Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3346 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP02397.pdf (PLOUHINEC (29). Menez-Dregan I. rapport final de fp 2006-2008)
  • paléogénétique. Des kystes de parasites fossiles ont été mis en évidence (Bouchet et al., 2002). 3 4 Equipe scientifique et intégration aux thèmes de l'UMR 6566 - CReAAH «Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences & Histoire» Programme : « des Prénéandertaiiens aux Néandertaliens
  • opératoire liée au macro-outillage mis en forme à partir de galets de grès, de gneiss ou de microgranite (Molines, 1999). Au stade actuel de la fouille, ce sont les niveaux d'occupation supérieurs (couches 4 et 5) qui ont livré le plus de vestiges lithiques ; la couche 7 n'est connue
  • considérée et comme l'ont montré de nombreux remontages, les matériaux collectés dans l'environnement proche étaient ensuite mis en forme et transformés directement sur le site. Il faut noter aussi la mis en œuvre plus importante du quartz dans les couches 9 et 4, ce qui pourrait être
  • consommait de grands herbivores (chasse ou charognage). A noter qu'un kyste de parasite fossile (Toxocara canis) a été trouvé en couche 7. Cette découverte est importante au point de vue méthodologique car elle a été faite dans le sédiment et non pas dans un coprolithe, ce qui est plus
  • grandes diaclases N 110° inclinées de 20 à 30° vers le nord. Ces cassures ont facilité le débitage de l'orthogneiss et le creusement de grottes profondes dans la falaise de la pointe du Souc'h. La forme des grottes et le dessin de la falaise dépendent beaucoup de ces structures. La
  • plus basses mers où les plongeurs ont reconnu une falaise fossile et des grottes : au niveau de la plateforme de Menez-Dregan, laquelle se suit aisément surtout le iittoral sud du Cap Sizun. Chaque niveau a pu être actif à de nombreuses reprises, comme en témoigne le remplissage de
  • surtout le dégagement des blocs effondrés ont permis de visualiser le platier rocheux et la morphologie de la plate-forme. A l'emplacement de l'entrée originelle de la grotte, par devant le site, un pilier central effondré, a probablement existé. Il s'agit d'un socle proéminent lui
  • . • Couche 3b: sable compact et induré, de teinte brun à brun vif (7.5 YR 4.5/6); contact net et tranché avec la couche 4a; le décapage dans le diverticule, à l'est, a mis en évidence une surface sableuse durcie dont la fragmentation forme un réseau polygonal irrégulier (éléments de
  • de néosynthèse (imogolite et halloysite) et modérément silicifiée. Contrairement à la couche 10, elle présente une forte proportion de galets de silex de forme irrégulière (rognons peu arrondis) et des galets d'assez gros module. La granulométrie met en évidence une matrice
  • ", "Y' & "Z", car on ne peut, pour le moment, les caler stratigraphiquement de manière sûre et précise, exceptée pour X que nous supposons contemporaine de 8b inf. La couche X correspond à des galets consolidés dans une matrice sablograveleuse, conservés sous la forme de plusieurs
  • située en carrés M.N/10.11. Cette marmite, de forme sub-cylindrique, mesurant environ 3 m de circonférence et 90 cm de profondeur, est un bel exemple de ce type de forme d'abrasion. Son remplissage a été fouillé entièrement. Celui-ci était constitué de gros blocs plus ou moins
  • silex analogues à ceux de la couche 10, sous la forme de 8 pièces émoussées. Deux échantillons ont été analysés: dans la masse du remplissage et au fond de la marmite. Le premier montre une matrice grossière, moyennement classée. La courbe granulométrique est peu redressée, avec une
  • -modalité" observée sur l'échantillon précédent. Interprétation : Les couches 10 et 11 sont, de toute évidence, des plages anciennes fossilisant des formes d'abrasion marine. Elles ne correspondent peut-être même pas au premier stationnement marin responsable du façonnement initial du
  • formes d'abrasion typiques (marmites) et la nature des couches 8a et 8b qui correspondent manifestement à des sédiments de plage ancienne. Lors de la campagne 2008 il a été observé une distinction 8b et 8b' : 8b correspondant à la plage marine en place, avec une matrice limoneuse et
  • -formes surplombant le couloir (cette situation est confirmée par les observations aux alentours du gisement), puis d'une installation humaine. - celle d'un apport totalement anthropique destiné à aménager l'habitat, hypothèse la moins probable compte tenu de la granulométrie des
RAP03364.pdf (PLOUGASTEL-DAOULAS (29). Le Rocher de l'Impératrice. Rapport de FP 2014-2016)
  • knowledge of these groups is however unequaled: if the Late Azilian and the Pleistocene/Holocene transition communities are now well known after some recent works, this is not the case of the Magdalenian and first Azilian societies. The launching of a research program in 2013 in a small
  • autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies, cartes ou schémas, n’est possible que dans le
  • l’objectif lamellaire et, en corollaire, développement d’un armement exclusivement constitué de pointes axiales). Des témoignages inédits dans la région, et particulièrement rares à l’échelle européenne pour cette période, sous la forme d’une cinquantaine de plaquettes de schiste gravées
  • Magdalénien et sembleraient annoncer les productions graphiques de l’Azilien récent. Si la plupart s’illustrent par des formes géométriques, plusieurs éléments figuratifs, dont certains très naturalistes (aurochs, chevaux), ont été mis en évidence. Les différentes études menées sur ces
  • of the Final Magdalenian. However, they seem to announced the particular symbolic productions of the Late Azilian. If most of the tablets exhibits geometric engravings, several figurative drawings, including naturalistic ones (aurochs and horses), have been discovered. Like the lithic
RAP03817 (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat de chasseurs-cueilleurs maritimes de l'Holocène. Rapport de FP 2019)
  • ) les prises de notes et les copies ou autres formes de reproduction sont autorisées dans la mesure où elles sont strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective; 2) toute reproduction du texte, accompagnée ou non de photographies
  • formes de temporalité perceptibles dans le site de Beg-er-Vil, afin de discuter de tous les éléments dont nous disposons pour établir les rythmes des mobilités collectives. Les 12 dates par le radiocarbone retenues s’étagent entre 6250 et 6100 av. n.-è., soit une durée très courte
  • , aujourd’hui masqué par les dunes. L’habitat mésolithique se matérialise par un niveau de terre noire épais de 0,50 à 0,60 m, rempli de coquilles marines et autres vestiges fauniques, de silex taillés et de morceaux de granite brûlés. Il repose au-dessus d’une plage fossile avec une nette
RAP02521.pdf (MOLÈNE (29). beg ar loued : un habitat en pierres sèches campaniformes, âge du bronze ancien. rapport final de fouille programmée 2007-2009)
  • % (de 1 000€ à 1 500€). Cette année un effort particulier a été fait sur le terrain pour reprendre tous les relevés des structures ainsi que ceux de toutes les coupes, ceci a bien évidemment augmenté grandement le travail de DAO. Si on ajoute à cela la mise en forme des photos
  • (Pailler & Sparfel, 2001 ; Pailler et al, 2002 ; Dréano et al., 2007), le site de Beg ar Loued fait l'objet chaque année depuis 2003 de sondages et de fouilles programmées. Repéré lors de prospections en coupe de falaise, le site se présentait alors sous la forme d'un niveau coquillier
RAP03185.pdf ((22)(29)(35)(56). Les premiers peuplements de l'ouest de la France : dépôts pléistocènes et occupations paléolithiques de la région Bretagne. Rapport de PCR)
  • ., GIBBARD P.L., MacPHAIL R.I., OWEN F.J., PARFITT S.A., PREECE R.C., ROBERTS M.B., ROBINSON J.E., WHITTAKER J.E., WILKINSON K.N. (2000) - Late Middle Pleistocene deposits at Norton Farm on the West Sussex coastal plain, southern England. Journal of Quaternary Science, 15 (1), 61-89
  • ) se rattache aussi à cette période. Il a livré une industrie gravettienne (Le Mignot, 2000) découverte au sommet d’un head à matrice loessique reposant sur une plate-forme d’abrasion marine (Monnier, 1982a). Il est alors rattaché au MIS 2, après le dépôt des lœss du Pléniglaciaire
  • compréhension des premiers peuplements armoricains, sous la forme de gisements sous estran ou en falaise, et à la connaissance des paléoenvironnements pléistocènes, accessibles grâce aux coupes en falaises. Son importance scientifique est d’autant plus grande que ce littoral subit
  • /03/2015 : RAVON A.-L. & LAFORGE M., “Presentation of a new regional project: The first human settlements in North-Western France: pleistocene deposits and palaeolithic occupations in the Brittany region”, Jersey Research Meeting, Institute of Archaeology, Londres. 02/04/2015
  • thèse d’A.-L. Ravon concernant le Paléolithique inférieur et moyen ancien de la région fera l’objet d’une publication au BSPF. 6.2 – Communications à venir - RAVON A.-L., LAFORGE M. : “Pleistocene climatic variability on the Armorican peninsula: what is the influence
  • . - BATES M.R., KEEN D.H., LAUTRIDOU J.-P. (2003) - Pleistocene marine and periglacial deposits of the English Channel. Journal of Quaternary Science, 18 (-3-4), 319-337. - BATES M.R., BRIANT R.M., RHODES E.J., SCHWENNINGER J.-L., WHITTAKER J.E. (2010) - A new chronological framework
  • for Middle and Upper Pleistocene landscape evolution in the Sussex/Hampshire Coastal Corridor, UK. Proceedings of the Geologists’ Association, 121, 369-392. - BIGOT B., MONNIER J.-L. (1987) - Stratigraphie et sédimentologie des lœss récents du nord de la Bretagne. Données nouvelles
