Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3536 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP03449 ((56). Autour du Golfe du Morbihan, les landes de Lanvaux et le sud de la vallée de la Vilaine. Rapport de PD 2016)
  • are evident in the results from M3. Responses of possible interest are indicated, mainly in the central and western region of survey (12 & 13). The archaeological significance of these anomalies is uncertain. Insufficient survey area available in M3 and an abundance of modern ferrous
  • concentrations of ferrous response at Coet Sürho in locations M3-4 derive from survey in proximity to existing boundaries and farm buildings. Broad regions of ferrous response from survey in proximity to existing boundaries are also evident in the Pen Castel survey results. One substantial
  • responses has made interpretation of the results from M3 uncertain. M4 No responses of definite archaeological character are evident in the results from M4. Potentially signficant responses are indicated to the NW (14), NE (15) and S/SW (16). Response group 15 to the E may represent
  • The southern corner of a suspected Mediaeval building foundation (17) is evident to the N in the results from survey at Pen Castel. Potential further building footprints may be present to the NE (18 & 19), although these represent weak linear/sub-angular patterns which are barely visible
  • to the building in M1 has also been recorded, and this may extend over an area c.80m x 48m in size. Further potentially significant responses at Coet Sürho include a possible dwelling (15) to the NE in M4, and a group of linear responses and weak trends (16) also in M4 to the S/SW. Survey
  • building footprints 18, 19 and 23 to the N/NE and E, and a linear arrangement of responses to the S/SW. The potential that a large ferrous response NE of survey centre in the Pen Castel results has masked areas of significant archaeological response should not be dismissed. RÉFÉRENCES
  • confirmée par un aveu de 1414 où il est mentionné l’ancien château du Closne. Ces photographies aériennes constituent de plus une source d’informations sur des sites déjà répertoriés à la carte archéologique. Si elles ne fournissent pas systématiquement des éléments nouveaux, elles
  • représentent une documentation à ne pas négliger, par une définition souvent bonne du cliché et sa verticalité. Ainsi des enclos reconnus des années différentes sur des parcelles voisines, sont par exemple visibles sur un même cliché (Suscinio 2 et 3 à Sarzeau – EA n° 56 240 0039 et 0051
  • of Muzillac, and on Pointe St-Nicolas at Pen Castel, 2km NE of Arzon, in Département Morbihan (56), southern Brittany (France). Two sites of suspected medieval origin were investigated at Coet Sürho, covering a total 4 survey locations (M1-M4), situated E & W of a minor road. Survey at Pen
  • Castel was conducted in 1 area located at the interior of an Iron Age promontory fort. This work was commissioned by Centre d’Etudes et de Recherches Archéologiques du Morbihan (CERAM). Département Région Paysage Sols et géologie Morbihan (56) Bretagne Mixed pasture and arable land
  • locations M1-M4 focused on investigating these 2 sites. Archéologie Méthodologie The survey at Pen Castel (Arzon) focused on the interior of a known promontory fort (56 005 0015/0016), which occupies the northernmost region of Pointe St-Nicolas. The fort is defined by a variety
  • of upstanding structural remains including large rectilinear ramparts of probable Iron Age origin, several rough stone buildings and walls from the Mediaeval period. These remains encompass an area c.1ha in size. Recent discovery of Gallo-Romain and medieval pottery indicate
  • Castel, échelle 1/1250 2 2.1 ACCÈS, CONDITIONS AU SOL ET CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES Survey in M1-4 at Coet Sürho extended through mainly accessible arable and pasture sloping gently to the N/NE. Complete survey coverage in M3 was made impossible due to obstruction from numerous
  • small-scale ferrous responses are evident throughout the results from both survey at Coet Sürho (M1-4) and Pen Castel. These mostly represent modern ferrous debris contained within the topsoil and are not discussed in the results section of the report unless deemed relevant. Large
  • zone of ferrous to the N/NE likely represents dumping of modern waste. © Target Client CERAM Coet Sürho (Muzillac) et Pen Castel (Arzon), Morbihan (56), France 2.4 © Target 3 Zones of suspected natural soil/geological variation occur in M1 to the NW and SE. Broad positive
  • rectilinear in form, are also highlighted extending roughly NW/SE. Probable building foundation 1 is estimated at 16m x 16m in size, and the property boundary (2-4) expected to cover an area c.80m x 48m. 3.1.2 Potential pit type responses are indicated in M1, notably 5-6 to the E and SW
  • . Poorly defined broad negatives to the SE (7) & NW (8) are also evident and may be archaeological in origin. However, a natural soil/geological explanation for anomalies 5-8 should not be dismissed. 3.1.3 Responses 9 & 10 to the E in M1 likely represent ploughed out remains of former
  • land/property divisions which are still indicated on the project mapping. 3.1.4 Numerous week trends are evident throughout this survey location, some of which are rectilinear in form. These are at the limits of instrument detection and their potential archaeological significance
RAP00567.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • material and not pink. Pink schi stes are found, however, in some discrète areas: close to south-eastern Carentoir, in western parts of the Bruc 'blank', in odd fields near Pipriac, around Patis de la Porte, Château La Frèche, La Glonnais, Malon and in small quantities around Les
  • Emailleries. It seems highly likely that most of this transect, beyond its western parts, lay beyond the normal area of distribution of this material, whose source we have recently localized to quarries immediately south west of Guer. In Transect R there were no 'roofing' schi stes
  • on the north-east side of the high land near the Carentoi r /Combl essac boundary and none by the wood in the Lande de Craon, both areas lacking surface pottery too. There was little or no pink material on the western and south-western si des of this high land, and none from Couè'dillan
  • years, took place from 20 March - 4 April in the communes surrounding Ruffiac, Treal , St-Ni col as-du-Tertre and Carentoir, in the departments of Morbihan and 1 1 1 e-et-Vi 1 ai ne in eastern Brittany. The aim of the study is to détermine when, how and why the exploitation
  • landscape
