Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4105 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01779.pdf (PLOUNEOUR-MENEZ (29). "abbaye du Relec" : église/sacristie. rapport de sondages)
  • PLOUNEOUR-MENEZ (29). "abbaye du Relec" : église/sacristie. rapport de sondages
  • . 32-33. 38 -SACRIS TIE- Un sondage a été implanté dans la sacristie, dans le double but de recueillir des informations archéologiques sur ce bâtiment, et de mieux comprendre les raisons de l'humidité de l'église. Cependant sa localisation s'est avérée tributaire de « l'état de
  • ABBAYE DU RELEC : EGLISE / SACRISTIE PLOUNEOUR-MENEZ ( Finistère) Site n° 29 202 003 AH DFS DE SONDAGES : octobre - novembre 2001 - Ronan PERENNEC - CONSEIL GENERAL DU FINISTERE SERVICE DEPARTEMENTAL D'ARCHEOLOGIE 2001 Q O A U ^ r f ^ jns 1 SOMMAIRE Table des illustrations
  • Conclusion 49 Bibliographie 51 2 TABLE DES ILLUSTRATIONS - Extrait de la carte I.G.N. 5 - Extrait du plan cadastral 6 - Plan d'implantation des sondages 8 - Plan de numérotation des murs 9 - Plans du sondage n° 1 - Coupes stratigraphiques du sondage n° 1 - Plans du
  • pilier P7, face ouest 36 - Plan du sondage de la sacristie 39 - Coupe stratigraphique de la sacristie 40 - Plan des structures 42 - Plan du niveau d'affleurement du sol Xlle s, et des socles des piles 44 - Restitution du sol Xlle s dans l'église : coupe nord-sud 45
  • - Evolution des niveaux de sols dans le sondage n° 4 45 - Plan du niveau d'affleurement du dallage 101/201/301/401 47 - Planches photos 52-62 LOCALISA TION DE L'OPERA TION Site n° : 29.202.003. AH Département : FINISTERE Commune : Plounéour-Ménez Lieu-dit ou adresse : Le Relec
  • - Abbaye Année cadastre : 1968 Section (s) et parcelle (s) : Gl# 91. x = 143,85 y = 1101,5 Altitude : 190 m. IDENTITE DE L'OPERA TION Autorisation n° : 2001/079 valable du : 08/10 au 08/11/2001 Nature : Sondages TITULAIRE (Nom et Prénom) : PERENNEC Ronan Organisme de rattachement
  • : Service départemental d'archéologie du Finistère Propriétaire du terrain : Conseil Général Protection juridique : Eglise et abords classés M.H. - Site classé. Motif de l'opération : Sondages Surface fouillée : 60 m2 Fouille menée jusqu'au substrat : oui. RESULTATS SCIENTIFIQUES Mots
  • -clés : Abbaye, église, sacristie - Chronologie : XlIe-XIXe s. Vestiges immobiliers : Carrelage. Vestiges mobiliers : Chapelet, plume, poids en plomb. Lieu du dépôt du mobilier : Dépôt de Fouilles - Le Faou des fonds documentaires : Le Faou. : V REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES DU DES
  • Année : 2001 Auteur : (Nom et Prénom) : PERENNEC Ronan Titre : Le Relec - Eglise Sous-titre : DFS de sondages. Nombre de volume(s) : 1 Nombre de pages : 62 Nombre de figures : 37. 4 INTRODUCTION L'abbaye du Relec est un établissement monastique sur lequel, aujourd'hui, nous
  • savons somme toute peu de choses, nos connaissances étant principalement limitées à l'église. Les moines, par l'intermédiaire du système de la quevaise, ont initié un mouvement de colonisation et de peuplement des Monts d'Arrée. Ils ont aussi surtout profondément transformé le lieu
  • dans lequel ils se sont installés : créations de digues et retenues d'eau, fontaine, constructions en terrasses... On n'appréhende cependant pas les modalités de cette transformation, ni son évolution. Il a donc été décidé, pour combler cette ignorance, de lancer un programme de
  • fouilles archéologiques sur cette propriété du Département du Finistère, et une étude hydro-géologique du bassin versant (pour mieux saisir l'importance de la nappe et de ses battements, les possibilités de captage...). Cependant, après concertation avec M. S. DESCHAMPS, Conservateur
  • Régional de l'Archéologie, il est apparu plus judicieux de décaler dans le temps le programme initialement prévu, de manière à pouvoir disposer des résultats de l'étude hydro-géologique, susceptible de pouvoir guider l'archéologue dans sa recherche. Une série de sondages a cependant été
  • maintenue dans sacristie. Leur double but était de vérifier les théories énoncées sur complétant les études déjà menées par des apports nouveaux ; et données susceptibles de guider l'architecte en Chef des Monuments LEFEVRE, pour assainir et aménager l'église, ultérieurement. l'église
  • , et la l'abbatiale, en de fournir des Historiques, D. Les sondages, confiés au Service Départemental d'Archéologie du Finistère, se sont déroulés sur 17 jours, du 08 octobre au 07 novembre 2001. La surface fouillée est assez restreinte : les contraintes de dates imposées pour des
  • raisons extérieures à la fouille, n'ont pas permis le recrutement de fouilleurs dans de bonnes conditions. L'association « Abati Ar Relec », gestionnaire des lieux, a réservé un excellent accueil à l'équipe archéologique : gardiennage du matériel de fouilles dans les locaux de
  • l'association, et surtout investissement des personnels pour faciliter le recrutement de bénévoles... EXTRAIT DE LA CARTE I.G.N. 0616 OUEST AU 1 / 25000 5 7 LOCALISATION ET CONTEXTE HISTORIQUE L'abbaye cistercienne du Relec en Plounéour-Ménez (vallée du haut Queffleuth) est située
  • dans les Monts d'Arrée, c'est-à-dire dans un espace géographique qui n'a pas été occupé par les fondations monastiques plus importantes et plus anciennes. L'influence locale du Relec tient donc surtout au relatif désintérêt de fondations au rayonnement beaucoup plus important, pour
  • la montagne finistérienne. Elle ne s'est pour autant pas implantée dans une solitude boisée : un réseau de routes l'encadre, dont certaines semblent assez fréquentées1. Elle est par ailleurs située à proximité immédiate (1,5 km) du point de jonction de trois évêchés : Cornouaille
  • , Léon, Trégor. L'histoire de l'abbaye est mal documentée jusqu'au XVIIeme s. Encore ces archives récentes, en l'absence de fouilles, sont elles souvent inutilisables. On n'est guère aidé par la lecture des élévations subsistantes, église exceptée. Les seuls bâtiments encore debout
RAP00271.pdf (SARZEAU (56). le château de Suscinio. rapport de sauvetage urgent.)
