Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
Commune
Département
Date (Année)

3929 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00764.pdf (PONT-MELVEZ (22). tinevez mouric. rapport de fouille préventive)
  • PONT-MELVEZ
  • PONT-MELVEZ (22). tinevez mouric. rapport de fouille préventive
  • Y. LECERF +++ DECOUVERTE D'UN SOUTERRAIN DE L'AGE DU FER A TI NEVEZ-MOURIC en PONT-MELVEZ (COTES-DU-NORD) +++ DECOUVERTE V'UN SOUTERRAIN VE L'AGE VU FER à TI MEl/EZ M0UR1C en PONT MELl/EZ [CÔtU-du-NoAd] * * AIOAÒ que nom nom appAétiom à entAepAendAe la fouille de la
  • constater la découverte. SITUATION : La {¡erme de. TI WEl/EZ MOURIC, ¿¿tuée, en limite BOURBRIAC, ¿e trouve 4 Km à l'ut parcelZu ouut de la commune de du bourg de PONT MELl/EZ. C'ut dam l'une d de cette commune que noué ut indiquée, la galerie., Le champ cadastré ¿oui le n° 13 de
  • c'est encore un bable arenlsé parfialtement qui condamne le pult d'accèb. Ce matériau ebt trèb probablement le produit du creusement des galerleb. Var ailleurs, supposer un travail la faibli profondeur et la forme du paite, d'accès laisse Inachevé. Sa descente verticale
  • la. section ZK ¿'incline ¿un le {¡lanc d'un plateau orienté au ¿ud dont la cajvte géologique ¿ignale un ¿oui-Aol de. gneÀJsi* à biotite nite. A une attitude moyenne de 234 métru, et ¿itlima- ¿1 plonge veu un vallon où coule le nuÎAieau du LEGUER. Le ¿outerrain ¿'ouvre dam le
  • ¿ud ut de la parcelle. Il ut cremé dani, un ¿ubitiatum ttèó arevuJ>é. Su coordonnéu LambeAt, Zone I Aont X = 99,130 et V = 187,00. Cette teAAe, propriété de Momieur JOUANET Emite de bouAg de la Chapelle Neuve Ut actuellement exploité paA Momieur THEPAULT GeoAgu de GueAduel
  • d'effondrement du voutu de galentu VOLISI pas toujours adaptée à soutenrainu. le partage d'une ensileuse à mais qu'a mis au jour Le trou appanu {¡ut vite ag/umdi pan. lu agntculteun, étonnée d'une, découverte. Lu journaux locaux se faisaient l'écho de. Vévénement pariaient d'une cache
  • d'anmu remontant à la dernière gaerre ce qui motiva la venue des gendarmu. LA FOUILLE : Notre visite coupait court à toutu lu suppositions, nous étions bien en présence d'un souterrain de l'Age du Feji. Lu canacténistiquu typiquu de la découverte, ne laissaient aucun doute, ¿un
  • . son origine. Nombreux dans lu trois quant ouut de la Bretagne, iti ¿ont généralep. ment aménagée sur du plateaux dans du secteurs ou le sous-sol permet le creusement de ce type de "cave". Notre premier soucia consiste à vider le puits d'accès du soutenrain aJLors que le travail
  • , dans la galerie a pour but de reconnaître le plan de l'ensemble du ckambru et passagu d'accès. Trop encombrés par l'arène d'éffnitement et les déblais d'effondrement, nous abandonnons l'idée d'évacuer ce remplissage volumineux. Nous avons décidé une série de sondages, assez largu
  • toutefois pour obtenir lu vérifications souhaitées. Malgré tout ce travail, de déblaiement, aucun indice archéologique n ' ut mij> au jour. dégagée d'une pantie de son remplissage, la galerie présente le plan suivant : la pénétration dans le souterrain s'effectue sub-circulaire d'un
  • diamètre moyen de 0,75 m, il par un puits d'accès (7) plonge verticalement dans l'arène jusqu'à 1,80 m de profiondeur pour descendre enbuite en une pente irrégulière au travers d
  • de fiorne ovalalre mesure au bol 3,10 m de longueur pour 1,80 m de largeur. Sa voûte peu efifirltêe laibbe une hauteur llbfte moyenne de 1,40 m. L'accèb à la balle bulvante se fiait par une étroiXe chatière B, creusée danb la paroi no Ad de la chambre. Cet étroit pabbage manqué
  • par une marche de 20 cm de haut ofifire une ouverture déduite à 0,60 m de hauteur et 0,50 m de largeur. Il débouche bur la chambre 3 où b'ebt produit V efifiondoiem La bâtie 3 n'ayant pab été dégagée de tout bon rempllbbage présente une burfiace plub Importante. Sa longueur, de
  • 3,90 m alnbi que ba laAgeuA à peu prèb conbtante 1,80 m n'ont pab fiavorlbé la bolldlté d'une voûte conbtituée d'un matériau tAéb arénlsé. Il ebt dlfifiiclte d'évaluer ba hauteur, la beule mesure pobblble que l'on puisse efifiectueA be fiait au débouché de la chatière B où avant
  • l'efifiondrement on peut coter à 1,35 m une amorce de voûte qui parait ne pab avoir trop boufifiert de Véfifirltement. Vanb l'angle Nord-Ebt de cette beconde balte, une chatière en partie maAquée par un éboutement ancien apparaît. L'état de conbervation de cette partie de la galerie, la mabbe
  • dont la longueur totale atteint 8,60 m, noub a permis d'obberver deb traceb anciennes deplc- bur la paroi bud de la batte n° 3 aux abordb de la chatière B. Noub avons par ailleurs été burprls de l'abbence d'un bol d'occupation danb la btratlgraphle du rempllbbage du chambrer. En
  • efifiet, aucun niveau de terre brune habltuettement prébent bur le bol du baltes, ne vient afifilrmer l'utilisation de l'aménagement. L'abbence totale de mobltleA archéologique, ou d'Indice comme peut être le charbon de bols, tant bur le bol ou danb l'arène d'éfifirltement que danb
  • le rempllbbage du puits d'accèb nous amène à conclure à la non utilisation par ailleurs du bouterraln. Cette pobblblllté bemble être confilAmée par la nature du bourrage du puits d'accèb. Habituel- lement, pour le rebouchage deb "caveb" de cette période, leb hommeb avalent pour
  • habltudeb d'y jetter toub leb déblais disponibles, certains étant rlcheb de déchets dlveAb : tebbonb de céramiques, pebonb de terre culte et autres objets ubuetb bribéb. Nob InteAventionb exhument de ce rempllbbage de terre brune toub ceb Indlceb archéologiques. Hors ici, btérlte
  • suivit soui la chatière A ne peAmet pas un accès des plus alié, d'une pente engouffrée surtout si Vutilisateur doit être changé d'un fardeau. Pan analogie aux découvertes précédantes, ou le.i puits descendent verticalement jusqu'au niveau deJ> sols des chambrer, ainsi le
RAP00956.pdf (VANNES (56). boulevard de la Paix. rapport de fouille préventive)
  • VANNES (56). boulevard de la Paix. rapport de fouille préventive
  • PAIX B lECOUYE RK Fe». 1981 Plan B VANNES . Boulevard de la Paix. Emprise de la chaussée sur le parcellaire. 'M ( extrait du plan des Ponts et chaussées) SA J'1 Ech : 1/200 J7ï ai 7J3 ri i£0 i7.20 H c ttï- ■ | W ! «4» I 711 secteur fouillé en 1981 ^06
  • -,-,■■,-,■^■,■■,4 -1 ^■r T ^^^*f^~^jr■*'^^^•**^^^«»^''^^* g m fibt/en §87 ^^V^ir^»'^* \\\ 'IigggajP ^L l W^Mi^M. tr 1/7 T / /•/• / / / ' ' / / / / / - / / / / ,'" / / VANNES BOU L E VAR D DE V ESTIGES LA PAIX ROMAINS D ECO U V E RTS EN 19 85 A "Tri i te- A lai
  • l/AWWES - (MORBIHAN) - Boulevard de la Voix. Sauvetage. anckéologique EévuieJi 1981 Vépantement MORBIHAN Commune ... VANNES Lieu-dût Boulevaftd de la Paix PaAcelle Cada&tKe. 7 977, 6e.cU.on AO n° 232 Vn.opfvLétaÂA.e. M. BURGUIN, demeurant à VANHES AutoHlsatlon de
  • sauvetage. n° 56 3 99 260 004 Responsable : PatnJLok AHVRE. Touilles e^ectuées en ^évhÀ.e.K. 1981, pan. : Patrick ANVRE Alain TRISTE Monique. THUREAU Table.nne BAUCHE J. Mlcke.1 COSTE Rapport transmis à M. le Vlh.ecX.euJi des Antiquités historiques de Bretagne 1981 Le Boulevard de
  • . la Paix est une des pÂtnéLpaÂeA ajvten.es de. VANNES. Ouvente en 1961, cette déviation de la R.N. 7 65 permettait d*éviter, le centre-ville. ; c'était, avant la récente, création de la vole.-express le principal axe de. transit à travers V agglomération. Ce boulevard traverse le
  • quartier de. Boismoreaa qui fut, du le.r au llléme. siècle, le coeur de la ville antique, de Varloritum [v. plan). Malheureusement aucune intervention archéologique ne put être réalisée Ions des travaux, Il y a vingt ans. Seules, quelques observations, furent effectuées, consignées par
  • écrit, et parfois publiées [1). Il convient donc, dans cette zone sensible, de prêter attention à. toute. ouveAture. de. chantier, les travaux risquant de mettre au jour des vestiges antiques. Ainsi, en j'anvleA 1981, l'annonce de la construction d'une, maison Individuelle sur la
  • parceIZe AO 232 s us cita-1-elle quelque intérêt : Informé, le propriétaire accepta le principe d'une. Intervention archéologique.. x x x I - La fouille de. février 1981 a) - La fouille de sauvetage a eu lie.u en février 1981 sur cette, parcelle. AO 232, d'une superficie de deux cents
