Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4111 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03259.pdf (NOYAL-CHATILLON-SUR-SEICHE (35). Ilot Floratrait : Pars rustica de la villa de la Guyomerais et voie secondaire antique. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • NOYAL-CHATILLON-SUR-SEICHE (35). Ilot Floratrait : Pars rustica de la villa de la Guyomerais et voie secondaire antique. Rapport de fouille
  • Saint-Léonard au cœur de lotissements construits dans les années 1980 (cf. localisation de l’opération-Partie I). Le terrain soumis à la prescription s’étend sur une surface de 1,2 hectare et se développe sur un plateau à la topographie peu marquée. L’altitude varie entre 25 et 28 m
  • Fouille archéologique Rapport d’opération NOYAL-CHÂTILLON-SUR-SEICHE (Ille-et-Vilaine), Îlot Floratrait Pars rustica de la villa de la Guyomerais et voie secondaire antique sous la direction de Bastien Simier Inrap Grand Ouest Avril 2016 Fouille archéologique Rapport
  • d’opération NOYAL-CHÂTILLON-SUR-SEICHE (Ille-et-Vilaine), Îlot Floratrait Pars rustica de la villa 35 206 Code INSEE de la Guyomerais et voie secondaire antique Nr site - Entité archéologique n°- sous la direction de Bastien Simier avec la collaboration de avec la contribution
  • de Paul-André Besombes Vérane Brisotto Richard Delage Florent Jodry Cécile Le Carlier de Veslud Hervé Morzadec Théophane Nicolas Stéphanie Raux Laurent, Aubry Céline Bélanger Frédéric Boumier Julie Cavanillas Agnès Cherreaux Julie Conan Gwenaël Herviaux Géraldine Joucquand Hugo
  • Le Gouenic Yann Letho-Duclos Nicolas Menez Anne-Sophie Paranthoën Vincent Pommier Marie-Laure Thierry Arrêté de prescription SRA 2013-130 Système d’information Lambert 93, cc48 Code Inrap F104 924 Beta Analytic Inc. Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35 577 Cesson
  • -Sévigné Tél. 02 23 36 00 40  grand-ouest@inrap.fr Avril 2016 Sommaire I. Données administratives, techniques et scientifiques 8 9 10 12 13 13 14 24 Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Localisation de l’opération Notice scientifique État du site Arrêté de
  • prescription Autorisation de fouille II. Résultats 29 29 30 30 37 38 38 39 1. 1.1 1.2 1.2.1 1.2.2 1.3 1.3.1 1.3.2 Le cadre de l’opération Localisation géographique et contexte topographique et géologique Le contexte d’intervention Le contexte archéologique et
  • historique Les résultats du diagnostic Problématiques et méthode de fouille Les problématiques Les conditions techniques de l’opération 39 Le décapage 43 La fouille 43 La post-fouille 45 2. 45 2.1 45 2.2 46 Les traces d'une occupation du Néolithique Description
  • des vestiges préhistoriques Etude du mobilier céramique préhistorique Bibliographie - Période Néolithique 48 3. Les vestiges laténiens 51 51 52 4. 4.1 4.1.1 Les vestiges de l'époque romaine La voie : un axe de circulation associé au développement de la villa de la
  • Guyomerais La chaussée empierrée : F.1331 et F.2412 55 État 1 56 État 2 56 État 3 56 État 4 59 4.1.2 Les fossés bordiers 59 Le fossé 1003/2431 60 Le fossé 2410 61 Le fossé 1006/2423 62 Le fossé 1095/2411 64 Un aménagement de
  • franchissement du fossé 1095 66 Les fossés 1186 et 1224 : une ultime délimitation en bordure de chaussée 66 Corrélation entre les données de 2014 et les sondages de A. Provost 69 4.1.3 Synthèse : Une voie secondaire créee à l'époque romaine, base du développement de la villa
  • de la Guyomerais. 69 Chronologie 69 Etat 1 : un chemin apparu autour du changement d’ère 71 Etat 2 : la création de la limite occidentale de la chaussée, au milieu du Ier s. ap. J.-C. 71 Etat 3 : une importante phase de mise en valeur et d'entretien de la
  • chaussée aux IIe s. et IIIe ap. J.-C. 72 72 Etat 4 : une dégradation lente de la chaussée entre la fin du IIIe s. et le début du IVe. ap. J.-C. Etat 5 : la disparition de la chaussée antique, abandon ou déplacement? 73 Statut de la chaussée 76 4.2 La
  • parcellisation des espaces d'activités en bordure de chaussée 77 4.2.1 Les délimitations de la bande d'activité située à l'ouest de la chaussée 77 L'enclos B 78 La limite occidentale : le linéaire 1046/2491 78 Etat 1 : une clôture sur poteaux plantés de la première moitié du Ier
  • s. ap. J.-C. 78 Etat 2 : une première limite fossoyée apparue au milieu du Ier s. ap. J.-C. 82 Etat 3 : mise en valeur du linéaire au IIe s. ap. J.-C. 83 Etat 4 : La dernière phase de terrassement du linéaire 1046/2491, à la fin du IIe s. ou au début du IIIe s
  • . 84 84 Synthèse : le linéaire 1046/2491, une limite majeure. Les cloisonnements internes de la bande d’activité occidentale. 84 Etat 1 : les premières subdivisions sur poteaux de la première moitié du Ier s. ap. J.-C. 86 Etat 2 : une première série de
  • subdivisions fossoyées, apparue au milieu du Ier s. ap. J.-C 92 Etat 3 : une remise en état du partitionnement de l'état 1 au IIe ap. J.-C. 95 Etat 4 : une nouvelle phase de subdivision à la fin du IIe ou au début du IIIe s. ap. J.-C. 100 4.2.2 Les délimitations de la
  • bande d'activité située à l'est de la chaussée 100 Groupe 1 : une parcellisation de la deuxième moitié du Ier s. ap. J.-C. ? 102 Groupe 2 : une parcellisation orthonormée sur la voie 102 Le fossé 1214 102 Les fossés 1218 et 1183 102 Les fossés 3590, 3573 et
  • 3600 103 Groupe 3 : trois fossés orientés sud-ouest/nord-est 104 4.3 Les vestiges d'activités domestiques, agricoles et artisanales, de part et d'autre de la voie. 104 4.3.1 Les constructions en matériaux périssables 104 L'ensemble 1 : une construction de la première
  • empierrée 113 4.3.2 Les structures de combustion 113 Le four 1022 115 Le four 1024 116 Le four 1234 117 Le four 1238 et la structure 1240 118 Le four 1249 119 Le four 1257 120 Le four 1284 121 Le four 1294 122 Le four 2398 122 Les fours 3574, 3575 et 3599
RAP03180.pdf (CORSEUL (22). Le Val Gravel : étude de la limite sud de la ville antique de Fanum Martis : voieries, auberge et indices d'activités artisanales. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • CORSEUL (22). Le Val Gravel : étude de la limite sud de la ville antique de Fanum Martis : voieries, auberge et indices d'activités artisanales. Rapport de fouille
  • La fosse FS329 70 2.1.3 Les vestiges d’une voie primitive ? 73 2.1.4 Essai de synthèse (fig. 27) 75 2.2 La phase 2 (deuxième quart du Ier siècle de notre ère) 75 2.2.1 Les fossés 75 2.2.1.1 Le fossé FO176 75 2.2.1.2 Le fossé FO261 78 2.2.2 La structure de combustion FY127
  • 80 2.2.3 Un ensemble de trous d’ancrage de poteaux I. Données administratives, techniques et scientifiques 81 2.2.4 La structure excavée CA254 89 2.2.5 Le creusement Us 132 90 2.2.6 La fosse FS337 90 2.2.7 La fosse FS88 90 2.2.8 Essai de synthèse 92 2.3 La phase 3
  • 107 2.3.2.1.5. L’espace D 111 2.3.2.2. L’aménagement constitué par les fosses FS143 et FS144 114 2.3.2.3. Les vestiges d’une construction ? 116 2.3.2.4. Des indices de la mise en place d’un cadre orthonormé 118 2.3.2.5 La fosse FS67 119 2.3.3 Essai de synthèse 121 2.4 La
  • 2.4.2.3 L’aménagement FS117 156 2.4.3 Essai de synthèse 159 2.5 La phase 5 (milieu du IIe siècle-IVe siècle de notre ère) 159 2.5.1 Séquence a 160 2.5.2 Séquence b 160 2.5.2.1 L’évolution de la rue 9 162 2.5.2.2 Les vestiges d’un second chemin creux 163 2.5.2.3 Le fossé FO93 164
  • 2.5.2.4 Le trou de poteau PO311 165 2.5.2.5 Les indices mobiliers 166 2.5.3 Essai de synthèse 168 2.6 La phase 6 (périodes médiévale et moderne) 168 2.6.1 Séquence a 168 2.6.1.1 Le remblai Us 265 169 2.6.1.2. Le remblai Us 181 170 2.6.2. Séquence b 170 2.6.2.1. Les vestiges
  • d’une structure empierrée ? 171 2.6.3 Séquence c 171 2.6.3.1 L’aménagement AM180 172 2.6.3.2 La fosse FS355 174 2.6.4 Essai de synthèse 175 2.7 La phase 7 (période contemporaine) Sommaire 3 4 Inrap · Rapport de fouille Bretagne, Côtes d'Armor, Corseul, Le Val de Gravel
  • tannerie ? 199 2.10.3. Le tissage 200 2.10.4. Les amphores liparotes 201 2.10.5. La structure de chauffe FY127 202 2.10.6. Essai de synthèse 202 2.11 Brève analyse archéozoologique des restes de faune découverts sur le site du Val de Gravel (avec la collaboration de S. Lepetz
  • topographie naturelle du terrain, est pressenti au sud-est de la rue decumane (rue 9). Plusieurs fossés, dont les orientations obéissent à celles des axes viaires, et quelques fosses complètent le panel des vestiges découverts 4 . Hormis une maçonnerie et quelques niveaux de circulation
  • Château de Lessard et de ses annexes. La configuration en plan de la zone de la fouille et la topographie naturelle du terrain nécessite l’intervention d’une seule pelle et de 2 tracteurs-bennes lors du décapage. Cette phase d’ouverture se déroulera en une seule étape et durera 4 jours
  • été contrainte par la topographie naturelle des lieux. Si telle était le cas, et comme pour la construction précédente, l’équipe dressera le plan des vestiges conservés de manière à établir sa fonction. L’opération devra aussi confirmer l’absence de bâtiment à l’ouest du changement
  • Fouille archéologique Rapport final d’opération Bretagne, Côtes-d’Armor, Corseul, Le Val de Gravel Etude de la limite sud de la ville antique de Fanum Martis: voiries, auberge et indices d’activités artisanales sous la direction de Nicolas Ménez FO172 FO94 PO213 Rue H
  • 2015 Accès MR309 Fouille archéologique Rapport final d'opération Etude de la limite sud de la ville antique de Fanum Martis : voiries, auberge et indices d’activités artisanales — 22048 Nr site 2014-108 Lambert 93 CC48 F 107 946 — Arrêté de prescription Système
  • d’information Code Inrap Entité archéologique Code INSEE Bretagne, Côtes d'Armor, Corseul, Le Val de Gravel sous la direction de avec la collaboration de Nicolas Ménez Paul-André BESOMBES Vérane BRISOTTO Richard DELAGE Laure SIMON Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577
  • Cesson-Sévigné Décembre 2015 2 Inrap · Rapport de fouille Bretagne, Côtes d'Armor, Corseul, Le Val de Gravel Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 2 Sommaire 8 Fiche signalétique 9 Mots-clefs des thesaurus 10 Intervenants 12 Notice
  • scientifique 12 Etat du site 13 Localisation de l’opération 14 Arrêté de prescription 23 Autorisation de fouille 26 Projet d’intervention 42 Définition des moyens - Devis de fouille Résultats 47 I Présentation de l’opération archéologique 47 1.1 Le cadre de l’intervention
  • 49 1.2 Le contexte topographique et géologique 51 1.3 Le contexte archéologique 52 1.4 Méthodologie et moyens mis en œuvre 52 1.4.1 Les objectifs de la fouille 53 1.4.2 Le décapage 53 1.4.2.1 Aspects techniques 54 1.4.2.2 Recouvrement des vestiges et perturbations 55
