Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3988 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00210.pdf (LARMOR-PLAGE (56). fontaine du Treuch. rapport de sondage)
  • LARMOR-PLAGE (56). fontaine du Treuch. rapport de sondage
  • parut intéressant de conserver les plus significatifs de ces monuments des eaux. En accord avec la municipalité de Larmor-Plage la Soc. d'Histoire et d'Archéologie du Pays de Lorient entreprit le démontage de la vieille croix, de la cuve monolithe et du vivier voisin. Quelques
  • SONDAGE Ils ont été effectués pendant l'Automne 19"9 avec des membres de la Société d'Histoire et d'Archéologie du pays do Lorient : Mrs 3ERTRAND, BONFILS, ESTIENNÉ, JORIOH, ROYANT. Les travaux de sondage ont associe : - Le décapage d'une surface de 3 x 1, 50 ni - Les coupes de
  • . Epaisseur couche : 22cm. 2. Couche de terre homogène . Quelques blocs de granit moyens et gros. Quelques petits galets de quartz. Elément de datation : un flacon de pharmacie en verre avec bouchon vissé ( non retrouvé ). Epaisseur : 15cm 3. Empierrage irrégulier de blocs de granit de
  • différentes tailles et galets de quartz. Elément de datation : fragment de rebord de marmite enduit de suie sur sa paroi extérieure, difficile à dater de façon précise : fin du Moyen-Age à Epoque moderne. 4. Terre mélangée de! cailloutis. Epaisseur : 25 cm 5. Sol naturel : kaolin
  • SONDAGE ARCHEOLOGIQUE MOUSTOIR — BERÏÏIET AU EN L A R M OR-PLAGE (MORBIHAN) En 1988 - 1989 les travaux de construction d'un nouveau tronçon de route cotière entre Larmor-Plage et le village de Lomener en Ploemeur ( Morbihan ) remblayaient une zone déclive entre les
  • villages du Treuch et de Moustoir—Berhiet en Larmor-Plage. Le toponjrme " Moustoir " évoque un monastère ancien et " Berhiet ", c'est à dire Brigitte, une sainte vénérée nar les premiers bretons. Mais aucun document écrit, aucun reste archéologique n'a jamais été retrouvé sur un
  • monastère des premiers bretons qui aurait pu «lister en ce 1ieu. A cet emplacement existait une source alimentant une fontaine surmontée d'une caroix ancienne. A coté, un lavoir moderne; plus loin, un bassin peu profond qui a peut-être été un vivier, et une cuve de granit monolithe. Il
  • éléments de poteries ont été recueillis dans le sol à l'occasion de ces démontages : ils étaient tous modernes ou sub—modernes. Le vivier, la croix et la cuve ont été finalement remontés à quelques mètres de là, au pied du remblai de la nouvelle route. et 316,800, ( Carte IGN Lorient 7
  • cet empierrage et il parut intéressant d'effectuer une reconnaissance de cet empierrage avant le remblaiement du site. A notre demande, Bretagne, 51.7.89. C.T. LE ROUX, directeur des Antiquités de donnait une autorisation temporaire de sondage, n° 89—21 AH du LES TRAVAUX PS
  • terrain le long des perses du sondage et une section dans la couche empierrée. STRATIGRAPHIE ( Fig. 1 ) 1. Couche de remblais. Cailloutis et déblais divers, terre. Parmi les déblais, fragments nombreux de plagues ondulées de fibro—ciment, et un étui de balle datant de la guerre 39-45
  • tassés et écrasés sur place. Dans la partie médiane une zone allogée comporte presque uniquement des galets de quartz dont quelques galets à facettes. La surface de l'empèerrage est grossièrement plane, aVec un léger dénivellé de l'Est vers l'Ouest, suivant la pente naturelle du sol
  • Kerguelen. Roger BERTRAND Fig. I Stratigraphie au-dessus de 1'empierrage ( Mètre plié = 40 cm ) 1. Couche de remblais 2. Terre et blocs de granit 3. Empierrage Fig. 3. L'empierrage. Blocs de granit de ile| diverses. tai zone allongée empierrée de gaiets de quartz. Au
  • -8, 169,325 Section AT, Parcelle 600 du cadastre de Larmor-Plage.) A la limite sud de cette parcelle les travaux de drainage entrepris à l'occsion de ce remontage découvrirent un empierrage dans le sol, tout près d'un chemin désaffecté. On ne savait quelle était la nature de
  • L'EMPIERRAGE ( Fig. 2 ) II a été dégagé sur une surface de 4,50 m2 ( 3 x 1, 50 m ) . Il est irrégulier, fait de blocs de granit de tailles différentes avec, semble—t—il, deux blocs paraissant en réemploi. Dans la partie Est du sondage il est fait de restes de granit semblant avoir été
  • . L'empierrage repose sur une couche de terre avec quelques cailloutis ( 25 cm ), au-dessus du soi» naturel fait de kaolin. INTERPRETATION L'empierrage dégagé oar le sondage est bien un chemin empierré. Mais les éléments de datation manquent pour préciser l'âge de sa construction.. Il
  • s'agit en fait d'un ancien chemin, aujourd'hui disnaru, mais figurant sur le plan cadastral du siècle dernier ( Fig. 3 )• On l'empruntait nour aller à la fontaine du Moustoir dont il longeait les installations. Il permettait aussi d'aller du village du Moustoir-Berhet à celui de
  • centre, A l'Est, 1 zone d empierrage faite de granit fr iabl(e Q : Quartz concasse. 50 c-m.
RAP00881.pdf ((22)(35). arrondissements de Fougères)
  • (22)(35). arrondissements de Fougères
  • Rennes I. Par ailleurs, dans )e cadre d'un PIREN (responsable : Professeur Lefeuvre du Muséum d'Histoire Naturelle), une recherche est en cours sur "la variation de la ligne de rivage et l'occupation hm îaine dans la baie du Mont-Saint-Michel". Ce programme qui regroupe Loïc Langouët
  • Informateur : P. AMOUREUX et J.H. CLEMENT Description des vestiges : outillage lithique. Etat de conservation : bon Eléments de datation : outils Chronologie proposée : néolithique Mobilier : outils polis... Lieu de conservation : U.P.R. 403 Rennes. Bibliographie : Les Dossiers du Ce.R
  • ~A~A., 21 G. Le Page, 1992 - Etude du peuplement néolithique dans le Penlhièvre littoral entre Gouessant et Frémur. Maîtrise d'Histoire de l'Art et d'Archéologie. [0 ]fcifè] [0 ][0 ]rfj N° enregistrement DRACAR [0][0 ][5j [O][£] N° de site attribué : [âtâ] Code AP/AH [£] [H
  • = 246.075 Y = 110.925 Diamètre : 200 m Type de prospection : au sol Informateur : P. AMOUREUX et J.H. CLEMENT Description des vestiges : outillage lithique. Etat de conservation : bon Eléments de datation : outils Chronologie proposée : néolithique Mobilier : percuteur, lissoir
  • ... Lieu de conservation : U.P.R. 403 Rennes. Bibliographie : Les Dossiers du Ce.R^AA., 21 G. Le Page, 1992 - Etude du peuplement néolithique dans le Penthièvre littoral entre Gouessant et Frémur. Maîtrise d'Histoire de l'Art et d'Archéologie. N° de site attribué : [0][Â][^] N
  • Saint-Cast-Le Guildo, 1983 Coordonnées Lambert Zone I Centre du site : X = 248.375 Y = 113.425 Diamètre : 100 m Type de prospection : au sol Informateur : P. AMOUREUX et J.H. CLEMENT Description des vestiges : outillage lithique. Etat de conservation : bon Eléments de datation
  • : outils Chronologie proposée : néolithique Mobilier : outillage lithique Lieu de conservation : U.P.R. 403 Rennes Bibliographie : Les Dossiers du Ce.R AA., 21 G. Le Page, 1992 - Etude du peuplement néolithique dans le Penthièvre littoral entre Gouessant et Frémur. Maîtrise d'Histoire
  • LANGOUET Loïc Prospection-inventaire dans les arrondissements de Saint-Malo, Dinan, Saint-Brieuc et Lannion Autorisation N° 93-28 du 15 avril 1993 Tome 1/4 Rapport de synthèse LANGOUET Loïc Prospection-inventaire dans les arrondissements de Saint-Malo, Dinan, Saint-Brieuc et
  • Lannion Autorisation N° 93-28 du 15 avril 1993 Tome 1/4 Rapport de synthèse PROSPECTION-INVENTAIRE COTES-D'ARMOR et ILLE-ET-VILAINE Arrondissements de Lannion, Saint-Brieuc, Dinan, Saint-Malo (autorisation n° 93-28 du 15 avril 1993) Responsable : Loïc Langouët L'équipe de
  • prospecteurs réunis autour de Loïc Langouët et Catherine BizienJaglin a continué à travailler en 1993 dans le nord de la Haute-Bretagne et dans le Trégor ; au total 126 sites archéologiques ou découvertes ont été traités au cours de l'année. Un plan-dépliant, joint, donne l'implantation de
  • ces sites et définit la zone de travail des prospecteurs de l'équipe. RAPPEL DES PROBLEMATIQUES Les problématiques auxquelles cette prospection répond sont multiples et variées. j Tout d'abord les données, inédites ou complémentaires, concernant les sites gallo-romains ou les
  • gisements de tegulae du nord de la Haute-Bretagne alimentent le fichier mis en place lors de l'A.T.P. C.N.R.S. et du P.C.R., intulés "Archéologie du milieu rural en Haute-Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine". Grâce aux outils informatiques mis en place, ces données
  • permettent d'affiner cette occupation rurale, ce qui est la suite logique et normale d'une recherche qui est engagée depuis 1985 et qui a déjà fait l'objet d'une publication en 1991 (Supplément N°4 de la Revue Archéologique de l'Ouest). La densification des sites et l'amélioration des
  • .). Parallèlement et en rapport avec le programme précité, la réflexion sur la typologie et la chronologie des enclos se poursuit avec, en particulier, le souci de mieux comprendre les implantations de ces structures vis-à-vis de la topographie. On s'aperçoit, par la prospection au sol
  • , qu'approximativement la moitié des enclos décelés concernent l'époque gallo-romaine. C'est dans ce thème de recherche que l'on peut citer, pour 1993, le mémoire de Maîtrise de Tristan Arbousse-Bastide intitulé "Une approche des enclos du nord de la Bretagne ; analyse des données et démarche
  • comparative" (291 pages). Une autre recherche, dépassant le simple cadre de l'occupation rurale, concerne l'environnement immédiat des voies anciennes (sites et parcellaires). La voie ancienne Rennes-Alet a déjà fait l'objet d'une telle publication en 1992. Les prochains travaux vont
  • porter sur les voies romaines Corseul-Avranches et Corseul-Vannes, avec le recours à des nouvelles méthodes mathématiques d'analyse. Les trois thèmes précités correspondent à des opérations figurant dans le programme de recherche le la future U.M.R. qui se bâtit à l'Université de
  • international organisé en avril 1995 par l'Association des Sédimentologues Français (A.S.F.). Les données de prospection alimentent les fichiers des sites (C.N.R.S., Université et S.R.A.). Elles permettent à des mémoires de Maîtrise de reposer sur des corpus significatifs. Comme exemples
  • récents, on peut citer le mémoire de Maîtrise de Gaëlle Le Page intitulé "Etude du peuplement du peuplement néolithique dans le Penthièvre littoral entre Gouessant et Frémur" (448 pages) et celui de Jacqueline Le Carduner intitulé "Contribution à l'étude des céramiques de l'Age du
  • Bronze en Armorique ; sites fouillés et prospections récentes". D'autres mémoires sont en cours (les céramiques de l'Age du Fer dans le Penthièvre littoral, par exemple). Lorsque l'on est en prospection de surface, on constate très souvent la destruction des sites par les engins
RAP01858.pdf (les sites mésolithiques en Bretagne. rapport de 1re année de projet collectif de recherche)
  • projet collectif de recherches
  • les sites mésolithiques en Bretagne. rapport de 1re année de projet collectif de recherche
  • s'y trouve actuellement. - Musée des Antiquités Nationales (Saint-Germain-en-Laye), - Musée d'Histoire naturelle de Lyon, - Musée d'Histoire naturelle de Toulouse, - Musée de Carnac. 14 Les sites mésolithiques en Finistère : chronologie et stratigraphie Conservés à Nancy dans la
  • PROGRAMME COLLECTIF DE RECHERCHE LE MÉSOLITHIQUE EN BRETAGNE Année 2002 Grégor Marchand et Estelle Yven (coordination) Avec la participation de Yann Bougio, Nathalie Desse, Catherine Dupont, Pierre Gouletquer, Yves Gruet, Yvan Pailler, Ludovic Soler, Anne Tresset. PCR - Le