  • mètres carrés [plan A). Sur le plan B, dessiné lors des travaux préparatoires a la réalisation du boulevard, cette parcelle, est numérotée 682 : C'était alors Ve.xtrêmité du jardin dépendant de la maison 3-5, rue de l'Etang. Au début de la fouille, la parcelle est à l'état de friche
  • , non bâtie. Le. niveau de. cette parcelle., à 17,50 ni. d'altitude, domine, de 1,65 m. celui de la chaussée du boulevard. En effet, la réalisation de. cette voie, a nécessité le. décapage de la. texre. végétale et, sur près de soixante, centimètres, de l'arène, granitique, qui
  • constitue le substrat rocheux de. cette colline. - On choisit po.ur point 0 le nlve.au du trottoir qui borde, cette parcelle. Ce point 0 est à l'altitude + 15,80 m. b) - Vans le quart Sud-Est de. la parcelle, la fouille met en évidence l'angle, d'un bâtiment romain [plan A) : - lin mur
  • Nord sud, large de 0,90 m., subsiste sur 4,80 m. Il a été sectionné en 1961, lors de l'ouverture, du boulevard. A 3,85 m. du contrefort d'angle., Il est renforcé par un deuxième contrefort carré de 0,90 m. de côté. Il est fait de deux parements de moellons granitiques, limitant un
  • blocage Interne, Hé par un mortier blanc. Il subsiste, sur cinquante ce.ntimètnes de. haut : sa base, repose, sur le sol granitique à + 0,60 m. au dessus du point 0 [bordure, du trottoir). L'assise supérieure, est à 1,10 m. de ce point. (î) Procès-verbaux des séances du 8 mars 1962
  • et 14 février 1 963 de la Société Polymathlque du Morbihan. • • •/• • • - Un mur Ouest-Est est visible seul quatre mètres. Au-delà, vers l'Est, Il disparaît sous la terre végétale de la parcelle voisine. A 3,85 m. du contrefort d'angle, Il est également renforcé par un
  • contrefort de 0,90 m. dont la bordure Ouest apparaît, à l'aplomb de la limite de parcelle. Ce mur possède quatre, assises de moellons Il - Un bâtiment observé en 1961 a) - Cette découverte est Voccasion de rappeler une. observation faite en 1961, lors des terrassements, par Jo'êl LE
  • CORNEC, Professeur à VANNES et correspondant des Antiquités Préhistoriques. Il avait consigné, dans un rapport écrit, resté Inédit, le détail des observations faites sur ce chantier. On y Ht : "...Plus au Sud-Est, un mur en apparetl régulier Hé au mortier calcaire traversait le
  • boulevard (...) Il ne reste de ce. mur que. deux fragments de part et d'autre du boulevard. Vans le. mortier du fragment Nord de. ce mur, on a trouvé un arc de. fibule en bronze [ 1 ). Ve toute, évidence, nous sommes là en présence d'un établissement de. grande superficie puisque deux
  • autres fragments de. mur apparaissent encore, sur le. coté Nord de ce tronçon en dessous du premier (...)". Mis au courant de. nos découvertes de 1981, Joël. LECORNEC a confirmé qu'il s'agissait bien de ce même, monument qu'il avait vu partiellement détruire il y a vingt ans. fa
  • ) - Sur le plan B, on a figuré en traits pletns les vestiges mis au jour en 1981, et en traits pointillés leurs prolongements observés en 1961. Quelles chances subsistent aujourd'hui de trouver ailleurs des portions de. murs encore enfouies? Elles paraissent, à l'observation, assez
  • minces : - le boulevard qui a entaillé le substrat rocheux sur soixante centimètres en a fait disparaître tout souvenir. - les parcelles 681-684 [n° 122 au nouveau cadastre) ont été nivelées et se trouvent aujourd'hui de plaln-pled avec cette vole.. Même constatation pour les
RAP00530.pdf (VANNES (56). ruelle du Recteur. rapport de sauvetage urgent)
  • VANNES (56). ruelle du Recteur. rapport de sauvetage urgent
  • . ROGERS G. 1981 : Marbled sigillata from research in Britain and North-West Europe. Fréjus (VAR) B.A.R. : In Roman pottery International Séries 123 (i), Oxford, p.257-264. SIREAUDEAU J. archéologique 1989 ; : Amphores romaines des sites angevins et leur contexte
  • Ministère de la Culture et de la Communication Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne Conservation Régionale de l'Archéologie Rapport de Fouilles Ruelle du Recteur n° site : 56 260 046 AH - Vannes Michel BAILLIEU Novembre 1992 SOMMAIRE I - Circonstance
  • de la fouille p. 1 II - La Fouille 3 Diagramme Général de la zone 1 4 Diagramme stratigraphique de la voierie F5 5 Diagramme Stratigraphique de F 1 et F 2 6 III - Première Phase d'Occupation 7 IV - La Voierie F 5 7 V - L'Aire Artisanale F 1 et F 2 10 VI
  • - Un Espace Construit 18 VII - Les Fosses et Puits de la zone II 21 VIII - Deuxième Phase d'Occupation 23 IX - Troisième Phase d'Occupation 29 X - Conclusion 31 TABLE des PLANCHES \ Plan de situation fig. 1 Plan d'ensemble 2 Plan d'ensemble 3 Plan
  • d'ensemble 4 Niveaux de Voierie F 5 Première phase d'occupation - structures légères ... 5 '6 Première phase d'occupation - bâtiment F 3 7 Première phase d'occupation - F 1 et F 2 8 Première phase d'occupation - structures légères 9 Seconde phase d'occupation - F 1 et F 2 10
  • - verrerie 26 Objets - fosse 1153 - verrerie 27 Objets - fosse 1153 28 Objets - verrerie 29 Objets 30 I Circonstance de la fouille a) Montage de l'opération : La construction sensible d'un au plan ensemble immobilier, archéologique est à dans l'origine un secteur
  • extrêmement de la présente opération "La Ruelle du Recteur". Suite au parcelles a été dépôt 317 d'un et menée permis 318, au de section construire par la société DUCATEL sur les B. 0. de Vannes, une étude de diagnostique préalable, sous la direction de Mlle C. BIZIEN
  • , archéologue contractuelle. L' étude préliminaire d'août 1991, après celles concernées, du la mois de janvier 1991 a été complétée destruction des bâtiments récents occupant afin d'estimer avec précision l'étendue au mois les par- et la nature des vestiges
  • archéologiques. Cette étude principaux parcelle zone a permis résultats numéro conclusions part, (P. ANDRE, gallo-romaine de de confirmer les informations et les obtenus lors de l'opération de la rue Sainte Catherine, 99 artisanale d'une rapport de fouille 1986-1987), où
  • a été mise en une vaste évidence. D'autre part, les cette étude mettaient l'accent sur l'importance de la problé- matique scientifique fouille exhaustive d'un vouée tel à site et compléter de surcroît sur la nécéssité d'une les données archéologiques du site "Sainte
  • Catherine" et d'en déterminer précisément la nature et la chronologie. Devant dans le 1992. au l'imminence cadre d'un L'étude 31 mars des sauvetage urgent du 1er décembre 1991 au 12 janvier des données de terrain a fait suite à la fouille du 13 janvier 1992. Le DUCATEL
  • , s'élève de contractuels cinq projets de constructions, la fouille s'est déroulée à budget 202 global de l'opération, financé par la société 000 francs. A.F.A.N. (1 L'équipe responsable de fouille était constituée d'opération, 1 ouvrier de fouille qualifié, 3 ouvriers
  • de fouille). Nous tenons Régionale pour et de leur Gaétan à Bretagne efficace Le MENEZ, Jean ainsi Pierre que collaboration Cloirec particulièrement Yves remercier pour Michel Conservateur, les expérience et de leurs travaux. Stéphane I. T. A. à la
  • Conservation JEAN, objecteur de conscience, au cours de la fouille, Fabrice Le Meneah dessins du mobilier archéologique, et plus VAGINAY, qui BARDEL, Conservateur nous ont fait Régional de Bretagne, et bénéficier du fruit de leur -2- b) Contexte archéologique : Situé et
  • de en coeur de la ville du haut empire à proximité du forum la basilique, les sites de Sainte Catherine et de la Ruelle du Recteur forment une colline du cette Vlein vaste zone Boismoreau. artisanale La présence établie du port sur le antique flanc sud
  • -ouest de la implanté au pied de colline, ainsi que d'un entrepôt situé "rue du four" complètent l'image de ce quartier à vocation artisanale et économique (cf. plan Vannes antique). II La fouille Les lors zones de de fouilles ont été déterminées d'après les observations
  • faites l'étude d'impact , vestiges archéologiques. explorée à inclus a partir (cf. fait fig. l'objet d'abandon de en La tenant compte du degré zone 1 occupe les deux de conservation des tiers de la surface la rue actuelle "Ruelle du Recteur" jusqu'au mur 1196
