Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3929 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01546.pdf (QUIMPER (29). les vestiges archéologiques de Kerveguen. rapport de diagnostic)
  • QUIMPER (29). les vestiges archéologiques de Kerveguen. rapport de diagnostic
  • RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE. Rennes : S.R.A. de Bretagne 1998 Siten° Département : FINISTERE Commune : QUIMPER Lieu-dit ou adresse : BOULEVARD DE KERVÉGUEN S Cadastre : QUIMPER Année : 1994 Section et parcelle : EL 11,12,13,14, 15,131 S S ííí Coordonnées Lambert : Zone
  • mobilier archéologique : Dépôt de fouille de Quimper SOMMAIRE 1. CONDITIONS D'INTERVENTION 2. LE CONTEXTE GENERAL 3. LES VESTIGES DE LA PARCELLE EL.131 4. LES VESTIGES DE LA PARCELLE EL. 11 5. LES VESTIGES DE LA PARCELLE EL.12 6. LES VESTIGES DES PARCELLES EL. 14a et 14b 7. LES
  • VESTIGES DE LA PARCELLE EL. 15 8. CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE ANNEXE : DESCRIPTIF DES STRUCTURES 1. CONDITIONS D'INTERVENTION La mise en oeuvre par la société Sasimco/Sauvage, d'un vaste projet immobilier, boulevard de Kerveguen, sur les parcelles EL 131 d'une part, EL. 11-12-13-14-15
  • granitique. Des filons de granités broyés et des bancs à forte proportion d'argiles contenant des galets issus de plages mises en place lors de submersions d'époque tertiaire alternent avec les formations arénitiques dominantes. Ainsi, le sud de la parcelle à substrat arénitique EL. 131
  • toujours, rares à Quimper. En 1996, nous avions pu étudier, sur la parcelle EL. 15, le prolongement septentrional d'un bâtiment de la villa. Par ailleurs des vestiges de l'âge du Fer étaient apparus sous forme de trous de poteaux et de mobilier céramique de la fin du 1er âge du
  • campagnes. Assez éloignés du coeur de la villa antique 1 s concernent la zone de ses dépendances. Ils sont également très proches des vestiges de rage du Fer. ^ 2.3. LES DECAPAGES MECANIQUES, METHODE DE RECHERCHE (fig.2,3) Dans la parcelle EL.131 le décapage en réseau de bandes de
  • superficie de 220 m^, soit environ 11 % de la superficie totale. Orienté sud-ouest - nord-est, le sondage B.XIII de la parcelle E . l l s'étire sur une longueur de 36 m et couvre une superficie de 180 m^, soit environ 12 % de la superficie totale. ^ La parcelle EL. 13 est un ancien chemin
  • creux bordé d'épais talus recevant des arbres de grande taille (chataîgners, chênes). Il est inutile d'y réaliser des sondages. En revanche c'est un réseau dense de bandes de décapage de terre végétale qui est creuse dans la parcelle EL. 14 ; parcelle partagée par un talus angle
  • 330 m2. L'ensemble des sondages correspond à 15 % de la superficie totale de la parcelle. ^^ P^^'^^^lle EL. 15 a fait l'objet d'un sondage complémentaire de ceux réalisés en 1996. La bande B.XIV, longue de 30 m, couvre 150 m^. Les terrains concernés par le diagnostic sont donc
  • . Sondage archéologique Extrait du cadastre de Quimper section EL (1990) Fig. 2 : position des sondages B V T7 BX, T8, T6 Us 03. -1 --•-.-••=•• jTTJ. Extrait du cadastre de Kerfeunteun, Section C de Cuzon, Feuille 3, 1830 Fig. 4 : superposition des vestiges sur le cadastre de
  • , 5) Ixs investigations effectuées dans la parcelle EL.131 révèlent deux sections de doubles fosses parallèles mis au jour dans la paÎtie méridionale du terrain. H s W Îe T 1/2 et de T.3/4. Leurs axes médians sont distants d'environ 3,50 m. ' L'orientation nord-ouest - sud-est des
  • ^ependant de la villa de Kervéguen ayant fonctionné au m l r j u T q u t ! i T e £ 10m Fig. 5 : sondage B n (EL 131), plan des vestiges NO TI T2 l I Coupe n° 1 Coupe n° 2 Tene brune Terre brun clair Tene aiénitique Sol naturel 2m zd Fig. 6 : sondage B n (EL 131), coupes
  • stratigraphiques 4. LES VESTIGES DE LA PARCELf.E ET .11 Le décapage d'une large bande de terrain (BXll) découvre de nombreuses structures en creux de faible dimension dans la parcelle EL. 11. 1. LES TROUS DE LA PARTIE SEPTENTRIONALE (fig.7) Dans la zone nord du sondage, le sol naturel est
  • récentes. En tout cas d'un aménagement cohérent. L'orientation de ce double alignement, parallèle au profond chemin creux nord-sud bordant la parcelle EL. 11 laisse perplexe. Si les deux rangs de poteaux suggèrent une installation type double palissade ou bordure d'allée conduisant vers
  • cette fosse. La coupe stratigraphique met bien en évidence la relation chonologique entre les deux structures, la fosse S.45 est plus ancienne. Cliché n° 6 : parcelle EL 11, sondage B XII, alignennent occidental des trous de poteaux de l'Us 04 .CÀI * Cliché n° 7 : parcelle EL 11
  • , sondage B XII, trou de poteau de l'Us 04 (S. 26) Cliché n° 8 : parcelle EL 11, sondage B XII, fosse S. 45 s. 44 S. 43 P S. 42 S. 41 S. 40 f S. 38 10 m S. 37 Tene noire Terre grise Terre brun-gris Terre charbonneuse Structure ou section étudiée Us 04 Fig. 7 : sondage B
  • XII (EL 11), plan des vestiges ED Coupe n° 18, fosse S. 45 Terre charbonneuse Terre brun-gris Terre grise Pierres et tene grise Terre claire arénitique Sol naturel 2m Fig. 8 : sondage B XII (EL 11), coupe stratigraphique de la fosse S. 45 Le rare mobilier mis au jour
  • ou post-médiévales. Décelée sous la terre végétale, E L ^ T ^ X V " la couche de terre grise ^^ ^^ Us.Ol s'épaissit '«^de le chemin'c^eux EL.13. Il semble bien qu'il s'agisse d'un horizon de terres ayant glissé vers ce bas de pente ewl?"' médiéval ( f i g . l l ) ou moderne
  • fossé (T.20) creusé dans le sol naturel. Peu profond 0 25 m sous être date. Un petit fragment de tuile mis au jour dans son remplissage de terre brune ne suffit pas a authentifier son antiquité. 3. CONCLUSION 11, la parcelle EL.12 livre des vestiges relativemem recen s, d epoque
  • antique. a "" . w /r X Cliché n° 9 : parcelle EL 12, sondage B XIII, Us 02 et trous de poteaux modernes (S. 50 et 51) Cliché nMO : parcelle EL 12, sondage B XIII, Us 02 et fossé T. 20 M S. 47 So 16 Terre bran clair Terre claire sableuse Us 01 Us 02 Terre noire Stracture
RAP01650.pdf (QUIMPER (29). les vestiges archéologiques de Kerveguen. rapport de diagnostic)
  • QUIMPER (29). les vestiges archéologiques de Kerveguen. rapport de diagnostic
  • .-F. Villard et A.-F. Cherel SAFIMCO/SAUVAGE VILLE DE QUIMPER CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE. Rennes : S.R.A. de Bretagne - 1999 ïis it fe I I I - % >> ' I f Ai .'iìf-. 'J « ' Pi B * ^ - . • * » . LES VESTIGES ARCHEOLOGIQUES DE KERVEGUEN 8 (EL.18
  • ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE. Rennes : S.R.A. de Bretagne S S S) Q iI S Is» s s i Siten": 2 9 Département: FINISTERE Commune : QUIMPER Lieu-dit ou adresse : Kervéguen O Cadastre : QUIMPER Année : 1990 Section et parcelle : EL 18 Coordonnées Lambert : Zone : Il Abcisse : 122 . 400
  • commune de Quimper. Les sondages conduits sur les différentes parcelles cadastrales (EL. 13, EL. 14, EL. 15, EL.24) avaient mis en évidence l'existence de structures d'habitat protohistorique (1" âge du Fer) et d'occupation gallo-romaine. En conséquence, une fouille de sauvetage fijt
  • imposée afin de permettre de compléter l'étude des vestiges encore en place sur la parcelle EL. 18 incluse dans le projet. Cette opération ilit confiée par Monsieur le Conservateur du Service régional de l'archéologie à J.-P. Le Bihan, archéologue de la ville de Quimper. Ce demier fut
  • km Extrait du cadastre de Quimper section EL (1990) Fig. 2 - Kervéguen 8 : localisation cadastrale Extrait du cadastre de Kerfeunteun, Section C de Cuzon, Feuille 3, 1830 Parcelle sondée Fig. 3 - Kervéguen 8 : localisation de la parcelle EL 18 sur le cadastre de 1830 100 m
  • d'époque tertiaire alternent avec les formations arénitiques dominantes. La parcelle EL. 18 n'échappe pas à ce schéma. Elle se situe en front de plateau et son altitude varie entre 45 m et 25 m du nord au sud. 2.2. LE CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE (fig 4) Le site est inclus dans la zone
  • . En 1996, nous avions pu étudier, sur la parcelle EL. 15, le prolongement septentrional d'un bâtiment de la villa. Par ailleurs des vestiges de l'âge du Fer étaient apparus sous forme de trous de poteaux et de mobilier céramique attribué à l'époque à la fin du 1er âge du Fer ou au
  • tout début de la Tène ancienne. Nous avions pu suggérer l'existence d'un petit habitat ouvert de cette période. En 1997, l'extension du diagnostic vers l'est (EL.24) avait mis en évidence des vestiges de parcellaires anciens, protohistoriques ou gallo-romains ainsi que ceux de deux
  • sépultures gallo-romaines à incinération. En 1998, une opération de diagnostic et le décapage de larges bandes de terre végétale sur la parcelle EL. 14 avaient découvert un ensemble de trous de poteaux ainsi qu'un réseau de tranchées comprenant des fossés gallo-romains parallèles
  • Fer mis au jour sur la parcelle E. 14 (Le Bihan, D.F. S., 1999). C'est donc dans un contexte archéologique particulièrement riche que fiit réalisé le diagnostic sur la parcelle EL. 18, parallèlement au sauvetage mené sur la parcelle EL. 14'. A nouveau, des vestiges
  • la plupart d'entre eux, à des parcellaires anciens. - des structures en creux bien individualisées : fosses ou trous, de type fondations de poteaux. Extrait du cadastre de Quimper section EL (1990) Sondage archéologique 100 m Fig. 5 - Kervéguen 8 : position des secteurs
  • .7 à 12) comblées de terre noire. Visible dans toutes les tranchées de décapage, le fossé T. 1. correspondait exactement à tbande Z n B.I, T un rdoublement r ™ du ' fossé' ' fut ' mis en évidence (T. 11). d'autre part (fig.7 àT2) Da^la Au sud de la parcelle EL. 18, c'est un double
  • maintenirle épa s terre vegetale assez importante sur la pente abrupte de la parcelle EL. 18 et à limiter l'érosion Il conviendra de revemr sur cette question. érosion. 3.2. DES TALUS PLUS ANCIENS Terre noire 25 m Fig. 8 - Kervéguen 8 (EL 18) : sondage B I, plan 10 m Terre noire
