Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3988 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02959.pdf (LILLEMER (35). rapport de fouilles 2013. rapport de fp)
  • LILLEMER (35). rapport de fouilles 2013. rapport de fp
  • Rapport de fouille programmée 2013 Lillemer (Ille-et-Vilaine) Rapport de fouilles UMR 6566 CNRS, Rennes, Université de Nantes, CeRAA L. Laporte, C. Bizien-Jaglin, Y. Bernard, J.-B. Barreau G. Hamon, L. Jallot, 1 Conditions d’utilisation des documents Les rapports
  • d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre
  • l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de
  • faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela
  • implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de
  • photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références
  • exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est
  • majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et
  • parcelle sondée, Monsieur et Madame Delépine, pour l’attention qu’ils ont toujours portés à nos travaux. Nous avons le plus grand plaisir à remercier la Mairie de Lillemer qui a mis une salle à notre disposition. Elle a toujours accueilli nos recherches avec beaucoup de sympathie. Le
  • CeRAA, à l’initiative de la découverte, a très aimablement facilité nos démarches sur place. Ces travaux n’auraient pas pu être réalisés sans le soutient financier du Conseil Général et celui actif du Service Régional de l’Archéologie, en particulier en la personne de P.-A. Bezombes
  • en 2013 Annexe 2 - Liste des Us Annexe 3 - Liste du mobilier recueillien 2013 4 Lillemer (Ille-et-Vilaine) fouille programmée 2013 La campagne de terrain 2013 s’est déroulée pendant trois semaines avec une équipe restreinte, du 6 au 25 mai. Au sein du sondage 5 (parcelle 733
  • ), il restait à démonter la section de talus du Néolithique moyen qui recouvrait encore une partie des architectures en terre sous-jacentes. Cette section de talus mesure 2,5 à 3m de large pour un peu plus de 6m de long. Elle se situe entre les entrées A et B, bordées de blocs
  • dressées et dégagées au cours des campagnes précédentes sur ce sondage 5. Ces mêmes travaux avaient démontré l'existence d'une stratigraphie complexe au sein de la structure du talus, construit en plusieurs étapes et traversé par de multiples tranchées de palissade. Compléter le plan
  • opération achève dix ans de fouilles sur la parcelle 733. La préparation de la Monographie correspondante a notamment été marquée par l'obtention d'une vingtaine de datations radiocarbone supplémentaires. G. Hamon a réalisé un voyage d'étude jusque dans le sud de la France et dans la
  • 2012. Un autre a été soumis à la revue Antiquity. Un premier travail pour la préparation de la monographie a consisté à mettre bout à bout tous les textes qui avaient déjà été écrits dans les différents rapports de fouilles depuis une dizaine d'année, et de les ordonner selon un
  • budget prévisionnel 2014, sont présentés en conclusion. 5 II/ Travaux de terrain Par L. Laporte et C. Bizien-Jaglin Le sondage 5 a été ouvert pour la première fois, dans la parcelle 733, en 2004. Il s’agissait alors de rechercher le contacte entre les aménagements anthropiques
  • dégagés dans les marais adjacents et ceux présents au pied de la butte de Lillemer. Un fossé d’enceinte était mis en évidence dès cette première campagne de fouilles. L’existence d’un talus percé de plusieurs passages ou « entrées », bordés de blocs dressés, a été mis en exergue au
  • cours de la campagne de fouilles suivante. En 2006, le plan complet de l’état final du dispositif de barrage, comme des structures situées immédiatement en amont, au pied de la butte, et en aval, dans le marais, pouvait être proposé. En 2007, un fragment d’argile rubéfié aux formes
  • bovidés, de nombreux charbons et un vase à ouverture ovalaire. Pour obtenir le plan complet de ces architectures en terre au sein du sondage 5, il ne restait plus en 2013 qu’à démonter la section de talus délimitée à l’est et à l’ouest par les entrées A et B. Fig. 1 : Etat de la
  • fouille en fin de campagne 2011- Cl. C. Bizien-Jaglin. 6 Fig.2 - Plan des vestiges relevés au début de la campagne de fouilles – DAO C. Bizien-Jaglin 7 1/ La structure du talus Malgré quelques variantes, la structure du talus n’est pas fondamentalement différente de part et
RAP02969.pdf ( Éléments pour une nouvelle approche de l'âge du bronze en Bretagne : le cadre chronologique et les formes de l'habitat. rapport du projet collectif de recherche 2013)
  • projet collectif de recherches
  • Éléments pour une nouvelle approche de l'âge du bronze en Bretagne : le cadre chronologique et les formes de l'habitat. rapport du projet collectif de recherche 2013
  • Compte-rendu d’activité 2013 Projet Collectif de Recherche Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne Le cadre chronologique et les formes de l’habitat Stéphane Blanchet (coord.) Vérane Brisotto Anne Françoise Cherel Quentin Favrel Muriel Fily Mickaël
  •   SRA Bretagne  Chargé d’opérations et de recherche, Préhistoire récente/Protohistoire  ancienne.  Céramologue  TINEVEZ Jean Yves  Ingénieur d’études, Préhistoire récente/Protohistoire ancienne.  4 Projet Collectif de Recherche Compte rendu de l’activité 2013 1. LE PROJET
  •  enfin souligner que les dépôts d’objets métalliques devront eux aussi être rapidement intégrés à  l’analyse  des  données,  tant  du  point  de  vue  de  la  chronologie  que  des  formes  de  l’habitat  et  de  l’occupation du sol.             5 Eléments pour une nouvelle
  • ), ce travail permet d’ores et  déjà  de  proposer  un  premier  bilan  sur  l’habitat  considéré  au  sens  large  ainsi  qu’une  première  classification des ensembles céramiques principaux.                  7 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne
  •  »  (Leroux,  2013),  elles  restent  tout  de  même  un  peu  plus parcellaires que celles du Bronze ancien (fig. 6 et 7). On remarquera là aussi une variabilité  11 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne Commune  Lieu‐dit  Nature du site  C  14
  •   final  que  sont  perceptibles  les  premiers  emprunts  au  complexe  nord‐alpin  notamment  à  travers  l’imitation  de  formes  comme  la  coupe tronconique à marli (Lamballe « La Tourelle », Bédée « Zac du Pont aux Chèvres »). A l’extrême  fin  de  l’âge  du  Bronze  et  pour
  • administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés
  • ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des
  • dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la
  • mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être
  • justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation
  • ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement
  • concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http
  • p. 5 2. L’ACTIVITE 2013 p. 6 2.1 Inventaire de la documentation et des données 2.2 La chronologie p. 6 p. 8 3. LA CHRONOLOGIE ET L’HABITAT : Les premiers résultats 3.1 Le mobilier céramique 3.2 Les datations 14C 3.3 Les formes de l’habitat 3.3.1 Critique de la documentation
  • 3.3.2 L’habitat : vers une relative diversité et une hiérarchisation des formes 3.3.3 Une nécessaire prise en compte des structures funéraires 3.4 Travaux universitaires et études complémentaires p. 39 p. 39 p. 54 p. 56 p. 57 4. PROGRAMME PREVISIONNEL 2014 p. 59 5. COLLABORATIONS
  • p. 60 6. BIBLIOGRAPHIE p. 61 DOCUMENTS COMPLEMENTAIRES p. 65 FICHES D’ENREGISTREMENT DE DECOUVERTES ARCHEOLOGIQUES p. 89 3 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne LISTE DES PARTICIPANTS  (La trame grise signale les agents de l’INRAP
  •  bénéficiant de jour PAS)    BIZIEN‐JAGLIN  Catherine  BLANCHET Stéphane  CeRAA  Archéologue, Pré‐protohistoire, prospection aérienne.  INRAP GO  Ingénieur chargé de recherche, Préhistoire récente/Protohistoire ancienne. BRISOTTO Vérane  INRAP GO  Responsable d’opérations
  •   Assistant d’études, Préhistoire récente/Protohistoire ancienne.  HAMON Caroline  UMR 7041 arScan  Chargée de recherche, macrooutillage.  LE BIHAN Jean Paul  CRAF  Archéologue, Protohistoire.  LE CARLIER Cécile  CNRS  Ingénieure de recherche, spécialiste du métal.  LE MAIRE
  •  récente/Protohistoire ancienne.  POILPRE Pierre  INRAP GO  Archéogéographe  QUILLIEC Bénédicte  INRAP  Ingénieure chargée de recherche, âge du Bronze.  RIPOCHE Julien  Paris I  Etudiant en Master 2  SICARD Sandra  INRAP GO  STEVENIN Claire  Enseignante, Chercheur  bénévole
  • : rappel     Dans  ce  compte‐rendu  de  l’activité  2013,  nous  ne  reviendrons  pas  sur  la  présentation  détaillée  du  PCR,  déjà  largement  développée  dans  les  rapports  et  les  comptes‐rendus  produits  les  années  précédentes.  Rappelons  simplement,  qu’à  partir  des
RAP02040.pdf (Bassin occidental de la moyenne Vilaine et centre Bretagne. rapport de prospection inventaire)
  • Bassin occidental de la moyenne Vilaine et centre Bretagne. rapport de prospection inventaire
  • croissant nord alpin, et un chaudron métallique témoignant d'échanges et de contact avec les Iles britanniques. intervention, le chaudron est dégagé puis confié au laboratoire Arc'Antique de Nantes pour être restauré. Un large périmètre décapé autour du récipient permet la mise au jour
  • - d'épingle issus du quatrième dépôt sont des éléments inconnus dans ce groupe. Ils semblent témoigner de relations et d'échanges avec le croissant nord alpin (Gabillot 2003). Le chaudron, dont la partie supérieure a été arrachée lors des labours, est un chaudron de faciès atlantique de
  • . La particularité du site de Saint-Ygeaux est de contenir à la fois des objets classiques du groupe métallique de Rosnoën, des objets sans doute issus du croissant nord alpin, et un chaudron métallique témoignant d'échanges et de contact avec les Iles britanniques. De plus, les
  • Maurice GAUTIER PROSPECTION-INVENTAIRE BASSIN OCCIDENTAL DE LA VILAINE ET CENTRE BRETA GNE. 2004/33 Autorisation préfectorale du 25 mai 2004 Rapport de synthèse Tome 'A Avec la participation des CONSEILS GENERAUX DU MORBIHAN ET DES COTES D'ARMOR Le bassin occidental de la
  • moyenne Vilaine et le Centre Bretagne ont de nouveau été survolés en 2004 dans le cadre de travaux de prospection-inventaire destinés à alimenter la Carte Archéologique de la France. Ces recherches ont essentiellement mis en œuvre deux techniques de prospection : la détection aérienne
  • à basse altitude et les reconnaissances au sol. Cette, nouvelle campagne bien que modeste par ces résultats a permis de recueillir des informations inédites sur le Porhoët et le Centre Bretagne qui constituent les deux espaces privilégiés de nos travaux (Fig. 1). La partie