  • : chronologie et stratigraphie f t) , Ces travaux sont dédiés à la mémoire de Claude Audren 3 I. PROBLEMATIQUE 1 . LE PROJET DE RECHERCHE 3 2. ACTIVITES ENTREPRISES 4 EL ORGANISATION DE LA RECHERCHE 7 1 . COMPTE-RENDU DE LA DEUXIÈME REUNION (ESTELLE YVEN ET GREGOR MARCHAND) 7 2
  • . ENTRE L'ECORCE ET L'ARBRE: REFLEXIONS SUR LES PRATIQUES DE L'ARCHÉOLOGIE (PIERRE GOULETQUER) ... 1 0 m. 13 TRAVAUX SUR LE MESOLITHIQUE 1 . TEVIEC ET HOËDIC (GREGOR MARCHAND ET LUDOVIC SOLER) 13 2. BEG-AN-DORCHENN (NATHALIE DESSE) 15 3. SONDAGES SUR LE SITE DE LA TRINITÉ
  • A MELGVEN (GREGOR MARCHAND) 16 4. LE PROJET CORNOUAILLE : JOURNÉE D'ÉTUDE DU MATÉRIEL LITHIQUE (ESTELLE YVEN) 23 5. LE PROJET CORNOUAILLE : UN SÉMINAIRE DE TERRAIN EN NOVEMBRE 2002 (YANN BOUGIO) 38 43 IV. DE NOUVELLES SYNTHESES SUR LE MESOLITHIQUE ET LA NEOLITHISATION 1 DE TEMPS
  • DOMAINE ATLANTIQUE : UNITÉ ET DIVERSITÉ DES PROCESSUS D'APPARITION DE L'ELEVAGE A LA MARGE NORD-OUEST DE L'EUROPE (ANNE TRESSET) 72 5. ESTIMATION DE LA RESSOURCE ALIMENTAIRE EN MASSE DE CHAIR D'APRÈS LES RESTES DE COQUILLES : APPLICATIONS AUX BERNIQUES PATELLA SP. ET AU 'BIGORNEAU
  • ' MONODONTA LINEATA DE SITES MESOLITHIQUES ET NEOLITHIQUES (CATHERINE DUPONT ET YVES GRUET) 88 5. BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE (PARTIES III ET IV) V. UNE BIBLIOGRAPHIE DU MESOLITHIQUE EN BRETAGNE : EST-ELLE EXHAUSTD7E 110 ? 123 1. GENERALITES 123 2. MESOLITHIQUE ANCIEN-MOYEN 3
  • PROJET DE RECHERCHE Ce programme collectif de recherche réunit trente-deux chercheurs amateurs ou professionnels (CNRS Universités de Paris I, de Brest et de Belfast - S.R.A. - Service archéologique du Finistère) pendant une durée de trois ans. L'objectif est de coordonner les travaux
  • concernant la période mésolithique sur la Bretagne, en dégageant de nouvelles articulations entre les champs de connaissances parcourus par les participants. Ce dialogue concerne particulièrement les travaux sur l'organisation spatiale - très développés en Finistère - et les analyses de
  • la gestion des ressources animales et marines. Une attention particulière sera également accordée à la hiérarchisation et à la publication des faits archéologiques. Les thèmes de recherche développés sont : Autonome Hiérarchisation du corpus de sites en Finistère P. Gouletquer
  • , G. Marchand PCR Etudes de collections et définition d'un protocole d'analyse commun S. Blanchet, J. Josselin, P. Gouletquer, G. Marchand, Y. Pailler, E. Yven - G. Marchand Autonome O. Kayser, G. Marchand, A. Tresset, R. Schulting PCR R. Schulting - A. Tresset PCR
  • Activités L'espace (organisation du territoire et économie de la matière première lithique) Prospections au sol en Finistère, Morbihan, Côtes-d'Armor et Illeet-Vilaine Les systèmes techniques Les fondements archéologiques Gestion et exploitation des ressources animales et marines
  • Budget Promoteurs S. Blanchet, B. Ginet, J.-M. Lacot, P. Forré, P. Gouletquer, M. Le Gofflc, P. Léoppld, Y. Pailler, J. Perry, E. Yven Thèmes Campagne de sondages en Finistère Bilan archéographique des sites de Beg-an-Dorchenn, Téviec et Hoëdic Nouvelles datations à Beg-anDorchenn
  • et à Beg-er-Vil et calcul de l'effet de réservoir océanique Etude faunique Analyse des isotopes stables sur les R. Schulting ossements humains et animaux des amas coquilliers Prélèvement et étude des coquilles G Dupont sur les sites de Hoëdic et Beg-anDorchenn Anthropologie
  • physique Pratiques funéraires et L. Soler — R Schulting (recrutement, caractères domaine symbolique biologiques) Analyse et comparaison des S. Cassen systèmes symboliques mésolithiques et néolithiques Tableau 1. Organisation des travaux du PCR « Le Mésolithique en Bretagne » en 2001
  • . PCR PCR - Les thèmes articulés seront : - le mouvement (circulation des matériaux ou des individus, navigation et colonisation des milieux insulaires, la saisonnalité dans l'exploitation de l'environnement), - les contraintes géographiques et environnementales (effets de
  • péninsule, adaptations au milieu), - territoires et identités (intégration / réaction face aux flux culturels européens, transformations des territoires d'acquisition au cours du temps, matérialisation des espaces culturels). En 2001, l'accent a été mis sur les analyses des vestiges
  • animaux et marins, avec des prélèvements à la Beg-anDorchenn et à Hoëdic. Au cours de 2002, plusieurs synthèses ont vu le jour, présentées notamment lors d'une réunion de la Société Préhistorique Française tenue à Nantes les 26 et 27 avril, sur le thème : « Unité et diversité des
  • processus de néolithisation sur la façade atlantique de l'Europe (7-4 ème millénaires avant J.-C.) ». L'objectif affiché est de parvenir en 2003 à une publication collective des faits archéologiques, des modèles proposés (même contradictoires) et des fondements théoriques qui sous
  • somnolence est trompeuse ; des forces aussi souterraines que melliflues sont en oeuvre, qui visent en premier lieu à compléter l'inventaire des sites réalisé par Pierre Gouletquer. Yvan Pailler et Estelle Yven (prospections et études de sites) Gérard raiirriay (prospections), Estelle
RAP01961.pdf (bassin occidental de la Vilaine et centre Bretagne. rapport de prospection inventaire)
  • bassin occidental de la Vilaine et centre Bretagne. rapport de prospection inventaire
  • pictures and geophysical mappings Des milieux et des hommes ; fragments d'histoires croisées © 2003 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réserves Bocages armoricains et sociétés, genèse, évolution et interactions D. Marguerie, A. Antoine, C. Thenail, J
  • forestier Des milieux et des hommes : fragments d'histoires croisses ♦ Site d 'étude de Monteurs r\ \J Site d'étude de PleineFougéres : gradient d 'ouverture du bocage sradient 'd'ouverture du bocage (site de PleineFougères) Fig. I. et progression des herbacées rudérales et des
  • , l'essentiel des charpentes médiévales et modernes employant des « ragoles » (émondage de la base au sommet) se trouve dans leur aire de répartition actuelle Des milieux et des hommes : fragments d'histoires croisées I Ukri^piuv^^«(^«KMir*r
  • de vastes espaces utilisés, mais non cultivés, sont réincorporés dans le saltus. Des milieux et des hommes : fragments d'histoires croisées 06 Fig. 5. Bocages armoricains et sociétés, genèse, évolution et interactions 2.3.2. Le bocage moderne et contemporain Entre le XVI e
  • et sédiments anciens, a été appliquée à des réseaux par- Des milieux et des hommes : fragments d'histoires croisées Côté culture Centrât* d»« brsrvch*» Contrdl* d*s brou t»aill*«, dtt mauvaittth»rb*a AtMurwl* nntSfCHtnt; ► éviter ht *alftnm*nt Bordure de champ B Au cous d
  • indépendantes du rôle environnemental reconnu au bocage, qui relève d'une représentation sociale variable d'une période à l'autre. Des milieux et des hommes : fragments d'histoires croisées 4. 1. Lesfonctionnements écologiques intrinsèques l'usage des terres des parcelles adjacentes, des
  • Maurice GAUTIER PROSPECTION-INVENTAIRE BASSIN OCCIDENTAL DE LA VILAINE ET CENTRE BRETA GNE 2003/015 Autorisation préfectorale du 14 avril 2003 Rapport de synthèse Tome 1/2 Mil CL SOMMAIRE Remerciements p. 1 Problématique de la recherche p. 1 et 2 Remarques
  • méthodologiques p. 2 Appréciation sur les découvertes p.2 à 3 Perspectives p. 3 Publications, animations, colloques. .p. 4 Liste des découvertes p. 5 et 6 Figures p. 7 à 15 Annexes. Programme du colloque de Gand. Bocages armoricains et sociétés, genèse, évolution et interactions
  • . Le bassin occidental de la moyenne Vilaine et le Centre Bretagne ont continué de faire l'objet en 2003 d'une campagne de prospection -inventaire pour la Carte Archéologique de la France. Ces travaux ont essentiellement mis en œuvre deux techniques de prospection : la détection
  • aérienne à basse altitude et les reconnaissances au sol. Cette dix-neuvième campagne de prospection-inventaire entre Rennes et Carhaix a permis une nouvelle fois de recueillir des informations inédites sur le Porhoët et le Centre-Est Bretagne qui constituent les deux espaces privilégiés
  • de notre recherche (Fig.l). La partie synthétique de ce rapport se veut comme à l'habitude volontairement succinte car la méthodologie mise en œuvre et les résultats obtenus sur cette zone de prospection depuis une quinzaine d'années ont déjà été largement discutés et commentés
  • dans une publication récente (Gautier,2003). REMERCIEMENTS Les recherches ont bénéficié d'une subvention de l'Etat de 4650 euros, de crédits du Conseil Général du Morbihan d'un montant de 2325 euros et d'une subvention du Conseil Général des Côtes -d'Armor s'élevant à 2325 euros
  • . Ces crédits conséquents attribués à temps ont permis de couvrir les frais occasionnés par les reconnaissances aériennes, l'acquisition de feuilles cadastrales, les fournitures et travaux photographiques ainsi que les indispensables contrôles au sol. Nous tenons à remercier les
  • différentes personnes et collectivités territoriales qui ont largement soutenu notre recherche, à savoir Monsieur Stéphane DESCHAMPS, Conservateur Régional de l'Archéologie, Monsieur Yannick LECERF, Responsable du département du Morbihan, Monsieur Yves MENEZ, Responsable du département des
  • Côtes-d'Armor, les membres de la C.I.R.A. Grand-Ouest ainsi que les Conseils généraux des Côtes-d'Armor et du Morbihan. Il nous faut aussi remercier Philippe GUIGON, Michel MESLET et Sébastien NIEZ qui furent les disponibles et talentueux pilotes de cette campagne 2003. Au niveau
  • local, des aides et de précieuses informations, notamment en ce qui concernent les vérifications au sol, nous ont été apportées par Gilles MONTGOBERT de Mauron (56), par Jean-François CHARPENTIER de Plumieux (22) et surtout par Claudine BERNARD de Laniscat (22). Nous tenons également
  • à remercier Gilles LEROUX qui a bien voulu survoler le Porhoët début juillet. LA PROBLEMATIQUE DE LA RECHERCHE Les travaux systématiques de détection aérienne réalisés entre Rennes et Carhaix depuis plus de quinze ans ont permis la révélation de deux petites régions naturelles au
  • peuplement jusqu'à lors insoupçonné : Le Porhoët et la région de Corlay dans les Côtes-d'Armor. La qualité et l'originalité des fonds documentaire réunis sur ces deux secteurs permettent de dépasser la seule préoccupation d'inventaire pour constituer une véritable recherche sur les
  • processus d'anthropisation du milieu, notamment aux époques gauloise et gallo-romaine. En outre, le Porhoët a livré des traces de parcellaires anciens, nombreuses et variées, qui font de ce secteur géographique un laboratoire privilégié pour l'étude et la restitution des formes agraires
  • protohistoriques et antiques. Ces recherches permettent également de poser de nombreux questionnements sur la morphogenèse des bocages armoricains (Gautier et alii,2003). 1 Rappelons également que ces travaux permettent de proposer aux archéologues bretons des sites susceptibles de faire
RAP02526.pdf (GUER (56) la chapelle Saint-Étienne en Guer)
  • direction d'Alain Bardel10. Puis, il a continué avec une maîtrise d'histoire de l'art soutenue en 1981 portant sur les églises rurales du haut Moyen-Age dans les diocèses de Rennes, Dol et Saint-Malo. L'année suivante, il passe un Diplôme d'Etudes Approfondies sur l'Architecture
