Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3929 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02177.pdf (BAIS (35). le bourg Saint-Pair. une occupation antique au nord de la nécropole du haut Moyen Âge. dfs de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • BAIS (35). le bourg Saint-Pair. une occupation antique au nord de la nécropole du haut Moyen Âge. dfs de diagnostic
  • -JEAN, Stéphane JEAN et Hervé PAITIER BAIS « Le-Bourg-Saint-Pair » (Ille-et-Vilaine - Bretagne) Une occupation antique au nord de la nécropole du haut Moyen Age Dates d'interventions : 13.03.06-30.03.06 N° de prescription : SRA 2005/126 N° de projet INRAP : DA 05 0126 01
  • DR AT SRA 1 6 MAI 2006 COURRItK AKRiVEE N 5 T I T U T N A T I O N A L d E R E C H - E R C H E S A R C H E O L O G I Q U - E S P R -É V E N T I V E S + + + + Rapport De Diagnostic Avril 2006 Françoise LE BOULANGER Avec la collaboration de Françoise LABAUNE
  • INRAP -Direction interrégionale Grand-Ouest - 37, rue du Bignon CS 67737- 35 577 Cesson-Sévigné - Tél. 02 23 36 00 40 /Fax : 02 23 36 00 50 Siège social : 7 rue de Madrid 75008 PARIS - Tél 01 40 08 80 00 - Fax 01 43 87 18 63 - N° SIRET 180 092 264 00019 - APE 732 Z zm SOMMAIRE
  • Fiche signalétique Mots clés des thésaurus Intervenants et moyens mis en œuvre Tableau récapitulatif des résultats Pièces complémentaires p.2 p.3 p.4 p. 5 p. 6 INTRODUCTION p. 12 1234- motifs de la mise en place de l'opération Contextes géographique et géologique Contexte
  • archéologique L'opération archéologique p. 12 p. 12 p. 14 p.16 RESULTATS DU DIAGNOSTIC 1- Les vestiges d'époque romaine (1er s. av. J.C - 4e s. ap. J.C) 1.1. Deux temples découverts 1.1.1. Le Fanum 1 (Tr. 12) 1.1.2. Le Fanum 2 (Tr.34) 1.1.3. Bilan intermédiaire 1.2. De grandes
  • constructions à proximité des temples 1.2.1. Le Bâtiment 1 (Tr. 13) 1.2.2. Le Bâtiment 2 à proximité du Fanum 2 (Tr.34 et 25) 1.2.3. D'autres radiers 1.3. Le puits (F. 106-Tr.34) 1.4. Un grand four -F.30 - Tr.10) 1.5. Des fossés qui semblent structurer l'espace 1.6. Des fosses ou épandages
  • avec du mobilier antique 1.7. Bilan sur les vestiges antiques 2- Des vestiges liés à la nécropole du haut Moyen Age 3- Le parcellaire récent et indéterminé p. 18 p.18 p. 18 p. 18 p.21 p.25 p.25 p.25 p.27 p.29 P.31 p.32 p.33 p.38 p.39 p.41 p.43 CONCLUSION p.45 Etude du mobilier
  • du site du Bourg-Saint-Pair à Bais (F.Labaune-Jean) Catalogue du mobilier recueilli en prospection (F.Labaune-Jean) p.47 p. 57 Bibliographie p. 63 Listing des Tranchées Listing des figures et des photographies du rapport p.66 p. 72 FICHE SIGNALÉTIQUE Numéro de site
  • Patriarche : 0 | 0 | . 0 | 0 | 0 j . 0 j 0 | 0 | 0 Numéro de projet INRAP : D A 05 0126 01 Région : B R E T A G N E Département : Ille-et-Vilaine Commune : BAIS Lieu-dit ou adresse : Le Bourg-Saint-Pair Code INSEE : Cadastre année: Bais, cadastre actuel, section AH, 35 et
  • 842; section H, 106,107, 408, 109,110, 111. Coord. Lambert : X : Propriétaire du terrain : Mairie de Bais Arrêté de prescription n° : 2005-126 Arrêté de désignation n° : 2006-030 Responsable désigné : Organisme de rattachement : Maître d'ouvrage des travaux : Nature de
  • l'aménagement : Opérateur chargé des travaux : Surface du projet d'aménagement : Dates d'intervention sur le terrain : Surface diagnostiquée : 50 660 m 2 Y : altitude : 75 m N G F en date du 13 décembre 2005 en date du 14 Mars 2006 Françoise LE BOULANGER INRAP Mairie de Bais Lotissement
  • et cantine scolaire INRAP interrégion Grand-Ouest 50 660 m2 13 mars - 30 mars 2006 % de la surface sondée : 12 % Résultats Problématique de recherche et principaux résultats : Le projet immobilier de la mairie de Bais sur 5 ha de parcelles immédiatement au sud d'une partie de
  • recueilli au cours de prospections pédestres (monnaies, petits objets d'ornement en bronze ou autre métal, fragment de Vénus en terre cuite, céramiques). Ainsi, deux fanums à 80 m l'un de l'autre, et à proximité desquels apparaissent deux grands bâtiments, tous sur radiers, un puits, un
  • grand four domestique semblent fonctionner au moins entre le Ier siècle av. J.C et le IVe siècle de notre ère. De nombreux fossés contemporains, de direction est-ouest ou nord-sud, semblent aussi participer à la structuration de cet espace. Cette occupation dense et longue est en
  • outre installée au sommet d'une éminence topographique, mais où l'eau souterraine est malgré tout très présente. Reste à définir la nature de cet établissement antique : sanctuaire, lieu de culte rattaché à un vaste établissement agricole, ou à une bourgade ? Cela ne peut être défini
  • à ce stade de la recherche. En tout cas la problématique est intéressante, d'autant plus que la jonction spatiale et chronologique avec la nécropole du haut Moyen Age semble aussi avoir été identifiée. Lieu de dépôt temporaire du matériel archéologique : Dépôt de fouille de
  • Rennes, 9, rue du Noyer, 35 000 Rennes Informations sur la composition du rapport Nombre de volumes : 1 Nombre de pages : 72 Nombre de figures : 17 Nombre d'annexes : 2 MOTS CLÉS DES THESAURUS Chronologie : • Paléolithique inférieur moyen supérieur Mésolithique et
  • Épipaléolithique Néolithique ancien moyen récent Chalcolithique Protohistoire Âge du Bronze ancien moyen récent Âge du Fer Hallstatt (premier âge du Fer) La Tène (second âge du fer) • itiquité romaine (gallo-romain) République romaine Empire romain Haut-Empire (jusqu'en 284) Bas-Empire (de
  • Trésor Mosaïque Peinture Sculpture Inscription d'ornement Études annexes Géologie Datation Anthropologie Paléontologie Zoologie Botanique Palynologie Macrorestes An. de céramique An. de métaux Acq. des données Numismatique Conservation Restauration Autre INTERVENANTS ET MOYENS MIS
  • EN ŒUVRE Intervenants scientifiques : SRA : Paul-André BEZOMBES INRAP : Françoise LE BOULANGER Michel-Alain BAILLIEU Conservateur en charge du dossier Responsable scientifique Adjoint scientifique et technique Intervenants administratifs : SRA de BRETAGNE : Stéphane DESCHAMPS
RAP00755.pdf (PLOULEC'H (22). nettoyage et sondages au Yaudet. rapport de sondage)
  • PLOULEC'H (22). nettoyage et sondages au Yaudet. rapport de sondage
  • «« a«
  • mmorím m mumms m r m m m m m m m (mxm-*mrrtl 1%9) d
  • >- ttioa, m% 4%é ráali»Sa mm 1952-1953 ï&atormuaa m direction m RBttp^ dea rutee» dégagée® on pax- M, Fiauriot, ainsi
  • do d«i¿pgifa jsar M , >lau«lot «a trouvai^xt, à «otra andváa t onfouia aoua unti abondante v4$$tatioa (il. ï) * il a $t
  • I m wmatkmm mivantaa, ajp»rèa loa pluiaa, âm visiteurs trouvent da» aomiK&aa m oat «adroit, auit aur ì» eoi lui-tsSta», aaát dana I m paroi« qui acvaiant été rafraldïias, nu nimm coucha d® daatruotlon «ipSré» par notar® prrédéoaaaaur» 11 a*a
  • vêoupâiw, «upc%» Au ouré da M é n a n t un Mtr
  • Papa» Uno gìm$» » aJròoiaaa a ¿tri M a o « placa mot Im aura m a i w après la fin du «attoyaea» 2) MUtMK bonä&roa i - a« I969/I 1 dima la parsali» 22. ¿lieo m $our, au £ísiü«u ito sondala, d'un nur orlanti? daiuì le mm (>'1. VI at v u ) . paramas! nord de m sur «Stait ooasarvt
  • ' sur vm ìimXmx. da doux araadaaa mmimn »©foistsnmm gmartkxmmt rnmtblm da tarxa, m à 70 ora mttrm asteo«©»! mrtlmmw du «adiar t il était fait da pianras é^parxioa, Au-d«l?ì d*wi Mao^ige da ¿«titos pLaxr menM p&mmú, Mnmtiqua m précwSdant, m pitto au aud, suivi par 1
  • fond plat, à parois légèrement obliques» à rebord aplati» avec oreilles de préhension* La partie supérieure d'un des rebords emporte un d«cor de chevrons incisés. Deux autres tessons Montrent un déoor fait d'impressions au pouce ¿sur bourrelet de pâte. Ces tessons appartenant tous
  • au biSmq type sont en terra rouge micacé et ne semblent pas avoir été tournés. Leur couverte exté- | rieurs comporte de violentes traces de combustion. Deux autres reboxvis comportent des cannelures destinées à recevoir un couvercle} leur pâte rougeâtro et micacée a un aspect
  • savonneux. A signaler d'autre part un minuscule fragment de sigillée rouge. Il en ressort i 1) (Jua ce mur» qui repose sur le rocher sans tranchée de fondation et qui s'est éboulé sur le rocher, m pouvait être ai un mur de champ ni, probablement» un raur de maison (pas de traces de sol