  • synthétique de ce rapport se veut comme à l 'habitude volontairement succinte car la méthodologie mise en œuvre et les résultats obtenus sur cette vaste zone de prospection depuis plus de quinze ans ont déjà été largement discutés et commentés dans des publications récentes. REMERCIEMENTS
  • Les recherches ont bénéficié d'une subvention de l'Etat de 4650 euros, de crédits du Conseil Général du Morbihan d'un montant de 2350 euros et d'une subvention du Conseil Général des Côtes d'Armor s 'élevant à 2350 euros. Ces crédits conséquents attribués à temps ont permis de
  • couvrir les frais occasionnés par les reconnaissances aériennes, l 'acquisition de feuilles cadastrales, les fournitures et travaux photographiques ainsi que les indispensables contrôles au sol. Nous tenons à remercier les différentes personnes et collectivités territoriales qui ont
  • Grand-Ouest ainsi que les Conseils Généraux des Côtes-d 'Armor et du Morbihan. Il nous faut aussi remercier Philippe GUIGON, Michel MESLET et Sébastien NIEZ qui furent nos disponibles et talentueux pilotes de cette campagne 2004. Au niveau local, des aides et de précieuses
  • informations, notamment en ce qui concernent les vérifications au sol, nous ont été une nouvelle fois apportées par Gilles MONTGOBERT de Mauron (56), par Jean-François CHARPENTIER de Plumieux (22) et surtout par Claudine BERNARD de Laniscat (22). LA PROBLEMATIQUE DE LA RECHERCHE Les travaux
  • systématiques de détection aérienne réalisés entre Rennes et Carhaix depuis plus de quinze ans ont permis la révélation de deux petites régions naturelles au peuplement jusqu'à lors insoupçonné : le Porhoët et la région de Corlay en centre Bretagne. La qualité et l 'originalité des fonds
  • documentaires réunis sur ces deux secteurs permettent de dépasser la seule préoccupation d'inventaire pour constituer une véritable recherche sur les processus d'anthropisation du milieu, notamment aux époques gauloise et gallo-romaine. En outre, le Porhoët a livré des traces de parcellaires
  • anciens, nombreuses et variées, qui font de ce secteur géographique un laboratoire privilégié pour l'étude et la restitution des formes agraires protohistoriques et antiques. Ces recherches permettent également de poser de nombreux questionnements sur la morphogenèse des bocages
  • fouillé le site de la Rochette en Mauron caractérisé par un large fossé interrompu et mis au jour des structures d'habitat du Néolithique. L 'extension des décapages en 2005 devrait confirmer l 'occupation de l 'éperon barré au Illème millénaire (Tinevez 2004). Yves MENEZ a sondé les
  • trois enclos repérés à l 'est de la forteresse de Paule et le mobilier recueilli lors de ces sondages montre une occupation protohistorique. QUELQUES REMARQUES METHODOLOGIQUES. Contrairement à l 'année 2003 marquée par une importante sécheresse estivale, l 'année 2004 ne restera pas
  • dans les annales de l'archéologie aérienne En dehors d' une courte période favorable en juin, les mois de juillet et août n 'ont pas livré les indices phytologiques attendus et le nombre de sites révélés est nettement inférieur aux années précédentes (Fig.2). Le présent rapport
  • présente donc 40 fiches de déclaration qui correspondent , pour la plupart , aux clichés les plus significatifs réalisés en 2004. Quelques découvertes de l'année précédente ont également été rajoutés dans le rapport. APPRECIA TION GLOBALE ET PREMIERE HIERARCHISA TION DES DECOUVERTES
  • . Comme nous l 'avons dit précédemment , les conditions climatiques et météorologiques n 'ont pas été favorables à l 'apparition des « classiques » indices phytologiques révélateurs de sites enfouis ou arasés. Néanmoins la courte sécheresse du mois de juin a permis d'obtenir quelques
  • bons clichés sur les céréales, les pois protéagineux et les prairies. Pour la première fois depuis 20 ans, nous avons obtenu une photographie significative d 'une grande et belle villa gallo-romaine localisée sur la commune de St-Just. Le site, une première fois révélé, lors de la
RAP02272.pdf (Vents et fours. du minerai à l'objet. recherches sur la ventilation naturelle en paléométallurgie du fer. rapport final de pcr 2005-2007)
  • projet collectif de recherches
  • Vents et fours. du minerai à l'objet. recherches sur la ventilation naturelle en paléométallurgie du fer. rapport final de pcr 2005-2007
  • déborde la fonction : c'est elle qui, pour une fonction donnée, dans un territoire donné, détermine le type de four parfois, sa morphologie souvent. JeanFrançois Belhoste le montre à propos des nombreuses innovations que connut la métallurgie de l'arc alpin entre Xllle et XVIe siècle
  • ° 0U ' 3t^ 200? RRIER Vents et fours. Du minerai à l'objet (Recherches sur la ventilation naturelle en paléométallurgie du fer) Programme collectif de Recherche Rapport final SRA Bretagne, année 2006 Participants au PCR « Vents et Fours »: Aranda Régis Forgeron
  • -métallurgiste, association Hispamébro et chercheur associé à l'UMR 5060 Chauvel Jean-Jacques Géochimiste, président de la Société Géologique Minière de Bretagne Colliou Christophe Doctorant en archéologie, GRHIS, université de Rouen et Laboratoire Pierre Sue, CEA / CNRS, Saclay ' Dillmann
  • . INTRODUCTION II. APPROCHE CRITIQUE DES GRANDS OUTILS DE PENSÉE : LIGNÉES, COMPLEXES TECHNIQUES, CHAÎNES 9 OPERATOIRES AJ Qu'est-ce qu'une lignée technique ? Complexes, espaces et systèmes techniques La chaîne opératoire : intérêt, limites B/ Cl III. LES GRANDES LIGNÉES TECHNIQUES
  • DE PRODUCTION DES MÉTAUX FERREUX Al Réflexions d'ensemble sur la métallurgie du fer Les grandes lignées techniques de production des métaux ferreux B/ IV. APPLICATION A LA PALEOMETALLURGIE DU FER : LE BAS-FOURNEAU ET LA VENTILATION AJ Mise en place d'une grille de lecture
  • TECHNIQUE I. APPROCHE CRITIQUE DE LA LITTÉRATURE TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE AJ Les principaux arguments de diagnostic des modes de ventilation : A II. AJ III. LA RECHERCHE D'UN REFERENTIEL TECHNIQUE Discussion sur les arguments permettant de diagnostiquer les modes de ventilation
  • : BIBLIOGRAPHIE AJ B/ Cl D/ Ouvrages historiques et techniques : Sites archéologiques : Expérimentations: Données ethnographiques : 66 66 68 81 82 97 97 98 100 102 DEUXIEME PARTIE - REDUCTION 104 PROPOSITIONS, EXPERIMENTATIONS ET REFLEXIONS AUTOUR DE LA REDUCTION DU MINERAI DE FER PAR
  • fragments Le système de ventilation La fosse de piégeage à scories Discussion et propositions LES EXPÉRIMENTATIONS A/ B/ Cl Dl IV. Premiers essais Proposition Premiers résultats Le four d'expérimentation démontable en terre cuite BILAN ET PROPOSITION D'INTERPRÉTATION Al B
  • FOURNEAU III. GRILLAGE DU MINERAI - CONCASSAGE IV. RESULTATS V. PERSPECTIVES ET PROJETS A/ Réalisation de nouvelles opérations de réduction en ventilation naturelle dans un four de grande dimensions B/ Etude du comportement d'une minerai différent en réduction et post-réduction
  • . Expérimentation I : épuration de type « martelage » Expérimentation 2 : de type « grappage » Expérimentation 3 : de type « grappage» DISCUSSION DES RÉSULTATS ; APPORTS ET LIMITES DE L'EXPÉRIMENTATION GLOSSAIRE 167 170 170 173 177 180 183 [Vents et Fours. Du minerai à l'objet - SRA
  • techniques, ethnologie. Ces études, chacune dans leur domaine, ont considérablement fait progresser la connaissance des « savoirs et des savoir-faire »de la métallurgie préindustrielle : meilleure compréhension des procédés, de l'organisation des ateliers, de l'usage des matériaux
  • , minerai, fondant, ajout, ou outil, analyse fine de la chaîne opératoire et des objets, dont témoignent les publications les plus récentes. Mais du simple fait qu'elles ne reposent pas sur les mêmes sources, qu'elles n'interrogent pas les mêmes époques et les mêmes lieux, et qu'elles ne
  • mettent pas en œuvre les mêmes compétences, les mêmes cultures scientifiques et techniques, elles diffèrent bien souvent dans l'approche et dans la mise en œuvre des résultats: l'archéologue met à jour les traces et restes d'ateliers métallurgiques ; l'historien décrypte et interprète
  • Institut d'Histoire des Sciences et des Techniques fondé par Abel Rey célébrait l'usage conjoint de l'archéologie, de l'expérimentation, de l'analyse chimique, de l'analyse micrographique et de la radiographie par rayon X pour décrypter la technique de fabrication des lames de sabres
  • antiques; et la mise en commun des méthodes de l'archéologie avec la linguistique, la géographie et l'histoire des techniques pour comprendre l'invention du bronze (Brunet 1936-37). Un pas considérable fut franchi dans le milieu des années 1970, avec la création du G.M.P.C.A
  • ., initialement « Groupe des Méthodes Physiques et Chimiques Contribuant à l'Archéologie » devenu en 1987 le « Groupe des Méthodes Pluridisciplinaires Contribuant à l'Archéologie », après l'arrivée en son sein des sciences de la nature. Véritable outil pluridisciplinaire, fédéré par le terme
  • « archéométrie », le G.M.P.C.A. réunit des spécialistes appartenant à diverses disciplines (prospection, datation, analyse des matériaux, études environnementales, géologie, botanique, zoologie, anthropologie...) et contribue à la résolution de problèmes archéologiques. Plus de trente années
  • de travaux riches et fructueux ont validé cette démarche fondamentale, désormais Introduction générale - A. F. Garçon 5 [Vents et Fours. Du minerai à l'objet - SRA Bretagne 2006j indispensable à l'archéologie. Cela étant, le G.M.P.C.A. ne prend pas en charge toute la
  • pluridisciplinarité, puisque, fidèle à son dessein scientifique d'archéométrie, il fédère autour de l'archéologie l'ensemble des sciences « non humaines » intervenant dans l'étude des témoins matériels de l'activité passée des hommes et du milieu dans lequel ils ont vécu (Tabbagh 1994). Une
  • nouvelle étape se dessine, qui rapproche les études paléométallurgiques, du programme fixé en 1937 par l'équipe pionnière de l'Institut d'Histoire des Sciences et des Techniques à propos du bronze : la rencontre entre l'archéologie et les sciences humaines, tout particulièrement
RAP03284.pdf (éléments pour une nouvelle approche de l'âge du Bronze en Bretagne ; le cadre chronologique et les formes de l'habitat. Rapport de PCR 2015)
  • projet collectif de recherches
  • éléments pour une nouvelle approche de l'âge du Bronze en Bretagne ; le cadre chronologique et les formes de l'habitat. Rapport de PCR 2015
  • Compte‐rendu d’activité 2015 Projet Collectif de Recherche Eléments pour une nouvelle approche de  l’âge du Bronze en Bretagne  Le cadre chronologique et les formes de l’habitat  Stéphane BLANCHET (coordination), Vérane BRISOTTO, Anne‐Françoise CHEREL, Klet  DONNART, Muriel