  • Pierres et terre noire (talus ?) Plan Sud T 1 (B V), coupe stratigraphique m Terre noire ^ Sol naturel Pierre 1m Sudest Us 02 (B V), coupe stratigraphique Fig. 9 - Kervéguen 8 (EL 18) : sondage B V, plan et coupes stratigraphiques des vestiges de la partie nord ouest 25 m
  • TI2 LJ- 25 m im T13 Terre brune Terre noire T14 Terre charbonneuse + argile rubéfiée S 36 T8 T9 \ T7 S Terrebrune Pierre Fossé T 9 (B ffl), plan de la section sondée en fin de fouille Fig. 11 - Kervéguen 8 (EL 18) : sondage B III, plans et coupe stratigraphique du
  • stratigraphique longitudinale Terre brun clair Terre arénitique Sol naturel lm Fig. 13 - Kervéguen 8 (EL 18) : partie sud du sondage BIV, plan et coupe stratigraphique de la fosse S 30 V s 50/1 I I S 50/2 /H S 51/1 \\ \ S 51/2 S 51/3 10 cm zd Fig. 14 : Kervéguen 8 (EL. 18
  • ' I s 52/5 L \ S 52/6 10 cm S 53/2 S 53/3 S I V I S 53/7 S 53/6 r ^^ s 53/1 V S 53/8 / I \ \ s 53/4 s 53/9 r \ \ S 53/5 Fig. 15 : Kervéguen 8 (EL. 18) ; poteries des structures S.52 et S.53 Près de 300 tessons furent dégagés sur les espaces considérés ; un
  • 0,10 m) la dépression S. 14 livra le fond usé d'une urne funéraire en pâte commune, gallo-romaine (S14/1, fig.l9). Quelques ossements brûlés se trouvaient sur le fond de ce vase. Le cas n'est pas unique sur les terres de Kervéguen puisque les fouilles conduites sur la parcelle EL.24
  • Kervéguen, les indications précieuses à propos de ia puissance de l'erosion en bas de pente avaient alors été remarquées. Les mêmes considérations purent être appliquées à la tombe S. 14 de la parcelle EL. 18. 5.3 DES FOSSES DE COMBUSTION Deux fosses d'allure tout à fait identique
  • --© • Urne funéraire S 15 Fig. 17 - Kervéguen 8 (EL 18) : sondage B V, plan général des vestiges, niveau supérieur S 23 \ S 24 X Tl 10 m Us02 ri^sn ^.fifî^'^ Us 01 S9 S 10 S3 S7 P S6 SI Us 03 S2 T4 S II Terre noire Pierres et terre noire (talus?) S 20 f ~ Terre brune
RAP01651.pdf (QUIMPER (29). boulevard de Kerveguen (el.14). rapport de fouille)
  • QUIMPER (29). boulevard de Kerveguen (el.14). rapport de fouille
  • FINISTERF Rennes : S.RA. de Bretagne -1999 wm LES VESTIGES ARCHEOLOGIQUES DE KERVEGUEN 7 (EL.14) A QUIMPER (FINISTERE) - Campagne 1999 (29 232 79) (Finistère) DOCUMENT FINAL DE SYNTHESE DE FOUILLE DE SAUVETAGE ANNEE 1999 Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN Avec les concours
  • suscité, depuis 1996, la réalisation de sondages préalables dans le cadre de la politique de surveillance du patrimoine ^cheologique de la commune de Quimper. Les sondages conduits sur la parcelle cadastrale EL. 14 avaient mis en évidence l'existence de structures d'habitat
  • composé de larges bancs d W ~ - ardleux^Flt ' méridionale de la parcelle EL. 14 présente un substrat essentiellement argileux. Elle est situee en bas de plateau et son altitude varie entre 29 m et 26 m du nord au 2.2. LE CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE (fig 4) ^^ ^^ Kervéguen sur laquelle
  • avait notamment été mis au jour dans des fosses' Une telle duree et un tel mobiher se révélaient alors très intéressants tant les vestiges du BasEmpire étaient, et demeurent, extrêmement rares à Quimper. En 1996, nous avions pu étudier, sur la parcelle EL.15 adjacente à EL 14 le
  • de larges bandes de terre végétale sur la parcelle EL. 14 avaient découvert un ensemble de trous de poteaux ainsi qu'un réseau de t T fx gallo-romains parallèles encadrant un talus de cette époque (T.5 et T 6) et un long fossé (T.8-T.15) livrant du mobilier céramique se rattachant
  • au r L du Fer Un petit enclos ovale défini par un fossé à section en U (T. 12) complétait l'ensemble d'après carte I.G.N. 1 / 25000 Kervéguen Fig. 1 - Kervéguen 7 : Kervéguen et le site de Quimper 1 km Extrait du cadastre de Quimper section EL (1990) Fig. 2 - Kervéguen 7
  • : localisation cadastrale En fait, l'opération présentée dans ce rapport touche directement aux vestiges mis au jour en 1998 dans cette parcelle EL. 14. ^ ^ m^'iT de diagnostic sur la vaste parcelle EL.18 situee au nord-est de la parcelle EL. 14. A nouveau, des vestiges protohistonques
  • epars furent découverts (Le Bihan, D.F.S., 1999). C'est donc dans un contexte archéologique particulièrement riche que fut réalisée la fouille de sauvetage de la parcelle EL. 14. 2.3. OBJECTIFS ET M E T H O D E DE R E C H E R C H E (fig 5) 2.3.1. OBJECTIF DE LA FOUILLE L'opération
  • menée en 1999 avait pour objectif de compléter et de clore l'étude des vestiges de la parcelle EL. 14 afin de permettre la réalisation du programme immobilier. Si la question des fossés de bordure de talus gallo-romain semblait comprise dès 1998 celle des structures d'habitat
  • un réseau dense de bandes de décapage de terre végétale fiit creusé dans la parcelle EL. 14. L ensemble des bandes de décapage B.V B VI B VII B VIII et BIX atteignait une longueur de 326 m pour une superficie de 1550 m^. Selon les' lieux leur largeur variait de 4 m à 5 m. Une
  • réalisés en 1998, c'est 70% du volume de la tranchée T 8-T 15 qui fiit étudiée ' Extrait du cadastre de Quimper section EL (1990) Sondage réalisé en octobre 1998 (EL 14a) Complément de fouille (EL 14a) 100 m Fig. 5 - Kervéguen 7 : position des secteurs étudiés c. 'Ji I£ 0 •g c
  • ^^' P l ™ "-es fiinéraire r Z n dT.' TooÎ ^^ ^^^ — y reposaient (Le Bihan, D.F.S., Kerveguen 1997 et E.L.18, 1999). Ce sont donc plusiLs déLètres qu 11 convient d'ajouter à la profondeur initiale des trous de poteaux de la parcelle EL l T Les trous S.125 SJ26 et S.155, regroupés au
  • - Kervéguen 7 (EL 14 a) : coupes stratigraphiques du fossé T 15, sondages 13 et 23 structures simultanément. Leur superposition et leur articulation apparaîtra au fil de la description des sondages du nord au sud. L'ensemble du mobilier archéologique sera décrit après la présentation des
  • (T 15) Terre claire arénitique, granuleux Tene arénitique Sol naturel Fig. 11 - Kervéguen 7 (EL 14 a) : coupe stratigraphique des fossés T 8 / T 15, T 5 et T 6, sondage 24 - Le fossé T.8. livrait deux couches superposées : une terre claire arénitique et sableuse et, au fond
  • 2m d 'y/^y Terre brun-gris argilo-sableuse (T 15) ^ Terre brune (fossé romain) Terre arénitique btiffigris Terre claire arénitique, granuleuse Terre arénitique Sol naturel Fig. 12 - Kervéguen 7 (EL 14 a) : coupe stratigraphique des fossés T 8 / T 15, T 5 et T 6, sondage 26
  • LES VESTIGES ARCHEOLOGIQUES DE KERVEGUEN 7 (EL14) A QUIMPER (FINISTERE) - Campagne 1999 (29 232 79) (Finistère) DOCUMENT FINAL DE SYNTHESE DE FOUILLE DE SAUVETAGE Sous la direction de Jean-Paul LE BIHAN SAFIMCO/SAUVAGE VILLE DE QUIMPER CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU
  • scientifiques de A.-F. Cherel et J.-F. Villard SAFIMCO/SAUVAGE VILLE DE QUIMPER CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE. Rennes : S.R.A. de Bretagne I Vi ÌD C5 e s g si Site n°: 2 9 2 3 | 2 Département : FINISTERE Commune : QUIMPER Lieu-dit ou adresse : Kervéguen 0 7 9 Ai
  • Cadastre : QUIMPER Année : 1990 Section et parcelle : EL 14 Coordonnées Lambert : Zone : Il Abcisse : 122 . 250 Ordonnée : 353. 050 Altitude : 26 - 32 m Propriétaire du terrain : SAFIMCO / SAUVAGE Protection juridique : Néant Autorisation n° : 1999 / 001 Valable du 26/04 au: 15/06 1999
  • Titulaire : LE BIHAN Jean - Paul Organisme de rattachement : VILLE DE QUIMPER Raison de l'urgence : Projet Immobilier Maître d'ouvrage des travaux : Surface fouillée : 1200 m2 Surface estimée du site : 2000 m2 Mots-clefs (thésaurus DRACAR pour la chronologie et le vestiges immobilière
  • ) : - sur la chronologie : ler âge du Fer - sur la nature des vestiges immobiliers : Fossés, fosses, trous de poteaux - sur la nature des vestiges mobiliers : Poterie 2 sg § Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultats de l'opération archéologique
RAP01662.pdf (SAINT-MALO-DE-PHILY (35). "le Déron", carrière des Ménais. rapport de diagnostic)
  • SAINT-MALO-DE-PHILY
  • SAINT-MALO-DE-PHILY (35). "le Déron", carrière des Ménais. rapport de diagnostic
  • Valerie de terrain Valeric MORZADEC MORZADEC INTER ADMINISTRATES DRAC Service Regional de de DESCHAMPS (Conservateur regional) (conservateur) Association pour region Vincent Gilbert AGUESSE (Chef Socictc des de Mont la "Le au sud de la commune a de deux en 1997 el Golf, dc
  • de (Fig. 1). a de est la Situe sur la rive de oucst de la pouvant chenaux. de est le la Vilainea 35 est sur un relief culminant fluviatiles grossicrs mis en place en 97 une 2.5 m presence de B ) Mode tranchees dc diagnostic ont en ; ont une longueur 30 m el de 20 m (Fig. 2
  • poteau dans les tranchees ont un remplissagc constituc argile limoncuse au sediment constituent la terre el structures a naturel de pctitcs la grave ; certaines de a la surface dc la grave. Parccllc La ouest de la 51 livre de 5) 97 situee a en ont structures. de la zone aeriennc
  • dc commune (Fig. 10a). Le diamctrc de cette structure est de 75 cm pour une dc 30 cm. Pour (Fig. 9 eL 10b). Les autres trous de poteau nc prcsentent pas structures sondees, les variables. Autour dc la zone charbonncusc, trous de charbon, pour autres, le comblcmcnt d'un Les et
  • nivcau et sa largeur, bicn variable est dc 200 cm La est simple dc un comblement Ce foss6 pas de mobilier L'enclos 2 reconnu les 43, 57 el 60 (St. 5, 3, 16 ct 17). II L'enclos 2 a d'un ovalaire 70 m diametre (Fig. Lc fosse cst ; a profondeur de 20 cm pour de 60 cm. Le comblement du
  • fosse et rouge (Fig. Ce fosse a un mobilier fragments de plaques foyer, de en gres de et dc Four 12), 8 de Tonnes etc 2 fragments de 1 fragment dc a cannelures multiples ct 5 fragments de col. Les fonds sont plats el ont un diametre de cm et de cm (dessin dessin correspond au
