Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3929 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02794.pdf (LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport d'opération)
  • LARMOR-BADEN (56). Gavrinis : à la recherche des représentations d'une tombe à couloir du IVe millénaire. rapport d'opération
  • Ministère de la Culture et de la Communication – Conseil général du Morbihan CNRS, ENSA, Université de Nantes 2012 G AVRINIS (Larmor-Baden, Morbihan) A la recherche des représentations d’une tombe à couloir du IVe millénaire (2). Rapport d’opération de relevés pariétaux et
  • d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal Panoramique de couverture : clichés L. Lescop. 2 Gavrinis 2012 - Rapport d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal Sommaire Remerciements Résumé de l’opération 1- Problématiques de recherche 1.1- Rapide présentation du
  • site 1.2- Objectifs 2012 1.3- L’argument 1.4- Les résultats attendus 2- Mégalithes et levés numériques « 3D » : bref état de l’art (2012) 2.1- Quelques expériences européennes 2.2- Congrès et colloques 3- Constitution de l’équipe 4- Moyens mobilisés 4.1- moyens financiers 4.2
  • - moyens techniques 5- Déroulé de la campagne 2012 6- Les résultats 2012 6.1- Description de L6. Analyses surfacique et chronologique des tracés. Modélisation dynamique. 1- Introduction 2- Méthodologie 2.1- Création d’un modèle graphique du contour des gravures 2.2- Identifier des
  • recouvrements de tracés 3- Eléments de chronologie relative : une stratigraphie horizontale des tracés 3.1- Abréviations dans le texte 3.2- Huit états descriptifs A- Les principaux modelés naturels B- Limitations rectilignes verticales et horizontales C- L’arc et les lames de haches polies
  • verticales D- Petits arcs radiés et crosses opposées E- Motifs phalliques F- Motif réticulé G- Motif zébré et grands arcs radiés H- Tracés sans recoupements avérés 4- Géométrie et orientations 5- Un déroulé des entités sémiotiques 5.1- Division de l'espace 5.2- Installation des objets 5.3
  • - Inscription des signes phalliques 5.4- Imbrication de quatre motifs 5.5- Disposition du motif zébré 5.6- Extension des arcs radiés 5.7- Inscription de la 3e lame de hache 5.8- Remplissage des champs non marqués 6.2- Description de R11. Identification et restitution des gravures 3
  • Gavrinis 2012 - Rapport d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal 1- La méthode de levé par éclairages tournants 1.1- Protocoles 1.2- Traitements et résultats 2- La méthode de levé par détection de teintes 2.1- Protocoles 2.2- Traitements et résultats 2.3- Enregistrement
  • complémentaire 3- Conclusions sur R11 6.3- Description de L11 (Dos) 1- Historique 2- Méthodes de levé 3- Synthèses graphiques des acquisitions sur le terrain Synthèses 1 à 8 Assemblage de clichés 4- Synthèses graphiques des acquisitions en laboratoire Synthèses 1 5- Conclusions 6.4
  • - Description de S12. Analyses surfacique et technique. 1- Introduction 2- L’acquisition des données 2.1- L’enregistrement photographique par éclairages tournants 2.1.1- La face ventrale (face cachée au sol) 2.1.2- La face dorsale (face visible au ciel) 2.2- L’enregistrement
  • lasergrammétrique 2.2.1- Rappel méthodologique 2.2.2- Restitution graphique des gravures Face ventrale Face dorsale Tranche 1 Tranche 2 2.2.4- Analyse des cassures Tranche 3 Tranche 4 2.3- L’enregistrement photogrammétrique 2.3.1- Méthodologie 2.3.2- Résultats 3- Conclusions générales 6.5- La
  • constitution graphique du corpus des signes gravés 1- Mailler les orthostates 1.1- Ouverture du nuage de points 1.2- Lecture des points 1.3- Création des maillages 2- Dessiner les gravures 2.1- Principe 2.2- Traitement préliminaire aux dessins des gravures 2.3- Note préliminaire sur la
  • production des images 2.4- Le maillage sans aucun traitement 2.5- Les cartes d’écarts 2.6- Les éclairages rasants 2.7- Création des MNT des orthostates (les courbes de niveau) 2.8- Organisation du fichier Illustrator 3- Le catalogue des orthostates gravés 4 Gavrinis 2012 - Rapport
  • d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal 6.6- Plans et élévations comparés du monument (cairn et tombe à couloir) 6.7- Calcul du volume et du poids de la dalle de couverture 6.8- Analyse des sections 6.8.1- Principe 7.8.2- Morphologie des orthostates 7.8.3- Profil des gravures
  • 6.9- Les tests en photomodélisation 6.10- La coloration des supports et des gravures 6.10.0- Historique 6.10.1- Détection des colorants par la fluorescence en ultraviolet 6.10.2- Analyse par microscopie électronique à balayage et microanalyse X de colorations présentes sur des
  • orthostates de la tombe à couloir 6.10.2.1- Analyse de la matière noire 6.10.2.2- Analyse de la matière rouge 7- Un prototype de visite virtuelle 8- Un test d’impression 3D 9- Conclusions générales 10- Perspectives 2013 Bibliographie, webographie Liste des figures Liste des annexes 5
  • Gavrinis 2012 - Rapport d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal 6 Gavrinis 2012 - Rapport d’opération - Levés d’architecture et d’art pariétal Remerciements Ce programme, souhaité de longue date par les auteurs et les partenaires locaux, n’aurait pu aboutir sans le
  • concours appuyé et les conseils de Christine Boujot, ingénieur de recherche au SRA de Bretagne (Rennes) ; Stéphane Deschamps et Yves Menez, conservateurs du Patrimoine au SRA de Bretagne, ont bien voulu soutenir nos idées et défendre depuis 2010 la nature spécifique de l’opération
  • auprès de l’université. Dans le cadre des enquêtes sur l’historiographie du monument et sur les investigations des XIXe et XXe siècles, nous remercions Philip de Jersey (Guernsey Museums & Galleries) pour la numérisation des archives Lukis 1860 ; Cyrille Chaigneau (Musée de Carnac) et
  • Patrick Jadé pour nous avoir communiquer la partie des archives Lucas concernant Gavrinis ; Gwenaëlle Wilhem-Bailloud (Carnac) pour avoir autorisé la numérisation des calques Le Rouzic (dalle P2) ; Elisabeth Shee (Cork University, Irlande) pour nous avoir fait connaître le détail de
RAP01609.pdf ((35). rocade est de Redon. rd 177 - rd 164. ouvrages d'art. rapport de diagnostic)
  • (35). rocade est de Redon. rd 177 - rd 164. ouvrages d'art. rapport de diagnostic
  • RD 177- RD 164 Rocade est de Redon Section Ille-et-Vilaine Ouvrages d'art. DFS de diagnostic archéologique Frédérick Béguin DRIE-CG d'Ille-et-Vilaine SRA de Bretagne AFAN Grand-Ouest 603 Fiche signalétique Localisation d e l'opération SITE N° Département : llle-et
  • MOTS CLES : (3 à 5 par rubrique) -Chronologie : Moderne, contemporain -Vestiges immobiliers : talus -Vestiges mobiliers : COMMENTAIRE : résultats archéologiques négatifs sur l'emprise de deux ouvrages d'art Lieu de dépôt du mobilier : Des fonds documentaires : N° des 10 à 20 diapos
  • les plus représentatives : Références bib iographiques du DFS ANNEE: 1999 AUTEUR: Frédérick Béguin Collaborateur(s) : TITRE : DFS d'évaluation archéologique. Ouvrages d'art de la RD177-RD164 Sous-titre : Nombre d e volumes : 1 nbre de pages : 5 nbre de figures : 3
  • passage inférieur passage supérieur Echelle: 1/10 000 RD177-RD164 ROCADE EST DE REDON SECTION ILLE ET VILAINE Sondage archéologique Limite de l'emprise foncière • - -I Limite de l'emprise de l'ouvrage d'art Fig.2: implantation topographique des sondages archéologiques sur le CV N
  • ° 2. RD 177 - RD 164 ROCADE EST DE REDON SECTION ILLE ET VILAINE > c r ^ " " * « ! ^ Sondage archéologique I Limite de l'emprise foncière | - • — "I Limite de l'emprise de l'ouvrage d'art Fig.3: implantation topographique des sondages archéologiques sur la VC 204. 50 m
  • -Vilaine Commur^e : Redon Lieu dit ou adresse : r d 177- RD 164 Année cadastre : Section(s) et Parcelle(s) : Coordonnées Lambert : Altitude : 2,00 m / NGF XI = 306800 X2 = 305800 X3 = 304800 Y1 = 270200 Y2 = 269800 Y3 = 269600 Identité de l'opération Autorisation No Valable
  • du 25/05/99 au 02/06/99 TITULAIRE (nom et prénom) : Frédérick Béguin ^V SP SU Organisme de rattachement : AFAN Propriétaire du terrain : CG d'Ille-et-Vilaine Protection juridique : Motif de l'opération : Projet routier Maître d'ouvrage ; DRIE; CG 35 Coût global de
  • l'opération : Contraintes techniques particulières : Parcelles en culture Surface fouillée : Surface estimée du site : 4650 m2 520 m2 Emprise menacée entièrement fouillée : OUI Fouille menée jusqu'au substratum : ( O ^ NON Sinon, altitude du fond de fouille : Résultats scientifiques
  • Département d'Ilie et Vilaine Commune de Sainte-Marie à ' W JM / — • I r— • y. ^ m I fjwPBRIDEKV, ^ - S r ^ P o s t e EDF "•ySsiri ' V r k... • • • 18 Fig.1 : Projet de la partie nord du tracé avec localisation des ouvrages concernés. projet ^ ^ ^ ^ échangeur giratoire viaduc
  • Protocole de l'intervention. Trois emplacements d'ouvrages étaient concernés par le présent diagnostic. Le premier franchissement se situe à hauteur du chemin vicinal N°2, perpendiculaire à l'axe de la RD 177 (Cf.Fig.2). Cet ouvrage englobe une surface au sol équivalente à environ 250 m2
  • . A cet emplacement, les parcelles concernées étaient piquetées et leur accès relativement aisé. Il nous a toutefois été difficile d'implanter des tranchées de sondage en grand nombre du fait de la présence de bétail, notamment dans les parcelles situées au nord de l'emprise. Quatre
  • tranchées d'une vingtaine de mètres de long y ont été pratiquées. L'emplacement du second ouvrage, situé à hauteur de la route départementale N°65, couvre une surface au sol équivalente à 3800 m2. Nous n'avons pu accéder à cet emplacement dans la mesure où la parcelle concernée était en
  • culture et où l'emprise à sonder se trouvait au centre de cette dernière. Cette parcelle fera donc l'objet d'un diagnostic archéologique dans le cadre de l'investigation future, à la demande du contrôleur du Conseil Général. La dernière investigation concernait l'ouvrage situé à
  • hauteur de la voie communale N°204 (Cf.Fig.3). A cet emplacement, l'emprise de l'ouvrage couvre environ 600 m2. Sept tranchées de sondage d'environ 30 m de long ont été pratiquées sur cette emprise. Les parcelles concernées n'ayant pas été préalablement piquetées et l'une de celles-ci
  • étant en culture, nous n'avons pu implanter précisément les tranchées. Ceci explique le fait que deux tranchées sont implantées en dehors de la stricte emprise de l'ouvrage. Concernant la méthode employée, nous avons opté pour la réalisation de tranchées linéaires interrompues
  • , creusées jusqu'à l'apparition du substrat géologique, et orientées en biseau par rapport à l'axe routier afin de saisir les anomalies sur le maximum de leurs extensions éventuelles. Seule une tranchée a été systématiquement pratiquée dans l'axe de la route sur les parcelles concernées
  • afin de confirmer l'absence d'indices quelque soit l'orientation adoptée. Les résultats A l'exception de deux fossés récents liés aux aménagements de talus et d'une zone très humide en bordure de plaine alluviale,les sondages effectués se sont avérés négatifs. Il convient toutefois
  • de signaler que leur emprise reste ponctuelle comparativement à celle de l'ensemble des travaux projetés et que la présence d'une tourbière sur une partie du tracé pourrait permettre la découverte d'éléments in situ dans la mesure où ce milieu anaérobie est notamment favorable à
  • la conservation des éléments organiques.