  • SARZEAU (56). le château de Suscinio. rapport de sauvetage urgent.
  • Patrick ANDRE SAUVETAGES ARCHEOLOGIQUES AU CHATEAU DE SUSCINIO . ( Morbihan) 1975 T Rapport transmis à la Direction des Antiquités historiques de la circonscription de Bretagne. Département du Canton de Commune MORBIHAN SARZEAU de SARZEAU Lieu-dit : SUSCINIO
  • . Parcelle 1^8 bis, section Q. Propriétaire : Département du MORBIHAN. 0 0 0 Autorisation de sauvetage : n° 75-56-08 du 3 Juin 1975» Intervention :-I5 Juillet - 51 Juillet 1975 -18 Septembre - 2 Octobre 1975. 0 0 0 Fouilleurs permanents : - Patrick ANDRE, responsable du chantier
  • . - René AUCOURT, détaché à la Direction des A.H. - Michel CLEMENT ( - Jean MAUNY ) - Jean-Luc QUINIO ( Etudiants - Mme ROUSSILLON, Architecte stagiaire. - Nicole ROYAN, dessinatrice. Contrôle effectif de : - Mr le Directeur de circonscription des A.H. - Mr l'Architecte en chef
  • des Monuments historiques. - Mr DEGEZ, Architecte des Bâtiments de France. Assistance de 1 1 entreprise S.A.E.G. » Vannes. - I - INTRODUCTION. Le château de Suscinio, ancienne résidence des Ducs de Bretagne, dresse ses ruines, face à la mer, dans un site aujourd'hui très
  • fréquenté de la presqu'île de Rhuys. Acheté, il y a près de dix ans, par le Conseil général du département du Morbihan, il a été depuis l'objet d'une restauration partielle nettoyées, public. : ses murs consolidés, les douves il est aujourd'hui aménagé en vue de la présentation au
  • La mise en valeur des abords de 1'édifice.nécessita le curage des douves, le dégagement des bastions qui, sur le front Sud, avaient été édifiés lors des troubles de la ligue à la fin du XVI° sièclf et surtout l'arasement d'un épais talus qui le dissimulait aux regards. Une
  • pelle mécanique qui procédait à ces travaux sur la contrescarpe Sud révéla, en 1973, l'existence sous ce talus d'un bâtiment pavé de carreaux de terre cuite (1). Les travaux furent immédiatement arrêtés et Monsieur l'Architecte en chef des Monuments historiques nous demanda alors
  • de procéder à un sondage afin de déterminer l'étendue de ce bâtiment inconnu. Ce sondage fut réalisé en Juin 1973, et permit d'en évaluer l'extension. La campagne de recherches 1975 temps, séparés s'est déroulée en deux par une pause due aux congés de l'entreprise et aussi à
  • la trop grande fréquentation touristique du site. Pendant cette interruption, le chantier fut clos et protégé. Le présent rapport comprend deux parties : Les données archéologiques, d'une part, leur interprétation à la lumière des sources historiques et des témoignages d'Archives
  • , de l'autre. Mais il a paru souhaitable, pour en faciliter la compréhension, d'ouvrir cette étude par un rappel succinct de l'importance des deux puissances qui au Moyen-âge se sont développées et parfois heurtées en cette "île" de Rhuys la puissance ducale à Suscinio, et, à
  • proximité, l'abbaye bénédictine de Saint-Gildas. Le bâtiment découvert cet été paraît en effet riche du souvenir de ce grand moment de la presçjy'île. (1) Déjà, en 1963, une quantité importante de carreaux avait été trouvée dans les douves. Cf Ouest-France, édition Vannes Ploërmel, 9
  • Août 1963. Nous en avons récupéré cet été une partie. D'autres se trouvent chez des particuliers. Un lot enfin a servi à décorer la cheminée de la salle médiévale du musée archéologique de Vannes, au Châteam-Gaillard. 4 Le château de Susciniof^(Sussinio, Succenio.. .au Moyenfut à
  • partir du XIIIe siècle un des lieux de séjour préféré des âge ) ducs de Bretagne. Conçu par Pierre de Dreux Mauclerc (1213-1237) comme ce "moult biau chastel et maison de déduit pour le Duc" qu1 résidence, évoquait Froissart au XIV° siècle fut une villégiature privilégiée dans le
  • Duché. Jean 1° , dit Le roux, (1237-1286) fit enclore pour les plai- sirs de la chasse la forêt voisine de Rhuys de "murs et clôtures" ; Jean II (1286-1305) y résida presque constamment. S'il fut conçu comme lieu d'agrément, à partir du XIV° siècle témoin, de 13^11 et victime
  • , occasion, Succession de Bretagne. A cette il fut plusieurs foie endommagé, réparé, fortifié. Ainsi par en 1373, Lu Guesclin s'en empara en pratiquant une brèche dans la courtine Sud. Réparée postérieurement, elle porte encore aujourd'hui le nom de"Brèche de du-Guesclin". Jean IV
  • , furent, de faits de guerre. A partir il passa à plusieurs reprises aux mains de chacun des deux partis Blois et Montfort, qui se disputaient la exemple, il fut cependant et surtout Jean V (1399-1^2) à Suscinio comme ailleurs dans le Duché, de grands constructeurs . Le château
