Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3989 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00905.pdf (LA FORET-FOUESNANT (29). Poulgigou. rapport de sondage)
  • LA FORET-FOUESNANT (29). Poulgigou. rapport de sondage
  • C A I N D E L ' A G E DU F E R Elven L E G O F F avec la collaboration de Stéphane J E A N i l »l «[ I 1 I I s » ps#(M lei f e j i I ! e i '>iktols|iqui i i o n a Ii i 905 Ministère LA FORÊT FOUESNANT Poulgigou (Finistère) 1993 29. 057. 006 Fig. 1 : C a r t e de
  • , lors de travaux préalables à la construction d'un pavillon, le site de Poulgigou à LaForêt-Fouesnant (Finistère) témoigne d'intérêts multiples. Alors que le sujet du funéraire pour l'Age du Fer a été largement abordé dans certaines régions de France, telles qu'en Champagne-Ardennes
  • les moeurs et pratiques funéraires des populations de la transition entre le Premier et le Second Age du Fer en Armorique, déjà esquissées par les fouilles récentes du site analogue de Kerviguérou à Melgven (Finistère). En outre, la proximité des deux sites, distants seulement
  • , visant à la construction de sa future maison (Section F. 1. parcelle n° 48, coordonnées Lambert II : x = 127,700 / y = 2341,650), mis à jour les vestiges de plusieurs urnes cinéraires. L'importance d'une telle découverte - tant en raison du manque d'informations concernant les
  • nécropoles de cette période pour nos régions, que du caractère fortuit expliquant pour une part la rareté de leur révélation - nécessita une intervention Une équipe de deux personnes fût mandatée par l'Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales, sous couvert du Service
  • Régional de l'Archéologie, pour mener à bien cette opération. L'étude sur le terrain s'est déroulée du 2 au 31 Mai 1993, en deux étapes. La première quinzaine s'est limitée au simple diagnostic du site, avec pour but de cerner l'étendue des vestiges. Après évaluation du temps nécessaire
  • moule plus fragile. Aussi, peut-elle être usitée à condition que les vases et leur contenus soient étudiés dans des délais raisonnables. La post-fouille a, quant à elle, eu lieu du 19 Juillet au 18 Septembre 1993, et consisté en la fouille des urnes et la synthèse des informations
  • collectées. L'équipe était constituée de : - Elven Le Goff, chargé d'étude - Stéphane Jean, archéologue fouilleur qualifié 5 Isabelle Villemeur, qui a étudié les incinérations du sile de Kerviguérou à Melgven (Finistère), a été recrutée par l'A. F. A. N pour une période d'un mois, et
  • ; tous deux faisant preuve d'un intérêt sensible pour nos recherches. Nous remercions également les membres de l'Association de Recherche Historique de La-Forêt-Fouesnant qui ont signalé l'existence du site aux autorités compétentes, par l'intermédiaire de Michel Le Gofific
  • , Archéologue Départemental du Finistère. Nous n'omettrons pas de témoigner notre reconnaissance à l'aide précieuse que nous ont apporté : - Michel Le Goffic, Archéologue Départemental du Finistère, et Bertrand Grall, son assistant. - Françoise Labaune, bénévole. - Eric Nicolas, bénévole
  • fouille des urnes. Fig„ 3 : Urne n°3 en cours de prélèvement 6 T.2 Fig. 5 : Plan général des sondages et de la fouille 8 I - LA NECROPOLE Problématique Les vestiges étant localisés dans la moitié est de la parcelle, une première tranchée a été réalisée vers le milieu du champ
  • de manière à cerner rapidement leur étendue vers l'ouest. Ce premier sondage nous permit de nous familiariser avec le substrat, un limon jaune de décomposition du schiste local présentant quelques affleurements rocheux, avant d'attaquer la zone sensible (fig. 5). Une seconde
  • rayonnantes a été adopté pour identifier l'environnement immédiat des incinérations. Il a révélé la présence de nombreuses traces de fossés. Certaines zones où leur densité était manifeste, ont fait l'objet de nouveaux décapages, certifiant du même coup l'existence d'une véritable
  • (intersection des structures n° 18 et 20) il est vraisemblable qu'il ne s'agisse pas d'une structure unique, continue, mais plutôt d'un enclos formé de plusieurs fossés (fig. 7). De profil en "V", à parois abruptes et à fond plat, seule cette similitude avec les autres et parfois celle des
  • l'objet d'une étude exhaustive en Bretagne, tels que la nécropole de Melgven (Finistère) (Villard, fouille 1993), le petit enclos funéraire à inhumations du Boisanne à Plouer-sur-Rance (Côtes d'Armor) (Menez 1992a), ou encore un peu plus loin dans la Sarthe, le cimetière à
  • incinérations du Chérré à Aubigné (Lambert 1986). Tous ces exemples semblent montrer que le plan quadrangulaire pourrait être une caractéristique des sites funéraires armoricains pour cette période alors que le plan circulaire prédomine en Gaule celtique. Bien évidemment ceci reste à
  • confirmer par les données futures. Restituer l'histoire de ces structures n'est pas chose facile, en raison de la nature du substrat et de l'homogénéité apparente de leur comblement. Comme pour l'ensemble des fossés périphériques, ceux de l'enclos paraissent avoir fonctionné de manière
  • 1 II faut noter le caractère régulier des profils des fossés de l'enclos qui ne semblent pas, a priori, avoir fail l'objet de curages successifs. Il est cependant hasardeux de l'affirmer lorsqu'il n'est pas fouillé sur une importante distance, où le phénomène est alors plus
  • évidents si l'on en juge l'irrégularité des profds du fossé n°l et la stratigraphie nord du n° 6 (extrémité de T.9) (fig. 8) Elément intéressant, les divers sondages effectués dans les fossés de l'enclos (st. 17, 18, 20) ont livré les vestiges de nombreux fragments de poteries et
  • surtout ceux de deux vases archéologiquement complets trouvés dans le fossé n°20. Nous reviendrons ultérieurement sur ce sujet (cf. inventaire du mobilier) Même si nous ne bénéficions que d'une connaissance partielle de ces structures fossoyées périphériques, plusieurs remarques
RAP03807 (VANNES (56). Avenue E. Herriot : un secteur de la nécropole antique de Vannes. Etude complémentaire)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • VANNES (56). Avenue E. Herriot : un secteur de la nécropole antique de Vannes. Etude complémentaire
  • la fouille (DAO : A. Le Martret; relevé topographique : F. Fourriaux) Fig 7 : vue du plateau de tri de la fosse 141 et dents d'axis qui y ont été découvertes. Clichés V. Brunet 5 80 70 60 50 40 30 20 10 0 Crâne Tronc Membres Référence (Krogman 1978) Indéterminés Structure
  • retrouvés parmi les esquilles. Fig. 12 : Vue du vase 503 en cours de fouille . Cliché : A. Le Martret ©Éveha Fig. 14 : rochers. Cliché. V. Brunet©Éveha Fig. 13 : humérus. Cliché. V. Brunet©Éveha 8 50 45 40 35 30 25 20 15 10 5 0 Crâne Tronc Membres Référence (Trotter & Hixon 1974
  • valeurs minimales et maximales de 1001,5 g et 2422,5 g pour une exclusion des esquilles de moins de 2 mm, Mac Kinley 1993). Fig. 17 : Vue du vase 505 en cours de fouille. Cliché : A. Le Martret©Éveha 10 70 60 50 40 30 20 10 0 Crâne Tronc Membres Référence (Krogman 1978
  • secondaire est composé très majoritairement de diaphyses d'os longs des membres. Fig. 25 : vue du vase 509 en cours de fouille. Cliché A. Le Martret ©Éveha 14 70 60 50 40 30 20 10 0 Crâne Tronc Membres Référence (Krogman 1978) Indéterminés Structure 509 Fig. 26 : représentation
  • : Appositions. Cliché V. Brunet ©Éveha Fig. 28 : Vue du vase 511 en cours de fouille. Cliché A. Le Martret©Éveha 16 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0 Crâne Tronc Membres Référence (Krogman 1978) Indéterminés Structure 511 Fig. 30 : représentation pondérale par grandes régions anatomiques
  • de sexe et d'âge indéterminés, a minima. Fig. 32 : vue du vase 514 en cours de fouille. Cliché A. Le Martret©Éveha 18 70 60 50 40 30 20 10 0 Crâne Tronc Membres Référence (Krogman 1978) Indéterminés Structure 514 Fig. 33 : représentation pondérale par grandes régions
  • anatomique conservée des membres vers le crâne Fragmentation des os (moyenne en g) 0,18 g Coloration Gris clair à blanc, homogène Synthèse : Le vase ossuaire en céramique 524 est incliné, le pied étant penché vers le bord de la carrière. Sa partie supérieure a été écrêtée lors du
  • , indices d'une combustion aboutie et destructurante du cadavre. Fig. 60 : vase 550 en cours de fouille. Cliché A. Le Martret©Éveha 34 70 60 50 40 30 20 10 0 Crâne Tronc Membres Référence (Krogman 1978) Indéterminés Structure 550 Fig. 61 : représentation pondérale par grandes
  • éléments crâniens liée à l'âge du sujet (enfant de moins de 6 ans) Modalités de composition du dépôt Dépôt principalement composé de fragment de crâne Fragmentation des os (moyenne en g) 0,10 g Coloration Blanc, homogène Synthèse : Le vase ossuaire 552 en céramique a livré 12,3 g
  • Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille, document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et
  • portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La
  • mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en
  • application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une
  • utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous
  • réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de
  • constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation
  • précise du contenant (d'après clichés ou observations de terrain). Les sépultures à inhumation ont fait l'objet d'une description et d'une documentation complète. Un travail de reconstitution des architectures funéraires a été initié pour une partie d'entre elles, grâce à l'analyse des
  • clous de coffrage retrouvés dans les tombes et de leur position. Il a été par ailleurs décidé, du fait de son caractère exceptionnel pour la région, d'étudier exhaustivement l'aire de crémation. Cette étude a mobilisé un nombre important d'archéologues pour le tamisage et le tri des
  • sédiments, puisque la totalité du comblement de la fosse réceptacle a été prélevé. L'étude anthropologique qui a suivi a constitué un travail colossal. Une analyse micromorphologique a permis de confirmer les utilisations multiples de cet aménagement. En revanche, une grande fosse
  • accolée à l'aire de crémation et identifiée comme une fosse de rejet de résidus de crémation n'a pas pu être entièrement étudiée dans le cadre du rapport de fouille. Fig. 2 : vue de l'aire de crémation en cours de fouille ©Éveha2016 À l'issue de la phase post-fouille qui s'est
RAP01836.pdf (BRÉAL-SOUS-VITRÉ (35). le bourg. diagnostic archéologique.)
