Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3929 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01229.pdf (PLOGOFF et CLÉDEN-CAP-SIZUN (29). emplacement de la future cité commerciale de la Pointe du Raz et des aménagements de voirie et de parkings à la pointe du van. rapport de sauvetage urgent)
  • PLOGOFF et CLÉDEN-CAP-SIZUN (29). emplacement de la future cité commerciale de la Pointe du Raz et des aménagements de voirie et de parkings à la pointe du van. rapport de sauvetage urgent
  • Portugal pour le séchage de la morue (Encyclopédie Le Million). Une autre gravure montre également un système où les poissons sont suspendus à des perches en plein air. Des piquets verticaux et des entretoises horizontales, formant une structure carrée de 2 m de haut environ, permettent
  • Diocésain d'Histoire et d'Archéologie du Diocèse de Quimper ; Bull. 1906, p.256 - 1911, p.390 - 1912, p.29 et 1913, p.260. Mentions de sécheries à Ouessant appartenant à des Bayonnais au XTVè siècle. CARJOU A., 1955 ; Sécheries de poissons. Réponse à la question 54. In, Chronique des
  • . Encyclopédie Méthodique, 1787 ; Histoire Universelle, 3, 1ère partie, pp. 108.109 article "congre". Encyclopédie Méthodique, 1743 ; Recueil de Planches de l'Encyclopédie. Planches des pêches. Pl. 113, fig.3d, Pl. 114, fig. 3g. Encyclopédie Le Million ; Articles "Norvège" et "Portugal
  • PLOGOFF/CLEDEN-CAP-SIZUN (29 FINISTERE) Bestrée - Pointe du Raz Trouguer - Pointe du Van D.F.S de diagnostic 22/07/94 - 19/08/94 et 01/12/94 - 15/12/94 Sous la direction de Stéphan HINGUANT Avec la collaboration de Maud LE CLAINCHE Ministère de la Culture et de la
  • = 75,650. Y = 363,450. Zmoy. = 65 m NGF Cadastre : 1981, section ZA parcelles 7, 8 et 9 Diagnostics archéologiques sur remplacement de la futur cité commerciale de la Pointe du Raz et des aménagements de voirie et de parkings à la Pointe du Van. ORGANISATION DE L'OPERATION Responsable
  • d'opération : Stéphan HINGUANT (contractuel AFAN). Archéologue Fouilleur Qualifié : Maud LE CLAINCHE (contractuelle AFAN). REMERCIEMENTS Nous remercions le Syndicat Mixte pour l'Aménagement et la Protection de la Pointe du Raz et du Cap-Sizun, maître d'ouvrage et financeur de l'opération
  • , pour l'accès aux terrains. La mise en place de l'opération a été grandement facilité par la Direction Départementale de l'Equipement (DDE 29). Nous voudrions tout particulièrement remercier Monsieur Alain DANIEL, secrétaire administratif, pour son active collaboration au cours des
  • sondages et son intérêt pour nos recherches. Monsieur Jean-Yves TINEVEZ, préhistorien, Ingénieur au Service Régional de l'Archéologie de Bretagne, a supervisé les opérations et a bien voulu nous confier la réalisation du chantier et du rapport. Sur le terrain, les avis très appréciés de
  • de l'opération "Grand Site National", trois projets de réhabilitation de sites classés en Cap-Sizun (Finistère) ont été retenus (figure 1). Il s'agit de la Pointe du Raz, de la Baie des Trépassés et de la Pointe du Van dont les aménagements touristiques actuels vont être
  • entièrement remodelés. A la Pointe de Raz (commune de Plogofï), l'actuelle Cité Commerciale et son musée vont être totalement arasés et un nouveau centre touristique sera construit un kilomètre en avant, au lieu-dit Bestrée (figure 2). A la Pointe du Van (commune de Cleden-Cap-Sizun
  • ), l'actuel parking et les baraquements des commerçants vont être déplacés, de même que la voirie pour accéder au site. Quant à la Baie des Trépassés, le projet n'est pas tout à fait arrêté et notre intervention sur ce site n'est pas encore justifiée. Sur les deux sites concernés, il
  • s'agissait pour nous d'effectuer des sondages dans le but de fournir un diagnostic archéologique au Syndicat Mixte pour l'Aménagement et la Protection de la Pointe du Raz et du Cap-Sizun, maître d'ouvrage des opérations. La configuration des lieux et la présence de lignes de blockhaus de
  • la dernière guerre ont considérablement réduit la surface où nous pouvions intervenir par rapport à l'emprise du projet (figure 3). De plus, les services de déminage n'étant pas passé avant notre intervention, des zones de décapage préférentielles ont été établies par le Service
  • Régional de l'Archéologie en relation avec la D.D.E 29. Elle concerne essentiellement la partie orientale de l'emprise des parkings de l'unité foncière. L'autre moitié des parkings et l'emprise des bâtiments concernent de toute façon des endroits très remaniés par les aménagements
  • allemands (fossés anti-char, blockhaus, tranchées...) ou des zones d'affleurements rocheux. Cinq aires de décapage ont donc été définies permettant la réalisation de sept tranchées de sondages. Ces dernières, comme souvent, ont été effectuées à l'aide d'un tractopelle muni d'un godet
  • lisse. L'emplacement des sondages occupe en fait le fond de la dépression topographique de Bestrée ainsi que son versant oriental (figure 4). Ils sont limités au nord par la route (n°784) et au sud par une ligne de murets de pierres sèches, construction carastéristique du "méjou
  • capiste" dont le cadastre ancien montre toute la complexité du parcellaire (figure 5 et 2). C'est sur le replat du fond de la dépression que nous avons mis au jour un ensemble de 17 petites tranchées parallèles, seul vestige archéologique reconnu en dehors de deux fossés de parcellaire
  • modernes dans les sondages II et DT. A la Pointe du Van, le projet, guère éloigné des aménagements touristiques actuels, ne concerne qu'une bande étroite de terrains retenus pour la voirie d'accès (parcelles 7, 8 et 9) et une toute petite partie de la parcelle 7 prévue pour la
  • construction d'un bâtiment (en pointillé sur la figure 1 bis). Sur le reste du projet, conçu pour des parkings et le reste de la voirie, aucun décaissement n'est prévu et il n'y a donc pas eu lieu d'intervenir. Cependant, et malgré l'étroitesse des aménagements, il fallait opérer un
  • diagnostic archéologique ne serait-ce qu'à cause de la proximité de la villa romaine de Trouguer (parcelles 1 1, 198 et 199). I POINTE DU VAN - Trouguer Malgré la présence de l'établissement antique, aucun vestige n'a été découvert et seuls quelques fragments de tuile et de brique dans
RAP00321.pdf (LA CHAPELLE DES FOUGERETZ (35). le Bas Plessis. rapport de sauvetage urgent.)
  • LA CHAPELLE-DES-FOUGERETZ
  • LA CHAPELLE DES FOUGERETZ (35). le Bas Plessis. rapport de sauvetage urgent.
  • ,1938= dora CaVrol et dorn Lcclercq»Dictionnaire d'archéologie chrétienne et de liturgie. Tome 13 ,Paris,1938. -Carnegie,1908= H.CarnegieCed.) Catalogue of the collection of antique gems formed by James,ninth earl 6f Southesk,London,1908. -Dalton,1902= 0.M Dalton,Catalogue of early
  • Pasteur et les scènes pastorales dans la sculpture funéraire des Chrétiens, Mélanges d'archéologie et d'histoire, t V,1885,p 161-180. -Hägen,1937= U.Hagen, Kaiserzeitlichen Gagatarbeiten aus der rheinischen Germanien,Bonner Jahrbücher,124,1937,p 77-144. - Henig,1974= M.Henig
  • LA CHAPELLE DES FOUGERETZ LE (ILLE-ET-VILAINE) BAS-PLESSIS Fouille de sauvetage de D.A.H.B 1979 . "«CIRCONSCRIPTION ARCHSOLOCIÇUS ...DIRECTION DES ANTIQUITES De • .B.R.EJAG.N.E. HISTORIQUES ,r • 14 décembre 1979 • n 4- d'envoi Dato RAPPORT DE FRLCHE DESCRIPTIVE «• Î
  • » «• • • « : 3 5 3 29 059 001 o ® LIEU Département Commune , Lioudit , ,,.„,„.; , î ^ 0 . Cadastre . Ille et Vilaine CHAPELLE DES FOUGERETZ î Le Ras Plessis : . * A2B2 377 » « A «! Autorisation (n° , date)_ DATES * n° 12 du 8 mai 1979 * ? Intervention (début et fin) _ 9
  • mai au 8 juin 1979 • Arînéc.'S antérieures d'intervention " * « * « lîffERvrmoN « > Responsable .. ,...,„ Motif d'intervention . . Surface fouillée _ " _ . 1? m? _ Estimation do l'étendue du gisement ? • * D.A.H.B. découverte de statuettes dans un J ruisseau aménagé lors de
  • travaux de ». pemembrement ; 10 ha ? e> »o N^turn du gisement SITE • s fabrique de statuettes en terre « blanche du potier REXTUGENOS Nature des découvertes effectuées Périodes chronologiques „.. , ! statuettes, poteries, bijoux en •verre et en jais. s 1er - IVe s €«r 0S
  • OBSERVATIONS « CONTENU DU DOSSIER • « . •
  • SAUVETAGE INTRODUCTION Sans aucun doute, la découverte archéologique la plus importante de l'année 1979 en Bretagne aura été la mise au jour de l'atelier ou d'un des ateliers du potier romain REXTUGENOS au lieu dit le Bas Plessis, à la Chapelle des Fougeretz, en Ille-et-Vilaine (cf fig
  • . 1 : l'environnement archéologique). CIRCONSTANCES DE LA DECOUVERTE. A la suite des travaux de remembrement effectués dans la commune, le tracé du ruisseau dit "du Moulin Neuf" fut entièrement rectifié à l'aide de machines excavatrices. Peu de temps après, quelques
  • prospecteurs de la Maison des Jeunes de PACE, sous la direction de M. A. Provost, remarquèrent dans le déblai avoisinant le ruisseau, à la limite des parcelles nn° 374 et 377 (cf fig. 2 : plan d'ensemble du site), de très nombreux fragments de statuettes de terre cuite blanche, qu'ils
  • reconnurent pour gallo-romains. OBSERVATIONS. La Direction des antiquités historiques de Bretagne fut alors prévenue et une visite sur place permit de faire plusieurs observations : 1°) - Les statuettes provenaient d'une couche de graviers située au niveau actuel du ruisseau, sur une
  • longueur de 6 m. environ. Quelques éléments de céramique furent prélevés sur place. Au-dessus, un remblai antique de 50 cm contenait d'abondants fragments de tegulae (cf fig. 3 : relevé stratigraphique). Autour une argile blanche, de très bonne qualité, très épurée, semblait propre à la
  • fabrication des statuettes. Pour vérifier ce fait, une analyse conjointe de l'argile trouvée sur place et des statuettes produites a été demandée au Laboratoire de M. M. Picon, à Lyon (analyse en cours). 2°) - Sur 200 fragments récupérés — d a n s un très faible volume de terre remuée— la
  • plus grande partie appartient au potier bien connu REXTUGENOS (voir en annexe I une étude récente menée par la Direction des antiquités historiques de Bretagne sur cet artiste). Cela est attesté par deux éléments de sa signature (cf fig. 4) et un style particulier, aisément
  • reconnaissables (cf. fig. 4 et 5). 3°) - En dehors des statuettes, trois éléments intéressants ont également été retrouvés : 35 LA CHAPELLE Les Tertres DES FOUGERETS Environnement archéologique d'après A. PROVOST. (prospections 1973) voie probable - • ~ supposée site g a l l o - r o m
  • a i n retranchement" sil"e des 11 Tertres" Fig. 1 0I 5 km I I I LJ J-P. B. '35 LA Plan m LES ORMEAUX J-R B. A.R CHAPELLE d'ensemble DES PÓUGERETS/'les du s/Ye, répartition Tertres" des 1979. découvertes 35 LA CHAPELLE Relevé stratigraphique terre végétale
