma LEROUX, Yvon DREANO et Laurent QUESNEL UMR6566 « CReAAH » Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire et AMARAI (Association Manche Atlantique pour la Recherche
  • Archéologique dans les îles). 4 SOMMAIRE page 1 - PRÉSENTATION DE L'ÉTUDE 5 1.1 - Présentation générale 1.1.1 - Fiche signalétique 1.1.2 — Organisation et remerciements 5 5 6 1.2 - Le contexte géographique et archéologique 1.2.1 - Localisation et description de l'île de Triélen 1.2.2
  • - L'île de Triélen et son patrimoine archéologique 1.2.3 -Le site gaulois de la plage nord-ouest de Triélen : localisation, découverte et travaux antérieurs 7 1 8 9 1.3 - Problématique de l'opération de sondages de 2008 1.3.1. Le site de Triélen : un ensemble archéologique menacé
  • 1.3.2 - Le site de Triélen et la production de sel en Armorique 1.3.3 - La richesse d'un ensemble faunique 2 - LES SONDAGES DE 2008 : RÉSULTATS 11 11 13 15 16 2.1 - Conditions préalables et stratégie adoptée 16 2.2 - L'analyse stratigraphique 16 2.3 - Le sondage du carré 5 19
RAP03004.pdf (PLOUEZOC'H (29). grand cairn de Barnenez. rapport de fp 2014)
  • PLOUEZOC'H (29). grand cairn de Barnenez. rapport de fp 2014
  •  communauté de Commune de Morlaix Coordination du projet - L. Laporte Auteurs - R. de Balbín Behrmann, J.-B. Barreau, R. Barroso Bermejo, Y. Bernard, P. Bueno Ramirez, M. Iriarte Cela, L. Chauris, F. Cousseau, A. Hernanz Gismero, Ph. Gouezin,L. Laporte, E. Mens, H. Paitier, L. Quesnel, 1
  • fois, la mise en œuvre du chantier de construction mobilise des savoir-faire techniques dont on n'imaginait par toujours le degré de sophistication, il y a quelques années seulement, et dont l'étude nécessite l'emploi d'un vocabulaire approprié (Laporte et al. à paraître-a). Nous
  • numériques est devenu incontournable, avec le développement de l'imagerie en trois dimensions. C'est le pôle qu'ont souhaité développer J.-B. Barreau et Y. Bernard au sein de notre équipe de recherche, avec la création du CNPAO. C'est donc assez naturellement que l'ensemble de ces
  • français L. Laporte, Chercheur CNRS, UMR 6566- CReAAH E. Mens, Etude technologique des blocs mégalithiques, ArcheoAtlantica J.-B. Barreau, ingénieur CNRS, CNPAO, Creaah- UMR 6566 Y. Bernard, infographiste, CNPAO, Creaah- UMR 6566 Ph. Gouezin, prospections, CReAAH- UMR 6566 L. Quesnel
  • médecine (simulation chirurgicale), du design (maquettes architecturales), de l'art digital ou encore des jeux vidéo. Depuis sa création il y a un peu plus d’an, le CNPAO a réalisé quinzaine de projets de modélisation/numérisation 3D de sites, essentiellement en Bretagne, mais également
  • est « étroit », il est documenté comme « pointu », « ogival », « fusiforme » ou « autre ». La définition des formes n’est pas rigide. Il y a finalement peu de différence entre le caractère ogival ou fusiforme d’un bloc, il faut surtout y reconnaître une forme étroite qui s’oppose à
  • et mesurées selon leur plus grandes « longueur » et « arc ». Lorsqu’il y a association spatiale entre encoche et départ de matière, la mention en est faite dans la case description. - Les numéros de photos sont inscrits dans une case libre, les plus significatives sont intégrées
  • Grand cairn de Barnenez nouvelles approches, nouveaux résultats, nouvelles perspectives. Campagnes de septembre 2013 et d’avril 2014 Financement assuré par : ‐ Un programme du Ministère de la Culture, en Espagne. ‐ La région Bretagne ‐ Le département du Finistère ‐ La
  • Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant
  • diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en
  • ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de
  • l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective
  • ; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de
  • l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la
  • recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de
  • contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus
  • universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Introduction Jusque dans les années 1950, la pointe de Barnenez à Plouézoc'h, dans le Finistère, n'était guère connue pour les deux buttes allongées qui coiffaient le sommet de ce promontoire. Ce sont
  • malheureusement les destructions réalisées par des carriers qui ont attiré l'attention de P.R. Giot sur ce qui s'est révélé être quelques un parmi les plus vieux monuments funéraires en pierre construits en Europe occidentale. Il mit alors en place ce que l'on appelait des fouilles de
  • sauvetage qui, dans leur principe, ne sont guère différentes de ce que l'on appelle aujourd'hui de l'archéologie préventive. Au-delà de l'urgence à observer ce qui venait juste d'être détruit, il sut ensuite développer à cette occasion un véritable programme scientifique, dans le cadre
  • de ce qui correspond aujourd'hui aux fouilles programmées. Bien avant l'heure, nous avions ici, déjà, une parfaite démonstration de leur complémentarité. Des deux buttes attaquées par les carriers, celle située le plus au nord avait déjà été largement rasée sur une partie
RAP03144.pdf (HOEDIC (56). Site de Sterflant, sondages, suivi et études archéologiques)
  • HOEDIC (56). Site de Sterflant, sondages, suivi et études archéologiques
  • Coordonnées Lambert Zone II X= 206,800 Y= 2272,610 Références cadastrales : section AE, 11, cadastre de 1972 Propriétaire du terrain : Conservatoire du Littoral et DPM Adresse du propriétaire : Conservatoire du Littoral. Délégation régionale Quai G. Péri, 22000 - PLERIN. Nature des
  • Sterflant. 8 Figure 2 – Tableau d'assemblage du cadastre de l’île de Hoedic et localisation du site de Sterflant. Au lieu-dit "Stefflant" (ou Ster Flan, ou Schteufleint), dès 1882, Lavenot repérait des "rejets de cuisine" : coquilles, ossements, poteries puis Rollando et Coppens y
  • mentionnent des "fonds de cabane". Ces derniers y firent un rapide sondage qui leur livra les restes d'un vase à pâte noire, couvert de multiples cannelures horizontales et enduit au graphite, ainsi qu'un fragment d'amphore. En 1964, Minot mentionne en ce lieu : "sur la côte, en haut d'une
  • peu de fer à l’intérieur. Une activité métallurgique, même de l’âge du Fer, devrait cependant livrer un peut plus de mobilier lié à cette activité. Si ce sont des scories de forge, alors elles correspondent à des activités pour lesquelles il y a peu de perte métallique, typiquement
  • renouvelé afin de permettre une modélisation de l’évolution de la forme de la dune et du rythme de son recul sous l’effet des événements climatiques. Figure 37 – Relevé de la côte à Serflant au scanner 3D par Y. Bernard et L. Quesnel (cl. M.Y. Daire). Figure 38 – Clou topographique
  • implanté dans le platier rocheux en avant du site de Sterflant (cl. M.Y. Daire). 40 Figure 39 – Relevé laser 3D du site de Sterflant (doc. Y. Bernard, L. Quesnel et J.B. Barreau, CNPAO). 41 4 - LES INVERTÉBRÉS MARINS DU SITE GAULOIS DE STERFLANT : (ÎLE DE HOEDIC; MORBIHAN) : UNE
  • , limitant l’étude de la surface du site encore intacte. Toutes les informations et les résultats présentés ont pu être établis à partir de prélèvements sédimentaires (40 litres) réalisés durant les campagnes de sondages de 2010 et de 2014 sous la responsabilité de M.-Y. Daire (Daire et
  • structures empierrées, des rejets culinaires et des fragments d'augets (fig. 40) y ont été observés. Ces éléments semblent attester d’activités d’ordre domestique et artisanal liées à la production du sel marin. Les lots coquilliers présentés dans ce rapport sont attribués