  • de la chapelle Saint-Étienne de Guer Volume I : texte Sous la direction de Florence Journot Septembre 2009 Membres du Jury F. Journot, (UMR 7041), Maître de conférence [histoire, civilisation, archéologie et art des mondes anciens et médiévaux] Q. Cazes, (UMR 8589), Maître de
  • conférence [histoire, civilisation, archéologie et art des mondes anciens et médiévaux] Remerciements Au terme de ce travail, je pense à toutes celles et tous ceux qui m'ont encouragé et soutenu tant moralement que sur le plan scientifique. En premier lieu, je tiens à remercier
  • Florence Journot pour son soutien tout au long de ces deux années qui ont vu la concrétisation de ce projet d'étude de bâti. Pour ses nombreux conseils et sa patience qui a été mise à rude épreuve durant nos entretiens. Au travers de nos discussions, elle m'a permis de m'initier et
  • d'approfondir mes connaissances sur les divers aspects de ce sujet. Je pense également à Marie Casset pour sa disponibilité et l'intérêt qu'elle a porté à ma recherche. Je remercie Stéphane Deschamps, directeur du Service Régional d'Archéologie de Bretagne pour la confiance qu'il m'a accordé
  • . Pour m'avoir permis d'étudier cet intéressant et singulier édifice dans le cadre du Service Régional d'Archéologie et de mon master. Je tiens à saluer le soutien matériel et humain de la Communauté de Commune de Guer qui a mis à ma disposition un échafaudage mais aussi un logement
  • me faire une formation accélérée pour la reconnaissance des natures des pierres. Je remercie Philippe Guigon pour les conseils qu'il ma accordé et ses nombreux travaux de recherche portant sur l'architecture religieuse de Bretagne et particulièrement sur la chapelle Saint-Etienne
  • .. Une pensée, et des remerciements, vont aux membres bénévoles et passionnés de l'Association pour la Sauvegarde de la Chapelle Saint-Etienne. Une pensée plus particulière pour Alain Régent sans qui nous aurions dû manger debout et pour le soutien logistique adéquat face aux
  • situations auxquelles nous étions confrontés, notamment la mise à disposition du tracteur et de la benne d'ensilage ainsi que l'échelle qui nous ont permis d'accéder à la partie haute du mur ouest. Je remercie sincèrement et chaleureusement Xavier Bacheter pour ses précieux conseils
  • ainsi que son travail de remontage photographique de plusieurs milliers de clichés. Pour les nombreuses heures qu'il a passé à résoudre des problèmes de parallaxes et de buis sur le terrain mais aussi d'échelles pour l'assemblage des clichés et des relevés manuels. Un petit clin
  • . Pour son soutien indéfectible tout au long de ces années ainsi que ses compétences, sur le terrain mais aussi lors des innombrables lectures et re-lectures du présent mémoire. Aux nombreuses occasions passées à corriger et à débattre. Merci de m'avoir supporté au quotidien et de
  • m'avoir réconforter, sans faillir, tout au long de ma réflexion et de ma rédaction. Aux heures d'initiation aux logiciels nécessaires à mon travail ainsi qu'aux heures de sommeil perdues à m'entendre parler de ce dernier. Je remercie également Cathy et Guy pour les corrections des
  • fautes d'orthographes, qui ont été nombreuses et parfois inattendues. Je ne saurais oublier tous mes amis qui m'ont encouragé, soutenue et surtout aidé lors des moments difficiles. Merci encore Moufly, Mathieu, Chouchou, Steven, Laure et Xavier. Leur bonne humeur et leur enthousiasme
  • ma permis d'avancer et de continuer. Je leur souhaite à toutes et à tous une bonne réussite dans leurs projets respectifs. Enfin, je remercie ma famille, pour son irremplaçable et inconditionnel soutien malgré les distances qui peuvent nous séparer. À toi maman, parfois inquiète
  • mais toujours présente dans les bons et mauvais moments, disponible et encourageante, tu m'as permis d'aller au bout de ce premier travail de recherche et je t'en remercie. Sommaire Introduction 3 Première partie : état de la question, pour en finir avec la Bretagne « retardée
  • techniques de laboratoire 25 1.3. La chapelle Saint-Étienne de Guer, les protections et travaux effectués 30 1.3.1. Les protections et restaurations 30 1.3.2. Les travaux 31 1.3.2.a. Les recherches 31 1.3.2.b. Les recherches archéologiques 36 1.3.2.C Les projets de
  • restauration 37 Deuxième partie : Problématique et objectifs 39 2.1. Le site de Saint-Étienne de Guer 39 2.1.1. Le prieuré et la chapelle actuels 39 2.1.1.a. Le prieuré 39 2.1.l.b. La chapelle 41 2.2. Problématique 44 2.3. Méthodologie 45 2.3.1. La topographie 45 2.3.2. Le
  • relevé de bâti 46 2.3.3. La reprise par ordinateur. 48 2.3.4. Les fiches U.C 48 Troisième partie : Description analytique des élévations et interprétations 52 3.1. Description analytique des élévations et restitution diachronique des états de la chapelle 54 3.1.1. Le mur
  • 3.1.4. Le mur nord 63 3.ï.4.à. Extérieur (fig.47, a et b) 63 3.1.4. b. Intérieur (fig. 48) 68 3.1.5. L'aménagement intérieur 68 3.2. Restitution diachronique des états de la chapelle 69 3.2.1. La première phase 71 3.2.2. Une phase d'embellissement ? 76 3.2.3. Une
  • importante campagne de modifications (fig.50 a, b et c et fig.51) 78 3.2.4. La mise hors d'eau de la chapelle et des campagnes de rejointoiement (fig. 50 a et 51) 82 Conclusion 85 Bibliographie 87 Annexes 94 2/106 Introduction. Pendant des décennies, l'étude des vestiges bâtis
RAP02376.pdf (PLOEMEUR (56). kerham-lann porz menec'h. rapport de fouille programmée)
  • PLOEMEUR (56). kerham-lann porz menec'h. rapport de fouille programmée
  • Caveau principal du parement et hauteur du tertre ? 6,30 m x 0,90 m ? Sépulture 1 Sépulture 2 Eléments de chronologie Urne à 1 m à l'extérieur du parement, dans un coffre Idem Tessons, charbons, mobilier lithique...? Tréguennec, Kerbascat (Finistère) 21 Fig. 20
  • hauteur du parement Caveau principal (Lxl) Eléments de chronologie 1 12m x? 5,20 m x 1,06 m ? 3 urnes protégées par 3 coffres en schiste (superposés ?) 2 20 m x 4 m 5 m x 0,90 m 0,80m x 0,80 m 3 urnes recouvertes et reposant chacune sur une dallette circulaire 3 ? 3 m x
  • décor est tout à fait comparable à celui du très beau vase à grandes cupules jumelées et décor estampé provenant du tumulus de Lann Tinikeï, distant d'à peine 900 m vers le nord-nord-ouest (fig.25) (Comité d'Histoire du Pays de Ploemeur 2003 p. 33, Milcent 1993 p. 31). 25 ■ vue le
  • substructions de maisons, peut-être contemporaines du tumulus » [sic). Le croquis du tumulus est de Lann Tinikeï, dessiné par Le Pontois en 1892 (fig. 24), figure d'un tertre d'environ 10 m de diamètre et 1 m de hauteur, ainsi que l'emplacement de trois vases (Comité d'Histoire du Pays de
  • nous avons attribués à une phase antérieure. N° 5 6 Diamètre et hauteur du tertre Diamètre et hauteur du parement Sépulture initiale (Lxl) Eléments de chronologie Réf. AD.29 Fonds de Kernuz, côte 100 J 1364. Réf. idem : « Boîte à pots : ... 5 - fusaïoles - 4 provenant des
  • . Comité d'Histoire du Pays de Ploemeur, 2003 .- Ploemeur et ses mégalithes, Les Cahiers du Pays de Ploemeur, n°13, juillet 2003, 48p. DU CHATELLIER P., 1901 .- Exploration des tumulus des Montagnes Noires (Finistère), Extrait du Bulletin archéologique, Paris, Imprimerie Nationale, 21 p
  • DRAC-SRA - 3'JUIL 2007 * ARRIVEE PLOEMEUR Kerham - Lann Porz Menec'h (Morbihan) Un monument funéraire du Premier âge du Fer ? Rapport de Fouille programmée 2005 Anne VILLARD-LE TIEC avec la collaboration de Gilbert LE DELLIOU, Thierry LORHO et Caroline MAGITERRI Service
  • Régional de l'Archéologie de Bretagne Conseil Général du Morbihan Ville de Ploemeur UMR 6566 - Civilisations Atlantiques et Archéosciences 11% Remerciements Je tiens à remercier la commune de Ploemeur, propriétaire du site, qui a facilité nos démarches administratives et mis à notre
  • fouille et de restauration du monument circulaire de Kerham. J'adresse également mes remerciements au Conseil Général du Morbihan qui a bien voulu soutenir cette recherche. La campagne a bénéficié de l'enthousiasme de l'équipe de fouille, dont la plupart débutait sur ce chantier
  • (INRAP), qui a réalisé les documents en D.A.O., dans le cadre d'un stage du Master professionnel des « Métiers de l'Archéologie » (Université de Nantes), sous la direction de Mathilde Dupré (INRAP) et de Thierry Lorho. - Jean-Pierre Bardel, technicien au SRA, qui a suivi les travaux
  • (Morbihan), est implanté en face de l'île de Groix, sur le flanc d'une petite éminence dominant les environs à 20 m NGF et la côte toute proche (fig. 1). L'étude de la correspondance du commandant Le Pontois1 à son ami Paul Du Châtellier, conservée aux Archives départementales du
  • distances entre les monuments fouillés afin de prouver l'existence d'unités de mesure ayant présidé à leur construction, des listes de mobilier, ainsi qu'un plan général et un plan de détail de deux d'entre eux. Un autre plan, non daté, figure les sites répertoriés par Le Pontois du Fort
  • , année de sa mise à la retraite, mais publie très peu. Il fouille activement un grand nombre de monuments situés entre Laïta et rivière d'Etel et plus particulièrement, de 1891 à 1896, environ une dizaine d'entre eux à Ploemeur. Il est parfois confondu avec Charles Bénard (1867-1931
  • Pol 2. Tuchenn Bonne Femme 3. Tuchenn Bonhomme 4. Monument circulaire "KF.RI 1AM" 5,6 et 7. Très petits tumuli O Age du Fer Sable o Indéterminé Estran rocheux A Sites à sel - Age du Fer Le site de Lann Porz Menec'h comprend à cette époque trois grands tumulus mégalithiques
  • , un monument circulaire, et trois très petits tumuli (sic) (fig. 3). L'ensemble des structures a été fouillé de manière plus ou moins exhaustive à partir de 1891, le but étant de rechercher les sépultures avec mobilier. Une partie des objets, confiée à Paul Du Châtellier en
  • plusieurs envois dont un en 1904, est actuellement conservée au Musée d'Archéologie Nationale à Saint-Germain-en-Laye (Comité d'Histoire du Pays de Ploemeur 2003 p. 21-35). Fig. 3 : Plan des monuments de Lann Porz Menec'h (dessin Le Pontois - AD 29) Les monuments les plus remarquables
  • , les tumulus de Tuchenn Pol (27 m de diamètre), Tuchenn Bonhomme (34 m x 12 m) et Tuchenn Bonnefemme (45 m x 25 m), sont disposés sur une ligne nord-nord-est / sud-sud-est. Au sud-est de la tombe à couloir mégalithique de Tuchenn Pol, située sur le point culminant de la butte, est
  • implanté un monument circulaire, représenté par Le Pontois sous la forme de deux parements concentriques de pierres, l'un d'environ 8 m de diamètre, l'autre de 12 m (fig. 4). Ce plan de détail de la tombe à couloir et du monument circulaire est le seul document conservé présentant
  • l'architecture de ce dernier telle qu'elle a été perçue par Le Pontois après la fouille. L'irrégularité des parements du monument circulaire et la complexité évidente du plan du Tuchenn Pol montrent manifestement d'importants remaniements traduisant une évolution des structures funéraires mal
  • comprise par Le Pontois. 5 Depuis, l'ensemble du site a été très dégradé par les aménagements liés au Mur de l'Atlantique (blockhaus, tranchées, ...), puis par des remblais d'un mètre d'épaisseur recouvrant le Tuchenn Pol et le monument circulaire, et enfin par les terrassements liés
RAP02756.pdf ((22)(29)(35)(56). prospection inventaire bassin occidental de la moyenne Vilaine, centre Bretagne, Trégor. rapport de pi 2011)
  • (22)(29)(35)(56). prospection inventaire bassin occidental de la moyenne Vilaine, centre Bretagne, Trégor. rapport de pi 2011