  • fragment dc de 32 cm de a du col un cannelures. La T rouverture. possede a la connue dans de l Tene finale cn Mayenne el dans Test du Les de assez atypiques. s'agil dc fragments de vase a droite (dessin et de deux fragments a en S peu marque (dessin et structure de type trou dc poteau
  • Fig. 6 : Position cadastre rte 0 : Plan de la dans la 36. "'0 r ceo rflMBlM • 4 el dc ST Fig. 10a : \ - Tr36 Fig. : Coupe de de la 36. Fig. ; tie la zone f. — - • J. / ' -- • \ la structure 16 Kg. 12 : des structures 16 ( cnclos 2) el 1
  • SAINT-MA I Lc is 09. AH D.F.S. DIAGNOSTIC -28/01/00 Sous la de Avec la collaboration do Valeric de Brctagne Vincent illustration INTER MORZADEC MORZADEC titulairc responsable de Photographic MORZADEC Anne conservateur). (SKA Redaction du DFS TECHNIQUES de et de
  • des par M. 1997 ct 1999) sur Dans cadre de extension de la un diagnostic a ete sur les attenantes (pareelle 65 97). II a de de dc l'occupation ct an coins des dc touille Dans la de la pareelle 97, structures ct juste sous la de labour. s'agit Le pcu abondant et pas de les
  • structures. 11 toutefois l'occupation ne un medieval se soil gal Dans la de la pareelle 97, unc scric a ete visible le cliche Bicn soient Pun eux a un a la finale. - 4 Cadre gcogxaphique 4 B ) Mode 4 II A) 5 1 - Zone Est a ) Fosse b) fours c ) Trous de d )Les 2 - Zone Enclos 1 b
  • ) Enclos 2 6 et fosses 6 6 7 7 8 8 III - Conclusion Bibliographic 10 4 1- de du Deron» (Fig. ! ) , sud la a fait de deux en ct commune dc (Le et sur unc partie cnclos reconnus en aerienne par M. Dans le cadre de la un diagnostic a realiseT sur 65 97) (Fig. 2) ou la
  • prolongation des visible sur la photographic aerienne. ont existence de deux enclos de la fin Lcs operations dc terrain second du Fer et a double fosse de operation a dc en evidence la suite de cnclos ainsi qu'un nouvel enclo.s non visible sur la photographic aerienne. Cadre des Km au sud
  • ). Dans unc deuxiemeetape. la des autour des zones de concentration des Au total, 75 tranchees a ete tranchees ont La surface des parcelles a est 1.5 ha etc sondee a 11 % environ soil unc % environ soit unc surface dc 4.5 ha a ete sondee a a deux jours deux jourace etc etc au a au
  • topographique. et a 6 ha. La parcellc 65 de 1400 m2. La 4000 surface le 97 d'une l'utilisation de 8 jours de ; les de quelques structures. 1 Jne 5 11 Lcs parcel les traitees et les plus aeront A) Parccllc 65 (Fig. 3) La parccllc 65, situee archeologiqucs. Sur la tranchees, Dans
  • !a profondeur (Fig. 4, a revclc pcu dc structures du et 9 ont livre des structures 4 4, B), a livre fosse La 200) de 40 cm dc cole pour cm de a du Fer. Lc est ouverte autour de structure est fosse isolee trois ceramiqucs de 4, A). est gobeletde cm de diametre pour 7.5 cm dc hauteur. La
  • levre Lc vase pate grossiere et vase modele. est droite et Lc vase un petit pot a levre arrondic 11 la pate grossiere. Ces dimensions sont de cm dc diametre pour 12.3 cm dc hauteur. 6galcment un pot dont manque le col et la les Le vase que le vase un du fond de 12 cm pour une hauteur
  • conservee de Ces trois vases uns dans les autrcs rcposaient sur le fond dc la Les lypologiques ne pas de les de precise. Le restc structures pas livre de mobilicr. Certaines dans lc charbons de bois tres remplissagc Lcs structures et 177 correspondent a fosses de recent Les fosses de
  • ainsi dans la 1997 second la suite des dans 19 tranchees sont negatives, les ont 6 Dans la la le substrat est parlie est, les sont les enclos de la ouest Ccci 1 d'un la pas ete vus en zone Cette la suite des fouilles dans ta Dans ce sccteur, densitc de structures en 22
  • , 51, 36, 33, 34, 35, 48, 50, 71 et 72. dans a ) Les fosses De fosses sur cadastre de reperes (Fig. 6) dans 22, 23, 35, 36, 47, 53, 51, 48, 50, 72 Dans cette parcelie lc cadastre de 1831 a conserve" orientations le cadastre antique. fosses ne figurant pas sur ce cadastre limitcs
RAP01416.pdf (QUIMPER (29). boulevard de Kerveguen. rapport de diagnostic)
  • QUIMPER (29). boulevard de Kerveguen. rapport de diagnostic
  • LA PARCELLE EL. 16 4. LES FOSSES RECENTS DE LA PARCELLE EL. 15 5. LES STRUCTURES ISOLEES ET TROUS DE POTEAUX DE LA PARCELLE EL. 15 6. LES VESTIGES GALLO-ROMAINS DE LA PARCELLE EL. 15 7. CONCLUSIONS ANNEXE : STRUCTURES PONCTUELLES DE LA PARCELLE EL. 15 BIBLIOGRAPHIE 3 Kerveg96
  • RAPPORT DE FOUILLE 1. CONDITIONS D'INTERVENTION Le projet de réalisation d'un lotissement, boulevard de Kerveguen, sur les parcelles EL 15 et EL. 16 présenté par la société Safimco/Sauvage et couvrant 18000 m2, nécessite la réalisation de sondages préalables dans le cadre de la
  • anciennes mises en places lors de submersions d'époque tertiaire. Elle alterne avec des filons d'arène granitique. La parcelle EL. 15, d'une superficie de 16000 m2 répartis entre 25 et 21 m d'altitude, située au sud-est du projet, correspond parfaitement à la description ci-dessus. En
  • revanche, la parcelle EL. 16 implantée au nord-ouest et ne couvrant que 2000 m 2 , doit être incluse dans les ultimes pentes du front de plateau. Les sols, à forte pente (35 à 31 m d'altitude), sont plus arénitiques et des filons de granité orienté et broyé apparaissent. 2.2. LE
  • ar'Bradenn Centre d Kiframbellec 'Formatit Kerbabic Ofanrjt'fiu d'après carte I.G.N. 1 /25000 Ì Fig. 1 - QUIMPER, Kervéguen : localisation 10 m =d o L _ Extrait du cadastre de Quimper section EL (1990) Fig. 2 - Q U I M P E R , Kervéguen : localisation cadastrale 100 m i
  • sud-ouest de la prairie jouxtant, à l'est, la parcelle EL. 15 incluse dans le projet immobilier. 2.3. LES DECAPAGES MECANIQUÈS, METHODE DE RECHERCHE (fig.4) Dans la parcelle EL. 16 une tranchée large de 3 m et longue de 45 m est effectuée selon un axe est-ouest à l'aide d'un tracto
  • -pelle équipé d'un godet lisse à lame large. Le sol naturel est mis au jour sur une surface de 135 m2. Dans la parcelle EL. 15, ce sont quatre tranchées de même largeur qui sont effectuées. L'une d'entre elles (B.I) borde le boulevard de Kerveguen de manière à mettre en évidence les
  • : superposition des vestiges sur le cadastre de 1830 3. LES FOSSES RECENTS DE LA PARCELLE EL. 16 Trois fossés sont découverts dans la parcelle EL. 16 (fig. 5,6,7). 3.1. LE FOSSE T. 1 3.1.1 Forme et remplissage Ce fossé large de 0,90 m et profond de 0,12 m, est mis en évidence sur une
  • mettent en évidence un réseau de fossés correspondant au cadastre du X I X e siècle. Un petit fossé demeure inexpliqué. f 7 4. LES FOSSES RECENTS DE LA PARCELLE EL. 15 Les tranchées B.II, B.III et B.IV mettent en évidence un réseau de fossés modernes visibles sur le cadastre de
  • .13, So. 12 T. 15, So. 14 O d 1m E m p i Terre brun-gris Sol naturel T.16, So. 15 Coupes Fig. 12 - QUIMPER, Kervéguen : parcelle 15, tranchée Bill 5. LES STRUCTURES ISOLEES ET T R O U S DE P O T E A U X DE L A P A R C E L L E EL.15 5.1. UNE SERIE DE PETITES DEPRESSIONS
  • étude complémentaire des espaces proches des deux tranchées B.II e B.IV permettrait de mieux saisir la nature de ces vestiges. 11 6. LES VESTIGES GALLO-ROMAINS DE LA PARCELLE EL. 15 Deux types de vestiges gallo-romains sont mis en évidence dans la tranchée B.I (fig-17). 6.1. LES
  • commune de Quimper. Toutes les structures de la parcelle EL. 16 ayant un intérêt archéologique quelconque ont été sondées de manière satisfaisante. Aucune d'entre elle ne justifie la mise en place de mesures de conservation particulières. En conséquence, la protection du patrimoine ne
  • s'oppose pas à la réalisation du programme immobilier sur cette parcelle. La situation est différente dans la parcelle EL. 15. Au sud-est de celle-ci, l'espace correspondant au lot n ° l du projet immobilier devra faire l'objet d'une étude exhaustive afin de connaître le plan exact de
  • KERYÉGUEN Liste des structures de la parcelle EL 15 Bii S. 19 : diam. 27, prof. 6 terre brune S. 1 : diam. 130x90, prof. 20 terre noire charbonneuse S. 20 : diam. 65, prof. 12 terre noire charbonneuse S. 2 : diam. 240x120, prof. 90 terre brune + fragments de S. 21 : diam. 35, prof
  • LES VESTIGES ARCHEOLOGIQUES DE KERVEGUEN A QUIMPER - FINISTERE (29 232 79) (Finistère) DOCUMENT FINAL DE SYNTHESE DE SONDAGE ARCHEOLOGIQUE Sous la direction de Jean Paul LE BIHAN SAFIMCO/SAUVAGE V I L L E DE Q U I M P E R C E N T R E DE R E C H E R C H E A R C H E O L O G I Q U
  • E DU FINISTERE. / Rennes : S.R.A. de Bretagne - 1996 LES VESTIGES ARCHEOLOGIQUES DE KERVEGUEN A QUIMPER - FINISTERE (29 232 79) (Finistère) DOCUMENT FINAL DE SYNTHESE DE SONDAGE ARCHEOLOGIQUE PREALABLE ANNEE 1996 Sous la direction de Jean Paul LE BIHAN SAFIMCO/SAUVAGE VILLE
  • DE QUIMPER CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE. Rennes : S.R.A. de Bretagne 1996 Siten°:LAJL9J i à I LAJLiJLAJ Département : F I N I S T E R E Commune : Q U I M P E R I Lieu-dit ou adresse : B O U L E V A R D ILZJLAJ I Il I Al H I 11 DE K E R V É G U E N
  • Cadastre : Q U I M P E R Année : 1994 Section et parcelle : EL 15 et EL 16 Coordonnées Lambert : Zone : Abcisse : 122,300 Ordonnée: 2352,900 Altitude : 21 à 35 m Propriétaire d u terrain : Société S A F I M C O / S A U V A G E Protection juridique : § fe; g§ » I o o s«s
  • Autorisation n° : 1996 - 094 Valable du 09/10 au: 08/11 1996 Titulaire : L E BIHAN J e a n - P a u l Organisme de rattachement : V I L L E D E Q U I M P E R Raison de l'urgence : Projet i m m o b i l i e r Maître d'ouvrage des travaux : S A F I M C O / S A U V A G E Surface fouillée : 1200
  • m Surface estimée du site : 18000 m ? 2 i Mots-clefs (thésaurus DRACAR pour la chronologie et le vestiges immobiliers) : - sur la chronologie : Â G E D U FER, A N T I Q U I T É - sur la nature des vestiges immobiliers : F O S S E S , F O S S É S , T R O U S D E P O T E A U X
RAP01573.pdf (ARRADON, PLOEREN (56). rapport de prospection inventaire)
  • ARRADON, PLOEREN (56). rapport de prospection inventaire
