Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

997 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00568.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • the four communes named above, and sampling of fields in the surrounding communes, together with sélective geophysical and geochemical survey, and smal 1 excavations to test results; compl ementa.ry envi r onmental analysis is al so being undertaken . The fieldwalking programme
  • ; the cadastral work allows total reconstruction of the early rà neteenth- century ] andscape and is of parti cul ar value for the fieldwork programme (Asti 11 and Davies 1982, 1983, 1984, 1985, 1986, 1987)." The 1988 season involved sample excavation of parts of seven fields (B409, A92, A31
  • /79, H 132, 874, L26, D153) from which 'total' collection had previously been made (fig. 1). Of thèse, A92 had been started in 1986 and remained to finish. The ai rn of thèse smal 1 excavations was the investigation of surf ace/'sub-surf ace rel at i onshi ps; fields were selected
  • that had provided a wide range of différent surface data so that excavation might produce results that would allow interprétation of the whole mass of surface mater i al. Three days (25 - 27 August) were spent in préparation for the main season by two people, in addition to two spécial
  • . The square T36 was excavated in the same way as H 145 and A92 in 1986: a 5% sample was taken for sieving to check recovery rates and l'iand tools were used (Asti 11 and Davies, 1987). The excavation took 85 working days, with a team of five. Trench 36 The plough soi 1 (1) was excavated
  • ) of introduced stone pink siltstone (K-01M) , Brioverian shale (B2-3) , sandstone (02) and many lumps of fine black siltstone (03-4), of a quality often used for roofing, material which occurs natural ]y about lkm, away (58kg, 317. of stone excavated ) . A layer of yel 1 owi sh-brown sandy
  • loam lay under the plough soil (2). It contai ned little stone by comparison with the plough soil (59kg, as against 188kg) and very little clearly introduced stone (including only 1kg o-f 03-4, 27. o-f stone excavated); there were large amounts o-f charcoal , usually flecks although
  • some pièces were 5mm across. This layer varied in thickness -from 0.75m on the eastern, up-slope, side o-f the trench to 0.38m on the west. At the east end the top sur-face o-f 2 curved as i -f the layer had been mounded up. This layer could not be total ly excavated over the whole
  • at the base of context 2, eut into what looked like a buried soil (32). AI 1 had si mi 1 ar fills of yel 1 owi sh-brown sandy loam with charcoal flecks. On the north side of the trench part of a large pit was excavated (3: lm wide, 0.42m deep > . It had a lower fi II with sliqhtly more
  • fragments. Mear the east section was an oval pit (25: lm x 0.75m and 0.28m deep); the fill again produced no finds (27). Another pit in section (26: fill 28, no finds) had been eut into by a smal 1er pit (7: fill 8). Three intercutting pits were excavated in the centre of the trench
  • with a 2m-hi gh crop on the field meant that. the excavations could not establish the reasons for the médiéval di str i but i on . It is however now clear that in E409, like H80 and K446 before, the occurrence of small quanti ti es of prehistoric mater, i al on the surface of the field
  • was not présent in such quanti ti es. Although the area excavated was so small, it is sufficient to reveal that this zone is of exceptional importance as a long-used settlement area - Iron Age, Roman nearby to the south east, two seigneurial sites hardby (Le Bois Guillaume and La Touche au
  • ZK67) Excavation o-f Trenches 28 and 29, started in 1986, was completed. Thèse two 6m squares were located over a dense tile scatter located by -fieldwalking at 50m intervais in 1982 and rewalked in 5m squares for 'total' collection in 19B6. The fieldwalking data suggested a Roman
  • sett 1 ement . In 1986 the plough soil in T2B
  • material was obtained from T29 (as was reflected by the results D -f the total collection) but more Roman pottery was found. Time ran ont and the sites had to be backfilled at the point, when ditches were recognised (Asti 13. and Davies 1987, 118-21). In 1988 the excavation was resumed
  • and irnplied that p>lough damage was greater than anticipated. 4m of the 6m length of the exposed ditch was excavated: it was steep sided with a fiai, bottom (0.8m deep and 1.3m wide). The ditch sloped down towards the east. It was filied with a silty soil with rounded quartz pebbles
  • larger, some 3m wide, 0.6m deep and flat bottomed. The fill (38) produced one sherd of grey coarse ware and 0.838kg of ceramic roofing tile. Both thèse ditches appear to have been at right angles to ditch 5 excavated in T29 (see below). In both T43 and T44 a ditch was found, in ail
  • and 19). Ditch 5 was eut into natural (21) , and a 4m length was excavated. In 1986 it was sugge?sted that this was the saune ditch as that (10) located in T28. The similarity of size, profile and filling would confirm this interprétation, as would the similarity of the stone fill
  • into natural. The edges were not as clearly defined as ditch 5, and the profile was more irregular; a 2m length was excavated, which was 0.6m deep and 1.2m wide. Although it was parallel with 5, its filling (12) was much sandier and the range of finds was différent. Large quanti ties
  • that this ditch was filled (and perhaps eut) at a later date than ditches 5 and 10. Indeed it may have been filled during the 9 destruction o-f the buildings. Comment The fabric and forms of the pottery, similar to the material from HSO (excavated in 1986: Asti 11 and Davies 1987, 120-1