  • préhistoriques de la Hersonnais, Bulletin d'information municipal de Pléchâtel, n°3, Leroux p. G., Gautier M., 2012 connaissance des - 18 et 19. Apports récents de la prospection aérienne et des fouilles à la voies romaines Bretagne, Société d'Histoire et d'Archéologie de en
  • sont visibles. L'ensemble évoque une exploitation agricole des Vlème et Vème siècles accompagnée de son cimetière familial, positionnée sur une terrasse à proximité de la Seiche. Eléments de datation : Aucun : il Lieu de conservation du mobilier Bibliographie n'y a pas eu
  • par l'extension future du bourg de Gaël. Eléments de datation : Aucun Lieu de conservation du mobilier Bibliographie : : Documentation jointe à la déclaration : Extrait cadastral et cliché du 25 août 2011. DIRECTION Département : GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ILLE
  • éventuel : : : Différences de teinte sur céréales et pois. Prospection aérienne Description des vestiges : Enclos en forme de « dé à coudre Probable exploitation agricole protohistorique. Eléments de datation : (100 x 60 m) avec limites agraires associées. Aucun Lieu de
  • recoupe partiellement une grande structure à fossé curviligne dont la superficie dépasse très certainement l'hectare. Plus à Test, on reconnaît un petit enclos en forme de « dé à coudre » (40 x 30 m). Probables occupations protohistoriques et antiques culminant à 111 Eléments de
  • . Carhaix Eléments de datation : Aucun Lieu de conservation du mobilier Bibliographie : Documentation : Leroux G., ProvostA., 1990-Carte Archéologique de la Gaule, L'Ille-et-Vilaine, p 49. jointe à la déclaration : Extrait cadastral et cliché du 28 mai2011 DIRECTION
  • : Groupement d'enclos vus partiellement. Ils sont probablement quadrangulaires et leur superficie est proche de 5000 m2. Ils ont une position bien caractéristique en tête de talweg. Il s'agit probablement d'enclos protohistoriques. Eléments de datation : Aucun Lieu de conservation du
  • signale Eléments de datation : Gisement de Lieu de conservation du mobilier Bibliographie : une réoccupation du site à l'époque gallo-romaine. tegulae Chez Guy Jumel : Documentation jointe à la déclaration : Extrait cadastral et cliché du 17 juin 2011 gautier_M/35219
  • vestiges : Ensemble d'enclos emboîtés déformé trapézoïdale (80 x70 m) Eléments de datation : Site non vérifié Lieu de conservation du mobilier Bibliographie au sol. : : Documentation jointe à la déclaration : Extrait cadastral et cliché du 10 juillet 2011 reconnu
  • mamelon dominant le canal de Nantes à Brest. Eléments de datation : Aucun : il Lieu de conservation du mobilier Bibliographie n'y a pas eu de contrôles au sol. : : Documentation jointe à la déclaration : Extrait cadastral et cliché du 10 juillet 2011 gautier_M/29152
  • 2011-200 Autorisation préfectorale du 17 mai 2011 Rapport de synthèse Tome Vi Travaux réalisés avec l'aide des Conseils Généraux des Côtes-d'Armor et du Finistère 215$> Le bassin occidental de la moyenne d'une vingt septième ce de prospection-inventaire durant l'année
  • 2011. Quelques campagnes survols ont également Vilaine, le Centre Bretagne et le Trégor ont fait l'objet été réalisés sur le bassin de Châteaulin (fig.l). La partie synthétique de rapport se veut, comme à l'accoutumé, volontairement succincte car la méthodologie mise et les
  • résultats obtenus œuvre en discutés et commentés dans des Contrairement aux années régional de l'archéologie sur cette vaste zone de prospection ont été largement publications récentes (Gautier,2003 ; Gautier et alii,2008). précédentes, le rapport final d'opération est remis
  • au service certain retard qui est essentiellement du à des problèmes avec un de santé. Remerciements Les recherches aériennes ont crédits en de 5000 tenons provenance euros. Nous tenons ont euros et de des Conseils Généraux des Côtes-d'Armor et du Finistère d'un
  • montant Ces crédits à remercier la bénéficié d'une subvention de l'état de 4000 conséquents ont été, nouvelle fois, affectés à temps et une nous diligence de Philippe BALLU qui a remarquablement suivi notre dossier. également à saluer les différentes personnes et
  • collectivités territoriales qui largement soutenu la recherche, notamment Yves Menez, adjoint du Conservateur Régional de l'Archéologie et Jean-Yves TINEVEZ, responsable du département des Côtesd'Armor. Thierry LORHO, ingénieur d'études à la Carte Archéologique profiter de ses
  • connaissances en une et encourager conjoncture économique Comme nos à chaque année, il spécialement au les prospections aériennes pour son Conseil Général des Côtes- sur son département malgré peu favorable. nous faut également saluer la disponibilité et la compétence de
  • principaux pilotes, à savoir Philippe GUIGON et Hélène LECUE. Au niveau local, des aides de précieuses informations, notamment été apportées par Claudine BERNARD BOUCART de Maxent La largement fait informatique et géomatique. Qu'il soit ici remercié aide très précieuse. Enfin notre
  • gratitude va tout d'Armor qui a continué nous a en ce qui concerne les contrôles au sol nous ont de Laniscat (22, Hugo LE GUENNIC d'Uzel (22) et Jean (35). problématique de la recherche Les travaux plus de 20 systématiques de détection aérienne réalisés entre Rennes et
  • Carhaix depuis ans ont permis la révélation d'un important patrimoine enfoui ou arasé. Deux petites régions naturelles font par ailleurs l'objet de reconnaissances plus assidues : le Porhoët et le bassin de des Corlay dans le sud des Côtes-d'Armor (Fig.l). La qualité et
RAP01865.pdf (Morbihan ouest et Finistère sud. rapport de prospection inventaire)
  • Morbihan ouest et Finistère sud. rapport de prospection inventaire
  • Généraux du Finistère et du Morbihan pour l'année 2002, ne nous sont pas encore parvenues, perturbant profondément ce programme de prospection qui n'a pu cette année atteindre les objectifs qui avaient été déterminés. Seule à ce jour la Société d'Archéologie et d'Histoire du pays de
  • , l'expériences de séminaires de prospection étalés sur 2 journées de week-end et regroupant un nombre important de prospecteurs a été reconduite et amplifiée. De 20 à 25 prospecteurs provenant de différents horizons ( universitaires, étudiants, société d'archéologie et d'histoire du pays de
  • le «Comité d'histoire » de cette commune, en liaison avec notre groupe de prospection, a déjà eu des résultats positifs.La dalle de couverture du dolmen « Ar Roch » qui menaçait de s'écrouler a été recaléesur ses supports. Cette opération s'est faite sous la surveillance et les
  • -Gabéric, Eliant, Tourc'h. La zone géographique étudiée par ce programme couvre désormais une superficie de 2200 Km 2 environ ( figure 1) de partet d'autre de la limite départementale Finistère - Morbihan, depuis l'Odet à l'Ouest jusqu'à la rivière d'Etel à l'Est, et de la côte
  • atlantique au Sud jusqu'à la limite des Côtes d'Armor au Nord. Au total, la zone prospectée par ce programme comporte désormais 33 communes finistériennes et 53 morbihannaises. 2. PROBLEMATIQUE D E L A R E C H E R C H E Elle est double : □ Dans le cadre du programme « CARTE
  • ARCHEOLOGIQUE DE LA FRANCE », reconnaître et inventorier les sites connus ou inconnus jusqu'alors, afin d'assurer leur sauvegarde grâce aux textes en vigueur. Cet inventaire est le préalable essentiel à la connaissance du passé des hommes dans cette région. La prospection inventaire mise en
  • œuvre en octobre 1988 et continuée sans interruption depuis lors , répond à cette exigence : à la fin de 2002, près de onze cents fiches de sites auront été rédigées et archivées par ce programme. □ La mise en œuvre des moyens d'investigation débouche sur l' ARCHEOLOGIE DU PAYSAGE
  • qui se donne pour but la restitution des paysages anciens. On escompte que la confrontation des clichés issus des prospections aériennes, des anciennes couvertures IGN, de l'examen du cadastre napoléonien, de la toponymie et des archives, des cartes de répartition, des points
  • d'information et des sites reconnus ou inventoriés, etc ... produiront à terme un effet de synergie aboutissant à une meilleure connaissance des paysages anciens sur le territoire étudié par ce programme. Des avancées en ce sens ont été réalisées dans les zones les plus favorables à
  • l'observation aérienne, sur les deux départements, Finistère et Morbihan. 3 PROSPECTION AERIENNE MOYENS MIS EN ŒUVRE Comme les années précédentes, deux équipes ont survolé la zone à prospecter qu'elles se partagent de partet d'autre d'une ligne « Laïta-Ellé ». - L'une composée de Bernard
  • GINET, photographe et Loïc Le Bail, pilote, prospectant la zone morbihanaise et les communes finistériennes limitrophes de Rédéné, Arzano et Guiligomarc'h. - L'autre composée de Roger BERTRAND, photographe et Georges PIN, pilote, prospectant la zone finistérienne et la commune
  • météorologique : les mois de juin et juillet ont été exagérément pluvieux et la prospection aérienne n'a pu véritablement commencer qu'à l'extrême fin du mois de juillet. Quelques rares découvertes ont été faites à la fin du mois de juillet et début août dans les blés mûrissants et il a fallu
  • , sur un terrain de football, en plein bourg de Moëlan sur mer, d'un ensemble de petits enclos semblant se repartir en deux groupes distincts ( fîg.2) et, voisinant ces enclos, un ensemble de ce qui pourrait être des trous de poteaux, mais regroupés et qui pourraient être aussi le
  • résultat de déjections animales( ?). Jusqu'à présent ce type de structures n'avait jamais été détecté par ce programme. Pour le Morbihan, c'est également le secteur côtier, et principalement la zone située entre le Blavet et la rivière d'Etel qui a donné les meilleurs résultats. Et
  • Lorient, Keltia adventure, etc. . ..) se sont joints aux membres de notre groupe de prospection inventaire pour participer à 2 semaines de prospection : - L'une dans le Morbihan , les 26 et 27 octobre 2002, sur l'ensemble du territoire compris entre le Blavet et la rivière d'Etel
  • , c'est à dire les communes de Kervignac, Locmiquelic, Merlevenez,Nostang, Plouhinec, Riantec et St Hélène. - L'autre dans le Finistère les 10 et 1 1 novembre 2002, sur les communes de Rosporden, Bannalec, Melgven,Scaër, St Thurien. Les conditions de cultures ont joué en notre défaveur
  • : Les parcelles sous culture ou en prairie, ou bien cultivées en maïs grain ( épis coupés abandonnés sur le sol) c'est à dire improspectables, ont représenté un peu plus de 50% de l'ensemble des parcelles visitées. Malgré cela, des sites de surface gallo-romains et des sites à silex
  • ont été retrouvés, le taux de pourcentage de découvertes par rapport au nombre de parcelles prospectées étant de 8%. Ces deux journées de prospection ont fait l'objet de deux articles de presse dans le quotidien Ouest-France des 30 octobre et 13 novembre 2002. Une importante
  • découverte a été faite sur la commune de NEVEZ (29). Il s'agit d'un cimetière gaulois à incinération datable de l'époque de transition Hallstatt-Tène : deux stèles hautes de 2.20m et 2.55m avaient été retrouvées autrefois couchées, enfouies dans le sol puis remontées par le propriétaire
  • conseilsde M .LECERF. Sur la même commune, l'un des deux tumulus de Beg-Er-Lann a pu être retrouvé au milieu d'un fouillis d'épineux particulièrement dense a l'occasion d'un survol aérien et pourra être mis en valeur (voir fiche). Nos efforts pour sauver de la destruction les deux tumulus
RAP00938.pdf (les villes antiques dans l'ouest de la Gaule. rapport de projet collectif de recherches.)