  • chronologiquement au second âge du Fer d'après l'étude des céramiques réalisée par M.-Y. Daire. Malgré une évolution de la configuration littorale dans ce secteur, les habitants de l’âge du Fer devaient avoir déjà un accès privilégié aux environnements marins et à un milieu riche en ressources
  • Site n° 56 085 0032 Opération n°2014 - 311 Sondages, suivi et étude archéologiques du Site de Sterflant ÎLE D’HOEDIC (Morbihan) UMR 6566 CReAAH « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » Rennes 1 Site n° 56 085 0032 Opération n°2014 - 311 Sondages
  • , suivi et études archéologiques du Site de Sterflant ÎLE D’HOEDIC (Morbihan) Marie-Yvane DAIRE, Pau OLMOS, Loïc LANGOUËT, Caroline MOUGNE, Catherine DUPONT, Yann BERNARD et Laurent QUESNEL, avec la collaboration de Jean-Marc LARGE, Meritxell MONRÓS, Pierre BUTTIN Nicolas MOTHAY et
  • Cécile LE CARLIER. UMR 6566 CReAAH « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » Rennes 2 3 SOMMAIRE page Introduction 1 – PRÉSENTATION DU SITE ET DES RECHERCHES 1.1 - Présentation générale Fiche signalétique 1.2 – Le contexte géographique et archéologique
  • 1.2.1 - Localisation et description de l’île dHoedic 1.2.2 – Le contexte archéologique 1.3. Problématique de la vulnérabilité du site et conditions des opérations depuis 2010 1.3.1 - En 2010… 1.3.2 - En 2013-2014 1.3.3 - Évaluation de la vulnérabilité du site archéologique et de son
  • évolution 2 – RÉSULTATS ET BILAN DE L’ÉTUDE de 2010 5 5 5 6 6 6 8 8 12 13 21 2.1 - Emprise et organisation générale des vestiges et structures archéologiques 21 2.2 - Les sondages 25 2.3 - Le mobilier archéologique 26 3 – RÉSULTATS ET BILAN DE L’ÉTUDE de 2014 30 3.1
  • - Emprise et organisation générale du site 30 3.2 - Les sondages 30 3.2.1 - Le sondage 1 3.2.2 - Le sondage 2 3.2.3 - Le sondage 3 3.2.4 - Le sondage 4 3.2.5 - Le sondage 5 24 33 33 35 37 3.3 - Le mobilier archéologique 37 3.4 – Le suivi de l’évolution du trait de côte 39 4 4
  • – LES INVERTÉBRÉS MARINS DU SITE GAULOIS DE STERFLANT : (ÎLE DE HOEDIC; MORBIHAN) : UNE APPROCHE DE L’ÉCONOMIE DE SUBSISTANCE Par Caroline Mougne et Catherine Dupont 41 4.1 - Matériel 41 4.2 – Méthodes 42 4.3 – Taphonomie 43 4.4 - Spectre archéomalacologique 45 4.5
  • - Territoires de collecte 58 4.6 - Comparaison et différences entre Port Blanc et Sterflant 60 4.7 – Conclusion 60 CONCLUSIONS GÉNÉRALES 63 Remerciements 63 Références bibliographiques 64 ANNEXE 1 : Projet ALeRT, présentation résumée 70 ANNEXE 2 Listing des mobiliers collectés
  • 72 5 Introduction Le site archéologique de Sterflant, sur la commune de l’île d’Hoedic (Morbihan), bien connu des archéologues de la région, fait l’objet d’un suivi depuis 2010, dans le cadre du projet ALeRT (Archéologie, Littoral et Réchauffement Terrestre), compte tenu de sa
  • position très exposée et de sa dégradation régulière. Les principales opérations réalisées ont été une série de sondages et relevés sur les structures dégagées dans l’estran (Daire et al., 2010). La vulnérabilité de ce site face aux dégradations naturelles a conduit les chercheurs à
  • engager une nouvelle opération de relevés, destinée à sauvegarder un certain nombre d’informations avant la disparition totale des vestiges visibles, en mai 2014 (Daire et Olmos, 2014 ; Olmos et Daire, 2014) puis en novembre de cette même année. Le présent document propose une synthèse
RAP03240.pdf (PLOUEZOC'H (29). Grand cairn de Barnenez : nouvelles approches, nouveaux résultats, nouvelles perspectives. Rapport de FP 2015)
  • PLOUEZOC'H (29). Grand cairn de Barnenez : nouvelles approches, nouveaux résultats, nouvelles perspectives. Rapport de FP 2015
  • with an updating of its data which can help to the understanding of the Barnenez group. Key words: Megalith, North-west France, long tumulus, landscape (1) Université de Rennes 1 .UMR 6566-Creaah. florian.cousseau@gmail.com ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015
  • Pour les longs tumulus fouillés au Souc’h et Péré, début du XXème siècle ont fait l’objet de destruc- deux édifices étaient présents lors de la phase pré- tion en 1954-1955 pour y extraire la pierre (Giot cédente. Pour le premier, ils ont été unifiés par 1987). Ces travaux ont
  • privilégier le tumulus sud et son numents du même type, par exemple le site de exploitation touristique actuelle a mis le tumulus ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 82 nord dans l’oubli. La monographie du site ne con- pente sud de façon parallèle avec
  • conservées à l’UMR 6566-Creaah au ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 83 laboratoire Archéosciences de l’université de les destructions sauf deux de 1962. On peut y ob- Rennes 1. server chaque face du tumulus. La vue générale depuis le tumulus sud
  • par Louis Le Guennec au début du XXe siècle (Le Guennec 1979) ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 84 Giot 1987). À partir de la limite de parcelle, le tumu- que la table a été poussée vers le sud. Sur les lus semble entièrement détruit jusqu’à une
  • de l’extraction (fig.2). Le bloc était de ont dissuadés d’attaquer cette zone. biais reposant sur un amas de blocs bousculés lorsARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 85 Fig. 2 .- Haut : Indication des structures du tumulus nord sur les vues
  • aériennes IGN de 1977 (Géoportail). Droite : photos des différentes faces du tumulus nord . Gauche : images de la zone autour de la table de couverture en bas (Archives UMR6566Creaah) ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 86 Aucune des masses visibles sur
  • - ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 87 Fig. 3.- Haut : relevé de la table de couverture du tumulus nord de Barnenez, typologie d’après Mens 2008. (Modèle 3D disponible sur le site : https://sketchfab.com/flocou) Bas : blocs de métadolérite autour de
  • la table et pierres dressées du dolmen J du tumulus sud de Barnenez. ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 88 rieure. L’autre largeur est moins visible, mais ne peut dire s’il s’agit de l’extrémité ouest du tu- semble avoir un profil rectangulaire
  • ancienne. On presqu’île mais des indices d’autres édifices exis- ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 89 tent. Au nord-ouest, une chambre ruinée est indi- devaient être implantés sur les autres hauteurs quée avec le terme dolmen sur une carte réalisée
  • . Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 90 aux échanges matériels. » (Leroi-Gourhan 1964 ; lus sud sont orientés sud/sud-est donc vers l’anse Gouletquer 1991). Pierre Gouletquer nuance tou- de Térénez et la rivière le Corniou. Seule l’anse de tefois son propos en
  • maritimes qui sont celle de Mor- l’isthme en face de la colline. Les couloirs du tumu- laix à l’ouest et le Corniou à l’est. Elles devaient ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 91 être des éléments marquants dans le paysage avec du tumulus sud donnant
  • barrière visuelle. Le jeu de perspective entre les cela que la compréhension des évolutions architec- deux longs tumulus avec l’adaptation du sommet turales qui ont conduit à un long tumulus est im- ARPI. Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 92 Fig. 4
  • mieux voir quel impact vise l’édifice. doit être appréhendé pour chacun. Seulement Seule l’implantation reste la même lui offrant un dans ce cas, les relations de visibilité, les orienta- cadre. tions des couloirs, les jeux de perspective entre les ARPI. Arqueología y