RAP00566.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • EAST BRITTANY SURVEY 1986 EAST BRITTANY SURVEY EAST BRITTANY SURVEY EASTER AND SEPTEMBER SEASONS 1986 Easter Season 2 Fi el dwal ki ng at 50m intervais 2 Fi g . A 3 Sampling outside the core 6 7 Fig. B Excavations Al 16 8 Fi g. C 10 September Season Fi g
  • and labour patterns» The complète fieldwork programme consists of systemaitic fieldwalking of ail available ploughed fields within the four core communes of Ruffiac, St-Nicolas, Tré'al and Carentoir, together with sélective geophysical and geochemical surveys, and smal 1 excavations
  • involved fieldwalking over large areas at wide intervais, as in 1982 85, in the four core communes; sampling in the communes surrounding the core? and excavation of parts of a field from which 'total' collection had previously been made. Two days (21-22 March) were spent in préparation
  • and two others, returned on 28 April for three days in order to complète the excavations. Overall, 317 mandays were spent on this year's Easter seasons (303 by the main team), including travelling time and time off 5 255 (244) of thèse were working days. The weather was dreadful
  • for most of the main season, with considérable rai nf ail; fields were usually in idéal condition for walking and surface collection was not seriously impeded, but it made excavation al most impossible. Conditions for the return visit were much better, allowing the desired program
  • to be completed on the excavation site» Fieldwalking in Runs at 50m intervais (Transect Walking) A. Within the core Fieldwalking over large areas within the four core communes was organised within transects running south/north across them» Transects A (Ruffiac), D, E, 6 (Carentoir), B
  • in the core, and more are on south- (32.7), north(18.47.) and west--facing (12.27.) slopes - again reflecting the h i g h er t op og r ap h y „ Excavations. Al 16 Excavation was designed to sample the medieva\l settlement. of Al 16, located by fieldwalking and classified as a "site
  • features, Work on the excavation was eventually abandoned in the main season because of the rising water table; however, the smal I team that returned in late April was able to complète the trial. Altogether excavationtook place on 8 days, with an average of 6 people per day, thereby
  • absorbing 42 working days. Two 6m squares were excavated (see fig. G), One, T3, was located on the highest part of the field, where surface prospection had identified both large amounts of pottery and concentrations of phosphates (Asti 11 and Davies 1983s 16, 18). The second, T4
  • because of the weather. Quadrats with 6m si des were chosen since a smal 1er cutting could fall within a structure, failing to reveal its existence. However, in the later stages of the excavation a machine (JCB) was used to eut three 1m wide trenches to extend the investigation
  • y excavated by hand. The plough soi 1 was removed in 10-20cm spits by shovel s the spoi 1 was searched for finds (including schi ste) on the si de of the excavation. As a control a randomly chosen 60cm square (57. of the main cutting), was removed separately and wet sieved
  • actor which may explain the relatively large amount. of pottery found on the surface by comparison with that recovered by excavation. Quartz and conglomerate blocks °\ EBS 85-86 0 20 40 60m were -found embedded in the sur-face of the naturel schi ste; since several groups
  • fa\bric was coarse, with lairge angular lumps of quartz (2—4mm) and no mica» This pottery maiy be prehistoric and could indicate the date of the features excavated in T4» Overlying thèse features was about 70cm of a 1 oamy soil, interpreted as colluvium. The long exposure
  • , 387. of fabric 3), with a small amount of fabric 5, a fine ware (87). The résulte of thèse excavations are important» It is clear from T3 and T7 that where soils are shallow the only archaeol ogi cal features that are likely to survive are those il which cleeply penetrate
  • the natural 5 thèse can only be understood by extensive excavation,, Such large— scale work was impossible and it is therefore difficult to assess whether the area with dense pottery and phosphates marks the site of the settlement» If i t does, then much of the airchaeol ogi cal assemblage
  • , means that this kind of feature can only be detected by excavation, because even the deepest ploughing is unlikely to bring material to the surface, even assuming the laxnd is cultivable» This may be one reason for the dearth of prehistoric material recovered in the core communes
  • from fieldwalking» The T4 features were excavated in an area where there was a small amount of médiéval pottery and high phosphate concentrations» While the small quanti ty of pottery is commensurate with the agricultural nature of the médiéval land-use, the high phosphates around
  • The 1986 Sept ember season involved sample excavation of parts of four fields (H145, K446, H80, A92) from which 'total ' collection had previously been made (fig. i). One day (5-6 Sept) was spent. in préparation for the main season by two people. The team (consisting of volunteers from
  • arable land-use and smal 1 enclosures (çl_os) , with two buildings and ? walled yards inside its western edge - since démoli shed. The site of thèse buildings i s presumably now marked by a remembrement mound near the junction of the two road s. Excavation strategy was the same
  • . Further areas
RAP00565.pdf ((56). quatre communes du Morbihan : carentoir)
  • , and the effects of such changes on social groupings and labour patterns. The complète fieldwork programme consists of systematic fieldwalking of ail available ploughed fields within the four communes, together with sélective geophysical and geochemical surveys, and small excavation