  • ni débris de toiture pas plus au sud
  • d'autre, devait être aas
  • coquillages, ainsi que le eiatfîriel qui y fut trouvé, »appellent la couchl de S. 1969/2. - S. 196^/2 » Dans la parcelle n° 13. Aucune construction n'y a été découverte. On signalera tout au plus une accumulation de cailloux dans l'angle 30, au niveau de la couche 2. Pour la situation
  • stratigraphique, voir Pl. IX. Matériel trouvé en G 1 s Deux tessons en céramique grise à couverte lissée} une pierre percé« (poids ?). Matériel trouvé en G 2 3 Tessons identique» de par leur forae h ceux qui ont été trouvés en S 1969/1» C 2 (décor de chevrons inciéés). Nouveau déoor sur la
  • partie supérieure d'un rebord s ligne ondulée faite au doigt. Ces décors, de type indigène très marqué, abondent dans le ilnistère aux et 1 1 e r siècles de notre ère et ont du se perpétuer dans les siècles postérieurs• Dans cette couche a éftaleuent été trouvé un tesson de sigillée
  • rouge Matériel trouvé en C 3 t Tessons de cémxLque bran-noirâtre assess fruste. er rainent de céramique rouge très fine micacée. Date t I siècle. Signalons que la couche 2 (dew m&ae que la couche 2 de S 1969/1) contenait énoramant de coquillages» dont la plupart se rencontrent encore
  • en abondance sur lté rivages voisins a dans l'ordre de fréquence s des patelles, des moules* des huîtres, des bigorneaux et des orueaux (souvent de petites distensions). Il en rassort t 1) Que la couche 2 a du se mettre en place à la basse époque romaine ou au début du Moyez*»Age
  • . 2) Que la couche 3 paraît dater dp début de l'occupation romaine. *" 3.., 1969/5 » dans la parcelle n° 20. Bien à signaler, sinon îémœxmffînmittipm le rocher, non décomposé et à angles vifs, à 1 m environ du niveau actuel du sol. - 5. 1969/4 » » « » s la parcelle n« 12. Bien à
  • signaler, sinon l'arène granitique puis le rocher, h 50 cm environ du niveau actuel du sol. Jlflfô/? » »a»» la parcelle n* 5. A une cinquantaine de m du niveau actuel du sol, de gros blocs non fondés, non taillés et non alignés (?) prenaient en écharpe le sondage dans uns direction
RAP00793.pdf (PLEUDANIEL (22). penn an crac'h - traou nod. rapport de fouille programmé)
  • PLEUDANIEL (22). penn an crac'h - traou nod. rapport de fouille programmé
  • , n'oat conservé en élévation, aur una £ >*/s 6 ; o i / 3 / 6 ¡f cu deux aaaiaea, amlaxxxxxaax qu'en bordure meridional© da Xa placa D t U présente alora un apparell aasaa eoigaé da patitea piorrea schisteuaoa platas, diepoeéea en épi, et Xiéaa par da I'argüe. XxxM A 1*0 de l a pleca
  • A, o© mur pard sea fondataona | 91.TZ g 11 repose alora dlrectemont aur l e a c l vierge. y / loJf)
  • hauteur» .liílle aat bordea au S par un aur groaaier k un aaul parement, f a i t da groases piorrea f/A; c 1,
  • o m i ^ r c u l a l r e a da ariques épaisees de 5 ca *; á 6 OB et ayant un diámetro de 27 a 26 cm. luana 1'angla £33 da Xa place B un eaplXemant da piorrea devalt jouar l o momo rol© que loa plXettee» o'eet-a~dire soutenir un sol (aana doute oétonné). IX aembX© en effet que X'on
  • puuvait 1,1. jouer, daña ca contexto, Xa potito rigola qatxa parementée qui a'inacrlvalt dona Xa béton de Xa place S et déboucltalt daña Xa pleca 9 au mveau d'affXeurement du mur A La canlvoau pof périph'rlque de Xa pleca 0 contonait un faibleaent paaaé da matérlaux do doatructdLon
  • de natura trae dlvoraa i piorrea, tMXes plaquea de béton, morcaaux de frooque. £iéc© á t p¿óc« poaaede un a c l bétonné, do dment bXano, d'una dlaatno de ca d'épaiaaeur, qui n'étalt reoouvert au momant da Xa foulXXe que par une rntaoo couche da torra végétale. Le nlveau du aol de
  • l a place D devalt otra légorement au» pérleur k celul du aol bétonné da Xa placo 1. A una trontaino de ca au-desaoua de ce sol bétonné apparaiaaalt, daña i'angXe 3B deterioré paa- l'arraoSiage d'ua arara et Xa Xong du mur üí, un sol plua anclen, que X'on a retrouvé dona Xe
  • soadage de I'angXe m x ce deuxiomo aol n'oat paa bétonné, mala oat formé d'un mélaage asaos alen taaeé de chaux et d'arglXe. 3 A c 1, «z. Au niveau de ce deuxième sol, l e MUT O d a l a pièce & dessine un» semelle largo d'une vingtaine de cm. Du au» H da cette pièce n'a été
  • conservée que l a tranche da fondation, largo d'une soixantaine de « et profonde da 50 on environ. A l ' a de l a pièce % i l en va de u&ae t a ceci prèe que, dans l a moitié S de l a tranchée, a*eat conservée une couche de pierres. £ * Ilèee ? t • m « m* « lia a d bétonné de l
  • a pièce F, très oonparable à celui da l a pièce lï, se trouva à une aoixantaine de en en contrebas. La pièce ? est bordée, au H, par un nur da facture très soignée! xear formé de petites pierres plates schisteuses disposées an épia. H est conservé sur une trentaine da en au-dessus du s
  • oonpenser l a pente naturelle du terrain. Sous cette couche, on trouve 50 en de terre noire stérile, puis l e s o l vierge, foraé par un conglomérat de petits cailloux et d'argile. Sa côté de l'intérieur de l a pièce A, l e sur S et une grande partie da son retour S ..sont conservés sur
  • une hauteur de 0 à, 30 en. I l s sont revêtus d'un enduit à base de chaux épais de 3 a 5 en, qui porte, surtout dans l'angle 30, des traces de fresque rouge l i e da vin. Le sol bétonné s'appuie, au s, contre l a base de l'enduit aurai. Les aura S, S et 0 sont épais d'une
  • cinquantaine de en. Le mur 0 ne possède qu'une double assise de fondation, qui repose sur une couche de destruction riche en fragments de fresque, en tuiles e t en débris da pilettea. Su côté extérieur, l e mur S est conservé en élévation sur une hauteur de 60 on environ, 3ur toute son
  • élévation, i l est revêtu d'un enduit à base de chaux ne portant aucune trace de peinture. Ses fondations, profondes da 50 à 60 en, consistent en un amas de cailloux. Biles reposent sur une couche de terre jaune caillouteuse, qui constitue l e s o l vierge, Aucune tranchée de fondation
  • n'est visible taxa sur l a coupe atratigraphique dressés perpendiculairement au mur, l e long da l a face £ de l a banquette-tésoin (i t tout se passe comme s i , au moment de l a construction da ce mur, on avait apporté da l a terre pour contre-butor ses fondations. A 2 a de l'angle
  • M tu de l a pièce A, reposant directement sur une mince coucha da sabla constituant l e s o l extérieur et directement appuyé contre l'enduit extérieur du sur, existait un petit dépotoir, d'une trentaine de nan cm d'épaisseur maximale e t de 50 cm de rayon s l a terra, très
  • grasse et de couleur noire, contenait un abondant matér i e l (céramique, verra, fer, bronaejaonnaies). Pièce 3 i " L e sol bétonné est da est comparable au précédents h 40 cm en contrebas Le mur 0 de l a pièce B s'appuie contre l e mur H da l a pièce A et l a déborde ixan de 142
  • on en direction du S. Là où i l se trouve au contact du mur E de l a pièce A, i l ne présente qu'un seul an parement i du côté da l a pièce B. Pu sur B de l a pièce B, i l ne resta que l a basa dea fondations reposant sur l e sol vierge t des fondations descendaient nettement au
  • -dessous du niveau d u sol bétonné (à 1 a à l'O, à 1 n 50 h l'H), pour compenser l a double pente naturelle du terrain, en direction da l ' E et en direction du 3. Un sondage dans l a partie orientale de l a pièce B a permis de constater que l e s o l vierge a'inclinait rapidement en
  • direction de l ' E , d'autant qu'il avait été entaillé par le» constructeurs da l a pièce B, à une soixantaine de cm du mur E. Cotte tranchée avait été comblée avec des matériaux de destruction (tuiles, fresques, cailloux). Pièce G Du côté de xxix l'extérieur, l e mur E de l a pièce B
RAP01030.pdf (LA TRINITÉ-SUR-MER (56). Kermarquer. rapport de fouille préventive)
  • LA TRINITÉ-SUR-MER (56). Kermarquer. rapport de fouille préventive
  • Circonscription dé Bretagne axe du projet Dept. : 5" 6 Commune : Trinité J mer Lieu-dit : ket mà. refluer N° : Zm Relevé : y/ Da, « : 8 J~PNvieR -jffç Mise au nef : yl f ecer MINISTÈRE D'ÉTAT - AFFAIRES CULTURELLES ANTIQUITÉS PRÉHISTORIQUES Circonscription de Bretagne