  • argile M DES FOUGERETS de la rive remblais pieu 1979, "les Sud du Wi* Tertres 9» ruisseau. gravier statuettes REXTVGENOS B o J 1 I ! 5 m. JP. B. D.A.H.B. a) - un médaillon de verre jaune, représentant le berger cryophore, entouré de deux brebis (fig. 6). b) - une
  • tête de quenouille en jais (cf fig. 6). c) - une bague en jais (fragment) (cf fig. 6). On trouvera en annexe II une étude très documentée de M. P. Galliou sur ces objets, qui semblent appartenir à une tombe féminine du IVè siècle. A la suite de cette première visite, une
  • intervention limitée fut confiée au personnel de la Direction des Antiquités historiques de Bretagne afin, d'une part, de tamiser la terre des déblais pour recueillir la totalité des fragments de statuettes extraits et d'autre part d'obtenir une coupe stratigraphique du dépôt en place
  • . Cette intervention a été menée pendant une semaine du 9 mai au 17 mai 1979. CONCLUSION. En elle même, cette trouvaille apporte d'importants renseignements sur l'activité des potiers de la région de Rennes, où, semblet-il, une industrie céramique dut prendre naissance dès le début
RAP01307.pdf (MORLAIX (29). Keravel Bras. le cimetière de l'âge du fer de Kervellec. rapport de fouille préventive)
  • MORLAIX (29). Keravel Bras. le cimetière de l'âge du fer de Kervellec. rapport de fouille préventive
  • partiellement écrêté par un coup de pioche malheureux, rempli de débris osseux calcinés. M. Jean GUEZENNEC, un voisin avec qui il eut une conversation à propos de ses découvertes, lui proposa d'appeler le Service Départemental d'Archéologie pour expertiser le vase et les tessons de poterie
  • peu marquées et s'estompant vers le bas de la pierre. Les mesures conservatoires provisoires nécessaires furent alors prises en l'attente d'une visite et d'une décision du Service Régional d'Archéologie. Au cours de la visite du 22 mai, il fut décidé de procéder à une fouille de
  • sauvetage urgent concernant la zone de travaux en cours, correspondant à seulement quelques mètres carrés au nord de l'extension et le Service Départemental d'Archéologie accepta d'en prendre la charge. 2. Localisation L'endroit où a eu lieu la découverte se trouve au nord de la commune
  • réalisée par le Service Départemental d'Archéologie comprenant : Michel LE GOFFIC, archéologue départemental, responsable de la fouille Bertrand GRALL, technicien territorial. La totalité du financement de la fouille et des opérations d'après fouille a été assurée, exceptionnellement
  • dans les locaux du Service Départemental d'Archéologie. La fouille de l'urne n° 7 et de l'urne n° 9 a été réalisée par couches de 1 à 2 cm d'épaisseur et les sédiments ont été tamisés à l'eau, sur tamis à maille de 1 mm. Le Dr J. Peuziat a accepté de réaliser l'étude des ossements
  • im lU L 1 \ IL- V LE C I M E T I E R E D E L ' A G E D U FER D E K E R V E L L E C MORLAIX-PLOUJEAN (Finistère) n° de site : 29 151 004 IL- DFS DE SAUVETAGE URGENT 07/06/1995 - 14/06/1995 par Michel LE GOFFIC avec la collaboration de Josick PEUZIAT IL L L u n L y
  • CONSEIL GENERAL DU FINISTERE SERVICE DEPARTEMENTAL D'ARCHEOLOGIE 1995 r SOMMAIRE 1. Circonstances de la découverte et motif de la fouille p. 1 2. Localisation p 1 3. Contexte archéologique p. 5 4. La fouille p. 8 5. Résultats de l'opération p. 8 5.1. Disposition spatiale
  • des urnes et des structures mises au jour p. 11 5.2. La stèle p. 15 5.3. Les vases et urnes p- 15 5.4. Le matériel disséminé 5.4.1. Mobilier lithique P- 41 p. 41 5.4.2. Mobilier céramique p. 41 6. Conclusion provisoire P- 44 7. Bibliographie P- 44 8. Remerciements P
  • - 47 Etude anthropologique P- 48 1. Circonstances de la découverte et motif de la fouille Après avoir fait construire un bâtiment annexe, contigu à son garage, M. Raymond JOURDRIN entreprit d'aménager les abords immédiats de l'extension au printemps 1995, ces travaux consistant
  • en une allée piétonne longeant des parterres accolés au bâtiment. Pour maintenir la terre des parterres, il décida de construire des murettes de briques reposant sur une semelle de béton armé (fig. 1 et 2). Lors des terrassements qu'il effectua lui-même à la pioche et à la pelle
  • , il découvrit des tessons de poterie et des fragments d'os brûlés, mais n'y prêta pas attention pensant qu'il s'agissait d'une sorte de dépotoir récent ou bien encore que ces vestiges étaient arrivés à cet endroit avec du fumier au temps où sa propriété faisait partie d'une vaste
  • parcelle cultivée. En approchant de l'angle nord-ouest de l'extension, il fut toutefois intrigué en constatant qu'un des vases se trouvait debout dans une fosse remplie d'arène granitique. A quelques centimètres de là, il sortit de terre un vase pratiquement intact, seulement
  • préservés, ce qui fut fait le 16 mai 1995. Après avoir pris rendezvous, nous nous sommes rendu sur place dès le lendemain et avons constaté que nous étions en présence d'un cimetière de l'Age du Fer. Notre attention fut attirée par un gros galet qui se trouvait sur la terrasse. M
  • . JOURDRIN nous apprit qu'il l'avait sorti de terre, quelques années auparavant, lors de travaux de jardinage en limite nord de son terrain. En retournant ce galet, nous avons remarqué qu'il possédait des cannelures rayonnantes partant d'une sorte de couronne sommitale, cannelures très
  • de MorlaixPloujean, à 1,6 km au N-N-0 de l'église de Ploujean (fig. 3). Deux cents mètres plus au nord, est le Menez, sommet de toute cette partie du Trégor finistérien qui barre le fond de la baie de Morlaix, au confluent des rivières de Morlaix et du Dourduff ; un point coté
  • indique l'altitude de 92 m. La nécropole est située sur le versant sud-est de ce Menez, à une altitude de 70 m. Les coordonnées Lambert sont les suivantes : x = 144,850 ; y = 1120,660. Les références cadastrales, cadastre de 1957 à jour pour 1994, sont : section AB, parcelle n° 298
  • (fig. 4). Le substratum est formé par un granité albitique à grain de taille moyenne (de 3 à 5 mm). L'albite se présente en cristaux automorphes, presque cubiques, tandis que le quartz remplit les interstices ; les micas sont rares et représentés par des biotites souvent
  • chloritisées et des muscovites un peu plus abondantes que les biotites. La roche est donc très leucocrate, ce qui en fait sa particularité et elle a été exploitée au bas Moyen-Age et aux Temps Modernes pour la construction de nombreux édifices de la région (Chauris, 1993). Ce granité est
  • intrusif dans des schistes gris-bleutés, assez foncés, formant la roche encaissante qui montre, à son I • 1 Fig. 3 : Extrait de la carte I.G.N. au 1/25 000, 0615 ouest Taulé-Carantec de 1987, situant l'endroit de la découverte. O0 V 1 8I I ^r? V L Fig. 4 : Extrait de la
  • Section AB du cadastre de 1987, à jour pour 1994 de Morlaix-Ploujean, situant la propriété Jourdrin, parcelles 298-299, échelle 1/2 000. contact, un métamorphisme au cours duquel se sont développées des chiastolites de dimension millimétrique. 3. Contexte archéologique Il est
RAP02398.pdf (ÎLE D'HOËDIC (56). site de Port Blanc. rapport intermédiaire 2008 de fp 2007-2009)
  • ÎLE D'HOËDIC (56). site de Port Blanc. rapport intermédiaire 2008 de fp 2007-2009
  • DRAC-SRA Site n° 56 085 0006 Opération n° 2008-217 1 2 DEC. 2008 COURRIER ARRIVEE Fouille programmée pluriannuelle ÎLE D'HOEDIC (Morbihan) Site de Port Blanc Rapport 2eme année 15 juin -10 juillet 2008 UAAR 6566 « CReAAH » Centre de Recherche en Archéologie
  • , Archéosciences, Histoire » 22>32 Site n° 56 085 0006 Opération n°2008-217 Fouille programmée pluriannuelle ÎLE D'HOEDIC (Morbihan) Site de Port-Blanc Rapport 2ème année 15 juin -10 juillet 2008 Marie-Yvane ÙAIRE, Anna BAUORY, Catherine ÙUPONT, Yvon ÙREANO, Nancy MARCOUX, Laurent QUESNEL
  • et Anne TRESSET UMR 6566 « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » Rennes 3 SOMMAIRE page 1 - PRÉSENTATION DE L'ÉTUDE 1.1 - Présentation générale 1.1.1 - Fiche signalétique 1.1.2 - Organisation de l'opération et remerciements 1.2 - Le contexte
  • géographique et archéologique 1.2.1 - Localisation et description de l'île dHoedic 1.2.2-Le contexte archéologique général d'Hoedic 1.2.3 - Le site de Port-Blanc : localisation et découverte 1.2.4- Rappel de la problématique de l'étude 1.2.5 - Les recherches antérieures 2 - RÉSULTATS
  • PRÉLIMINAIRES DE LA FOUILLE DE 2008 5 5 5 6 7 7 1 8 8 9 13 2.1 - Stratégie de la fouille et méthodologie 13 2.2 - Les structures 13 2.2.. - Données générales 2.2.2 - Les murs 2.2.3 - Les calages de poteaux 2.2.4-Les foyers 2.2.5 - Les amas-coquilliers dépotoirs et autres dépôts de
  • faune 2.3 - L'insertion stratigraphique et la chronologie relative des structures 2.3.1. - L'analyse stratigraphique 2.3.2. - L'organisation et la chronologie relative des structures 13 13 14 19 21 24 24 25 2.4 - Le sondage Ouest 26 2.5 - Le mobilier 28 2.5.1 - La céramique
  • domestique 2.5.2 -Les amphores 2.5.3 - Les éléments de briquetages 2.5.4-Le métal 2.5.5 - Le mobilier lithique 2.5.6 - Conclusions et perspectives sur les études de mobiliers. 3 - LA FAUNE (Anna Baudry) 3.1 - Problématique et objectifs de l'étude 3.2 - Présentation de la méthode employée
  • 3.3 - Les premiers résultats 28 36 36 36 36 39 41 41 41 43 4 4 - LES RESTES ICHTHYOLOGIQUES : ÉTUDE PRÉLIMINAIRE 2005-2008 (Yvon Dréano) 4.1 Introduction 4.2 - Matériel et méthode 4.3 - Le spectre de faune 4.4 - Les poissons en fonction des structures 4.5 - La pêche de la
  • vieille commune 4.6 - Anatomie et traces 4.7 - Discussion 4.8 - Perspectives 5 - LES INVERTÉBRÉS MARINS DE PORT-BLANC (Catherine Dupont) 5.1 - Les mollusques 5.2 -Les échinodermes 5.3 - Les crustacés 5.4 - Un nouveau crustacé identifié à Port-Blanc 6 - ANTHRACOLOGIE SUR LE SITE DE
  • PORT-BLANC (Nancy Marcoux) 6.1. 6.2. 6.3. 6.4. Prélèvements et lots analysés Résultats Discussion Conclusions et perspectives 7 - PRINCIPAUX RESULTATS DE LA FOUILLE 2008 ET PREMŒERS ÉLÉMENTS DE SYNTHÈSE 2005-2008 7.1. - La topographie générale du site archéologique 7.2. - Première
  • approche de l'organisation spatiale des structures 44 44 44 45 45 46 46 47 47 52 53 56 56 59 63 63 63 65 65 66 66 66 8 - CONCLUSIONS 2008 ET PERSPECTIVES 2009 70 Bibliographie 73 ANNEXES 79 Annexe 1 - Inventaire du mobilier en argile cuite Annexe 1A - Inventaire du mobilier
  • céramique Annexe 1B — Inventaire des amphores Annexe 1C - Inventaire des éléments de briquetages Annexe 2 - Inventaire du mobilier métallique Annexe 3 - Inventaire de la faune Annexe 4 - Revue de Presse 80 80 84 85 86 87 109 5 1 - PRÉSENTATION DE L'ÉTUDE 1.1 - Présentation générale
  • 1.1.1 - Fiche signalétique Commune : île de Hoedic Département : Morbihan Lieu dit : Port-Blanc (Porz Gwen) N° de site : 56 085 0006 Coordonnées Lambert Zone II X = 205,550 Y= 273,180 Références cadastrales : section AB, parcelle n°4, cadastre de 1972 Propriétaire du terrain