  • fut alors agrandi, aménagé et couronné de mâchicoulis. A la fin du XVI° siècle, lors des troubles de la Ligue Suscinio fut fortifié par le Duc de Mercoeur, gouverneur de Bretagne et chef de la Li;^;ue en cette province . Il fit édifier dans les douves Sud les deux bastions
  • revêtus de terre qu'on voit encore cela agrandir les douves. Enfin, ; il fallut pour lors de la Révolution et des tentatives de débarquement anglais à.Quiberon en 1795, Suscinio vécut ses derniersfaits d'armes : une troupe royaliste venue de la côte et commandée par Mr de
  • Tinténiac le prit à une garnison républicaine. Il est remarquable que toutes les menaces qui ont pesé sur Suscinio, sont venues du côté Sud, toutes les attaques qu'il a eu à subir le côté de la mer, le secteur le plus vulnérable en raison de la configuration du terrain. Cette
  • listoire agitée se lit aujourd'hui encore dans la structure du front Sud , des éléments d'époques très variées. ches : très complexe et qui mêle Or, il s'agit du secteur des recher- on admettra difficilement que les troubles que le château a connus à partir de 13^+1 n'aient pas
RAP00680.pdf (LANDÉVENNEC (29). abbaye Saint-Gwénolé. rapport de fouille programmée)
  • LANDÉVENNEC (29). abbaye Saint-Gwénolé. rapport de fouille programmée
  • JUandevennec 1989 •III CONEXiT ^ORDINE SACRI 10011II PRIS tooftOW om COCONS'CRIPTCON BORDEREAU RECAPITULATIF RAPPORT DE I I HISTORIQUE FOUILLE PROGRAMMEE SAUVETAGE PROGRAMME />
  • LANDEVENNEC Lieudit : du cadastre Abbaye St Gwénolé I.G.N Local • N de Site 29 104 001 AH Cadastre Section A - Feuille n° 2 Coordonnées Lambert .1. ^ 110-600 ^y 86-9600 Bx : Bv N° 0457 du 18 Mai 1989 Intervention (début et fin) 28 Mars—9 Avril ; ler-31 Août Années
  • antérieures d'intervention 1978-80 ; 1983-88 Responsable A. BARDEL Motif d'intervention Intérêt scientifique, et absence d1archives Surface fouillée Estimation de l'étendue du gisement Nature du gisement I / / Département Autorisation (n , date) I / /' PROSPECTION
  • LOCALISATION J jî. / Nature des découvertes effectueées Périodes chronologiques Environ 1,5 ha - Abbaye bénédictine sur monastère celtique - Abbaye carolingienne (IX0 S.): Eglise, monastère, cloître, communs, fortifications. Occupations antérieures et portions des abbayes médiévales et
  • post-méVI» - XVIIIe siècles. (diévales. I OMERVATIONS OBTENU DU DOSSIER I T I II Rapport scientifique .., Plans et coupes Planches et dessins Photographies légendées 34 pages 10 plans - 3 coupes - 7 plans H.T. 43. hanclevennec Université de Laboratoi re Directeur : HÎ
  • ? Bretagne 1989 Fouille d'Archéologie L. P A P E et Rapport A _ BARDEL S O M M A I R E Page Introduction Chapitre I : Zone Est, extérieure monastère - église — Bâtiment annexe du IX0 siècle I Circonstances de la fouille II Résultats 1 III Récapitulation 2 — Chevet
  • de l'église A - Cimetière des moines I 4 4 Résultats 4 II Récapitulation 5 B - Système de fortifications I Chapitre II : 1 5 Résultats 5 II Récapitulation 7 C - Les niveaux antérieurs 7 Récapitulation globale 8 Eglise 11 — Transept Nord I Circonstances de la
  • fouille 11 II Résultats 11 III Conclusion 12 — Nef basse I 13 Fouille II Conclusion — Nef haute I 13 14 15 Résultats 15 II Récapitulation 20 S O M M A I R E (Suite) Page Chapitre III : Sondages complémentaires — Sondage extérieur à la porte de l'église I Circonstance
  • de la fouille 24 24 II Résultats 24 III Conclusion 26 - Galerie Est du Cloître I Circonstance de la fouille II Récapitulation 27 27 27 Récapitulation générale 29 Conclusions 33 Planches : Plans et coupes stratigraphiques Planches photos TABLE Pl. DES PLANCHES
  • 1 — Plan d'ensemble 2 — Plan bâtiments carolingiens : église et monastère Plan des Abbayes successives 3 — 4 - Plan d'ensemble zone M-25 - N-26 Plan du sondage OP-28 5 — Plan d'ensemble du chevet 6 - Plan du transept Nord 7 — Centre nef, zone basse : plan d'ensemble
  • 8 — Eglise haute : plan d'ensemble 9 — Plan du sondage extérieur à la porte 10 — Plan d'ensemble de la galerie Est du Cloître 11 - Sondage PQ-25 : Paroi Nord 12 13 - Sondage PQ-25 : Paroi Sud Sondage P-24-25 : Paroi Nord PLANCHES HORS - NUMEROTATION Extrait
  • cadastral Plans de localisation de chaque zone fouillée INTRODUCTION Ces fouilles 1989 ont été entreprises en complément de la campagne triannuelle 1986-1988, afin de terminer des sondages restés en suspens et d'éclaircir par des vérifications certains points encore flous. Ceci
  • explique que les fouilles soient relativement dispersées en plusieurs lieux et sur des éléments ne présentant pas a priori de relations entre eux. En fait, il s'agissait de clarifier des zones de sondages successifs ouvertes depuis le début des recherches : certains points, qui avaient