RAP02769.pdf (ÎLE-DE-MOLÈNE (29). programme archéologique molenais, rapport n°17, beg ar loued : un habitat en pierres s7ches du campaniforme/âge du bronze ancien. rapport de fouille programmée 2011)
  • se présentait alors sous la forme d'un niveau coquillier riche en vestiges organiques ainsi qu'en mobilier lithique et céramique. C'est la présence de faune et l'attribution probable de la couche archéologique à la fin du Néolithique qui ont motivé notre première demande de
RAP03316.pdf (PLOUHINEC (29). Ménez-Dregan 1 : des Prénéandertaliens aux Néandertaliens à l'extrême ouest de l'Europe. Rapport de FP)
  • initiaux. L'ultime cavité était entièrement colmatée par des sédiments du Pléistocène. Le remplissage témoigne d'un bilan sédimentaire assez faible, dominé par les dépôts littoraux anciens et avec de nombreux hiatus (érosions). A la base, une plage fossile correspond probablement au
  • premier stationnement de la mer au niveau de la grotte, il y a environ 1,2 Ma (tableau 1). Ce stade serait responsable du façonnement de la plate-forme marine et de la formation du couloir d’abrasion qui constitue la grotte dont l’entrée, à l’origine, était probablement double. Sur
  • choppers de types variés résulte du façonnage de galets plus gros, sélectionnés pour leur forme aplatie, souvent allongée et leur nature homogène (grès ou microgranite). Quelques éléments rares mais très caractéristiques évoquent l’Acheuléen, dans toutes les couches sauf la couche 9
  • l’instant). Le foyer de la couche 9, datée par ESR à 465 ka, serait parmi les plus anciens connus à ce jour en Europe. Ces foyers ne sont réellement structurés par un arrangement de pierres que dans les couches 5c et 5e/6 ; dans les autres cas ils se présentent sous la forme d’une sole
  • utilisé ce type de combustible, en préférant les grosses branches et parfois les troncs. Des ossements carbonisés peuvent être observés dans les lames minces (Van Vliet Lanoe 1996) et parfois même à la fouille, sous forme de charbons d’os millimétriques, à moins qu’il ne s’agisse de
  • l’occasion de remettre en œuvre ce type d’étude, en profitant des énormes progrès techniques dont a bénéficié cette discipline au cours des dernières années. De plus, des kystes de parasites intestinaux fossiles avaient été mis en évidence dans la couche 7 (Bouchet et al., 2002) et ce
  • zones de concentration de charbons et graviers rougis en zone Centre D et Est A/B (fouille 2014) - La couche 6’ contient un foyer circulaire au sommet du cordon de galets de la plage fossile 6 - La couche 5 est très complexe : trois structures de foyers marquent de façon certaine
  • , avec une organisation de l’espace autour de structures de combustion, des aires réservées à la taille, des aires de rejet le long des parois et des aménagements probables de sols sous forme de litières (couche 5) ; pour la dernière occupation (couche 4b), l’espace sous abri était
  • plus restreint, probablement limité au pied de falaise, avec un aménagement du sol sous forme d’un pavement et peut-être une occupation plus temporaire liée à des activités spécialisées (Ravon et Monnier, 2013). Les foyers de Menez Dregan 1 : état des lieux en 2016 L’existence de
RAP01852.pdf (PLOUHINEC (29). "ménez-drégan". rapport de synthèse de fp 3 (2000-2002))
  • la forme d'une colonne stratigraphique (fig. 11). Sans reprendre le détail et les caractéristiques sédimentologiques de chaque couche, désormais acquis et pour lesquels nous renvoyons à la synthèse établie en 1999 (Monnier et Hallégouët, 1999, p. 4-15), nous proposons ici cette
  • majoritairement convexe, même si le tranchant en forme de pointe est assez bien représenté (environ 20%). Dans l'ensemble toutes ces pièces sont aménagées sur galet et le plan de frappe, sauf une pièce sur plan de clivage, est cortical. Chopper modal Chopper repris Chopper périphérique
  • s l ' a n a l y s e d e s o s s e m e n t s d e M e n e z Dregan 1 : 2001/2002 Eva-Maria GEIGL Institut Jacques Monod, Paris Les fossiles de la couche 9 de Menez Dregan sont caractérisés par une morphologie déformée et comprimée qui empêche toute détermination paléontologique
  • . Pour pallier à cette faiblesse de l'étude du site et de son interprétation, une analyse moléculaire a été entreprise dans le but d'une détermination taxonomique. J'ai pu montrer la persistance de l ' A D N dans les fossiles de Menez Dregan en quantité et qualité suffisantes pour
  • être révélé par la méthode de l'hybridation moléculaire. C'est donc l ' A D N le plus ancien qui a été mis en évidence à partir d'os fossiles. Ainsi, une vingtaine d'ossements a été analysée et l'appartenance d'une partie d'entre eux aux ordres des Artiodactyles ou des
  • diagénétiques doit permettre l'accumulation d'une quantité d ' A D N suffisante pour en déterminer la séquence. Par contre, la sensibilité de la méthode de PCR, la présence d'inhibiteurs de l ' A D N polymérase dans les extraits fossiles, le petit nombre de molécules d ' A D N ancien, et