  • : Mairie de Hoedic Adresse du propriétaire : Mairie de Hoedic - 56170 - île de Hoedic Nature des opérations : Fouille programmée plurianuelle (2ère année). Date : 15/06 au 10/07/2008 Programme : (2006) 25 - Histoire des techniques, de la Protohistoire au 18ème siècle. N° d'opération
  • : 2008 - 217 (code opération 3336 FP3) Responsable : Marie-Yvane Daire, chargée de recherche Organisme de rattachement : CNRS Adresse du responsable : UMR 6566 " Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire " (CReAAH), Bâtiments 24-25, Campus de Beaulieu, Université de
  • Rennes 1 - 35042 - RENNES Cedex Mel : marie-yvane.daire@univ-rennesl.fr 6 1.1.2 - Organisation de l'opération Dans le cadre de l'opération de fouille programmée trisannuelle sur le site de Port-Blanc, île d'Hoedic (Morbihan), la première campagne s'est déroulée sur une période de
  • 26 jours, du 15 juin au 10 juillet 2008. L'équipe de fouille était dirigée par Marie-Yvane Daire (chargée de recherche au CNRS, UMR 6566 « CReAAH », et comprenait : Anna Baudry (doctorante UMR 6566, Université Rennes 1), Monique Thureau (Archives départementales du Morbihan), Yvon
  • Dréano (Contractuel CRAVO) Pamela Chanteux (étudiante Master 2, Université de Tours) Laurent Quesnel (infographiste, UMR 6566) Catherine Dupont (Chercheur CNRS, UMR 6566) Julie Goy (étudiante Master 1, Paris 1) Marion Elleouet (étudiante Master 1, Rennes 2) Thiphaine Salel (étudiante
  • ) BenHEng Shi (Doctorant, Shandong, Chine) Erik Shaeffer (étudiante Master 1, Rennes 1) Anne-Sophie Gaucher (étudiante Master 1, Paris 1). La coordination des études archéozoologiques (du terrain au laboratoire) a été assumée par Anna Baudry (encadrement et formation de l'équipe à cette
  • spécialité, définition de la stratégie d'étude, organisation des prélèvements et tamisage, étude post-fouille et encadrement de stagiaires...). Catherine Dupont (UMR C2A, Rennes), en charge des études de malacofaune a organisé et encadré avec Anna Baudry un stage post-fouille d'initiation
RAP02142.pdf (LE CONQUET (29). "île de Béniguet". fouille de l'amas coquillier. rapport de sondage)
  • LE CONQUET (29). "île de Béniguet". fouille de l'amas coquillier. rapport de sondage
  • DRAC-SRA 2 3 JAN. 2008 COURRIER ARRIVEE Décembre 2005 Yvan PAILLER, Sandie GIOVANNACCI, Ewen IHUEL, Anne TRESSET (dir.) avec les contributions de Yann BOUGIO, Klet DONNART, Yvon DRÉANO, Rodolphe HOGUIN, Laurence LE CLEZIO, Yves-Marie PAULET, Marie-France DIETSCH-SELLAMI, Farid
  • SELLAMI, PROGRAMME ARCHEOLOGIQUE MOLENAIS, rapport n° 7 TOME 1 : Texte SONDAGE DU SITE DE BENIGUET - 3 (LE CONQUET) Opération n° 2005 - 202 FOUILLE PROGRAMMÉE DU SITE DE BEG AR LOUED (ILE MOLÈNE) Opération n° 2005 - 218 \ \ h\ l! t ••-s. V *V, w JPS \ J ètefat .. Me€jSSii J
  • " A \f CONSEIL GENERAL FINISTERE %s m lAmmmam i ï UMR 6038 .3 O Magasin d'outillage Emeraude (Ploudaniel) ' l i t TRJlHOUlllt * : ". i ... î Tw- • •• ,• Of, ARCHÉOZOOLOGIE, histoire des sociétés humaines et des peuplements animaux Feim-ar-ßed - ': î' 1! ; ^5 « ' r
  • PINNARBiö ^ .j. î ' LEMAR, UMR 6539 ; Ou«;'« Haïioaaî b. Citasse . faillie Sauvage UMR 7055, Préhistoire et Technologie z n z . SOMMAIRE REMERCIEMENTS /. INTRODUCTION II. FOUILLE D'UN AMAS COOUILLIER NEOLITHIQUE CONOUET). ARCHIPEL DE MOLENE Fiche signalétique SUR L'ILE DE
  • BENIGUET (LE A/ PRÉSENTATION (Y. Pailler) 1. Rappel de la problématique 2. Conduite du sondage B/ OBSERVATIONS FAITES SUR LE TERRAIN MATÉRIELLE (Y. Pailler, S. Giovannacci) A PROPOS DE LA CULTURE a LE MATÉRIEL CÉRAMIQUE (S. Giovannacci) D/ LE TRI DU CARRÉ A DU SONDAGE DE MARS 2005
  • SUR L'ÎLE DE BENIGUET : PREMIER APERÇU (Y. Dréano) E/ ÉTUDE DES RESTES COQUILLIERS DE COQUILLES SAINT-JACQUES, MAXIMUS (Y.-M. Paulet) PECTEN F/NOTE SUR LES RESTES DE MICROVERTEBRES ISSUS DE L'AMAS COQUILLIER (A. Tresset). G/ OUVERTURES (Y. Pailler) III. ETUDE DE QUELQUES
  • STATIONS DE SURFACE BENIGUET(R. Hoguin, S. Giovannacci, Y. Pailler) REPÉRÉES SUR L'ILE DE A7 INTRODUCTION B/ LA PERCUSSION SUR ENCLUME C/ CRITÈRES D'ANALYSE ET TERMINOLOGIE D/ PRÉSENTATION DU MATÉRIEL 1. Beniguet 14 (parcelle 19) 2. Beniguet- lObis (parcelle 19) 3. Beniguet- lOter
  • (parcelle 19) 4. Beniguet-13(parcelle 20) 5. Beniguet- 22 (parcelle 40) E/ LES CHAÎNES OPÉRATOIRES PRÉSENTES DANS LES ASSEMBLAGES ÉTUDIÉS 1. Les matières premières 2. Les produits taillés F/ LA CÉRAMIQUE (S. Giovannacci) G/ ESSAI D'INTERPRÉTATION 2 IV. TROISIÈME CAMPAGNE DE FOUILLE
  • PROGRAMMÉE LOUED (ILE MOLÈNE) ~ Fiche signalétique SUR LE SITE DE BEG AR AJ PRÉSENTATION ET RAPPEL DE LA PROBLÉMATIQUE B/ MÉTHODES ET STRATÉGIE DE FOUILLE 1. Méthodes mises en œuvre 2. Stratégie de fouille C/ ARCHITECTURE : DESCRIPTION DES STRUCTURES MISES AU JOUR (E. Ihuel, Y. Pailler
  • ) 1. Description des structures et altérations modernes a) Mur de parcellaire moderne et mise en culture b) Extraction de matériaux c) Structures de chasse, les gabions 2. Description des structures archéologiques anciennes a) Structure 1 b) Structure 2 3. Quelques éléments de
  • comparaison D/ RAPPORT PRÉLIMINAIRE DE L'ÉTUDE GÉO-ARCHÉOLOGIQUE (F. Sellami) 1. Introduction 2. Le milieu physique. 3. Description de la stratigraphie 4. Échantillonnage 5. Discussion des données et des problématiques à traiter E/ COMPTE-RENDU DES MISSIONS TOPOGRAPHIQUES SUR L'ÎLE MOLÈNE
  • (Y. Bougio) F/ LA CULTURE MATÉRIELLE 1. L'industrie lithique taillée - sondage II et sondage V (L. Le Clézio) a) Le corpus b) Étude du corpus c) Les perçoirs d) La chaîne opératoire des perçoirs e) Éléments de comparaison f) Conclusion 2. Le macro-outillage (K. Donnart
  • ) a) Problématique b) Méthodes c) Axes de recherche d) Observations préliminaires sur la série de Beg ar Loued 3. La céramique (S. Giovannacci) a) Méthodologie b) Observations technologiques et cuisson expérimentale c) Éléments de formes et décors d) Discussion autour de l'attribution chrono
  • -culturelle e) Approche expérimentale, du prélèvement de l'argile à la cuisson f) Bilan et perspectives 3 G/ L'ÉCONOMIE ALIMENTAIRE 1. Étude de l'ichtyofaune (Yvon Dréano) a) Méthode d'analyse du matériel ichthyologique b) Résultats de l'analyse archéo-ichtyologique c) Conclusion 2. Les
  • grands vertévrés (Anne Tresset) 3. La carpologie (M.-F. Sellami) H/ LE PEUPLEMENT ANCIEN DE MICRO-VERTÉBRÉS MOLÈNE (A. Tresset) DANS L'ARCHIPEL DE V. CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES 1. Résultats de terrain obtenus en 2005 2. Principales orientations pour la campagne 2006 DIFFUSION ET
  • PUBLICATION DES RÉSULTATS BIBLIOGRAPHIE 4 REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier pour leur aide et leur soutien : -Le Ministère de la Culture et de la Communication et le Conseil Général du Finistère qui nous ont accordé les subventions nécessaires au bon déroulement de nos opérations
  • . -Les gestionnaires et propriétaires des îles sur lesquelles nous avons travaillé durant l'année. Pour la commune de Molène : Madame le Maire, Marie-Thérèse Callac et les élus du Conseil Municipal. Une mention spéciale doit être décernée à Philippe Richard, secrétaire de mairie, pour
  • son soutien et son amitié. Pour l'ONCFS : Louis-Gérard d'Escrienne, conservateur de l'île Beniguet et les gardes Fabrice Bernard, Michel Claize, Arnaud, ainsi que Pierre Yésou, responsable scientifique de la réserve. Pour la SEPNB -Bretagne Vivante : Louis Brigand, conservateur de
  • la Réserve naturelle d'Iroise, les membres du Comité consultatif et Jean-Yves Le Gall et David Bourles, gardes de la Réserve Naturelle d'Iroise. -La compagnie de transports maritimes Penn ar Bed pour nous permettre de bénéficier du tarif insulaire et avoir mis gracieusement à
  • notre disposition un container qui nous a servi de cabane de chantier. -Jean-Yves Tinevez du Service Régional de l'Archéologie de Bretagne (Rennes) pour sa visite sur le chantier de Beg ar Loued et les conseils pratiques qu'il nous a dispensés. Grégor Marchand (CNRS, UMR 6566, Rennes
RAP02514.pdf (HOËDIC (56). site de Port-Blanc. rapport intermédiaire 2009 de fp 2007-2009)
  • HOËDIC (56). site de Port-Blanc. rapport intermédiaire 2009 de fp 2007-2009
  • en Master 2 Archéologie-Archéosciences, Université de Rennes 1) Delphine Rambaud (contractuelle) Guy Le Rouzeau (bénévole retraité) Gildas Clément (étudiant en Licence de Géographie, Université de Rennes 2) Solène Rousseau (étudiante en licence d'Archéologie, Université de
  • Bretagne Occidentale) Marie Poignant (lycéenne) Fabien Dautry (bénévole) Langouët Loïc (bénévole retraité) Emmanuelle Rogard (étudiante en Licence d'Archéologie, Université de Paris IV) Jimmy Ménager (étudiant en Master d'Histoire, Université de Lorient) Virgil Feudeau (étudiant en
  • Site n° 56 085 0006 Opération n°2009 - 201 2 1 0# Qg 2 9 PRIVEE Fouille programmée pluriannuelle ÎLE D'HOEDIC (Morbihan) Site de Port-Blanc Rapport 3eme année 24 août -18 septembre 2009 UMR 6566 « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » Rennes
  • Ï54ti 1 Site n°56 085 0006 Opération n°2009-201 Fouille programmée pluriannuelle ILE D'HOEDIC (Morbihan) Site de Port-Blanc Rapport 3 année 24 août -18 septembre 2009 Marie-Yvane ÙAIRE, Anna BAUORY, Catherine DUPONT, Yvon DREANO, Nancy MARCOUX, Laurent QUESNEL, Delphine
  • RAMBAUO et Anne TRESSET avec la collaboration de Klervi LE NAGARD UMR 6566 « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » Rennes f. 3 SOMMAIRE page 1 - PRÉSENTATION DE L'ÉTUDE 1.1 - Présentation générale 1.1.1 - Fiche signalétique 1.1.2 - Organisation de
  • l'opération et remerciements 1.2 - Le contexte géographique et archéologique 1.2.1 - Localisation et description de l'île dHoedic 1.2.2 - Le patrimoine archéologique d'Hoedic et la dynamique de recherche 1.2.3 - Hoedic à l'Âge du Fer 1.2.4 - Rappel de la problématique de l'étude du site de
  • Port-Blanc 1.2.5 - Les recherches antérieures 2 - RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES DE LA FOLTLLE DE 2009 5 5 5 6 7 8 8 10 15 15 18 2.1 - Stratégie de la fouille et méthodologie 18 2.2 - La zone de fouille est 20 2.2.1. - Données préliminaires : un squelette dans la dune. 13 2.2.2
  • . Les structures de la zone est. Les murs et empierrements Les calages et trous de poteaux Les fosses Les foyers et rejets de foyers Dépôts fauniques particuliers 23 27 32 32 37 37 2.23. - L'insertion stratigraphique et la chronologie relative des structures L'organisation et la
  • chronologie relative des structures 41 41 2.3 - La zone de fouille ouest 44 2.3.1. - Les structures Données générales Le mur S22 La porte S60 Les foyers Un sol d'occupation 48 48 48 48 51 53 2.3.2. - L'insertion stratigraphique et la chronologie relative des structures 53 2.4 - Le
