Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4105 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00234.pdf (PLOUHINEC (56). Berringue. rapport de sauvetage urgent.)
  • PLOUHINEC (56). Berringue. rapport de sauvetage urgent.
  • métairie et les moulins de Berrenc " sont possédés par le " fils d'Ollivier du Bois de la Salle * • En 1427 * Berringue » fief de Duo , est tenu par Eon Kerres métayer de Péronelle Linédat veuve de feu Eon de Bahuno , et Perrot Le Moulai » noble . Les reformations et le lexique des noms
  • FOUILLE DE SAUVETAGE EH PLOUHIHEC DE BERRINGUE ( MORBIHAN) Roger BERTRAND wmsm * Coordonnées Lambert t x « 184»800 } y * 314»800 t s « 10 2>Au
  • plusieurs bâtiments d*exploitation agricole , dont certains transformés en résidences'secondaires. Ces bâtiments sont disséminés sur une très faible éminence d'où le terrain s'abaisse en pente imperceptible jusqu'à la rivière d'Etel , à 500 m de là . A peu de distance au Nord le * Moulin
  • de Berringue " , ancien moulin à eau , est installé sur un barrage de retenue isolant * l'étang de Berringue " de la rivière d'Etel . wsÊm • Berringue a été au Moyen-Age le siège d'une seigneurie attestée par les Archives au début du 15° siècle . En 141? " le lieu noble , la
  • nobles de la terre Rousaud donnent les noms des différents propriétaires de Berringue aux 15*» 16° et 17° siècles • t / LJ S|TE ARCHEOLOGIQUE, Kr Le Caherec , propriétaire exploitant de la ferme de Berringue , avait remarqué eue les labours effectués près des anciens bâtiments de la
  • parcelle 89 ramenaient | la surface du sol d'épaisses ardoises , parfois gravées . Il les avait toujours rejetées jusqu'au jour ott il décida d'en montrer une à son neveu , Mr Guillou » qui la transmit è Mr Pin , membre de la Société Lorientaise d'Archéologie . Nous déposâmes cette
  • ardoise au Cabinet des Médailles où Mr Duplessy y reconnut des essais monétaires pour la fabrication de moules ou de coins faux . Il pût identifier deux de ces dessins , l'un représentant la partie centrale du blanc au K de Charles 7 , frappé de 1365 à 1385 » l'autre le revers d'un
  • blanc de Jean IV de Bretagne • 5 / LES TRAVAUX PB FOUILLER GENERALITES L*intérêt de cette découverte justifiait une campagne de recherches sur le terrain . A notre demande » Mr SANQUER » directeur des Antiquités historiques de Bretagne » nous délivrait une autorisation de fouille
  • de sauvetage ( n° 23 du 4.12.1978 ). Les travaux de terrain furent effectués en 1978 et 1979 » avec la participation de membres de la Soc* Lorientaise d'Archéologie . Ce sontt Mrs Beal»Benoit,Bertrand»Chapuy,ciergeau,Culo»Cueguen»Guillou»Perchet»Pin» Ruaud » Mmes ou Mlles Delaloy
  • long de la rivière » est une diguette de pierres protégeant les champs de la montée des eaux » et ou Mr Le Caherec nous avait dit avoir rejeté les pierres et ardoises remontées par les labours • En plus de ces travaux de sondage » toute la sxxcsxxa partie SW de la parcelle 13 s s
  • été explorée au détecteur à métaux » et le fond du puits accolé au bâtiment agricole de la zone II examiné { v. croquis zone II 4 / RESULTAT^, ZONE I 4 m2 fouillés près de l'actuel chemin d'exploitation . A 20 cm de profondeur est reconnu un sol très bien damé , fait de petits
  • cailloutis . Limitant ce sol » k l'W » *ne ornière creusée dans le granit sous-jaeen^révèle la destination de cette structure t il s'agit là d'un chemin damé pour charrettes » probablement l'ancien chemin d'accès à Berringue visible sur le cadastre de 1837 • et supprimé par le
  • remembrement • Les 4 m2 fouillés ne livrent que 5 fragments de poterie * Seul un tesson de galettière en poterie onctueuse est reconnu médiéval . MLU (v. Croquis) Un mur de 63 cm d'épaisseur » d'orientation grossièrement N'rf-SE » a été retrouvé dans deux des treize sondages pratiqués • La
  • longueur de ce qui subsiste de ce mur peut être évaluée à 4 ou 5 »• Il est constitué de deux parements , l'un extérieur , bien soigné » l'autre intérieur plus fruste • Un liant argileux unit les blocs de pierre le constituant . Ce mur ne semble pas d'époque moyenâgeuse • Jouxtant ce
  • mûr , immédiatement au SE de lui » un sondage a permis de reconnaître un sol aménagé constitué par des blocs de granit ( 10 à 25 cm de long ) disposés à plat et reposant sur4s sous-sol rocheux. Parmi de nombreux résidus modernes ou sub-modernes , de très rares témoins moyenâgeux
  • ont été reconnus dans cette zone s - 1 fragment de marmite en poterie onctueuse • 3 fragments de marmites en poterie ordinaire » peut-être moyenâgeux. - quelques fragments d'ardoises pointées . A cet endroit , la digue bordant la rivière montrait des restes d'ardoises • Elle a été
  • démontée sur une longueur de 4 a • Au milieu de résidus modernes , qulques restes anciens ont été retrouvés t - quelques fragments d'ardoises pointées . mais pas gravées • - un fragment de meule è main , peut-être médiévale * - un Important fragment de margelle de puits • La prospection
  • » élément de four » n'a été retrouvé . e) Quelques trésjrares témoins d'une occupation à l'époque médiévale ont été mis h jour t quelques fragments de poterie » quelques fragments d'ardoises pointées •
RAP03135.pdf (THEIX (56). Talhouet. Rapport de sauvetage)
  • THEIX (56). Talhouet. Rapport de sauvetage
  • bû eavatlo n d'endultû ij la où ûubûlûtent eût dégaadée pafi leû taanchéeû ëpaaû - eût de d'un bleu de ce ûoutenu £ait 7 PHOTO Au - pfiemten. pZan, saZZe et 2 (3). A TALHOUET en THEJX pn.ae^un.ntum conduisant à Za duo Lté on distingue un soZ (c
  • SAUVETAGE ARCHEOLOGIQUE Talhouet en THEIX MORBIHAN 1981 CIRCONSCRIPTION DE HISTORIQUE BORDEREAU RECAPITULATIF ....ppewew 22.12.81 Date d'envoi...... SAUVETAGE RAPPORT DE FDSA -OCALISATION THE IX Commune............... Talhouët du cadastre. : 37 251 001
  • 30 Années antérieures d'intervention. INTERVENTION Patrick ANDRE Responsable. Motif travaux d'intervention....... de terrassement d'une maison Surface fouillée.... Estimation de l'étendue ITE Nature du gisement... gisement. Nature des Périodes du découvertes
  • SAUVETAGE ARCHEOLOGIQUE TALHOUET zn THEIX MofibZhan , Au.ton.ZAa.tZon de 1981 56-3-37251-001 Aauvztagz {n° 18) de MonAZzun. Zz VZH.zcttu.fi dzA AntZquZtzA hZAtofiZquzA de BH.zta.gnz. Vzpafitzmznt MORBIHAN Communz THE IX Ltzu-dtt TALHOUET PaficzZZz.i
  • - CoofidonnzzA cadaAtfiz IA 19 67 ZONE Lambzfit M. PH.opH.tzta.tfiz RzchzH.ch.zz> RzchzfickzA N° z^zctuzzA A fickzoZo gZquzA pa.fi Il II -223,300 FAURE. Zz Czntfiz d'EtudzA du MORBIHAN x (C.E.R. A.M.). zt de 307,650 RAISONS En consiructlo ta sur M. Vtncent taire
  • cette riche de ont 1888 et attiré Sur tlnglennes A tes j ustlfiler un de paient de M. dernières nécessite étudiés des Morbihan" - vltta 1981. en fiours de céramiques connus est de caro- nature a Avec l'accord des Anti¬ Vincent OILLIC, est aussitôt
  • conduite. travaux Le souci de construction prévus limitée à ta seule zone menacée : [THEIX]". poteries Revue une . potymathlque du Morbihan, - : I 2 ) de Talhouët "Les jour bienveillante de M. etage est situe cette fouille de au fioailleurs suivants "Touille
  • prévient de cette coltine, vestiges ces sauv de ta Martlnlère VANNES 1914 en et t'aide par les Le Mené Société J. Nord, au Intervention rapide, une coproprié¬ Veux établissements archéologues Le ptan 1 . retarder Inutilement tes efifiectués J. des pentes
  • ^^ 1 8 88 en fouille limitée de pas et voisinage de VANNES, au Intervention de sauvetage. quités historiques ne EAURE, déjà fouillés. 1'attention proximité de une des vestige-5 joui au historiques. TALHOUET, kilomètre ont été La [2] fiondatton mettent
  • l'emplacement des vestiges mis - de. THE IX, commune, 1)0 antiques, fouillée et publiée [1] à TALHOUET, OILLIC, secteur notamment fiait entreprendre ta parcelle qu'tt exptottatt auparavant, vestiges - et de. L'INTERVENTION FAURE correspondant des Antiquités Ce de M. 81
  • , [ptan 11 travaux, romains. une 19 d'une, mat-ion, n parcelle ZA de CONDITIONS VE novembre Les te ET 1888, p. décorées archéologique, Bulletin de 136 - 139 ta - 2 plans de Meudon, près 1914, II, p. 67-93. 3 - - - - - - Le Alain Lola - TRISTE
  • de CARGOUET Monique THUREAU Kaël NASJLAIN Xavier MOUTET Fabienne BAUCHE responsable du chantier est Patrick ANDRE, carres pondant départemental des Antiquités historiques. - PHOTO Le ilte, loAi dei de ta découveAte veitlge-6 NovembAe Vue - - pAlie Au pAemleA
  • plan, de la Au deuxième veAi 1981 le Sud-0ue.it £e-6 tAanekéei et déblali de. fondation fautuAe malion. dont la a 1 plan, pAéienee, IntAlgué M. pAèi dei j'aloni, Aevélée paA Vincent 0ILL1C. on apeAçolt le& veitlgei l' ouveAtuAe d'une tAanchée, ANALYSE La
  • ta co (ê m. fioultte nAtn.uc.t-Lo M. S a un. Le tn.uctlon de. ta 5 m. E.O) C'eAt matAon. Aupen.filcle de 40 ml une. qut &at étudiée. et ta coupe natun.e de ta montrent ta conA- palvéA dont Aub- : Le - pn.aefiun.nlum, cn.euAé danA te n.ochen. Aun
  • . une fiondeun. de cinquante centtmétn.eA, muni d'un fioyen. ovataln.e (3) n.emanZéA à (2). tonné : deA du (fa), névètent ce de datée montlen. un pZtetteA Le (3) fiunent à dalle donc paA blanc, can.n.éeA. poun. début It Aot bé¬ ce 0,15 évident pan. ait
