Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

1947 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03090.pdf (VANNES (56). campen bernus : une ferme antique périurbaine à l'ouest de darioritum. rapport de fouille)
  • de la rue Hoche à Kerchopine, et celle 1. 56 003 0019 2. 56 003 0001 3. Bilaire 2001 4. 56 164 0002 5. 56 260 0028 6. Provost 2011 7. Galliou et al. 2009 p.311 et 243 8. Galliou et al. 2009 p.321 et 344 43 eul Cors Qu es nn Re imp er 5 4 3 2 6 1 Na nte c Lo u
  • Ploeren, lieu-dit «Penhouet14». Elle est localisée au nord-ouest du site de «Campen Bernus». 9. Galliou et al. 2009 p.297 10. Galliou et al. 2009 p.345 11. Le Pennec 1998 12. Triste et al. 2010 13. Triste et al. 2011 14. 56 164 0001 47 VANNES, (Morbihan), Campen Bernus 1.4
  • . Contexte et étude géologique (Piana J.) 1.4.4.1. Cadre naturel Cadre géologique (Fig.8 et 9) La carte géologique au 1/50000ème pour le secteur n'a été publiée qu'en 2011 (Augier et al. 2011). Consultable en ligne sur la plateforme Infoterre du BRGM (http://infoterre.brgm.fr), sa notice
RAP02988.pdf (SAINT-SAUVEUR-DES-LANDES (35). ZAC plaisance 2. rapport de fouille)
RAP02951.pdf (BRÉAL-SOUS-MONTFORT (35). la Brisardaie. rapport de fouille)
RAP00477.pdf (PLÉDRAN (22). le camp de Péran. rapport de fouille programmée et rapport de restauration d'un corpus d'objets en fer)
RAP01136.pdf (PLOUIGNEAU (29). Cazin. rapport de fouille préventive)
  • sano» sur piasi lo rara M i « J® »»al fa» à s » (peéïsâ regret, vaus recoaastar» site, gai s'Iteit M i *s®afl®9rafc ssprteeatait m» yftltt iMttt I M âmffltâ h «KS» ««fiUi I« presali» I® f15 « m H m » 1 te l ' i » ! « oatest^:. »'après les ça» J'ai tetmtr* Vmmmmk te m «'était temst
  • #tw§ pa» prtea® » te « â ® las talus fliwA» î » taons» « M K U n é étrf dPésttîsl® « m e Ì*iMi§Ì ile m m & m k I H M M & H W te 1* Iterfefciiu, par l'satsasriae teueit efcsrgte tea arastsaiìta & tal®®,» fori hmmm&mtûf im temm tefc HI quo la îmtiô r e o a U i t 4m m&tâ&m déjà très
  • Isptwfeffitli* fcteanK»®*» «a* appara » i s alar© im tegftta ¿taten* rapite tœmm ém Mm% s'a pmt&s te iMiMteâtxa fa® le miéml te taMl®» A m m M i te à 4® aàtres i w vm 4fJmm wpwfjk aial» il était WBotittté ja* m * «faapa te t»*r® a r g i l « ® ^ » « » M a t m fcrèe isportair «misa M pianrsa
  • * tueauìtta* «Éfsp^ip» à m m u é ItamaalftK» 4kl pa^fárwaí» píofllist- ít® Iti. laNlassne ite. ^rl.r,"^ «¡Saskia im& S«, xéftetiaft it I s « r t ^ p g ü j i H i ' éñm it mâm mm'ïÊmkmé) a« - Steiìi« firn An 1 Xß. «SSBPfet® ït^WtePsfe ÉÉ. IMMKSMI HtïOÔÉilMBIHÉ SU ä e Ä Ä l i ^ l ©pa»» l
RAP02911.pdf (ESSE (35). la basse coudre, la motte. rapport de fouille préventive)
RAP01173.pdf (SAINT-MALO (35). cité d'Alet à Saint-Servan-sur-Mer.)