  • mobilier 2.4.1 - La céramique domestique 2.4.2-Les amphores 2.4.3 - Les éléments de briquetages 2.4.4-Le métal 2.5.5 - Le mobilier lithique 2.5.6- Le mobilier organique 54 54 57 57 58 60 60 4 3 - LA FAUNE (Anna Baudry) 3.1 - Problématique et objectifs de l'étude 3.2 - Méthodologie
  • mise en oeuvre 3.3 - Prospective pour l'année 2010 61 61 61 62 4 - LES RESTES ICHTHYOLOGIQUES (Yvon Dréano) 64 5 - LES INVERTÉBRÉS MARINS DE PORT-BLANC (Catherine Dupont) 66 6 - ANTHRACOLOGD2 SUR LE SITE DE PORT-BLANC (Nancy Marcoux) 75 7 - PRINCIPAUX RÉSULTATS DE LA FOUILLE
  • 2009 ET PREMBERS ÉLÉMENTS DE SYNTHÈSE 2005-2009 76 7.1. - Première approche de l'organisation spatiale des structures 7.2 - Conclusions 2009 et perspectives 2010 77 Bibliographie 73 ANNEXES 87 Annexe 1 - Inventaire du mobilier en argile cuite Annexe 1A - Inventaire du
  • mobilier céramique Annexe 1B - Inventaire des amphores Annexe 1C - Inventaire des éléments de briquetages 88 88 92 94 Annexe 2 - Inventaire du mobilier métallique 98 Annexe 3 - Inventaire du mobilier lithique 99 Annexe 4 - Les prélèvements de terrain 100 Annexe 5 - Inventaire de
  • la faune 106 Annexe 6 - Revue de Presse 126 Annexe 7 - Publications en cours 127 Annexe 8-Le mobilier lithique (K. Donnart) 153 5 1 - PRÉSENTATION DE L'ÉTUDE 1.1 - Présentation générale 1.1.1 - Fiche signalétique Commune : île de Hoedic Département : Morbihan Lieu
  • dit : Port-Blanc (Porz Gwen) N° de site : 56 085 0006 Coordonnées Lambert Zone II X = 205,550 Y= 273,180 Références cadastrales : section AB, parcelle n°4, cadastre de 1972 Propriétaire du terrain : Mairie de Hoedic Adresse du propriétaire : Mairie de Hoedic - 56170 - île de
  • Hoedic Nature des opérations : Fouille programmée plurianuelle (2ère année). Date : 24/0806 au 18/097/2009 Programme : (2006) 25 - Histoire des techniques, de la Protohistoire au I8ème siècle. N° d'opération : 2008 - 217 (code opération 3336 FP3) Responsable : Marie-Yvane Daire
  • , chargée de recherche Organisme de rattachement : CNRS Adresse du responsable : UMR 6566 " Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire " (CReAAH), Bâtiments 24-25, Campus de Beaulieu, Université de Rennes 1 - 35042 - RENNES Cedex Mel : marie-vvane.daire@univ-rennesl.fr
  • 6 1.1.2 - Organisation de l'opération Dans le cadre de l'opération de fouille programmée trisannuelle sur le site de Port-Blanc, île d'Hoedic (Morbihan), la troisième campagne de terrain s'est déroulée sur une période de 26 jours, du 24 août au 18 septembre 2009. L'équipe de
  • fouille,t dirigée par Marie-Yvane Daire (chargée de recherche au CNRS, UMR 6566 « CReAAH », était composée de : Anna Baudry (INRAP GSO et doctorante UMR 6566 CReAAH, Université Rennes 1), Yvon Dréano (Contractuel CRAVO) Laurent Quesnel (infographiste, UMR 6566) Erik Shaeffer (étudiant
  • licence d'Histoire, Université de Rennes 2) Julie Feydeau (bénévole) Aurélie Dréano (bénévole) Jean-Philippe Guillermet (bénévole) Guirec Querré (JR Ministère de la Culture, UMR 6566 CReAAH) Klet Donnart (Doctorant, UMR 6566 CReAAH, Université Rennes 1). Anne Tresset (Chercheur CNRS
RAP03559 (ARRADON (56). Place de l'Eglise : un aperçu archéologique de l'évolution du cimetière paroissial. Rapport de sondage)
  • ARRADON (56). Place de l'Eglise : un aperçu archéologique de l'évolution du cimetière paroissial. Rapport de sondage
  • DGEC / Direction de la culture Service départemental d’archéologie du Morbihan Morbihan, Arradon « Aménagement du centre ville - place de l’église » Un aperçu archéologique de l’évolution du cimetière paroissial Volume 1 : Texte, annexes et inventaires techniques
  • _____________________ Rapport final d’opération/sondages Arrêté d’autorisation : 2017-083 CODE INSEE : Arradon-56003 Astrid Suaud-Préault Elodie Jadelot Avec la contribution de : Véronique Gendrot Terrain : mars-avril 2017 Rapport : avril 2018 Avec la collaboration de: Yannick Dissez et Morgane Le Roch
  • RFO sondages archéologiques (2017-083) - Arradon (Morbihan), « Aménagement du centre ville-place de l’église» Table des matières I. DONNEES ADMINISTRATIVES, TECHNIQUES ET SCIENTIFIQUES Fiche signalétique Mots clés des thésaurus Générique de l’opération Notice scientifique
  • Remerciements Localisation de l’opération Arrêté de désignation du responsable scientifique II. 1. 2. 2 RESULTATS 5 6 7 8 9 9 10 12 14 Introduction 15 1.1. Présentation de l’opération 1.1.1.Les données du diagnostic et de la surveillance archéologique 1.1.2.Problématique et
  • objectifs de l’opération 1.1.3.Méthodes et stratégie de fouilles 1.2. Situation géographique, géologique et historique. 1.2.1.Contexte géographie, géologique et topographique du site 1.2.2.Le cimetière paroissial : contexte historique et archéologique 15 16 16 16 20 20 21 Le cimetière
  • d’Arradon du Moyen Âge au XIXème siècle 23 2.1. Les limites de l’enclos cimétérial 2.1.1.Les plans anciens 2.1.2.Les apports de la surveillance archéologique de 2016 2.1.3.Le sondage manuel 2.2. L’organisation de l’espace sépulcral 2.2.1.Présentation de la fenêtre de fouille 2.2.2
  • .Cadre chronologique 2.2.3.Stratigraphie et niveaux d’inhumations 2.3. Etude anthropologique (E. Jadelot) 2.3.1.Introduction et objectifs 2.3.2.Méthode 2.3.3.Pratiques funéraires 2.3.4.Architecture funéraire 2.3.5.État sanitaire de la population et bilan des variations anatomiques
  • 2.3.6.Résultats des analyses 2.3.7.Conclusions de l’étude archéo-anthropologique 2.4. Le mobilier 2.4.1.Le mobilier funéraire 2.4.2.La céramique 23 23 24 25 26 26 27 27 32 32 34 36 39 39 42 43 44 44 56 I-Données administratives, techniques et scientifiques 3. 2.5. Les restes
  • textiles (V. Gendrot) 2.5.1.Protocole d’étude des fibres 2.5.2.Étude des prélèvements 2.5.3.Le tissage 2.5.4.Les fibres textiles 2.5.5.Les fils métalliques 2.5.6.Les linceuls 2.5.7.Conclusion 57 57 57 62 62 64 65 65 Conclusion générale 66 Liste des figures 67 Bibliographie 69
  • III. ANNEXES Annexe 1 : Glossaire des atteintes pathologiques et variations anatomiques Annexe 2: Carte des Entités Archéologiques répertoriées sur la commune d’Arradon Annexe 3 : Modèle de la fiche d’enregistrement des sépultures utilisée lors de l’opération (exemple F04) Annexe 4
  • : Résultats des trois datations radiocarbone IV. INVENTAIRES TECHNIQUES Inventaire du mobilier Inventaire des unités stratigraphiques Inventaire des faits Inventaire des photographies Planches-contact 74 76 77 81 87 88 89 96 100 103 111 3 RFO sondages archéologiques (2017-083
  • ) - Arradon (Morbihan), « Aménagement du centre ville-place de l’église» 4 I-Données administratives, techniques et scientifiques I. Données administratives, techniques et scientifiques 5 RFO sondages archéologiques (2017-083) - Arradon (Morbihan), « Aménagement du centre ville
  • -place de l’église» Fiche signalétique Identité du site Région : Bretagne Commune : Arradon Département : Morbihan Code INSEE : Arradon 56003 Lieu-dit ou adresse : Centre bourg, place de l’église Code postal : 56 610 Cadastre Année : 2014 Section (s) : AD Parcelle(s) : 334 Altitude
  • : 31 m NGF Propriétaires des terrains : Mairie d’Arradon Opération archéologique Arrêté de désignation N°: 2017-083 Responsable d’opération : Astrid Suaud-Préault Organisme de rattachement : Conseil départemental du Morbihan (direction de la culture/Service départemental
  • d’archéologie du Morbihan) Maître d’ouvrage des travaux : Commune d’Arradon Nature de l’aménagement : Réaménagement du centre bourg Dates d’intervention terrain : 20 mars au 28 avril 2017 Rapport final d’opération Nombre de volumes : 2 Nombre de pages : vol 1 : 125- vol 2 : 125 Nombre de
  • figures : vol 1 : 87- vol 2 : 83 Nombre d’inventaires : 5 Nombre d’annexes : 4 6 I-Données administratives, techniques et scientifiques Mots clés des thésaurus CHRONOLOGIE Paléolithique Paléolithique inférieur Paléolithique moyen Paléolithique supérieur Age du fer Hallstatt ou
  • -romain) République romaine Empire romain Haut Empire (jusqu’en 284) Bas Empire (de 285 à 476) Époque médiévale Haut Moyen Age Moyen Âge central Bas Moyen Age Temps modernes Ère industrielle Époque contemporaine SUJETS ET THÈMES Édifice public Édifice religieux Édifice militaire
  • Botanique/Anthracologie Palynologie Macrorestes malacofaune Analyse de céramiques Analyse de métaux Acquisition des données Numismatique Conservation / restauration Autre 7 RFO sondages archéologiques (2017-083) - Arradon (Morbihan), « Aménagement du centre ville-place de l’église
  • » Générique de l’opération Suivi scientifique de l’operation Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne Service Régional de l’Archéologie MENEZ Yves, Conservateur régional de l’archéologie FOURTEAU Anne-Marie, Conservatrice du patrimoine, chargée du Morbihan (sauf secteur
  • du Service départemental d’archéologie du Morbihan OGER Hélène, Coordinatrice administrative 2 rue de Saint-Tropez – CS82400 – 56009 Vannes Cedex Tel. : 02 97 69 50 75 Fax : 02 97 47 68 47 / email : sdam@morbihan.fr Equipe de fouille Service Départemental d’archéologie du
RAP01912.pdf (BÉNODET (29). découverte d'une entité agricole de l'âge du fer "route de kernéost" . dfs de fouille préventive)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • BÉNODET (29). découverte d'une entité agricole de l'âge du fer "route de kernéost" . dfs de fouille préventive
  • bâtiments de l'Age du Fer en Haute Normandie.- Les installations agricoles de l'Age du Fer en France septentrional.- Etudes d'Histoire et d'Archéologie, 6, éd. ENS, p. 321-338. Jahier (I.) et al. 2000 : Bernard-Vauterin (C.), Lepaumier (H.), Paris (P.), Renault (V.), San Juan (G.), Dron
  • (J.L.), Hincker (V.) et Forfait (N.). - Les bâtiments des habitats de l'âge du Fer en Basse-Normandie : panorama des découvertes.- Les installations agricoles de l'Age du Fer en France septentrionale, Etudes d'Histoire et d'Archéologie, 6, éd. ENS, p. 339-357. Jahier et al., 2000
  • Buchsenschutz (O.).-Villes, villages et campagnes de l'Europe celtique. Bibliothèque d'Archéologie, Hachette, 1989, 362 p. Chap. 2.3 2 7 2 8 2 9 11 10 Eléments de comparaison de la construction circulaire n°2 (hypothèse n°l) : Le bâtiment n°2 présente des similitudes avec des exemples
  • . - L'Age du Bronze ancien et moyen dans la manche, L'exemple des fouilles de l'île Tatihou à Saint-Vaast-la-Hougue.L'Archéologie dans la Manche, Fouilles et recherches récentes (1990-1999), Actes de la journée archéologique du 15 décembre 1997, Etudes et Documents, Société d'Archéologie
  • .).- Développements récents de l'archéologie urbaine à Lens (Pas-de-Calais) 1992-1994.- Mélanges Eugène Monchy, Gauhéria, Revue d'Histoire et 6 0 6 1 d'Archéologie, n°31, p. 13. 15 16 Les structures de stockage correspondent généralement à des techniques différentes ; les épis (non les gerbes
