Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

4116 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01921.pdf (SAINT-MALO (35). pont Marterre. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • SAINT-MALO (35). pont Marterre. rapport de diagnostic
  • du projet d'aménagement, mettre la même valeur) : 7970 m 2 2 Contexte géographique et géologique : Limons sur granit Méthode de diagnostic : Tranchées en quinconce Tranchées continues Sur décapage intégral Carottages Recherche en archives Géo-physique Autres (précisez
  • o t R E C « £ . P R I 4- V Rapport de diagnostic R C H U A R C H É O L O G I Q € E N T + I V E S 2003 Fanny TOURNIER SAINT-MALO "Pont Marterre" (Ille-et-Vilaine) 28.07.03 -31.07.03 2003/059 31 05 0389 01 INRAP Direction interrégionale Grand-Ouest : 37, rue du
  • ) % surface sondée : 8 1 listes des archives consultées : Profondeur des sondages ou carottages : 0,50 m en moyenne Description sommaire de la stratigraphie observée dans les sondages ou carottages : Épaisseur moyenne de la terre végétale :0,40m Épaisseur moyenne du limon :0,53 m
  • totale de mobilier. 1 griser les carrés correspondants avec l'outil "Trames" (dans Format) ANNEXES 1 - carte de localisation générale 2 - carte de localisation détaillée 3 - plan de l'emprise du projet et de l'emprise diagnostiquée avec localisation des sondages ou carottages Les
  • Zone : 1 Altitude : 25 m NGF Abscisses : Ordonnées : Propriétaire du terrain : Protection juridique : Néant Arrêté de désignation n° : 2003/130 Arrêté de prescription n° : 2003/59 Valable du au Titulaire : Fanny Tournier Organisme de rattachement : INRAP Motif de l'intervention
  • localisés par photos aériennes en 1976, et des nombreux fragments de tuiles découverts en prospection pédestre. CONTRAINTES TECHNIQUES Lignes aériennes haute tension ir : ELEMENTS DU DIAGNOSTIC Surface du projet d'aménagement : 7970 m Surface diagnostiquée : (si identique à surface
  • photographies sont superflues dans le cas d'un diagnostic négatif Loccalisation de l'opération - Lieu-dit Pont-Marterre -, •••• . /1 - .--e. i ^ l p a .. X AV . ^ t ^ Ä t ' '» , , ¡ ; 62 P O N T ' M A R T B R R B COMMUNE DE SAINT MALO Section CY -."' Échelle ï/2fl00 . c
  • Bignon, CS 6773 7 35577 Cesson-Sévigné Cedex FICHE SIGNALÉTIQUE Site n° : | . | | . . || Département : Ille-et-Vilaine Commune : Saint-Malo . . | Lieu-dit ou adresse : Le Pont Marterre Cadastre : Année : Section(s) et parcelle(s) CY, 63 Coordonnées Lambert : 284,650 X 1111,300
  • : Vestiges localisés par photo aérienne Exploitant : Dates de l'intervention : 28/07/03 - 31/07/03 Surface diagnostiquée : 7970 m 2 LISTE DES INTERVENANTS Intervenants scientifiques SRA : Michael Batt Inrap : Fanny Tournier - Michel Baillieu Autre : Intervenants techniques Techniciens
  • : Boris Kerampran Topographe : Néant Terrassements mécaniques : Godet Loïc Intervenants administratifs Drac, SRA : Stéphane Deschamps Inrap, Direction interrégionale : Gilbert Aguesse Aménageurs : SNCF CONTEXTE ARCHÉOLOGIQUE LOCAL ET/OU PRESCRIPTIONS SCIENTIFIQUES Des vestiges ont été
  • Substrat atteint : oui/aea (si non, précisez pourquoi) Observations : Plusieurs fossés sont apparus sous la terre végétale, les sondages pratiqués dans chacun d'eux ont révélé des sédiments de terre brune à ocre dans des creusement au profil en cuvette et vierges de tout mobilier. La
  • tranchée 9 a mis en évidence trois trous de poteaux, également vierges de mobilier. La disposition des fossés et des trous de poteaux montre qu'il s'agit d'une petite fraction d'un site qui devait s'étendre sous la voie ferrée et qu'il est impossible de dater en raison de l'absence
  • £ • jl 3 _ t> r s , ' VC:... Implantation des tranchées dans la parcelle et plan des vestiges
RAP01943.pdf (SENE (56). "ZAC de Kerfontaine". rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • SENE (56). "ZAC de Kerfontaine". rapport de diagnostic
  • épais. ELEMENTS DU DIAGNOSTIC Surface du projet d'aménagement : 107 000 m2 Surface diagnostiquée :66 300 m2 Contexte géographique et géologique : A l'est les terrains sont des sols bruns d'une épaisseur de 0,50 m en haut de pente et de 0, 80 m en bas. Ils reposent sur un horizon
  • ocre. A l'ouest les sols bruns sont lessivés et recouvrent un horizon limoneux à argileux hydromorphe : l'eau stagne et forme des mares. Méthode de diagnostic : Tranchées en quinconce1 Tranchées continues Sur décapage intégral Carottages Recherche en archives Géo-physique Autres
  • (précisez) % surface sondée : 9% listes des archives consultées : Profondeur des sondages ou carottages : de 0,40 à 0,80 m Description sommaire de la stratigraphie observée dans les sondages ou carottages : épaisseur de la terre végétal: 0,40 à 0,80 m, nature du substrat : gneiss
  • 2 -plan de l'emprise du projet et de l'emprise diagnostiquée avec localisation des sondages ou carottages griser les carrés correspondants
  • Û t RECHERCHES Rapport de diagnostic ARCHÉOLOGIQUES PREVENTIVES 2003 Fanny TOURNIER Séné f,ZAC de Kerfontaine" (Morbihan) 18.11.03-21.11.03 N° de prescription N° de projet INRAP 2003/110 2105040601 > INRAP Direction interrégionale Grand-Ouest : 37, rue du Bignon, CS
  • : lOmNGF Propriétaire du terrain : Protection juridique : \ 1 Arrêté de désignation n° : Arrêté de prescription n° : 2003/110 Valable du au Titulaire : Tournier Fanny Organisme de rattachement : INRAP Motif de l'intervention : Création d'une TAC Exploitant : Dates de l'intervention
  • . Substrat atteint : oui/sea (si non, précisez pourquoi) Observations : Sur l'ensemble des 55 tranchées ouvertes seules 12 ont révélé des fossés indatables. Ceux qui ont été sondés ont montré un profil en U et une profondeur n'excédant pas 20 à 30 cm. ANNEXES 1 - carte de localisation
  • : 17/11/03 au 21/11/03 Surface diagnostiquée : 66 300 m2 LISTE DES INTERVENANTS Intervenants scientifiques SRA : Yannick Lecerf Inrap : Fanny Tournier - Michel Baillieu Autre : Intervenants techniques Techniciens : Dominique Pouille Topographe Terrassements mécaniques : Société
RAP03920 (VANNES (56). 5, 7, 9 rue du Colonel Pobéguin. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • VANNES (56). 5, 7, 9 rue du Colonel Pobéguin. Rapport de diagnostic
  • . Présentation des résultats 30 2.1 La tranchée 1 33 2.2 La tranchée 2 34 3. Etudes des artéfacts et écofacts 34 3.1 Etude du mobilier (F. Labaune-Jean) 34 3.1.1 Les récipients en céramique et en verre 46 3.2 Etude des éléments textiles (V. Gendrot) 46 3.2.1 Le matériel  46 3.2.2
  • ) 59 3.3.1 Présentation des échantillons 59 3.3.2 Etat de conservation 59 3.3.3 Catalogue des bois 68 3.3.4 Synthèse 70 3.3.5 Conclusion 70 3.3.6 Glossaire 71 3.4 Evaluation du potentiel palynologique (D. Barbier-Pain) 74 4 Interprétations et conclusion 78
  • Région Bretagne Département Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Intégré au zonage archéologique sensible Morbihan (56) Commune Vannes Proprietaire du terrain Codes code INSEE 56260 Numéro de dossier Patriarche non communiqué
  • Dates d’intervention sur le terrain Références de l’opération diagnostic du 10 au 12 juin 2019 Numéro de l’arrêté de prescription 2019-414 Numéro de l’arrêté de désignation du responsable 2020-093 non communiqué Maître d’ouvrage des travaux d’aménagement Coordonnées
  • cœur de la ville de Vannes, le long de la rive nord du ruisseau de Rohan également appelé ruisseau de Meucon. Sur l’emprise du diagnostic, le dénivelé est très marqué. L’altitude des parcelles les plus au sud est de 6 m NGF tandis que le trottoir de la rue du 116e Régiment
  • d’Infanterie culmine à 10,73 m NGF. Le lit du Rohan, aujoud’hui canalisé, est établi vers 4,20 m NGF. La carte géologique de Vannes indique que des alluvions (argiles vasardes, sables et graves) recouvrent un substrat constitué de granite gneissique. Une série de carottages a été réalisée à
  • siècle de notre ère aux 6 - 8, Rue Fr. d’Argouges (Bernard et al., 2016, fig.3 n°2) ; un tronçon de pont-aqueduc moderne, Impasse Fr. d’Argouges (Le Cloirec, 2006, fig.3 n°3) ; un bâtiment médiéval puis un jardin à la française à la période moderne au 14 de la rue du Moulin (Le Berre
  • (moulin de Rohan). Plan par Fréminville, 1857. AD Morbihan, S 1152 II. Résultats 1.4 Méthodologie et problématiques 29 1.4 Méthodologie et problématiques L’opération s’est déroulée sur trois jours, du 10 au 12 juin 2020 et a mobilisé deux agents de l’Inrap ainsi qu’un topographe
  • et boue peuvent apparaître sur les clichés présentés dans ce rapport. 30 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Morbihan, Vannes, 5,7,9 rue du colonel Pobéguin 2. Présentation des résultats 2.1 La tranchée 1 La tranchée 1 mesure 8,50 m de long pour 2 m de large. Le terrain
  • . Baudoin, Inrap 33 34 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Morbihan, Vannes, 5,7,9 rue du colonel Pobéguin 3. Etudes des artéfacts et écofacts 3.1 Etude du mobilier (F. Labaune-Jean) Le mobilier mis au jour lors de l’intervention de diagnostic aux n° 5 à 9 rue du colonel
  • Félix Potin (Us 103) 3.1 Etudes du mobilier (F. Labaune-Jean) 35 Fig. 16 Lot de verres (Us 103) © Françoise Labaune-Jean © F. Labaune-Jean, Inrap 3.2.2 Les restes de cuir L’intervention se caractérise surtout par la présence d’un lot de cuir en bon état de conservation, préservé