  • 2), c'est à dire d'une fouille gallo-romains mis toute la partie sud du site. Cette zone manuelle (sondages), à partir des niveaux au jour lors du premier décapage (Etude de diag- nostique - juillet 1991). L'implantation plus du densément site) de plusieurs occupés
  • ainsi qu'une sondages à permis de déterminer des secteurs tels que les aire travail de niveaux de voieries (extrémité nord située à l'est, le long du mur de l'U.C.K. (partie commune au site de Sainte-Catherine). Un second sud-ouest décapage du site a été jusqu'au
  • effectué, niveau en fin d'opération, dans la partie de l'arène granitique afin de connaître la densité des structures excavées et de les étudier de manière exhaustive. La zone niveau du portance de 2 située dans la partie nord (cf. fig. 2) a été décapée jusqu'au substrat des
RAP02605.pdf ((56). la villa de Mané-Véchen.rapport d'étude des peintures murales. lots dits "mineurs". salles w,v,n,p,q,r,aq,ar,as,av,bc et cour u)
  • (56). la villa de Mané-Véchen.rapport d'étude des peintures murales. lots dits "mineurs". salles w,v,n,p,q,r,aq,ar,as,av,bc et cour u
  • coquillages sont incrustés soit pour rehausser des bandes colorées définissant un motif géométrique, soit en remplissage de champs colorés. Les décors de Carnac, de Pont-Croix, de Fréhel ou encore de Saint-Cast-le-Guildo en sont les exemples les plus complets. Tous semblent avoir été
  • PLOUHINEC (MORBIHAN) LA VILLA DE MANE-VECHEN Rapport d’étude des peintures murales romaines Etude des lots dits « mineurs » Salles W, V, N, P, Q, R, AQ, AR, AS, AV, BC et Cour U Responsable de l’étude Julien BOISLÈVE Octobre 2009 1 INTRODUCTION Le site de Mané-Véchen en
  • Plouhinec a livré de très nombreux ensembles d’enduits peints dont les lots principaux (galerie E/K, salles J, AC, AB, BF, AM, AN et AT) ont été étudiés au CEPMR de Soissons depuis plusieurs années1 . L’importance de ces décors suffisamment complets pour permettre le plus souvent une
  • restitution cohérente ne devait pas occulter tous les autres groupes moins conséquents découverts sur le site. Avec l’étude de ces lots dits « mineurs », non par leur qualité mais plutôt par la quantité de fragments étudiables, s’achève donc l’étude des enduits de ce site. Comme attendu
  • , ces ensembles ne permettent pas de restitutions globales des décors même si la recomposition de la salle R s’est avérée beaucoup plus complète qu’espéré. Il s’agit donc le plus souvent de documenter des bribes de l’ornementation qui permettent tout de même d’envisager quelle
  • pouvait être l’ambiance de la pièce et d’observer certaines corrélations avec d’autres ensembles plus complets. SALLE W Nature du gisement Cette pièce n’est que très partiellement conservée. Sise en front de mer, elle a été en grande partie détruite par la disparition des microfalaises
  • liée aussi bien à l’érosion marine qu’à l’intervention humaine (extraction de granite). Le niveau de sol de cette salle n’était pas conservé et les quelques enduits prélevés proviennent essentiellement du comblement des conduits de l’hypocauste à conduits rayonnants et axiaux. Il ne
  • s’agit donc pas d’éléments effondrés en place et leur localisation en fouille n’apporte aucun indice quant à leur situation sur la paroi. Etat de conservation Dans l’ensemble ces fragments sont assez bien conservés. Les enduits et stucs sont plutôt résistants. En revanche, la surface
  • a subi des altérations qui rendent parfois difficile la lecture du décor. La couche picturale est souvent écaillée ou très effacée. La faible quantité de fragments et l’absence d’effondrement en place ne permettent que très peu de remontages, rarement significatifs. Description Les
  • enduits conservés ne permettent donc pas de restitution du décor. Toutefois, on retiendra quelques éléments notables qui en donnent la nature. Ainsi, les plaques du groupe 6, qui présentent un fond rose à gris recouvert d’un mouchetis blanc à assez larges projections, identifient sans
  • doute une imitation de marbre. Cette hypothèse est confirmée par un traitement similaire mais cette fois sur fond noir à gris, visible sur les plaques du groupe 7, et surtout par les plaques du groupe 10 qui imitent indéniablement un porphyre rouge par un traitement très soigné à
  • fond rouge bordeaux couvert d’un très fin mouchetis blanc et de quelques projections rouges (fig 1). Fig. 1, salle W, fragments à imitation de marbres (cliché J. Boislève). 1 Rapports d’étude des salles J et E/K par S. Groetembril, rapports d’étude des salles E/K et AB par J
  • . Boislève, rapports des salles AC, AT, AM, AN et BF en cours. 2 L’enchaînement de ces différents fonds à imitation de roches décoratives n’est pas connu. Seul le fond rose est limité sur certains fragments par un champ blanc. Par ailleurs, on note plusieurs fragments (dont le groupe 8
  • ) qui évoquent des bandes noires parallèles ou perpendiculaires se détachant sur fond blanc. Il faut associer à ces éléments les plaques 1 et 2 qui correspondent au motif le plus complet. Il s’agit d’une représentation de colonne ou pilastre fictif (fig 2.). Le sens de lecture n’est
  • pas assuré mais le motif présente une base ou un chapiteau au contour gris et orné d’un compartiment rectangulaire central de 2,9 cm de large, également gris et pourvu d’un encadrement extérieur au trait fin. Audessus (si on considère qu’il s’agit d’une base), on trouve un second
  • compartiment rectangulaire, beaucoup plus étroit, de 0,8 cm de large. Le fût est constitué de bandes parallèles en dégradé de marron à beige qui rendent l’aspect d’une moulure fictive évoquant des cannelures ou des rudentures. L’ensemble se dégage sur un fond blanc. La finesse des tracés et
  • . Le premier est constitué d’un motif de triangle au trait orangé, dont les extrémités sont recourbées en volutes et dont le sommet est orné d’un point tout comme le centre. Nous ignorons si ce motif est répété en continu ou s’il alterne avec un autre élément inconnu. Audessus, le
  • second registre est constitué de motifs de points cernés d’un demi cercle et séparés par un filet dont Fig. 3, salle W, frise géométriques (cliché J. Boislève). 3 la base est triangulaire (fig. 3). Les stucs sont également très présents dans ce décor. Les plaques 12, 13 et 14
  • indiquent tout d’abord la présence de motifs probablement géométriques, à la surface plane mais se dégageant sur l’enduit de fond par un relief d’environ 0,5 cm. Le procédé connu dans la salle AB est dès lors plus facile à identifier ici. Les indices en restent très pauvres puisque seuls
  • trois fragments conservent une partie de ces motifs. Toutefois, la plaque 12 présente un angle aigu qui suggère un possible motif de losange. De même, la plaque 14 semble correspondre à un motif de disque si on en croit la courbure que marque le bord du relief. Parallèlement à ces
RAP00560.pdf (archéologie du milieu rural en haute Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine. rapport de projet collectif de recherche)
  • projet collectif de recherches
  • archéologie du milieu rural en haute Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine. rapport de projet collectif de recherche
  • fossé. 22048006 - Près de Montafilan. Des stuctures orthogonales ont été décelées par prospection aérienne. 22035008 - Près de Pont Cadeuc. L'existence de structures linéaires, évoquant l'époque gallo-romaine, a été reconnue par prospection aérienne. 22035009 - Près de Saint
  • . Il est du même type que celui de la Gauvenais. 22048048 - Près de la Restais. Gisement de tegulae et de céramiques sigillées. 22048031 - Près du Pont Brûlé. Gisement de tegulae et céramiques diverses. 22048032 - Près du Villeu. Gisement de tegulae. 22048033 - Près de la
  • RAPPORT 1987 ARCHEOLOGIE DU MILIEU RURAL EN HAUTE-BRETAGNE AUX EPOQUES PRE-ROMAINE ET GALLO-ROMAINE Projet Collectif de Recherche au Ministère de la Culture Responsable scientifique : Loïc LANGOUET RAPPORT 1987 ARCHEOLOGIE DU MILIEU RURAL EN HAUTE-BRETAGNE AUX EPOQUES PRE
  • -ROMAINE ET GALLO-ROMAINE Projet Collectif de Recherche au Ministère de la Culture Responsable scientifique : Loïc LANGOUET SOMMAIRE DU RAPPORT 1987 Page Le Projet Collectif de Recherche 1 Les zones de prospection 3 La collecte des données Annexe I - Partie inventaire de