  • pBRIOOO -•—pBR1000 +fossil D pBR1000 +fossìl E —«—pBR1000+fossil C -*—pBR1000+fossilG —pBRIOOO+fossilJ 1 .OOE+02 log (concentration) 1,00E+03 Figure 2 (a) Inhibition de l'amplification de 10 fg (bleu turquoise), 100fg (bordeau) et 1 pg (marron) de pBR 322 linéaire en présence
  • d'extrait du fossile A. (b) Quantification de l'effet inhibiteur des extraits fossiles sur l'amplification par PCR en temps réel de pBR 322. Calcul de l'efficacité à partir de ia pente des droites de régression: 1+E = 10-1/S (E=efficacité; S=pente). L'efficacité de l'amplification de 10
  • fg, 100 fg et 1 pg de pBR 322 linéarisé (carré rose) est d'après les calculs de 78 % alors qu'elle diminue à 60 % en présence d'extrait du fossile A (croix bleue marine), à 75 % en présence d'extrait du fossile F (triangle vert) et à 66 % en présence d'extrait du fossile H (étoile
  • bleue turquoise). (c) Inhibition de l'amplification de pBR 322 en présence de divers extraits fossiles. Amplification de 1 pg de pBR 322 (bleu marine), en présence de l'extrait du fossile J (500 000 BP, marron), du fossile E (4000 BP, jaune), du fossile C (4000 BP, carré bleu
  • turquoise), du fossile G (4000 BP, triangle marron) et du fossile D (étoile rose). cycle number Figure 3 cycle number Courbes de calibration de l'amplification par PCR quantitative en temps réel de la région hypervariable d'ADN mitochondrial bovin à différentes concentrations d'ADN
  • bovin total; NTC (bleu turquoise), 1 pg (bleu), 10 pg (vert), 100 pg (marron) et 10 ng (bordeau) comparées aux courbes d'amplifications des extraits fossiles ; A (1600 BP, jaune clair), B (2500 BP, bleu marine), E et F (4000BP, rose et bleu clair), H (4800BP, jaune) et J (500 Le
  • figure 2). La comparaison des efficacités d'amplification du matériel fossile par rapport au matériel standard nous permet : (i) d'évaluer l'effet des inhibiteurs de la P C R et (ii) de calculer le nombre de molécules initiales d ' A D N cible dans les extraits, ceci étant
RAP02270.pdf (PLOUHINEC (29). rapport sur la campagne de fouille 2007 du gisement paléolithique inférieur de menez drégan 1. rapport 2007 de fp 3 (2006-2008))
  • gestion des matériaux. Une chaîne opératoire avec plusieurs schémas d'exploitation, correspondant au petit outillage et mettant en œuvre principalement du silex et du quartz, et une chaîne opératoire liée au macro-outillage mis en forme à partir de galets de grès, de gneiss ou de
  • étaient ensuite mis en forme et transformés directement sur le site. Il faut noter aussi la mis en œuvre plus importante du quartz dans les couches 9 et 4, ce qui pourrait être l'indice d'une certaine carence en silex (Molines et al., 2005). L'intérêt du site de Menez-Dregan tient
  • paléogénétique (caractérisation de l'ADN ancien): ainsi l'existence d'un périssodactyle a pu être détectée (Geigl, 1998). Nous avons donc la preuve que l'homme préhistorique de Menez-Dregan consommait de grands herbivores (chasse ou charognage). A noter qu'un kyste de parasite fossile
  • (Toxocara canis) a été trouvé en couche 7, dans le sédiment et, ce qui est exceptionnel, non pas dans un coprolithe. (Bouchet et al., 2003). Tous les gisements de ce groupe sont situés en bordure du littoral actuel, abrités dans les anfractuosités d'anciennes plate-formes marines. Tous
  • 110° inclinées de 20 à 30° vers le nord. Ces cassures ont facilité le débitage de l'orthogneiss et le creusement de grottes profondes dans la falaise de la pointe du Souc'h. La forme des grottes et le dessin de la falaise dépendent beaucoup de ces structures. La formation de la
  • mers où les plongeurs ont reconnu une falaise fossile et des grottes : au niveau de la plateforme de Menez-Dregan, laquelle se suit aisément sur tout le littoral sud du Cap Sizun. Chaque niveau a pu être actif à de nombreuses reprises, comme en témoigne le remplissage de la grotte
  • dégagement des blocs effondrés ont permis de visualiser le platier rocheux et la morphologie de la plate-forme. A l'emplacement de l'entrée originelle de la grotte, par devant le site, un pilier central effondré, a probablement existé. Il s'agit d'un socle proéminent lui-même sectionné en
  • . • Couche 3b: sable compact et induré, de teinte brun à brun vif (7.5 Y R 4.5/6); contact net et tranché avec la couche 4a; le décapage dans le diverticule, à l'est, a mis en évidence une surface sableuse durcie dont la fragmentation forme un réseau polygonal irrégulier (éléments de
  • la même marmite, elle est figée dans une matrice sablo-limono-graveleuse, extrêmement indurée par des argiles de néosynthèse (imogolite et halloysite) et modérément silicifiée. Contrairement à la couche 10, elle présente une forte proportion de galets de silex de forme irrégulière
  • correspond à des galets consolidés dans une matrice sablograveleuse, conservés sous la forme de plusieurs petites "poches" étagées le long de la paroi sud du couloir jusqu'à une altitude de 10 mètres NGF. Ces lambeaux reposent sur une surface d'érosion entaillant la couche 9 et renferment
