Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4105 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01782.pdf (LA ROCHE-MAURICE (29). château de roc'h morvan. rapport de fouille programmée annuelle.)
  • LA ROCHE-MAURICE (29). château de roc'h morvan. rapport de fouille programmée annuelle.
  • d'élévation Le relevé topographique L'enregistrement et l'analyse du bâti L'étude documentaire 4 5 5 6 2 -IMPORTANCE SCIENTIFIQUE DU SITE 7 2 . 1 - L E CHATEAU AVANT 1 2 6 3 7 2 . 2 - L E CHATEAU DE 1 2 6 3 A 1 4 2 0 7 2 . 3 - L E CHATEAU DE 1 4 6 0 A 1 5 1 3 8 3 - RESULTAT DE LA
  • - PROBLEMATIQUE DE LA RECHERCHE 20 4 . 1 - L'OCCUPATION PRIMITIVE 20 4 . 2 - L'OCCUPATION POSTÉRIEURE A 1 3 6 3 22 4 . 3 - L'OCCUPATION POSTÉRIEURE A 1 4 2 0 23 4 . 4 - CONCLUSION 24 5 - BIBLIOGRAPHIE 6-SOURCES 25 26 7 - RECUEILS ET PUBLICATIONS DE SOURCES 26 8 - INVENTAIRE
  • , tours, donjon SRA Rennes Néant Résumé Les résultats de l'étude de bâti ont mis en valeur deux phases principales de travaux. La première phase est marquée par la construction des deux courtines et de la tour nord. La seconde se distingue par une réfection complète du côté sud-est
  • construit à l'angle nord-est du donjon, marque une première période d'abandon du logis. La datation absolue des phases et périodes de construction reste ici inconnue. GENERIQUE PARTENAIRES MINISTERE DE LA CULTURE DRAC Bretagne Service Régional de l'Archéologie Stéphane DESCHAMP, Jean
  • de : Nicolas PROUTEAU Teddy BETHUS Vincent GILLES Terrassement : Bertrand GRAAL Travaux de stabilisation Maître d'ouvrage : Conseil Général du Finistère Maître d'oeuvre : Bernard LEOPOLD, architecte DPLG, Morlaix Entreprise de restauration : Et Novello, Brest (29
  • ) Remerciements M. Braz, président de l'Association des amis du château de Roc'h Morvan CREDIT DES ILLUSTRATIONS 3 Vue générale du château depuis l'est P1.01 1 - MOTIFS DE L'INTERVENTION 1.1 - Objectifs Cette étude archéologique a porté sur les vestiges de l'enceinte, du logis et de la
  • tour nord du château de la Roche-Maurice, préalablement aux travaux de restauration menée par l'Entreprise Novello sous la maîtrise d'ouvrage du Conseil Général du Finistère et la maîtrise d'œuvre de M. Bernard Léopold, architecte DPLG à Morlaix (29) (pl. 1). Les relevés
  • archéologiques et topographiques, l'enregistrement et l'analyse des élévations ont été réalisés à l'initiative du Service Régional de l'Archéologie de Bretagne, par une équipe composée d'un responsable d'opération, d'un dessinateur, d'un géomètre et de trois stagiaires de l'Association pour
  • les Fouille Archéologique Nationale, dans le cadre d'une opération programmée annuelle. L'étude de bâti, découpée en deux campagnes de 5 et 10 jours, a débuté le 9 avril 2001 et s'est achevée le 13 juin 2001. Par ailleurs, une équipe de trois personnes dirigées par un membre du
  • recherche du responsable d'opération, doctorant au Centre d'Etude des Sociétés et Civilisations Médiévales (C.E.S.C.M.) de l'Université de Poitiers et membre du groupe de recherche sur la fortification médiévale de l'UMR 6589 du CNRS. Les résultats devraient permettre de définir le cadre
  • scientifique et technique d'une nouvelle demande d'opération programmée pluriannelle pour les années 2002, 2003 et 2004. 1 . 2 - Méthodologie 1.2.1 - Le relevé d'élévation L'objectif du relevé d'élévation est de conserver une preuve graphique des techniques de construction employées dans
  • les différentes campagnes de travaux identifiées sur les élévations extérieures de l'enceinte et de la tour nord. Les parements ont été relevés en pierre à pierre au l/20eme, avant la stabilisation et le rejointoiement des murs (pl.2). Les structures inaccessibles ont été dessinées
  • à partir de photos numériques redressées et géo-référencées sur le logiciel Photoplan. La réussite de la mission n'aurait pas été envisageable sans la compétence du dessinateur et du topographe et sans l'assistance de trois stagiaires bénévoles. La mise à disposition de
  • topographique du château, de l'éperon rocheux et des structures affleurant en périphérie de l'ensemble résidentiel, dans une zone vraisemblablement occupée par la basse-cour. Mais la complexité du plan extérieur du premier enclos fortifié, révélée après enlèvement de la végétation à la base
  • des parements externes, a imposé une autre stratégie. Il a été décidé de concentrer le travail du géomètre sur la jonction entre l'escarpement rocheux et la fondation des maçonneries talutées (pl.3). L'interprétation de données topographiques liées à l'analyse des techniques de
  • rattaché les coordonnées indépendantes de l'année 2001 au système Lambert. Enfin, la morphologie du relief et des élévations du château font l'objet d'une relevé volumétrique qui aboutira à terme à la restitution du site en 3 dimensions. 1.2.3 - L'enregistrement et l'analyse du bâti La
  • nature et la mise en œuvre des matériaux (appareillages, joints, liant, dimensions) employés dans la construction d'un mur ou d'une structure (Ml), ont fait l'objet d'un enregistrement systématique en unité stratigraphique (US 1001) (pl.4). Les éléments architecturaux (portes
  • , fenêtres, jours) ont quant à eux été enregistrés comme entité archéologique (El). L'observation des équivalences, liaisons et césures architecturales aboutit à l'élaboration d'un phasage chronologique permettant de distinguer les différentes campagnes de construction de l'enceinte, du
  • logis et du front nord. Le site a été divisé en huit zones géographiques cohérentes, qui permettront de localiser précisément les US, entités et structures enregistrées d'année en année. Le zonage du site permettra également de situer le mobilier archéologique issu de la fouille
  • largement reprise dans notre étude. Ce travail devra toutefois être développé par une transcription systématique et renouvelée des textes et par le collectage de nouvelles sources historiques et iconographiques. La recherches documentaire aux archives de la direction du Patrimoine, à
RAP01006.pdf (SAINT-GOAZEC (29). le bourg. rapport de sondage)
  • SAINT-GOAZEC (29). le bourg. rapport de sondage
  • MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE L'ENVIRONNEMENT Fouilles et Antiquités Campus Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne de Beaulieu Laboratoire 35042 CIRCONSCRIPTION DES ANTIQUITÉS PRÉHISTORIQUES 80 303 0 9 O C ! 1980 G 7 RENNES Tél. (99) 36-48-15
  • CEDEX P o s t e 11-08 LE DIRECTEUR DES ANTIQUITES PREHISTORIQUES DE BRETAGNE â MONSIEUR LE SOUS-DIRECTEUR DES FOUILLES ET ANTIQUITES S/C. de MONSIEUR LE DIRECTEUR REGIONAL DES AFFAIRES CULTURELLES DE BRETAGNE Objet : Finistère, St-Goazec, Sondage N° 79-09 du 22/05/79. Carte
  • archéologique : 29.2.09.249.002 A la suite de l'autorisation de sondage citée en référence, j'ai l'honneur de vous préciser que M. Pierre GAILL0T, titulaire de l'autorisation a effectivement pratiqué des sondages à la tige métallique dans les parcelles N° 12 et 16, section AB, menacées par
  • préhistorique de ce secteur se limite aux deux tombes en coffre découvertes en 1946 et 1973 dans la parcelle N° 12 ou bien s'il se continue par d'autres sépultures sous les jardins environnants. Depuis cette opération, M . GAILL0T a quitté la gérance de son commerce à St-Goazec avant de nous
  • l'extension du terrain des sports, mais sans résultats. Il a ensuite suivi quotidiennement le déroulement du chantier qui n'a rencontré, lors des décapages, aucune structure archéologique, dans les limites tracées sur le plan joint. Il est toutefois difficièe d'affirmer que le gisement
  • avoir remis son rapport écrit ; ce bref compte-rendu vaut donc rapport préliminaire, dans l'attente d'un document plus circonstancié demandé â l'intéressé. C.-T. LE ROUX A ool • •
RAP02227.pdf (LA ROCHE-MAURICE (29). château de roc'h morvan. rapport de fp1)
  • LA ROCHE-MAURICE (29). château de roc'h morvan. rapport de fp1
  • archéologiques préventives Liberté • Egalité • Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ministère de la Culture et de la Communication ministère délégué à l'Enseignement supérieur et à la Recherche FINISTERE mu Inrap^ / SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE, avenue Charles Foulon, 35700
  • RE1> Institut national de recherches archéologiques préventives, 37, rue du Bignon, CS 67737, 35577 CESSON-S 1 REMERCIEMENTS Je tiens à remercier Nicolas Faucherre et Emmanuel de Crouy-Chanel (CESCM Université Poitiers, équipe castellologie), pour leur aide à l'expertise du
  • système défensif des portes de la Roche-Maurice et les stagiaires pour leur aide sur le terrain. TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS RESUME INTRODUCTION 1 3 5 FICHE SIGNALETIQUE 7 GENERIQUE DE L'OPERATION 8 I - LES OBJECTIFS D E L A C A M P A G N E D E F O U I L L E 2006 9 I I
  • - LES PRINCIPES M E T H O D O L O G I Q U E S 9 2.1 - La méthodologie d'intervention 2.1.1 - Le cadre d'intervention 2.1.2- L'enregistrement des données de fouille 2.1.3 - Le relevé de terrain et la mise au net des illustrations en post-fouille 2.1.4 - Le relevé topographique 9 9
  • 11 11 11 2.2 - Les méthodes de datation 2.2.1 - La chronologie relative 2.2.2 - La datation absolue 11 11 11 I I I - LES RESULTATS 12 3.1 - Le contexte topographique et archéologique 3.2 - La stratigraphie 3.2.1 - La rampe d'escalier du couloir A 3.2.2-Les sols 3.2.3 - Le
  • rocher. 3.3 - Le bâti 3.3.1 - Le donjon (M9) 3.3.2-Le couloir A (M 10, Mil) 12 13 13 14 17 12 12 15 3.4 - Les portes et leurs systèmes de fermeture 3.4.1 - La porte PI 3.4.2-LaporteP2 3.4.3 - Les barres Bl et B2 3.4.4- La porte P3 3.4.5- LaporteP4 3.4.6- LaporteP5 3.4.7 -Laporte P6