  • parus achevés à un moment précis, ont du être réexaminés à la lumière de découvertes plus récentes. Le rapport de fouilles qui est présenté ici sera donc une amorce de synthèse, plutôt qu'un compte rendu technique. Les bases de la plupart des hypothèses exposées ici, explications et
  • pas encore parvenus à l'heure actuelle, ils n'ont évidemment pas pu être pris en compte. La publication d'un bilan ayant été prévue et amorcée fin 1988, celle-ci a été repoussée pour y englober les résultats de la dernière campagne, indissociable des précédentes. Cette publication
  • sera présentée en Mai 1990, avec l'accord de son Directeur, au Comité de Lecture de la Revue d'Archéologie Médiévale. On rappellera ici la lecture de ce rapport : quelques détails pratiques pouvant faciliter La numérotation des murs est faite par zones, chacune des zones étant
  • signalée par une lettre précédant le chiffre du mur. E pour Eglise C pour Cloître M pour Monastère J pour la zone Est, extérieure au Monastère et à l'église (Jardins de l'Abbaye) Cette numérotation figure sur les plans. L'élévation des murs encore en place nous a obligé à choisir 3
  • niveaux de référence, répartis dans chacun des principaux secteurs de fouille : NR église = +1,19 m / NR monastère = +0,36 m / NR cloître NR cloître = +0,83 m / NR monastère - Un quadrillage est matérialisé sur l'ensemble du site : il est utilisé pour les relevés en plan et
  • , éventuellement, pour la dénomination des sondages. Ceux-ci sont disposés en fonction des besoins de la fouille, en laissant un certain nombre de bermes ou de buttes permettant de conserver un maximum de témoins stratigraphiques. Les relevés ont été effectués par R. Perennec et A. Bardel. Les
  • mises au propre sont l'oeuvre de R. Perennec, avec la collaboration de V. Bardel. Chapitre I: ZONE EST , EXTERIEURE MONASTERE - EGLISE -1- BATIMENT ANNEXE DU IX0 SIECLE 1 : - (Cf. Pl. 3 et Pl. I, ph. 1) On avait déjà signalé la présence d'un petit bâtiment carolingien
RAP00373.pdf (RENNES (35). ces échange. rapport de fouille programmée annuelle.)
  • RENNES (35). ces échange. rapport de fouille programmée annuelle.
  • (' : Kd \"f;( ">•: ] I T I ' >N ARCHE.O] 001OUE DF DB FI'AG NE DIRECTION DES A N T I Q U I T E S HISTORIQUES Date RAPPORT DE F O U I L L E LIEU 25-11 - 1 9 8 2 PROGRAMMEE 3Ò r d'envoi i n -m ^ I L Département IlLÊ - * V - ViLrllHrL Commune REMMES \) (exjux Lieu-dit
  • fouillée m Estimation ment de l ' é t e n d u e du g i s e - * X l 'il SITE Nature du gisement ... 1 m i i w i i i i i i i i mu limili -Eoli'.s e a n c i e n n e o r f a n a oh, Nature desdécouvertes eJr c ; m J .sire u r b ai\n i n of of -\OYYN effectuées V bâVomc-nr
  • d e E S D i n a n 1 9 8 2 Eglise Université de Laboratoire Directeur : H- Sî-ETIENNE Bretagne d'Archéologie Rapport t . A. PAPE BARDEL DE 7 / LOCALISATION , MunicipaleN : Eœ\B^ f~^ , Bâtiment I ^SS/ftJg/rf C.E.S. Mixte © ^ ^ ^ ^ t T PLACE INE
  • HopitalMil Ambroise de œ 0 fConservatoire DajteArts lj/ ^ | ol~i CommisVarTâry Central / # \ t INTRODUCTION Les f o u i l l e s entamées en 1981 à l'intérieur du V i e u x S a i n t - E t i e n n e ne s o n t en f a i t que l e prolongement des r e c h e r ches effectuées d e p
  • u i s 1977 s u r t o u t l e s i t e compris e n t r e l a Rue de Dinan, l'extrémité de l a Rue d'Echange, e t l'impasse G. T a r d i f ( c f . P l . 1 - P l a n de situation). Le problème p r i n c i p a l était de s a v o i r s i l'église S a i n t - E t i e n n e , d o n t
  • on s u p p o s a i t seulement l'ancienneté, était simplement posée s u r un s i t e g a l l o - r o m a i n , ou s ' i l y a v a i t une continuité d ' o c c u p a t i o n d e p u i s l e s a r t i s a n s g a u l o i s de l'époque de l a Conquête jusqu'à l a c o n s t r u c t i
  • o n de l'ég l i s e a c t u e l l e , à l a f i n du XVe s. Les f o u i l l e s se s o n t déroulées du 5 au 30 a v r i l 1982, avec une équipe d'étudiants de l'Université de Haute-Bretagne e t d ' e n s e i g n a n t s du Secondaire. E l l e s ' e s t f a i t e à p a r t i r
  • d'un q u a d r i l l a g e Wheeler, mais avec des sondages adaptés aux possibilités de f o u i l l e s , souvent r e s t r e i n t e s . Le n i v e a u de référence a été c h o i s i s u r une borne c o r r e s p o n d a n t a p p r o x i m a t i vement au n i v e a u moyen du s o l