  • fûuc//ts 4 CXz d'/ft-f 7 oQzJu,/"- cPeA^a*^ ^Zcc^L fra-i. L^attc-h &m
  • lirùt /-) ovfoinj- - tù^o ^tlstCê^ dU e/iM/lécTh éù ÔcrC-o , ,. ^^t CM JaôUsV^U/' i,C /ut 't-ïcJ-AfM ^yyAéibœott&c^yi^. -^i*. ^y'? ta -&L S Û /u eZt \ ^ '^yh ê-t^c^ ^u i ^a. ô&vte. yu-i^e ^isce^c-z A&JH % ([ly^âtXt/i -d-e -é/O-idfSùi-i-t^hké ^ert^i y^éà 'ÛL A^mdte . d'y^lé
  • ?yhïi^A é'âu. tyifi^'t-Ut/'- (ÇuJUu ' i o t ^ .^-T^ést. - éù ûts&Zc de Mci&zj (//)/'a** - L 4 tfre S £ ^
  • imsûw fcotoiréCd'U^^ /yi^ ^usvut^cîscf^ J» ècL^j ,-yi ÛM J r- ddiÉcd^M ^.Là^wtdjUùt, ~â6z 3 a & /eâ ^ J w . ^COM /u-ct^ckr. f ^^cr^ioo al ce. tâ éie^i û^cu •ÙL tù &L && d 4L JLu~ élct-Ml S eé (ÎUrtHdJ Cût^éa'/t/& ^o-uu, frutiz. fa. iUc &Ï-ÛÛ* e /J^oor JUa , été^lyt'ù
RAP02738.pdf (thorigne fouillard (35). ZAC de la Vigne-tranche 2. rapport de fouille préventive)
RAP03942 (TREMUSON (22). La Colignère (tranche 2). L'occupation du plateau de Trémuson, de l'âge du Bronze au manoir de la Morandais. Rapport de fouille)
RAP01266.pdf (LA CHAPELLE-NEUVE (56). souterrain de Bodquistin. rapport de sauvetage urgent)
  • dessus de la vallée du Tarun (al- titude IlOra).Coordonnées kilométriques X=207 Baud î Y=332*2"de la feuille au I/25OOO 3-4. Le souterrain se situe dans la parcelle I4a,dite Parc Lann,section Z N (cadastre I969 au l/200())dont le propriétaire est monsieur Louis Jamo cultivateur
  • passer au Nord à la chambre suivante mesure actuellement Im de haut sur 0,50m de large,mais est assez endommagée dans sa partie supérieure sur toute sa longueur soit 0,60rî. La chambre 2 mesure I,50m x I,40m et ne devait pas excéder I,50m de hauteur.Des traces de coups de pic sont
  • également visibles au dessus de la sortie de la chatière Sud. L'accès à la chambre 4 se fait par un passage de 0,45m de large sur Im de haut,un peu endommagé dans sa partie haute, y La chambre 4 avait été complètement comblée après que la voûte ait été volontairement ou accidentellement
  • dêtruite0Le tassage des produits du premier éboulis permettent de pencher en faveur de la première éventualité.Le bourrage de Im d'épaisseur est un mélange de terre noire charbonneuse,d'argile cuite et de petits blocs de quartz souvent rougis au feu„Au dessus nous avons rencontré un
RAP01108.pdf (RENNES (35). ZAC Saint-Malo ille. rapport de fouille préventive)
  • ] Analvse modale Commentaire sur prélèv et trait de l'échant. Talus Tj C a r r i è r e fT| fit] O U I Composite ^ 2 ] Analyse microsende Sondage T rouille ^ 1 _2_ NON Rainurage iTj Analyse isotopique Dragage T Volant [8J _3_ ? Cuttings Q Analyse chimique Au e s re f, U t t .r c s ; n im
  • ce au ;u e ss 1 | . v £ E n ace 1 cs DESCRIPTION D é s i g n a t i o n de terrain D é s i g n a t i o n laboratoire lex t u re s > l\UtAO^r>Ç_ Cranu1 o r n é r e :. e tt ri 1 e : Minéraux + quais f icafjif s : ^nTjtU/^^ 1 L Ç QiCLrl^oJ A g >.ÎAI(P. ; civ^-g-n/Vv Al h £ Ç
  • le sec p Roche MI Sediment 14, Sol n o n r i e t a r r i o r p r . i q u e D 1 é d i m e n t a ire H]1 vol car • O [jj] NON Detachable ongle (T Minéral *2J Al 1uvion1fiiFract ion S m e t a n o r p h i q u e tacr.ar.j e acier ; Minerai [3j ArC-r.t |€J Autre- 5£ ic. sec ira. ; 2
RAP01311.pdf (PLOUHINEC (29). menez drégan. rapport final de fouille programmée 1993-1995)
  • : Plan du site et localisation des coupes stratigraphiques [Dessin S. Hinguant] O Im al., 1994 a). D'autres laboratoires, avec d'autres méthodes viendront compléter ultérieurement ces premiers résultats. Cinq dates sont disponibles aujourd'hui: - 141 000 377 000 369 000 396 000
  • . Ceci est conforme à ce qui peut être attendu entre 420 et 600 ka (Cromérien, VAN VLIET-LANOE et al., 1995). Il ressort également que la circulation oblique des eaux et l'intrusion fréquente de la mer (resaturation en bases des Im sédiments) ont limité l'acidification du milieu et
  • DES SPECIALISTES p 12 - 1 - Sédimentologie p. 12 - 2 - Micromorphologie (par B. VAN VLIET-LANOE) p. 12 - 3 - Pétrographie des industries lithiques p. 13 - 4 - Paléomagnétisme p. 14 - 5 - Paléobotanique p. 14 - 6 - Paléoparasitologie p. 15 Im - 7 - Biochimie : ADN