  • probable de tuilier gallo-romain. Localisation par G. LEROUX d'après le fichier de J. ANDRE LANGOUËT L., 1988, Les Dossiers du CeRAA n° 16, p. 88 PETIT LOGODEN - 56 003 016 Cadastre: El Age du fer - Four de potier "Le Petit Logoden côté Sud de lîle, en face du grand Logoden; four et
  • Dominique TAQUET - 1998 - PROSPECTION INVENTAIRE des COMMUNES: - ARRADON - 56 003 - PLOEREN - 56 164 (Morbihan) /5?3 Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan 2 1 DEC. 1998 INVENTAIRE ARCHEOLOGIQUE DES HUIT COMMUNES PERIPHERIQUES DE VANNES Dominique
  • TAQUET ARRADON - PLOEREN Les autorisations pour nos prospections inventaires ne nous étant parvenues que début juin 1998, nous avons décidé, d'un commun accord, de privilégier pour cette première année un travail de recherche en archives. Cette méthode inventaire s'est appuyée sur le
  • dépouillement exhaustif d'archives (voir la bibliographie ci-après). En effet, de nombreux érudits locaux ont beaucoup écrit sur leurs recherches archéologiques menées au XlXè siècle dans département du Morbihan, (essais, dictionnaires, répertoires, inventaires...) Les premiers inventaires
  • du Morbihan ont été réalisés par l'abbé J. MAHE en 1825, puis par CAYOT DELANDE en 1847, A. FOUQUET en 1853, M. ROSENZWEIZ en 1863, J. LE MENE en 1891 et enfin E. RIALAN (publications de 1884 à 1892) qui avec ses trois volumes, apporte un maximum d'informations archéologiques. Le
  • dépouillement a été élargi à tous les bulletins de la Société Polymathique du Morbihan qui, au XlXè siècle, avec de FREMINVILLE, L. GALLES, H. JAQUEMET, ainsi que de nombreux chercheurs du XXè siècle comme AVENEAU de LA GRANCIERE, L. LALLEMENT, L. MARSILLE, Y. ROLLANDO, Y. COPPENS, J. ANDRE
  • , J. LECORNEC, P. ANDRE,...., complètent d'une manière indispensable les publications des précurseurs. D'emblée, un constat s'impose: les sources d'archives sont très nombreuses et ont occupé le plus clair de notre temps d'inventaire. Figure pour chaque site: 1- Le nom et le numéro
  • du site de la carte archéologique si celui ci est répertorié. 2- Une synthèse du contenu de chaque source tenant compte de la chronologie. 3- Les photocopies de toutes les sources anciennes étudiées ainsi vérifiables. Notre méthode prend en compte tout type de découverte
  • archéologique pour toute période s'étendant de la préhistoire au Moyen-Age. Le dépouillement fait apparaître une quantité de sites non répertoriés par la cane archéologique. Ainsi pour les huit communes, cette dernière mentionnait 61 sites. Après dépouillement, 42 sites supplémentaires
  • seront vérifiés sur le terrain, soit près de 70% en plus de ceux déjà mentionnés sur la carte archéologique. Le dépouillement est sur le point d'être achevé. La phase de travail sur le terrain avec les membres du CERAM débutera en janvier 1999. Cette prospection inventaire des huit
  • communes périphériques de Vannes permettra une cartographie chronologique et thématique, base d'une meilleure connaissance de l'archéologie vannetaise et par la même occasion, d'une meilleure appréhension de son histoire. INVENTAIRE ARCEOLOGIQUE DES HUIT COMMUNES DE LA PERIPHERIE
  • VANNETAISE NOMBRE DE SITES PAR COMMUNE Communes ARRADON PLESCOP PLOEREN SAINT AVE SAINT NOLFF SENE THE IX TREFFLEAN N° commune Nombre de sites inventoriés sur Nombre de sites possibles après la carte archéo. dépouillement 56 003 56 158 56 164 56 206 56 231 56 243 56 251 56 255 21
  • 3 1 8 4 12 10 3 23 4 9 13 6 19 21 8 total 62 103 LIOQRÀPHI: OUVRAGES GENERAUX SUR LE MORBIHAN ANDRE P. 1963, La cité gallo-romaine des Vénètes, DES de lettres, Université de Rennes. ANDRE P. 1971, La cité gallo-romaine des Vénètes, B.S.P.M., p. 3-48. ANDRE P., TRISTE
  • A., 1992, Quand Vannes s'appelait Darioritum, Catalogue de l'expo., 1 10p. CAYOT DELANDRE, 1847, Le Morbihan son Histoire et ses Monuments, 560 p. FOUQUET A., 1853, Des monuments celtiques et des ruines romaines dans le Morbihan, 1 17p. FOUQUET A., 1873, Guide des Touristes et des
  • archéologues dans le Morbihan, 197p. GALLIOU P., 1989, Les tombes romaines d'Armorique, DAF n°17, 204p. MARSUXE L., BSPM 1929, Les voies romaines du département du Morbihan, p. 3-58 MARSILLE L., 1972, Répertoire archéologique du Morbihan gallo-romain, 52p., LE FLOHIC 1996, Le Patrimoine des
  • communes du Morbihan, 2 volumes, LE MENE Jh-M., 1891, Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes, Tome 1 550 p. et Tome II 536p. MAHE J., 1825, Essai sur les antiquités du département du Morbihan, 500p. MERLAT P., 1982, Les Vénètes d'Armorique
  • , Archéologie en Bretagne, 3e s., 135p. OGEE, 1843, Dictionnaire historique et géographique de Bretagne, Tome I et II, 986p. RIALAN E. I en 1884 et 1885, Découvertes archéologiques dans le Morbihan, 35p. RIALAN E. H en 1885, Nouvelles découvertes archéologiques dans le Morbihan, 20p. RIALAN
  • E. de 1886 à 1892, Découvertes archéologiques faites dans le Morb.,SPM 1924, 42p. ROSENZWEIG M., 1863, Répertoire archéologique du département du Morbihan, 238p., ROLLANDO Y., 1961, La préhistoire du Morbihan, Le Vannetais littoral, BSPM 1961, p. 1-141 m ARRADON ANDRE J., 1960
  • , Densité et répartition de la population en Vénétie romaine, Annales de Bretagne, TomeLXVTl, 1960, fasc. l,p. 103-106. ANDRE J., 1961, Inventaire des objets romains en bronze du Musée de Vannes, OGAM Tome XIV, p. 407-411 ANDRE J., BSPM 1957-58, Un milliaire au Lodo, PV p. 71 ANDRE J
  • ., BSPM 1966, Provenance du marbre gallo-romain du Lodo, PV p. 3 ANDRE P., BSPM 1974, Rapport de l'intervention du 9 Sept. 1974 dans l'église paroissiale d'Arradon, mise au jour d'un caveau, 3 pages + plan et photos. ANDRE P., BSPM 1976, La sépulture de l'ancienne église d'Arradon, PV
RAP01786.pdf (TONQUÉDEC (22). le site de Kervilien. rapport de sondage)
  • TONQUÉDEC (22). le site de Kervilien. rapport de sondage
  • découverte, une esquille en silex. Les carrés Al, Bl, Cl, Dl, El, E2, A2 et A3 ont été tamisés à sec et à l'eau pendant une première passe de 7 centimètres appelée niveau B. La méthode s'est révélée très longue pour des résultats décevants. Nous avons préféré poursuivre en effectuant des
  • choix et en sélectionnant des carrés-tests afin de repérer d'éventuels niveaux plus riches. Dans le niveau C, ou couche de labour, les carrés A2, Dl et El ont été tamisés à sec et à l'eau, les carrés B2, D2, C3 et D3, seulement à sec ; les autres ont été partiellement tamisés à sec à
  • profondeur, il a été tamisé à sec et à l'eau dans sa globalité. Le niveau E ou horizon B des carrés Al, A2, Bl, D1 et El a été entièrement tamisé à sec et à l'eau, uniquement à sec pour les autres. La minutie des fouilleurs lors du tamisage à sec rendait quasi-inutile la seconde opération
  • raison d'un seau sur trois. 5 L'étude des carrés A2, D1 et El, toujours descendus les premiers, a révélé une densité plus importante d'objets à une vingtaine de centimètres du sol, dans une couche que nous avons appelée « fin de labour » ou niveau D. D'une dizaine de centimètres de
  • nous avons regroupé les pièces de la couche sous-jacente dans un niveau C ou couche de labour, entièrement tamisée à sec. En deçà d'une vingtaine de centimètres, nous avons distingué un niveau D dont la terre devenait plus granuleuse. Elle a été tamisée à sec et à l'eau dans sa
  • globalité. L'ensemble des couches du carré G ont été tamisées à sec et à l'eau (figure 6). Le sondage C Le sondage C était compris dans un carré de 2 mètres de côté et divisé en carrés II, 12, J1 et J2. Le premier décapage a été entièrement tamisé à sec et à l'eau. La densité de silex
  • s'est révélée relativement faible et nos investigations se sont concentrées sur le carré 12 avec un tamisage à sec et à l'eau de tous les niveaux. Le carré II a été descendu finement à la truelle tandis que les carrés J ont été abandonnés (figure 6). Le sondage D Le sondage D
  • comprenait quatre carrés d'un mètre de côté, Kl, K2, L1 et L2. Le premier décapage a été entièrement tamisé à sec et à l'eau ; nous avons collecté une cinquantaine d'objets parmi lesquels une pointe à bord abattu. La densité du matériel nous a obligés à tamiser l'ensemble des niveaux de
  • labour à sec et à l'eau. Pour des questions de délai, seul le carré K2 a été descendu jusqu'à la moitié de la couche intitulée « fin de labour ». Il nous permettra d'établir des comparaisons avec les données issues des autres sondages (figure 6). En somme, les sédiments de 6,5 m2 ont
  • été entièrement tamisés à sec et à l'eau, 3 m2 sur le sondage A, 1,5m2 sur le sondage B, lm2 sur le sondage C et lm2 sur le sondage D. Des colonnes de tamisage limitées au niveau C ou au niveau D ont été réalisées sur 12,5 m2 ; les autres carrés ont été investis plus partiellement
  • ). Les retouches directes abruptes ont porté sur la partie distale du produit qui a ensuite été raccourci. Microlithes et troncatures Le tamisage à sec et à l'eau des sédiments a permis de collecter des microlithes aux dimensions réduites. On compte un petit triangle en silex de 8
  • été collectées, sur une surface totale de 15 m2, malgré l'intensité des tamisages à sec et à l'eau. Ce secteur ne correspond pas à une surface de débitage comme le confirment l'absence d'éclats de ravivage et la faible proportion d'entames ou de produits de réfection. Aucun
  • Rapport de Sondage : Le site de Kervilien sur la commune de Tonquédec (Côtes-d'Armor) Estelle Yven A v e c la c o l l a b o r a t i o n de : Gaëlle Corbin, Gwendal Blorec, Yann Bougio, Emilie Condron, Anne Dupont, Philippe Forré, Anne Le Bot, François le Gall, Maryse
  • Letourleur, Frédéric le Personnic, Antoine Lourdeau, Jacky Meslin, Marina Peron, Rudy Van Thielen, François Yven et Martine Yven. N°2001/028. E.YYEN - SD/P10. A m Rapport de Sondage : Le site de Kervilien sur la commune de Tonquédec (Côtes-d'Armor) Estelle Yven A v e c la c o l l