  • de l'église. Nous r a p p e l o n s en e f f e t que l e s o l d ' o r i g i n e , comportant une surélévation du choeur, a été nivelé pour o b t e n i r une chape de béton u n i f o r m e . Le porche d'entrée e t l e s p i l i e r s de l a n e f o n t l a base noyée dans c e t t
  • e chape, a l o r s que l e sommet des f o n d a t i o n s e s t v i s i b l e au p i e d des murs, s u r l e p o u r t o u r du choeur e t des transepts. Nous adressons nos remerciements à M. HEURTIN, M a i r e A d j o i n t e t aux S e r v i c e s municipaux des J a r d i n s e
  • t des Bâtiments communaux, q u i se s o n t chargés des problèmes d'étayage e t du comblement des sondages après l a f o u i l l e . Nous remerc i o n s a u s s i Mme HAMON, Conservateur régional des Monuments H i s t o r i q u e s q u i nous a accordé l ' a u t o r i s a t i o
  • n de f o u i l l e r c e t édifice, i n s c r i t à l ' I n v e n t a i r e supplémentaire. Les r e c h e r c h e s o n t porté p r i n c i p a l e m e n t s u r l'intér i e u r de l'édifice, l e s sondages commencés en septembre 81 n'ayant pu être menés à terme. Mais l e s f o
  • u i l l e s effectuées en 1980 à l'extérieur de l'église, à l ' a n g l e du mur Nord de l a n e f e t du t r a n s e p t Nord, p a r a i s s a n t incomplètes, s u r t o u t en ce q u i c o n c e r n a i t l e bâtiment du 1er s., un sondage plémentaire a été décidé, en B - l l
  • . sup- SONDAGE B - l l Ouvert à l a j o n c t i o n des murs B e t E, p a r t i e l l e m e n t mis au j o u r en 80 ( c f . P l . 3 - P l a n des s t r u c t u r e s g a l l o romaines) . On a r e p r i s l e n i v e a u de référence c h o i s i lors des premières f o u i l l e
  • s , s u r l e s e u i l de l a grande p o r t e murée du t r a n s e p t Nord. Ce N.R. (2) e s t inférieur de 16 cm au N.R. utilisé à l'intérieur de l'église. - Les s t r u c t u r e s mises au j o u r : - - Le mur E, daté de l a f i n du 1er s., très b i e n conservé en C
  • - l l , a malheureusement été détruit s u r son arête Ouest, e t son parement n'apparaît p l u s que s u r une s u r f a c e réduite : i l e s t c o n s t r u i t en s c h i s t e b l e u , taillé en moel- l o n s r e l a t i v e m e n t réguliers, avec des j o i n t s r e p r i
  • s o l i n en surplomb au-dessus des f o n d a t i o n s ( c f . P l . I , ph. 3 ) . Le mur B forme un angle v e r s l e Nord, en prolongement du mur E, mais i l s ne sont pas imbriqués. I l s ne sont pas non p l u s franchement accolés : i l apparaît que l ' u n des deux murs
  • a été accolé à une cassure du p r e m i e r Son ( c f . P l . I , ph. 2 ) . t y p e de c o n s t r u c t i o n p o u r r a i t f a i r e apparaître l e mur E comme antérieur à l ' a u t r e , mais l a l i m i t e supérieure de ses f o n d a t i o n s e s t légèrement p l u s haute
  • que c e l l e de B, c o n t r a i rement à l a p e n t e du t e r r a i n . On ne t r a n c h e r a donc pas s u r cette question. Quant aux n i v e a u x g a l l o - r o m a i n s c o r r e s p o n d a n t à ces murs, i l s o n t entièrement d i s p a r u . I l s'est avéré, en
  • e f f e t , que ce sondage ne c o n t e n a i t que du r e m b l a i e t des g r a v a t s jetés dans une fosse très l a r g e e t très p r o f o n d e , englobant t o u t l e sondage, d'où l a réduction de c e l u i - c i à une t r a n chée-pilote, e t l'abandon de l a f o u
RAP01572.pdf ((56). Saint-Avé)
  • Alain TRISTE - 1998 - PROSPECTION INVENTAIRE des COMMUNES: -PLESCOP -SAINT-AVE -SAINT-NOLFF -SENE -THEIX -TREFFLEAN 56 158 56 206 56 231 56 243 56 251 56 255 (Morbihan) 15 CL Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan 2 1 DEC. 1998 INVENTAIRE
  • ARCHEOLOGIQUE DES HUIT COMMUNES PERIPHERIQUES DE VANNES Alain TRISTE PLESCOP - SAINT-AVE - SAINT-NOLFF - SENE - THEIX - TREFFLEAN Les autorisations pour nos prospections inventaires ne nous étant parvenues que début juin 1998, nous avons décidé, d'un commun accord, de privilégier pour
  • cette première année un travail de recherche en archives. Cette méthode inventaire s'est appuyée sur le dépouillement exhaustif d'archives (voir la bibliographie ci-après). En effet, de nombreux érudits locaux ont beaucoup écrit sur leurs recherches archéologiques menées au XTXè
  • (publications de 1884 à 1892) qui avec ses trois volumes, apporte un maximum d'informations archéologiques. Le dépouillement a été élargi à tous les bulletins de la Société Polymathique du Morbihan qui, au XTXè siècle, avec de FREMINVILLE, L. GALLES, H. JAQUEMET, ainsi que de nombreux
  • chercheurs du XXè siècle comme AVENEAU de LA GRANCIERE, L. LALLEMENT, L. MARSILLE, Y. ROLLANDO, Y. COPPENS, J. ANDRE, J. LECORNEC, P. ANDRE,...., complètent d'une manière indispensable les publications des précurseurs. D'emblée, un constat s'impose: les sources d'archives sont très