  • collection; phosphate analysis and soil magnetic susceptibil ity survey of the four selected areas; and excavation of part of a bank and lynchet near a field from which 'total' collection had previously been made. Three days (21-23 March) were spent in préparation by three people
  • to concentrate upon the excavation. Overall , 434 mandays were spent on this year's season, including travelling time and time off; 364 of thèse were working days. Two of the main team spent most of their time assisting in a survey of standing buildings already in hand when the season started
  • usters of other classes of material. 5 Excavations (EBS85 Tl and T2) Small -scale excavation of earthworks was undertaken in order to begin investigation of the soils and archaeology within field boundaries near sites identified in fieldwalking. As indicated previously, one
  • useful information. After three days préparation, excavation took place over eight days with a team of nine people, making a total of 52 working days. The weather during this period was appalling, with torrential rain and high winds: one complète day was lost and extremely difficult
  • conditions prevailed on another three. Excavation therefore had to be more limited than was intended. The excavation strategy was similar to that used by Martin Bell to sample lynchets and valley bottoms in the south of England (Bell 1977; 1983). A 2m-wide trench, 14m long, was eut across
  • the large lynchet (Site Tl), and a lm-wide trench, 18m long, across the bank (Site T2). This was done using a JCB, a method that would allow a preview of the stratigraphy . lm-wide trenches were excavated to the side of the machine cuts, and thèse were divided into mètre squares
  • to facilitate excavation and recording. Soil was excavated using trowels and ail the finds, with the exception of schiste, were three-dimensional ly recorded. Because of the quantities recovered and the lack of time, the schi ste was collected in 5cm spits. The bad weather prevented total
  • excavation of the trenches. In Trench 1 work was concentrated in areas where features had been observed in the machine-cut trench: 64% (9 of the 14 mètre squares) was dug. As no features were seen in the machine trench, alternate squares were excavated in Trench 2 and hence 50% (9
  • %). As in Trench 1, there was no apparent zoning of particular fabrics. The quantities of the (non-local) schi ste progressi vely decreased with depth, and the small amount of brick and tile is in striking contrast to that in Trench 1. The excavations are important for demonstrating
  • of the last year pollen analysis has been carried out on samples taken during 1984, in particular from buried soils beneath banks in woods near Le Vivier (not far from the excavation site) and Le Rond Point (Carentoir), areas of extensive 1 ande in the early nineteenth century. Although
  • of phosphate concentrations at the deserted médiéval settlement at Kerlano. This site, partially excavated by M. Patrick André nearly twenty years ago, is located in the granité upland of the Landes de Lanvaux, 30km west of the study area, and is the nearest known surviving médiéval
  • -use can also be helpful here. Sites like Trench 2 - which fall in areas of early nineteenth-century meadow or 1 ande are likely to represent pre-nineteenth-century activity, and as the excavation clearly demonstrates sometimes cultivation, pace our earlier suggestion (Astill
  • arable in marginal areas in the context of population pressure. Here, both this year' s excavations and the récent pollen analysis provide compl ementary material, with their suggestions of cultivation in areas that were certainly - at différent periods peripheral 1 ande. Fields
  • introduced into the field bounded by the lynchets and eut by Trench 1, need some further investigation. The next season Next year will see two main seasons of fieldwork: fieldwalking and small excavation from 22 March - 5 April 1986 and three weeks of excavation during September
  • : transects will be taken radially from the area of intensive study, and fields within them walked at 50m intervais. Excavation of Allô will begin, in order to ascertain the relationship of this year's excavated features with the settlement and at the same time make some assessment
  • of the quai ity of préservation of sites; two 25m squares within the field have already been prospected using a f 1 uxgate gradiometer in order to assist choice of areas for excavation. Thereafter further sites from which 'total' collection has been made will be investigated in small areas
  • , and to the conservateur M. Clément and Michael Batt for facilitating the smooth runing of the programme. Excavation was undertaken with the permission of the owners of Allô, M. and Mme. d ' Argentre", and the tenant, M. Poyou, and the Kerl ano site was tested with the permission of M. Le Labourier
  • ; without their help much of this year's season would have been impossible and we are therefore immensely grateful to them. Fieldwalking and excavation were financed by the British Academy, the Society of Antiquaries of London, the University of Reading, the University of London Central
  • """Centre Régional Archéologique d'Aï et, no. G, 251-60. Astill, G. and Davies, W. 1984c Bretagne. Résultats de la Dossiers du CRAA, xi i , 49-59. 'Prospection campagne de Bell, M. 1977 Excavations Archaeol ogi cal Collections, cxv. at dand l'Est de la Mars-Avril 1984', Bishopstone
RAP00741.pdf (SAINT-JACUT-DE-LA-MER (22). île des Ebihens. rapport de fouille programmée)
  • cette fouille s'est élevé à 20.000 F environ, la différence ayant été couverte par des crédits propres du Ce.R.A.A. Les zones explorées en 1986, respectivement dénommées A et B comme les années précédentes (Cf la planche suivante), ont été des extensions importantes des excavations