  • procédé apparaît sur des chaussures à partir de la fin du xvie siècle (Goubitz 2011, 98). Il est cependant difficile de le rapporter à un modèle précis puisque les chaussures à talon surélevé s’appliquent à plusieurs modèles à lacet ou à boucle (type Goubitz 130 et 135, voire 140 pour
  • d’identifier une sorte de tapis dont la taille initiale ne peut être restituée (fig. 22). II. Résultats 3.1 Etudes du mobilier (F. Labaune-Jean) traces de cloutage traces de couture cuir iso 1 Fig. 19 Grande pièce de cuir (élément de sellerie probable) avec traces de couture et de
  • spécifique pour un objet ou une zone d’objet nécessitant un cuir de qualité (fig. 25). II. Résultats 3.1 Etudes du mobilier (F. Labaune-Jean) 39 traces de couture emplacement de bouton cuir iso 3 0 10 cm Fig. 23 (g.) Fragment de cuir de forme arrondie (élément de sellerie) avec
  • . Ce système appartient à un II. Résultats 3.1 Etudes du mobilier (F. Labaune-Jean) cuir iso 14 Fig. 28 Fragments de lanières et sangles en cuir (iso 14, 17 et 10) © S. Jean, Inrap 41 cuir iso 10 cuir iso 17 0 10 cm mode de fixation mobile et permet de passer un rivet ou
  • jusqu’alors méconnus. II. Résultats 3.1 Etudes du mobilier (F. Labaune-Jean) 43 Fig. 33 Système d’harnachement d’un cheval attelé (Megnin 1904) Fig. 34 Planche montrant différents types de sangles pour l’harnachement (Diderot 1769, planche de Goussier, Harguiniez et Soufflot) Fig
  • 1741) 3.1 Etudes du mobilier (F. Labaune-Jean) 45 46 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Morbihan, Vannes, 5,7,9 rue du colonel Pobéguin 3.2 Etude des éléments textiles (V. Gendrot) 3.2.1 Le matériel  Cette étude comprend 17 fragments de textiles dont une (iso 44) sous
  • des rues du 116e Régiment d’Infanterie et du colonel Pobeguin impacte un secteur susceptible de révéler des vestiges archéologiques. Les zones non bâties des parcelles BO 10, 11, 440, 6, 7 et 9 du cadastre actuel représentent une surface à évaluer de 1 586 m². Rapport final
  • de la berge nord du ruisseau de Rohan, a été l’occasion de mettre au jour plusieurs lots de mobiliers en matières organiques. Cuirs, bois, textiles sont conservés grace à ce contexte humide. D’après les premières observations, ces éléments pourraient témoigner de la présence de
  • tanneries et de scelliers à l’époque moderne. sous la direction de Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67 737 35 577 Cesson-Sévigné www.inrap.fr Rapport de Diagnostic Céline Baudoin Céline Baudoin traces de cloutage traces de couture Inrap Grand Ouest Septembre 2020 cuir iso 1
RAP01574.pdf (SAINT-VOUGAY (29). le château de Kerjean - esplanade nord. rapport intermédiaire de fouille programmée 1998-1999)
  • SAINT-VOUGAY (29). le château de Kerjean - esplanade nord. rapport intermédiaire de fouille programmée 1998-1999
  • rapport au pont dans la mesure où la symétrie n'était pas encore de règle à cette période. D'après D. Lefèvre, on doit la paternité de l'aménagement d'un jardin sur l'esplanade nord à René Barbier. En effet, c'est au début du XVIIè s. que la fortune des propriétaires atteind son apogée
  • . Images du patrimoine Général. , n''34 - châteaux Lefèvre (D) - Etude préalable du Haut-Léon. à la restauration Finistère, des jardins du château Vougay , Rennes, 1991 (rapport dactylographié). GuUlerme (L) et G i c q u e l (S)- Compte-rendu des sondages réalisés sur
  • documentaire effectuée par G.Danet laisse apparaître que les jardins du château de Kerjean sont peu documentés. Un transect en vue d'une analyse pédologique a été réalisé sur toute la largeur du terrain par M. Le Goffic en mai 1991. Il avait montré des anomalies géologiques pouvant
  • chronologie : MOD -sur la nature des vestiges immobiliers : céra, fer, ver. Lieu de dépôt du mobilier archéologique : Collection publique départementale. Fig. 2 : Cartes IGN n" 0515 Ouest & Est; n° 0516 Ouest & Est III. CADRE MATERIEL DE L'OPERATION Financement L'opération
  • prélèvements micromorphologiques durant 3 jours. Les prélèvements palynologiques ont été réalisé par M-F. Diot durant une journée. Une exposition intitulée "" se tenait au château de Kerjean cet été. L'Association du château de Kerjean a donc sollicité notre participation en proposant au
  • en date du 20 avril 1618 qui décrit " la seigneurie de ligence et d'obéissance qu'à le sire de Carman et de Maillé sur le manoir de Kerjean, les jardins, vergers, clos et autre héritage"''. Les comptes établis à l'occasion de la tutelle de René II par Jacques Barbier établissent
  • S X. > o u aDC u es —^ T3 B 0 2 O < 5 S 5 V í IV. PRESENTATION DU SITE. 1. Le cadre géologique. Une tranchée réalisée en travers du jardin par M. Le Goffic"' (Le Goffic) et une série de carottages à la tarière pédologique au centre de l'esplanade par J-M. Rivière2 en
  • micaschistes. D'après Rivière, ce niveau d'arène est conducteur de l'eau et draine l'ensemble du paysage conduisant les eaux pluviales vers le point le plus bas: ces eaux sortent à la fontaine de l'étang Un horizon brun clair d'origine éolienne repose sur l'arène granitique. C'est un
  • ). B A D M I N T O M , D ' A P R È S U X É G R A V U R E DE K I P S Vriedeman de vries, Labyrinthes, 1583. Labyrinthe, gravure anonyme J. Fouquères, Le château d'Eidelberg et l'hortus palatinus, huile sur te du XVIIè s. "• •••üuu/a- ' W •s. tZ tiVJ^ • -I•...•• .M
  • Labyrinthe exécuté, depuis quelques annees. dans les Jardins de Choisy. sur les dessins de Monsieur Gabriel premier Architecte du I^o • ce Plan^ nous a paru d'un forme très-ingénieuse. & remplir très-bien l'tdee qu on doit ^ ^ f ^ r n e ^ bosquet de cette espèce, où chaque pas que l'on
  • prouesses des amans, et aue si ses cyprès pouvoient parler, ils nous apprenâroient quantité de jolies petites avantures qu'on ne sait pas. » S A U V . , 1 6 7 0
  • dc'Bacciu• X'.^n/juicicCci cs • JÉf^uL tic Lacp^nc' • Jc/n':JcJì(a/>iu lcC/b.tncclu4 4:l\ii/:(ic/ìr (ù C/iduncu}: /e. o/ììlui CcrrTimun-. 7 U Peài^cr. V. ETUDE ARCHEOLOGIQUE. 1. Problématique. Une série de décapages sur la zone nord-ouest de l'esplanade nord, secteur apparu le plus
  • observer leur microtexture et les microparticules qu'elles contiennent (cf analyse de la coupe 8). L'analyse des coupes stratigraphiques des tranchées a été réalisée sur ies les deux faces afin de repérer leur correspondance. 2 Archéologue municipal de Quimper. Vue générale du
  • s'agit respectivement des fossés d'arène et du sol ancien. Ponctuellement, certaines fosses sont contiguês, les bords sont apparus seulement au fonds de ia fosse. Il est intéressant de noter que leur emprise ne s'étend pas sur toute la superficie du décapage 1. Seuls les fossés
  • compactage. Stratigraphiquement, elle pourrait être mise en relation avec les fosses de plantation. Elle repose directement sur le sol ancien (SOL 1) de limon brun rouge. 3.5 traces de labours. La coupe 6 du décapage 1 correspondant aux 50 à 70 cm de terre végétale supérieure a fait
  • , conditionnement et inventaire) sont en cours. Son étude sera réalisée courant décembre. 5. l'intervention des archéosciences. Les études micromorptiologiques s'inscrivent dans une rectierche sur l'archéologie des jardins plus large concernant des sites se trouvant sur l'ensemble du
  • seront présentés le 6 janvier dans le cadre des Séminaires de l'Archéologie de l'Ouest. Les résultats d'analyses palynologiques du château de Kerjean seront présentés. L'obtention des résultats micromorphologiques verront le jour seulement au mois de février 1999. 5.1 prélèvements
  • terre végétale supérieure qui ont fait l'objet d'une analyse fine sur le terrain (coupe 6 du décapage 1). -au niveau du comblement de la fosse de plantation FOS 2. -au niveau de la coupe nord du décapage 5 où toutes les strates sont représentées sauf les fosses de plantation mais par
  • contre montrent des traces de compactage. - au niveau de l'allée centrale qui semble avoir fossilisé un maximum d'épaisseur du sol antérieur au jardin (coupe 3 du sondage 13). 5. 2 prélèvements palynologiques Les prélèvements palynologiques ont été réalisés par Marie-Françoise Diot du
  • au niveau des bermes rectifiées du décapage qu'au niveau des sondages profonds afin de saisir au mieux les différentes strates que constituent l'esplanade nord du château de Kerjean. Une relecture approfondie des différentes études menées sur l'esplanade nord a été nécessaire
RAP02329.pdf (HOËDIC (56). groah denn et lann vihan. projet archéologique îles d'Hoëdic et Houat. rapport de prospection thématique)
  • HOËDIC (56). groah denn et lann vihan. projet archéologique îles d'Hoëdic et Houat. rapport de prospection thématique
  • une analyse. Le travail d'analyse va être effectué pendant l'automne 2007 pour un résultat en fin d'hiver prochain (Etude C. Joly et L. Visset). Situation cadastrale du quadrilatère de Lann Vihan à Hoedic (56). t Position des sondages palynologiques sur le site du quadrilatère
  • sondage paléoenvironnemental. - Etude paléoenvironnementale sur un quadrilatère en bordure d'un marais rétrodunaire. Durée de la présente campagne : Phase de terrain : du mercredi 4 avril 2007 au dimanche 15 avril 2007. Phase post-fouille : avril 2007 à octobre 2007 7 1. LES
