Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4105 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00588.pdf (cinq communes au sud de l'Ille-et-Vilaine : Saint-Malo-de-Phily)
  • cinq communes au sud de l'Ille-et-Vilaine : Saint-Malo-de-Phily
  • été iSÔ5 ?R0STeCTl0N aérienne clc juillet as # 1 (2. B \orc\er - ^\ie\eju«.* {tô^weïNti de tccyA»*. e «v surate- GUICHES * Le G *t»U 6ÛORG--\>£S- COMPTES 351 o& _ Ook * 1 1 : staochitc . La ?Û # ût'stwve^ die Wjvi»a«- . ?LcCHl\TÇL_ «. : 400
RAP01314.pdf (CARNAC (56). les alignements. rapport de diagnostic)
  • CARNAC (56). les alignements. rapport de diagnostic
  • gisement préhistorique qui a livré entre autre un abondant mobilier lithique et céramique. JACQ M., 1943-1945, Découverte d'un tumulus à Saint-Michel de Carnac, Bull. Soc. Polymath. Morbihan, p 32-33. I Carte de répartition des sites inédits A & 1 -Saint-Colomban (route de Kerivor
  • REPUBLIQUE FRANÇAISE. MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA FRANCOPHONIE. PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE \0rn1i DIAGNOSTIC ARCHEOLOGIQUE COMMUNE DE CARNAC Parœlles 40 AC, 71AC, 134 AC, 86 M, 84 M, Responsable : PIRAULT Lionel N° d'opérations : 1995/54,1995/55,1995/71 Département
  • du Morbihan Direction Régionale des Affaires Culturelles. Service Régionale de l'Archéologie 6, rue du Chapitre 35044 RENNES CEDEX - Tél : 99.84.59.00 - Fax : 99.84.59.19 MA DIAGNOSTIC ARCHEOLOGIQUE COMMUNE DE CARNAC Parcelles 40 AC, 71 AC, 134 AC, 86 M, 84 M, AVRIL - JUIN
  • - JUILLET 1995 PIRAULT Lionel TALBO Cécile SOMMAIRE I -Avant-propos II -Contexte géomorphologique général III -Méthodologie (organisation du diagnostic - aspect technique) IV -Les parcelles 84 M et 86 M (Mané Kermario) V -La parcelle 134 AC (Toul Chignan) 1 ) Observations de terrain
  • 2) Données archéologiques 3) Description des vestiges VI -La parcelle 71 AC (Toul Chignan) 1 ) Observations de terrain 2) Données archéologiques 3) Description des vestiges VII -La parcelle 40 AC (Clou Carnac) 1 ) Observations de terrain 2) Données archéologiques 3) Description
  • des vestiges VIII -Conclusion IX -Les sites inédits X -Bibliographie XI -Planches photographiques I -Avant-propos L'ensemble des alignements de Carnac figure parmi l'un des plus hauts lieux de la préhistoire française. La démesure et l'ampleur de ce monument constitué par trois
  • vastes ensembles (Le Menée, Kermario et Kerlescan) regroupant environ 4000 pierres en font un site, dont la fréquentation estivale reste l'une des plus importantes de Bretagne. Cette fréquentation exponentielle n'a pas été sans poser de graves problèmes pour la conservation générale
  • du site. En effet, le piétinement intensif des visiteurs à l'intérieur des alignements a provoqué à long terme une détérioration évidente du sol. La non-régénération de la couche humique a causé une micro-érosion, dont l'issue pourrait se solder par le déchaussement et le
  • renversement de certaines pierres. Afin de remédier temporairement à ce type de problème, l'ensemble du site fait l'objet depuis 1990 d'un programme de mise en valeur quelque peu controversé. L'enfermement des alignements et la création d'espaces piétonniers parallèles à ceux-ci, devraient
  • pourtant à plus ou moins long terme, permettre au sol de se régénérer suffisamment, pour envisager des projets autorisant une meilleure gestion et une nouvelle approche du site, sans avoir à craindre de voir celui-ci se dégrader progressivement. C'est dans ce cadre particulier qu'en
  • 1993, le Service Régional de l'Archéologie de Bretagne a fait réaliser deux études distinctes dans le périmètre proche des alignements. Une série de sondages archéologiques sur des parcelles situées au sud-ouest de Kermario (Hamon A-L, Gaubert L, mai-juin 93) avait permis de déceler
  • quelques maigres indices (fossé, fosses) d'époque et de nature indéterminées. Ce travail avait été suivi d'une prospection de terrain renforcée d'une étude documentaire (Hamon A-M, Gaume E, sept-oct 1993) qui devaient permettre de mieux appréhender l'organisation initiale des
  • alignements avant de les enclore. C'est dans ce même cadre, que le Service Régional de l'Archéologie de Rennes, a décidé de réaliser une série de sondages archéologiques sur cinq parcelles récemment acquises par l'Etat (PI.1). Il -Contexte géomorphologique général La région de Carnac
  • présente deux caractères géomorphologiques dominants, nettement différenciés l'un de l'autre. Au nord d'un axe topographique majeur N.-E./S.-O., sur lequel s'étirent sur un linéaire d'un peu plus de deux kilomètres les alignements de Kerlescan et de Kermario, s'étend une pénéplaine
  • granitique faiblement disséquée par une multitude de ruisseaux périodiques (Gouarc'h). Dans cette partie géographique du terroir où s'intercalent des couverts forestiers plus ou moins importants, le bocage et les landes dominent largement le paysage. Dans la campagne, les habitats sont
  • assez dispersés et l'expansion des bourgs PL 1 Plan de localisation générale des parcelles. 1 - parcelles 84 M et 86 M 2 - parcelles 134 AC et 71 AC 3 - parcelle 40 AC (Plouharnel, PloëmeL.) se limite à quelques Z.A.C accompagnées de zones pavillonnaires le plus souvent de
  • tailles modestes. Au sud, le paysage est entrecoupé d'anciennes rias en partie colmatées par des alluvions anciennes, qui alternent avec une série d'interfluves dont l'altitude varie de 18 à 30 mètres NGF. A l'extrémité sud de ces interfluves, des pointes rocheuses peu élevées sont
  • reliées entre elles par des cordons dunaires qui ferment des zones marécageuses, dont certaines sont aujourd'hui occupées par des marais salants (Le Bréno). Dans ce secteur, l'urbanisation est essentiellement concentrée sur les cordons dunaires (Carnac-Plage) et dans les zones
  • marécageuses situées en arrière de ceux-ci. La pression foncière récente a tendance à se développer au nord et à l'est de la Grande-Plage, colonisant petit à petit les interfluves et les rias anciennes (Pl.2). Le substrat de la région est granitique (granits hercyniens anatectiques et tardi
  • -migmatitiques fondamentaux et précoces de la zone de l'anticlinal de Cornouaille). Ce granit à grain fin comporte trois faciès principaux, qui se définissent par une granulométrie et une nature de cristaux dissemblables. Les récents travaux de D. Sellier ont mis en évidence l'utilisation
RAP02451.pdf (BREST (29). ZAC de la Fontaine Margot : tertre funéraire de l'âge du bronze, établissement rural médiéval et vestiges de la deuxième guerre mondiale. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • BREST (29). ZAC de la Fontaine Margot : tertre funéraire de l'âge du bronze, établissement rural médiéval et vestiges de la deuxième guerre mondiale. rapport de diagnostic
  • BREST (FINISTERE - BRETAGNE) ZAC de la Fontaine Margot Tertre funéraire de l’âge du Bronze, établissement rural médiéval et vestiges de la Deuxième guerre mondiale Rapport de diagnostic archéologique Arrêté initial de prescription SRA 2011-022 modifiant l’arrêté SRA 2010-25
  • Tranche 1 : Arrêté SRA 2011-23 Sophie CASADEBAIG (dir.) Avec la collaboration de Muriel FILY et de Ronan PERENNEC Quimper – Le Faou : Conseil général du Finistère, Centre départemental d’archéologie Aout 2011 Conseil général du Finistère Centre départemental d’archéologie Brest
  • (29) – ZAC de la Fontaine Margot – tranche 1 Arrêté 2011- 22 & 2011-23 Sophie CASADEBAIG 2011 Casadebaig S. (dir.), Fily M., Perennec R., Brest (Finistère), ZAC de la Fontaine Margot, Tertre funéraire de l’âge du Bronze, établissement rural médiéval et vestiges de la Deuxième
  • guerre mondiale. Rapport de diagnostic archéologique. Le Faou - Quimper : Conseil Général du Finistère, Centre départemental d’archéologie - Service Régional de l’Archéologie de Bretagne, 2011. Avis au lecteur Le présent rapport comporte les résultats d’une opération de diagnostic
  • archéologique. Les rapports constituent des documents administratifs communicables au public, après remise au Service régional de l’archéologie, suivant les dispositions de la loi modifiée n°78-753 du 17 juillet 1978. Aux termes de la circulaire de mars 1996, prise pour application, ils
  • pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et des contraintes qui en résultent. La prise de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective
  • (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction de texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de la courte citation, avec les références exactes et complètes de l’auteur et de l’ouvrage. Par ailleurs
  • , l’exercice du droit de la communication, exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduite, de diffuser ou d’utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n°78-753 du 17 juillet 1978, art.10). -- 1 -- Conseil général du Finistère Centre
  • départemental d’archéologie Brest (29) – ZAC de la Fontaine Margot – tranche 1 Arrêté 2011- 22 & 2011-23 Sophie CASADEBAIG 2011 SOMMAIRE FICHE SIGNALETIQUE ................................................................................................................................- 4
  • ....................................................................................................................... - 4 GENERIQUE DE L’OPERATION.................................................................................................................- 5 ARRETES DE PRESCRIPTION
  • ....................................................................................................................- 6 ARRETE DE NOMINATION .......................................................................................................................- 13 NOTICE SCIENTIFIQUE