  • / f CIRCONSCRIPTION ARCHEOLOGIQUE DE BRETAGNE DIRECTION DES ANTIQUITES PREHISTORIQUES - p ^ Date d'envoi s 9 J0 L |Aw 107 % Jniï. ! j I J RAPPORT DE..Ç4U1TO54®.. LIEU Morbihan LA. TRINITE SUR MER Kermarker 175-174 sect.l(emprise du CD 186) DATES 76-01 du 5 Janvier 1976
  • 6 au 10 Janvier 1976 Années antérieures : d'intervention INTERVENTION : Néant (sauf feuilles 1866, 1867, 1888, restauration 1927). M. LECERF, Agent Technique Travaux routiers 100 M2 environ Estimation de l'étendue du gisement SITE 300 M2 environ Dolmen à couloir sous
  • tumulus Nature des découvertes effectuées Structures architecturales (mur de parement et structure du tumulus) Néolithique moyen (avec intrusions historiques) OBSERVATIONS CONTENU DU DOSSIER Opération menée a la demande des services de l'Equipement et avec l'aide de la subdivision
  • Ijuiberon-Belle-Ile, préalablement à une modification d'un projet de rectification routière qui aurait gravement endommagé le monument. Rapport scientifique Plans et coupes Planches de dessins Photographies légendées Copie lettre à M, l'Ingénieur T.P.E. dé Quiberon-Belle-He et 3 plans
  • joints. 2 planches de photos. \ A03o i—* (XA^CVJL^ ,A ^O-I^VWJL t. tX_c-c i>—— _ 3 1 J\J\J- fl * «6L (\***A^U*^ C M^k' ) 1m limite du ' ' décapage actuel L> V fouille limite de dégagement MINISTÈRE D'ÉTAT - AFFAIRES CULTURELLES ANTIQUITÉS PRÉHISTORIQUES
  • Dept. : 5"6 Commune : La. Trinité /mer Plan de référence Lieu-dit : tVermar^uer N°: J Relevé : V Jl Date: 8 Janvier AWc Mise au net : Y Xecerf Plan de référence
RAP02083.pdf (LANGON (35). "sur la lande". dfs de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • LANGON (35). "sur la lande". dfs de diagnostic
  • prescription : 2004/195 N° de projet INRAP : DA 05 0074 01 JNRAP Direction interrégionale du Grand-ouest : 37, rue du Bignon CS 67737,35577 Cesson-Sévigné Cedex + i: S S T I T II T N A o e R E C H -E R A R € H É 0 L 0 S I Q P R HÉ V E + + + + + + + T. € U N + i H € T 0 M A L E
  • S S I ¥ E S Rapport de diagnostic i j 2005 + Stéphan HINGUANT et Rozenn COLLETER Langon "Sur la Lande" (Ille-et-Vilaine - Bretagne) Du 28.02.05 -04.03.05 N° de prescription : 2004/195 N° de projet INRAP : DA 05 0074 01 INRAP Direction interrégionale du Grand-ouest : 37
  • ^-.iaxHordrais ia Réhom le Bas : íiSnteriat " M^ainlée; Chlfifl«« S¡! « " V . Ste-Atine-s ¿ m p|"? ,s —n pBSS la Bultais '(¿Jsáay les Rúes1 5 lafíteOB/l ! V :'m rfíjyacánc le das de UtGrie \ \ . . \ l^'BóssI^n^ ? :etwp* r" \¡8; Cojlí ¿Táriae du.Moúf l \ »"Vit leb.Prés Cürítersi
  • drac-sra 1 1 MARS 2035 COURRIER hi-mVE 0 E R E C H E R C H E S A R C H É O L O G I Q U E S E S P R - É V E N T I V . : V . Rapport de diagnostic + 2005 Stephan HINGUANT et Rozenn COLLETER Langon "Sur la Lande" (Iïle-et-Vilaine - Bretagne) Du 28.02.05-04.03.05 N ° de
  • : 50 m NGF Propriétaire du terrain : M. CHEVAL et Mlle DROUIN Arrêté de prescription n° : 2004/195 Titulaire : M. Stéphan HINGUANT Organisme de rattachement : INRAP Motif de l'intervention : Permis de construire Dates de l'intervention : Du 01/03/05 au 02/03/05 Surface à
  • diagnostiquer : 3345 m 2 LISTE DES INTERVENANTS Intervenants scientifiques SRA : Mme Anne VILLARD-LE TIEC INRAP: M. Michel BAILLIEU, Assistant scientifique et technique et M. Stéphan HINGUANT, Responsable de l'opération Intervenants techniques Techniciens : Rozenn COLLETER, INRAP
  • Terrassements mécaniques : Entreprise PIGEAULT - Guichen Intervenants administratifs DRAC, SRA : M. Stéphane DESCHAMPS, Conservateur Régional de l'Archéologie INRAP, Direction interrégionale Grand-Ouest : M. Gilbert AGUESSE, Directeur et M. Dominique RAFFRAY, Administrateur Aménageur : M
  • . CHEVAL et Mlle DROUIN CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE SCIENTIFIQUES LOCAL ET/OU PRESCRIPTIONS Le terrain concerné par le diagnostic est situé en secteur archéologique très sensible, dans le contexte des tertres tumulaires funéraires s'étendant au sud-ouest des alignements mégalithiques
  • des « Demoiselles », situés à moins de 200 mètres. Le diagnostic doit donc s'attacher à déterminer si des structures archéologiques associées à ces monuments sont présentes dans la parcelle concernée, d'en déterminer la chronologie et l'état de conservation le cas échéant
  • . ELEMENTS DU DIAGNOSTIC Surface du projet d'aménagement : 3345 m 2 Surface diagnostiquée : 168 m 2 Contexte géographique et géologique : L'emprise du projet, située sur un plateau, ne présente aucune particularité topographique particulière excepté une légère pente au sud de la parcelle
  • . Le substrat schisteux a été atteint immédiatement sous la surface de terre végétale, épaisse de 10 à 30 cm. Méthode de diagnostic : Tranchées en quinconce 1 Tranchées continues Sur décapage intégral Carottages Recherche en archives Géophysique Autres (précisez) % surface sondée
  • : 5 % — listes des archives consultées : — Profondeur des sondages ou carottages : de 0,10 m à 0,30 m sous la surface Description sommaire de la stratigraphie observée dans les sondages ou carottages : L'horizon superficiel est une terre de lande limono-sableuse, brun foncé. Son
  • épaisseur moyenne est de 0,20 m. Elle repose sur le substrat non remanié composé de plaquettes de schiste, d'orientation générale nord-ouest/sud-est. Localement, une mince couche d'altération argileuse grise affecte le toit de la roche. Substrat atteint : oui/non (si non, précisez
  • pourquoi) Observations : Aucun site archéologique n'a été découvert durant ce diagnostic. L'emprise des tranchées est limitée mais suffisante pour déterminer le contexte de la parcelle, stérile en ce qui concerne l'archéologie. Malgré la proximité des alignements mégalithiques dit «des
  • Demoiselles », et d'un ensemble de tertres tumulaires funéraires inscrits dans un périmètre archéologique sensible, aucun vestige n'a été mis au jour. Le positionnement des quatre tranchées de diagnostic a été conduit par l'emplacement de la future construction. 1 griser les carrés
  • correspondants ANNEXES 1 - carte de localisation générale. 2 - plan cadastral. 3 - plan de l'emprise du projet et localisation des sondages archéologiques. ' ~'í> V Poíf^ de Roche. 1 « Hiiihille. GuitjnanSüts la^uérínaiéfj ia Chenac5* fepiBawi tais«? |¡g|B¡ ;'í--\. la Hayí
  • jUSSÓfl oafiaíSi la Saatiéfit, "\4m\J/f i'Ftrier de 'Broulin -li.4 • . / W Ponf~b tde Drotflm la VaHéé i Gourdm„ / I,/ \ 'mil iL " «Ja.BáMptefMA« ¡á&srpttlalí » , \f ItCf rAWave iK 'i de Baliac le PStta. » « & i. C ÍSOÍÜE 5 /t a € t u s ft í q y -í $ H f í I ST TV! s 0 1
  • '' DAO. R. Colleter/INRAP d'aprés IGN 500 m 1120 E 1 - carie de localisation générale Is 123 sû— Parcelle n° 122 3- 120 Q— Sondages archéologiques Emprise du projet Futur bâtiment O Ss •* r £s »€nchss A S: € S I 9 U 5 i P € 5 f HïEii T { ¥ £ S I 20 DAO. R. Colleter
  • /INRAP d'après B.E.B. m J.L. Friguel. 3 - Plan de l'emp rise du projet et localisation des sondages archléologiques.
RAP00876.pdf (PLONEVEZ-DU-FAOU (29). Kerdiane. rapport de fouille préventive)
  • PLONEVEZ-DU-FAOU (29). Kerdiane. rapport de fouille préventive
  • participé Michel à la LE GOFFIC, fouille : Archéologue Départemental COMMANA. - François - Jean QUERAT, NU/ART, GOURLIZON. CHATEAUNEUF-VU-FAOU. du FiyiL&tère, - 3- 11/ - C0NVU1TE Li VE LA FOUILLE ckantieA l'équipe, de f o u i l l e a'ut de l'Age da Bnonze
  • , couventune, .iena ò'ut rendue maiò dimension d'une du da 9 au compte 11 Septembne qu'il ¿tnuctane ne ¿'agiò-òait datant ¿ubAtnuctionò, 1985, et peu da Moyen-Age pnéòence tnéò d'un vite caveau : abòznee de tu-òonó de de potente re- cente. La {¡ouille a conAiòté
  • d'éboulment de la panai òud. (/ - DESCRIPTION VES STRUCTURES de la fioAAe de cneuóement zone f o u i l l é e . du puitò ANNEXES L^_£oòòi_de_cnei^ement VanA bond de la tant. da cenine. cette : {¡ouÀlZen.. au paiement òud du pcUtò qui connupond à la fondation d'un muA de SO cm
  • de a) òulvantu {¡oMe l u anglu òud-ut {¡oAAe de cneuóement da puitò de.vait êtne et md-ouut du puitó a été de 5, SO m. On peut d'envinon 11,60 de la miò donc zone au joun. utimeA. Quittée, le Ce bond que le ut diamètne m. • • • / • • • disde - 4