RAP02402.pdf (MOLÈNE (29). beg ar loued : un habitat en pierres sèches campaniforme. rapport intermédiaire 2008 de fp 2007-2009)
  • MOLÈNE (29). beg ar loued : un habitat en pierres sèches campaniforme. rapport intermédiaire 2008 de fp 2007-2009
  • DRAC-SRA 1 JAN. KKiLn. A R dir.), avec les contributions de Jean B A L B U R E , David B O U R G A R I T , Yolanda C A R R I O N , Philippe C H A M B O N , Jean-René D A R B O U X , Klet D O N N A R T , Y v o n D R E A N O , Colas GUERET, I GONIDEC, Aurélia S T A U B
  • '. li ó IQUE M O L E N A I S , Rapport n 11 BEG AR L O u f ö ~ B I T A T EN PIERRES SECHES CAMPANIFORME iE TRI ANNUELLE DU SITE DE BEG AR LOUED (II ^^08, Opération n° 2007 - "> i ? crnim FINISTERE tous™ I I I I I I I I m u ) im UMR 7041 A r S t z r A KU 3 u niv « r * i t
  • 4 ri f i l i T R A N Q U I L L E • l'I \ N ASSOCIATION TUMULUS APrHFn7nn)n hicrnire Hoc cnriÁrÁc et des peuplements LI I S Office National dr u Chasse m,-b Faune Sauvage d« bresaole O COMMUNAUTÉ occidental* Pays d Iroise 0 £ COMflViïES Littoral
  • -EnvironnementTélédétection-Géomatique, L E T G UMR 6554 BRETAGNE*? , V I V A N T E ^ SEPNB Q, SOMMAIRE SOMMAIRE 2 REMERCIEMENTS 7 FICHE SIGNALETIQUE 9 LISTE DES PARTICIPANTS 10 I - RAPPORT FINANCIER 2008 12 A - INTRODUCTION B - ELEMENTS DE SYNTHESE C - ANALYSE DES VARIATIONS POSTE A POSTE 1
  • - Analyses 2 - Communication 3 - Fournitures 4 - Logement 5 - Assurance 6 - Matériel 7 - Nourriture 8 - Transport 9 - Travaux D - CONCLUSION 12 12 16 16 17 18 18 18 19 19 20 20 20 II - SIXIEME CAMPAGNE DE F O U I L L E PROGRAMMEE SUR L E SITE DE B E G AR LOUED (ILE MOLENE) 21
  • A - INTRODUCTION B - M E T H O D E S & STRATÉGIE D E F O U I L L E 1 - Méthodes mises en œuvre 2 - Protocole de tamisage et gestion des refus de tamis C - RECONNAISSANCE D E L A STRATIGRAPHIE 1 - Introduction 2 - Contexte physique 2.1 - Configuration géomorphologique 2.2 - Le cadre
  • paléogéographique 3 - Les formations sédimentaires 4 - Analyse micromorphologique 5 - Evolution spatiale de la stratigraphie 6 - Evolution spatiale des couches au sein de la bâtisse 21 21 21 21 23 23 23 23 24 24 26 27 28 7 - Synthèse et discussion 28 7.1 - Implication du milieu physique dans
  • le choix de l'implantation du site 28 7.2 - Formation et fonctionnement du site 29 7.2.1 - La dynamique du sol avant la construction de la bâtisse 29 7.2.2 - La dynamique du sol après la construction de la bâtisse 30 8 - L'origine des dépôts : dépotoir ou colluvions ? 30 9
  • - L'anthropisation des couches : héritage ou acquisitions 31 D - A R C H I T E C T U R E : DESCRIPTION DES STRUCTURES MISES A U JOUR 32 1 - Rappel des structures et altérations modernes découvertes 32 1.1 — Mur et parcellaire moderne 32 1.2 - Structures de chasse, les gabions 32 1.3 — Qui voit
  • Molène voit sa peine... Une sépulture contemporaine dans l'emprise du site 33 2 - Les structures archéologiques anciennes 37 2.1 - La maison, Structure 1 38 2.1.1 - Matériaux géologiques du site de Beg ar Loued à Molène 38 2.1.2 - Première phase de construction du bâtiment 38 2.1.3
  • - Deuxième phase de construction du bâtiment 39 2.1.4 - Troisième phase de construction du bâtiment 40 2.1.5 -La quatrième phase de construction. 41 2.1.6-Un parement externe 42 2.1.7 - Le mur de refend et l'alvéole 42 2.1.8 -A l'intérieur de la structure 1, aménagements internes (muret
  • , dallage, foyer) 43 2.1.9 - Autres aménagements extérieurs au bâtiment 44 2.2 - La Structure 2 44 2.3 - La Structure 3 45 2.4 - Quelques structures annexes 46 2.4.1 — Des poches de coquilles et des dépôts coquilliers 46 2.4.2 - Quelques structures en creux 47 III - L A CULTURE M A T E
  • R I E L L E A - E T U D E DU M O B I L I E R C E R A M I Q U E B - L'INDUSTRIE LITHIQUE T A I L L E E 1 - Introduction 1.1 - Rappel du rapport n°9 1.2 - Le corpus de l'étude de 2008 2 - Typologie 3 - Répartition spatiale 3.1 - Densité globale 3.2 - Densité des esquilles 3.3
  • - Densité des galets fendus 3.4 - Comparaison des densités de perçoirs et de grattoirs 49 49 49 49 49 50 50 51 51 51 52 52 4 - Conclusion 53 C - L E M A C R O - O U T I L L A G E 2008 54 1 - Considérations générales 54 2 - Nouveaux types d'outils : mortier et galet à rainure 56 3
  • - Galets biseautés à fût aminci : la série de Beg ar Loued s'étoffe 58 4 - Les disques : couvercles de pots ou plaques de cuisson? 59 5 - Réflexions préliminaires sur le débitage du grès armoricain 60 6 - Pour conclure 61 D DES INDICES D'UNE PROBABLE ACTIVITE METALLURGIQUE 63 1 - Le
  • moule en granité 63 1.1 - Le moule de Beg ar Loued 63 1.2 - Le moule de Plouharnel, Morbihan 64 1.2.1 - Un bref historique 64 1.2.2-Description de l'objet. 65 1.3 - Des éléments de comparaison 66 1.3.1 - Les moules monovalves 66 1.3.2 - Les objets piano-convexes 67 1.3.3 - Les haches
  • à section lenticulaire 68 2 - Le déchet supposé de métallurgie 69 2.1 - Problématique 69 2.2 - Conditions expérimentales 70 2.3 - Résultats 70 2.4 - Discussion 70 3 - Deux objets en tôle de cuivre (ou d'alliage cuivreux) 71 3.1 - Description des objets 72 3.2 - Eléments de
  • comparaison : les perles 72 3.2.1 - Perles du Sud-est de la France (Fontbouisse / Chalcolithique) 73 3.2.2 - Perles artenaciennes 73 3.2.3-PerlesS.O.M. 73 3.2.4 - Perles campaniformes du Nord de la France 73 3.3 - Eléments de comparaison : les objets en tôle d'or 74 3.4 - Dernier élément
  • de comparaison : les pendeloques 74 E - M A T E R I E L POLI E T OBJETS DE PARURE 75 1 - Inventaire et description 75 2 - Analyse du matériel 78 I V - E C O N O M I E E T ENVIRONNEMENT 80 A - E T A T D ' A V A N C E M E N T D E S T R A V A U X SUR L ' H I S T O I R E DU C O R T
  • E G E D E M I C R O V E R T E B R E S E N M E R D ' I R O I S E DEPUIS 4000 ANS 80 1 - Problématique 80 2 - Résumé des travaux antérieurs 80 2.1 - Assemblage de Beg ar Loued 80 2.1.1 - Répartition des vestiges, dates 81 2.1.2 - Nature de l'assemblage 81 2.2 - Assemblage de
RAP02521.pdf (MOLÈNE (29). beg ar loued : un habitat en pierres sèches campaniformes, âge du bronze ancien. rapport final de fouille programmée 2007-2009)
  • MOLÈNE (29). beg ar loued : un habitat en pierres sèches campaniformes, âge du bronze ancien. rapport final de fouille programmée 2007-2009
  • ò. S 'Cl Yvan P A I L L E R , Henri GANDOIS, Anne T R E S S E T dir., avec les contributions de Salvador BAILON, David BOURGARIT, Loïc BOURY, Cécile C^ Jean-Marie CARIOLET, Yolanda CARRION, Philippe CHAMBON, Jean-René DARBOUX, Laurence DAVID, Karyne DEBUE, Klet DONNART, Yvon
  • I Ft A TUMULUS NÛ U i U . t Liberté • Egalité • Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMOHII NCíí Di L'ANTIOUITf MAtllIMt National Museums Scotland UMR 7055 « Préhistoire et Technologie » PFNN AR BLD Géomer ARCHÉOZOOLOGIE histoire des sociétés et des peuplements animaux
  • Office National u Chasse « A - U Faune Sauvage CONSEIL GENERAL FINISTERE lUU) uni» . - t e BRETAGNE ¿¿3, V I V A N T E ^tySEPI .3 d* bretigne Penu-ar-Bed 0 occidentale ex REMERCIEMENTS 7 FICHE SIGNALETIQUE 9 LISTE DES PARTICIPANTS I-RAPPORT FINANCIER U 2008 (H. Gandois
  • ) 12 A - INTRODUCTION 12 B - ELEMENTS DE SYNTHESE 12 C - A N A L Y S E DES VARIATIONS P O S T E A P O S T E 123456789- 15 Analyses Communication Fournitures Logement Assurance Matériel Nourriture Transport Travaux 15 16 16 17 17 17 18 18 18 D-CONCLUSION //- SEPTIEME CAMPA
  • GNE DE FOUILLE PROGRAMMEE AR LOUED (ILE MOLENE) 19 SUR LE SITE DE BEG 20 A - INTRODUCTION 20 B - M E T H O D E S E T STRATÉGIE D E F O U I L L E 20 1 - Méthodes mises en œuvre 2 - Protocole de tamisage et gestion des refus de tamis 20 21 C - C O N T E X T E G E O M O R P H
  • - Le cadre paléogéographique 3 - Les formations sédimentaires 4 - Analyse micromorphologique 5 - Évolution spatiale de la stratigraphie 6 - Évolution spatiale des couches au sein de la bâtisse 7 - Synthèse et discussion 7.1 - Implication du milieu physique dans le choix de
  • l'implantation du site 7.2 - Formation et fonctionnement du site 8 - L'origine des dépôts : dépotoir ou colluvions ? 9 - L'anthropisation des couches : héritage ou acquisition ? 22 22 22 23 23 24 25 26 26 26 27 28 29 D - P E T I T POINT D E M E T H O D O L O G I E E T D E S T R A T I G R
  • A P H I E (Y. Pailler, C . Nicolas & H . Gandois) 29 E - A R C H I T E C T U R E : D E S C R I P T I O N DES S T R U C T U R E S MISES AU JOUR (Y. Pailler & H. Gandois) 31 1 - Rappel des structures et altérations modernes découvertes 1.1- Murs, aires empierrées et parcellaire
  • moderne 1.2- Structures de chasse, les gabions 31 31 32 1.3 - Une inhumation de chien 33 1.4 - Qui voit Molène, voit sa peine... Une sépulture moderne dans l'emprise du site 33 2 - Les structures archéologiques anciennes 42 2.1 - La maison, structure 1 42 2.2 - La Structure 2 49 2.3
  • - La Structure 3 50 2.4 - La Structure 4 (fig. 96-99) 50 2.5 - La structure 5 et ses structures périphériques 51 2.6 - Des poches de coquilles, des dépôts coquilliers et autres structures en creux.... 52 F - L E V E T O P O G R A P H I Q U E DU S I T E A R C H E O L O G I Q U E D E
  • de tri Caractérisation générale de la série Analyse spatiale Discussion et perspectives B - L ' I N D U S T R I E L I T H I Q U E T A D L L E E (L. Le Clézio) 1 - Généralités sur le corpus lithique de Beg ar Loued 1.1 - L'approvisionnement en matière première 1.2 - La chaîne
  • opératoire de débitage 1.3 - Le mobilier obtenu 1.4 - L'utilisation du mobilier 2 - Particularités du corpus 2.1 - La répartition différenciée des outils « perçoirs/grattoirs » 2.2 - La répartition du cristal de roche 2.3 - La standardisation des outils (exemple des grattoirs) 2.4 - Les
  • outils particuliers 3 - Conclusion C - A N A L Y S E D E D E U X « DÉPÔTS » L I T H I Q U E S (A. Pineau) 1 - Découverte d'un dépôt de supports bruts en silex (A. Pineau avec la collaboration Y. Pailler) 1.1- Description du dépôt 1.2 - Essai d'interprétation 2 - Un probable rejet de
  • déchets de taille (A. Pineau) 2.1 - Etude lithique 2.2- Synthèse D - L E M A C R O - O U T I L L A G E 2008 (K. Donnartavec la collaboration de Y . Pugin) 1 - Rappel de la méthodologie 2 - Matières premières 2.1 - Nature 2.1 - Sources d'approvisionnement 3-Outillage 3.1 - L'assemblage
  • 54 54 54 55 55 55 56 58 61 62 63 63 64 65 68 68 68 69 70 71 72 73 de 73 73 76 77 77 81 82 82 83 83 85 87 88 3.2 - Stratégies de collecte des supports 3.3 - Aperçu des activités se déroulant sur le site 4 - Association de fonctions 5 - Conclusion et perspectives E - D E S
  • INDICES D'UNE P R O B A B L E A C T I V I T E M E T A L L U R G I Q U E 1 - Le moule en granité (H. Gandois et Y. Pailler) 1.1 - Le moule de Beg ar Loued (Y. Pailler, H. Gandois) 1.2 - Le moule de Plouharnel, Morbihan (H. Gandois) 1.3 - Des éléments de comparaison (H. Gandois) 2 - Le