  •  d’artisanat par C. Hamon et S. Blanchet   FICHES D’ENREGISTREMENT DE DECOUVERTE  3 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne                                                                                                       4 Projet Collectif de
  •  n’est bien sûr pas  figée et évolue en fonction des problématiques, des travaux mis en place mais aussi des besoins. La  trame grise signale les agents de l’Inrap bénéficiant de jours PAS.  5 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne 6 Projet Collectif
  •   que  les  dépôts  d’objets  métalliques  devront  sans  doute  être  rapidement intégrés à l’analyse des données, tant du point de vue de la chronologie que des formes  de l’habitat et de l’occupation du sol.                       7 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge
  •  leur représentativité, un travail  9 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne de hiérarchisation et d’analyse a donc été réalisé en parallèle. Le référentiel continu à être alimenté  en fonction des découvertes (diagnostics, fouilles) dont le rythme
  •  problématique dans notre région.  Si  la  pratique  de  l’inhumation  semble  exclusive  au  Bronze  ancien,  elle  est  beaucoup  plus  difficile  à  11 Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne percevoir  pour  le  Bronze  moyen  et  éventuellement  le  Bronze
  • Précisions Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne G. Leroux, en cours J.-Y. Robic, 1989 J.-P. Le Bihan, 1999 J.-P Le Bihan, 1999 J.-P Le Bihan, 1999 J.-P. Le Bihan, 1996 et 1998 E. Roy, 2000 E. Roy, 2000 S. Hinguant, E. Le Goff, 1998 S. Mentele 2014
  •   Responsable d’opérations, Inrap Grand‐Ouest. xavier.henaff@inrap.fr  Emeline LE GOFF  Référente SIG et topographe, Inrap Grand‐Ouest. emeline.le‐goff@inrap.fr  Mikaël LE MAIRE  Etudiant en Master 2 recherche, Université de Nantes. mikael.le.maire@yahoo.fr  Océane LIERVILLE  Céramologue
  • Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne 2 Projet Collectif de Recherche Rapport d’activité 2015  SOMMAIRE  LISTE DES PARTICIPANTS  p.5  1. LE PROJET INITIAL : quelques rappels p.7  2. L’ACTIVITE EN 2015 p.9  2.1 Typologie des céramiques de l’âge du
  •  Bronze final et du début du 1er âge du Fer (XIIIe ‐  VIIe siècles av. J.‐C.) par A.‐F. Cherel et O. Lierville  p.13 2.2 Typologie des céramiques de l’âge du Bronze moyen : premiers éléments de réflexion  par X. Hénaff  p.43 2.3 Le macro‐outillage à l’âge du Bronze dans le Massif
  •  Armoricain par V. Brisotto, K.  Donnart et C. Hamon  p.63 2.4 Les enclos circulaires dans le nord‐ouest de la France : regard croisé entre les  monuments de Bretagne et des Pays de la Loire par M. Le Maire  p.81 2.5 Proposition d’outils méthodologiques pour exploiter les données du PCR
  •  ANNEXES  Le  Bronze  moyen  et  l’origine  du  Bronze  final  en  Bretagne  par  S.  Blanchet,  M.  Mélin,  T.  Nicolas et P. Pihuit  Le  macro‐outillage  lithique  sur  les  sites  de  l’âge  du  Bronze  armoricain :  quelques  hypothèses fonctionnelles pour aborder la notion
  •  Recherche    Rapport d’activité 2015  LISTE DES PARTICIPANTS      BLANCHET Stéphane  INRAP GO, UMR 6566 CReAAH  BRISOTTO Vérane  INRAP GO  Responsable d’opérations, Préhistoire récente/Protohistoire  ancienne.  Responsable d’opérations, Préhistoire récente  CHEREL Anne‐ Françoise
  •   DONNART Klet  INRAP GO, UMR 6566 CReAAH  Céramologue, âge du Bronze et âge du Fer  ESCATS Yoann  INRAP GO  Responsable d’opérations  FAVREL Quentin  Université de Nantes  Etudiant en Master 2  FILY Muriel  CG 29  Attachée de conservation, âge du Bronze.  GABILLOT Maréva
  •  de recherche émérite, âge du Bronze.  HENAFF Xavier  INRAP GO  HAMON Caroline  CNRS, UMR 8215 Trajectoires  Responsable d’opérations, Préhistoire récente/Protohistoire  ancienne.  Chargée de recherche, spécialiste du macrooutillage.  LE BIHAN Jean Paul  CRAF  Archéologue
  • Protohistoire.  LE CARLIER Cécile  CNRS, UMR 6566 CReAAH  Ingénieure de recherche, spécialiste du métal.  LE GOFF Emeline  INRAP GO  Référente SIG  LE MAIRE Mickaël  Université de Nantes  Etudiant en Master 2  LEMEE Marion  INRAP GO  Technicienne de fouille  LE PROVOST François
  •   ancienne.  Enseignante, Chercheur bénévole  TONNERRE Laurianne  Université de Rennes 2  Etudiante en Master 2  TORON Sébastien  Responsable d’opérations, Protohistoire.  EVEHA, UMR 6566 CReAAH  Cette liste rassemble les personnes qui sont associées ou participent au projet. Elle
  •  de Recherche    Rapport d’activité 2015  1. LE PROJET INITIAL : quelques rappels    Dans ce rapport d’activité 2015, nous ne reviendrons pas sur la présentation détaillée de ce PCR, déjà  largement  développée  dans  les  rapports  et  les  comptes‐rendus  produits  les  années
  • ‐chronologie  des  productions  céramiques  mais  aussi  lithiques et en constituant un véritable corpus de datations 14C.   Les ensembles mobiliers valorisables – notamment la céramique dont les découvertes se sont  longtemps  limitées  aux  structures  funéraires  –  permettent
  •   aujourd’hui  de  reprendre  largement  la  question de la culture  matérielle et de la chronologie des sociétés de  l’âge  du  Bronze  régional.  Avec  le  développement  de  l’archéologie  préventive,  nous  disposons  effectivement d’ensembles suffisamment importants et nombreux pour
RAP03340.pdf (PLONEOUR-LANVERN (29). Kersulec : Un dépôt en fosse du Néolithique moyen 2 et une occupation de l'âge du Bronze ancien. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • PLONEOUR-LANVERN (29). Kersulec : Un dépôt en fosse du Néolithique moyen 2 et une occupation de l'âge du Bronze ancien. Rapport de fouille
  • d’intervention et de réalisation 41 1.1.1. Cadre général 42 1.1.2. Environnement archéologique 47 1.1.3. Stratégie et méthode mises en œuvre 48 1.2. Cadre géologique, géomorphologique et géographique 48 1.2.1. Le contexte géologique (J. Rolet) 51 1.2.2. Géomorphologie (P
  • . Stéphan) 51 1.2.3. Le site de Kersulec dans son (paléo) environnement (P. Stéphan) 51 1.2.3.1. Situation géographique 53 1.2.3.3. Tentative de reconstitution paléogéographique 55 1.2.4. Etude anthracologique d’une possible tombe en fosse et d’un foyer à pierres chauffées
  • du Néolithique moyen et de structures d’un habitat de l’âge du Bronze ancien (H. Seignac) 55 1.2.4.1. Introduction 55 1.2.4.2. Matériel et méthode 55 • Principe de l’étude anthracologique 55 • L’examen dendrologique 57 1.2.4.3. Analyse anthracologique des
  • structures de stockage 86 • Deux petits silos 88 • Un grenier 90 • Deux fosses en U à parois évasées 92 2.3.3.4. Des fosses 92 • Deux fosses dépotoirs : F27d et F28d 94 • Deux fosses empierrées 96 • Des aménagements autour de F16 98 • Les autres
  • - L'assemblage céramique de Plonéour-Lanvern 121 - La question des vases biconiques à carène haute et les parallèles typologiques avec des productions du Centre-Ouest 122 - La question de la datation de l’assemblage céramique • Les fragments d’argile cuite 122 122 • Un
  • creuset, indice de métallurgie du bronze (iso 65). 122 - Description 124 - Approche technologique 126 - Indices d'usage et d'intensité de l'activité métallurgique du creuset 126 - Comparaisons régionales et extrarégionales. 128 - Une métallurgie ancienne dans le nord
  • • Discussion et interprétation 137 • Conclusion 139 2.3.5. L’industrie lithique 139 • Introduction 139 • Description 139 - Matières premières 139 2.3.5.1. Le matériel lithique taillé du site de Kersulec à Plonéour-Lanvern (C. Nicolas) 140 - Débitage 143
  • - Outillage 143 • Comparaisons 145 2.3.5.2. L’outillage macrolithique de l’occupation de l’âge du Bronze (V. Brisotto, C. Hamon avec la collaboration de J. Rolet et Y. Pailler) 145 • Les matières sélectionnées pour le macro-outillage 145 • Analyse technologique et
  • tracéologique des outils par secteurs 145 - Une concentration d’outillage macrolithique 153 - Cœur du site, autour des tombes 159 - Au nord de l’emprise 161 - A l’est de l’emprise : iso 19, 20, 27 162 - Autres objet non localisés 163 • Synthèse et comparaisons 163 163
  • - Supports et choix des matières premières - Spectre fonctionnel et activités 163 Les outils de broyage 163 Les percuteurs et bouchardes en quartz 163 Les lissoirs et la production céramique 164 Les outils à tranchant utilisé sur galets 164 Les outils de percussion
  • sur galets 164 Les outils de percussion et d’abrasion en lien avec le façonnage d’outils métalliques (dits de « métallurgistes ») 164 Les outils à surfaces polies 165 Les non-outils et les éléments architecturaux 165 - Macro-outillage et activités sur les
  • sites de l’âge du Bronze armoricain 166 • Conclusion 167 3. Synthèse et discussion 167 3.1. Un dépôt en fosse original au Néolithique moyen 167 3.2. Les occupations du Bronze ancien 167 - Deux tombes du Bronze ancien 168 - Une occupation domestique 168 - Le
  • Inventaire des isolats 202 Inventaire des photos 212 Inventaire du matériel céramique (T. Nicolas) 216 Inventaire général des macro-outils et détermination pétrographique 216 (V. Brisotto, C. Hamon, J. Rolet, Y. Pailler) 222 Inventaire des macro-outils (V. Brisotto, C. Hamon
  • ) 222 - Néolithique 222 - Âge du Bronze 228 Inventaire des silex et des quartz taillés (C. Nicolas) I. Données administratives, techniques et scientifiques 8 Inrap · RO de fouille PLONEOUR-LANVERN (Finistère), Kersulec Fiche signalétique Localisation Région Bretagne
  • Département Finistère (29) Commune Plonéour-Lanvern Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Propriétaire du terrain OPAC de Quimper-Cornouaille et commune de Plonéour-Lanvern M. Stéphane Briec, directeur développement OPAC Adresse ou lieu-dit
  • terrain Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence (RGF93 CC48) Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement Du 02/11/2015 au 01/12/2015 x : 156976 y : 6842540 z : entre 114 et 131 m NGF OPAC de Quimper-Cornouaille 85, rue de Kergestin 29000
  • administratives, techniques et scientifiques Mots-clefs des thesaurus Chronologie Sujets et thèmes Paléolithique Mobilier Edifice public Industrie lithique Inférieur Edifice religieux Industrie osseuse Moyen Edifice militaire Céramique Supérieur Bâtiment Restes
  • Mésolithique et Epipaléolithique Structure funéraire Végétaux Voirie Faune Néolithique Ancien Hydraulique Flore Moyen Habitat rural Objet métallique Récent Villa Arme Chalcolithique Bâtiment agricole Outil Protohistoire Structure agraire Parure
  • · RO de fouille PLONEOUR-LANVERN (Finistère), Kersulec Intervenants Intervenants scientifiques Stéphane Deschamps, SRA Conservateur régional Prescription et contrôle scientifique Yves Ménez, SRA Conservateur régional adjoint Prescription et contrôle scientifique Jean-Charles