  • Découverte d une entité agricole de I âge do fer « route de Kernéost » à Bénodet dans le Finistère Document final de synthèse arcnéologique Sef. INRAi» : 31 Ûô 03 08 02 Êddié Roy avéc la collaboration d^ Eric Nicolas, Anm Françoise ¿ t la participation d é J é a n François
  • ¡ - k r r y ¿ t H é r v i Paitiér INiRAP Antenne £rand-OuesT 5ÔÔ77 Cesson-Sévigné Service Régional de l'Archéologie Direction Régionale des Affaires Culturelles de ôretaone.. I Sommaire Pages Fiche signalétique 1 Générique de l'opération 2 1. INTRODUCTION 3 1.1 Cadre
  • grenier n°4 15 2.2.5 - Le bâtiment n°5 16 2.2.6 - La construction n°6 16 2.3 Les souterrains armoricains 2.3.1 - Etude stratigraphique et en plan du souterrain de Kernéost 17 18 2.4 Les fosses 21 2.5 Les foyers 23 2.6 L'empreinte d'un chemin ? 25 2.7 Les talus 25 2.8
  • Les trous de poteaux d'origine indéterminée 26 2.9 Le mobilier archéologique 26 2.9.1 - Les meules à grains 26 2.9.2 - La céramique protohistorique 27 2.9.3 - La céramique médiévale 40 3. Synthèse chronologique et évolution du site de Kernéost 3.1 - Phase I, états 1 et 2
  • - l'occupation gauloise ; une entité agricole de la fin du 1 Age du fer er 42 42 3.2 - Phase II - l'occupation du début du second Age du Fer ; Tène ancienne 43 3.3 - Phase III - l'occupation d'époque romane, X - Xlle siècles ; le parcellaire et une probable petite exploitation familiale de
  • sel marin 44 3.4 - Phase IV, l'occupation du bas Moyen Age, XIII - XlVe siècles ; le parcellaire taluté 47 4. CONCLUSION-NOTICE SYNTHÉTIQUE 48 Bibliographie 50 Annexes : - Figures - Analyse granulométrique - Tableaux récapitulatifs - Documents administratifs - Article de
  • presse 1 Fiche signalétique Identité du site : Ref : 31 05 03 08 02 Département : Finistère Commune : Bénodet Lieu-dit : Route de Kernéost Cadastre : Section AK, n°152, 154, 156 et 158 Plan d'occupation des sols : Coordonnées Lambert : x = 119,30 y = 2337,95 Altitude NGF : 49,40
  • m Propriétaire de terrain : Mr Louédec Alfred et Louédec Yvette, 20 allées François Kerbouc'h 29000 Quimper et 20 rue du Poulmic 29950 Bénodet. L'opération archéologique : Arrêté portant prescription de diagnostic archéologique : n°2002-057 Ordre de mission INRAP (pour le
  • diagnostic) : 03/547 Arrêté portant désignation du responsable scientifique de la fouille : n°2002 - 113 Ordres de missions INRAP : 03/1873 et 03/2239 A partir du 06/01/03 jusqu'au 31/01/03 et du 03/02/2003 au 11/02/2003 Titulaire : Eddie Roy Organisme de rattachement : INRAP Motifs de
  • l'intervention : Construction d'un lotissement Aménageur/maître d'ouvrage : Louédec Alfred et Louédec Yvette Surface totale de l'intervention archéologique : 2400 m 2 Dates de l'intervention sur le terrain : entre le 06/01/2003 et le 11/02/2003 Dates des interventions en post-fouille
  • : entre le 17/02/2003 et le 21/02/2003 Entre le 24/03 /2003 et le 11/04/2003 11 5 Résultats : Découverte d'une petite entité agricole de la transition entre le premier et le second Age du Fer ; constructions sur poteaux d'ancrages au sol, dont une circulaire associée à un souterrain
  • et à un enclos à antenne ou bâtiment de type étable. Mise au jour également d'un parcellaire loti du X-XIIe siècles comportant les marques d'un petit artisanat, probablement lié à la production de sel marin. La dernière occupation est marquée par un parcellaire taluté du XHIe ou
  • XlVe siècle associé à un grenier sur pilotis. Côte d'apparition du vestige : entre 30 et 50 cm sous le niveau de sol actuel. Type de structure : Fossés, fosses, trous de poteaux et bâtiments, constructions palissadées, fours, foyers et un souterrain. Période : Protohistorique (fin
  • du 1er Âge du Fer et début du second) et médiévale (période romane et bas Moyen Age) Lieu de dépôt des archives : Service Régional de l'Archéologie de Bretagne Lieu de dépôt de mobilier : Base INRAP de Cesson-Sévigné Générique de l'opération Intervenants administratifs
  • : Archéologie : Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne, Service Régional de l'Archéologie 6, rue du Chapitre, 35044 Rennes, - Stéphane Deschamps, Conservateur régional de l'archéologie, - Jean Yves Tinevez, Conservateur du patrimoine. Institut National des Recherches
RAP03034.pdf (ÉTEL (56). La Falaise : un atelier de salaisons et sauces de poisson antique. Rapport de sondage 2008)
  • ÉTEL (56). La Falaise : un atelier de salaisons et sauces de poisson antique. Rapport de sondage 2008
  • . 16 Driard 2011 Les établissements littoraux de la province romaine de Lyonnaise : Contribution à l'étude de l'habitat dispersé et de l'exploitation des ressources maritimes sur les côtes de l'Atlantique et de la Manche dans l'Antiquité, Thèse d'histoire et d'archéologie, Tours
  • Etel (56), la Falaise Un atelier de salaisons et sauces de poisson antique Sondages archéologiques campagne 2008 Cyril Driard Etel (56), la Falaise Un atelier de salaisons et sauces de poisson antique Sondages archéologiques campagne 2008 Région : Bretagne Département
  • : Morbihan Commune : Etel Lieu-dit / adresse : La Falaise Code Insee commune : 79 212 N° de l'entité archéologique : 056 055 001 Coordonnées Lambert RGF 93 : x = 234731,50 ; y = 6746074,17 Section : AI Parcelle(s) : 252 Année du cadastre : 2008 Propriétaire du terrain : commune d'Etel
  • , camping municipal Arrêté d'autorisation de l'opération : Localisation sur un extrait de la carte IGN au 1/25000 Mots clefs : Chronologie : Antiquité, Haut-Empire Vestiges immobiliers : Bâtiment, fossé, mur, cuve Vestiges mobiliers : néant Equipe : Cyril Driard, Carine Bucheron
  • , Jessica Freitas et Eric Philippe (bénévoles) Association ARVALES 1, rue Lenoir, 35000 Rennes Table des matières Présentation de l'opération archéologique............................................................................................5 Localisation du site archéologique
  • ..................................................................................................5 Historique des découvertes archéologiques.....................................................................................6 Les sondages archéologiques...........................................................................................................6 Description
  • des structures archéologiques et de la stratigraphie..........................................................8 Sondage A (angle sud-ouest de l'atelier)..........................................................................................8 Le mur 7
  • ......................................................................................................................................9 L'espace comblé de pierres et recouvert par un niveau de circulation........................................9 Le mur 8......................................................................................................................................9 Un niveau de circulation
  • (niveau de sol 2) s'appuyant contre le mur 8......................................9 Un fossé.......................................................................................................................................9 Sondage B
  • ......................................................................................................................................15 Conclusion..........................................................................................................................................16 Inventaire des unité stratigraphiques et des structures
  • .......................................................................17 Bibliographie......................................................................................................................................19 Présentation de l'opération archéologique Localisation du site archéologique Le site archéologique est localisé au sud-ouest
  • de la commune d’Étel, sur un promontoire rocheux granitique surplombant la Ria d’Étel. Il borde au nord une anse aujourd’hui condamnée, mais que l'on peut deviner dans le paysage actuel ou sur les cartes anciennes (Figures 1 et 2). L’océan se situe à 1 km au sud. Figure 1
  • : localisation des sondages archéologiques sur un extrait de la carte de Cassini. Figure 2 : extrait de la carte d'Etel – Pointe d'Erdeven, 1771, (source : Service hydrographique de la marine, Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GESH18PF43DIV3P221dD) Historique
  • des découvertes archéologiques En 1942, à l’occasion de travaux de terrassement pour la construction d’un blockhaus, une sépulture est mise au jour. Le mobilier associé (vase, boucle et couteau) est daté de l’Antiquité tardive1. À 80 m au sud-ouest, des murs en petit appareil avec
  • des arases de briques étaient visibles en front de falaise sur près de 2 m de hauteur et une dizaine de mètres de long.Ces structures ont été identifiées en1998 comme de probables parois de cuves, caractéristiques des ateliers de salaisons antiques 2. Les sondages archéologiques
  • Les observations archéologiques anciennes et récentes permettent de recenser une trentaine de sites romains sur le littoral du nord-ouest de la Gaule, ayant pour caractéristique commune la présence de vestiges de cuves maçonnées. Ils sont tous situés dans l’actuelle région de
  • Bretagne et plus particulièrement dans le sudouest du Finistère. Très peu d’informations sont disponibles sur ces sites interprétés comme des ateliers de salaison et de sauces de poisson. L’objectif des sondages réalisés en 2007 et poursuivis en 2008 était d'évaluer le potentiel
  • archéologique du site de la Falaise sur lequel des batteries de cuves maçonnées étaient présumées. Il s'agissait aussi de sauver des données archéologiques menacées par l'érosion maritime et anthropique. Le site d'Etel présente la particularité d'être isolé par rapport à la concentration
  • d'établissement de ce type reconnue dans le Finistère. Cet atelier se situe dans l’estuaire de la Ria d’Étel et des données récentes concernant le contexte de la zone durant la période romaine seront bientôt disponibles avec la publication de la fouille de l’établissement voisin de Mané-Véchen
  • à Plouhinec. Les sondages archéologiques sont limités à l'emprise du sentier côtier. Le reste de l’établisse ment n’est pas accessible en raison de la présence d’importants remblais liés à un réaménagement du camping municipal dans les années 1990. En 20073, une tranchée de 13,90
RAP00225.pdf (PLOEMEUR (56). dolmen de Cruguellic. rapport de sauvetage urgent.)
  • PLOEMEUR (56). dolmen de Cruguellic. rapport de sauvetage urgent.