  • déchet supposé de métallurgie (D. Bourgarit et Y. Coquinot) 2.1 - Problématique 2.2 - Conditions expérimentales 2.3 - Résultats 2.4 - Discussion 3 - Deux objets en tôle de cuivre (ou d'alliage cuivreux) (H. Gandois) 3.1 - Description des objets 3.2 - Eléments de comparaison : les
  • perles 3.3 - Eléments de comparaison : les objets en tôle d'or 3.4 - Dernier élément de comparaison : les pendeloques 3.5 - Composition chimique de l'objet en tôle de cuivre F - M A T E R I E L P O L I E T O B J E T S D E P A R U R E (Y. Pailler) 1 - Inventaire et description 2
  • ) 129 B - L T C H T H Y O F A U N E D E B E G A R L O U E D (Y. Dréano) 130 1 - Introduction 130 2-Méthodes 131 3 - Etat de l'ichthyofaune présente à Beg ar Loued 131 4 - Représentation des ossements de poissons de Beg ar Loued 132 4.1 - Caractéristiques générales du biotope des
  • - Conservation et origine du dépôt 3 - Données paléobiogéographiques 142 142 142 143 144 145 D - L E S MICRO VERTEBRES HOLOCENES EN MER D'IROISE : EVOLUTION DES C O R T E G E S , VARIATIONS P H E N O T Y P I Q U E S . APPORTS A U X P R O B L E M A T I Q U E S SUR L A F R A G M E N T A T I
RAP01546.pdf (QUIMPER (29). les vestiges archéologiques de Kerveguen. rapport de diagnostic)
  • QUIMPER (29). les vestiges archéologiques de Kerveguen. rapport de diagnostic
  • RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE. Rennes : S.R.A. de Bretagne 1998 Siten° Département : FINISTERE Commune : QUIMPER Lieu-dit ou adresse : BOULEVARD DE KERVÉGUEN S Cadastre : QUIMPER Année : 1994 Section et parcelle : EL 11,12,13,14, 15,131 S S ííí Coordonnées Lambert : Zone
  • mobilier archéologique : Dépôt de fouille de Quimper SOMMAIRE 1. CONDITIONS D'INTERVENTION 2. LE CONTEXTE GENERAL 3. LES VESTIGES DE LA PARCELLE EL.131 4. LES VESTIGES DE LA PARCELLE EL. 11 5. LES VESTIGES DE LA PARCELLE EL.12 6. LES VESTIGES DES PARCELLES EL. 14a et 14b 7. LES
  • VESTIGES DE LA PARCELLE EL. 15 8. CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE ANNEXE : DESCRIPTIF DES STRUCTURES 1. CONDITIONS D'INTERVENTION La mise en oeuvre par la société Sasimco/Sauvage, d'un vaste projet immobilier, boulevard de Kerveguen, sur les parcelles EL 131 d'une part, EL. 11-12-13-14-15
  • granitique. Des filons de granités broyés et des bancs à forte proportion d'argiles contenant des galets issus de plages mises en place lors de submersions d'époque tertiaire alternent avec les formations arénitiques dominantes. Ainsi, le sud de la parcelle à substrat arénitique EL. 131
  • toujours, rares à Quimper. En 1996, nous avions pu étudier, sur la parcelle EL. 15, le prolongement septentrional d'un bâtiment de la villa. Par ailleurs des vestiges de l'âge du Fer étaient apparus sous forme de trous de poteaux et de mobilier céramique de la fin du 1er âge du
  • campagnes. Assez éloignés du coeur de la villa antique 1 s concernent la zone de ses dépendances. Ils sont également très proches des vestiges de rage du Fer. ^ 2.3. LES DECAPAGES MECANIQUES, METHODE DE RECHERCHE (fig.2,3) Dans la parcelle EL.131 le décapage en réseau de bandes de
  • superficie de 220 m^, soit environ 11 % de la superficie totale. Orienté sud-ouest - nord-est, le sondage B.XIII de la parcelle E . l l s'étire sur une longueur de 36 m et couvre une superficie de 180 m^, soit environ 12 % de la superficie totale. ^ La parcelle EL. 13 est un ancien chemin
  • creux bordé d'épais talus recevant des arbres de grande taille (chataîgners, chênes). Il est inutile d'y réaliser des sondages. En revanche c'est un réseau dense de bandes de décapage de terre végétale qui est creuse dans la parcelle EL. 14 ; parcelle partagée par un talus angle
  • 330 m2. L'ensemble des sondages correspond à 15 % de la superficie totale de la parcelle. ^^ P^^'^^^lle EL. 15 a fait l'objet d'un sondage complémentaire de ceux réalisés en 1996. La bande B.XIV, longue de 30 m, couvre 150 m^. Les terrains concernés par le diagnostic sont donc
  • . Sondage archéologique Extrait du cadastre de Quimper section EL (1990) Fig. 2 : position des sondages B V T7 BX, T8, T6 Us 03. -1 --•-.-••=•• jTTJ. Extrait du cadastre de Kerfeunteun, Section C de Cuzon, Feuille 3, 1830 Fig. 4 : superposition des vestiges sur le cadastre de
  • , 5) Ixs investigations effectuées dans la parcelle EL.131 révèlent deux sections de doubles fosses parallèles mis au jour dans la paÎtie méridionale du terrain. H s W Îe T 1/2 et de T.3/4. Leurs axes médians sont distants d'environ 3,50 m. ' L'orientation nord-ouest - sud-est des
  • ^ependant de la villa de Kervéguen ayant fonctionné au m l r j u T q u t ! i T e £ 10m Fig. 5 : sondage B n (EL 131), plan des vestiges NO TI T2 l I Coupe n° 1 Coupe n° 2 Tene brune Terre brun clair Tene aiénitique Sol naturel 2m zd Fig. 6 : sondage B n (EL 131), coupes
  • stratigraphiques 4. LES VESTIGES DE LA PARCELf.E ET .11 Le décapage d'une large bande de terrain (BXll) découvre de nombreuses structures en creux de faible dimension dans la parcelle EL. 11. 1. LES TROUS DE LA PARTIE SEPTENTRIONALE (fig.7) Dans la zone nord du sondage, le sol naturel est
  • récentes. En tout cas d'un aménagement cohérent. L'orientation de ce double alignement, parallèle au profond chemin creux nord-sud bordant la parcelle EL. 11 laisse perplexe. Si les deux rangs de poteaux suggèrent une installation type double palissade ou bordure d'allée conduisant vers
  • cette fosse. La coupe stratigraphique met bien en évidence la relation chonologique entre les deux structures, la fosse S.45 est plus ancienne. Cliché n° 6 : parcelle EL 11, sondage B XII, alignennent occidental des trous de poteaux de l'Us 04 .CÀI * Cliché n° 7 : parcelle EL 11
  • , sondage B XII, trou de poteau de l'Us 04 (S. 26) Cliché n° 8 : parcelle EL 11, sondage B XII, fosse S. 45 s. 44 S. 43 P S. 42 S. 41 S. 40 f S. 38 10 m S. 37 Tene noire Terre grise Terre brun-gris Terre charbonneuse Structure ou section étudiée Us 04 Fig. 7 : sondage B
  • XII (EL 11), plan des vestiges ED Coupe n° 18, fosse S. 45 Terre charbonneuse Terre brun-gris Terre grise Pierres et tene grise Terre claire arénitique Sol naturel 2m Fig. 8 : sondage B XII (EL 11), coupe stratigraphique de la fosse S. 45 Le rare mobilier mis au jour
  • ou post-médiévales. Décelée sous la terre végétale, E L ^ T ^ X V " la couche de terre grise ^^ ^^ Us.Ol s'épaissit '«^de le chemin'c^eux EL.13. Il semble bien qu'il s'agisse d'un horizon de terres ayant glissé vers ce bas de pente ewl?"' médiéval ( f i g . l l ) ou moderne
  • fossé (T.20) creusé dans le sol naturel. Peu profond 0 25 m sous être date. Un petit fragment de tuile mis au jour dans son remplissage de terre brune ne suffit pas a authentifier son antiquité. 3. CONCLUSION 11, la parcelle EL.12 livre des vestiges relativemem recen s, d epoque
  • antique. a "" . w /r X Cliché n° 9 : parcelle EL 12, sondage B XIII, Us 02 et trous de poteaux modernes (S. 50 et 51) Cliché nMO : parcelle EL 12, sondage B XIII, Us 02 et fossé T. 20 M S. 47 So 16 Terre bran clair Terre claire sableuse Us 01 Us 02 Terre noire Stracture
RAP02520.pdf ((29). forêt domaniale de Huelgoat. communes de Berrien)
  • (29). forêt domaniale de Huelgoat. communes de Berrien
  • DARDIGNAC Cécile est autorisé(e) à procéder, en qualité de responsable scientifique, à une opération de prospection ] thématique [ [ X inventaire [ ] avec relevés d'art rupestre à partir de la date de notification du présent arrêté jusqu'au 23/1 0/2009 concernant la région BRETAGNE
  • concerné ; dans le cas d'une prospection avec relevés d'art rupestre, le rapport comportera la localisation précise de chaque support d'art rupestre, accompagné de plans et de photographies ; un-exemplaire supplémentaire de chacun des rélevés réalisés lors de cette opération sera fourni
  • à l'entrée de la forêt, en bordure de la Photos El route. Relevés GPS □ Chronologie : Moderne Visible sur LIDAR El Description / Observation : Vestiges de l'ancienne chapelle Sainte-Barbe de Berrien. Enclos mesurant 60x40m, délimité par un talus en terre et pierres. Une entrée
  • localisation : Situé au carrefour des 3 parcelles Photos IS1 Relevés GPS □ Visible sur LIDAR El Chronologie : indéterminé Description / Observation : Enclos quadrangulaire de 48x38m délimité par une levée de terre d'une hauteur moyenne de 1,30m. Ses grands côtés sont traversés par le
  • □ Chronologie : Indéterminée Visible sur LIDAR El Description / Observation : Enclos, suivant le fond d'un vallon, délimité par un gros talus et terre et pierres et mesurant 300m de long pour une largeur variable (15m à son extrémité nord, 55m pour sa partie la plus large et 35m à son
  • , 76 Rayon : 600 m Remarques sur la localisation : Photos IS1 Relevés GPS □ Chronologie : Second Age du Fer, Gallo-romain, Moyen Age Visible sur LIDAR El Description / Observation : Cette fiche ne reprend pas de manière détaillée la description complète du site, déjà bien
  • bordure des P88 à 92 Rayon : (canal supérieur et inférieur). Remarques sur la localisation : Photos El Relevés GPS EID Chronologie : moderne Visible sur LIDAR MO Description / Observation : Dans cette fiche sont réunis les différents sites et structures liés à l'exploitation des
  • répertorié X: 153 779.869 Inventeur : Bénaily G., Dardignac C. Y:2387 878.186 Commune : Locmaria-Berrien Z : 150 m Parcelles forestières : 81 Rayon : 75 m Remarques sur la localisation : Situé en plein cœur de la parcelle, sur la Photos M zone de hauteur. Relevés GPS El
  • -Berrien Z: 175 m Parcelles forestières : 35 Rayon : 80 m Remarques sur la localisation : Situé le long de la voie romaine, au Photos El carrefour avec le GR380. Relevés GPS □ Chronologie : Indéterminé Visible sur LIDAR El Description / Observation : Enclos mesurant 100x110m
  • Direction Territoriale Ile-de-France - Nord-Ouest Bureau d'Études Territorial RAPPORT DE PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE FORÊT DOMANIALE DE HUELGOAT (Finistère, communes de Berrien, Huelgoat, Locmarria-Berrien) Cécile DARDIGNAC Office National des Forêts Service Régional de
  • l'Archéologie de Bretagne Conseil Général du Finistère Décembre 2009 2520 REPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Liberté • Egalité • Fraternité PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PREFET D'ILLE-ET-VILAINE Officier de la Légion d'honneur
  • Commandeur de l'Ordre national du mérite N° 2009-241 VU le code du "Patrimoine, notamment son livre V ; VÙ le décret n° 65-48 du 8 janvier 1965 modifié pris pour l'exécution du livre II du Code du travail (hygiène et sécurité sur les chantiers de travaux); * ARRETE Article 1er : Mlle
  • Intitulé de l'opération : Inventaire sous couvert forestier. Forêt domaniale de Huelgoat Département: FINISTERE Commune: BERRIEN Commune : HUELGOAT Commune : LOCMARIA-BERRIEN Numéro(s) d'entité (s) liée (s) : Coordonnées Lambert : x = y= Programme ; > Organisme de rattachement