  • . Seuls a été P o t e r i e les m de profondeur, essentiellement quant épaisseur. 4,75 mais proches comportent f i g . 2 et jusqu'à au jour, divers rouge, et mis Notons décoré jusqu'à un matériel surface découvert timétrtque, UX.ee da parement essentiellment
  • R A P P O R T DE F O U I L L E ++++++++++++++++++++++++++++++++++++ PLONEVEZ-DU-FAOU PUITS Autorisation Responsable MEDIEVAL DE KERDIANE de sauvetage n° : 85-10 P : Michel LE GOFFIC ARCHEOLOGUE DEPARTEMENTAL /SEPTEMBRE DU FINISTERE 1985/ R A P P O R T DE F O U
  • I L L E ++++++++++++++++++++++++++++++++++++ PLONEVEZ-DU-FAOU PUITS Autorisation Responsable MEDIEVAL DE KERDIANE de sauvetage n° : 85-10 P : Michel LE GOFFIC ARCHEOLOGUE DEPARTEMENTAL /SEPTEMBRE DU FINISTERE 1985/ I - CIRCONSTANCES VE LA VECOUl/ERTE C'est au
  • COUAS tAacteun de Monsieun qu'ait exploite. de travaux agricoles MEI/EL provoqua C e t t e pancette pa>it de 4a. découvente VocteuA ET MOT IF VE LA la occupée, moisson. MENARV de CHATEAUNEUF-VU-FAOU, Vépantementat d'Archéologie. e n compagnie du VocteuA en AvnJJt un
  • efifiondnement étant qu'apn.es 1985, dans qui que une aussitôt atenta. le pancette pan. eiei cén.éales, Le. 25 J u i l l e t i l J e me n.endis il ne ¿-et aveAtit le le. SeA.vi.ee. -óua £eó £xeu.x £ e 27 J u i l l e t , MENARV e t de. Momie.uA A p-tew-cete v u e , FOUILLE
  • WIl/ART. aucun indice, dans la pancette ne. penmettcût de. soupçonner la pA.eAe.nce. de. substnuctions dam c e t t e partie du champ. L'efifiondnement avait: provoqué une. excavation subcinculaiAe d'un diamètn d'enviAon 70 cm. A 75 cm sous maçonnerie nages en roche à angles
  • recouvrement. nous l'Age fondrement de la quelle qui extòte que la demandée In" finançais laissait caveau au jouA contigue alternativement structure possible , montrant pouvait sous le "champ de la pouvant en dateA résultat de de l ' e f - du tracteur. ponte
  • le butte", chaî- penseA que nous êXAe le 34 du cadastre) de.ux disposées maçonné poids muns de. nom de pancette Park dans la- tumutus. devant MonsieuA f o u i l l e ait et sont d a caveau, s i g n i f i e en un cette mise couveAture Le champ et l'exploitant
  • la je. fie.man.quai, tnois non jointoyée. assises d'un dont La parcelle an Vuchen les abord, en présence et du sol, [schÂste) dont Ve pnime du Bronze, sunfiace locale, dnoits trouvions la accordée, lieu être MEUEL, tn.es de façon remis ayant napidement, à
  • libérer en culture donné son poun y semeA autorisation, du à colza, condition une autonisation de sauvetage la la pancette poun fut mi-septembre. II LOCALISATION - Le. lieu bourg de la découverte de PLONEl/EZ-VU-FAOU, à l'ouest du hameau Il trouve pie* en
  • bordure de ¿'agit de la à 4 km au ¿ud-Aud-eAt départementale n° 36, du 300 m Kerdtane. d'un du hameau ¿>e ¿¿tue ¿ommet de plateau de Trediern dont le point culminant {en CHATEAUNEUF-VU-FAOU), à 153 m ¿e d'al- titude. Références cadastrales : - Cadastre Section
  • Parcelle de y-W n" Propriétaire : Monsieur BERTHELEME Kersalut PLONEVEZ-VU-FAOU Locataire : Monsieur F aven 1976 35. Jean Guillaume MEl/EL PLONEVEZ-VU-FAOU Coordonnées Lambert : Zone 1 : x = 142,940 Altitude III - y = 1 076,140 : 146 m. EQUIPE VE Ont - FOUILLE
  • de la à menen l u zone à opénationò - Cannoyage - Vécapage - Touille jusqu'à SO cm de pnofiondeuA ; niveau à la deAniefie aA&i&e de maçonnexie conòeAvée. - Mióe ¿upeA^iciel. au JOUA, d'une ¿tnuctune en évidence du bond la pantie -òud de la connupondant de pioAne
  • peApe.ndicuZain.e vnaiòemblablement langeu/i. - Mióe danò - Fouille du puità pn.opn.eme.Yvt dit jusqu'à une pnofiondeun de 4,75 m; cette faouille a été nendue panticuliènement di^iciie à pantin de 2 , 4 0 m de pnofaondeun, en nailon de la pnéòence de la nappe phnéatique et du dangen
  • - b) La_¿t^ct¿ne_de_¡oie/^e¿ Fenpendiculainement tune, de piennu mun d'une fouille. placéu langeun ven¿ le. ¿ud. ( I l o i n ¿ig. d'un puitb danó Za pantie nond-¿ud en place innégulanitéi et né¿eau et conòtituéu du décnochementó dage du planò du ¿e il
  • exiòte une ¿tnuc- punò en à une. fondation prolonge, au-delà de. du canni de. J). de. 85 cm de. côté, cannée ¿upénieune. Lu m de pnofiondeun, du au débitage pan {¡atóant de. section de. ce. {¡ait, de. diacía¿u du paitó onientationó tnéó du pane- ut-ouut. de
RAP00702.pdf (PLOUHINEC (29). Kersandy. rapport de fouille programmée)
  • PLOUHINEC (29). Kersandy. rapport de fouille programmée
  • butto« 'aio ©•est surtout pots* des raioojts agricoles quo lo aosìuaent fut ceeacé* S'une ;>art i l était gênant aour la mise on oui ture et sea ,w.>s-ilt a i res successif© rooédérort â des arasements partiels« D'autre ,.art c'était un® Bouree do matériel da bonne qualité ">our
  • le qiiifeÉrgaf a.altti Avet da a1» fatili K ©a #j?a##sé#taf# la H a de fattili«, la ymA Jfwdf a ét§ stupri»! oetM? diga?:-ti» la fàta'ce* o^/tmicù m %m it$mv*ea*l** *t ;!ai»à-iml. est éfl Studile*» I, l'aid» 4« dÉsapag*« por ;;&ii«*3 auaaaaaifa ai
  • .,-as? JJI'feaàiisaamarl de eéifc>tft saigsalaa ve?Sidalaa* Sei*» éanaona lai «ama » » » l à la rei-avi déi&iilé da la coupé BslMiaéat ctvcs 3oa iatesprltatiett sjialaglfua «ffestttéa -ar 's-*. il» !>* Soffia (tipa» a« lt a* 8)« Las aattaìtea attivati««» «ai -Iti 4éta»iai«i 1* Sari»» A, .iadiffiWaaié
  • «tt la eoupa, da « ... • .tatuai «le ¡80 è f® m de eettlees? tota olair, aiwottt*« m l f M s A ^ m m"bmi** gelata« sai déftla»«!®! tartare eai.liet« ¡1.3 ira*» aite, tr&s bona« poraaité * ÉfP>$glta i aajwa nasitemi^l payaaa, rasine fissa». $ranàitian «otta et «s«8 v&sf&MMi
  • dama aadraita non remaniésv fi a^aralt et* effet, «Wlttiil Arnia la partia haute d» 4M» •rpoitts, fmi dea aaadspis «Iwdestiws« eìaa te»!«?«» de lapin« «ri da rasaste ont lee niveanx auplriatttxj «««ss« m t#»iiP««*t i«t «#• «ttstilaiteas de aUmfDm de ìsal« >t da etadraa de l
  • *inoaa4i« da 197,3 qua «eti?attv® est «eia de m i tefi«on, deaamia vette dan-s i^hitlsoii 3 (a) wewtmé e«, «srfaae h eertaln«®ea4cei«o* - n a Z* 3 ci« aoi astati« ¿ì*aia, de «eulaic? ¿fuaao lama.» nitro«*«?© pelyédriq.ue aaaguieu««, tartare aaMo^liiaosame, rarsa oaillaxuc, trite
  • tanna poraaitd "(¡sema tuaiX'airoa na&mst) -s^aaaoa do sw8tesi®at|i a*» gilsas: m * la aurfaee dea agrlgata et ta-sissaat i«s pow» (a«^ito da aéo— fonaatie») %ts«ìqaes raoiaaa £i»aat ta?aasiiìaa aett» et eaduìéa» «yri.•m» m«* I l sai è noto* qua tei© la partie orientale de la
  • &toe v l v e c , pretfòtsleiuaat arrechi®» m «o®®*» e o i loaad, OraelquoG éláwaits gm¡aitiij.ae© á podae 9X11» ép&ic psw^iawwnt san® doute dea affieussaacnts oStlorc. 3a irurfa®®* l e c t o n coiugorta.lt twmamp de "bloaaill®*, oatita éléaasta da' 10 è 20 ora» da Img&mS'» Ito l
  • largeur 4taât rédaita rl uns vingt siée da senti nôtres »»r suite de la " cassure» ûf4léia©nt manquant n'a su être retrouvé lors é» iéiaoatage da oairi •aia Je sa reconstitution, opérations auoeaasivaa qui auraient du le faire découvrir, 11 oeobie donc q m l'an ait utilisé cette
  • ^ipry.t.dco. tee •nrosllos oontonnnt l e tarmine et leo percoline aveislaantos étaient riohos en a.atérisì tmrié, partioulièrement ©n silex* Bea doletev nuvolone et ime pointo de fiòche ohsioolitMqne ont été tasselliis è qaelques ma» tainsi da mètrss da tamlws» On ;©ut adjoIndro quolquos
  • liasoira» peiWleaflW» etimi d*ftattoi4u»disquo en oohiste. font ce matérial attesto d'urie 2ré§ quentation continue aìlaat da Eéolithiqus à l*Ags ùol Stona©« %) ' atérle.1 de:- terree: tumulile* Ife éfeondaat natArielf on «ras» d*étudof provieni dea terrea du turai» lari* Pn ìiq
  • guère da Néolithique» autres fe cordona ou esi rointee digitales sont v i a « ooraotôrietiruQs du "ronzo tocio « m f i a on notera reo intérêt la rSsaoo de poterie biconiquo décorée de a c t i f s e • chevrons, qui est habituelle Siam lea toabas de l a :'oeemde n é r i « « d
  • » sa plaça» m beau caveau funéraire sur-ontI d'une d a l l e anthropomorphe et entouré do son caira restauré» ttj OOTS m wmhìm y m a w o Finistère teto i «• TmmXm mrnù l a fouille» >ïm ti® l»;*'3t# la par» tie â de la photo {08— té äad) eat lateóte» la ^asp» ti© & droite da la
  • inférieur des dalles montrait 1© pavage irré^ttlier surtout au long daa parois. T.on dallas sont ea granité, & oroiailloané, débris du oerouail an bai;-? et position du noignnrd et dog pointes da fléchas.