  • Archaeology, 0, 0. Consultable à http://www.jna.unikiel.de/index.php/jna/article/view/34. Laporte L. 2010b : Restauración, reconstrucción y apropiación : evolución de las arquitecturas megalíticas en el oeste de Francia, entre pasado y presente. Restauration, reconstruction, ap- ARPI
  • . Arqueología y Prehistoria del Interior peninsular 03– 2015 94 propriation ; évolution des architectures méga- (Morbihan, Bretagne) : à propos des modes lithiques dans l’Ouest de la France, entre passé d’organisation des territoires. L’Anthropologie, et présent., in Actas del
  • Congreso Internacional 112, 4–5: 572-597. sobre Megalitismo y otras manifestaciones funerarias contemporáneas en su contexto social, Mens E. 2008: Refitting megaliths in western France. Antiquity, 82, 315: 25–36. Mohen J.-P., Scarre C. 2002: Les tumulus de Bou- económico y cultural
  • Grand cairn de Barnenez nouvelles approches, nouveaux résultats, nouvelles perspectives. Rapport 2015 Coordination du projet - L. Laporte Auteurs - P. Bueno Ramirez, R. de Balbín Behrmann, F. Cousseau, L. Laporte. Conditions d’utilisation des documents Les rapports
  • d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre
  • l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de
RAP03817 (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l'Holocène. Rapport de FP 2019)
  • QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l'Holocène. Rapport de FP 2019
  • Ouest, pré fète d'IIle-et-Y ilaù1e ; VU l'arrête préfectoral n° 2018 DRAC'lDSG e n date du 19 novembre 20 18 pOI'tant délégation de signature à M. Michel ROUSSEL, Directeur régional des affaires culturelles de Bretagne; VU l'an·êté préfectoral en date du 21 novembre 2018 portant
  • micaschistes de Belle-Île. À hauteur du site, il est difficile de percevoir la configuration originelle des lieux, du fait de la couverture dunaire et des 10 Etudes post-fouille - 2019 aménagements urbains récents, mais il semble y avoir une pente légère de la surface granitique vers
  • aux environnements terrestres ou marins y ont été déterminés (le pingouin torda, le guillemot de Troil, le grand pingouin, la bécasse des bois, le colvert, le canard siffleur ou pilet, le fuligule, la cigogne blanche ou la grue cendrée, le pygargue à queue blanche, le merle ou la
  • . Après une phase initiale où les activités étaient très éloignées de la zone actuellement fouillée, il y eut une installation avec rejets de coquilles et autres déchets, qui s’est aussi accompagnée de quelques creusements et de l’aménagement d’une aire de combustion de grandes
  • cette période (Marchand, 2013). L’habitat de plein-air de Bordelann est installé à proximité d’une source, en tête d’un vallon de la « côte sauvage » de cette île escarpée. Les milliers de silex taillés qui y furent recueillis en prospections pédestres et en sondages manuels
  • Beg-er-Vil (Quiberon, 2019) Beg-er-Vil à Quiberon Un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l’Holocène Première année de post-fouille Décembre 2019 N° de site : 56 186 0007 / Arrêté : 2019-152 du 3 mai 2019 Responsable (Archéologie) : Grégor Marchand Coresponsable (Paléo
  • -environnement) : Catherine Dupont Travaux réalisés avec le concours de : Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) Université de Rennes 1 Service Régional de l’Archéologie de Bretagne 1 Beg-er-Vil à Quiberon Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan Première année
  • de post-fouille Décembre 2019 N° de site : 56 186 0007 Arrêté : 2019-152 du 3 mai 2019 Responsable (Archéologie) : Grégor Marchand Coresponsable (Paléo-environnement) : Catherine Dupont Contributions de : Oriane Digard (Université de Rennes 2) Jorge Calvo Gomez (Université de
  • Rennes 1) David Cuenca Solana (Université de Santander) Claire Gallou (CNRS - Université de Rennes 1) Marine Gardeur (Université de Toulouse Jean-Jaurès) Anaïs Hénin (Université de Rennes 2) Benjamin Marquebielle (Université de Toulouse Jean-Jaurès) Diana Nuskushina (Université de
  • Lisbonne) Marylise Onfray (Université de Paris 1) Travaux réalisés avec le concours de : Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) Université de Rennes 1 Service Régional de l’Archéologie de Bretagne Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération
  • archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le
  • public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette
  • consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1
  • ) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies
  • , cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes
  • et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est
  • majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et
  • suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018
  • II l i&ud • Îigo.'i,,• • F::t•••tii lt,l R~PUOUQ.UE F~ PRÉFET OE LA RÉG ION BRETAGNE ()irection ré~ i o n nle des 11 l'fair
  • archéologique programmée La Préfète de ln région Brctagoe Préfète d 'Ille-et-Vilaioe VU le code du patrimoine et notamment son livre V ; V(; le décret d u 30 octo bre 2018 portant nominatio n de Mme Michèle KIRRY, préfete de la region Bretagne, préfète de la zone défense et de sécurité
RAP03967 (QUIBERON (56). Beg-er-Vil à Quiberon. Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de fouille programmée 2020 )
  • QUIBERON (56). Beg-er-Vil à Quiberon. Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de fouille programmée 2020
  • programmés lors du premier confinement sont pour certains décalés dans le premier trimestre 2021. Les premiers tests sur les apports du tamisage à maille fine et du tri qui y est associé ont été réalisés sur les crabes (C. Dupont). Ils montrent clairement que les comportements des
  • notamment avec les micaschistes de Belle-Île. À hauteur du site, il est difficile de percevoir la configuration originelle des lieux, du fait de la couverture dunaire et 5 Etudes post-fouille – 2020 des aménagements urbains récents, mais il semble y avoir une pente légère de la
  • d’environnements exploités : des oiseaux inféodés aux environnements terrestres ou marins y ont été déterminés (le pingouin torda, le guillemot de Troil, le grand pingouin, la bécasse des bois, le colvert, le canard siffleur ou pilet, le fuligule, la cigogne blanche ou la grue cendrée, le
  • . Après une phase initiale où les activités étaient très éloignées de la zone actuellement fouillée, il y eut une installation avec rejets de coquilles et autres déchets, qui s’est aussi accompagnée de quelques creusements et de l’aménagement d’une aire de combustion de grandes
  • île escarpée. Les milliers de silex taillés qui y furent recueillis en prospections pédestres et en sondages manuels, laissent penser à une installation sinon pérenne, du moins régulière, mais l’absence d’autres restes que l’industrie lithique limite forcément les interprétations
  • comme l’extraction d’ADN de mollusques à partir de la coquille et de parasites qui s’y sont installés n’étaient pas imaginables il y a moins de cinq ans. Pour ces raisons, il nous parait indispensable de poursuivre l’investissement dans le tri des refus de tamis. La possibilité de
  • Beg-er-Vil à Quiberon Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan Deuxième année de post-fouille Décembre 2020 N° de site : 56 186 0007 Arrêté : 2020-083 du 13 mars 2020 Responsable (Paléo-environnement) : Catherine Dupont Coresponsable (Archéologie) : Grégor