  • propositions d'interprétation 31 B I L A N E T PERSPECTIVES D E R E C H E R C H E 33 BIBLIOGRAPHIE 35 ANNEXES 36 L'analyse de la stratigraphie en sondage et l'étude du bâti démontre la présence d'au moins cinq phases de construction successives ponctuées par la démolition
  • définitive de la tour et le remblaiement des vestiges de la porterie (fig.01). La phase I pourrait identifier une tour primitive sous les fondations du donjon, au sud-est (M9). La phase I I est liée à la reconstruction de la tour avec une première entrée fortifiée, au sud-ouest (P4, B3
  • ). La phase III identifie une deuxième campagne de travaux après démolition (M10 et M i l ) . Elle correspond à la construction de la porterie visible en arrachement. La rampe d'escalier orientée vers le bourg (A) était fermée par deux lignes de poutres ( B l et B2) et par une seule
  • porte close placée devant le donjon (P3). Deux longues barres de bois étaient disposées en travers du couloir, avant d'être bloquées depuis les couloirs B et C par un système rudimentaire mais néanmoins rapide et efficace. La rampe orientée vers le front ouest (B) était fermée par
  • blindage qui devait considérablement freiner l'assaut en cas de siège. Les phases I V et V correspondent quant à elles, à des travaux de rénovations de la porterie entre le XlVe et le XVIe siècle ( M 12 et M13). C1.01 - Vue générale du front sud du donjon avant fouille en septembre
  • 2005. C1.02 - Vue générale du front sud du donjon après fouille en mai 2006. Fig.Ol : Plan de localsiation des vestiges découverts en 2006 et proposition de chronologie relative (Jocelyn M a r t i n e a u , Fabien Sanz-Pascual, I N R A P , 2006) Suite au programme de fouilles
  • de la résidence fortifiée du château de la Roche-Maurice (29) (fig.02), réalisée entre 2002 et 2005, une étude complémentaire a été entreprise sur l'entrée fortifiée du logis seigneurial, du 18 avril au 5 mai 2006. L'opération a consisté à déblayer partiellement sur 60 m , le cône
  • arraché d'une porte basse. 2 La fouille a été menée par Jocelyn Martineau (responsable d'opération, INRAP) avec la collaboration de Fabien Sanz-Pascual (dessinateur, INRAP), Pierrick Leblanc (topographe, INRAP) et une équipe de quatre étudiants en histoire et de l'Art et archéologie
  • . Ce rapport présente, après avoir rappelé les objectifs, le cadre et les principes méthodologiques, les résultats de l'intervention de 2006. Fig.02 : Localisation du château de la Roche-Maurice sur la carte topographique au 1/25000° (fond de plan I G N , carte 1/25000
  • - 2006 24 Naissance, évolution et fonctions du château médiéval Jocelyn MARTINEAU I.N.R.A.P. Type d'opération : Maître d'ouvrage : Contraintes techniques : Surface estimée du site : Emprise fouillée : Fouille menée jusqu'au substrat : Localisation de l'étude de bâti et de la fouille
  • -Age et moderne Matériaux de construction Portes SRA Rennes Dépôt archéologique du Faou (29) GENERIQUE DE L'OPERATION PARTENAIRES MINISTERE DE LA CULTURE DRAC Bretagne Service Régional de l'Archéologie M. Stéphane DESCHAMP, M. Jean-Yves TINEVEZ Avenue Charles Foulon 35 700
  • BAYEUX 37, rue du Bignon, CS 67737, 35 577 CESSON-SEVIGNE tél. : 02.23.36.00.40 - Fax : 02.23.36.00.50 COMMUNE DE LA ROCHE-MAURICE M. le Maire Jean-François JAOUANET M. le président de l'association "Château et patrimoine Rochois", Roger BRAZ 29 800 LA ROCHE-MAURICE tel
  • : 02.98.20.43.57 - Fax : 02.98.20.43.55 Equipe archéologique Responsable d'opération, rédaction, photos, infographie : Dessin terrain, infographie : Topographie, orthophotographies : Archivage : Stagiaires Equipe d'étudiants en Histoire, Histoire de l'Art et Archéologie : DA^c IV^gia T CnA T
  • U I L L E 2006 Une rampe d'escalier inscrite dans un long couloir et une cavité béante ouverte dans l'angle sud-ouest du donjon, permettaient d'envisager la présence, sous les remblais, d'une porte d'accès ouverte en direction du sous-sol de la tour (cl.03). L'objectif de cette
RAP01070.pdf (REMINIAC (56). la Gréandais. rapport de sondage)
  • REMINIAC (56). la Gréandais. rapport de sondage
  • romaines de la commune. Niveau du sondage : + 63 m. ETUDE STATIGRAPHIQUE DU SONDAGE Après quadrillage du terrain de 2 carrés A 1 et B 1 de 3m sur 3m, cette année nous avons continué le sondage par 4 carrés de mêmes dimensions ( voir plan), H 'i Dafcs le a^.rré D1, nous avons trouvé
  • l'angle de la construction. Sur cette façade , nous pouvons remarquer une frise de quelques tégulae et imbrices de 10 cm sur une longueur de 1m 50. Le sol extérieur se situe à 0 m 50 - 0 m 60 de profondeur. Sur ce sol nous avons dégagé quelques tessons de poterie commune, deux morceaux
  • est en ciment granuleux de coul&éJr rouge-brique. La gueur Est de ce sol est de 2 m . Son commencement et sa fin s'arrêtent bru' ment , faiâant croire que nous sommes en présence de plusieurs pièces sépa? par des c-^loisons de bois entièrement disparue à l'heure actelle. Sur ce se
  • nous avons trouvé plusieurs tessons do^nt un col de carafe en terre orange. CARRE B 1 : Sol en terre batitue; murs intérieurs en petit appareillage bien assemblé. Peu de tessons. CARRE B2 : Dans ce carré nous avons trouvé le so 1 vierge, c'est à di: le shiste qui se trouve à environ
  • 70 cm de profondeur. CARRE B 3 : A 1m10 de profondeur , nous distingons la toiture et un de terre batiifue. Nous n'y avons pas découvert un seul tesson. ±010 OL CONCLUSION : Dans l'état actuel du sondage, nous ne pouvons détermine la nature du bâtiment, ni son utilisation, ni
  • ses dimensions. Nous pouvons dire dépendant que; 1°/ La façade principale coté Sud comporte un motif composé de tegulae et d'imbuees sur une longueur de 1m 50 environ. 2/ La façade nord n'existe plus, le terrain actuel ayant une pente différente de celle qu'il devait avoir à
  • , borde une des voies romaines de la commune. Niveau du sondage : + 63 m. ETUDE STATIGRAPHIQUE DU SONDAGE Après quadrillage du terrain de 2 carrés A 1 et B 1 de 3m sur 3m, cette année nous avons continué le sondage par 4 carrés de mêmes dimension ( voir plan). Dafos le a^rré D1, nous
  • avons trouvé l'angle de la construction. Sur cette façade , nous pouvons remarquer une frise de quelques tégulae et imbrices de 10 cm sur une longueur de 1m 50. Le sol extérieur se situe à 0 m 50 - 0 m 60 de profondeur. Sur ce sol nous avons dégagé quelques teesons de poterie commune
  • partie du sol est en ciment granuleux de coul&SIr rouge-brique. La gueur Est de ce sol est de 2 m . Son commencement et sa fin s'arrêtent bru ment , faidant croire que nous sommes en présence de plusieurs pièces sépa par des c-'loisons de bois entièrement disparue à l'heure actelle
  • . Sur ce s nous avons trouvé plusieurs tessons do^nt un col de carafe en terre orange CARRE B 1: Sol en terre batifrue; murs intérieurs en petit appareillage bien assemblé. Peu de tessons. Dans ce carré nous avons trouvé le so 1 vierge, c'est à di CARRE B2 le shiste qui se trouve à
  • environ 70 cm de profondeur. CARRE B 3 : A 1m10 de profondeur , nous distingons la toiture et un de terre batiifue. Nous n'y avons pas découvert un seul tesson. b Dans l'état actuel du sondage, nous ne pouvons détermine CONCLUSION la nature du bâtiment, ni son utilisation, ni ses
  • dimensions. Nous pouvons dire dépendant que; 1°/ La façade principale coté Sud comporte un motif composé de tegulae et d'imb^ces sur une longueur de 1m 50 environ. 2/ La façade nord n'existe plus, le terrain actuel ayant une pente différente de celle qu'il devait avoir à l'époque
  • Rapport du sondage effectue enREMINIAC ( 56140) AU LIEU-DIT : " LA GREANDAIS" C'est après une interruption d'un an, durée de mon service militaire, que j'ai repris le sondage archéologique commencé en Mars 1971. Le site, à 2 kms du village , dans un creux, borde une des voies
  • de " dolium" , un morceau de verre fin, ainsi qu'un fragment de sigillée. Dans l'intérieur du carré D1 , nous avons remarqué que les éléments de la toiture effondrée sont presque intacts: nous avons trouvé des imbÊce; tegulae entières. CARRE Cl : Coté intérieur : Une partie du sol
  • l'époque- l'horizontalité du bâtiment le laissant prévoir. 3/ A quelques mètres de ce sondage nous avons remarqué un petit monticule de pierres recouvert de terr^d'un diamètre de 1m 60 environ, à proximité de souches d'arbees provenant d'un talus arrasé pendant lelremembrement. Ces
  • souches étant dégagées depuis une quinzaine de jours, nous pouvons envisager un sondage à cet endroit. HABITAT G ALLO ROMAIN belon de DE REMINIAC tuileau o amphore ta lus limite du sondage 0 i 1 1 2 1- 3 4 -i 5 1- 6 ABITAT G ALLO ROMAIN DE REMINIAC I
  • a 1 t i * Rapport du sondage effectue en R E M I N I A C ( 56140) AU LIEU-DIT : " LA GREANDAIS" C'est après une interruption d'un an, durée de mon service militaire, que j'ai repris le sondage archéologique commencé en Mars 1971. Le site, à 2 kms du village , dans un creux
  • , deux morceaux de " dolium" , un morceau de verre fin, ainsi qu'un fragment de sigillée. Dans l'intérieur du carré D1 , nous avons remarqué que les éléments de la toiture effondrée sont presque intacts: nous avons trouvé des imbÉce tegulae entières. CARRE C1 : Coté intérieur : Une
  • - l'horizontalité du bâtiment le laissant prévoir. 3/ A quelques mètres de ce sondage nous avons remarqué un petit monticule de pierres recouvert de terr^d'un diamètre de 1m 60 environ, à proximité de souches d'arbees provenant d'un talus arrasé pendant lejremembrement Ces souches étant dégagées
  • depuis une quinzaine de jours, nous 'pouvons envi sager un sondage à cet endroit. k f \ ■ HABITAT G ALLO DE ROMAIN béton de REMINIAC luileau •1 0 £i
RAP03498 (Les zones côtières et les évènements climatiques. Rapport de PI 2017)