  • Jacques BRIARD RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DU TUMULUS DE KERSANDY A PLOUHIHEC, FINISTERE Août-s ept emhr e 1975 autorisation n° 0718 Equipe de Recherche n° 27 du C.N .R.S. Laboratoire d'Anthropologie B.P. A 25 35031 RENNES POUXttES SU TO 0103 m mimtim
  • à 300 m« ait lord du villa/*» de K@raa,i.4y (autre** fois appelé Keraaudy), à 4 kra» environ sa "ud-Sst du bourg de Plouhiaee et à 3 km* à vol d'oiseau do la «3 te ( l a i t dHudiewie)» I l 30 trouve mt une faible pente» â ua© soixaataine de mètres au-dessus de la raer* il
  • ) niwmi'®* te fcuraulus fat 'brièvement signalé h la fin du siècle dernier par P. du Ohatellie? qui l e mentionna dans ses "foc^aes, 'j^ig&îfliBffll.et r ,Rauleiiie dans le Flaistère" dès 1839 * "an "beau tu-ulus â Kere&néy h 4 te» de louhi- ntoft • • du tfhateiXlor avait exploré de
  • nombreux delmena dont oeux de la célèbre a^oropole du Soueh, à X*Am leu&inee cime, de du l r o . a « e dans l a n&m que plusieurs tumulus de région* Autour de T'eraandy dea sépultures sa 00fires eat
  • » risfoes «n tllex tail-» l i s , do toutes é.>>qaaa» Le «erdon do galets contenant des rognons 4e silex fcnmiiaaalt le aatJrlcl lêmmait® te tumultis de Ferae 4 ces " t a i l l e r i e s " ta "bordure do e8ta» intrigua de tout tensps» ta légende rapporte fa* i l fut érigé >a* m soigne
  • «* du temps paoeé qui avait demandé à ses paysans d'apporto* dos eharretôes de terre our conatruire la butte, Ainsi i l pouvait » itt haut é$ oo tertre, embrasser du regard le totalité do ssa domai«» ne» A plusieurs * aeri s os, quelques sondages superficiels €-gratig»$reat la
RAP02404.pdf (LANGON (35). le clos de la Grée, parcelle 265. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • LANGON (35). le clos de la Grée, parcelle 265. rapport de diagnostic
  • - 07.01.09 N° de prescription : SRA 2008/089 N° de projet INRAP : DA 05 0285 01 INRAP - Direction interrégionale Grand-Ouest - 37 rue du Bignon 35577 Cesson Sévigné - Tél. : 02 23 36 00 40 Siège social : 7 me de Madrid 7500S PARIS - Tel 01 40 03 80 00 - Fax 01 43 87 18 63 - N° S1RCT
  • 180 092 264 00019 - AP1I 732 Z. 2tto FICHE SIGNALETIQUE Numéro de projet INRAP : DA 05 0285 01 Région : Bretagne Département : Ille et Vilaine Commune : LANGON Lieu-dit : Le Clos de la Grée Cadastre année : Section ZS, parcelle n°127 Altitude: 50 m NGF Code INSEE :35 145
  • + INSTITUT D E Rapport + NATIONAL RECHRCH ES ARCHÊ0L0GIQU€S + + PR-ÉVENTIVES + + + + De Diagnostic Janvier 2009 + DRAC SRA. Sandra Sicard COURRi tu ARRIVEE LANGON « Le Clos de la Grée, parcelle 265 » (Ille et Vilaine - Bretagne) Dates d'interventions : 06.01.09
  • Propriétaire du terrain : Communauté de communes du pays de Redon Arrêté de prescription n° : 2008-089 en date du 24 mai 2008 Arrêté de désignation n° : 2008-165 en date du 23 octobre 2008 Responsable désigné : Sandra Sicard Organisme de rattachement : INRAP Maître d'ouvrage des travaux
  • : Nature de l'aménagement : ZAC économique Opérateur chargé des travaux : INRAP intérrégion Grand-Ouest Surface du projet d'aménagement : 11705 m2 Dates d'intervention sur le terrain : du 06 au 07 janvier 2008 Surface diagnostiquée : 562 m2 % de la surface sondée : 5 % INTERVENANTS ET
  • MOYENS MIS EN ŒUVRE Intervenants scientifiques SRA : Anne Villard INRAP : Sandra Sicard Michel Bailleu Conservateur en charge du dossier Responsable scientifique Adjoint scientifique et technique Autre Intervenants administratifs : SRA de Bretagne Stéphane Deschamps INRAP
  • interrégion Grand Ouest Gilbert Aguesse Conservateur régional de l'archéologie Directeur interrégional Aménageur : Communauté de communes du pays de Redon Financement : redevance. Organigramme de l'équipe scientifique : Responsable d'opération : Sandra Sicard Technicien : Sandrine
  • Barbeau Topographe : Pierrick Leblanc Intervenants techniques : Entreprise Drouet Terrassements mécaniques 1 pelle(s) de 20 CV avec godet de curage de 2m 1 CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE ET/OU PRESCRIPTIONS SCIENTIFIQUES La parcelle se situe dans le périmètre d'icn vaste ensemble funéraire
  • protohistorique dont les éléments visibles sont constitués d'un ensemble de tumulus s'étendant des alignements des « demoiselles » au tertre de la Gaudinais. A l'est de l'emprise, plusieurs tertres ont été repérés et la fouille de l'un d'entre eux a permis de mettre au jour un dolmen du
  • Néolithique moyen qui s'apparente au dolmen à galerie ouest de la Croix St. Pierre sur la commune de Saint-Just. A une soixantaine de mètres au sud de la parcelle, le tertre de la Gaudinais a été préservé des destructions, malgré l'arasement presque total de son tertre. O. Kayser a pu en
  • établir le plan en 1990. H est orienté est-ouest et il mesure 17m de long pour 8m de large en moyenne. Des 26 blocs de quartz signalés autrefois par P. Bézier, il n 'en reste plus qu 'une douzaine plus ou moins en place. Le potentiel archéologique dans ce périmètre est donc important
  • . Il n 'était pas exclu de mettre au jour sur cette zone des éléments mégalithiques ou s'y rattachant tels que des sépultures sous forme de tertres ou de coffre par exemple, ou encore des calages de menhir. 2 ELEMENTS DU DIAGNOSTIC Surface du projet d'aménagement : 11 705 m2
  • Surface diagnostiquée : 562 m2 Contexte géographique et géologique : La parcelle est située sur la commune de Langon, à la sortie ouest du bourg. Aucun relief n'est visible sur l'emprise à l'exception d'une butte de terre correspondant à un remblai récent. Le substrat est constitué de
  • schistes briovériens. Il est directement surmonté par une terre végétale sableuse brune de 10 à 20cm d'épaisseur. Méthode de diagnostic : Tranchées en quinconce X Tranchées continues Sur décapage intégral Carottages Recherche en archives % surface sondée : Géo-physique Autres
  • (précisez) Profondeur des sondages ou carottages : Les sondages ont une profondeur moyenne de 15cm. Substrat atteint : oui Notice scientifique résumant les principaux résultats de l'opération Les dix tranchées réalisées sur l'emprise n'ont pas permis de mettre au jour de vestiges
  • archéologiques, mobiliers ou immobiliers, à l'exception de deux tronçons de fossés parcellaires orientés nord-ouest/sud-est. Ils ont une profondeur inférieure à 10 cm et une largeur moyenne de 30cm. Ils sont parallèles et affectent la même orientation que le parcellaire encore existant
  • . Perprié^7 Gourdin. A i / V j[la Bardoulais x n*3jjU--.. Fig. 1 : Plan de localisation de la commune de Langon et de la zone d'intervention (en rouge). V._. o o I I I 01 cr '01 _p o D u m O C Dl 2 73 _0J »_ O. ci '01 c c o 01 u 3 E 4—' 1/1 OJ 4—' i_ X D OJ D O "O O I
  • — *■* 4) S J2 Fig.^ : Plan de localisation des tranchées sur la parcelle 265
RAP02243.pdf (LA CHAPELLE-DES-FOUGERETZ (35). ZAC de Beausoleil. tranches 2 et 3)
  • LA CHAPELLE-DES-FOUGERETZ
  • opération préventive de diagnostic
  • LA CHAPELLE-DES-FOUGERETZ (35). ZAC de Beausoleil. tranches 2 et 3
  • archéologiques préventives Rapport de diagnostic 2007 Fanny TOURNER LA CHAPELLE DES FOUGERETZ "La Besneraie" Tranche 2 (llle-et-Vilaine) 26.02.07- 13.03.07 N° de prescription 2006-021 N° de projet INRAP DA 05 0144 01 INRAP Direction interrégionale Grand-Ouest : 37, rue
  • du Bignon, CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Cedex 2243 FICHE SIGNALÉTIQUE Site n° : | . | | . . | | . . 1 Département : llle-et-Vilaine Commune : La Chapelle-des-Fougeretz Lieu-dit ou adresse : La Besneraie, tranche II Cadastre : Section(s) et parcelle(s) : AC 4, 5, 6, 7, 8, 11
  • , 12, 13, 14p, 16, 17, 39p, 49, 51, 52p, 53p, 58p, 59, 71, 74 et 76 Coordonnées Lambert : Zone : Abscisses : Ordonnées : Altitude : de 81 à 94 m NGF Propriétaire du terrain : Société Territoires Protection juridique : Néant Arrêté de désignation n° : Arrêté de prescription n° : 2006
  • /21 Valable du au Titulaire : Fanny Tournier Organisme de rattachement : INRAP Motif de l'intervention : projet de ZAC Exploitant : Dates de l'intervention : du 26/02/2007 au 13/03/2007 Surface diagnostiquée : 5394 m2 LISTE DES INTERVENANTS Intervenants scientifiques SRA : Paul
  • : Stéphane Deschamps Inrap, Direction interrégionale : Gilbert Aguesse - Arnaud Dumas Aménageurs : Société Territoires CONTEXTE ARCHÉOLOGIQUE LOCAL ET/OU PRESCRIPTIONS SCIENTIFIQUES Des vestiges archéologiques, en particulier antiques, sont déjà connus sur la commune CONTRAINTES
  • TECHNIQUES Une ligne enterrée Télécom passe le long de la RN, à 18 mètres de l'axe de la route. Une zone de sécurité plus étendue a été instituée. Une ligne aérienne haute tension passe au dessus des parcelles nord. Une zone de sécurité a donc été implantée. / • t • • / v - ^V I o
  • / ' I - •*. y / • j • • ... e B | WmißF» : ...3m n. I Limite d ' e m p r i s e Plan de l'emprise du projet sur le cadastre napoléonien Plan de l'emprise diagnostiquée r \ \ avec localisation des sondages
RAP02454.pdf (LANGON (35). domaine de la Gaudinais. parcelle zw 389 pour partie. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • LANGON (35). domaine de la Gaudinais. parcelle zw 389 pour partie. rapport de diagnostic
  • : INRA1 15.10.07- 16.10.07 N° de prescription : SRA 2006/136 N° de projet INRAP : DA 05 0188 01 Direction interrégionale Grand-Ouest - Adresse 37 rue du Bignon 35 577 Cesson Sévigné Sièye social : 7 rue de Madrid 75008 PARIS - Tel 01 -10 OS S0 0I) - Fax 01 43 87 18 63 - N° SIRI
  • .T 180 092 264 00019 - APE 732 / 2.1,5 FICHE SIGNALETIQUE Numéro de projet INRAP : DA 05 0154 01 Région : Bretagne Département : Ille et Vilaine Commune : LANGON Lieu-dit : Le domaine de la Gaudinais Cadastre année : Section ZS, parcelle n° 389 a Y: Coord. Lambert : X: Code