  • ) Sampling was organized in three 2km transects radiating from the core (P, M and R) and thèse were wal ked in the same way as Transects A to L within the core and Transect N outside it, in 1982-6. Transect P ran due west to the River Oust for 4.1km from the western boundary of Ruffiac
  • (from the area of La Sourigaie to La Houssaie), passing through the communes of Missiriac and Malestroit and the northern outskirts of the town of Malestroit; Transect R ran north east for 7.75km from Trelo to Le Mur at the north-east corner of Carentoir, passing through the communes
  • of Comblessac, Guer and Les Brûlais; Transect M ran due east to the River Vilaine for 21.5km front the area of Bat Colin and Le Boschet in south-east Carentoir, passing through the communes of La Chapelle 1 Baceline, Sixt, Bruc , Pipriac and Guipry, and just south of the bourg of Pipriac
  • forms. Ail available fields in Transects P and M and those in Transect R for a distance of some 7.75km were covered. Hence, 858 fields were walked (72 in P, 640 in M and 146 in R) , encompassing 1044 hectares: 8.57. of the surface area of Transect P (95 ha.), 18.77. of Transect M
  • (752 ha.), and 14.67. of the portion of Transect R walked (197 ha.): see fig. 2. Two sets of cropmarks, one platform and two areas of ridge and furrow were noted in M, together with forty-one lynchets; four and three lynchets, respect i vel y , were noted in P and R. 32.82kg
  • of surface scatters Di scussi on Clearly the character of the surface material differs from transect to transect. Transects P and M had areas which produced a little pre-Roman pottery - as had Transect N - a phenomenon that is extremely rare in the core communes (Asti 11 and Davies 1986
  • . However, P, an area topographi cal 1 y characterized by the drop of land down to the River Oust, was not dissimilar to the eastern section of M, where the land dropped down to the River Vilaine; here, for a comparable distance, 6.77. of fields walked had notable concentrations
  • ' areas in which nothing - or virtually nothing - can be found on the surface. It looks as if thèse 'blanks' are fields on land not cultivated in the historic period until the twentieth century; sometimes they are in areas clearly utilized as woodland until very recently. In P
  • the 'blanks' lay on the steep si opes around La Hennelaye and Le Haut Couëdic. In R the 'blanks' lay near the Carentoi r /Combl essac commune boundary and on the steep si opes to the north east of this area; also north of Comblessac bourg , in and around the Lande de Craon. There were also
  • scatter with Roman material lies near the bourg of Comblessac and not on some distant periphery, as is more usual . In Transect M there were 'blank' areas on the banks of the River Aff and its tributaries but most notable was a very marked and very large 'blank' zone in the commune
  • of Bruc — for a distance of some 2.5km; thèse 'blank' fields begin already in the eastern part of Sixt commune though do not reach as far as the présent boundary of Pipriac on the east. Everything, including the shape of the fields, suggests that this is an area of late exploitation
  • . Thereafter, although there are a few 'blank' fields in the nei ghbourhood of Pipriac it is again marked that there are very few from Pipriac east to the Vilaine. The contrast between this area and that to the west of it is very striking. The distribution of material in relation
  • . Previous work suggests that they reached the fields in the course of manuring and are therefore probably a useful indicator of pre-twenti eth-century manuring patterns. As in the core communes and in Transect N, it is again notable in thèse sample transects that there are some areas
  • significant. In Transect P there are none of thèse materials on the high ground west of Ruffiac boundary, precisely in those areas which produced no surface pottery either; there are also no pink schi stes in and around Malestroit and close to the River Oust. In Transect M there are none
  • of thèse materials in large parts of the Bruc 'blank' zone, again in areas where there is virtually no foreign surface material; and there are none in the high zone near the Moulin des Bruyères or 1 ow down by the River Vilaine. There are also very large zones which only have black
RAP03364.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2014-2016)
  • globales sur la nature et le rythme des transformations qui touchent les sociétés paléolithiques durant cette période de transition encore mal connue. Il ne fait aucun doute que la prochaine campagne pluriannuelle (2017-2019), qui aura pour objectif de fouiller l’intégralité des niveaux
  • synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 10 Rocher de l’Impératrice (Plougastel-Daoulas, Finistère) Rapport de synthèse de l’opération pluriannuelle 2014-2016 Abstract: Our understanding of Lateglacial societies experienced a revival these last years in Western France. Our
  • occupied during the Early Azilian. The obtaining of radiocarbon dates (the first ones for the Lateglacial of Brittany) places the Azilian occupations between 13000 and 12000 cal. BC, that is to say during the GIS-1e (Bølling). Several evidences suggest this site to be the result
  • (probably dedicated to the production of the numerous projectile points found in the assemblage). These cores have probably been taken of the site. If it is too early to be conclusive on this point, like the others few available testimonies for this period in the region, this site would
  • testify of Lateglacial groups limited incursions (seasonal?) into the Armorican Massif after a probable desertion of the region during the GS-2. Lithic production clearly aims the production of blades. This assemblage is particularly interesting in the perspective of studying
  • regular blades, setting up of meticulous production methods, use of non-local raw material, few evidences of “en éperon” preparations), but also testify of a clear progression to the Azilian (systematic use of soft hammerstone, disappearance of bladelets productions, and corollary
  • , development of a weaponry essentially constituted of axial points). More than 50 engraved schist tablets were also discovered at the Rocher de l’Impératrice. This discovery is particularly interesting since it constitutes the first evidence of Paleolithic art in Brittany. These engraving
  • and symbolic changes during the Azilian. The Rocher de l’Impératrice rock shelter is an unavoidable site for the understanding of Northwestern Europe Lateglacial societies. Because of the diversity of the archaeological evidences this site allows to develop a global thought about the nature