  • : bénévole Article 2 : prescriptions générales. Les recherches sont effectuées sous la surveillance du conservateur régional de l'archéologie territorialement compétent, qui pourra imposer toutes prescriptions qu'il jugera utiles pour assurer le bon déroulement scientifique de
  • l'opération. A la fin de l'année, le responsable scientifique de l'opération adressera au conservateur régional de l'archéologie l'ensemble de la documentation relative à l'opération, et, en double exemplaire, un rapport accompagné de cartes et de photographies, ainsi que, le cas échéant
  • , des fiches détaillées établies pour chacun des nouveaux sites identifiés au cours des recherches. En outre, dans le cas d'une prospection thématique, le rapport détaillera les actions menées, les résultats scientifiques obtenus et le nouvel état de la connaissance dans le domaine
  • pour archivage au Centre national de la préhistoire quelle que soit la technique utilisée (dessin, photographie, moulage, base de données numériques, etc.). Le responsable scientifique de l'opération tiendra régulièrement informé le conservateur régional de l'archéologie de ses
  • travaux et découvertes. Il lui signalera immédiatement toute découverte importante de caractère mobilier ou immobilier, et les mesures nécessaires à la conservation provisoire de ces vestiges devront être prises en accord avec lui: Article 3 : destination du matériel archéologique
  • découvert. Le statut juridique et le lieu de dépôt du matériel archéologique découvert au cours de l'opération seront réglés conformément aux dispositions légales et réglementaires et aux termes des conventions passées avec les propriétaires des terrains concernés. Article 4
  • : prescriptions/motivations/recommandations particulières à l'opération. Article S : Le Directeur régional des Affaires culturelles est, chargé de l'exécution du présent arrêté. Fait à RENNES, le 08 octobre 2009 Pour le Préfet de région Et par délégation Jean-Yves LE CORRE Pour le directeur
RAP01776.pdf (PABU (22). Les ateliers de potiers. Rapport de prospection thématique)
  • PABU (22). Les ateliers de potiers. Rapport de prospection thématique
  • prospectées. ^Krrîm o fEE Site n°2 Section A Feuille n°2 Echelle : Site n°l 1 /2500 Figure 3 : Extrait du plan cadastrale et localisation des sites 1 et 2. Répartition des tessons par type de pâte. 22% 45% E Rouge El Grise □ Beige 33% Les résultats obtenus lors du
  • d'être explorée, il s'agit des documents iconographiques. L'article Salaun19 comprenait déjà quelques illustrations. De juillet à octobre 2000, le Musée d'Art et d'Histoire de Saint-Brieuc présentait une exposition sur Etienne Bouillé (1858-1933). Ce peintre installé à Guingamp vers
  • des Côtes du Nord, T. 83, p.78-95. 8IMON-HAMEL J.-Y. (sous la dir.), 2000, La Bretagne d'Etienne Bouillé 1858-1933, Catalogue d'exposition, Musée d'Art et d'Histoire de Saint-Brieuc 1 juillet-31 octobre 2000, 38 pages. 22
  • Rapport de prospection thématique Les ateliers de : potiers de Pabu. (Côtes d'Armor) Le Bozec Erwan 2001 ■VlflL; MK Introduction Cette en : première campagne de prospection les ateliers de potiers de Pabu (fig.l) s'inscrivait, travail avait pour cet pour retracer
  • l'histoire de artisanat sur cette sur 2001, dans le cadre d'un mémoire de DEA d'Archéologie et d'Archéosciences. Ce but d'évaluer le potentiel de différentes sources commune. Des résultats très intéressants ont été obtenus dans les séries du dernier quart du XV13I0 conservées aux
  • Archives Départementales des Côtes En parallèle à cette recherche de d'Armor1. documents, il semblait opportun de rechercher des vestiges archéologiques de d'associer des formes, des éléments typo logiques, à cette activité sur la commune l'activité des potiers; de Pabu. prospection
  • n'a concerné que le hameau de Kerez. Tous les potiers (à une ou deux exception près) mentionnés dans les documents du XVIII0 habitaient ce hameau (orthographié "Keranraix" dans ces documents). Jusqu'à l'abandon de l'activité potière, aii alentour/de 1910, c'est à cet endroit que
  • les potiers, en majorité, étaient installés. ' > ~ / La trois parcelles labourées (fig.2) ont pu être étudiées ainsi que deux jardins. Les présentés dans cet ordre c'est à dire selon l'ordre de progression de la campagne de Cette année, résultats seront prospection. 1 La
  • ^^. ^j^Leign Maudez fiéftécîwssi Maiidez rrâofrMàtjdez :«auiw C les/expcsJtiom Ûoûrian -Olatre KerholloJ. Bellevue Sl^'èpur. ■la Chesrayer Zone* , cménarj indus h Ke(gilouard Figure 1 : Extrait de la carte IGN ( Guingamp ) et localisation de Pabu. 2 Site n° 1 La en
  • première parcelle prospectée est située dans le hameau de Kerez, au croisement de le RD 54 qui mène au hameau de Kerez. direction de Pommerit-Le-Vicomte et de la VC 12 Les derniers remembrements feuille n°2, agricoles ont regroupés différentes parcelles (fïg.3) : section A parcelles
  • n° 312, 998, 310, 318, 308 et 307, pour une superficie totale de 29 300 mètres2. L'examen du cadastre du XIX° dans ruisseau par également qu'il y a eu des remaniements importants parcellaire, on peut noter la disparition, l'enfouissement d'un près duquel, la RD 54 a été
  • installée. montre s. Outre la modification du ce secteur. dessus lequel ou La présence de cette source en eau a du être un élément non négligeable quant à l'implantation potiers dans ce secteur. Rappelons qu'au XIX°-XX° et que d'après certains documents du XYIII° s. les potiers de
  • Pabu s'approvisionnaient en argile sur la commune voisine de Pommerit-Le-Vicomte, plus précisément au Bois Lucas, séparé du territoire de Pabu par le ruisseau du Frout. des Ce sont en un trois groupes plus de 4 300 tessons qui ont été découverts dans de pâtes : rouge/brune
  • , grise et beige. peu cette parcelle. Ils se répartissent Une partie de ces fragments a pu être triée par type de pâte et par forme, une autre partie par pâte uniquement et une dernière partie n'a fait l'objet d'aucun tri. Les résultats de ces comptages se répartissent ainsi
  • apparaît que le groupe des pâtes rouges est, et loin, le plus représenté : il représente à lui seul 45 % du nombre de tessons collectés, devant le des pâtes grises (33 %) et celui des pâtes beiges (22 %). de groupe Figure 2 : Localisation des trois parcelles labourées
  • comptage par type de pâte et par forme sont assez difficilement exploitable à l'heure actuelle. Ce double comptage devra être poursuivi dans la mesure ou il permet d'obtenir une idée assez précise de la diversité de la production et du lien (éventuel) entre la fonction (et donc la
  • forme) et le mode de cuisson. A titre d'exemple on mentionnera la découverte de 10 fragments d'oreilles en pâte beige, 1 seul en pâte rouge et aucun en pâte grise. Le tableau de saisie tessons ce double comptage permet également d'enregistrer la présence de Plusieurs types de
  • défauts ont pu être défauts de glaçure (bulles...), coulées de glaçure sur considéré comme des ratés de cuisson. pouvant être identifié ; traces (fig. 4) de de collage entre différents pots, la tranche du tesson... Ces défauts ne signalent pas systématiquement la présence de
  • structures de production. Rien ne permet de penser qu'un vase qui aurait présenté des traces de collage avec un autre pot n'aurait pu être commercialisé. En revanche, les tessons présentant des coulées de glaçure sur la tranche sont des indices plus probants. On peut difficilement
  • envisager qu'ils proviennent d'un site de consommation, à moins qu'ils ne proviennent de remblais déplacés. Ce dernier type tessons dans chaque de défaut est répertorié de la même façon sur les trois groupes de pâte : 13 groupe. typologique de l'ensemble des tessons découverts
RAP01626.pdf ((35). aménagement de la rd 177. rocade est de Redon. 2e tranche. rapport de diagnostic)
  • (35). aménagement de la rd 177. rocade est de Redon. 2e tranche. rapport de diagnostic
  • département de l'Ille-et-Vilaine comporte trois ouvrages d'art qui permettront de rétablir les servitudes des routes C2, RD 65 et VC 204. A l'extrémité ouest, la jonction avec la RD 177 s'effectuera au moyen d'un carrefour giratoire actuellement en service. A l'est, le franchissement de la
  • . Résultats antérieurs Une première opération de diagnostic archéologique préalable à la construction des trois ouvrages d'art a été réalisée entre le 25 mai 1999 et le 02 juin 1999 (Béguin F., 1999). Pour des raisons de non accessibilité, certaines parcelles concernées par les travaux
  • ., 1999. RD177 - RD 164. Rocade est de Redon. Section llle-et-Vilaine. Ouvrages d'art. D.F.S. de diagnostic archéologique. Service Régional de l'Archéologie de Bretagne. Rennes. 4 p, 3 plans. t jo ■t» |f> * j* i» s f> £ j© * i # * ! 0 0 ') ') «) «) ¥ 9 «> i - Fourniguet J
  • MINISTERE REPUBLIQUE FRANÇAISE DE LA CULTURE ET DE LA FRANCOPHONIE SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE Fouille d'évaluation archéologique RD 177 (rocade est de Redon) Responsable : Pirault Lionel Département de l'Ille-et-Vilaine Direction Régionale des Affaires
  • Culturelles. Service Régional de l'Archéologie 6, rue du Chapitre - 35 044 Rennes cedex - Tel 02.99.84.59.00 ,Fax : 02.99.84.59.19 * 1 9 /te 1 * * * * 1 im i i FICHE SIGNALÉTIQUE Identité du site *i fi Département Commune Lieu-dit ou adresse : llle-et-Vilaine : Redon : RD 177
  • : : : : 306,520 2269,730 Z : 32 m (ZA La Porte) 305,050 2270,480 Z : 30 m (La Riaudaie) 9 g» «> i 3) ■y : $ -1 9 Opération archéoloaique Autorisation n° Valable Titulaire Organisme de rattachement Maître d'ouvrage : 99/077 26/08/1999 au 24/09/1999 : Pirault Lionel : A.F.A.N. 1
  • , rue Saint-Jacques, 72 000 Le Mans : Conseil Général d'Ille-et-Vilaine (Direction des routes, des infrastructures et de l'environnement). p I I te > n ÏE # ; | Direction * :
  • ., Antenne interrégionale Grand-Ouest - 1 , rue Saint-Jacques 72 014 Le Mans Cedex. - Mr Dubois M., Contrôleur, Conseil Général d'Ille-et-Vilaine > i» Equipe de fouille - Mr Pirault Lionel., (Assistant d'étude, Responsable d'opération, A.F.A.N.) - M r Leblanc Pierrick (Topographe
  • A.F.A.N.) 9 ! ') 1 *1 scientifique - Mr Deschamps S. (Conservateur Régional de l 'Archéologie, S.R.A. Bretagne). - Mme Villard Anne. (Conservateur du Patrimoine, S.R.A. Bretagne). ♦ ; O 9 GENERIQUE DE L'OPERATION i • • II m r» La rocade est de Redon (définition du tracé
  • ) r> *!! 1 « i> *> (t=j r»
  • représentées par une forte amplitude de schiste rouge puissamment altéré. A l'est, l'émergence gréseuse le la Belle Anguille offre une position topographique culminante (de 60 à 75 m) très remarquable dans le paysage. Elle constitue l'unique relief accidenté (concerné par le tracé de la
  • rocade) en contrebas duquel s'étend à l'est le marais de Vilaine. Au niveau du Rozé, (au sud de la ferme du même nom) on enregistre la présence d'une courte dépression connexe à la plaine alluviale, d'une longueur de moins de 200 mètres. Elle correspond en fait à une vallée d'érosion