  • a b o r a t i o n de : Gaëlle Corbin, Gwendal Blorec, Yann Bougio, Emilie Condron, Anne Dupont, Philippe Forré, Anne Le Bot, François le Gall, Maryse Letourleur, Frédéric le Personnic, Antoine Lourdeau, Jacky Meslin, Marina Peron, Rudy Van Thielen, François Yven et Martine Yven
  • . S l l ' f « Wm-'.,/ WÊSêÊÈ mmm .j Vji - Mm N°2001/028. E.YVEN - SD/P10. Remerciements : Je tiens à remercier très sincèrement toutes les personnes qui ont autorisé la réalisation de ce projet et qui y ont contribué : -Monsieur et Madame Pezron, propriétaires du champ de
  • Kervilien, m'ont accordé l'autorisation d'effectuer les sondages nécessaires. Leur petit-fils s'est joint à l'équipe pendant une après-midi. -Les responsables du Service Régional de l'Archéologie de la région Bretagne ont accepté que soit réalisée la présente opération et ont prêté une
  • partie du matériel nécessaire. -L'équipe avec laquelle je travaille depuis quelques années. Amateurs et/ou passionnés, ils ont tous accepté de fouiller et tamiser patiemment les terres de Kervilien tout en apportant leur œil critique, notamment Gaëlle Corbin, qui dirigea une partie
  • des opérations de terrain ; mais aussi, Gwendal Blorec, Yann Bougio, Emilie Condron, Anne Dupont, Philippe Forré, Anne Le Bot, François le Gall, Maryse Letourleur, Frédéric le Personnic, Antoine Lourdeau, Jacky Meslin, Marina Peron, Rudy Van Thielen, François Yven et Martine Yven
  • . -Il convient aussi de remercier Grégor Marchand, Pierre Gouletquer et Bénédicte Souffi qui m'ont aidé par leurs conseils. -Rym Khedhaier qui a accepté d'assurer l'analyse tracéologique de certaines pièces lithiques. -François le Gall et Rudy Van Thielen ont assuré la couverture
RAP03718 (ERGUE-GABERIC (29). Park al Lann : 10 000 ans d'occupations humaines en discontinu. Rapport de fouille)
  • ERGUE-GABERIC (29). Park al Lann : 10 000 ans d'occupations humaines en discontinu. Rapport de fouille
  • humaines en discontinu Volume 1 sous la direction de Yvan Pailler Inrap Grand Ouest  37 rue du Bignon CS 67737 35 577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40  grand-ouest@inrap.fr www.inrap.fr cliché couverture © H. Paitier, Inrap Rapport final d’opération Yvan Pailler Mobilier
  • Industrie lithique, Céramique, Objet métallique, Arme, Terre cuite Rapport final d’opération Menée sur une superficie de plus de 6 ha, la fouille réalisée à Park al Lann sur la commune d’Ergué-Gabéric a permis de mettre au jour de nombreux vestiges archéologiques. Leur datation couvre
  • un large intervalle chronologique débutant avec le Premier Mésolithique (groupe de Bertheaume). Entre le Néolithique et la période contemporaine, ce sont au moins huit occupations structurées qui vont se succéder sur le promontoire même si l’emprise de la fouille ne permet pas
  • toujours de les appréhender dans leur globalité. La position géographique du site alliant vue dégagée, orientation sud et proximité d’une voie de communication naturelle tout comme la présence de terre arable, d’argile et la proximité d’une source ont certainement été des atouts dans le
  • choix du site par les différents groupes humains qui s’y sont installés au fil du temps. Toutefois, l’occupation du site par ces communautés humaines est loin d’être continue dans le temps et des hiatus importants sont à signaler entre chacune de ces installations. Ergué-Gabéric
  • d’occupations humaines en discontinu Inrap Grand Ouest Avril 2019 Fouille archéologique Rapport final d’opération Code INSEE 29 051 - Nr site 10 000 ans d’occupations humaines en discontinu Volume 1 sous la direction de avec la contribution de Yvan Pailler Delphine Barbier-Pain
  • Erwan Bourhis Vérane Brisotto Anne-Françoise Chérel Emilie Claud Céline Coussot Julie Conan Emmanuelle Collado David Gache José Gomez de Soto Marc Gransar Caroline Hamon Xavier Hénaff SRA 2015-207 CC48 F112043 29 051 0024 Arrêté de prescription Système d’information Code Inrap
  • Nolwenn Zaour Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 8 Fiche signalétique 10 Intervenants scientifiques 10 Intervenants administratifs 10 Intervenants techniques 10 Équipe de fouille archéologique 11 Équipe de post-fouille 13 Notice scientifique 13
  • État du site de Park al Lann 14 Localisation de l’opération 15 Arrêté de prescription 25 Définition des moyens 27 Autorisation de fouille 29 Projet scientifique d’intervention Résultats 42 1. Le cadre de l’opération 42 1.1. Découverte et évaluation du site 42 1.2
  • . Descriptif technique et scientifique de l’opération 44 1.3. L’environnement archéologique 46 1.4. Microtoponymie 48 1.5. Le cadre géographique 49 1.6. Géologie du site 51 1.7. Stratégies et méthodes mises en œuvre 56 1.8. Etude géomorphologique et micromorphologique 70 2. Une
  • occupation mésolithique attribuable au groupe Bertheaume 70 2.1. Méthode d’intervention sur le terrain 71 2.2. Etude typo-technologique du matériel lithique taillé du site mésolithique 94 2.3. Etude tracéologique de l’industrie lithique 113 2.4. Analyse technologique et fonctionnelle
  • Néolithique final 249 4. L’âge du Bronze 249 4.1. L’âge du Bronze ancien 295 4.2. L’occupation du site à l’âge du Bronze final 302 4.3. Des ensembles très mal datés 313 5. 313 5.1. Étude du mobilier céramique du Néolithique et de l’âge du Bronze 329 5.2. L’industrie
  • petit bâtiment d’habitation  ou une annexe (l’ensemble 1) ? 372 6.3. Des fosses et des trous de poteau isolés 375 6.4. Une concentration de greniers 380 6.5. Découverte d’un petit dépôt de haches à douille 384 6.6. L’enclos F207/F212 389 7. 389 7.1. Des
  • chemins 401 7.2. Des bâtiments 405 7.3. L’enclos quadrangulaire F203/211 409 8. L’occupation de la fin du second âge du Fer et la période gallo-romaine Des systèmes fossoyés protohistoriques 411 8.1. Des fossés rectilignes : F25/817, F818, F925 et F490 414 8.2. Des
  • fossés antérieurs au long fossé OSO-ENE 419 8.3. Deux longs tracés perpendiculaires : les fossés F138/902/740/1161/872 et F488/915/891 429 8.4. Les fossés en partie est de l’emprise 443 9. Présentation du mobilier de l’âge du Fer 443 9.1. L’occupation de la fin du Premier
  • âge du Fer et du début de La Tène ancienne 447 9.2. L’occupation de la fin du second âge du Fer 449 10. 449 Les vestiges médiévaux 10.1. Une nécropole du haut Moyen Age ? 463 10.2. Quelques traces d’occupation du site durant le haut Moyen Age 475 10.3. Une présence qui
  • perdure jusqu’au bas Moyen Age 479 10.4. Synthèse 481 11. 481 11.1. Méthodes de travail 481 11.2. Catalogue par phase chronologique et par contexte de découverte 485 11.3. Informations du mobilier 485 11.4. Archivage du mobilier Étude de la céramique historique
  • 487 12. Un réseau de fossés moderne et contemporain et ses vestiges associés 487 12.1. Le réseau parcellaire du cadastre de 1834 498 12.2. Les vestiges associés au parcellaire moderne et contemporain 499 12.3. Conclusion sur le parcellaire moderne et contemporain de Park
  • al Lann et ses vestiges associés 501 13. 501 13.1. Méthodes 501 13.2. Le cadre historique de la production Une officine de potiers des périodes moderne et contemporaine 503 13.3. Les ateliers de potiers d’Ergué-Gabéric 510 13.4. Étude des céramiques modernes et
  • contemporaines) 565 Synthèse 569 Bibliographie générale I. Données administratives, techniques et scientifiques Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des
RAP01009.pdf (PLOUBAZLANEC (22). Kerveniou. rapport de fouille de sauvetage urgent)
  • PLOUBAZLANEC (22). Kerveniou. rapport de fouille de sauvetage urgent
  • rapidité et l'intensité du colluvionnement dans de telles zones loessiques, qe qui avait pu faire croire à un gisement plus ancien. J.L. MONNIER Denme el publié pai 1'lníHtut Géographique Nutioi Reproduction interdi PLOUBAZLANEC - Kervéniou (22) Pl. I Amas de coquilles et
  • RAPPORT SUR LA FOUILLE DE SAUVETAGE DE KERVENIOU (PLOUBAZLANEC - Côtes-du-Nord) (31 Mai 1978) « Circonstances de la découverte : Les travaux de rectification de la route Pairapol-L'Arcouest (N. 786 e ) ont mis au jour des structures en pierres sèches et des traces de foyers
  • , dans le loess, immédiatement au nord des maisons de Kervëniou. Mous avons été alertés par MM. J.B. CORNELIUS et M . MORVAN, de Ploubazlanec. Les vestiges : Les vestiges sont apparus dans deux positions : d'une part en section, principalement dans la tranchée nord de la nouvelle
  • route ; d'autre part sur le futur accotement, au sud. Nous avons été aidés dans nos travaux par MM. d.B. CORNELIUS et M . MORVAN. Les vestiges trouvés dans la coupe ont simplement été nettoyés observés et photographiés ; des prélèvements ont été faits. Un bref décapage a été
  • entrepris sur l'accotement. Les vestiges sont de deux sortes : d'une part un important amas de coquillages, dans la section, au Sud-Ouest du site ; d'autre part des blocs de granité, des lentilles cendreuses et de la terre brûlée, en trois points distincts de la coupe et sur l'accotement
  • . L'amas de coquillages est interprété comme des débris de cuisine, comprenant des moules, des huîtres et surtout des patelles en grand nombre. Il y avait aussi un crâne de loup et quelques ossements d'un bovidé. Les amas de pierres ont livré de la poterie rapportée au Moyen-Age
  • . L'étude des sections a montré que les vestiges se situent sous une épaisse couche de colluvions loessiques (1 à 2 m ) . Aucune structure véritablement organisée n'a pu être décelée. Il s'agit probablement d'éboulis de maisons sommaires et des 4oo9 traces, très perturbées, de leurs
  • foyers. Conclusion. Ce bref travail, mené derrière le passage des bulldozers, a toutefois révélé la présence d'un habitat médiéval dont une grande partie doit subsister sous le champ au nord ée la route. Une partie de la poterie a pu être sauvée. Il est intéressant de noter la
  • ossements d'animaux Cendre et terre brûlée (foyer raviné dans le limon) PLOUBAZLANEC - Kervéniou (22) Pl. II PLOUBAZLANEC - Kervéniou (22) v Amas de blocailles sur l'accotement accompagné de cendres et débris de poterie. « « Pl. III