  • été fouillés anciennement et ne fournissant pas suffisamment de données contextuelles. La découverte de l’abri-sous-roche du Rocher de l’Impératrice constitue ainsi un évènement important tant au niveau régional qu’international. L’assemblage lithique livré par ce site permet en
RAP03240.pdf (PLOUEZOC'H (29). Grand cairn de Barnenez : nouvelles approches, nouveaux résultats, nouvelles perspectives. Rapport de FP 2015)
  • and use of the megaliths. To assess the presence of painted decorations in such a characteristic megalithic region as Brittany is an effort with evident consequences for the knowledge of the megalithic culture in Atlantic Europe. Archaeological background The chosen megaliths
  • du site de Barnenez. L'ensemble de la documentation disponible est à la disposition du CMN qui se charge désormais d'élaborer de nouvelles propositions dans ce sens. Le travail est en cours. Un dernier aspect envisagé dans le cadre du projet soumis à la CIRA ne pouvait évidemment
  • tester quelques nouvelles méthodes pour rassembler suffisamment de matière organique afin de dater les pigments proprement dits. J'espère que l'on ne nous en tiendra pas rigueur. D'autres partenaires ont été sollicités en 2016 pour tenter de financer cette dernière partie du programme
  • tumulus sud. Nous avons réussi à localiser la table de couverture qui avait été déplacée par une pelle mécanique (Giot, 1987). Les autres structures, visibles sur les photographies, de la moitié occidentale ne sont pas accessibles avec la forte végétation qui est présente. La table de
  • , R. DE BALBÍN-BEHRMANN.R-BARROSO-BERMEJO AREA DE PREHISTORIA. UNIVERSIDAD DE ALCALÁ DE HENARES. ESPAGNE 1. INTRODUCTION Pendant l’année 2015, les travaux sur les gravures et peintures du tumulus de Barnenez, ont eu deux focus d’attention. D’une part la continuité des
  • conservé à Barnenez pendant la fouille des années 50. Probablement Giot était en certain manière conscient de qu’il avait que préserver des restes qu’il ne comprenne pas tellement, mais qu’il voyait probablement. -Même que la photo soit en blanche et noir, on peut voir la peinture
  • as additional components of the paint in some cases. Contamination with modern tracing materials (polystyrene and ε-copper-phthalocyanine blue) has been detected in several cases. The presence of pigments as decorative elements in megalithic monuments of Western France and its possible
  • . Keywords: portable Raman microscopy; SEM/EDX; XPS; megalithic monuments; prehistoric paintings Introduction with possible rests of paintings are usually in tumulus chambers without light and wind, two advantages for in situ μ-RS.[12] Possible Western France megalithism represents
  • the biggest group of decorated monuments found within the Atlantic façade. Megalithic art * Correspondence to: Antonio Hernanz, Departamento de Ciencias y Técnicas was characterised as a discipline based on the data obtained in this area. Fisicoquímicas, Universidad Nacional de Educación
  • Henares, Madrid, Spain increasing possibilities for characterising and dating pigments.[1,2] Thereby, the more pigments are found within c UMR 6566-CReAAH, Université Rennes 1, Campus de Beaulieu, 35042 Rennes the megaliths record from such a representative area as Brittany, the Cedex
  • to identify Universidad Nacional de Educación a Distancia, Paseo Senda del Rey 9, E-28040 Madrid, Spain prehistoric pigments.[5–12] Hence, it is very motivat- ing to investigate vestiges of pictorial decorations in this fundamen- tal megalithic area for e UMR 7401, Université Paris Ouest
  • Nanterre La Défense, 21 allée de l’Université, the first time. Six representative megalithic monuments and two stelae 92023 Nanterre, France from Western France have been selected for this purpose, Fig. S1 f Laboratoire d’Archéologie et d’Anthropologie Sociale, Z. A. Les Guigneries
  • feasible to restore some of the decorations. The oldest megalithic monuments from Brittany are dated around the fifth millennia cal BC including Barnenez tumulus,[17] Mont-Saint-Michel and other earlier evidences. The stelae from the megalithic quarry of L’Hirondelle (Bois de Fourgon
  • hand, L’Hirondelle’s site is an outdoor area that proves the presence of open-air decorated complexes way beyond the Mediterranean area. Experimental Descriptions of the instruments used for the μ-RS, SEM/EDS and XPS studies, as well as the protocol used for micro-specimen
  • of Δνcal–Δνobs = -0.01 ± 0.05 cm-1 (tStudent 95%).[21] The location of some of the points that have been analysed in situ is indicated (red circles) in Figs2 S3–S23 (Supporting Information). Micro-specimens (size ≤ 1 mm ) of the pigmented areas were extracted from the different sites
  • line of a He/Ne laser has been used for Raman excitation with powers of 764 and 745 μW (100× and 50× LWD objective lenses, respectively) measured at the sample position. The average spectral resolution in the Raman shift range of 100–1700 cm-1 was 1 cm-1 (focal length 800 mm
  • in italics. Mn in these specimens has also been identified by XPS, Table S1 (Supporting information). Raman spectra of these specimens of black paint from the chamber H, Fig. 1A, show broad bands in the typical spectral region of Mn–O and Mn–OH bending and stretching vibrations (450–800
  • & Sons, Ltd. wileyonlinelibrary.com/journal/jrs Hernanz et al. A. microparticles, Fig. S28 (Supporting information). On the other hand, the main component of the red paint observed in the area of the specimens 3 and 4 is haematite, Figs S6 and S27a (Supporting Information
  • , these spectra confirmed that α-quartz and albite are components of the painted rocks. Characteristic spectral features in the region 1000–1500 cm-1, Fig. 5h, appear in numerous spectra. These features and the associFigure 3. (a, b) Micro-Raman spectroscopy spectra recorded with the ated
  • by this open monument, some traces of red paint are still evident inside. The μ-RS spectra of a specimen of red paint extracted from one of these traces, Fig. S20 (Supporting Information), have shown that its main component is haematite, Fig. S30c, a common pigment used in prehistoric
RAP03345.pdf (QUIBERON (56). Beg-er-Vil : Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de FP)
  • , il a fait l’objet d’une fouille par O. Kayser, de 1985 à 1988, puis d’une grande série d’analyses paléo-environnementales, archéozoologiques et technologiques, qui ont dessiné les contours d’un site désormais de référence. Parce qu’il ne fut occupé qu’à la fin du 7ème millénaire
  • par des pierres plantées de chant. Son diamètre est de 3.40 mètres suivant un axe EstOuest et de 3.50 mètres suivant un axe Nord-Sud, soit à peu de chose près une forme 5 Campagne 2016 circulaire. Nous proposons de la dénommer ici « hutte », ce qui ne préjuge pas de sa fonction