  • opération préventive de diagnostic
  • numériques pour la réalisation du plan. Etude du mobilier : Françoise LE BOULANGER Réalisation du plan d'après clichés numériques et relevés topographiques : Hervé PAITIER D.A.O.- Coupes et plans de détail : Fanny TOURNIER (INRAP, Assistante d'Etudes). Pour le Service Régional de
  • profil en U à fond plat, devient alors plus irrégulier (photo 4). Le mur M2, son perpendiculaire, est surtout conservé en fondations. Il a une largeur d'1,20 m. Tout comme celle de Ml, les pierres de fondations ne sont pas liées avec du mortier mais avec une terre légèrement argileuse
  • a permis de constater la chronologie relative entre certaines d'entre elles. Deux niveaux presque superposés de sépultures apparaissent, comme pour S9 installé partiellement au dessus de S10 ( dont seul le sommet du crâne émerge). Le même phénomène est observé avec S5 et le crâne qui
  • : Partiellement installé sur les fondations de M2 - Adulte - Orienté ESE-ONO L conservée = 1,58 m - Présence d'un crâne à la droite de celui de S2. 53 : Largement entamé par la fosse d'installation des moules à cloche - Immature Orienté E/O - Repose partiellement sur les fondations du mur Ml
  • E/O L conservée = 1,30 m. 57 : Partiellement conservé (crâne, avant-bras et bras gauche) - Orienté ESE-ONO. Est perturbé par S8 58 : Très mauvais état de conservation - Orienté ESE-ONO Avant-bras et bras gauche - Mains croisées au niveau du pubis. 59 : Installé sur les
  • fondations de Ml - Immature - Orienté ESE-ONO. L conservée = 1,10 m. S10 : Seule la fosse, installée dans les fondations et l'élévation de Ml est mise en valeur. Le sommet du crâne est le seul élément du squelette à apparaître. S U : Installé dans la partie en élévation de Ml - Adulte
  • - L=l,30 m 513 : Repose en partie sur SI2 (crâne et haut du buste) - Orientation semblable. Pas de crâne - Main gauche sur le pubis, main droite sur le fémur droit. Une bague en bronze sur le majeur de la main droite - L conservée=0,95 m. 514 : Seulement 2 fémurs. 515 : Crâne et
  • collaboration de la Mairie Ministère de la Culture et de la Communication Rennes : S.R.A. Bretagne I.N.R.A.P. 2002 Les prises de notes et de photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété
  • intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, n'est possible que dans le cadre du droit de courte citation, avec les références exactes et complètes de l'auteur de l'ouvrage. Par ailleurs, l'exercice du droit à la communication exclut, pour ses
  • bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d'utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n°78-753 du 17 juillet 1978, article 10). Le non respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l'article 425 du Code pénal
  • . Photo de couverture : Vue générale du sondage prise du nord-est (H.Paitier - montage) SOMMAIRE Fiche signalétique p.l Remerciements p.2 Générique de l'opération p.3 INTRODUCTION 1 - Mise en place de l'opération 2- Contexte géographique et géologique 3- Contexte historique 4
  • - Conditions de réalisation du sondage archéologique p.5 RESULTATS DU DIAGNOSTIC 1- Les murs Ml et M2 2- Les sépultures en coffre d'ardoise (schiste ardoisier bleu) 3- Les sépultures en pleine terre 4- Hypothèses de datation p.10 p.10 p.15 p.16 p.18 5- Deux moules à cloches MCI et MC2
  • Coordonnées Lambert Zone : xl = 985,80 yl = 5005,59 COMMUNE : Bréal-sous-Vitré Section(s) et parcelle(s) : B, parcelle 113 Altitude(s) : entre 156 et 157 m NGF x3 = y3 = x2 = y2 = IDENTITE DE L'OPERATION Arrêté de prescription n° 2002/068 du 29 mai 2002 Nature: EV Resp. d'opération
  • : LE BOULANGER Françoise Organisme de rattachement : INRAP Propriétaire du terrain : Protection juridique : Mairie SP SU Motif de l'opération : Construction d'une salle communale Maître d'ouvrage : Mairie Coût global de l'opération : Contraintes techniques particulières
  • : Pas d'accès par la route pour l'engin de chantier- Nécessaire de le transférer dans la parcelle à l'aide d'une petite grue. Surface étudiée : 49 m2 Surface estimée du site : 250 m2 au moins (toute la parcelle) Emprise menacée entièrement fouillée : OUI NON Fouille menée
  • jusqu'au substrat : OUI NON sinon, altitude du fond de fouille : RESULTA TS SCIENTIFIQUES MOTS CLES : (3 à 5 par rubrique) -Chronologie : Haut Moyen Age - Epoque Moderne -Vestiges immobiliers : Sépultures (dont coffres en ardoise), murs, fosse avec 2 moules à cloches -Vestiges
  • est inconnue. La nécropole aurait fonctionné au haut Moyen Age. L'ensemble est perturbé tardivement en un endroit, avec l'installation de 2 moules à cloches. LIEU DE DEPOT : du mobilier : Dépôt de Rennes des fonds documentaires : SRA Rennes N° des 10 à 20 diapositives les plus
  • , Chargée d'Etudes). Equipe : Laurent AUBRY (INRAP, Assistant d'Etudes). Relevé et mise au propre du plan général : Frédéric BOUMIER (INRAP, Topographe). Photographies : Françoise LE BOULANGER (clichés de l'église) Hervé PAITIER (INRAP, Photographe) : clichés du sondage et photos
  • parcelle : 250 m2. Mais la découverte fortuite d'une sépulture en coffre d'ardoises, il y a un peu plus de 30 ans, au cours de la réparation d'une section du mur de clôture, a incité le Maire à demander l'intervention des archéologues avant les travaux. Un diagnostic archéologique
  • . La parcelle objet de notre étude a une altitude comprise entre 156 m et 157 m NGF. Elle est plus haute que les parcelles environnantes en raison d'un apport de terre, probablement au moment de la construction du bâtiment de l'école actuelle, antérieure à 18231 (Figures 2 et 3
RAP02130.pdf (BRÉAL-SOUS-VITRÉ (35). le bourg. approche d'un cimetière du haut Moyen Âge à l'époque moderne. rapport de fouille préventive)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • BRÉAL-SOUS-VITRÉ (35). le bourg. approche d'un cimetière du haut Moyen Âge à l'époque moderne. rapport de fouille préventive
  • E . ETUDE ANTHROPOLOGIQUE P.?o (Rozenn COLLETER, Philippe VIDAL) Problématique d'étude du cimetière Etude du recrutement de l'ensemble funéraire Diagnose sexuelle Estimation de l'âge au décès Les Immatures Les Adultes Résultats Distribution des sexes Mortalité des Immatures
  • (INRAP, photographe) Gilles LEROUX (INRAP, Chargé d'Etudes - survol aérien du site) L'équipe des fouilleurs Etude anthropologique: Etude du mobilier : Frédéric BOUMIER (INRAP, Topographe) L'équipe des fouilleurs Rozenn COLLETER, sous la direction de Philippe VIDAL (INRAP, Chargé
  • secteur. La fouille des sépultures Après le décapage, une fois les fosses sépulcrales et/ou les sépultures elles-mêmes repérées, se déroule la fouille de sépulture. Elle consiste d'abord en la vidange du maximum de sédiment jusqu'à l'apparition du squelette. Les crânes émergeant en
  • d'âge (périnatal, immature, adulte) ainsi que des observations liées à la taphonomie du squelette : la position des différents os, leur connexion et leur face d'apparition pour certains d'entre eux (crâne, rachis, mains, pieds). Chaque fiche de squelette a ensuite été couplée sur le
  • , il est probable que la représentation de ces différentes familles de sarcophages sur l'emprise étudiée soit proportionnelle à ce qu'elle devait être sur l'ensemble du site. Son comblement est très schisteux et sableux avec de nombreux os longs. Des fragments de crânes et d'autres
  • : l'existence de deux sépultures secondaires (210 et 188), remplies 27 majoritairement d'os longs et de crânes, le prouve. La première, Fo.210 (Photo 15), est en fait une fosse en pleine terre de plan quadrangulaire et largement perturbée par la construction du mur M8; elle est insérée
  • BREAL-SOUS-VITRE "Le Bourg" (Ille-et-Vilaine) (arrêté de prescription n°2002/165) c V< % • ?Q0s K '^Vx. ' DFS de Fouille Archéologique (8 janvier-30 avril 2003) Approche d'un cimetière du haut Moyen Age au début de l'époque Moderne Sous la direction de Françoise LE
  • et de photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective (article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, n'est possible que dans le cadre du droit
  • de courte citation, avec les références exactes et complètes de l'auteur de l'ouvrage. Par ailleurs, l'exercice du droit à la communication exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de reproduire, de diffuser ou d'utiliser à des fins commerciales les
  • documents communiqués (loi n°78-753 du 17 juillet 1978, article 10). Le non respect de ces règles constitue un délit de contrefaçon puni par l'article 425 du Code pénal Photo de couverture : Emplacement du site à proximité de l'église de Bréal-sous-Vitré (Survol aérien - Printemps 2003
  • archéologique Généralités La fouille des sépultures Le démontage et l'enregistrement La post-fouille des p.8 p.8 p.8 p.8 sépultures l ere PARTIE: NAISSANCE, DEVELOPPEMENT ET MORT D'UN ESPACE FUNERAIRE DU HAUT MOYEN AGE A L'EPOQUE MODERNE : LE SITE ET SES TROIS GRANDES PHASES (Françoise
  • particulier ? Deux fragments d'inscription Phase 1, Episode 2| (Des sépultures en pleine terre) Un bâtiment à vocation funéraire au cours de la phase 1 ? Résultats archéologiques et données historiques Des nécropoles du haut Moyen Age autour de Bréal-Sous-Vitré Bréal-Sous-Vitré au
  • carrefour de voies anciennes L'occupation du territoire de Bréal-Sous-Vitré en relation avec la politique territoriale des seigneurs de Laval Histoire et archéologie Bilan p.31 p.34 p.36 p.36 p.37 p.38 p.39 p.40 2 Archéologie funéraire Représentation par sexe et par âge p. 40 p
  • . 40 Le sexe L'âge au décès Les pathologies La position des mains au moment de l'inhumation Présence d'une enveloppe autour du corps ? Bilan Phase 2 : Le site de la fin du XIe au XVIIe siècle Phase 2, Episode 1 Installation de l'US. 1000 Mise en place d'une nouvelle construction
  • est-ouest Le mur M7 Le mur M8 Quelle fonction pour ce bâtiment ? Phase 2, Episodes 2 et 3 : Extension spatiale maximale du cimetière en relation avec l'église (du XIIIe - XIV e s. au XVII e s.) Des fosses en pleine terre Limites et organisation du cimetière Limites spatiales du
  • cimetière Trois orientations préférentielles Groupe 1 : tombes orientées de l'est vers l'ouest Groupe 2 : tombes orientées du SO vers le N E Groupe 3 : tombes orientées du SE vers le N O Une gestion du cimetière ? p.42 p.43 p.43 p.47 p.48 p.48 P.48 p.48 p.51 p.51 p.53 Archéologie
  • linceul ? p.59 p.59 Bilan p. 66 Phase 3 : A partir de la 2ème moitié du XVIIe siècle, un changement définitif de fonction p.59 p.62 p.62 p . 68 La création du chemin à l'est de la parcelle : l ere moitié du XVIIIe siècle Fabrication de deux cloches en 1764 3 2eme p A R T I