  • projet collectif de recherches
  • les villes antiques dans l'ouest de la Gaule. rapport de projet collectif de recherches.
  • d'émulation des Côtes du Nord, p.23 3-274. SATNT-JOUAN (de) R., 1990 - Dictionnaire des communes, département des Côtes d'Armor. Eléments d'histoire et d'archéologie. Saint-Brieuc, p. 169-171. vTLBERT L.R., 1977 - Quévert, Taden, La Vicomté sur Rance, Lanvallay au long de la voie romaine
  • -romaines découvertes à Corseul et Plémy, Annales de Bretagne, fascicule 1, p.215-228. CHICHE B., 1972 - Corseul, capitale des Coriosolites, Archéologia, n° 47, p.59-67. CHICHE B., 1973 - Corseul d'après les fouilles récentes, Mémoire de Maîtrise d'Histoire, Université de hauteBretagne
  • ., 1978 - Céramiques sigillées en provenance de Corseul et Rennes, Dossiers du Ce.RAA., p.31-38. GAULTIER DU MOTTAY J., 1883-84 - Répaeroire archéologique du département des Côtes du Nord, Mémoires de la Société d'archéologie et d'histoire des Côtes du Nord, p.3-557. GALLIOU P., 1974
  • l'Ouest, à paraître. KEREBEL H., 1994 - Corseul (Fanum Martis) : 1984-1993, dix années de recherche sur une ville antique. Bulletin de la Société d'Histoire et d'Archéologie de l'arrondissement de Saint-Malo, à paraître. LANGOUET L., 1975 - Les bornes milliaires sur les voies romaines
  • - Mélanges d'histoire bretonne (VI-XIèmes ), Paris, appendice : Corseul et Alet, p.200-206. MERDRIGNAC B., 1983 - L'hagiographie du Haut Moyen-Age et les rapports entre Corseul et Alet, Dossiers du Ce.RAA., n° 18, p.65-72. MEPLAT P., 1955 - Note 78 de l'article "considérations générales
  • l'étude du site de Jublains (Noiodunum). Les imitations gauloises de la céramique sigillée italique au 1er siècle à Lezoux, mémoire de maîtrise, U.E.R. d'Histoire, Le Mans, 1980, dactyl. DEVALS C, 1986 : Les ornements et parures du haut Moyen-Age dans les Pays de la Loire, mémoire de
  • Pascal VIPAR LE PHENOMENE DE L 'ECHEC URBAIN DANS L 'OUEST DE LA GA ULE : Le cas de trois chefs-lieux de Cités (Corseul, Jublains, Vieux) et d'une agglomération secondaire (Rezé). Villes nées de l'organisation de la Gaule par et pour l'administration romaine, Corseul (Fanum Martis
  • ?), Jublains (Noviodunum) et Vieux (Aregenua), chefs-lieux des Cités des Coriosolites, des Diablintes et des Viducasses, connaissent au Haut-Empire des évolutions plus ou moins similaires et surtout, au cours de l'Antiquité tardive (Bas-Empire et début du Haut Moyen-Age) un phénomène de
  • Moyen-Age leur statut de ville grâce à de nouvelles fonctions (politique, religieuse, administrative...) et/ou à une localisation assurant une activité économique suffisante. Il est intéressant d'aborder cet aspect de l'histoire de ces anciens chefs-lieux conjointement afin de
  • comparer et de mieux comprendre cette évolution. Celle-ci ne peut cependant être appréhendée sans, auparavant, s'attacher à comprendre les éléments qui ont favorisé la création, ex nihilo, de ces cités et leur développement jusqu'au IIFme siècle. L'état des recherches actuelles sur les
  • développement de Nantes et, il y a encore peu de temps, cet espace était surtout caractérisé par un paysage rural. Le premier point commun de ces sites se trouve donc être la disparition au cours de l'Antiquité tardive de la structure urbaine et des activités qui lui sont liées. - Ensuite
  • doivent cependant être comparables et, afin d'éviter un trop grand dispersement, l'espace concerné par le projet est limité à l'ouest de la Gaule. Les trois chefs-lieux de civitates lyonnaises sont relativement proches et on peut penser que, de ce fait, leurs évolutions sont parallèles
  • . Rezé est par contre plus distante et ne fait probablement pas, en plus de son appartenance à la Gaule aquitaine, partie de la même zone d'influence. Au cours de l'année 1993, des réunions organisées à tour de rôle sur chaque ville nous aurons permis de nous présenter les sites et
  • concernaient surtout les édifices monumentaux publics tels le temple et le théâtre. Actuellement, les recherches se portent sur le problème de la structure viaire de la ville. Des campagnes de prospection archéomagnétique sont ainsi réalisées afin de déceler les anomalies correspondant aux
  • différentes voies ou bâtiments. - A Rezé, les opérations ont le plus souvent lieu dans le cadre de fouilles de sauvetage. Ce travail aboutit maintenant à une approche intéressante de la structure de la ville antique et de ses relations avec le parcellaire de son espace périurbain
  • . Il n'est pas question dans le cadre de ce projet d'imposer des modifications de programme. Par contre, il s'avère intéressant de rapprocher les méthodes de travail et dans la mesure du possible de créer des outils communs. Dans cette optique, l'harmonisation des enregistrements
  • guère originales et les mêmes rubriques se retrouvent sur chaque site. Une normalisation de ces documents dans leur totalité n'est pas obligatoirement nécessaire. Chaque chercheur peut conserver ses particularités, seule une partie de la fiche serait commune et permettrait les
  • désigner des faits identiques. Le Centre National d'Archéologie Urbaine de Tours a déjà mis au point un tel lexique classé en plusieurs rubriques. Pour des raisons de commodités il était intéressant 3 d'organiser notre thésaurus à partir de ces grandes rubriques du C.N.A. U. et
  • réfléchir sur un outil informatisé de gestion du mobilier dans les dépôts de fouille comprenant une liste de termes spécifiques. Ce lexique reste simple et est surtout créé pour une gestion de mobilier datant de la Préhistoire au Moyen-Age. Il peut cependant servir de point de départ à
  • notre projet et être complété et plus détaillé pour une utilisation- scientifique. THESAURUS : premier niveau du C.N.A. U. : 12345678910111213141516171819202122232425262728- Voies : Espace libre Aménagements des berges et voies d'eau Aménagement du relief Franchissement Adductions
RAP02567.pdf (REDON (35). carte archéologique communale. rapport d'étude)
  • spécifiques, mais un petit nombre d'articles qui donnent des éclairages ponctuels sur tel ou tel bâtiment. Ainsi le tome 63 des Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne est en partie consacré à Redon. On y trouve notamment une étude architecturale de A. Mussat sur
  • INVENTAIRE DES SITES DE LA COMMUNE DE REDON (ILLE-ET-VILAINE) Janvier 1995 - Mars 1995 par C. COURBOT, stagiaire de la M.S.T. de Tours S.R.A. Bretagne: 1995 la circulaire n °98650 du 30 juin 1992 relative à l'accès aux documents administratif détenus par les services du
  • Ministère de la Culture, prévoit - La communication des rapports de fouilles s'effectue dans les locaux du service régional de l'Archéologie. La législation relative à la propriété littéraire et artistique doit impérativement être respectée, notamment lorsque l'auteur du rapport de
  • fouille n'est pas un agent de l'administration. Toute reproduction du texte accompagnée ou non de photographies, cartes ou shémas, n'est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes de l'auteur et de l'ouvrage. Par ailleurs, et d'une
  • manière générale, l'utilisation commerciale du rapport est interdite. Outre les cas de citation la copie du rapport ne peut être utilisée que pour l'usage privé et non destinée a une utilisation collective (article l, 122-5 du code la propriété intellectuelle) REMERCIEMENTS Je tiens
  • à remercier, par ces quelques mots, toutes les personnes qui m'ont apporté leur aide lors de la réalisation de ce travail. Je remercie tout particulièrement les redonnais pour leur accueil: Mme Allard et Mme Peznec de l'Office de Tourisme de Redon, Mr Latour et Mr Migaud de
  • l'Association Saint- Sauveur, Mlle Mottais et Mr Tressel de l'Association pour le Patrimoine Historique de Redon, Mlle Mérel du Service Technique de la Mairie, Mr Le Gargasson directeur adjoint de l'hôpital ainsi que Mr le curé de l'église Saint-Sauveur. Tous mes remerciements aux
  • différentes personnes qui m'ont apporté leur collaboration: Mme Bérétrot du musée de Bretagne, le musée de Préhistoire de Carnac, Mme Dréan du service de documentation de l'Inventaire, Mr Ferrieux de la Société Archéologique d'Ille-et-Vilaine, la Société Polymathique du Morbihan, Mme Gruel
  • de l'Ecole Normale Supérieure, Mr Tonnerre de l'Université d'Angers ainsi qu'à Manuella Heulot pour avoir tapé les longs tableaux présentés en annexe, à Marie-Dominique Pinel, pour le regard neuf qu'elle a porté sur les remparts et à Eric Pierre, pour avoir fait la mise au propre
  • des illustrations. INVENTAIRES DES SITES DE LA COMMUNE DE REDON INTRODUCTION La réalisation d'un stage administratif de trois mois au Service Régional de l'Archéologie de Rennes, dans le cadre de la deuxième année de Maîtrise des Sciences et Techniques d'Archéologie préventive