  • a été particulièrement marquante par le nombre des études menées sur les industries lithiques. Sans que le projet Beg-er-Vil ne soit formellement un chantier école, concept qui a des incidences administratives autres, il faut bien reconnaitre qu’il tient lieu d’espace de formation à
  • néanmoins une bande de deux à trois mètres en front de mer pour ne pas accélérer le processus érosif. Fortement contrainte par l’existence d’un parking à l’est qui surmonte les niveaux archéologiques, mais aussi par un important couvert dunaire et des aménagements urbains, cette
  • contraire des habitats et nécropoles de Téviec ou Hoëdic, les structures de Beg-er-Vil ne témoignent pour l’instant que d’activités domestiques, dont le déroulement précis reste encore à décrire. Leur découverte à la base du niveau coquillier ou à côté (vers l’est) vient appuyer les
  • multiples vidanges de foyers. Les huîtres qui leur étaient associées ne semblent pas avoir subi de piétinements intenses. Ces détritus étaient fort riches en mobilier lithique et en ossements, sans regroupements évidents lors de la fouille qui auraient pu faire penser à des zones
  • uniquement imputable à la granulométrie défavorable du sédiment sableux. La rareté des phytolithes est telle que cette explication ne suffit pas à elle seule. Une insuffisance d’accumulation de végétaux propices (le bois ne contient que d’infimes quantités de phytolithes) est probable
  • interprétations. L’absence de spécificité insulaire plaide pour des contacts fréquents, par-delà le bras de mer ; quelques siècles plus tard, il en ira de même pour la population de l’île de Hoedic. L’habitat de Beg-er-Vil, comme ses successeurs dans le temps, ne peut donc se concevoir qu’à la
  • continue). Il s’agissait des objets supérieurs à 20 mm ou bien des objets de plus petites dimensions jugés remarquables (comme les armatures). Dans la mesure où nous ne sommes intervenus que dans un niveau sableux acide, l’essentiel de ces objets correspond à des pièces lithiques et
  • a fallu l’imbiber d’eau douce cette fois (pour ne pas altérer les analyses chimiques, ni faire d’auréoles de sel), presque en permanence. Le tamisage à sec des sédiments a également été réalisé systématiquement, qui permettait de réduire les volumes des trois-quarts à la moitié
RAP00631.pdf (BRENNILIS (29). Karaes Vihan. rapport de fouille programmée)
  • >A
  • évidence les différentes étapes de modifications des talus et V existence d'un bâtiment [n° 111-A) constAuit en bols et mottes de gazon. ORGANISATION, TECHNIQUE VE LA FOUILLE : Depuis 1978, la méthode open area de {¡ouille [BARKER, 1 977) a été utilisée SUA ce chantleA. En 1984, comme
  • teMe battue ont été localisés pendant la {ouille, l'un étant rempli de charbons de bois. Ce bâtiment appartient au type, simple de la maison mixte [ou maison longue) : lu hommu et le bétail y vivaient sous le même toit. *> « • / • • • Il devint evident e.n COUAÒ difiouitteAque
  • monnaie SUA un site de bas niveau social ne surprend pas et, faute de moyens, nous ne pouvons pas dater l'occupation par association. Nous devons alors compter paAtlcullèAement SUA les méthodes physlco-chimiques. M. Loïc LANGOUET de l'Université de Rennes 1 a effectué des prélèvements
  • ne ¿ est pas conservé. NOUA ¿UA le ALTE, le mobilier en dliposons par contre de plu- sieurs objets non-organiques intéressants : il ¿'agit de meules dormantes en granit et, plus exceptionnel, de deux ¿oes d'araire en granit [fouilles 1978) (8A7T 1980). Vividles à dater
  • Coatmocun aujourd'hai arasée pouA pantie, entamée par une carrière pour une autre. On ne dispose pas d'éléments pour dire s'tl s'agit d'une enceinte protohtstorique, d'une enceinte protohistorique réulilisée au Moyen-Age ou d'une enceinte Haut Moyen-Age. Le village déseAté de Karhaes-l
  • deAerted Hamlets in Brittany : a revieu) ofi the archaeoloqical evidence, Médiéval village Research Gro Repont, 1980, 28. BATT M., GI0T P.R. et MORZEVEC 1982 "Archéologie du Pacage agraire armoricain" - Travaux, laboratoire Anthropologie, Préhistoire, Protohistoire Quaternaire
RAP00565.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • , and rather more variation than did the other fields, with some tendency for lower readings in the area of the brick/tile/Roman cl ustering. A pl atf orm at the north-western edge of the field produced little material of any type; it is likely that this area has been ploughed down
  • of Trignac and on the western outskirts of Carentoir village, a striking contrast with that collected around Treal centre in 1984 (Astill and Davies 1984c: 56). In fact, the combination of material again suggests that modem settlements generate little scatter and that - in this study area
  • only; for example, the dense scatters on the long-used fields on the western outskirts of Carentoir have ail three ^colours while the area of the ' château landscape 1 around Gree Orlain and Herblinaie has only black and grey. (In fact, black zones do not seem to be distinct from
  • , 1984b). The latter analysis has been completed and, as demonstrated below, is of particular significance for fieldwork. The 1985 season involved fieldwalking over large areas at wide intervais, as in 1982 - 84; fieldwalking four selected areas in 5m squares for 'total' surface
  • collection; phosphate analysis and soil magnetic susceptibil ity survey of the four selected areas; and excavation of part of a bank and lynchet near a field from which 'total' collection had previously been made. Three days (21-23 March) were spent in préparation by three people
  • for walking. The season was therefore especially productive. Fieldwalking in Runs at 50m intervais (Transect Walking) Fieldwalking over large areas was organised within transects running south/north across the communes. L (in Ruffiac), the only transect not yet walked, was completed
  • and two adjacent transects in Carentoir (F and C), which had been inadequately covered in 1983 because of the height of the crop, were rewalked; F included the cadastral and modem village of Carentoir (see fig. 1). Except for a small area in the north of C, and for fields previously
  • covered, encompassing 772 hectares (4.01% of the surface area of the four communes). 30.99kg of pottery and 93.92kg of man-made building material were recovered from the transects; 45% of the pottery was médiéval, 53.6% post-medieval and 1.4% Roman. No pre-Roman pottery was found