  • ..........................................................................................................- 16 A. B. 1. 2. 3. C. 1. 2. II. CIRCONSTANCES DE L’OPERATION..................................................................................................... - 16 METHODES ET TECHNIQUES ENVISAGEES
  • .......................................................................................... - 16 Contraintes et mode d’intervention .................................................................................. - 16 Méthodologie.................................................................................................................... - 16 Traitement des
  • / c/ Le coffrage de bois..................................................................................................................................- 19 La céramique
  • . Les structures internes de l’enclos................................................................................... - 24 a/ b/ c/ 3. 4. Les trous de poteaux
  • ....................................................................................................... - 30 Un réseau de chemins ..................................................................................................... - 30 Les délimitations parcellaires ........................................................................................... - 31 - -- 2 -- Conseil
  • général du Finistère Centre départemental d’archéologie 3. Brest (29) – ZAC de la Fontaine Margot – tranche 1 Arrêté 2011- 22 & 2011-23 Sophie CASADEBAIG 2011 Evolution du paysage et de l’exploitation agricole ........................................................... - 32 a/ b/ c
  • / Des fossés agricoles...............................................................................................................................- 32 Fosses de plantation
  • ........................................................................................... - 33 LES VESTIGES DE LA DEUXIEME GUERRE MONDIALE ......................................................................... - 34 1. Les ouvrages défensifs .................................................................................................... - 34 2. Les bombardements
  • ..................................................................................................................................... 36 BIBLIOGRAPHIE.............................................................................................................................................. 37 -- 3 -- Conseil général du Finistère Centre départemental d’archéologie Brest (29) – ZAC de la Fontaine Margot
RAP01505.pdf (SAINT-FRÉGANT (29). Keradennec. rapport de fouille)
  • SAINT-FRÉGANT (29). Keradennec. rapport de fouille
  • ; A. BARBET, La peinture murale romaine, Paris, 1970; pour la Suisse : W . DRACK, Die römische Wandmalerei der Schweiz, Baie, 1950; pour la Grande-Bretagne s Joan Liversidge, dans The Roman Villa in Britain, Or, à Saint-Frégant, toutes les salles jusqu'ici fouillées étaient ornées de
  • de 1969 et 1970, les fouilles de 1971 ont montré que l'originalité principale du chantier de Keradennec résidait, d'une part, dans l'abondance du décor peint, d'autre part, dans la présence d'une population rustique et fruste dans les locaux de la villa à la fin de l'occupation
  • . / . A . / . 2 - La présence d'une couche brûlée, déjà aperçue en A.I. (cf. rapport 1970 p. 4-) et retrouvée dans la salle II. Cette couche pourrait correspondre à une ancienne habitation de bois (exemples fréquents en Grande-Bretagne), 1 . / . A . / . 3 - Surtout, la mise au jour, dans
  • FACULTE DES LETTRES ET SCIENCES HUMAINES DE BREST B . F*i, 6 6 0 ES N • BREST -- TÉLÉPHONE 44-SS-87 René SANQUER Maître-Assistant d'Histoire Ancienne Directeur du chantier de Keradennec en SAINT-FREGANT (Finistère-Nord) à Monsieur le Directeur de la Circonscription des
  • Antiquités Historiques de Bretagne Faculté des Lettres et Sciences Humaines 35 - RENNES CHANTIER DE FOUILLES GALLO ROMAINES DE SAINT FREGANT, Keradennec, Finistère-Nord Autorisation n° 1403 en date du 27 mars 1971. RAPPORT SUR LA CAMPAGNE DE FOUILLES DE L'ANNEE 1971 Après les campagnes
  • . Cependant, nous n'avons pas négligé pour autant de suivre le développement d'un plan qui s'apparente de plus en plus à celui de la "court-yard house" des archéologues britanniques, et d'étudier les traces de la vie luxueuse et confortable dans une habitation gallo-romaine du Ille et IVe
  • siècle ap. J-C. 1505 î t -2- I./ LA VIE DANS LA VILLA DE KERADENNEC DEPUIS SA CONSTRUCTION JUSQU'A SON PREMIER ABANDON Dans ce domaine, les fouilles de 1971 ont apporté soit la confirmation d'hypothèses et de certitudes, soit quelques faits nouveaux concernant la présence d'une
  • habitation antérieure, la date de construction des bâtiments actuellement fouillés, leur plan, leur utilisation. l./.-A. LA PRESENCE D'UNE CONSTRUCTION ANTERIEURE Cette présence, relativement modeste, n'a pas encore apporté la trace concrète de murailles antérieures. Elle se note
  • cependant, sans laisser de doute, au faits suivants : I . / . A . / . l - L'existence, sous les mortiers et bétons, de poteries archailqu.es enfoncées dans le sol vierge. Ces fragments de céramique ont les caractères des poteries gallo-romaines du 1er siècle ap J . - C . 1
  • l'angle Nord-Ouest de l'habitation (cf plan et fig. n° 3) d'un dépotoir composé de pierres de destruction, d'ossements, de quelques poteries et d'enduits peints. Le mur de la salle V était construit par-dessus le dépotoir, montrant bien l'antériorité de ce dernier. Le style de ces
  • fragments d'enduit peint est très différent de celui qui domine dans la deuxième période : ici, il s'agit de morceaux à fond rouge-brun sur lequel sont dessinées de délicates fleurs jaune-ocre, formant des fleurons cruciformes. Ils sont malheureusement très peu nombreux et ne permettent
  • pas encore d'établir les caractéristiques de ce style, mais on peut dire que deux aspects ne se retrouvent pas dans le second style (panneaux à fond blanc, à cadres colorés,au décor géométrique et végétal) : la finesse du dessin et l'apposition d'un motif sur un fond coloré. -3
  • - 1. / . A. / .4 - A l'extérieur de l'habitation, au pied des murs et au contact immédiat avec le sol vierge, donc avant le dépôt des résidus domestiques, on trouve de nombreux fragments de stucs moulés. I . / . A . / . 5 - On peut donc légitimement supposer qu'une habitation
  • antérieure a existé là. Nous n'en possédons pas les murs mais nous savons qu'elle utilisait le bois et comportait déjà un décor peint et stuqué. Les trouvailles de 1971 sont à mettre en rapport avec certains indices déjà aperçus lors de la campagne précédente : fragments de poterie
  • sigillée de forme Drag. 24-25 (fin de la production : 60 ap J . - C . ) sur le sol de l . A . , fragment d'enduit peint de style différent sous le béton de l.A. On peut donc dire que, vraisemblablement depuis la seconde moitié du 1er siècle ap. J . C . , une première construction
  • a occupé les lieux, et qu'elle a été détruite dans la seconde moitié du lld siècle ap. J . C . , peut-être par le feu. On reconstruisit alors une habitation plus grande et plus solide. l./.B. - LA DATE DE CONSTRUCTION DU BATIMENT PRINCIPAL Nous avions proposé lors des deux dernières
  • campagnes, une date de construction voisine de la fin du lld siècle, corroborée par de nombreux indices concordants. Cette datation n'a pas été démentie par les découvertes de 1971. l . / . B . / . 1 - Un certain nombre de signatures sur poteries sigillées ont été trouvées dans des
  • emplacements caractéristiques de l'époque de construction : a) - dans le ciment du mur de façade de la salle II, une signature . . . .ITO a été identifiée par M. Hartley, de l'Université de Leeds, comme étant celle d'IMPRITO, potier de Lezoux à la fin de la période antonine. (cJ^. é> b
  • ) - dans la tranchée de fondation extérieure de la galerie Ouest, la signature de DECVMANVS, potier de Toulon-sur-Allier à la fin de la période antonine ^ ç ^ -4I . / . B . / . 2 - Sur le sol extérieur, au contact du sol vierge, dans l'angle Nord-Est, a été trouvé un denier de Nerva
  • (Cohan n° 25, année 96 ap. J . - C . ) , relativement usé, qui a pu être perdu vers la fin du Ild siècle (cf fig, ). I . / . B . / . 3 - Ces éléments de datation sont confirmés par les types de poteries découverts dans la tranchée de fondation de la galerie Ouest : Nombre d Formes
RAP02249.pdf ((56). entre l'Oust et le Blavet. rapport de prospection inventaire)
  • (56). entre l'Oust et le Blavet. rapport de prospection inventaire
  • NAAS PATR RAPPORT DE PROSPECTION - INVENTAIRE ENTRE UOUST ET LE BLAVET Arrondissements de Pontivy, Vannes et Lorient Département du MORBIHAN 2006 Autorisation par arrêté préfectoral du 13/04/2006 Tome 1/1 Rapport de synthèse Annexes (fiches de déclaration de sites
  • ) Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant
  • diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en
  • ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de
  • l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective
  • ; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de
  • l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la
  • recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de
  • contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus
  • universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 PATRICK NAAS RAPPORT DE PROSPECTION - INVENTAIRE ENTRE L'OUST ET LE BLAVET Arrondissements de Pontivy, Vannes et Lorient Département du MORBIHAN 2006 Autorisation par arrêté préfectoral du 13/04/2006 Tome 1/1