  • fionctlon de m. a upponten. non de ceA le Aot bétonné Aenvant de Auppon.1 à ce Aot fa. [3], à une On déduit époque non ta couche de débtalA. deuxième période, a deA mun.A endultA d'un peint. pn.aefiun.nlum une que deux étant emptl de débtalA, finagmentA de (7) et
  • (2) et une pantle de la Aatte époque encone ptuA nécente necouventA bétonnée nepoA ant Aun. un en à tn.aven.A néhauAA ement utténleun. du Aot, La Aatte blanc note ! ' abA ence te Aot étant bétonné. Aont n.éatlAéA fiaute de moblllen danA rn.on.tlen on paemlen. et Aun
  • . tequet AubAtAtent pan. endn.oltA n' avalent fiait En efifiet, chaudA, matA t'exZAtence d'un auin.e Aot à t'eApace entne leA tulteA, batnA de conduZtA, ou quatn.e AondageA étémentA pZtetteA époque uttéfiZeufie. d'hypocauAte touA au-deAAouA Emptacement paéAumé deA
  • - une pZtetteA TouiefiolA, de ta Aeute pan.tle menacée pan. Aun. a'agit d'une panXle de then.meA n.oug! pan. te fieu de TOUILLES exhumée. (7) pn.o VESTIGES pomté a n ptan 3 It AtAtent VES fioultteA teA d'une hênlAAon de plenneA, maAquant veAtlgeA que nouA
  • venonA de décnlne 6 Photo 3 La apaèû Plan 3 coupe : au la Sud, (6) photo 3 montae niveau d'un et limitant donc l'Eût cette enfiln, deux Plan 4 [3). Cette deanlèae elémentû de plletteû fondation de la malûon Impoûûlble. Veû fiaagmentû monochaome y
RAP00698.pdf (PLOMEUR (29). beg an dorchenn. pointe de la Torche. rapport de fouille préventive)
  • PLOMEUR (29). beg an dorchenn. pointe de la Torche. rapport de fouille préventive
  • . 4 microbuAin* proximaux ont leuA coche à duo ite, lu deux autAU à gauche. Lu microburin* dóstaux ont leuA coche à gauche. b) Lu pointe* à ba*e non retouchée. Van* la partie infiérieure de la couche, deux pointu à retouchu unilatéralu (XCl/III 200.73 et CI 201.221) ont été
  • pAophlétaiJie du littoral, une tAoisiême campagne, *'e*t An-VoAchenn (PZome.uA, Finistère) SUA le* ttoiò de. la fouille, fixé* d'habitation de la tombe. pAoto historique campagne.), deux ont été atteint* ; en nailon repérée de* condition* (inondation la berne dunaire jouA* de
  • . tempête), le. démontage, de la à *avoir de fouille* utilisées du ckantieA, deAnieA {extension Ion* de* lon> de. la précéprécédente météoAOlogiques affais*ement nou* avon* du qui de reportar demeuAent le* même* que lei paA caAAé*, tami*age *y*tématique de 5 cm afin de
  • ré*f.ituer le* objet* de fouille* paA quant de m , Aelevé* â l'eau, recueillis autAe* 2 : décapage de la couche mé*olithique po graphique* L'équipe de. Beg- *tAuctuAe. Le* technique* année*, de. trois l'an identifiée. ont quelque, peu peAtuAbé no* travaux à la
  • ¿ulte Aégional déboutée. *UA l'ama* coqulllieA botò que. nou* nou* étions fouille, le Con*eAvatoiAe du 1eA au 30 *eptembAe 19S6. démontage, de la *tAuctwie dente* fouille*, du *ite, paA niveaux d'une to- épal**eur au fond du tami*. *e compo*ait de Mudarne6 et Me
  • *demoiselle* A. BRJ- VAULT, A. VUUONT, M.-F. LE NEPl/OU et S. SEARIGHT, et de Mes*ieuA* L. BALOU1 B1LL01N, J. FAVE, P. HARB, V. LEROY, X. MINOR, G. SAOUTER et E. ZAMGATO. d'encadrement et d'étude *UA vacation* A.F.A.N. *'est fait *cientifique a pu être Aéali*ée et M. KALOS *UA
  • vacation* au camping "Pointe paA Me**ieuA* C. LE POTIER dépaAtementale*. L'hébeAgement de la Touche", gAâce aux bon* *oin* de Mon*ieuA et Madame P. FRAYER. I - Déblaiement de la couche d maire. ApAê* avoiA AetiAé le* déblais nou,ò avon* étendu l'aiAe Aecouvrant de AecheAche vers
  • l'est la fouille et l'ouest. de l'an deAnieA, PlusieuA* élément* épais ont ainsi été izcueJJLlis au nivmu dz la couchz 2. I-A - L'indus fUe tithiquz. Il ¿'agit principalement dz galzts de silzx et d'zelati de débitage. Lzs nuclei lencontiés sont de typz débitage cotieA
  • , XCIX 19%, XCIX 203 à 206, C 203 â 20b,- Cl 201, Cl 204 à 206, Cil 202- 203. III-A - Lu i-tAuc.tuAe.-i. Une stAuctuAe de combustion est appajiue dans le caAAé XCIX 206. Eîle se prolonge, dans les caAAés XC1/III 206 ut 207 et XclX 201. Ve foAme ciAcuiaiAe, elle Ut délimitée pal du
  • blocs Aubéfiés posés obliquement. Son diamètAe inteAne ut de 0,80 m. Quelques petits bloc-i éclatés ¿oui l ' e f f e t de la chaleuA gisaient SUA la suAface inteAne comme à l'extéAieuA. Seuls eu petits blocs avaient peJunii la comeAvation du continu-du foyeA [Lit peu épati de cendAU
  • et chaAbom), celuici ayant été lusivé aitleuAA [fig. 7). Une. seconde StAuctuAe de. combustion a été AepéAée en coupe, SUA la falaise sud, dam la couche, mésolithique.. 11 ¿'agit d'un foyeA à plat constitué de. blou Aubéfiés délimitant une couche, de cendAU et chaAbom Apposant
  • SUA de la teAAe Aubéfiée (¿-¿g. S). Une lame tAonquée a été tAouvée à ce niveau à un mette du foyeA. III-B - L'industrie lithique. La plus gAande majoAité du vutigu lithiquu a été tAouvée dam la partie supéAimAc de la couche. Quelquu éléments nouveaux sont appaAus, l'ensemble
  • configurant toutefois lu comta-tations faitu à la suite du campagnu 19841985. 111-8- 7 - QhattoiAS. Veux objets de ce type viennent s'ajouteA à une séAie plutôt AutAeinte. Il s'agit d'un ghattoiA SUA bout de couAte lame (XCIX 203.72) et d'un gAattoiA denticulé SUA éclat (C 205.12). II1-8
  • ), - un micro-écorçoir (CII 203.15). III-B-5 - Elément* tronqué*. Une *érie de 12 objet* pné*entant du modulu varié* implique du uXÀLi *ation* diver*u *elon chacun de ce* objets. IÎI-8-6 - Outil* *UA lamu et lamelles. Lu lamellu à coche unique *ont moin* nombrmsu que lu annéu
  • précédentu : 4 *eulement. 23 lamu et lamellu pré* entent du retouchu régulière*, ixirfioi* inverse*. Veux autAe* pré*entent un boh.dage. Enfiin, lu élément* intégré* dan* la cla**e du lamellu Montbani *ont au nombre de 11 ; leur *tyle de débitage ut généralement iAAégulieA. III-B-7
  • - Microburin* et a) Lu armaturu. microbarin*. A lo n* qu'il* parai**aient excu*ivement rOAU à la *uiXe du {¡ouuZlu de 1984-1985, lu microbuAin* *e révèlent a**ez couAant* cette année : 10 exetnplcujiu ont été trouvé*, *e répartls*ant entre 6 mijcroburinA de ba*e et 4 nwerobu,uji* dóstaux
  • découverte*. Van* chaque ca* la pointe ut proximle. Ce tijpe d'armature était encore inconnu *ur le *iXe. On pouria noter que la pointe CI 201.221 et un microburin (Cil 203.1 15) proviennent d'un même galet de silex.. Une pointe à troncature oblique (XCIX 203.145) a également été La
  • troncature est à droite. fiée. c) Les identi- triangles. Au nombre de cinq, ils se répartissent entre les scalènu à petite troncature concave (Cil 203.1 ; XCl/IXI 201.181 ; XCIX 205.121) et lu triangles de Muge [XCIX 204.277 ; XCl/III 201.246). Vans tous les cas, la grande troncature
  • est proximale et les retouches situées à droite. d) Lu trapèzes. La série se compose de 42 éléments. Trois gnandu catégoriu se déga- gent : - Lu trapèzu asymétriques longs [6 éléments). Ve modulu variés, ils présentent généralement une grande troncature recttligne et toujours
  • une petite troncature concave, ce qui les différencie du trapèze de Téviec., sensu stricto. - Lu trapèzu symètriquu longs [5 éléments). Lu modulu sont assez prochu les uns du autru, ce qui forme une série continue. - Lu importante - ce breux sous-types ou son absence, trapèzes
RAP03508 (VANNES (56). Le Bondon. Rapport de sondage 2007)
  • VANNES (56). Le Bondon. Rapport de sondage 2007
  • Le Bondon - Vannes (Morbihan) EA n° 56 260 0124 Rapport final d’opération archéologique (Arrêtés d’autorisation n° 2007-260, 2008-245, 2008-248) Sébastien Daré et Alain Triste avec les contributions de Thibault Cardon, Gwendal Gueguen, Victorien Leman, Diego Mens et la
  • collaboration de Jean-Luc Daré et de Clément le Guédard Service régional de l’Archéologie de Bretagne juin 2017 Cé r a m Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille
  • , document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces
  • documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La
  • consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de
  • notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas
  • , n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de
  • l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé
  • d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code
  • de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Vannes
  • (Morbihan) - Le Bondon EA n° 56 260 0124 Rapport final d’opération archéologique (Arrêté d’autorisation 2007-260, 2008-245, 2008-248) Sébastien Daré et Alain Triste avec les contributions de Thibault Cardon, Gwendal Gueguen, Victorien Leman, Diego Mens et la collaboration de Jean-Luc
  • Daré, Clément le Guédard Service régional de l’Archéologie de Bretagne Septembre 2017 Avis au lecteur Le présent rapport comporte les résultats d’une opération de fouille archéologique. Les rapports constituent des documents administratifs communicables au public après remise au
  • service régional de l’Archéologie, suivant les dispositions de la loi modifiée n° 78-753 du 17 juillet 1978. Aux termes de la circulaire de mars 1996, prise pour application, ils pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédées par les