  • .25 VH : L'INDUSTRIE DE MENEZ-DREGAN (par N MOLINES) p 26 VH : MENEZ-DREGAN I : BILAN, PROBLEMATIQUE ET PERSPECTIVES p 27 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES p 31 Im I : PRESENTATION DU SITE ET TRAVAUX ANTERIEURS - 1 - Localisation géographique (figure 1) : Coordonnées Lambert II
  • t 3 : Environnement topographique du site de Menez-Drecan Position de la coupe topoeraphiaue N.S. Equidistance des courtes ? m Figure 4 : Coupe topographique N.S. Mise en évidence des plates-formes d'abrasion étagées. Im - 4 - Travaux antérieurs : Découvert en 1986 par B
  • et perspectives. - Bibliographie. - 23p, 9 figures, 10 planches photos hors texte, 18 planches dessins industrie lithique. Im 1994 : - Avant-propos. Présentation de l'équipe scientifique pluridisciplinaire. - Présentation du site et travaux antérieurs. - Données de la campagne
  • (sédiments). * Yannick GARCIA, géophycisien : paléomagnétisme. Doctorant, CNRS, UPR 4661 Géosciences Rennes, Im * Annick CHAUVIN, Docteur d'Université, CNRS, UPR 4661 Géosciences Rennes, géophycisien : paléomagnétisme. * Hervé MORZADEC, Docteur d'Université, UMR 0153 (Université de
  • Paris I, Laboratoire d'Ethnologie Préhistorique, URA 275 du CNRS, géoarchéologue : chimie organique, chimie des foyers. * Françoise BOUCHET, Université de Reims, Faculté de Pharmacie, Equipe de Paléoparasitologie, URA 1415 du CNRS : paléoparasitologie. Im III : DONNEES DE LA
  • soutien de la fouille. Nous devons également souligner l'aide substantielle de la Mairie de Plouhinec et l'intérêt manifeste que portent dorénavant les élus pour le site. Im Cette année, la fouille de Menez-Dregan a accueilli 20 bénévoles sous la conduite de Stéphan HINGUANT. Nous
  • Humaine de Paris. Elles sont issues d'études réalisées sur sédiment ou sur quartz chauffés par Resonance de Spin Electronique (LAURENT, 1993 ; MONNIER et Im « 2 9 - PLOUHINEC MENEZ DREGAN I Carroyoge G A*- — — H : Coupe I J K M chantier N strafigraphique Figure 5
  • , biochimie). Im Foyers De nouvelles traces d'utilisation du feu ont été découvertes cette année dans les couches 9 et 7. La première correspond au sédiment rubéfié déjà décrit l'année dernière en carré L17 pour lequel aucune structure particulière n'avait cependant été repérée. Durant
  • archéologique que dans quelques années mais nous espérons que les analyses chimiques et physiques répondront plus rapidement à notre attente. Im IV : PRELEVEMENTS, ANALYSES EN COURS ET RESULTATS ACQUIS : UN BILAN DES INTERVENTIONS DES SPECIALISTES - 1 - Sédimentologie Tous les niveaux
  • outillage comme à l'outillage lourd. Im - 4 - Faléomagnétisme Cinq échantillons de sédiments ont été prélevés dans la couche 9 en 1993 dans le but de déterminer leur directions magnétiques. Les mesures effectuées par Y. GARCIA n'ont cependant qu'une signification aléatoire compte tenu
  • la recherche de micro-restes (végétaux ou animaux). Im La détermination des espèces, couche par couche, devra permettre de compléter les indications préliminaires apportées par la micromorphologie (cf. supra) et notamment de mieux appréhender les différents types de milieux
  • réaliste d'envisager une solution à cette problématique dans l'analyse biochimique du matériel héritier (les acides nucléiques, surtout l'ADN) qui pourrait être conservé dans les Im ossements et les graines. Par extension, il devrait également en résulter des renseignements
  • paraissait plus adéquate pour une première analyse génétique des ossements paléontologiquement indéterminables de Menez-Dregan I. Résultats actuels Une première analyse des acides nucléiques extraits d'un os de la couche 9 (traitement selon le protocole Hagelberg et al., 1991) à l'aide
  • , Lagomorpha, Carnivora, Perissodactyla, Artiodactyla, Primates et Homo sapiens sapiens)]. 4 : Ces fragments d'ADN ont montré un poids moléculaire important (jusqu'à 5 kpb). Im Conclusions Bien que ces données soient préliminaires et nécessitent forcément des vérifications (par les mêmes