  • Rapport de synthèse Annexes (fiches de déclaration de sites) SOMMAIRE 2006 Tome 1/1 : rapport de synthèse et fiches déclarations de sites Liste des sites déclarés Autorisation de prospection-inventaire 1. PRESENTATION GENERALE ET METHODOLOGIE DES RECHERCHES 1 . 1 Historique des
  • recherches (1 989-2006) 1 .2 Les caractéristiques de la zone prospectée 1.3 La campagne de prospection 2006 1.3.1 Le financement 1.3.2 La prospection aérienne 1.3.3 Photo-interprétation : nouveaux outils (Google, IGN, redressements Photoplan) 1.3.4 Le suivi des sites archéologiques 2
  • . PRESENTATION DES RESULTATS 2.1. Les données 2.2. Les enclos simples (superficie < 5000 m2) 2.3. Quelques découvertes d'enclos ou ensembles d'enclos attribuables aux âges du Fer 2.3.1. Enclos simples ou groupements d'enclos cohérents 2.3.2. Les ensembles complexes datables des âges du Fer
  • 2.3.3. Les petits enclos funéraires 2.4. Les découvertes pour la période romaine 2.4.1. Quatre habitats gallo-romains à enclos découverts à Sérent (56) 2.4.2. L'enceinte gallo-romaine de Bernoué, en Saint-Connec (22) 2.4.3. Un type d'habitat gallo-romain inédit à Moréac (56) et à
  • Loudéac (22) 2.4.4. Deux fana inédits, à Locqueltas et à Plumelin (56) 2.5. Photo-interprétation et genèse des paysages 2.5.1. Saint-Abraham, sur la rive coriosolite de l'Oust 2.5.2 Kerberre en Saint-Allouestre (56) : un cas d'école 3. AUTRES ACTIVITES ET CONCLUSION Enseignement
  • , table-ronde, PCR, projet de recherches (UMR 2008-2012) ANNEXES : Fiches de découverte de site, photographies, plan 1/2000, extrait IGN (50 sites ou indices de site) REPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE La Préfète de
  • la région Bretagne, Préfète du département de l'llle-et-vïlaine Chevalier de la légion d'honneur, Commandeur de l'Ordre national du mérite N° 2006-242 VU le code du "Patrimoine, notamment son livre V ; VU le décret n° 65-48 du 8 janvier 1965 modifié pris pour l'exécution du
  • livre II du Code du travail (hygiène et sécurité sur les chantiers de travaux); après avis de la Commission interrégionale de la recherche archéologique OUEST, en date du 13/04/2006 ARRETE Article 1er : M. NAAS Patrick est autorisé(e) à procéder, en qualité de responsable
  • scientifique, à une opération de prospection [ ] thématique [ X] inventaire [ ] avec relevés d'art rupestre à partir de la date de notification du présent arrêté jusqu'au concernant la région BRETAGNE Intitulé de l'opération : Etude de l'occupation des territoires entre l'Oust et le Blavet
  • Département : MORBIHAN Programme : Organisme de rattachement : bénévole Article 2 : prescriptions générales. Les recherches sont effectuées sous la surveillance du conservateur régional de l'archéologie territorialement compétent, qui pourra imposer toutes prescriptions qu'il jugera
RAP01331.pdf ((56). entre l'Oust et le Blavet. rapport de prospection inventaire)
  • (56). entre l'Oust et le Blavet. rapport de prospection inventaire
  • les données, souvent approximatives, du fonds documentaire ancien (en gros antérieures à 1945). Ainsi l'association entre enclos et souterrains de l'Age du Fer reste particulièrement intéressante (trois cas signalés en 1994, deux nouveaux cas recensés en 1995). Les enceintes en
  • ungestort auf maximale Tiefe © wachsen. Nur don erreichen dieWurzeln mit ihren Spitzen auch dasjenige Niveau der im Fortgang des Friihsommers abgesunkenen Bodenfeuchte ©, die den so begunstigten Pflanzen optimales Hôhenwachstum und spàtere Fruchtreife mit làngerem Griin © ermôglicht
  • antiken Grabens ® bestimmt in einer Ubergangszone den Anstieg der Wurzeltiefe und damit auch die Fig.9 La formation des anomalies phytologiques (d'après Otto Brasch, Luftbildarchàologie in Suddeutschland, 1983) n Mais, ce schéma ne permet pas d'expliquer entièrement les variations
  • PATRICK NAAS RAPPORT DE PROSPECTION-INVENTAIRE ENTRE L'OUST ET LE BLAVET Arrondissements de Pontivy; Vannes et Lorient Département du MORBIHAN 1995 Autorisation du 14/04/1995 10 m Villa de Pont-Press (Bieu.iy) Relevé P. Naas et J-D Eveillard (1/07/1995) RAPPORT DÉ SYNTHESE
  • 1111 0L PATRICK NAAS RAPPORT DE PROSPECTION-INVENTAIRE ENTRE L'OUST ET LE BLAVET Arrondissements de Pontivy, Vannes et Lorient Département du MORBIHAN 1995 Autorisation du 14/04/1995 TOME 1/2 RAPPORT DE SYNTHESE Patrick Naas Liste des sites déclarés (1995) N° 1 2 3 4 5 6
  • groupe d'enclos, gisement GR gSSSBIIBSSS"! 1- INTRODUCTION 1.1 Historique des recherches 1995 marque la 6ème campagne de prospection diachronique entre l'Oust et le Blavet ,dans le cadre des opérations de prospection-inventaire financées par le Ministère de la Culture. Les
  • premières campagnes de prospection systématique au sol datent de 1985. La prospection aérienne à basse altitude a débuté en 1989, un financement stable intervenant à partir de 1990. Le financement de la campagne 1995 a été assuré principalement par le Ministère de la Culture (30000 F) et
  • complété par une participation du Conseil Général du Morbihan (5000 F). 1.2 Les caractéristiques de la zone prospectée et leur influence sur l'acquisition des données. La zone prospectée s'étend du littoral jusqu"à la limite septentrionale qui sépare le Morbihan des Côtes d'Armor
  • ; elle inclut d'est en ouest les bassins de l'Oust et du Blavet (voir cartes de localisation, fig. 1 et 2). On rappellera ici brièvement les principales formations géologiques qui conditionnent les sols situés entre les vallées de L'Oust et du Blavet : nombreuses formations
  • granitiques à l'ouest et au sud aux reliefs souvent bien différenciés, au nord-est une vaste zone de schistes briovériens au relief peu marqué, des zones intermédiaires de métamorphisme de contact (micaschistes, gneiss) souvent favorables au peuplement, terrasses alluviales (Blavet, Oust
  • ) ou lambeaux de graviers tertiaires (Radenac). Mais comme nous l'avions déjà signalé les années précédentes, le trait essentiel demeure sans aucun doute le contraste existant,de part et d'autre des Landes de Lanvaux, entre une zone à vocation agricole massivement remembrée au nord
  • et un paysage de bocage peu cultivé au sud, dans le Vannetais. Cette hétérogénéité dans la couverture des sols influe évidemment de manière décisive sur les résultats obtenus en prospection aérienne. Elle explique l'accumulation des données dans la zone septentrionale depuis 1989
  • et parallèlement le déficit grandissant dans le repérage des indices fossoyés au voisinage du littoral morbihannais et dans l'arrière-pays vannetais. La constitution récente par nos soins d'une base de données informatiques des données et le recours à un logiciel de cartographie
  • géré par le service de la Carte Archéologique du S.R.A. à Rennes ont permis de formaliser les résultats obtenus dans et au voisinage (en incluant la vallée du Scoff prospectée par R. Bertrand) de la zone prospectée (voir carte "enclos" , données cumulées au 30/06/1993, fig.3). En
  • comparant cette cartographie des données avec l'état de la couverture du sol restituée par le satellite Landsat (août 1991, fig. 4), on obtient la confirmation que les concentrations d'enclos fossoyés correspondent pour l'essetiel aux communes à vocation agricole à l'est du Blavet, zone
  • aisément repérable sur le cliché-satellite par un semis nettement plus dense de parcelles en cultures (parcelles en jaune sur le cliché satellite). La prise en compte d'enceintes Fig. 3 Données au 30/06/93 ENCLOS Information : P. NAAS Réalisation : E. SEYNHAEVE DRAC - SRA - Carte
  • archéologique le 29/08/95 8 S 1 I I E S S S 1 1 fossilisées dans les données expliquent partiellement certaines répartitions résiduelles sur des terroirs bien prospectés (région de Plouay). On peut penser évidemment que les zones à bon rendement agricole (au sens moderne du terme) ont pu
  • constituer des sols recherchés à des époques plus anciennes. Cependant, l'incertitude sur l'évolution pédologiques des sols (information 1NRA et Chambre d'Agriculture du Morbihan) ou plus simplement l'évolution récentes des techniques agraires ne permettent pas pour l'instant de retenir
  • cette hypothèse qui reste du domaine de la sur-inteprétation. En laissant de côté les conditions pédo-climatiques qui ne sont pas sans effet sur la qualité des résultats qu'on obtient en prospection aérienne, te remembrement (surtout lorsqu'il est ancien - les premiers travaux datent
  • de 1952) en produisant des paysages semi-ouverts conditionne pour l'essentiel la répartition résiduelle à l'échelle régionale des structures à fossés comblés détectés en prospection aérienne . Il est plus que certain que de nombreux enclos existent ailleurs, dans le Vannetais en
RAP03771 (VANNES (56). 28 rue du 8 mai 1945. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • VANNES (56). 28 rue du 8 mai 1945. Rapport de diagnostic
  • Morbihan, Vannes, 28, rue du 8 mai 1945 Moyen Âge, Temps modernes, Époque contemporaine Sujets et thèmes Édifice religieux, Bâtiment Suite à la demande de permis de construire n° PC 056 260 16 Y 0063 présentée par la société LAMOTTE Construction, pour un terrain situé 28, rue
  • du 8 mai 1945 à Vannes (56), le Service Régional de l’Archéologie a saisi l’Inrap afin de réaliser un diagnostic archéologique sur les parcelles concernées. Les parcelles BP 409, 410, 253p, 254, 251, 250, 248 et 247 du cadastre actuel représentent une surface de 2140 m². Mobilier
  • Industrie lithique, Céramique Diagnostic archéologique Époque médiévale, bas Rapport d’opération Chronologie Morbihan, Vannes, 28, rue du 8 mai 1945 Diagnostic archéologique L’intervention a permis la découverte de plusieurs traces d’occupation : de nombreuses maçonneries, un