  • entrepris, à plusieurs reprises, notamment en 1969 oû ils furent surveillés par la jeune Société Lorientaise d'Archéologie. M. P.-R. GIOT, alors Directeur de la Circonscription vint examiner le monument et reconnaître en outre les restes d'une petite enceinte circulaire toute proche du
  • , Directeur des Antiquités Préhistoriques - M. Y. LECERF, Agent Technique de la Circonscription - M. T. JEWELL, Téléphone manager, Barnstaple, Devon (Gde Bretagne) - M. E. HIGGINBOTHAM, Etudiant, Cambridge (Gde Bretagne) - M. J. GUEGUEN, Chargé de Recherche à l'Institut des Pèches, Lorient
  • et la participation plus occasionnelle de quelques membres de la Société Lorientaise d'Archéologie, en particulier MM. PIN et BERTRAND, à qui nous - «S - devons également d'avoir mené sur place toutes les négociations nécessaires â la bonne marche du chantier. L'hébergement
  • e.T- & * il i e C.-T. LE ROUX +++ + RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DE SAUVETAGE DU DOLMEN DE CRUGUELLIC COMMUNE DE PLOEMEUR (MORBIHAN) +++ + C.-T. LE ROUX RAPPORT SCIENTIFIQUE SUR LA FOUILLE DE SAUVETAGE DU DOLMEN DE CRUGUELLIC COMMUNE DE PLOEMEUR (MORBIHAN) Le
  • dolmen de Cruguellic est ignoré des inventaires archéologiques morbihannais du siècle dernier; il est cité pour la première fois par Z. LE ROUZIC (Inventaire des Monuments mégalithiques de la région de Carnac, p. 37) en des termes qui laissent penser que le monument était mal dégagé à
  • cette époque : "Tertre tumuïaire allongé, entouré de gros blocs arcboutés vers le "centre, situé sur la hauteur au Sud-Sud-Est du village de Saint"Adrien et au Nord du village de Cruguellic". Pendant la dernière guerre, l'emplacement, bien dégagé et à proximité immédiate de
  • l'aérodrome de Lorient-Lann-Bihouêe fut tout naturellement occupé par un projecteur anti-aérien, avec tous les dégâts que l'on peut imaginer, liés aux terrassements annexes. Après les hostilités, le terrain vit l'installation d'un centre aéré lorientais et de nouveaux terrassements furent
  • mégalithe,qui était passée inaperçue jusque là et devait fournir quelques tessons possiblement de l'Age du Bronze. En 1973, de nouveaux travaux amenèrent le dégagement complet du monument, non sans quelques dégâts malheureusement. Des fragments de poterie néolithique rencontrés parmi les
  • débris les plus hétéroclites montrèrent cependant que, malgré les apparences, ce site martyrisé pouvait encore livrer quelques indices. Une fouille de sauvetage fut donc décidée pour le printemps suivant, avec l'aimable accord des responsables du centre aéré. - 2 - SITUATION Le
  • monument se trouve à environ 4,5 km à vol d'oiseau â l'Ouest du bourg de Ploemeur, sur le versant Sud d'un coteau, à une trentaine de mètres d'altitude. Le site domine les plages du Fort-Bloqué â l'Ouest, l'étang de Lannenec au Nord et les grandes carrières de Kaolin de Ploemeur au
  • Sud-Est (coordonnées Lambert 3C: X ■ 163,6 ; Y - 320,3). Il occupe le Sud de la parcelle N° 243, section AC, propriété de l'Association d'Education Populaire et de Centres Aérés "Les Casques Blancs" dont le siège est à Lorient, 1, rue de Turenne. Le sous-sol local est constitué par
  • le massif de granité grossier à deux micas de Ploemeur qui, là oû il n'est pas fracturé et kaolinisë, peut fournir d'assez belles dalles massives à l'affleurement; c'est ce matériau qui a été utilisé pour la construction du monument. ETAT DES LIEUX - PROPRIETE Au premier abord, le
  • monument se présentait comme un long couloir, ouvert au Sud-Ouest et fermé en léger arrondi à l'extrémité opposée; la lon- gueur totale était de 6,5 m pour une largeur moyenne variant entre 1,2 et 1,8 m. A peu près à mi-longueur, côté Nord-Ouest, se greffait une chambre latérale sub
  • -trapézoTdale de 2 m de long, 1,8 m de large à l'entrée et I m de large au fond. Quelques blocs plus difficiles à interpréter pointaient ici et là dans le secteur Sud, la plupart visiblement déplacés. Enfin, le terrain ayant été nivelé puis rechargé, seul un petit mouvement de terrain le
  • a été assuré dans les locaux du Centre Aéré, fort aimablement rais â notre disposition par les dirigeants de l'association que nous remercions bien sincèrement pour cette aide fort précieuse. La fouille a été menée suivant les méthodes classiques en pareil cas, par décapage
  • progressif avec repérage direct des trouvailles au décamètre et au niveau. Le travail a toutefois dû commencer par un "nettoyage de la plaie" pour extraire et tamiser les terres perturbées et remaniées avant d'attaquer les couches en place. L'intérieur du monument a été fouillé
  • intégralement et trois tranchées de re connaissance ont été menées à l'extérieur, pour reconnaître les traces du tertre : - vers le Nord-Ouest^dans le prolongement du cabinet - vers le Nord-Est, dans Taxe du monument - vers le Sud-Est, â partir de la limite de la partie conservée de la paroi
  • Un vaste décapage a en outre été entrepris autour des dalles apparentes, pour rechercher les traces des structures détruites; ce dernier point n'a pu être mené â terme et s'est limité aux côtés 8ud-Est et Sud-Ouest du "couloir". La fouille n'ayant pas pu être terminée, les
  • tranchées ont toutes été rebouchées avec de la terre meuble recouvrant une feuille de plastique, mesure de sécurité indispensable dans un Heu fréquenté par de nombreux enfants pendant tout l'été. En outre les limites reconnues du tertre entourant le mégalithe ont été matérialisées au sol
  • pour éviter l'extension â l'intérieur de cette zone de nouveaux terrassements. FINANCEMENT Les frais de subsistance des fouilleurs et les petites dépenses courantes de fonctionnement du chantier ont été supportées par le crédit de sauvetage dont disposait la circonscription (Ch. 43
RAP02272.pdf (Vents et fours. du minerai à l'objet. recherches sur la ventilation naturelle en paléométallurgie du fer. rapport final de pcr 2005-2007)
  • projet collectif de recherches
  • Vents et fours. du minerai à l'objet. recherches sur la ventilation naturelle en paléométallurgie du fer. rapport final de pcr 2005-2007
  • ° 0U ' 3t^ 200? RRIER Vents et fours. Du minerai à l'objet (Recherches sur la ventilation naturelle en paléométallurgie du fer) Programme collectif de Recherche Rapport final SRA Bretagne, année 2006 Participants au PCR « Vents et Fours »: Aranda Régis Forgeron
  • -métallurgiste, association Hispamébro et chercheur associé à l'UMR 5060 Chauvel Jean-Jacques Géochimiste, président de la Société Géologique Minière de Bretagne Colliou Christophe Doctorant en archéologie, GRHIS, université de Rouen et Laboratoire Pierre Sue, CEA / CNRS, Saclay ' Dillmann
  • Philippe Chargé de recherches au Laboratoire Pierre Sue, CEA /CNRS Saclay (UMR 5060) Garçon Anne-Françoise (dir.) Professeur Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, responsable du Groupe d'Histoire des Techniques, (GHT/LAMOP, UMR 8589). Girault Nicolas Doctorant en archéologie, Université
  • Paris 1 Panthéon-Sorbonne, équipe d'archéologies environnementales, ArScAn, UMR 7041 Pellequer Simon Etudiant en master 2 Histoire des techniques, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Ploquin Alain Chargé de recherche, CRPG Nancy (UPR CNRS 2300) Vivet Jean-Bernard Responsable
  • d'opération archéologique de prospection thématique sur la paléométallurgie du fer en Haute-Bretagne (1999-2006), chercheur associé à l'UMR 6566 Table des matières INTRODUCTION GENERALE 5 PREMIERE PARTIE - METHODOLOGIE 8 DU MINERAI A L'OBJET : APPROCHE METHODOLOGIQUE 9 I
  • . INTRODUCTION II. APPROCHE CRITIQUE DES GRANDS OUTILS DE PENSÉE : LIGNÉES, COMPLEXES TECHNIQUES, CHAÎNES 9 OPERATOIRES AJ Qu'est-ce qu'une lignée technique ? Complexes, espaces et systèmes techniques La chaîne opératoire : intérêt, limites B/ Cl III. LES GRANDES LIGNÉES TECHNIQUES
  • DE PRODUCTION DES MÉTAUX FERREUX Al Réflexions d'ensemble sur la métallurgie du fer Les grandes lignées techniques de production des métaux ferreux B/ IV. APPLICATION A LA PALEOMETALLURGIE DU FER : LE BAS-FOURNEAU ET LA VENTILATION AJ Mise en place d'une grille de lecture
  • spécifique à la filière loupe/fer-acier B/ Du minerai marchand à la loupe : la métallurgie d'extraction Cl De la loupe à l'objet : la métallurgie de transformation V. CONCLUSION 13 14 20 24 26 26 29 NATURELLE .35 35 38 49 59 LA VENTILATION NATURELLE : A LA RECHERCHE D'UN REFERENTIEL
  • TECHNIQUE I. APPROCHE CRITIQUE DE LA LITTÉRATURE TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE AJ Les principaux arguments de diagnostic des modes de ventilation : A II. AJ III. LA RECHERCHE D'UN REFERENTIEL TECHNIQUE Discussion sur les arguments permettant de diagnostiquer les modes de ventilation
  • : BIBLIOGRAPHIE AJ B/ Cl D/ Ouvrages historiques et techniques : Sites archéologiques : Expérimentations: Données ethnographiques : 66 66 68 81 82 97 97 98 100 102 DEUXIEME PARTIE - REDUCTION 104 PROPOSITIONS, EXPERIMENTATIONS ET REFLEXIONS AUTOUR DE LA REDUCTION DU MINERAI DE FER PAR
  • PROCEDE DIRECT AVEC UNE VENTILATION NATURELLE 105 I. GENERALITES SUR LA REDUCTION DIRECTE AJ B/ Cl II. La structure Principes Mode opératoire LES ENSEIGNEMENTS D'UNE FOUILLE ARCHEOLOGIQUE SUR LE TRACE DE L'AUTOROUTE A/ B/ Cl Dl El III. La structure du four Analyse des
  • fragments Le système de ventilation La fosse de piégeage à scories Discussion et propositions LES EXPÉRIMENTATIONS A/ B/ Cl Dl IV. Premiers essais Proposition Premiers résultats Le four d'expérimentation démontable en terre cuite BILAN ET PROPOSITION D'INTERPRÉTATION Al B
  • ventilation naturelle Bas fourneau en ventilation forcée CONCLUSION : SESSION D'EXPERIMENTATION SCIENTIFIQUE - FETE DU FER 2003 I. 123 125 1 30 134 136 REDUCTION EN BAS FOURNEAU A TIRAGE NATUREL DE DIMENSIONS INTERNES CORRESPONDANT AUX DONNEES ARCHEOLOGIQUES II. CONSTRUCTION DU
  • FOURNEAU III. GRILLAGE DU MINERAI - CONCASSAGE IV. RESULTATS V. PERSPECTIVES ET PROJETS A/ Réalisation de nouvelles opérations de réduction en ventilation naturelle dans un four de grande dimensions B/ Etude du comportement d'une minerai différent en réduction et post-réduction
  • 136 137 138 139 1 40 140 140 ANALYSE DES PRODUITS DE LA REDUCTION DIRECTE EXPERIMENTATION J.-B. VIVET 2002.151 I. LE II. LES ANALYSES CHIMIQUES AJ B/ Cl Dl III. MATERIEL ANALYSE L'argile de l'enduit interne du four Le charbon de bois Le minerai Les scories BILAN CHIMIQUE AJ
  • IV. Fractionnement des éléments CONCLUSION AJ B/ Les résultats positifs Les problèmes résiduels 1 51 152 153 153 155 155 156 1 56 159 159 160 TROISIEME PARTIE - EPURATION 166 QUESTIONS LIEES A L'EPURATION 167 I. INTRODUCTION II. RÉSULTATS AJ B/ Cl III
  • . Expérimentation I : épuration de type « martelage » Expérimentation 2 : de type « grappage » Expérimentation 3 : de type « grappage» DISCUSSION DES RÉSULTATS ; APPORTS ET LIMITES DE L'EXPÉRIMENTATION GLOSSAIRE 167 170 170 173 177 180 183 [Vents et Fours. Du minerai à l'objet - SRA
  • Bretagne 2006] Introduction générale (Anne-Françoise Garçon) Nous dédions ce travail à Jean-Jacques Chauvel, dont la chaleureuse compétence nous a fait si brutalement défaut La paléométallurgie du fer est étudiée par un ensemble conséquent de disciplines : archéologie, histoire des
  • techniques, ethnologie. Ces études, chacune dans leur domaine, ont considérablement fait progresser la connaissance des « savoirs et des savoir-faire »de la métallurgie préindustrielle : meilleure compréhension des procédés, de l'organisation des ateliers, de l'usage des matériaux
  • , minerai, fondant, ajout, ou outil, analyse fine de la chaîne opératoire et des objets, dont témoignent les publications les plus récentes. Mais du simple fait qu'elles ne reposent pas sur les mêmes sources, qu'elles n'interrogent pas les mêmes époques et les mêmes lieux, et qu'elles ne