  • colmatée, peu encaissée, drainée par un cours d'eau dont la source est localisée près du croisement de RD 65 et de la VC 204. L'étude géotechnique réalisée parle C.E.T.E.O en décembre 1997 montre que le comblement de cette dépression est formé d'une alternance de dépôts récents à sub
  • -actuels (limon, tourbe, vase argileuse) dont il est difficile de préciser les principaux épisodes de sédimentation. Un sondage profond réalisé lors de la prospection archéologique, confirme bien la nature et la puissance du comblement (3,80 m à4 m) qui repose sur le substrat
  • paléozoïque (fig. I). ■) • 4 # * • • i La mise en service de la déviation est de Redon permettra à terme d'améliorer l'écoulement du trafic en transit sur l'axe Rennes - Saint-Nazaire. L'usage permanent de cette future rocade devrait également permettre d'augmenter la sécurité des
  • usagers en évitant totalement la zone urbanisée de la ville de Redon et ses faubourgs industrialisés à l'est. L'aspect le moins évident mais peut-être le plus sensible réside dans la volonté d'affermir la qualité de vie des habitants de l'agglomération de Redon en ordonnant une plus
  • grande fluidité du trafic urbain, supprimant ainsi les nuisances qu'il génère inévitablement. Les contraintes physiques ajoutées à l'exigence de la conservation de I' environnement naturel de la vallée de la Vilaine ont permis de déterminer un tracé d'un coût compatible avec l'intérêt
  • public et offrant le meilleur compromis possible. Le tracé exact de cette future route (d'une longueur totale de 5200 mètres) sur la commune de Redon (de l'actuelle RD 1 77 à la Vilaine) est de 2900 mètres pour une emprise moyenne de 50 mètres. La portion de tracé située dans le
  • Vilaine sera assuré au moyen d'un viaduc de 620 mètres de long sur 22 mètres de hauteur. Cet important ouvrage prendra appui sur le haut-relief de l'éperon gréseux de la Belle-Anguille, hors du champs d'inondation de la plaine alluviale, au niveau du point d'inflexion du fleuve
  • n'ont pas pu être sondées. Seuls, les emplacements de deux ouvrages ( concernant la RD 177 et la VC 204) ont été intégralement explorés lors de cette première opération. Cette prospection mécanique n'a pas permis de reconnaître de vestiges archéologiques ni d'indices indiquant une
RAP02264.pdf ((29). forêt domaniale de Carnoët. rapport de prospection inventaire)
  • (29). forêt domaniale de Carnoët. rapport de prospection inventaire
  • Cécile est autorisé(e) à procéder, en qualité de responsable scientifique, à une opération de prospection [ ] thématique [ X] inventaire [ ] avec relevés d'art rupestre à partir de la date de notification du présent arrêté jusqu'au 31/1 2/2006 concernant la région BRETAGNE Intitulé de
  • recherches. En outre, dans le cas d'une prospection thématique, le rapport détaillera les actions menées, les résultats scientifiques obtenus et le nouvel état de la connaissance dans le domaine concerné ; dans le cas d'une prospection avec relevés d'art rupestre, le rapport comportera la
  • localisation précise de chaque support d'art rupestre, accompagné de plans et de photographies ; un exemplaire supplémentaire de chacun des relevés réalisés lors de cette opération sera fourni pour archivage au Centre national de la préhistoire quelle que soit la technique utilisée (dessin
  • forestières : 62 Rayon : 5 Remarques sur la localisation : Photos : El Situé à une vingtaine de mètres au Nord de la route, dans une jeune Relevés GPS : B plantation de résineux. Chronologie : Age du Fer Description / Observation : Stèle basse hémisphérique. Sa circonférence est de 2,20
  • Carnoët N°SRA : 29 233 0016 X: 160494.285 Inventeur : inconnu Y : 2331794.098 Commune : Quimperlé Z: 7 Parcelles forestières : 15 Rayon : 30 Remarques sur la localisation : Situé dans une zone encaissée, au bord Photos : El d'un petit ruisseau, à proximité de la Laïta. Relevés
  • X: 159524.906 Inventeur : C. Dardignac Y : 2332608.828 Commune : Quimperlé Z : 60 Parcelles forestières : 36, 38 Rayon : 50 Remarques sur la localisation : Situé dans la partie Sud de la parcelle, au Photos : B milieu d'une plantation de résineux. Relevés GPS : El
  • Direction Technique - Département Recherche RAPPORT DE PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE FORÊT DOMANIALE DE CARNOËT (Finistère, communes de Quimperlé et Clohars-Carnoët) Cécile DARDIGNAC Yann LE JEUNE Valérie-Emma LEROUX Direction Générale de l'Office National des Forêts Service
  • Régional de l'Archéologie de Bretagne Conseil Général du Finistère Juin 2007 FD de Camoët - Inventaire archéologique - 2006 REMERCIEMENTS Nous tenons tout d'abord à remercier Pierre-Yves Caudal (ON F, Service interdépartemental de Quimper) et Christine Boujot (Service régional de
  • l'archéologie) qui ont été à l'origine de cette étude. Les relations nouées entre l'ONF et le SRA depuis quelques années en Bretagne pour l'inventaire et la prise en compte du patrimoine archéologique dans la gestion forestière doivent en grande partie leur être attribuées. Nous remercions
  • tout particulièrement Yvan Bertali (ONF, agent patrimonial sur la forêt de Camoët) pour l'accueil qu'il nous a réservé sur Carnoët... et dans sa maison forestière, ainsi que pour le temps qu'il nous a consacré en forêt et dans son bureau à nous faire part de ses connaissances. Il
  • est exceptionnel d'avoir l'occasion de travailler avec un forestier aussi intéressé par l'archéologie, et qui connaît jusqu'au moindre talus de sa forêt. Nous remercions également toutes les personnes venues prospecter bénévolement avec nous, que ce soit pour une demi-journée ou
  • pour toute la durée de l'étude. Nous remercions aussi énormément Bruno Maes de nous avoir communiqué les cartes de courses d'orientation qu'il a établies sur la forêt et d'avoir pris le temps de nous expliquer ses méthodes de travail. Enfin, nous remercions également le Service
  • régional de l'archéologie pour avoir déterminé les quelques tessons de céramiques découverts lors de la prospection. Illustration de couverture : FD de Carnoët - Vestiges du château de Carnoët. 2 FD de Carnoët - Inventaire archéologique - 2006 INTERVENANTS Prospection Cécile
  • DARDIGNAC (ONF - Direction technique - département recherche) Yann LE JEUNE (ONF - Agence de Fontainebleau) Valérie-Emma LEROUX (bénévole) Yvan BERTALI (ONF - Agence régionale de Bretagne) Pierre-Yves CAUDAL (ONF - Agence régionale Pays de la Loire) Gestion forestière Yvan BERTALI (ONF
  • - Agence régionale de Bretagne) Georéférencement des cartes Valérie-Emma LEROUX (bénévole) Suivi scientifique Jean-Yves TINEVEZ (Service régional de l'archéologie) 3 FD de Carnoët - Inventaire archéologique - 2006 REPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION
  • PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE JtinjBUqjJt FRANÇAISE La Préfète de la région Bretagne, Préfète du département de l'Ille-et-Vilaine Chevalier de la légion d'honneur, Commandeur de l'Ordre national du mérite N a 2006 - 257 VU le code du Patrimoine, notamment son livre V ; VU le décret
  • n° 65-48 du 8 janvier 1965 modifié pris pour l'exécution du livre II du Code du travail (hygiène et sécurité sur les chantiers de travaux); après avis de la Commission interrégionale de ta recherche archéologique OUEST, en date du 16705/2006 ARRETE Article 1er : Mlle DARDIGNAC
  • l'opération : Inventaire systématique sous couvert forestier en forêt de Carnouët Département : FINISTERE QUIMPERLE Programme : Organisme de rattachement : bénévole Article 2 : prescriptions générales. Les recherches sont effectuées sous la surveillance du conservateur régional de
  • l'archéologie territoriatement compétent qui pourra imposer toutes prescriptions qu'il jugera utiles po ur assurer le bon déroulement scientifique de l'opération. 4 FD de Camoët - Inventaire archéologique - 2006 A la fin de Tannée, le responsable scientifique de l'opération adressera au
  • conservateur régional de Farenéologte rensemble de la documentation relative à l'opération, et, en double exemplaire, un rapport accompagné de cartes et de photographies, ainsi que, le cas échéant des fiches détaillées établies pour chacun des nouveaux sites identifiés au cours des
RAP01650.pdf (QUIMPER (29). les vestiges archéologiques de Kerveguen. rapport de diagnostic)
  • QUIMPER (29). les vestiges archéologiques de Kerveguen. rapport de diagnostic
  • .-F. Villard et A.-F. Cherel SAFIMCO/SAUVAGE VILLE DE QUIMPER CENTRE DE RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE. Rennes : S.R.A. de Bretagne - 1999 ïis it fe I I I - % >> ' I f Ai .'iìf-. 'J « ' Pi B * ^ - . • * » . LES VESTIGES ARCHEOLOGIQUES DE KERVEGUEN 8 (EL.18
  • ARCHEOLOGIQUE DU FINISTERE. Rennes : S.R.A. de Bretagne S S S) Q iI S Is» s s i Siten": 2 9 Département: FINISTERE Commune : QUIMPER Lieu-dit ou adresse : Kervéguen O Cadastre : QUIMPER Année : 1990 Section et parcelle : EL 18 Coordonnées Lambert : Zone : Il Abcisse : 122 . 400
  • commune de Quimper. Les sondages conduits sur les différentes parcelles cadastrales (EL. 13, EL. 14, EL. 15, EL.24) avaient mis en évidence l'existence de structures d'habitat protohistorique (1" âge du Fer) et d'occupation gallo-romaine. En conséquence, une fouille de sauvetage fijt
  • imposée afin de permettre de compléter l'étude des vestiges encore en place sur la parcelle EL. 18 incluse dans le projet. Cette opération ilit confiée par Monsieur le Conservateur du Service régional de l'archéologie à J.-P. Le Bihan, archéologue de la ville de Quimper. Ce demier fut
  • km Extrait du cadastre de Quimper section EL (1990) Fig. 2 - Kervéguen 8 : localisation cadastrale Extrait du cadastre de Kerfeunteun, Section C de Cuzon, Feuille 3, 1830 Parcelle sondée Fig. 3 - Kervéguen 8 : localisation de la parcelle EL 18 sur le cadastre de 1830 100 m
  • d'époque tertiaire alternent avec les formations arénitiques dominantes. La parcelle EL. 18 n'échappe pas à ce schéma. Elle se situe en front de plateau et son altitude varie entre 45 m et 25 m du nord au sud. 2.2. LE CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE (fig 4) Le site est inclus dans la zone
  • . En 1996, nous avions pu étudier, sur la parcelle EL. 15, le prolongement septentrional d'un bâtiment de la villa. Par ailleurs des vestiges de l'âge du Fer étaient apparus sous forme de trous de poteaux et de mobilier céramique attribué à l'époque à la fin du 1er âge du Fer ou au
  • tout début de la Tène ancienne. Nous avions pu suggérer l'existence d'un petit habitat ouvert de cette période. En 1997, l'extension du diagnostic vers l'est (EL.24) avait mis en évidence des vestiges de parcellaires anciens, protohistoriques ou gallo-romains ainsi que ceux de deux
  • sépultures gallo-romaines à incinération. En 1998, une opération de diagnostic et le décapage de larges bandes de terre végétale sur la parcelle EL. 14 avaient découvert un ensemble de trous de poteaux ainsi qu'un réseau de tranchées comprenant des fossés gallo-romains parallèles