  • bouilleur de sel, bien conservé, a été exploré en détail lors de la présente fouille. SAINT Les JACUT Ebihens N B EXCAVATION A UNE PARTIE DE VILLAGE CORIOSOLITE En 1986, nous avons poursuivi la fouille du village détecté lors des deux années précédentes de fouilles (zone
  • introduire le combustile, probablement des braises préparées dans le foyer annexe et stockées le long du LES EBIHENS Hf l\l A A4 85 A5 84 0 EXCAVATION A 4 1m LES EBIHENS V d m N A A4 85 EXCAVATION A A5 84 LG Empierrement de terrasse et fosse Empierrement superficiel
  • . LES EBIHENS ATELIER GAULOIS DE BOUILLEUR DE SEL FACE OUEST FACE SUD VUES EN ELEVATION DES FACES INTERNES Stratigraphie de la face ouest de l'excavation A Vue d'ensemble de l'atelier de bouilleur de sel (excavation A) Vue verticale du foyer de briquetage (excavation
  • A) Vue longitudinale du foyer de briquetage avec les bassins de stockage de la saumure à gauche et le foyer annexe à droite (excavation A) Foyer de préparation des braises (excavation A) Em w i. c là* •% • % îiWïf '«•"Si! Un des bassins de stockage de la saumure et son
  • remplissage (excavation A) Poterie écrasée sur le sol de l'atelier et pièce de bois retrouvées près du trou de poteau porteur de l'édifice (excavation A) Engagement des galets dans le foyer de briquetage (excavation A) Sections horizontale et verticale du foyer de briquetage
  • (excavation A) L'extérieur de l'atelier. Le mobilier retrouvé dans l'aire de cet atelier de bouilleur de sel correspond à la Tène Finale, très certainement au 1er siècle av. J.-C. Par contre dans les remblais apportés derrière les murets, des céramiques plus anciennes, en particulier des
  • a aussi un besoin d'analyses minéralogiques : - sur les principales classes de poteries, pour mieux cerner les provenances, - sur les argiles ayant servi à la confection du four ou des barquettes, pour en déterminer l'origine. . 1 d m 13 * III EXCAVATION A VA O //! \W N A4
  • 85 LES EBIHENS A5 84 LG Empierrement 3, suite de l'empierrement découvert en 1985. LES EBIHENS X 14 •• •: ••: • v - ' . - K • • . • • : m III w « \\\ EXCAVATION A LG LES EBIHENS N A4 85 A5 84 0 4 =) i EXCAVATION A i ) V / < /// \\\ /// /// \\\ X
  • élever la température d'un litre d'eau de 20 ° C à 80 ° C. Il est nécessaire de retrouver les températures atteintes par ces galets et des mesures en A.T.D (Annalyse Thermique Différentielle) permettraient de les déterminer EXCAVATION B UN HABITAT ISOLE En 1986, nous voulions
RAP00739.pdf (SAINT-JACUT-DE-LA-MER (22). île des Ebihens. rapport de sauvetage urgent)
  • . Respectivement dans les parcelles 11 et 12 de la section A,appartenant à Monsieur GOFETTE,demeurant à DINAN,deux excavations de 9 m2 ont été ouvertes,un mètre en arrière de la falaise pour ne pas fragiliser celle-ci.Les deux excavations ,A en 11 et B en 12,sont repérées sur le plan I et
  • excavation de 9 m2.La profondeur qu'il a fallu atteindre dans l'excavation A (2,96 m) a surpris et il a fallu accélérer la fouille.En fait le sable éolien qui recouvre le site a pris du temps. Le temps est resté convenable. Il n'y a eu de la pluie que durant une seule journée
  • structures, - une couche (M2) d'argile cuite résultant de l'effondrement du four de briquetages qui se trouve en arrière de l'excavation ouverte. SAIi^WACUT Ilea des EMfaens Fouille de Juillet 1984 EXTREMITE SUD DE L'ILE AVANT LA FOUILLE IMPLANTATION DES DEUX EXCAVATIONS
  • ,la fouille de la couche 3 a livré un nombre impressionnant de tessons (environ 8000 tessons en 6 m2) dont beaucoup sont décorés.On dispose sur ce site qui s'étend autour de cette excavation A d'une source exceptionnelle pour connaître des habitats et des artisanats de l'Age du
  • gisement.Signalons d'ailleurs qu'une fouille très fine de ce gisement caractérisé par une stratigraphie riche et épaisse,permettrait d'établir une bonne chronologie des céramiques de cette période. Dans la couche 3,on a aussi collecté une fusaïole et un bracelet en lignite. EXCAVATION
  • A L'excavation implantée au dessus de la falaise effondrée L'empierrement linéaire trouvée sous la couche de sable éolien i Base de mur en pierres sèches et son ébouli Arasement à 11,40 NGF M 0 SAINT - Jacut - Iles des Ebihens 11 SAINT - JACUT - Iles des Ebihen Excavation A T>.b
  • EXCâVATÏOH B c N Cartographie des pierres de l'éboulis de la couche 4 pierre brûlée granité tffy diorite SAINT-JACUT - Iles des Ebihens Juillet 1984 EXCAVATION B Cartographie du mobilier découvert dans la couche 4 l *i . X tesson imbrex y anse de verre B objet informe en bronze F
  • Juillet 1984 EXCAVATION B Cartographie des découvertes effectuées dans la couche 5 X F ,f tesson objet en fer fosses (trous de poteau ?) 2 foyer zone brûlée F XIH Mise en évidence d'une structure d'habitat / — C o u r b e s de niveau NGF fosses p Foyer .apparaissant comme
RAP01083.pdf (PLOUDALMÉZEAU (29). Ridiny. rapport de fouille préventive)
  • . Arrivé sur le terrain en début de la matinée, nous sommes partis en fin d'après-midi, après avoir pris un repas à Ploudalmézeau. Le chantier se présente comme une excavation irrégulière dans un petit jardin attenant à la maison de M . Leborgne. Notre tâche a consisté à agrandir et à
RAP01141.pdf (LOCMARIAQUER (56). Lehuie. rapport de sondage)
  • -ci mesure l'emplacement d'une toujours en pour but de 3. excavation nous présente contrefort. celui-ci. parment de l'Ouest qui nous donne Sur la façade de par un Sud du mur Est de au niveau du sol l'angle petit appareil. le voir sur les cli- seconde excavation
  • Bretagne. A est l'inté- rieur du bâtiment et à observe la 29,28 m du pignon Est de présence d'un mur de transformation du bâtiment refend qui l'édifice correspond à pendant son utilisation à on une l'époque romaine. Lë§ sondages 4 et 5. Ces deux excavations de la
RAP00311.pdf (BAIN-SUR-OUST (35). Binon. rapport de sauvetage urgent.)