  • direction nord-sud, et était placé à cheval sur la ligne de pierres du côté sud de façon à effectuer une étude sédimentologique (Valérie Deloze) et palynologique (Lionel Visset) du comblement de part et d'autre et au-dessous du niveau de la construction. Il devait également permettre de
  • en outre couplée avec les autres études paléoenvironnementales (palynologie et datations Cl 4) qui seront effectuées sur trois carottages réalisés durant l'été 2007 6 , ainsi qu'avec l'étude sédimentologique des 9 échantillons prélevés à l'extérieur du quadrilatère, à l'intérieur
  • palynologiques a été effectuée sur deux endroits de l'île afin de compléter les données déjà acquises lors de la campagne de prospection thématique de 2003. En effet, si le couvert végétal est connu sur Hoedic depuis le début du 4e millénaire avant J.C, nous ignorons quel était ce dernier au
  • de Lann Vihan à Hoedic (56). Position du sondage palynologique au Lenn Chipont à Hoedic (56). Première lecture technologique des sites du Groah Denn et du Lann Vihan sur l'île d'Hoëdic (Avril 2007). E. Mens Le secteur du Groah Denn 1 situé en limite méridionale de
  • thématique à Hoedic complète la fouille du Douet qui a fait l'objet d'une programmation sur trois ans (2004-2006). Elle n'a pu se faire qu'avec des moyens suffisants, financiers et humains. Les moyens financiers sont délivrés par deux organismes publics : - Le Ministère de la Culture par
  • de sédimentation de la partie interne du quadrilatère de Lann Vihan. - Une recherche palynologique effectuée par Camille Joly et Lionel Visset du Laboratoire de phytogéographie de l'Université de Nantes, afin de compléter l'étude menée en 2003 1 . Parallèlement aux travaux de
  • remarquable sans aucun impact sur la stèle elle-même, stèle qui, ensuite, a été entièrement recouverte de sable, ainsi que l'ensemble des blocs érigés de l'alignement, afin de subir le moins possible l'action de l'érosion. Moulage de la « Dame » du Douet par Armand Vinçotte du laboratoire
  • Arcantique de Nantes. 3 PRESENTATION DU CADRE D'ACTION ARCHEOLOGIQUE Type de l'opération : Prospection thématique annuelle centrée sur deux sites de l'île d'Hoedic (fig. 1). Emplacement Département : Morbihan Commune : Hoedic Coordonnées Lambert : Groah Denn : X1 = 206,150 X2 = 206,150
  • thématique à Hoedic (56). 4 Responsable scientifique : LARGE Jean-Marc Adresse : 25, rue Saint-Vincent-de-Paul 85000 LA ROCHE SUR YON Tél. : 02 51 37 40 26 Portable: 06 83 19 90 56 Mél : jlarge2@wanadoo.fr Fonction : Docteur en Archéologie Organismes de rattachement du responsable
  • scientifique : Collaborateur CNRS UMR 6566 Civilisations Atlantiques et Archéosciences Université Rennes I, Campus de Beaulieu, 35042 RENNES Cedex Groupe Vendéen d'Etudes Préhistoriques 9, impasse Callot 85000 LA ROCHE SUR YON Melvan 56170 HOEDIC Nature et importance scientifique du projet
  • , d'autres activités. En est-il de même pour d'autres alignements ? Des traces beaucoup plus récentes (historiques) ont-elles eu un impact sur ces blocs érigés ? - Le cadre des implantations. Quelle était la nature du milieu environnant ? Les données actuelles obtenues lors de la campagne
  • SONDAGES AU GROAH DENN + HOEDIC Section AC Parcelle 2a 1971 + Fig. 3 : Position cadastrale des sites de Groah Denn et du Douet à Hoedic (56) L'alignement supposé du Groah Denn est situé, comme l'alignement du Douet, sur la pente de la colline d'Argol qui borde la falaise granitique
  • couche de sable dunaire, c'est le puissant niveau de moellons granitiques, formés d'éléments arrachés du substrat mais aussi de galets récupérés sur l'estran, compris autour du bloc R2 entre les blocs R2 et M1 (fig. 6). La suite de la fouille indiquera que le bloc R2 n'est pas un bloc
  • naturellement en place mais un élément libéré du substrat et apporté sur un calage de gros moellons. Il a été disposé au contact avec le plan incliné du rocher en place R1 et forme le premier appui d'un dispositif aménagé (photo 3). Entre ce bloc et le M1, les moellons sont organisés en
  • couronne, laissant apparaître un vide au centre, reste probable d'un calage de poteau (photos 4 et 5). Un des éléments du calage est un gros percuteur dont les traces d'impact sont visibles sur toutes ses faces. Le bloc M1 est un élément du granité détaché du substrat et disposé de
  • 17.00 I m NGF Fig. 6 : Coupe ouest du secteur 1 de Groah Denn 1. Photo 3 : Vue du bloc R2 positionné sur un massif de calage. 13 HOEDIC 2007 GROAH DENN 1 COUPE A 1-7 sud 20,00 19,50 19,00 18,50 J 18,00 17,50 17,00 l m NGF Légende 1 . Terre végétale sableuse meuble à
  • . Sur le plan structurel, la ligne alternée se prolonge en direction du nord-nord-est avec l'apparition de blocs de granité de taille moyenne, inclus longitudinalement dans la bordure ouest de l'empierrement qui ferme l'espace linéaire entre le M1 et le M2 (fig. 9 et photos 7 et 8
  • tesson campaniforme (en bas). Si l'on synthétise les indicateurs des deux secteurs du sondage sur Groah Denn 1 (fig. 13 et photo 10), on constate la mise en place d'une ligne de blocs disposés de chant (M1 et M2) ou simplement posés (R2) avec des moellons qui comblent l'espace entre
RAP02671.pdf (RENNES (35). métro ligne 2, station Sainte-Anne. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • RENNES (35). métro ligne 2, station Sainte-Anne. rapport de diagnostic
  • , de la Place-Sainte-Anne au sud et du couvent des Jacobins à l’Ouest. Ces données ont été confrontées aux résultats fournis par le carottage SC316 entrepris immédiatement à l’ouest du N°22 de la rue. Les caves des constructions situées sur l’emprise du projet ont également été
  • Commune Rennes Année 1980 Section AC Parcelles 437,444,1059,1061,1062 Organisme de rattachement Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et l’environnement Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 37577 Cesson-Sévigné MOTS CLÉS DES THESAURUS Chronologie
  • préventives ayant permis d’appréhender l’agglomération antique sont également nombreux. Le terrain se situe en limite ouest d’une vaste terrasse. Celle-ci est située à mi pente sur le flanc peu escarpé du coteau bordant la rivière Ille à l’est. La configuration de la nouvelle station
  • sous-sol. Ces réseaux ne pouvant être coupés pour la réalisation de sondages et le bâti situé sur l’emprise de la station ne pouvant être démoli avant la réalisation de cette étude, il a été décidé en accord avec le service régional de l’archéologie de procéder à une évaluation du
  • . Il s’avère que la présence d’une stratigraphie antique et médiévale doit être attendue ponctuellement sur l’emprise du projet. Celle-ci n’apparaîtra vraisemblablement que sous la forme de témoins stratigraphiques déconnectés les uns des autres difficiles à étudier. Comme sur la
  • situe presque intégralement en intérieur d’îlot. Seule l’extrémité nord de l’emprise devrait rencontrer le tracé du decumanus dont les vestiges ont été retrouvés sur le site de la Visitation et dans les sondages menés au couvent des Jacobins. 4 II. Résultats 1. Présentation de
  • située à mi pente sur le flanc peu escarpé du coteau bordant la rivière Ille à l’est. Dès le XIXe s les trouvailles sont nombreuses dans ce quartier situé non loin du centre géographique de la ville du Haut-Empire fig.1. Plusieurs mentions figurant dans les Bulletins de la Société
  • , après étude, il s’est avéré que le secteur concerné était très densément occupé par des réseaux divers, ne laissant pas la place de pratiquer des fenêtres d’observation du sous-sol. Ces réseaux ne pouvant être coupés pour la réalisation de sondages et le bâti situé sur l’emprise de
  • fluviatiles, cette dernière apparaissant vers la côte 37,10m/NGF. Entre ces deux extrémités de la station, l’emplacement d’une carrière datant probablement du XVe s réutilisée comme fosse dépotoir/latrines par la suite a été identifié. Cette dernière en partie présente sur l’emplacement de
  • des Jacobins. Sur le site de la Visitation, la séquence antique est la plupart du temps surmontée par des remblais récents. Elle est ici assez complexe car finement constituée et présente une épaisseur maximale de 1,00 m. Ceci correspond à ce qui s’observe le plus couramment dans
  • le reste de la ville excepté en certains points du couvent des Jacobins et du 3-5 rue de Saint-Malo ou des puissances stratigraphiques proches de 2,00m ont été mises en évidence. Sur le site de la Visitation les épaisseurs ne sont pas comparables selon les secteurs fig.6. Les
  • mètre par rapport au reste de l’emprise. Le secteur où celle-ci a été observée étant déconnecté du reste de la fouille, la raison de cette différence reste assez énigmatique (Chevet, Ferrette, Pouille à Paraître). Parmi les éléments essentiels observés sur ce site on relève la
  • présence de chaussées de la ville antique. L’une d’elle, le decumanus, a été reconnue sur une longueur d’un peu plus de 70m. Elle se prolonge vers l’ouest en direction du couvent des Jacobins où des niveaux correspondants ont été observés récemment lors du second diagnostic ( Le Cloirec