  • Les zones côtières et les évènements climatiques. Rapport de PI 2017
  • charbon. Lors de la visite de terrain, aucune stratigraphie claire n’a pu être établie, cependant, cette couche se trouve entre l’humus dans le niveau supérieur et un limon dans le niveau inférieur. INTERPRÉTATION OHV DI¿[HV HW VRQW j FKRLVLU GDQV OD OLVWH GHV DI¿[HV PDWLqUH
  • ALeRT Archéologie, Littoral et Réchauffement Terrestre LES ZONES CÔTIÈRES ET LES ÉVÉNEMENTS CLIMATIQUES Arrêté d’autorisation n° 2016-355 Rapport de prospection inventaire 2016-2017 Vol. 2 Chloë MARTIN Avec la collaboration de Marie-Yvane DAIRE Annette FLAGEUL et le CFRA
  • et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions
  • d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment
  • en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à
  • incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le
  • cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect
  • de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de
  • tessons de céramique – 1 élément de faune – 1 fragment de moule (Mytilus edulis) – 5 lithiques : 4 silex et 1 fragment de galet biseauté (roche cornéenne) BŽ‡ ‘Ž°‡ǡ ‹†‹…‡ †ǯ‘……—’ƒ–‹‘ ͸ ȋϔ‹‰Ǥ ͺ͸Ȍ – 2 tessons de céramiques – 1 fragment de galet biseauté (roche cornéenne) BŽ‡ ‘Ž°‡ǡ
  • -Pabu (EA 29 257 0007) BŽ‡ ”‡˜‘”•ǡ ‡œ ”ƒœ ȋϔ‹‰Ǥ ͷ;ͶȌ – 2 boulettes d’argile cuite – 32 tessons de céramique – 1 galet aménagé – 9 fragments d’amphores – 2 patelles (Patella vulgata et Patella ulyssiponensis) – 1 fragment de métal (1 g) – Charbon Morbihan Île de Groix
  • = Données complémentaires = X Année de première mention = N° de l’EA = 22 168 0006 NOM DU REDACTEUR Jean LADJADJ TEL : localisation Département : 22 commune principale : Perros Guirec Nom : Ploumanac’h - Pors Rolland Lieu-dit de l’IGN et/ou adresse : Ploumanac’h - Pors Rolland
  • : 07/12/2017 (fuseau horaire de Paris) cadastre.gouv.fr Coordonnées en projection : RGF93CC48 ©2017 Ministère de l'Action et des Comptes publics 1225125 1225250 7312625 7312625 7312750 1225250 7312750 1225125 235 236 FICHE D’ENREGISTREMENT DE DÉCOUVERTE Année : 2017
  • Première mention = X Données complémentaires = Année de première mention = N° de l’EA = NOM DU REDACTEUR Chloë MARTIN 7(/ localisation Département : 22 commune principale : Pleubian Nom : 3RU] 5DQ (VW Lieu-dit de l’IGN et/ou adresse : Porz Ran Commune
  • PDWLqUH PRUSKRORJLH RX DXWUH Structures (illimité) Doute (?) $I¿[H $I¿[H Quantité 1LYHDX G¶RFFXSDWLRQ Commentaire sur les structures Dans une microfalaise, présence, sur une quarantaine de mètres, de quelques pierres chauffées (granite), d’argile cuite et de
  • : 19/07/2017 (fuseau horaire de Paris) cadastre.gouv.fr Coordonnées en projection : RGF93CC48 ©2016 Ministère de l'Économie et des Finances 1252500 1252625 7314000 7314000 7314125 1252625 7314125 1252500 239 240 FICHE D’ENREGISTREMENT DE DÉCOUVERTE Année : 2017
  • Première mention = Données complémentaires = X Année de première mention = N° de l’EA = 22 195 0007 NOM DU REDACTEUR Chloë MARTIN 7(/ localisation Département : 22 commune principale : Pleubian Nom : Roc’h Louët Lieu-dit de l’IGN et/ou adresse : Roc’h Louët
  • : 19/07/2017 (fuseau horaire de Paris) cadastre.gouv.fr Coordonnées en projection : RGF93CC48 ©2016 Ministère de l'Économie et des Finances 1255625 1255750 7316750 7316750 7316875 1255750 7316875 1255625 243 244 245 FICHE D’ENREGISTREMENT DE DÉCOUVERTE Année : 2017
  • Première mention = Données complémentaires = X Année de première mention = N° de l’EA = 22 195 0010 NOM DU REDACTEUR Chloë MARTIN 7(/ localisation Département : 22 commune principale : Pleubian Nom : Stallio Braz Est Lieu-dit de l’IGN et/ou adresse : Stallio
  • : 15/11/2017 (fuseau horaire de Paris) cadastre.gouv.fr Coordonnées en projection : RGF93CC48 ©2016 Ministère de l'Économie et des Finances 1255600 1255800 7316600 7316600 7316800 1255800 7316800 1255600 248 249 250 FICHE D’ENREGISTREMENT DE DÉCOUVERTE Année : 2017
  • Première mention = X Données complémentaires = Année de première mention = N° de l’EA = NOM DU REDACTEUR Chloë MARTIN 7(/ localisation Département : 22 commune principale : Pleubian Nom : Stallio Braz Est 2 Lieu-dit de l’IGN et/ou adresse : Stallio Braz Commune
RAP00486.pdf ((22)(35). nord de la haute Bretagne. arrondissements de Dinan et de Saint-Malo. rapport de prospection diachronique.)
  • (22)(35). nord de la haute Bretagne. arrondissements de Dinan et de Saint-Malo. rapport de prospection diachronique.
  • Naaén aatear Direction murs et fosses des C3Btr iles r e s erv e it xi te I i\U H/? Naaeri de |)iiti sa; le site (ii 0 s t i C33) rértlatriees lignes i (1) à indiquer dans (2) la a r les nés la aesire irises di itxsible. aires la décaatcrte . Date de lènjtiia
  • Départiaeit: SAINT FALO Caa ■ ne (1) Anée : Seetiii (s) et Q parcelle (s) 71 Limoëlou Lieudit : D-P0SIT10N le Ge.R.A.A. (LANGOUET) B - REFERENCES Carte DECOUVERTE EFFECTUEE : PROSPECTION Auteur : C -CADASTRE DE TOPOSRAPHiqUE I.G.N. SAINT MALO 7-8 28 m Altitude di
  • CENTRE REGIONAL ARCHEOLOGIQUE D'ALET RAPPORT 1987 LA PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE EN BRETAGNE 99 Les Dossiers du Ce.RAA., 15, (19S7) CHRONIQUE DE PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE 1987 EN BRETAGNE Loïc LANGOUET* et Gabrielle FAGUET** * Maître de Conférences à l'Université de Rennes
  • préoccupation du Centre et au souhait de rendre hommage au travail réalisé sur le terrain. Voici la liste nominale des prospecteurs actifs avec l'indication du nombre de sites traités par chacun en 1987 AMOUREUX P.(15) LEROUX G.(18) ANDLAUER L.(4) MEURY J.(l) BOUGERIE H.(l) MOUTON D.(l
  • ) CLEMENT J.H.(15) NAAS P.(2) FAGUET G.(34) PIRAULT D.(l) LANGOUET L.(24) THENADEY D.(l) LE BOULANGER M.(l) C'est la quatorzième chronique de ce type qui est ainsi publiée. Elle correspond à une recherche menée collectivement dans la moitié orientale des Côtes-duNord et la moitié
  • septentrionale de l'IUe-et- Vilaine. 100 sites, inédits à près de 90 %, ont été traités cette année par les chercheurs du Ce.RAA.. Pour apprécier les découvertes correspondantes, le tableau 1 est très utile. On y note que les sites à tegulae (sites gallo-romains + gisement de tegulae
  • archéologiques ont été découvertes. Les plans de Tableau 1 - Répartition des sites par période et par département. 22 35 56 Totaux Préhistoire 1 2 - J Protohistoire 7 2 - 9 Gallo-romain 29 21 1 51 Gis. de tegulae 6 5 1 12 Moyen-Age 1 13 - 14 Post-Moyen-Age 1 2
  • - 3 Divers 7 1 - S Totaux 52 46 2 100 ICO celles-ci figurent dans l'inventaire présenté à là fin de cet article ; ils sont dessinés à l'échelle de l/2000ème et le nord géographique est défini par le grand côté des pages. Les tableaux 2 et 3 présentent les découvertes
  • sites datant très probablement de l'époque gallo-romaine. Le Ce.R.A.A. poursuivra ses efforts de prospection en 1988. On ne peut que répéter que toute découverte archéologique nous intéresse dans notre recherche et que toute personne désireuse de prospecter sera la bienvenue
  • . Tableau 2 - Répartition des sites traités en 1987 pour les communes des Côtes-du-Nord. A indique le nombre total de sites traités par commune et B, celui des sites devant se rattacher à l'époque gallo-romaine. A B BOURSEUL CHAMPS GERAUX CORSEUL DOLO ERQUY EVRAN FREHEL HILLION JUGON
  • 0 1 1 1 2 0 1 0 0 0 1 1 0 1 1 4 0 1 2 1 0 3 1 2 1 1 2 Totaux 51 30 (59%) Tableau 3 - Répartition des sites traités en 1987 pour les communes d'Ille-et-Vilaine. A indique le nombre total de sites traités par commune et B, celui des sites devant se rattacher à l'époque gallo
  • -PLESG. SAINT-REMY-DU-PLAIN SAINT-SAUVEUR TINTENIAC TRANS TREMEHEUC VAL-D'IZE Totaux 4 1 0 49 29 (59%) DEPARTEMENT DTLLE-ET-VILAINE localisé ce site inédit qui a livré des tessons de poteries caractéristiques en densité moyenne : un fragment de bord avec décor digité, un autre
  • bord qui s'apparente à deux du type des Champs d'Urnes et un haut col ceinturé d'un cordon, terminé par une lèvre éversée. BAZOUGES-LA-PEROUSE, Haut-Vrigné, parcelle 1109, section A4. Gisement gallo-romain. G. FAGUET a localisé un gisement inédit livrant des fragments de tegulae et
  • quelques tessons gallo-romains. BAZOUGES-LA-PEROUSE, Le Bois Robert, parcelles 386, 385 et 1541 de la section A2 et 844, 852 et 853 de la section A3. Four de tuilier et gisement gallo-romain. D'une part G. FAGUET a localisé un site inédit livrant des tegulae, des imbrices, des scories
  • , des tessons de céramiques sigillées et quelques tessons protohistoriques (385, 386, 852, 853 et 1541) ; on est donc en présence d'un habitat. D'autre part, elle a pu entendre le témoignage d'un fermier qui avait découvert, en 844, une structure carrée d'environ 1,50 mètre de côté
  • , remplie de tegulae et à'imbrices, qui s'identifie facilement avec un four de tuilier ; ses parois étaient vitrifiées et le fond était garni d'une épaisse couche de charbons de bois. BAZOUGES-LA-PEROUSE, La Charrière, parcelle 1383, section B8. Important gisement galloromain. G. FAGUET
  • a découvert un site inédit livrant de nombreux fragments de tegulae, des scories et des tessons de céramiques communes et sigillées. BROUALAN, La Ribardière, parcelle 189, section Cl. Fonderies médiévales. G. FAGUET a localisé un gisement inédit caractérisé par des scories, des blocs
  • d'argile cuite et des tessons de céramiques de la fin du Moyen-Age. BROUALAN, La Touche aux Vaidis, parcelles 134. 135 et 172, section Cl. Gisement gallo-romain. G. FAGUET a localisé un gisement inédit qui a livré des fragments de tegulae, des scories et des tessons de céramiques