  • Marchand Travaux réalisés avec le concours de : Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) Université de Rennes 1 Service Régional de l’Archéologie de Bretagne Beg-er-Vil à Quiberon Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan Deuxième année de post-fouille
  • Décembre 2020 N° de site : 56 186 0007 Arrêté : 2020-083 du 13 mars 2020 Responsable (Paléo-environnement) : Catherine Dupont Coresponsable (Archéologie) : Grégor Marchand Contributions de : Nancy Marcoux (Université de Rennes 1) Marylise Onfray (UMR 8215 Trajectoires) Marie-France
  • Diesch-Sellami (Inrap GSO, ISEM /UMR 5554,) Travaux réalisés avec le concours de : Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) Université de Rennes 1 Service Régional de l’Archéologie de Bretagne 3 5 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération
  • archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le
  • public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette
  • consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1
  • ) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies
  • , cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes
  • et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est
  • majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et
  • suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologique Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018
  • Table des matières Résumé des travaux en 2020 1 Remerciements 3 Première partie : problématique de l’intervention 4 1. Premières étapes de l’exploration d’un site de référence 5 1.1. Les fouilles d’Olivier Kayser (1985-1988) 5 1.2. Une longue période d’analyses
  • postopératoires 6 (années 1990 et 2000) 2. 2012-2018 : Retour à Beg-er-Vil 7 3. Une vie domestique en bord de mer… 8 Seconde partie : Etudes menées en 2020 10 1. L’équipe de recherche en 2020 10 2. Le tri intégral des sédiments 12 2.1. Plaidoyer de l’intérêt scientifique du
RAP03415.pdf (SAINT-BRANDAN (22). La porte au Souda : des indices d'occupation antique au carrefour de voies anciennes. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • SAINT-BRANDAN (22). La porte au Souda : des indices d'occupation antique au carrefour de voies anciennes. Rapport de diagnostic
  • archéologique — 22 277 0006 Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence x (L93) : 267 731 y (L93) : 6 828 514 z (L93) : 157.50 m NGF Références cadastrales Commune Saint-Brandan Année Section(s) et parcelle(s) ZB, 122p, 123 Nature de l’aménagement
  • afin de suivre le tracé du fossé, F6, qui y a été mis au jour. Ce dernier, a une orientation NNE/SSO. Comme il n’était pas présent dans la tranchée 8 située plus au sud, il est probable qu’il tourne vers l’ouest, que l’on retrouve dans la tranchée 4 (fig. 8). Cependant, cette
  • ). Il y a donc une grande imprécision dans les contours dessinés. Seule la partie nord de la tranchée a été drainée pour pouvoir nettoyer la structure F2. Cette dernière est grossièrement circulaire, mesure 2.10m de diamètre (fig. 21). Elle offre en surface un aménagement de grands
  • Le mobilier archéologique est varié, comprenant de la céramique, des éléments en terre cuite, plusieurs clous, de nombreuses scories de forges et quelques outils indéterminés, plaques et clous en fer. Les tuiles correspondent à des rejets, elles portent des traces d’utilisation
  • et on note une grande fragmentation, une absence des briques et presque pas d’imbrex. La céramique montre des indices d’occupation entre le Ier et le IIIe siècle de notre ère, les structures les plus récentes se trouvant dans la partie sud de l’emprise, à l’exception du possible
  • axe de circulation au nord qui a livré du mobilier indiquant un fonctionnement depuis le Ier siècle de notre ère jusqu’à la période moderne. Enfin, dans les tranchées 2 et 3, même si aucune forme entière n’a pu être identifiée, quelques tessons constituent un bruit de fond
  • diagnostic de Saint-Brandan sont abondantes et homogènes. Elles mettent en évidence une occupation matérialisée par la présence d’au moins un axe de circulation antique situé dans la partie sud de la parcelle et orienté nord-ouest/sud-est. Un autre axe de circulation est envisagé dans la
  • partie nord mais sa mise en place au cours de la période antique reste à vérifier. Le tracé d’un des fossés qui le compose se trouve en effet sur le cadastre napoléonien et les éléments de datation antiques retrouvés dans les quatre tranchées où il passe sont peu nombreux puisque seul
  • le sondage dans F14 de la tranchée 3 a livré quelques tessons antiques. Enfin, dans l’empierrement installé en surface de ce chemin, dans la tranchée 6, le mobilier céramique mis au jour est moderne. La présence d’un axe de circulation antique au sud, et éventuellement d’un second
  • au nord n’est guère étonnante puisque l’emprise du diagnostic est situé à un carrefour de voies anciennes, entre l’importante voie Carhaix/ Corseul et la voie secondaire Saint-Brandan/Plélo. Il est donc probable que ces axes de circulation sont des chemins d’accès vers ces
  • dernières. D’autres structures attestent d’une occupation plus sédentaire des lieux comme la mise au jour de la façade orientale d’un enclos avec un probable système d’entrée de type porche. Cet enclos est constitué par un fossé de taille relativement modeste et offre un mobilier
  • céramique attribuable à la fin du Ier siècle de notre ère. Préalablement repéré en photo aérienne, sa position spatiale a pu être précisée par les données du diagnostic puisqu’il existait un décalage d’environ 25m vers l’est entre le redressement de la photo et la réalité sur le terrain
  • . L’angle d’un fossé découvert dans la tranchée 6 suggère l’existence d’un second enclos qui se développerait dans le nord-ouest de l’emprise. Enfin, la présence d’un puits et de plusieurs trous de poteaux et fosses dans les tranchées 1 à 4 permettent de supposer l’existence d’autres
  • structures d’habitat, sans qu’aucun plan de bâtiment n’est cependant été reconnu. Des indices d’occupation antique au carrefour de voies anciennes sous la direction de Sandra Sicard Sandra Sicard Sujets et thèmes VOIRIE ENCLOS Saint-Brandan, La porte au Souda Rapport de Diagnostic
  • Chronologie ANTIQUITÉ Bretagne, Côtes d’Armor, Saint-Brandan, La porte au Souda Inrap Grand Ouest Mai 2017 Diagnostic archéologique Rapport final d'opération Des indices d'occupation antique au carrefour de voies anciennes — 22277 Nr site 2016-320 Lambert 93 CC48 Entité
  • archéologique Arrêté de prescription Système d’information Code Inrap D 116 994 22 277 0006— Code INSEE Bretagne, Côtes d'Armor, Saint-Brandan, La porte au Souda sous la direction de par avec la collaboration de Sandra Sicard Richard Delage Sandra Sicard Philippe Boulinguiez Inrap
  • Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Mai 2017 2 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Côtes d'Armor, Saint-Brandan, La porte au Souda Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 2 6 7 8 10 10 11 12 21 23 24 Sommaire Fiche
  • signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique Etat du site Localisation de l’opération Arrêté de prescription Projet d’intervention Arrêté de désignation Cadastre Résultats 29 1 Le cadre de l'Opération 29 1.1 Circonstances de l'intervention 29 1.2
  • Cadre géographique et topographique général 30 1.3 Contexte géologique 30 1.4 Contexte archéologique 34 1.5 Stratégie et méthodes mises en oeuvre 37 2 Des vestiges très denses 37 2.1 Description générale 37 2.2 Description par tranchée 37 2.2.1 La tranchée 1