  • en évidence l'existence des structures de combustion d'origine anthropique. Il faudrait associer aux Im études de terrain une démarche analytico-expérimentale visant à la reconstruction des processus d'altération thermique observés sur les blocs de granité, les galets et les
  • couche 9 (sédiment brûlé). Viendront dans le courant 1996 se joindre les résultats des travaux sur silex chauffés réalisés par N. MERCIER à Gif-sur-Yvette. Toutes les Im couches où ont été récoltés des silex ayant subis l'action du feu sont concernées, c'est-à-dire une grande
  • partie de la séquence stratigraphique du gisement (voir les cartes de répartition des objets brûlés dans le rapport intermédiaire de 1994 [Monnier et al., 1994 b]). Les premiers résultats ne porteront cependant que sur les couches 4 à 6, notamment dans les secteurs où ont été
RAP02726.pdf (PAULE (22). l'habitat aristocratique de Bressilien à Paule)
  • destinés, entre autres, à l’habitation (Kerr et al., 2010; Collectif, 1982). Un second aménagement concerne une grande fosse ovalaire, découverte entre les bâtiments 2 et 3 (F 3261, Fig. 20 -Vue générale des vestiges mis au jour dans l’espace résidentiel. 2m Fosse F 3415 Fig. 21
  • individus de ce type, datés du début du XIe siècle (Menez et al., 1988). Cette époque marque donc le moment à partir duquel la récupération des éléments de pierre des bâtiments a débuté. Bressilien 2011 - F 3236 0 5 10 cm 32 III. Etudes à venir et programme d’intervention 2012 Les
RAP00311.pdf (BAIN-SUR-OUST (35). Binon. rapport de sauvetage urgent.)
  • . Les blocs les plus ipportants ont été disposés en façade, le blocage étant constitué de pierres de même nature, mais de plus petites dimensions, En(al le mur subsiste sur deux assises d'une hauteur totale de 20 cm. 'En(JD) il ne subsiste^ue SUE une assise d'environ 16 cm. En le
  • ; , à 60 cm de l'angle formé par le croisement des deux murs M4 et D5j une différence de niveau de l'ordre de 20 à 25 cm intervient. Large de Im, le "seuil" ainsi formé est constitué de pierres solides, de grandes dimensions (50 à 60cm en coupe), et très grossièrement assemblées, su
  • rejoint le niveau repéré en exc. C6, alors qu'en exc. B6, malgré l'affaissement que l'on devine ( et la rupture ), son niveau ( Im/No) est supérieur aux autres. Le remblai(J) n'a fourni aucun élément. Le sol, par contEe conservait quelques noyaux d'une strate d'occupation en exc. B6
  • la banlieme parisienne, d'occupation Antonine et Severienne. Ii\V-T5L) - Un moyen bronze de POSTUME, type RestitutorGalliar, trouvé entre des tuiles à la base du remblai (N = I,05/No), émis à la fin de l'année 260 ap.J.C. (ELMER Die Münsprägnug der Gallischen Kaiser Im Köln, Trier
  • parois nord et ouest de exc.Bô, représentaient une couche supplémentaire, constituée de charbon de bois et de cendres,(4a) s'étalant sur Im,50 à l'est du mur M5, I M. à l'ouest. Son épaisseur varie de 5 à 20 cm., augmentant de façon régulière vers le nord-ouest. Au niveau du mur M5
  • que, pour l'élévation du mur, on a utilisé les déblais de la tranchée, mêlés à de l'argile. Cette texture du mortier disparaît à mesure que l'on progresse vers le sud. A Im,40 de la paroi nord de l'excavation, le long de M5* un foyer constitué d'un ensemble de tuiles formant
  • prolongée du feu. Sa superficie ne dépasse pas Im. sur Im,50. Certaines tuiles "périphériques" s'inséraient entre les moellons de M6, indice qui prouverait que la mise en place du foyer est contemporaine de celle du mur. On disposa ce foyer au sein même de la couche (î), au niveau I,l6
  • -West ainsi formée, mesure 4m. X 5m. A l'est, M6 détermine un espace moins vaste, axé N-S, large de Im,50, interrompu au sud par D5(a). L'éventuel prolongementdneM^ pourra être confirmé que par des fouilles. Dans l'axe du seuil découvert en exc.Có, une pièce s'allonge, orientée Est