  • www.inrap.fr Inrap Grand Ouest août 2019 Diagnostic archéologique Rapport d’opération Diagnostic archéologique 56260 Code INSEE — D115435 2016 - 177 Système d’information Code Inrap Arrêté de prescription Morbihan, Vannes, 28, rue du 8 mai 1945 sous la direction de avec la
  • -Sévigné Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Dates d’intervention sur le terrain Bretagne Département Morbihan (56) Commune Vannes Adresse ou lieu-dit 28, rue du 8 mai 1945 Intégré au zonage archéologique sensible Codes Références
  • de l’opération Céline Baudoin, Inrap 17 au 19 juin 2019 Surface prescrite et sondée Emprise maximale prescrite 2140 m2 Surface sondée 218 m2 soit 10,19 % de l'emprise maximale prescrite 8 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Morbihan, Vannes, 28, rue du 8 mai 1945
  • post-fouille 10 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Morbihan, Vannes, 28, rue du 8 mai 1945 Notice scientifique État du site Suite à la demande de permis de construire n° PC 056 260 16 Y 0063 présentée par la société LAMOTTE Construction, pour un terrain situé 28, rue
  • du 8 mai 1945 à Vannes (56), le Service Régional de l’Archéologie a saisi l’Inrap afin de réaliser un diagnostic archéologique sur les parcelles concernées. Les parcelles BP 409, 410, 253p, 254, 251, 250, 248 et 247 du cadastre actuel représentent une surface de 2140 m². Trois
  • scientifiques 11 Localisation de l’opération Bretagne, Morbihan, Vannes, 28, rue du 8 mai 1945 x : 1267780 y : 7178388 (Lambert CC48) z : 10 m NGF Saint-Brieuc Quimper Vannes 0 localisation du diagnostic archéologique Rennes 100 km 0 1 km Morbihan, Vannes, 28, rue du 8 mai 1945
  • 14 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Morbihan, Vannes, 28, rue du 8 mai 1945 I. Données administratives, techniques et scientifiques 15 16 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Morbihan, Vannes, 28, rue du 8 mai 1945 I. Données administratives
  • , techniques et scientifiques 17 18 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Morbihan, Vannes, 28, rue du 8 mai 1945 I. Données administratives, techniques et scientifiques 19 20 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Projet scientifique d’intervention Morbihan, Vannes
  • , 28, rue du 8 mai 1945 I. Données administratives, techniques et scientifiques 21 22 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Arrêté de désignation Morbihan, Vannes, 28, rue du 8 mai 1945 I. Données administratives, techniques et scientifiques 23 II. Résultats
  • II. Résultats 27 1. Le cadre de l'opération 1267800 1267750 1.1 Circonstances de l’intervention Suite à la demande de permis de construire n° PC 056 260 16 Y 0063 présentée par la société LAMOTTE Construction, pour un terrain situé 28 rue du 8 mai 1945 à Vannes (56), le
  • , Vannes, 28, rue du 8 mai 1945 La rue du 8 mai 1945, anciennement rue de la Boucherie, appartenait au faubourg du Bourg Maria. Situé en périphérie immédiate de l’enceinte, le secteur est pour la première fois mentionné au XIIe s. comme fief du prieuré de Saint-Martin de Josselin
  • , 28, rue du 8 mai 1945 2.1 La tranchée 1 La tranchée 1 mesure 32 m de long. Elle a été réalisée d’ouest en est dans la partie la plus au nord de l’emprise. Les affleurements rocheux apparaissent en moyenne à 0,50 cm sous le niveau de sol actuel. Les vestiges mis en évidence dans
  • de diagnostic archéologique Morbihan, Vannes, 28, rue du 8 mai 1945 À l’extrémité est de la tranchée 2, un troisième muret a pu être dégagé. Le muret 206 orienté est/ouest est en fait la suite du muret 205. Il présente sensiblement les mêmes caractéristiques que ce dernier (Fig
  • Fig. 11A Le mur 303. © Céline Baudoin Fig. 11B Les murs 309, 305 et 304. © Céline Baudoin Morbihan, Vannes, 28, rue du 8 mai 1945 II. Résultats 35 Enfin des cailloux disposés en arc de cercle dont un présentant des traces d’usure constituent le dernier aménagement maçonné (US
  • , Vannes, 28, rue du 8 mai 1945 3. Notice sur le mobilier par Françoise Labaune-Jean L’intervention de diagnostic archéologique menée en juin 2019 au numéro 28 de la rue du 8 mai à Vannes a livré un lot de mobilier très restreint. Celui-ci provient uniquement de la tranchée 1
  • installation à Vannes. © Ouest-France emprise de la prescription archéologique tranchée 0 20 mètres 38 Inrap · Rapport de diagnostic archéologique Morbihan, Vannes, 28, rue du 8 mai 1945 5. Bibliographie Bélanger 2016 BELANGER (C.) — Place de Nazareth, Vannes (Morbihan), Rapport
  • · Rapport de diagnostic archéologique N° Tranchée N° US 3 300 Relation sous Morbihan, Vannes, 28, rue du 8 mai 1945 Relation sur Description Interprétation 301 Terre limoneuse marron plus ou moins foncée avec des blocs et cailloux de granit, fragments de briques et tuile
RAP01573.pdf (ARRADON, PLOEREN (56). rapport de prospection inventaire)
  • ARRADON, PLOEREN (56). rapport de prospection inventaire
  • , Contribution à l'étude des haches en pierre polie et des polissoirs portatifs, p. 14-28, Arradon (Penboch) 3 haches, p. 19-20 MARSILLE L., BSPM 1936, Le Menhir et le Culte des Pierres, p. 1-67 MARSILLE L., BSPM 1943-1945, Le Menhir Christianisé, p. 1 1-25 QUILGARS H., BSPM 1902, La question
  • de pierre blanche, percé, haut. 0,075 1944 -Dalles ornées de bas-reliefs, pierre blanche. 1945 -Ardoises de carrelage. 1946 -Quatre augets, dont trois emboîtés l 'un dans l 'autre. MARSILLE L., BSPM 1921, p. 112-113 "Villa de Kerran, face à la mer,. Trois constructions distinctes
  • -Trois petits objets en bronze. 1966 -Trois fragments d'enduits colorés. 1967 -Fragment de marbre. 1968 -Grain en terre cuite, percé au centre, diam. 0,039. 1970 -Fragment d'un peigne en os. 1971 -Fragments divers en terre cuite. 1972 -Fragments de vase en terre. 1973 -Clous et objets
  • Dominique TAQUET - 1998 - PROSPECTION INVENTAIRE des COMMUNES: - ARRADON - 56 003 - PLOEREN - 56 164 (Morbihan) /5?3 Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan 2 1 DEC. 1998 INVENTAIRE ARCHEOLOGIQUE DES HUIT COMMUNES PERIPHERIQUES DE VANNES Dominique
  • TAQUET ARRADON - PLOEREN Les autorisations pour nos prospections inventaires ne nous étant parvenues que début juin 1998, nous avons décidé, d'un commun accord, de privilégier pour cette première année un travail de recherche en archives. Cette méthode inventaire s'est appuyée sur le
  • dépouillement exhaustif d'archives (voir la bibliographie ci-après). En effet, de nombreux érudits locaux ont beaucoup écrit sur leurs recherches archéologiques menées au XlXè siècle dans département du Morbihan, (essais, dictionnaires, répertoires, inventaires...) Les premiers inventaires
  • du Morbihan ont été réalisés par l'abbé J. MAHE en 1825, puis par CAYOT DELANDE en 1847, A. FOUQUET en 1853, M. ROSENZWEIZ en 1863, J. LE MENE en 1891 et enfin E. RIALAN (publications de 1884 à 1892) qui avec ses trois volumes, apporte un maximum d'informations archéologiques. Le
  • dépouillement a été élargi à tous les bulletins de la Société Polymathique du Morbihan qui, au XlXè siècle, avec de FREMINVILLE, L. GALLES, H. JAQUEMET, ainsi que de nombreux chercheurs du XXè siècle comme AVENEAU de LA GRANCIERE, L. LALLEMENT, L. MARSILLE, Y. ROLLANDO, Y. COPPENS, J. ANDRE
  • , J. LECORNEC, P. ANDRE,...., complètent d'une manière indispensable les publications des précurseurs. D'emblée, un constat s'impose: les sources d'archives sont très nombreuses et ont occupé le plus clair de notre temps d'inventaire. Figure pour chaque site: 1- Le nom et le numéro
  • du site de la carte archéologique si celui ci est répertorié. 2- Une synthèse du contenu de chaque source tenant compte de la chronologie. 3- Les photocopies de toutes les sources anciennes étudiées ainsi vérifiables. Notre méthode prend en compte tout type de découverte
  • archéologique pour toute période s'étendant de la préhistoire au Moyen-Age. Le dépouillement fait apparaître une quantité de sites non répertoriés par la cane archéologique. Ainsi pour les huit communes, cette dernière mentionnait 61 sites. Après dépouillement, 42 sites supplémentaires
  • seront vérifiés sur le terrain, soit près de 70% en plus de ceux déjà mentionnés sur la carte archéologique. Le dépouillement est sur le point d'être achevé. La phase de travail sur le terrain avec les membres du CERAM débutera en janvier 1999. Cette prospection inventaire des huit
  • communes périphériques de Vannes permettra une cartographie chronologique et thématique, base d'une meilleure connaissance de l'archéologie vannetaise et par la même occasion, d'une meilleure appréhension de son histoire. INVENTAIRE ARCEOLOGIQUE DES HUIT COMMUNES DE LA PERIPHERIE
  • VANNETAISE NOMBRE DE SITES PAR COMMUNE Communes ARRADON PLESCOP PLOEREN SAINT AVE SAINT NOLFF SENE THE IX TREFFLEAN N° commune Nombre de sites inventoriés sur Nombre de sites possibles après la carte archéo. dépouillement 56 003 56 158 56 164 56 206 56 231 56 243 56 251 56 255 21
  • 3 1 8 4 12 10 3 23 4 9 13 6 19 21 8 total 62 103 LIOQRÀPHI: OUVRAGES GENERAUX SUR LE MORBIHAN ANDRE P. 1963, La cité gallo-romaine des Vénètes, DES de lettres, Université de Rennes. ANDRE P. 1971, La cité gallo-romaine des Vénètes, B.S.P.M., p. 3-48. ANDRE P., TRISTE
  • A., 1992, Quand Vannes s'appelait Darioritum, Catalogue de l'expo., 1 10p. CAYOT DELANDRE, 1847, Le Morbihan son Histoire et ses Monuments, 560 p. FOUQUET A., 1853, Des monuments celtiques et des ruines romaines dans le Morbihan, 1 17p. FOUQUET A., 1873, Guide des Touristes et des
  • archéologues dans le Morbihan, 197p. GALLIOU P., 1989, Les tombes romaines d'Armorique, DAF n°17, 204p. MARSUXE L., BSPM 1929, Les voies romaines du département du Morbihan, p. 3-58 MARSILLE L., 1972, Répertoire archéologique du Morbihan gallo-romain, 52p., LE FLOHIC 1996, Le Patrimoine des