  • dents permanentes Annexe 3.4. Fréquence du tartre sur les dents permanentes Annexe 3.5. Fréquence des hypoplasies sur les dents permanentes Annexe 4 : Sources historiques Annexe 5 : Datations p.ioo p.i62 p./77 pjys 4 FICHE SIGNALETIQUE LOCALISA TION DE L'OPERA TION SITE n° 35
  • ^ IDENTITE DE L'OPERA TION Arrêté de prescription n° 2002/165 Nature : EV SP SU Titulaire (NOM et prénom) : LE BOULANGER Françoise Organisme de rattachement : INRAP Propriétaire du terrain : Mairie Protection juridique : Motif de l'opération : Construction d'une salle communale
  • Maître d'ouvrage : Mairie Contraintes techniques particulières : Exiguïté de la parcelle, nécessitant une évacuation des déblais Contraintes d'une fouille hivernale (gel, neige, pluie) accentuées par la nature même des vestiges (squelettes) Surface étudiée : 250 m2 Surface estimée du
RAP01139.pdf (PLOMEUR (29). cimetière de Saint-Saturnin. rapport de fouille programmée)
  • PLOMEUR (29). cimetière de Saint-Saturnin. rapport de fouille programmée
  • être mis aux pieds du nouvel occupant, ou enterré -carrément isolément, de sorte que l'on trouve à la fouille d'un côté u n squelette sans crâne, «t de l'autre un crâne seul. I l est des sépultures l'on a rencontré, auprès, du crâne du nouvel occupant, 2 ou 1 crânes, d'ailleurs m
  • , on a découvert, en gros» environ rési- dus de squelettes d'enfants, environ 70 adultes (un certain nombre n'avaient plus de crânes en place, mais il a été retrouvé environ autant de crSnes isolés à des distances variables) et environ 20 "paquets d'os" provenant de tombes démantibulées, sans
  • est également très curieux. L'arrière gauche du crâne a été débité, découpé méthodiquement. Il n e s'agit pas de blessures, mais d'opérations ayant pris du temps. Les découpes coupent nettement et proprement la table externe, avec des bords presque polis (comme aveo une ficelle
  • post-mort an, de technique très différente de celle des trépanations sur le v i v a n t . Autopsie, curiosité anatomlque du rebouteux ? En tout cas sur les fragnsnts du crâne il n'y a aucune altération pathologique donnant un élément d'explication. "t*' "î* Le "but essentiel de
  • la distribution comme l'ensemble des données morphologiques montrant que pour l'essentiel, à part de rares individus discordants, ces brachycrânes ne sont que la versant de la distribution' d'ensemble. Les indices moyens de hauteur du crâne montrent qu'il s'agit de crânes bas ou
  • 3U-74-7 Cliché; R. GIOT Extrémité de berceau (?) en os de baleine avec deux perforations derrière les restes d'un crâne d'enfant. . -A J^ii^SftWd. 9 Planche 7 SU-74 Trépanations cicatrisées: SU-74-50 opération située à la limite du pariétal droit et de l'occipital
  • - chignon occipital. Crâne moyennement alsvs. Iffilllflsll (légère réduction) SMfei ; Cliché P.»R. G I O T SU-74-95 Cliché: 1 Sujet présentant les caractères moyens du Breton typique en norma verticalis Traces de doigts dans l'enduction d'argile à l'intérieur du four. La
  • ensemble La base du massif (ou massif) repose sur le la dune inférieure Le rocher, ici très diaclasé, mais n o n ^ ¿ ¿ i s Qa voit dépasser de la de la tranchée le crâne fant (percé d'une pierre) dans la dune inférieure. A titre d'exemple, photocopie de relevé original au crayon sur
  • préhistoriques et protohiatoriques en débris dispersés, dont les plus récents remontaient en général à l'Age du Fer» Nous avons pu montrer par vies datations isotopiques qu'il s'agit en réalité d'un cimetière du Haut-lîoyen-AgQ, qu'il n'est pas difficile d'assigner à dos descendants de
  • un® petite zone méridionale» Accessoirement il fut ouvert dan® u n massif de pierres et de nlocaillo une fouille B , qui fit découvrir un® belle structure de four qui avait servi à couler du b r o n s e . Entre temps nous avons obtenu pour les charbons de bois extraits du foyer de
  • d'un niveau moyen du cimetière (ou leur moyenne vu leur faible différence) m obtient 1005 A . D . , soit en gros l'an m i l . Nous n'avons pas encore de datation pour les sépultures les plus .anciennes. • • L a campagne 1974 a consisté en substance à/terminer le décapage
  • jusqu'au fond du rectangle A implanté dans le cimetière, et puis ensuite à son b o r d occidental à résorber la bande de terrain le séparant des anciennes fouilles. On avait m a l estimé le temps très long qu'il fallait pour fouiller les couches profondes, plus dures et où les ossements
  • très sommaire qu'il supportait. L a campagne de fouilles 1974- s*est déroulée du 9 Juillet a.u 3 1 A o û t pour l'essentiel, Du 10 Juillet au 27 Juillet une première phase comprenait un nomb r e important de stagiaires (jusqu'à dépasser la vingtaine), puis du 28 Juillet au 10 Août
  • , par exemple, ont la consistence du carton mouillé. Le Musée 'Prâhistorique Finistérian et le Dépôt ds Fouilles marné ont servi bien entendu de base opérationnelle, jouant pleinement leur rôle de station scientifique extérieure de l'Université de Rennesj d'ailleurs tout le produit
  • participants aux fouilles comprenaient: M,M» P,R» O i o t , Directeur de Recherche au C.N.K.S. et Conservateur du Musée Préhistorique Finistérien, et J . L . M o m i e r , Attaché de Recherche au C.N.R.S., qui ont assuré ensemble la conduite du •chantier, avec aussi l'aide d'Y, Onuée
  • déjà au début de l'hiver 74» tous d'incidence mineure mais qui empêchent de garder le chantier n e t . 4 -+- 3 Nous allons résumer la. stratigraphie générale du site, pour la rappeler, m commentant les résultats des analyses sédimentologiques effectuées (par J,L,M.) entre temps
  • , résultats techniques donnés m appendice« O n trouve d e bas en hauts - l e ^ s ^ c l e ^ ^ s ^ t i g u e , qui peut être soit dégagé et net» soit concassé par la eryotiirbation du dernier grand froid» auquel ©as on trouve profondément dans les fentes des résidus de petits galets et de
  • sable^ provenant d e plages et dunes anciennes pouvant remonter au moins au dernier interglaciaire• - uns arène ^abl^Mse^tordilée, couchejS formant le sol ancien V I I , qui comprend des éléments d'arène du granité sous-^acent mêlés à u n apport de sédiment classé provenant de dunes
  • ou plages très ancienness c'est ce qui explique l e profil de la courbe granulométrique, la morpho3copie et la présence d e minéraux lourds allogènes» L a longue pédogénèse s® traduit par u n e faible teneur en. calcaire, le milieu est très peu favorable à la conservation des os
  • , et les ossements des fosses les plus profondes qui seront venus à son contact sont très altérés, ¡- - lajâune àjiféjrieiure^formée de sable brun compact, d'ailleurs plus compact vers le Nord, plus meuble vers le Sud du d i t e . Mise en place essentiellement à l'Age du F o r
RAP01439.pdf (MORLAIX-PLOUJEAN (29). Kervellec. le cimetière de l'âge du fer. rapport de fouille préventive)
  • MORLAIX-PLOUJEAN (29). Kervellec. le cimetière de l'âge du fer. rapport de fouille préventive
  • vase 5.5. Le matériel disséminé 22 22 26 32 32 p. 70 p. 73 6. Conclusion p.77 7. Bibliographie p. 78 8. Remerciements p. 81 Etude anthropologique de I. PEUZIAT p. 82 Etude anthropologique de L. HUMBERT p. 88 Le cimetière de lf Age du Fer de Kervellec en Morlaix
  • fourni des urnes et la partie remaniée par le propriétaire en vue de former un parterre le long du mur nord de l'extension, ce qui a livré un grand nombre de tessons permettant ainsi de reconstituer en laboratoire le profil de certaines urnes et de compléter le corpus des décors
  • , a été confirmée par la mise au jour d'un fossé rectiligne orienté N-N-E - S-S-O. Sa largeur s'amenuise presque régulièrement du Sud au Nord, passant de 0,95 m à 0,80. Il en est de même pour la profondeur qui varie, à partir de la transition A/B, de 0,40 m à 0,17 m. Au sud, le profil
  • LE CIMETIERE DE L'AGE DU FER DE KERVELLEC MORLAIX-PLOUJEAN (Finistère) n° de site : 29 151 004 DFS DE SAUVETAGE URGENT (07/06/1995 - 14/06/1995) et de FOUILLE PREVENTIVE (01/07/1996 -25/07/1996) par Michel LE GOFFIC avec la collaboration de Josick PEUZIAT et Laure HUMBERT
  • : .MlQ.r.CiO Sectionis) et parcelle(s): Altitude x2= .\3= v2= v3= A S5
  • estimée du site : ... 1/.0.0 m2 (dans la ou les parcelles concernées par l'opération) Emprise menacée entièrement fouillée : Fouille menée jusqu'au substrat : OUI OUI ÊsOM Sinon, altitude du fond de fouille : RESULTATS SCIENTIFIQUES MOTS CLES : (3 à 5 par rubrique) - Chronologie
  • ... .o. .ç .ç V. .. .S.. \J 1 i O.. .f t ..la.. .MALUXftir.-.C-.A ..TEtfS.. ..jaV.. LIEU DE DEPOT : du mobilier : t.c. F^OO ; /a3£ S..... L t yv^k'vt.^.. £ Afc f^lx.f-,.. i A t ^ û t v i ^ des fonds documentaires: L&... F.tMV Nc des 10 à 20 diapo. les plus représentatives fouille
  • : . t / l . . nbre fig. : - H . . nb. planches : .. 4 . 9 LE CIMETIERE DE L'AGE DU FER DE KERVELLEC MORLAIX-PLOUJEAN (Finistère) n° de site : 29 151 004 DFS DE SAUVETAGE URGENT (07/06/1995 - 14/06/1995) et de FOUILLE PREVENTIVE (01/07/1996 -25/07/1996) par Michel LE GOFFIC avec
  • la collaboration de Josick PEUZIAT et Laure HUMBERT dessins de Bertrand GRALL CONSEIL GENERAL DU FINISTERE SERVICE DEPARTEMENTAL D'ARCHEOLOGIE 1996 SOMMAIRE 1. Circonstances de la découverte et motif de la fouille p. 1 2. Localisation p. 3 3. Contexte archéologique p. 3 4
  • structures mises au jour 5.3.1. Les trous de piquet 5.3.2. Les fosses 5.3.3. Le fossé 5.3.4. L'empierrement p. p. p. p. p. 5.4. Le cimetière de l'Age du Fer 5.4.1. Disposition spatiale des sépultures 5.4.2. Les incinérations en urnes p. 37 p. 37 p. 39 5.4.3. Les dépôts osseux sans
  • poterie et des fragments d'os brûlés, mais n'y prêta pas attention pensant qu'il s'agissait d'une sorte de dépotoir récent ou bien encore que ces vestiges étaient arrivés à cet endroit avec du fumier au temps où sa propriété faisait partie d'une vaste parcelle cultivée. En approchant
  • fut fait le 16 mai 1995. Après avoir pris rendezvous, nous nous sommes rendu sur place dès le lendemain et avons constaté que nous étions en présence d'un cimetière de l'Age du Fer. Notre attention fut attirée par un gros galet qui se trouvait sur la terrasse. M. JOURDRIN nous
  • et s'estompant vers le bas de la pierre. Les mesures conservatoires provisoires nécessaires furent alors prises en l'attente d'une visite et d'une décision du Service Régional d'Archéologie. Au cours de la visite du 22 mai, il fut décidé de procéder dans un premier temps à une
  • contrainte archéologique. Le Service Départemental d'Archéologie du Finistère accepta de prendre la charge de ces opérations échelonnées sur deux années (1995 et 1996). Fi g. 2 : Vue de la façade nord de l'extension avant la fouille. 2. Localisation L'endroit où a eu lieu la