RAP01572.pdf ((56). Saint-Avé)
  • des broussailles. On en fit l'enlief avec la plus grande solennité, el l'on fit bâtir dans l'endroit une chapelle en son honneur. » 2" Saint-Jean, aujourd'hui Notre-Dame, à Lézurgant, vers l'ouest, de forme rectangulaire, date de 1455. Les fenêtres sont ogivales, à meneaux
  • rayonnants et flamboyants mélangés. Une belle el haute charpente offre des clefs sculptées en figures ou fleurons; on y remarque les armes de l'évêque Yves de Ponlsal , à une fasce chargée de 3 besants et accompagnée de 6 mouchetures d'hermines, avec une crosse passée derrière; on y voit
  • aussi un écusson écartelé portant au 1 er el au 4« des macles , au 2" et au 3 e ... 3° Saint- Barthélémy , au village de Gusquel, à l'ouesl-sud-ouest, n'a rien de remarquable. 4» Saint-Lucas, et par altération Saint-Ducas, à l'ouest, conserve le souvenir d'une chapelle depuis
  • longtemps détruite. Il y avait en outre des chapelles domestiques à Kerango el à Kerizouet. paroisse de l'invasion d'un intrus. Dès 1791, on vendit nationalement les biens de l'évôché, situés à Kerango, à Kervet et à Brambec, ainsi que ceux des Carmélites de Vannes, situés au bourg, à
  • , Plescop fut maintenu dans le canton de Grand-Champ el dans l'arrondissement de Vannes. Depuis ce temps, le presbytère a été racheté et une maison a été donnée pour le logement du vicaire. Ea PIcscop. — Au centre, du village du Gusquel, grand prateau entièrement compose de décomlires
  • Iirambec, à l'ouest et près d'un chemin charretier. Les quatre premiers, à l'est, sont à 1 mètre, l»>, 50 de distance. Le 5* est à e li mètres du 4 , ce ipii laisse supposer (pie plusieurs hlocs ont été enlevés ; t2 MI ,r)0 entre le et le 5" ; (> mètres entre le (>'-• el deux menhirs
  • Alain TRISTE - 1998 - PROSPECTION INVENTAIRE des COMMUNES: -PLESCOP -SAINT-AVE -SAINT-NOLFF -SENE -THEIX -TREFFLEAN 56 158 56 206 56 231 56 243 56 251 56 255 (Morbihan) 15 CL Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan 2 1 DEC. 1998 INVENTAIRE
  • ARCHEOLOGIQUE DES HUIT COMMUNES PERIPHERIQUES DE VANNES Alain TRISTE PLESCOP - SAINT-AVE - SAINT-NOLFF - SENE - THEIX - TREFFLEAN Les autorisations pour nos prospections inventaires ne nous étant parvenues que début juin 1998, nous avons décidé, d'un commun accord, de privilégier pour
  • cette première année un travail de recherche en archives. Cette méthode inventaire s'est appuyée sur le dépouillement exhaustif d'archives (voir la bibliographie ci-après). En effet, de nombreux érudits locaux ont beaucoup écrit sur leurs recherches archéologiques menées au XTXè
  • (publications de 1884 à 1892) qui avec ses trois volumes, apporte un maximum d'informations archéologiques. Le dépouillement a été élargi à tous les bulletins de la Société Polymathique du Morbihan qui, au XTXè siècle, avec de FREMINVILLE, L. GALLES, H. JAQUEMET, ainsi que de nombreux
  • chercheurs du XXè siècle comme AVENEAU de LA GRANCIERE, L. LALLEMENT, L. MARSILLE, Y. ROLLANDO, Y. COPPENS, J. ANDRE, J. LECORNEC, P. ANDRE,...., complètent d'une manière indispensable les publications des précurseurs. D'emblée, un constat s'impose: les sources d'archives sont très
  • nombreuses et ont occupé le plus clair de notre temps d'inventaire. Figure pour chaque site: 1 - Le nom et le numéro du site de la carte archéologique si celui ci est répertorié. 2- Une synthèse du contenu de chaque source tenant compte de la chronologie. 3- Les photocopies de toutes les
  • sources anciennes étudiées ainsi vérifiables. Notre méthode prend en compte tout type de découverte archéologique pour toute période s'étendant de la préhistoire au Moyen-Age. Le dépouillement fait apparaître une quantité de sites non répertoriés par la carte archéologique. Ainsi pour
  • les huit communes, cette dernière mentionnait 61 sites. Après dépouillement, 42 sites supplémentaires seront vérifiés sur le terrain, soit près de 70% en plus de ceux déjà mentionnés sur la carte archélogique. Le dépouillement est sur le point d'être achevé. La phase de travail sur
  • le terrain avec les membres du CERAM débutera en janvier 1999. Cette prospection inventaire des huit communes périphériques de Vannes permettra une cartographie chronologique et thématique, base d'une meilleure connaissance de l'archéologie vannetaise et par la même occasion
  • , d'une meilleure appréhension de son histoire. INVENTAIRE ARCEOLOGIQUE DES HUIT COMMUNES DE LA PERIPHERIE VANNETAISE NOMBRE DE SITES PAR COMMUNE Communes ARRADON PLESCOP PLOEREN SAINT AVE SAINT NOLFF SENE THEIX TREFFLEAN N° commune Nombre de sites inventoriés sur Nombre de
  • sites possibles après la carte archéo. dépouillement 56 003 56 158 56 164 56 206 56 231 56 243 56 251 56 255 21 3 1 8 4 12 10 3 23 4 9 13 6 19 21 8 total 62 103 HIE OUVRAGES GENERAUX SUR LE MORBIHAN ANDRE P. 1963, La cité gallo-romaine des Vénètes, DES de lettres
  • , Université de Rennes. ANDRE P. 1971, La cité gallo-romaine des Vénètes,B.S.P.M., p. 3-48. CAYOT DELANDRE, 1847, Le Morbihan son Histoire et ses Monuments, 560 p. FOUQUET A., 1853, Des monuments celtiques et des ruines romaines dans le Morbihan, 1 17p. FOUQUET A., 1873, Guide des Touristes
  • et des archéologues dans le Morbihan, 197p. GALLIOU P., 1989, Les tombes romaines d'Armorique, DAF n°17, 204p. MARSDLLE L., 1972, Répertoire archéologique du Morbihan gallo-romain, 52p. LE FLOHIC 1996, Le Patrimoine des communes du Morbihan, 2 volumes, LE MENE Jh-M., 1891
  • , Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes, Tome I 550 p. et Tome II 536p. MAHE J., 1825, Essai sur les antiquités du département du Morbihan, 500p. MERLAT P., 1982, Les Vénètes d'Armorique, Archéologie en Bretagne, 3e s., 135p. OGEE, 1843
RAP00922.pdf (PLUMELIAU (56). Kervasselour. rapport de sondage)
  • PLUMELIAU (56). Kervasselour. rapport de sondage
  • de El, se trouve un enclos, carré, d'environ 60 mètres de côté (E4). D'autres fossés ont également été repérés à proximité llmmédlate du site. Parmi les nombreux indices fossoyés qui se multiplient au voisinage de Castennec, le site est lui même proche d'autres structures : petit
  • enclos circulaire près du tracé théorique de la vole Angers-Car haix 250 m à l'est de E4, fossés orthogonanux près du Corronc, 500 m à l'ouest de El. La prospection au sol a livré pour l'essentiel du mobilier gallo-romain : céramique commune corrélé à E4, deux fragments de sigillée et
  • proximité de l'éperon barré de Castennec, a probablement , comme celui-ci, connu une occupation prolongée. La proximité des enclos El et E2 permettait ici d'envisager un sondage limité portant sur les deux structures à la fols,avec pour objectifs : - étude du remplissage et de la forme
  • des fossés - datation de El et de E2 IV- LE SONDAGE 1) Déroulement Les opérations devant être achevées pour le 15 avril (date des semis), le sondage s'est déroulé les 7,8,10 et 11 avril 1993 dans des conditions météorologiques limites (pluies, grêle et vent frais). Le sol, un
  • La largeur des fossés en El (3,80 m) avait été estimée entre 3 et 4m (Naas 1992, pl52) La comparaison des mesures même si elle ne porte que sur une faible portion du site montre qu'on peut obtenir des estimations convenables à partir des clichés aériens, sachant que les
  • restitutions se font à l'échelle du cadastre (l/2000è) 2 - RESULTATS 2.1 - Le fossé Fl (enclos El) 2.1.1 Description Le premier fossé sondé correspond au fossé interne de l'enclos El, dans la partie Est de la structure. H a été taillé dans un micaschiste très altéré et friable. . Large
  • comblement lui-même, sous la forme d'une petite tranchée aménagée en s'appuyant sur la parole Est du fossé Initial On notera sur le plan restitué par la photo-interprétation (fig.3 ) , au nord-est , un appendice de faible largeur qui prolonge -sansJen faire vraiment partie- l'enclos El
  • Ces tessons comme les précédents sont à rapprocher des productions de Meudon (Vannes). V - CONCLUSION De ce qui précède onretiendra les conclusions suivantes : 1) L'enclos El a d'abord fonctionné ouvert avant d'être remblayé. Aujourd'hui à cette profondeur le fossé serait en
  • t. ;•..','/, i. \ •.•/•''. - "f „/!# PATRICK NAAS SONDAGE ARCHEOLOGIQUE DE KERVASSELOUR ( PLUME LIAU) Site n° 56 173 004 AH Autorisation N° 93 - 19 du 05/04/1993 Avril 1993 MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE ET DE LA CULTURE Sous-Direction de l'Archéologie SERVICE
  • REGIONAL DE L'ARCHEOLOGI DE BRETAGNE AUTORISATION TEMPORAIRE DE SONDAGE valable du 5 avril N 4 mai 1993 au Le Préfet de la Région Bretagne autorise M. NAAS prénom demeurant à Patrick 1, place M. Martin Organisme: 56150 BAUD à effectuer un sondage archéologique Département
  • lieudit : Cadastre année Morbihan Kervasselour 93-19 AUTR Commune : PLUMELIAU N° de site : 56 173 004 AH 1990 Section, parcelles Zone : 2 Ordonnée : Coordonnées Lambert Abscisse : 199 Q ZB 18 2343,5 sur un terrain appartenant à Monsieur Armel ROBIC, Kerantrée, PLUMELIAU
  • • Cette autorisation est délivrée à la demande ^XrX^r^^^ J^X$£?X$X X4($X4'I& X X f™yer la I de l'intéressé - g NATURE DU GISEMENT ET PERIODES Lieu de dépôt pour étude : Service Régional de 1'Archéologie , < mention inutile). Enceintes fossoyées protohistoriques et gallo-romaines
  • Lieu de conservation : Collection publique départementale JUSTIFICATION DE L'INTERVENTION : Présence d'un ensemble complexe de structure foqsoyées. Le sondage aura pour but d'obtenir les profils des fossés détectés par ph superficie des sondages : aérienne, ainsi que les dates
  • , d'établir une chronolo 25 x 2 "m relative du creusement de ces structures DRIGINE ET MONTANT DES CREDITS EVENTUELLEMENT ATTRIBUES : 2000 F sur provision pour sauvetages OHDZTXQNS *DICUnSTRATIVKS CXMKOKES : ette autorisation est délivrée sous réserve de l'autorisation écrite du ou des