  • grosse illuviation argilo-siliceuse finale. La couche Z correspond au remplissage d'une marmite d'érosion marine située en carrés M.N/10.11. Cette marmite, de forme sub-cylindrique, mesurant environ 3 m de circonférence et 90 cm de profondeur, est un bel exemple de ce type de forme
  • (percolation). De l'industrie lithique était présente, parmi une forte proportion de petits galets de silex analogues à ceux de la couche 10, sous la forme de 8 pièces émoussées. Deux échantillons ont été analysés: dans la masse du remplissage et au fond de la marmite. Le premier montre une
  • fin et peu évolué. La courbe est assez rectiligne, avec cependant une persistance de la "bi-modalité" observée sur l'échantillon précédent. Interprétation : Les couches 10 et 11 sont, de toute évidence, des plages anciennes fossilisant des formes d'abrasion marine. Elles ne
  • 9 est marqué par une surface d'érosion probablement d'origine marine, ce que confirment la présence de formes d'abrasion typiques (marmites) et la nature des couches 8a et 8b qui correspondent manifestement à des sédiments de plage ancienne. La couche 7 est également caractérisée
  • visualisée; cependant l'observation d'un lit de petits galets à la base pourrait être un argument dans ce sens. - celle d'un effondrement de matériaux en provenance de plages anciennes situées sur les plates-formes surplombant le couloir (cette situation est confirmée par les observations
  • colluvionnement ou d'une pédogenèse. La couche de sable (5e-d) au-dessus de la couche 6 (plage de galets) et sous la couche 5e est un lambeau de dune fossile postérieur à une première occupation humaine sur les galets de la couche 6 et sous la couche 5e. Sa mise en place a incorporé du sable
  • poreux, à partir d'une couverture limono-argileuse aujourd'hui disparue. 25 L'énorme bloc effondré de la voûte à l'est, écrase la couche 7 © J.L Monnier 26 Plage fossile fluée (« X » ?) recouvrant la plage 10 et contenant (ci-dessous) un artefact en silex émoussé © J.L Monnier
RAP03161.pdf (PLOUHINEC (29). Ménez Drégan 1 : des Préandertaliens aux Néandertaliens à l'extrème ouest de l'Europe. Rapport de FP 2015)
  • colmatée par des sédiments du Pléistocène. Le remplissage témoigne d'un bilan sédimentaire assez faible, dominé par les dépôts littoraux anciens et avec de nombreux hiatus (érosions). A la base, une plage fossile correspond probablement au premier stationnement de la mer au niveau de la
  • grotte, il y a environ 1,2 Ma (tableau 1). Ce stade serait responsable du façonnement de la plate-forme marine et de la formation du couloir d’abrasion qui constitue la grotte, et qui, à l’origine, était probablement double. Sur cette plage basale repose la couche archéologique 9, où
  • racloirs. L’outillage lourd, principalement constitué de choppers de types variés résulte du façonnage de galets plus gros, sélectionnés pour leur forme aplatie, souvent allongée et leur nature homogène (grès ou microgranite). Quelques éléments peu nombreux mais très caractéristiques
  • sous la forme d’une sole de sédiments rubéfiés et indurés. Silex brûlés et charbons de bois ne leur sont pas toujours directement associés : ils sont souvent dispersés dans des zones plus ou moins circonscrites. Ces feux semblent donc avoir fonctionné de manière assez ponctuelle
  • ), indiquant que les hommes ont aussi utilisé ce type de combustible, en préférant les grosses branches et parfois les troncs. Des ossements carbonisés peuvent être observés dans les lames minces et parfois même à la fouille, sous forme de charbons d’os millimétriques, particulièrement
  • parasites fossiles ont été mis en évidence (Bouchet et al., 2002) et ce type d'étude doit être poursuivi surtout dans les niveaux très riches en matière organique (couches 5, 7, 9). Figure 2 - Carte des sites européens antérieurs à 400 000 ans (DAO L. Quesnel, repris C. Gaillard) 9 La
  • de la plage fossile 6 - La couche 5 est très complexe : trois structures de foyers marquent de façon certaine trois niveaux d’occupation distincts à trois étages différents: à la base de la couche 5e/6, en couche 5d, en couche 5c - La couche 4b est marquée par un pavement
  • réservées à la taille, des aménagements probables de sols sous forme de litières (couche 5) ; pour la dernière occupation (couche 4b), nous pouvons imaginer un espace plus restreint, sans doute un abri en pied de falaise, avec un aménagement du sol sous forme d’un pavement et peut-être
RAP03345.pdf (QUIBERON (56). Beg-er-Vil : Un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de FP)
  • archéologique est de teinte brune, constitué de limons organiques et de sables, d’une épaisseur comprise entre 30 et 40 cm, directement posé sur le rocher ou la plage fossile démembrée. La fouille a concerné une zone d’un seul tenant de 16 m² à l’ouest, jointive à celle de 2015 et à l’est