  • découverte se trouve au nord de la commune de MorlaixPloujean, à 1,6 km au N-N-0 de l'église de Ploujean (fig. 3). Deux cents mètres plus au nord, est le Menez, sommet de toute cette partie du Trégor finistérien qui barre le fond de la baie de Morlaix, au confluent des rivières de Morlaix
  • et du DourdufF ; un point coté indique l'altitude de 92 m. Il s'agit d'un endroit stratégique qui commande l'entrée de la rivière de Morlaix et cette position importante n'a pas échappé aux occupants allemands pendant la seconde guerre mondiale ; en effet, le sommet du Menez
  • montre de nombreux ouvrages, bunkers, casemates et tranchées. Il est raisonnable de penser que l'occupation du site à l'Age du Fer était aussi liée à la position stratégique du Menez. La nécropole est située sur le versant sud-est de ce Menez, à une altitude de 70 m. Les coordonnées
  • cours duquel se sont développées des chiastolites de dimension millimétrique. Deux photos (fig. 5 et 6), aimablement communiquées par M. Jourdrin, montrent l'état des terrassements lors de la construction de l'annexe. On remarque nettement un sol brun peu développé au-dessus du bed
  • différents sites et découvertes de l'Age du Fer s.l. (fig. 7), afin de mesurer l'importance et la localisation de l'occupation humaine à cette époque. Le cairn de Barnenez en Plouézoc'h a été fréquenté à l'Age du Fer comme en témoignent les tessons de poterie découverts dans les chambres
  • présence de souterrains armoricains. Il en est ainsi de celui de Kerevert à Henvic (Le Goffic, 1993), sur la face occidentale de la baie de Morlaix, et de ceux de Nerf-Hir et du Cosquer en Plougasnou (Le Goffic, 1993 ; Giot, 1970), de Toul ar Groaz en Plouézoc'h, de Quef-Du en Garlan
RAP02811.pdf (CORSEUL (22). 1 rue du Temple de Mars. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • CORSEUL (22). 1 rue du Temple de Mars. rapport de diagnostic
  • Recouvrement des vestiges et pendage du terrain naturel Les vestiges de la tranchée 1 L’époque gallo-romaine Les sépultures Les vestiges de la tranchée 2 Etude du mobilier archéologique La céramique et l’instrumentum Données générales Présentation par contexte Les monnaies Synthèse et
  • Assistant d’études et d’opérations Conservateur du patrimoine Topographe Technicienne de fouille Céramologue Dessinateur Anthropologue Etude, synthèse, rédaction, infographie Etude des monnaies Réalisation des plans topographiques Traitement du mobilier Etude et inventaire du mobilier
  • était aussi l’occasion de voir comment les anciens ont géré les questions topographiques, car le profil du terrain présente un pendage ouest-est assez prononcé. L’intervention a confirmé la présence de vestiges antiques. Ces derniers sont toutefois fortement érodés ou ont
  • ampleur destinés à corriger la topographie naturelle du site. Le decumanus épouse le profil du terrain et présente donc un fort dénivelé d’ouest en est. Il faut aussi envisager un étagement des constructions au cœur même de l’îlot de la Place du Centre qui devait d’ailleurs dominer
  • , assiette du projet, offre un profil sommital relativement plat, malgré une légère pente d’ouest en est. A l’emplacement des sondages, sa surface initiale 28 II. Résultats Corseul (22), 1, rue du Temple a été abaissée d’est en ouest de 0,30 m à 0,80 m à la suite de la déconstruction
  • moins de 0,40 m, ce remblai offre un pendage qui suit la topographie naturel du terrain. On le retrouve également à la hauteur du sondage 2 (US 203), où son épaisseur atteint 0,50 m (fig. 6, coupe 4). Son sommet est assez plat et semble épouser le profil sommital des vestiges
  • . Ferrette-Inrap). N0 SE 77,53 m 0 Fig. 8 : Plan et profil de la fosse 101 (Dao R. Ferrette-Inrap). 50 cm 1 2m 1/50 A 8 m du bord de la tranchée, un segment de maçonnerie gallo-romaine d’orientation nord-est/sud-ouest a été découvert (M. 107). Il s’agit d’un radier de fondation
  • . J.-C (infra 3.2). A l’est de M. 110, le décapage s’est arrêté sur des sols légers en terre 32 II. Résultats Corseul (22), 1, rue du Temple ou en schiste dont les contours en plan non pas été relevés6. 2.3.2 Les sépultures (Etude anthropologique par Myriam Le Puil- Texier
  • (US 119) se signale simplement par la base d’un crâne à l’emplacement du mur antique 107. L’orientation des trois sépultures avérées et des creusements 105 et 120 s’écarte nettement assez de celle de la trame antique. Seule la fosse 113 adopte une orientation est-ouest, tandis que
  • base d’un crâne retrouvé au dessus du mur gallo-romain M. 107 (fig. 10). Un nettoyage manuel du secteur n’a pas permis de déceler d’autres éléments du défunt ou les contours d’un éventuel creusement. La découverte de morceaux de crâne dans les déblais à la hauteur de M.107 invite
  • possibilité d’une sépulture dont les restes du défunt ne sont pas conservés est envisageable. Sép. 120 Sép. 119 ? 77.10 76.96 77.35 M. 107 77.22 Sondage Eléments ferreux 0 50 cm 1 2m 1/50 77.82 76.96 : alti. substrat Fig. 10 : Localisation de la base du crâne 119 et plan de la
  • 111 à 113 (E. Boris-Inrap). Cliché 4 : Sépultures 111 (à droite de la mire) et 112 depuis le nord (R. Ferrette-Inrap, inv. 8451). 36 II. Résultats Corseul (22), 1, rue du Temple Crâne ONO ESE 76,7 m 0 50 cm 1 ● La sépulture 113 Cette sépulture se trouve aux limites SE
  • profil de la fosse 113 (R. Ferrette-Inrap). Position générale du corps : Le défunt est allongé sur le dos selon un axe ONO/ESE, la tête à l’ouest. Les membres supérieurs sont en extension, les mains venant se poser sur les hanches (ailes iliaques). Le squelette céphalique, écrasé, se
  • Diagnostic archéologique Diagnostic archéologique Rapport final final d’opération d’opération Rapport Corseul, Côtes-d’Armor, 1 rue du Temple de Mars Corseul (22), 1 rue de Temple de Mars sous la direction de Romuald Ferrette Inrap Grand Ouest décembre 2012 Code Inrap
  • Rapport final d’opération Corseul (Côtes-d’Armor) - 1 rue du Temple de Mars Inrap Grand-Ouest 37 rue du Bignon, CS 677737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40, grand-ouest@inrap.fr Décembre 2012 Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 7 8 9 10 10 11 13
  • 18 19 Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique Etat du site Localisation de l’opération Arrêté de prescription Arrêté d’autorisation de fouille Projet scientifique Résultats 23 1 23 24 25 26 27 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 28 2 28 28 30 30 33 38
  • 2.1 2.2 2.3 2.3.1 2.3.2 2.3 49 3 40 40 40 43 3.1 3.1.1 3.1.2 3.2 44 4 44 46 4.1 4.2 Le cadre de l’intervention Le contexte géographique L’environnement archéologique Problématiques du diagnostic Le mode opératoire L’enregistrement des données Les résultats Introduction
  • conclusions Les vestiges au sein de la trame antique de Corseul La nécropole du haut Moyen Age 48 Bibliographie 49 Annexes 51 52 53 Annexe 1 : Inventaire du mobilier Annexe 2 : Inventaire des figures et des clichés du rapport d’opération Rapport de datations radiocarbonnes (Beta
  • Analytic Limited) I. Données administratives, techniques et scientifiques I. Données administratives, techniques et scientifiques Corseul (22), 1, rue du Temple de Mars
  • ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Fiche signalétique ____________________________ Localisation Région Bretagne Département Côtes d’Armor (22) Commune Corseul Lieu-dit 1 rue du Temple ____________________________ Codes Codes INSEE 22048 Numéro de l’entité archéologique ____________________________ Coordonnées
RAP01731.pdf (SAINT-JACUT-DE-LA-MER (22). les Haches. rapport de sauvetage urgent)
  • SAINT-JACUT-DE-LA-MER
  • SAINT-JACUT-DE-LA-MER (22). les Haches. rapport de sauvetage urgent
  • RITE ET ORGANISATION p.56 SANCTUAIRE p.57 LES OBJETS SIGNIFICATIFS p.58 DE LA NECROPOLE AU SANCTUAIRE p.59 LES CARACTERISTIQUES ET L'ORIGINALITE DU SITE p.60 LES HACHES DANS SON ENVIRONNEMENT p.62 BIBLIOGRAPHIE p.64 ANNEXES ANNEXE 1 : ETUDE ANTHROPOLOGIQUE DES
  • . - Laboratoire d'Anthropologie; Université de Bordeaux I. Etude anthropologique des sépultures. - Laboratoire d'Archéométrie; Université de Rennes I. Datation archéomagnétique des tegulae. - Laboratoire Arc'Antique; Nantes. Stabilisation et restauration du mobilier métallique. SITE
  • conservés a permis de prouver que le sujet reposait bien sur le dos. Le coude gauche est en flexion complète puisque l'humérus est parallèle aux deux os de l'avant-bras. La main a complètement disparu. L'humérus symétrique est au-dessus de l'emplacement du crâne dont il ne subsiste
  • à 5) 1- DmiPTIOi^. Au dégagement, il n'est tout d'abord apparu qu'un crâne fragmenté sur place. La fouille du secteur avoisinant n'a livré aucun autre vestige squelettique. A ce moment de la fouille, il importait de préciser s'il s'agissait d'une sépulture perturbée ou bien
  • COQUILLIER CONSTITUTION DU DEPOT LA STRUCTURE INTERNE LE MOBILIER INTERPRETATION ET DATATION p. 8 p.9 p.9 p.H p.11 p.13 LA ZONE SABLEUSE p.14 L'ESPLANADE p.14 LE MOBILIER DE L'ESPLANADE p.15 LA STRUCTURE CIRCULAIRE p.17 DESCRIPTION DU MOBILIER DU RESTE DE LA SURFACE SABLEUSE p.19 ZONE
  • SEPULTURES ANNEXE 2 : LA POTERIE ET L'ETAT DE LA QUESTION EN 1992 ANNEXE 3 : DATATION ARCHEOMAGNETIQUE DES TEGULAE PRESENTATION ILOT DES EMMERZIES? VUE DU FICHE D'IDENTITE CQmjnmne I Saint-Jacut-de-la-Mer, Côtes-d'Armor (22). L i e u - d i t . L e s Haches (ilôt des Emmerzies ou des
  • Morzies) hors cadastre. Çjoordonnjées ...Lamb Zone I X : 266.780 Y : 113.200 Mt.itude NSF.„:. Plate-forme orientale : « 11,50 mètres NGF, pour la zone sommitale, soit 18 mètres au dessus du zéro des cartes marines. Le gisement bas, objet de la fouille de sauvetage urgent de 1990
  • : « 7 mètres N.G.F. soit 13,50 mètres au dessus du zéro des cartes marines. Invmteur__j:. J.Y. Cocaign, Juillet 1989. Propriétaire ; ? C.Q.nji.e..rv.at.iQ.n^e^^^ étude du mobilier _: Centre Régional d'Archéologie d'Alet (Saint-Malo) Lâbor a t o ir ê.s.. .a s s o cl_é sj
  • partie sud des Haches à l'île des Ebihens, elle même alors reliée à la presqu'île de Saint-Jacut par un cordon de sable et par les grèves alors exondées. Un passage à pied est alors possible à partir du continent. A marée haute, la mer rend aux Ebihens son caractère ilien et les
  • récifs des Haches se trouvent en partie recouverts par les eaux. Seules les têtes rocheuses très découpées restent alors émergées. Le site archéologique se situe sur l'îlot des Emmerzies, Merzies ou Morzies, suivant les appellations. Il est le premier accessible en venant du sud et le
  • seul à accueillir une couverture végétale dans cet environnement très minéral et maritime. L'îlot des Emmerzies est situé sur un plateau rocheux globalement arrasé à une cote de 7 mètres au dessus du niveau 0 des cartes marines. Il est formé de deux sommets rocheux, accueillant une