  • DRAC-SRA + + I U N R A R C H É 0 + + N T A C H -E R 0 G I Q R -É V E + + HJWV.2M7 AcgUpFyEpARFilVEE H T I V E S Rapport De Diagnostic Octobre 2007 . + Sandra Marchand LANGON « Le domaine de la Gaudinais » (Ille-et-Vilaine - Bretagne) Dates d'interventions
  • INSEE : altitude: 50 m NGF Propriétaire du terrain : Commune de Langon Arrêté de prescription n° : 2006-136 en date du 24 novembre 2006 Responsable désigné : Sandra Marchand Organisme de rattachement : INRAP Maître d'ouvrage des travaux : Nature de Paménagement : Extension de la
  • zone artisanale Opérateur chargé des travaux : INRAP interrégion Grand-Ouest Exploitant (s) : Surface du projet d'aménagement : 10000 m2 Dates d'intervention sur le terrain : du 15 au 16 octobre 2007 Surface diagnostiquée : 1203 m2 % de la surface sondée : 12 % INTERVENANTS ET
  • MOYENS MIS EN ŒUVRE Intervenants scientifiques SRA : INRAP : Conservateur en charge du dossier Responsable scientifique Adjoint scientifique et technique Anne Villard Sandra Sicard Michel Bailleu Autre : Intervenants administratifs : Conservateur régional de l'archéologie
  • Directeur interrégional SRA de Bretagne Stéphane Deschamps INRAP interrégion Grand Ouest Gilbert Aguesse Aménageur : Commune de Langon Financement : redevance. Organigramme de l'équipe scientifique : Responsable d'opération : Sandra Sicard Technicien : Sandrine Barbeau Intervenants
  • techniques :Terrassement mécanique 1 pelle(s) de 20 CV avec godet de curage de 3r 1 CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE ET/OU PRESCRIPTIONS SCIENTIFIQUES La parcelle se situe au centre d'un vaste ensemble funéraire protohistorique dont les éléments visibles sont constitués d'un ensemble de
  • tumulus s'étendant des alignements des « demoiselles » aux tertres de la Gaudinais. Au nord-est de l'emprise plusieurs tertres ont été repérés et la fouille de l'un d'entre eux a permis de mettre au jour un dolmen du Néolithique moyen qui s'apparente au dolmen à galerie ouest de la
  • Croix St Pierre sur la commune de Saint-Just. Un diagnostic réalisé l'année dernière a mis en évidence un tertre tumulaire en bon état, à 200m au nord-est de celui de La Gaudinais, au lieu-dit le Clos de la Grée. A une trentaine de mètres au sud de la parcelle le tertre de la
  • Gaudinais a été préservé des destructions, malgré l'arasement presque total de son tertre. O. Kayser a pu en établir le plan en 1990. Il est orienté est-ouest et il mesure 17m de long pour 8m de large en moyenne. Des 26 blocs de quartz signalés autrefois par P. Bézier, il n 'en reste
  • plus qu 'une douzaine plus ou moins en place. Le potentiel archéologique dans ce périmètre est donc important. Il n 'était pas exclu de mettre au jour sur cette zone des sépultures sous forme de tertres ou de coffre par exemple, ou encore des calages de menhir. 2 ELEMENTS DU
  • DIAGNOSTIC Surface du projet d'aménagement : 10000 m2 Surface diagnostiquée : 1203 m2 Contexte géographique et géologique : La parcelle est située sur la commune de Langon, à la sortie est du bourg. Le substrat est constitué de schistes briovériens. Il est directement surmonté par une
  • terre végétale sableuse brune de 10 à 20cm d'épaisseur. Méthode de diagnostic : Tranchées en quinconce Tranchées continues X Sur décapage intégral Carottages Recherche en archives Géo-physique Autres (précisez) % surface sondée : 12% Archives consultées : Profondeur des sondages
  • ou carottages : Les quatre sondages ont une profondeur moyenne de 20cm. Substrat atteint : oui Notice scientifique résumant les principaux résultats de l'opération Les cinq tranchées réalisées sur l'emprise n'ont pas permis de mettre au jour de vestiges archéologiques, mobiliers
  • ou immobiliers. Malgré la présence du tertre de la Gaudinais à une trentaine de mètres au sud de la parcelle, aucun creusement ou construction anthropique n'est apparue sous le couvert végétal. 3 Fig. 1 : Plan de localisation de la commune de Langon et de la zone d'intervention
RAP00407.pdf (THOURIE (35). Côteau Saint-Lyphard. rapport de sauvetage urgent)
  • THOURIE (35). Côteau Saint-Lyphard. rapport de sauvetage urgent
  • . Conclusion : Le site du coteau de Saint Liffart correspond à un lieu da culte et d'inhumanition vraisemblablement carolingien ou roman au maximum, peut-être mérovingien. Il n'est pas impossible que la chapelle Saint-Ldffart ait succédé à un édifice plus ancien, autour duquel s'étendait la
  • -GRAND ( '"brqéTe. Bour^arrér Maua l ra , 4 • . . f *o,p..Nuda... \ ..ëeiairudan/ Marcllé-Robért . •AvallataurSalcha GUICHEN . VliteTcha/ i'Boval JANZÉ ^ La Sele-Guarchalaa îanloloup Arbrl»«ai¿i>»_ LA GUERCHE-DE-BRETAGNE ÎLoutahel' Campai Bour^-'dea-Compte! -.Çrévl^ - i"" / La Thal-da
  • • \ •jBraln-»ur-Vilaine Salnla-Marla La Chapele^St-Melalne + REDON; ^PREFECTURE ^ •SOUS-PREFECTURE + + + t t + 4 Limita d°arrMdtaaamant Limita da «antan Limita da • O CHEF LIEU DE CANTON • Commun» ^ _ Limita da D*tMtiawan< Échelle 1 /5C0.000 env. inlesáihf US «ESSES MErOMMES
  • • CIRCONSCRIPTION » BORDEREAU RECAPITULATIF HISTORIQUE DE.^BBîACm., a 1 0 Q 0 ût 1 9 2 Date d • envoi. •.°... . . ?. . SAUVETAGE » LOCALISATION Département : ILLE ET VILAINE • Lieudit : du cadastre... : I.G.N Cadastre a n n é e 1 945 Coteau Saint Liffart
  • • } INTERVENTION • ! Surface fouillée 20 m2 • Estimation de l'étendue du gisement...: 1 lia • • • • • SITE • Nature des découvertes effectuées : sarcophages en calcaire co— quiller et en plaque de • : schiste. h a u t Périodes chronologiques \ Rapport scientifique. *» 4
  • pages : 5 plans 1 coupe. moyen-âge OBSERVATIONS i>•»« vaut* m C W i f i M BU • iîï-li .LÂlÎ Plana et coupes* i Itoï * Planches et dessins Photographies légendées *.' 4 photographies légendées. .y^ftwcd/è'/e/ c/e /cr e/ c/e Direction Régionale des Affaires
  • Culturelles mtcn-t'ca/torv de Bretagne Avenue Le Gorgeu Direction du Patrimoine B.P. 813 29279 Brest Services des Fouilles Tél. (98) 03.06.87 p.. 257 et 278 et Antiquités Hôtel de Blossac 6, rue du Chapitre Direction des Antiquités Historiques 35000 Rennes Tél. (99) 79.21.32 de
  • Bretagne J.P. BARDEL Technicien 35.3.33.335 TH0URIE 1981 Coteau de Saint Liffart parcelle n° 107 section A1 Rapport de sauvetage. La commune de TH0URIE est connue dans le domaine archéologique depuis le début du siècle. En effet l'exploitation d'ujine carrière sur le flanc oriental de
  • la colline de Saint Liffart, avait été en 1910 l'occasion de la découverte d'un sarcophage en calcaire coquiller qui fut par la suite déposé au musée de Bretagne à RENNES. Dans le même temps un périodique régional, le Nouvelliste de Bretagne, consacra quelques lignes à la
  • découverte en avril 1910. Ultérieurement l'historien P. BANEAT aborda le sujet dans le tome IV de son "DEPARTEMENT D ' I L L E ET VILAINE -Histoire - Archéologie - Monuments" p. 230. 1981 Au mois de novembre des travaux de culture (labour profond) firent apparaître du sable coquiller et
  • des morceaux de plaques d'ardoise par places. Le *ils de monsieur PRIME, exploitant, lui-même petit fils d» cultivateur qui avait fait la découverte de 1910 dans la carrière, dégagea la terre labourée à l'emplacement des ardoise*et du sable coquiller, pour voir à quoi celà
  • correspondait du fait n u'il ne s'agissaj. pas de matériaux locaux. Aussi ne fut-il pas étonné de découvir trois sarcophages : deux en calcaire (sarcophages n° 1 et 2) et un sarcophage en ardoise (sarcophage n° 3). Il avertit alors la Mairie, la Direction des Antiquités Historiques. Une
  • intervention de sauvetage les 10 et 11, 12 novembre 1981, permit de nettoyer finement les sarcophages 1 et 2 et de prélever le numéro 2. Localisation : 35.3.33.335 TH0URIE "Coteau de Saint Liphar" parcelles : 107 et 812 de la section A1 du cadastre de 1945. Coordonnées LAMBERT : Lambert II
  • étendu X = 314.110 Y = 2324.365 8 , ? L M . Carte IGN 1/25000° JANZE-EST (7-8) ' ~ 1 Description des découvertes : Le site de la nécropole du coteau de Saint Liffart est situé sur le flanc Est d'un ballonement qui surplombe le bourg de TH0URIE U l'Ouest. Un chemin creu; rectiligne
  • part du bourg et sépare
  • colline une chapelle , actuellement disparue, dominait le bourg» peu de chose sont connue sur l'origine de l'édifice. La moitié Nord ne comporte que des champ et c'est lors de travaux de culture dans la grande parcelle triangulaire, cadas- trée sous le numéro 107, que furent
  • découverts en novembre 1931 les trois sarcophages» Ces trois sépultures étaient situées le long du chemin qui monte sur la colline, au Sud de la parcelle 107. Les deux premiers sarcophagesétaient a environ 10 m de la bordure du terrain alors que le troisième, situé 30 m* plus à l'Est
  • n'était qu'à 4 m. du bord. Ce dernier était en ardoise et les deux autres en calcaire coquiller. La^Découverte deJÇTl().__ Celle-ci a été effectuée à gauche du chemin en montant, soit dans la parcelle 812., dans une carrière de sable. Actuellement cette carrière est rebouchée mais son
  • emplacement est toujours indiqué sur le cadastre. Le sarcophage qui avait été découvert fut déposé au Musée de Bretagne mais son mauvais étét de conservation fait qu'il a du se désagréger en sable ce qui expliquerait sa disparition du musée de bretagn©« Les, ¿axcophages, n°_1_e_t 2 dé
  • £ouveijsenj La pente du terrain vers l'Est laisse deviner quelques ruptures de pentes aux niveaux desquelles ont été découvert les sarcophage 12 et le n° 3. Les sarcpphages n°1 et 2 étaient vers le haut du coteau (cf Plans) Il ont été mis au jours par le fils du fermier qui a "expédié
RAP02321.pdf (LANGON (35)." le breheil". rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • LANGON (35)." le breheil". rapport de diagnostic