  • auteurs et les contraintes qui en résultent. La prise de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de
  • photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de la courte citation, avec les références exactes et complètes de l’auteur et de l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du droit de la communication, exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de
  • reproduire, de diffuser ou d’utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Illustration de couverture - La partie occidentale de l’église au niveau du contrefort MR 1015 et du caveau funéraire 1030 (S. Daré positif du sceau
  • naviforme de la prieure des carmélites du Bondon (© Musée Dobrée_sceau_N-5662a). © CERAM) ; Fiche signalétique Localisation Région : Bretagne Département : Morbihan (56) Commune : Vannes Code INSEE : 56 260 Lieu-dit ou adresse : Le Bondon Références cadastrales : 2007-2008 : section
  • Descriptif de l’opération archéologique Nature de l’opération : sondage archéologique Arrêté d’autorisation : 2007-260 en date du 30 juillet 2007 2008-245 en date du 5 juillet 2008 2008-248 en date du 6 août 2008 Responsable scientifique de l’opération : Alain TRISTE, archéologue
  • , président du CERAM Organisme de rattachement : CERAM – Centre d’Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan – association loi de 1901 créée en 1977 Maître d’ouvrage : Groupe Lamotte constructions et la SCI Chimère Maître d’œuvre : Groupe Lamotte constructions Raison de
  • l’intervention : constructions de deux immeubles Terrassements : Entreprise Charier TP Surface décapée et fouillée : Fouille menée jusqu’au substrat : oui Dates d’intervention sur le terrain : 30 juillet au 16 août 2007; 5 au 26 juillet 2008 ; 8 au 30 septembre 2008 Lieu de dépôt du mobilier
RAP00581.pdf (RENNES (35). 76-78 rue de Dinan. rapport de sondage)
  • RENNES (35). 76-78 rue de Dinan. rapport de sondage
  • ¿ ; e ot Ktuufy -ff . Jmu^mx y \ de W u c jpicWc \ elija 0nA(DUO\Oû\t VJ ^ W \ f V \ W oL WôOMvC \\ UaW L ^ COU CL 0 Wn o ^ ©le ICC ^àietLUitiMt toi a. föKst 4 c ô .F e ) K \ r t i m L tuvo M m a m ^a ^ r KL u M lui- vv y le. W i ü h 0 ^ W M
  • RENNES ? 6 - ? 8 Sauvetage, orggnt" ¿LiffiAu. j Cît UM ¿U, acduy/Oi rue. d frWJW) A^lh fxt~ CK-OvnßlsXAAf ^ffrvf AAÇiyMtituï ytJ~rau À . t llle-et-Vilaine RENNES Rue de D i n a n , n ° 7 6 - 7 8 . A u cours des travaux de fondations d'un immeuble H . L . M . aux
  • 7 6 - 7 8 rue de Dinan, divers vestiges g a l l o - r o m a i n s apparurent ; une f o u i l l e de sauvetage fut entreprise par le Laboratoire d ' A r c h é o l o g i e de l ' U n i v e r s i t é de H a u t e - B r e t a g n e ^ . Une partie du terrain situé à l'Est de la rue de
  • D i n a n , sur le flanc de la c o l l i n e
  • ) : le sol vierge est profondément e n t a i l l é par des fosses médiévales F^ et F^ qui ont l i v r é quelques poteries et par une fosse dépotoir F D d'époque g a l l o - r o m a i n e large de 4 , 6 0 m, haute de 0 , 9 0 m, surmontée d'un sol bétonné sur hérisson, affaissé en son c
  • e n t r e . Sur le sol bétonné une couche de déblais avec t u i l e s précède le n i v e a u m é d i é v a l . C e t t e fosse a l i v r é un important matériel dont une étude sommaire montre l ' i n t é r ê t ; l'essentiel date des Ile et Nie siècles a p . J , - C . La planche 1
  • indique quelques-uns des types les plus caractéristiques parmi les cruches à pâte c l a i r e et un mortier à pâte b l a n c h e . La planche 2 présente quelques exemplaires d'un type de vase très c a r a c t é r i s t i q u e , pâte grise, couverte grise ou n o i r e , lèvre
  • horizontale déprimée en son centre ; ces vases sortent manifestement de la même fabrique et certains ont une c r o i x gravée sur le f o n d . La fosse a l i v r é aussi de la sigillée du Ile siècle ( A n t o n i n - C o m m o d e ) , un seul tesson de terra nigra et des plaques de marbre
  • , v a r i é t é V a r i a n a (origine probable Apennin du N o r d ) , un fragment de statuette de déesse-mère assise et un peu de verre, et beaucoup de débris de c u i s i n e . 2 . - Le front C D a mis en valeur une canalisation de céramique vernissée intérieurement, noyée dans
  • un mortier rose et manifestement réemployée à l'époque médiévale. Ces premières analyses du matériel montrent que la v i l l e s'étendait aux Ile et l l l e siècles vers le N o r d en d i r e c t i o n des routes menant à Corseul et A l e t qui f r a n chissaient l ' I l l e au
  • Pont S a i n t - M a r t i n . Il ne s'agit manifestement que des annexes d'une habitation située plus à l'Est en bordure de la rue de S a i n t - M a l o , h é r i t i è r e e l l e aussi d'un axe a n t i q u e . L. PAPE (1 ) - La f o u i l l e a été f a i t e par M M . G a r b
  • a r i n i , C h é d e v i l l e , Pape, Aumasson e t Bardel, les plans et dessins sont de A . et J . - P . Bardel. aci/ue juia. cWtuu tM ^ \ I M ^UAWIW ûkx ^ ^ ijÄtc jViAwiOt^ % ti R & l u u o u V W e i IC c \ v m N u i U k v W h C jauc AtluMi J^tc ( > kK
  • . duc fcWut^ a /?eu ík V V fe I ! [fv l ^ M lUtt y Q Aaui nu. I h Mi. y í j tirw Ui \\l ¿ V x Une 0 liM IMACWO^ (odllU4c CIRCONSCRIPTION DES ANTIQUITÉS HISTORIQUES DE BRETAGNE Illli-ET-VILAINE. COTES-DU-NORD. Jy/IORPIHAN, FINISTÈRE) îÇomfnim« 352^8 Cadastre
  • RENNES 76 rue de Dinan Lieu dit à «t. Rennes. 7 8 ru e d e Dinan 1 f I^ 77T- * ri rr ! — - lu 1=1" = IH r 111 = , 111 = 111= ||| = | 1=1" =H) = I1" 1 = 'Il ~ b m = mE i M = ni ||1 • = m = H I -=III = m I lu _ m =• „i tu = 1 III _||L = MIL m = - ni
  • =IN S il! , =.111- M - I CIRCONSCRIPTION DES A N T I Q U I T É S HISTORIQUES DE BRETAGNE (IllE-ET-VILAINE. COTES M O R B I H A N . Dat» 1g m a i FINISTEKt) 3 5 2 5 8 Cadastre 76 r u e de Terre E5 Terre, I RENNES Coupe d e l a p a r o i J.P.B. cailloutis, t Aies
  • + glaise + poteries médiévales. G l a i s e j a u n e + endui ; p e i n t . Fosses schiste + médiévales. glaise. Fosse d é p o t o i r I I - I I Longuer de l a coupe : 18,95 siècle. S Sol vierge N . O . = + 2 , 7 - j m. p a r r a p p o r t a u n i v e a u d e l a r u e d e D
  • i n a n e n f a c e d u n ° P o s t é r i e u r au 11-111° ( s c h i s t e décomposé, argile jaune). a. 76. siècle WMm N.O. Niveau i n f é r i e u r de l ' t x c a v a t i o n de 2 m. l'immeuble h J, ^ RENI-JES Rue de Dinan.Céramique. W H - Pond do D r a g fl
  • . , lil • • 74 R ? 4 G R 1 0 . iii . i«- Fo^d de p ? a g 3 7 . ! S 1 . Fragrc|eïxt de D r a g ^7 d é Ç 9 r à métopes et grands médaillons à d o u b l a bordures Gjiu}e d u C e n t r e , l6Ç)-l?Q. Pet|"t fragment non^numéroté s queue de monstre m a r i n . Gaule d u Centre
  • ' grands p v e s à orle double;dard à d r o i t e . Groupe de D o e c c u s - Ç a s u n u s GA I Bj ;; à'..'i^fs oves soulignées par une ligne ondée .Rosettes a/huit* b r a n ç h e s . groupe d? Qu i n^ 11 i anus-Av i t us-V e ge t u s FD I: ï?ragm?i^. , i . Gat^le du Centre 1 6
  • 0 - 1 9 0 . ; ^ Drag 3 7 . . Qyesx de Çasuriijs sa. Poeççus ou Çinnamus(CGP 2 6 7 , I l ),feuille Cinnamus 38 et grappe 27 sous.le r i n c e a u x . Gaule d u Centre: Cinnamus 160^190 -Troie f^agmenti^ de £obelei;s e n céramique m é t a l l e s c e n t e . Gaule d u C e n t r
RAP01222.pdf ((22). les cantons de Plouaret et de Belle-Isle-en-Terre. rapport de prospection inventaire)
  • (22). les cantons de Plouaret et de Belle-Isle-en-Terre. rapport de prospection inventaire
  • , rue du Chaprtre. 35044 Rennes Cedex Données complémentaires = Première mention Année = Responsable = P«oi^va.U'on - Nature de l'opération = *\$ 13 14 Qui. ...fit.(C&.t?fSS. /'«Vtn /au g .U&.C. rW"«*
  • NICOLAS Eric. Prospection - Inventaire sur les cantons de Plouaretetde Belle-lsle- en-Terre 1994 Autorisation du 22/04/94. La oleuxi'emc campoyte. d* prospection Jor ^te cariions oJe Ploua.re.l- eJ- c/e, aJk de 4993 - U 1-kaJe a consisté « proyecLer d& parvenez Jo-ia/réej
  • eJ- ^À&si ~
  • 'caditr% eh e «i pekl^fb. tJe'cou.VGr(*& c/acns f~kxi'nso ^oies paui/an^ Ucuïser- ptesajor ,/"&as.le*iùo- o/e ce cartnon do. kxblsb. f» /es. r -«t. -/erre duis/ouil- /jeur*. J eéjU- de prt>ipecbh»s eu< Ze Crateyarherioai kerioas kbr/cotS Acr~ oie -4o>~ Hayo_ kermoniseh iSïeux
  • . TtcxnJté kerkatc/ la. Thrvf* ■. Déclaration de découverte archéologique A r«tourn«r au Annexe I. Service Régional de l'Archéologie de Bretagne 6. rut du Ch«pltrt. 35044 R«nmf G»d«x Première mention = Y Données complémentaires = |^ |
  • , Natuure de l'opération = ^.Ti)r...!¥!$P.tf*$. Année première mention 9rV.\Wuhto \.x.jf}St&&f&X*^ç>^....Ço?ii. ^^^kSS^^f^ Nom du site : (A™*. f
  • !***!*}: fS9.K^M )(^ffA ...YûH% Lieu-dit (de l'I.G.N.) : Cadastre Commune = m*.» &&0?r. . .tttt.... Û$X&!&r. \jf \ K**): Section(s) et parcelle(s) : . J?.. A 0 tf. . 4&?43. Observations : Carte I.G.N. Numéro Coordonnées Lambert Centre site : X = Y Nom Zone
  • : | / | = EE3HH1 ■ i3ioi oi ] Rayon du site (mètres) : (: Xa Y« Xb Y6 Xc Yc Xd Yd X* Y« T.). jtrP.àja*4.hfo.i. ..*.