  • Fer mis au jour sur la parcelle E. 14 (Le Bihan, D.F. S., 1999). C'est donc dans un contexte archéologique particulièrement riche que fiit réalisé le diagnostic sur la parcelle EL. 18, parallèlement au sauvetage mené sur la parcelle EL. 14'. A nouveau, des vestiges
  • la plupart d'entre eux, à des parcellaires anciens. - des structures en creux bien individualisées : fosses ou trous, de type fondations de poteaux. Extrait du cadastre de Quimper section EL (1990) Sondage archéologique 100 m Fig. 5 - Kervéguen 8 : position des secteurs
  • .7 à 12) comblées de terre noire. Visible dans toutes les tranchées de décapage, le fossé T. 1. correspondait exactement à tbande Z n B.I, T un rdoublement r ™ du ' fossé' ' fut ' mis en évidence (T. 11). d'autre part (fig.7 àT2) Da^la Au sud de la parcelle EL. 18, c'est un double
  • maintenirle épa s terre vegetale assez importante sur la pente abrupte de la parcelle EL. 18 et à limiter l'érosion Il conviendra de revemr sur cette question. érosion. 3.2. DES TALUS PLUS ANCIENS Terre noire 25 m Fig. 8 - Kervéguen 8 (EL 18) : sondage B I, plan 10 m Terre noire
  • Pierres et terre noire (talus ?) Plan Sud T 1 (B V), coupe stratigraphique m Terre noire ^ Sol naturel Pierre 1m Sudest Us 02 (B V), coupe stratigraphique Fig. 9 - Kervéguen 8 (EL 18) : sondage B V, plan et coupes stratigraphiques des vestiges de la partie nord ouest 25 m
  • TI2 LJ- 25 m im T13 Terre brune Terre noire T14 Terre charbonneuse + argile rubéfiée S 36 T8 T9 \ T7 S Terrebrune Pierre Fossé T 9 (B ffl), plan de la section sondée en fin de fouille Fig. 11 - Kervéguen 8 (EL 18) : sondage B III, plans et coupe stratigraphique du
  • stratigraphique longitudinale Terre brun clair Terre arénitique Sol naturel lm Fig. 13 - Kervéguen 8 (EL 18) : partie sud du sondage BIV, plan et coupe stratigraphique de la fosse S 30 V s 50/1 I I S 50/2 /H S 51/1 \\ \ S 51/2 S 51/3 10 cm zd Fig. 14 : Kervéguen 8 (EL. 18
  • ' I s 52/5 L \ S 52/6 10 cm S 53/2 S 53/3 S I V I S 53/7 S 53/6 r ^^ s 53/1 V S 53/8 / I \ \ s 53/4 s 53/9 r \ \ S 53/5 Fig. 15 : Kervéguen 8 (EL. 18) ; poteries des structures S.52 et S.53 Près de 300 tessons furent dégagés sur les espaces considérés ; un
  • 0,10 m) la dépression S. 14 livra le fond usé d'une urne funéraire en pâte commune, gallo-romaine (S14/1, fig.l9). Quelques ossements brûlés se trouvaient sur le fond de ce vase. Le cas n'est pas unique sur les terres de Kervéguen puisque les fouilles conduites sur la parcelle EL.24
  • Kervéguen, les indications précieuses à propos de ia puissance de l'erosion en bas de pente avaient alors été remarquées. Les mêmes considérations purent être appliquées à la tombe S. 14 de la parcelle EL. 18. 5.3 DES FOSSES DE COMBUSTION Deux fosses d'allure tout à fait identique
  • --© • Urne funéraire S 15 Fig. 17 - Kervéguen 8 (EL 18) : sondage B V, plan général des vestiges, niveau supérieur S 23 \ S 24 X Tl 10 m Us02 ri^sn ^.fifî^'^ Us 01 S9 S 10 S3 S7 P S6 SI Us 03 S2 T4 S II Terre noire Pierres et terre noire (talus?) S 20 f ~ Terre brune
RAP02169.pdf ((56). entre l'Oust et le Blavet. rapport de prospection inventaire)
  • (56). entre l'Oust et le Blavet. rapport de prospection inventaire
  • archéologique OUEST, en date du 15/03/2005 ARRETE Article 1er : M. NAAS Patrick est autorisé(e) à procéder, en qualité de responsable scientifique, à une opération de prospection [ ] thématique [ X ] inventaire [ ] avec relevés d'art rupestre à partir de la date de notification du présent
  • les actions menées, les résultats scientifiques obtenus et le nouvel état de la connaissance dans le domaine concerné ; dans le cas d'une prospection avec relevés d'art rupestre, le rapport comportera la localisation précise de chaque support d'art rupestre, accompagné de plans et
  • permettent également de mesurer l'impact des ouvrages d'art ou des projets immobiliers sur des sites non identifiés jusqu'à une date récente (fig.5 et 6). Ainsi à l'est du bourg de Moustoir-Remungol, le nouveau tracé de la RD 767 a partiellement rogné un enclos curviligne inédit
  • décapage a montré des lambeaux de sol rubéfiés. • Fig. 5 - Exemples de sites entamés par des ouvrages d'art Ci-dessus : le site gallo-romain de Kerropert en Plumeliau (56) entamé par la D 768 Ci-dessous : l'emprise de la nouvelle D 767 à l'est du bourg de Moustor-Remungol. L'enclos
  • archéologique OUEST, en date du 15/03/2005 ARRETE Article 1er : M. NAAS Patrick est autorisé(e) à procéder, en qualité de responsable scientifique, à une opération de prospection [ ] thématique [ X ] inventaire [ ] avec relevés d'art rupestre à partir de la date de notification du présent
  • les actions menées, les résultats scientifiques obtenus et le nouvel état de la connaissance dans le domaine concerné ; dans le cas d'une prospection avec relevés d'art rupestre, le rapport comportera la localisation précise de chaque support d'art rupestre, accompagné de plans et
  • PATRICK NAAS RAPPORT DE PROSPECTION-INVENTAIRE ENTRE L'OUST ET LE BLAVET Arrondissements de Pontivy, Vannes et Lorient Département du Morbihan 2005 Autorisation par arrêté préfectoral du 12/05/2005 TOME 1/1 RAPPORT DE SYNTHESE Annexes (fiches de synthèse) REPUBLIQUE
  • FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE Liberté • Égalité • Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE La Préfète de la région Bretagne, Préfète du département de l'Ille-et-Vilaine Chevalier de la légion d'honneur, Officier de l'Ordre nationaldu
  • mérite N° 2005-247 VU le code du "Patrimoine, notamment son livre V ; VU le décret n° 65-48 du 8 janvier 1965 modifié pris pour l'exécution du livre II du Code du travail (hygiène et sécurité sur les chantiers de travaux); après avis de la Commission interrégionale de la recherche
  • arrêté jusqu'au 31/12/2005 concernant la région BRETAGNE Intitulé de l'opération : Etude de l'occupation des territoires entre l'Oust et le Blavet. Département : COTES-D'ARMOR Département : FINISTERE Département : ILLE-ET-VILAINE Département : MORBIHAN Lieu-dit : Arrondissements de
  • Pontivy, Vannes et Lorient Coordonnées Lambert : x = 208686 y = 2318000 Programme : Organisme de rattachement : bénévole Article 2 : prescriptions générales. Les recherches sont effectuées sous la surveillance du conservateur régional de l'archéologie territorialement compétent, qui
  • pourra imposer toutes prescriptions qu'il jugera utiles pour assurer le bon déroulement scientifique de l'opération. A la fin de l'année, le responsable scientifique de l'opération adressera au conservateur régional de l'archéologie l'ensemble de la documentation relative à
  • l'opération, et, en double exemplaire, un rapport accompagné de cartes et de photographies, ainsi que, le cas échéant, des fiches détaillées établies pour chacun des nouveaux sites identifiés au cours des recherches. En outre, dans le cas d'une prospection thématique, le rapport détaillera
  • de photographies ; un exemplaire supplémentaire de chacun des relevés réalisés lors de cette opération «era fourni pour archivage au Centre national de la préhistoire quelle que soit la technique utilisée (dessin, photographie, moulage, base de données numériques, etc.). Le
  • responsable scientifique de l'opération tiendra régulièrement informé le conservateur régional de l'archéologie de ses travaux et découvertes. Il lui signalera immédiatement toute découverte importante de caractère mobilier ou immobilier et les mesures nécessaires à la conservation
  • provisoire de ces vestiges devront être prises en accord avec lui. Article 3 : destination du matériel archéologique découvert. Le statut juridique et le lieu de dépôt du matériel archéologique découvert au cours de l'opération seront réglés conformément aux dispositions légales et
  • réglementaires et aux termes des conventions passées avec les propriétaires des terrains concernés. Article 4 : prescriptions particulières à l'opération. Article 5 : La Directrice régionale des Affaires culturelles est chargée de l'exécution du présent arrêté. Fait à RENNES, le... 1 2 MAI
  • 2005 Pour la Préfète de région Et par délégation Elisabeth GAUTIER DEVAUX Pour la directrice régionale des affaires culturelles Stéphane DESCHAMPS Conservateur régionahdçfahchéologie COPIES A : [ ] Intéressée) [ ] Préfet de région [ ] Mairie(s) [ ] Direction régionale des
  • affaires culturelles [ ] Organisme de rattachement [ ] Préfet(s) du(des) département(s) concerné(s) [ ] Gendarmerie [ ] Sous-direction de l'archéologie [ ] Propriétaire^) du(des) terrain(s) [ ] Département des recherches archéologiques sous-marines et subaquatiques (si opération
  • subaquatique) SOMMAIRE 2005 Tome 1/1 : rapport de synthèse et fiches déclarations de sites Liste des sites déclarés Autorisation de prospection-inventaire 1. PRESENTATION GENERALE ET METHODOLOGIE DES RECHERCHES 1 . 1 Historique des recherches ( 1 989-2005) 1 .2 Les caractéristiques de
RAP01936.pdf (PLUNERET, CRAC'H (56). pont - aqueduc antique de Kerisper - Rosnarho)
  • PLUNERET, CRAC'H (56). pont - aqueduc antique de Kerisper - Rosnarho
  • équipe a poursuivi les recherches par de nouvelles prospections ainsi que des campagnes de sondages et d'observations visant à comprendre le projet antique d'adduction d'eau à l'origine de tels vestiges. L'ouvrage d'art de Kerisper-Rosnarho mesurait environ 440 mètres de longueur et
  • proprement dit formé notamment de 5 massifs de fondation implantés dans le lit mineur de la rivière ; • en aval, côté Rosnarho, l'ouvrage d'arrivée d'environ 170 m de long comprenait 25 piles et une culée. Il s'agit du seul ouvrage d'art de ce type dont subsistent des vestiges dans la
  • aucun autre ouvrage dans le monde romain ne franchissait une ria soumise aux marées et aux courants violents. L'étude de cette réalisation constitue par conséquent un apport crucial à la connaissance des techniques antiques. Cet ouvrage d'art a été construit pour accueillir un
  • résultats tangibles. 1.3 - Les acquis des précédentes recherches : En 2000 et 2001 ont été menées des campagnes de prospection thématique prolongées en 2001 par des sondages ponctuels menés à l'extrémité de l'ouvrage d'art côté Rosnarho. Ces campagnes visaient plusieurs objectifs
  • , croisées aux observations de terrain, ont en effet permis d'appréhender le mode de construction de ces portions du pont, renouvelant les connaissances sur celui-ci. Ces résultats nous ont conduit à constater l'originalité de cet ouvrage d'art dans le corpus des ponts antiques puisqu'il
  • se faisaient les criées et vente de coupes de bois de Kerisper"4. Dans leur article de synthèse paru en 1992, P. André et F. Bougis se sont surtout concentrés sur les parties immergées de l'ouvrage d'art. -Ils mentionnent cependant "à l'amont, un ouvrage d'accès côté Kerisper, de