  • 1.4.2.3 La mise en place d’un protocole de détection 57 1.4.3 Déroulement de la fouille 57 1.4.3.1 Le site au terme du décapage : organisation générale et état de conservation 59 1.4.3.2 Les choix de terrain 61 1.4.4 Enregistrement et archivage des données 63 1.4.5 Moyens mis en
  • œuvre 64 1.4.6 Post-fouille et études 65 2 Présentation des vestiges 67 2.1 La phase 1 (fin du Ier siècle avant notre ère - premier quart du Ier siècle de notre ère) 67 2.1.1 Les fossés 67 2.1.1.1 Le fossé FO172 68 2.1.1.2 Le fossé FO331 68 2.1.2.1 La fosse FS12 69 2.1.2.2
  • (deuxième moitié du Ier siècle de notre ère- début du IIe siècle de notre ère) 92 2.3.1 Séquence a : un vaste apport de matériau 92 2.3.2 Séquence b 92 2.3.2.1. Le bâtiment 1 93 2.3.2.1.1. L’espace A 97 2.3.2.1.2. L’espace B 104 2.3.2.1.3. Le fossé FO172 106 2.3.2.1.4. L’espace C
  • phase 4 (première moitié du IIe siècle de notre ère – milieu du IIe siècle de notre ère) 121 2.4.1. Séquence a : la mise en place des fossés FO95 et FO184 125 2.4.2 Séquence b 125 2.4.2.1 Le développement des voiries 126 2.4.2.1.1 La rue H 132 2.4.2.1.2 La rue 9 135
RAP03814 (VANNES (56). Rue Saint Tropez. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • VANNES (56). Rue Saint Tropez. Rapport de fouille
  • 10.1.1 10.1.2 10.1.3 10.1.4 10.2 Essai d'interprétation Synthèse Phase 1 (1ere moitié du Ier siècle) Phase 2 (2e moitié du Ier siècle de notre ère – début du IIe siècle) Phase 3 (début IIe siècle- début IIIe siècle) Phase 4 (fin IIIe –IVe siècle) Mise en perspective 266
  • nous avons amorcé avec le SRA. Pour ces aspects particuliers de topographie et de métrologie urbaine, une étroite collaboration sera donc à développer avec Monsieur Thierry Lohro, ingénieur d’étude au SRA, pour établir des plans précis et engager les analyses et les études
  • Nouvelles données sur un îlot urbain de Darioritum sous la direction de Karine Prêtre Karine Prêtre Sujets et thèmes Edifice public Bâtiment Foyer Voirie Puits Rapport de fouille Chronologie Antiquité Bas Moyen Age Epoque contemporaine La fouille préalable au projet d’aménagement
  • du 13 bis rue de Saint Tropez à Vannes a permis l’étude d’une petite parcelle de 410 m², proche du centre-ville antique de Darioritum, chef-lieu de la cité des Vénètes. L’ensemble des vestiges mis au jour concernent essentiellement la période gallo-romaine. La parcelle prescrite
  • se situe dans une partie urbanisée, proche de la limite supposée de l’agglomération. Ce secteur était encore mal connu et peu documenté. La fouille a révélé la présence d’un îlot urbain occupé dès la première moitié du Ier siècle jusqu’au IIIe/IVe siècle de notre ère. Si l’on
  • excepte quelques traces anecdotiques et non organisées remontant probablement à la période augustéenne, les plus anciennes occupations agglomérées apparaissent dans les premières décennies de notre ère (phase 1). Des traces d’architecture légère sont identifiables sans pour autant
  • permettre une restitution planimétrique précise de l’organisation. Le second point important de cette phase est la mise en place d’une première chaussée relativement sommaire. Cette voirie se maintiendra jusqu’à la fin de l’Antiquité et s’avère être un cadre marqueur du paysage de l’îlot
  • . Aussi fugaces que soit les vestiges de cette phase, une trame d’occupation orthogonale semble d’ores et déjà établit et se développera durant les périodes suivantes. La phase 2 de la fin du Ier siècle au début du IIe siècle rend compte de l’essor du secteur. Elle se traduit par une
  • importante urbanisation. Cette occupation est marquée par un grand bâtiment, incomplètement reconnu, qui se développe contre l’axe de voirie. Différents critères semblent indiquer une occupation dense, comprenant des espaces extérieurs, et suggère un bâtiment de qualité. La pérennité de
  • la chaussée témoigne aussi de son importance dans le paysage. Elle peut être définie comme un cardo de la trame viaire de la ville antique. Cet ensemble se poursuit sans grande modification jusqu’à la fin du Haut Empire. La seconde moitié du IIe siècle (phase 3) correspond à une
  • profonde mutation du site avec une rupture forte vis-à-vis des états antérieurs. La voirie reste le seul vestige qui se maintient, l’ensemble des constructions est abandonné voire même détruit. Il s’agit vraisemblablement d’une véritable réorganisation qui se traduit par un ultime
  • programme architectural, la construction de l’imposant bâtiment à abside. Le bâtiment semble inachevé et il n’a jamais été en fonction. La nature exacte de cette installation pose question mais le plan de l’édifice, en revanche, est caractéristique et paraît tout de même indiquer un
  • édifice thermal public. L’arrêt brutal de ce type de chantier pourrait bien illustrer les difficultés financières éprouvées par la cité des Vénètes au cours de la première moitié du IIIe siècle. L’inachèvement de grands programmes architecturaux comme celui découvert au 13 bis de la
  • rue Saint-Tropez pourrait être la traduction matérielle. A partir du IVe siècle, le site ne semble plus véritablement occupé (phase 4). Les derniers temps d’occupation sont marqués par un dépouillement organisé des maçonneries antiques puis par un retour à l’état agricole. Inrap
  • Grand Ouest Décembre 2019 avec la collaboration de Paul-André Besombes Alain Betton François Briand Emmanuelle Collado Richard Delage Xavier Dubillot Philippe Forré David Gache Stéphanie Hurtin Françoise Labaune-Jean Pierrick Leblanc Solenn Le Forestier Solène Le Padellec Lydie
  • de prescription Système d’information Code Inrap Bretagne, Morbihan, Vannes, 13 bis, rue Saint-Tropez sous la direction de Karine Prêtre Inrap Grand Ouest 37, rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Décembre 2019 avec la collaboration de Paul-André Besombes Alain Betton
  • Richard Camille Robert Julien Villevieille Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique État du site Localisation de l'opération Arrêté de prescription Arrêté de désignation Projet
  • 2.3.1.3 2.3.1.4 2.3.1.5 2.3.1.6 Présentation de l'opération Le cadre de l’intervention Introduction Le contexte archéologique Le contexte topographique et géologique Descriptif technique et scientifique de l’opération Aspects techniques du décapage et de la fouille Les choix de
  • terrain Enregistrement et archivage des données archéologiques Présentation des résultats Remarques préliminaires La phase 1 : première moitié du Ier siècle de notre ére Phase 1a Les premières occupations diffuses du secteur Deux imposantes structures La phase de préparatoire et
  • d’installation du premier niveau de roulement de la voirie La phase 1b Indices de premières constructions maçonnées Les autres structures Conclusion de la phase 1 La phase 2 : deuxième moitié du Ier siècle de notre ère – début du IIe siècle La phase 2a : deuxième moitié du Ier siècle
RAP03723 (CORSEUL (22). 40 rue de l'Hôtellerie. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • CORSEUL (22). 40 rue de l'Hôtellerie. Rapport de diagnostic
  • topographie naturelle. En fonction des découvertes des élargissements ponctuels ont été pratiqués (fig. 7). Comme évoqué ci-dessus, la partie bâtie encore en élévation et concernée par la prescription n’a pas été sondée. Cela n’a aucune incidence sur la vision et l’organisation spatiale
  • construction à la topographie naturelle du site. Cliché 4 : Vue depuis le sud-ouest et de gauche à droite du soubassement 203, de la tranchée de récupération de MR. 205, du sol en plaquettes de schiste 206 et du puits 207 (R. Ferrette-Inrap, 12 03 2019-3966). 36 Inrap · RFO de
  • Mobilier Céramique, Objet métallique, Monnaie. Inrap Grand-Ouest 37 rue du Bignon CS 67737, 35577 Cesson-Sévigné cedex Tél. 02 23 36 00 40, grand-ouest@inrap.fr Avril 2019 Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Corseul (Côtes d’Armor) 40, rue de l’Hôtellerie
  • Sujets et thèmes Urbanisme, Bâtiment, Fosse. Le diagnostic du 40, rue de l’Hôtellerie à Corseul (22) répond au dépôt d’un permis de construire d’un local commercial. Les terrains sondés couvrent une superficie de 1 590 m² et se situent à la sortie orientale du bourg, en amont du
  • ruisseau des Vaux. Sur le plan historique, ils sont le long de l’artère est-ouest principale de Corseul antique, dont le parcours est repris aujourd’hui par la rue de l’Hôtellerie et à l’extérieur du village par la RD 794. Localisé hors du périmètre quadrillé par la trame viaire, ce
  • secteur de l’agglomération romaine est encore très mal renseigné sur le plan archéologique. Les sondages étaient l’opportunité de compléter les connaissances et, pourquoi pas, d’intercepter la nécropole du Haut-Empire. Les quatre tranchées ouvertes ont révélé la présence de vestiges
  • antiques : murs, socles maçonnés, puits à eaux, trous de poteaux, fosses et fossés. Le champ chronologique est large puisque l’implantation humaine remonte à la Tène finale/début de l’époque romaine. Les premières maçonneries sont datées de la fin du Ier s./IIe s., période qui marque un
  • vif essor de Corseul. Le retrait des occupations est plus difficile à cerner mais il pourrait intervenir dans le courant du IIIe s. Aucun indice d’une zone funéraire n’a été observé. Celle-ci peut néanmoins se développer à l’ouest l’intervention, avant les premiers quartiers de la
  • ville. En définitive, le secteur sondé renvoie l’image d’une occupation périurbaine assez longue, qui peut s’expliquer par la proximité du decumanus 1 et du ruisseau des Vaux. Romuald Ferrette Antiquite romaine, Haut-Empire. Rapport final de diagnostic Chronologie Commune de
  • Corseul, Côtes d’Armor 40, rue de l’Hôtellerie sous la direction de Romuald Ferrette Inrap Grand-Ouest Avril 2019 Diagnostic archéologique Rapport final d’opération 22048 40, rue de l’Hôtellerie sous la direction de avec la collaboration de Romuald Ferrette Paul-André
  • Besombes Frédéric Boumier Richard Delage Arnaud Desfonds Stéphanie Hurtin Patrick Pihuit 2018-341 D 126149 Code Inrap Système d’information Arrêté de prescription Entité archéologique Nr Patriarche Code INSEE Commune de Corseul, Côtes d’Armor Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon
  • , 35577 Cesson-Sévigné Tel. 02 23 36 00 40 Avril 2019 Sommaire 5 I Données administratives, techniques et scientifiques 7 8 9 10 11 12 19 22 Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique Localisation de l’opération Arrêté de prescription Projet
  • scientifique d’intervention Arrêté de désignation 23 II Résultats 25 1. Le cadre de l’intervention 25 27 30 30 30 31 32 1.1 Le contexte géographique et géologique 1.2 Le contexte archéologique 1.3 Le cadre méthodologique 1.3.1 Objectifs généraux de l’intervention 1.3.2 Le mode