  • , but sixteen worked flints were recovered, three from transect L, three from C and ten from F, and also a stone axe, the stone of which has yet to be identified (F117). Two possible areas of ridge and furrow were noted, along with fourteen lynchets and eight (mostly substantial) old banks
  • to be found within areas of nineteenth-century arable, as always - especially in bandes (literally 'bands 1 , arable divided into tenant parcels) - and the proportion was comparable with that of 1984 (70.1% of concentrations in 1985, as compared with 66.7%). The remainder occurred
  • in nineteenth-century meadow and/or pasture (3.8%), marginal 1 ande (unculti vated land, not fallow - a high 8.6%), woodl and (0.5%), curtilage and areas of mixed land-use; ail but the latter suggest some measurable change in land-use by indicating pre-nineteenth-century arable or settlement
  • indicated there in the nineteenth century. One concentration was located in an area which had standing, inhabited, buildings in the early nineteenth century, but which is now devoid of structures or earthworks: F212, a 'possible site' (médiéval and post-medieval ) . Overall
  • in the Coet Morel /Hôtel Orl and area (Carentoir). Surface material is markedly absent from fields on the northern and southern boundaries of L, on the east/west ridges (particularly on a band north west of Carentoir) and - as might be expected - on most steep slopes. There are again
  • /grey and red/yellow) and three sizes (1.5cm) in an attempt to find criteria for distinguishing between local and imported material. A107 lies just below a flat, exposed hilltop on a south-facing slope 75-80m high. The area was arable when the cadastral survey
  • was recorded, the field being the same size and shape as at présent but divided into bandes; an area of 1 ande lay to the north and the nearest settlement (La Boulardaie) lay 130m away. Pottery, building material and schi ste were collected from an area of 1 hectare, distributed ail over
  • contour in a flat area. In the early nineteenth century it 1 ay on a track and was part of a block of arable in the ' château landscape' associated with La Meule, 125m to the west (a landscape where seigneurial 1 and management introduced distinctive rectangular field shapes, greater
  • expanses of meadow and woodl and and diversions of streams and roads for essentially aesthetic purposes [Astill and Davies 1982b: 22]). An area of 0.62 hectares was walked, yielding 0.31 Roman sherds per square (2.77g), 0.52 médiéval sherds (2.72g), 1.15 post-medieval sherds (4.1g
  • in an area that was extensive 1 ande in the early nineteenth century. Previously, there was little to suggest that it was cultivated before the twentieth century and it is clearly in a zone that was marginal for most of the historic period: the nearest settlement (La Bridelaie) is 500m
  • size is 0.44 hectare. In the early nineteenth century it was part of an area of water meadow, 250m from the nearest settlement of Le Cleu. 0.3 Roman sherds per square were collected (2.11g), with 0.4 médiéval sherds (1.63g), 0.31 post-medieval sherds (1.71g) and 2.38 fragments
  • of the areas of greatest environmental potential lies in attention to the pedology and sedimentol ogy of the soils themselves, especially where this can be precisely rel ated to the archaeol ogi cal évidence (Astill and Davies 1984c: 58). The features chosen were close to A116
RAP03817 (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l'Holocène. Rapport de FP 2019)
  • majoritairement composé d'élèves, d'étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et
  • suivants du code de la propriété intellectuelle. Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018
  • archéologique programmée La Préfète de ln région Brctagoe Préfète d 'Ille-et-Vilaioe VU le code du patrimoine et notamment son livre V ; V(; le décret d u 30 octo bre 2018 portant nominatio n de Mme Michèle KIRRY, préfete de la region Bretagne, préfète de la zone défense et de sécurité
  • perspective temporelle. Ainsi, les séquences stratigraphiques échantillonnées au cœur de la zone de l’amas coquillier ne révèlent pas de phases d’abandon. La géoarchéologie porte davantage témoignage d’un temps de résidence long, mais elle n’exclut pas des mobilités successives de courte
  • siècles possibles d’occupation ne nous permet pas de savoir si cette présence régulière sur un cycle annuel est continue ou est un effet d’un cumul de séjours. En additionnant tous les « morceaux de temps » disponibles sur le site de Beg-er-Vil, on peut opposer le temps court du
  • partenaires de cette opération, d’entamer une fouille totale du site avant sa disparition, en laissant néanmoins une bande de deux à trois mètres en front de mer pour ne pas accélérer le processus érosif (figures 4 et 5). Fortement contrainte par l’existence d’un parking à l’est qui
  • de l’information apporte des informations déterminantes pour comprendre le fonctionnement de cet habitat littoral du Mésolithique. Au contraire des habitats et nécropoles de Téviec ou Hoëdic, les structures de Beg-er-Vil ne témoignent pour l’instant que d’activités domestiques
  • dimensions, impliquant des dalles larges. Par la suite, cette zone a été littéralement couverte de blocs de granite brûlés, peut-être issus de multiples vidanges de foyers. Les huîtres qui leur étaient associées ne semblent pas avoir subi de piétinements intenses. Ces détritus étaient
  • végétaux microscopiques, principalement produits par les graminées) a été tentée par C. Delhon, mais a été négative. Cette absence n’est pas uniquement imputable à la granulométrie défavorable du sédiment sableux. La rareté des phytolithes est telle que cette explication ne suffit pas à
  • elle seule. Une insuffisance d’accumulation de végétaux propices (le bois ne contient que d’infimes quantités de phytolithes) est probable. 3. Une vie domestique en bord de mer… Sept années de fouille ont permis d’étendre la compréhension de l’espace du niveau coquillier de Beg-er
  • , il en ira de même pour la population de l’île de Hoedic. L’habitat de Beg-er-Vil, comme ses successeurs dans le temps, ne peut donc se concevoir qu’à la lumière d’une économie maritime, appuyée sur la navigation. Et comme sur les autres sites du Téviecien, l’absence de roches
RAP01557.pdf (PLOULEC'H (22). le Yaudet. rapport final de synthèse de fouille programmée 1996-1998)
  • promontoire, près du Corps de Douane, au coeur du village actuel, puis barrait l'étroit goulet situé entre la route d'accès au village et les rochers de Beaumanoir. Nous ne savions cependant pas, à la fin de ce premier programme, si le reste du promontoire était, lui aussi, protégé par des