  • communes et sigillées. CHAMPEAUX, Viliensault, parcelles 50 et 51, section Cl. Gisement néolithique. G. LEROUX a localisé ce site inédit qui se caractérise par des éclats de silex et un talon de hache polie en dolérite. COMBOURG, Les Cinq Chemins, parcelle 999, section H2. Structures
  • Pompe, parcelle 267, section Dl. Gisement médiéval. G. FAGUET a découvert un site inédit livrant de nombreuses tuiles plates et des tessons de céramiques de la fin du MoyenAge. EPINIAC, Le Rocher aux Boeufs, parcelles 839, 840 et 842, section B2. Important gisement gallo-romain. G
RAP01156.pdf (ILE-DE-BATZ (29). penn ar cléguer. rapport de fouille préventive)
  • ILE-DE-BATZ
  • ILE-DE-BATZ (29). penn ar cléguer. rapport de fouille préventive
  • décembre 80-février 81 F o u i l l e s de l a Selle vers 1920 Autorisation (n°, date)...., Intervention (début et fin), Années antérieures d'intervention INTERVENTION M. Pierre THERENE Erosion marine Responsable Motif d'intervention 1 m 2 environ 10.000 m2 ? Surface fouillée
  • l e , pour l'immédiat, d'une simple suveillance. Son e x p l o i t a t i o n r é e l l e , en cas de nécessité, dépassant nettement les p o s s i b i l i t é s du présent f o u i l l e u r . CONTENU DU Rapport scientifique.... DOSSIER Plans et coupes Planches de dessins 1
  • page. 1 plan. Photographies légendées. dis* P . THERENE Ingénieur en retraite Antony, le 13 juin 1981 5, av. Marquise du Deffand 92160 ANTONY Monsieur le Directeur, Voici le compte-rendu de l'intervention effectuée cet hiver à demande à la pointe de Pen-ar-Chleguer, sur
  • l'Ile de Batz : votre La prospection de la côte m'a permis de localiser trois tombes en coffre recoupées par l'érosion de la falaise et plus ou moins dégradées ; toutes semblent avoir été du même type que celles qui sont dégagées à l'intérieur du "jardin colonial" depuis les
  • travaux de M . de la Selle, avant-guerre, mais leur état ne permet plus d'en relever les dimensions de façon utile. La tombe 2 est la mâeux visible car elle est coupée franchement en travers ; les parois sont faites d'un empilement de moellons plats et la couverture de deux petites
  • dalles superposées. Il n'y a pas (ou plus) de dalle de fond. La profondeur conservée est d'environ 50 cm, la largeur de 60 cm et la hauteur intérieure de 35 cm. Ces trois tombes sont implantées dans une terre arénacée, épaisse de 1 m ou un peu moins, entre l'humus superficiel et le
  • granité altéré ; je n'ai pas reconnu de traces nettes de la gosse creusée pour les instalèer en raclant la coupe avec une truelle. Cependant, autour de la tombe NÔ 2 , et spécialement en-dessous, il y a une assez grande densité de grains de charbon de bois. J'ai prélevé de mon mieux
  • ceux-ci en raclant la coupe sur une dizaine de centimètres d'épaisseur et sur 2 m de long environ entre la base du coffre et le rocher. Ci-joint cet échantillon qui est malgré tout bien minime, je n'ai pas voulu aller plus avant pour ne pas risquer d'aggraxrer l'érosion de cette
  • falaise. Je suis à nouveau à l'Ile de Batz tout l'été et je me tiens à votre disposition pour revoir ce site avec v o u s . Croyer, Monsieur, en mes sentiments dévoués d'archéologue amateur. P . THERENE
  • / CIRCONSCRIPTION ARCHEOLOGIQUE DE BRETAGNE DIRECTION 81 DES ANTIQUITES PREHISTORIQUES Date d'envol, c i- 8 RAPPORT DE...SAUVETAGE.URGENT.. LIEU FINISTERE ILE DE BATZ Penn-ar-C'hléguer (hors parcelle) Département. Commune Lieudit Cadastre.... DATES 1980-10 du 25/11/80
  • Estimation de l'étendue du gisement SITE Nature du gisement Nature des découvertes effectuées Périodes chronologiques OBSERVATIONS : : : ..: cimetière à coffres enfoui sous une dune Structures funéraires. Charbons de bois. A se d u Bronze ? Le s i t e apparaît j u s t i f i a b
RAP00456.pdf ((22)(35). nord de la haute Bretagne. rapport de prospection inventaire)
  • (22)(35). nord de la haute Bretagne. rapport de prospection inventaire
  • CIRCONSCRIPTION DE BORDEREAU RECAPITULATIF HISTORIQUE BRETAGNE . Date d'envoi- .Octobre.] 990 RAPPORT DE . PJŒ5P£CJJX)N. INVENTAIRE. COALISAT ION I Ile-et-Vilaine et Côtes d'Armor Département Commune. Lieudit : du cadastre. I. G. N. ...... local. Cadastre Coordonnées
  • Lambert JATES Ay By : Ax : Bx Autorisation (n°, date) Intervention (début et fin) 90-18 H 30 Avril 1990 toute 1 'année Années antérieures d'intervention. OTERVENT ION L; LANGOUET Responsable Motif d'intervention Surface fouillée... Estimation de l'étendue du gisement... ITE
  • divers gisements, archéologiques Nature du gisement. Nature des découvertes effectuées. préhistoriques et historiques Périodes chronologiques. 3SERVATIONS Rapport en plusieurs tomes WTENU DU Rapport scientifique... )SS 1ER Plans et coupes oui oui oui oui Planches et
  • importante au sein du Centre Régional d'Archéologie d'Alet (Ce.RAA.). Une quinzaine de prospecteurs y ont travaillé en apportant chacun des données sur des sites généralement inédits. Parmi ces prospecteurs, deux, L. LANGOUET et L. ANDLAUER, ont assuré la prospection aérienne, les autres
  • ont travaillé essentiellement au sol. Les moyens accordés en 1990 ont été les suivants : - 20000 F par le Ministère de la Culture, - 20000 F par le Conseil Général d'Ille-et-Vilaine. Les résultats de ces prospections ont été les suivants : - 72 sites traités en Ille-et-Vilaine
  • , de notre publication Les Dossiers du Ce.RAA. qui est diffusé à 350 exemplaires. L'année 1990, pour la prospection aérienne, n'a pas eu le même rendement qu'en 1989, la sécheresse n'ayant pas eu les mêmes caractéristiques. Toutefois les résultats ont été excellents et bénéfiques
  • pour la recherche archéologique et la protection des sites. Les sites gallo-romains ont déjà été rentrés dans le fichier informatisé qui regroupe les données du Projet Collectif de Recherche "Archéologie du milieu rural en Haute-Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine". Ce
  • dernier arrive à une de ses échéances en Décembre 1990. Un rapport de synthèse est en cours de rédaction et la maquette de la publication de synthèse qui sera proposée aux Documents d'Archéologie Française ou à la Revue Archéologique de l'Ouest sera terminée simultanément. D'une part
  • les apports de la prospection sont fondamentaux dans cette recherche collective ; d'autre part le Ce.RAA. y a une part très active. De plus les découvertes ont été déclarées au fur et à mesure à la Circonscription des Antiquités de Bretagne, ce qui a permis d'alimenter très
  • rapidement et substantiellement le Carte Archéologique de la France. 1990 a aussi été, pour notre Centre, une année de diffusion et de mise en valeur des apports de la prospection archéologique. Le volume supplémentaire N°L-1990 des Dossiers du Ce.RAA., intitulé "Le Passé vu d'avion dans
  • le nord de la Haute-Bretagne ; apports de la prospection aérienne et la sécheresse de 1989" a été diffusé à ce jour à plus de 400 exemplaires, en France et à l'étranger. D'ailleurs L. LANGOUET a été invité comme conférencier, le seul français, à la réunion annuelle des
  • prospecteurs aériens de GrandeBretagne pour présenter la typologie des enclos à fossés arasés élaborée par L. LANGOUET et M.Y. DAIRE et publié dans le N°L-1990. De plus le Ce.RAA. a activement participé à la réalisation d'une exposition grand public intitulée "Le Passé vu du ciel" conçue
  • par l'ensemble des prospecteurs aériens de la Haute-Bretagne. Cinq fascicules d'accompagnement ont simultanément été édités. Le Ce.RAA. a été le coordinateur financier. L'opération a été rendue possible par les aides financières assurées par le Conseil Général d'Ille-et-Vilaine
  • , par le Ministère de la Culture, par la Fondation Electricité de France et par l'Institut Culturel de Bretagne. En fait cette exposition se compose de quatre expositions s'appuyant sur quatre micro-régions de la Haute-Bretagne. Toutes les expositions connaissent un grand succès
  • comme le prouvent leurs circulations. Le Ce.RAA. a aussi animé des stages scolaires de sensibilisation à la prospection au sol et assuré de nombreuses conférences sur le thème de la prospection aérienne. De plus, en Décembre 1990, doit être déposée la maquette d'un dossier
  • pédagogique, conçu par L. LANGOUET et M. GAUTIER, au Centre Régional de Documentation Pédagogique de Rennes, demandeur d'un tel document pédagogique. En 1991 la prospection sera poursuivie par le Ce.RAA. dans le nord de la Haute-Bretagne et étendue au sud du département de la Manche, son
  • Conseil Général ayant déjà garanti un financement de 20000 F pour cette opération. L. LANGOUET Les Dossiers du Ce.RAA., 18, (1990) CHRONIQUE DE PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE 1990 EN HAUTE-BRETAGNE Loïc LANGOUET", Gabricllc FAGUET" et Louis ANDLAUER * Maître de Conférences à
  • -18 H de la Circonscription des Antiquités de Bretagne) soutenue financièrement par le Ministère de la Culture et de la Communication et par le Conseil Général d'Ille-et-Vilaine. La prospection aérienne a cependant gardé, en cette année de nouvelle sécheresse, une grande importance
  • puisque 82 % des sites traités dans les Côtes d'Armor et 56 % des sites traités en Ille-ct-Vilaine ont été étudiés par voie aérienne. Les prospecteurs aériens que sont L. ANDLAUER, P.R. GIOT et L. LANGOUET sont à l'origine de ces résultats. Celte année est aussi marquée par de
  • nombreuses découvertes de prospection effectuées au sol par G. FAGUET et J.L. ROUXEL. Pour se rendre compte des apports respectifs des prospecteurs et des informateurs, on peut les citer avec le nombre respectif des sites qu'ils ont traités ou fait traiter par le Ce.RAA. : AMOUREUX P. 4
RAP00300.pdf (BERNÉ (56). Saint-Albaud. rapport de sauvetage urgent.)
  • BERNÉ (56). Saint-Albaud. rapport de sauvetage urgent.