  • propriétaires du -terrain ou de ses ayants droit, qui devra réciser en particulier la dévolution du mobilier éventuellement découvert. e titulaire tiendra régulièrement au courant le Service Régional de l'Archéologie de ses travaux et découvertes. 1 fin de travaux, un rapport en deux
  • exemplaires devra être remis au Service Régional , comprenant plans de situation, photos, etc. Le Ministère de la Culture et de la Communication décline toute responsabilité en cas d'accident pour toutes les interventions autorisées la demande de 1'intéressé. ESTINATAIRES : téressé .îs
  • -Direction de l'Archéologie Sfecture Fait à RENNES, le Pour le Préfet de la Région Bretagne, Le Conservateur Régional dej Lrie idaraerie recteur Régional des Affaires Culturelles Jiives du Service Régional de l'Archéologie MicWël jSfAGINAY héologie. Nous tenons à exprimer notre
  • gratitude à M. Armel Robic, propriétaire du terrain, au Service Régional de l'Archéologie à Rennes gui nous a accordé les autorisations nécessaires, à James D. EveUlard gui nous a secondé sur le terrain sans oublier P.R. Giot, Ph. Gulgon et Michael Batt gui, à des titres divers, ont
  • participé a l'expertise du mobilier. Qu'ils soient tous ld remerciés. KERVASSELOUR (PLUMELIAU) - STRUCTURES A FOSSÉS (CLICHÉ P. NAAS, 21/06/1989) ILOCALISATION DU SITE Site N° 56 173 004 AH Autorisation de sondage N° 93*19 Département : Morbihan Commune : Pluméllau Lieu-dit
  • : Kervasselour Cadastre : ZB 18 (1990) Coor. Lambert : Zone 2 x = 199,0 y = 2343,5 Le site de Kervasselour, vaste ensemble fossoyé, se trouve à 40 Km au N-O de Vannes (Morbihan) et à 12 Km au S-SO de Pontivy. Il occupe un rebord de plateau sur la rive gauche du Blavet. Du point de vue
RAP00512.pdf (BRÉAL-SOUS-MONTFORT, CHAVAGNE (35). rapport de prospection inventaire)
  • BRÉAL-SOUS-MONTFORT, CHAVAGNE (35). rapport de prospection inventaire
  • ; section El; à l'est de la Plume, le site occupe le rebord, en pente douce, de la vallée. le site a été découvert lors des travaux de terrassement du lotissement attenant à l'ouest au bour.'
  • i PROSPECTIONS IQ77 CLUB de RE CHERCHE ARCHEOLOGIQUE de la M.J.C. de PAGE 5 sites gallo-romains inédits Commune de BREAL SOUS MONTPORT 4- LES PONCIAUX Gisement de Tegulae ; parcelles n°27, 28,29,30,31,26; section AL. Le site est baigné par le Meu.Le toponyme "Les Ponciaux
  • " pourrait indiquer qu'à cet endroit une voie franchissait la rivière :on pense alors à la voie RENNE S-VANNE S. Dans cette hypothèse , le gisement , situé sur le passage de la voie et à 14 km. de Rennes , pourrait être un ancien relais routier, une "mutât io ", dans une situation
  • identique à la "mutatio" de La Salle en La. Chapelle-Thouarault décrite par J.Y. EVEILLARD ("La voie romaine de Rennes h Ca.rhaix" p.°4) Aucun tesson n'a été découvert, le terrain étant en majeure partie en prairie , 1 ' examen d'un talus et des rejets de trous de taupes ayant seuls
  • permis d'appréhender l'extension du gisement. Commune de CHAVAGNE I- TURGE Gisement de Tegulae ,1e petit clos, parcelles n°II9 , section ZH, le site occupe le rebord ouest ,en pente douce, de la vallée de la Vilaine, à 300m. du fleuve. Le creusement d'un abreuvoir a mis au jour
  • quelques tessons de céramique commune (frag. d'amphore s, de cruches , cér. noire décor à l'ongle ) ainsi que 2 minuscules tessons de Sigillée , érodés , probablement lédoziens .Dans les coupes , aucune structure n'apparaît. 1k- LA THEALAIS Gisement de Tegulae ; parcelles n° 44 , 6
  • , section ZH. A 700 m. environ du précédent (au sud), le site domine la Vilaine à l'ouest, et occupe le sorns» met du plateau dominant le confluent de ls Vilaine et du ¥eu. Aucun tesson n'a été relevé sur le site. Commune de PACE Gisement de Tegulae ; parcelles n° 3,4,5,6, 14
  • *Vo*ts émoi « b de l'existence d'un site appàramment totalement arasé. Parmi la céramique recueillie notons: un fragment de sigillée (pied d' assiette de LEZOUX-II 0 s.) ainsi que de la poterie médiévale ou post-médiévale.
RAP03244.pdf ((29). Tous aux abris ! Inventaire et sondages dans les cavités naturelles de Bretagne. Rapport de PT 2015)
  • (29). Tous aux abris ! Inventaire et sondages dans les cavités naturelles de Bretagne. Rapport de PT 2015
  •   RAPPORT ANNUEL DE PROGRAMME DE  PROSPECTION THEMATIQUE 2015    Tous aux abris ! (T2A)  Inventaire et sondages  dans les cavités naturelles de Bretagne          Sous la direction de  GREGOR MARCHAND et NICOLAS NAUDINOT  Avec le soutien :   Service Régional de l’Archéologie
  •  de BRETAGNE  Conseil général du FINISTÈRE                    1      Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au
  • public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent
  • , au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la
  • propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont
  • strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le
  • caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits
  • est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne
  • donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions
  • /Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018       2    Tous aux abris !  Inventaire et sondages dans les cavités naturelles de Bretagne      Table
  • des matières Remerciements ...................................................................................................................................... 5  1. Mise en perspective du programme « Tous aux abris
  •  » ............................................................. 7  1.1. Problématique ou pourquoi chercher des petites cavités ........................................... 7  1.2. Histoire des recherches cavernicoles en Bretagne ....................................................... 9  1.3. Trois exemples de fouilles récentes, trois modèles
  •  de l’Impératrice à Plougastel‐Daoulas ..................................................... 16  1.4. Ambition du programme « Tous aux abris ! »............................................................ 18  2. La base de données T2A
  •  ................................................................................................................ 19  3. Réalisation des inventaires de terrain en 2015 ........................................................................... 24  3.1. Les missions de terrain .................................................................................................. 24  3.2. Mission
  •  d’inventaire à Huelgoat (Camp d’Artus et Rivière d’Argent) .................. 26  3.3. Mission d’inventaire à Loqueffret (gorges de l’Ellez à Saint‐Herbot) ..................... 31  3.4. Mission d’inventaire à Lopéret
  •  ..................................................................................... 33  3.5. Mission d’inventaire à Plougastel‐Daoulas ................................................................ 37  3.6. Mission d’inventaire en Presqu’île de Crozon ........................................................... 37  3.7. Mission d’inventaire Guiclan (Vallée de la
  •  Penzé « autour de Roc’h Toul ») ........ 39  3.8. Mission d’inventaire Loc‐Eguiner (Vallée de l’Elorn) ............................................... 40  3.9. Mission d’inventaire dans le sud Finistère ................................................................. 41  4. Bilan de
  •  ....................................................................................................................................... 45  Table des figures ................................................................................................................................. 51          3        4      Remerciements Nous  remercions  Ms.  Stéphane  Deschamps,  Yves  Ménez  et  Jean‐Charles
  •   Arramond  du  Service  Régional  de  l’Archéologie  de  Bretagne  ainsi  que  Mme  Sophie  Casadebaig  du  service Départemental de l’Archéologie du Finistère pour leur soutien à ce projet.    Nous  sommes  évidemment  gré  à  Annette  Flageul,  Patrick  Le  Flao,  Brigitte  Flageul
  • ,  Sophie  Hérisson, Carole Vigouroux, Nicolas Astier, Patrick Picard, Annie Chantan, David Duvollet,  Fanch Pustoc’h, Gaëlle‐Anne Denat, Véronique Duigou, Lionel Duigou, Didier Cadiou, Jorge  Calvo  et  Simon  Even,  pour  leur  soutien  indéfectible  lors  des  missions  de  terrain
RAP01477.pdf (QUIMPER (29). les vestiges de Kerveguen. rapport de diagnostic)
  • QUIMPER (29). les vestiges de Kerveguen. rapport de diagnostic
  • de dépôt du mobilier archéologique : Dépôt de fouille de Quimper SOMMAIRE 1. 2. 3. 4. 5. CONDITIONS D'INTERVENTION LE CONTEXTE GENERAL LES VESTIGES DES PARCELLES EL.129-130 LES VESTIGES DES PARCELLES EL.24-25-26 CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE ANNEXE : DESCRIPTIF DES STRUCTURES 4
  • 1. CONDITIONS D'INTERVENTION La mise en oeuvre par la -société Pierre Simottel, d'un vaste projet immobilier, boulevard de Kerveguen, sur les parcelles EL 129-130 d'une part, EL 24-25-26 d'autre part, nécessite la réalisation de sondages préalables dans le cadre de la politique
  • , le flanc nord et abrupt du plateau d'Ergué-Armel. Le sol est composé d'argile contenant de très nombreux galets issus de plages anciennes mises en place lors de submersions d'époque tertiaire. Elle alterne avec des filons d'arène granitique. Les parcelles EL.24-25-26, d'une
  • superficie de 20000 m répartis entre 21 et 24 m d'altitude, située à l'est du projet, correspond parfaitement à la description ci-dessus. En revanche, les parcelles EL. 129-130 implantées à l'ouest et ne couvrant que 10000 m , doivent être incluses dans le front du plateau. Les sols, à
  • été mis au jour dans des fosses. Une telle durée et un tel mobilier se révélaient alors très intéressants tant les vestiges du Bas-Empire étaient, et sont toujours, rares à Quimper. En 1996, nous avions pu étudier, sur la parcelle EL. 15, le prolongement septentrional de bâtiments