  • des vestiges : ...,.-4 .«.^:^?vfr.4t..So.(^X Etat de conservation : Eléments de datation : Chronologie proposée : Mobilier Oui [x] Non Q Lieu de conservation : . . . .. . , . „ */Tf?(f!h\ "-.^.'.«. ï. . Documentation : Bibliographie : CAD«E RESERVE CELLULE CARTE
  • ARCHEOLOGIQUE N° de site attribué ) | N° d'enregistrement DRACAR \ \ \ \ \ Mil Code AP/ AH Modification □ C. .f.^^ffPiK'*^ 143 Rvpir. Jr^S- VS? 1 Udan^"' Annexe 1.1 Déclaration de découverte archéologique Service Régional de l'Archéologie de Bretagne A retourner au 6
  • .) : Nom du site : Cadastre : Organisme = . .. AUT£.. Département : ... CSf&y . xi/Ao-v^C/f. Lieu-dit ( du Cadastre) : Année première mention > s (Armée de dernière mise à jour) . MA Section(s) et parcelle(s) : r n° Ai?-. Observations : Q Propriété Etat : Carte I.G.N
  • . Numéro 0 f -45" oneA- Coordonnées Lambert Centre site: X= [J Collectivité : Propriétaire | f 1 I 7-1 .3 1 , I 5~\ 3 Rayon du site (mètres) : Année d'édition Contours Io I |] m Circonstances de la découverte : Xa Ya X& Yb Xc Yc Xd Yd Xe Ye LoSowr^ Techniques
  • de repérage : Informateur : Q Nom Zone : 1A Privé : jP>X?ijX*jr»\i*i ctx\ ipj C/ttrc. (VICCXAS 4 ajKnÂoirr. eu. S»X«r Description des vestiges : AraJ^'ig. Etat de conservation : Eléments de datation Chronologie proposée : Mobilier Oui |^~| Non [ Lieu de conservation
  • 1 c. rViCtXSl^ rcfocjtifcvy Documentation Bibliographie CADRE RESERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE N° de site attribué 1 N° d'enregistrement DRACAR | 1 I I I 1 1111 I I i I 1 I Code AP / AH Modification □ *^V3L. C^rfoycR-C '-V^J) 7W" KJ- Annexe l.i
  • Déclaration de découverte archéologique Service Régional de l'Archéologie de Bretagne A retoumef au 6. rue du Chapitre. 35044 Rennes Cedex. Première mention Année = □ : Données complémentaires Nature de l'opération = Responsable = ...fc^c.. .^/.
  • ^....
  • ) : Informateur: Im Lctiou .r$ Circonstances de la découverte : Techniques de repérage : I pre>.^0Vset\ e>»v. cxu. Sol fcri.Cc AJJ COLAS A «CcJcJ' dt. ieîkx Description des vestiges : Etat de conservation : Eléments de datation Chronologie proposée : Mobilier Oui jXI Non \^\ l
  • leu de conservation £ft «5, A/!Ç/^04%^ kvre>loL«Ji !if'l Documentation : Bibliographie : CADRE RESERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE N° de site attribué \ N° d'enregistrement DRACAR \ | | I | | I 1 | I I I I I I I Code AP / AH Modification | |_ r Z2^7c> Afc ç'HpoZax
  • 'HAS> Annexe I. ■ Déclaration de découverte archéologique A retourner BU Service Régional de l'Archéologie de Bretagne 6. ru« du Cheptlr*. 35044 RsnnM C«dw Première mention Année = =|X| Données complémentaires = 3I | /f |
  • Année première mention *A ^.^î< ..„./^^^:f.^.^«.'.r.ft Organisme = ../ffiiïT.ïsL. Responsable = ...£K,;^..fV/çe>c. Commune Co/?\ (/ fi. Département : ...&.f*à..ff...4?.iïif?/Z: kg.ŒM&g Lieu-dit (du Cadastre) : ktXxUXtZ. Lieu-dit (de l'I.G.N.) : Nom du site : Cadastre 1
RAP00657.pdf (LA FOREST-LANDERNEAU (29). château de Joyeuse Garde. rapport de sondages 1967-1968-1969)
  • LA FOREST-LANDERNEAU (29). château de Joyeuse Garde. rapport de sondages 1967-1968-1969
  • DANGUY DE DESERTS Marie-Claude
  • difflculr tés duos au terrain* malgré le délabrement du château, malgré la jeunesse et le manque d'expérience des fouilleurs les résultats obtenus se sont révélés intéressants. La plus spectaculaire des réussites fut le dégagement de la salle voûté®., avec ses trois soupiraux et ses
  • LA FOREST - LANDERNEAU (29) Rapport de fouilles 1967 - 1968 - 1969 Marie-Claude DANGUY DES DESERTS Le CHATEAU de J 0 Y E U S B en LA FOREST LANDSRNEAU GARDE (Finistère) rapport des sondages archéologiques effectués &n juillet 1967 Marie Claud® DAMGUY des DESERTS J o y
  • tfSfc 6ftft,DF C| r&u-MB- e ^ fco^li du. iva «U (la,y rt-uu \ s re ^ peur SûUt/iSTOf- Sondages archéologiques effectués au château de JOYEUSE GARDE en LA FOREST LANDERMEA0 (Finistère) au lieu, dit "Le château^ Propriétaire î Monsieur le Duc de ROHAN château de
  • Josseljna • JOSSELU (Morbihan) Travaux éxêcutés sous la surveillance de Monsieur SANQUEE, correspondant de Monsieur BOUSQUET, directeur des Antiquités Historiques de Bretagne et des Pays de la Loire, pour le Finistère. PLAN du Rapport PRESENTATION 1 - Renseignements Techniques A l>es
  • conditions de travail - fouilles antérieures - moyens mis en oeuvre - durée des travaux -participants - mesures de protection prises - situation des collections provenant du site B l'état d€îs lieux au début des travaux» il - Les Travaux A y^snltats d'ensemble ~ les soupiraux - les
  • escaliers C la porte d9entrée. «ta» «UW •(•«* MCMMM4. M » «¡fc» va» »oa *CV WU» 13» UJW VU* tcat D les,/tours: - la tour Nord-Est - la tour Sud-Est Conclusion intérêt des sondages suite des travaux publication des résultats partiels. PRESENTATION Le château de La Porest-Landerneau
  • est connu de nos jours sous le nom de "joyeyse»'3ardeM. A ce titre il peut prétendre avoir abrité les héros du Roman des Chevaliers de la Table Ronde, le Roi Arthur, Lanceiot du Lac* Tristan et Yseult. La tradition veut aussi qu'il soit lié à la légende de Saint TKéxiênan
  • rapportéspar Albert Le Grand, et aux épisodes bretons de la Guerre de Cent , Ans rapportés par Froissart. Le château est médiéval, de forme polygonale. Il est en ruine depuis la fin du xvème ou le début du XVI èrae siècle. La Forest~Landerneau est située sur les bords de l'Elorn, à flanc de
  • colline, entre Brest et Landerneau Pour sauver son château de 1*oubli total, pour sauvegarder ses ruines abandonnées à la végétation, une association s'est formée, en février 1967, sous le vocable d' "Association des Amis du château de Joyeuse-Garde"* Grâce à eux ont été organisés cet
  • été des sondages archéologiques. Monsieur Sanquer, correspondant de la Direction des Antiquités Historiques pour le Finistère, a bien voulu me confier une part de la responsabilité de ces sondages, et je l'en remercie beaucoup. Un des membres de 1»Associât!on» Monsieur Bazin
  • , a rédigé un travail sur l'état des connaissances littéraires et artistiques concernant le château de Joyeuse-Garde» Ce rapport sera donc uniquement une étude archéologique, présentant les quelques résultats obtenus après trois semaines de dêbroussailiage, de déblaiement et de fouilles
  • . I RENSEIGNEMENTS TECHNIQUES A Conditions de Travail; - les fouilles Antérieures s Aucune fouille scientifique n'a jamais été faite sur le site du château de Joyeuse-Garde» Il est certain que des habitants de la F ores t-landerneau et des environs ont» à différentes époques
  • , cherché quelque trésor, quelques souterrains. La tradition-locale rapporte de nombreuses histoires de souterrains, pièces d'or,.,., mais qu'en est-il vraiment 9 Il est certain aussi que malgré les interdiction des propriétaires, les pierres du château en ruine ont été réutilisées pour
  • construire des maisons. Elles ne sont plus récupérables. Notre étude se limite donc à ce qui fut trouvé sur Soi U S t f J i t (36 u t o . - les moyens mis en oeuvre ; Un matériel léger fut mis à la disposition des fouilleurs par la jaunicipalitéi brouettes, pelles» et pioches, seaux
  • , hâches, faucilles et fourches, scie, etc.». - la durée des travaux» Les travaux ont duré du 11 au 30 juillet 1967 l'horaire adopté généralement était 7heures~ 13 heures, rythme assez dur pour les jeunes fouilleurs mais qui avaient ainsi leurs soirées libres pour des activités de
  • groupe. les participants : Les participants travaillaient là â un des cMtiers du Mouvement chrétien pour la.Paix. Les dix huit fouilleurs avaient entre 16 et 18 ans, quatre dsentre eux étaient Belges, et quatre Anglais. Le recrutement s«était fait pour les autres à travers toute la
  • Frafi.ee. Cinq jeunes des environs s'étaient ajoutés à ce groupe qui était dirigé pas? Monsieur Sanchez, secondé par deux responsables. Dans l'ensemble les fouilleurs étaient élèves du secondaire et ne savaient pas au départ en quoi consistait leur travail» Ils s®étaient inscrits pour
  • participer pendant leur vacances à mie activité de groupe pour jeunes« Le cantonnier municipal nous a apporté une aide appréciable. Liste des Participants i Dominique AOSTRUY, Georges COS TE S, Jean Pierre DARDENNB, Anne Marie DARMS, Fabienne de SLOVERS, Claire DEQUIER, Bruno DUBOIS, Jean
  • salle souterraine fut restauré car sa solidité m9était pas certai ne. Une pancarte interdit maintenant l'accès du chantier aux-promeneurs. ,1a , situation des collections provenant du sites La collection se réduit à quelques tessons de poterie vulgaire, k quelques morceaux de lier
  • * Ils sont actuellement stoqués et attendait les résultats des fouilles futures pour être publiés de façon plus intéressante. B- L'état des lieux au début des travaux «w» | «»«a* MS41 ¿0» | aa» «s^ if*®«?«* Un aveu, de dénombrement rendu au Soi par le Vicomte de Léon le 13
RAP04067 (CINTRE (35). ZAC du Moulin à Vent, tranche 2b. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • CINTRE (35). ZAC du Moulin à Vent, tranche 2b. Rapport de diagnostic
  • Sujets et thèmes Foyer Fosse Parcellaire Cette opération correspond à la troisième tranche d’un diagnostic archéologique réalisé au préalable à l’installation de la future ZAC du Moulin à vent sur la commune de Cintré (35). Localisé au sud-est du bourg, le diagnostic occupe
  • quasiment 3 hectares et révèle une centaine de structures dont l’attribution chronologique s’échelonne de l’âge du Fer à la période contemporaine. L’étude documentaire menée sur les abords médiévaux du territoire sondé révèle un secteur riche en occupations. Si de nombreux vestiges
  • moyenâgeux sont découverts sur l’ensemble de l’emprise, c’est cependant sur la frange occidentale du diagnostic que leur présence se fait le plus ressentir. En effet, il s’agit de la zone la plus proche du bourg actuel de Cintré et au contact direct avec, pour l’époque médiévale, les
  • terres rattachées au presbytère ou à la métairie de Beauregard. Diagnostic archéologique Protohistoire Âge du Fer La Tène Époque médiévale Haut Moyen Âge Moyen Âge Bas Moyen Âge Temps modernes Époque contemporaine Rapport final d’opération Chronologie ZAC du Moulin à vent
  • , tranche 2b, Cintré, Ille-et-Vilaine, Bretagne Cintré, ZAC du Moulin à vent, tranche 2b Bretagne, Ille-et-Vilaine, Cintré, Cintré, ZAC du moulin à vent, tranche 2b Mobilier Les vestiges protohistoriques sont, quant à eux, principalement regroupés sur 2 000 m² au sud-est de
  • l’opération et pourraient continuer à se développer vers le nord-est sur les parcelles intégrées au projet de la ZAC. Ces données devront naturellement être prises en compte lors des futures investigations dans ce secteur. sous la direction de Audrey Le Merrer Inrap Grand Ouest 37 rue