  • de cailloux jetés sans dis- cernement comme en témoigne la plaquette de granité cassée du second niveau de la fouille (à 40 cm de profondeur). A ce niveau les pierres sont moins nombreuse; et d'une taille plus importante. Le seul indice témoignant de l'ancienneté du monument est
  • Photographies légendées 1 pl. de 4 photos FOUILLE DE SAUVETAGE SUR UNE TOMBELLE PREHISTORIQUE FORET DE PONT-CALLECK, COMMUNE DE BERNE (£ttk'). I - SITUATION La tombelle fouillée se trouve en forêt domaniale de Pont-Calleck, commune de Berne (Finistère Sud) plus proche et à 4 km à TE
  • SE de celle-ci. Le hameau le (300 m à 1' W N W) est celui de St-Albaud. Un chemin forestier, partant de St-Albaud et descendant vers le Scorff (riv.), passe à 4 m de la tombelle dont les coordonnées Lambert sont les suivantes : X = 176,16 ; Y = 345,87. j^'Wit ëêç&l0}'& j
  • blets m? - II - CIRCONSTANCES DE LA DECOUVERTE ET FOUILLE Le 9 mai 1974, M. J.-M. BOSSHARDT, Chef du Centre de Gestion de Quimper de l'Office National des Forêts, signalait par lettre à C.-T. LE ROUX, Directeur de la Circonscription des Antiquités Préhistoriques de Bretagne, qu'il
  • août avec l'aide de M. M. LE GOFFIC et de Melles A. HUBRECHT et C. CARPENTIER. Faute de temps cette intervention s'est matérialisée par un décapage de la litière et de l'humus superficiel de la moitié S W de la tombelle, ce qui fit apparaître la masse des pierres constituant la
  • sépulture. Après avoir dressé un plan du monument dans cet état et pris des photos, il fut décidé de remettre à une date ultérieure la fouille proprement dite. Les 14, 15 et 16 janvier 1975, la fouille de sauvetage a été menée à terme par MM. Y. LECERF, Agent Technique du Service des
  • Fouilles et M. LE GOFFIC, Correspondant des Antiquités Préhistoriques. Pour des raisons de temps et de maind'oeuvre, seul le quadrant sud a été fouillé et une tranchée de 3 m de long sur 1,10 m de large fut creusée jusqu'à la roche en place, laissant ainsi apparaître une coupe
  • niveau actuel du sol. Les contours de la tombelle sont assez bien délimités par un rang de pierres de dimension moyenne et trois grosses pierres verticales situées dans le quadrant sud. Ceci mis à part, aucune autre structure n'apparaît nettement et l'ensemble fait penser à un tas
  • la présence d'un ranker fossile de 3 à 4 cm d'épaisseur au contact du granité en place. Description de la coupe Sous une litière de feuilles de chênes et de hêtres : 0 â 40-60 cm : A-j - Horizon de couleur 2,5 YR 2/1 (H), à matière organique direc tement décelable ; blocs de
  • granité altéré très abondants ; structure fragmentaire nette, généralisée, grumeleuse, de taille moyenne ; bonne porosité et présence de grains nus de quartz ; pores vacuolaires sans orientation dominante ; consistance semi rigide ; présence d'un chevelu racinaire et de racines fines
  • et moyennes. Transition graduelle et irrégulière. 40-60 à 55-75 cm : A2 - Horizon de couleur 2,5 YR 2/2 (H), blocs très abondants ; structure polyédrique subanguleuse ; porosité plus faible que dans l'A-j : pores cylindriques fins et moyens nombreux. Plus consistant que A-j
  • , racines moins nombreuses, les fines pénétrant les agrégats, les moyennes entre les agrégats ; transition nette et plus ou moins régulière. 55-75 à 90-115 cm : B-j - Horizon de couleur 5 YR 3/3 (H) ; blocs abondants ; structure polyédrique subanguleuse de taille moyenne ; nombreux pores
  • cylindriques fins et moyens ; moins consistant que A2 et plus argileux ; racines moins nombreuses, fines et moyennes. Transition graduelle et régulière. 90-115 à 95-140 cm : B2 - Horizon de couleur 5 YR 3/4 (H) ; semblable à B] mais de structure mieux développée et de taille plus grande
  • , plus consistant ; bonne porosité entre et dans les agrégats : pores cylindriques ; quelques racines fines. Transition nette et irréguliêre. - 3 95-140 à 98-145 cm : 11^ : Horizon riche en matière organique, de couleur 5 YR 2/1 (H) ; épais de 3 à 4 cm, situé immédiatement au-dessus
  • mobilier et de charbon de bois, la datation de cette tombelle s'avère difficile. Toutefois la présence deiranker fossile et très peu épais témoigne de l'ancienneté du monument. En effet, une fosse pédologique creusée â une dizaine de mètres de la tombelle a révélé l'existence d'un sol
  • nettement plus évolué. Tous les niveaux de la coupe et les horizons du sol actuel ont été échantillonnés en vue d'analyses pédologiques. La présence d'une chape de petites pierres recouvrant un niveau de pierres plus grosses et moins abondantes nous fait rapprocher cette tombelle de
  • après décapage de l'humus superficiel Vue de la fouille du quadrant Sud et de la tranchée; on aperçoit la roche en place au fond de la tranchée Vue de la coupe; on remarque le vieux sol au contact de la roche (granité). Partie centrale de la coupe. On distingue nettement les
  • horizons A et B, ainsi que le vieux sol Vue générale de la coupe Détail de la coupe au niveau du vieux sol Profil de sol actuel à 10 m de la tombelle. Ai - - ws A2 Bi B2 HA o Plan de réf. m
  • Quille. 6e, &OLocjtjlêu\^ soa une lom^^e. (pflsftîs&Ucjue^ y*— DE ... CIRCONSCRIPTION ARCHEOLOGIQUE DIRECTION DES ANTIQUITES % fi. E. ï. A. G» & I! , Date d'envoi 7 5045 r RAPPORT DE LIEU 31 JAN.197o PRE HISTORIQUES SiUïfêïïAGE, Department Commune Lieudit
  • . Cadastre * Morbihan '. BERNE • Forêt de Pont-Callek \ (parcelle N° 5) D DATES ] Autorisation (n°, date) Intervention (début fit fin) 75-1 du 7 janvier 1975 ! 14 au 16 Janvier 1975 Ânn fins nntmirRH d'intervention nTOERVHÎTION Visite préliminaire le 16/03/74 ] Rn
RAP00494_1.pdf ((22)(35). nord de la haute Bretagne. arrondissements de Dinan et de Saint-Malo. rapport de prospection inventaire)
  • (22)(35). nord de la haute Bretagne. arrondissements de Dinan et de Saint-Malo. rapport de prospection inventaire
  • MANCHE ET MORBIHAN RAPPORT DE SYNTHESE par Loïc LANGOUET PRESENTATION. Du fait du grand nombre de sites ou structures découverts ou traités par le Centre Régional d'Archéologie d'Alet en 1989, soit 353, nous avons dû nous résoudre à réaliser le présent rapport en 7 tomes. Dans ces
  • volumes, chaque découverte est brièvement décrite et les plans cadastraux sont joints. Toutefois pour les sites résultant de la prospection aérienne, nous y avons ajouté des photographies significatives et le double de la feuille de déclaration. Nous avons arrêté notre bilan annuel à
  • la date du 30 Septembre comme les années précédentes. Au cours de l'année, chaque site a fait l'objet d'une déclaration auprès de la Direction des Antiquités au fur et à mesure de son traitement. En retour nous avons reçu les numéro attribués à chaque site déclaré par la D A.B
  • ., ce qui est nécessaire pour la tenue à jour du fichier du Projet Collectif de Recherche "Archéologie du milieu rural en Haute Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine". Pour les sites trouvés par voie aérienne, un jeu de photographies en couleurs a été associé aux feuilles
  • , étant donné sa particulière importance (253 sites ou structures archéologiques). LA PROSPECTION AERIENNE EN 1989. Au sein du Centre Régional d'Archéologie d'Alet, elle a été l'oeuvre de deux prospecteurs, Loïc LANGOUET et Louis ANDLAUER, avec respectivement 175 et 59 sites. Souvent
  • un seul site a révélé plusieurs structures, superposées ou juxtaposées, d'où des dénombrements différents des sites et des structures dans ce rapport. Toutes les découvertes aériennes de 1989 n'ont pas été traités dans les délais que nous nous sommes fixés. Il reste environ 10
  • sites à traiter, ce que sera réalisé en 1990 ; ce solde est peu élevé vis à vis des 253 structures déjà étudiées et reportées sur plan cadastral. Ce dernier report a nécessité un travail important auquel Loïc LANGOUET a pratiquement consacré ses vacances. Parmi les documents joints
  • concernant la prospection aérienne (Annexes II et III), deux méritent un premier commentaire : - la cartographie des sites décelés d'avion (dans l'Annexe I) ; celle-ci a l'avantage d'illustrer la zone couverte par les prospecteurs aériens du Ce.RAA. ; - le taux de découverte par heure de
  • vol (dans l'Annexe II) ; le tableau et l'histogramme montrent nettement que ce fut au cours de la deuzième quinzaine de Juin que la prospection aérienne a été la plus bénéfique, avec des taux de près de 11 sites nouveaux par heure de vol. Pour exploiter au maximum ces derniers
  • documents, il nous faut attendre les bilans de la Météorologie Nationale et détailler les rendements selon les types de culture. Nous avons l'intention de le faire, en collaboration avec les autres prospecteurs aériens de la Haute-Bretagne, Alain PROVOST, Maurice GAUTIER et G. LEROUX
  • , dans un article à paraître dans le N°7-1990 de la Revue Archéologique de l'Ouest et portant sur les conditions d'obtention des photographies aériennes, particulièrement en 1989. Le Centre Régional d'Archéologie d'Alet a en plus ses projets propres : - une exposition itinérante sur
  • couleurs et l'analyse du plan des différentes structures découvertes. Une excellente coordination a existé entre les prospecteurs aériens de Haute-Bretagne. Ainsi le département d'Ille-et-Vilaine a été entièrement couvert avec des financements très appréciables du Conseil Général. Il
  • articles dans les journeaux OUEST-FRANCE, LE FIGARO, LIBERATION, LE TELEGRAMME, dans les journeaux télévisés de FR3-BRETAGNE et de la chaîne TV M6, dans des revues comme AR MEN.... LE FINANCEMENT DE LA PROSPECTION-INVENTAIRE. Les financements de la prospection, au sol et aérienne, par
  • le Ce.RAA. ont été théoriquement assurés par : - la Sous-Direction de l'Archéologie, du Ministère de la Culture (30.000 F selon une lettre de la Direction des Antiquités de Bretagne en date du 18 Septembre 1989), - le Conseil Général d'Ille-et-Vilaine (12.000 F), - le Centre
  • Régional d'Archéologie d'Alet (4.000 F). Toutefois à la date du 15 Octobre 1989, nous n'avons pas touché le moindre centime de la subvention de la S.D A.. Cela nous a obligé à faire des emprunts, ce qui se traduit par des intérêts à verser et diminue notre potentiel financier. Nous
  • voudrions souligner les problèmes que de tels retards dans le versement des fonds posent, particulièrement cette année onéreuse en heures de vol et en frais photographiques. A propos des financements nous suggérons qu'une réserve de fonds soit mise en place chaque année au niveau
  • les gisements correspondants des échantillonnages de surface pour identifier et dater les sites découverts. Les Dossiers du Ce.RAji., 17, (1989) ANNEXE I CHRONIQUE DE PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE 1989 EN HAUTE-BRETAGNE Loïc LANGOUET', Gabrielle FAGUET" et Louis ANDLAUER * Maître
  • exceptionnel puisque, à titre de comparaison, pour les cinq dernières années, le bilan annuel de la prospection par le Ce.RAA a été, en moyenne, de 170 sites par an. La présente chronique offre donc une particulière abondance et ceci pour des causes multiples. Tout d'abord il convient de