  • l'ouvrage "Patrimoine rural gallo-romain de la civitas des Coriosolites, 1988 (L. LANGOUET et M.Y. DAIRE). Annexe II - Quelques documents actualisés. 5 9 59 L'amélioration des logiciels Annexe III - Les améliorations apportées au logiciel ATP (B. ROCHAT). Annexe IV - Le nouveau
  • logiciel de traitement des expertises de céramiques sigillées (P. LANOS). 63 La mutation architecturale Annexe V - Les enclos protohistoriques dans le territoire des Coriosolites (L. LANGOUET). Annexe VI - Bilan des études archéomagnétiques en 1987 (P. LANOS). Annexe VII - Datation
  • archéomagnétique des édifices ruraux galloromains en Haute-Bretagne (P. LANOS). 77 Les rapports Ville-Campagne Annexe VIII - Les rapports ville-campagne autour de Corseul (22) (L. LANGOUET). Annexe IX - Les relations ville-campagne : Rennes et son environnement rural à l'époque gallo-romaine
  • (A. PROVOST). 125 65 67 78 90 97 126 132 Les caractéristiques pédologiques Annexe X - Etude de l'implantation des sites gallo-romains (G. JUMEL). 139 Conclusion et perspectives 146 Les publications 148 140 LE PROJET COLLECTIF DE RECHERCHE Le Projet Collectif de Recherche
  • (P.C.R.) intitulé "Archéologie du milieu rural en HauteBretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine" regroupe divers chercheurs ou associations de chercheurs qui ont comme motivation de collaboration la volonté d'exploiter les données de prospection concernant ces époques et
  • collectées par eux-mêmes et de dépasser le stade du simple repérage des sites inédits. La zone retenue pour l'étude lancée en 1984 (A.T.P. C.N.R.S.) correspond à la partie orientale de la Bretagne. Elle a l'avantage d'inclure complètement les civitates des Coriosolites et des Riedones
  • , tout en abordant l'étude de portions significatives des civitates des Vénètes et des Namnètes, ce qui peut être globalement très intéressant pour des comparaisons entre civitates. Les participants au P.C.R. sont actuellement : - le Centre de Recherches Archéologiques des Pays de
  • Rennes (C.E.R.A.P.A.R) (10 prospecteurs environ), - le Centre Régional Archéologique d'Alet (Ce.R.A.A.) (15 prospecteurs environ), - le Groupe des Prospecteurs des Pays de Vilaine (7 prospecteurs), - Dominique PIRAULT, aidé de Etienne BEGUIN, vacataire à la Direction des Antiquités
  • Historiques des Pays de Loire, - divers prospecteurs-étudiants (P. NAAS et P. OUTIN en particulier), - le Groupe Archéologique de Montfort (3 prospecteurs), - le Ce.R.A.M. qui, pour le Morbihan, collabore ponctuellement à la prospection de sites et a mis à notre disposition son fichier des
  • gisements gallo-romains. Plusieurs de ces groupes ont obtenu par ailleurs des moyens par des opérations de prospection-inventaire (PROVOST et C.E.R.A.P.A.R, LANGOUET et Ce.RAA., GAUTIER et Groupe des Prospecteurs des Pays de Vilaine, SOYER, remplacé par PIRAULT et la Direction des
  • Antiquités Historiques des Pays de Loire). Des rapports séparés ont été adressés au Ministère de la Culture, via les Directions des Antiquités ; ils présentent le travail de terrain et montrent Péfficacité des opérations de prospectioninventaire menées par chacun des titulaires
  • d'autorisation. Des réunions de travail sont organisées pour : - des informations mutuelles, - des exposés sur l'avancement de la recherche du P.C.R., - la définition des axes de recherche du P.C.R. Le rythme des réunions est trimestriel. La première a eu lieu le 23 Mai 1987 (Rennes, 16
  • participants). Par lettre du 22 Mai, il a été signifié aux chercheurs du P.C.R. l'octroi de 20.000 F de crédits de fonctionnement 20.000 F de crédits d'analyses. Dès cette première réunion, le programme de 1987 a été affiné et arrêté. Il comprenait les thèmes suivants : - la poursuite de la
  • collecte des données à rentrer dans ls fichiers informatisés du P.C.R., - l'amélioration des logiciels, compte-tenu de l'évolution de la problématique du groupe, - la mutation architecturale entre les périodes pré-romaine et gallo-romaine, - les rapports ville-campagne pour les deux
  • capitales de civitates incluses dans le périmètre du P.C.R., à savoir Corseul et Rennes, - l'amélioration de la caractérisation de l'environnement par la prise en compte et l'exploitation des données pédologiques. D'autres réunions ont suivi au cours de l'année 1987 : - le 29 Septembre
  • (Saint-Malo, 16 participants), pour vérifier l'avancement des recherches et faire un point, - le 7 Novembre (Rennes, 14 participants), pour préparer le présent rapport et définir les objectifs des années à venir. La prochaine réunion est prévue pour Février 1988. Son ordre du jour est
RAP03179.pdf (SAINTE-MARIE (35). Saint Julien et Pont Saint Julien. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • SAINTE-MARIE (35). Saint Julien et Pont Saint Julien. Rapport de fouille
  • Rapport d’Opération d’Archéologie Préventive Volume I/I – Textes, figures et annexes Nantes, octobre 2015 Région BRETAGNE / Département d’Ille-et-Vilaine (35) SAINTE MARIE « Saint Julien » et «Pont Saint Julien » Code INSEE : 35294 N° de site : 35 294 0014/015 N° arrêté de
  • code pénal. SAINTE-MARIE (35) Saint-Julien et Pont-Saint-Julien, Tracé d’aménagement à 2x2 voies de la RD 177, Axe Rennes-Redon Rapport final d’Opération Illustration de couverture : vue générale des emprises de fouille (photographie Balloïde) Sous la direction de Charles
  • Localisation du site Région : Bretagne Département : Ille-et-Vilaine (35) Commune : Sainte-Marie (35237) Adresse : Saint-Julien et Pont-Saint-Julien RD 177 – Axe Rennes-Redon N° de site : 35 294 0014/015 Cadastre : Section : YB Section : YC Propriétaire : Conseil Général d’Ille
  • juillet 2013 9 SAINTE-MARIE (35), « Saint-Julien et Pont-Saint-Julien,Tracé d’aménagement à 2x2 voies de la RD 177, Axe Rennes-Redon » Mots-clés des thésaurus Thésaurus « Chronologie » Paléolithique Âge du Fer inférieur Hallstatt (premier âge du Fer) moyen La Tène (second âge
  • ) : étude des bois Carole VISSAC (GéoArchEon) : étude géomorphologique Terrassement Beaussire, Catz 11 SAINTE-MARIE (35), « Saint-Julien et Pont-Saint-Julien,Tracé d’aménagement à 2x2 voies de la RD 177, Axe Rennes-Redon » Notice scientifique Auteur : Maxence Segard (Archeodunum
  • médiévale, Haut Moyen Age Keywords : Roman Empire, Early Middle Ages, villa, pit, private baths Titre : Sainte-Marie Sous-titre : « Saint Julien » et « Pont Saint Julien » L’opération de fouilles préventives réalisée entre mai et juillet 2013 sur la commune de Sainte-Marie (Ille-et
  • /25000e). DAO : G.MARROT Renac Sainte-Marie-De-Redon Sainte-Marie (35) "Saint-Julien" - "Pont Saint-Julien" 2013 - 35 294 0014/0015 100 km Redon Rennes Ille-et-Vilaine 5km Rennes 0 Localisation de la fouille 1000 m Echelle 1/25000 © IGN 2003 Coord. Lambert : X : 275 800 Y
  • -Julien" - "Pont Saint-Julien" 2013 - 35 294 0014/0015 Secteur 1 Localisation de l'emprise de la fouille (fond cadastral) (éch.: 1/20000e). DAO : G.MARROT (fond atlas des patrimoines) Secteur 2 Cadastre 15 Copie de l’Arrêté de prescription 16 Données administratives
  • , techniques et scientifiques 17 SAINTE-MARIE (35), « Saint-Julien et Pont-Saint-Julien,Tracé d’aménagement à 2x2 voies de la RD 177, Axe Rennes-Redon » 18 Données administratives, techniques et scientifiques 19 SAINTE-MARIE (35), « Saint-Julien et Pont-Saint-Julien,Tracé
  • d’aménagement à 2x2 voies de la RD 177, Axe Rennes-Redon » 20 Données administratives, techniques et scientifiques 21 SAINTE-MARIE (35), « Saint-Julien et Pont-Saint-Julien,Tracé d’aménagement à 2x2 voies de la RD 177, Axe Rennes-Redon » 22 Données administratives, techniques et
  • scientifiques 23 SAINTE-MARIE (35), « Saint-Julien et Pont-Saint-Julien,Tracé d’aménagement à 2x2 voies de la RD 177, Axe Rennes-Redon » 24 Données administratives, techniques et scientifiques Copie de l’Arrêté d’autorisation 25 SAINTE-MARIE (35), « Saint-Julien et Pont-Saint
  • ), « Saint-Julien et Pont-Saint-Julien,Tracé d’aménagement à 2x2 voies de la RD 177, Axe Rennes-Redon » Contrat d’opération d’archéologie préventive – n°2012.10.01-PB Site : RD 177 – Section Renac Sainte-Marie TABLE DES MATIÈRES PARTIE A : DONNEES GENERALES