  •      0 50m  0 50m Fig.8 : Restitution de la morphologie du quartier au milieu du XVème siècle et au XVIème siècle (d’après Cozic, 1998). mentionné dans l’acte de fondation du couvent des Jacobins en 1368 passe par le pont-Saint-Martin. A l’est de l’emprise du projet
  • future station empiète sur deux îlots anciens. Au sud se situe l’îlot Sainte-Anne proprement dit, sur lequel notamment se développera à partir du XIVe s l’hôpital du même nom. Au nord, compris entre le tracé supposé des anciennes douves à Gahier, ces fossés ceinturant les faubourgs de
  • il s’agit probablement de maisons particulières. Au sud se développe l’espace correspondant à la place Sainte-Anne. Il s’agit en fait de la zone dégagée pour le glacis défensif de la barbacane qui est restée libre de constructions. - Un siècle plus tard sur le plan du Marquis de
  • l’emprise de la future station s’étend au moins pour moitié sur l’espace correspondant à la place de l’époque. - Le plan de 1782 (Arch. Mun. Rennes 1Fi48) confirme que pendant toute cette période la configuration du quartier évolue finalement très peu. Les affectations des espaces
  • n’intervient qu’à partir du XVe s. Cozic 1998, p. 13. 7 Cozic 1998, p. 12 6 8 Plan 1 fi 43 (Archives Mun. Rennes) 1663. Plan de Robien, milieu XVIIIème s. Fig.9 : Localisation du projet sur les plans du XVIIème et milieu XVIIIème. Plan 1 fi 18 (Archives Mun. Rennes). Plan 1 fi 5
  • (Archives Mun. Rennes). Fig.10 : Localisation du projet sur les plans de détail du quartier au cours de la seconde moitié du XVIIIème s (extraits). Plan 1 fi 48 (Archives Mun. Rennes). Echelle approximative Plan 1 fi 59 (Archives Mun. Rennes). Fig.11 : Localisation du projet sur les
  • sont présents. Ce niveau était initialement surmonté par la terrasse alluviale dont des vestiges ont été observés à plusieurs emplacements dans le secteur : au 3-5 rue de Saint-Malo ( Le Cloirec 1996), au niveau du couvent des Jacobins ( Le Cloirec p. 142) sur la place Sainte-Anne
RAP00561.pdf (archéologie du milieu rural en haute Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine. rapport de projet collectif de recherche)
  • projet collectif de recherches
  • archéologie du milieu rural en haute Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine. rapport de projet collectif de recherche
  • actuel, pour envisager une analyse fine des mutations architecturales au sein de mini-régions ou de terroirs. LES ETUDES PALYNOLOGIQUES M. GAUTIER, dans le cadre du PCR et avec une autorisation de sondage, a réalisé une approche plus fine d'un enclos détecté par voie aérienne à
  • la publication envisagée en 1990, les synthèses pourront porter sur environ 1850 sites gallo-romains. Des réunions de travail ont été organisées pour : - des informations mutuelles de découvertes, - des exposés sur l'avancement de la recherche au sein du P.C.R., - la définition
  • gallo-romains. En 1988, Marie-Yvane DAIRE, aidée par François BARBIER, a poursuivi le remplissage des fiches qui permettent de rentrer les données dans le fichier implanté sur le disque dur du micro-ordinateur BULL Micral 90-50 D du Laboratoire d'Archéométrie (Université de Rennes I
  • réalisée en 1989, l'objectif étant de caractériser complètement 100 nouveaux sites galloromains du Morbihan. Ce fait explique que sur toutes les cartographies le Morbihan n'apparaît plus comme un désert. Par ailleurs P. NAAS a pu récupérer les données sur 36 sites de la région de
  • ) Les données pédologigues. En 1988, P. OUTIN a terminé son mémoire de maîtrise sur l'apport des données pédologiques à la caractérisation des sites ruraux du nord de la civitas des Coriosolites. Les données collectées dans deux zones ayant fait l'objet de relevés par les Services de
  • végétal au moment du comblement de ce fossé. Dans le deuxième sondage (Fossé N°2), il n'y avait pas de mobilier datable. Seuls des débris d'argile cuite (restes de foyer ou de clayonnages) ont été récupérés (Expertise M. BATT). Un prélèvement palynologique a été fait dans le fond de ce
  • fossé. L'expérience devrait être reconduite en 1989 sur trois autres enclos. On voudrait y tester le recours supplémentaire à des carottages et à des tranchées réalisées avec un petit engin mécanique à godet lisse. Cette approche des enclos devrait permettre de mieux comprendre les
  • d'avancer dans cette recherche. Mme. TCHESNAKOFF va se lancer à partir de 1989, en vue d'une thèse, dans une étude des enclos de Bretagne. Déjà dans le cadre d'un D.E.A., elle va travailler sur une méthodologie de recherche. BOURG-DES-COMPTES SONDAGE DU 18-07-88. j f BOUT-DE-SEMNON
  • cartographie des pesons de tisserand (page 118) met en évidence une ligne, orientée ouestsud-ouest - est-nord-est, en plus d'une zone côtière du Penthièvre. Or cette ligne coïncide avec un alignement de massifs granitiques. Ces pesons sont donc à associer à un élevage de moutons sur des
  • ) - Les sites ruraux et la pédologie (JUMEL et OUTTN) (15 pages) II - ETUDE DE DIFFERENTS TERRITOIRES RURAUX. - L'occupation gallo-romaine du Clos-Poulet (BIZIEN et OUTTN) (15 pages) - Le Penthièvre, de l'Age du Fer au Haut-Moyen-Age (AMOUREUX et CLEMENT) (15 pages) - L'occupation
  • PROJET COLLECTIF DE RECHERCHE RAPPORT 1988 L'ETUDE DU MILIEU RURAL DE LA HAUTE BRETAGNE AUX EPOQUES PRE-ROMAINE ET GALLO-ROMAINE Loïc LANGOUET PROJET COLLECTIF DE RECHERCHE RAPPORT 1988 L'ETUDE DU MILIEU RURAL DE LA HAUTE BRETAGNE AUX EPOQUES PRE-ROMAINE ET GALLO-ROMAINE
  • LE PROJET COLLECTIF DE RECHERCHE Le Projet Collectif de Recherche (P.C.R.) intitulé "Archéologie du milieu rural en Haute-Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine" regroupe tous les chercheurs ou associations de chercheurs qui oeuvrent dans le domaine de la prospection
  • des analyses plus fines dans l'espace géographique retenu, un découpage, basé sur le quadrillage Lambert I, a été mis en place (Figure N°2). Les participants au P.C.R. sont actuellement : - le Centre Régional d'Archéologie d'Alet (Ce.R.A.A.), - le Centre de Recherches
  • Ce.R.A.A, 191 sites, - le Groupe des Prospecteurs de Vilaine, 130 sites. Tous les sites traités ne sont pas gallo-romains ; on peut évaluer à environ 270 le nombre de sites gallo-romains qui viendront alimenter le fichier INVENT1.DON du présent programme de recherche. Ainsi au niveau de
  • première réunion du 30 Avril, le programme de 1988 a été affiné et arrêté compte tenu des moyens réellement accordé. Il a compris : - la poursuite de la collecte et de la mise en forme des données à rentrer dans les fichiers informatisés (INVENT1.DON et SIGILLE.DON) du P.C.R., - la mise
  • pédologiques, expertises de céramiques sigillées, datations archéomagnétiques) et de réflexion dans l'optique de la publication. Dans les rapports de 1986 et 1987, nous avions respectivement décrit les possibilités du logiciel ATP et les améliorations apportées à plusieurs logiciels
  • PCR, grâce au logiciel ATP. Du 16 au 18 Mars 1988, un stage de l'Institut du Patrimoine, intitulé "Techniques de prospection-inventaire archéologique", a été organisé à Rennes par l'équipe des prospecteurs travaillant dans le cadre du P.C.R., en collaboration avec la Direction des
  • programmées : - l'une, à la mi-février, pour un colloque ouvert au public sur les opérations de prospection-inventaire en Haute-Bretagne (PACE), - l'autre, à la fin d'Avril, pour un travail sur l'état de la recherche collective (RENNES). Diverses publications ou mémoires, concernant le
  • travail des prospecteurs de Haute-Bretagne, doivent être signalées ; elles sont présentées à la fin du rapport. LES ZONES DE PROSPECTION Participent au Projet Collectif de Recherche des chercheurs et des groupes, précités, dont on a cartographié les zones de prospection. Les deux
  • édités en coédition par l'I.C.B. et le Centre Régional d'Archéologie d'Alet. La date de sortie de ces ouvrages est la mi-décembre 1988. En 1988, un effort particulier a été fait pour les sites gallo-romains du Morbihan. Le P.C.R. ayant pu disposer du fichier bibliographique de J
RAP02502.pdf (PACÉ (35). ZAC Beausoleil. tranche 7. rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • PACÉ (35). ZAC Beausoleil. tranche 7. rapport de diagnostic
  • : Fanny Tournier Organisme de rattachement : INRAP Maître d'ouvrage des travaux : Société Beausoleil Nature de l'aménagement : ZAC économique Opérateur chargé des travaux : INRAP inter région Exploitant (s) : Surface du projet d'aménagement : 20 470 m2 Dates d'intervention sur le
  • Contexte géographique et géologique : Le terrain concerné est situé à 1,5 km du centre de l'agglomération, au lieu-dit « la Planche Fagline ». La parcelle est localisée sur un coteau exposé à l'ouest. Le sous-sol est composé de schiste qui s'altère en se transformant en limon argileux
  • de couleur orangée et dans lequel flottent des pierres éparses de quartz. Méthode de diagnostic : Tranchées en quinconce Tranchées continues Sur décapage intégral Carottages Recherche en archives Géo-physique Autres (précisez) % surface sondée : 7 liste des archives consultées
  • : Toutes les tranchées ont été positionnées en travers de la parcelle afin de déceler au mieux des vestiges qui auraient une orientation identique à celle du parcellaire actuel et à celle des vestiges découverts dans la parcelle contigùe. Profondeur des sondages ou carottages : 0,80 m