  • du Bignon CS 67 737 35 577 Cesson-Sévigné www.inrap.fr Rapport de Diagnostic Audrey Le Merrer Céramique Verre Tuile, fragment de marbre Inrap Grand Ouest Août 2021 35080 Rapport de diagnostic d’intervention Code INSEE OA 35 5942 2020-329 _ Entité archéologique Arrêté de
  • prescription Opération archéologique Cintré, ZAC du moulin à vent, tranche 2b sous la direction de par avec la collaboration de Audrey Le Merrer Audrey Le Merrer Richard Delage Olivier Maris-Roy Inrap Grand Ouest D136180 Code Inrap Bretagne, Ille-et-Vilaine, Cintré, 37 rue du
  • Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Août 2021 Sommaire 5 6 7 8 9 9 12 17 20 23 25 I. Données administratives, techniques et scientifiques Fiche signalétique Mots-clefs Liste des intervenants Notice scientifique État du site Arrêté de prescription Projet scientifique
  • d’intervention Arrêté de désignation II. Résultats 1. Le cadre de l’opération 29 1.1. Circonstances de l’intervention 1.2. Contexte de l’opération 1.2.1. Cadre topographique et géologique 1.2.2. Contexte archéologique 1.3. Stratégie et problématique de mises en œuvre 31 2. L’occupation
  • archéologique 25 25 25 27 44 2.1. Les vestiges d’une occupation protohistorique 2.2. Des vestiges du Moyen Âge 2.3. Les vestiges modernes et contemporains 2.4. Les vestiges non datés 46 3. L’étude documentaire (O.Maris-Roy, Inrap) 62 4. Le mobilier archéologique (R. Delage, Inrap
  • ) 66 5. Conclusion 68 6. Sources, bibliographie et webographie 70 Liste des figures 32 36 43 75 III. Inventaires 74 Inventaire des structures 77 Inventaire du mobilier 77 Inventaire des minutes 78 Inventaire des photographies I. Données administratives
  • , techniques et scientifiques Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet
  • 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs
  • conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs
  • . Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à
  • une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont
  • incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le
  • cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect
  • de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de
RAP03205.pdf (MARCILLE-ROBERT (35). Le château. Rapport de PT 2015)
  • MARCILLE-ROBERT (35). Le château. Rapport de PT 2015
  • Marcillé-Robert, Ille-et-Vilaine, Bretagne Le château (EA 35-165-0023) Rapport de prospection-thématique par Jocelyn Martineau et Jean-Claude Meuret, avec la collaboration du CERAPAR, du CNPAO et de l’INRAP et de Pierre Tressos. Décembre 2015 Prospection thématique 2015 1
  • Table des matières Notice scientifique........................................................................................................................................... 4 Introduction
  • ....................................................................................................................... 10 3.1 - Désignation des secteurs......................................................................................................................... 10 3.2 - La dévégétalisation, le relevé micro-topographique et le scan 3D du château
  • ................................................... 14 2 – L’apport des dépouillement, transcription, et étude des sources écrites à l’histoire du château de Marcillé-Robert – par Jean-Claude Meuret................................................................................................. 16 2.1 – Apports et limites des
  • sources des XIe et XIIe siècles............................................................................ 17 2.2 – Au XVe siècle, des informations sur l’imminence du conflit avec la France et ses retombées quant au château de Marcillé
  • ..................................................................................................................................... 20 2.3 – Fin du XVe siècle des données sur la vie au château et ses environs en temps de paix....................... 22 2.4 - Pour la fin XVIe du siècle, une ébauche d’exploration des registres paroissiaux de Marcillé.................. 24 2.5 – XVIIe et XVIIIe siècles : actes
  • ............................................................................................................................................... 27 3 – Analyse archéologique............................................................................................................................... 28 3.1 – Le secteur 1, la motte castrale et son enceinte de pierre
  • ..................................................................................................................................... 58 4.1 - L’état primitif : la motte et ses enclos à emboîtements multiples............................................................. 58 4.2 - Un chantier uniforme avec un système de fondations originales............................................................. 59 4.3 - Le
  • fortifiée entre deux tours : l’axe sud-est ?..................................................................................64 Conclusion et perspectives de recherche........................................................................................................ 65
  • .......................................................................................................... 67 I - Dossier sources écrites pour le château de Marcillé-Robert (Ille-et-Vilaine). Recherches, transcriptions, traductions et mise en forme par Jean-Claude Meuret............................................................. 67 Château de Marcillé-Robert (35) 2 Remerciements
  • . Nous remercions Jean Mesqui, Denis Hayot et Emmanuel Litoux pour leur aide et conseils concernant l’analyse comparée de ce monument complexe, André Corre et les bénévoles de l’association du CERAPAR pour la réalisation du plan micro-topographique du site dans son ensemble, motte et
  • basses-cours, Jean-Baptiste Barreau et Yann Bernard du CNPAO pour leur patience et leur écoute quant à la restitution des données 3D de l’enceinte flanquée, largement au-delà de leur mission contractuelle, ainsi que Michel Baillieu et Pierrick Leblanc, de l’Inrap, pour avoir acceptés
  • de réaliser le géoréférencement du site à titre gracieux. Droits d’auteur : @Jocelyn Martineau @Jean-Claude Meuret @Pierre Tressos Prospection thématique 2015 3 Notice scientifique La morphologie et la chronologie relative du château de Marcillé se rattachent à deux grandes
  • périodes de construction. La première vraisemblablement datable du XIe siècle, même si le château est mentionné plus tardivement en 1161, voit l’érection de la motte castrale, de ses basses-cour, du bourg et de l’étang, sans compter le pr ieuré dans un second noyau urbain situé à
  • l’écart, sur la route de la Guerche-deBretagne. L’ensemble se rattache à la problématique plus générale de la genèse des habitats élitaires fortifiés et de leur noyau urbain entre le Xe et le XIIe siècle. Jean-Claude Meuret présente ainsi le bourg et son château comme un exemple
  • particulièrement emblématique de « proto-ville », siège d’une agglomération médiévale primitive maintenue dans son état XIIe sans transformation notoire1. Sans doute délaissée dans le courant du XIIIe siècle au profit de Vitré, le bourg castral aura en effet conservé sa structure poly-nucléaire
  • jusqu’à nos jours. La seconde grande période de fortification, qui reste malheureusement non daté, voit le remplacement probable de la turris primitive mentionnée en 1161 par une enceinte de pierre de plan hexagonal flanqué de six tours à archères dont le type appartient sans conteste
  • aux nouvelles normes défensives qui se mettent en place dans le duché de Bretagne entre le règne de Philippe-Auguste (1180-1223) et de Saint-Louis (1226-1270), ou plutôt de Pierre de Dreux (1213-1237) et de Jean Ier le Roux (1221-1287). Le choix de ce plan centré unique en Bretagne
  • pose question. Il s’agit là très vraisemblablement d’une adaptation à la circonférence de la motte castrale antérieure mais l’homogénéité du plan d’ensemble, le nombre de tours, la rapidité et la maîtrise du chantier de construction ainsi que la recherche d’un système de fondations
  • techniquement complexe et original, plaideraient en faveur d’un commanditaire de très haut rang ayant les moyens de ses ambitions architecturales. André III de Vitré (1211-1250) est le premier à venir sur la liste des constructeurs potentiels en tant que membre de la haute aristocratie
RAP03207.pdf (TREMBLAY (35). Bourg, église Saint-Martin : à la recherche des origines de l'église. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • TREMBLAY (35). Bourg, église Saint-Martin : à la recherche des origines de l'église. Rapport de diagnostic
  • Diagnostic archéologique Rapport d’opération Tremblay, Ille-et-Vilaine, bourg, église Saint-Martin À la recherche des origines de l’église sous la direction de Françoise Le Boulanger Inrap Grand Ouest janvier 2016 Diagnostic archéologique Rapport d’opération À la
  • recherche des origines de l’église 35341 Code INSEE Tremblay, Ille-et-Vilaine, bourg, église Saint-Martin — D110178 2015-084 Système d’information Code Inrap Arrêté de prescription sous la direction de Françoise Le Boulanger Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577
  • Cesson-Sévigné janvier 2016 avec la contribution de avec la collaboration de Paul-André Besombes Françoise Labaune-Jean Pierre Poilpré Agnès Cheroux Stéphane Jean Pierrick Leblanc Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 7 Fiche signalétique
  • 8 Mots-clefs des thesaurus 9 10 Intervenants Notice scientifique 10 État du site 11 Localisation de l’opération 13 Arrêté de prescription 19 Projet scientifique 22 Arrêté de désignation Résultats 25 1. Introduction
  • 25 1.1 Raisons de la mise en place du diagnostic archéologique 25 1.2 Données physiques 25 1.2.1 Contexte géographique 25 1.2.2 Contexte géologique 25 1.3 Contexte historique et archéologique : état des connaissances 28 1.4 Conditions de
  • réalisation de l’opération archéologique 31 2. 31 2.1 Présentation des données archéologiques À l’extérieur de l’église 31 2.1.1 Le sondage 2 33 2.1.2 Le sondage 3 36 2.2 Dans l’église 36 2.2.1 Le sondage 1 41 2.2.2 Étude du chapelet
  • (Françoise Labaune-Jean) 44 2.2.3 Sondage 4 - sondage 5 44 2.2.4 Bilan 49 3. 49 3.1 Recherche documentaire sur l’église Saint-Martin de Tremblay Origines de l’église de Saint-Martin de Tremblay 49 3.1.1 La tradition populaire : l’effigie de Saint