  • dès que la hauteur le permettait" . Au regard de ces quelques mentions, il nous est apparu que les connaissances à propos des portions terrestres de l'ouvrage d'art étaient largement insuffisantes. Seules les descriptions liées aux découvertes de Rosnarho offrent une précision
  • pour objectifs de mieux comprendre l'implantation architecturale de l'ouvrage d'art, la manière dont ce pont devait permettre au conduit qu'il aurait dû supporter de s'affranchir 1 G. de Closmadeuc, op. cit., 1874, p. 128-129. G. de Cadoudal, Compte-rendu de l'excursion du 27 août
  • traces de la préparation d'aménagements visant à optimiser le franchissement. L'étude des parties amont et aval de l'ouvrage d'art (seules parties pouvant abriter les vestiges du tablier destiné à accueillir la canalisation) au moyen de relevés précis depuis le sol ancien avait enfin
  • bahut à l'extrémité du pont. Ce sondage devait nous orienter dans l'approche de l'extrémité amont de l'ouvrage d'art. L'extension des surfaces de décapage et l'implantation des sondages de profondeur ont été fonction des découvertes faites lors des premiers repérages, une fois
  • mise au jour. Très rapidement, dans la partie inférieure de ce niveau, de nombreux blocs de béton de tuileau sont apparus [fig. 17]. Ces blocs de tailles variables n'étaient pas en place mais appartenaient à l'effondrement de l'ouvrage d'art [fig.18 et 19]. Sous ce premier niveau
  • PONT-AQUEDUC ANTIQUE DE KERISPER-ROSNARHO (Communes de Pluneret et Crac'h - MORBIHAN) RAPPORT D'OPERATION DE SONDAGES ARCHEOLOGIQUES 2003 Présenté par Eric PHILIPPE, Bernard LEPRETRE et Alain PROVOST MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION DRAC BRETAGNE - SERVICE
  • REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE CONSEIL GENERAL DU MORBIHAN RAPPORT D'OPERATION DE SONDAGES ARCHEOLOGIQUES réalisée en 2003 sur LE PONT-AQUEDUC ROMAIN DE KERISPER-ROSNARHO (communes de Pluneret et Crac'h, Morbihan) Autorisation n°2003/037 en date du 06 juin 2003. Validité du 21 juillet au
  • 02 août 2003. Programme 025 : "Histoire des techniques de la protohistoire au XVIIIème s. et archéologie industrielle". Titulaire : Eric Philippe, doctorant en "Sciences de l'Antiquité" à l'Université de Toulouse - Le Mirail (sujet de thèse : L'eau et la gestion de l'eau en
  • Armorique à l'époque romaine). Equipe de recherche : Bernard Leprêtre, ingénieur Génie Civil et archéologue bénévole. Alain Provost, archéologue indépendant. Equipe de fouilleurs bénévoles : Sandra Bourguet, doctorante en Histoire Antique à Toulouse. Carine Bûcheron, étudiante en 2eme
  • année de Lettres Modernes à Lyon. Claire Dubois, étudiante CAPES/Agrégation d'Histoire-Géographie à Paris. Marine Gourmelon, étudiante en maîtrise d'Archéologie Industrielle à Rennes. Solenn Le Forestier, doctorante en Archéologie Antique à Rennes. Denis Le Guen, étudiant CAPES
  • /Agrégation d'Histoire-Géographie à Rennes. Remerciements : M. S. Deschamps, Conservateur Régional de l'Archéologie. M. Y. Lecerf et Mme C. Jablansky, Conservateurs du Patrimoine. M. et Mmes Le Pas de Sécheval, propriétaires du domaine de Kerisper (Pluneret). M. Méreur, maire de Pluneret
  • et M. Billard, adjoint au maire de Pluneret chargé de la Culture. M. et Mme Penet, Mmes Faure et de Kerhor, M. et Mme Jomier, propriétaires des domaines de Rosnarho (Crac'h). Mme P. Zanovello, professeur d'Histoire et d'Archéologie Antiques à l'Université de Padoue. Opération
  • réalisée grâce aux financements du Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC Bretagne - Seivice Régional de l'Archéologie, et du Conseil Général du Morbihan ainsi qu'à l'aide technique de la Commune de Pluneret (Morbihan). SOMMAIRE INTRODUCTION : 3 1 - PRÉSENTATION DE
  • L'OPÉRATION : 4 1.1- LE CADRE DE LA RECHERCHE, LE MILIEU NATUREL : 4 1.2- L'HISTORIOGRAPHIE DU "PONT DE CÉSAR" : 4 1.3- LES ACQUIS DES PRÉCÉDENTES RECHERCHES : 5 1.4- QUELQUES DONNÉES BIBLIOGRAPHIQUES COMPLÉMENTAIRES : 6 1.5- LES OBJECTIFS DE L'OPÉRATION DE 2003 : 7 2
RAP01639.pdf (PLOULEC'H (22). le Yaudet. rapport de synthèse de fouille programmée et sondages de 1996 à 1999)
  • PLOULEC'H (22). le Yaudet. rapport de synthèse de fouille programmée et sondages de 1996 à 1999
  • Tène Finale. Pâtes : A 2 . 1 - 6 0 A2.2-10 A3.1-7 A3.2- 31 81.1- 13 B1.2-10 83.1- 10 83.2- 1 C1.1-1 C1.2-2 El.2-2 Amphore-1 Formes : J81.0, JB4.2, 884.1, 885.1, 8 8 5 . 2 (comprenant des céramiques à cordons et à stries), amphore Dresse! 1/2-4. illustrations : 1284-1296. F 498 40
  • recollant avec 1997 de l'Us 382). Us 466 26 tessons ; assemblage de La Tène Finale. Pâtes : A 2 . 1 - 7 A3.1-1 B1.1-6 B1.2-2 B2.3- 2 B3.1-2 B3.4- 2 Cl.2-2 El.1-2 Formes : BD4, 03 Illustrations : Les Us 372, 382, 383 et les structures F 498, F 507 et F 508 ont livré des tessons jointifs
  • (tessons jointifs) B3.2- 1 El.2-1 F1.1-2 Romain indéterminé- 3 Formes : Illustrations : Les pâtes du groupe B2 sont de type romain et riches en mica. F1.1 est une pâte fine et lisse, de couleur orange, aussi de type romain. Cet assemblage ne comprend que des fragments de panses
  • CENTRE DE RECHERCHE BRETONNE ET CELTIQUE UNIVERSITÉ DE BRETAGNE OCCIDENTALE INSTITUTE OF ARCHAEOLOGY UNIVERSITÉ D'OXFORD LE YAUDET EN PLOULECH FOUILLE PROGRAMWÉE ET SONDAGES 1996-1999 Patrick GALLIOU Barry CUNLIFFE Brest-Oxford I^ncliou Meïd R e r a ^ t f ^ / h
  • ^ ; Hauphin/ Préface Les fouilles du Yaudet ont débuté en 1991. Le présent rapport couvre les campagnes 1996-1999. Il décrit les structures rencontrées lors des fouilles et leurs relations, et l'on y trouvera donc une étude complète de ces découvertes, sous forme de plans, de coupes, de
  • matrices et d'un texte appuyé de photographies. Les céramiques et les petits objets mis au jour dans ces différents contextes sont répertoriés, analysés et quantifiés, les illustrations jointes présentant une sélection de ces trouvailles. Une analyse complète de la culture matérielle
  • représentée sur le site et des données environnementales paraîtra dans la publication finale sous forme intégrée, les assemblages complets exhumés lors des fouilles y étant présentés et discutés. Toutefois, afin de replacer les mobiliers présentés dans ce travail dans leur contexte général
  • , nous avons inclus dans ce volume des résumés des rapports spécialisés, dans la mesure où ils concernaient les campagnes 1996-1999. Les analyses spécialisées qui nous sont déjà parvenues, couvrant la période 1991-1999, sont répertoriées dans l'annexe A. Des éléments choisis sont
  • contenus dans une banque de données mise en place en vue de la publication finale. Un exemplaire du CD-Rom créé à cet usage est inclus dans ce rapport. On trouvera dans l'annexe B un guide de cette banque de données. «««•U» ÎÏÎirt« 1 at Le programme de fouilles dont nous allons
  • principal protégeant le promontoire (1993-1995). Une stratigraphie complexe, s'étageant de La Tène Finale à la fin du Moyen Age y fut reconnue et examinée dans deux grandes fouilles à aire ouverte. On trouvera l'exposé des résultats obtenus lors de ce premier programme dans notre rapport
  • trisannuel de 1995 (Galliou, Cunliffe, 1995). Ces cinq premières saisons de fouilles nous avaient permis de montrer que le système défensif mis en place à La Tène Finale, puis de nouveau à la fin du lllè siècle ap., s'étendait de l'angle nord-est du promontoire, près du Corps de Douane
  • , au coeur du village actuel, puis barrait l'étroit goulet situé entre la route d'accès au village et les rochers de Beaumanoir. Nous ne savions cependant pas, à la fin de ce premier programme, si le reste du promontoire était, lui aussi, protégé par des réseaux défensifs du même
  • type. La fouille de la zone enclose, dans la parcelle s'étendant immédiatement au nord-est des rochers de Beaumanoir, nous avait par ailleurs révélé les vestiges d'une occupation sporadique du Mésolithique au Premier Age du Fer et se densifiant fortement de La Tène à la fin du Moyen
  • Age. Fig. 1 LE YAUDET, PLOULEC'H Poste de Douane Corps de Garde I i '/ 'Jr .''•il". 1 /ii /I; ii//// / // /-"S... \ I ''/•-' l ' I l i ; v"-«.."^- — \ \ '/ jS' \ '.V'^-,,;?.' r -Îicti'"// 'i^'C Pierre branlante F= Fontaine 200 Metres Fig. 2 Les buts du programme
  • 1996-1998 Le principal but que nous nous étions fixé avant le début de ce nouveau programme trisannuel était d'évaluer le potentiel archéologique de l'ensemble du promontoire et d'y établir un modèle stratigraphique qui pourrait servir de base à de futures campagnes de fouilles
  • . Nous avions donc convenu de mener quatre projets spécifiques : • le relevé topographique du promontoire et des structures visibles ; • la prospection électrique et magnétique de certaines zones choisies ; • une série de sondages destinés à établir l'extension des circuits
  • défensifs et leur chronologie ; • une série de sondages destinés à reconnaître le potentiel archéologique des trois zones topographiques principales du promontoire (plateau supérieur, vallée centrale, plateau et pentes septentrionaux). Le programme et les méthodes Les prospections et
  • les fouilles ont été régulièrement conduites au mois de juillet, chaque campagne de trois semaines regroupant de 20 à 25 archéologues bénévoles. Les travaux ont été conjointement menés par Patrick Galliou, du Centre de recherche bretonne et celtique de l'Université de Bretagne
  • Occidentale à Brest, et Barry Cunliffe, de l'Institute of Archaeology de l'Université d'Oxford (Grande-Bretagne). Nous avons reçu le soutien financier du Ministère de la Culture, du Conseil Général des Côtes-d'Armor, de la British Academy et de l'Université d'Oxford. Ce projet a reçu
  • l'accord et l'appui du Service Régional de l'Archéologie, du Conseil Générai des Côtes-d'Armor et de la commune de Ploulec'h. En 1996, nous avons concentré notre recherche sur la plateau supérieur (tranchées 11, 12, 14 et 15) tout en profitant de la possibilité qui nous était offerte de
RAP01573.pdf (ARRADON, PLOEREN (56). rapport de prospection inventaire)
  • ARRADON, PLOEREN (56). rapport de prospection inventaire
  • probable de tuilier gallo-romain. Localisation par G. LEROUX d'après le fichier de J. ANDRE LANGOUËT L., 1988, Les Dossiers du CeRAA n° 16, p. 88 PETIT LOGODEN - 56 003 016 Cadastre: El Age du fer - Four de potier "Le Petit Logoden côté Sud de lîle, en face du grand Logoden; four et
  • Dominique TAQUET - 1998 - PROSPECTION INVENTAIRE des COMMUNES: - ARRADON - 56 003 - PLOEREN - 56 164 (Morbihan) /5?3 Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan 2 1 DEC. 1998 INVENTAIRE ARCHEOLOGIQUE DES HUIT COMMUNES PERIPHERIQUES DE VANNES Dominique
  • TAQUET ARRADON - PLOEREN Les autorisations pour nos prospections inventaires ne nous étant parvenues que début juin 1998, nous avons décidé, d'un commun accord, de privilégier pour cette première année un travail de recherche en archives. Cette méthode inventaire s'est appuyée sur le