  • nombreuses et ont occupé le plus clair de notre temps d'inventaire. Figure pour chaque site: 1 - Le nom et le numéro du site de la carte archéologique si celui ci est répertorié. 2- Une synthèse du contenu de chaque source tenant compte de la chronologie. 3- Les photocopies de toutes les
  • sources anciennes étudiées ainsi vérifiables. Notre méthode prend en compte tout type de découverte archéologique pour toute période s'étendant de la préhistoire au Moyen-Age. Le dépouillement fait apparaître une quantité de sites non répertoriés par la carte archéologique. Ainsi pour
  • les huit communes, cette dernière mentionnait 61 sites. Après dépouillement, 42 sites supplémentaires seront vérifiés sur le terrain, soit près de 70% en plus de ceux déjà mentionnés sur la carte archélogique. Le dépouillement est sur le point d'être achevé. La phase de travail sur
  • le terrain avec les membres du CERAM débutera en janvier 1999. Cette prospection inventaire des huit communes périphériques de Vannes permettra une cartographie chronologique et thématique, base d'une meilleure connaissance de l'archéologie vannetaise et par la même occasion
  • , d'une meilleure appréhension de son histoire. INVENTAIRE ARCEOLOGIQUE DES HUIT COMMUNES DE LA PERIPHERIE VANNETAISE NOMBRE DE SITES PAR COMMUNE Communes ARRADON PLESCOP PLOEREN SAINT AVE SAINT NOLFF SENE THEIX TREFFLEAN N° commune Nombre de sites inventoriés sur Nombre de
  • sites possibles après la carte archéo. dépouillement 56 003 56 158 56 164 56 206 56 231 56 243 56 251 56 255 21 3 1 8 4 12 10 3 23 4 9 13 6 19 21 8 total 62 103 HIE OUVRAGES GENERAUX SUR LE MORBIHAN ANDRE P. 1963, La cité gallo-romaine des Vénètes, DES de lettres
  • , Université de Rennes. ANDRE P. 1971, La cité gallo-romaine des Vénètes,B.S.P.M., p. 3-48. CAYOT DELANDRE, 1847, Le Morbihan son Histoire et ses Monuments, 560 p. FOUQUET A., 1853, Des monuments celtiques et des ruines romaines dans le Morbihan, 1 17p. FOUQUET A., 1873, Guide des Touristes
  • et des archéologues dans le Morbihan, 197p. GALLIOU P., 1989, Les tombes romaines d'Armorique, DAF n°17, 204p. MARSDLLE L., 1972, Répertoire archéologique du Morbihan gallo-romain, 52p. LE FLOHIC 1996, Le Patrimoine des communes du Morbihan, 2 volumes, LE MENE Jh-M., 1891
  • , Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes, Tome I 550 p. et Tome II 536p. MAHE J., 1825, Essai sur les antiquités du département du Morbihan, 500p. MERLAT P., 1982, Les Vénètes d'Armorique, Archéologie en Bretagne, 3e s., 135p. OGEE, 1843
  • , Dictionnaire historique et géographique de Bretagne, Tome I et II, 986p. RIALAN E. I en 1884 et 1885, Découvertes archéologiques dans le Morbihan, 35p. RIALAN E. II en 1885, Nouvelles découvertes archéologiques dans le Morbihan, 20p. RIALAN E. ffl de 1886 à 1892, Découvertes archéologiques
  • du Morbihan, p. 3-58 MERLAT P., BSPM 1955-56, La structure de la voie romaine Angers-Nantes à Vannes par Blain etRieux,p. 105 à 109. de LAIGUE R., BSPM 1888, Le parcours de la voie romaine de Vannes à Blain, p. 192-194 de LAIGUE R., BSPM 1890, Le parcours de la voie romaine de
  • Vannes à Angers, p. 14-18 LE MORBIHAN ANDRE J., 1959, Les enceintes quadrilatérales du Morbihan, OGAM T. XI, p.23-36 et 441-454 ANDRE J., 1960/a, Les enceintes proches des fana dans le Morbihan, OGAM, Tome XII, p. 16-20 ANDRE J., 1960/b, Une villa inédite entourée d'une enceinte à
  • Vannes (Morbihan) OGAM, Tome XII, p; 169- 173 ANDRE J., 1960/c, Densité et répartition de la population en Vénétie romaine, Annales de Bretagne, Tome LXVII, 1960, fasc. l,p. 103-106. ANDRE J., 1961, Les dolmens morbihannais remployés à l'époque romaine, OGAM Tome XIII, p. 248-254
  • ANDRE J., 1961, Inventaire des objets romains en bronze du Musée de Vannes, OGAM Tome XIV, p. 407-411 ANDRE J. 1961, Participation archéologique à l'étude du toponvme Breton MOGUER "mur", OGAM Tome XIII, p.423-426 ANDRE J., BSPM 1961, Les trésors romains du Morbihan, PV p. 21 DAIRE
  • M. Y. 1990, Prospection dans le Golfe du Morbihan, Bulletin de 1' A.M.A.R.A.I. n°3 p. 17-20 GALLIOU P., 1974, Le plan des villas romaines en armorique, Archéologia n° 74, p. 27-33 LANGOUET L., 1986, Informatique et microtoponymie dans l'étude de l'occupation rurale gallo-romaine
RAP03508 (VANNES (56). Le Bondon. Rapport de sondage 2007)
  • VANNES (56). Le Bondon. Rapport de sondage 2007