  • . ( Carte d'état major PIERIAC revue en 1927-28, mise à jour de 1952, au 1/50 000 ème). (cf; planche j Il s'agit de l'éperon méridional du territoire de la cité armoricaine des Coriosolites, MISE EN KLACE DU QUADRILLAGE L'axe du quadrillage fut la butte, bien qu'en excavation C6, une
  • , se présentait respectivement à 45 et 60 m des bois, limites Sud et Est du champ. La tradition locale voulait que ce monticule soit un"moulin" ou encore un "couvent". EXCAVATION I ARCHITECTURE C6 (cf Plan Général et p l a n c h e ^ Légèrement décentrée par rapport à la butte
  • mise en place et son utilisation ne peuvent qu'être postérieurs à l'édification du sol sur lequel elle repose, (cf étude stratigraphique). II DISPOSITION STATIGRAPHIQUE A- Niveaux constants Comme dans l'ensemble des excavations, les parois de C6 ont fourni une succession de
  • est à rapprocher de la méthode de construction de ce type de sol. Dans chaque excavation, l'occupation de ce niveau est matérialisée^ar une fine couche de charbon de bois et de matières organiques. La couche(3 est un remblai de"nivellement". B- Stratigraphie de C6 Le sol(J), sur
  • apporter à son utilisation,(sa petite dimension, la simplicité de sa forme) fournirait ainsi au remblai, un repère chronologique. La confirmation en est apportée plus loin. LA BUTTE L'ouverture de trois excavations contigiies dans l'axe de la butte, a permis d'obtenir une
  • stratigraphie générale N.S., concernant le monticule. A/Si du point de vue stratigraphique on note peu de variantes (excepté pour les parois W et N. de exc.B 6) les substructions s'agencent différemment., -nt dans chaque excavation (cf.plan). Exc. B 7j la Plus septentrionale des excavations
  • repéré en C6 au même niveau. A 10 cm au nord de l'extrémité de cet alignement se trouvait une auréole de charbon de bois (diamètre: 10cm), qui permet de penser à la présence d'un trou de poteau. B- LECTURE STRATIGRAPHIQUE L'ouverture de trois excavations contigUes a eu pour but, non
  • cette première occupation. A priori, elle ne serait pas importante. RESULTATS D'ENSEMBLE Les relevés stratigraphiques effectués dans les quatre excavations ont donc permis de dater l'essentiel de la construction du règne de Marc Aurèle, Il s'agit d'une construction en pierres à
  • niveau de la oouieur. Les coordonnées figurent sur les planches près dea numéros d'inventaire? » O x ? O " 0 A \ J û r n o C N JL rrO m X O > < > H O z o o \ A , b e . PHOTO III. 'r' EXCAVATION C6. Dalle à l'angle de M4 et D5 PHOTO IV EXCAVATION C6. Mobilier
  • couche 5. EX C No C6 PAROI O U E S T BC624 c 6 COUCHE BC652 5 PHOTO V. EXCAVATION C6 . Mobilier couche 2 PHOTO VX EXCAVATION B?. Mur d4 et ensemble pierreux. • PHOTO VII EXCAVATION B? • Ensemble pierreux noyé dans un schiste métamorphique. gHOTO VIII EXCAVATION B6
  • . Mur M5. PHOTO IX. EXCAVATION Bö. Hur tranaereal «5 gauche D5a* PHOTO X. EXCAVATION b6. De gauche à droites M5, D5a# M6 . B6 COUCHE SOL EJ>. P/V PHOTO XII, EXCAVATION B6 . Mobili«- couche Sol BB62I3 • BB62I2 D90 E24 BB629 Imitati on sigillée BB622 rî7 ES- P/V
  • . ».'i* • . i . , • • •- - .< 1 6 î W,' vV-y .V v.'.:. : - ^ U ^ i / 'i B52I5 C56 i-- ; • i' .-r. B5. COUCHE 2 E-D.PA E.Q. P. F\ . £- -D- p. A A 62 P.*. EXC b 6 paroi nord PHOTO XVI. EXCAVATION B6 . Dalle de bois sur le foyer • PHOTO XVII. EXCAVATION
RAP00312.pdf (BAIN-SUR-OUST (35). Binon. rapport de sauvetage urgent.)