  • par des pierres plantées de chant. Son diamètre est de 3.40 mètres suivant un axe EstOuest et de 3.50 mètres suivant un axe Nord-Sud, soit à peu de chose près une forme 5 Campagne 2016 circulaire. Nous proposons de la dénommer ici « hutte », ce qui ne préjuge pas de sa fonction
  • d’armatures. Depuis le XIXe siècle, ces objets ont été discutés par les archéologues, d’une part comme fossile-directeur du Téviecien, mais aussi par leur fonctionnalité (De Baye, 1872). En effet, à partir des découvertes dans contextes humides de l’Europe du Nord, les bitroncatures
  • mésolithique se matérialise par un niveau de terre noire épais de 0,50 à 0,60 m, rempli de coquilles marines et autres vestiges fauniques, de silex taillés et de morceaux de granite brûlés. Il repose au-dessus d’une plage fossile avec une nette troncature sédimentaire, à environ trois
  • Service Départemental d’archéologie du Morbihan / SDAM) et du Ministère de la Culture (via le Service Régional de l’Archéologie de Bretagne). La Mairie de Quiberon a fourni une aide sous forme logistique particulièrement appréciable et même déterminante pour la bonne marche de cette
  • parking. Il s’agit d’un niveau de teinte brune, constitué de limons organiques et de sables, d’une épaisseur comprise entre 30 et 40 cm, directement posé sur le rocher ou la plage fossile démembrée. Ce sont donc à peu près 320 mètres cube qui ont été déplacés pour accéder au niveau
RAP02894.pdf (PLOUHINEC (29). Ménez Drégan I : des prénéandertaliens aux néandertaliens, les premières occupations paléolithiques. rapport intermédiaire de fp 2013)
  • sédimentaire assez faible, dominé par les dépôts littoraux anciens et avec de nombreux hiatus (érosions). A la base, une plage fossile correspond probablement au premier stationnement de la mer au niveau de la grotte, il y a environ 1,2 million d'années. Ce stade serait responsable du
  • façonnement de la plate-forme marine et de la formation du couloir d’abrasion qui constitue la grotte, et qui, à l’origine, était probablement double. Sur cette plage basale repose la couche archéologique 9, où est enregistrée la première occupation humaine du site, et les premières traces
  • de foyers, vers 465 ka (450 000 ans, selon les datations par RPE / ESR). La séquence se poursuit par une alternance entre plages fossiles de galets déposées par la mer (couches 8 et 6) et sédiments beaucoup plus fins accumulés surtout par le ruissellement, parfois par le vent
  • variés résulte du façonnage de galets plus gros, sélectionnés pour leur forme aplatie, souvent allongée et leur nature homogène (grès ou microgranite). Quelques éléments peu nombreux mais très caractéristiques évoquent l’Acheuléen, en particulier des hachereaux sur éclat et des pièces
  • connus à ce jour en Europe. Ces foyers ne sont réellement structurés par un arrangement de pierres que dans les couches 5c et 5e/6 ; dans les autres cas ils se présentent sous la forme d’une sole de sédiments rubéfiés et indurés. Silex brûlés et charbons de bois ne leur sont pas
  • été remplacé à certaines périodes par des ossements : on les observe dans les lames minces sous forme de charbons d’os millimétriques, particulièrement abondants dans les couches 6 à 8. Menez-Dregan 1 est un site riche en informations sur les populations humaines qui occupaient
  • , des kystes de parasites fossiles ont été mis en évidence (Bouchet et al., 2002) et ce type d'étude doit être poursuivi surtout dans les niveaux très riches en matière organique (couches 5, 7, 9). 5 Figure 2 : Carte des sites européens antérieurs à 400 000 ans (DAO L. Quesnel
  • principalement du silex et du quartz, et une chaîne opératoire liée au macro-outillage mis en forme à partir de galets de grès, de gneiss ou de microgranite. Au stade actuel de la fouille, ce sont les niveaux d’occupation supérieurs (couches 4, 5 et 6’) qui ont livré le plus de vestiges
  • ; Dréano, 2010, 2011) étaient ensuite mis en forme et transformés directement sur le site. Il faut noter aussi la mise en œuvre plus importante du quartz dans les couches 9 et 4, ce qui pourrait être l’indice d’une certaine carence en silex (Molines et al., 2005). L'intérêt du site de
  • consommait de grands herbivores (chasse ou charognage). A noter qu’un kyste de parasite fossile (Toxocara canis) a été trouvé en couche 7. Cette découverte est 17 importante au point de vue méthodologique car elle a été faite dans le sédiment et non pas dans un coprolithe, ce qui est
  • nord (fig. 11). Ces cassures ont facilité le débitage de l'orthogneiss et le creusement de grottes profondes dans la falaise de la pointe du Souc'h comme par exemple Menez-Dregan I. La forme des grottes et le dessin de la falaise dépendent beaucoup de ces structures. La côte