  • de l'Université de Tours, a été l'occasion d'effectuer un premier inventaire des sites archéologiques de la commune de Redon destiné à compléter la Carte Archéologique. Cette ville médiévale était jusqu'alors fort mal connue du service et seuls deux sites étaient recensés
  • , l'abbaye et le rempart, une portion de ce dernier ayant fait l'objet de plusieurs campagnes de sondages. Cette étude préliminaire devait donc être menée afin de servir de base à une réflexion sur la gestion du patrimoine archéologique redonnais. En effet l'utilisation des moyens
  • juridiques actuels de protection et de gestion du patrimoine nécessite, pour être efficace, une bonne connaissance des diverses sensibilités archéologiques des terrains concernés, matérialisées, le plus souvent, sous forme de zonage archéologique. Le travail consistait donc à établir un
  • état des lieux de la documentation et une synthèse des connaissances déjà acquises. Le potentiel historique de Redon s'est avéré tel qu'il n'a pas été possible durant le temps imparti, un mois réparti sur l'ensemble de la durée du stage, d'aller au delà et d'exploiter réellement les
  • données inventoriées. Les conclusions présentées dans ce rapport ne constituent qu'une première réflexion sur le patrimoine de Redon, afin d'en montrer la potentialité. Cette recherche pourra ainsi, je l'espère, servir d'outil à des travaux et recherches ultérieurs. INVENTAIRE DES
  • SITES DE LA COMMUNE DE REDON I. LE CONTEXTE REDONNAIS 1. 1. Situation de Redon 1. 1. 1. Localisation et présentation - Le territoire administratif de Redon La commune de Redon se trouve dans l'extrême pointe sud du département d'IUe-etVilaine, à la rencontre de trois départements
  • -Morbihan, Loire-Atlantique et Ille-et-Vilaineet à la frontière de deux régions, Bretagne et Pays-de-Loire. (figure 1, p. 3 ). Cette position excentrée, et par conséquent administrativement isolée, lui vaut bien des déboires et rend bien mal compte de son rayonnement antérieur. Avec
  • séparée de son prieuré Saint-Nicolas de Redon par la ligne de démarcation entre Bretagne et Pays de la Loire, la ville de Redon conserve toutefois son unité territoriale historique car le tracé de cette commune reprend les limites de la seigneurie foncière de l'abbaye Saint-Sauveur de
  • travaux de canalisation de la Vilaine ont emporté avec eux la partie sud des remparts, tandis que la voie de chemin de fer est venue transpercer la partie nord, la ville se trouvant alors coupée de ses principaux faubourgs médiévaux, Saint-Pierre au sud et Notre-Dame au nord. La mise
  • en place du bassin à flot vient, en outre, détruire la physionomie du quartier du port, si florissant et essentiel à la vie économique du Redon médiéval. La ville se trouve, ainsi, dès le XIXe siècle, coupée de sa structure passée et son développement doit alors se fonder sur une
RAP01834.pdf ((56). mottes et enceintes dans l'ancien évêché de Vannes. rapport de prospection thématique)
  • (56). mottes et enceintes dans l'ancien évêché de Vannes. rapport de prospection thématique
  • paysage sur la marche Anjou-Bretagne, Laval, Société d'archéologie et d'histoire de la Mayenne, 1993, p. 331. 35 Sauf pour le cas indéterminé de Kerbesquer en Pluméliau. Cependant, dans le Rennais, M. BRAND'HONNEUR a pu mettre en évidence quelques pièges : BRAND'HONNEUR (M.), Manoirs
  • sur la marche Anjou-Bretagne, Laval, Société d'archéologie et d'histoire de la Mayenne, 1993, p. 376. 37 Ibidem p. 376. 38 Le cas se retrouve pour les sites de Lamohic en Caudan. 39 Nous pouvons citer à titre d'exemple les termes "ros", "rest", "tostal", "run"... 40 "en devez" en
  • LE BADEZET NICOLAS Prospection Thématique MOTTES ET ENCEINTES DANS L'ANCIEN EVÊCHE DE VANNES 2002 autorisation du 10 avril 2002 LE BADEZET NICOLAS Prospection Thématique MOTTES ET ENCEINTES DANS L'ANCIEN EVÊCHE DE VANNES 2002 autorisation du 10 avril 2002 Je remercie
  • tout particulièrement les Ministères de la Culture et le Conseil Général qui ont permis, par leur aide financière, l'exécution de cette prospection archéologique. Je tiens aussi à associer à ce rapport P. NAAS, B. GINET et A. TRISTE pour leurs connaissances du terrain qu'ils n'ont
  • pas hésité à m' apporter. Ce travail a été grandement facilité par l'aide de madame O. LE COQ, bibliothécaire au Service Régional de l'Archéologie, et les manutentionnaires des Archives Départementales du Morbihan qui ont eu la patience de me porter des poids considérables lors de
  • l'étude des anciens cadastres. La prospection que nous avons présenté ici s'attache à recenser les mottes et enceintes dont il reste des vestiges visibles dans l'ancien évêché de Vannes, circonscription contemporaine de ces sites (Xle-XIIIe siècles) et délimitée par des frontières
  • assez facilement repérables (l'Ellé à l'ouest, l'Oust au nord et à l'est, l'océan au sud). Les mottes ont l'avantage d'être suffisamment caractéristiques quant à leurs formes pour pouvoir être placées dans une fourchette chronologique ne dépassant pas trois siècles. Le problème des
  • enceintes est plus difficile à cerner du point de vue typologique, chronologique et du point de vue de leur destination. Intégrer à notre inventaire un type de site qui a connu une existence très longue est risqué, mais nous avons fait ce choix car il apparaît très probable qu'une partie
  • chercher des sites inédits en mobilisant diverses sources METHODOLOGIE DE PROSPECTION La destruction de nombre de ces ouvrages, surtout ces cinquante dernières années, et l'absence quasi totale de mentions de mottes ou châteaux dans les textes font que seul le croisement des sources
  • la connaissance des mottes du point de vue quantitatif et le problème des enceintes n'a pas été réellement éclairci du point de vue typologique. Néanmoins les inventaires anciens restent la base incontournable d'une telle étude si l'on considère de nombre de destructions
  • a entraîné une concentration des recherches sur la zone littorale, et principalement au niveau de la presqu'île de Quiberon. Cet état de fait a pour conséquence qu'à mesure que l'on s'éloigne du littoral ou des zones urbaines la densité de sites archéologiques recensés diminue 1
  • . Ces érudits ne se préoccupaient pas de typologie et la plupart interprétaient les sites qu'ils avaient vus ou fouillés selon leur point d'intérêt personnel. Tout tertre de terre était un tumulus préhistorique ou gallo-romain selon la mode en vigueur à ce moment. La prospection nous
  • a permis de voir que toutes les mottes encore en élévation gardent encore la trace des fouilles anciennes qui y ont été faites. La technique était toujours la même : on creusait de une à deux tranchées en partant du bord du tertre et en direction du centre, dans le dessein de trouver la
  • chambre sépulcrale. Dans certains cas aussi, on se contentait de creuser un puit à partir du sommet pour arriver directement à la sépulture. On comprend mieux que dans cette région particulièrement fertile en vestiges préhistoriques, un érudit, cherchant à fouiller "son tumulus" et à
  • savait reconnaître une motte médiévale, ce qui ne l'empêchait pas d'en interpréter certaines comme des tumulus. Cette situation durera jusque dans la première moitié du XXe siècle même si un nombre croissant d'érudits saura faire la différence entre un tumulus et une motte. Tel ou tel
  • érudit aura plus ou moins d'affinité avec les sites médiévaux et il convient de mentionner les plus importants d'entre eux en mettant en lumière l'apport de leurs travaux dans notre connaissance de ces sites archéologiques. NAAS (P.), " Prospection archéologique dans le Morbihan
  • intérieur colloque de Melrand, 28-29 mai 1991), mars-juin 1993, p. 2. Petm ar Bed, n°148-149 (actes du L'ouvrage du chanoine MAHE est le plus ancien . L'auteur nous propose une ballade dans le département du Morbihan à travers la description des sites archéologiques et leur
  • référence à tous les auteurs qui vont suivre. Le chevalier de FRÉMINVILLE 3 s'intéresse presque uniquement aux menhirs et aux dolmens, mais il cite quelques tumulus. Cet érudit pris pourtant le temps de mettre en garde contre une confusion entre ces derniers et les mottes médiévales qui
  • ont une forme en tronc de cône, sont tronquées au sommet et sont entourées à la base d'un fossé circulaire4 . Malheureusement il n'intègre pas ces sites à son inventaire, hormis la description de la motte de Rosnarho en Crach qui lui sert d'exemple pour sa démonstration. F.-M
  • . CAYOT-DELANDRE 5 reste néanmoins le plus sûr et le plus intéressant de ces érudits. Il connaît bien la région et tous les sites qu'il mentionne et décrit ont été visité par lui-même et non par des intermédiaires plus ou moins fiables. Son travail est de qualité et fait référence pour
RAP01585.pdf (bassin occidental de la Vilaine et centre Bretagne. rapport de prospection inventaire.)
  • bassin occidental de la Vilaine et centre Bretagne. rapport de prospection inventaire.