  • niveau des lieux dits Saint-Julien et Pont-Saint-Julien. 2. PROPRIETAIRE Le site est la propriété du département d’Ille et Vilaine qui est le maître d’ouvrage de la fouille archéologique préventive réalisée à l’occasion de l’aménagement à 2X2 voies de la RD 177. Département d’Ille et
  • niveau des lieux-dits Saint-Julien et Pont-Saint-Julien. 5. CONTEXTE GENERAL Le contexte général du marché est décrit dans le RC, le CCP et dans le cahier des charges du Service régional de l’archéologie de la région Bretagne annexé à l’arrêté préfectoral n°2012-142 du 20/07/2012
  • -Julien et Pont-Saint-Julien,Tracé d’aménagement à 2x2 voies de la RD 177, Axe Rennes-Redon » Contrat d’opération d’archéologie préventive – n°2012.10.01-PB Site : RD 177 – Section Renac Sainte-Marie L’opportunité de ce projet d’aménagement a donc rendu la réalisation de cette
  • particulières (CCP) L’arrêté préfectoral n°2012-142 du 20/07/2012 portant prescription de fouille préventive et ses annexes Extraits du rapport de diagnostic archéologique Le plan de situation 31 SAINTE-MARIE (35), « Saint-Julien et Pont-Saint-Julien,Tracé d’aménagement à 2x2 voies de la
  • prescription : n° 2012-142 du 20 juillet 2012 N° d’autorisation : n°2013-164 du 24 mai 2013 Code opération Patriarche : n° 35 294 0014 et 35 294 0015 Ministère de la culture et de la communication Préfecture de la Région Bretagne Direction Régionale des Affaires Culturelles – Service
  • Régional de l’Archéologie, Conseil Général d’Ille-et-Vilaine - Direction des Grands Travaux d’Infrastructures / Service Etudes et Travaux nº2 ARCHEODUNUM Sous la direction de Charles VASNIER Avec la collaboration de David AOUSTIN, Eddy CRESTE, Adélaïde HERSANT, Gwénaëlle MARROT, Nima
  • SAEDLOU, Jean SOULAT, Lola TRIN-LACOMBE, Maxence SEGARD, Carole VISSAC Avertissement Les rapports de fouille constituent des documents administratifs communicables au public dès leur remise au Service Régional de l’Archéologie, suivant les prescriptions de la loi no 78-753 du 17
  • juillet modifié relative à l’amélioration des relations entre l’administration et le public. Aux termes de la circulaire du 26 mars 1993, ils pourront être consultés ; les agents des Services régionaux de l’archéologie rappelleront à tout demandeur les droits de propriété littéraires
RAP02905.pdf (BÉDÉE (35). ZAC du pont aux Chèvres : les occupations de l'âge du bronze et du haut Moyen Âge. rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • BÉDÉE (35). ZAC du pont aux Chèvres : les occupations de l'âge du bronze et du haut Moyen Âge. rapport de fouille
  • Fouille archéologique Bédée (Ille-et-Vilaine) ZAC du Pont aux Chèvres Les occupations de l’âge du Bronze et du haut Moyen-Âge sous la direction de Gilles Leroux Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon, 35577 Cesson-Sévigné Tel. 02 23 36 00 40 Décembre 2013 Fouille
  • DB 05034702 Système d’information Arrêté de prescription Nr site Code INSEE Bédée (Ille-et-Vilaine) ZAC du Pont aux Chèvres Inrap Grand-Ouest 37, rue du Bignon, 35577 Cesson-Sévigné Tel. 02 23 36 00 40 Novembre 2013 I Données administratives techniques et scientifiques 6
  • Moyen-Age, ZAC du Pont aux Chèvres, Bédée, Ille-et-Vilaine Fiche signalétique Localisation Proprietaire du terrain SA groupe Launay Région Bretagne Département Ille-et-Vilaine Commune Bédée Adresse ou lieu-dit ZAC du Pont aux Chèvre Codes code INSEE 35030 Références de
  • · RFO de fouille Les occupations de l’âge du Bronze et du haut Moyen-Age, ZAC du Pont aux Chèvres, Bédée, Ille-et-Vilaine Intervenants Intervenants scientifiques Prénom Nom, organisme d’appartenance Tâches génériques Tâches affectées dans le cadre de l’opération Stéphane
  • haut Moyen-Age, ZAC du Pont aux Chèvres, Bédée, Ille-et-Vilaine Notice scientifique Un projet de zone d’aménagement concerté situé à la périphérie sud-orientale de la ville de Bédée a permis de compléter la connaissance archéologique de ce secteur géographique de la commune. Celle
  • n’est peutêtre pas innocente. 11 I. Données administratives, techniques et scientifiques Localisation de l’opération St Brieuc Brest Bédée Bretagne, Ille-et-Vilaine, Bedée Le Pont-aux-Chèvres Brohinière Quimper Vannes x : 282400 y : 2361500 Lambert II étendu z : environ 73 à
  • 80 m NGF 0 Rennes Nantes 1km 12 Inrap · RFO de fouille Les occupations de l’âge du Bronze et du haut Moyen-Age, ZAC du Pont aux Chèvres, Bédée, Ille-et-Vilaine Arrêté de prescription I. Données administratives, techniques et scientifiques 13 14 Inrap · RFO de
  • fouille Les occupations de l’âge du Bronze et du haut Moyen-Age, ZAC du Pont aux Chèvres, Bédée, Ille-et-Vilaine I. Données administratives, techniques et scientifiques 15 16 Inrap · RFO de fouille Les occupations de l’âge du Bronze et du haut Moyen-Age, ZAC du Pont aux Chèvres
  • , Bédée, Ille-et-Vilaine I. Données administratives, techniques et scientifiques Définition des moyens 17 18 Inrap · RFO de fouille Les occupations de l’âge du Bronze et du haut Moyen-Age, ZAC du Pont aux Chèvres, Bédée, Ille-et-Vilaine I. Données administratives, techniques
  • et scientifiques Arrêté d’autorisation de fouille 19 20 Inrap · RFO de fouille Les occupations de l’âge du Bronze et du haut Moyen-Age, ZAC du Pont aux Chèvres, Bédée, Ille-et-Vilaine 21 II. Résultats II - Résultats 22 Inrap · RFO de fouille Les occupations de l’âge
  • du Bronze et du haut Moyen-Age, ZAC du Pont aux Chèvres, Bédée, Ille-et-Vilaine 23 II. Résultats Introduction La détermination de la fenêtre de fouille qui a été offerte à notre investigation, couvrant une surface de 6 hectares, demeure le résultat d’une série de circonstances
  • sur près de 22 hectares à l’emplacement de la future ZAC du Pont-auxChèvres (Fig. 1). A son tour cette opération confirme d’une part la présence d’un établissement antique à caractère probablement agricole de type ferme, et d’autre part celle de la nécropole de l’âge du Bronze en
  • · RFO de fouille Les occupations de l’âge du Bronze et du haut Moyen-Age, ZAC du Pont aux Chèvres, Bédée, Ille-et-Vilaine Les méthodes d’investigation L’opération de fouille a commencé le 20 janvier 2011 par le décapage mécanique de la surface des 6 hectares livrés à nos
  • du Bronze et du haut Moyen-Age, ZAC du Pont aux Chèvres, Bédée, Ille-et-Vilaine Présentation générale des vestiges (Fig. 4) enclos circulaire Fig. 6 Vue aérienne du chemin ancien qui longe l’enclos circulaire. © Gilles Leroux, Inrap Une première remarque s’impose à la vue du
  • d’archéologie préventives réalisées sur le site de Bédée. © Arnaud Desfonds, Inrap 0 10 50 100 500 m 30 Inrap · RFO de fouille Les occupations de l’âge du Bronze et du haut Moyen-Age, ZAC du Pont aux Chèvres, Bédée, Ille-et-Vilaine D’un point de vue historique et archéologique, le
  • doute très imparfaitement ce que fut réellement cette présence sur le site du Pont-aux-Chèvres. En effet, si le nombre d’outils en silex retrouvés est limité à quelques dizaines, en revanche la présence de foyers empierrés à vocation culinaire, au nombre de 50 et dont une bonne
  • vallée du ruisseau du Pont-auxChèvres. Les lacunes mobilières évoquées, alliées à l’absence de reconnaissance de structures d’habitat, s’expliquent sans doute par une érosion importante, qu’il est difficile de quantifier, mais qui de toutes façons, aura des répercutions sur les
  • , découverte dans le comblement d’une fosse apparemment isolée (F.1026) (Fig. 10-11). Ces deux objets peuvent appartenir à une phase finale du Néolithique ou une autre du début du Bronze ancien. 32 Les occupations de l’âge du Bronze et du haut Moyen-Age, ZAC du Pont aux Chèvres, Bédée
  • - Grattoir ; 6 et 7. St. 1723 U.S. 2 - 6 - Grattoir et 7 - Racloir ; 8. St. 1218 - Hache polie. 3cm 34 Inrap · RFO de fouille Les occupations de l’âge du Bronze et du haut Moyen-Age, ZAC du Pont aux Chèvres, Bédée, Ille-et-Vilaine 3 1 4 2 0 1 3cm Echelle : 1/1 5 1. Hors
  • l’âge du Bronze et du haut Moyen-Age, ZAC du Pont aux Chèvres, Bédée, Ille-et-Vilaine La morphologie de ces structures est relativement homogène puisqu’elles se distinguent systématiquement par un regroupement plus ou moins dense de blocs de quartz concassés avant la pose. Dans un
RAP03021.pdf (SAINT-AUBIN-DU-PAVAIL, PIRE-SUR-SEICHE (35). Piolaine : un dépôt de billons en territoire riedones. rapport de sondage)