  • Arramond, Inrap Ingénieur chargé du suivi du dossier Prescription et contrôle scientifique, suivi sur le terrain Michel Baillieu, Inrap Directeur adjoint scientifique et technique Mise en place et suivi de l’opération Thomas Arnoux, Inrap Délégué du directeur adjoint scientifique
RAP03091.pdf (CAUDAN (56). Lenn Sec'h : occupations néolithiques et médiévales. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • CAUDAN (56). Lenn Sec'h : occupations néolithiques et médiévales. Rapport de fouille
  • Moyen-Âge : description des structures La production céramique du Haut Moyen-Âge (Gwenaëlle HAMON) Descriptif détaillé des éléments céramiques par structure Synthèse sur la céramique du Haut Moyen-Âge Eléments de chronologie absolue et relative Une occupation datant du Bas Moyen-Âge
  • : Conseil général du Morbihan. Photos : CG56 Papier PEFC fabriqué à partir de pâtes provenant de forêts gérées de façon durable. Février 2015 Département du Morbihan Direction générale de l’éducation et de la culture Direction de la culture Service départemental d’archéologie 2015
  • RAPPORT FINAL D’OPÉRATION Morbihan, Caudan,« Lenn Sec’h» : occupations néolithiques et médiévales FOUILLE ARCHÉOLOGIQUE N°2013-060 Sous la direction d’Aurélie CROWCH avec la collaboration de : Yoann CHANTREAU, Wilfrid GALIN, Gwenaëlle HAMON et de Nancy MARCOUX avec la participation de
  • : Xavier BERNARDEAU, Raphaël MORAND, Clément ROUVIÈRE et de Astrid SUAUD-PREAULT EA 56 036 063 Commune de Caudan (N° INSEE : 56 036) Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage
  • …) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des
  • administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent
  • dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction
  • sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations
  • qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport
  • ); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de
  • chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement
  • la culture Service départemental d’archéologie du Morbihan Morbihan, CAUDAN, « Lenn Sec’h » Occupations néolithiques et médiévales _____________________ Rapport final d’opération/Fouille archéologique EA 56 036 063 N° de prescription : 2013-060 CODE INSEE Caudan 56 036 Aurélie
  • administratifs communicables au public, après remise au Service Régional de l’Archéologie, suivant les dispositions de la loi modifiée n° 78-753 du 17 juillet 1978, relative à l’amélioration des relations entre l’administration et le public. Aux termes de la circulaire du 26 mars 1993, prise
  • pour application, ils pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et des contraintes qui en résultent. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une
  • utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes du ou des auteur(s
  • ) et de l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d’utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Le non
  • -respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l’article 425 du code pénal. 3 RFO de FOUILLE 2013/CAUDAN, Lenn Sec'h 4 RFO de FOUILLE 2013/CAUDAN, Lenn Sec'h SOMMAIRE A / DONNÉES ADMINISTRATIVES, TECHNIQUES ET SCIENTIFIQUES Fiche signalétique 8 Mots clés des
  • thésaurus 9 Générique de l’opération 11 Notice scientifique 14 État du site et remerciements 15 Localisation de l’opération 16 Arrêté de prescription 17 Projet scientifique d’intervention 25 Arrêté d’autorisation de fouille 34 B/ RESULTATS ÉTAT DES CONNAISSANCES AVANT
  • L’INTERVENTION ET STRATÉGIE MISE EN ŒUVRE 1. Objectifs de l’opération de fouille et données scientifiques délivrées par le diagnostic 38 2. 2.1 2.2 Circonstances de l’intervention Méthodologie et modalités Personnel et moyens mis en œuvre 41 41 44 3. Cadre géologique et géographique
  • des structures néolithiques et problématique de fouille Le mobilier céramique néolithique (Gwenaëlle HAMON) La production céramique du Néolithique ancien La production céramique du Néolithique récent Le mobilier lithique 57 59 70 79 82 83 85 89 7. Les données anthracologiques
RAP03648 (LANNION (22). Route de Petit Camp : un ensemble funéraire et un habitat de l'âge du Bronze. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • LANNION (22). Route de Petit Camp : un ensemble funéraire et un habitat de l'âge du Bronze. Rapport de fouille
  • L’incinération 1 L’incinération 2 L’incinération 3 Eléments de discussion sur les sépultures à incinération Synthèse et éléments de discussion autour des structures funéraires de l’âge du Bronze Les éléments d’architecture L’ensemble n°1 L’ensemble n°2 L’ensemble n°3 L’ensemble n°4 L’ensemble
  • Protohistoire ancienne. Parmi les autres vestiges découverts lors de cette opération, quelques fossés viennent compléter le plan du système agraire qui se développe en périphérie de l’exploitation agricole gallo-romaine étudiée en 2013. Enfin, comme l’indiquent quelques vestiges et en
  • déjà observée sur le site de Penn an Alé (cf. fig. 21, rapport de diagnostic). Il convient de rappeler que l’intérêt scientifique du site réside prioritairement par le caractère inédit de ce type d’établissement sur le plan local comme régional et tant pour la protohistoire ancienne
  • que pour l’Antiquité. Il faut également souligner le bon état de conservation des vestiges. Aussi, deux principaux axes d’étude se dégagent : - L’étude de l’organisation d’une vaste occupation de la protohistoire ancienne et sa proche périphérie, à travers l’étude de ses éléments
  • scientifique et qualification du responsable d’opération Le responsable scientifique proposé par l’Inrap pour conduire cette intervention est Monsieur Stéphane Blanchet, chargé d’opérations et de recherche à l’Inrap, spécialiste de la Préhistoire récente et de la Protohistoire ancienne
  • Sujets et thèmes Habitat, Funéraire Mobilier Céramique Macrooutillage Les structures archéologiques et le mobilier associé attestent d’une forte occupation entre 2200 et 1000 ans avant notre ère. Au Bronze ancien et au Bronze moyen, un réseau fossoyé délimitant des parcelles et
  • de probables enclos est aménagé et organise le paysage. Aucune structure d’habitat n’a été reconnue pour cette période. En revanche, un petit cimetière à inhumations attribué au Bronze ancien et plusieurs incinérations du Bronze moyen indiquent que ce secteur possède plutôt une
  • vocation funéraire. Au cours du Bronze final, cinq constructions sur poteaux plantés, dont trois maisons rondes sont édifiées au sein du système agraire et à proximité des structures funéraires antérieures. En plus de plans particulièrement intéressants du point de vue architectural
  • , les constructions ont fourni des ensembles céramiques qui permettent de préciser leur chronologie. En complément des fouilles de 2013, les vestiges mis au jour dans le cadre de cette opération permettent de suivre l’évolution d’un territoire durant la Protohistoire ancienne
  • remarquables - des structures funéraires et des structures d’habitat – sont attribuable à l’âge du Bronze. On notera que ces vestiges se situent dans la stricte continuité spatiale du site de Penn an Alé étudié en 2013. Ils viennent largement compléter et affiner les résultats obtenus lors
  • de cette première opération. Rapport final d’opération Chronologie Néolithique Âge du Bronze Néolithique Antiquité Moyen Âge route de Petit Camp, Lannion, Côtes-d’Armor, Bretagne Un ensemble funéraire et un habitat de l’âge du Bronze Côtes-d’Armor, Lannion, Route de Petit
  • Camp Un ensemble funéraire et un habitat de l’âge du Bronze sous la direction de Stéphane Blanchet Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67 737 35 577 Cesson-Sévigné www.inrap.fr Rapport de fouille Stéphane Blanchet Parmi les autres vestiges découverts lors de l’intervention
  • , quelques fossés viennent compléter le plan du système agraire qui se développe en périphérie de l’exploitation agricole gallo-romaine étudiée en 2013. Enfin, comme l’indiquent quelques vestiges et en particulier une structure de combustion, le site est encore occupé au cours du haut
  • Moyen Âge. Inrap Grand Ouest Novembre 2018 Rapport final d'opération 22113 — — Code INSEE Nr site Entité archéologique Côtes-d'Armor, Lannion, Route de Petit Camp Un ensemble funéraire et un habitat de l'âge du Bronze sous la direction de Arrêté de prescription 2016-80
  • Système d’information Lambert 93 Code Inrap F113949 Stéphane Blanchet Inrap Grand Ouest 37, rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Novembre 2018 Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice
  • scientifique État du site Arrêté de prescription Projet d'intervention Autorisation de fouille 10 11 12 14 14 16 25 38 44 1. Cadre géographique et géologique 44 50 1.1 1.2 1.3 1.4 1.4.1 1.4.2 1.4.3 1.4.4 1.4.4.1 1.4.4.2 52 2. 45 45 47 47 48 50 50 50 50 52 52 53 54 55 55 57 59 60
  • 60 60 62 63 64 2.1 2.1.1 2.1.2 2.1.3 2.2 2.2.1 2.2.2 2.2.3 2.3 2.3.1 2.3.1.1 2.3.1.2 2.3.1.3 2.3.1.4 Découverte et évaluation du site Descriptif technique et scientifique de l’opération Le contexte topographique Stratégies et méthodes mises en œuvre Problématiques particulières
  • de l’opération lors du décapage et de la fouille L’enregistrement Les prélèvements Le parcellaire moderne Le parcellaire représenté sur le plan cadastral du XIXe siècle Des limites parcellaires non cadastrées Une longue occupation protohistorique Présentation générale La
  • chronologie La répartition et l’état de conservation des vestiges Les limites du site Une discrète occupation du Néolithique moyen La structure F146 La structure F102 Synthèse et discussion L’occupation de l’âge du Bronze Un système fossoyé Le fossé F10 Les fossés F40 et F240 D’autres
  • 2.4.5 2.4.6 2.4.7 2.4.8 2.4.8.1 2.4.8.2 2.4.8.3 2.5 2.5.1 2.5.2 2.6 2.6.1 2.6.2 2.7 De probables sépultures à inhumation Des fosses allongées La question du vase retourné de la fosse F149 Eléments de discussion sur les sépultures à inhumation Les sépultures à incinération
RAP01798.pdf ((35). le bassin oriental de la Vilaine : archéologie aérienne. rapport de prospection-inventaire)
  • (35). le bassin oriental de la Vilaine : archéologie aérienne. rapport de prospection-inventaire
  • ALTITUDE Informateur : Gilles LEROUX Description des vestiges : Ensemble d'enclos juxtaposés. Le plus important d'entre eux possède un fossé curviligne, interrompu à deux reprises. Etat de conservation : Eléments de datation : Chronologie proposée : Protohistoire Mobilier □ Lieu de
  • LEROUX Description des vestiges : Groupement de deux enclos morphologiquement différents. L'un possède un plan quadrangulaire, l'autre est curviligne. Etat de conservation : Eléments de datation : Chronologie proposée : Protohistoire Mobilier □ Lieu de conservation : Documentation