  • armoricain ». Conférenciers SOCIETE FRANÇAISE D'HISTOIRE DE L'ART DENTAIRE Congrès annuel Vendredi 12 et Samedi 13 juin 1998 à SAINT MALO Grand Hôtel des Thermes Grande Plage du Sillon B.P. 32 35401 SAINT MALO Cedex Tel : 02 99 40 75 75 Fax : 02 99 40 76 00 Baron Pierre D.C.D
  • ., D.S.O., D.E.O., D.E.A. d'Histoire de la Médecine, Vice-Président de la S.F.H.A.D. Recensement des dentistes au 18*"" siècle : méthodes, difficultés, erreurs, critiques. Morgenstern Henri D.C.D., Docteur es Lettres Action de la section dentaire du Conseil de l 'Ordre des médecins et
  • la Section Histoire de l'Art Dentaire de la F.D.I., Vice-Présidente de la S.F.H.A.D. La famille Préterre et l 'Odontologie. Cosme Louis-Philippe D.C.D., D.E.A. d'Histoire de la Médecine, Secrétaire de la S.F.H.A.D. Les chirurgiens dijonnais dans la tourmente révolutionnaire à
  • Dijon de 1 788 à 1 791. Deltombe Xavier D.C.D., D.E.A. d'Histoire de la Médecine, Secrétaire de la S.F.H.A.D. Le commerce et l 'usage des produits dentaires à Rennes à la fin du J8ème siècle. Gautier Maurice Chercheur au C.N.R.S. L 'archéologie aérienne en Bretagne. Gourevitch
  • ...*^ Circonstances de la découverte : \Qtt&W^...C*w &Mvfrr. Techniques de repérage : .~Jr Informateur : .J^CUf.ru.Ctt^ Description desvesjiç£s : ^Rw*^^. ..l.!f>S...£xy} .g.*2*G. . ..et?.'. Etat de conservation on :: ..s». /..MA Eléments de datation : Ê £.CiA .*r ^ ....jH.i Chronologie
  • Maurice GAUTIER PROSPECTION-INVENTAIRE BASSIN OCCIDENTAL DE LA VILAINE ET CENTRE BRETA GNE SOMMAIRE INTRODUCTION REMERCIEMENTS LE CADRE GEOGRAPHIQUE DES RECHERCHES PROBLEMA TIQUE DE LA RECHERCHE QUELQUES REFLEXIONS METHODOLOGIQUES APPRECIATION GLOBALE SUR LES
  • DECOUVERTES DE 1998 PERSPECTIVES PUBLICA TIONS, COMMUNICA TIONS DIVERSES LISTES DES DECOUVERTES SIGNALEES ANNEXES INTRODUCTION Le bassin occidental de la moyenne Vilaine et le centre Bretagne ont continué de faire l'objet en 1998 d'une campagne de prospection-inventaire pour la Carte
  • Archéologique de la France. Ces travaux ont mis en œuvre trois techniques de prospection : la détection aérienne à basse altitude, la photo-interprétation des clichés verticaux de l'I.G.N et les reconnaissances au sol. Cette quatorzième campagne de prospection-inventaire entre Rennes et
  • Loudéac a surtout permis d'étudier un peu plus finement le Porhoët qui constitue l'espace privilégié de notre travail universitaire. REMERCIEMENTS Ces différents travaux ont bénéficié d'une subvention du Ministère de la Culture s 'élevant à 20 000 F et d'une dotation du Conseil Général
  • d'Ille-et-Vilaine de 20 000 F. Ces crédits ont permis de couvrir les reconnaissances aériennes, l'acquisition de nombreuses feuilles cadastrales, les fournitures et travaux photographiques ainsi que les indispensables contrôles au sol. Nous tenons à remercier les différentes personnes
  • et surtout pour ses talents de pilote. Au niveau local, des aides et de précieuses informations nous ont été apportées, notamment par Madame Claudine Bernard de Laniscat (22), par Gilles Montgobert et Michel Hirel de Mauron (56). LE CADRE GEOGRAPHIQUE DES RECHERCHES. La zone
  • survolée assidûment en 1998 est essentiellement le Porhoët (Fig.l) mais certains secteurs ont bénéficié d'interventions spécifiques, en particulier la région de Paule (22) et le fuseau de la future déviation de St-Caradec où quelques enclos ont été détectés. PROBLEMATIQUE DE LA
  • RECHERCHE. Les travaux de détection aérienne entrepris sur l 'ensemble de la région depuis cinq ans ont permis la révélation d'une petite région naturelle au peuplement jusqu'à lors, insoupçonné : le Porhoët. La qualité et l'originalité du fonds documentaire réuni sur ce secteur permet
  • de dépasser la seule préoccupation d'inventaire pour constituer une véritable recherche sur les processus d'anthropisation du milieu aux époques pré-romaine et galloromaine : thème de notre thèse d'Université. 1 QUELQUES REFLEXIONS METHODOLOGIQUES. Il faut bien le signaler
  • , l'année 1998 n'aura pas été exceptionnelle pour l'archéologie aérienne. Néanmoins la région du Porhoët a continué de fournir des sites particulièrement intéressants et certains terroirs ont livré de nouvelles informations inédites . Le travail de l'année a surtout consisté à rassembler
  • révélatrice de cette procédure qui permet d'apprécier l'ensemble des faits fossoyés réuni sur un espace restreint (Fig.2). Nous avons également, sur certains secteurs extrêmement favorables, compilé les différents faits parcellaires pour comprendre et apprécier les éventuelles permanences
  • arasé et d'une probable tour (Fig.5). APPRECIA TION GLOBALE SUR LES DECOUVERTES DE 1998. Une première hiérarchisation des découvertes permet d'isoler au sein des enclos découverts par voie aérienne quelques sites qui méritent des commentaires particuliers. C 'est ainsi qu 'un bel
  • enclos de forme trapézoïdale a été détecté sur la commune de Néant, au lieudit le Balachien, à proximité d'un habitat de type « ferme indigène ». La taille, la largeur des fossés et surtout la présence de structures internes apparemment fossoyées le distingue nettement des autres
  • considérés comme sensibles, surtout quand le repérage à vue ne semble donner aucun indice visible. Le relevé et la cartographie de nombreux faits fossoyés enregistrés sur trois années au lieu-dit les Boisseries, sur la commune de Loyat a permis de produire un document de travail fort
  • la découverte fortuite d'un souterrain armoricain, au lieu-dit la Souche sur la commune de Mauron (56). Nous avons pu effectuer les relevés nécessaires avec O. KAYSER et J-P BARDEL, et une petite fouille est envisagée en février. Signalons également que les contrôles au sol
RAP01413.pdf (le bassin de la moyenne Vilaine et centre Bretagne. rapport de prospection inventaire)
  • le bassin de la moyenne Vilaine et centre Bretagne. rapport de prospection inventaire
  • commune (Avec Patrick Naas et Gilles Leroux) au colloque AGER-ARCHEA « Archéologie des parcellaires » qui s'est tenu à Orléans les 28-30 mars 1996. Participation aux rencontres internationales d'archéologie et d'histoire d'Antibes sur le thème de la dynamique des paysages
  • antiques du Porhoët et de la vallée de l'Yvel, Les formes du paysage, Archéologie Aujourd'hui, Tome 1, p 49-56. GAUTIER M., LEROUX G., NAAS P., 1996 - Archéologie des paysages agraires armoricains . Eléments pour une nouvelle approche, Les formes du paysage, Archéologie aujourd'hui
  • Maurice GAUTIER PROSPECTION-INVENTAIRE BASSIN OCCIDENTAL DE LA VILAINE ET CENTRE BRETAGNE 1996/57 Autorisation préfectorale du 24 avril 1996 RAPPORT DE SYNTHESE SOMMAIRE INTRODUCTION REMERCIEMENTS CADRE GEOGRAPHIQUE DES RECHERCHES PROBLEMATIQUE DE LA RECHERCHE QUELQUES
  • REFLEXIONS METHODOLOGIQUES DE L'UTILITE DE LA SYSTEMATISATION DES CONTROLES AU SOL APPRECIATION GLOBALE SUR LES DECOUVERTES DE L'ANNEE 1996 LA PHOTOGRAPHIE AERIENNE ET LE PATRIMOINE VISIBLE ESSAI CARTOGRAPHIQUE PUBLICATIONS, PARTICIPATIONS A DES COLLOQUES, COMMUNICATIONS DIVERSES
  • BILAN PROVISOIRE ET PERSPECTIVES BIBLIOGRAPHIE LISTES DES DECOUVERTES SIGNALEES ANNEXE INTRODUCTION Le bassin occidental de la Vilaine et le centre Bretagne ont continué de faire l'objet en 1996 d'une opération de prospection-inventaire pour la Carte Archéologique de la France
  • . Les conditions exceptionnelles de sécheresse estivale ont permis d'obtenir, une nouvelle fois, des résultats particulièrement significatifs, notamment dans le centre Bretagne. La liste des découvertes est donc beaucoup plus importante que les années précédentes et le présent
  • rapport de synthèse mettra surtout l'accent sur les stratégies possibles de traitement de cette immense masse documentaire qui s'accumule chaque année. REMERCIEMENTS Les différents travaux ont bénéficié d'une subvention du Ministère de la Culture s'élevant à 20 000F et d'une dotation
  • du Conseil Général d'Ille-et-Vilaine de 15 000F. Ces crédits de fonctionnement ont permis de couvrir les frais occasionnés par les heures de vol, les fournitures et travaux photographiques. Notons qu'une grande part de ces crédits de fonctionnement a été consacrée aux recherches
  • aériennes du fait des conditions climatiques particulièrement favorables pour ce type de prospection. La fin du dépouillement de la mission I.G.N de 1976 a donc été différée et les contrôles au sol n'ont pas été systématisés comme les années précédentes. Mais nous reviendrons sur ce
  • point précis un peu plus loin Une fois de plus, nous tenons à remercier les différentes personnes qui ont soutenu notre dossier, à savoir Monsieur Michel VAGENAY, Conservateur Régional de l'Archéologie, les responsables départementaux et les membres de l'équipe de la Carte
  • Archéologique Au niveau local, des aides et de précieuses informations nous ont été apportées, notamment par Madame Claudine BERNARD, Maire-Adjoint de Laniscat (22), qui a assuré une partie des vérifications au sol sur les enclos du bassin de Plussulien. Dans le Porhoët, Madame Anne-Marie
  • GUILLOIS et Monsieur Gilles MONTGOBERT nous ont fourni de fructueux renseignements. Que tous ici soient remerciés et plus particulièrement les pilotes de l'aéro-club d'Ille-et-Vilaine : Philippe GUIGON , Lionel SAULAIS et Antoine TOMASINI. CADRE GEOGRAPHIQUE DES RECHERCHES La zone
  • façon plus assidue, notamment le Porhoët et le bassin de Plussulien où les conditions de détection étaient quasiment optimales en cet été 1996. PROBLEMATIQUE DE LA RECHERCHE Les moyens actuellement mis en œuvre (détection aérienne à basse altitude, photointerprétation des clichés
  • verticaux de l'I.G.N, contrôles et enquêtes au sol) permettent de dépasser la seule préoccupation d'inventaire pour constituer une véritable recherche sur le peuplement et sur la formation des paysages agraires du centre Bretagne. Les études effectuées sur les tissus parcellaires révélés
  • , à partir d'une analyse morphologique, ont débouché sur deux publications qui remettent quelque peu en cause les études anciennes et ouvrent des perspectives nouvelles pour une f 1 meilleure connaissance des paysages agraires armoricains (GAUTIER, 1996 ; GAUTIER, LEROUX et
  • rencontrés et par de multiples facteurs agronomiques, géopédologiques et climatologiques, propres aux régions survolées. Il nous a paru intéressant de développer, cette fois-ci, une réflexion montrant les incidences des paysages agraires sur les conditions de détection. La zone survolée
  • présente différents paysages agraires où les conditions de repérage à vue ne sont pas identiques. Dans les secteurs bocagers, les talus et les haies coupent la perspective. La détection à vue s'effectue alors dans des conditions plutôt difficiles : il faut pratiquement se présenter à la
  • verticale des parcelles pour déceler d'éventuels tracés anthropiques. Du fait du morcellement parcellaire et des pratiques culturales qui en dérivent, les plans des structures détectées sont généralement partiels. Il faut donc le recul de plusieurs années de prospection pour obtenir des
  • plans complets. En revanche, les paysages remembrés offrent de bien meilleures possibilités de détection : le paysage de champs ouverts créé par arasement des talus et des haies facilite grandement le repérage à vue. Les plans obtenus sont statistiquement plus complets que dans les
  • pas légions. Par contre, certains terroirs comme le Porhoët, aux vastes parcelles cultivées, évoquent les grands plaines céréalières du Bassin Parisien. Il semble bien qu'il y ait, à notre époque, une corrélation certaine entre la superficie des parcelles et la valeur agronomique
RAP00912.pdf ((35)(56). le bassin occidental de la moyenne Vilaine. rapport de prospection aérienne.)
  • (35)(56). le bassin occidental de la moyenne Vilaine. rapport de prospection aérienne.