  • SAINT-AUBIN-DU-PAVAIL, PIRE-SUR-SEICHE (35). Piolaine : un dépôt de billons en territoire riedones. rapport de sondage
  • une moyenne de 5,63 g (± 0,44). 446 Var. a : sans volute 229 Var. b : avec volute 1049 Var. c D/ : Tête à droite, le nez et les lèvres sont schématisés par trois globules verticaux. Pour la var. c, trois globules disposés en triangle sur la joue. Devant le visage, un motif en
  • accolade partiellement perlé (var. a et b) ou volute qui semble sortir de la bouche (var. c). Un filet se détache du menton (var. a et b). La coupe du cou est étroite et la chevelure composée de trois rouleaux. Cordons perlés à l’arrière de la tête. R/ : Cheval androcéphale à gauche
  • conduit par un aurige. Sur plusieurs ex., une sorte de rinceau/volute est disposé entre la tête de l’aurige et celle du cheval (var. b). Sous le cheval, une roue à 8 rais posée ou non sur un double rinceau. Pour la var. c : trois globules disposés en triangle audessus de la croupe du
  • Sujets et thèmes Fosse Mobilier Monnaies Sondage archéologique Age du Fer Rapport d’opération Sondage archéologique Rapport d’opération Chronologie Saint-Aubin-du-Pavail et Piré-sur-Seiche, Ille-et-Vilaine, Piolaine Un dépôt de billons en Communes de Saint-Aubin-du
  • -Pavail et de Pirésur-Seiche (Ille-et-Vilaine) Piolaine territoire Riedones Un dépôt de billons en territoire Riedones sous la direction de Laurent Aubry sous la direction de Laurent Aubry par Pierre Poilpré Sylvia Nieto-Pelletier Pierre Poilpré Sylvia YvesNieto-Pelletier Menez
  • Par Yves Menez octobre 2014 avec la collaboration de Anne Villard-Le Tiec Aurélien Herber Anne Villard-Le Tiec Aurélien Herber Cribellier Christian Christian Cribellier Damien Le Youdec Damien Le Youdec Erwan Bourhis Erwan Bourhis Hervé Paitier HervéBesombes Paitier Paul-André
  • Stéphane Jean Paul-André Besombes Thierry Guyard Stéphane Thierry Lorho Jean Thierry Guyard Thierry Lorho Avec la collaboration de Sondage archéologique Un dépôt de billons en territoire Riedones Arrêté de prescription SRA 2013-042 Code INSEE 35 196 Rapport d’opération Communes
  • de Saint-Aubin-du-Pavail et de Pirésur-Seiche (Ille-et-Vilaine) Piolaine sous la direction de Par Avec la collaboration de Laurent Aubry Pierre Poilpré Sylvia Nieto-Pelletier Yves Menez Anne Villard-Le Tiec Aurélien Herber Christian Cribellier Damien Le Youdec Erwan Bourhis
  • Hervé Paitier Paul-André Besombes Stéphane Jean Thierry Guyard Thierry Lorho Octobre 2014 SOMMAIRE I. 1 2 3 4 5 6 8 Données administratives, techniques et scientifiques Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Localisation de l’opération Plan cadastral Arrêté de
  • Circonstance de la découverte Contexte géographique et archéologique de la découverte Les moyens mis en œuvre L’intervention archéologique Résultat Conclusion sur l’intervention archéologique Etude préliminaire du dépôt monétaire gaulois de Piolaine, Saint-Aubindu-Pavail (Ille-et-Vilaine
  • ), 1087 exemplaires en billon Introduction Catalogue synthétique Monnaies attribuées aux Vénètes : 452 ex. attribuées aux Riedons : 455 ex. Monnaies de la série « à l’octopède » : 178 ex. Type hybride Vénètes/Riedons : 2 ex. Quelques éléments d’iconographie monétaires Les exemplaires
  • en billon : un alliage argent-cuivre Catalogue de coins et accidents de fabrication Catalogue de coins : premières observations Surfrappe Le dépôt de Piolaine et les dépôts de billon armoricain Mode de constitution et datation de l’enfouissement du dépôt : Premières approches
  • Conclusion et perspectives de l’étude du dépôt Bibliographie indicative Le dépôt gaulois d’Amanlis : Un illustre voisin à interroger Recherche de l’emplacement du dépôt monétaire d’Amanlis Examen critique de la bibliographie scientifique Des recherches complémentaires décevantes mais
  • utiles Les fonds privés et muséaux Hypothèses sur l’emplacement de la découverte du dépôt gaulois d’Amanlis Conclusion Le dépôt monétaire gaulois d’Amanlis et les dépôts numériquement importants dans le nord-ouest de la France Sur l’importance supposée du dépôt monétaire d’Amanlis
  • 51 54 54 54 59 66 66 16.2 17 18 19 Le dépôt monétaire d’Amanlis, conséquence de la conquête romaine ? Conclusion Sources manuscrites Bibliographie III Inventaires techniques Catalogue de présentation d’un échantillon de monnaies du dépôt monétaire de « Piolaine » à Saint
  • -Aubin-du-Pavail (35) Inventaire des figures Inventaire des photos I. Données administratives, techniques et scientifiques Rapport de sondage archéologique Saint-Aubin-du-Pavail et Piré-sur-Seiche (35) Piolaine I. Données administratives, techniques et scientifiques
  • parcelle(s) ZA n°52 (Saint-Aubin-duSeiche Pavail) YE n°108 (Piré-sur-Seiche) Adresse ou lieu-dit __________________________ Piolaine _____________________ Propriétaire du terrain M. Michel Monnier Codes INSEE 10, rue des Francs Archers 35254 et 35220 35410 Châteaugiron
  • ________________________ N° de l’entité archéologique Références de l’opération Non communiqué __________________________ Coordonnées géographiques et Numéro de l’arrêté 2013-042 altimétriques selon le système national de référence (RGF 93, __________________________ Opérateur d’archéologie Lambert 93
  • CC48) INRAP Grand-Ouest X : 1366444 Y : 7213105 Z : 66 m NGF ______________________ Dates d’intervention sur le terrain Du 14/05/2013 au 15/05/2013 Surface sondée 600 m² Niveau d’apparition des vestiges Entre la surface et 0,60 m ______________________ Responsable scientifique de
  • l’opération Laurent Aubry, INRAP ______________________ Organisme de rattachement INRAP Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 37577 Cesson-Sévigné 1 Rapport de sondage archéologique Saint-Aubin-du-Pavail et Piré-sur-Seiche (35) Piolaine I. Données administratives, techniques et
RAP03423_2.pdf (RENNES (35). Place Saint-Germain : naissance et évolution d'un quartier de Rennes de l'Antiquité tardive à 1944. Rapport de fouille )
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • RENNES (35). Place Saint-Germain : naissance et évolution d'un quartier de Rennes de l'Antiquité tardive à 1944. Rapport de fouille
  • . Cette dernière renferme 32 tessons à pâte assez fine de teinte claire (beige rose à gris) correspondant aux productions de Chartres-de-Bretagne. Les éléments de formes reconnus montrent la présence de plusieurs pots à anse et lèvre en bandeau à extrémité droite (var. pot 2-3) et de
  • verseur pincé large, un bord de pot à embouchure étroite définie par une lèvre de section triangulaire et un pot à lèvre en bandeau étiré (var. pot 2-3). La même provenance s’applique aux sept tessons à glaçure externe parmi lesquels figurent un bord de pot à lèvre triangulaire et
  • éléments de formes correspondent à des pots à lèvre en gouttière parfois dotés d’un large bec-verseur (pots 2-1), des pots à lèvre en bandeau à extrémité épaissie majoritaires dans ce lot (pots 2-2b ou var. pots 2-3), deux pots à lèvre en méplat horizontal (nouveau type) ainsi qu’un
  • xiiie siècle. Cette datation s’applique alors aux formes recensées dans cet ensemble, à savoir : quatre bords de pots de même type (var. pot 2-3), deux tessons à panse épaisse de vase-réserve, un éclat de panse avec décor à la molette, la panse assez complète d’un pot de petit module
  • des ateliers de Chartres-de-Bretagne. Après remontage, ils correspondent principalement à un individu complet, à l’exception de quelques manques dans la panse (pot var. type 2-3). Les autres bords présents dans le lot sont de même type. En pâte gris beige à texture granuleuse, il
  • Mobilier Céramique, végétaux, faune, flore, objet métallique, arme, outil habillement, monnaie, verre, cuir. Les données recueillies concernent principalement les périodes allant de l’Antiquité tardive à la destruction du quartier en 1944, sur une épaisseur stratigraphique de
  • plus de 5 m. Elles documentent la naissance d’un quartier urbain au débouché d’un franchissement de la Vilaine, formant un accès majeur à la ville, son développement et son intégration intramuros, puis sa transformation au cœur de la ville moderne et contemporaine. La situation sur