  • place à des vestiges potentiels. La plate-forme centrale (13,50 mètres maximum au dessus du 0 des cartes marines) constitue un passage par lequel s'engouffre au nord comme au sud la mer aux grandes marées, séparant nettement les deux sommets. Le gisement A, objet de la campagne de
  • Emmerzies consistent en des falaises brutes plus ou moins escarpées. La tête rocheuse orientale des Emmerzies qui constitue l'essentiel du site archéologique, a une altitude maximum de 18,50 mètres au dessus du 0 des cartes marines (soit » 12 m NGF) . Globalement inclinée vers le sud
  • : ' os Ö,- i:- - Oi Röche Gautrac J.o- iß. m ^diety i7 J. LI^'ilaLLoqe / - -tJ .•dLIillKS-EHBlENS . àa t •Vi,- ',-ile P'Mnon -: ¿Îfi/Si/ \ iiT'J ' du Chevet ( 'fie I W.-, . 3. !, 0O dWv. LES CAMPAGNES DE FOUILLES PRECEDENTES En été 1989 le gisement A en cours de
  • dégradation par l'action de la mer, fut découvert par J.Y. Cocaign. A l'issue de la fouille de sauvetage urgent qui à été effectuée en février et mars 1990, il a pu être mis en évidence que la formation du gisement était consécutive à l'action de la mer et que seule une petite surface de
  • retrouvé aussi bien dans le gisement que dans l'éboulis rocheux situé en contrebas. En ce cas il est originaire de la plate-forme et son déplacement a été provoqué par l'action de la mer. L'intérêt majeur de ce gisement résidait dans la qualité du mobilier. Notamment, la présence de 164
  • fragments de statuettes en argile cuite blanche, avait permis de rattacher à ce site une fonction cultuelle, religieuse. Les fragments de tegulae, datées depuis par archéomagnétisme d'entre 30 et 70 ap. JC, traduisaient la présence d'un bâtiment, et corroboraient la datation du site
  • évaluée entre la fin du premier siècle avant J.C. et le début du second siècle après J.C. En été 1991, l'étude de la plate-forme rocheuse orientale a permis de retrouver des aménagements et structures en place. Au sein d'un important dépôt coquillier destiné à aménager un sol (Cf
  • méritait d'être complétée par une étude exhaustive du site, face à l'érosion marine toujours aussi active. L'organisation totale des structures, c'est à dire la géométrie interne du site, devait être envisagée dans sa globalité. Cela semblait être un des éléments majeurs permettant
  • d'appréhender leur rôle et leur intérêt. Perçu comme un probable sanctuaire, la fouille se devait de préciser l'interprétation du site. La présomption de phase antérieure à l'organisation dépôt coquillier permettait d'espérer la conservation traces significatives de l'organisation précédente
RAP02583.pdf (BAIS (35). lotissement, lot n° 25 , l'ensemble funéraire antique de Bais, le hameau du Fresne. rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • BAIS (35). lotissement, lot n° 25 , l'ensemble funéraire antique de Bais, le hameau du Fresne. rapport de fouille
  • versant orienté au sud-est. Le profil sédimentaire est simple : la terre végétale (couche de labour), d'épaisseur variable (0,3 m et 0,5 m) surmonte directement le substrat. Ce dernier est constitué d'argile d'altération du socle rocheux, plus ou moins hydromorphe. Toutefois le sol ne
  • ). Type : pot à cuire. Description : après remontage des fragments, le profil complet du vase se compose d'une base étroite à fond légèrement rentrant. La panse présente un profil ovoïde terminée par un épaulement courbe assurant la jonction (angulaire) avec un col court concave. Le
  • lté al î Institut national de recherches archéologiques préventives I I n r a p C.ç, fa c o ^ Eti £ ™ * PRIVEE 25 O o+5 'ta CU o o 0 ro TJ =§ 1 I O Q. Q. (0 ßg » i i ¡apt L'ensemble funéraire antique de Bais, Le Hameau du Fresne sous la direction de Myriam
  • Texier a Inrap Grand Ouest juin 2010 ì 2583 . I n r a n + g S O CT ? tO 0) ^O O ro =b O O Q. sa m m o 2 o 1. L'ensemble funéraire antique de Bais, Le Hameau du Fresne g-"5 (0 -r Institut national de recherches archéologiques préventives sous la direction de
  • par avec la collaboration de avec la participation de Myriam Texier Françoise Labaune-Jean Dominique Pouille Laurent Aubry, ; Claire Guého Fabrice Le Campion Solenn Le Forestier André Nové-Josserand Inrap Grand Ouest — aj o ° in CM ° I 37 rue du Bignon, 35577 Cesson
  • Arrêté de prescription 11 Localisation de l'opération 15 Cahier des charges 19 Arrêté de désignation 21 1.1 Le cadre de l'intervention 21 1.1.1 Introduction 21 1.1.2 Rappel des découvertes antérieures (par Dominique Pouille) 26 1.1.3 Les ensembles funéraires du Haut
  • -Empire dans la région 27 1.1.4 Le contexte géographique et géologique 27 1.1.5 L'espace funéraire au terme du décapage 29 1.2 Le cadre méthodologique 29 1.2.1 Objectifs de l'opération 29 1.2.2 Techniques d'investigations 29 1.2.3 Protocoles d'enregistrement et de
  • 166 La tombe 207 168 La tombe 208 170 La tombe 209 173 La tombe 210 176 La tombe 211 179 La tombe 212 181 La tombe 301 (urne prélevée au cours du diagnostic) 183 2.2 Architecture des fosses 183 2.2.1 Morphologie des tombes 183 2.2.3 Le comblement et le dispositif
  • de fermeture des sépultures 186 2.2.4 Le dispositif de fermeture des vases cinéraires 186 2.3 La répartition du mobilier funéraire dans les tombes 186 2.3.1 Les vases d'accompagnement 188 2.3.2 Le mobilier d'accompagnement primaire et secondaire 188 2.3.3 Les éléments de
  • funéraires 206 3.3 Bilan et perspectives 209 Bibliographie générale 211 Annexe 1 ; Méthodes d'estimation de l'âge au décès 4 Inrap • RFO de fouille L'ensemble funéraire antique de Bais, Le Hameau du Fresne 213 Annexe 2 : étude de la céramique et du mobilier métallique 295
  • Conditionnement des mobiliers et prélèvements 297 Inventaire du mobilier archéologique 299 Documents graphiques et photographiques i!l. Inventaires techniques Données administratives, techniques et scientifiques 6 L'ensemble funéraire antique de Bais, Le Hameau du Fresne Inrap • RFO
  • de fouille Fiche signalétique Localisation Région Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l'environnement C o m m u n e de Bais M r Le Maire Service de l'urbanisme 3 5 1 7 3 Bais Inrap G r a n d Ouest 3 7 rue du Bignon CS 6 7 7 3 7 3 5 5 7 7 Cesson
  • -Sévigné et Centre archéologique Inrap 3 7 rue du Bignon CS 6 7 7 3 7 3 5 5 7 7 Cesson-Sévigné Références de l'opération Dates d'intervention sur le terrain Bretagne Propriétaire du terrain Département Ille-et-Vilaine (35) Commune Bais Adresse ou lieu-dit Le H a m e a u du Fresne
  • Organisme de rattachement Numéro de l'arrêté de prescription préparation Codes 2 0 0 8 / 0 8 7 du 26/5/2008 du code INSEE Numéro de l'opération fouille 35 0 1 4 DB05025502 du 27/10/2008 au 28/11/2008 Numéro de l'entité archéologique Numéro de l'arrêté de désignation post
  • -fouille N o n renseigné du responsable 2 0 0 8 / 1 7 3 en date du 24/10/2008 Coordonnées géographiques et altimétriques selon le système national de référence x: 329699.8092 y: 341157.4495 z : 72 à 64 m N G F Références cadastrales Commune Bais Année section(s) Maître d'ouvrage
  • des travaux d'aménagement C o m m u n e de Bais Surface du projet d'aménagement 1912 m 2 Emprise de la fouille 589 m 2 Opérateur d'archéologie Inrap G r a n d Ouest H parcelle(s) 1309 Responsable scientifique de l'opération M y r i a m Texier, Inrap 7 I. Données
  • Restauration 8 I n r a p • RFO d e f o u i l l e L'ensemble funéraire antique de Bais, Le H a m e a u du Fresne Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d'appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l'opération Stéphane D e s c h a m p s
  • , SRA Conservateur régional de l'archéologie Prescription et contrôle scientifique Paul-André Besombes, SRA Conservateur en charge du dossier Prescription et contrôle scientifique Michel Baillieu, I n r a p A d j o i n t scientifique et technique Mise en place et suivi de l
  • ' o p é r a t i o n et de recherches R e s p o n s a b l e scientifique du diagnostic, c o n t r i b u t i o n à l'étude d u contexte archéologique M y r i a m Texier Assistante d'étude, a n t h r o p o l o g u e É t u d e des dépôts cinéraires Prénom Nom, organisme
  • d'appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l'opération Collaborations Intervenants administratifs Stéphane D e s c h a m p s , SRA Conservateur régional de l'archéologie Prescription et contrôle scientifique Paul-André Besombes, SRA Conservateur en charge du
RAP02411.pdf (PLOUZANE (29). Pen ar c'hoat, construction d'une stabulation et d'une fumière. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • PLOUZANE (29). Pen ar c'hoat, construction d'une stabulation et d'une fumière. rapport de diagnostic
  • Françoise Labaune-Jean, INRAP Céramologue Etude du mobilier gallo-romain Équipe de diagnostic Équipe de post-fouille Arnaud Desfonds, INRAP Assistant d’étude et d’opération DAO Myriam Texier, INRAP Anthropologue Etude de la tombe à crémation 3 NOTICE SCIENTIFIQUE Cette
  • des offrandes alimentaires déposées près du défunt lors du rituel de la crémation. Crâne Tronc Membres Membres Membres Indéterminés Total supérieurs inférieurs indéterminés 45,25 7,62 3,07 17,48 32,14 26,22 Tab. 1 : Représentation pondérale de l’amas osseux par région
  • urne cinéraire. D’un point de vue chronologique, ce type de profil est difficilement caractéristique d’une période durant l’Antiquité. On retrouve, en effet, cette forme générique de pot à lèvre arrondie du I er au III e siècle de notre ère. Cependant, par l’aspect de la pâte et le
  • profil de la lèvre, il faut vraisemblablement envisager, de préférence, un vase en usage au cours du I er siècle de notre ère. Toutefois cette proposition est avancée avec toutes les réserves qu’il se doit, en l’absence d’élément complémentaire associé à ce récipient pour corroborer
  • sableux brun clair homogène. Figure 8 : Localisation et coupes des principaux faits archéologiques sondés. 1m 50 100m Photo 3 : Profil du fossé Fait 3.3. Cliché : Laurent Aubry Photo 4 : Profil du fossé Fait 4.7. Cliché : Laurent Aubry Inrap –- RFO de diagnostic archéologique
  • et d’une fumière sous la direction de Laurent Aubry Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Août 2011 avec la collaboration de Arnaud Desfonds Françoise Labaune-Jean Myriam Texier SOMMAIRE I. 1 2 3 4 4 5 7 11 Données administratives, techniques et
  • scientifiques Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique Etat du site Localisation de l’opération Arrêté de prescription Arrêté de désignation II Résultats 14 1 PRESENTATION DE L’OPERATION ARCHEOLOGIQUE 14 14 14 20 1.1 1.2 1.3 1.4 Les raisons et les
  • vestiges archéologiques Une fosse à crémation gallo-romaine isolée 24 25 25 2.1.1.3 2.1.1.4 29 Description de la structure funéraire 2.1.1.2 Etude biologique de la tombe à crémation secondaire (par Myriam Texier) Etude de la céramique (par Françoise Labaune-Jean) Un réseau fossoyé