  • opératoire 1.3.3 L’enregistrement des données 1.3.4 L’analyse des données 32 2. Les résultats 32 32 35 40 2.1 Données générales et présentation de l’information 2.2 Les résultats de la tranchée 1 2.3 Les résultats des tranchées 2 et 3 2.4 Les résultats de la tranchée 4 43 3
  • . Synthèses et conclusions 43 44 47 3.1 Une occupation inscrite dans la durée 3.2 Les aménagements maçonnés 3.3 L’intégration des aménagements au sein de la ville antique 48 4. Bibliographie 49 III Etudes annexes 51 54 1. Etude des mobiliers céramiques et en alliage cuivreux 2
  • . Etude du numéraire 55 IV Inventaires réglementaires 57 58 58 59 Annexe 1 - Inventaire des US Annexe 2 - Inventaire des prises de vues Annexe 3 - Inventaire du mobilier Annexe 4 - Inventaire des figures, des clichés et des tableaux du RFO I. Données administratives, techniques
  • et scientifiques I - Données administratives, techniques et scientifiques 5 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au
  • public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent
  • , au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la
  • propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont
RAP02283.pdf (BAUD (56). Kervin. un camp militaire romain ? dfs de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • BAUD (56). Kervin. un camp militaire romain ? dfs de diagnostic
  • suite à la découverte, par prospection aérienne en 2005 (P. Naas), d'un enclos quadrangulaire à larges fossés, présence gallo-romaine confirmée par un corpus céramique issu de ramassages de surface. Rien dans le paysage et la topographie actuels ne témoigne cependant de quelconque
  • J.-C. (Symonds, 1992 ; Bémont, 1996). Les amphores comprennent un unique fragment de panse (cassé). La pâte fine et les cannelures externes permettent de le rattacher aux amphores vinaires de type gauloise 4 de Narbonnaise en usage à partir de la fin du 1er siècle après J.-C
  • + + + I h S T 0 A R C H I T U T N A T 1 0 N A L R E C H -E R C H E S É 0 L 0 G I Q U € S P R -É V E N T I V E S + + + + + E Rapport de diagnostic V 2007 + Stéphan HINGUANT, Hervé MORZADEC, Françoise LABAUNE-JEAN et Rozenn COLLETER BAUD "Kervin" (Morbihan
  • - Bretagne) Un camp militaire romain ? Dates d'intervention : 09.01.07 - 22.01.07 N° de prescription : 2006/008 N° de projet INRAP : DA 05 0137 01 INRAP Direction interrégionale Grand-Ouest : 37, rue du Bignon, CS 67737, 35577 Cesson-Sévig HZ FICHE SIGNALETIQUE Département : Morbihan
  • Commune : Baud Lieu-dit ou adresse : Kervin Section(s) et parcelle(s) : YB parcelle 532p Coordonnées Lambert II: Abscisses : 200,175 Ordonnées : 2334,450 Propriétaire du terrain : Société Carrefour Property Altitude : 110m. NGF Arrêté de prescription n° : 2006/008 Arrêté de
  • désignation n° : Titulaire : M. Stéphan HINGUANT Organisme de rattachement : INRAP Motif de l'intervention : Permis de construire Dates de l'intervention : Du 09/01/07 au 22/01/07 Surface à diagnostiquer : 40800m2 LISTE DES INTERVENANTS Intervenants scientifiques : SRA : Mme Christine
  • JABLONSKI, Conservateur départemental INRAP: M. Michel BAILLIEU, Assistant scientifique et technique M. Stéphan HINGUANT, préhistorien, responsable de l'opération M. Hervé MORZADEC, protohistorien, infographie Mme Françoise LABAUNE-JEAN, céramologue Melle Rozenn COLLETER, anthropologue
  • Intervenants techniques : M. Frédéric BOUMIER, topographe, INRAP Terrassements mécaniques : Entreprise BEAUSSIRE, Carentan Intervenants administratifs : DRAC, SRA : M. Stéphane DESCHAMPS, Conservateur Régional de l'Archéologie de Bretagne INRAP, Direction interrégionale Grand-Ouest : M
  • vestige. Le diagnostic doit donc s'attacher à déterminer la validité de ce site, d'en établir le degré de conservation et de préciser la chronologie à partir d'éventuels corpus mobiliers. 2 ELEMENTS DU DIAGNOSTIC Surface du projet d'aménagement : 40800m2 Surface diagnostiquée
  • : 4900m2 Contexte géographique, géologique et stratigraphique : La parcelle, située vers 1 lOm.NGF, se développe en rebord de plateau, marquée par deux légères ruptures de pente en direction de la vallée de l'Evel. Le substrat, un micaschiste altéré, a été atteint dans tous les sondages
  • , le toit de la roche apparaissant vers 0,40m en moyenne sous la surface actuelle. Les formations superficielles sont des limons argileux homogènes, et l'on note la présence, à l'interface entre le substrat et ces derniers, d'une couche argileuse englobant de nombreux blocs émoussés
  • de quartz et quartzite. Localement, des filons de quartz cicatrisent la roche en place, selon une direction sensiblement Est-Ouest, alimentant les dépôts meubles en blocs grossiers. Méthode de diagnostic Tranchées continues Tranchées en quinconce Sur décapage intégral Carottages
  • Recherche en archives Géophysique Autres (précisez) B % surface sondée liste des archives consultées 12% Cadastre napoléonien (1867) Photos aériennes IGN mission 1976 Profondeur des sondages : de 0,30m à 0,50m sous la surface actuelle. Substrat atteint : oui /non (si non, précisez
  • pourquoi) Résumé : le diagnostic archéologique a permis de confirmer l'existence d'un enclos vraisemblablement quadrangulaire sur la parcelle 532p. Il pourrait s'agir des vestiges d'un ensemble fortifié compte tenu de la présence de larges fossés (4,50m d'ouverture pour 3,00m de
  • profondeur conservée) auxquels s'adjoignent des tronçons d'un probable talus interne. Cette enceinte, sans doute un carré de 80m de côté, s'inscrit dans un ensemble plus vaste marqué par deux fossés parallèles. Aucune entrée n'a été identifiée sur la zone diagnostiquée et le cliché aérien
  • ne semble pas en démontrer l'existence sur la partie conservée de l'enceinte. Les deux angles accessibles au diagnostic, objets d'une fenêtre de décapage plus large, montrent des aménagements internes et externes particuliers qu'il conviendra d'expliquer dans le cadre d'une
  • interprétation générale du site. L'angle sud-est présente en particulier une partition interne de l'enceinte, marquée par un solin de pierres parallèle au fossé. Des bâtiments s'appuyaient-ils sur le talus ? Le mobilier recueilli au cours de l'opération est constitué de tessons de céramiques
  • dont l'essentiel provient du comblement des fossés externes, les sondages pratiqués dans les grands fossés de l'enceinte proprement dite n'ayant pratiquement pas livrés de vestiges. Notons toutefois que des épandages de mobilier, notamment de nombreux fragments de tegulae et imbrice
  • , parsèment l'intérieur de l'enceinte, témoignant d'un possible niveau de sol conservé. La présence d'un four, de rejets de scories (dont une calotte de forge), de battitures, indiquent des activités métallurgiques. De même, du mobilier métallique a été recueilli, notamment à la surface du
  • remplissage des fossés. Plusieurs éléments structurels et mobiliers semblent donc bien indiquer que nous sommes en présence d'un ensemble fortifié, peut-être de type camp militaire, unité romaine méconnue dans la région. Le mobilier recueilli placerait l'occupation entre la seconde moitié
RAP03687 (VANNES (56). 13-15 rue des 4 frères Creac'h. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • VANNES (56). 13-15 rue des 4 frères Creac'h. Rapport de diagnostic
  • mobilier 61 3. Essai d’interprétation et de synthèse 61 63 3.1 3.2 Essai d’interprétation Informations d’ordre technique 65 4. Conclusion 67 29 36 37 Bibliographie 6 Inrap · RFO de diagnostic Vannes, Morbihan, 13-15 rue des 4
  • (point culminant 17 m) et la Garenne (point culminant 27 m). Les parcelles concernées par l’opération archéologique se situent sur le tiers supérieur du versant sud-est de la colline de Boimoreau. Les terrains présentent une topographie en pente avec un double pendage ; nord-ouest/sud
  • Antiquité, Époque médiévale, Temps moderne Sujets et thèmes Batiment, fondation empierrée, structure urbaine, fosse, fossé, puits, carrière d'extraction, trou de poteau Mobilier Céramique, faune, objet métallique, verre, monnaie Situé dans l’agglomération antique de Vannes
  • , Darioritum, un projet de construction de quarante logements comprenant un immeuble et une maison individuelle, sur une surface de 1 486 m², a déterminé la réalisation d’un diagnostic archéologique. L’exploration a justifié l’ouverture de trois fenêtres qui ont livré une importante densité
  • de vestiges présents sur l’intégralité de la surface sondée. Le diagnostic met en évidence une occupation diachronique des parcelles entre le Ier et la fin de l’époque moderne. Les principaux vestiges concernent la période antique et la période médiévale. L’état de conservation de
  • ces vestiges est bon et paraît, pour l’instant, se développer en six phases archéologiques. La première phase d’occupation se rattache à la période antique du Ier siècle de notre ère. Différents indices ont été mis au jour dans l’ensemble des tranchées de diagnostic, en particulier
  • au sud-est de l’emprise. Ils prennent la forme d’un probable creusement type fosse d’extraction et d’une unité construite, orientée nord-ouest / sud-est, en grande partie récupérée fonctionnant au moins au cours du Ier siècle de notre ère. D’autres traces d’occupation de la
  • première moitié du Ier siècle ont été observées en coupe en partie nord-ouest de l’emprise. Il n’est pas possible à ce stade des investigations d’identifier précisément la nature du bâti. Diagnostic archéologique Chronologie Rapport final d’opération Vannes, 13-15 rue des 4 Frères
  • Creac'h Vannes, Morbihan 13-15 rue des 4 Frères Creac’h sous la direction de Karine Prêtre Cette première séquence est ensuite gommée par un nivellement des surfaces et un apport de remblais. Cette seconde phase témoigne alors d’une occupation antique tardive du IIIe-IVe siècle
  • . La fréquentation du site est marquée par une succession de niveaux de sol et par le caractère émoussé des pierres de certains niveaux. La présence d’axe de circulation est tout à fait probable. Les niveaux d’occupation sont conservés et livrent de précieux éléments de datation
  • . Ces sols sont caractéristiques de sol de cour ou d’espaces piétonnier relativement soignés. Les IIe siècle n’est pas représenté ce qui sous-entend soit une continuité d’occupation sans grand changement soit un véritable hiatus chronologique. La troisième phase du site est marquée
  • par une phase de démolition et de récupération datée du début du IVe siècle. L’époque médiévale est également mise en évidence, principalement dans la tranchée TRD1, par la présence de structures en creux et d’un mur conservé sur une seule assise. Ces découvertes sont attribuables
  • au XIIIe-XVe siècle et correspondent à la quatrième phase du site. Les niveaux sont ensuite oblitérés par une épaisse couche de terre comparable aux parcelles agricoles visibles sur le cadastre napoléonien (cinquième phase). Enfin, la sixième phase est matérialisée par des fosses