  • la berge nord du fleuve a favorisé une excellente conservation de tous les matériaux en milieu humide. L’intervention sur la totalité de l’épaisseur sédimentaire, la conservation des matières organique a permis la réalisation d’études environnementales importantes, qui fixent le
  • cadre de l’implantation du quartier dans le cours majeur du fleuve et l’interaction continuelle entre les occupation humaines et le milieu naturel. La fouille livre également des lots de mobilier médiéval exceptionnels, notamment en cuir et en métal. Les nombreuses datations sur les
  • bois gorgés d’eau permettent l’établissement de chronologies précises. L’analyse proposée concerne donc des axes d’études extrêmement variés, touchant les questions d’urbanisme, d’histoire économique et sociale, de culture matérielle. Elle pose de nombreuses bases et ouvre de
  • nombreuses perspectives pour des recherches à venir. Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr Fouille archéologique Rapport final d’opération Tome 2 Sujets et thèmes Édifice public, bâtiment, structure funéraire, voirie
  • , hydraulique, urbanisme, structure urbaine, fossé, sépulture, artisanat. La fouille de la place Saint-Germain a été réalisée dans le cadre de la construction d’une station de métro sous-terrain. Elle a été prescrite par le service régional de l’Archéologie de Bretagne et fait suite à une
  • étude documentaire réalisée en 2008 et un diagnostic réalisé en 2011 par l’Inrap qui avaient mis en évidence la présence d’un quartier ancien de la ville de Rennes, installé en bordure de la Vilaine. La fouille s’est déroulée d’août 2014 à février 2015, et s’est insérée dans le
  • calendrier très contraint d’une opération de génie civil complexe en centre-ville. Ille-et-Vilaine, Rennes, place Saint-Germain  : Naissance et évolution d’un quartier de Rennes, de l’Antiquité tardive à 1944 Chronologie Époque médiévale, haut Moyen Âge, Moyen Âge, bas Moyen Âge,Époque
  • moderne, Époque contemporaine Rapport final d’opération Naissance et évolution d’un quartier de Rennes,de l’Antiquité tardive à 1944 Ille-et-Vilaine, Rennes, place Saint-Germain Naissance et évolution d’un quartier de Rennes,de l’Antiquité tardive à 1944 Tome 2 sous la direction
  • de Laurent Beuchet Inrap Grand Ouest février 2017 Plan de « Rennes, ville capitale de Bretagne et siège du Parlement 1616 » (AM Rennes 1Fi42) 1618, 60x33. Fac similé d’un plan qui se trouve dans l’histoire de Bretagne d’Argentré, 3e édition de 1618. Ille-et-Vilaine, Rennes
  • , place Saint-Germain Étude du mobilier céramique V.3 Françoise Labaune-Jean 588 Inrap · RFO de fouille Rennes (35) place Saint-Germain − Naissance et évolution d'un quartier de Rennes, de l'Antiquité tardive à 1944 V. Études complémentaires 589 V.3 Le mobilier céramique
  • Toutes les périodes d’occupation recensées sur la place Saint-Germain ont livré des lots de mobilier en céramique dans des proportions variées. Dans la présentation qui suit, on évoquera les modalités de mise en œuvre de l’étude à partir du terrain. La seconde partie décrira les
  • données par grandes phases chronologiques pour finir, en troisième partie, par le catalogue de tous les lots présentés par ordre croissant des numéros de couches. V.3.1 La gestion et l’étude du mobilier Il allait de soi qu’avec une large emprise de la fouille, un positionnement en
  • milieu urbain, une stratification conservée et des indices mobiliers présents lors du diagnostic, l’opération de la place Saint-Germain allait générer un volume assez important d’objets archéologiques variés. V.3.1.1 La gestion sur le terrain Cette opération n’a pas bénéficié d’un
RAP03247.pdf (VANNES (56). Place de Nazareth. Rapport de diagnostic)
  • opération préventive de diagnostic
  • VANNES (56). Place de Nazareth. Rapport de diagnostic
  • de Nazareth I. Données administratives, techniques et scientifiques Arrêté de prescription 33 II. Résultats le Bou 93 Fig.1 Localisation de l’opération Y=7178250 92 Y=7178300 554 198 d var X=1267550 574 1 388 201 de 413 389 573 la Palier 2 ix Pa 203
  • ). 1.2 Contexte archéologique 4 la e ug es 1 Bâtiment médiéval puis un jardin à la française de la période moderne (EA 56 260 0149, S. Le Berre, 2014), 2 Tronçon de pont-aqueduc moderne, (EA 56 260 0123, G. Le Cloirec, 2005), 3 Eléments de moulin hydraulique datés du Ier
  • siècle a (EA 56 260 0109, Bernard et al., 2011), 4 Domus périurbaine (EA 56 260 0016 , D.Pouille 2014) Paix 1 Ru la e Pa ix du Mo uli n de ’Arg o Ave nu 2 d var ule Bo H ug o 3 Fra nço is d Victo r Rue Rue Madam e Laga rde Fig. 2 Localisation des vestiges
  • médiévale. Les parcelles se trouvent au nord de la voie Vannes – Quimper qui passait par les actuelles rues du Pot d’étain, de la loi et Jean Gougaud. En périphérie immédiate, plusieurs sondages archéologiques ont mis au jour : un tronçon de pont-aqueduc moderne, Impasse Fr. d’Argouges
  • dans le Meucon était acheminée vers une fontaine place du marché (actuellement place de la mairie) grâce au pont aqueduc de Nazareth dit des Grandes Murailles achevé en 1691. L’aqueduc était connecté à la fontaine au moyen d’une double canalisation en terre cuite. Des conduites de
  • pont aqueduc en 2005 impasse François d’Argouges (Fig.14). Ce type de mise en œuvre se rapproche également des observations réalisées sur l’aqueduc de la Duchesse Anne découvert à l’occasion de la fouille de l’ancien hôpital militaire de Rennes Ambroise Paré. L’aqueduc était
  • Mobilier Céramique Objet métallique Diagnostic archéologique Suite à la demande de permis de construire déposée par Mr Richer pour la SCCV RICHGRIM pour le terrain situé 2 place de Nazareth à Vannes (56), le Service Régional de l’Archéologie a saisi l’Inrap afin de réaliser un
  • diagnostic archéologique sur les parcelles concernées par le projet. En raison d’un problème d’accès, Mr Richer pour la société Immobilier + Aménagement s’est porté acquéreur de la parcelle voisine afin d’offrir un passage vers les premières parcelles en abattant un mur de clôture mitoyen
  • . Mr Richer a alors déposé une demande volontaire de diagnostic sur cette dernière. Les trois parcelles, pour une surface globale de 1270 m², ont donc été sondées au cours de la même opération. Rapport final d’opération Sujets et thèmes Hydraulique Vannes, place Nazareth Place
  • de nazareth, Vannes, Morbihan, bretagne Chronologie âge du fer La Tène Temps modernes époque contemporaine Bretagne, Morbihan, Vannes, Place de Nazareth L’opération se situe dans un secteur peu étudié de la cité antique Darioritum, en périphérie occidentale des principales
  • découvertes attribuées au centre urbain du Haut-empire et à l’extérieur des limites de la ville de l’Antiquité tardive et médiévale. Deux tranchées ont pu être réalisées. La première est négative quand à la seconde, elle a livré des vestiges allant de l’age du fer à nos jours. Les
  • structures les plus intéressante hormis un fossé peu être de la Tène finale, sont deux conduites d’adduction d’eau en grès de la période moderne. Elles sont le résultat d’un projet de 1685 visant à doter la ville de Vannes d’un réseau d’adduction d’eau suite au transfert du Parlement de
  • Bretagne. sous la direction de Céline Bélanger x i Pa la de ard lev Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67 737 35 577 Cesson-Sévigné www.inrap.fr Rapport de Diagnostic Céline Bélanger Bou 198 1 573 2 447 Inrap Grand Ouest Avril 2016 Diagnostic archéologique Rapport
  • final d'opération Place de Nazareth sous la direction de par avec la collaboration de Céline Bélanger Céline Bélanger Laure Simon 2016-069 D113511 — 56260 Nr site 2014-321 Lambert 93 CC48 D 109498 — Arrêté de prescription Système d’information Code Inrap Entité
  • archéologique Code INSEE Bretagne, Morbihan, Vannes, Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Avril 2016 2 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Morbihan, Vannes, Place de Nazareth Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 2 6 7 8
  • 10 10 11 12 22 28 31 Sommaire Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique Etat du site Localisation de l’opération Arrêté de prescription Projet d’intervention Cadastre Arrêté de désignation Résultats 37 1 Le cadre de l'Opération 37