  • : SRA 2006/075 N° de projet INRAP : DA 05 0164 01 Direction interrégionale Grand-Ouest - 37 rue du Bignon 35577 Cesson Sévigné - : 02 23 36 00 40 FICHE SIGNALETIQUE Numéro de projet INRAP : DA 05 0164 01 Région : Bretagne Département : Ille et Vilaine Commune : LANGON Lieu-dit
  • + + I T N R A R C H É 0 D E + + N A T Rapport + I 0 De C H € R C H E 0 G I 0 U € S N T I V E S R -É V + Diagnostic Octobre 2006 Sandra Sicard LANGON « Le Bréheil » (Ille et Vilaine - Bretagne) Dates d'interventions : 14.09.06 - 15.09.06 N° de prescription
  • : Le Bréheil Cadastre année : Section ZV, parcelle n°9 Coord. Lambert : X: Y: Code INSEE : altitude : 25m NGF Propriétaire du terrain : M. Cheval Arrêté de prescription n° : 2006-075 en date du 03 juin 2006 Arrêté de désignation n° : en date du Responsable désigné : Sandra
  • Marchand Organisme de rattachement : INRAP Maître d'ouvrage des travaux : Nature de l'aménagement : Habitat particulier Opérateur chargé des travaux : PNRAP intérrégion Exploitant (s) : Surface du projet d'aménagement : 3980 m2 Dates d'intervention sur le terrain : du 14 au 15 septembre
  • 2006 Surface diagnostiquée : 3980 % de la surface sondée : 7% INTERVENANTS ET MOYENS MIS EN ŒUVRE Intervenants scientifiques SRA : INRAP : Anne Villard Sandra Marchand Michel Bailleu Conservateur en charge du dossier Responsable scientifique Adjoint scientifique et technique
  • Autre : Intervenants administratifs : SRA de Bretagne Stéphane Deschamps INRAP interrégion Grand Ouest Gilbert Aguesse Conservateur régional de l'archéologie Directeur interrégional Aménageur : M. Cheval et Mme Glet Financement : redevance. Organigramme de l'équipe scientifique
  • : Responsable d'opération : Sandra Marchand Technicien : Sandrine Barbeau Intervenants techniques :Terrassement mécanique lpelle(s)de 20 CV avec godet de curage de 1,80m I CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE ET/OU PRESCRIPTIONS SCIENTIFIQUES La parcelle est située en périphérie d'un vaste ensemble
  • funéraire protohistorique dont les éléments visibles sont constitués d'un ensemble de tumulus s'étendant des alignements des « demoiselles » aux tertres de la Gaudinais. A proximité immédiate de l'emprise, à l'est un affleurement rocheux forme un dôme schisteux sur lequel des petites
  • dépressions pourraient indiquer une extraction ponctuelle de blocs de schiste. 2 ELEMENTS DU DIAGNOSTIC Surface du projet d'aménagement : 3980 m2 Surface diagnostiquée : 3980 m2 Contexte géographique et géologique : La parcelle est située sur la commune de Langon, au sud-est du bourg
  • , sur le versant occidental de la vallée de la Vilaine, à moins d'un kilomètre du fleuve. Le substrat est constitué de schistes briovériens. Il est directement surmonté par une terre végétale sableuse brune de 5 à 10cm d'épaisseur. Méthode de diagnostic : Tranchées en quinconce
  • Tranchées continues X Sur décapage intégral Carottages Recherche en archives Géo-physique Autres (précisez) % surface sondée : 7% Archives consultées : Profondeur des sondages ou carottages : Les sondages ont une profondeur moyenne de 15cm. Seule la tranchée T6 présentait une lentille
  • d'altération argileuse, sur près de 0,40m d'épaisseur, localisée dans le coin nord-est de la parcelle. Substrat atteint : oui Notice scientifique résumant les principaux résultats de l'opération Les six tranchées réalisées sur l'emprise n'ont pas permis de mettre au jour de vestiges
  • archéologiques, mobiliers ou immobiliers. Un seul petit fossé, de 0.50m de large, orienté est-ouest, a été repéré dans les tranchées 2 et 3. Profond de 0.12m, il est caractérisé par un limon brun orangé très induré. Son orientation et sa localisation, en limite de parcelle, nous permettent de
  • penser qu'il bordait un petit talus parcellaire, dont il ne subsiste pratiquement plus de traces. 3 r gK3 \7? M 1 \ \ de Rbchej^^MLi SiÉjf, II' ' •B?_-J-- . Ê ; j A le Qlozet l\ ' T Si* [ J . NRJJB K- !;i Chèna (,..%' Cgop.flj I Guigriardaisi ' » lel 7 W
  • -, Ai le Haut MontBnac 8f..'-;{, n / la Rochelle T I.' >y > —86/ il „ # v IÏ-; le \le Hainlée la Réhoni 3 ^Jajyiarqueraisjj v,ta - la Buntais Pénais 51 le VaulayN V la Gaudiniére 1 M^'7W$V^ Rues (•'"J>>.'\ i (e Cios de la Crée g Lande duloùlinSi T^^Ç^M fi
  • M U33—J î * Scter • Cité des. Pins ^ Roche ^/yi; 3'."" /Guillluife. Bréheiffr.' les Pré, ■^Éts*\ f7» iE&i ... il ',','la G^udinais r as* itrC Musson ijjj&L ^o jj/ " JF" L Carriers K l >illt '• ^ v"\A î'0'ouli''*''' l'ktrier de Droulin la Briquelene de Durhây
  • ri . Ejlg Paul Divulii tu Vullée ' "***.'^-:- — y 1\ .lia Bardoulais Fig. 1 : Plan de localisation de la commune de Langon et de la zone d'intervention (en noir). CZ^ Tertres tumuiaires Parcelle concernée par le diagnostic archéologique Fig. 2 : Plan de localisation delà
  • parcelle sondée sur le cadastre de Langon et situation des tertres tumuiaires dans le périmètre archéologique, d'après A.Monnier (CERAPAR) et selon les indications de J.Desmardc (1865) Fiq.3: plan de localisation détaillé des tranchées de diagnostic sur la parcelle 9
RAP01285.pdf (CARHAIX (29). la ville neuve. rapport de sondage)
  • CARHAIX (29). la ville neuve. rapport de sondage
  • par le mobilier localisé dans son remplissage (un pot à cuire du XIX e siècle), a été identifié. TRANCHEE 3 : La tranchée "Provost" n'a Das été continuée. TRANCHEE 4 : La tranchée "Provost"a été continuée à trois mètres de l'axe central de l'aqueduc jusqu'à un point situé à 122
  • de l'aqueduc deux fossés parallèles, orientés NE. - S.O, ont été localisés également. Aucun mobilier archéologique a été localiser dans le remplissage de ces fossés. TRANCHEE 5 : La tranchée "Provost" n'a Das été continuée. TRANCHEE 6 : La tranchée "Provost" a été continuée à
  • Ê/fîi. . W / M ^ RAPPORT DE SONDAGES Situation : Département : Finistère. Commune : Carhaix Plouguer. Lieu : La Ville Neuve. Cadastre : Al n° 1137. Coordonnées Lambert : x - 164, 450 y = 1080, 900 N° carte archéologique : 29 024 324. 3> Cadastre : Al n° 766. Coordonnées
  • Lambert : x = 164,320 y = 1080, 820 N° carte archéologique : 29 024 325. Des sondages mécaniques destinés à l'établissement d'un diagnostic archéologique ont été réalisés le 17, 18 et 19 octobre 1994 suite à une demande de permis de construire concernant l'installation d'une usine. Ils
  • ont été menés dans le but de localiser d'éventuelles structures associées à l'aqueduc romain de Carhaix et fixer des prescriptions concernant sa protection. L'implantation des tranchées correspondait à la continuation de celles mises en place dans le cadre d'une étude programmée
  • menée par Monsieur Alain PROVOST dans le but de localiser le tracé de l'aqueduc romain de la ville antique de Carhaix. Ces sondages ont été réalisés sous la forme de tranchées ouvertes à la pelle mécanique munie d'un godet lisse d'1 mètre de large. Environ 400 mètres de tranchée ont
  • été réalisés sur un terrain en légère pente vers le sud. Sous la terre végétale, de 0, 70 mètre à 0,90 mètre d'épaisseur, le godet de la pelle a mis au jour le sous-sol schisteux parfois couvert d'une couche importante de limon argileux d'environ 0,50 mètre à 0,80 mètre d'épaisseur
  • . ¡ / ¿ h TRANCHEE 1 : La tranchée "Provost" a été continuée à partir de 30 mètres de l'axe central de l'aqueduc jusqu'à un point situé à 98 mètres au sud. Aucune anomalie archéologique n'a été mise au jour dans cette tranchée, mis à part un fossé de limite de parcelle probablement
  • récent localisé à 96 mètres au sud de l'aqueduc. La terre végétale avait une épaisseur variant entre 0,70 mètre à 0,80 mètre. TRANCHEE 2 : De 110 mètres en totale, aucune anomalie archéologique n'a été révélée dans cette tranchée. Seul un fossé de limite de parcellaire moderne, daté
  • mètres au sud. A une distance de 15 mètres et 20 mètres deux fossés parallèles orientés N.E - S.O. ont été mis au jour. Dans leur remplissage de terre végétale quelques tessons de porcelaine blanche ont été recueillis. Entre deux points situés à 72,50 mètres et 75, 70 mètres de l'axe
  • 26 mètres de l'axe central de l'aqueduc jusqu'à un point situé 100 mètres au sud. Au total 5 fossés ont été localisés dans cette tranchée : un à 40 mètres de l'axe centrale, orienté N.E. - S.O. et deux parallèles à 54 mètres et 57 mètres, orientés E. - O. A 70 mètres et 75 mètres
  • deux fossés parallèles orienté N.O - S.E ont été également localisé. Ces cinq fossés étaient comblés de terre végétale. Aucun mobilier archéologique n'a été trouvé en place. TRANCHEES 7 et 8 : Les deux tranchées "Provost" n'ont pas été continuées. TRANCHEE 9 : La tranchée "Provost
  • " a été continués à partir d'un point situé à 9 mètres au sud de l'axe central de l'aqueduc jusqu'à un point situé à 100 mètres. Entre 10 et 15 mètres de l'aqueduc un fossé de limite de parcelle moderne a été localisé. Aucun mobilier archéologique n'a été trouvé dans le remplissage du
  • fossé ou dans la tranchée. CONCLUSION A l'issue de cette opération, aucune structure archéologique en place n'a été perçue. Les fossés localisés correspondent vraisemblement à des limites de parcelles indiquées sur l'ancien cadastre de la commune. Les parcelles en question ont été
  • remembrées il y a une trentaine d'années et sont encore visibles sur une photo aérienne verticale (non datée) consultable à la Mairie de Carhaix. Le permis de construire a été accordé avec une prescription concernant la création d'une bande de protection non aedificandi sur chaque côté de
  • l'aqueduc romain d'un minimum de 10 mètres de large. Fait à RENNES le 18 janvier 1995, Michael BATT, Service Régional de l'Archéologie de Bretagne. I T3 \ T6 . T 7 .¿IMI 766. T9 m û MïiïMï T 10. 29 CARHAIX PLOUGUER La Ville Neuve Emplacement des sondages. 200 mètres. H
  • Sondages "Provost" Bande non aedificandi Tracé de l'aqueduc romain.