  • modernes et contemporaines de rejet. Inrap Grand Ouest  37 rue du Bignon, CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr L’ensemble des résultats de ce diagnostic montre un espace relativement stratifié, occupé tardivement à l’époque antique. Cette observation reste
  • intéressante au vu d’un abandon habituellement rapide du secteur. La superficie disponible de la parcelle et sa localisation dans un contexte urbain antique sont exceptionnelles et offrent de nombreuses perspectives de recherche particulièrement enrichissantes dans le cadre d’une fouille
  • . Inrap Grand Ouest avril 2019 Diagnostic archéologique Rapport final d’opération 13-15 rue des 4 Frères Creac’h 56260 Code INSEE Vannes, Morbihan – 2017-357 – Entité archéologique Arrêté de prescription RGF93/Lambert 93 D121404 Code Inrap Système d’information Nr site
  • sous la direction de Karine Prêtre avec la contribution de avec la collaboration de Richard Delage Paul-André Besombes Julien Villevieille Erwan Bourhis Pierrick Leblanc Patrick Pihuit Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon, CS 67737, 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 avril
  • 2019 I. Données administratives, techniques et scientifiques 5 Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 8 9 10 Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique État du site Localisation de
  • l’opération Arrêté de prescription Arrêté de désignation Projet scientifique 12 12 13 14 23 24 Résultats 29 1. Présentation du diagnostic archéologique 29 32 1.1 1.2 1.3 Circonstances de l’intervention et modalités d’intervention Méthode Contexte
  • géographique et historique 35 2. Présentation des résultats 35 46 49 58 2.1 2.2 2.3 2.4 2.5 2.6 Observations d’ordre général La stratigraphie générale La tranchée n°1 (TRD1) La tranchée n°2 (TRD2) La tranchée n°3 (TRD3) Le mobilier céramique et petit
RAP03168 (RENNES (35). 10-12 rue Saint-Louis : Les occupations de la parcelle 0234 de l'Antiquité à l'époque moderne ; Le jeu de Paume du Pélican. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • RENNES (35). 10-12 rue Saint-Louis : Les occupations de la parcelle 0234 de l'Antiquité à l'époque moderne ; Le jeu de Paume du Pélican. Rapport de fouille
  • et la question de l’écoulement des eaux 236 3.2 La gestion de la topographie 240 3.3 La dynamique de l’occupation 240 3.3.1 Le site du 10-12 rue Saint-Louis avant le milieu du Ier siècle 240 3.3.2 Du milieu du Ier siècle au début du IIIe siècle 244 3.3.3 Le IIIe siècle
  • -Louis (fig. 2). Aujourd’hui, la topographie de ce secteur est largement artificielle et procède de plusieurs phases de remblaiements. En effet, les dépôts antiques apparaissent à une cote proche de 34,70 m alors que le toit des occupations actuelles se trouve aux alentours de 37,45 m
  • constat similaire concerne l’axe nord sud, dégagé sur une longueur de 22 m. En définitive, la topographie relativement plane a autorisé le développement d’une architecture légère sans grandes difficultés. Le sous-sol est constitué des séries redressées du précambrien supérieur qui ont
  • L’intervention du 10-12 de la rue Saint-Louis fait suite au projet de construction d’une maison de la petite enfance par la ville de Rennes (35). Elle concerne deux thématiques principales : l’étude des séquences gallo-romaines et modernes à l’emplacement de la parcelle 0234
  • (volume 1 du RFO) et l’analyse et l’évolution d’un bâtiment en élévation, en l’occurrence une salle du jeu de paume, la salle du Pélican, construite au début du XVIIe siècle (parcelle 1130, volume 2 du RFO). Sujets et thèmes Bâtiment, Jeu de paume, Edifice religieux, Edifice militaire
  • La redécouverte de la salle du Pélican en 2011 reste exceptionnelle et est une réelle opportunité de connaître ce patrimoine, peu souvent étudié. La salle, caractéristique de l’architecture des jeux de paume qui sera normalisée au XVIIIe siècle, est dans un état de conservation
  • remarquable. Datée de 1607 par dendrochronologie, son étude a permis de restituer les parties aujourd’hui disparues et ainsi de pouvoir appréhender l’organisation primitive de l’édifice avec ses galeries hautes et basses. Une recherche documentaire réalisée en parallèle a montré que les
  • propriétaires successifs de la salle sont de grandes familles de parlementaires et ainsi de comprendre qu’en plus d’un sport, la paume est également une activité lucrative. L’étude a fourni de précieux renseignements sur l’intégration de la salle dans le quartier Saint-Aubin qui ne comptait
  • pas moins de huit jeux de paume. Ainsi, l’étude de la salle du Pélican offre un autre visage du quartier, loin de l’image pieuse portée notamment par le couvent des Jacobins situé à proximité et dont le culte à Notre-Dame de Bonne Nouvelle est également en pleine apogée au XVIIe
  • siècle. Paradoxalement, c’est sans doute cette dispersion de l’esprit vers ces jeux jugés décadents qui est à l’origine du déclin de la paume et de la disparition massive des salles. Heureusement, celle du Pélican a reçu une autre affectation en étant transformée en chapelle entre
  • 1686 et 1690, ce qui a permis de préserver en grande partie ses dispositions primitives. D’ailleurs, ce sont ses caractéristiques architecturales qui sont à l’origine d’une transformation somme toute rapide et à moindre coût : il a suffit d’ajouter un transept à l’espace de jeu pour
  • modifier définitivement la perception de la salle. De l’état chapelle, il ne reste plus aucun décor si ce n’est des blocs de calcaire en remploi dans un mur récent qui ont permis néanmoins de restituer un retable Lavallois. Etude de bâti Chronologie Epoque médiévale, Temps modernes
  • , Epoque contemporaine. Rennes (Ille-et-Vilaine) 10 et 12 rue Saint-Louis - Le jeu de paume du Pélican Bretagne, Ille-et-Vilaine, Rennes, 10 et 12 rue Saint-Louis Le jeu de paume du Pélican Volume 2 sous la direction de par Romuald Ferrette Elen Esnault 185 5 11 3 12 9 4
  • 41 40 137 45 14 133 21 Elen Esnault 193 Octobre 2015 Rapport final d’étude de bâti 161 188 plancher sur quenouille 281 23 27 322 282 282 321 286 283 323 320 Sol actuel Sol d’origine Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon, 35577 Cesson-Sévigné Tel. 02 23 36 00 40
  • archéologique Code INSEE Le jeu de paume du Pélican Volume 2 sous la direction de par avec la collaboration de Romuald Ferrette Elen Esnault Paul-André Besombes Véranne Brisotto Arnaud Desfonds Françoise Labaune-Jean 2013-278 Arrêté de prescription Bretagne, Ille-et-Vilaine
  • 2015 sommaire 5 I Données administratives, techniques et scientifiques 6 7 8 10 10 11 12 13 23 25 27 Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique Etat du site Localisation de l’opération Localisation cadastrale Arrêté de prescription Arrêté
  • modificatif de prescription Autorisation de fouille Définition des moyens 31 II Résultats 32 1 Présentation générale 32 33 36 2 Les résultats 36 2.1 Les élévations 64 2-2 La charpente de comble 69 2.3 Les sols 73 2.4 Les sondages des niveaux enfouis 83 2.5 Le bâtiment
  • nord 85 3 L’interprétation des résultats 85 3.1 Un premier jeu de paume ? 32 32 35 36 36 53 56 61 74 77 79 81 1.1 Contexte et enjeu de l’intervention 1.2 Contraintes techniques et méthodologie 1.2.1 Contraintes techniques 1.2.2 Méthodologie 1.3 Communication
  • 2.1.1 Le gouttereau ouest 2.1.2 Le gouttereau est 2.1.3 Le pignon nord 2.1.4 Le pignon sud 2.1.5 La chapelle latérale 2.4.1 Le sondage 1 2.4.2 Le sondage 2 2.4.3 Le sondage 3 2.4.4 Le sondage 3bis 86 3.2 La salle du Pélican 122 3-3 De la salle du Pélican à la chapelle du
  • 314 318 319 321 3.2.1 L’implantation 3.2.2 Les propriétaires 3.2.3 L’organisation architecturale La volumétrie Le mur de bricole La galerie basse et l’accès La galerie haute et l’escalier Les
RAP03529 (CORSEUL (22). La Métrie 2. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • CORSEUL (22). La Métrie 2. Rapport de fouille
  • protohistoriques La structure F.1227 Description Etude taphonomique Datation Contextes de comparaison Essai de synthèse Le fossé F.1601 Un « bruit de fond » protohistorique Essai de synthèse et mise en perspective 88 88 2.2. 2.2.1. Les vestiges antiques Phase 1 (dernier quart du Ier siècle
  • F.1140 Essai de synthèse et mise en perspective Phase 2 (deuxième quart du Ier siècle de notre ère) 96 2.2.2.1. Le fossé F.1516 (état 1) 97 98 99 100 104 105 105 106 107 107 108 110 112 114 115 116 117 118 119 2.2.2.2. 2.2.2.3. 2.2.2.4. 2.2.2.5. 2.2.2.6. 2.2.3. 2.2.3.1
  • . 2.2.3.2. 2.2.3.3. 2.2.3.4. 2.2.3.5. 2.2.3.6. 2.2.3.7. 2.2.3.8. 2.2.3.9. 2.2.3.10. 2.2.3.11. 2.2.3.12. 2.2.4. Le fossé F.1615-F.1591 Le fossé F.1638 Le fossé F.1670 Le puits F.1642 Essai de synthèse et mise en perspective Phase 3 (seconde moitié du Ier siècle de notre ère) Le fossé F
  • .1095 – F.1581 Le fossé F.1567 Le fossé F.1506 Le fossé F.1582 Les vestiges d’une palissade Les vestiges d’un bâtiment sur poteaux La fosse F.1175 Les fosses F.1639 et F.1640 La fosse F.1669 La fosse F.1656 La fosse F.1698 Essai de synthèse et mise en perspective Phase 4 (IIe siècle
  • .1658 La fosse F.1697 Une seconde phase de comblement du puits F.1642 Essai de synthèse et mise en perspective Phase 5 (IIIe siècle de notre ère) 140 142 143 144 2.2.5.1. 2.2.5.3. 2.2.5.4. 2.2.5.5. Le fossé F.1516 (état 2) La fosse F.1503 La fosse F.1668 Essai de synthèse et mise
  • en perspective 145 145 146 147 2.3. 2.3.1. 2.3.2. 2.3.3. Les vestiges médiévaux Le fossé F.1637 La fosse F.1653 Essai de synthèse et mise en perspective 148 148 149 150 2.4. 2.4.1. 2.4.2. 2.4.3. Les vestiges modernes et contemporains Le fossé F.1171 La fosse F.1006 Essai de
  • exhaustif conformément à l’arrêté de prescription. L’épaisseur des stériles est incertaine du fait de l’absence de diagnostic sur cette zone mais devrait se située en moyenne autour de 0,40m, avec un plus fort recouvrement au sud-est de la zone de fouille en raison de la topographie du
  • secteur. Compte tenu de la configuration en plan de la zone de la fouille et de la topographie naturelle du terrain, l’intervention mobilisera une seule pelle et ainsi qu’un bull pousseur lors du décapage. 7/19 , 'RQQpHV DGPLQLVWUDWLYHV WHFKQLTXHV HW VFLHQWL¿TXHV 33 III. Les
  • Fouille archéologique Rapport d’opération CORSEUL (Côtes-d’Armor), La Métrie 2 sous la direction de Nicolas Ménez Inrap Grand Ouest Janvier 2018 Rapport d’opération Fouille archéologique Code INSEE 22048 CORSEUL (Côtes-d’Armor), La Métrie 2 - Arrêté de prescription