  • des vestiges : Enclos curviligne possédant une entrée vers le nord-est. Etat de conservation : Eléments de datation : Chronologie proposée : Protohistoire Mobilier □ Lieu de conservation : Documentation : PHOTOGRAPHIE, DIAPOSITIVE Bibliographie : Réf. Leroux 2002 872 Cadre
  • Description des vestiges : Ensemble d'enclos superposés associant une structure quadrangulaire à large fossé et un enclos possédant une entrée vers le sud. Etat de conservation : Eléments de datation : Chronologie proposée : Age du Fer Mobilier □ Lieu de conservation : Documentation
  • A BASSE ALTITUDE Informateur : Gilles LEROUX Description des vestiges : Enclos carré à large fossé et possédant une entrée face au sud. Etat de conservation : Eléments de datation : Chronologie proposée : Age du Fer Mobilier □ Lieu de conservation : Documentation : PHOTOGRAPHIE
  • |__J___J__|_J Technique de repérage : PRISE DE VUE OBLIQUE A BASSE ALTITUDE Informateur : Gilles LEROUX Description des vestiges : Enclos rectangulaire vu partiellement. Il possède une avant-cour et une série d'entrées alignées vers l'est. Etat de conservation : Eléments de datation
  • linistère Service Régional de l'Archéologie de Bretagne Direction régionale des affaires culturelles Bretagne PROSPECTION-INVENTAIRE dans le bassin oriental de la Vilaine ARCHEOLOGIE AERIENNE Dans le département d'Ille-et-Vilaine Campagne 2001 Tome I - Présentation
  • générale et découvertes réalisées Responsable : Gilles LEROUX „ c ; RECH-ERCHES , , É lt0 L 0 s G I Q ïf U -E s S PR-ÉVENTIVES SOMMAIRE INTRODUCTION REMERCIEMENTS CADRE GEOGRAPHIQUE PRESENTATION DES RESULTATS - Le bilan chiffré - La nature des découvertes - La répartition
  • géographique des découvertes BILAN ET PERSPECTIVE RAPPEL EN IMAGES DE LA CAMPAGNE 2001 INVENTAIRE DES DECOUVERTES REALISEES INTRODUCTION Curieusement, les conditions climatiques proprement calamiteuses du début de l'année 2001, n'ont pas trop contrarié notre campagne de prospection
  • aérienne sur la frange orientale du département d'Ille-et-Vilaine. En effet, alors que les résultats de la saison 2000 étaient passés au dessous de la moyenne (elle-même proche d'une cinquantaine de points de découvertes), les chiffres de cette année sont à nouveau conformes à ce que
  • chaudes. La plupart des missions aériennes ont donc pu être effectuées entre la mi-juin et le début du mois de juillet. Conformément à ce que constatons régulièrement, le bassin de la Seiche a constitué le principal réservoir en sites. Les surfaces les plus favorables auront été les
  • pois fourragers et les prairies qui ont eu à subir un brutal déficit hydrique. Pour ce qui concerne la nature ou la chrono-typologie des découvertes, on constatera une fois de plus l'omniprésence des structures fossoyées pouvant dater de l'Age du Fer. REMERCIEMENTS Ces travaux ont
  • bénéficié d'une subvention du Ministère de la Culture et du Conseil général du département de l'Ille-et-vilaine s'élevant à 42.000 Frs. Nous tenons à remercier ici : - - - la Commission Interrégionale de la Recherche archéologique (CIRA Grand Ouest) qui a renouvelé sa confiance à
  • notre programme de prospection-inventaire sur le bassin oriental de la Vilaine ; Mr Stéphane DESCHAMPS, Conservateur régional de l'archéologie de Bretagne, et Mme Anne VILLARD-LE TIEC, conservatrice du patrimoine, ayant en charge la gestion des opérations archéologiques sur le
  • département d'Ille-et-Vilaine, qui ont soutenu notre dossier ; L' Aéro-Club de Rennes-Ille-et-Vilaine, auquel nous adhérons et qui met à notre disposition ses avions à ailes hautes de type Cessna 172 ; Et enfin tous les pilotes qui ont fait preuve de compétence et de disponibilité pour
  • nous permettre de prendre nos clichés dans les meilleures conditions : Philippe GUIGON et Michel MESLET. Les crédits alloués ont permis de couvrir les frais occasionnés par les nombreuses reconnaissances aériennes, les vérifications au sol des sites détectés par voie aérienne
  • , l'achat des extraits cadastraux, les importants frais photographiques, l'élaboration des rapports et les déplacements sur la frange orientale du département d'Ille-et-Vilaine. CADRE GEOGRAPHIQUE Le cadre géographique retenu pour la réalisation de notre programme de
  • prospectioninventaire correspond au bassin oriental de la Vilaine. Il s'agit essentiellement du secteur sur lequel se déploie le réseau hydrographique de la Vilaine, regroupant la vallée de la Vilaine elle-même et celles de ses principaux affluents orientaux : la Seiche, le Semnon et la Chère. Cette
  • zone comprend ou touche. 18 cantons, appartenant aux arrondissements de Fougères, Redon, Rennes et Vitré : Argentré-du-Plessis, Bain-de-Bretagne, Bruz, Châteaubourg, Châteaugiron, Fougères-Nord, Fougères-Sud, Le Grand-Fougeray, La Guerche-de-Bretagne, Janzé, Louvigné-du-Désert
  • , Redon, Retiers, Saint-Aubin-duCormier, Saint-Brice-en-Coglès, Le Sel-de-Bretagne, Vitré-Est et Vitré-Ouest . D'un point de vue géologique, la. partie nord de ce secteur correspond au domaine granitique de l'Ille-et-Vilaine, souvent recouvert d'une couche limoneuse ou loessique
RAP03659 (Corpus des signés gravés néolithiques. Rapport de PCR 2018)
  • programme collectif de recherche
  • Corpus des signés gravés néolithiques. Rapport de PCR 2018
  • Corpus des signes gravés néolithiques Programme collectif de recherche (PCR) relatif à l’enregistrement et à la restitution de l’art rupestre néolithique en Armorique en vue de son étude et de sa conservation numérique * Année 2: avril 2018/février 2019 Serge Cassen, Valentin
  • Grimaud et Christine Boujot, Olivier Celo, Cyrille Chaigneau, Emmanuelle Collado, Mikaël Guiavarc’h, Céline Jardiné, Philip de Jersey, Christian Obeltz , Guirec Querré, Bettina Schulz-Paulsson, Dominique Sellier, Emmanuelle Vigier, Marie Vourc'h Laboratoire de recherche en
  • archéologie et architectures (LARA) Université de Nantes rue Censive du Tertre | 44312 NANTES cedex 3 3 4 5 6 Résumé Un nouveau Corpus des représentations symboliques néolithiques gravées sur dalle a été entrepris en Bretagne depuis avril 2016 (année-test) puis développé en 2017
  • , première année d’un PCR courant sur trois années (2017-2019) ; le rapport 2018 est donc produit à mi-chemin. L’opération intéresse aussi bien l'archéologue (la recherche fondamentale, la conservation et la protection du patrimoine) que le gestionnaire de site (la commune, le département
  • , l’association, la société d'économie mixte, le propriétaire privé, etc.). Ces objets archéologiques, le plus souvent hors-sol, courent le risque de disparaître ou de devenir illisibles sous une pression croissante des visites et des restaurations modernes ayant largement modifié la
  • climatologie des espaces confinés (tombes des Vème, IVème et IIIème millénaires av.nè.). L’inventaire s’attache à enregistrer et représenter la gravure au même niveau que le support auquel elle est étroitement associée, physiquement et symboliquement. La contextualisation en 3D des supports
  • ornés, dans le cadre topographique (le site) et architectural (la tombe, l’ouvrage de stèles), s’impose tout autant afin que ne se perde pas le lien historique et fonctionnel. Les enregistrements des surfaces sont de surcroît l’occasion d’observations qui ne se limitent pas à la
  • seule acquisition archéologique des tracés, mais relèvent les différents désordres dus aux colonisations biologiques, aux altérations chromatiques et minérales. On se propose ainsi d'effectuer un état des lieux qui résume, notamment par une cartographie, cet aspect altéré du support
  • . Une expérimentation est également engagée avec pour objectifs de déterminer les outils possibles pour graver le granite, l’orthogneiss et le quartz, de lister les différentes techniques et chaînes opératoires possibles pour la gravure et les préparations de surface, d’établir des
  • ratios qualitatifs et quantitatifs en fonction de la nature du bloc support et des techniques retenues. L’année 2018 s’est notamment attachée à tester le travail debout et le creusement d’une cavité par frappe directe avec percutant emmanché. Le mode de transmission du Corpus fait
  • enfin partie de la réflexion devant mener à des propositions concrètes en termes de stockage et d’archivage pérenne, en établissant la liste indispensable des métadonnées. La solution adoptée cette année nous dirige vers les Huma-Num Box à travers le réseau des MSH ; 400 Go de
  • données ont été ainsi transférées pour un premier dépôt. Ce mode de transmission passe aussi par la médiation, à l’image de notre participation à la Fête de la Science 2018 et à la Nuit des Musées. 7 Entre avril et novembre 2018, 9 tombes à couloir, 11 stèles, 1 sépulture à entrée
  • associées à des lots d’images compilées sous éclairages obliques (protocole ICEO) – et pour la première fois en 2018 sous illuminations virtuelles pour certains monolithes (Mougau Bihan, Kerlud, Er Lannic, Gavrinis R8) - et à la décorrélation d'image afin d’obtenir les meilleurs
  • résultats. Les modèles tridimensionnels produits avec ces différentes techniques sont consolidés dans un même système de coordonnées et traités suivant le protocole d'exploitation des représentations tridimensionnelles en archéologie (PETRA). Certains objets sont passés par toutes les
  • étapes de la chaîne opératoire à la date du 15 décembre 2018, d'autres sont en cours de traitement et les résultats reportés dans le rapport 2019. Après une année budgétaire difficile, le redressement de la subvention 2018 du CD56 doit être salué (montant demandé obtenu), compensant
  • une subvention moindre de la Région Bretagne dans le cadre de son appel à projet. Soulignons que le LARA a encore une fois investi dans du matériel d’acquisition et de traitement (achat d’un scanner Leica BLK360) dont le PCR a intégralement bénéficié. 8 Avertissement Ce rapport
  • passer du statut de rapport à celui de publication scientifique. S’agissant d’une opération en train de se réaliser, des conclusions et un bilan seront nécessaires. Certains sites sont en cours de traitement, d’une année à l’autre, et ce travail d’ajustement et de correction va
  • naturellement modifier le contenu du rapport final, qui lui-même ne sera toujours pas une publication. Des discussions sont par ailleurs ouvertes et offertes au lecteur au terme de chaque descriptif de site, mais doivent être considérées comme réflexions « à chaud », sans les contrôles
  • archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le
  • public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette
RAP03115.pdf (CORSEUL (22). Nisnizan : élements ténus d'une occupation rurale des premiers et second siècles ap. J.-C.)