RAP03144.pdf (HOEDIC (56). Site de Sterflant, sondages, suivi et études archéologiques)
  • HOEDIC (56). Site de Sterflant, sondages, suivi et études archéologiques
  • Site n° 56 085 0032 Opération n°2014 - 311 Sondages, suivi et étude archéologiques du Site de Sterflant ÎLE D’HOEDIC (Morbihan) UMR 6566 CReAAH « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » Rennes 1 Site n° 56 085 0032 Opération n°2014 - 311 Sondages
  • , suivi et études archéologiques du Site de Sterflant ÎLE D’HOEDIC (Morbihan) Marie-Yvane DAIRE, Pau OLMOS, Loïc LANGOUËT, Caroline MOUGNE, Catherine DUPONT, Yann BERNARD et Laurent QUESNEL, avec la collaboration de Jean-Marc LARGE, Meritxell MONRÓS, Pierre BUTTIN Nicolas MOTHAY et
  • Cécile LE CARLIER. UMR 6566 CReAAH « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » Rennes 2 3 SOMMAIRE page Introduction 1 – PRÉSENTATION DU SITE ET DES RECHERCHES 1.1 - Présentation générale Fiche signalétique 1.2 – Le contexte géographique et archéologique
  • 1.2.1 - Localisation et description de l’île dHoedic 1.2.2 – Le contexte archéologique 1.3. Problématique de la vulnérabilité du site et conditions des opérations depuis 2010 1.3.1 - En 2010… 1.3.2 - En 2013-2014 1.3.3 - Évaluation de la vulnérabilité du site archéologique et de son
  • évolution 2 – RÉSULTATS ET BILAN DE L’ÉTUDE de 2010 5 5 5 6 6 6 8 8 12 13 21 2.1 - Emprise et organisation générale des vestiges et structures archéologiques 21 2.2 - Les sondages 25 2.3 - Le mobilier archéologique 26 3 – RÉSULTATS ET BILAN DE L’ÉTUDE de 2014 30 3.1
  • - Emprise et organisation générale du site 30 3.2 - Les sondages 30 3.2.1 - Le sondage 1 3.2.2 - Le sondage 2 3.2.3 - Le sondage 3 3.2.4 - Le sondage 4 3.2.5 - Le sondage 5 24 33 33 35 37 3.3 - Le mobilier archéologique 37 3.4 – Le suivi de l’évolution du trait de côte 39 4 4
  • – LES INVERTÉBRÉS MARINS DU SITE GAULOIS DE STERFLANT : (ÎLE DE HOEDIC; MORBIHAN) : UNE APPROCHE DE L’ÉCONOMIE DE SUBSISTANCE Par Caroline Mougne et Catherine Dupont 41 4.1 - Matériel 41 4.2 – Méthodes 42 4.3 – Taphonomie 43 4.4 - Spectre archéomalacologique 45 4.5
  • - Territoires de collecte 58 4.6 - Comparaison et différences entre Port Blanc et Sterflant 60 4.7 – Conclusion 60 CONCLUSIONS GÉNÉRALES 63 Remerciements 63 Références bibliographiques 64 ANNEXE 1 : Projet ALeRT, présentation résumée 70 ANNEXE 2 Listing des mobiliers collectés
  • 72 5 Introduction Le site archéologique de Sterflant, sur la commune de l’île d’Hoedic (Morbihan), bien connu des archéologues de la région, fait l’objet d’un suivi depuis 2010, dans le cadre du projet ALeRT (Archéologie, Littoral et Réchauffement Terrestre), compte tenu de sa
  • position très exposée et de sa dégradation régulière. Les principales opérations réalisées ont été une série de sondages et relevés sur les structures dégagées dans l’estran (Daire et al., 2010). La vulnérabilité de ce site face aux dégradations naturelles a conduit les chercheurs à
  • engager une nouvelle opération de relevés, destinée à sauvegarder un certain nombre d’informations avant la disparition totale des vestiges visibles, en mai 2014 (Daire et Olmos, 2014 ; Olmos et Daire, 2014) puis en novembre de cette même année. Le présent document propose une synthèse
  • de ces opérations de terrain et des résultats des analyses et traitement en laboratoire. 1 – PRÉSENTATION DU SITE 1.1 - Présentation générale Fiche signalétique Commune : île de Hoedic Département : Morbihan Lieu dit : Sterflant (Schteufleint) N° de site : 56 085 0032
  • Coordonnées Lambert Zone II X= 206,800 Y= 2272,610 Références cadastrales : section AE, 11, cadastre de 1972 Propriétaire du terrain : Conservatoire du Littoral et DPM Adresse du propriétaire : Conservatoire du Littoral. Délégation régionale Quai G. Péri, 22000 - PLERIN. Nature des
  • opérations : Sondages archéologiques. Date : 3-7 novembre 2014 Programme : (2006) 25 – Histoire des techniques, de la Protohistoire au 18 ème siècle. N° d’opération : 2014-3011 Responsables : Marie-Yvane Daire, (Directeur de recherche) et Pau Olmos (Contractuel post-doctorant
  • ) Organisme de rattachement : CNRS Adresse des responsables : UMR 6566 " Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire " (CReAAH), Bâtiments 24-25, Campus de Beaulieu, Université de Rennes 1 – 35042 – RENNES Cedex Mel : marie-yvane.daire@univ-rennes1.fr, pau.olmos-benlloch
  • @univ-rennes1.fr 6 1.2 – Le contexte géographique et archéologique 1.2.1 - Localisation et description de l’île de Hoedic Localisée à 12 milles marins de Quiberon, l’île de Hoedic est située entre Belle-Île-en-Mer et la presqu’île de Rhuys (fig. 1). Comme Houat, elle correspond à
  • un point haut de la dorsale pré-littorale, échine granitique orientée nord-ouest/sud-est et reliant le cap Caval à Saint-Gildas-de-Retz en passant par l’archipel des Glénan et l’île de Groix (Brigand, 2002). C’est une île basse dont l’altitude moyenne est d’environ 6 m et culmine
  • à 25 m. Mesurant 2500 m du nord-est au sud-ouest et 800 m du nord au sud, sa superficie est de 209 ha. L’île est surtout granitique, alternant les granites à grains fins, les pegmatites et des lambeaux de micaschiste et de gneiss. Sur le granite, en de nombreux endroits, des
  • plaques limoneuses très sombres forment autant de paléosols connus des Préhistoriques. Elles sont particulièrement visibles sur les bordures côtières et recèlent systématiquement des vestiges anciens. Certaines d’entre elles, surélevées et contenant des restes de galets, forment des
  • témoins du dernier interglaciaire (Large, 2002, p. 5). Les falaises de l’île, quand elles sont visibles, sont constituées par des granites de faciès d’au moins deux types, avec la présence fréquente de filons de pegmatite. La Pointe du Vieux Château et la côte est de l’île, présentent
RAP02752_1.pdf (TRÉGUEUX (22). rocade d'agglomération briochine : enclos défensif, bâtiment public et habitat nucléé de la tène 2, et leurs développements à la période gallo-romaine et à l'époque médiévale. rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • TRÉGUEUX (22). rocade d'agglomération briochine : enclos défensif, bâtiment public et habitat nucléé de la tène 2, et leurs développements à la période gallo-romaine et à l'époque médiévale. rapport de fouille
  • VOLUME 1 SECTION 1 : DONNEES ADMINISTRATIVES, TECHNIQUES ET SCIENTIFIQUES SECTION 2 : CONTEXTE DE L’OPERATION ET DESCRIPTIONS DES FOUILLES - TEXTE Par Tim Allen, Edward Biddulph, Mark Dodd, Mike Donnelly, Bertrand Gourlin et Cynthia Poole Avec la collaboration de M. Berranger
  • Code INSEE n°: 22 360 N° de site : 22.360.0003, 22.360.0004 Arrêté de prescription de fouille archéologique n°2008-163 du 23 Octobre 2008 Arrêté préfectoral d’autorisation de fouille n°2009-057 du 27 Mai 2009 Mars 2012 n a l d ’o p é r a t i o n Fouilles archéologiques préventives
  • Rapport Rocade d’agglomération briochine (Trégueux - Côtes-d’Armor - Bretagne) Enclos défensif, bâtiment public et habitat nucléé de la Tène 2, et leurs développements à la période galloromaine et à l’époque médiévale Trégueux Sommaire SOMMAIRE VOLUME 1 TEXTE SECTION 1 : DONNEES
  • ADMINISTRATIVES, TECHNIQUES ET SCIENTIFIQUES .......... 1 Fiche signalétique ………………………………………………………………………………..3 Mots-clés du thésaurus ……………………………………………………………………………4 Générique de l’opération ………………………………………………………………………..5 Equipe scientifique ………………………………………………………………………………..6 Notice
  • scientifique …………………………………………………………………………………8 État du site ………………………………………………………………………………………. 11 Documents cartographiques ……………………………………………………………………12 Copie de l’arrêté préfectoral et du cahier des charges scientifiques ……………………..15 Copie du projet d’intervention validé par la préfecture
  • de la Région Bretagne ………..22 (DRAC-SRA) Copie de l’arrêté préfectoral de désignation du responsable d’opération ……………….61 SECTION 2 : CONTEXTE DE L’OPERATION, DESCRIPTIONS ET SYNTHESE DES DONNEES ARCHEOLOGIQUES P – PREFACE
  • .....................................................................................................................63 Contexte géographique, topographique et géologie …………………………………………65 Etat des connaissances avant l’opération de diagnostic ……………………………………65 Evocations des études historiques et archéologiques depuis l’Age du Bronze avant le …67 début de la fouille Le programme de la campagne de
  • fouille et l’équipe ………………………………………..70 Méthodologie de la fouille ………………………………………………………………………70 Stratégie et objectifs de fouille ………………………………………………………………… 72 F - LES FOUILLES F1 : L’activité antérieur à La Tène finale
  • .....................................................................82 F2 : Occupation du deuxième Age du Fer.....................................................................99 F2.1 : L’enclos défensif, Zone 2 ........................................................................................99 F2.2 : L’intérieur de l’enclos 795
  • 3B-3E - l’occupation de la fin de l’âge du fer...........................................181 Bande 1 181 Bande 2 194 Bande 3 219 Bande 4 286 Bande 5 311 Bande 6 329 Bande 7 342 Puits 353 Introduction à l’identification des bâtiments et typologie 360 F3
  • : Occupation Gallo-Romaine...................................................................................363 F3.1 : Zone 2 – la période gallo-romaine .......................................................................363 F3.2 : Activité à l’est de l’enclos
  • .....................................................................................................................491 B : Bibliographie……………………………………………………………………… 497 ii Trégueux Sommaire FOUILLES : LISTE DE TABLEAUX F2.2 : Occupation du Deuxième Age du Fer Tableau F2.2.1 : Trous de poteaux formant le bâtiment d’entrée 787 Tableau 2.2.2 : Structures non datées de l’entrée Tableau F2.2.3
  • Tableau F2.2.4 Tableau F2.2.5 Tableau F2.2.6 Tableau F2.2.7: Dimensions des trous de poteaux dans l’angle oriental Tableau 2.2.9: Dimensions et mobilier des structures de l’angle méridional F2.5 : Zones 3B – 3E – L’occupation de la fin de l’âge du Fer Tableau F2.5.1 : Fantômes de
  • poteaux du bâtiment Groupe 422 Tableau F2.5.2 : Fantômes de poteaux du bâtiment Groupes 434 et 435 Tableau F2.5.3 Fantômes de poteaux du bâtiment groupes 570 et 574* Tableau F2.5.4 : Fantômes de poteaux du bâtiment Groupe 519 Tableau F2.5.5 : Fantômes de poteaux du bâtiment Groupe 575
  • Tableau F2.5.6 : Fantômes de poteaux du bâtiment Groupe 395 Tableau F2.5.7 : Fantômes de poteaux du bâtiment Groupe 576 Tableau F.2.5.8 : Fantômes de poteaux du bâtiment Groupe 582 Tableau F2.5.9 : Fantômes de poteaux du bâtiment Groupes 577 et 578 Tableau F2.5.10 : Fantômes de poteaux
  • du bâtiment Groupe 581 Tableau F2.5.11 : Fantômes de poteaux du bâtiment Groupe 580 Tableau F2.5.12 : Fantômes de poteaux du bâtiment Groupe 598 et de la ligne de poteaux 388 Tableau F2.5.13 : Fantômes de poteaux du bâtiment Groupe 541 Tableau F2.5.14 : Fantômes de poteaux du
  • bâtiment Groupe 542 Tableau F.2.5.15 : Fantômes de poteaux du bâtiment Groupe 584 Tableau F2.5.16 : Fantômes de poteaux du bâtiment Groupe 587 Tableau F.2.17 : Fantômes de poteaux du bâtiment Groupe 588 Tableau F2.5.18 : Fantômes de poteaux du bâtiment Groupe 589 Tableau F2.5.19
  • : Fantômes de poteaux du bâtiment Groupe 590 Tableau F.2.5.20: Fantômes de poteaux du bâtiment Groupe 591 Tableau F2.5.21 : Fantômes de poteaux du bâtiment Groupe 547 Tableau F2.5.22 : Fantômes de poteaux du bâtiment Groupe 596 Tableau F2.5.23 : Fantômes de poteaux du bâtiment Groupe 318
  • Tableau F2.5.24 : Fantômes de poteaux du bâtiment Groupe 347 Tableau F2.5.25 : Fantômes de poteaux du bâtiment Groupe 669 Tableau F2.5.26 : Fantômes de poteaux du bâtiment Groupe 677 Tableau F2.5.27 : Fantômes de poteaux du bâtiment Groupe 675 Tableau F2.5.28 : Poteau du groupe de