  • SRA 2015-532 Système d’information Lambert 93, cc48 F113533 - Nicolas Ménez Code Inrap Entité archéologique Nr site sous la direction de Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35 577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 grand-ouest@inrap.fr Janvier 2018 avec la
  • contribution de avec la collaboration de Paul-André Besombes Vérane Brisotto Richard Delage Jean-Marc Féménias Véronique Guitton Théophane Nicolas Pauline Petit Nolwenn Zaour Julie Conan Romuald Ferrette Laure Simon Sommaire 'RQQpHV DGPLQLVWUDWLYHV WHFKQLTXHV HW VFLHQWL¿TXHV 8 9 10 12
  • 13 14 24 Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Localisation de l’opération 1RWLFH VFLHQWL¿TXH État du site Arrêté de prescription Autorisation de fouille 3URMHW VFLHQWL¿TXH 'p¿QLWLRQV GHV PR\HQV Résultats 51 51 Préambule Remerciements 52 1
  • . Présentation de l’opération archéologique 52 54 55 59 59 59 59 60 60 64 66 68 72 72 72 1.1 1.2 1.3 1.4 1.4.1 1.4.2 1.4.2.1 1.4.2.2 1.4.2.3 1.4.3.1 1.4.3.2 1.4.3.3 1.4.4 1.4.5 1.4.6 Le cadre de l’intervention Le contexte topographique et géologique L’environnement archéologique
  • Méthodologie et moyens mis en œuvre Les objectifs de la fouille Le décapage Aspects techniques Recouvrement des vestiges et perturbations La mise en place d’un protocole de détection Le site au terme du décapage : densité, organisation générale et état de conservation La stratégie de
  • fouille La fouille manuelle du puits F.1642 Enregistrement et archivage des données Moyens mis en œuvre Post-fouille 74 2. Présentation des vestiges 74 74 74 81 83 83 85 86 86 87 2.1. 2.1.1. 2.1.1.1 2.1.1.2 2.1.1.3 2.1.1.4 2.1.1.5 2.1.2. 2.1.3. 2.1.4. Les vestiges
  • avant notre ère –premier quart du Ier siècle de notre ère) 88 89 90 91 92 93 93 94 96 2.2.1.1. 2.2.1.2. 2.2.1.3. 2.2.1.4. 2.2.1.5. 2.2.1.6. 2.2.1.7. 2.2.1.8. 2.2.2. Le fossé F.1088 Le fossé F. 1170 Le fossé F.1602 Le fossé F.1641 Le fossé F. 1149 - F.1165 Le fossé F.1089 Le fossé
  • de notre ère) 119 122 124 133 135 136 137 138 138 140 2.2.4.1. 2.2.4.2. 2.2.4.3. 2.2.4.4. 2.2.4.5. 2.2.4.6. 2.2.4.7. 2.2.4.8. 2.2.4.9. 2.2.5. Le mur F.1515-F.1600 Les lambeaux d’une surface de circulation Le bâtiment F.1199 La fosse F.1198 Les fosses F.1643 et F.1644 La fosse F
  • .1657 2.5.2.14. La fosse F.1659 2.5.2.15 La fosse F.1663 2.5.2.16. La fosse F.1665 2.5.2.17. La fosse F.1666 2.5.2.18. La fosse F.1672 2.5.2.19. La fosse F.1673 2.5.2.20. La fosse F.1695 2.5.2.21. La fosse F.1696 2.5.3. Les trous d’ancrage de poteau 2.5.3.1. Le groupe 1 2.5.3.2. Le
  • groupe 2 2.5.3.3. Le groupe 3 2.5.3.4. Le groupe 4 2.5.3.5. Le groupe 5 2.5.3.6. Le groupe 6 2.5.3.7. Le groupe 7 2.5.3.8. Le groupe 8 2.5.3.9. Le groupe 9 2.5.3.10. Les trous d’ancrage de poteau isolés 2.5.5. Les autres structures 2.5.5.1. La structure F.1078 2.5.5.2. La structure F
  • .1545 2.5.5.3. Le puits F.1569 2.5.5.4. La céramique F.1212 197 2.6. Les structures non fouillées 198 200 3.1. 3.2. 6\QWKqVH FKURQRORJLTXH HW FRQFOXVLRQ Evolution de l’occupation du site de La Métrie 2 Conclusion 201 4. Bibliographie Annexes 206 206 208 209 248 256
RAP03574 (CORSEUL (22). La Métrie 1 : La frange ouest de la ville antique, ses apports à la connaissance et à l'organisation du chef-lieu de la cité des Coriosolites. rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • CORSEUL (22). La Métrie 1 : La frange ouest de la ville antique, ses apports à la connaissance et à l'organisation du chef-lieu de la cité des Coriosolites. rapport de fouille
  • 2.5.1.1 Description des aménagements 298 2.5.1.2 Chronologie de l’organisation C1 300 2.5.1.3 Essai d’interprétation 301 2.5.2 L’organisation C2 301 2.5.2.1 304 2.5.2.2 Description des aménagements Chronologie de l’organisation C2 305 2.5.2.3 Le puits à eau 207 et la
  • eau 1301 346 Essai de restitution spatiale du corps ouest 348 2.6.6.6 La clôture méridionale 351 2.6.6.7 Chronologie de l’UC 6 $QDO\VH PpWURORJLTXH GH O¶8& 352 /HV SURSRUWLRQV JpQpUDOHV GH O¶pGL¿FH 353 Les dimensions du quadriportique 354
  • parcelles 480, 1121 et 783 qui feront l’objet d’un décapage exhaustif conformément à l’arrêté de prescription. L’épaisseur des stériles est variable et s’inscrit entre 30 et 80 cm, avec un fort recouvrement au sud-est de la zone de fouille en raison de la topographie du secteur. La
  • configuration en plan de la zone de la fouille et la topographie naturelle du terrain nécessite l’intervention d’une seule pelle et de 2 tracteurs-bennes lors du décapage. En revanche, compte tenu de la nécessité probable de stocker sur place les déblais du décapage, ce dernier se déroulera
  • Fouille archéologique Rapport d’opération CORSEUL (Côtes d’Armor), La Métrie 1 La frange ouest de la ville antique. Ses apports à la connaissance et à l’organisation du chef-lieu de la cité des Corisoolites. Volume I - Etudes archéologiques sous la direction de Romuald
  • Ferrette H. Paitier-Inrap. Inrap Grand Ouest Mai 2018 Fouille archéologique Rapport d’opération CORSEUL (Côtes d’Armor), La Métrie 1 La frange ouest de la ville antique. Ses apports à la connaissance et à l’organisation du chef-lieu de la cité des Corisoolites. 22048 avec la
  • contribution de avec la collaboration de Romuald Ferrette Paul-André Besombes Vérane Brisotto Agnès Cheroux Julie Conan Richard Delage Pauline Petit Emmanuelle Collado Stéphanie Le Berre - Nr site Arrêté de prescription SRA 2014-107 Système d’information Lambert 93 Code Inrap
  • F107 943 Entité archéologique sous la direction de Elise Fécamp Serge Le Maho Nicolas Ménez Laure Simon n°- Code INSEE Volume I - Etudes archéologiques Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35 577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 grand-ouest@inrap.fr Mai 2018
  • Sommaire Volume I Données administratives, WHFKQLTXHV HW VFLHQWL¿TXHV 12 Fiche signalétique 13 14 Mots-clefs des thesaurus Intervenants 16 Localisation de l’opération 17 1RWLFH VFLHQWL¿TXH État du site 18 Arrêté de prescription 26 Autorisation de fouille 'p¿QLWLRQ
  • GHV PR\HQV 3URMHW VFLHQWL¿TXH G¶LQWHUYHQWLRQ Résultats 51 1. Présentation de l’opération 51 1.1 Le cadre de l’intervention 51 51 1.1.1 1.1.2 Introduction Le contexte topographique et géographique 54 57 1.1.3 1.1.4 Le contexte historique et archéologique
  • L’intervention de La Métrie 1 au sein de la ville antique de Corseul 57 1.1.4.1 Les données des prospections aériennes 58 1.1.4.2 Les opérations au sol depuis 2002 60 1.1.4.3 L’apport de la fouille de La Métrie 1 dans la compréhension de la sortie ouest de la ville antique 61 1.2
  • . Le diagnostic de 2013 et les problématiques de l’opération 61 1.2.1 Les résultats du diagnostic /D SUHVFULSWLRQ GH IRXLOOH HW OH SURMHW VFLHQWL¿TXH G¶LQWHUYHQWLRQ GH O¶,QUDS 'HVFULSWLI WHFKQLTXH HW VFLHQWL¿TXH GH O¶RSpUDWLRQ 66 1.3.1 Le
  • décapage 66 1.3.1.1 Le décapage du secteur nord 67 1.3.1.2 Le décapage du secteur sud 69 1.3.1.3 Un décapage complémentaire au sud 70 1.3.1.4 La mise en évidence de points de pollution, les perturbations récentes et contraintes. 72 74 1.3.2 1.3.3 Le site La Métrie 1 au
  • terme de la phase d’ouverture La stratégie de fouille et les choix de terrain 74 1.3.3.1 Principes généraux 78 1.3.3.2 Conclusion 78 1.3.4 L’enregistrement des données 3UpOqYHPHQWV HW DQDO\VHV &DOHQGULHU G¶H[pFXWLRQ HW PR\HQV PLV HQ °XYUH 80 1.3.6.1
  • La phase terrain 81 1.3.6.2 Le post fouille 81 1.4. Valorisation et communication 82 2. Les occupations antiques 82 2.1 Les axes de circulation 82 2.1.1 Un axe majeur : la rue 7 (axe 1) 84 2.1.1.1 86 Une limite foncière majeure au nord de la rue 7 : le linéaire
  • 529 101 2.1.1.4 La rue 7 : les sondages 73, 519, 79, 530, 532 et 551 101 La chaussée 106 La limite méridionale de la rue 7 : les fossés 1575 et 1640/1641 107 Eléments de chronologie absolue 107 2.1.1.5 Le parcours de la rue 7 en aval du sondage 79 110 2.1.1.6 Un
  • chemin au sud de la rue 7 : l’axe 3 6\QWKqVH VXU OD UXH HW OH OLQpDLUH 114 2.1.2 L’axe 2 114 117 118 120 2.1.3 2.1.4 2.1.2.1 Les vestiges de l’axe 2 5HODWLRQ HQWUH O¶D[H HW OH WUDFp IRVVR\p 2.1.2.3 Conclusion sur
  • l’axe 2 L’axe 4 L’axe 5 120 2.1.4.1 Présentation des données 121 2.1.4.2 Discussion chronologique et interprétation 123 127 2.1.5 2.1.6 127 L’axe 6 La surface de circulation 8 et le fossé 211 2.1.6.1 Le fossé 211 127 Les stratigraphies 130 Eléments de chronologie
  • absolue 131 Conclusion sur le fossé 211 131 2.1.6.2 L’aire de circulation 8 131 Les stratigraphies 134 Eléments de chronologie absolue 135 Conclusion sur l’aire de circulation 8 137 2.2 137 2.2.1 Les organisations parcellaires au nord de la rue 7 Un enclos augustéen
  • 137 2.2.1.1 Description des vestiges 139 2.2.1.2 Eléments de chronologie absolue (R. Delage-Inrap) 139 2.2.1.3 Conclusion 141 2.2.2 La chronologie relative entre les trames 1, 2, et 3 au nord de la rue 7 141 2.2.2.1 Présentation des stratigraphies 145 2.2.2.2
RAP02761.pdf (MONTGERMONT (35). ZAC des Petits Prés : un établissement rural antique. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • MONTGERMONT (35). ZAC des Petits Prés : un établissement rural antique. rapport de diagnostic
  • , ancien chef-lieu des Riédons à l’époque gallo-romaine (cf. Localisation de l’opération). La zone d’étude se situe entre 48,20 m et 60,70 m d’altitude. Le terrain présente une topographie régulière avec une pente d’environ 2,3 % orientée vers le sud-est, n’impliquant aucune contrainte
  • Fouille archéologique Rapport final d’opération Montgermont, Ille-et-Vilaine, ZAC des Petits Prés Un établissement rural antique sous la direction de Sandra Sicard Inrap Grand Ouest juin 2012 Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Un établissement rural
  • antique 35 189 Code INSEE Montgermont, Ille-et-Vilaine, ZAC des Petits Prés Arrêté de prescription 2011-073 Code Inrap DA05043801 sous la direction de Sandra Sicard avec la collaboration de Paul-André Besombes Richard Delage Joseph Le Gall Laure Simon Myriam Texier Inrap
  • Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné juin 2012 Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 6 7 8 9 10 11 13 Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique Localisation de l’opération Arrêté de prescription
  • Arrêté de désignation 17 17 18 20 20 20 Introduction Circonstances de l’intervention Contexte archéologique de l’intervention Stratégie et méthodes mises en œuvre Cadre géographique et géologique de l’intervention Cadre géographique et topographique général Résultats 25 25 25 41 47
  • 49 63 65 L’occupation antique Présentation générale Observations par type de structures Les tombes et structures liées à la pratique de la crémation Synthèse – Des tombes à crémation du Haut-Empire et une offrande alimentaire Étude du mobilier céramique Les monnaies Synthèse 67