  • -Martin 51 3.1.2 La donation du XIe siècle : entrée dans l’histoire de Saint-Martin 51 3.1.2.1 Une église cédée à des moines par des laïcs au XIe siècle 52 3.1.2.2 Contexte de la donation de l’église 54 3.1.2.3 Une église déjà ancienne au XIe siècle
  • 55 3.1.2.4 Qui étaient les possesseurs de cette première église de Tremblay ? 57 3.2 Évolution architecturale de l’église de Saint-Martin de Tremblay d’après les sources 62 3.3 L’église Saint-Martin et la formation du bourg de Tremblay : un modèle qui se
  • dessine 67 4. Conclusion 69 5. Sources 71 6. Bibliographie Annexes 77 1. Corpus (Pierre Poilpré) 91 2. Étude numismatique (Paul-André Besombes) 93 3. Inventaire des sondages et faits archéologiques 99 4. Inventaire des
  • mobiliers archéologiques 101 5. Inventaire des minutes de terrain I. Données administratives, techniques et scientifiques I. Données administratives, techniques et scientifiques 7 Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Statut du terrain au regard des
  • législations sur le patrimoine te l’environnement — Département Ille-et-Vilaine (35) Propriétaire du terrain Commune Mairie 5, rue du docteur Bertin 35460 Tremblay Tremblay Organisme de rattachement Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Dates
  • d’intervention sur le terrain 13 - 30 avril 2015 Adresse ou lieu-dit Bourg, Église Saint-Martin Codes Références de l’opération Numéro de l’arrêté de prescription 2015-084 code INSEE 35341 Numéro de l’opération D110178 Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système
  • Lambert CC48 Numéro de l’arrêté de désignation du responsable — x : 1368950 y : 7256600 z : 80 - 83 m NGF Références cadastrales Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement Mairie 5, rue du docteur Bertin 35460 Tremblay Commune Tremblay Année — section(s) AB parcelle(s) Nature
  • de l’aménagement Travaux de drainage autour de l’église ; dans l’église, déplacement du maître-autel du chœur dans la croisée du transept Opérateur d’archéologie Inrap Grand Ouest 89, 98, 130, 131 Responsable scientifique de l’opération Françoise Le Boulanger, Inrap Surface
  • diagnostiquée 2500 m2 8 Inrap · RFO de fouille Tremblay (35) – Bourg, Église Saint-Martin Mots-clefs des thesaurus Chronologie Sujets et thèmes Paléolithique Mobilier édifice public nb Industrie lithique Industrie osseuse Inférieur édifice religieux Moyen
  • -Empire (de 285 a 476) Atelier époque médiévale Études annexes Géologie haut Moyen âge Datation Moyen âge Anthropologie bas Moyen âge Carpologie Temps modemes Anthracologie époque contemporaine Pétrographie ère industrielle Palynologie
  • Macrorestes An. de céramique An. de métaux Aca. des données Numismatique Conservation Restauration I. Données administratives, techniques et scientifiques 9 Intervenants Intervenants administratifs Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre
  • de l’opération Stéphane Deschamps, SRA Conservateur régional de l’archéologie Prescription et contrôle scientifique Anne-Marie Fourteau, SRA Conservateur du patrimoine Prescription et contrôle scientifique Claude Le Potier, Inrap Directeur interrégional Mise en place et
  • suivi de l’opération Michel Baillieu, Inrap Adjoint scientifique et technique Mise en place et suivi de l’opération Thomas Arnoux, Inrap Assistant scientifique et technique Mise en place et suivi de l’opération Christelle Picault, Inrap Assistante opérationnelle
RAP01573.pdf (ARRADON, PLOEREN (56). rapport de prospection inventaire)
  • ARRADON, PLOEREN (56). rapport de prospection inventaire
  • Dominique TAQUET - 1998 - PROSPECTION INVENTAIRE des COMMUNES: - ARRADON - 56 003 - PLOEREN - 56 164 (Morbihan) /5?3 Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan 2 1 DEC. 1998 INVENTAIRE ARCHEOLOGIQUE DES HUIT COMMUNES PERIPHERIQUES DE VANNES Dominique
  • TAQUET ARRADON - PLOEREN Les autorisations pour nos prospections inventaires ne nous étant parvenues que début juin 1998, nous avons décidé, d'un commun accord, de privilégier pour cette première année un travail de recherche en archives. Cette méthode inventaire s'est appuyée sur le
  • dépouillement exhaustif d'archives (voir la bibliographie ci-après). En effet, de nombreux érudits locaux ont beaucoup écrit sur leurs recherches archéologiques menées au XlXè siècle dans département du Morbihan, (essais, dictionnaires, répertoires, inventaires...) Les premiers inventaires
  • du Morbihan ont été réalisés par l'abbé J. MAHE en 1825, puis par CAYOT DELANDE en 1847, A. FOUQUET en 1853, M. ROSENZWEIZ en 1863, J. LE MENE en 1891 et enfin E. RIALAN (publications de 1884 à 1892) qui avec ses trois volumes, apporte un maximum d'informations archéologiques. Le
  • dépouillement a été élargi à tous les bulletins de la Société Polymathique du Morbihan qui, au XlXè siècle, avec de FREMINVILLE, L. GALLES, H. JAQUEMET, ainsi que de nombreux chercheurs du XXè siècle comme AVENEAU de LA GRANCIERE, L. LALLEMENT, L. MARSILLE, Y. ROLLANDO, Y. COPPENS, J. ANDRE
  • , J. LECORNEC, P. ANDRE,...., complètent d'une manière indispensable les publications des précurseurs. D'emblée, un constat s'impose: les sources d'archives sont très nombreuses et ont occupé le plus clair de notre temps d'inventaire. Figure pour chaque site: 1- Le nom et le numéro
  • du site de la carte archéologique si celui ci est répertorié. 2- Une synthèse du contenu de chaque source tenant compte de la chronologie. 3- Les photocopies de toutes les sources anciennes étudiées ainsi vérifiables. Notre méthode prend en compte tout type de découverte
  • archéologique pour toute période s'étendant de la préhistoire au Moyen-Age. Le dépouillement fait apparaître une quantité de sites non répertoriés par la cane archéologique. Ainsi pour les huit communes, cette dernière mentionnait 61 sites. Après dépouillement, 42 sites supplémentaires
  • seront vérifiés sur le terrain, soit près de 70% en plus de ceux déjà mentionnés sur la carte archéologique. Le dépouillement est sur le point d'être achevé. La phase de travail sur le terrain avec les membres du CERAM débutera en janvier 1999. Cette prospection inventaire des huit
  • communes périphériques de Vannes permettra une cartographie chronologique et thématique, base d'une meilleure connaissance de l'archéologie vannetaise et par la même occasion, d'une meilleure appréhension de son histoire. INVENTAIRE ARCEOLOGIQUE DES HUIT COMMUNES DE LA PERIPHERIE
  • VANNETAISE NOMBRE DE SITES PAR COMMUNE Communes ARRADON PLESCOP PLOEREN SAINT AVE SAINT NOLFF SENE THE IX TREFFLEAN N° commune Nombre de sites inventoriés sur Nombre de sites possibles après la carte archéo. dépouillement 56 003 56 158 56 164 56 206 56 231 56 243 56 251 56 255 21
  • 3 1 8 4 12 10 3 23 4 9 13 6 19 21 8 total 62 103 LIOQRÀPHI: OUVRAGES GENERAUX SUR LE MORBIHAN ANDRE P. 1963, La cité gallo-romaine des Vénètes, DES de lettres, Université de Rennes. ANDRE P. 1971, La cité gallo-romaine des Vénètes, B.S.P.M., p. 3-48. ANDRE P., TRISTE
  • A., 1992, Quand Vannes s'appelait Darioritum, Catalogue de l'expo., 1 10p. CAYOT DELANDRE, 1847, Le Morbihan son Histoire et ses Monuments, 560 p. FOUQUET A., 1853, Des monuments celtiques et des ruines romaines dans le Morbihan, 1 17p. FOUQUET A., 1873, Guide des Touristes et des
  • archéologues dans le Morbihan, 197p. GALLIOU P., 1989, Les tombes romaines d'Armorique, DAF n°17, 204p. MARSUXE L., BSPM 1929, Les voies romaines du département du Morbihan, p. 3-58 MARSILLE L., 1972, Répertoire archéologique du Morbihan gallo-romain, 52p., LE FLOHIC 1996, Le Patrimoine des
  • communes du Morbihan, 2 volumes, LE MENE Jh-M., 1891, Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes, Tome 1 550 p. et Tome II 536p. MAHE J., 1825, Essai sur les antiquités du département du Morbihan, 500p. MERLAT P., 1982, Les Vénètes d'Armorique
  • , Archéologie en Bretagne, 3e s., 135p. OGEE, 1843, Dictionnaire historique et géographique de Bretagne, Tome I et II, 986p. RIALAN E. I en 1884 et 1885, Découvertes archéologiques dans le Morbihan, 35p. RIALAN E. H en 1885, Nouvelles découvertes archéologiques dans le Morbihan, 20p. RIALAN
  • E. de 1886 à 1892, Découvertes archéologiques faites dans le Morb.,SPM 1924, 42p. ROSENZWEIG M., 1863, Répertoire archéologique du département du Morbihan, 238p., ROLLANDO Y., 1961, La préhistoire du Morbihan, Le Vannetais littoral, BSPM 1961, p. 1-141 m ARRADON ANDRE J., 1960
  • , Densité et répartition de la population en Vénétie romaine, Annales de Bretagne, TomeLXVTl, 1960, fasc. l,p. 103-106. ANDRE J., 1961, Inventaire des objets romains en bronze du Musée de Vannes, OGAM Tome XIV, p. 407-411 ANDRE J., BSPM 1957-58, Un milliaire au Lodo, PV p. 71 ANDRE J
  • ., BSPM 1966, Provenance du marbre gallo-romain du Lodo, PV p. 3 ANDRE P., BSPM 1974, Rapport de l'intervention du 9 Sept. 1974 dans l'église paroissiale d'Arradon, mise au jour d'un caveau, 3 pages + plan et photos. ANDRE P., BSPM 1976, La sépulture de l'ancienne église d'Arradon, PV
  • p. 20 ANDRE P., 1979, Les carnets de Monsieur de Fréminville III, La villa de Keran en Arradon, 1: les bâtiments, Archéologie en Bretagne, n° 23 p. 3-12 ANDRE P., 1981, Les carnets de Monsieur de Fréminville IV, La villa de Mané-Bourgerel en Arradon, 1 : Les bâtiments et les
RAP01289.pdf (DAOULAS (29). l'abbaye. rapport de synthèse de fouille programmée 1993-1994)
  • DAOULAS (29). l'abbaye. rapport de synthèse de fouille programmée 1993-1994
  • LES FOUILLES DE L ABBAYE DE DAOULAS f (29043001) (FINISTERE) DFS DE FOUILLE PROGRAMME par Michel BAILLIEU A.F.A.N. RENNES: SRA Bretagne 1995 r liîSJ SOMMAIRE Avant propos p Introduction p Chapitre 1. Chapitre 2. Chapitre 3. Les origines de la fondation romane fin
  • Xlle f Le monastère médiéval Xin-XIVe F La guerre de Cent Ans et les premiers remaniements fin XlVe - fin XVe f Au temps de la commende:réorganisation de l'espace Milieu XVIe-XVUe [ Du temps des Jésuites jusqu'aux dernières transformations XVIIIe - XIXe \ Chapitre 6
  • . Synthèse de l'histoire du site p Annexe 1 Tableau synchronique de l'histoire du site Annexe 2 Etude documentaire A. Léon Chapitre 4. Chapitre 5. AVANT-PROPOS Les résultats des sondages préliminaires effectués en 1990 ont entraîné la fouille programmée de l'Abbaye Notre Dame de
  • Daoulas entre le mois de Juillet 1991 et le mois d'août 1994. Quatre campagnes ont été nécessaires pour l'élaboration de cette étude, dont le financement a été pris en charge par le Conseil Général du Finistère, maître d'ouvrage, avec une participation de l'Etat. Le centre culturel