  • ,et 5 excavations de 4x4m et 2,5x4m,d'autres part. SONDAGE C7 Ce sondage a permis de suivre le mur M4, avant le coude qu'il effectue vers le Nord, formé de 2 pttis 3 assises de 2o cm environ. Une importante masse de kaolin a pu être mise à jour, attestant d'un étalement d'argile
  • naturel^dans le remblai de nivellement. SONDAGE A6 La mise à jour de la jonction entee íes murs D4 et M6 fut un des résultats de l'ouverture d'une excavation sur versant occidental de la "butte", ainsi que la démo ition de a berne AB. Deux épaisseurs de gros moellons (20 à40 cm de
  • l'on a vu qu'un foyer la surmontait. EXCAVATION B5 et EXCAVATION A5. C'est en 3 endroits de ces sondages que les résultats sont apparus intéressants.D'une part 2 murs orientés Est.West,distants de 3,25 met parallèles,un éboulement désordonné de mur,d'autre part. Ce dernier,dans
  • formes du paysage agraire à cet endroit bien déterminé. Le projet touchant la conservation du site archéologique de BINO!f,emannant de la propriétaire du champ,reste sans solution. Il m'a semblé préférable«* combler les excavations ouvertes,il problème le plus immédiat,à savoir le
  • financement d"une telle action n'ayant pas d'aboutissement. La propriétaire du terrain^ e n a accepté le principe. P.AUMASSON.Novembre 197*. EXCAVATION.a6. Couche.2. EXCAVATION C5.Niveau 2, ' » 0 « Cl 3 • H . 90, B.G52b4. p pcoM L. 90. p "EÎC J\J J c ^ a s- - p k o 0,r
  • Verre r agiront de -bronze. * 70 • EXCAVATION C5.NIVEAU 2. B.C5 212. C. 54. C. B.C52II .C.52I. B.C522 L 6l. D.90 C52I- . E. 90 .81 B.C52I4. B.C524. B.C52a2. B.C52 2. B.qo. Bouton. Be.B.C.2.1. BERMh'. 6.7. Couche 4a. Be.6.7.4a.3. Be. 6. 7. 4al B. 56. Be 6.7.4a.4
RAP00304.pdf (ÎLE DE BRÉHAT (22). l'île Lavret. rapport de fouille programmée annuelle.)
  • campagne 1979 SL reporté les efforts sur l'extrémité orientale des ruines visibles, et a consisté enquelques excavations limitées mais disposées aussi judicieusement que possible pour solutionner un certain nombre de problèmes, ce qui a été très rentable, mais a amené des découvertes
  • imprévues de grand intérêt, EXCAVATION A et ses ex~snsions A* et A": - Des trois murs hors terre, l'oriental 3 avait subi manifestement une réfection en son centre, réfection(j bv assez grossière qui s'était ta.ssée. On avait pensé que peut-être un autre conduit de chauffage passait
  • médiévale* EXCAVATION C: Face à À, de l'autre côté du mur, elle avait pour but de contrôler l'aspect du .tassenuait du mur refait 3*. On a constaté que l'intérieur était remanié jusqu'au fond en place de limon atteint à 0,50 m sous la surface actuelle, avec un tesson de poterie
  • vernissée post-médiévale. Peut-être une zone fouillée jusqu'aux fondations par A. de La Borderie, qui dit avoir trouvé entre des tuiles dans les fondations du mur 3 trois monnaies de 4ème siècle, ce qui confirmerait l'évidence de l'excavation A* EXCAVATION B': En 1977, en dégageant la
  • rubéfiée, nais les niveaux montrent qu'il ne peut s'agir d'une traite en connexion avec le passage du chauffage, si celui-ci avait éxisté, mais bien une trace de foyer indépendant,, r EXCAVATION E: Au N. du mur 3, et à l iï, du mur postérieur 4, dans une zone déjà décapée en 1977
  • , cette excavation avait pour but de délimiter l'extension de la zone rubéfiée correspondant à l'emplacement du foyer du système de chauffage. Prélèvement d'un échantillon pour une éventuelle étude archéomagnétique (difficile avec un seul échantillon cependant). L'extension de
  • - » fouilleurs") pour se rendre compte de l'épaisseur des fondations, soit d'un quelconque chercheur de trésor médiéval ou autre0 EXCAVATION O. Le mur 5 ne se prolonge pas vers l'E. Après quelques pierres (peut-être un peu dérangées par le passage du bulldozer en 196$) on trouve les premières
  • EXCAVATION Dg Elle a été implantée au point de jonction des murs 5 bis et 9. En surface elle a fait remarquer 3 trous de poteaux alignés, de petites dimensionsp parmi un remblayage avec débris de nourriture, tessons gallo-romains remaniés, la monnaie romaine 5» Les fondations du mur 5 bis
  • racines, tendrait à s'en décoller. A cause de la fragilité de ces murs secs parasités par les racines, on a évité d'amorcer un grand décapage dans cette pièce de 4,5 x 5 ni, et on s'est contenté d'une étroite excavation de reconnaissance P, qui bien entendu a été rebouchée ensuite pour
RAP03295.pdf (VANNES (56). Rue Émile Burgault, rue Thomas de Closmadeuc, place Lucien Laroche. Rapport de diagnostic)