  • 67 67 69 Les indices d’une occupation protohistorique Présentation générale Présentation par type de structures Synthèse 71 Bibliographie Inventaires techniques 75 81 87 91 95 Inventaire n° 1 – Inventaire des faits Inventaire n° 2 – Inventaire du mobilier archéologique par
  • tranchée Inventaire n° 3 – Inventaire du mobiler céramique gallo-romain Inventaire n° 4 – Inventaire de l’instrumentum Inventaire n° 5 – Inventaire du mobiler céramique protohistorique I. Données administratives, techniques et scientifiques 6 Inrap · RFO de diagnostic
  • Montgermont, Ille-et-Vilaine, ZAC des Petits Prés − Un établissement rural antique Fiche signalétique Localisation Propriétaire du terrain Organisme de rattachement Région Territoires et Développement, Rennes Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné et Centre
  • archéologique Inrap 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Bretagne Département Ille-et-Vilaine(35) Commune Montgermont Adresse ou lieu-dit ZAC des Petits Prés Codes code INSEE 35 189 Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence x : 1348750
  • y : 7228000 z : 60 à 49 m NGF Références cadastrales Références de l’opération Numéro de l’arrêté de prescription 2011-073 Numéro de l’arrêté de désignation 2012-004 Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement Territoires et Développement, Rennes Nature de l’aménagement ZAC
  • Opérateur d’archéologie Inrap Grand Ouest Responsable scientifique de l’opération Sandra Sicard, Inrap Commune Montgermont Année Surface à diagnostiquer 109 106 m2 2011 Surface sondée section(s) 7% AD parcelle(s) 1-2-3-17-33-59 Niveau d’apparition des vestiges entre 0,30 m et
  • 0,60 m Dates d’intervention sur le terrain du 20/02/2012 au 09/03/2012 7 I. Données administratives, techniques et scientifiques Mots-clefs des thesaurus Chronologie Sujets et thèmes Mobilier nb Édifice public Industrie lithique Inférieur Édifice religieux Industrie
  • Abri Inscription Paléolithique Néolithique Antiquité romaine (gallo-romain) République romaine Mégalithe Empire romain Artisanat Haut-Empire (jusqu’en 284) Argile : atelier Bas-Empire (de 285 a 476) Atelier Études annexes Époque médiévale Géologie haut Moyen Âge
  • Datation Moyen Âge Anthropologie bas Moyen Âge Paléontologie Temps modemes Zoologie Époque contemporaine Botanique Ère industrielle Palynologie Macrorestes An. de céramique An. de métaux Aca. des données Numismatique Conservation Restauration 8 Inrap · RFO de diagnostic
  • Montgermont, Ille-et-Vilaine, ZAC des Petits Prés − Un établissement rural antique Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Sandra Sicard , Inrap Chargée d’opération et de recherche
  • Responsable scientifique Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Deschamps, SRA Conservateur régional de l’Archéologie Prescription et contrôle scientifique Yves Menez, SRA Adjoint au Conservateur régional
  • Prescription et contrôle scientifique Paul-André Besombes, SRA Ingénieur d’études Prescription et contrôle scientifique Jean-Yves Tinevez, SRA Ingénieur d’études Prescription et contrôle scientifique Marc Talon, Inrap Directeur interrégional par intérim Mise en place et suivi de
  • l’opération Arnaud Dumas, Inrap Administrateur Mise en place et suivi de l’opération Michel Baillieu, Inrap AST Bretagne Mise en place et suivi de l’opération Thomas Arnoux, Inrap Assistant AST Mise en place et suivi de l’opération Christelle Picault, Inrap Assistante AST
  • Planification des personnels Marie Nolier, Inrap Logisticienne Logistique Intervenants administratifs Nathalie Ruaud, Inrap Assistante de gestion Logistique Olivier Laurent, Inrap Gestionnaire de base Gestion du matériel Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques
RAP01648.pdf ((22)(35). paléométallurgie du fer dans le bassin de la Rance 1999 - le rocher Abraham en Saint-Pierre-de-Plesguen. rapport de prospection thématique avec sondages.)
  • (22)(35). paléométallurgie du fer dans le bassin de la Rance 1999 - le rocher Abraham en Saint-Pierre-de-Plesguen. rapport de prospection thématique avec sondages.
  • N° 35 308 021 AH PROSPECTION THÉMATIQUE (1/3) PALÉOMÉTALLURGIE DU FER DANS LE BASSIN DE LA RANCE 1999 Sondage archéologique LE ROCHER ABRAHAM EN ST PIERRE DE PLESGUEN Jean-Bernard VIVET A Mo, * 7 DEC. î90| PROSPECTION THÉMATIQUE (1/3) PALÉOMÉTALLURGIE DU FER DANS LE
  • BASSIN DE LA RANCE LE ROCHER ABRAHAM EN ST PIERRE DE PLESGUEN Sondage archéologique 1999 Jean-Bernard VIVET Nous remercions le Conseil Général d'Ille-et-Vilaine, le Ministère de la Culture et de la Communication et le Service Régional d'Archéologie de Bretagne pour Fattribution
  • des subventions et financements qui ont permis la réalisation de l'opération de prospection thématique traitant de la paléométallurgie du fer dans le bassin de la Rance, au sein de laquelle s'intègre le sondage effectué au Rocher Abraham en St-Pierre-de-Plesguen (35). Nous
  • exprimons notre gratitude à M. Jean-Baptiste LEBESLOUR propriétaire du terrain, et à M. CHILOUX, exploitant, pour leur aimable autorisation. Pour leur participation bénévole au chantier, dans des conditions météorologiques pour le moins peu clémentes et même éprouvantes, nous tenons à
  • aux travaux de post-fouille, et notamment au lavage, marquage du mobilier archéologique, et aide à la mise en forme des documents d'illustration : Jacqueline LAPERAS, Jeannine ANNE, Catherine BIZIEN, Vincent BLIARD, avec une mention particulière pour mon épouse Elisabeth VIVET
  • . Nous exprimons toute notre amicale reconnaissance à Monsieur Jean-Jacques CHAUVEL, chercheur émérite de l'Institut de Géologie de Rennes, pour son investissement dans la partie analytique de cette entreprise, ainsi qu'à Phihppe LANOS pour la mise en œuvre d'une datation
  • archéomagnétique de l'un des fourneaux. Enfin, nous remercions le Centre Régional d'Archéologie d'Alet (Ce.R.A.A.) à St Malo, du soutien logistique apporté à cette opération. 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION p. 4 1. Contexte de recherche 2. Mise en œuvre du sondage H. p. 4 p. 7 LES
  • STRUCTURES I. LES BAS FOURNEAUX P. 9 1.1. Le bas fourneaux Fl 1.2. Le bas fourneaux F2 p. 9 p. 15 2. LES AUTRES STRUCTURES P. 19 2.1 2.2 2.3 2.4 2.5 2.6 2.7 2.8 Structure S8 : zone charbonneuse de rejet de scories et parois Fosse -Fossé S10 Structure S5 : aire de charbonnage
  • - fosse de rejet Aire de charbonnage S4. Poches d'argile S6 et S7 : témoins très probables du façonnage du fourneau Structure charbonneuse S3 Fosse de rejet charbonneuse S3 bis et fossé-rigole d'assainissement Structure charbonneuse SU P. 19 p. 19 p. 19 p. 21 p. 23 p. 23 p. 27 p. 30
  • Rocher Abraham avant fouille (Vivet,97) schéma de principe d'un bas fourneau Vivet,97) 2 Photo n°l : Vue aérienne du site du Rocher Abraham, à la croisée des communes de Meillac, Lanhélin, et St Pierre de Plesguen (cliché C. Bizien). Photo n°2 : Vue aérienne du secteur de fouille
  • . On distingue (au centre) les deux bas fourneaux et les structures charbonneuses, rectangulaires à l'est (côté arbres) (cliché C. Bizien). 3 I. INTRODUCTION 1. CONTEXTE DE RECHERCHE 1.1 Cadre de la recherche Cette opération de prospection thématique s'inscrit dans le cadre du programme
  • P25, à l'intérieur du thème prioritaire " mines et métallurgie ". Elle porte sur la paléométallurgie du fer dans le bassin de la Rance. 1.2 Problématique 1) deux grandes familles de sites et gisements Le recensement des sites et gisements, initié depuis plus de 20 ans au CeRAA (St
  • Malo), dans le cadre des opérations de prospection-inventaire du nord de la Haute-Bretagne et les études menées sur ce thème (Lanos, 1984 et Vivet, 1997) ont permis de mettre en évidence un ensemble fourni de gisements de paléométallurgie du fer dans cette zone (plus de 120
  • gisements). Ces travaux ont permis de reconnaître deux grandes familles de gisements bien distinctes. Elles se différencient sur le plan technologique d'une part et sur le plan des indices chronologiques d'autre part. - La première famille (60 % des cas environ) se caractérise tout
  • d'abord par le mode de fonctionnement de l'appareil de réduction du minerai, qui dans la majorité des cas, ne semble pas laisser couler la scorie à l'extérieur du fourneau. Les aires d'activité observées sont de petites dimensions (10-15 m de diamètre la plupart du temps) et très bien
  • circonscrites. Elles contiennent essentiellement des scories en coulures internes visqueuses en assez grand nombre, sans que l'on puisse parler de véritable ferrier constitué, et des fragments de parois scoriacés indiquant la présence très probable de bas fourneaux sur place. L'absence
  • d'écoulement de la scorie à l'extérieur, s'opposant à une réutilisation aisée de l'appareil, est sans doute à mettre en relation avec la multiplication de ces emplacements de réduction à faible distance les unes des autres dans certains secteurs. Les éléments disponibles actuellement pour
  • ces gisements ne permettent pas de leur attribuer une période chronologique, même large. - La deuxième famille témoigne de l'existence de bas fourneaux fonctionnant avec évacuation de la scorie. Les aires occupées par les gisements appartenant à cette famille sont bien plus
  • grandes que les précédentes et sont couvertes de scories en plaques ou plaquettes en très grand nombre. On y observe de vrais ferriers. On a pu établir, ce qui constitue un des résultats importants obtenus, que ces gisements se retrouvent systématiquement associés à du mobilier gallo
  • -romain. 4 2) Le problème de la datation L'attribution chronologique des gisements inventoriés dans la région est une question difficile, non encore résolue. - En ce qui concerne la première famille et dans l'état actuel de la question le mobilier céramique collecté au sol, la
Noyal-Chatillon-sur-Seiche. Allée des Brossais (NOYAL-CHATILLON-SUR-SEICHE (35). Allée des Brossais. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • NOYAL-CHATILLON-SUR-SEICHE (35). Allée des Brossais. Rapport de diagnostic
  • sur cet extrait est géré par le centre des impôts foncier suivant : RENNES (Pole Topographie et Gestion Cadastrale) Accueil 2, boulevard Magenta 35023 35023 RENNES CEDEX 9 tél. 02.99.29.37.55 -fax 02.99.29.37.85 ptgc.350.rennes@dgfip.finances.gouv.fr Cet extrait de plan vous est
  • Age du Fer, Antiquite romaine. Sujets et thèmes Villa, Fosse. Mobilier Céramique, Objet métallique, Monnaie. Le diagnostic réalisé à Noyal-Châtillon-sur-Seiche (35), allée des Brossais, s’inscrit dans le périmètre intéressant la villa de La Guyomerais explorée pour la
  • première fois dans les années quatre-vingt. La parcelle sondée, d’une surface de 1 096 m² (section AO, 945), jouxte à l’ouest la fouille préventive menée en 2012 par l’Inrap sur les balnéaires et l’aile ouest de la résidence. Le plan général de l’établissement souligne que