  • communes du Morbihan, 2 volumes, LE MENE Jh-M., 1891, Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes, Tome 1 550 p. et Tome II 536p. MAHE J., 1825, Essai sur les antiquités du département du Morbihan, 500p. MERLAT P., 1982, Les Vénètes d'Armorique
  • , Archéologie en Bretagne, 3e s., 135p. OGEE, 1843, Dictionnaire historique et géographique de Bretagne, Tome I et II, 986p. RIALAN E. I en 1884 et 1885, Découvertes archéologiques dans le Morbihan, 35p. RIALAN E. H en 1885, Nouvelles découvertes archéologiques dans le Morbihan, 20p. RIALAN
  • E. de 1886 à 1892, Découvertes archéologiques faites dans le Morb.,SPM 1924, 42p. ROSENZWEIG M., 1863, Répertoire archéologique du département du Morbihan, 238p., ROLLANDO Y., 1961, La préhistoire du Morbihan, Le Vannetais littoral, BSPM 1961, p. 1-141 m ARRADON ANDRE J., 1960
RAP02397.pdf (PLOUHINEC (29). Menez-Dregan I. rapport final de fp 2006-2008)
  • PLOUHINEC (29). Menez-Dregan I. rapport final de fp 2006-2008
  • -MEC. PLOUHINEC, FINISTERE 2008 C0Urr 'eRarRivee RAPPORT SUR LA CAMPAGNE DE FOUILLE 2 0 0 8 ET RAPPORT TRIENNAL 2 0 0 6 - 2 0 0 8 SUR LE GISEMENT PALEOLITHIQUE INFERIEUR DE MENEZ-DREGAN I (Fouille programmée triennale) Responsable de l'opération : Jean-Laurent MONNIER
  • Adjointe au Responsable d'Opération : Briagell HUET Suivi de terrain & de laboratoire: Géologie & géomorphologie : Jean-Laurent MONNIER et Bernard HALLEGOUET & Marine LAFORGE Données sédimentologiques & micromorphologiques : Dominique Marguerie Brigitte Van-VIiet Lanoë & Marine LAFORGE
  • Paléobotanique : Nancy Marcoux Paléoparasitologie : Françoise BOUCHET Datations : Christophe Falguères, Jean-Jacques Bahain, Norbert Mercier Etude des industries lithiques : Nathalie MOLINES & Luc Le Doussal UMR 6566 du CNRS « Civilisations Atlantiques et Archéosciences », CNRS, Université
  • de Rennes 1, Ministère de la Culture m m m
  • 2008 2 S3* CONTENU DU RAPPORT Intérêt du site (page 3) Equipe scientifique et intégration aux thèmes de l'UMR 6566 - CReAAH Rappels généraux (page 5) (page 7) Le contexte géologique et la formation de la grotte (page 15) Description stratigraphique et interprétation de
  • l'histoire du gisement (page 23) Analyse spatiale et structures anthropiques (page 36) Rappel de la campagne 2007 (page 43) Bilan de la campagne 2008 (page 45) Perspectives pour un triennal 2009-2010 (page 88) Bibliographie générale (page 90) ANNEXE 1 : Images de l'industrie des
  • couches 5d' & 6' ANNEXE 2 : Article Lefort-Monnier-Marcoux ANNEXE 3 : Article « pre-print » Actes du Colloque de Tautavel 2007 ANNEXE 4 : Projet d'article Laforge-Monnier ANNEXE 5 : Anthracologie sur le site de Menez-Dregan (Nancy Marcoux) CD : Menez-Dregan Programmation (pdf
  • ) Intérêt du site (rappel) : Le gisement de Menez-Dregan 1 est un site clé pour la connaissance des premiers peuplements de l'extrême ouest de l'Europe. Il a été choisi parmi un grand nombre de sites analogues appartenant au groupe Colombanien, dispersés sur le littoral sud armoricain
  • , en gros entre Noirmoutier et Crozon. La plupart de ces sites sont menacés par l'érosion marine et font l'objet d'un pillage intensif par les clandestins. L'opération Menez-Dregan s'intègre à un plus vaste programme que l'on peut intituler «des Prénéandertaliens aux Néandertaliens
  • à l'extrême ouest de l'Eurasie », dans le cadre plus large de l'axe thématique de l'UMR 6566 « Evolution des sociétés : les sociétés de chasseurs-cueilleurs » et son sous-axe : « les peuplements paléolithiques de l'Ouest de la France dans leur contexte européen » . Elle contribue
  • aux axes transversaux « Paysages, environnements et sociétés», « Occupation et exploitation du littoral » et « L'Homme et le feu », intégrant aussi les géomatériaux (variété des matériaux lithiques mis en œuvre), la technologie lithique, la sédimentologie, la paléo-botanique et les
  • datations physico-chimiques. D'autres aspects plus « pionniers » sont également développés (paléogénétique, paléoparasitologie). Il s'agit de connaître et comprendre comment se sont constitués et ont évolué les plus anciens peuplements dans l'un des « culs de sacs » les plus occidentaux
  • de l'Eurasie, compte tenu de ce que l'on sait des premières vagues culturelles qui ont diffusé vers l'ouest. Menez-Dregan représente vraisemblablement un témoin de la fréquentation par les pré-néandertaliens, alors que les gisements du nord du Massif armoricain témoignent d'une
  • forte présence néandertaliennes encore mal connue, que malheureusement l'érosion marine et les aménagements anthropiques font disparaître rapidement. Des avancées considérables (voir publications) ont été réalisées depuis la découverte du premier site de ce type (St-Colomban à Carnac
  • ) en 1980. Il est nécessaire de préciser les datations, de mieux cerner le contexte paléoenvironnemental et l'organisation de l'habitat (la structuration des habitats du Paléolithique inférieur est mal connue), de mieux situer ce groupe dans le cadre du Paléolithique inférieur
  • européen. La présence de structures de combustion s'échelonnant entre 350000 et 500000 ans est également un point crucial pour la connaissance de la première maîtrise du feu. Les travaux menés à Menez-Dregan sur les vestiges osseux constituent aussi un avancée dans le domaine de la
  • paléogénétique. Des kystes de parasites fossiles ont été mis en évidence (Bouchet et al., 2002). 3 4 Equipe scientifique et intégration aux thèmes de l'UMR 6566 - CReAAH «Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences & Histoire» Programme : « des Prénéandertaiiens aux Néandertaliens
  • à l'extrême ouest de l'Eurasie » Opération « Menez-Dregan » Intégré aux axes suivants : Axe Thématique 1.1 : « Evolution des sociétés : les sociétés de chasseurs-cueilleurs» (resp. Grégor Marchand) Sous-axe 1.1.2 : « les peuplements paléolithiques de l'Ouest de la France dans
  • 3.1 : « Paléoenvironnements et chronométrie » Plateforme méthodologique 3.2 : « Géomatériaux et technologie lithique céramologie » comparée et Equipe scientifique Menez-Dregan (dont membres extérieurs à l'UMR 6566) : AUGUSTE Patrick : Université de Lille 1, Laboratoire
  • Préhistoire et Quaternaire, UPRESA 8018, UFR DE GEOGRAPHIE, Université des Sciences et Technologies de Lille, 59655 Villeneuve d'Ascq Cedex France Tél: 33 (0)3 20 33 6278 ; fax: 33 (0)3 20 43 66 77 E-Mail : patrick.auguste@univ-lille1.fr BAHAIN Jean-Jacques : Institut de Paléontologie
RAP00083.pdf (PLOËVEN (29). une sépulture de l'âge du bronze. plage de ty an ker. rapport de sauvetage urgent)
  • PLOËVEN (29). une sépulture de l'âge du bronze. plage de ty an ker. rapport de sauvetage urgent
  • ). La position relative de ces différentes trouvailles est donnée par les plans ci-joints. L'ensemble des récoltes est déposé au Musée Préhistorique Finistérien. -.« plomo \ \ die'" e e- 9 oO 46 793 792 5 Uj Q T -13 y 12 ©3 8 Aii N QQ fai * PLOEVEN Sectio
  • J.PEUZIAT PLOEVEN (FINISTERE).Plage de TY M KER. RAPPORT DE SAUVETAGE. X J. PEUZIAT Correspondant PLOEVEN (Finistère), plage de Ty an Ker Rapport de Sauvetage (autorisation 79-03) Ref. carte archéologique : 29.2.08.166.001 L'amaigrissement de la plage, en février 1979
  • , a mis à nu et décapé le paléosol sous-jacent et la tourbière littorale qu'il supporte. M. Jean-Michel KERSAUDY remarqua alors diverses anomalies (tâches sombres, débris osseux, tessons de poterie) aux abords des deux tombes en coffre bien connues qui se remarquent plus ou moins sur
  • la plage selon le degré d'ensablement et sont attribuables à l'Age du Bronze. Avec M. KERSAUDY, nous avons entrepris un décapage à marées basses qui a permis de mettre en évidence des vestiges en place dans la zone non encore attaquée en micro-falaise par la mer. Nombreux
  • fragments osseux non humains (parties spongieuses, épiphyses, diaphyses), graines, fragments de poterie (malheureusement non datables). L'extrémité d'une grande fosse ovalaire, creusée dans le paléosol noirâtre, était remplie d'un mélange sableux plus clair, peu profonde (0,3 m conservés
  • * Plan 9low«ve3 C OKW W ü n í (29^ difc dU/ ßow"9 ( y í < fewlle) «rev.íe po
  • de Sauvetage (autorisation 79-03) Réf. carte archéologique : 29.2.08.166.001 L'amaigrissement de la plage, en février 1979, a mis â nu et décapé le paléosol sous-jacent et la tourbière littorale qu'il supporte. M . Jean-Michel KERSAUDY remarqua alors diverses anomalies (tâches
  • sombres, débris osseux, tessons de poterie) aux abords des dewx tombes en coffre bien connues qui se remarquent plus ou moins sur la plage selon le degré d'ensablement et sont attribuables â l'Age du Bronze. Avec H . KERSAUDY, nous avons entrepris un décapatoe à marées basses qui
  • a permis de mettre en évidence des vestiges en place dans la zone non encore attaquée en micro-falaise par la mer. Nombreux fragments osseux non humains (parties spongieuses, épiphyses, diaphyses), graines, fragments de poterie (malheureusement non datables). L'extrémité d'une grande
  • fosse ovalaire, creusêé dans le paléosol noirâtre, était remplie d'un mélange sableux plus clair, peu profonde (0,3 m conservés). La position relative de ces différentes trouvailles est donnée par les plans ci-joints. L'ensemble des récoltes est déposé au Musée Préhistorique
RAP04033 (RENNES (35). 18 allée Coysevox. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • RENNES (35). 18 allée Coysevox. Rapport de fouille
  • Edifice public Edifice militaire Bâtiment Structure funéraire Voirie Hydraulique Urbanisme Maison Four Fosse Fosse parcellaire Trou de poteau Sépulture Artisanat Atelier Mobilier Céramique Végétaux Faune Parure Monnaie Verre Mosaïque Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67 737