  • 40 2.2.2 La tranchée 2 42 2.2.3 La tranchée 3 44 2.2.4 La tranchée 4 45 2.2.5 Les tranchées 5 et 9 47 2.2.6 La tranchée 6 48 2.2.7 La tranchée 7 50 2.2.8 La tranchée 8 51 2.3 Etude du mobilier céramique et des terres cuites, Richard Delage 51 2.3.1 Références
RAP03345.pdf (QUIBERON (56). Beg-er-Vil : Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de FP)
  • QUIBERON (56). Beg-er-Vil : Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de FP
  • Croisic, en intégrant les îles de Houat et Hoëdic, en contraste notamment avec les micaschistes de Belle-Île. À hauteur du site, il est difficile de percevoir la configuration originelle des lieux, du fait de la couverture dunaire et des aménagements urbains récents, mais il semble y
  • oiseaux (Tresset, 2005). Il appert que le dépotoir de Beg-er-Vil est représenté par une diversité importante de ressources et d’environnements exploités : des oiseaux inféodés aux environnements terrestres ou marins y ont été déterminés (le pingouin torda, le guillemot de Troil, le
  • analyses stratigraphiques, micromorphologiques et sédimentologiques, qui démontrent des changements de fonction de ces espaces au cours du temps. Après une phase initiale où les activités étaient très éloignées de la zone actuellement fouillée, il y eut une installation avec rejets de
  • sauvage » de cette île escarpée. Les milliers de silex taillés qui y furent recueillis en prospections pédestres et en sondages manuels, laissent penser à une installation sinon pérenne, du moins régulière, mais l’absence d’autres restes que l’industrie lithique limite forcément les
  • opération scientifique : décapage au tractopelle et rebouchage du site, barrières entourant le site et accès à l’électricité. Figure 7. Le décapage d’une partie du parking et de la dune sous-jacente a conduit à neutraliser la totalité de cet aménagement urbain, notamment pour y
  • Beg-er-Vil à Quiberon Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan Première année de fouille triennale 5 septembre - 7 octobre 2016 N° de site : 56 186 0007 N° d’autorisation : n° 2016-027 Responsable (Archéologie) : Grégor Marchand Coresponsable (Paléo-environnement
  • ) : Catherine Dupont Travaux réalisés avec le concours du : Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) Université de Rennes 1 Service Régional de l’Archéologie de Bretagne Conseil Général du Morbihan (SDAM) Mairie de Quiberon Beg-er-Vil à Quiberon Un habitat du Mésolithique sur
  • le littoral du Morbihan Première année de fouille triennale 5 septembre - 7 octobre 2016 N° de site : 56 186 0007 N° d’autorisation : n° 2016-027 Responsable (Archéologie) : Grégor Marchand Coresponsable (Paléo-environnement) : Catherine Dupont Contributions de : Jorge Calvo
  • Gomez (Université de Rennes 1) Gaëlle-Anne Denat (Université de Rennes 2) François Eluard (Université de Rennes 2) Dominique Hillion (Saint-Pierre-Quiberon) Gérald Musch (Belle-Île-en-Mer) Diana Nukushina (Université de Lisbonne et de Rennes 1) Marylise Onfray (Université de Paris 1
  • ) Laurent Quesnel (CNRS-Université de Rennes 1) Travaux réalisés avec le concours du : Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) Université de Rennes 1 Service Régional de l’Archéologie de Bretagne Conseil Général du Morbihan (SDAM) Mairie de Quiberon Campagne 2016 2 Beg
  • -er-Vil (Quiberon, Morbihan) Sommaire RESUME DE L’OPERATION 2016 ............................................................................................. 5 REMERCIEMENTS
  • ....................................................................................................................... 8 PREMIERE PARTIE : PROBLEMATIQUE DE L’INTERVENTION .................................... 11 1. Premières étapes de l’exploration d’un site de référence ............................................. 11 1.1. Les fouilles d’O. Kayser (1985-1988
  • ) ............................................................. 11 1.2. Une longue période d’analyses postopératoires (années 1990 et 2000) ... 13 2. 2012-2015 : Retour à Beg-er-Vil ........................................................................................ 14 3. Une vie domestique en bord de mer
  • … ........................................................................... 17 SECONDE PARTIE : LA CAMPAGNE DE 2016 .................................................................... 19 1. L’équipe de recherche en 2016 ......................................................................................... 19 2. Conditions d’intervention
  • ................................................................................................. 21 2.1. Logistique et financement............................................................................... 21 2.2. Protocole d’intervention ................................................................................. 22 3. Résultats archéologiques de la campagne de 2016
  • ........................................................ 24 3.1. Implantation des fouilles ................................................................................ 24 3.2. Enregistrement des vestiges ........................................................................... 26 3.2. Stratigraphie et aspects géomorphologiques
  • ............................................... 27 3.3. La « hutte » ........................................................................................................ 36 3.4. Le foyer L .......................................................................................................... 40 3.5. Premiers aperçus de
  • la zone orientale .......................................................... 45 3.6. Le mobilier archéologique recueilli ............................................................... 51 4. Bilan du traitement des refus de tamis (05/12/2016
  • ) ..................................................... 58 4.1. Lors de la fouille de 2016 ................................................................................ 58 4.2. Lors des stages post-fouille de 2016 .............................................................. 58 TROISIEME PARTIE : BILAN DES ANALYSES EN COURS
  • ............................................... 63 1. Premiers résultats de l’analyse spatiale (2012-2015) ..................................................... 63 1.1. Méthodologie.................................................................................................... 63 1.2. Perspectives générale sur le matériel
RAP03839 (CARO (56). Le Chêne Tord. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • CARO (56). Le Chêne Tord. Rapport de diagnostic
  • archéologique X : 299937,92 Y : 6764803,90 Z : de 90 à 130 m NGF Diagnostic Opérateur d’archéologie Inrap Grand-Ouest Responsable scientifique de l’opération Sandrine Barbeau, Inrap Organisme de rattachement Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Taux
  • scientifiques 11 Localisation de l'opération Section : ZC Parcelles : 16, 35, 80, 97 X : 299937,92 Y : 6764803,90 Z : de 90 à 130 m NGF Fig. 1 : localisation de l'emprise du site du Chêne du Tord sur carte au 1/250 000 © Jean-Claude Durand Localisation de l’opération 11 12 Inrap
  • , de la feuille de Malestroit à l’échelle 1/50 000, université de Rennes, Y. Quété, 1975, J. Plaine et J-J. Chauvel. 28 Inrap · Rapport de fouille Caro (56), Le Chêne Tord - 2016-385- Fig. 3 : localisation de l’opération sur fond de carte de la feuille du BRGM avec notice