  • dépouillement exhaustif d'archives (voir la bibliographie ci-après). En effet, de nombreux érudits locaux ont beaucoup écrit sur leurs recherches archéologiques menées au XlXè siècle dans département du Morbihan, (essais, dictionnaires, répertoires, inventaires...) Les premiers inventaires
  • du Morbihan ont été réalisés par l'abbé J. MAHE en 1825, puis par CAYOT DELANDE en 1847, A. FOUQUET en 1853, M. ROSENZWEIZ en 1863, J. LE MENE en 1891 et enfin E. RIALAN (publications de 1884 à 1892) qui avec ses trois volumes, apporte un maximum d'informations archéologiques. Le
  • dépouillement a été élargi à tous les bulletins de la Société Polymathique du Morbihan qui, au XlXè siècle, avec de FREMINVILLE, L. GALLES, H. JAQUEMET, ainsi que de nombreux chercheurs du XXè siècle comme AVENEAU de LA GRANCIERE, L. LALLEMENT, L. MARSILLE, Y. ROLLANDO, Y. COPPENS, J. ANDRE
  • , J. LECORNEC, P. ANDRE,...., complètent d'une manière indispensable les publications des précurseurs. D'emblée, un constat s'impose: les sources d'archives sont très nombreuses et ont occupé le plus clair de notre temps d'inventaire. Figure pour chaque site: 1- Le nom et le numéro
  • du site de la carte archéologique si celui ci est répertorié. 2- Une synthèse du contenu de chaque source tenant compte de la chronologie. 3- Les photocopies de toutes les sources anciennes étudiées ainsi vérifiables. Notre méthode prend en compte tout type de découverte
  • archéologique pour toute période s'étendant de la préhistoire au Moyen-Age. Le dépouillement fait apparaître une quantité de sites non répertoriés par la cane archéologique. Ainsi pour les huit communes, cette dernière mentionnait 61 sites. Après dépouillement, 42 sites supplémentaires
  • seront vérifiés sur le terrain, soit près de 70% en plus de ceux déjà mentionnés sur la carte archéologique. Le dépouillement est sur le point d'être achevé. La phase de travail sur le terrain avec les membres du CERAM débutera en janvier 1999. Cette prospection inventaire des huit
  • communes périphériques de Vannes permettra une cartographie chronologique et thématique, base d'une meilleure connaissance de l'archéologie vannetaise et par la même occasion, d'une meilleure appréhension de son histoire. INVENTAIRE ARCEOLOGIQUE DES HUIT COMMUNES DE LA PERIPHERIE
  • VANNETAISE NOMBRE DE SITES PAR COMMUNE Communes ARRADON PLESCOP PLOEREN SAINT AVE SAINT NOLFF SENE THE IX TREFFLEAN N° commune Nombre de sites inventoriés sur Nombre de sites possibles après la carte archéo. dépouillement 56 003 56 158 56 164 56 206 56 231 56 243 56 251 56 255 21
  • 3 1 8 4 12 10 3 23 4 9 13 6 19 21 8 total 62 103 LIOQRÀPHI: OUVRAGES GENERAUX SUR LE MORBIHAN ANDRE P. 1963, La cité gallo-romaine des Vénètes, DES de lettres, Université de Rennes. ANDRE P. 1971, La cité gallo-romaine des Vénètes, B.S.P.M., p. 3-48. ANDRE P., TRISTE
  • A., 1992, Quand Vannes s'appelait Darioritum, Catalogue de l'expo., 1 10p. CAYOT DELANDRE, 1847, Le Morbihan son Histoire et ses Monuments, 560 p. FOUQUET A., 1853, Des monuments celtiques et des ruines romaines dans le Morbihan, 1 17p. FOUQUET A., 1873, Guide des Touristes et des
  • archéologues dans le Morbihan, 197p. GALLIOU P., 1989, Les tombes romaines d'Armorique, DAF n°17, 204p. MARSUXE L., BSPM 1929, Les voies romaines du département du Morbihan, p. 3-58 MARSILLE L., 1972, Répertoire archéologique du Morbihan gallo-romain, 52p., LE FLOHIC 1996, Le Patrimoine des
  • communes du Morbihan, 2 volumes, LE MENE Jh-M., 1891, Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes, Tome 1 550 p. et Tome II 536p. MAHE J., 1825, Essai sur les antiquités du département du Morbihan, 500p. MERLAT P., 1982, Les Vénètes d'Armorique
  • , Archéologie en Bretagne, 3e s., 135p. OGEE, 1843, Dictionnaire historique et géographique de Bretagne, Tome I et II, 986p. RIALAN E. I en 1884 et 1885, Découvertes archéologiques dans le Morbihan, 35p. RIALAN E. H en 1885, Nouvelles découvertes archéologiques dans le Morbihan, 20p. RIALAN
  • E. de 1886 à 1892, Découvertes archéologiques faites dans le Morb.,SPM 1924, 42p. ROSENZWEIG M., 1863, Répertoire archéologique du département du Morbihan, 238p., ROLLANDO Y., 1961, La préhistoire du Morbihan, Le Vannetais littoral, BSPM 1961, p. 1-141 m ARRADON ANDRE J., 1960
  • , Densité et répartition de la population en Vénétie romaine, Annales de Bretagne, TomeLXVTl, 1960, fasc. l,p. 103-106. ANDRE J., 1961, Inventaire des objets romains en bronze du Musée de Vannes, OGAM Tome XIV, p. 407-411 ANDRE J., BSPM 1957-58, Un milliaire au Lodo, PV p. 71 ANDRE J
  • ., BSPM 1966, Provenance du marbre gallo-romain du Lodo, PV p. 3 ANDRE P., BSPM 1974, Rapport de l'intervention du 9 Sept. 1974 dans l'église paroissiale d'Arradon, mise au jour d'un caveau, 3 pages + plan et photos. ANDRE P., BSPM 1976, La sépulture de l'ancienne église d'Arradon, PV
RAP02731_1.pdf ((56). autour du golfe du Morbihan, les Landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine. rapport de prospection inventaire)
  • (56). autour du golfe du Morbihan, les Landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine. rapport de prospection inventaire
  • En 2011, la prospection inventaire conduite par le CERAM a permis l’étude de 42 sites : 36 nouvelles découvertes et 6 sites qui font l’objet de données complémentaires, sur 23 communes différentes. Chronologiquement, les déclarations se répartissent de la façon suivante : 2
  • pour le second Age du Fer, 22 pour la période antique, 12 pour les périodes médiévale et moderne et enfin 7 pour lesquels la chronologie reste indéterminée. La cartographie des déclarations montrent deux secteurs de prospection privilégiés : le nord du golfe du Morbihan et la basse
  • vallée de la Vilaine. On notera que la commune de Baden comptabilise le plus de déclarations avec un total de 5, suivie ensuite par les communes de Brandivy et de Locmariaquer qui comptent chacune 4 déclarations (fig. 01). Concernant la commune de Locmariaquer, les déclarations
  • effectuées résultent de l’étude de lots de mobilier archéologique découverts anciennement qui apportent un éclairage sur cette importante agglomération antique située à l’entrée du golfe du Morbihan. Ces lots ont fait l’objet d’un conditionnement normalisé, d’un inventaire et d’une étude
  • détaillée. Ce travail a été réalisé par Isabelle Brunie, doctorante à l’Université de Rennes II – CReAAH/UMR 6566. Les principaux résultats de la prospection inventaire 2011 : Cette présentation s’effectuera par grandes périodes chronologiques. - Le second Age du Fer : Une recherche
  • spécifique, qui vise à un état des lieux, a été menée en 2011 sur l’artisanat du sel sur le littoral nord du golfe du Morbihan (communes d’Arradon, Baden) ainsi que sur celui de l’Ile-aux-Moines à partir des documents bibliographiques, spécialement l’article de Y. Coppens de 1954 où il
  • dresse un inventaire des structures connues. La prospection a consisté en une observation attentive des coupes des falaises ou micro-falaises. Celle-ci s’est toutefois révélée difficile du fait d’une part de la présence de murs de pierre édifiés pour prévenir l’érosion des falaises et
  • d’autre part d’une végétation dense de broussailles qui se développe en rebord de falaise et couvre tout ou partie de celle-ci. Ces maçonneries rendent inaccessibles une grande partie du littoral arradonnais, par très urbanisé depuis la seconde moitié du XIXe siècle, et dans une
  • moindre mesure celui de l’Ile-aux-Moines. Toutefois, il a été possible de localiser sur la commune d’Arradon les vestiges d’un atelier au lieu-dit Moréac. Le site est très dégradé par rapport à la description donnée par Y. Coppens. Ainsi, le four indiqué n’a pu être mis en évidence
  • , probablement disparu sous les effets de l’érosion. Les seules structures reconnues consistent en un niveau de terre brun-foncé livrant de petits débris d’augets et une fosse dont le comblement contient des nodules d’argile rubéfiée et des charbons de bois. Sur l’Ile-aux-Moines, la plupart
  • des sites mentionnés n’a pu être retrouvée. On peut seulement signaler la localisation d’un site signalé par F. de Beaulieu dans son inventaire publié dans le bulletin de l’Amarai de 1991. Il se réduit à une couche de terre brune recelant de menus débris d’augets, reposant
  • directement sur le substrat granitique et une fosse creusée dans le même terrain naturel. Aucun autre site n’a été identifié sur les côtes de Baden (anses du Moustran et de Toulindac, baie de Locmiquel et anse de Baden entre les pointes de Toulvern et du Blair) en dehors de ceux de
  • Toulindac déclaré en 2008 et de la pointe du Blair en 2010. On attirera l’attention sur une accélération de l’érosion pour le four et l’atelier de Toulindac, déclaré en 2008, qui semble consécutive à l’aménagement d’un sentier côtier au sommet de la falaise. En effet, la végétation qui
  • couvrait et protégeait le site a pratiquement disparu l’exposant aux intempéries (ruissellement des eaux de pluies) mais aussi aux marées de vives eaux. Ce site fera l’objet d’un suivi attentif dans les prochaines années car il présente un grand intérêt sur le plan technologique. En
  • effet, il se distingue de l’essentiel des sites de production de sel recensés sur les rivages du golfe du Morbihan par la mise en œuvre d’augets à bords parallèles ou « barquette » et non d’augets troncprismatiques profonds. - La période antique : La principale découverte pour cette
  • période est celle faite à Crann sur la commune de Treffléan. Le long de la façade ouest d’une enceinte trapézoïdale de 3500 m² délimitées par des talus assez imposants et bien conservés, un édifice maçonné probablement carré a été reconnu suite à un débroussaillement. Ainsi l’arase
  • d’un mur a été mise au jour. Large de 0,45 m et construit en moellons de petit appareil, il a été suivi sur une longueur de 6 m. Le niveau d’apparition de ce mur se situe environ 1 m au-dessus du sol actuel de l’enceinte. Il faut aussi noter qu’il est environné de gravats issus de
  • son abandon. On peut donc supposer que cet édifice présente un état de conservation assez exceptionnel pour le secteur avec des élévations préservées sur une hauteur conséquente dépassant le mètre. Dans des terres remuées par des animaux fouisseurs, des fragments d’enduits peints
  • et de mortier de chaux ont été recueillis indiquant une construction de qualité. Par contre, il faut noter l’absence complète de fragments de tuiles. Les indices dont nous disposons plaident pour une construction de cet édifice à la période antique. D’autres reliefs perceptibles à
  • l’intérieur de l’enceinte sous l’abondante végétation marquent très certainement d’autres bâtiments. Les éléments disponibles ne permettent pas de déterminer la nature (habitat ? sanctuaire ?) de ce site remarquable implanté sur l’escarpement Grand-Champ/Berric qui marque la limite nord