  • opération préventive de diagnostic
  • CORSEUL (22). Nisnizan : élements ténus d'une occupation rurale des premiers et second siècles ap. J.-C.
  • sous la direction de Anne-Louise Hamon H Sous la direction de Anne-Louise Hamon 4 2 1 Diagnostic archéologique Eléments ténus d’une occupation rurale des premier et second siècles après J.C. 5 Rapport d’opération Corseul, Côtes d’Armor - Nisnizan Inrap Grand Ouest Mai
  • 2015 Diagnostic archéologique Rapport d’opération Corseul, Côtes d’Armor - Nisnizan Eléments ténus d’une occupation rurale des premier et second siècles après J.C. sous la direction de H Sous la direction de Avec la collaboration de Anne-Louise Hamon Richard Delage
  • structures Inventaire des tranchées 5 I. Données administratives, techniques et scientifiques 8 Inrap Rapport de diagnostic siècles ap. J.C. Corseul (22)- Nisnizan, Eléments ténus d’une occupation rurale des 1er et 2nd
  • Sévigné Propriétaire des terrains Dates d’intervention sur le terrain Parcelles M Robert Jan Nisnizan 22130 Corseul Préparation et Intervention Du 2 au 4 mars 2015-05-19 Rédaction du rapport Mai 2015 - Inrap Rapport de diagnostic ap. J.C. Corseul (22)- Nisnizan, Eléments
  • Corseul (22)- Nisnizan, Eléments ténus d’une occupation rurale des 1er et 2nd siècles ap. J.C. ---------------------------------------------------------------------------------- Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Anne-Louise Hamon Inrap 1
  • -Sévigné Service Régional de l’Archéologie Campus de Beaulieu avenue Charles Foulon 35700 Rennes 10 - Inrap Rapport de diagnostic Corseul (22)- Nisnizan, Eléments ténus d’une occupation rurale des 1er et 2nd siècles ap. J.C
  • . Corseul (22)- Nisnizan, Eléments ténus d’une occupation rurale des 1er et 2nd siècles ------------------------------------------------------------------------------- Localisation de l’opération N Région : Bretagne Département : Côtes d’Armor (22) Saint-Brieuc Commune(s) : Corseul
  • – www.geoportail.gouv.fr/mentions-legales Inrap Rapport de diagnostic ap. J.C. Corseul (22)- Nisnizan, Eléments ténus d’une occupation rurale des 1er et 2nd siècles ------------------------------------------------------------------------------- Arrêté de prescription Inrap Rapport de
  • diagnostic ap. J.C. Corseul (22)- Nisnizan, Eléments ténus d’une occupation rurale des 1er et 2nd siècles ------------------------------------------------------------------------------- Arrêté de désignation - Inrap Rapport de diagnostic Corseul (22)- Nisnizan, Eléments ténus d’une
  • archéologiques Structures modernes Nappe de limon Y=7267.3 93 50m - Inrap Rapport de diagnostic Corseul (22)- Nisnizan, Eléments ténus d’une occupation rurale des 1er et 2nd siècles ap. J.C. ---------------------------------------------------------------------------------- 21 1
  • dans l’éventualité de la présence de réseaux aériens ou souterrains dans la zone d’étude. Aucun réseau ne concernait la parcelle sondée. - Inrap Rapport de diagnostic Corseul (22)- Nisnizan, Eléments ténus d’une occupation rurale des 1er et 2nd siècles ap. J.C
  • support numérique a été effectuée. - Inrap Rapport de diagnostic Corseul (22)- Nisnizan, Eléments ténus d’une occupation rurale des 1er et 2nd siècles ap. J.C. ---------------------------------------------------------------------------------- 23 Le mobilier récolté sera entreposé
  • surface de nappes de limon argileux colluvionné. - Inrap Rapport de diagnostic Corseul (22)- Nisnizan, Eléments ténus d’une occupation rurale des 1er et 2nd siècles ap. J.C. ---------------------------------------------------------------------------------- 24 1.4 Contexte
  • datés de la période antique, mais sont toutefois très souvent rattachables aux périodes protohistoriques et gallo-romaines. (fig. 3) - Inrap Rapport de diagnostic Corseul (22)- Nisnizan, Eléments ténus d’une occupation rurale des 1er et 2nd siècles ap. J.C
  • . ---------------------------------------------------------------------------------- 26 II. Résultats - Inrap Rapport de diagnostic Corseul (22)- Nisnizan, Eléments ténus d’une occupation rurale des 1er et 2nd siècles ap. J.C. ---------------------------------------------------------------------------------- 28 - Inrap Rapport de diagnostic Corseul (22
  • )- Nisnizan, Eléments ténus d’une occupation rurale des 1er et 2nd siècles ap. J.C. ---------------------------------------------------------------------------------- 29 2. Résultats Quelques chiffres : - La surface sondée atteint 4405m² - 5 tranchées ont été ouvertes, représentant une
  • Rapport de diagnostic Corseul (22)- Nisnizan, Eléments ténus d’une occupation rurale des 1er et 2nd siècles ap. J.C. ---------------------------------------------------------------------------------- 30 Figure 5 – Tranchée 1 Fossé 3, coupe est ( © A-L Hamon) Un recurage de
  • Rapport de diagnostic Corseul (22)- Nisnizan, Eléments ténus d’une occupation rurale des 1er et 2nd siècles ap. J.C. ---------------------------------------------------------------------------------- 31 Les nappes 7 et 24 En surface elles diffèrent par une couleur plus grise pour
  • Rapport de diagnostic Corseul (22)- Nisnizan, Eléments ténus d’une occupation rurale des 1er et 2nd siècles ap. J.C. ---------------------------------------------------------------------------------- 32 2.1.2 Le mobilier céramique (R. Delage) Tr. 1, F3, 0/-0,20 m Catégorie PFE-CG
  • , Eléments ténus d’une occupation rurale des 1er et 2nd siècles ap. J.C. ---------------------------------------------------------------------------------- 33 Tr. 1, angle SE, décapage Catégorie NR NMI Cér. Ind. 2 1 Deux fragments de céramique : un fond en pâte brune et surface noire
RAP03801 (Corpus des signes gravés néolithiques, Art rupestre néolithique en Armorique. Rapport PCR.)
  • programme collectif de recherche
  • Corpus des signes gravés néolithiques, Art rupestre néolithique en Armorique. Rapport PCR.