  • Sujets et thèmes Bâtiment Foyer Fosse Fossé Mobilier Céramique Tuile Les secteurs C1 et C8 ont livré des vestiges archéologiques correspondant à deux structures de combustions : en fosse, pour la première dans le secteur C1, et à pierres chauffées, pour la deuxième, dans le
  • secteur C8. Ces vestiges n’ont pu être datés précisément. Dans le secteur C7, les vestiges de fondations de murs, témoignent d’une occupation datée entre le Ier et IIe s. de notre ère. Très arasées, les maçonneries apparaissent pour certaines, directement sous 0,25 m de terre végétale
  • , et au mieux à 0,35 m de profondeur, dans les limons argileux d’interface au-dessus du substrat. Les tas importants de blocs de grès en bordure du chemin et en surface dans la parcelle témoignent du démantèlement des maçonneries. L’étendue des vestiges associés aux découvertes de
  • prospections aériennes datant de quelques années, reflètent une installation de type villa. Diagnostic archéologique Haut-Empire Le projet d’implantation d’éoliennes de la société Environnement et Energies Locales, au lieu-dit le Chêne Tord sur la commune de Caro (Morbihan), est à
  • l’origine de la présente opération de diagnostic archéologique prescrite par le service régional d’archéologie de Bretagne. Rapport d’opération Chronologie Le Chêne Tord, Caro, Morbihan, Bretagne Caro, Le chêne Tord Caro, Morbihan Le chêne Tord sous la direction de Sandrine
  • Barbeau Il existe enfin, la possibilité d’une occupation antérieure à l’habitat antique, Inrap Grand Ouest  37 rue du Bignon, CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr Rapport de Diagnostic matérialisée par les fossés F4 et 5. Inrap Grand-Ouest Janvier 2020
  • Rapport de diagnostic 56035 Le chêne Tord Arrêté de prescription 2016-385 Système d’information Lambert 93 Code Inrap D117866 N° d'opération Code INSEE Caro, Morbihan sous la direction de avec la collaboration de Sandrine Barbeau Philippe Boulinguiez Richard Delage Jean
  • -Claude Durand Jean-François Royer Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Janvier 2020 « Le Rapport d’Opération (RO) constitue un document administratif communicable au public dès sa remise au service Régional de l’Archéologie, suivant les prescriptions de
  • la Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée, relative à l’amélioration des relations entre l’administration et le public. Aux termes de la circulaire du 26 mars 1993, il pourra être consulté ; les agents des Services Régionaux de l’Archéologie rappelleront à tout demandeur les
  • droits de la propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et les contraintes qui en résultent pour tout consultant. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L122-5 du
  • code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction de texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes de l’auteur et de l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du
  • droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d’utiliser à de fins commerciales les documents communiqués (Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non-respect de ces règles constitue un délit de
  • contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal. » I. Données administratives, techniques et scientifiques Sommaire Sommaire 6 Fiche I Données administratives techniques et scientifiques signalétique 7 Mots-clefs des thesaurus 8 Intervenants 10 Notice scientifique 11
  • Localisation de l'opération 13 Arrêté de prescription 15 Cahier des charges 21 Projet 23 Arrêté scientifique de désignation 27 1. II Résultats Introduction 27 1.1. Localisation et objectif de l’intervention 27 27 1.2 État des connaissances avant l’opération 27 1.2.1
  • Cadre géographique, topographique et géologique superficielle 28 1.2.2 Cadre archéologique 28 30 1.3 Stratégies et méthodes mises en œuvre 35 2. Résultats 35 2.1. Deux structures de combustions anciennes 41 2.2. Vestiges antiques 41 2.2.1. Les fossés 45 2.2.2. Les
  • maçonneries  55 2.2.3. Les structures de combustion 57 2.3. Tranchée 19 dans le chemin moderne 59 3. 60 Conclusion Bibliographie 61 Table des illustrations III Inventaires techniques 64 Inventaire des faits et us 67 Inventaire du mobilier 68 Inventaire des photographies
  • 3 I. Données administratives, techniques et scientifiques Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en
RAP03493 (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport intermédiaire de FP)
  • QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport intermédiaire de FP
  • , en contraste notamment avec les micaschistes de Belle-Île. À hauteur du site, il est difficile de percevoir la configuration originelle des lieux, du fait de la couverture dunaire et des aménagements urbains récents, mais il semble y avoir une pente légère de la surface granitique
  • dépotoir de Beg-er-Vil est représenté par une diversité importante de ressources et d’environnements exploités : des oiseaux inféodés aux environnements terrestres ou marins y ont été déterminés (le pingouin torda, le guillemot de Troil, le grand pingouin, la bécasse des bois, le
  • étaient très éloignées de la zone actuellement fouillée, il y eut une installation avec rejets de coquilles et autres déchets, qui s’est aussi accompagnée de quelques creusements et de l’aménagement d’une aire de combustion de grandes dimensions, impliquant des dalles larges. Par la
  • à cette période (Marchand, 2013). L’habitat de plein-air de Bordelann est installé à proximité d’une source, en tête d’un vallon de la « côte sauvage » de cette île escarpée. Les milliers de silex taillés qui y furent recueillis en prospections pédestres et en sondages manuels
  • faille y voir de processus érosif majeur, mais plutôt une remobilisation des éléments les plus fins. On a pu le constater en mai 2017, à l’occasion de pluies vigoureuses qui d’emblée créent des chenaux dans le sable et entraînent certains éléments sur la pente vers le sud-ouest. La
  • Beg-er-Vil à Quiberon Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan Seconde année de fouille triennale Rapport intermédiaire 9 mai – 30 juin 2017 N° de site : 56 186 0007 N° d’autorisation : n° 2017-128 Responsable (Archéologie) : Grégor Marchand Coresponsable (Paléo
  • -environnement) : Catherine Dupont Travaux réalisés avec le concours du : Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) Université de Rennes 1 Service Régional de l’Archéologie de Bretagne Conseil Général du Morbihan (SDAM) Mairie de Quiberon Beg-er-Vil à Quiberon Un habitat du
  • Mésolithique sur le littoral du Morbihan Seconde année de fouille triennale Rapport intermédiaire 9 mai – 30 juin 2017 N° de site : 56 186 0007 N° d’autorisation : Responsable (Archéologie) : Grégor Marchand Coresponsable (Paléo-environnement) : Catherine Dupont Contributions de : Yann
  • Bernard (Virtual Archéo) Jorge Calvo Gomez (Université de Rennes 1) Anaïs Hénin (Université de Rennes 2) Gérald Musch (Belle-Île-en-Mer) Marylise Onfray (Université de Paris 1) Laurent Quesnel (CNRS-Université de Rennes 1) Travaux réalisés avec le concours de : Centre National de la
  • Recherche Scientifique (CNRS) Université de Rennes 1 Service Régional de l’Archéologie de Bretagne Conseil Général du Morbihan (SDAM) Mairie de Quiberon Campagne 2017 Table des matières RESUME DE L’OPERATION 2017