  • Le Bondon - Vannes (Morbihan) EA n° 56 260 0124 Rapport final d’opération archéologique (Arrêtés d’autorisation n° 2007-260, 2008-245, 2008-248) Sébastien Daré et Alain Triste avec les contributions de Thibault Cardon, Gwendal Gueguen, Victorien Leman, Diego Mens et la
  • collaboration de Jean-Luc Daré et de Clément le Guédard Service régional de l’Archéologie de Bretagne juin 2017 Cé r a m Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille
  • , document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces
  • documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La
  • consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de
  • notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas
  • , n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de
  • l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé
  • d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code
  • de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Vannes
  • (Morbihan) - Le Bondon EA n° 56 260 0124 Rapport final d’opération archéologique (Arrêté d’autorisation 2007-260, 2008-245, 2008-248) Sébastien Daré et Alain Triste avec les contributions de Thibault Cardon, Gwendal Gueguen, Victorien Leman, Diego Mens et la collaboration de Jean-Luc
  • Daré, Clément le Guédard Service régional de l’Archéologie de Bretagne Septembre 2017 Avis au lecteur Le présent rapport comporte les résultats d’une opération de fouille archéologique. Les rapports constituent des documents administratifs communicables au public après remise au
  • service régional de l’Archéologie, suivant les dispositions de la loi modifiée n° 78-753 du 17 juillet 1978. Aux termes de la circulaire de mars 1996, prise pour application, ils pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédées par les
  • auteurs et les contraintes qui en résultent. La prise de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de
  • photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de la courte citation, avec les références exactes et complètes de l’auteur et de l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du droit de la communication, exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de
  • reproduire, de diffuser ou d’utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Illustration de couverture - La partie occidentale de l’église au niveau du contrefort MR 1015 et du caveau funéraire 1030 (S. Daré positif du sceau
  • naviforme de la prieure des carmélites du Bondon (© Musée Dobrée_sceau_N-5662a). © CERAM) ; Fiche signalétique Localisation Région : Bretagne Département : Morbihan (56) Commune : Vannes Code INSEE : 56 260 Lieu-dit ou adresse : Le Bondon Références cadastrales : 2007-2008 : section
  • Descriptif de l’opération archéologique Nature de l’opération : sondage archéologique Arrêté d’autorisation : 2007-260 en date du 30 juillet 2007 2008-245 en date du 5 juillet 2008 2008-248 en date du 6 août 2008 Responsable scientifique de l’opération : Alain TRISTE, archéologue
  • , président du CERAM Organisme de rattachement : CERAM – Centre d’Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan – association loi de 1901 créée en 1977 Maître d’ouvrage : Groupe Lamotte constructions et la SCI Chimère Maître d’œuvre : Groupe Lamotte constructions Raison de
  • l’intervention : constructions de deux immeubles Terrassements : Entreprise Charier TP Surface décapée et fouillée : Fouille menée jusqu’au substrat : oui Dates d’intervention sur le terrain : 30 juillet au 16 août 2007; 5 au 26 juillet 2008 ; 8 au 30 septembre 2008 Lieu de dépôt du mobilier
RAP02786.pdf (GOUESNAC'H (29). le dépôt de l'âge du bronze de la route de l'Odet. rapport de sondage)
  • GOUESNAC'H (29). le dépôt de l'âge du bronze de la route de l'Odet. rapport de sondage
RAP03347.pdf (Les premiers peuplements de l'ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne. Rapport de PCR)
  • projet collectif de recherches
  • Les premiers peuplements de l'ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne. Rapport de PCR
RAP02507.pdf (JANZÉ, LE THEIL-DE-BRETAGNE (35). axe Bretagne/Anjou, tranche 1, section Janzé/Le Theil de Bretagne. rapport de diagnostic)
  • JANZÉ LE THEIL-DE-BRETAGNE
  • opération préventive de diagnostic
  • JANZÉ, LE THEIL-DE-BRETAGNE (35). axe Bretagne/Anjou, tranche 1, section Janzé/Le Theil de Bretagne. rapport de diagnostic
RAP00932.pdf (CORSEUL (22). le bourg. école publique / terrain des sports. rapport de sondage)
  • CORSEUL (22). le bourg. école publique / terrain des sports. rapport de sondage
  • PROJET ARCHEOLOGIQUE DE CORSEUL Commune de Corseul avec Vaide du Conseil Général des Côtes d'Armor et du Ministère de la Culture et de la Francophonie Service Régional de l'Archéologie de Bretagne 1993 Sondage Ecole publique Hervé KEREBEL Service municipal d'archéologie de