  • en moyenne Description sommaire de la stratigraphie observée dans les sondages ou carottages : la terre végétale présente une épaisseur de 0,40 m à 0,60 m et repose sur un limon argileux de couleur orangée dans lequel apparaissent des filons de quartz. Substrat atteint : oui
  • jHoës i -4 >©L5 "
  • -Ouest : 37, rue du Bignon, CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Cedex 1 2502. Fiche signalÉtique Numéro de site Patriarche : 0 0 . 0 0 Numéro de projet INRAP : DA05005801 Région : Bretagne Département : Ille-et-Vilaine Commune : Pacé Lieu-dit ou adresse : Zac Beausoleil Cadastre
  • année : Pacé, section AS, parcelle 20 Coord. Lambert : X: Y: Statut du terrain : Sans objet 0 . 0 0 0 Code INSEE : 35 210 altitude : 60 m NGF Propriétaire du terrain : Arrêté de prescription n° : 2009-048 en date du : 11 mai 2009 Arrêté de désignation n° : Responsable désigné
  • terrain : semaine 45/2009 Surface diagnostiquée : 20 470 m2 % de la surface sondée : 7 Intervenants scientifiques : SRA : INRAP : Paul-André Besombes Fanny Tournier Michel Baillieu Conservateur en charge du dossier Responsable scientifique Adjoint scientifique et technique Autre
  • Fanny Tournier Technicien Topographe DAO Terrain Fanny Tournier Philip Miller Vincent Pommier Intervenants techniques : Terrassement mécanique 1 pelle(s) de CV avec godet de curage de 3m. 2 Post-fouille Fanny Tournier Philip Miller Philip Miller | 0 ELEMENTS DU DIAGNOSTIC
  • pourraient marquer un chemin. En l'absence de mobilier et de sols cette structure est indatable. Elle est cependant dans la même orientation que les fossés du site à proximité. 3 ANNEXES 1 - carte de localisation générale la Rpssignblière ..les Champs f** \" H|-Vézigneiils f des
  • instityt national de recherchas archéologiques préventives ïrtrap Rapport de diagnostic 2009 Fanny TOURNIER Pacé "ZAC Beausoleil - Tranche 7" (llle-et-Vilaine) Novembre, 2009 N° de prescription 2009-048 N° de projet INRAP DA 05024902 INRAP Direction interrégionale Grand
  • : Intervenants administratifs : DRAC de, SRA : Stéphane Deschamps. INRAP interrégion Gilbert Aguesse Conservateur ré|;ional de l'archéologie Directeur interrégional Aménageur : Groupe Launay Financement : redevance Organigramme de l'équipe scientifique : Préparation Responsable d'opération
  • Observations : Hormis quelques rares fossés qui n 'ont livré aucun mobilier, aucune structure n 'a été décelée dans cette parcelle. La largeur des fossés n 'excède jamais 0,50m et sont tous orientés selon le parcellaire actuel. Deux fossés parallèles (tranchée 9, 12 et 15) axés nord-sud
RAP01732.pdf (PLOEMEUR (56). Étang de Lannenec - Guidel . rapport de prospection inventaire)
  • PLOEMEUR (56). Étang de Lannenec - Guidel . rapport de prospection inventaire
  • de procéder au choix des sites de carottage, il est nécessaire de refaire une cartographie du site pour connaître plus précisément les caractéristiques morphologiques de l'ensemble du bassin. La première action a été l'acquisition de données bathymétriques sur l'étang assuré par
  • aux éléments environnementaux. 2.3.1. Problématique historique Trois époques marquent leurs présences sur ce site : Le néolithique : par le Dolmen du CRUGUELLIC et une chambre funéraire sur le promontoire de LOCMIQUEL - MENE Le médiéval : par la présence d'un prieuré, d'une
  • chapelle etc. sur LANNENEC, des empreintes d'un village marin sur Per er Malo et une invasion anglaise sur la côte de Poul-llfin. L'époque moderne : par une modification du paysage sous l'occupation des troupes allemandes, (cette dernière vient se rajouter) Les présences d'une activité
  • Responsable scientifique du carottage : Jean Jacques TIERCELIN Directeur de Recherche au CNRS - IUEM 1 Brest Responsable bathymétrie : Jean Michel CECOBERT Ingénieur de Recherche au CNRS - CEREGE 2 Aix en Provence Autorisation Direction Régionale des Affaires Culturelles, Service Régional
  • référentiel sur les recherches et nous avons mis tous nos moyens pour atteindre cet objectif. 4.1.4. Travaux 4. 1.4.1 .PRESENTATION Nous n'arrivons pas à réaliser le carottage pour cause d'un montage financier insuffisant. La réalisation d'un module de terrain est maintenue et une
  • une diffusion aux extrémités du bassin des érosions et dépôts sédimentaires de la bande océanique. Il est soumis à des vents dominants nord nord-ouest qui engendrent des ondes sur la surface de l'eau qui à leur tour vont créer des courants lui donnent la forme d'une cuvette. Avant
  • , sous 1M80 d'eau. , Cet écart a été remarqué sur le mur de perré en façade du promontoire de Lannénec. Cette partie d'étang correspond a la chute du versant représenté par une prairie qui le borde et que la dernière monté des eaux aurait recouvert. L'épaisseur de sédiment non
  • structurelle et fonctionnelle du mur de perré (travaux 1998). 4.2.2. Le carottage L'intérêt d'effectuer un carottage à des fins de recherches historiques, préhistoriques réside dans la reconstitution des climats successifs, des changements du milieu naturel et des paysages littoraux au
  • l'arrivée de l'homme, et dès lors son influence sur les paysages. La réalisation d'un carottage dans l'Etang, c'est à dire le prélèvement de plusieurs colonnes de sédiment (appelée carotte), donnera accès à la connaissance de tous ces événements. La première démarche sera d'obtenir l'âge
  • d'Orsay. Quant à la faisabilité du carottage, Monsieur Jean-Jacques TIERCELIN, chercheur CNRS à l'IUEM Institut Universitaire Européen de la Mer de Brest(29) à répondu favorablement à notre demande. L'analyse de l'ensemble de ces données sera conduite à l'occasion d'un partenariat
  • 2001 voir début 2002. Bien sûr, la réalisation du carottage et la logistique nécessaire à son bon fonctionnement seront les objectifs prioritaires de l'année 2001 . 10 Etang de LANNENEC - OPERATION ARCHEOLOGIQUE SUBAQUATIQUE N°1999/052 N°2000/063 - RAPPORT 1999-2000 5
  • Etang de LANNENEC OPERATION ARCHEOLOGIQUE SUBAQUATIQUE N°1 999/052 N°2000/063 RAPPORT 1999 -2000 Daniel LE MESTRE SOMMAIRE L GENERALITE 3 2. PRESENTATION DU SITE - RAPPEL 3 2.1. SITUATION GÉOGRAPHIQUE 3 2.2. DESCRIPTION DE L'ETANG 3 2.3. PROBLÉMATIQUES DE
  • Introduction Travaux. PRESENTATION 8 4.1.4.2. LA BATHYMETRIE 8 4.1.4.3. PROSPECTION INVENTAIRE BILAN DE L'OPÉRATION Prospection Le carottage PROBLÉMATIQUE 2001 ILLUSTRATIONS 5.1. 7 8 8 8 4.1.4.1. 4.2.1. 4.2.2. 6. 4 4 4 2.4. 4.1. 5. Problématique historique Problématique
  • une première phase de rechercher une approche chronologique associant l'activité humaine et révolution de l'étang. Cette recherche archéologique devrait permettre de conduire à terme des opérations pluridisciplinaires tant sur le milieu environnemental que sur l'histoire de cette
  • région. 1. GENERALITE Idem rapport 97 2. PRESENTATION DU SITE - Rappel 2.1. Situation géographique L'étang se situe à une vingtaine de kilomètres de LOREINT 56, à la frontière des communes de PLOEMEUR et de GUIDEL dans un encaissement occidental de l'anse du POULDU Figure T2-5
  • avec l'océan qui renferme un étang dénommé aujourd'hui étang du Loch 3 Etang de LANNENEC - OPERATION ARCHEOLOGIQUE SUBAQUATIQUE N°1999/052 N°2000/063 - RAPPORT 1999-2000 2.3. Problématiques de départ (Rappel) Il avait été pris en considération plusieurs problématiques liées
  • , hier par Michelménet, Cruguellic et Lanelec. Quelles sont les limites des zones humides ? Et sont-elles associées à des éléments immergés? 2.3.3. Problématique de l'opération Les dépôts alluviaux provenant des bassins versant et du phénomène éolien ont envahi les parties de l'étang
  • ces périodes citées ? Qu'il s'agisse du mur, de pierres isolées de pieux ou de la présence d'ossements. Cette décomposition organique peut-elle avoir mémoriser la présence d'une activité? 2.4. Problématiques 2000 Au terme des différentes études, deux problèmes se superposèrent
  • ces études pluridisciplinaires nous amène à la réalisation d'une carte précise du site et des traces anthropologiques qui sont liées à sa configuration. C'est pourquoi une analyse du fond de l'étang ainsi que celle de ses sédiments nous amèneront plusieurs éléments d'explication
  • sur la vie de l'étang, son fonctionnement, son évolution comme celle de ses rives et des terres adjacentes. La recherche d'une approche chronologique associant l'activité humaine à l'évolution de l'étang vient des possibilités qu'offre le site et sa proximité avec le milieu marin
RAP00818.pdf (RENNES, CHANTEPIE (35). rapport de prospection inventaire)
  • RENNES, CHANTEPIE (35). rapport de prospection inventaire
  • noter la pérennité du parcellaire sur plus d'un siècle et la façon dont certaines limites ont été reprises en pleine zone urbanisée dense (Villejean et ZUP sud) , prolongeant ainsi une fossilisation de traces très anciennes pour quelques-unes. 4.3.: Etude de l'environnement
  • PREHISTORIQUES DE L'AGGLOMERATION RENNAISE COLLECTIFS 943 DIAGNOSTIC PRELIMINAIRE 5.3 : Zone Urbanisée Nord 5. 3. a : Villejean b : Université c : C.H.R. d : Sortie du tunnel nord e : Puits nord de sortie du bouclier f : Anatole France ARCHEOLOGI QUE SUR LE TRACE VAI. RENNAIS