  • souligner l'apport très important de la prospection aérienne, une sécheresse exceptionnelle en Haute-Bretagne en étant à l'origine. Les deux prospecteurs aériens, L. LANGOUET et L ANDLAUER ont en effet obtenu des informations sur près de 260 structures archéologiques. Par ailleurs G
  • . LEROUX, comme en 1988, a opéré, pour le compte du Ce.RAA. et du Projet Collectif de Recherche, dans le Morbihan, en partant des données du fichier J. ANDRE ; il a obtenu des informations et des localisations précises pour 10 sites gallo-romains de ce département. De plus, après sa
RAP03610 (ROMILLE (35). ZAC de la Houltais et du Placis Verdys, L'Hôtellerie. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • ROMILLE (35). ZAC de la Houltais et du Placis Verdys, L'Hôtellerie. Rapport de diagnostic
  • L’Hostellerie Le diagnostic conduit sur la ZAC de la Houltais et du Placis Verdys/ L’Hostellerie s’avère négatif. Les réseaux fossoyés recoupés par les sondages sont globalement rapportables à la trame parcellaire moderne ou contemporaine. Les quelques éléments divergents n’ont
  • pas livré d’éléments de datation. Diagnostic archéologique Diagnostic archéologique Sujets et thèmes - Bretagne, Ille-et-Vilaine, Romillé, ZAC de la Houltais et du Placis Verdys/ Rapport Rapport final final d’opération d’opération Chronologie - Bretagne, Ille-et-Vilaine
  • , Romillé ZAC de la Houltais et du Placis Verdys/L’Hôtellerie Sous la direction de Laurent Juhel Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr Inrap Grand Ouest Septembre 2018 Fouille archéologique Rapport final d’opération
  • 35245 ZAC de la Houltais et du Placis Verdys/L'Hôtellerie sous la direction de Laurent Juhel 2017 - 305 Inrap Grand Ouest D118947 Code Inrap Système d’information Arrêté de prescription Entité archéologique Code INSEE Bretagne, Ille-et-Vilaine, Romillé 37 rue du Bignon
  • CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Mai 2018 Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 7 Fiche signalétique 8 Mots-clefs des thesaurus 9 Intervenants 10 Notice scientifique 10 État du site 11 Localisation de
  • l’opération 12 Implantation cadastrale 14 Arrêté de prescription 21 Projet de diagnostic 25 Arrêté de désignation Résultats 29 I. Présentation et bilan de l’opération I. Données administratives, techniques et scientifiques I. Données
  • administratives, techniques et scientifiques 7 Fiche signalétique Localisation Références de l’opération Dates d’intervention sur le terrain Région Numéro de l’arrêté de prescription juin 2017 Bretagne 2017-141 Département Numéro de l’arrêté d’autorisation de fouille Ille-et
  • -Vilaine (35) 2017-305 Commune Numéro de l’opération Romillé D118947 Adresse ou lieu-dit ZAC de la Houltais et du Placis Verdys/L'Hostellerie Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement Mairie de Romillé Codes Code INSEE 35245 Références cadastrales Commune Romillé Année
  • Section(s) AD Parcelle(s) n°653p, 654, 812, 365, 202, 201, 580, 825p, 367p, 326p, 438, 327, 410, 321, 690, Section AC n°136 et Section C n°120. Statut du terrain NC Propriétaire du terrain NC Nature de l’aménagement ZAC Opérateur d’archéologie Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon
  • CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. : 02 23 36 00 40 Fax : 02 23 36 00 50 Responsable scientifique de l’opération Laurent Juhel, Inrap 8 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Romillé (35), ZAC de la Houltais et du Placis Verdys/L’Hostellerie Mots-clefs des thesaurus
  • Études annexes Géologie Datation Anthropologie Paléontologie Zoologie Botanique Palynologie Macrorestes An. de céramique An. de métaux Aca. des données Numismatique Conservation Restauration I. Données administratives, techniques et scientifiques 9 Intervenants Intervenants
  • administratifs Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Yves Menez SRA Conservateur Régional Prescription et contrôle scientifique Paul-André Besombes, SRA Conservateur du patrimoine Prescription et contrôle scientifique
  • Claude Le Potier, Inrap Directeur Interrégional Grand Ouest Mise en place et suivi de l’opération Arnaud Dumas, Inrap Administrateur Mise en place et suivi de l’opération Michel Baillieu, Inrap AST Bretagne Mise en place et suivi de l’opération Thomas Arnoux, Inrap Adjoint
  • AST Mise en place et suivi de l’opération Christelle Picault, Inrap Assistante opérationnelle Planification des personnels Fredéric Champagne, Inrap Assistat technique Logistique Équipe de fouille Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le
  • cadre de l’opération Laurent Juhel, Inrap Chargé d’étude et de recherche Responsable scientifique Claire Baillieu, Inrap Technicienne d’opération Suivi des tranchées, sondages, relevés Frédéric Boumier, Inrap Topographe Levés topographiques Prénom Nom, organisme
  • d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération Laurent Juhel, Inrap Chargé d’étude et de recherche Rédaction, DAO, PAO Équipe de post-fouille 10 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Romillé (35), ZAC de la Houltais et du Placis Verdys/L’Hostellerie
  • Notice scientifique État du site Le diagnostic conduit sur la ZAC de la Houltais et du Placis Verdys/L’Hostellerie s’avère négatif. Les réseaux fossoyés recoupés par les sondages sont globalement rapportables à la trame parcellaire moderne ou contemporaine. Les quelques éléments
  • divergents n’ont pas livré d’éléments de datation. Toutes les tranchées ont été rebouchées à l’issue de l’opération. I. Données administratives, techniques et scientifiques 11 Localisation de l’opération Région : Bretagne Département : Ille-et-Vilaine Commune : Romillé Adresse/lieu
  • -dit : La Houltais / Le Placis Verdys/L'Hostellerie Chantier Inrap Secteur La Houltais Chantier Inrap Secteur Placis-Verdys 12 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Département : ILLE ET VILAINE Commune : ROMILLE Romillé (35), ZAC de la Houltais et du Placis Verdys
  • /L’Hostellerie DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ------------EXTRAIT DU PLAN CADASTRAL ------------- Implantation cadastrale Section : AC Feuille : 000 AC 01 Département : Échelle d'origine : 1/1000 Ille-et-Vilaine Échelle d'édition : 1/1500 Commune : Romillé Sections : AD Le
RAP01740.pdf (ELVEN (56). le Boccolo. rapport de sauvetage urgent)
  • ELVEN (56). le Boccolo. rapport de sauvetage urgent
  • quartz (11>. MOBILIER. Les tessons trouvés en place sont en nombre assez limités et ne présentent pas de particularités.Pour l'ensemble des tessons recueillis on dis-Dingue trois types de céramique: céramique rouge â gros dégraissant quartzeux (2,4,5 des planches ; . Céramique noire
  • ibAUV ETAGE A BOCCGLO ELVEK - MOKJilHAN. mois de février 1967>très exactement le 2 février,M, Ch de LAVAL représentant.en matériel agricole à Vannes,me faisait part de la découverte,à la faveur d'un dêfrichement au scraper,de nomDreux fragments de poterie et de supposés
  • intervention, à charge pour nous de niveler les fouilles à l'issue des travaux auxquels ont participé le Dr LEJARDS et H. COLLET. LOCALISATION„ Le champ où eut lieu la découverte figure au cadastre de la commune de Elven sous le numéro 200,section H; il se trouve en bordure de la Rïï 166
  • Vannes-Rennes,à 500 mètres de la cote 140 et un kilomètre de la cote 134,à proximité du hameau de uoccolo. Au point de vue topographique,le champ occupe l'extrémité Sud d'un fauxplat situé sous la cote 134 qui appartient à la première ligne des Landes de Lanvaux. Le sous-sol est
  • constitué par une granulite altérée retrouve tantôt très près de la surface,tantôt àune centimêres,recouverte d'une arène jaunâtre tendre»A sence de gros nodules de quartz et des fragments de et diaclasée que l'on profondeur de 30 & 50 noter également la préschiste étrangers â la
  • scraper«Certains présentaient des traces de passage au feu et du charbon de bois apparaissait par endroits.Mais il fallait rester prudent,des pins,des chênes et de la lande ayant été brûlés sur place avant le premier acte du défrichement en 1965» On procédait alors à plusieurs
  • pierres et mottes jusqu'au niveau atteint par le scrapper,soit -30 cm ,1e niveau actuel du sol étant pris comme niveau de référence.Elle devait être êlargi© par la suite de façon à compléter les observations si le besoin s'en faisait sentir. Le dégagement s'opérait ensuite
  • ;,un petit galet de quartz (6) et une sorte de tranchet en quartz. A -35 cm apparition très nette d'un foyer rectangulaire limité à son extrémité nord par un bloc de granulite.Si le dégagement du foyer creusé en auge dans l'arène du sous-sol a fourni à profusion du charbon de bois
  • provenant de la combustion de branchages,par contre deux tessons seulement ont été recueillis (1J et 15) et un fragment de quartz (14;. Il a été recueilli également à ce niveau un certain nombre de tessons de poterie rouge (^12 ; ou noire â engobe brune (9 et 16;,et une petite pointe en
  • ,et peut-être un petit fragment de couvercle (no 14) . Cinq fragments de panses portent un décor par impressions digitales avec parfois trace d'ongle au fond de la cupule,(18,19>?-3»24,25) . Plusieurs autres fragments portent une partie de décor par incisions tantôt peu profondes
  • (20,21), tantôt très nettement marquées (27»28). Deux fragments de rebords portent également un décor par incision, (18 et 35)fUn troisième présente une trace digitée oblique,(8). L'ensemble de ces poteries généralement assez grossières -v-et vraisemblablement d usage domestique
  • ,pourrait dater du Bronze Final /Toutefois il faut noter la présence d'un fragment de fond de vase en terre noire lustrée,orné d'arceaux,et d'un petit rebord dont le décor a été obtenu par application d'une cordelette,(i et 32) .Ces deux motifs sembleraient s'apparenter à des décors de
  • -Boccolo_enJBlven. 1 -2-3 matériel lithlque récolté sur le paléosol au voisinage du foyer, 4 et 5 matériel récolté en surface. XXX 1- Fragment distal d'une lame en quartz.Le dos abrupt naturel et le petit, côté terminal présentent des traces de cortex.Le tranchant présente des esquillures très
  • nettes et sans doute aussi quelques retouches.Le 4e côté est constitué par une surface fracturaire présentant des traces d'arrachements. 2- Pointe foliacée en quartz,de section triangulaire; la base est légèrement amincie; les deux côtés présentent chacun une retouche à environ la
  • doute naturel et deux retouches tangentielles sur le tranchant. 5- Petit grattoir pêdonculé sur éclat de silex gris foncé,presque noir; patine quasi inexistante. Locteur J. Lejards,mars 1967. Vannes le 21 mars 196'/. Joël Lecornec Professeur de CE.G 2e impasse S. Roeckel Vannes
  • ). CLICHES 2 à 17 - opérations de dégagement du foyer. 18 et 19 - sondage 2. 3-", /liW £ - te &CC$PD tet*ûu«jtc /ftfï?