  • Corpus des signes gravés néolithiques Programme collectif de recherche (PCR) relatif à l’enregistrement et à la restitution de l’art rupestre néolithique en Armorique en vue de son étude et de sa conservation numérique * Année 3 : avril 2019/février 2020 Serge Cassen
  • , Valentin Grimaud et Malou Blank-Bäckelund, Christine Boujot, Olivier Celo, Cyrille Chaigneau, Emmanuelle Collado, Mikaël Guiavarc’h, Philip de Jersey, Christian Obeltz , Guirec Querré, Bettina Schulz-Paulsson, Dominique Sellier, Alia Vázquez Martínez, Emmanuelle Vigier, Marie Vourc'h
  • , Adeline Walter Laboratoire de recherche en archéologie et architectures (LARA) Université de Nantes rue Censive du Tertre | 44312 NANTES cedex 3 3 4 5 6 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de
  • synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs
  • s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de
  • ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou
  • autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le
  • cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme
  • d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé d'élèves, d'étudiants
  • , d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété
  • croissante des visites et en raison de restaurations modernes ayant largement modifié la climatologie des espaces confinés (tombes des Vème, IVème et IIIème millénaires av.nè.). L’inventaire s’attache à enregistrer et représenter la gravure au même niveau que le support auquel elle est
  • étroitement associée, physiquement et symboliquement. La contextualisation en 3D des supports ornés, dans le cadre topographique (le site) et architectural (la tombe, l’ouvrage de stèles), s’impose tout autant afin que ne se perde pas le lien historique et fonctionnel. Les enregistrements
  • des surfaces sont de surcroît l’occasion d’observations qui ne se limitent pas à la seule acquisition archéologique des tracés, mais relèvent les différents désordres dus aux colonisations biologiques, aux altérations chromatiques et minérales. On se propose ainsi d'effectuer un
  • état des lieux qui résume, notamment par une cartographie, cet aspect altéré du support. Une expérimentation est également engagée avec pour objectifs de déterminer les outils possibles pour graver le granite, l’orthogneiss et le quartz, de lister les différentes techniques et
  • chaînes opératoires possibles pour la gravure et les préparations de surface, d’établir des ratios qualitatifs et quantitatifs en fonction de la nature du bloc support et des techniques retenues. L’année 2019 s’est notamment attachée à prolonger le creusement d’une cavité par frappe
  • directe avec percutant emmanché. Le mode de transmission du Corpus fait enfin partie de la réflexion menant à des propositions concrètes en termes de stockage et d’archivage pérenne, en établissant la liste indispensable des métadonnées. La solution adoptée en 2018 ( Huma-Num Box à
  • travers le réseau des MSH) a été prolongée en 2019  ; 1,4 To de données sont actuellement déposés sur un total de 2,8 To. Ce mode de transmission passe aussi par la médiation, à l’image de notre participation à la Nantes Digital Week 2019 et à l’exposition temporaire dans le bâtiment
  • d’accueil du monument de Petit Mont (R12 en impression 3D). Entre avril et novembre 2019, 12 tombes à couloir, 13 stèles, 1 sépulture à entrée latérale, 1 sépulture coudée, 2 cistes et un tumulus « carnacéen » ont été enregistrés in situ et/ou traités infographiquement sur les 4
  • départements bretons, correspondant à 43 supports gravés pour 26 sites. La lasergrammétrie et la photogrammétrie sont associées à des lots 7 d’images compilées sous éclairages obliques in situ ou sous illuminations virtuelles (Mougau Bihan, Gavrinis R12, Pen Hap, Kermené, Mané Kerioned
  • B16) selon le protocole ICEO. La décorrélation d'image enfin permet d’obtenir des résultats complémentaires. Des mesures XRF prises in situ et des prélèvements opérés sur les colorants au creux des gravures sur plusieurs sites démontrent ensemble que plusieurs éléments chimiques
RAP03217.pdf (PONTIVY (56). Contournement Nord, tranche 2, phases 1 et 2 : occupations diachroniques dans la vallée du Blavet. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • PONTIVY (56). Contournement Nord, tranche 2, phases 1 et 2 : occupations diachroniques dans la vallée du Blavet. Rapport de diagnostic
  • DIAGNOSTIC 2016/PONTIVY, Contournement Nord, Tranche 2 8. Le mobilier lithique (A. CROWCH) 96 9. Datation et problématiques de fouille 98 10. Discussion 99 10.1 10.2 Interprétations et synthèse à l’issue de la première phase Eléments introductifs et problématiques concernant la
  • Morbihan. Papier PEFC fabriqué à partir de pâtes provenant de forêts gérées de façon durable. Février 2016 Département du Morbihan Direction générale de l’éducation et de la culture Direction de la culture Service départemental d’archéologie RAPPORT FINAL D’OPÉRATION DIAGNOSTIC
  • ARCHÉOLOGIQUE N°2010-186 Morbihan - PONTIVY - Contournement Nord Tranche opérationnelle 2 - Phases 1 et 2 : occupations diachroniques dans la vallée du Blavet (Néolithique, Âge du Bronze, Âge du Fer) Sous la direction d’Aurélie CROWCH Avec la collaboration de Gwenaëlle HAMON, Yoann
  • CHANTREAU Avec la participation de Yannick DISSEZ, Alexandra KLINGER, Morgane LE ROCH et Astrid SUAUD-PREAULT Communes de Pontivy et de Cléguérec CODE INSEE : Pontivy 56 178, Cléguérec 56 041 Phase terrain : mai 2015 et septembre-octobre 2015 RFO de DIAGNOSTIC 2016/PONTIVY
  • , Contournement Nord, Tranche 2 DGEC / Direction de la culture Service départemental d’archéologie du Morbihan Morbihan, PONTIVY- Contournement Nord – Tranche opérationnelle 2-Phases 1 et 2 Occupations diachroniques dans la vallée du Blavet (Néolithique, âge du Bronze et âge du Fer
  • l’Archéologie, suivant les dispositions de la loi modifiée n° 78-753 du 17 juillet 1978, relative à l’amélioration des relations entre l’administration et le public. Aux termes de la circulaire du 26 mars 1993, prise pour application, ils pourront donc être consultés en respect des droits de
  • propriété littéraire et artistique possédés par les auteurs et des contraintes qui en résultent. Les prises de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destiné à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle
  • ). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes du ou des auteur(s) et de l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du droit à la communication exclut
  • code pénal. 3 RFO de DIAGNOSTIC 2016/PONTIVY, Contournement Nord, Tranche 2 4 RFO de DIAGNOSTIC 2016/PONTIVY, Contournement Nord, Tranche 2 SOMMAIRE A / DONNÉES ADMINISTRATIVES, TECHNIQUES ET SCIENTIFIQUES Fiche signalétique 8 Mots clés des thésaurus 9 Générique de
  • l’opération 11 Notice scientifique 14 État du site et remerciements 15 Localisation de l’opération 16 Arrêté de prescription 17 Arrêté de désignation du responsable d’opération 24 B/ RESULTATS ÉTAT DES CONNAISSANCES AVANT L’INTERVENTION ET STRATÉGIE MISE EN ŒUVRE 1. Historique
  • de l’opération de diagnostic (Tranches opérationnelles et Phases) 27 2. 2.1 2.2 Circonstances de l’intervention (Tranche opérationnelle 2 - Phase 1 et Phase 2) Méthodologie et modalités Personnel et moyens mis en œuvre 28 28 34 3. Cadre géographique et géologique (Y
  • . CHANTREAU) 36 4. Contexte historique et archéologique 39 DESCRIPTION ARCHÉOLOGIQUE PHASE 1 5. Description des unités stratigraphiques à partir des logs de terrain (Y. CHANTREAU) 44 6. Présentations des structures archéologiques par secteurs d’études et par type de vestiges 55
  • 6.1 6.2 6.3 6.4 Le Secteur 1 Le Secteur 2 : Indices d’occupation néolithique et occupation de l’âge du Bronze final Le Secteur 3 Le Secteur 4 : Une occupation de l’âge du Fer 6.4.1 Les fossés 6.4.2 Les ensembles de trous de poteaux 6.5 Le Secteur 5 55 56 73 76 78 84 85 7. 86
  • deuxième phase 99 100 PHASE 2 11. Le secteur de la « bande Nord » 102 11.1 11.2 La zone Ouest et les structures isolées La zone Est : le cœur des occupations archéologiques 104 112 11.2.1 11.2.2 11.2.3 11.2.4 Méthodologie de fouille et d’enregistrement des données de terrain de
  • la zone Est Présentation et fouille de l’unité stratigraphique 068 Les structures Fouille de l’US 69 113 113 122 133 12. Le mobilier céramique : attribution chrono-culturelle et répartition spatiale (G. HAMON) 135 12.1 12.2 12.3 12.4 Présentation générale du corpus
  • des figures 168 Annexe (Rapport Beta Analytic) 172 C/ INVENTAIRES TECHNIQUES 1 Inventaires des tranchées et secteur de fouille 176 2 Inventaire des structures (ST) 179 3 Inventaire des Unités stratigraphiques (US) 186 4 Inventaire du mobilier archéologique : - 4/1
  • Céramique et TCR (Phase 1 et Phase 2) 194 - 4/2 Prélèvements – Lithique - Métal 214 5 Inventaire des photographies (listing) 217 6 Inventaire des documents graphiques 224 6 A/Données administratives, techniques et scientifiques A DONNEES ADMINISTRATIVES, TECHNIQUES ET
  • l’aménagement : Projet de construction du contournement Nord de Pontivy-Tranche opérationnelle 2 -Partie centrale du tracé et franchissement du Blavet Dates d’intervention terrain : Tranche opérationnelle 1 : 12/09 au 10 /11/2011 Tranche opérationnelle 2 : Phase 1 : du 18 /05/2015 au 02/06
  • surface accessible Tranche opérationnelle 2 : 44 668 m ² Surface sondée en tranche 2 : Phase 1 : 4944 m ² soit 11 % de la surface accessible Phase 2 : « Bande Nord » décapée sur une longueur de 280 m et une largeur comprise entre 7 et 8 m, soit une superficie de 2086 m2 Mots clés des
  • thésaurus Niveau d’apparition des vestiges : 0,3/0,4 m Chronologie : Néolithique, âge du Bronze final, âge du Fer, période moderne et contemporaine. Nature des vestiges immobiliers : fosses, foyers, fossés, trous de poteau. Nature des vestiges mobiliers : céramique, lithique
RAP01381.pdf (OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire de fouille programmée 1996-1998)
  • OUESSANT (29). mez notariou. rapport intermédiaire de fouille programmée 1996-1998
  • mobilier céramique est mis au jour. Il présente des caractères morphologiques et décoratifs qui le situent dans la mouvance des production de l'ensemble de la France et de domaines nettement continentaux (alpin notamment). Le caractère exceptionnel et l'intérêt de tels vestiges sont
  • professeurs M. Egloff et C. Mordant ont pu constater les ressemblances existant entre les poteries de Mez-Notariou et celles de l'est de la France ou du domaine alpin. ETUDE DES OSSEMENTS Le très abondant mobilier osseux mis au jour dans les niveaux supérieurs du secteur 5 doit faire
  • mobilier archéologique, de la nature des structures ou des perspectives historiques à propos de la Protohistoire armoricaine. 2. BILAN TECHNIQUE 2.1. Réflexions sur les méthodes et techniques utilisées Il est certain que, d'un point de vue méthodologique, la campagne de fouille 1996