  • "Abbaye de Daoulas" (1991-1992), puis l'association pour les fouilles archéologiques nationales ont successivement assuré la gestion et le suivi de l'opération. Les travaux de fouilles ont été effectués par de nombreux fouilleurs bénévoles. L'encadrement, la réalisation des documents
  • graphiques ainsi que la gestion du mobilier ont été confiés le plus souvent à des étudiants stagiaires en histoire ou en archéologie sous la responsabilité de M.Prigent et D. Thiron. Des raisons matérielles et financières liées au montage des fouilles programmées m'ont conduit à mener le
  • plus souvent seul le traitement des données archéologiques ainsi que les différentes études annexes. Cependant, une étude d'archives complémentaire a été menée par Mlle A. Léon dans le cadre de la réalisation du document final de synthèse. Je tiens à remercier l'ensemble des
  • personnes qui ont contribué à cette étude et plus particulièrement A. Bardel, ingénieur à l'université de Rennes 2, responsable du programme de recherches sur les établissements monastiques en Bretagne qui nous a accueilli dans le laboratoire de l'U.R.2 où elle nous a fait bénéficier du
  • fruit de son expérience et de ses travaux. Enfin, je souhaite exprimer ma reconnaissance envers M . Vaginay, conservateur régional de l'archéologie et J-Y.Tinevez, ingénieur chargé du département du Finistère pour leurs diverses contributions à l'élaboration de cette étude. 1. vue
  • d'ensemble de l'Abbaye. INTRODUCTION Le village actuel se situe en fond de vallée de la rade de Brest, à l'emplacement même de l'estuaire de la rivière de Daoulas. Dominant le versant le plus élevé, c'est là que s'est installée l'Abbaye Augustinienne de Daoulas dont la fondation vers
  • la fin du Xlle siècle serait à l'origine de la naissance de cette petite ville bordée de bras de mer (pl. I). La présence de chanoines réguliers dont l'identité, la fonction sociale et économique entraînaient des rapports fréquents avec l'extérieur apparaît comme un facteur
  • déterminant de l'existence, vers le milieu du XÏÏIe siècle au moins, du bourg de Daoulas. Suite aux demandes répétées et motivées du Conseil Général du Finistère, propriétaire des lieux depuis 1984, des sondages archéologiques furent entrepris au mois de Juillet 1990. Les informations
  • glanées lors de cette première campagne de fouille ainsi que l'observation de quelques documents et plans anciens (Besnard 1771, Bigot 1875 et Chaussepied 1880) ont guidé nos recherches. Elles ont également permis d'identifier avec précision les phases d'occupation tardives (phases 5
  • et 6) ce qui n'était pas rendu possible par la seule lecture de la stratigraphie. En revanche les données concernant l'implantation de l'Abbaye romane et l'existence présumée d'un établissement antérieur étaient extrêmement rares et inconsistantes. En l'absence de plans et autres
  • documents anciens originaux, on doit se contenter d'un cartulaire du début du XIXe siècle (Archives départementales du Finistère, 1H79) dont le premier titre certain est une copie de la confirmation faite en 1186 par Hervé, vicomte de Léon, de la donation primitive faite à l'abbaye par
  • ses parents Guyomarch et Nobile et qui permettrait de replacer la fondation romane aux alentours de 1173. Il en va de même, pour toute la période médiévale et il faut attendre le XVIIe et le XVIIIe siècle pour disposer de plusieurs monographies retraçant l'histoire de l'abbaye
  • (Pinson 1696, Levot 1875, Peyron 1897). Néanmoins, comme on le verra tout au long de cette étude, l'historiographie du site souffre de nombreuses incohérences que l'on peut expliquer en partie par la personnalité et le statut de ses auteurs (cf. annexe 2, p. 2-4). Les difficultés
  • d'interprétation d'une telle documentation expliquent que l'on ait pu émettre diverses hypothèses sur les premières origines de l'Abbaye, à partir notamment de la vie légendée de Saint Jaoua (Legrand, p. 52-58). 2. Plan général (Besnard, ingénieur de l'Abbaye, dressé en des ponts et
  • chaussés 1771 à Landerneauj 1X5 * Au moment de débuter l'opération, nous ne disposions d'aucune information sur l'état de conservation des bâtiments conventuels qu'il était d'ailleurs difficile de situer. Le seul plan faisant référence aux "communs" était un levé de l'Abbaye
  • (Besnard 1771,fig. 2, p. 5), donnant l'inventaire sommaire des bâtiments existants en cette fin de XVIIIe siècle. Il convient de préciser également le caractère non conventionnel des fondations Augustiniennes en matière d'architecture, contrairement aux ordres Bénédictins ou Cisterciens
RAP01834.pdf ((56). mottes et enceintes dans l'ancien évêché de Vannes. rapport de prospection thématique)
  • (56). mottes et enceintes dans l'ancien évêché de Vannes. rapport de prospection thématique
  • LE BADEZET NICOLAS Prospection Thématique MOTTES ET ENCEINTES DANS L'ANCIEN EVÊCHE DE VANNES 2002 autorisation du 10 avril 2002 LE BADEZET NICOLAS Prospection Thématique MOTTES ET ENCEINTES DANS L'ANCIEN EVÊCHE DE VANNES 2002 autorisation du 10 avril 2002 Je remercie
  • tout particulièrement les Ministères de la Culture et le Conseil Général qui ont permis, par leur aide financière, l'exécution de cette prospection archéologique. Je tiens aussi à associer à ce rapport P. NAAS, B. GINET et A. TRISTE pour leurs connaissances du terrain qu'ils n'ont
  • pas hésité à m' apporter. Ce travail a été grandement facilité par l'aide de madame O. LE COQ, bibliothécaire au Service Régional de l'Archéologie, et les manutentionnaires des Archives Départementales du Morbihan qui ont eu la patience de me porter des poids considérables lors de
  • l'étude des anciens cadastres. La prospection que nous avons présenté ici s'attache à recenser les mottes et enceintes dont il reste des vestiges visibles dans l'ancien évêché de Vannes, circonscription contemporaine de ces sites (Xle-XIIIe siècles) et délimitée par des frontières
  • assez facilement repérables (l'Ellé à l'ouest, l'Oust au nord et à l'est, l'océan au sud). Les mottes ont l'avantage d'être suffisamment caractéristiques quant à leurs formes pour pouvoir être placées dans une fourchette chronologique ne dépassant pas trois siècles. Le problème des
  • enceintes est plus difficile à cerner du point de vue typologique, chronologique et du point de vue de leur destination. Intégrer à notre inventaire un type de site qui a connu une existence très longue est risqué, mais nous avons fait ce choix car il apparaît très probable qu'une partie
  • de ces sites ont été occupés aux Xle-XIIIe siècles, au même titre que les mottes. Certaines enceintes offrent les mêmes dimensions, les mêmes possibilités d'habitat que les mottes, les mêmes plans, les mêmes lieux d'implantation au niveau topographique..., ce qui pourrait indiquer
  • une chronologie relativement semblable. Il reste bien évident que seules des fouilles sur plusieurs de ces sites apporteraient des indications plus précises. Mais notre inventaire ne peut nécessairement pas prendre en compte tous les cas hors norme, en particulier des
  • réaménagements médiévaux de sites fossoyés antérieurs, sauf lorsqu'une motte ou une petite enceinte nous indique clairement cette occupation médiévale. L'objectif de ce travail est de rechercher les sites déjà inventoriés pour compléter leur description ou donner un état des lieux, puis de
  • chercher des sites inédits en mobilisant diverses sources METHODOLOGIE DE PROSPECTION La destruction de nombre de ces ouvrages, surtout ces cinquante dernières années, et l'absence quasi totale de mentions de mottes ou châteaux dans les textes font que seul le croisement des sources
  • peut nous permettre aujourd'hui de mettre en évidence leur existence. Depuis les différents inventaires publiés au XLXe siècle, la connaissance du nombre de sites du Moyen Age central a peu évolué. Les différentes études de ces vingt dernières années n'ont pas permis de renouveler
  • la connaissance des mottes du point de vue quantitatif et le problème des enceintes n'a pas été réellement éclairci du point de vue typologique. Néanmoins les inventaires anciens restent la base incontournable d'une telle étude si l'on considère de nombre de destructions
  • partielles ou totales qu'ont connu ces ouvrages à base de terre. 1/ les inventaires anciens Ces sources précieuses n'apportent pas la même contribution à la connaissance archéologique du Morbihan de façon uniforme sur tout le territoire. L'intérêt porté au XDCe siècle pour les mégalithes
  • a entraîné une concentration des recherches sur la zone littorale, et principalement au niveau de la presqu'île de Quiberon. Cet état de fait a pour conséquence qu'à mesure que l'on s'éloigne du littoral ou des zones urbaines la densité de sites archéologiques recensés diminue 1
  • , faussant toute tentative de mise en place d'une carte de répartition des sites. Cette réalité a pu être mise en évidence par l'apport important de la prospection aérienne qui a permis de rééquilibrer les densités connues jusqu'alors. Ces travaux doivent aussi êtres revus dans le détail
  • . Ces érudits ne se préoccupaient pas de typologie et la plupart interprétaient les sites qu'ils avaient vus ou fouillés selon leur point d'intérêt personnel. Tout tertre de terre était un tumulus préhistorique ou gallo-romain selon la mode en vigueur à ce moment. La prospection nous
  • a permis de voir que toutes les mottes encore en élévation gardent encore la trace des fouilles anciennes qui y ont été faites. La technique était toujours la même : on creusait de une à deux tranchées en partant du bord du tertre et en direction du centre, dans le dessein de trouver la
  • chambre sépulcrale. Dans certains cas aussi, on se contentait de creuser un puit à partir du sommet pour arriver directement à la sépulture. On comprend mieux que dans cette région particulièrement fertile en vestiges préhistoriques, un érudit, cherchant à fouiller "son tumulus" et à
  • en faire le compte-rendu devant ses pairs de la société polymathique du Morbihan, n'a pas été enclin à épiloguer sur son "échec" alors que la déception de ne pas avoir trouvé de chambre sépulcrale devait être grande. Pourtant dès le milieu du XTXe siècle, F.-M. CAYOT-DELANDRE
  • savait reconnaître une motte médiévale, ce qui ne l'empêchait pas d'en interpréter certaines comme des tumulus. Cette situation durera jusque dans la première moitié du XXe siècle même si un nombre croissant d'érudits saura faire la différence entre un tumulus et une motte. Tel ou tel
RAP02957.pdf (LIVRÉ-SUR-CHANGEON (35). ZAC de l'Abbaye. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • LIVRÉ-SUR-CHANGEON (35). ZAC de l'Abbaye. rapport de diagnostic