  • ______________________ Dates d’intervention sur le terrain Du 06/06/2011 au 09/06/2011 Surface brute à diagnostiquer 14535 m² Surface sondée 1732 m² soit 11,92 % Niveau d’apparition des vestiges Entre 0,50 m et 0,70 m GAEC HINDRE __________________________ Nature de l’aménagement Construction d’une
  • stabulation et d’une fumière __________________________ Opérateur d’archéologie INRAP Commune Plouzané Année 2011 __________________________ Responsable scientifique de l’opération Laurent Aubry Section et parcelle(s) D 649 et D 998 Statut du terrain au regard des législations sur le
  • patrimoine et l’environnement Néant ______________________ Organisme de rattachement INRAP Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 37577 Cesson-Sévigné 1 Inrap –- RFO de diagnostic archéologique Plouzané (29) « Construction d’une stabulation et d’une fumière» I. Données administratives
  • Chalcolithique Protohistoire Âge du Bronze ancien moyen récent Âge du Fer Hallstatt (premier âge du Fer) La Tène (second âge du fer) X Antiquité romaine (gallo-romain) République romaine Empire romain Haut-Empire (jusqu'en 284) Bas-Empire (de 285 à 476) Époque médiévale haut Moyen Âge Moyen
  • sondage Prénom Nom, organisme d’a ppartenance T âches géné riques T âches affec tées da ns le ca dre de l’opé ration Laurent Aubry, INRAP Chargé d’opération et de recherche Responsable scientifique Anne-Françoise Cherel, INRAP Céramologue Suivi du diagnostic Vincent Pommier
  • , INRAP Cellule topographique du Grand-Ouest Relevé des structures Prénom Nom, organisme d’a ppartenance T âches géné riques T âches affec tées da ns le ca dre de l’opé ration Laurent Aubry, INRAP Chargé d’opération et de recherche Responsable scientifique de l’opération
  • intervention archéologique a été entreprise sur la commune de Plouzané (Finistère). Ce diagnostic d’une superficie de 14535 m², a été réalisé du 6 au 9 juin 2011. Les tranchées de sondage nous ont permis d’identifier un réseau fossoyé agraire probablement gallo-romain rattaché à un habitat
  • situé en dehors de l’emprise du diagnostic. Les vestiges d’une incinération isolée et datée de la même période ont également été exhumés. Les autres structures fossoyées retrouvées (fossés parcellaires pour l’essentiel) appartiennent à une organisation du paysage beaucoup plus
  • récente (périodes moderne et contemporaine). Ce diagnostic a été réalisé par l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventive sous le contrôle scientifique du Service Régional de l’Archéologie de Bretagne. ETAT DU SITE La totalité des tranchées réalisées sur l’emprise de la
  • zone diagnostiquée ont été rebouchées à l’issue du diagnostic. L’emprise totale des sondages est de 1732 m² soit 11,92 % de la surface prescrite par le SRA de Bretagne. 4 Localisation de l’opération Brest St Brieuc Plouzan é Ren nes Quimpe r Vannes Nan tes Bretagne
  • Finistère Plouzané Pen ar C’Hoat Section(s) et parcelle(s) D 649 et D 998 X : 1137300 Y : 7272000 Z : de 65 m à 71 m NGF 00 00 1km 1km 11kmkm DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ------------EXTRAIT DU PLAN CADASTRAL INFORMATISÉ ------------- Dépa rte me nt : FINISTERE
  • re du budg et, des co mptes pu blics et de la réforme de l'État 1137200 1137400 1137200 1137400 II. Résultats Inrap –- RFO de diagnostic archéologique Plouzané (29) « Construction d’une stabulation et d’une fumière» II. Résultats
RAP03508 (VANNES (56). Le Bondon. Rapport de sondage 2007)
  • VANNES (56). Le Bondon. Rapport de sondage 2007
  • NIRRENGARTEN Jean-Pierre PENNES Georges ROUGERIE Josiane ROUSSEL Jean-Claude SICARD Daniel TATIBOUET Hervé THEPAULT André TRIBALLIER Equipe de post-fouille Nettoyage, conditionnement et inventaire du mobilier : Jean-Luc DARE, Sébastien DARE Etude de la céramique, du verre, des ardoises de
  • couverture et des terres cuites architecturales : Sébastien DARE Etude anthropologique : Gwendal GUEGUEN, anthropologue Etude numismatique : Thibault CARDON, Archéo-numismate indépendant Etude des éléments de sculpture : Diego MENS, conservateur du patrimoine, conseil départemental du
  • Morbihan. Etude historique : Victorien LEMAN, historien libéral et doctorant en Histoire et civilisation médiévales Université de Picardie Dessins et infographie : Jean-Luc DARE, Sébastien DARE, Clément LE GUEDARD Photogrammétrie : Clément LE GUEDARD Rédaction du rapport : Sébastien
  • résultats 3.5.3. La couverture en ardoise : synthèse 3.5.4. Etude des terres cuites architecturales 3.6. Les blocs et fragments architecturaux 3.6.1. Les différentes roches 3.6.2. Elaboration du catalogue 3.6.3. Catalogue 3.7. Etude anthropologique (G. Gueguen) 3.7.1
  • collaboration de Jean-Luc Daré et de Clément le Guédard Service régional de l’Archéologie de Bretagne juin 2017 Cé r a m Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan Conditions d’utilisation des documents Les rapports d’opération archéologique (diagnostic, fouille
  • , document final de synthèse, sondage, sauvetage…) sont des documents administratifs communicables au public, en application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée et portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public. L'accès à ces
  • documents administratifs s’exerce auprès des administrations qui les ont élaborés ou qui les détiennent, au choix du demandeur et dans la limite de leurs conditions d’accueil. La mise en ligne des rapports par le SRA Bretagne a pour objectif de faciliter cette consultation. La
  • consultation et l’utilisation de ces rapports s’effectuent dans le respect des dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives aux droits des auteurs. Notamment en application de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle, cela implique que : 1) les prises de
  • notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas
  • , n’est possible que dans le cadre de courtes citations qui doivent être justifiées, par exemple par le caractère scientifique de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, et sous réserve de l’indication claire du nom de l’auteur et de la source (références exactes et complètes de
  • l’auteur, de son organisme d’appartenance et du rapport); 3) la représentation ou la reproduction d’extraits est possible à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, dès lors que le public auquel elle est destinée est majoritairement composé
  • d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code
  • service régional de l’Archéologie, suivant les dispositions de la loi modifiée n° 78-753 du 17 juillet 1978. Aux termes de la circulaire de mars 1996, prise pour application, ils pourront donc être consultés en respect des droits de propriété littéraire et artistique possédées par les
  • auteurs et les contraintes qui en résultent. La prise de notes et les photocopies sont autorisées pour un usage exclusivement privé et non destinées à une utilisation collective (article L122-5 du code de la propriété intellectuelle). Toute reproduction du texte, accompagnée ou non de
  • photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le cadre de la courte citation, avec les références exactes et complètes de l’auteur et de l’ouvrage. Par ailleurs, l’exercice du droit de la communication, exclut, pour ses bénéficiaires ou pour les tiers, la possibilité de
  • reproduire, de diffuser ou d’utiliser à des fins commerciales les documents communiqués (loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, art. 10). Illustration de couverture - La partie occidentale de l’église au niveau du contrefort MR 1015 et du caveau funéraire 1030 (S. Daré positif du sceau
  • naviforme de la prieure des carmélites du Bondon (© Musée Dobrée_sceau_N-5662a). © CERAM) ; Fiche signalétique Localisation Région : Bretagne Département : Morbihan (56) Commune : Vannes Code INSEE : 56 260 Lieu-dit ou adresse : Le Bondon Références cadastrales : 2007-2008 : section
  • Descriptif de l’opération archéologique Nature de l’opération : sondage archéologique Arrêté d’autorisation : 2007-260 en date du 30 juillet 2007 2008-245 en date du 5 juillet 2008 2008-248 en date du 6 août 2008 Responsable scientifique de l’opération : Alain TRISTE, archéologue
  • , président du CERAM Organisme de rattachement : CERAM – Centre d’Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan – association loi de 1901 créée en 1977 Maître d’ouvrage : Groupe Lamotte constructions et la SCI Chimère Maître d’œuvre : Groupe Lamotte constructions Raison de
  • l’intervention : constructions de deux immeubles Terrassements : Entreprise Charier TP Surface décapée et fouillée : Fouille menée jusqu’au substrat : oui Dates d’intervention sur le terrain : 30 juillet au 16 août 2007; 5 au 26 juillet 2008 ; 8 au 30 septembre 2008 Lieu de dépôt du mobilier
RAP02831.pdf (CHÂTEAUNEUF-DU-FAOU (29). le Pouley : diagnostic archéologique avant l'agrandissement d'un lotissement. rapport de diagnostic)
  • CHÂTEAUNEUF-DU-FAOU
  • opération préventive de diagnostic
  • CHÂTEAUNEUF-DU-FAOU (29). le Pouley : diagnostic archéologique avant l'agrandissement d'un lotissement. rapport de diagnostic
  • à crémation secondaire gallo-romaine. 18 18 2.1.1 - Le contenu de l’urne. 20 2.1.2 - Le défunt . 21 2.1.3 - Etude de l’urne funéraire - inventaire du mobilier. 22 2.2 - Les fossés de parcellaire. 24 3 - Conclusion et notice synthétique. 25 Bibliographie. Liste des
  • Françoise Labaune/Jean, Inrap Chargé d’études (céramologue) Tâches affectées dans le cadre de l’opération Coordination scientifique, infographie, texte, dessins et mise en page du RFO Etude du mobilier céramique 5 Châteauneuf-du-Faoux (29), « Le Pouley
  • dans sa partie inférieure. Il est comblé de limon brun mêlé et n’a livré que quelques esquilles osseuses brûlées. 3 Etude : Myriam Le Puil-Texier 20 Châteauneuf-du-Faou (29), « Le Pouley » ________________________________ Janvier 2013 Figure n°09 : Coupe stratigraphique
  • -600° 21 Châteauneuf-du-Faou (29), « Le Pouley » Crâne ________________________________ Janvier 2013 Tronc Membres Membres Membres Indéterminés Total supérieurs inférieurs indéterminés 0,65 5,87 3,14 25,65 11,85 47,16g Tableau n°1 : Représentation pondérale des os incinérés
  • par région anatomique de la tombe. Figure n°10 : Esquilles osseuses récupérées dans l’urne funéraire. 2.1.3 - Etude de l’urne funéraire -inventaire du mobilier5 La parcelle abordée ici sur la commune de Châteauneuf-du-Faou a livré une incinération en récipient céramique. Après