RAP00462.pdf (SAINT-PABU (29). Poulledan. rapport de sauvetage urgent)
  • SAINT-PABU (29). Poulledan. rapport de sauvetage urgent
  • fioncon dz ¿tèli a iti dzzouvzut danó la paAczllz n° 7, ¿zctton ZM da cadaó&LZ dz 1976, ¿ttuz à 3 200 m à V ouzbt-noÀdouoj>t da bouAg de. Satnt-Vabu zt à 650 m au no nd-no Ad- zót da kame.au dz FoulZzdan. Lzó cooÀdonnzzó Lambztt zonz I ¿ont lzó òutvantzó : x = 85,170 y = 1 120,340
  • LE TRONÇON DE STELE DE L'AGE DU FER DE POULLEDAN NORD, SAINT-PABU (FINISTERE) MICHEL LE.GOFFIC. ARCHEOLOGUE DEPARTEMENTAL DU F I N I S T E R E , O C T O B R E 1983, LE TRONÇON DE STELE DE L'AGE DU FER DE POULLEDAINI NORD, SAINT-PABU ( F I N I S T E R E ) . I
  • - CIRCONSTANCES VE LA VECOUVERTE ET MOTIF VE L'INTERVENTION Suitz à un appel tzlzphonique, de. M. Yvon GUERMEUR, qui venait de. vibitzn. une. ccwiizie. de. bablz dunaitz à Saint-Pabu et y découvert une. piejviz zn gnanÀtz taillzz zn piaci dont, le. {¡lont de. je. me. buib n.zndu bun. Izb
  • tizux le. 19 Szptembiz 198S poun znquêteA. Jz ^manquai danb le. ¿Aont de, tcuZle. de. la coJihÂ&n.z d blz un tronçon dz btzlz ojmonicaÀnz zn gianitz à phznociibtaux dz (¡eJLd path zt znclavzb zndogznzbfionczzb,dz bzztion octogonalz à anglzb zpann Izb- pnibzntant dzb Viaczb dz
  • attctudz : 25 m. Vzux ¿tzlzó dz VAgz da Fzn. ¿ont dzjà connuzó ¿UÀ lz tznhaXoàAz dz la communz, toutzó dzax danò la pantlz ouzót : czllz dz Kzncu>c.oal, kaatz dz 1,80 m (pouA la pantlz vtótblz) zót dz ¿zctton C.OÀÀZZ a anglzó zpannzlé-i zt a unz {¡ohmz dz pynamidz tn.onqu.zz
  • pzntttzux a zu poun z^zt dz diitabttlÓZÀ la itzlz. L'tntzAvzntlon a conótótz à ÀZCIÀ.ZÌ>A2À. la coupz zn mznagzant un paJLLzÀ au nivzau dz la baAZ dz la ¿tzlz, zn ncuLóon dz VInótablLLtz da mtLLzu znaati¿ant. Un ¿ondagz a ztz nzaLiói à l'aplomb dz la ¿tzlz juóqu'à la Àockz zn placz
  • . Vescrlptlon_de_la_coupe (de la base vers le sommet] ( 7 ) Mlgmatltes de Plougu2An2.au très altérées superficiellement. ( 1 ) Horizons B Indifférenciés du sol enterré de teinte jaune-brun tre avec massIf de pierres Surmonté d'une. assise de. dalles rlzontales. ( 3 ) Horizons A Indifférenciés du
  • vieux sol enterré, de teinte bru foncé et comportant dei, tracer d'occupation humaine : débri clayonnage, charbons de bols, ossements de mammifères (cert d'entre-eux montrant des traces de depeçage J dentò de porcs ou sangliers, de moutons ou ch.evn.ei>, fragment de roche vlM
  • céramique grise et belge tourner. En l'absence de décors ou formes caractéristiques, ce mobilie céramique est dlflicitement databie avec précision molò est, toute façon, postérieur à l'Age du fer. Il pourrait être galloromain ou médiéval. ( 4 ) Sable dunalre chargé en matière organique
  • , de teinte brun-cla stérile. ( 5 ) Sable belge, stérile. ( 6 ) Horizon humilié montrant une dépression sous la base de la stèle ainsi qu'une poche. ( 7 ) Sable belge clair. Sable gris fonce témoignant d'un amet des apports dunalres 2l d'une colonisation temporaire par la
  • végétation. ( 9 ) Sable dunalre llté blanc avec lits horizontaux gris. [10 ) Niveau du sol et de la vole charretière avant la mise en exploitation de la carrière. m ) Véblalò de découverture. La zone. ¿¿tuée, au ¿ud-e^t de. la ¿tile. a iti pentunbic pan V exploitation de. ¿able
  • .. Le¿ ckoc¿ donni¿ à la ¿tile. pax. le¿ peZíeXeu¿e¿ ¿ont la cau¿e de¿ a{¡{¡aÚÁ¿e.me.yvt¿ e£ de¿> nuptune¿ de. ¿tnatt^tcatton v
  • pa¿ peAm¿i> d' e.xpllquen comme.nt ce. tn Con de. ¿tele. de. VAge. du Tex ¿'e¿>t netnouvi lnteA¿tnatl{¡li dan¿ la du ni à quelle, ipoque. cela a pu ¿e. pno duine.. Apni¿ V lntenve.ntlon, poun iviteA ¿a cLí¿panltlon, la. ¿tel a iti tnan¿{¡inie. devant la. maJjile. de. SaÁnt-Pabu
  • où. elle. e¿t actu vl¿lblz. FICHE DESCRIPTIVE DE SITE ARCHÉOLOGIQUE //1450/ RECHERCHE EFFECTUÉE Année Nature de l'opération Auteur -4308 I fKoïfECTiotV / H ce Organisme Go FF „jJJLè I'Ç AP ou A H £ _ / _ _ J 4 Î L . .._ / • A P o u AH / / 1 0 0 0 / RÉFÉRENCE
  • sé ^ 3 / / détruit E U 3 /* //200Q/ Nature des vestiges immobiliers : _ T K o N f on 1/3000/ Nature des vestiges mobiliers : .. $ e r tèL£ _ _. . . . . //1300/ .... o t r o ç e/vT) cojvcAres A . ... 4 r 4 c es /• »1 . /• » Grande période chronologique
  • :._ //1310/ Attribution culturelle : 4 /? S //1320/ Autre élément de datation : _ //1400/ Degré de protection.. //1700/ //1800/ • Occupation du sol : labouré Sources : , 1. • 2, /base: • 3, _/ • 4 /• • 1, prairie • T ^ in-fv ct±U 2, lande ou friche • /^ch //1445
  • / Circonstance de la découverte ou motif du sauvetage //1420/ Propriété du terrain : /* Etat L i 1, Collectivité //1440/ Conservation provisoire du mobilier £ 2 3. forêt I ÇvÇftlS Vl\ x-frèc^icH Privé L H 3 /• 1 i— n Je I 4, bâti • c* 5, autre ^ Je Sòl le. S
  • t w € dépôt de fouille L _ J 1, autre l—I 2 / Lieu : _ //1460/ Conservation définitive //1600/ Rédaction Lieu : du bordereau . 6 /• / inconnue ; 1, collection publique auteur ExistenceL€ de 1 SoFfiC j fiche(s) complémentaire(s) Vi eilli 2. collection /* / Date privée '/J L I
  • a "ÌMKerlumbar's X—/Kerroignantiii iabous PÌou3a]mézelu^ihcuft Menhir .Keivatoi .eransiou Tréouré;.. fPnnfS il òciéol Kerarc'haluer Ker;édoc E x t r a i t de la c a r t e I . G . N . au 1/25 000 de P L A B E N N E C 1 - 2 . —LJLj/ V/ J V . Déblais de découvert.urfc Sable
  • éboulé Coupe N - 0 - S - E d u f r o n t de la c a r r i è r e . if y *y ^ PHOTO 1 : V u e d u t r o n ç o n de stèle en place dans la d u n e . Photo p r i s e le 1 9 . 0 9 . 8 8 . PHOTO 2 : V u e p r i s e d u s u d d u t r o n ç o n de stèle en place dans le f r o n t de
RAP02070.pdf (CARNAC (56). "impasse des Chênes". dfs de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • CARNAC (56). "impasse des Chênes". dfs de diagnostic
  • + n E RECHERCHES ARCHÉOLOGIQUES PR-ÉVENTIVES Rapport de diagnostic 2005 Stéphan HINGUANT et Rozenn COLLETER Carnac "Impasse des Chênes" (Morbihan - Bretagne) Du 31.01.05-02.02.05 N° de prescription : 2004/176 N° de projet INRAP : DA 05 0065 01 INRAP Direction
  • interrégionale du Grand-ouest : 37, rue du Bignon CS 67737,35577 Cesson-Sévigné Cedex FICHE SIGNALETIQUE Département : Morbihan Commune : Carnac Lieu-dit ou adresse : Impasse des Chênes Section(s) et parcelle(s) : Section N, parcelle n°1598 (ancien n°817) Coordonnées Lambert : Abscisses
  • : 193,350 Ordonnées : 2302,620 Altitude :18 m NGF Propriétaire du terrain : Mme Anne QUIBOEUF Arrêté de prescription n° : 2004/176 Titulaire : M. Stéphan HINGUANT Organisme de rattachement : INRAP Motif de l'intervention : Permis de construire Dates de l'intervention : Du 31/01/05 au 01
  • /02/05 Surface à diagnostiquer : 1444 m2 LISTE DES INTERVENANTS Intervenants scientifiques SRA : Mme Christine JABLONSKI INRAP: M. Michel BAILLIEU, Assistant scientifique et technique et M. Stéphan HINGUANT, Responsable de l'opération Autre : Fabien PIQUET, Assistant technique
  • Intervenants techniques Techniciens : Rozenn COLLETER, INRAP Terrassements mécaniques : Entreprise SARL HENRIO Intervenants administratifs DRAC, SRA : M. Stéphane DESCHAMPS, Conservateur Régional de l'Archéologie INRAP, Direction interrégionale Grand-Ouest : M. Gilbert AGUESSE, Directeur
  • et M. Dominique RAFFRAY, Administrateur Aménageur : Mme Anne QUIBOEUF CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE LOCAL ET/OU PRESCRIPTIONS SCIENTIFIQUES Le terrain concerné par le diagnostic est situé en secteur archéologique très sensible, à proximité immédiate du tumulus de Mané Runel (une
  • centaine de mètres) et des alignements (moins de 200 mètres). Le diagnostic doit donc s'attacher à déterminer si des structures archéologiques associées à ces monuments mégalithiques sont présentes dans la parcelle concernée, d'en déterminer la chronologie et l'état de conservation le
  • sondages s'arrêtent sur le toit des formations superficielles liées à la décomposition de la roche, formations stériles sur le plan archéologique. Méthode de diagnostic : Tranchées en quinconce1 Tranchées continues Sur décapage intégral Carottages Recherche en archives ■ % surface
  • sondée : 5% listes des archives consultées : Géophysique Autres (précisez) Profondeur des sondages ou carottages : de 0,30 m à 0,40 m sous la surface Description sommaire de la stratigraphie observée dans les sondages ou carottages : La terre végétale composée de limon argileux
  • brun foncé, est en moyenne épaisse de 0,25 m. Elle repose sur le substrat non remanié composé de limon argileux, légèrement sableux par endroit, jaune orangé homogène. Quelques blocs de granité (0,20 m de diamètre en moyenne) et petits nodules de quartzite (0,05 m de diamètre) sont
  • présents dans le substratum. Substrat atteint : |§§f/non (si non, précisez pourquoi) Observations : Aucun site archéologique n'a été découvert durant ce diagnostic. L'emprise des tranchées est limitée mais suffisante pour déterminer le contexte de la parcelle, stérile en ce qui
  • concerne l'archéologie. Malgré la proximité d'ensembles mégalithiques et d'un tumulus, aucun vestige n'a été mis au jour. Le positionnement des trois tranchées de diagnostic a été conduit par la configuration des lieux et l'emplacement de la future construction, mais aussi par le fait
  • que la parcelle correspond à un jardin d'agrément planté d'arbres, qu'il a fallu contourner. 1 griser les carrés correspondants avec l'outil "Trames" (dans Format) ANNEXES 1 - carte de localisation générale. 2 -plan cadastral. 3 -plan de l'emprise du projet et localisation des
  • sondages archéologiques. 4 - photographie de la parcelle sondée. »• B£CH€«CHC5 AlCNEOtOtnUfl p»**eitTifrs • * 4 * 2 - Plan cadastral. 0 ! ■ DAO. R. Colleter/INRAP 50 m Accès Sondages archéologiques Emprise du projet Haies arbustives 7ZZÀ Futur bâtiment C*^ Arbres Zone
  • d'épandage toutes eaux «iRLCHfRCNCS AltCHtOlOBIQuCS PMlEITITIS * *** * 0 10 DAO. R. Colleter/INRAP d'après EURL m Floch-Topogef 3 - Plan de l'emprise du projet et localisation des sondages archéologiques. - photographie de la parcelle sondée