  • foyers.ffi*« P.R G10Ï ,Directeur de la Circonscription des Antiquités Préhistoriques,prévenu de cette découverte accordait une autorisation de fouille de sauvetage entreprise dès le 4 AU lévrier. Le propriétaire du terrain,M» Ernest Le Olai^che de Boccolo,a accepté bien volontiers cette
  • région de Boccolo. Rappelons la découverte,en juillet 1965»dans cette même parcelle alors partiellement défrichée ,d'une cachette de fondeur du Bronze Pinal (,1). TRAVAUX.. Au moment de l'intervention de nombreuses plaques ou blocs de granulite avaient été ramenés à la surface par le
  • sondages, en des points où la poterie paraissait la plus abondante.Un seul de ces points retenait notre attention, l'ensemble des autres sondages ne révélant que des zones très faiblement charbonneuses assez diffuses dans les terrains environnants. Une aire de 2 x 2 m était dégagée des
  • progressivement par petites couches de deux centimètres environ. A -32 cm apparaissaient les premières traces de charbon de bois parmi de petits blocs de roche épars.On recueillait en place dans 1'arène granitique quelques tessons de poterie ( 1-3-4-5-7 du plan) ,une lame de quartz brisée (2
RAP00494_2.pdf ((22)(35). nord de la haute Bretagne. arrondissements de Dinan et de Saint-Malo. rapport de prospection inventaire)
  • (22)(35). nord de la haute Bretagne. arrondissements de Dinan et de Saint-Malo. rapport de prospection inventaire
  • ) a lidipier dais (2) piar les Yaes la aesirt prises di après la passible. décaurerte. L
  • di passible. (2) ptar les vues prises après la déciuverte. --i ! Date de riteitlu : - i 1989 SAINT-DOMINEUC 35 Voie ancienne et structures de parcellaire parcelles 100 à 102,95 à 97, 154 et 550, section Al, cadastre de 1982 parcelles 567, 568, 572 et 296, section A2
  • 1989 LA BAUSSAINE 35 Structure rectangulaire et fossé courbe parcelles 671 et 672, section B2, cadastre de 1982 Lieu-dit : La Haute Vieuville Coordonnées Lambert I : X = 284.275 Y = 76.200 L. LANGOUET, lors du vol du 2 Juillet, a localisé ces structures devant appartenir à
  • parcelle 64, section DI, cadastre de 1966 Lieu-dit : Le Bas Houx Coordonnées Lambert I : X = 314.600 Y « 88.500 L. LANGOUBT, lors du vol du 27 Juin, a découvert un enclos à fossé. On y distingue nettement une entrée. CENTRE REGIONAL D'ARCHEOLOGIE SAINT MALO DECLARATION (partie
  • A -RECHERCHE DE à DEC09YERTE remplir par EFFECTUEE : PROSPECTION la prospecteur ) AERIENNE CENTRE REGIONAL D'ARCHEOLOGIE Aitur : ARCRESLlBlfUE Dati it la iitiMïtrtt : â'Ï ^WiVL- 1989 (LANGOUET) B • REFERENCES ADMINISTRATIVES Il le-et-Vi 1 ai ne Diiarteneit : C - CADASTRE
  • : ■ Département SKOL-QHELARVRO INSTITUT CULTUREL DE BRETAGNE ILLE ET VILAINE Commune BAIN DE BRETAGNE Lieu-dit Le Bois Greffier N° Identification du site : 35 /012/ / / 1 Nature : Gisement gallo-romain 100 Diamètre moyen : Datation : Gallo-romain Protection : MH 1S m. SC SI
  • DESCRIPTION G. Leroux a localisé ce gisement matérialisé par des tegulae et des fragments de céramiques sigillées. I I Témoignages RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES r~lFouilles L__Plans QTradition orale l ISondages __ Photographies E__ ^Etude inédite [^Photographies 'aériennes
  • [^Documents divers Mobilier pouvant être obtenus auprès de : la D.R.A. et du CE.R.A.A, BIBLIOGRAPHIE [2 Simple mention QRecherche approfondie Dossiers du CE.R.A.A. , N °17, 1989 . Coordonnées de 1 ' éDicentre Cadastre Zone Lambert : Année : Section! s) et parcelle(s) >— : Y
  • * ,* 2 ? X = 298,if25 Y = 32^70 Altitude NGF : I ou (U) SKOLUHELARVRO INSTITUT CULTUREL DE BRETAGNE Département ILLE ET VILAINE Commune BAIN DE BRETAGNE Lieu-dit La Grennelais 35 /012/ N° Identification du site : / / 1 Nature : Gisement de tegulae 50 Diamètre
  • LJ Photographies I I Mobilier [__ Photographies 'aériennes [^Documents divers la D.R.A. et du Ce»R.A.^; BIBLIOGRAPHIE (^Simple mention QRecherche approfondie - Dossiers du Ce.R.A.AA., n °17, 1989. » Cadastre Année : Section(s) et parcelle(s) Coordonnées de l'épicentre
  • Aaïaalits rérélatriets 1 Haaéri it i i lip. Ci». site i* Siti f ] H/? Xiatri ie pbiti sir le site (ii gai i a») 1989 LA BOUSSAC 35 Gisements protohistorique et médiéval parcelle 528, section G, cadastre de 1982 Lieu-dit : Lépinay Coordonnées Lambert I : X = fcOk.C^S" Y
  • = SS-TtS A la limite de Broualan, G. GAGUET a trouvé un gisement médiéval matérialisé par des poteries médiévales et des briques de même époque. Il est probable qu'un habitat des environs du XVème siècle existait en ce lieu. Par ailleurs, sur une petite plateforme, légèrement
  • concave, un autre gisement, protohistorique, a été localisé : il a livré des tessons protohistoriques (Bronze final en apparence), un tranchant de hache polie et divers silex taillés. CENTRE REGIONAL D'ARCHEOLOGIE SAINT MALO **"~T^89 CANCALE 35 Souterrain de l'Age du Fer
  • confirme une lettre du Maire au Sous-Préfet de Saint-Malo : H Ecrit au Sous-Préfet, pour lui donner avis du souterrain découvert dans le jardin du citoyen Tirel au village de La Ville Es Peniaux, invite le Sous-Préfet à y envoyer une personne instruite pour vérifier ce lieu et voir s'il
  • aujourd'hui accessible par un aménagement récent. Le souterrain comporte deux salles, deux chatières et une niche (Cf le plan sommaire transmis par T. HUCK. Dans la première salle, un amas de terre existe. On ne sait pas s'il a été fouillé ou pas. Ce souterrain est le plus oriental de tous
  • en présence d'un autre site portuaire d'époque gallo-romaine. La prospection est à poursuivre. CENTRE REGIONAL D'ARCHEOLOGIE SAINT MALO / ■ v.'-Herpîn km. + ■ + ; * Bouée la Grande Bunouze ) Pointe du Grouin de la fenït?eT - '-: r> -Pires! ,'i -.