  • Service Régional de l’Archéologie. A la différence des investigations habituellement menées, cette opération s’est juste limitée à une surveillance de terrassements exercée lors de la réalisation des excavations par les services municipaux. Leur localisation dans le domaine public
  • de la réalisation des excavations par les services municipaux. Leur localisation dans le domaine public, largement perturbé à de multiples époques par des réseaux divers ainsi que la taille et la profondeur trop réduites, des fenêtres d’observation n’a pas fourni de données
  • exercée lors de la réalisation des excavations par les services municipaux. La faible profondeur des creusements ainsi que leur taille restreinte n’ont pas permis de bénéficier de fenêtres d’observation satisfaisantes permettant d’identifier précisément la nature des éléments
  • Closmadeuc Rue de Closmadeuc, les deux excavations réalisées ont révélé la présence d’une succession de niveaux de remblais modernes compactés. Ceux-ci correspondent probablement à d’anciens niveaux de circulation antérieurs à la chaussée actuelle et se succèdent jusqu’à la cote de -1,00M
  • la fosse à plantation rue Thomas de Closmadeuc © A. Desfonds, Inrap. 0 25m Echelle : 1/500e 3 Conclusion La réalisation sous surveillance de ces excavations de taille très limitée illustre parfaitement les limites du diagnostic archéologique urbain dans de telles conditions
  • limitée à une surveillance de terrassements exercée lors de la réalisation des excavations par les services municipaux. Leur localisation dans le domaine public, largement perturbé à de multiples époques par des réseaux divers ainsi que la taille et la profondeur trop réduites, des
RAP00998.pdf (PLOUENAN (29). Cosquer. rapport de fouille préventive)
  • découverte consistait en un effondrement ayant p p w o q u é une excavation circulaire se poursuivant par un début de galerie. Le mardi 20 mars, je me suis rendu sur place et j'ai pris contact avec M . Quéméneur, propriétaire d'un champ situé à l'Est de la route dans lequel l'effondrement
RAP00397.pdf (SAINT-MALO (35). la cité d'Alet, rapport de sauvetage urgent)
  • quadrillage de module 5 m (Cf P l a n c h e ) . Dans tous ces sondages , le rocher vierge a été a t t e i n t . IV - Résultats des s o n d a g e s . principales On va tout d'abord analyser , sondage par sondage , l e s découvertes. A2 (Gf Plan) - Dans cette excavation , on a retrouvé le
  • cette excavation , on a retrouvé exactement l a même structure qu'en A2 . L a courtine (niveau 11,95 NGF) pratiquement au même niveau qu'en A2 semble avoir eu , en cet endroit, une largeur moindre (0,80 m ) mais cette relative faible épaisseur peut résulter d'une destruction
  • rocher est directement sous cette voie . Dans cette excavation , on se trouve en présence de l a crête du rocher qui servit à l'installation du C a s t e l l u m . B8 - Dans ce trou pilote , isolé des autres sondages , le rocher est apparu au niveau 11,^0 NGF . Dans le remblai
  • . Le rocher apparaît environ à 11,80 NGF . Comme en B4 , on est en présence de la crête du rocher qui supporta le Castellum . Dans cette excavation , i i n'y eut aucune découverte de mobilier ancien . Ck (Cf coupe stratigraphique) - Comme en C3 , sous la terre arable , on retrouve l
  • après 330 ap J.C . Le dépôt de ce remblai est datable de 330-355 ap J.C au plus t ô t . ALET Bastion Solidor - Castellum f=E=? Excavation Ck 73BSC49 - Col - couche 3 (D90 ext) Mol 81 - antérieure à 355 ap J.C 0 2 D4 (Cf coupe stratigraphique) - Ce fut l'excavation l
  • de fouille 1972 , Cf Annales de Bretagne , 1973 , Cf Gallia. (4) L.LANGOUET , ALET,Ville ancienne , Thèse de 3éme cycle , RENNES 1973. AI-ET - Bsstion Sölidor » Castelli^ Sx (.: a V e t on N I > + - Couche 3-b AJL»XV.( Excavation Dfc 'as tell tua ISaStlQS OC « conches
  • l'enceinte du Castellum , b) l'édifice du Haut Empire qui recevait probablement l'eau pompée par l a machinerie de l'Anse S o l i d o r . Les trois excavations de cette fouille future devraient faire 5 m sur 3 m chacune et seraient profondes d'environ 2,50 m . Fouille dans l
  • module horizontal 5m , a été implanté avec précision . En vue d'obtenir une coupe stratigraphique perpendiculaire à l'axe de l a Cathédrale (AA') , on a défini les excavations N°1 , N°2 et N°3 selon un axe transversal . La découverte ultérieure de substructions a entrainé l'ouverture
  • a fouille , excavation par excavation. (5) (6) (7) (8) (9) L.LANGOUET , Thèse , ALET , Ville A n c i e n n e . Mgr DUCHESNE , B.S.A.I.V , 1891 , P 1 - 1 0 . L.CAMPION , B.S.A.I.V , 1907 , 37 , P 2 7 5 . J.HAIZE , Revue du Pays d'ALETH , 1909 , P 1 1 6 . Vie de SAINT MALO par BILI