  • 1995 en travers de la ligne supposée de cette porte ne nous avait cependant pas permis de conclure avec certitude à l'existence de celle-ci. L'examen de cette porte fut donc repris au cours des campagnes 1996-1998. Nous avons tout d'abord procédé à ia suppression de la végétation
  • parement témoigne d'un ample programme de construction à une époque indéterminée (Moyen Age?). Le rempart, à l'ouest de ia porte (FIgs. 11-14) Entre la porte laténienne et les rochers de Beaumanoir, la forte pente que constitue le rempart ne porte que quelques rares murets de clôture
  • 19 (tranchée 32). En raison de l'épaisseur considérable de la stratigraphie et de l'instabilité du noyau du rempart, nous ne pouvions, de toute évidence, pousser la fouille jusqu'au sol naturel dans la totalité de la zone. La profondeur de cette fouille ne dépassa donc jamais 2m
  • , cette structure fut édifiée afin de donner une base solide à un futur rempart et de compenser la forte pente qu'accuse le sol naturel dans cette zone. Nous ne savons cependant rien encore de la situation et même de l'existence d'un rempart de première phase, équivalent au rempart 1
  • impossible que la plate-fonne décrite ci-dessus (Us 363) ait servi à consolider le sol avant l'érection d'une telle structure, mais nous ne pouvons pour l'instant le prouver avec certitude. Le rempart 2 est formé d'une masse considérable de pierres (Us 361) adossée à un parement externe
  • assises régulières. En certains points, des blocs de ce parement avaient glissé vers l'avant et étaient venus se coincer dans les pierres déposées devant la face verticale. Nous pensons que ce parement ne s'élevait pas à plus de 1,5m audessus de ce glacis. La tranchée 32, prolongeant
  • de couvrir la base du parement et de donner à celui-ci une stabilité accrue. La tranchée 25, ouverte au long du pointement de granit, mit en évidence la masse de pierraille déposée en ce point (Us 362) mais ne réussit pas à localiser un parement. Il semblerait donc que ce dernier
  • de phase 2 n'ayant pas été modifiés dans ce secteur. Ceci ne doit pas surprendre si l'on considère que l'ajout de phase 3 était seulement destiné à réaligner l'avant de la fortification. Fig. 13. Le Yaudet. La porte terrestre. Etat du Bronze Final. Plan. LE YAUDET, PLOULEC'H
  • 506, F 507, F 545, F 567, F 569) d'environ un mètre de diagonale et de 0,5m de profondeur. Ces fosses, régulièrement espacées, semblent ne pas avoir été refermées et s'être comblées naturellement. Un trou de poteau au moins (F 504) appartient à cette phase. Nous avons reconnu cinq
  • ) ont pu être reconnus. Les parois est est ouest du bâtiment étaient représentées par quelques assises de murs de pierres sèches (F 535, F 536) qui ne devaient pas dépasser 0,5m de haut et devaient porter une superstructure en bois. Le granit naturel usé formait le sol de cet
  • édifice, la seule structure interne observable étant un petit foyer d'argile cuite (F 542), aménagé dans un creux peu profond de ce plancher. Nous n'avons pas formellement localisé la porte donnant accès à ce bâtiment, mais nous sommes convaincus qu'elle ne pouvait se trouver qu'à
  • condamnation ne sont pas encore totalement clairs. A l'intérieur de la zone occupée par la porte, immédiatement à l'est de la tranchée 33, plusieurs gros blocs de microgranite pointent à la surface du sol actuel. L'un de ceux-ci fut utilisé par le mur de blocage F 579. Nous pensons donc que
  • fut aménagée à l'époque romaine, mais ceci reste encore à prouver archéologiquement. Nous ne savons pas encore, enfin, si un rempart de l'Age du Fer avait été édifié à l'ouest des rochers de Beaumanoir. Le point le plus étroit est celui qui se situe juste au nord du rocher le plus
RAP01768.pdf (le mésolithique en Bretagne. rapport de projet collectif de recherches)
  • . Elle a permis de présenter un bilan des travaux de chacun. Elle a aussi été la base des échanges qui se sont instaurés en 2001 entre des collègues qui ne se connaissaient encore pas, en évitant tout centralisme dans la circulation des informations. Les activités entreprises sont
  • lustrés ne sont pas favorables à ce genre d'examen. S. Blanchet et E. Yven ont proposé à C. Oberlin (Centre de datation par le radiocarbone - Université de Lyon) de réaliser deux datations par le radiocarbone, pour améliorer la connaissance de la chronologie tout en résorbant le passif
  • Côtes-d'Armor apportent leurs lots de découvertes que l'on ne peut espérer résumer dans ce rapport. Les résultats, même s'ils viennent nourrir la réflexion collective, appartiennent encore aux inventeurs. La gestion des crédits de fonctionnement du PCR par le CNRS a permis de
  • disposer immédiatement de la masse financière demandée au cours de cette année, puisque le SRA ne verse plus les subventions qu'à la fin du programme. La contrepartie est cependant très négative : la lourdeur des procédures administratives n'a en définitive pas permis de faire
  • représentatif d'une recherche en pleine ébullition et qui se donne à voir à l'extérieur (l'ordre des contributions ne reflète qu'un ordre d'arrivée lors de la réalisation de ce rapport). Nous avons aussi voulu éviter les paraphrases inutiles et le ton monotone du rapport. L'objectif est que
  • contextes topographiques, pour évaluer la nature de ce patrimoine diffus. Cette année, les hasards des travaux agricoles et des autorisations de fouille conduisent à ne fouiller que des sites du Mésolithique final ; il conviendra évidemment les autres années d'embrasser tout le spectre
  • communautés (chasse, cueillette, pêche, agriculture ?), puisque les techniques sont à l'interface de l'homme et du milieu naturel. Enfin, si l'on dispose de données sur l'organisation des habitats dans l'espace, on ne connaît rien sur les manières d'habiter (structuration de l'habitat
  • , parfois peu enfouis et charrués, les stations du Mésolithique ne se présentent plus à l'observateur sous les traits qu'ils avaient immédiatement après leur abandon ! Or, les rares fouilles récentes réalisées en sauvetage sur des vastes sites du Mésolithique (La Pierre-Saint-Louis à
  • , éventuelles inversions de stratigraphies, - éléments de datation. Les documents permettant des évaluations chronologiques précises étant rares, pour ne pas dire inexistant, nous pouvons espérer localiser quelques foyers et proposer un meilleur calage chronologique de nos découvertes grâce
  • . Et il y a enfin 95 sites et indices de sites mésolithiques connus en Finistère (tableaux 1 à 6). Ce diagnostic est resté strict et donc en deçà des possibilités réelles de ce fichier. Il ne prend ainsi en compte que les outils caractéristiques, comme les armatures. Il est par