  • l’intervention se situe cependant à la marge des organisations principales qui accompagnent l’essor du site au Haut-Empire. C’est pourquoi l’absence d’un bâti important était attendu. A l’inverse, la parcelle 945 pouvait recéler des fossés, des évacuations ou drains en lien avec le
  • fonctionnement et le développement de la villa. Les cinq tranchées ont révélé des vestiges antiques qui se résument avant tout à des segments de fossés couvrant plusieurs siècles et à trois tronçons de drains ou d’évacuations liés au fonctionnement de l’un des balnéaires et de l’aile ouest de
  • la villa. Quelques sols ou remblais de démolition étalés dès l’Antiquité sont parfois présents. Le mobilier céramique est assez pauvre en quantité malgré la proximité de la pars urbana. Les monnaies, au nombre de 12, datent, à l’exception d’un potin turon, de la fin du IIIe s. et
  • du IVe s. Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Chronologie Commune de Noyal-Châtillon-sur-Seiche, Ille-et-Vilaine Allée des Brossais sous la direction de Romuald Ferrette En conclusion, on retiendra, comme pressenti avant l’intervention, l’absence d’édifice
  • maçonné et une organisation en deux grandes périodes chronologiques des vestiges. Le diagnostic apporte des compléments à la fouille 2012. Il confirme une situation de la parcelle 945 à la marge des principales organisations antiques. Inrap Grand-Ouest 37 rue du Bignon CS 67737, 35577
  • Cesson-Sévigné cedex Tél. 02 23 36 00 40, grand-ouest@inrap.fr Novembre 2018 Inrap Grand-Ouest Novembre 2018 Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Allée des Brossais 35206 Code INSEE Commune de Noyal-Châtillon-sur-Seiche, Ille-et-Vilaine sous la direction de D
  • 124291 Code Inrap Système d’information Arrêté de prescription 2018-187 Entité archéologique Nr Patriarche Romuald Ferrette Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon, 35577 Cesson-Sévigné Tel. 02 23 36 00 40 Novembre 2018 Sommaire 5 I Données administratives, techniques et
  • scientifiques 7 8 9 10 11 12 13 19 21 Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique Localisation de l’opération cadastre Arrêté de prescription Projet scientifique Arrêté de désignation 23 II Résultats 25 1. Le cadre de l’intervention 25 25 29 29 29 29
  • 30 31 1.1 Le contexte topographique et géographique 1.2 Le contexte archéologique 1.3 Le cadre méthodologique 1.3.1 Objectifs généraux de l’intervention 1.3.2 Le mode opératoire et les contraintes 1.3.3 L’enregistrement des données 1.3.4 L’analyse des données 32 2. Les
  • résultats 32 35 36 36 37 38 41 2.1 Des indices d’une occupation ancienne 2.2 Les aménagements liés à la villa 2.2.1 Les fossés 2.2.1.1 Un probable enclos 2.2.1.2 Des indices d’une organisation parcellaire 2.2.1.3 Un fossé tardif 2.2.2 Les évacuations et drains 46 3. Synthèse et
  • conclusion 46 47 47 49 50 3.1 Une occupation ancienne discrète à l’échelle du site de La Guyomerais 3.2 Les aménagements contemporains de la villa 3.2.1 Les fossés 3.2.2 Les équipements liés à l’eau 3.3 Conclusion générale 51 4. Bibliographie 53 III Etudes annexes et inventaires 55
  • 57 57 58 59 60 Annexe 1 : Etude des mobiliers– R. Delage Inventaires des aménagements Inventaire des minutes Inventaire des prises de vues Inventaire du mobilier Inventaire des figures, des clichés et des tableaux du RFO I. Données administratives, techniques et scientifiques
  • I - Données administratives, techniques et scientifiques 5 Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en
  • application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du
  • demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété
  • intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à
  • l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique
RAP01348.pdf (PAULE (22). le camp de Saint-Symphorien. rapport de synthèse fouille programmée 1993-1995)
  • PAULE (22). le camp de Saint-Symphorien. rapport de synthèse fouille programmée 1993-1995
  • d'évaluer la perte d'information due à ces diverses méthodes, des essais de quantification ont été engagés en 1995. Des sections de fossés ont été fouillées par moitié, à l'aide de pelles et de pioches d'un côté de l'axé, à l'aide d'un tracto-pelle de l'autre, les tas de déblais étant
  • Service Régional de l'Archéologie de Bretagne Conseil Général des Côtes d'Armor 1993 - 1995 LE CAMP DE SAINT-SYMPHORIEN A PAULE (Côtes d'Armor) Forteresse seigneuriale du second âge du fer LE CAMP DE SAINT-SYMPHORIEN A PAULE (Côtes d'Armor) FORTERESSE SEIGNEURIALE DU
  • SECOND AGE DU FER Conseil Général des Côtes d'Armor Service Régional de l'Archéologie de Bretagne 1993 - 1 9 9 5 Fig. 1 : localisation du site N° de site : 22 163 004 AH Programme : H 10 habitats groupés Autorisation de fouille programmée triennale n° 812 délivrée le 25 mars
  • 1993 Coordonnées Lambert - Zone I Ax = 73,9 ; Ay = 171,0 Altitude : 274 N.G.F. Cadastre : année 1985 Section ZW, parcelle 49 Titulaire de l'autorisation : Yves MENEZ, Conservateur du Patrimoine au Service Régional de l'Archéologie de Bretagne SOMMAIRE AVANT-PROPOS p 1
  • PREMIERE PARTIE - LA FOUILLE DU CAMP DE SAINT-SYMPHORIEN 1-Localisation géographique du site et historique des recherches. p. 3 2 - Problématique et méthodologie adoptée pour la fouille programmée de 1993-1995. p. 7 3 - Documentation recueillie et état d'avancement de l'analyse des
  • données. p. 10 DEUXIEME PARTIE - NAISSANCE ET EVOLUTION DE L'HABITAT 1 - Préambule : description de l'ensemble archéologique étudié. p. 13 2-Phase I p. 13 : l'habitat primitif. 3 - Phase II : la première fortification. p. 29 4 - Phase III : création de la basse-cour, suivie
  • d'une modification des défenses p. 36 consécutive à un incendie. 5 - Phase IV : la fin du site fortifié. p. 49 6 - Phase V : la période gallo-romaine. p. 65 TROISIEME PARTIE - PREMIERE APPROCHE DE L'ENVIRONNEMENT D E L'ENCEINTE 1 - La position topographique du site. p. 70 2
  • - Le réseau hydrographique. p. 70 3 - L'environnement archéologique. p. 70 QUATRIEME PARTIE - LE SITE DU CAMP DE SAINT-SYMPHORIEN A PAULE : POSITION E T FONCTION DANS LA HIERARCHIE DES HABITATS D U SECOND AGE DU FER p. 80 CINQUIEME PARTIE - PERSPECTIVES EN FAVEUR D'UN N O U V E
  • A U P R O G R A M M E TRIENNAL DE RECHERCHES p 86 AVANT-PROPOS Les données analysées dans ce rapport résultent de l'effort collectif d'archéologues contractuels, d'objecteurs de conscience ou de bénévoles. La qualité comme la quantité des informations recueillies ont toujours
  • dépendu de leur capacité à mener cette opération archéologique comme un travail d'équipe et non comme un simple passe-temps. Nous tenions donc à témoigner notre reconnaissance pour la sueur qu'ils ont largement dispensée sur le chantier à l'ensemble des fouilleurs : Christopher ALLEN
  • WIMAR Je n'omettrai pas de remercier les financeurs : - le Ministère de la Culture - Direction Régionale des Affaires Culturelles - Service Régional de l'Archéologie de Bretagne, et notamment M. Michel VAGINAY, Conservateur Régional. - Le Conseil Général des Côtes d'Armor, maître
  • d'ouvrage de cette opération de fouille, et notamment M. Charles JOSSELIN, Député des Côtes d'Armor, Président du Conseil Général, ainsi que M. Claude LE POTIER, Chef du Bureau de l'Action Culturelle, qui ont su convaincre les élus de la nécessité de mettre en place les financements
  • nécessaires à l'étude de ce site. Je voudrais enfin remercier, pour l'intérêt qu'il manifeste envers les fouilles et la qualité de son accueil, M. le Comte Hervé DE SAISY DE KERAMPUIL, propriétaire du Camp de Saint-Symphorien. Les documents graphiques ont été réalisés par Mathilde DUPRE
  • , contractuelle A.F.A.N..Les dessins des céramiques ont été mis au net par jérôme NEDELEC, objecteur de conscience affecté au Service Régional de l'Archéologie de Bretagne. Caitiaix Fig. 2 : localisation topographique du site. Seuls les reliefs d'une altitude supérieure à 200 m N.G.F. sont
  • indiqués en noir. Les trames grisées correspondent respectivement à des altitudes supérieures à 200m, 250m et 270m. PREMIERE PARTIE - LA FOUILLE DU CAMP DE SAINT-SYMPHORIEN 1 - Localisation géographique et historique des recherches Le camp de Saint-Symphorien à Paule, dans les Côtes
  • d'Armor, se situe en plein coeur de la Bretagne, à proximité des limites des départements du Finistère et du Morbihan. Il occupe une position topographique remarquable, à l'extrémité d'une ligne de crêtes qui prolonge vers l'est les Montagnes Noires, barrière naturelle entre la
  • Cornouaille, au sud, et le bassin de Châteaulin, au nord. Malgré la modeste altitude de ces sommets, qui culminent entre 270 m et 300 m N.G.F. au voisinage du site, cet emplacement permet à la fortification de disposer d'une visibilité exceptionnelle sur le territoire avoisinant. Elle
  • porte en effet jusqu'à une trentaine de kilomètres en direction du nord-ouest, vers les sommets des Monts d'Arrée (383 m N.G.F.) qui sont les points culminants de la péninsule armoricaine. Cette position topographique, sur des crêtes qui jouent également le rôle de barrières
  • climatiques, explique la faible moyenne des températures (9°) ainsi que le fort volume des précipitations annuelles, supérieures à 1.300 mm. Neige et gel sont ici bien plus fréquents qu'ailleurs en Bretagne. Deux sources au débit important sont connues à proximité du site : celle de Coat
  • ar Scaon, à 800 m au nord-est, et surtout celle de Saint-Symphorien, localisée à moins de 100 m au nord de la fortification et qui alimente aujourd'hui les communes avoisinantes. L'examen géologique préliminaire du site, réalisé par P.-R. Giot, a montré que la fortification
RAP03584 (MONTAUBAN-DE-BRETAGNE (35). La Tesnière. Rapport de diagnostic)
  • MONTAUBAN-DE-BRETAGNE
  • opération préventive de diagnostic
  • MONTAUBAN-DE-BRETAGNE (35). La Tesnière. Rapport de diagnostic
  • Conditions d'intervention, stratégies et méthodes mises en œuvre 28 2 Résultats 30 2.1 Implantation des tranchées et description des logs 30 2.1.1 Implantation des tranchées et description des structures 31 2.1.2 Logs et topographie locale 32 2.2 Description des faits 32 2.2.1 Les
  • Essai de phasage 53 3.2 Essai d'interprétation et synthèse 53 3.2.1 Le système fossoyé 55 3.2.2 Des aménagements sur poteaux : palissades ou bâtiments ? 57 3.2.3 Le four de tuilier (avec A. Le Merrer) 59 4 Conclusion 60 Bibliographie 63 Liste des figures Inventaires
  • 1970 11,07 17 NNE/SSO LAOG 117 à 132, 136 50 70 40 164 0.91 2134 11,98 Fig 5 Inventaire des tranchées de diagnostic (©Y.Fouvez, Inrap) 2.1.2 Logs et topographie locale Log 3 Log 4 Log 1 Log 5 Log 2 Emprise Tranchée Log 0 25m Fig 6 Localisation des logs (©Y