  • falaise fossile et des grottes : au niveau de la plateforme de Menez-Dregan, laquelle se suit aisément sur tout le littoral sud du Cap Sizun. Chaque niveau a pu être actif à de nombreuses reprises, comme en témoigne le remplissage de la grotte de Menez-Dregan 1. Le dépôt littoral
  • la plate-forme. A l’emplacement de l’entrée originelle de la grotte, par devant le site, un pilier central effondré, a probablement existé. Il s'agit d'un socle proéminent lui-même sectionné en trois parties par des rigoles d'érosion selon une direction sensiblement nord-sud. Ce
  • forme un réseau polygonal irrégulier (éléments de dimensions très diverses, souvent se chevauchant partiellement. Le classement est élevé, un peu plus faible qu'en 3a. La courbe est semblable à celles de 3a, sauf dans le domaine granulométrique des graviers. • Couche 4a : couche
RAP03187.pdf (QUIBERON (56). Beg er Vil : un habitat du Mésolithique sur le littoral du Morbihan. Rapport de FP 2015)
  • d’habitation légère. Elle semble s’engager sous la berme est de la fouille (et donc sous un parking) ; dans l’hypothèse d’une forme circulaire, on aurait un diamètre d’environ 5 m. Cette année, trois études de laboratoire viennent compléter les informations dont nous disposons : une analyse
  • classe science du collège de Beg-er-Vil, un reportage pour « Littoral » (France 3), une application mobile (cinq visites sur l’application Guidigo), ou encore un cours en ligne sous forme d’une série de films (Université de Toulouse) sont venus jalonner cette opération de terrain
  • matérialisait par un niveau de terre noire remplis de coquilles marines, de silex taillés et de morceaux de granite brûlés, au-dessus d’une plage fossile, à environ trois mètres au-dessus des plus hautes mers. Il est coiffé d’un niveau dunaire épais de 30 cm environ. Le site mésolithique et
  • la plage fossile forment une avancée sur le flanc est de la crique et il s’étend jusqu’à un actuel parking (figure 1.2). Deux buses en béton l’encadrent au sud et au nord. Le substrat géologique de la presqu’ile de Quiberon fait partie selon le BRGM des unités granitiques
  • mésolithiques l’occupèrent. Le site est installé pour sa partie occidentale sur une plage fossile datant d’un 12 Beg-er-Vil (Quiberon, Morbihan) stade interglaciaire antérieur à l’actuel, dont l’âge doit être précisé, et pour sa partie orientale sur le rocher. La toponymie désigne ce
  • découverte en coupe de falaise par Gildas Bernier en 1970, au-dessus de la plage fossile. Il semble qu’il ait réalisé un petit sondage dans la partie nord de la coupe, au fond de la crique, dont nous avons retrouvé la trace en 2012, mais il n’y a guère de documentation. Le site a été
  • de forme grossièrement rectangulaire mesurait 1,50 m sur 1,0 m, avec plusieurs alvéoles ou recoupements. Elle contenait un mobilier archéologique très particulier : des esquilles osseuses brûlées, un grand galet en schiste, des couteaux à dos, trois armatures, un poignard décoré
  • l’outillage mésolithique armoricain (rares grattoirs, denticulés, coches), - la prépondérance des trapèzes symétriques, - l’importance des couteaux à bord abattu, qui s’adjoignent aux troncatures, pour des fonctions de découpe, - la faible mise en forme des convexités, mais l’entretien
  • septembre 2011, c’est toute la plage fossile à la base de la coupe qui était largement attaquée, mettant évidemment en péril les niveaux supérieurs. Figure 1.7. Visite du site de Beg-er-Vil (Quiberon, Morbihan) en mars 2011, par C. Dupont, G. Marchand et G. Querré. Cet amas coquillier
RAP03047.pdf (QUIBERON (56). beg er vil : un habitat du mésolithique sur le littoral du Morbihan. rapport intermédiaire de fp 2013-2015)
  • dalle renversée sur un de ses bords ; son fond est extrêmement rubéfié de même que la partie inférieure de la dalle. Une bonne part du niveau coquillier a été fouillée jusqu’au substrat (rocher, plage démembrée, niveau argileux). Le site s’étend à l’est sous la forme d’un niveau
  • coordonnées Lambert II précises sont : X = 189 822 ; Y = 2 288 998. L’habitat mésolithique se matérialisait par un niveau de terre noire remplis de coquilles marines, de silex taillés et de morceaux de granite brûlés, au-dessus d’une plage fossile, à environ trois mètres au-dessus des plus
  • hautes mers. Il est coiffé d’un niveau dunaire épais de 30 cm environ. Le site mésolithique et la plage fossile forment une avancée sur le flanc est de la crique et il s’étend jusqu’à un actuel parking (figure 1.2). Deux buses en béton l’encadrent au sud et au nord. Le substrat
  • impossible de percevoir sans sondages supplémentaires 12 Beg-er-Vil (Quiberon, Morbihan) la configuration des lieux lorsque les humains mésolithiques l’occupèrent. Le site est installé pour sa partie occidentale sur une plage fossile datant d’un stade interglaciaire antérieur à