  • ^/luftfés", |- J, ; | , + 1989 COMBOURG Possible enclos avec une structure rectangulaire parcelles 1048 et 1049, section H2, cadastre de 1982 Lieu-dit : Triandin Coordonnées Lambert I : X « 298.120 Y = 83.950 L. LANGOUET, lors du vol du 23 Juin, a localisé divers fossés qui
  • L. LANGOUET, lors du vol du 26 Juin, a découvert des fossés linéaires et orthogonaux semblant appartenir à un enclos de type gallo-romain. CENTRE REGIONAL D'ARCHEOLOGIE SAINT MALO DECLARATION ( parti» A - RECHERCHE DE j DEC09ÏEITE remplir par EFFECTUEE : PROSPECTION i.t
  • de prise de rie (1) Bip. Ci». JOINTES Aiiaalies I »* Siti i H/P Niaéri de piatt sir le site (
  • «-^«f 35 Enclos et fossés annexes parcelle 488, section E2, cadastre de 1983 Lieu-dit : Le Mée Coordonnées Lambert I : X = ^99.800 Y = 79 .575 L. LANGOUET, lors du vol du 3 Juillet, a découvert un enclos auquel sont liés des fossés annexes. CENTRE REGIONAL D'ARCHEOLOGIE SAINT MALO
RAP01325.pdf (QUIMPER (29). Mont-Frugy. rapport de diagnostic)
  • QUIMPER (29). Mont-Frugy. rapport de diagnostic
  • Quimper e Centre di ricerca archcologica del Finistère Cadastre de 1834 100 m =d Cadastre de 1986, sections B Y et CE QUIMPER MONT FRUGY (vélodrome) implantation cadastrale Vers l'est, à deux cents mètres de l'espace réservé au projet, se trouve également le site archéologique
  • : S.R.A. de Bretagne - 1995 MVS £ I 9 Site n° :|_2J |_9J l ^ j l ^ J L ^ J L U U J I Département : FINISTERE Commune : QUIMPER Lieu-dit ou adresse : MONT FRUGY I I Il I Al | C a d a s t r e : QUIMPER A n n é e : 1986 S e c t i o n et p a r c e l l e : BY 195 Coordonnées
  • chronologie et le vestiges immobiliers) - sur la chronologie : Néolithique, Age du Bronze, Époque romaine - sur la nature des vestiges immobiliers : Fossés de parcellaire - sur la nature des vestiges mobiliers : Poterie, silex S S g fcj : Notice sur la problématique de la recherche et
  • les principaux résultats de l'opération archéologique : - L'environnement archéologique et la littérature ancienne laissent prévoir l'existence de vestiges importants sur la parcelle implantée au sommet du Frugy (fortification de l'Age du Fer notamment). C'est un réseau de
  • confiés par Monsieur le Conservateur du Service régional de l'archéologie à J.-P. Le Bihan, archéologue municipal de la ville de Quimper. Ce dernier est assisté par Y.-L. Goalic, A. Nové-Josserand et J.-F. Villard, archéologues contractuels A.F.A.N. Ont également participé à la fouille
  • et à l'opération à titre bénévole : A Gentric membre du C.R.A.F., L. Iliukov archéologue au Musée archéologique de Rostov sur le Don, I. Grounski archéologue au Musée archéologique d'Azov, A. Kvasha étudiant chercheur à l'Université d'Azov, S. Demeshenko et Y. Piotrovsky
  • interprétant tout d'abord le site comme une villa romaine ceinte d'un mur de clôture et incluant un petit fanum dans son espace enclos (L. Pape, 1975, P. Galliou, 1983, J.-P. Le Bihan, 1986). Les fouilles que nous avons menées en 1990 et en 1995 ont mis en évidence des vestiges d'époque
  • gauloise et gallo-romaine évoquant en réalité un sanctuaire du second Age du Fer perdurant pendant l'Antiquité (Le Bihan, 1990). Il est tout à fait possible que d'autres vestiges signalés par les auteurs anciens entre les terrains de Parc-ar-Groas et le terrain sur lequel se situe
  • l'opération actuelle soient aussi des restes de sanctuaires. En outre, la voie romaine quittant Quimper en direction de Carhaix et de Vannes n'est pas très éloignée des terrains concernés par le projet. Elle croise en cet endroit un axe très ancien qui pourrait être antique, sinon
  • protohistorique, et assure une liaison entre le sud et le nord de Quimper. En fait le carrefour de Parc-ar-Groas est peut-être l'un des points essentiels de la circulation des hommes de l'Age du Fer à l'Antiquité. Ce croisement de voies est-ouest, nord-sud doit être considéré comme la cause et
  • comme le résultat de bien des implantations humaines et de l'aménagement du plateau du Frugy et des environs de Quimper de la Tène ancienne à la fini de l'Antiquité. 3 o 1 Km =i QUIMPER MONT FRUGY (vélodrome) : Localisation topographique QUIMPER i''!1'' EPOCA ROMANA
  • de La Tourelle sur lequel des vestiges gaulois et gallo-romains ont été découverts au XXème siècle : souterrain de la Tène ancienne et dépôt de statuettes votives en terre blanche d'époque romaine (R.-F. Le Men). Au sud, à environ trois cents mètres, sur les pentes du plateau
  • , s'étend la nécropole gallo-romaine de Creac'h-Maria. Toutes ces découvertes nous ont conduits à interpréter le sommet du Mont-Frugy comme sorte de petite acropole dominant la ville antique de Quimper. 2.2. LE SITE DU VELODROME En ce qui concerne le terrain lui-même et son environnement
  • immédiat, quatre éléments contribuent à étayer le dossier archéologique. - La parcelle s'assoit sur la partie la plus haute du Mont-Frugy. Le point de vue est ici remarquable ; le regard s'étend dans toutes les directions et couvre un territoire considérable, jusqu'à 20 kilomètres vers
  • le nord. La réalisation d'une cartographie du Mont-Frugy et des ses environs en trois dimensions et le positionnement des sites archéologiques antiques soulignent parfaitement le caractère exceptionnel du site et l'importance de la relation qu'il entretient avec l'Odet. - La
  • nature et la date de ces fossés. Leur grande ancienneté nous avait toutefois paru vraisemblable. - Enfin, la parcelle principale concernée porte le nom de Parc-ar-Justiçou. Cette évocation de l'application ancienne des peines peut faire penser que des vestiges médiévaux, sont
  • large sont effectués sur le terrain. Cinq bandes décapées de 4 m de large d'une longueur totale de 350 m et deux sondages complémentaires couvrent une surface de 1500 m 2 , soit 16 % de celle de la parcelle. Les vestiges découverts sur le site sont assez peu nombreux. Ils sont mis au
  • VESTIGES DECOUVERTS 4 Talus Sondages archéologiques Courbe de niveau 20 m QUIMPER MONT FRUGY (vélodrome) : position des sondages I Décapage des fossés T.l et T.2 en B IV B V : fossés T. 1 et T.2 Terre noire charbonneuse Terre brune Terre brun clair QUIMPER MONT FRUGY
  • (vélodrome) : plan de détail du carrefour des fossés au niveau supérieur dans le sondage BIV 0 u 5 m =1 QUIMPER MONT FRUGY (vélodrome) : plan de détail du carrefour des fossés en fin de fouille dans le sondage BIV Jonction des fossés T2 / T3 et coupe de la structure S7 Fossés T4
  • et T6 : coupe stratigraphique Les vestiges exhumés appartiennent à deux catégories : un réseau de fossés raccordés les uns aux autres et des structures en creux bien individualisées. 4.1. LE RESEAU DE FOSSES 4.1.1. Le réseau Il s'agit de quatre fossés, T . l . T2, T.3/5, T.4/6
RAP02049.pdf (LA ROCHE-MAURICE (29). château de Roc'h Morvan. rapport intermédiaire 2004 de fp3 (2002-2004))
  • LA ROCHE-MAURICE (29). château de Roc'h Morvan. rapport intermédiaire 2004 de fp3 (2002-2004)
  • sol d'occupation 1180 4.3.9 - Les arases 1181, 1068, 1182, 1213 4.3.10 - Le sol ancien et les impacts de foyers sur le rocher 12 12 14 14 14 16 18 18 19 19 19 19 21 5 - CONCLUSIONS E T P E R S P E C T I V E S D E R E C H E R C H E POUR L'ANNEE 2005 22 6-DOCUMENTATION 22 6.1
  • 30 août au 1 octobre 2004. La deuxième volume présente quant à lui les résultats de la recherche documentaire réalisée par Patrick Kemevez en 2004. Son objectif était de répertorier les sources d'archives concernant l'histoire du château de la Roche-Maurice et de recenser les
  • textes dans un catalogue d'actes les sources susceptibles d'éclairer l'histoire du site. I l s'agit également de replacer le château dans un contexte plus large en évoquant les châteaux du Léon et enfin d'approfondir l'étude historique du château, essentiellement lors des XIV , X V X
  • V I et X V I I siècles, c'est-à-dire du temps des Rohan. er e e e e FICHE SIGNALETIQUE IDENTITE DU SITE N° de site : Département : Commune : Lieu-dit : 29 237 002 AH Finistère LA ROCHE-MAURICE Bourg, château de Roc'h Morvan Propriétaire(s) du terrain Protection juridique
  • ° : Valable du : 24 014 30/5/02 au 31/12/04 Titulaire : Organisme de rattachement : Jocelyn MARTINEAU I.N.RA.P. Type d'opération : Maître d'ouvrage : Contraintes techniques : Surface estimée du site : Emprise fouillée : Fouille menée jusqu'au substrat Localisation de l'étude de bâti et
  • M. le président de l'association "Château et patrimoine Rochois", Roger BRAZ 29 800 LA ROCHE-MAURICE tel : 02.98.20.43.57 - Fax : 02.98.20.43.55 Equipe archéologique Responsable, Photos, PAO : Jocelyn MARTIN EAU, INRAP Dessin archéologique / DAO : Fabien SANZ-PASCUAL, INRAP
  • Topographie - Photoplan - 3D Frédéric BOUMIER, INRAP Archivage : Sylvie LERAY, INRAP Cartographie : Thierry Lorho, S R A Bretagne Stagiaires Equipe d'étudiants en Histoire, Histoire de l'Art et Archéologie, Régis Legall Olivier Roy Muriel Mélin Amélie Gomez Lydie Gargowitch Camille
  • Vaugien Caroline Chauveau Nicolas Lacoste Gwénole Legoff Anne Julliard Fabrice Quinea Julien Camus Caroline Hoerni Remerciements L'association des amis du château de la Roche-Maurice et en particulier, son président M. Roger Braz FINISTERE (29) Fig.01 : Carte de localisation IGN
  • 1 - CONTEXTE DE L'INTERVENTION porte sur l'architecture résidentielle des seigneurs de Rieux au XVe siècle . La seconde porte sur la relation entre l'artillerie et l'architecture fortifiée dans le duché de Bretagne au XVe siècle . La Bretagne aura à ce sujet une place
  • et les fortifications du Léon avant 1350 . Ce travail de recherche a pour origine une maîtrise d'Histoire sur le château de la Roche-Maurice , qui a débouché sur un inventaire exhaustif des fortifications du Finistère en 1994 , inventaire publié en 1997 . Dans ce cas précis et
  • interventions archéologiques successives se limitent pour le moment à des sondages ou des études de bâti ponctuelles . La maîtrise d'Histoire de l'Art et d'archéologie sur Tonquédéc et le D.E.A. qui a suivi sur Suscinio ont à l'inverse peu de chances d'aboutir à un chantier de fouille
  • exhaustif . L'équipe de castellologie de l ' U M R 6569 de l'Université de Poitiers reste à ce jour la seule structure universitaire à jouer le rôle de relais scientifique entre les archéologues bretons et la recherche plus générale sur la fortification médiévale occidentale. 3 1.1 - Le
  • Brest. La vallée suit une bande de schistes tendres bordée par les granits du plateau du Léon au nord et les schistes du plateau de Plougastel au sud. Le versant méridional est découpé par des affleurements de quartzite très durs, de couleur laiteuse. 5 6 7 8 9 10 Le château
  • de Roc'h Morvan est fondé sur un éperon rocheux de ce type, qui émerge à la confluence du Morbic et de l'Elorn. Le site domine ainsi à une hauteur moyenne de 70 m NGF, deux vallées encaissées aux versants boisés. 11 12 Cachés par la végétation, les vestiges des élévations et
  • arrachements des courtines est, nord et ouest échappaient totalement à l'analyse monumentale, concentrée sur le donjon quadrangulaire. Les travaux de restauration et de débroussaillage mettent aujourd'hui en valeur un ensemble fortifié beaucoup plus vaste et complexe qu'il n'y paraît
  • opérations archéologiques les plus novatrices proviennent essentiellement de programmes de recherche initiés par le Service Régional de l'Archéologie de Bretagne et réalisées par l'Institut National de Recherche en Archéologie Préventive, qui accepte à titre exceptionnel la gestion
  • méthodologies et techniques de fouille en contexte M H , ce qui leur a donné la possibilité d'aborder des chantiers préventifs particulièrement complexes, tels qu'aux châteaux de Guingamp (22) ou de Châteaubriant (44) . Le Guildo et la RocheMaurice ont enfin servi de lieu de formation pov r
  • de » m \hi\'üx ea?âi*:ïfc su archéologie, certains d'entre 13 Une seule thèse d'Histoire de l'Art et d'archéologie a été soutenue ces dix dernières années sur la fortification bretonne . Son auteur Christophe Amiot aborde la question de la fortification avant 1350 par le biais
  • réalisées sur les fortificationse bretonnes depuis 2000 (carte Bretagne ducale XlVe - XVe) eux ayant initiés leur propre programme où sont en voie de le faire dans les régions Bretagne et Pays-dela-Loire . Cette dynamique doit perdurer et servir de base à une véritable programmation
  • scientifique sur la fortification médiévale dans l'Ouest de la France dans les années à venir. 15 2.1.3 Loire Les résultats en Bretagne et Pays-de-la- Les châteaux du Guildo (22), de la RocheMaurice (29), de Guingamp (22) et de Châteaubriant (44) restent donc les seuls édifices à faire