  • . Fouvez, Inrap) TV F A B C TV D A C Cinq logs ont été implantés afin de comprendre au mieux la topographie des parcelles investiguées (Fig. 6 et Fig. 7). Les séquences observées sont assez homogènes sur l’ensemble des logs : - Terre végétale (20 à 40 cm d’épaisseur) - Interface
  • Mobilier Céramique Autres Diagnostic archéologique Sujets et thèmes Structure agraire Foyer Fosse Fossé Artisanat Structure indéterminée Un projet de construction de bâtiments agricoles sur la commune de Montauban-de-Bretagne a conduit les services de l’état à prescrire un
  • diagnostic archéologique, lequel a été mené par l’Inrap. L’opération a permis de mettre en évidence un nombre important de structures, probablement liés à la présence de la pars rustica d’une villa. Il s’agit pour l’essentiel de systèmes fossoyés - certains possiblement complétés par une
  • palissade -, de fosses - dont la fonction n’a pas pu être définie -, de trous de poteaux et d’un four de tuilier. Rapport final d’opération Chronologie Haut-Empire Temps modernes Diagnostic archéologique Montauban-de-Bretagne - La Tesnière Bretagne, Ille-et-Vilaine, Montauban-de
  • -Bretagne La Tesnière Diagnostic archéologique Montauban-de-Bretagne La Tesnière sous la direction de Yannick Fouvez Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67 737 35 577 Cesson-Sévigné www.inrap.fr Inrap Grand Ouest Mai 2018 Diagnostic archéologique Rapport final d'opération 35184
  • non communiqué SRA 2018-026 Lambert 93 D121619 Code INSEE Nr site non communiqué Entité archéologique Arrêté de prescription Système d’information Code Inrap Bretagne, Ille-et-Vilaine, Montauban-de-Bretagne, La Tesnière Diagnostic archéologique Montauban-de-Bretagne La
  • Tesnière sous la direction de avec la collaboration de Yannick Fouvez Audrey Le Merrer Françoise Labaune Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Mai 2018 2 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Ille-et-Vilaine, Montauban-de-Bretagne, La Tesnière
  • Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 2 6 7 8 10 10 10 11 12 18 22 25 Sommaire Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique Tableau récapitulatif des résultats Etat du site Localisation de l’opération Arrêté de
  • prescription Arrêté de prescription modificatif Projet d’intervention Arrêté de désignation Résultats 28 1 Introduction 28 1.1 Circonstances de l'intervention 28 1.2 Localisation 28 1.3 Contexte topographique et géologique 29 1.4 État des connaissances avant l'opération 29 1.5
  • fosses 32 .2.1.2 Trous de poteaux et trous de poteaux probables 2 2.2.1.3 Autres fosses 35 2.2.2 Les structures linéaires 40 2.2.3 Autres structures 40 2.2.3.1 F156-F157, un four de tuilier (par A. Le Merrer) 41 2.2.3.2 F.161-F.167, un possible chemin ? 42 2.2.3.3 Chablis
  • et structures indéterminées 35 I. Données administratives, techniques et scientifiques 43 Sommaire 2.3 Le mobilier 43 2.3.1 Présentation des données (par F. Labaune-Jean) 44 2.3.2 Etude de la céramique (par F. Labaune-Jean) 44 2.3.2.1 Méthodes de travail 2.3.2.2
  • Catalogue des céramiques par contexte de découverte 47 2.3.3 Etude des restes de terre cuite architecturale (par A. Le Merrer) 47 2.3.3.1 Introduction 47 2.3.3.2 Matériaux 47 2.3.3.2 Identification 51 2.3.4 Archivage du mobilier (par F. Labaune-Jean) 44 52 3 Synthèse 52 3.1
  • techniques 66 Inventaire des tranchées archéologiques 67 Inventaire des faits archéologiques 74 Inventaire des ensembles archéologiques 76 Inventaire des unités architeturales 77 Inventaire du mobilier céramique 78 Inventaire du mobilier archéologique 3 Données administratives
  • , techniques et scientifiques 6 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Ille-et-Vilaine, Montauban-de-Bretagne, La Tesnière Fiche signalétique Localisation Proprietaire du terrain Dates d’intervention Inrap Région SCEA Garnier préparation Bretagne Département Ille-et-Vilaine
  • (35) Commune Montauban-de-Bretagne Adresse ou lieu-dit La Tesnière 11/04/2018 Références de l’opération Numéro de l’arrêté de prescription 2018-026 Numéro de l’arrêté de désignation numéro de dossier Patriarche non communiqué numéro de l'entité archéologique non communiqué
  • Coordonnées géographiques et altimétriques (Lambert 93) x : 327 742.88 m y : 6 800 137.87 m z : 85 m NGF Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement Guillaume Garnier SCEA Garnier 5 chemin de Messire Gauvin 35740 PACÉ Nature de l’aménagement Construction de bâtiments agricoles Opérateur
  • d’archéologie Responsable scientifique de l’opération Yannick Fouvez, Inrap Année 2018 Section et parcelles D - 230p, 231 Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l'environnement / Emprise prescrite 18 000 m2 Références cadastrales Montauban-de-Bretagne
RAP01813.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). "1 place Clémenceau". dfs de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). "1 place Clémenceau". dfs de diagnostic
  • d'études INRAP (fouille et relevés de terrain). M. POMMIER Vincent, Assistant d'études INRAP (topographie). Entreprise de terrassement : Entreprise LE BIHAN Yvon, Paule (Finistère). Phase post-fouille : M. AUBRY Laurent, Assistant d'études INRAP (rédaction et mise en forme du DFS). M
  • . BOUMIER Frédéric, Assistant d'études INRAP (topographie et DAO). Melle LABAUNE Françoise, Assistante d'études INRAP (céramologue) Intervenants scientifiques : Service régional de l'archéologie de Bretagne : M. DESCHAMPS Stéphane, Conservateur régional de l'archéologie. M. BATT Michael
  • d'amphores gauloises. Ces six fragments proviennent de la panse d'une même amphore caractérisée par une pâte claire (beige-rose) à texture fine et tendre, pouvant être rapprocher des productions de type Gauloise 4 de Narbonnaise. - 3 tesson d'amphores indéterminées. Ces trois fragments
  • gauloise 4 de Narbonnaise. Il faut ajouter à ce petit lot, deux tessons de verre provenant respectivement d'un récipient à paroi lisse en verre de teinte bleu cobalt et d'une perle en pâte de verre de teinte marbrée vert et vert pâle. - U.S. 08 : Total = 1 tesson (1NMI) Le seul fragment
  • CARHAIX, 1 PLACE CLEMENCEAU (DÉPARTEMENT DU FINISTERE) D.F.S. DE DIAGNOSTIC ARCHEOLOGIQUE 17/04/2002 - 19/04/2002 Par Laurent AUBRY Avec la collaboration de Eric 6AUME et Frédéric BOUMIER / / INRAP, DIRECTION DU GRAND-OUEST MINISTÈRE DE LA CULTURE SERVICE RÉGIONAL DE
  • L'ARCHÉOLOGIE DE BRETAGNE 2002 Wl SOMMAIRE Fiche signalétique Générique de l'opération 1 - Présentation de l'opération archéologique 1- Les raisons et les objectifs de l'intervention 2 - Méthodologie II - Présentation des données archéologiques 1 - Données générales 1.1 - Phase I
  • : Bretagne Commune : Carhaix-Plouguer Année cadastre : 1984 Lieu-dit ou adresse : 1, place Clémenceau Section(s) : AD parcelle(s) : N°269 Propriétaire du terrain : M. et Mme MORVAN Pascal L'opération archéologique: Arrêté de prescription n° 2002/44 Date de validité : Responsable
  • scientifique : Laurent AUBRY Organisme de rattachement : INRAP, Direction interrégionale du Grand-Ouest Motifs de l'intervention : Construction d'une piscine privée Aménageur/maître d'ouvrage : M. et Mme MORVAN Pascal Surface totale de l'intervention archéologique : 52 m2 Date de
  • l'intervention sur le terrain : 17/04/2002 au 19/04/2002 Résultats : Côte d'apparition des vestiges : Entre 0,35 m et 1,00 m sous le niveau actuel Chronologie : Gallo-romain. Nature des vestiges immobiliers : Radiers de mur, puits à eau, fosses, empierrement. Nature des vestiges mobiliers
  • : Céramique, verre, lithique, éléments de construction (tuiles et/ou briques) Notice sur la problématique de la recherche et les principaux résultat de l'opération archéologique : Mise au jour sur une surface de 42 m2, d'un ensemble de vestiges lié à de l'habitat gallo-romain. Ce dernier
  • est matérialisé par un puits et par des radiers de fondation de mur dessinant le plan partiel de deux bâtiments. La fouille succincte, a néanmoins permis d'entrevoir deux phases d'occupations. Lieu de dépôt du mobilier archéologique : Dépôt archéologique de Rennes. Générique de
  • l'opération Intervenants techniques et scientifiques: Phase fouille : M. AUBRY Laurent, Assistant d'études INRAP, responsable de l'opération et titulaire de l'autorisation de fouille (fouille, enregistrement, relevés de terrain et photographie, lavage du mobilier). M. GAUMÉ Éric, Assistant
  • , Ingénieur d'études, chargé de ce dossier. Intervenants administratifs : Institut national de recherches archéologiques préventives, interrégion Grand-Ouest : M. AGUESSE Gilbert, Directeur interrégional. M. DUBANT Didier, Adjoint au directeur. M. BAILLIEU Michel, Adjoint scientifique et
  • technique chargé de la région Bretagne. M. HRYWNIACK Stéphane, Contrôleur de gestion. Propriétaire du terrain : M. et Mme MORVAN Pascal. Zonage archéologique Fig. 1 : localisation du diagnostic dans l'emprise du zonage archéologique de la ville de Carhaix-Plouguer I - Présentation
  • de l'opération archéologique 1 - Les raisons et les objectifs de l'intervention Le diagnostic archéologique est situé au nord/est du centre-ville de Carhaix-Plouguer (Finistère). Fig. 1 Le projet de construction d'une piscine par des particuliers (M. et Mme MORVAN), a conduit le
  • Service régional de l'archéologie de Bretagne à prescrire un diagnostic sur l'ensemble de l'emprise concernée par la construction, soit 52 m2. Le projet, localisé 1, place Clémenceau, se trouve à l'intérieur d'une zone très sensible compte tenu de la richesse archéologique de la ville
  • antique de VORGIUM. Fig. 2 Les opérations archéologiques récentes ont montré une importante occupation galloromaine dans un rayon de 100 m autour du terrain concerné. Les vestiges d'habitat et de voirie sont attestés, ainsi que l'aqueduc antique. D'une durée de 3 jours, ce diagnostic
  • a nécessité la présence de 2 archéologues et d'un topographe de l'INRAP durant une demi journée. L'objectif de cette opération était de réaliser, au moyen d'un tracto-pelle, un décapage général de la surface à étudier, afin de vérifier si des vestiges archéologiques étaient présents dans
  • l'emprise des travaux. Fig.2 : localisation du diagnostic archéologique sur le cadastre de 1984. 2 - Méthodologie Pour atteindre cet objectif, nous avons utilisé un tracto-pelle muni d'un godet lisse de 1,20 m de large. Dans le temps imparti (4 heures de terrassement prévues), nous
  • avons réalisé une vignette de 42 m2. Avant de débuter l'opération, il nous a fallu dessoucher 3 arbres (marronniers) sur l'emprise de la vignette. Les nombreuses racines traçantes ont perturbé la totalité des niveaux archéologiques. Compte tenu de la présence de structures antiques