  • , aujourd’hui comme au 7ème millénaire avant notre ère. Excavations L’occupation mésolithique de Beg-er-Vil a été découverte en coupe de falaise par Gildas Bernier en 1970, au-dessus de la plage fossile. Il semble qu’il ait réalisé un petit sondage dans la partie nord de la coupe, au fond de
  • pierres brûlées. La fosse 1, longue de 0,65 m et large de 0,50 m, contenait notamment un bois de cerf. La fosse 2 de forme grossièrement rectangulaire mesurait 1,50 m sur 1,0 m, avec plusieurs alvéoles ou recoupements. Elle contenait un mobilier archéologique très particulier : des
  • troncatures, pour des fonctions de découpe, - la faible mise en forme des convexités, mais l’entretien fréquent des plans de frappe par tablettes totales. Une exploitation très diversifiée de l’environnement (Catherine Dupont) La plupart des données connues à Beg-er-Vil sur les animaux
  • milieu du niveau mésolithique (il correspond probablement à des pierres de notre US 5.3). En septembre 2011, c’est toute la plage fossile à la base de la coupe qui était largement attaquée, mettant évidemment en péril les niveaux supérieurs. Figure 1.7. Visite du site de Beg-er-Vil
RAP03055.pdf (PLOUHINEC (29). Ménez Drégan 1 : des prénéandertaliens aux néandertaliens à l'extrême ouest de l'Europe. rapport final de fp 2012-2014)
  • remplissage témoigne d'un bilan sédimentaire assez faible, dominé par les dépôts littoraux anciens et avec de nombreux hiatus (érosions). A la base, une plage fossile correspond probablement au premier stationnement de la mer au niveau de la grotte, il y a environ 1,2 Ma (tableau 1). Ce
  • stade serait responsable du façonnement de la plate-forme marine et de la formation du couloir d’abrasion qui constitue la grotte, et qui, à l’origine, était probablement double. Sur cette plage basale repose la couche archéologique 9, où est enregistrée la première occupation
  • humaine du site, et les premières traces de foyers, vers 465 ka (selon les datations par RPE / ESR). La séquence se poursuit par une alternance entre plages fossiles de galets déposées par la mer (couches 8 et 6) et sédiments beaucoup plus fins accumulés surtout par le ruissellement
  • avec quelques racloirs. L’outillage lourd, principalement constitué de choppers de types variés résulte du façonnage de galets plus gros, sélectionnés pour leur forme aplatie, souvent allongée et leur nature homogène (grès ou microgranite). Quelques éléments peu nombreux mais très 4
  • se présentent sous la forme d’une sole de sédiments rubéfiés et indurés. Silex brûlés et charbons de bois ne leur sont pas toujours directement associés : ils sont souvent dispersés dans des zones plus ou moins circonscrites. Ces feux semblent donc avoir fonctionné de manière
  • que les hommes ont aussi utilisé ce type de combustible, en préférant les grosses branches et parfois les troncs. Des ossements carbonisés peuvent être observés dans les lames minces et parfois même à la fouille, sous forme de charbons d’os millimétriques, particulièrement
  • végétal. Les travaux menés sur les rares vestiges osseux constituent aussi une avancée dans le domaine de la paléogénétique. De plus, des kystes de parasites fossiles ont été mis en évidence (Bouchet et al., 2002) et ce type d'étude doit être poursuivi surtout dans les niveaux très
  • petit outillage et mettant en œuvre principalement du silex et du quartz, et une chaîne opératoire liée au macro-outillage mis en forme à partir de galets de grès, de gneiss ou de microgranite. Les principales caractéristiques de l’outillage sont la gestion locale des matériaux, la
  • d’occupation et la chaîne opératoire considérée et comme l’ont montré de nombreux remontages, les matériaux collectés dans l’environnement proche (Tsobgou Ahoupe et Monnier, 2012 ; Dréano, 2010, 2011) étaient ensuite mis en forme et transformés directement sur le site. Il faut noter aussi
  • (caractérisation de l'ADN ancien): ainsi l'existence d'un périssodactyle a pu être détectée (Geigl, 1998). Nous avons donc la preuve que l'homme préhistorique de Menez-Dregan consommait de grands herbivores (chasse ou charognage). A noter qu’un kyste de parasite fossile (Toxocara canis) a été
  • , on observe aussi de grandes diaclases N 110° inclinées de 20 à 30° vers le nord (fig. 10). Ces cassures ont facilité le débitage de l'orthogneiss et le creusement de grottes profondes dans la falaise de la pointe du Souc'h comme par exemple Menez-Dregan I. La forme des grottes et le
  • niveaux superposés : au niveau actuel où l’érosion est active dans la zone de balancement des marées ; sous le niveau des plus basses mers où les plongeurs ont reconnu une falaise fossile et des grottes : au niveau de la plateforme de Menez-Dregan, laquelle se suit aisément sur tout le
  • visualiser le platier rocheux et la morphologie de la plate-forme. A l’emplacement de l’entrée originelle de la grotte, par devant le site, un pilier central effondré, a probablement existé. Il s'agit d'un socle proéminent lui-même sectionné en trois parties par des rigoles d'érosion