  • CADRE HISTORIQUE: RENNES DE L'ANTIQUITE AU XIXEME SIECLE. 4 4 METHODOLOGIE MISE EN OEUVRE DANS LE CADRE DE L'ETUDE DOCUMENTAIRE 6 4.1 : Etude des données du sous-sol 4.1. a : géologie du bassin rennais b : les données des sondages géotechnigues c : les données du B.R.G.M. d
  • services municipaux ANNEXE 3 : Liste des figures 10 ANNEXE 4 : Budget du diagnostic préliminaire, sur le tracé du VAL rennais. ANNEXE 5 : Liste des divers intervenants. 5.1 : Présentation de la fiche récapitulative des données 11 5.2 : Présentation de la partie en tranchée couverte
  • ....11 37 48 POURQUOI CETTE ETUDE ? Une première rencontre entre responsables du S.I.T.C.A.R. et de la Circonscription des Antiquités de la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne avait permis de poser, dès novembre 1989, la nécessité de prendre en compte
  • , dans le cadre de l'étude d'impact générale, les problèmes archéologigues que ne manguerait pas de soulever le projet rennais du V.A.L. Une réunion du 27 février 1990 devait définir les trois grands stades de cette intervention : - une étude de diagnostic documentaire sur les zones
  • étroitement cette opération particulière à un programme plus général sur l'ensemble de la ville de RENNES, sous la forme d'un "Document d'Evaluation du Patrimoine Archéologiguer Urbain" (D.E.P.A.U.). Une telle intégration supposait toutefois une décisionmunicipale très rapide gu'il n'a pas
  • été possible d'obtenir dans des délais compatibles avec les contraintes du "compte-à-rebours" de l'opération V.A.L. C'est ainsi que fut décidé, en février 1991, de lancer indépendamment, sur le tracé du futur V.A.L., l'étude de diagnostic archéologique documentaire dont les
  • préliminaire a été établie sur la base des documents fournis au début et en cours de contrat par le S.I.T.C.A.R. ; elle n'a bien évidemment pu prendre en compte gue l'état du projet connu en février - mars 1991. Ce travail rassemble néanmoins, sur la base des informations technigues et
  • l'utilisation de la technique du bouclier (15 à 20 mètres de profondeur) en centre historique présente le grand avantage de réduire considérablement l'impact sur les gisements archéologigues. Cependant , la difficulté majeure a été de travailler sur des données de localisation imprécises
  • historigue) de puits de de ventilation, sortie du tunnel, puits de sortie du bouclier et sur les stations, - sondages préliminaires suivis de fouilles si nécessaire sur: * les parcs de stationnement, * le garage-atelier de Chantepie, - sondages préliminaires suivis de fouilles
  • archéologiques sur les stations en centre historique, fouilles archéologiques directes sur les puits ventilation du centre historique (emprise d'environ 60 chacun) , de m2 - une intervention archéologigue qui reste à préciser sur les aménagements connexes au projet: * déviation des réseaux
  • ville, semble-t-il, qui continua à prospérer, à battre monnaie carolingienne . Les comtes ou ducs de Bretagne, à la fin du Xème siècle, avaient un pouvoir déjà établi sur une Bretagne à l'organisation par ailleurs très féodale. Sans faire de Rennes à l'épogue une capitale, leur
  • résidence guasi permanente dans la ville lui conférait une importance particulière. Nous possédons très peu d'informations sur la morphologie de la ville du Xlème au Xllème siècle. Il semblerait gue, depuis le Haut Moyen-Age, mis à part une expansion autour des faubourgs, les grandes
  • L'ETUDE 4.1.: Etude des données du sous-sol 4.1. a : Géologie du bassin rennais Une étude géologique générale et sommaire peut paraître superflue dans le cadre d'un tel projet où les sondages géotechniques, les études piézométriques et microhydrogéologiques sont et seront multipliés
  • observables au nord et à l'est du bassin rennais (Bécherel, Cesson . . . ) . C'est encore la tectonique qui explique le jeu des failles responsables des installations en crêtes des schistes de Pont-Réan et des schistes plissés d'âge hercynien. A l'époque oligocène, la région de Rennes
  • large, est un regard sur le sous-sol rennais où quelques présences-phares ou quelques fossiles directeurs guident ces observations (remblais d'incendie de 1720, présence de couches de destruction de bâtiments, présence de schiste de Pont-Réan, tuiles galloromaines...) et permettent
  • archives qui précisent que les déblais de 1720 ont été partiellement étalés sur la voirie future. Ces observations récentes , même si elles ont un caractère plus scientifique d'enregistrement et d'analyse, participent du même principe que celui qui a fait noter à de nombreuses personnes
  • complément visuel à la documentation générale. 4.5.c : Les cadastres anciens : L'étude des cadastres anciens (plans au 1/1 000) et des matrices cadastrales qui, pour la ville de Rennes, datent du milieu du XIXème siècle, apportent de nombreuses indications sur le tissu urbain ancien car
  • coteau et attestées par le cadastre de 1840. L'apport toponymique est faible, mais vient s'ajouter à l'étude de la forme générale du parcellaire visible sur les clichés IGN (mission 1952). Celle-ci semble attester de formes médiévales (parcelles regroupées autour d'un pôle habité). De
RAP02106.pdf (SAINT-MALO (35). "la Garenne". dfs de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • SAINT-MALO (35). "la Garenne". dfs de diagnostic
  • Surface du projet d'aménagement : 1642 m2 Surface diagnostiquée : 1642 m2 Contexte géographique et géologique : indiquer ici la nature et la situation du terrain naturel Limons sur arène granitique Méthode de diagnostic : Tranchées en quinconce1 Tranchées continues Sur décapage
  • correspondants avec l'outil "Trames" (dans Format) ANNEXES 1. 2. 3. 4. Carte de localisation générale et détaillée Plan de l'emprise du projet et de l'environnement archéologique Extrait du plan cadastral actuel Plan de l'emprise diagnostiquée avec localisation des sondages ou carottages
  • parcelle(s) CY80 et 81 Coordonnées Lambert : Zone : Altitude : 35 m NGF Abscisses : Ordonnées : Propriétaire du terrain : M. Lemarie Protection juridique : Arrêté de désignation n° : 2005-27 Arrêté de prescription n° : 2004-190 Valable du au Titulaire : Fanny Tournier Organisme de
  • terrain concerné est situé à proximité de deux sites repérés par photos aériennes obliques. Au nord il s'agit de traces orthogonales datées de l'antiquité par la céramique retrouvée au sol et au sud de traces d'enclos non daté. CONTRAINTES TECHNIQUES Néant ELEMENTS DU DIAGNOSTIC
  • intégral Carottages Recherche en archives Géo-physique Autres (précisez) % surface sondée : 9% listes des archives consultées : Profondeur des sondages ou carottages : 0,75 m Description sommaire de la stratigraphie observée dans les sondages ou carottages : Le substrat observé est
  • composé de limon fin jaune qui repose sur l'arène granitique. Ces formations sont recouvertes de l'humus, qui atteint une épaisseur moyenne de 0,50 m. Substrat atteint : oui Observations : Deux tranchées de 2 m de largeur ont été ouvertes sur des longueurs respectives de 36,50 m (T
  • ) et 38 m (T2). Trois fossés ont été découverts dans la tranchée 1. Leur remplissage est composé de limon brun sans aucun mobilier. Les fossés 1 et 2 des deux tranchées sont grossièrement dans l'alignement du parcellaire actuel. Par contre le fossé 3 de la tranchée 1 se trouve dans
  • DRAC-SRA I H S T I 0 r N A L o E RECSH-ERCHE.S ARCHÉOLO 6 I OU -ES PR-ÉVENTIVES + \ 3 ÂVR. » COURIR ARRIVEE + Rapport de diagnostic 2005 Fanny TOURNIER Saint-Malo "La Garenne" (Ille-et-Vilaine) Avril, 2005 N° de prescription 2004-190 N° de projet INRAP DA
  • 05007201 INRAP Direction interrégionale Grand-Ouest : 37, rue du Bignon, CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Cedex 2106 FICHE SIGNALÉTIQUE Siten°:| . | | . . | | . . | Département : Ille-et-Vilaine Commune : Saint-Malo Lieu-dit ou adresse : La Garenne Cadastre : Année : Section(s) et
  • rattachement : INRAP Motif de l'intervention : Travaux EDF Exploitant : Dates de l'intervention : 1642 m2 Surface diagnostiquée : 149 m2 LISTE DES INTERVENANTS Intervenants scientifiques SRA : Michael Batt Inrap : Fanny Tournier - Michel Baillieu Autre : Intervenants techniques Techniciens
  • l'orientation des vestiges antiques repérés au nord. Un sondage pratiqué dans ce fossé a montré que sa profondeur atteignait 0,50 m, que son profil était en cuvette. Dans son remplissage, identique à celui des autres fossés, aucun mobilier n'a été retrouvé.. 1 griser les carrés
  • Localisation de l'opération - Lieu-dit La Garenne " Limon
RAP02071.pdf (LA CHAPELLE-DES-FOUGERETZ (35). "la Besneraie". tranche 1. dfs de diagnostic)
  • LA CHAPELLE-DES-FOUGERETZ
  • opération préventive de diagnostic
  • LA CHAPELLE-DES-FOUGERETZ (35). "la Besneraie". tranche 1. dfs de diagnostic
  • Surface diagnostiquée : 55 000 m2 Contexte géographique et géologique : le terrain concerné fait partie du bassin de Rennes. Le relief est très peu marqué. Méthode de diagnostic : Tranchées en quinconce1 Tranchées continues Sur décapage intégral Carottages Recherche en archives Géo