  • cartes informatisées des tracés archéologiques . Ces travaux s'inscrivent dans le cadre d'un D.E.A d'histoire consacré à l'occupation ancienne du Porhoët, à partir des données de la photo-interprétation et de la détection à basse altitude. Les recherches en cours montrent déjà que le
  • nos futurs travaux s'inscrivent dans le cadre d'un D.E.A d'histoire, en cours, dont l'intitulé présent est : Détection aérienne à basse altitude et photo-interprétation : deux approches complémentaires pour l'étude de l'occupation ancienne du sol. L'exemple du pays Porhoët
  • }
  • FONDS DOCUMENTAIRE VERS L'ARCHEOLOGIE DES PAYSAGES ANTIQUES PERSPECTIVES PUBLICATIONS, PARTICIPATIONS A DES SEMINAIRES ET TRAVAUX EN COURS DOCUMENTS ANNEXES LISTE DES DECOUVERTES SIGNALEES. INTRODUCTION Le bassin occidental de la moyenne Vilaine a continué de faire l'objet en 1993
  • . REMERCIEMENTS Les travaux de prospection-inventaire ont bénéficié d'une subvention du Ministère de la Culture s'élevant à 22 500 F et d'une dotation du Conseil Général d ' Ille-et-Vilaine de 12 500 F. Ces crédits ont permis de couvrir les frais d'avion, les acquisitions d'agrandissements
  • photographiques de l'I.G.N, les fournitures et travaux photographiques ainsi qu'une partie des indispensables contrôles au sol. Nous remercions vivement Monsieur Michel VAGINAY, Conservateur Régional de l'Archéologie, qui a assuré une mise en place rapide des crédits et qui a toujours
  • manifesté beaucoup d'intérêt pour nos recherches. Par ailleurs, il faut une nouvelle fois saluer la compétence et la disponibilité des pilotes de l'aéro-club d ' Ille-et-Vilaine . Citons tout particulièrement Philippe GUIGON et Lionel SAULAIS. LE CADRE GEOGRAPHIQUE DES RECHERCHES Le
  • cadre retenu pour ces travaux est celui du bassin occidental de la moyenne Vilaine. La zone d'étude est limitée à l'Est par la Vilaine, au Sud par l'Oust, au Nord par le Meu et à l'Ouest par le Ninian. Cette année, le Porhoët a été survolé de façon plus assidue. Par ailleurs le fonds
  • documentaire de l'I.G.N, disponible pour la photo-interprétation, concernait également cette dernière région. La qualité et la quantité des découvertes réalisées sur cette zone permettent d'amorcer une étude beaucoup plus fine de l'occupation du sol notamment par la prise en compte de
  • QUELQUES REMARQUES METHODOLOGIQUES La huitième campagne de recherches aériennes entre la Vilaine et l'Oust s'est donc poursuivie durant l'été 1993 mais avec un très net fléchissement des découvertes par rapport aux années précédentes. Les violents orages du début juin ont en effet
  • touché les cultures sensibles aux anomalies phytologiques , entre autres les orges et les blés. Seules les cultures de pois protéagineux ont échappé aux intempéries pour livrer, une fois de plus, les sites les plus significatifs (Ph 1 et 2). Ainsi une quarantaine d'enclos inédits ont
  • été détectés principalement dans le Porhoët. La deuxième quinzaine du mois d'août a connu une courte période de sécheresse qui a permis quelques révélations sur les mais et les prairies. (Ph. 3 et 4). L'année 1993 aurait donc pu être d'une rentabilité très moyenne si l'exploitation
  • recherche des parcellaires, des cheminements et généralement de toutes les structures d'une certaine ampleur. L'expérience relativement bien maîtrisée de la prospection aérienne à basse altitude et la détection de nombreuses formes agraires anciennes dans le Porhoët nous ont amenés à
  • "miraculeuses" missions effectuées les 16 et 17 juin 1976, entre Gaël (35) et Loudéac (22), ont permis de compléter de façon tout a fait significative notre fonds documentaire sur l'occupation ancienne du sol. La méthode consiste très simplement à examiner les clichés monoscopiques à l'aide
  • d'une loupe à fort grossissement et à recenser tous les tracés archéologiques significatifs. Des conditions de lecture beaucoup plus confortables sont aussi possibles sur des agrandissements de format 65x65 cm où l'on peut alors repérer et reclicher de façon encore plus nette les
  • sites ponctuel s (habitats, nécropoles,...) mais aussi les formes agraires anciennes, les chemins et les voies. L'exploitation de ces clichés verticaux, actuellement en cours, a surtout permis de vérifier que la plupart des sites détectés, lors des repérages à vue, étaient déjà
  • enregistrés sur les missions de 1976 (Pl. 3 et 4). Dans certains cas, la vue verticale apporte de remarquables compléments d'informations sur des sites connus partiellement (Pl. 5). Mais de nombreux tracés archéologiques inédits sont également apparus avec une précision assez remarquable
  • révélation de parcellaires associés (P110). Et c'est justement dans le domaine de l'archéologie des paysages que les résultats les plus intéressants ont été enregistrés. Dans la vallée de l'Yvel, à l'ouest de Mauron (56) un vaste aménagement agraire structuré par une voie a été reconnu
  • l'enceinte mais également des formes agraires associées. Ce cliché illustre bien la complémentarité des deux techniques photographiques. Pl. 4 Complémentarité des vues obliques basses et des clichés verticaux de l'I.G.N. m Ph.9 Mauron. La Tesserais. Vaste établissement rural fossoyé
  • . / Pl. 7 La Trinité-Porhoët . La Barre. Vaste enclos du type "des fermes indigènes" (Photo-interprétation d'après un contact de l'I.G.N.) . ® Pl. 8 Brignac. Le Marglas. Petits enclos ovalaires avec structure centrale et fossés annexes (Photo-interprétation d'après un contact de
RAP02577.pdf ((56). rapport de prospection inventaire entre l'Oust et le Blavet, arrondissement de Pontivy, Vannes et Lorient. rapport de prospection inventaire 2007-2008-2009)
  • (56). rapport de prospection inventaire entre l'Oust et le Blavet, arrondissement de Pontivy, Vannes et Lorient. rapport de prospection inventaire 2007-2008-2009
  • assurons depuis 1998 un module d'archéologie régionale (« Armorique : protohistoire et période romaine ») au département d'Histoire de l'Université de Bretagne-sud (UBS) ainsi qu'une intervention en master 2 à l'Université de Rennes 1 «Archéologie et Archéosciences ». 3.2. Les années
  • 5LAVET tivy, ¥anne$ et Lorient MORBIHAN Années ■ 2007-2008-2009 ions par arrêtés préfectoraux Tome 1/1 de synthèse déclaration de sites) 2S^ PATRICK NAAS RAPPORT DE PROSPECTION - INVENTAIRE ENTRE L'OUST ET LE BLAVET Arrondissements de Pontivy, Vannes et Lorient
  • - 2009. Des conditions météorologiques inhabituelles expliquent les résultats mitigés obtenus lors des campagnes de prospection aérienne engagées durant cette période. Patrick Naas (2010) REPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Liberté ■ Égalité
  • • Fraternité PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE LE PREFET DE LA REGION BRETAGNE PREFET D'ILLE-ET- VILAINE Officier de la Légion d'honneur Commandeur de l'Ordre national du mérite N° 2007-240 VU le code du "Patrimoine, notamment son livre V ; VU le décret n° 65-48 du 8
  • janvier 1965 modifié pris pour l'exécution du livre II du Code du travail (hygiène et sécurité sur les chantiers de travaux); ARRETE Article 1er : M. NAAS Patrick est autorisé(e) à procéder, en qualité de responsable scientifique, à une opération de prospection ] thématique [ [X
  • ] inventaire [ ] avec relevés d'art rupestre à partir de la date de notification du présent arrêté jusqu'au 31/12/2007 concernant la région BRETAGNE Intitulé de l'opération : Occupation du territoire entre l'Oust et le Blavet et sur les cantons de Loudéac et Mur de Bretagne Département
  • : COTES-D'ARMOR Commune : Cadastre : Département: MORBIHAN Commune : Cadastre : Lieu-dit : Numéro(s) d'entité (s) liée (s) : Coordonnées Lambert : x = 208962 y = 2322148 Programme , KM REPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION PREFECTURE DE LA REGION
  • BRETAGNE Liberté • Egalité • Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE LE PREFET DE LA REGION BRETAGNE PREFET D'ILLE-ET-VILAINE N° 2008-254 VU le code du "Patrimoine, notamment son livre V ; VU le décret n° 65-48 du 8 janvier 1965 modifié pris pour l'exécution du livre II du Code du travail
  • (hygiène et sécurité sur les chantiers de travaux); VU le décret n° 94-423 du 27 mai 1994 portant création des organismes consultatifs en matière d'archéologie nationale ; après avis de la Commission interrégionale de la recherche archéologique OUEST, en date du ARRETE Article 1er : M
  • Intitulé de l'opération : Entre l'Oust et le Blavet Département : COTES-D'ARMOR Département: MORBIHAN Programme : Organisme de rattachement : bénévole Article 2 : prescriptions générales. mm REPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Lib&rê ' Egalité
  • • Fraternité PREFECTURE DE LA REGION BRETAGNE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PREFET D'ILLE-ET-VILAINE Officier de la Légion d'honneur Commandeur de l'Ordre national du mérite N° 2009 - 239 VU le code du "Patrimoine, notamment son livre V ; VU le décret n° 65-48 du 8 janvier 1965 modifié pris pour
  • l'exécution du livre II du Code du travail (hygiène et sécurité sur les chantiers de travaux); ARRETE Article 1er : M. NMS Patrick est autorisé(e) à procéder, en qualité de responsable scientifique, à une opération de prospection ] jthématique [ [ X inventaire [ ] avec relevés d'art
  • rupestre à partir de la date de notification du présent arrêté jusqu'au 31/12/2009 concernant la région BRETAGNE Intitulé de l'opération : Occupation du territoire entre l'Oust et Le Blavet Département : COTES-D'ARMOR Département: MORBIHAN V. Numéro(s) d'entité (s) liée (s
  • jugera utiles pour assurer le bon déroulement scientifique de l'opération. P. NAAS Prospection-inventaire entre l'Oust et le Blavet Liste des sites déclarés (2008-2009) Département N° Nature du site Lieu-dit Commune V 1 56 CHAPELLE Nve (La) Keruchard Enclos < 2 56
  • RUFFIAC Bas Domaine X 22 56 RUFFIAC La Souriçaie Enclos 3( 23 56 SERENT Tréviet/Ste Suzanne Anomalie pédologique X24 56 St ALLOUESTRE Toulgouët villa / chapelle Table des matières Présentation et méthodologie des recherches Historique des recherches Les
  • fossés pseudo- orthogonaux Diachronie et territoires Autres activités et conclusion , , ,„., Enseignement Publications Prospection 2010 ANNEXES : déclarations de découvertes archéologiques (fiche, plan, description, cliché, extrait IGN) 1. PRESENTATION GENERALE ET METHODOLOGIE
  • DES RECHERCHES 1.1 Historique des recherches (1989-2009) L'année 2009 marque la 21ème année de recherches archéologiques dans le cadre des opérations de prospection-inventaire entre l'Oust et le Blavet. Les premières campagnes systématiques de prospection au sol dans cette zone
  • remontent à 1985 et les premiers résultats ont été publiés en 1991 (cf. P. NAAS in Terroirs, territoires et campagnes antiques, RAO, supl. N°4., 1991, p. 143-156 ). La prospection aérienne à basse altitude a débuté en 1989, un financement stable (DRAC) intervenant à partir de 1990. Ce
  • travail s'est poursuivi sans interruption depuis cette date et le dispositif a été complété par une dotation du Conseil général du Morbihan.. Les nombreuses données inédites accumulées depuis une décennie (plusieurs centaines de sites) et les hypothèses d'interprétation tant sur la
  • typo-chronologie des enclos que sur l'organisation des paysages protohistoriques et antiques ont fait l'objet de publications régulières depuis 1991. Nous ne reviendrons pas ici sur ces travaux et publications (thèse de doctorat, plusieurs ouvrages et une quinzaine d'articles) dont