  • 35 577 Cesson-Sévigné www.inrap.fr Notice : la parcelle se situe à égale distance de deux rues decumani, elle jouxte en revanche le côté ouest d’un cardo déjà été observé à plusieurs emplacements. Les aménagements les plus anciens sont quelques structures fossoyées et trous de
  • poteaux qui témoignent de l’existence d’une occupation située aux environs du début de notre ère. Celle-ci semble être de peu antérieure à la mise en place de la trame urbaine. Les premières constructions apparaissent au cours de la 1ère moitié du Ier s. Il s’agit de bâtiments à
  • fondations sur poutres sablières semi enterrées ou posées et à sols de terre battue. Deux petits fours circulaires accolés situés dans la partie centrale de l’îlot sont les seules traces d’un atelier de verrier légèrement postérieur. Parallèlement des activités artisanales se développent
  • le long de la rue. Elles sont caractérisées par la présence de locaux à ossature de bois équipés de cuves enterrées. Ces installations ainsi que des indices provenant de puits voisins permettent de supposer la présence de teinturiers. L’apparition du bâti en dur a sans doute lieu
  • au début du IIe s. Toute la zone nord de l’emprise fouillée correspond alors à l’arrière de grandes propriétés. A l’arrière de celles-ci, une vaste construction quadrangulaire est présente. Cette dernière, bordée au sud par une ruelle, pourrait correspondre à un bâtiment à
  • vocation technique ou de stockage. Malheureusement l’absence de sol et d’indices ne permet pas d’être plus précis. Cette configuration perdure jusque vers la seconde moitié du IIIe siècle. A la fin de l’antiquité l’espace public que constitue le cardo, ainsi que ses abords, sont barrés
  • par une large tranchée de fondation liée à un projet de construction monumentale. Celle-ci semble juste avoir été ébauchée car ses fondations maçonnées sont restées inachevées. Leur largeur importante évoque une possible fortification. Son implantation s’accompagne d’un nivellement
  • important du terrain qui suggère l’établissement d’un glacis défensif. Seul le cardo, qui demeure en relief par rapport au reste du terrain est épargné par ces terrassements. L’emplacement de cet ouvrage inachevé est ensuite remblayé par une multitude d’ossements animaux correspondant au
  • dépotoir d’une boucherie, ce qui entérine l’abandon du quartier au IVe s. Les lieux semblent ensuite totalement désertés, avant d’appartenir par la suite au Couvent des Jacobins, puis d’être lotis à partir de la fin de l’époque moderne. Fouille archéologique Rapport final d’opération
  • 18 allée Coysevox, Rennes, Ille-et-Vilaine, Bretagne Sujets et thèmes Description et état du site : le projet de construction d’un pavillon individuel est à l’origine de cette fouille menée en 2016 sur 623 m². La parcelle se situe en effet dans secteur particulièrement sensible
  • de l’agglomération antique qui a fait l’objet de recherches nombreuses ayant à chaque fois révélé un riche patrimoine archéologique enfoui. Le site, bien que très largement perturbé à la fin de l’antiquité par d’importants terrassements, puis à l’époque moderne par de vastes
  • carrières, recelait encore de nombreux vestiges d’époque romaine très morcelés. Rennes, 18 allée Coysevox Vol. 1 sous la direction de Dominique Pouille Dominique Pouille Antiquité romaine bas Empire Haut -Empire Époque médiévale Moyen Âge Temps modemes Rennes, 18 allée Coysevox
  • Rapport de Fouille Chronologie Bretagne, Ille-et-Vilaine, Rennes, Inrap Grand Ouest Avril 2021 Fouille archéologique Rapport final d'opération — — 35000 Nr site Entité archéologique Code INSEE Rennes, 18 allée Coysevox sous la direction de Dominique Pouille avec la
  • participation avec la collaboration Delphine Barbier-Pain Céline Baudoin Jean-Marc Femenias Arrêté de prescription 2015-318 Système d’information Lambert 93 Elsa Jovenet Sammy Ben Makkad Paul-André Besombes Véronique Guitton Françoise Labaune-Jean Lydie Mano F 112586 Code Inrap
  • Bretagne, Ille-et-Vilaine, Rennes, Inrap Grand Ouest 37, rue du Bignon 35 577 Cesson-Sévigné cedex Avril 2021 2 Bretagne, Départements, Villes, Lieu dit Inrap · Rapport de diagnostic / fouille Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 2 Sommaire 6
  • Fiche signalétique 7 Mots-clefs des thesaurus 8 Intervenants 10 Notice scientifique 10 État du site 11 Localisation de l’opération 12 Arrêté de prescription 23 Définition des moyens 25 Projet scientifique 40 Arrêté de désignation Résultats 44 1 Aspects
  • généraux du site 44 1.1 Localisation du site dans la ville 47 1.2 Etat de conservation général du site, méthodologie et « exploitabilité » des vestiges Une vision lacunaire de l’occupation des lieux tronquée par de nombreuses perturbations 48 1.2.1 Les vestiges dans la partie nord
  • stratigraphie considérablement tronquée 58 2 Étude des vestiges 58 2.1 « Les premières occupations » ou « les témoignages d’occupation précoce » 58 2.1.1 Les vestiges dans les zones 1 et 2 62 2.1.1.1 La structure de chauffe 2069, témoignage de la présence d’une forge ? 64 2.1.1.2
  • L’organisation parcellaire précoce dans la moitié ouest du site 74 2.1.1.3 Les traces de bâtiments précoces de la partie nord et nord-ouest du site 83 2.1.1.4 Des vestiges de constructions à architecture de terre et de bois précoces : L’unité 1 88 2.1.2 Les témoignages d’occupation dans le
RAP01228.pdf (DOUARNENEZ (29). les Plomarc'h Bella. usine à salaisons. rapport de fouille programmée)
  • DOUARNENEZ (29). les Plomarc'h Bella. usine à salaisons. rapport de fouille programmée
  • Finistère, Quimper 1970). E. Berger, Ein römischer Ziegelbrennofen bei Zaiseraugst, dans Ausgrabungen in Äugst, III, Basel 1969. M . Besnier, Sal, 1009 et Salsamentum, 1022-1035, dans Saglio et Pottier, Dictionnaire des antiquités grecques et romaines de Daremberg. P. Béziers, dans££4F
  • . Quantitative studies, Cambridge 1974. E. Edeine, La technique de fabrication du sel marin dans les sauneries protohistoriques, dans AB, L X X V I I , 1970. J.-C. Edmonson, Two industries in roman lusitania mining and garum production ( B A R International sériés 362), Oxford 1987. E
  • . Espérandieu, 1911, I V n° 3031. E. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine 1-9, Paris 1907-1925. R. Etienne, A propos du "garum sociorum", Latomus X X I X , 2, 1970, 297-313. Flagelles, Notes archéologiques sur le département du Finistère, dans
  • -214. P. Giot, J. L'Helgouac'h et J Briard, Le site de Gurnic en Guisseny, dans AB L X X I I , 1965, 65-70. P.-L. Gouletquer, Lé$ briquetages armoricains, thèse université de Rennes, 1970. P.-L. Gouletquer, Briquetages et sauneries, dans AB LXXVII,1970, 135-155. P. Grimai et T
  • , L'organisation sociale économique de l'industrie du garum portugaise, s.l. 1975. T . Pékary, Die Wirtschaft der griechisch römischen antike, Wiesbaden 1979. M . Ponsich et M . Tarradell, Garum et industries antiques de salaisons dans la Méditerranée occidentale, Paris 1965, (Université de
  • , Découvertes récentes aux environs de Brest. L e réservoir à poissons de Gurnic en Guisseny, dans AB L X X V , 1968, 246-265. R. Sanquer, Chroniques, dans BSAF., 1970, 42-49. R Sanquer, Chronique, dans BSAF, 1972, 63-65. R. Sanquer, Une nouvelle lecture de l'inscription à Neptune trouvée à
  • Gaétan LE CLOIREC et Jean-Pierre BARDEL Une usine de salaison gallo-romaine : L'établissement des Plomarc fh à Douarnenez Rapport de fouille programmée Rennes : S.R.À. Bretagne 1994 1228 _ _ _ _ _ FICHE SIGNA LÉTIQUE * : i 2 H 9 1 I0ji4II6I LUJL f0M0H5 Département
  • de Douarnenez Protection juridique : _ _ Autorisation n * : 0012114 Valable du. 01/01 25 So il PÖ au_ 31/12 199 Titulaire : Jean-Pierre BARDEL ! Organisme de rattachement : Sous Direction de l'Archéologie Raison de l'urgence : Travaux de mise en valeur Maître d'ouvrage des
  • travaux : Ville de Douarnenez Surface fouillée : 50 X 25 m Surface estimée du site : 3 ha * Mots-clefs (thésaurus DRACAR pour la chronologie et les vestiges immobiliers) : - sur la chronologie : Gallo-romain / Médiéval / Moderne , ^ . . . . .... CAR / VOI / HAB / VLE / FOY / - sur la
  • nature des vestiges immobiliers ; F Q 0 ; ^ ; M U R , TRQ , FQS , FSS - sur la nature des vestiges mobiliers : Céramique / métal / OBJ / MEU — S i 3 * Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique : Etude et mise en valeur du
  • site Lieu de dépôt du mobilier archéologique : Dépôt archéologique du Finistère extrait de la carte au 1:25 000* avec localisation du site Les prises de notes et de photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective
  • (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n'est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes de l'auteur et de l'ouvrage. Par ailleurs
  • , l'exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires et pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d'utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non respect de ces règles constitue un délit
  • de contrefaçon puni par l'article 425 du code pénal. SOMMAIRE INTRODUCTION p. 2 LISTE DES BENEVOLES p. 5 I - CADRE DE L'INTERVENTION p. 6 1.1 - LOCALISATION DU SITE p. 6 1.2 - ETAT DE LA RECHERCHE p. 6 H - ORGANISATION DE L'OPERATION p 7 n . 1 - LES RELEVES
  • D'ELEVATION p. 7 ÏÏ.2 - L'OPERATION DE TERRAIN p. 7 ffl - RESULTATS DE L'OPERATION p. 13 III. 1 - LES PREMIERES INSTALLATIONS p. 13 III.2 - L'USINE DE PRODUCTION DE GARUM . Organisation . Construction . Fonctionnement p. 13 p. 13 p. 15 p. 19 m . 3 - TRANSFORMATION DE L'USINE p
  • . 2 1 III.4 - L'ABANDON DE L'USINE p. 24 n i . 5 - LA PERIODE MEDIEVALE p. 2 4 CONCLUSION p 25 DOCUMENTS ANNEXES : p. 26 LE MOBILIER p. 2 7 LISTE DES OBJETS PARTICULIERS MIS AU JOUR AU COURS DES FOUILLES ANTERIEURES P. 3 6 BIBLIOGRAPHIE p. 3 8 LISTE DES FIGURES P. 4