  • trous de poteau 694 Tableau F2.5.29 : Fantômes de poteaux du Groupe 624 Tableau F2.5.30 : Fantômes de poteaux du Groupe 699 Tableau F2.5.31 : Bâtiments-groupes 368 F4 : Occupation médiévale Tableau F4.1 : Les faits à l'ouest du fossé 785 et la structure 707 Tableau F4.2 : Les faits
RAP02519.pdf (LILLEMER (35). l'enceinte néolithique. rapport de fouille programmée et de prospection thématique)
  • LILLEMER (35). l'enceinte néolithique. rapport de fouille programmée et de prospection thématique
  • socle en place subsistant parfois entre deux fronts de carrières. Sur le flanc est de la butte, la construction toute récente de trois pavillons individuels a motivé plusieurs interventions d'archéologie préventive. Une opération de diagnostique réalisée par S. Blanchet sur la
  • parcelle 968 a livré quelques vestiges du Néolithique moyen, dont un fragment de coupe à socle décorée de triangles imprimés. Deux opérations de diagnostique et une fouille d'archéologie préventive ont été réalisées par A.-L. Hamon sur la parcelle adjacente (718). Elles furent suivies
  • colloque interrégional sur le Néolithique, Neuchâtel, oct. 2005, Cahiers d'Archéologie Romande n°108, Lausanne, 2007, p.341-351. 8 Bourrelet d'argile = Mut lessivé ? Figure n°2 : Lillemer 2008 -parcelle 733 - sondage 5 - Phasage des différentes occupations reporté sur le plan
  • RAPPORT DE FOUILLE PROGRAMMÉE ET DE PROSPECTION THÉMATIQUE 2009 Lillemer (Ille-et-Vilaine) Rapport de fouilles UMR 6566 CNRS, Rennes, Université de Nantes, CeRAA C. Bizien-Jaglin, J.N. Guyodo, L. Laporte, G. Hamon, Q. Lemouland, A. Lucquin, J. Wattez, V. Bernard, R. March
  • , N. Marcoux et la collaboration de J. Bansard 1 RAPPORT DE FOUILLE PROGRAMMÉE ET DE PROSPECTION THÉMATIQUE 2009 Lillemer (Ille-et-Vilaine) Rapport de fouilles UMR 6566 CNRS, Rennes, Université de Nantes, CeRAA C. Bizien-Jaglin, J.N. Guyodo, L. Laporte, G. Hamon, Q
  • . Lemouland, A. Lucquin, J. Wattez, V. Bernard, R. March, N. Marcoux et la collaboration de J. Bansard 688 Renseignements administratifs Fouille p r o g r a m m é e : Site n° 35 153 003 A H Parcelles n°733, 682, 9 1 5 Coordonnées Lambert : X = 2 9 0 , 3 5 Y = 1104, 65 Titulaire de
  • l'autorisation de Fouilles : L. Laporte Equipe : : C. Bizien-Jaglin, J . - N . Guyodo, L. Laporte Co Direction scientifique du projet Co Direction des fouilles : L. Laporte, C. Bizien-Jaglin Etude Etude Etude Etude Etude du mobilier céramique : G. Hamon du mobilier lithique : J.-N
  • . Guyodo dendro-chronologique : Q. Lemouland, V . Bernard micro-morphologique : J . Wattez des foyers : A. Lucquin, R . March Mise au net des plans : J . Bansard, C. Bizien-Jaglin, Equipe de Fouille : J. Bansard, O. Bouris, G. Brigot, Cozanet, M . Lejay, C. Martin, J.-P. Sourcin. S
  • . Decaen, D. Guérin, T. L e Remerciements Nous tenons à remercier les propriétaires de la parcelle sondée, Madame et Monsieur Delépine, pour leur patience, leur gentillesse et l'attention qu'ils ont toujours portés à nos travaux. Nous avons le plus grand plaisir à remercier la Mairie
  • de Lillemer qui a mis une salle à notre disposition. Elle a toujours accueilli nos recherches avec beaucoup de sympathie. Le CeRAA, à l'initiative de la découverte, a très aimablement facilité nos démarches sur place. Ces travaux n'auraient pas pu être réalisés sans le soutient
  • financier du Conseil Général et celui actif du Service Régional de l'Archéologie, en particulier en la personne de P.-A. Bezombes que nous souhaitons remercier. Sur le terrain, nous avons eu un grand plaisir à travailler avec une équipe de fouille enthousiaste et efficace. Un grand merci
  • à tous. 3 particulièrement Plan I / Présentation générale p. 6 II/ Présentation des travaux 2009 (L. Laporté) p. 10 III/ Les données de terrain (L. Laporte, C. Bizien-Jaglin) p. 13 IV/ Le mobilier céramique (G. Hamon) p. 40 V/ Données chronométriques et Paléo
  • -environnementales (Q. Lemouland) p. 43 VI/ Un aperçu préliminaire des nouvelles structures de combustion fouilles 2008. (A. Lucquin, RMarcK) p. 48 VII/ Actions de valorisation et de communication (C. Bizien-Jaglin) p. 60 VIII/ Eléments de synthèse et perspectives (L. Laporte) p. 72
  • hypothétique Limite parcellaire Enceinte du Néolithique moyen Figure n° 1 : plan général du site de Lillemer - état des connaissances 2005 5 Une enceinte du Néolithique moyen à Lillemer, et ses abords en milieu humide 1/ Présentation générale Rappel des principaux acquis - déjà
  • exposés dans les rapports 2006 à 2008 La butte de Lillemer se situe dans le marais de Dol-de-Bretagne, en arrière de la baie du Mont-Saint-Michel. Entourée de tourbières, elle est située à environ 500 m au nord des terrains qui constituent la limite d'un ancien rivage holocène. Les
  • quelques études paléoenvironnementales disponibles suggèrent, pour le Néolithique moyen, une position de la butte proche de la confluence d'au moins deux profondes rias et non loin de leur embouchure vers le large, au sein d'une baie très largement ouverte. Une vaste roselière
  • s'étendait alors autour de la butte, parsemée de saules et d'aulnes. Depuis sa découverte en 1995, le site de Lillemer a déjà fait l'objet de plusieurs publications (Bizien-Jaglin 1995, 1997, Guyodo et al. 2001, Laporte et al. 2003). I.A/ L'OCCUPATION DE LA BUTTE La butte de Lillemer
  • présente la forme d'une ellipse dont le grand axe est orienté nordest/sud-ouest, avec de fortes pentes latérales et un dénivelé d'une dizaine de mètres entre son point le plus haut et le marais environnant (fig. 1). Le village actuel forme une ceinture tout autour de la butte. Son flanc
  • nord est largement entamé par des carrières modernes, aujourd'hui encore très largement visibles. Le cimetière couvre une partie de son flanc sud. Autant d'éléments qui occultent désormais les traces d'occupation néolithique sur la butte elle-même. Au sommet de la butte, la
  • construction de pavillons individuels a motivé une opération de diagnostique sur les parcelles 760 et 1037, opérations dirigées respectivement par A.-L. Hamon et S. Blanchet (INRAP). Ici les rares vestiges néolithiques repérés proviennent des fosses identifiées sur les quelques lambeaux de
RAP01213.pdf ((35). les châteaux de pierre des Marches de Bretagne. rapport de prospection thématique)
  • (35). les châteaux de pierre des Marches de Bretagne. rapport de prospection thématique
  • ceux de [Chassain, 1993, 261] . Le système après le Moyen L ' encyclopédie exactement château prise en en au à fer Age, ne château. même permet celle 1590, P ermet il que est Cet de si pas penser qu'il l'examen a trouvé. réaménagé apport avec peut Page
  • ", Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, tome LXXI, p. 381-409. Bernier, G., 1982 : "Les pêcheries documents anciens". Les dossiers du CeRAA. n° bretonnes dans 10, p. 65-72. les Bovese, F., 1984 : Le moulin à eau. Le Couasnon (Anjou), mémoire de maîtrise en
  • de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, tome LXIX, p. 163-172. Lanos P., 1982 : "Les mottes castrales de l'arrondissement de Saint-Malo" Les dossiers du CERAA, n° 10, p. 73-105. Page - 38 Leroux G. et Provost A., 1990 Gaule. L ' I 1 le-et-Vi laine . Paris
  • CHATEAU DE LA ROCHE-MONTBOURCHER A CUGUEN ET SON ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL ETUDE ET RELEVES (1994) Volume 1 : TEXTE ET PLANS Jérôme CUCARULL Bernard LEPRETRE CHATEAU DE LA ROCHE-MONTBOURCHER A CUGUEN ET SON ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL ETUDE ET RELEVES (1994) Volume 1
  • : TEXTE ET PLANS Jérôme CUCARULL Bernard LEPRETRE Page - 1 Le travail de ce rapport, de relevés a été effectué, avec l'aide de Mickaél remercier ici chaleureusement. Page - 2 outre Ontrup, les deux auteurs que nous tenons à DESCRIPTION ET INTERPRETATION Page - 3
  • LE CHATEAU Le site proprement dit se divise en deux parties : l'espace résidentiel au Sud Ouest et la basse cour au Nord Est. I- L'environnement. Le château occupe un plateau qui se trouve à la confluence de deux ruisseaux abrupt. côtés, A encaissés. l'Est, Au Sud
  • , existe un le relief est moins escarpé. escarpement Sur très les deux autres des aménagements assurent une solide défense : un fossé et un talus au Nord, une succession fossé / talus / fossé à l'Ouest. Le retranchement situé à l'Est est formé d'une levée de terre de 46 X 46 m
  • . une saillie Les extrémités Nord Est et Sud Est se terminent par de forme circulaire, assurant surveillance de cette partie du site. m. de diamètre. au Nord Ouest arasée, ne et semble subsiste comme flanquement celles et une Elles ont chacune environ 10 Une
  • autre butte ovalaire de 8 X 5 m. haute et basse cour, Il un correspondre à une est visible saignée qui sépare le flanc Sud présentant une continuité. aucun que vestige nous de avons Aubigné . II- L'espace résidentiel. Page - 4 structures rencontrées maçonnées, l'an
  • même dernier a Ses dimensions remblais forme. être ayant Ils peuvent fossilisé forment évaluée au une les limites butte minimum intérieurement sous une m. être déduites par approximatives triangulaire à 2,50 la topographie, m. dont Cet de la plate
  • l'épaisseur espace se forme trapézoïdale de 7,70 m. les peut présente au Sud X 18 à l'Ouest et à l'Est X environ 4 m. au Nord. 1- Le don ion. C'est une tour quadrangulaire de 5 m. Ses murs sont épais de 2,60 m. environ. de côté intérieurement. Il fruit qui démarre au niveau
  • du plafond de présente à sa base un la salle 1. Sa pente est de 1 ' ordre de 15 ° . a- Niveau 1 . Il est aux trois quarts empli par les remblais de démolition. C'est un niveau aveugle, moins 3,50 m. à 4 m. dont la hauteur peut être estimée à au si on la compare
  • avec les niveaux supérieurs. b- Niveau 2. Sa hauteur est de 4 m. Sur elle sa face se présente Nord, sous se trouve forme d'une une meurtrière. fente Extérieurement rectangulaire de 1,75 m. de haut pour 30 cm. de large et est située exactement au centre du parement
  • . très m. Elle présente un ôbrasement simple voûté de 30 large, 2,75 m. de Il est situé à 20 cm. large °. Il est pour une hauteur sous voûte de au dessus du plancher de la salle. Page - 5 2,40 Une semblable meurtrière se trouve sur les parois Est et Ouest. La
  • face Sud est aveugle. c- Niveau 3. Sa hauteur est de 4,10 m. environ. Sur levis. la face Sud, se Extérieurement, supérieure est en quart de trouve elle de rond dont hauteur. le fait porte 0,90 protégée X 1,80 formé de grandes dalles de granit courant de couloir
  • traversant le mur. m. la chaque côté sur logement fait consoles de 40 cm. 10 cm. de Elle un Sa pontpartie avec une moulure la largeur du de large pour 2,50 flèche unique large. de côté et 50 cm. m. toute Ce couloir fait 1 m. Le tablier est mu par une par centrale
  • , repose sur deux de hauteur en forme de L et encastrées dans le parement Sud. Le pont-levis avait première porte de 1 m. cm. une de longueur large et 1,90 m. en retrait par rapport à lui. cavités permettant son blocage à axes de rotation, Le système dont totale il
  • De de 2,10 m. Une de haut se trouve à 25 chaque côté, on trouve deux l'aide d'une poutre de bois. reste des fragments en place, seconde porte sont Les en fer . était renforcé intérieurement le couloir. s'insérer un mur Est. dans L'espace une Elle
  • s'ouvre vers logement entre par les de 10 cm. de levis peut être estimé à 1,60 m. Page - 6 l'intérieur et vient profondeur deux structures fermant reliées situé par le sur le pont- A m. de 80 cm. à large, l'Ouest de la porte, haute de 3,20 m. et se
  • trouve une profonde de 50 niche de cm. 1,50 Elle possède un arc en plein cintre. Sur la face Ouest, au Sud, se trouve un couloir de 75 cm. de large fermé par une porte de 1,80 m. de haut pour 75 cm. de large. Le couloir fait un coude débordante de 1,20 m. qui repose