  • B6. Dessins du bois de la lentille sud est de la plaque,(Voir sa situation sur la photo précédente). REPARTITION C H R O N O L O G I Q U E 0,5— 5B31 i : » • i ap jC Moyen bronze de FOSTUMUS . Troisième émission .Cologne .260 ap JC DROIT. REVERS (très pâtiné) IM B7
RAP01542.pdf (PLOUGASNOU (29). le souterrain de l'âge du fer de run even. rapport de fouille préventive)
  • en place des fondations de la construction le conducteur de l'engin provoqua im effondrement révélant l'existence d'une structure excavée. Le chef de chantier arrêta immédiatement les travaux et avertit les services municipaux qui nous contactèrent le soir même téléphoniquement
  • fréquent (Le Goffic, 1993). Enfm, sur la commune de Plougasnou, im souterrain probable a été anciennement signalé au Cosquer (Giot, 1970). 4. Déroulement de l'opération et moyens mis en oeuvre Le personnel composant l'équipe de fouille était formé de : - Michel LE GOFFIC, Archéologue
  • structures fossoyées mises au jour ont d'abord été photographiées puis fouillées par sections en ménageant des coupes transversales qui ont été levées avant la fouille intégrale et le lever des plans à l'aide d'un théodolite. Pour la fouille du souterrain im platelage constitué de
  • bastaings a été mis en place pour recevoir ime chèvre tubulaire munie d'ime poulie sommitale. La fouille du souterrain a été longue et pénible en raison d'ime part de la profondeur des salles et d'autre part de l'effondrement des voûtes de deux salles, ce qui a obligé les fouilleurs à
  • dégager ime grande quantité de matériaux stériles avant de comprendre l'organisation et l'agencement de la structure excavée qui était vide de tout vestige à l'exception des cônes de remplissage volontaire du puits principal et de l'accès Est. A l'issue de la fouille, les tranchées de
  • présente comme ime enfilade de six salles de plan plus ou moins ovale dont le grand axe mesure presque toujours 2,40 m., le petit axe étant compris entre 1,30 m et 2,10 m. Ces salles sont reliées par des chatières. Trois accès ont été reconnus dont l'un a été condamné dès la fin du
  • le rebouchage de façon à ne pas remplir la salle 1 lors du comblement du puits. L'axe de circulation dans la salle 1 matérialisé par les deux chatières de service est orienté Ouest-Nord-Ouest/Est-Sud-Est. La communication avec la salle 0 se fait par ime chatière dans la paroi Est
  • lisibles dans l'horizon B. U.S. 12002 : de 0,30 à 0,60 m ; couche contenant de nombreux blocs et cailloux emballés dans ime terre noire meuble, comportant quelques tessons de poterie de La Tène finale, des broyons, des dents et ossements d'animaux (bovidés, suidés), mal conservés, peu
  • traduisant ime cuisson oxydante. Le dégraissant est fin, bien classé, composé de feldspath, minéraux noirs (pyroxènes, amphiboles) et de quelques quartz et muscovite. Le décor est formé par une frise estampée de « S » aux extrémités élargies (apparenté au motif S 30 de Schw^appach
  • vase et le précédent sont à rapprocher de ceux découverts dans le souterrain de Quillidiec en Cormnana (Giot et al, 1976). Vase n° 3 (fig. 24. 1) : Quatre tessons, trouvés dans le puits, U.S. 12006, proviennent du haut d'une petite jatte. Do = 145 mm, De = 128 mm. Dm = 150 mm, H1
  • se rapportent à un haut de vase utilitaire. Do = 182 mm. De = 185 mm. Dm = 214 mm, H1 = 53 mm. Le 1 I col est très court, limité à la base par une strie et ne mesure pas plus de 9 mm de hauteur ; il se termine par une lèvre à méplat horizontal montrant im très léger bourrelet
  • minuscules phyllites. Vase n° 11 (fig. 26, 2) : Sept tessons trouvés dans le puits et la salle 5 permettent d'avoir le profil complet d'un vase culinaire comportant im revêtement charbonneux interne dans la partie inférieure du récipient. Do = 156 mm. De = 151 mm. Dm = 183 mm, Df = 130 mm
  • raccords de boudins, leur couleur est noire à brun foncé. Le dégraissant est hétérogène et non classé. Vase n° 18 (fig. 28, 2) : Tesson découvert dans le puits, U.S. 12004. Ce tesson provient d'im vase non tourné à col très court se terminant par ime lèvre droite équarrie pour former tm