  • : Société Territoires CONTEXTE ARCHÉOLOGIQUE LOCAL ET/OU PRESCRIPTIONS SCIENTIFIQUES Une forte densité de vestiges archéologiques, en particulier antiques, est déjà connue sur la commune CONTRAINTES TECHNIQUES Néant ELEMENTS DU DIAGNOSTIC Surface du projet d'aménagement : 55 000 m2
  • -physique Autres (précisez) % surface sondée : 6,67 listes des archives consultées : Profondeur des sondages ou carottages : 0,50 à 0,80 m Description sommaire de la stratigraphie observée dans les sondages ou carottages : épaisseur de la terre végétal: 0,65 m en moyenne, nature du
  • (0,16 à 0,20 m) et un profil en cuvette. 1 griser les carrés correspondants avec l'outil "Trames" (dans Format) ANNEXES 1 - carte de localisation générale 2 -plan de l'emprise du projet et de l'emprise diagnostiquée avec localisation des sondages ou carottages La Chapelledes
  • INRAP Direction interrégionale Grand-Ouest : 37, rue du Bignon, CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Cedex FICHE SIGNALÉTIQUE Site n° : | . | | • • Il • • 1 Département : Ille-et-Vilaine Commune : La Chapelle-des-Fougeretz Lieu-dit ou adresse : La Besneraie Cadastre : Année : Section(s
  • ) et parcelle(s) AD 169, 170, 171, 172 Coordonnées Lambert : Zone : Abscisses : Ordonnées : Altitude : ±50 m NGF Propriétaire du terrain : Société Territoires Protection juridique : Néant Arrêté de désignation n° : Arrêté de prescription n° : 2003/115 Valable du au Titulaire : Fanny
  • Tournier Organisme de rattachement : INRAP Motif de l'intervention : projet de TAC Exploitant : Dates de l'intervention : du 27/09/2004 au 1/10/2004 Surface diagnostiquée : 55 000 m2 LISTE DES INTERVENANTS Intervenants scientifiques SRA \ Michael Batt Inrap : Fanny Tournier - Michel
  • -Fougeretz , 1 R3S3T: fiaíiáiért L M iVúoule' tirbonnièreA te Th&iudièr? H l il Msrltnièt», m il >- H •resloimii Figure 1 - Localisation «SI de l'opération (carte IGN au 1/100 000e) Figure 2 - Localisation des tranchées sur fond de plan cadastral révisé
  • 2071 ARCHE CHE R E C ;H € R 0 L 0 fi I Q U •£ S P R € V E N T I V E S Rapport de diagnostic : M. * 2004 Fanny TOURNIER LA CHAPELLE DES FOUGERETZ "La Besneraie" Tranche 1 (Ille-et-Vilaine) 27.09.04- 1.10.04 N° de prescription 2003-115 N° de projet INRAP 31 05 0410 01
  • substrat : limon jaune-orangé Substrat atteint : oui Observations : La plupart des tranchées est positive. Mais il ne s'agit que de fossés à la datation impossible et au remplissage identique, gris foncé. Des sondages pratiqués dans ces structures ont montré une très faible profondeur
RAP02254.pdf (LANDUNVEZ (29). Saint-Samson. dfs de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • LANDUNVEZ (29). Saint-Samson. dfs de diagnostic
  • épaisseur de dépôts meubles oscillant entre 50 et 80cm. Méthode de diagnostic : Tranchées continues Tranchées en quinconce Sur décapage intégral Carottages Recherche en archives % surface sondée : 8 % listes des archives consultées : Géophysique Autres (précisez) Profondeur des
  • sondages ou carottages : de 0,50m à 0,80m sous la surface Description sommaire de la stratigraphie observée dans les sondages ou carottages : L'horizon superficiel est une terre de lande limono-sableuse, brun foncé. Son épaisseur moyenne est de 0,60m. Elle repose sur le substrat
  • bien avoir été érigé seul. Etude complémentaire du menhir : Le monolithe, situé à l'angle de deux anciens talus empierrés, a pu être dégagé pour partie suite à l'arasement récent du talus nord par les propriétaires des lieux. Après avoir retiré manuellement le lambeau de pierres
  • - Bretagne) Du 29.05.07 -01.06.07 N° de prescription : 2006/135 N° de projet INRAP : DA 05 0189 01 IN RAP Direction interrégionale du Grand-ouest : 37, rue du Bignon CS 6773-7, 35577 Cesson-Sévigné Cedex 225ii FICHE SIGNALETIQUE Département : Finistère Commune : Landunvez Lieu-dit
  • ou adresse : Saint-Samson Section(s) et parcelle(s) : Section H, parcelle n° 209 Coordonnées Lambert I: Abscisses : 78850 Ordonnées : 118700 Altitude : 27 mNGF Propriétaire du terrain : Mme Nathalie MERTZ Arrêté de prescription n° : 2006/135 Titulaire : M. Stéphan HINGUANT
  • Organisme de rattachement : INRAP Motif de l'intervention : Permis de construire Dates de l'intervention : Du 29/05/07 au 30/05/07 Surface à diagnostiquer : 3500m 2 LISTE DES INTERVENANTS Intervenants scientifiques SRA : Mr Jean-Yves TINEVEZ, Conservateur départemental INRAP: M. Michel
  • diagnostic est situé à proximité immédiate d'un monolithe isolé, à l'origine d'un zonage archéologique défini dans le cadre de la révision du P.L.U arrêté le 19 mai 2005. L'objectif du diagnostic est d'évaluer le potentiel archéologique éventuellement conservé dans l'environnement de ce
  • menhir. Il doit s'attacher à déterminer si des structures archéologiques associées à ce monument néolithique sont présentes dans la parcelle concernée, d'en déterminer la chronologie et l'état de conservation le cas échéant. ELEMENTS DU DIAGNOSTIC Surface du projet d'aménagement
  • : 3500m 2 Surface diagnostiquée : 300m 2 Contexte géographique et géologique : L'emprise du projet, située sur une ancienne plate forme marine culminant vers 25mNGF, ne présente aucune particularité topographique. Le substrat granitique a été atteint dans toutes les tranchées, sous une
  • contexte de la parcelle, stérile en ce qui concerne l'archéologie. Malgré la proximité du menhir aucun vestige néolithique n ' a effectivement été mis au jour. Signalons simplement dans la partie ouest la présence d'une fosse et d'un petit fossé moderne ou post-médiéval ainsi que celle
  • d'un trou de calage de poteau dans la tranchée proche du monolithe (Tr. 7). Aucune fosse de calage, aucun bloc couché ne viennent accréditer l'hypothèse d'une ensemble mégalithique détruit, de type alignement. Ce menhir, pour lequel une étude complémentaire a été réalisée, semble
  • et de terre encore en place à sa base, nous avons procédé à la fouille du niveau de sol selon un sondage d'environ l m de côté. L'objectif était d'identifier l'éventuelle fosse de calage du bloc, certifiant un emplacement originel non perturbé. La perspective de découvrir du
  • mobilier archéologique associé, en dépôt ou rejet, restait également envisageable. La base du menhir, de forme grossièrement triangulaire, est large et assure au bloc un certain maintien. De fait, une fosse de calage a bien été identifiée mais sa profondeur conservée n'excède pas 30cm
  • . Le fond est plat, et quelques blocs de granité marquent le pourtour, coincés entre la paroi du creusement et la base du monolithe. La matrice scellant l'ensemble est un sédiment sablo-argileux compact, brun-gris. Aucun objet mobilier n'est directement issu du comblement de la
  • fosse. Seule la surface du remplissage, au contact de la base du talus, a livré du mobilier. Il s'agit d'un tesson de céramique protohistorique s.L, à pâte micacée, présentant un très fin cordon mais aussi de trois galets marins, travaillés, pour lesquels il est difficile d'établir
  • oblongue (17 x 10 x 6cm) et seule une de ses faces est travaillée. Le second est plus petit, pratiquement circulaire (8cm de diamètre pour 4cm d'épaisseur). Une seule face est là aussi utilisée mais le pourtour du galet présente des méplats marquant d'autres surfaces de travail. Deux
  • datation radiocarbone. Un fois dégagé, le menhir présente une hauteur de pratiquement 3m pour une largeur maximale de 1,20m. Aucune gravure n'a été identifiée à la surface du bloc qui était masquée par le talus. On note cependant à cet endroit que sa morphologie présente une nette
  • protubérance sub-circulaire d'environ 30cm de diamètre, naturelle. Le sondage a été rebouché à l'issue de l'étude. Sur l'ensemble de la surface de la parcelle, dans l'épaisseur des dépôts meubles, quelques éclats de silex côtier et de quartz, ainsi qu'un nucléus en quartz, ont été collectés
  • . Il s'agit d'un corpus de 7 pièces dont les caractéristiques évoquent un débitage sur enclume, sans doute à rapporter à une présence néolithique final/campaniforme, sans lien certifié avec le monolithe dressé. De manière anecdotique, on signalera enfin la découverte d'un fourneau
  • de pipe en terre dans la masse du talus qui jouxtait le menhir. Il est de forme angulaire selon la nomenclature de ces objets et porte la mention « Crème [sic] GAMBIER » inscrite dans un rectangle guilloché. Cette production est courante au XIX e siècle. Landunvez mmtMm
RAP02919.pdf (RENNES (35). les Portes Mordelaises. rapport intermédiaire de fp 2012-2014)
  • RENNES (35). les Portes Mordelaises. rapport intermédiaire de fp 2012-2014
  • à un niveau supérieur, présente sur 7 mètres les remblais observés en fouille. Les niveaux de vase y sont également représentés sur un peu plus de 4 mètres. Lors du carottage, les deux derniers mètres avant d’atteindre le fond du fossé ont révélé une présence importante d’eau. Le
  • Carottage XVIe-XVIIe siècles Vase noire XVe-XVIe siècles Zone d’altération du substrat : argile grise 24.00m Substrat 0 1 Fig. 10 Coupe cumulative sur le fossé 2m 33 Principaux résultats de l’opération poches se distinguent : l’US 10044 est concentrée en matériaux végétaux de