  • cas du débitage, je ne souhaitais pas établir de raisonnements circulaires puisque les chercheurs bretons tentent justement aujourd'hui de définir les variations de ce débitage au cours du temps. Les sites du Mésolithique final sont parmi les plus nombreux, tandis que le
  • nos cartons, mais nous ne le savons pas ! Paléolithique 2% Epipaléolkhique Figure III-J. Répartition des sites datés (N = 155) parmi les 555 sites déterminables au sein des 1213 sites et indices du fichier Gouletquer. 4. Principaux résultat de la campagne 2001 4 .1. TROIS SITES
  • mésolithiques se rapportant au groupe de Bertheaume et au Mésolithique récent sont présents en nombre dans le labour, mais aussi dans l'horizon limoneux sous-jacent. Les fouilles ne permettent pas de définir la nature exacte de trois fosses creusées dans le granit altéré sur la terrasse
  • au dilemme « surface de fouille - précision des informations ». En effet, la fraction la plus investie techniquement et culturellement mesure en moyenne moins de 10 mm. L'expérience montre qu'elle ne peut être recueillie correctement que par un tamisage à l'eau, à l'exception des
  • fouilles en contexte sableux secs. Il serait difficilement justifiable en opération programmée de ne pas opter pour un tamisage des terres. A Kerliézoc, la totalité du niveau sous le labour a été tamisée à l'eau. Des « colonnes totales » furent également réalisées, qui comprenaient
RAP02397.pdf (PLOUHINEC (29). Menez-Dregan I. rapport final de fp 2006-2008)
  • faltise La grotte effondcée Le site de Menez-Drégan (© Maurice Gautier) dates sur grains de quartz en particulier sont totalement aberrantes vis à vis du contexte géologique. Dans l'état actuel et compte tenu des données géologiques et archéologiques, nous ne ferons état ici que des
  • Penmarch. Leur assèchement ne peut se faire que lors de régressions marines entre -80 et 100m. Ceci n'est pas compatible avec les conditions climatiques mises en évidence par la sédimentologie et la paléobotanique. L'article (Lefort et al.) joint en annexe, fait le point sur cette
  • prudence, car elle ne serait guère fondée que sur la présence (ou l'absence) d'un seul type d'outil (le biface). Des analogies sont possibles entre les industries du littoral sud-armoricain et celles des sites de Tautavel (Pyrénées-Orientales) ou de Terra Amata (Alpes-Maritimes). Des
  • remplissage et d'érosion intense. Il est évident que les couches observées ne représentent qu'une faible partie des dépôts qui ont colmaté la grotte et qu'il y a donc des hiatus stratigraphiques importants, ce qui plaide en faveur de l'ancienneté du gisement. 16 Ci-dessus : Vue du
  • effondrées, ce qui introduit des incertitudes quant à certains raccords stratigraphiques entre les dépôts "en poches" du couloir et les niveaux supérieurs du remplissage de la grotte. Les dépôts résiduels garnissant la rampe d'érosion du couloir ne semblent pas toujours avoir leur
  • trois horizons individualisés par leur coloration et par leur texture (9a, 9b & 9c), ne peut pas encore être évaluée de manière définitive. Sa surface est tronquée en glacis selon une rampe d'érosion affectée de marmites remplies de galets et de sables marins. Dans cette partie sud
  • ", "Y' & "Z", car on ne peut, pour le moment, les caler stratigraphiquement de manière sûre et précise, exceptée pour X que nous supposons contemporaine de 8b inf. La couche X correspond à des galets consolidés dans une matrice sablograveleuse, conservés sous la forme de plusieurs
  • -modalité" observée sur l'échantillon précédent. Interprétation : Les couches 10 et 11 sont, de toute évidence, des plages anciennes fossilisant des formes d'abrasion marine. Elles ne correspondent peut-être même pas au premier stationnement marin responsable du façonnement initial du
  • archéologique du gisement. L'absence de mélange de stocks granulométriques marque une certaine homogénéité dans l'origine du sédiment, ne traduisant pas, de manière évidente, des phénomènes de solifluxion. La micromorphologie fait état d'une possible vase de décantation organique. La couche
RAP03661 (HOEDIC (56). Les derniers chasseurs-cueilleurs côtiers d'Europe atlantique et la mort : étude interdisciplinaire de la nécropole mésolithique de Hoedic)
  • ou de chercheurs directement concernés, et que son utilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale. Le non-respect de ces règles constitue le délit de contrefaçon prévu et sanctionné par les articles L.335-2, L.335-3 et suivants du code de la propriété intellectuelle
  • . Renseignement : DRAC Bretagne : http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Bretagne Service Régional de l’Archéologie - Centre de documentation archéologiqu Campus universitaire de Beaulieu - Avenue Charles Foulon - 35700 Rennes 01/09/2018 Prospections géophysiques    Hoedic, 2018  Table
  •  des années 1930 est encore nettement visible sur le terrain.      9    Prospections géophysiques    Hoedic, 2018  1.2. Description du gisement  La  description  stratigraphique  du  gisement  est  relativement  sommaire  et  on  ne  sait  pas  exactement  si  elle  est  la
  •   même  sur  tout  le  gisement  (il  semble  qu’elle  ne  soit  pas  complète  partout).     D’après Marthe et Saint‐Just Péquart, la couche mésolithique, épaisse en moyenne de 20 à 30  cm  (une  quarantaine  de  centimètre  dans  les  creux  du  rocher)  repose  directement  sur  le
  •   puis  la  destruction  de  certains  éléments  ne  facilitent  pas  l’étude  aujourd’hui.  En  particulier, l’industrie lithique – ce qu’il en reste à l’IPH et au Musée de Carnac ‐ n’apporte  guère  plus  d’informations  que  les  dessins  publiés,  dans  la  mesure  où  les
  •   du  nord,  que  les  amas  coquilliers ne sont qu’une partie de l’habitat, le dépôt d’ordures, tandis que les habitations  se plaçaient vers l’intérieur des terres.     Incomplet  et  pourtant  fondamental  pour  les  recherches  sur  les  hommes  et  les  paléoenvironnements  du
  •  Ancient Genomes: The last hunter‐gatherers and the first  farmers  of  the  south‐western  Europe  from  a  genomic  point  of  view »,  dirigé  par  Mattias  Jakobsson (Université d’Uppsala). Les essais menés à Bordeaux n’ont pas été couronnés de  succès, ceux d’Uppsala sont en cours
  •  of  the  south‐western  Europe  from  a  genomic  point  of  view),  ces  travaux  viendront  clore  l’état  des  lieux sur ce site fondamental pour le Mésolithique européen.        17    Prospections géophysiques    Hoedic, 2018  Le  financement  de  ces  prospections  géophysiques
  •   végétales  dominées  par  des  plantes  barriques (Ammophila arenaria), caractéristiques des zones dunaires du nord de lʹîle (Buttin  et  al  2017)  qui  ne  supposaient  pas  de  contraintes  sérieuses  pour  le  développement  des  travaux.  Cependant,  dans  la  partie  sud,  il  y