  • 1 LISTE DES PHOTOGRAPHIES P. 4 1 1 INTRODUCTION A l'époque romaine, l'Armorique importait des produits divers en provenance de régions parfois lointaines mais elle n'exportait en grande quantité qu'un seul produit : le garum1. Cette sauce obtenue à partir d'abats de
  • poissons mis à fermenter avec du sel et des épices était alors très prisée. La baie de Douarnenez semble pourtant représenter l'une des rares zones de production à s'être développée en Gaule, les exemples comparables se trouvant surtout dans la péninsule ibérique et ail Maroc2. Des
  • établissements divers ont ainsi été repérés entre le cap de la Chèvre et la pointe du Raz (fig. 1). Certains correspondent à des villae dont la décoration, parfois très élaborée, dévoile l'installation de riches notables gallo-romains dans ce paysage qui ne pouvait que les attirer3. Des
  • constructions maçonnées composées de cuves quadrangulaires parementées ont aussi été repérées en nombre important. H s'agit là d'usine de production de garum. Le plus imposant de ces ensembles a été identifié aux Plomarc'h. La mairie de Douarnenez venant de se porter acquéreur de la parcelle
RAP02049.pdf (LA ROCHE-MAURICE (29). château de Roc'h Morvan. rapport intermédiaire 2004 de fp3 (2002-2004))
  • LA ROCHE-MAURICE (29). château de Roc'h Morvan. rapport intermédiaire 2004 de fp3 (2002-2004)
  • • CHATEAU DE LA ROCHE-MAURICE (Finistère) Rapport intermédiaire année 2004 DRAC-SRA -9 MAIS 2005 COURRIER ARRIVEE Sous la direction de Jocelyn Martineau Avec la collaboration de : Fabien Sanz-Pascual Frédéric Boumier CONSEIL GENERAL J o E R E C H - E R C H E S A R C
  • H É Û L O G Ï Q U - E S FINISTERE litien • Egsllr • Fra REPUB1 [ Q U t FRANC P R - É V E N T I V E S Mars 2005 Perm ar-Bed SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE, avenue Charles Foulon, 35700 RENNES INTRODUCTION 2 1 - C O N T E X T E D E L'INTERVENTION 6 1.1
  • - Le cadre géographique 6 : la vallée de VElorn 2 - PROBLEMATIQUE D E L A R E C H E R C H E 6 2.1 - La recherche sur l'architecture 6 fortifiée en Bretagne : état de la question 2.1.1 - L a recherche universitaire 2.1.2- Larecherche institutionnelle 2.1.3- Les résultats 6 6
  • 7 3 - METHODOLOGIE 9 3.1 — Fouiller un site fortifié de hauteur 3.2 -L'enlèvement 9 des stériles 2 3.3 -La fouille des remblais de démolition 9 3.4- L'enregistrement des données de fouille 10 3.5- Le relevé archéologique 10 3.6- Le relevé topoeraphique 10 3.8-Les
  • 10 éléments de datation 4 - L E S RESULTATS D E L'ANNEE 2004 12 4.1 - la tour Nord Il 4.1.1- Présentation générale 4.1.2- Lafouille 4.3 - Le logis seigneurial : la salle nord 4.3.1 - L a dernière occupation : un « squatte », un cantonnement ou une prison 4.3.2 - Le logis du
  • sol d'occupation 1180 4.3.9 - Les arases 1181, 1068, 1182, 1213 4.3.10 - Le sol ancien et les impacts de foyers sur le rocher 12 12 14 14 14 16 18 18 19 19 19 19 21 5 - CONCLUSIONS E T P E R S P E C T I V E S D E R E C H E R C H E POUR L'ANNEE 2005 22 6-DOCUMENTATION 22 6.1
  • - Sources 6.2 -Recueils de sources 6.3 - Bibliographie 6.4 - Catalogue d'exposition , 22 22 21 24 INTRODUCTION Ce rapport intermédiaire se décompose en deux volumes. Le premier volume présente les résultats de la fouille menée au château de la Roche-Maurice par Jocelyn Martineau du
  • 30 août au 1 octobre 2004. La deuxième volume présente quant à lui les résultats de la recherche documentaire réalisée par Patrick Kemevez en 2004. Son objectif était de répertorier les sources d'archives concernant l'histoire du château de la Roche-Maurice et de recenser les
  • textes dans un catalogue d'actes les sources susceptibles d'éclairer l'histoire du site. I l s'agit également de replacer le château dans un contexte plus large en évoquant les châteaux du Léon et enfin d'approfondir l'étude historique du château, essentiellement lors des XIV , X V X
  • V I et X V I I siècles, c'est-à-dire du temps des Rohan. er e e e e FICHE SIGNALETIQUE IDENTITE DU SITE N° de site : Département : Commune : Lieu-dit : 29 237 002 AH Finistère LA ROCHE-MAURICE Bourg, château de Roc'h Morvan Propriétaire(s) du terrain Protection juridique
  • ° : Valable du : 24 014 30/5/02 au 31/12/04 Titulaire : Organisme de rattachement : Jocelyn MARTINEAU I.N.RA.P. Type d'opération : Maître d'ouvrage : Contraintes techniques : Surface estimée du site : Emprise fouillée : Fouille menée jusqu'au substrat Localisation de l'étude de bâti et
  • de la fouille : Fouille programmée Conseil Général du Finistère Site d'éperon imposant un décapage manuel des stériles 700m 50m Non Logis seigneurial adossé au donjon 2 2 RESULTATS Chronologie : Vestiges mobiliers : Vestiges immobiliers : Lieu de dépôt de la documentation Lieu
  • de dépôt du mobilier : Moyen-Age Céramiques, fer, bronze, matériaux de construction Courtines, tours, donjon SRA Rennes Base archéologique INRAP de Nantes (44) GENERIQUE PARTENAIRES MINISTERE DE LA C U L T U R E DRAC Bretagne Service Régional de TArchéologie Stéphane DESCHAMP
  • 76 20 20 - Fax : 02 98 76 20 16 I.N.R.A.P. - Inter-Région Grand Ouest Gilbert A G U E S S E Michel BAYEUX 37, rue du Bignon, C S 67737, 35 577 C E S S O N - S E V I G N E tél. : 02.23.36.00.40 - Fax : 02.23.36.00.50 COMMUNE DE LA ROCHE-MAURICE M. le Maire Jean-François JAOUANET
  • M. le président de l'association "Château et patrimoine Rochois", Roger BRAZ 29 800 LA ROCHE-MAURICE tel : 02.98.20.43.57 - Fax : 02.98.20.43.55 Equipe archéologique Responsable, Photos, PAO : Jocelyn MARTIN EAU, INRAP Dessin archéologique / DAO : Fabien SANZ-PASCUAL, INRAP
  • Topographie - Photoplan - 3D Frédéric BOUMIER, INRAP Archivage : Sylvie LERAY, INRAP Cartographie : Thierry Lorho, S R A Bretagne Stagiaires Equipe d'étudiants en Histoire, Histoire de l'Art et Archéologie, Régis Legall Olivier Roy Muriel Mélin Amélie Gomez Lydie Gargowitch Camille
  • Vaugien Caroline Chauveau Nicolas Lacoste Gwénole Legoff Anne Julliard Fabrice Quinea Julien Camus Caroline Hoerni Remerciements L'association des amis du château de la Roche-Maurice et en particulier, son président M. Roger Braz FINISTERE (29) Fig.01 : Carte de localisation IGN
  • 1 - CONTEXTE DE L'INTERVENTION porte sur l'architecture résidentielle des seigneurs de Rieux au XVe siècle . La seconde porte sur la relation entre l'artillerie et l'architecture fortifiée dans le duché de Bretagne au XVe siècle . La Bretagne aura à ce sujet une place
  • et les fortifications du Léon avant 1350 . Ce travail de recherche a pour origine une maîtrise d'Histoire sur le château de la Roche-Maurice , qui a débouché sur un inventaire exhaustif des fortifications du Finistère en 1994 , inventaire publié en 1997 . Dans ce cas précis et
  • unique, la maîtrise a aboutit 13 ans plus tard à la fouille exhaustive d'un fortifié. Patrick Kemevez a donc été en toute logique associé à notre programme de recherche depuis 2003. Le travail de maîtrise mené sur le château de Clisson en 1995 pourrait être comparable , mais les
RAP02769.pdf (ÎLE-DE-MOLÈNE (29). programme archéologique molenais, rapport n°17, beg ar loued : un habitat en pierres s7ches du campaniforme/âge du bronze ancien. rapport de fouille programmée 2011)
  • ÎLE-DE-MOLÈNE
  • ÎLE-DE-MOLÈNE (29). programme archéologique molenais, rapport n°17, beg ar loued : un habitat en pierres s7ches du campaniforme/âge du bronze ancien. rapport de fouille programmée 2011
  • Yvan PAILLER, Henri GANDOIS, Anne TRESSET dir., avec les contributions de Loréna AUDOUARD, Marie BALASSE, Philippe CHAMBON, Klet DONNART, Catherine DUPONT, Cécile Le CARLIER, Klet DONNART, Benjamin GEHRES, Caroline MOUGNE, Clément NICOLAS, Laure SALANOVA, Pierre STEPHAN. VOLUME
  • TEXTE PROGRAMME ARCHEOLOGIQUE MOLENAIS, Rapport n° 17 BEG AR LOUED : UN HABITAT EN PIERRES SECHES CAMPANIFORME / AGE DU BRONZE ANCIEN FOUILLE PROGRAMMEE DU SITE DE BEG AR LOUED (ILE MOLENE ; FINISTERE), Opération n° 2011 - 222 SOMMAIRE REMERCIEMENTS
  • ............................................................ 5 FICHE SIGNALETIQUE .................................................... 7 I – RAPPORT FINANCIER 2011 (H. Gandois) .............. 11 A – INTRODUCTION......................................................................................................... 11 B – ELEMENTS DE
  • SYNTHESE....................................................................................... 11 C – ANALYSE DES VARIATIONS POSTE A POSTE .................................................... 14 1 – Analyses
  • ............................................................................................................. 18 II – NEUVIEME CAMPAGNE DE FOUILLE PROGRAMMEE SUR LE SITE DE BEG AR LOUED (ILE MOLENE, FINISTERE)........................................... 20 A – INTRODUCTION......................................................................................................... 20 B
  • – METHODES ET STRATEGIE DE FOUILLE............................................................. 20 1 – Méthodes mises en oeuvre ......................................................................................... 20 2 – Protocole de tamisage et gestion des refus de tamis
  • ................................................................................................................ 22 2 – Le milieu physique (F. Sellami*) ............................................................................... 23 3 – La maison, structure 1 ................................................................................................ 26 4 – En marge de la maison ovale