  • cette entrée de ville construite sur le tracé de l’enceinte du Bas-Empire. Après une première reconstruction importante des fortifications probablement à l’époque altomédiévale, une seconde phase de travaux d’ampleur voit l’implantation d’un bâtiment au statut particulier intégré à
  • Organisme de rattachement Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon 35 577 Cesson-Sévigné Département Ille-et-Vilaine Numéro de l’arrêté de prescription Dates d’intervention sur le terrain Commune Rennes Adresse ou lieu-dit Les portes mordelaises Codes code INSEE Coordonnées
  • intégrale du bâti a permis de comprendre la mise en place progressive de cette entrée de ville construite sur le tracé de l’enceinte du Bas-Empire. Après une première reconstruction importante des fortifications probablement à l’époque altomédiévale, une seconde phase de travaux
  • restitution du fossé médiéval dans la jardin rue de Juillet, fouille qui s'appuiera sur les données issues du rapport de diagnostic réalisée par Dominique Pouille et Arnaud Desfonds en 2001 (INRAP Grand Ouest) (D. Pouille, A. Desfonds, Rennes 5 rue juillet, Diagnostic archéologique
  • , juillet 2001). 7 8 Inrap · Fouille programmée Rennes, Ille-et-Vilaine, Les portes Mordelaises Elle devra s'accompagner d'une étude complète de tout le parement externe du rempart repris à l'époque médiévale. 3 - Fouille et relevé de la barbacane s'appuyant sur la tour, côté est
  • , mais également, de la partie ouest (sondage au droit du mur ouest) , pour appréhender la structure en détail et analyser les circulations entre les différents niveaux de l'édifice (chemin de ronde, niveau de sol des canonnières, casemate). Cette étude devra déboucher sur des
  • travail sera une aide précieuse pour la mise en valeur du site. 4 – Principes méthodologiques et nature prévisible des travaux demandés à l'opérateur : - Décapage : • • • • décapage extensif des horizons superficiels sur la surface à ouvrir, prévue à l'article 1 ; Pelle mécanique avec
  • part et d'autre du pont. - parement externe de la courtine partant de la tour ouest (parcelles AC 854, 864, 865) • utilisation d'une nacelle pour des clichés généraux du site et, si nécessaire, cliché aérien de l'emprise fouillée ; • utilisation d'une nacelle pour des clichés du
  • : • l'organisation générale du chantier devra se conformer à la réglementation en vigueur relative aux conditions d'hygiène et sécurité définies par le décret n° 65-48 du 8 janvier 1965. • en cas de coactivité sur le chantier, un plan général de coordination devra définir l'ensemble des mesures
  • l'arrêté du 16 septembre 2004. 8 – Etudes et travaux de post-fouille : • • • L’équipe archéologique et les différents spécialistes sollicités devront bénéficier des moyens matériels pour mener à bien leurs études. L’exploitation des données de terrain (documentation graphique
  • joint au rapport. Ce résumé de l'opération est destiné à sa parution en ligne sur le site de la revue AdlFI, Archéologie de la France, Informations Cette notice reprendra les éléments mentionnés dans l'article 4 de l’arrêté du 27 septembre 2004 : - Une fiche signalétique résumant les
  • également à transmettre sous forme numérique, au format .jpg, et à la taille de 800 x 800 pixels. La date de remise du rapport final d'opération ne devra pas excéder 24 mois à l'issue du démarrage de l'opération sur le terrain. Le cas échéant, si des résultats d'analyses n'ont pas été
  • visible avec la Tour Duchesne située immédiatement au sud et les parties de courtine adjacentes. D’autres pans de rempart, insérés dans des cours privées ou des immeubles, sont conservés place Rallier-du-Baty et place du Champ Jacquet. Situées sur le tracé de la muraille antique, les
  • . L’étude de bâti a été amorcée sur le mur oriental du boulevard. Le mur n’a pas été suffisamment dégagé lors de cette phase d’étude pour comprendre son articulation par rapport au reste du boulevard. Néanmoins, les reprises liées à l’arrachement des ouvertures de tir ont pu être mises
  • en évidence. En ce qui concerne le châtelet et les remparts, les observations ont montré que la tour orientale s’appuie sur une courtine préexistante et pose la question de l’évolution des fortifications entre le IIIe et le XVe siècle. Le démarrage du programme triennal a été
  • marqué par un communiqué de presse et a été suivi de la mise en place d’une exposition sur site sous forme de panneaux et mobilier urbain. Le programme 2013 correspond à la deuxième année du programme triennal. L’objectif était de poursuivre la fouille du fossé entamée en 2012 afin
  • usées du XVIIe siècle, encore en fonction. En raison des remontées d’eau et des odeurs, il a été convenu de ne pas poursuivre le sondage manuel. Il a été alors fait appel à l’entreprise Neoterra afin de réaliser deux carottages sous tubes. Ils ont permis de connaître la profondeur du
  • fossé et de prélever les sédiments afin d’obtenir la séquence stratigraphique et éventuellement de faire des prélèvements palynologiques (Fig. 3). 26 Inrap · Fouille programmée Rennes, Ille-et-Vilaine, Les portes Mordelaises N 0 5m 1 X carottage 2 ▲25.16 stockage déblais X
RAP02112.pdf (THORIGNÉ-FOUILLARD (35). ZAC de la vigne. 1re tranche. dfs de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • THORIGNÉ-FOUILLARD (35). ZAC de la vigne. 1re tranche. dfs de diagnostic
  • : Commune de Thorigné Fouillard CONTEXTE ARCHEOLOGIQUE LOCAL ET/OU PRESCRIPTIONS SCIENTIFIQUES Confirmer par sondages mécaniques la présence ou l'absence de vestiges archéologiques sur les parcelles concernées par l'arrêté de prescription. CONTRAINTES TECHNIQUES ELEMENTS DU DIAGNOSTIC
  • Surface du projet d'aménagement : 89 479 m2 Surface réellement traitée au diagnostic : 73401 m2 Surface ouverte au diagnostique : 4014 m2 Contexte géographique et géologique : Les terrains inclus dans la 1er tranche du projet de la ZAC de la Vigne sont situés sur une zone peu favorable
  • du point de vue géologique et topographique. En effet, la majorité des parcelles sondées sont implantées en fond de talweg sur une zone humide où l'absence de couverture végétale est récurent. La présence d'oxydes de manganèse trahis la présence de fréquente remonté aquifère. Une
  • partie des parcelles est également totalement remaniée en profondeur par une ancienne station d'épuration et par des bassins de lagunage aujourd'hui remblayés. Méthode de diagnostic : Tranchées en quinconce1 Tranchées continues Sur décapage intégral Carottages Recherche en archives
  • de terre végétale peu épaisse (15 à 20 cm) scellant des niveaux argileux hydromorphes dans les parcelles situées en partie basse du projet. Niveaux limono-argileux de près de 90 cm d'épaisseur surmontant le socle schisteux briovérien, sur les parcelles situées sur le haut du
  • projet. Substrat atteint : |fjj/non fe' non» précisez pourquoi) Observations : Aucun indice archéologique n'a été repéré dans le cadre du diagnostic réalisé sur la tranche 1 du projet de ZAC de la Vigne. 1 griser les carrés correspondants avec l'outil "Trames" (dans Format) j le
  • DRAC-SRA 2 0 JUIN 2005 COURKIER ARRIVEE Rapport de diagnostic 2005 Laurent AUBRY THORIGNE FOUILLARD 1er tranche, ZAC de la Vigne (Ille-et-Vilaine) Du 17/05/05 au 20/05/05 N° de prescription : 2004/146 N° de projet INRAP : ÙA 05 0058 01 INRAP Direction interrégionale du
  • Grand-Ouest : 37, rue du Bignon CS 67737, 35577 Cesson-Sévigné Cedex ZAA% FICHE SIGNALETTQUE Site n° : Département : Ille-et-Vilaine Commune : Thorigné Foui I lard Lieu-dit ou adresse : ZAC de la Vigne Année du cadastre : Section(s) et parcelle(s) : BH , n° 16,17, 24, 28 à 30 et
  • 42 Coordonnées Lambert : Abscisses : x = Ordonnées : y = Altitude : Propriétaire du terrain : Commune de Thorigné Fouillard Arrêté de désignation n° : 2004/53 Arrêté de prescription n° : 2004/146 Titulaire : Laurent AUBRY Organisme de rattachement : INRAP Motif de l'intervention
  • : Projet de ZAC Exploitant : Commune de Thorigné Fouillard Dates de l'intervention : Du 17/05/2005 au 20/05/2005 Surface à traiter dans la première tranche : 89 479 m2 LISTE DES INTERVENANTS Intervenants scientifiques SRA : M. Paul-André BESOMBES, Conservateur du Patrimoine INRAP
  • , Carentan (Manche). Intervenants administratifs Drac, SRA : M. Stéphane DESCHAMPS, Conservateur Régional de l'Archéologie de Bretagne. INRAP, Direction interrégionale du Grand-Ouest : M. Gilbert AGUESSE, Directeur et M. Michel BAILLEUL, adjoint scientifique et technique Aménageurs
  • % surface sondée : | 5,46 % listes des archives consultées : Géo- physique Autres (précisez) Profondeur des sondages ou carottages : de 0,30 m à 0,90 m Description sommaire de la stratigraphie observée dans les sondages ou carottages : cf. contexte géographique et géologique. Couche
  • 1 (avril 2005) PÏH : tranche 2 (septembre 2005). ^.•.^•1 te.Wseoh Blan^^^^-Ts le Pâtis--'- % T 1 km . e ou Moulinet -.,..-\V/^x--" Figure 1 : localisation des interventions sur la carte IGN 1218 O au l/25000e. .' ^a^WteL^-;:^,
  • : Laurent AUBRY, Responsable de l'opération et M. Michel BAILLIEU, Assistant scientifique et technique. Autre : Intervenants techniques Techniciens de fouille : Melle Véronique CHAIGNE (Technicienne INRAP) DAO : M. Stéphane Jean (INRAP) Terrassements mécaniques : Entreprise BEAUSSIRE