  • retrait du comblement, l’urne est constituée de 35 tessons, permettant de restituer le profil d’un pot en céramique commune sombre tournée. Celui-ci se compose d’une base étroite, scellée par un fond à profil conique rentrant. La panse ovoïde est assez haute. Son diamètre maximal est
  • souligné par une petite cannelure horizontale, à partir de laquelle la panse diminue progressivement. Elle se termine par un col court et un bord à lèvre légèrement épaissie en amande, éversée vers l’extérieur. Blanc : > 700° Etude : Françoise Labaune/Jean. 5 22 Châteauneuf-du-Faou
  • Diagnostic archéologique Rapport final d’opération Châteauneuf-du-Faou, Finistère, lieu-dit «Le Pouley» Diagnostic archéologique avant l’agrandissement d’un lotissement à Châteauneuf-du-Faou dans le Finistère. Sous la direction de Eddie Roy Inrap Grand Ouest, Janvier 2013
  • . Diagnostic archéologique d’opération Rapport Final Nr site Châteauneuf-du-Faou (Finistère) Lieu-dit « Le Pouley ». sous la direction de avec la collaboration en phase terrain de avec la collaboration en phase post-fouille de Eddie Roy Philip Miler Françoise Labaune/Jean
  • (céramologues) et Myriam Puil- n°2011-144 prescriptions SRA Arrêtés de Texier (Anthropologue) INRAP Grand-Ouest DA 05 04 54 01 Code Inrap 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson Sévigné Janvier 2013 Sommaire. Données administratives, techniques et scientifiques Pages 3 Fiche
  • figures. 26 26 Localisation Région Bretagne Département Finistère (29) Propriétaire du terrain Post-fouille (alternée) Du 18/02/2013 au 21/02/2013 Commune de Châteauneuf-duFaou. ___________________________ Lieu de dépôt des archives : Références de l’opération Numéro de
  • l’arrêté de prescription Commune Châteauneuf-du-Faou INRAP, Cesson-Sévigné n°2011/144. Numéro de l’opération Lieu de dépôt de mobilier : DA 05 04 54 01 Adresse ou lieu-dit «Le Pouley » Numéro de l’arrêté de désignation N°2012/270. Codes Code INSEE Non communiqué Numéro de
  • Opérateur d’archéologie Inrap Grand-Ouest x : 7243800 y : 1194200 Responsable scientifique de l’opération Eddie Roy, assistant d’études, Inrap. z : non communiqué Références cadastrales Commune Châteauneuf-du-Faou Année 2012 Section B, Parcelles : n°956 Statut du terrain au
  • regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Non communiqué Organisme de rattachement Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 37577 Cesson-Sévigné Dates d’intervention sur le terrain Préparation Le 04/01/2013 Fouille Du 07/01/2013 au 09/01/2013 INRAP, Cesson
  • -Sévigné. _________________________ Châteauneuf-du-Faoux (29), « Le Pouley » ______________________________________________ Janvier 2013 Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération
  • François Erlenbach, DRAC Directeur régional des affaires culturelles Prescription et contrôle scientifique Stéphane Deschamps, SRA Conservateur régional de l’archéologie Mise en place et suivi de l’opération Jean Charles Arramond Conservateur du patrimoine Mise en place et suivi
  • l’opération Prénom Nom, organisme d’appartenance Commune de Châteauneuf-du-Faou. Équipe de fouille Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Eddie Roy, Inrap Assistant d’études Responsable Scientifique Vincent Pommier
  • » ______________________________________________ Janvier 2013 Mots-clefs des thesaurus Chronologie Ŷ Ŷ Ŷ Ŷ Ŷ Ŷ Ŷ Ŷ Ŷ Ŷ Ŷ Ŷ Ŷ Paléolithique inférieur Ŷ Ŷ Ŷ Édifice militaire Bâtiment inférieur moyen Ŷ Ŷ Ŷ supérieur Voirie Hydraulique Habitat rural Villa Bâtiment agricole Structure agraire Protohistoire Urbanisme âge du
  • âge du Fer) Antiquité romaine (gallo-romain) République romaine Empire romain Haut-Empire (jusqu’en 284) Ŷ Ŷ Ŷ Ŷ Ŷ Ŷ Ŷ Ŷ Sépulture Grotte Abri Mégalithe Artisanat Argile (atelier) Atelier Métalurgie Bas-Empire (de 285 à 476) Époque médiévale haut Moyen Âge Moyen Âge bas Moyen
  • Châteauneuf-du-Faoux (29), « Le Pouley » ______________________________________________ Janvier 2013 Arrêté de prescription 7 Châteauneuf-du-Faoux (29), « Le Pouley » ______________________________________________ Janvier 2013 8 Châteauneuf-du-Faoux (29), « Le Pouley
RAP02874.pdf (BAIS (35). le Chemin Vert. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • BAIS (35). le Chemin Vert. rapport de diagnostic
  • La Tene (second Âge du Fer) Abri Inscription Megalithe … Antiquite romaine (gallo-romain) Republique romaine Artisanat Empire romain Argile : atelier Etudes annexes Haut-Empire (jusqu’en 284) Atelier Bas-Empire (de 285 a 476) Four Géologie
  • étude Françoise Labaune, INRAP Céramologue Etude du mobilier Prénom, Nom, Organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane Deschamps, SRA Conservateur Régional Prescription et contrôle scientifique Anne-Villard, SRA
  • pente. La seconde est quasiment identique à la première quoique légèrement plus argileuse et de petits fragments de schiste et de grès y sont présents. Il présente un profil évasé à fond plat. L’emprise du diagnostic ne nous a pas permis d’effectuer d’autres sondages afin
  • diagnostic Bais (Ille et Vilaine), Le Chemin vert 4. Etude de la céramique Françoise Labaune-Jean 4.1. Méthodes de travail La parcelle abordée à Bais (35) au lieu-dit Le chemin vert en 2013 a livré du mobilier dans trois tranchées. Ce dernier se compose de : - 118 tessons de récipients
  • et 1 morceau de peson en terre cuite. 2 LABAUNE-JEAN (F.) – Etude de la céramique et du mobilier métallique, in TEXIER (M.) – Bais (Illeet-Vilaine), lotissement lot n°24. L’ensemble funéraire antique de Bais – Le Hameau du Fresne : Rapport de fouille archéologique. Cesson Sévigné
  • sur une surface de 1729 m2. Un fossé et une tombe à crémation ont été mis au jour. Rapport final d’opération Chronologie antiquité Commune de Bais (Ille et Vilaine) Le Chemin vert sous la direction de Fabrice Lecampion Inrap Grand-Ouest 37 rue du Bignon CS 67737, 35577
  • Système d’information Arrêté de prescription Entité archéologique Nr site Fabrice Lecampion Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon, 35577 Cesson-Sévigné Tel. 02 23 36 00 40 Août 2013 I - Données administratives, techniques et scientifiques 3 I - Données administratives
  • le système national de référence X : 329699.8092 Y : 341157.4495 Z : 49.20 à 50.59 m NGF IGN 69 ___________________________ Références cadastrales Commune BAIS Année 2013 ___________________________ Statut du terrain au regard Des législations sur le patrimoine et
  • l’environnement ? ___________________________ Propriétaire du terrain SCI le Chemin vert ______________________ Références de l’opération Numéro de l’arrêté de prescription 2013-131 du 09/04/2013 Numéro de l’arrêté de désignation du responsable 2013-149 du 14 mai 2013
  • ___________________________ Organisme de rattachement Inrap Grand-Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné cedex Tél : 02 23 36 00 40 Fax : 02 23 36 00 50 ___________________________ Dates d’intervention sur le terrain Du 10/06/2013 au 11/06/2013 6 Inrap · RFO de diagnostic Bais (Ille et Vilaine
  • le cadre de l’opération Fabrice Lecampion, INRAP Responsable d’opération Responsable scientifique Céline Bélanger, INRAP Technicienne Fouille, enregistrement Philippe Boulinguiez, INRAP Topographe Relevé du plan général Myriam Texier, INRAP Anthropologue Fouille et
  • Assistant technique Mise en place et suivi de l’opération Nathalie Ruaud, INRAP Logisticienne Location du matériel Olivier Laurent, INRAP Gestionnaire de base Gestion du matériel Suivi de l’opération 8 Inrap · RFO de diagnostic Bais (Ille et Vilaine), Le Chemin vert Notice
  • le Chemin vert à Bais, au lieu-dit du même nom, sur les parcelles numérotées de 1229 à 1237 de la section AB, ainsi que leur proximité avec les différents sites archéologiques fouillés (notamment l’ensemble funéraire antique de Bais situé au hameau du Fresne fouillé en 2010 par
  • intervention et en herbe durant celle-ci diagnostic 2006/fouille 2009 fouille 2008 nécropole gallo-romaine diagnostic 2007 vestiges gallo-romains voie comm unale Le Fresne Le Fresne La Chapelle Saint-Pierre rue du Trésor La Scierie de rue l’ Éc Le Chemin Vert u diagnostic
  • 2013 vestiges gallo-romains salle des Fêtes fouille 1987 cimetière du haut Moyen âge 0 25 50 100 Fig.1 Les opérations archéologiques menées sur la commune de Bais. Fig.0 Les opérations archéologiques menées sur la commune de Bais © Mathilde Dupré, Arnaud Desfonds, Inrap 200m
  • 21 II -Résultats archéologiques 1.2 Contexte géographique et archéologique 1.2.1 Le contexte géographique et géologique La commune de Bais se situe au sud-est de l’Ille-et-Vilaine à une trentaine de kilomètres de Rennes. Les 1729 m² traités se développent au nord-est du bourg
  • terroir. En 2009-2010,au lieu dit du Bourg Saint-Pair une fouille a mis en évidence, une maison piriforme datée par C14 à partir d’un prélèvement de charbon entre le néolithique récent-final et le chalcolithique et d’après la céramique recueillie, entre la fin du néolithique et l’âge
  • du bronze (peut-être campaniforme). (Blanchet, P. 56, 2011) Lors du diagnostic archéologique effectué en 2011à la carrière des vallons. L’équipe a mis au jour plusieurs indices de présence humaine ancienne. Y ont été prélevés plusieurs lots de céramiques allant du néolithique au
  • Premier âge du Fer ainsi qu’un fragment d’anneau en schiste attribué au néolithique ancien ou au début du néolithique moyen. (Mentelé, p88, 2011) Durant le premier semestre de 2013, J.C Durand a mené une fouille au lieu-dit Champagné (à paraître). Dans une fosse dépotoir très
  • charbonneuse, une hache polie a été découverte au sein d’un lot très important de céramiques romaines. Quelques fragments de lames en silex ont également été découverts sur le site. On peut noter également la présence d’un fragment de céramique daté du néolithique moyen I, prélevé dans un
RAP03275_2.pdf (CHASNE-SUR-ILLET (35). ZAC du Champ des Buttes. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • CHASNE-SUR-ILLET (35). ZAC du Champ des Buttes. Rapport de fouille
  • dans une fosse aménagée avec une logette céphalique. Il repose sur le dos, les jambes en extension et les pieds joints. La position des membres supérieurs est indéterminable. Le crâne apparait en face antérieure, il a basculé en arrière, la mandibule est quand à elle au dessus du
  • 1600 Mobilier non Datation C14 non Orientation (tête/pieds) O/E Position DD Fémur - sujet A Os long indéterminé - sujet A Crâne - sujet A Tibia - sujet A Cliché : vue zénithale de la sép 6, sujet B en place et ossements du sujet A remanié sur le dessus © Inrap. Cliché
  • comblement et attribués au sujet A ont été analysés lors de la fouille, présents sous forme de traces, ceux-ci n’ont pas tenu lors du lavage. Il s’agit d’un crâne et d’os long des membres inférieurs d’un sujet probablement adulte. Le sujet B, dernier inhumé est déposé sur le dos, les