  • ............................................................................................. 4 REMERCIEMENTS ....................................................................................................................... 5 PREMIERE PARTIE : PROBLEMATIQUE DE L’INTERVENTION ...................................... 7 1. Premières étapes de l’exploration d’un site de
  • ......................................................................................... 10 3. Une vie domestique en bord de mer… ........................................................................... 12 SECONDE PARTIE : LA CAMPAGNE DE 2017 .................................................................... 14 1. L’équipe de recherche en 2017
  • .................................................................................. 17 3. Résultats archéologiques de la campagne de 2017 ........................................................ 19 3.1. Implantation des fouilles................................................................................. 19 3.2. Conditions de découverte et enregistrement des
  • vestiges ......................... 22 3.3. Considérations topographiques, stratigraphiques et géomorphologiques23 3.4. La hutte .............................................................................................................. 25 3.5. La fosse L au milieu de la hutte
  • ...................................................................... 30 3.6. La structure P : un tas de pierre en bordure de la hutte ............................. 37 3.7. La fosse V au nord-est de la hutte .................................................................. 39 3.8. La structure Z : des piquets au sud-ouest de la hutte
  • ................................. 42 3.9. La fosse AA ....................................................................................................... 42 3.10. La zone est du site (structures O et N) ........................................................ 43 3.11. Quelques lignes de conclusion
  • ..................................................................... 45 4. Étude géoarchéologique de la formation de l’amas coquillier de Beg er Vil (analyse de micromorphologie des sols) ................................................................................................... 47 4.1. L’amas coquillier : poursuite des analyses
  • micromorphologiques et premiers éléments de réflexions ............................................................................................ 47 4.2. Quitter l’amas coquillier… : des observations de terrain à la stratégie d’échantillonnage du secteur de la « hutte
  • » ....................................................... 62 4.3. Conclusion et perspectives générales ............................................................ 72 2 Beg-er-Vil (Quiberon, Morbihan) TROISIEME PARTIE : BILAN DU TRAITEMENT DES REFUS DE TAMIS ...................... 75 1. Lors de la fouille de 2017
  • ................................................................................................... 75 2. Le stage post-fouille de septembre 2017 ......................................................................... 75 3. Le tri à Archéosciences ...................................................................................................... 78 QUATRIEME PARTIE
RAP03052.pdf ((22)(29)(35)(56). littoral breton, prospection alert. rapport de fp 2014)
  • (22)(29)(35)(56). littoral breton, prospection alert. rapport de fp 2014
  • . López-Romero, E., Daire M.Y., 2008 – El proyecto « ALERT »: un mapa de riesgos para la gestión y protección del patrimonio arqueológico litoral./ « ALERT » Project: a risk map for the management and protection of coastal archaeological heritage. In : Rovira Llorens S., García-Heras M
  • - Penmarc’h - Plobannalec-Lesconil - Le Conquet (Y. Pailler et al.) Morbihan - Groix - Pénestin - Ile d’Hoedic Côtes d’Armor - Plougrescant - Lanmodez - Trégastel (2013) - Pleumeur-Bodou (2013) - Trébeurden (2013) Localisation des communes prospectées en 2014. 23
  • Magazine, 521, 6-7. OLMOS, P., LOPEZ-ROMERO, E., DAIRE, M.-Y. 2013 « L’application "Alert": une démarche participative au service de la protection du patrimoine archéologique littoral », Bulletin de l’AMARAI, 26, 83-86. Actes de colloques, chapitres OLMOS, P., LOPEZ-ROMERO, E., DAIRE, M
  • .-Y. 2014 « De nouveaux outils d'observation et de gestion du patrimoine littoral de la Bretagne », dans Actes du colloque Connaissance et compréhension des risques côtiers : Aléas, Enjeux, Représentations, Gestion, Brest, 234-243. OLMOS, P., LOPEZ-ROMERO, E., BARREAU, J.-B., DAIRE
  • , M.-Y. 2014 « L’application "Alert": une démarche participative au service de la protection du patrimoine archéologique littoral », dans Journée du "CReAAH", Rennes 22 mars 2014, 62-63. 35 BARREAU, J.-B., LOPEZ-ROMERO, E., SACHET, M., DAIRE, M.–Y., OLMOS, P. 2013 «ALERT Mobile
  • : managing archaeological heritage in Western France », dans Conference Proceedings Digital Heritage International Congress, Marseille, 611-614. Rapports OLMOS, P., DAIRE, M.-Y. 2014 Le site de l’âge du Fer de Sterflant, Île d’Hoedic (Morbihan). Rapport d’intervention archéologique en
  • limite d’un terrain du Conservatoire du Littoral, Rapport inédit. DAIRE, M.-Y., LANGOUËT, L. 2014 Île du Bec, Lampaul-Ploudalmézeau (Finistère) Rapport de suivi archéologique, Conservatoire du Littoral, Rapport inédit. DAIRE, M.-Y., LANGOUËT, L. 2014 Les îles Trévorc’h, Saint-Pabu
  • (Finistère). Rapport d’intervention archéologique sur un terrain de la SEPNB/Bretagne Vivante, Rapport inédit. OLMOS, P., DAIRE, M.-Y. 2014 Le Gouffre-Pointe du Château, Plougrescant. Rapport d’intervention archéologique sur un terrain du Conservatoire du Littoral (Côtes d'Armor), Rapport
  • Daire, M.-Y., Lopez-Romero, et al. 2007 – ALeRT : Rapport d’activité et rapport scientifique 2007, CReAAH UMR 6566, AMARAI. Daire, M.-Y. 2008 – ALeRT : Rapport d’activité Bretagne 2008, CReAAH UMR 6566, AMARAI. Schaeffer, E. 2009 – Inventaire diachronique et étude de vulnérabilité
  • Rapport Final PROSPECTION DIACHRONIQUE 2014 LITTORAL BRETON, PROSPECTION ALERT Sous la direction de Pau Olmos Benlloch Marie-Yvane Daire Meritxell Monrós González Elías López-Romero En collaboration avec : Grégor Marchand Anne-Lyse Ravon Jean-Baptiste Barreau Loïc Langouët N
  • ° Autorisation de fouille : n° 2014-077 Décembre 2014 2 SOMMAIRE Générique de l’opération p. 5 SECTION 1 : Présentation et méthodologie p.11 1. PROBLÉMATIQUE GÉNÉRALE : Vulnérabilité des sites archéologiques littoraux p.12 2. METHODOLOGIE p.13 2.1 Les outils du projet : la grille
  • d’évaluation de la vulnérabilité p.13 2.2 La démarche participative : les applications Alert Web et Alert Mobile p.15 2.2.1 La base de données ALeRT et l’application Alert Web p.15 2.2.2 L’application Alert Mobile p.16 2.2.3. Utilisateurs Alert et correspondants p.17 3
  • . PROSPECTIONS ALERT 2014 p.19 3.1 Méthodologie des prospections p.26 3.1.1 Analyse documentaire p.26 3.1.2 Terrain p.26 3.1.3 Traitement des données p.26 4. COMMUNICATION p.27 4.1 Actualités 2014 p.27 4.2 Présence dans les médias p.30 4.3 Animation scientifique et colloques
  • 2014 p.34 4.4 Conférences grand public et divulgation p.34 4.5 Autres activités p.34 5. PUBLICATIONS 2014 p.35 3 6. BIBLIOGRAPHIE ALERT p.36 7. AUTRES REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES p.37 8 – MOYENS ET REMERCIEMENTS p.37 SECTION 2: Rapport de la vulnérabilité des sites