  • Rapport de diagnostic archéologique Livré-sur-Changeon, Ille-et-Vilaine ZAC de l’Abbaye Rapport de diagnostic archéologique sous la direction de les contributions de Elen Esnault Frédéric Boumier Emmanuelle Coffineau Véronique Guitton Hervé Paitier Pierre Poilpré Inrap
  • Grand-Ouest 37, rue du Bignon, 35577 Cesson-Sévigné Tel. 02 23 36 00 40 Avril 2014 ZAC de l’Abbaye Rapport de diagnostic archéologique sous la direction de avec les contributions de Elen Esnault Frédéric Boumier Emmanuelle Coffineau Véronique Guitton Hervé Paitier Pierre
  • Poilpré D 0226 84 Arrêté de prescription Code Inrap Système d’information 2013-316 et 2013-317 Entité archéologique Nr site Code INSEE Rapport de diagnostic archéologique Livré-sur-Changeon, Ille-et-Vilaine Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon, 35577 Cesson-Sévigné Tel. 02 23
  • 36 00 40 avril 2014 2 Inrap · diagnostic archéologique Livré-sur-Changeon, Ille-et-Vilaine, ZAC de l’Abbaye Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Proprietaire du terrain BBR 7 rue du Père Janvier 35000 Rennes Organisme de rattachement Inrap Grand-Ouest 37, rue
  • du Bignon 35 577 Cesson-Sévigné Département Ille-et-Vilaine Références de l’opération Commune Numéro de l’arrêté de prescription 2013-316 et 2013-317 Livré-sur-Changeon Adresse ou lieu-dit ZAC de l’Abbaye Codes code INSEE Coordonnées géographiques et altimétriques selon le
  • système national de référence X: 377 600m Y: 6 789 900m Z :115m NGF Références cadastrales Commune Livré-sur-Changeon section(s) YL AC parcelle(s) n° 20 et 21p n° 65, 76, 77, 78, 79 Numéro de l’opération D 0226 84 Numéro de l’autorisation de fouille 2013-236 Opérateur
  • d’archéologie Inrap Grand-Ouest Responsable scientifique de l’opération Elen Esnault, INRAP Dates d’intervention sur le terrain fouille du 7/10/2013 au 25/10/2013 post-fouille du 11/03/2014 au 4/04/2014 Données administratives 3 Notice scientifique Le diagnostic, réalisé sur
  • l’emprise de l’ancien prieuré de Livré-sur-Changeon, a livré de nombreuses informations sur la mise en place progressive du bourg et a notamment été marqué par la découverte inédite d’un enclos fortifié, qui semble immédiatement antérieur à l’installation du prieuré. Le fossé qui entoure
  • l’église est doublé d’un rempart. Lors du diagnostic, une entrée a pu être localisée au nord, à l’opposé du bourg. Ces vestiges sont réutilisés et complétés (ajout d’un fossé extérieur concentrique) par le prieuré lors de sa mise en place au début du XIe siècle avant que le site ne soit
  • profondément modifié au Bas Moyen-âge. Malgré son déclassement en ferme au cours de l’époque moderne, la structuration médiévale est encore perceptible aujourd’hui avec notamment des vestiges encore bien conservés comme la grange dîmière datée par dendrochronologie de 1401-1402. Le
  • diagnostic a révélé à la fois une densité de vestiges dans un très bon état de conservation, lié à l’histoire du prieuré mais également un site alto-médiéval qui lui semble antérieur et peut correspondre à une résidence aristocratique. Avant la donation à l’Abbaye St Florent de Saumur
  • , Livré est en effet une possession ducale. Signalons enfin, que le mobilier archéologique abonde, marqué notamment par la mise au jour de lots de céramique importants (des X-XIIe siècles et XV-XVIe siècles en particulier) mais aussi de bois (structure ou vaisselle) dans un bon état de
  • conservation et offrant un fort potentiel de datation (des échantillons ont été datés par dendrochronologie lors du diagnostic révélant une datation de la fin du Xe et du XIe siècles). 4 Inrap · diagnostic archéologique Livré-sur-Changeon, Ille-et-Vilaine, ZAC de l’Abbaye Intervenants
  • Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Deschamps, SRA Conservateur régional de l’archéologie Prescription et contrôle scientifique Anne Villard-Le Tiec, SRA Conservateur en charge du
  • dossier Prescription et contrôle scientifique Michel Baillieu, Inrap Adjoint scientifique et technique Mise en place et suivi de l’opération Elen Esnault, Inrap Responsable d’opération Responsable d’opération Equipe de fouille Avec les contributions de Rozenn Battais Julie
  • Cavanillas Frédéric Boumier, topographe Emmanuelle Coffineau, céramologue Véronique Guitton, xylologue Hervé Paitier, photographe Pierre Poilpré, étude documentaire Photo de couverture : H. Paitier, INRAP Sauf mention contraire, les photos sont de R. Battais, J. Cavanillas et E. Esnault
  • . 5 Données administratives Localisation de l’opération Chantier Inrap 6 Inrap · diagnostic archéologique Livré-sur-Changeon, Ille-et-Vilaine, ZAC de l’Abbaye Sommaire données administratives p7 1- présentation générale p13 1-1 contexte de l’intervention
  • 2- résultats de l’opération p17 2-1 les tranchées positives p19 2-2 les tranchées déterminantes pour la compréhension du site p30
  • 2-3 le bâti p47 3- interprétation des résultats p65 3-1 une occupation alto-médiévale
  • p70 3-4 le déclassement progressif du prieuré p75 4-conclusion p77 5- annexes p81 Rapport d’étude du mobilier, E. Coffineau p82 Rapport de dendrochronologie, Dendrotech, la grange dîmière
RAP01232.pdf ((35). métallurgie en région de Paimpont. rapport de prospection thématique.)
  • (35). métallurgie en région de Paimpont. rapport de prospection thématique.
  • RAPPORT DE PROSPECTION THEMATIQUE PROGRAMME H3 : MENES ET METALLURGIE. SIDERURGIE ANCIENNE DANS LE MASSIF DE PAIMPONT. Financements: Conseil général d'Ille et Vilaine. Ministère de la Culture. Année 1994. Pauline Guérisse. RAPPORT DE PROSPECTION THEMATIQUE PROGRAMME H3
  • : MINES ET METALLURGIE. SIDERURGIE ANCIENNE DANS LE MASSIF DE PAIMPONT. Cliché : Maurice Gautier Financements: Conseil général d'Ille et Vilaine. Ministère de la Culture. Année 1994. Pauline Guérisse. L'objectif de cette année n'était pas de découvrir d'autres sites ayant rapport
  • avec la sidérurgie ancienne. Il s'agissait plutôt de reprendre le coipus existant (déjà fort dense) et de remplir pour chaque site la fiche de « déclaration de découverte archéologique » où sont consignés tous les renseignements utiles pour les enregistrements au sein de la
  • carte archéologique. J'ai donc pour chaque site localisé la parcelle cadastrale, cherché le nom du propriétaire et déterminé les coordonnées Lambert. A cause des prairies, jachères, couvert forestier, beaucoup de sites sont restés invisibles. Pour eux, je n'ai pu faire aucune
  • description des vestiges (type de scorie, présence de parois etc..) et ne peux affirmer avec certitude que les parcelles cadastrales sont bien celles qui correspondent aux sites. Il se peut que quelques erreurs se soient glissées. Ce travail devra donc se prolonger en 1995, peut-être même
  • au delà. Par ailleurs une étude globale des caractéristiques des sites visibles a commencé qui permet de voir se dessiner des groupes de sites. Il faudra bien sûr affiner cette typologie, en vérifier la cohérence. Le travail de « reprospection » des sites est à cet égard tr ès
  • utile. Voici la liste des familles de sites pour l'instant déterminées: - Scories piégées non associées au grillage du minerai de fer. - Scories plates non associées au grillage du minerai de fer. - Scories piégées associées au grillage du minerai de fer (aisément repérable par la
  • coloration rouge des labours). - Scories plates associées au grillage du minerai de fer. - Scories plates légères en forte densité associées à une coloration très noire. - Ferriers (amas de scories). Il va de soi qu'une étude plus précise de chaque type de site s'imposera, à l'aide de
  • sondages. Les indices chronologiques fiables font en particulier cruellement défaut. Pour faciliter la localisation des sites sur la carte I.G.N au l/25000e, j'ai effectué un quadrillage. En abscisse: des lettres (de A à F). En ordonnée: des chiffres romains (de I à IV). Annexe 1 .1
  • Déclaration de découverte archéologique Service Régional de l'Archéologie de Bretagne F"" Première mention = Année = Données complémentaires Jyj \ Q \Q\ fy| I Nature de fopération = Année première mention ^Ri B]'AHÇU£ PQJD%QGCZ}.IOM Responsable 1 jj^ Organisme = Département
  • : ■ H n «JAJ I Lieu-dit ( du Cadastre) : Lieu-dit (de TI.G.N ) : ... C .B UtLLt' QA fl (£~L Nom du site fëO Cadastre s>u(^u£ -WR^IJ€ Section (s) et parcelle
  • Propriétaire : Numéro JftJCf Coordonnées Lambert Centre site: X= Nom &ZT Zone : [S \€ " . . • Ptf lTpO>7T- f Contours U/l . 1 € iO iO I Rayon du site (mètres) : | m x> Ya Xb Yb Xc Vc Xd Yd Xe Ye Circonstances de la découverte : Techniques de repérage : &W
  • Informateur : (A&CMéK-^ Description des vestiges : Etat de conservation : Eléments de datation Chronologie proposée : Mobilier Oui [_ Non f_ ! Lieu de conservation Documentation ' Bibliographie CADRE RÉSERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE N° de site attribué | N
  • ' d'enregistrement DRACAR | | [__[_J__j | | | | | Code AP / AH Modification Année d'édition □ ■ Annexe 1 .1 Déclaration de découverte archéologique A rtlcvrie* au Service Régional de l'Archéologie de Bretagne G nir. du Ctujpil/.:. 3S0*« Rcnnc-î CcAi Première mention = j j
  • Données complémentaires = Année = Année première mention = Nature de l'opération = . Responsable = Organisme = DepaitalWitXi^ Commune : ..PA.i .Q .&OjV .l Lieu-dit ( du Cadastre) : Lieu-dit (de Nom du site Cadastre GAA/JD/U n .G.N .) o£ Ui.u£. LA T) A ÏV£7~. ... foirJLr
  • d'édition Xa Va Xb Yt) Xc Yc Xd Rayon du site (mètres) : P~ VU Xe Ye Circonstances de la découverte : Techniques de repérage : Qau. Informateur . CAfLCMOl— Description des vestiges Etat de conservation Eléments de datation Chronologie proposée Mobilier Oui \_ : Non
  • [_ Lieu de conservation Documentation Bibliographie CADRE RESERVE CELLULE CARTE ARCHÉOLOGIQUE N" de site attribué N° d'enregistrement | DRACAR | | [ [__J_J_J 1111 Code AP / AH Modification □ Annexe I. Déclaration de découverte archéologique Service Régional de
  • l'Archéologie de Bretagne G. ru*-, du Chajxi/e. iV>** Rennd Cède* Première mention Données complémentaires = □ \yf\(f\Q\(,\ Année = Nature de de .opération I Nature Année première mention (pRjOSPCCTlJDAJ Responsable Département Tf4 ET/ATj.Cfi£. h/^ Organisme = IlUc £T Ui (Al Mz
  • .. AJ !.. Commune : Lieu-dit ( du Cadastre) : Lieu dit (de l l.G.N ) . /D £T . (A Uj.L Uz? QA/uEI ÇJjP 2> Nom du site Cadastre ClQ-iU TO VU (Armée de Oc
  • . Collectivité . fj^j Pnv é : 1 I Propriétaire : Numéro Coordonnées Lambert Centre site : Nom Zone : □ Contours jgg.16 1^ X= 7- y Rayon du site (mètres) : Année d'édition o Mm j Xa Ya Xb Yb Xc Yc Xd Yd Xe Y« Circonstances de la découverte : Techniques de repérage