  • une couronne d’incisive centrale supérieure. La dent présente un léger degré d’usure. Description de la tombe La tombe est très dégradée, les restes osseux apparents pendant la fouille sont des empreintes de certains os longs et du crâne notamment. Un terrier passe le long de la
  • supérieurs (humérus uniquement) sont de part et d’autre du torse. Le crâne est fondu, reste la mandibule à plat appuyée sur le sternum. M2 M3 26 Inrap · RO de fouille CHASNé-SUR-ILLET (Ille-et-Vilaine), ZAC du Champ des Buttes - Vol. II 3039 Structures archéologiques non
  • : crâne 2 et 3 : humérus 4 : ulna 5 : coxal 6 : fémur 7 : mandibule 8 : maxillaire 9 : os long indéterminé 5 6 7 8 Sujet B 4 2 3 1 Cliché : vue zénithale de la sép 10 et du cercueil en bois, après démontage des ossements remaniés © Inrap. Sujet B Cliché : vue zénithale de la
  • d’âge indéterminé. La stature proposée est calculée à partir de la longueur du tibia droit. Cet individu repose sur le dos, la tête dirigée vers l’ouest. Les jambes sont en extension, les pieds joints. Le crâne apparait en face antéro-latérale droite, il est en connexion étroite avec
  • Profil longitudinal 0,5 1,00 m E O 56,40m NGF 1/20 0 Profil transversal A 0,5 1,00 m Profil transversal B S N 1/20 0 56,45m NGF S N 56,45m NGF 1/20 0,25 0,5 m 0 0,25 0,5 m 36 Inrap · RO de fouille CHASNé-SUR-ILLET (Ille-et-Vilaine), ZAC du Champ des Buttes
  • partie du bord sud fut alors dégagée (cf. cliché) mais pas sur toute sa longueur (140 cm). Le bord nord, dégagé lors de la campagne de 2013 a permis de mettre en évidence quelques traces osseuses : des fragments de crâne, à l’ouest, de l’épaule gauche, du rachis thoracique et des
  • paroi est du creusement. Les bras sont fléchis, les mains se rejoignant au niveau des dernières vertèbres lombaires. Le crâne très dégradé n’est représenté que par l’occipital en face endocrânienne. La mandibule apparait en face supérieure. La tête initialement appuyée et maintenue
  • -ILLET (Ille-et-Vilaine), ZAC du Champ des Buttes - Vol. II 3039 Structures archéologiques non funéraires 3051 Sépultures Eglise 3030 Limite de l’emprise Puisard 3003 1000 1060 0 5 10 15 20 25m Echelle 1:500 Sépulture 17 Plan A US 1765 B Axe de coupe 1/20 0 Profil
  • de la fosse, au dessus du sujet en place (sujet B). Le dernier inhumé repose sur le dos, les jambes en extension. Les bras sont semi fléchis, les mains se rejoignant dans la région de l’aile iliaque gauche. Les épaules sont contraintes et les clavicules verticalisées. Le crâne en
  • d’épaule gauche pour sa partie supérieure. Le crâne a vraisemblablement basculé en arrière après la déconnexion temporo-mandibulaire (la mandibule apparait partiellement au niveau du sternum). Les jambes sont en extension, les pieds absents. M2 M3 52 Inrap · RO de fouille CHASNé
  • Fouille archéologique Rapport d’opération CHASNé-SUR-ILLET (Ille-et-Vilaine), ZAC du Champ des Buttes Volume II - Annexes et inventaires sous la direction de avec la collaboration de Laurent Beuchet Delphine Barbier-Pain Elodie Cabot Valérie Deloze Charlotte Hallavant
  • archéologique 35 067 Code INSEE avec la collaboration de 35 067 003 Nr site sous la direction de n°- Arrêté de prescription Système d’information Code Inrap Entité archéologique CHASNé-SUR-ILLET(Ille-et-Vilaine), ZAC du Champ des Buttes Volume II - Annexes et inventaires Inrap
  • Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35 577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40  grand-ouest@inrap.fr Mai 2016 Sommaire Annexes 9 Annexe 1 - Catalogue des tombes - E. Cabot, Inrap 9 320 324 326 332 Abréviations utilisées dans le catalogue des tombes Tableau
  • 338 339 339 340 341 342 342 343 343 343 344 344 345 345 346 346 346 347 348 348 350 351 352 354 357 358 358 359 359 359 361 362 362 363 366 369 370 372 375 375 378 Sommaire du corpus des sources
  • entre Saint-Sulpice et Jean de Bonteville 21 bis - 1265 : Transaction entre Saint-Sulpice et Jean de Bouteville 22 - 1276 : Échange du Bas-Nuillé 23 - 1276 : Donation du Haut-Nuillé 24 et 24 bis. 1335 et 1348 : Donation Mordefroid 25 - 1363 : Transaction sur la donation Mordefroid 1
  • rendu pour la seigneurie de Chasné 39 - 1618 : Aveu de la seigneurie de Chasné 40 - 1636 : Requête pour une création du marquisat du Bordage 41 - 1656 : Procès-verbal de création du marquisat du Bordage 42 - 1752 : Minu de la seigneurie de Chasné 383 Annexe 3 - Expertise
  • carpologique - C. Hallavant, carpologue UT2J 383 383 384 384 385 386 UBS Présentation Résultats Discussion Références Tableau des identifications et dénombrement des restes carpologiques carbonisés Annexe 4 - Etude palynologique - D. Barbier-Pain, Inrap, Membre UMR6566
RAP01709_3.pdf (QUIMPER (29). Les vestiges des places Laennec et Saint-Corentin et l'histoire de l'urbanisme médiéval de quimper. Rapport de fouille)
  • QUIMPER (29). Les vestiges des places Laennec et Saint-Corentin et l'histoire de l'urbanisme médiéval de quimper. Rapport de fouille
  • fins de commerces alimentaires. De même, guère envisager d'habitat à proximité immédiate. L'ensemble fait plutôt penser à des remblais effectués à partir de rejets urbains, plus quelques fosses dépotoirs. on ne peut ETUDE ARCHEOZOOLOGIQUE DU SITE DE QUIMPER Place Laennec
  • - □ Côte |H Vertèbre 40- H Tête 20- boeuf —i caprinés porc Fig. 4 : Répartition anatomique catégories, pour l'US 84. des restes osseux par grandes présente un profil du même type que le précédent mais encore plus accentué, puisque les os des membres comptent pour 60 à 90
  • composition anatomique des échantillons d'os de bovins est assez variable (fig. 8). L'US 23 se distingue des autres par une meilleure représentation des os du crâne. Toutefois on l'a vu ceci tient à une plus grande fragmentation qui a conduit à une sureprésentation des dents isolées. De ce
  • présentent des traduit par des taux d'os du tronc supérieurs aux précédents. - osseux de bovins profils plus équilibrés, ce qui se (vertèbres et côtes) nettement Répartition anatomique comparée des ossements de caprinés de chose près, on retrouve la même situation que pour les bovins
  • une sélection de parties résistantes du fait de contacts répétés avec l'empierrement du fait des circulations qui y ont lieu. les autres US présentent des profils plus équilibrés mais peuvent difficilement être assimilées à des rejets directs. Ce sont visiblement des
  • avec les pierres du site de fouille. L'examen sur site se doit, quant à lui, de caractériser les pierres (dimensions et nature pétrographique). Il doit permettre également de caractériser un ouvrage par les proportions des différents matériaux utilisés pour le construire. Des
  • donc en évidences une diversité géologique relativement importante mais une représentation majoritaire des granités. Il ne semble cependant pas que toutes les roches exposées à l'affleurement à cette échelle d'observation figurent dans les pierres du site de fouille (par exemple
  • ou de débris de taille. Mylonites, ultramylonites et cataclasites dont l'origine peut être localisées au N et au S de la vallée de l'Odet et de son prolongement occidental de part et d'autre de la vallée du ruisseau de Prat-ar-Ras. A proximité immédiate du centre de Quimper
  • (moins de 1 km), ces affleurements sont communs et sont visibles sur la façade N du mont Frugy, sur les versants du promontoire de la Terre Noire à l'W de la confluence Steïr/Odet, sur le versant de la colline de Kerfeuteun au pied duquel se situe la place Laënnec. Ces formations sont
  • . C'est le cas déjà évoqué des granités. C'est le cas également des dalles de micaschistes employées pour le pavage et le rebord des rues ainsi que dans la réalisation de pierres tombales. Ce type de roches se rencontre à des distances un peu plus éloignées du site de la place Laënnec
  • rives (au S de Porz 251 exemple). Malgré l'éloignement du gisement, la proximité de la rivière est susceptible de faciliter le transport de dalles de grandes dimensions. Meillou par définitive, les résultats obtenus sur les pierres du site de la place Laënnec sont bien trop
  • pu faire et des inspirées ; ceci après quelques heures au contact du mobilier. Le matériel osseux est abondant et représente un potentiel d'environs quinze mille os. L'examen du contenu des caisses permet de constater que nous avons affaire uniquement à des rejets de consommation
  • , boucherie de gros ou de détail) n'a été perçu. Ces vestiges peuvent être classer en deux conservation et de la composition des échantillons. grands groupes à partir de l'état de Le premier qui représente environ 1/4 à 1/3 du total en nombre de restes s'apparentent à du matériel de
  • Période médiévale S. FRERE et J.H. YVINEC Laboratoire AFAN Mars 2000 d'Archéozoologie de Compiègne - CRAVO - ESA 8045 CNRS ÉTUDE ARCHÉOZOOLOGIQUE DU SITE DE QUIMPER place Laennec S. FRERE* et JH YVINEC ** Le site de QUIMPER place de restes animaux. Seuls Laennec a livré une
  • a conduits à regrouper les petits échantillons, pour l'analyse de base, pour la caractérisation des modes de dépôts. Les gros osseux ensembles : US 23 et 82 L' US 23 - L'US 23 livré plus de la moitié du matériel étudié. Il s'agit de remblais et produits de remaniement pouvant
  • s'étendre du XVe au XIXe siècle. Son remplissage se caractérise par une abondance de restes de bovins et de caprinés avec une faible proportion de porc. La liste des espèces est assez large et comprend pour les animaux sauvages un oiseau marin indéterminé, du lièvre et quelques rares
  • restes de poissons dont une vieille et un labridés ainsi qu'une morue (détermination B. Clavel). Parmi les espèces domestiques, en plus de celle déjà citées, on trouve du cheval du chien du chat, espèces non consommées. La basse-cour n'est représentée que par de rares restes de coq
  • . * a Laboratoire d'Archéozoologie de Compiègne, C.R.A.V.O. 21 rue des Cordeliers 60200 Compiègne ** AFAN, ESA 8045 du CNRS, Laboratoire d'Archéozoologie de Compiègne, C.R.A.V.O. 21 des Cordeliers 60200 Compiègne rue Tab. 1 = Décomptes des restes osseux, US 23 (NR poids de restes et
  • de restes crâniens pour toutes les espèces. De même, on remarque une très faible présence des restes du tronc chez les trois espèces, compensée une proportion se importante de bas de pattes et dans une moindre Ceux-ci ne sont dominants que chez le porc. mesure des Tab. osseux
  • - Côte Vertèbre 40- Tête 20- boeuf porc caprinés des restes Fig. 1 : Répartition anatomique osseux par grandes catégories, pour l'US 23. Tab. 3 : Répartition anatomique détaillée des restes osseux des trois principales espèces, pour l'US 23. US 23 Corne Crâne Mandibule Dent