  • O O GH1011 O L_. EXC I 3 O P I Q U E T C O U PE S T R A T I G R A P H I Q U E - 4 5 •I J M Ill - Résultats dans les différentes excavations EXCAVATION N°1. Sur 1a. coupe stratigraphique transversale , on constate que , dans l a N°1 , sous l a couche de terre
  • découvertes , l a couche @ est postérieure au IVéme siècle (Cf Planche) , de même que la couche (2) . L'édifice II , d'après les renseignements de cette excavation , est postérieur au IVéme siècle et III B est postérieur à II mais antérieur au Xéme siècle . Le mur de III B a une belle
  • facture ; sur un blocage de grosses pierres , on trouve deux rangées de pierres (M1) liées à l a terre glaise et , reposant sur cet ensemble , la maçonnerie M2 (Cf Planche et photographie) . M1 est plus large que M 2 . EXCAVATION N°2. On y retrouve les mêmes couches Q ) et (2) . Un sol
  • -VIéme s i è c l e . EXCAVATION N°3. On peut facilement noter l a présence d'une tranchée ^Q), faite en 1890 par Mgr DUCHESNE (Cf son précédent plan de fouille).On en déduit immédiatement que , @ , Çj^) , © sont des remblais non bouleversés , datant de l a construction des murs de III
  • de pierre (Cf Vue de dessus et Photographie) bien ran- CATHEDRALE COUPE A A' 0 1= J M CM m LU O Q 3 W DC 3 2 3 û D O LU Ü < LU a LU 3 > A '1 h a 1 Cathédrale Excavation H®T OBJETS RETHOOTE0 Couche 2 - Bol Ch. 3 a 73CA1? - Bo Arrotine IVé 7JCA18 b6
  • des tessons d'Argonne du IVéme siècle). LEGENDE DE LA COUPE STRATIGRAPHIQUE DES EXCAVATIONS N°1 , N°2 et N°3. Les couches rencontrées ont les compositions suivantes : terre arable terre sombre , presque noire , grasse remblai de couleur noirâtre M M remblai de couleur marron
  • structure des couches , © »© et indique un dépôt successifs de remblais différents destinés à cacher et couvrir les soubassements des murs« EXCAVATIONS N°5 et N°40E. Le prolongement du mur Sud , orienté Est-Ouest , de III B a été retrouvé dans cette excavation (Cf Photographie) î un
  • édifices II et III et de l a Cathédrale . Sur le blocage de II , on a assis un mur de III B qui , lui-même , servit d'assises , au Xéme siècle t au mur Nord de l a Cathédrale.(Cf coupe B B ' ) . oi EXCAVATION N +NS. Dans cette excavation , on a retrouvé l a cave d'un édifice datant
  • è c l e . Dans l'excavation N°6 , contre le mur Nord Sud de I , on trouve une couche de remblai (¿) contenant des vestiges s'échelonnant jusqu'à l a fin du IVéme s i è c l e . EXCAVATION H°7. On y décèle encore l'édifice I (Cf coupe FF') et on y retrouve le sol S de II . L
RAP00458.pdf (LANDUNVEZ (29). Île d'yoc'h. rapport de la fouille de sauvetage urgent)
  • pratiquement complète - avait été découverte en 1978 (R. Sanquer, 1979). Deux excavations furent ouvertes simultanément, à 1,50 mètre en retrait de la micro falaise (figures 1 1 et 12), l'une dans la partie ouest du secteur (excavation 1), l'autre dans la partie est (excavation 2
  • ). Excavation 1. Ce sondage de 1 m sur 3,50 m, orienté nord-sud, fut pratiqué dans la partie occidentale de la zone I (figure 11). Sous la terre végétale, on a rencontré une couche de terre humique contenant quelques fragments de poterie très érodés, informes et quelques éclates de silex
  • mobilier archéologique. Excavation 2. Dans la partie orientale de la zone I (figure 12) fat ouverte une excavation de 1,50 m sur 3 m, orientée nord-sud. Sous la couche de terre végétale, peu épaisse, se trouvait une couche de terre brune, stérile. A une trentaine de centimètres de
  • recèlant aucun mobilier archéologique, a été atteint. L'étude des coupes stratigraphiques de cette excavation (figures 14 et 15)a révélé que l'on est en présence d'une formation de type podzolique qui semble assez bien observable en micro-falaises (figures 1 1 et 12). Excavation 3
  • ) a révélé que certaines de ces pièces appartiennent à de l'outillage datant de l'Epipaléolithique. Figure 14 : Ile d'Yoc'h - Zone I, excavation 2 - Stratigraphie ouest. Terre végétale iVi',1,!,1! Terre gris-brun "Pellicule" couleur rouille Terre brune avec mobilier Terre brun-ocre
  • Terre ocre Pierre Tesson de céramique Figure 1 5 : Ile d'Yoc'h - Zone I, excavation 2. Coupes stratigraphiques : A - Ouest ; B - Nord. Figure 16 : Ile d'Yoc'h - Zone I, excavation 3 - Le sondage. LA ZONE II J. .-0,06 00 + + MO ILE D-YOC'H - L A N D I N Y E Z (29) 115 4
RAP03967 (QUIBERON (56). Beg-er-Vil à Quiberon. Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de fouille programmée 2020 )