  • Alert 2014 p.39 FINISTERE p. 41 COTES D’ARMOR p.149 MORBIHAN p.187 ANNEXE 1 – Inventaire complet du mobilier Alert 2014 p.217 ANNEXE 2 – Inventaire du mobilier plus significatif Alert 2014 p.221 ANNEXE 3 – Fiches d’enregistrement de découverte p.225 4 Générique de
  • l’opération FICHE SIGNALETIQUE Référence de l’opération Autorisation de prospection diachronique : Arrêté n° 2014-077 - Littoral breton, prospection Alert Responsable scientifique : Pau OLMOS BENLLOCH Chercheur postdoctoral projet Arvor (Région Bretagne), Université de Rennes 1 Organisme
  • de rattachement : CNRS, UMR 6566 CReAAH Université Rennes 1 – Campus de Beaulieu Bât. 24-25, 263 Avenue du Général Leclerc 35042 RENNES Cedex Tél : 02 23 23 56 38 COORDINATION ET MOYENS DU PROJET Responsable : Marie-Yvane DAIRE Association Manche Atlantique pour la Recherche
  • Archéologique dans les Iles (AMARAI) Université Rennes 1 – Campus de Beaulieu Bât. 24-25, 263 Avenue du Général Leclerc 35042 RENNES Cedex FINANCEMENT DU PROJET Sources de financement : Projet ARVOR financé par la Région Bretagne, SAD v.2 – Stratégie d’Attractivité Durable, contrat post
  • -doctoral 2013-2015 Université de Rennes 1. Fondation Langlois, financement des moyens de fonctionnement. Gestion du Projet ARVOR : Observatoire des Sciences de l’Univers de Rennes (OSUR), Université de Rennes 1. 5 EQUIPE DE RECHERCHE Pau OLMOS BENLLOCH Chercheur postdoctoral
  • Université de Rennes 1, CReAAH, UMR 6566-OSUR, responsable du projet Alert - Responsable scientifique - Organisation et coordination des prospections - Communication Marie-Yvane DAIRE Directeur de recherche CNRS, Université de Rennes 1 CReAAH, UMR 6566 - Responsable scientifique Meritxell
RAP03717 (QUIMPER (29). Parking secteur Locmaria, rue Haute, rue du Stivel. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • QUIMPER (29). Parking secteur Locmaria, rue Haute, rue du Stivel. Rapport de diagnostic
  • 29232 Numéro de dossier Patriarche — — Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence x (L93) : 1 170 262 y (L93) : 6 789 330 z (L93) : entre 4,80 et 7,60m NGF Références cadastrales Commune Quimper Année 2018 Section(s) et parcelle(s) section
  • évoquées précédemment et mesurent respectivement 84 m² (tranchée 1), 27 m² (tranchée 2) et 39 m² (tranchée 3). Les terrassements y ont été réalisés jusqu’au niveau d’apparition des vestiges archéologiques antérieurs à la période moderne, et ont parfois été complétés par des sondages
  • 1034 1032 1036 1038 1042 1041 F1011 F1014 Fig.10 Ensemble des trois logs relevés au sein de la tranchée 1. (Relevés : Y. Fouvez, DAO : N. Ménez, Inrap) 11 13 12 14 Fig.11 Log 1. © Y. Fouvez, Inrap Fig.12 Log 2. © Y. Fouvez, Inrap Fig.13 Partie supérieure du log 3 (en arrière
  • · Rapport de fouille Quimper (29), Rue Haute/rue du Stivel 16 17 Fig.16 Vue générale de l’Us 1004 après nettoyage. © Y. Fouvez, Inrap Fig.17 Vue de détail de restes de faune piégés au sein de l’Us 1004. © M. Le Puil-Texier, Inrap Fig.18 Fragments d’amphore régionale de type Dressel
  • testée dans le cadre du diagnostic. Fig.19 Fosses F.1007 (au premier plan, à droite) et F.1013 (au premier plan, à gauche) après nettoyage. © Y. Fouvez, Inrap La seconde fosse, F.1013, est accolée au flanc nord de la précédente (fig.19) mais leur relation chrono-stratigraphique n’a
  • blocs, des ardoises ainsi qu’un lot de huit fragments de poterie daté de la période moderne. LOG 4 N-E 2001 LOG 5 S-O 2000 S-O Fig.38 Ensemble des trois logs relevés au sein de la tranchée 2. (Relevés : Y. Fouvez, DAO : N. Ménez, Inrap) 2021 2003 = 2004 = 2023 2004 2005 S-E
  • 3,66 m NGF 2020 2002 4,55 m NGF LOG 6 N-E N-O 2005 = 2013 2026 2025 2024 2022 4,55 m NGF 2003 = 2004 = 2023 2005=2013 1m 0 1/50 II. Résultats 2. Présentation des vestiges 43 39 40 Fig.39 Log 4. © Y. Fouvez, Inrap Fig.40 Log 5. © N. Ménez, Inrap Fig.41 Vue
  • 0,45 m de large et d’un comblement supérieur correspondant à du limon sableux gris (Us 2016). Fig.45 Log 6. © Y. Fouvez, Inrap 2.3.4 Les niveaux antérieurs Le sondage manuel réalisé dans l’angle sud-est de la tranchée de fondation Us \2009/ (cf. supra) permet de reconnaître une
  • Mobilier Céramique Métal Verre S’il permet en premier lieu de confirmer la poursuite de l’agglomération gallo-romaine de Locmaria en direction du nord-ouest, ce diagnostic met également en évidence un certain nombre d’éléments inédits. Le premier d’entre eux concerne quatre
  • aménagements rectangulaires empierrés mis au jour dans la partie méridionale des parcelles investiguées (tranchée 1). Participant vraisemblablement d’une structure commune dont le plan crénelé n’a pu être observé dans son intégralité, son mode de construction conjugué à la proximité de la
  • ligne de berge présumée, autorise à les interpréter comme des aménagements en lien direct avec le fleuve (terrasses ? aménagements de berge ?). Les quelques éléments chronologiques er recueillis évoquent un fonctionnement dès le début du I siècle de notre ère, allant de fait à
  • l’encontre du schéma selon lequel ce secteur, localisé dans la plaine alluviale, n’aurait été aménagé qu’à partir de la période claudienne. La découverte de deux maçonneries dans la partie nord-est des parcelles explorées (tranchée 3) constitue une autre donnée inédite. Si aucun élément
  • ne permet à ce stade de déterminer leur fonction précise (bâtiment ? clôture ? autre ?), leur largeur importante suggère en revanche qu’ils pourraient participer de constructions relativement imposantes. Les rares éléments de chronologie recueillis ne concernent que l’un d’entre
  • eux (F.3005) et évoquent une datation médiévale ainsi que deux probables états de fonctionnement. La présence de niveaux de sol constitués d’arène granitique damée dans la partie nord-ouest des parcelles sondées (tranchées 2 et 3) témoigne pour sa part d’une occupation anthropique
  • dans le secteur. Bien que leur fonction n’ait pu être définie dans le cadre du diagnostic, ils trouvent néanmoins de nombreuses analogies avec des vestiges mis au jour sur d’autres sites antiques quimpérois. Les quelques données chronologiques les concernant autorisent er à les
  • dater à partir des deuxième et troisième quarts du I siècle de notre ère, soit au moment de l’intensification de l’urbanisation de la rive gauche de l’Odet. Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67 737 35 577 Cesson-Sévigné www.inrap.fr diagnostic archéologique Rapport final
  • d’opération Parking secteur Locmaria, rue Haute / rue du Stivel, Quimper, Finistère, Bretagne Sujets et thèmes Structure urbaine Foyer Fosse Maçonnerie Le diagnostic archéologique réalisé par l’Inrap à l’angle des rues Haute et du Stivel à Quimper (Finistère) fait suite à un projet de
  • construction d’un parking déposé par la Ville de Quimper. L’intervention concerne les parcelles 38p, 581, 582, 583 et 584 (section CK) qui couvrent une superficie totale de 1870 m². La prescription de cette opération par le Service Régional de l’Archéologie a été motivée par la localisation
  • des parcelles intéressées dans un secteur particulièrement sensible du point de vue archéologique. Etablie au cœur de l’agglomération gallo-romaine de Locmaria, l’assiette du projet se situe en effet au sein d’une zone ayant livré de nombreux témoignages d’occupations antiques et
  • médiévales. Bretagne, Finistère, Quimper Parking secteur Locmaria rue Haute / rue du Stivel sous la direction de avec la contributions de Nicolas Ménez Richard Delage et les collaborations de Philippe Boulinguiez Yannick Fouvez Myriam Le Puil-Texier Patrick Pihuit Nicolas Ménez