RAP03185.pdf ((22)(29)(35)(56). Les premiers peuplements de l'ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne. Rapport de PCR)
  • , Quaternary International, http://dx.doi.org/10.1016/j.quaint.2015.07.066. RAVON A.-L., GAILLARD C., MONNIER J.-L., 2015 - Menez-Dregan (Plouhinec, Far Western Europe): the lithic industry from layer 7 and its Acheulian components, Quaternary International, sous presse. 5.2
  • /03/2015 : RAVON A.-L. & LAFORGE M., “Presentation of a new regional project: The first human settlements in North-Western France: pleistocene deposits and palaeolithic occupations in the Brittany region”, Jersey Research Meeting, Institute of Archaeology, Londres. 02/04/2015
  • gisements paléolithiques ne sont ainsi bien souvent connus que par le biais de différentes prospections, livrant des informations alors déconnectées de tout contexte stratigraphique. La répartition des sites attribués au Paléolithique inférieur et moyen correspond aux grandes vallées et
  • of the Palaeolithic landscape at the western most tip of continental Europe: The shoreline seen by the Menez-Dregan dwellers. Environmental Archaeology, sous presse. MONNIER J.-L., RAVON A.-L., 2015 - Terra Amata et Menez-Dregan. Des industries du Paléolithique inférieur à rares bifaces et riches
  • of the La Manche region”, Workshop Pathways to Ancient Britain, Queen Mary University, Londres. 24-26/06/2015 : NAUDINOT N., LE GOFFIC M., BEYRIES S., BELLOT-GURLET L., BOURDIER C., JACQUIER J. et LAFORGE M. - Du nouveau à l'Ouest : l'abri sous roche du Rocher de l'Impératrice
  • of the Middle Paleolithic site of Piégu (Brittany, France). A multi-material approach. In : 13th International Conference on Luminescence and Electron Spin Resonance Dating, Torun, Poland, 10-14 July 2011, Quaternary Geochronology, LED2011 Special Issue, 10, 424-429. - BATES M.R., BATES C.R
  • ., GIBBARD P.L., MacPHAIL R.I., OWEN F.J., PARFITT S.A., PREECE R.C., ROBERTS M.B., ROBINSON J.E., WHITTAKER J.E., WILKINSON K.N. (2000) - Late Middle Pleistocene deposits at Norton Farm on the West Sussex coastal plain, southern England. Journal of Quaternary Science, 15 (1), 61-89
  • . - BATES M.R., KEEN D.H., LAUTRIDOU J.-P. (2003) - Pleistocene marine and periglacial deposits of the English Channel. Journal of Quaternary Science, 18 (-3-4), 319-337. - BATES M.R., BRIANT R.M., RHODES E.J., SCHWENNINGER J.-L., WHITTAKER J.E. (2010) - A new chronological framework
RAP03187.pdf (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de FP 2015)
  • d’une fouille par O. Kayser, de 1985 à 1988, puis d’une grande série d’analyses paléo-environnementales, archéozoologiques et technologiques, qui ont dessiné les contours d’un site désormais de référence. Parce qu’il ne fut occupé qu’à la fin du 7ème millénaire avant notre ère, il
  • de Beg-er-Vil lui ont permis à partir de fragments de doigts de crabe, d’en déterminer les espèces, mais aussi de reconstituer la dimension originelle de leur carapace. Il ne faut pas perdre de vue que ce travail a été novateur et fait de Beg-er-Vil un des seuls amas coquilliers
  • du Mésolithique final a été fouillé entre 1985 et 1988 par O. Kayser. Depuis 2007, la falaise a reculé de près d’un mètre (cliché G. Marchand). Notre enquête auprès des occupants du port ne révèle pourtant aucune modification majeure du chenal, ni aucune construction
  • termes de paléoenvironnement ne les remette au goût du jour depuis le début de ce millénaire, en Angleterre, dans les pays scandinaves et au Portugal. Les fouilles de ce type de site se multiplient, notamment au Portugal et au Royaume-Uni. Au début de l’Holocène, ils sont nés de
  • , ultramylonite, cataclasite) ne sont jamais trouvées sur la côte. Il semblerait donc que la matière circule par échanges entre ces zones plutôt que par migrations périodiques d’un groupe (auquel cas, nous trouverions des ultramylonites dans les amas coquilliers). La forte ration de protéines
RAP02521.pdf (MOLÈNE (29). beg ar loued : un habitat en pierres sèches campaniformes, âge du bronze ancien. rapport final de fouille programmée 2007-2009)
  • budget 2009 a été cette année encore réalisé à l'équilibre (26 000€), notre absence quasitotale de trésorerie ne nous permettant pas d'envisager des budgets déséquilibrés. La somme des dépenses engagées pour la fouille 2008 se monte à 26 000,19€, montant arrêté le 15/12/2009. Si, au
  • premier abord, l'équilibre semble presque parfait entre dépenses, budget et financement, il faut noter que certaines petites dépenses liées à l'impression de ce rapport (frais d'envoi, reprographie, impressions...) n'ont pas été prises en compte et par conséquent ne sont pas
  • se monte donc à 8 722,44€, à comparer avec un budget de 8 850€. Cette très légère différence s'explique en grande partie par le fait que nous payons ces dates en GBP, la variation des cours de change de cette devise étant bien sûr imprévisible. Néanmoins on ne peut que se
  • revu nettement à la baisse car les gîtes disponibles ne peuvent accueillir plus de 6 à 8 personnes dans leurs communs. Aucune mission hivernale nécessitant la location de la Maison de l'Environnement Insulaire n'a eu lieu cette année, le montant sur ce poste est donc nul pour 2009
  • à l'opération de carottage (un total de 505,886). Le budget qui nous avait été transmis pour ces opérations (8 000€) ne comprenait en fait que les coûts liés aux datations C, mais rien concernant le matériel nécessaire dont les tubes en PVC (456,306). Il s'agit donc de dépenses
  • , ce sont là 533,566 qui y sont affectés. On peut également noter que le prix de ces articles a presque doublé en 2 ans (en lien avec l'augmentation des cours du pétrole) renchérissant d'autant ces achats. Par contre les stocks sont très largement reconstitués et nous ne prévoyons
  • étudiantes qui ont décalé nombre d'examens fin Juin a eu pour conséquence de tarir la source des fouilleurs susceptibles de venir sur l'île. Ainsi au mois de Mai nous avons été en moyenne 7 présents sur le chantier, et on ne peu que se féliciter de la présence d'étudiants irlandais, non
  • tranchée Z). Il avait également été décidé d'élargir le site à l'ouest afin de mieux comprendre la structure 2 et de voir si d'autres structures n'étaient pas décelables. Nous avons aussi décapé la zone sud pour tenter de reconnaître d'autres structures et voir s'il ne pouvait pas y
  • à 15 cm) : sables brun lavés et sans matrice, ce qui leur confère une structure très fragile entraînant l'effondrement des sédiments. Contrairement aux couches adjacentes, ces sables ne sont pas consolidés. L a couche C5 (25 à 30 cm) : sables brun foncé légèrement scellés par