  • Corseul CORSEUL- LE BOURG Ecole Publique La réalisation des différents projets de construction, programmés en 1993, nous a amené à élaborer quelques opérations de sondage ou de surveillance de travaux dans le bourg de Corseul. Les nouvelles constructions n'entraînaient nullement de
  • destruction de vestiges. Lorsque des fondations étaient nécessaires pour la bonne stabilité de l'édifice, elles étaient conçues de manière à éviter tout contact avec les vestiges. Dans le cas du jeu de boule, les pieux devant prendre assise sur le sous-sol et donc détruire d'éventuels
  • vestiges ont été remplacés par une semelle de béton armé, limitant ainsi la profondeur des fondations. Dans le cas de la salle de motricité de l'école publique, les fondations sont également restées au-dessus du niveau supérieur des vestiges. Malgré ces précautions, il était tout de
  • même important d'effectuer des sondages non destructeurs à l'emplacement de ces édifices afin de : - limiter encore le risque d'éventuels dommages aux vestiges - vérifier la nature des vestiges conservés avant qu'ils ne soient recouverts et donc, plus accessibles. I. Salle de
  • motricité de l'école publique (site n° 22 048 054 AH) : Le projet de la future salle de motricité de l'école publique étant situé à quelques mètres des vestiges de la fouille du Champ Mulon, il était intéressant d'estimer la qualité des structures conservées à son emplacement (parcelle
  • AB.321). Deux tranchées d'une dizaine de mètres chacune ont donc été réalisées. La première, le long de la clôture avec la parcelle située au nord (AB.43), n'a pas révélé de niveaux archéologiques bien distincts. La stratigraphie d'une soixantaine de centimètres était surtout
  • caractérisée, en partie basse, par un limon d'une couleur marron-vert que recouvrait directement les remblais apportés lors de la réalisation du parking qui précédait la nouvelle construction. L'autre tranchée, le long du mur nord de l'école publique, a révélé un niveau argileux jaune
  • comprenant quelques blocs de pierre et des tuiles. Il pourrait s'agir d'un niveau de destruction d'un bâtiment à pans en pisé. Par soucis de conservation des niveaux archéologiques, il nous a paru préférable de limiter le sondage au sommet de ces couches encore en place. II
  • . Surveillance des travaux du jeu de boule : Comme pour tous les chantiers effectués dans le bourg de Corseul, nous assurons une surveillance des travaux d'excavation. Pour le jeu de boule, les pieux de support ont été remplacés par une fondation de béton armé disposée dans une tranchée de
  • 0,40 m de profondeur. L'importance des remblais dans cette zone de la ville antique devait permettre de réaliser ces travaux sans entraîner de destructions de vestiges. Une surveillance des travaux d'excavation était tout de même programmée en cas de surprises. Dans l'ensemble, les
  • tranchées n'ont abordé que des remblais modernes. Dans l'angle nord-ouest de l'édifice, elle à tout de même mis au jour un cailloutis bien damé pouvant correspondre à une chaussée de voie peut-être orientée nord-sud. III. Conclusion : Les données recueillies lors de ces sondages restent
  • toujours très modestes. Leur traitement à long terme peut cependant s'avérer intéressant et les renseignements apportés aujourd'hui, pourraient peut-être un jour s'intégrer dans un ensemble plus vaste fournissant des indications précieuses sur l'organisation de la ville antique. Il est
  • donc nécessaire de recueillir toutes ces informations qui mêmes modestes peuvent nous aider à mieux comprendre le site.
RAP02582.pdf (LIFFRÉ (35). l'enclos 1 du site des Sept Chemins. forêt domaniale de Liffré. rapport de sondage)
  • LIFFRÉ (35). l'enclos 1 du site des Sept Chemins. forêt domaniale de Liffré. rapport de sondage
RAP03463 (PLABENNEC (29). Motte castrale de Lezkelen. Rapport de fouille de auvetage)
  • PLABENNEC (29). Motte castrale de Lezkelen. Rapport de fouille de auvetage
RAP03464 (PLABENNEC (29). Motte féodale de Leskelen. Rapport de fouille de sauvetage)
  • PLABENNEC (29). Motte féodale de Leskelen. Rapport de fouille de sauvetage
RAP03465 (PLABENNEC (29). La motte féodale de Leskelen. Rapport de fouille de sauvetage)
  • PLABENNEC (29). La motte féodale de Leskelen. Rapport de fouille de sauvetage
RAP03462 (PLABENNEC (29). La Motte feodale de Lezkelen. Rapport de fouille de sauvetage)
  • PLABENNEC (29). La Motte feodale de Lezkelen. Rapport de fouille de sauvetage