  • ............................................................................................ 33 2 – Caractéristiques de la série ......................................................................................... 34 3 – Perspectives ................................................................................................................ 34 B – L’INDUSTRIE
  • LITHIQUE TAILLEE : une documentation prolifique pour une meilleure compréhension des économies préhistoriques du bout du monde (L. Audouard*) .............................................................................................................................................. 34
  • 1 – Une abondance de données : état du corpus............................................................... 34 2 – Une industrie lithique aux caractéristiques bien affirmées ........................................ 35 3 – L’industrie lithique de Beg ar Loued dans son contexte
  • : un jalon essentiel à la compréhension des économies préhistoriques sur les îles de la façade bretonne ............ 36 2 4 – Publication de l’industrie lithique de Beg ar Loued................................................... 37 C – LE MACRO-OUTILLAGE DE BEG AR LOUED
  • : AVANCEMENT DES TRAVAUX ET PERSPECTIVES POUR LA MONOGRAPHIE (K. Donnart*) ............... 38 1 – Point sur l’avancement de l’étude .............................................................................. 38 2 – Analyse en lame mince de trois échantillons de granite (B. Gehres & K
  • . Donnart).. 40 3 – Les lests de Beg ar Loued........................................................................................... 41 D – DE NOUVELLES DONNEES CONCERNANT LA METALLURGIE (H. Gandois* & C. Le Carlier
  • **) ............................................................................................................... 42 1 – Trois nouveaux éléments en tôle de cuivre ................................................................ 42 2 – Analyse XRF du moule en granite ............................................................................. 46 3 – De nouveaux éléments de comparaison pour
  • l’empreinte du moule en granite......... 48 IV – PALEOENVIRONNEMENT ET ECONOMIE ...... 50 A – LES RESTES DE GRANDS VERTEBRES ISSUS DE LA CAMPAGNE 2011 (A. Tresset
  • *) .............................................................................................................................. 50 1 – Etat, nature et répartition du matériel......................................................................... 50 2 – Spectre de faune, comparaison avec les niveaux récents ........................................... 52 3 – Comparaison du spectre obtenu pour les niveaux
  • anciens avec ceux d’assemblages du 3e millénaire av. J.-C. ....................................................................................................... 52 B – ANALYSE ISOTOPIQUE DE RESTES DENTAIRES DE CAPRINES DE L’ASSEMBLAGE DE BEG AR LOUED (M. Balasse
  • *).................................................... 53 1 – Objectif et matériel d’étude........................................................................................ 53 2 – Hypoplasie linéaire de l’émail dentaire...................................................................... 54 3 – Prélèvement de l’émail dentaire
  • et analyse isotopique .............................................. 54 4 – Etat de conservation du signal isotopique et interprétation des valeurs de δ13C et δ18O
  • .......................................................................................................................................... 54 5 – Perspectives : établissement d’un référentiel isotopique en mer d’Iroise .................. 57 C – BILAN DE L’AVANCEE DE L’ETUDE DES INVERTEBRES MARINS DE BEG AR LOUED (C. Dupont* & C. Mougne**) ........................................................................ 57 D
RAP01581.pdf (PAULE (22) . camp de Saint-Symphorien. rapport final de synthèse de fp 1996-1998)
  • PAULE (22) . camp de Saint-Symphorien. rapport final de synthèse de fp 1996-1998
  • Le Camp de Saint-Symphorien à Paule. (Côtes d'Armor) Conseil Général des Côtes d'Armor Service Régional de l'Archéologie de Bretagne 1996 - 1 9 9 8 L E C A M P DE S A I N T - S Y M P H O R I E N A PAULE (Côtes d ' A r m o r ) Forteresse aristocratique du second âge du Fer
  • Conseil Général des Côtes d ' A r m o r Service Régional de l'Archéologie de Bretagne U M R 6566 1996- 1998 SOMMAIRE REMERCIEMENTS p. 1-3 PREMIERE PARTIE - LA FOUILLE DU CAMP DE SAINT-SYMPHORIEN 1 - Localisation géographique du site et historique des recherches. p. 4-6 2
  • - Problématique et méthodologie adoptée pour la fouille programmée de 1996-1998. p. 6-9 3 - Documentation recueillie et état d'avancement de l'analyse des données. p. 9-11 DEUXIEME PARTIE - NAISSANCE ET EVOLUTION DE L'HABITAT 1-Préambule. 2 - La phase I : l'habitat enclos. 3 - La phase II
  • : vers une monumentalisation de l'habitat. 4 - La phase III : la forteresse. 5 - La phase IV : modification des défenses et de l'organisation interne du cœur du site, suite à un incendie. 6 - La phase V : modification des lignes de défense à l'ouest du site, et à la périphérie de
  • l'avant-cour. 7 - La phase VI : démantèlement de la fortification, suivi d'une réoccupation du site. TROISIEME PARTIE - L'ENVIRONNEMENT DE L'ENCEINTE 1 - La position topographique du site. 2 - Les voies. 3 - Les tumuli, et leurs environs immédiats. 4 - Données nouvelles sur quelques
  • sites, ou indices de sites, aux alentours. p. 12 p. 12-40 p. 40-43 p. 44-46 p. 47-52 p. 53-90 p. 91-94 p. p. p. p. 95 96-98 99-104 105-107 QUATRIEME PARTIE - PERSPECTIVES EN FAVEUR D'UN NOUVEAU PROGRAMME TRIENNAL DE RECHERCHES p. 108-109 Ti 0 10 50 100km 5 Carhaix 0 1 Fig
  • . 1 : localisation du site N ° de site : 22 163 004 AH Programme : H 10 FORMES ET FONCTIONS DES HABITATS GROUPES PROTOHISTORIQUES Fouille programmée triennale n° 96.64 autorisée le 13 mai 1996 par M. Le Préfet de la région Bretagne, Préfet d'Ille-et-Vilaine Coordonnées Lambert
  • - Zone I : Ax = 73,9, Ay = 171,0 Altitude : 274 N.G.F. Cadastre : année 1985 Section ZW, parcelles 48 et 49 Titulaire de l'autorisation : Yves Menez, UMR 6566, Conservateur du Patrimoine au Service Régional de l'Archéologie de Bretagne REMERCIEMENTS Les données analysées dans
  • ce rapport résultent de l'effort collectif d'objecteurs de conscience ou de bénévoles. La qualité comme la quantité des informations recueillies ont toujours dépendu de leur capacité à mener cette opération archéologique comme un travail d'équipe et non comme un simple passe-temps
  • . Je tiens donc à témoigner ma reconnaissance pour la sueur qu'ils ont largement dispensée sur le chantier à l'ensemble des fouilleurs. Hélène ALZIEU Michael LECOMTE Thomas ARNOUX Valérie LE GALL Johanne AZPEITIA Elie LE GUIRIEC Aurélie BOUSSION Eva LEMONNIER Erwann CHARTIER
  • Vincent TRZASALA Joanna KOROS Ketel TURZO Olivier LAURENT Emmanuelle URVOY Je n'omettrai pas de remercier les financeurs : - le Ministère de la Culture et de la Communication - Direction Régionale des Affaires Culturelles - Service Régional de l'Archéologie de Bretagne, et notamment M
  • . Michel VAGINAY, Conservateur Régional, qui a toujours soutenu cette activité de recherche effectuée par un agent de son service. - Le Conseil Général des Côtes d'Armor, maître d'ouvrage de cette opération de fouille, et notamment M. Claudy LEBRETON, Président du Conseil Général, ainsi
  • que M. Claude LE POTIER, Chef du Bureau de l'Action Culturelle, qui ont su convaincre les élus de la nécessité de mettre en place les financements nécessaires à l'étude de ce site. 1 Fig. 2 : Localisation du site sur un extrait de la carte IGN au 1/25.000 , et sur le cliché
  • vertical de 1993 projetés sur un modèle informatisé du relief vu du sud-est (documents conçus et réalisés par O. Laurent). e 2 - L'UMR 6566 de RENNES, et notamment M. Jean-Laurent MONNIER, son directeur, qui a bien voulu financer l'étude d'une partie des bois issus de cette fouille
  • sur les crédits affectés à l'unité. Je voudrais enfin remercier, pour l'intérêt qu'il manifeste envers les fouilles et la qualité de son accueil, M. le Comte Hervé DE SAISY DE KERAMPUIL, propriétaire du Camp de Saint-Symphorien. AFAN. Les documents graphiques ont été réalisés par
  • Mathilde DUPRÉ, contractuelle Olivier LAURENT, objecteur de conscience, a élaboré et mis en place, en 1997 et 1998, les infrastructures nécessaires à la réalisation de cette fouille ; il a également modélisé à l'aide de logiciels informatiques le relief des environs du site. Thomas
  • ARNOUX, objecteur de conscience, a effectué les relevés de micro-topographie sur le rempart de la forteresse et les parcelles avoisinantes. rempart conservé en élévation ancienne départementale Fig. 3 Phasage proposé en 1995 pour le programme de fouille triennale 1996-1998. 3
  • PREMIÈRE PARTIE - LA FOUILLE DU CAMP DE SAINT-SYMPHORIEN 1 - Localisation géographique et historique des recherches Le camp de Saint-Symphorien à PAULE, dans les Côtes d'Armor, se situe en plein cœur de la Bretagne, à proximité des limites des départements du Finistère et du Morbihan
  • . Il occupe une position topographique remarquable, à l'extrémité d'une ligne de crêtes qui prolonge vers l'est les Montagnes Noires. Malgré la modeste altitude de ces sommets, qui culminent entre 270 m et 300 m N.G.F. au voisinage du site, cet emplacement permet de disposer d'une
  • visibilité exceptionnelle sur le territoire avoisinant. Elle porte en effet jusqu'à une trentaine de kilomètres en direction du nord-ouest, vers les sommets des Monts d'Arrée (383 m N.G.F.) qui sont les points culminants de la péninsule armoricaine (fig. 1). La vue en direction du sud est