  • Fer. 2.3. LES DECAPAGES MECANIQUES, METHODE DE RECHERCHE (fig.5) Dans les parcelle EL. 129-130 deux tranchée larges de 3,20 et 1,60 m et longues de 130 m et 105 m sont effectués selon un axe général nord-est - sud-ouest à l'aide d'un tractopelle équipé d'un godet lisse à lame
  • large. Le sol naturel est mis au jour sur une surface de 550 m , soit 5,5% des terrains sondés. 2 Dans les parcelles EL.24-25-26, six tranchées de 5 m de largeur moyenne sont creusées, mettant au jour le sommet des vestiges et le sol naturel. Leur longeur totale atteint 400 m. Ce
  • Kcrb.ihic : \\ Crvac'h Cuen V. K;crr
  • cadastre de Quimper section EL (1990) Fig. 5 - QUIMPER, Les Résidences de Kervéguen : position des sondages 100 m =) 3. LES VESTIGES DES PARCELLES EL. 129 ET 130 Les investigations effectuées dans les parcelles EL. 1129 et EL. 10 se révèlent pauvres en découvertes (fig.6). Deux
  • . Cela ne résoud pourtant pas le problème de la datation, encore moins celui de la fonction. Deux petites fosses circulaires (0,30 m de diamètre) et peu profondes (0,10 m) sont mises en évidence dans la tranchée B.V de la parcelle EL. 130. S.l ne livre aucun mobilier. En revanche
  • , quelques petits tessons peuvent êrc attribués à une période protohistorique, sans plus de précision. Est-ce suffisant pour les rapprocher des vestiges de la fin du 1er début 2e âge du Fer découverts en 1996 sur la parcelle EL. 16 ? Le problème se pose dans des termes identiques à celui
  • évoqué à propos des fossés. 7 Extrait du cadastre de Quimper section EL (1990) 50 m Fig.6 - QUIMPER, Les Résidences de Kervéguen : position des vestiges (parcelles 129,130) 4. LES VESTIGES DES PARCELLES EL.24-25-26 4.1. DES FOSSES ANCIENS (fig.7) Les sondages B.I, B.II et B.III
  • de Quimper section EL (1990) » Fosse du 1 er âge du Fer A Four O Ume funéraire 1IÏP Zone de concentration de trous de poteau --• = •-- Fossé Fig. 12 - QUIMPER, Les Résidences de Kervéguen : vestiges découvert en 1982, 1996 et 1997 100 m 5. CONCLUSIONS 5.1. CONCLUSIONS
  • SCIENTIFIQUES Les fouilles de Kerveguen présentent un intérêt certain. - Des vestiges de parcellaire ancien sont découverts. Ils peuvent se raccorder aux vestiges de l'âge du Fer découverts en 1996 sur la parcelle EL.16 et indiquer la présence d'un établissement assez important de cette
  • quelques tessons protohistoirques découverts dans ou entre ces trous (parcelle EL. 130 et trous S. 19) peuvent constituer un repère intéressant, (cf. supra). - Les tombes donnent une idée intéressante des pratiques des pratiques funéraires en milieu rural gallo-romain, à proximité d'une
  • LES VESTIGES ARCHEOLOGIQUES DE KERVEGUEN A QUIMPER (FINISTERE) - Campagne 1997 (29 232 79) (Finistère) DOCUMENT FINAL DE SYNTHESE DE SONDAGE ARCHEOLOGIQUE Sous la direction de Jean Paul LE BIHAN Société Pierre SIMOTTEL VILLE DE QUIMPER CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU
  • FINISTERE. Rennes : S.R.A. de Bretagne - 1997 LES VESTIGES ARCHEOLOGIQUES DE KERVEGUEN III A QUIMPER (FINISTERE) - Campagne 1997 (29 232 79) (Finistère) DOCUMENT FINAL DE SYNTHESE DE SONDAGE ARCHEOLOGIQUE PREALABLE ANNEE 1997 Sous la direction de Jean Paul LE RIHAN Société Pierre
  • SIMOTTEL VILLE DE QUIMPER CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE. Rennes : S.R.A. de Bretagne 1997 Siten° :LAJLAJ £ Q L A J L ^ J ^ J L ^ L ^ I Département : FINISTERE Commune : QUIMPER Lieu-dit ou adresse : KERVEGUEN I I Il I A| | » à l S Cadastre : QUIMPER
  • Année : 19 Section et parcelle : EL 24, 25, 26, 129 et 130 Coordonnées Lambert : Zone : Abcisse : 122 . 300 Ordonnée : 2352 . 900 Altitude : 22 - 39 m Propriétaire du terrain : Société SIMOTTEL Protection juridique : Autorisation n° : g I o o^ o sa s o Valable du 30/06 au
  • : 31/12 1997 Titulaire : LE BIHAN Jean - Paul Organisme de rattachement : VILLE DE QUIMPER Raison de l'urgence : Projet immobilier Maître d'ouvrage des travaux : Société SIMOTTEL Surface fouillée : 2500 m2 Surface estimée du site : 30000 m 2 Mots-clefs (thésaurus DRACAR pour la
RAP00015.pdf (LANISCAT (22). Liscuis. rapport de fp 1)
  • LANISCAT (22). Liscuis. rapport de fp 1
  • pour 1 m de large. Chaque côté est constitué de 2 dalles (Wl-2 et El-2) et le côté Nord est largement ouvert. - Au Sud, une seconde structure symétrique de la précédente, c'est-àdire dêjetée vers le Sud-Ouest, mesurant également 2 m de long, est cependant plus complexe car formée
  • structures intactes étant la dalle triangulaire bloquant le passage ménagé entre la dalle diaphragme AV, rectangulaire, et la paroi Est (E3), nettement inclinée. Plus avant, deux petits massifs d'argile avaient été respectés, au pied des parois, en W2 et El. Rien d'étonnant donc à ce que
  • brun-noir, grumeleux. 0 a 7 cm: A^ Horizcn anciennement labouré, de couleur brun-noir, à structure grumeleuse, très exploité par les racines et à limite inférieure très nette et régulière . 7 à 14-15 cm: k Horizon gris,clair,sec, de texture sableuse et de' structure c
  • l'horizon sus-jacent et \ présentant les mêmes autres: caractères. Sa transition ayec;: l'horizon B est nette et très irrégulière, .marquée par : de : } ff .. 1 •• . i profondes indentations dans le B , 21-27 à 50-55 cm: B "l'Horizon sec de couleur jaune-brun, inorganique, à texture
  • Schistes dévoniens peu altérés. • & g:/;: •• • Les résultats analytiques permettront de précises; les caractères de ces sols, . V mais d'ores et déjà l'on peut dire que la situation topographique el les facteurs climatiques induisent un phénomène de podzolisation, le lessivage devant
  • -fs C.-T. LE ROUX ++++ RAPPORT SUR LA F O U I L L E DU L I S C U I S SCIENTIFIQUE DE LA N E C R O P O L E EN L A N I S C A T CAMPAGNE DE MEGALITHIQUE (COTES-du-NORD) 1974 ++++ ! g 1, 00 I. T-LJ C . - T . LE ROUX RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DE LA N
  • E C R O P O L E DU L I S C U I S EN L A N I S C A T CAMPAGNE DE MEGALITHIQUE (Côtes-du-Nord) 1974 L'étude de cet important ensemble mégalithique de Bretagne centrale a pu être lancée en fouille programmée en 1974, après une première intervention en sauvetage au cours de T é t
  • é précédent sur l'une des sépultures, menacée par des travaux clandestins. Nous ne nous étendrons donc pas sur la présentation du site, pour laquelle il suffira de se reporter au rapport de la fouille de sauvetage de 1973. CONDUITE DES TRAVAUX Le chantier a fonctionné en
  • continu, du 28 juillet au 3 septembre 1974, avec deux campagnes de fouille à effectif complet d'une douzaine de personnes en moyenne séparées par une semaine à effectif réduit, plus spécialement consacrée aux travaux connexes sur le matériel et sur les plans. Les participants ont été
  • : M. C.-T. LE ROUX, Directeur des Antiquités Préhistoriques de Bretagne M. Y. LECERF, Agent technique de la Circonscription MM. M. LE GOFFIC et F. LE PROVOST, Correspondants, stagiaires de Fouille Mlles 0. MAZEAS et J. TANGUY, Professeurs MM. F. DALY, C. GOUSPY et S. GREEN
  • , Instituteurs Mlles C. EGGS-CARPENTIER, M. GOWEN, A. HUBRECHT, M.C. LAVIER et J.M. MELLOW, étudiantes, MM. D. CANTOR, D. GALLOU, P. LE PIETEC et R. TROTTER, étudiants Les méthodes utilisées ont été celles, classiques, de la fouille par décapage avec le petit outillage habituel et le repérage
  • des trouvailles par mesure directe au décamètre et au niveau à eau ou au niveau optique selon les cas. Les manutentions lourdes d'éléments mégalithiques ont toutefois nécessité - 2 - l'utilisation du matériel de levage (crics, palans, madriers, etc...)» rois en oeuvre par les
  • fouilleurs pour les cas simples; il a également été fait appel à un camion-grue pour effectuer en sécurité les opérations particulièrement importantes ou délicates. La campagne de 1974 a permis : - Sur la s é p u l t u r e N° 1 , déjà a t t a q u é e en 1973 : - de terminer la fouille de
  • l ' i n t é r i e u r du m o n u m e n t - de terminer l'étude du cairn extérieur, principalement du côté sud - de mener pratiquement â terme la consolidation et la présentation - Sur la s é p u l t u r e N° 2 : - de fouiller les deux extrémités (entrée et cellule terminale) du
  • monument - de commencer l'étude du cairn extérieur Les mesures prises à la fin du chantier seront détaillées à propos de chaque monument. FINANCEMENT La subsistance des fouilleurs et les dépenses courantes de fonctionnement du chantier ont été assurées de la façon suivante
  • : - Subvention de fouillé A.F.A.N. 3.000 F - Subvention pour stages de fouilles A.F.A.N. 1.000 F - Subvention du Conseil Général des Côtes-du-Nord 1.000 F A ces ressources chiffrées, il convient d'ajouter la prise en charge directe par les participants de divers faux-frais (en
  • particulier les dépenses de carburant) et la sérieuse subvention en nature que représente la mise â libre disposition des locaux de l'école publique pour toute la durée du chantier par la municipalité de Laniscat. La facture de manutention des dalles par camion-grue a été payée sur crédit
  • d'équipement (Ch. 56-01 art. 30 "Consolidations et protections diverses") SITUATION DES COLLECTIONS - PUBLICATIONS L'ensemble du matériel recueilli est actuellement au siège de la Circonscription â Rennes avant attribution au Dépôt de Fouilles des Côtes-du-Nord â Guingamp. Son étude ne pose
  • pas de problêmes particuliers qui justifieraient de faire appel à un laboratoire extérieur spécialisé. Si ce n'est l'envoi d'un ou deux échantillons de charbon de bois pour datation au Centre des Faibles Radioactivités de GIF-SUR-YVETTE. La publication de la fouille est envisagée
  • , à la fin des travaux, vrai semblablement dans le Bulletin de la Société Préhistorique Française, avec peutêtre une présentation intérimaire de l'état des recherches dès cette année et, certainement, une présentation du site en 1976 au cours de l'excursion SBretao du Congrès de 1