  • et les côtes armoricaines durant la Protohistoire ouest-européenne. 2.2. Le programme trisannuel L'intense travail réalisé et le degré d'avancement de la fouille atteint au cours de cette campagne soulignent l'importance du volume de recherche prévu dans le cadre du programme de
  • , parcelles 2125 à 2134, 2202 à 2233, 2245 à 2247, 2310 à 2334, 2345 à 2414. 1.1. M I L I E U N A T U R E L ET L ' I N S U L A R I T E Située à la pointe nord-ouest de la Bretagne, Ouessant occupe une position exceptionnelle. Terre la plus occidentale de la métropole, elle émerge à la
  • rencontre des eaux de l'Océan Atlantique et de la Manche. Distante de 20 km du continent l'île possède un caractère insulaire très fortement marqué même s'il faut tenir compte du niveau de la mer et du dessin des côtes aux différentes époques concernées par l'étude archéologique (Le
  • Bihan, D.F.S., 1995). La distance effective entre les îlots qui se succèdent entre Ouessant et le continent a pu varier de manière assez importante. Le climat océanique est particulièrement marqué. La question de la végétation a été longuement abordée au cours des années précédentes
  • ( L e Bihan, D.F.S., 1995). La présence de grands arbres, de chênes en particulier, n'est pas attestée dans l'état actuel des connaissances pour les périodes anciennes. En revanche il faut constater que les défrichements de l'île ont été très précoces et très importants dès le
  • recouverte par deux couches de formation naturelle et stériles en ce qui concerne la période de l'âge du Fer, même si quelques tessons ont pu s'y infiltrer par percolation. Les analyses micro-morphologiques et sédimentologiques révèlent, dans ces couches comme dans les niveaux
  • archéologiques postérieurs et dans la terre végétale actuelle, une forte proportion de limons issus de dépôts loessiques post-glaciaires. Colluvionnement et érosion éolienne ont entraîné la formation de ces épais dépôts sédimentaires périglaciaires. i L'étendue du site est assez difficile à
  • déterminer car aucun indice immédiatement apparent ne nous renseigne à ce sujet. Trois éléments d'appréciation existent cependant : - La zone fouillée et l'espace compris entre les sondages positifs : 5000 m 2 . 13 - Les prolongements évidents des structures dans presque toutes les
  • directions hors de la zone maîtrisée administrativement dans le cadre du projet archéologique ; ces extensions sont certaines vers le nord et vers l'ouest. - La topographie générale des lieux et la terrasse sur laquelle s'assoit le site archéologique suggèrent une superficie totale
  • d'environ 2 ha. 2 LE PROJET TRISANNUEL DE FOUILLE PROGRAMMEE 2.1. LES DONNEES A R C H E O L O G I Q U E S EN 19% Les rapports annuels et les publications parues ou en cours d'édition soulignent l'importance des résultats archéologiques. Rappelons, brièvement, les principaux traits des
  • découvertes : - De nombreux éclats de silex et plusieurs haches en pierre polie ressurgissent dans tous les niveaux archéologiques. Malheureusement, l'implantation du village du 1er âge du Fer a totalement détruit les structures éventuelles d'époque néolithique qui auraient pu être piégées
  • dans les couches limoneuses profondes du site. - L'âge du Bronze moyen est représenté par des vestiges d'activités artisanales, peutêtre d'un atelier de bronzier. Les installations, découvertes et identifiées depuis 1991 ne sont fouillées que partiellement. Un lot important de
  • habitants. La fin de l'occupation du village paraît se situer vers 450 av. J.-C. La fondation, à partir d'un noyau de population assez nombreuse, justifiant d'emblée un aménagement orthonormé et complet de l'espace, paraît se faire dans un horizon proche des débuts du 1er âge du Fer. Le
  • village apparaît comme un des derniers exemples des agglomérations compactes bien connues, à l'est des Alpes et du Jura, en Europe continentale mais encore inédites en France. - Le 2e âge du Fer et l'époque gallo-romaine sont représentés par un très abondant lot de mobilier céramique
  • , de belle qualité mais très fragmenté. Des monnaies et du mobilier métallique accompagnent cet ensemble mis au jour dans des couches galloromaines assez tardives. L'hypothèse de transferts de dépôts et accumulations de ces mobiliers à partir de structures primaires assez voisines
  • est une zone de dépôt de 150 m2 dans laquelle de nombreux ossements côtoient des poteries et du mobilier métallique de l'âge du Fer et de l'époque romaine. Il pourrait s'agir du résultat de transferts de mobilier d'un sanctuaire installé à proximité de cette nappe de rejets En
  • lithique dans le contexte insulaire, études environnementales... - D'amorcer les publications de synthèse. 3. O R G A N I S A T I O N DES C A M P A G N E S DE F O U I L L E La campagne de fouille se déroule du 16 juin au 6 août 1996, soit une période de plus de un mois et demi. Elle
RAP00267.pdf (SAINT-PIERRE-QUIBERON (56). sépulture de port Bara. rapport de sauvetage urgent.)
  • SAINT-PIERRE-QUIBERON (56). sépulture de port Bara. rapport de sauvetage urgent.
  • dune, accéléré par l'intense fréquentation touristique des mois d'été, permet donc de révéler ces sépultures jusqu'ici protégées. à venir ne voient pas se répéter ce genre de découvertes en un secteur aujourd'hui apparaît Il serait étonnant que les années très fréquenté et
  • crânienne subsiste. Bras et avant-bras sont égàèement absents. Aucune trace de vêtements ni d'objets métalliques, boucles, etc. -4Le squelette : Examen morphologique et métrique. Analyse de Y.Rollando • L'examen morphologique et métrique montre un homme de trente-cinq ans d'âge, si
  • l'on s'en rapporte à la synastose partielle de la suture sagfttale. Le crâne peu épais (4 mm en moyenne) se réduit à une calotte constituée de deux temporaux et de l'occipital. Un fragment frontal adaptable permet d'évaluer à 190 mm une longueur minima, pour une longueur temporale
  • omoplate droite de longueur moyenne plus proche cependant de l'étroit ( 64,2). Tronc et membres inférieurs surtout sont mieux conservés. L'aile iliaque est bien développée (indice de largeur 75,7)* Le bassin est de hauteur moyenne (indice de hauteur 73,1) le sacrum est large (indice 120
  • ). Le fémur est robuste (indice de robustesse pour les deux diamètres médians 13,5, ponr le périmètre médian 21,2) platymérique (indice 82,8). La robustesse du tibia est plus modérée (indice par le périmètre 21). Au pied, l'astragale est court (indice de largeur 83,5) et haut (60,4
  • ), ou, en prenant sa longueur maxima respectivement 74,6 et 53,9* Le calcaneum est moins court (indice de largeur minima 33,6 et de largeur médiane 52,0). A partir des fémurs, des tibias, des péronés et du cubitus gaiche, on obtient pour le vivant, selon la technique de Manouvrier
  • une taille d'environ 1,65 m. Taille moyenne, possibilité d'un crâne court peut nous conduire vers un type alpin qui, dans la presqu'île de Quiberon^augrrtente de fréquence de l'époque gallo-romaine aux Temps modernes. (1) Y. Rollando. Contribution à l'histoire raciale de la région
  • Patrick ANDRE Fouille de sauvetage à Port-Bara en Saint-Pierre-Quiberon ( Morbihan ) Novembre 1979 Patrick ANDRE 0 SAUVETAGE ARCHEOLOGIQUE A SAINT - PIERRE - QUIBERON. MORBIHAN Département : Morbihan Commune : Saint-Pierre-Quiberon Lieu-dit : Port-Bara
  • Cadastre : A W, n° 233 Coordonnées Lambert : Abscisse:293,8 Propriétaire lâu terrain : Commune Ordonnée: 187,1 Autorisation de sauvetage n 22 de M. le Directeur de circons cription des Antiquités his oriques de Bretagne. fouilleurs : Patrick ANDRE Albert PINCEMIN Yannick
  • ROLLANDO Alain TRISTE Novembre 1979 Au cours de iP'été 1979 » des débris osseux étaient mis au jour par des estivants sur la plage de Port-Bara, en Saint-Pierre- Quiberon, Morbihan. A une dizaine de centimètres seulement au dessous du niveau actuel de la plage, une excavation
  • laissait apparaître des éléments d'un squelette humain. L'affluence des touristes rendant impossible tout sauvetage immédiat, il fut décidé, après protection des restes apparus, de différer à l'automne cette intervention archéologique. La présence d'une sépulture en un tel endroit
  • n'est pas surprenante ; la presqu'île de Quiberon a déjà livré plusieurs sites-".archéologiques, de grand intérêt, notamment les sépultures à inhumation de Kerné en Quiberon datant de la fin de l'âge du fer. A quelques centaines de mètres de Port-Bara un village de cette même
  • période a été partiellement fouillé en 1973**7^. De plus, les motifs ayant pu rendre nécessaire une sépulture individuelle sont nombreux sur cette côte isolée, propice aux accidenti de toute sorte. Le recours aux autorités n'était évidemment pas automatique autrefois, lors de la
  • découverte d'un corps abandonné par la mer. Enfin ce secteur a été le théâtre de plusieurs com- bats, dont le plus célèbre, qui s'est déroulé iœi-même, fut pro- voqué par la tentative de débarquement des émigrés réfugiés en Angleterre,en 1795» brisée par Hoche. Le recul naturel de la
  • tout vestige exhumé avec grande netteté dans le sable des dunes. La sépulture La photographie 1 montre l'emplacement de la sépulture avant la fouille : Sur la partie supérieure de la dune limitant la plage de Port-Bara, à 15»30 m au Sud-Est de la borne en béton, marquée Poste n
  • ° 12, lieu-dit Port Bara. . Après décapage de la partie superficielle de la dune, apparaît à ^0,15 m de profondeur un alignement de quelques gros blocs posés horizontalement. C'est sous ces pierres, mises intentionnellement, qu'est étendu le corps, (photographie 2). Photographie 3
  • : Le squelette exhumé. Orientation approximative : Nord-Ouest Sud-Est. Aucun contexte datable, hormis quelques . éclats de silex, mais toujours présents dans les dunes de la presqu île. En l'absence complète d'indice de datation, il convient évidemment d'être prudent/ Toutefois
  • , compte-tenu du bon état de conser vation des ossements, très résistants, l'hypothèse d'une sépulture relativement récente paraît raisonnable. Photographie 4 : Comme on le lira dans l'analyse ci4dessous, la partie supérieure du corps est endommagée. Seule une partie de la calotte
  • de 154. Ce qui suggérerait une hypetbrachycranie de 87,5» possible étant donnée la forme sphéroïde de la calotte en vue supérieure. La mandibule aux dents disparues est courte (indice mandibulaire 83,6), avec un indice gonio-condylien moyen de 83,6. La branche montante n'est pas
  • très large (indice 47,2), le corps de l'os n'étant pas très robuste (indice de robustesse au niveau du trou mentonnier, 36,4). Le membre supérieur est seulement représenté par deux robustes clavicules (indice de robustesse 29,5), un cubitus gauche de robustesse moyenne (14,1), une