  • 1.1 Localisation du projet 37 1.2 Contexte archéologique 38 1.3 Méthodologie et problématiques 40 2 Présentation des vestiges 40 2.1 Tranchée 1 40 2.2 Tranchée 2 45 2.3 Le mobilier par Laure Simon 45 2.3.1 Données générales 45 2.3.2 Le mobilier par unité stratigraphique
  • (Fig. 13) 46 3 Interprétation et conclusion 48 Liste des figures 49 Bibliographie I. Données administratives, techniques et scientifiques Sommaire Inventaire 52 Inventaire des US 53 Inventaire des photographies 54 Inventaire du mobilier 3 I. Données
  • administratives, techniques et scientifiques 6 Inrap · Rapport de diagnostic Bretagne, Morbihan, Vannes, Place de Nazareth Fiche signalétique Localisation Région Bretagne Département Morbihan (56) Commune Vannes Statut du terrain au regard des législations sur le patrimoine et
  • l’environnement Intégré au zonage archéologique sensible Proprietaire du terrain Immobilier + Aménagement SCCV RICHGRIM Adresse ou lieu-dit 2, 4 place de Nazareth — Références de l’opération Numéro de l’arrêté de prescription Codes 2014-321, 2016-069) code INSEE Numéro de l’arrêté de
RAP01415.pdf (CARHAIX-PLOUGUER (29). l'acqueduc gallo-romain. rapport de synthèse de fouille programmée 1994-1996)
  • CARHAIX-PLOUGUER (29). l'acqueduc gallo-romain. rapport de synthèse de fouille programmée 1994-1996
  • Moustoir - Kerjean 1 11. Le Moustoir - Kervoaguel 12. Paule - Krec'h-ar-Werchez 13. Paule - Quéhélen 2 14. Maël-Carhaix - Roscoat X15. Maël-Carhaix - Moulin de Kéroguiou 3 16. Maël-Carhaix - Pont-Cam 5j \ X. 17. Glomel - Rosquelven 2 18. Glomel - Bellevue ->Ç19. Glomel - Kérangall 1 20
  • , voire limite par rapport aux prescriptions des hydrauliciens de l'Antiquité, de 0,30m par kilomètre. Deux ouvrages très importants jalonnaient son parcours : un tunnel de 800m de long permettant d'éviter un parcours supplémentaire de 7 kilomètres et un pont franchissant la dépression
  • de Kérampest -les données accumulées ont éliminé l'hypothèse du siphon proposée à l'origine- à l'entrée de Carhaix. Le tunnel, objet d'une étude archéologique détaillée, est un ouvrage remarquable pour la connaissance des techniques de minage dans l'Antiquité. Le pont de près de
  • r L ' A Q U E D U CG A L L O R O M A I N DE C A R H A I X (COTES-D'ARMOR - FINISTERE) R A P P O R T D'OPERATION P R O G R A M M E E P L U R I A N N U E L L E 1994 -1996 présenté par Alain PROVOST et Bernard LEPRETRE I m I i i -, L'AQUEDUC GALLO-ROMAIN DE CARHAIX (COTES
  • -D'ARMOR - FINISTERE) RAPPORT D'OPERATION PROGRAMMEE PLURJANNUELLE 1994-1996 PRESENTE PAR ALAIN PROVOST ET BERNARD LEPRETRE AUTORISATION N° 001211 EN DATE DU 26 AVRIL 1994 PROGRAMME H05 : "L'EAU COMME MATIERE PREMIERE ET SOURCE D'ENERGIE" AVEC LE CONCOURS DE: ETAT, MINISTERE DE LA
  • CULTURE, SERVICE REGIONAL DE L'ARCHEOLOGIE DE BRETAGNE DEPARTEMENT DES COTES-D'ARMOR DEPARTEMENT DU FINISTERE COMMUNE DE CARHAIX COMMUNE DE GLOMEL COMMUNE DE LE MOUSTOIR COMMUNE DE MAEL-CARHAIX COMMUNE DE PAULE SOMMAIRE DU TOME 1 PAGES Introduction 1 Première partie
  • : Présentation du programme 1. Importance scientifique du site 2. Problématique 3. Méthodes d ' étude archéologique 4. Analyses et études périphériques, état des lieux 5. Contenu et choix du rapport 2 2 2 2 4 5 Deuxième partie : Description des sondages yi. Carhaix-Plouguer - Kergonan X2
  • . Carhaix-Plouguer - Kernevez-Kergonan X 3 • Le Moustoir - Kerlanet 4. Le Moustoir - Kervuluet-Ponterrien ^ 5 . Le Moustoir - Lostancoat-Izellan 6. Le Moustoir - Pors-en-Place 2 X 7. Le Moustoir - Pont-ar-Goël • 8. Le Moustoir - Le Hélesser 2 9. Maël-Carhaix - Roc'h-an-Burtul W0. Le
  • . Glomel - Kérangall 2 21. Glomel - Ecluse de Trémalvezen 2 22. Glomel - Ecluse de Trémalvezen 3 23. Glomel - Ecluse de Trémalvezen 1 24. Carhaix - Rue du Col. Raoul Lancien 6 6 9 13 17 22 25 28 31 38 41 43 45 47 52 54 56 58 60 62 64 65 67 69 70 INTRODUCTION En 1993, nous avions, à
  • la requête des élus locaux de la région de Carhaix et sur proposition du Service régional de l'Archéologie, conduit une opération prospective sur l'aqueduc gallo-romain de Carhaix. Il s'agissait d'évaluer le potentiel archéologique du monument tant sur le plan de la recherche que
  • sur le plan de la mise en valeur. A l'issue de cette opération initiale de prospection et sondages ponctuels, il était apparu que ce monument -réputé être l'un des monuments romains de Bretagne parmi les mieux connus- recelait un énorme potentiel à peine défriché par nos
  • prédécesseurs (ROLLAND), (PAPE), (GUYOMARD) (cf. notre rapport de 1973). Un programme de recherches pluriannuel de 3 ans avait été présenté et retenu. Ce programme proposait une étude archéologique et hydraulique du monument devant déboucher sur la publication de l'hydrosystème de l'aqueduc
  • . Ce rapport présente les résultats des études archéologiques et topographiques réalisées durant ces 3 années. Nous avions l'ambition de mettre en œuvre une recherche pluridisciplinaire impliquant, autour de l'équipe archéologique, des topographes, hydrauliciens, géologues
  • , hydrogéologues, sédimentologues, toponymistes et spécialistes du minage. En fait, seules quelques spécialités ont pu être intégrées au processus même de recherche: la topographie et la sédimentologie par le biais de l'établissement de conventions de prestations avec le département Génie civil
  • de l'IUT de Rennes et le laboratoire d'Anthropologie, Préhistoire, Protohistoire et Quaternaire armoricain de l'Université de Rennes 1; la topographie et l'hydraulique par la participation bénévole de Bernard LEPRETRE, Ingénieur Génie civil, déjà présent lors de l'opération de
  • 1993 et coauteur du rapport. Les autres partenariats suscités n'ont pu déboucher sous la forme souhaitée. Des résistances à l'interdisciplinarité subsistent et des propositions se sont révélées d'un coût prohibitif; sans doute avions-nous sous-estimé les coûts par rapport à nos
  • ambitions, ce que n'a pas facilité la défection, en fin de programme, de l'une des collectivités territoriales partenaires de l'opération. Ceci dit, des collaborations extérieures ont remplacé le partenariat institutionnel défaillant; il faut admettre que leur travail ne pouvait être
  • produit pour ce rapport. Nos travaux ont été présentés et débattus lors de diverses réunions : lors du séminaire de Nantes du 8 novembre 1995 sur les aqueducs antiques de l'Ouest et lors du colloque de Limoges des 10 et 11 mai 1996 sur les aqueducs de la gaule romaine et des régions
  • voisines . A partir de ces réunions, des contacts ont été établis et suivis avec les chercheurs travaillant sur le sujet en Gaule, en Italie du nord et en Rhénanie. Nous avons effectué un voyage d'étude sur les aqueducs de Duren, Cologne et Xanten, à l'invitation de Klaus GREWE
  • , ingénieur topographe au Landschaftsverband Rheinland. Nous avons accueilli Klaus GREWE et Jean BURDY, agrégé de l'Université et spécialiste des aqueducs de Lyon, lors de journées d'étude de l'aqueduc de Carhaix. 1 Le programme a été doté d'un budget de 430000 F pour lequel les
RAP03181.pdf (PLOUAGAT (22). La Brayette : un dépôt d'antoniniens au lieu-dt Kerouzien. Rapport de sondage)
  • PLOUAGAT (22). La Brayette : un dépôt d'antoniniens au lieu-dt Kerouzien. Rapport de sondage
  • 2,92 ; 2,65 ; 2,08 3 254 GALLIENVS AVG ; A1 VICTORIA AECT ; Victoire 1 S/-//- Var. RIC 586 Var. Cunetio 1431 3,81 1 Atelier de Milan Ie émission : 261 ap 255 GALLIENVS AVG ; B1 LEG II ITAL VI P VI F ; Louve et jumeaux 1 RIC 329 Cunetio 1451 3,93 1 256 GALLIENVS AVG
  • 1. Données administratives, techniques et scientifiques 7 8 9 10 12 14 15 16 Fiche signalétique Mots-clefs des thésaurus Intervenants Localisation du dépôt monétaire Arrêté préfectoral Autorisation du propriétaire de la parcelle concernée par
  • l’intervention Devis de consolidation – Restauration du dépôt monétaire Fiche de traitement du dépôt 2. Compte-rendu de la découverte et mise en œuvre du sondage 19 19 25 2.1 – Circonstances de la découverte 2.2 – L’intervention archéologique sur le dépôt monétaire 2.3
  • – Prospection dans les champs labourés autour du dépôt 3. Étude préliminaire du depôt monétaire 29 29 33 63 65 3.1 – Inventaire des monnaies 3.2 – Nomenclature utilisée pour le descriptif des monnaies 3.3 – Catalogue des monnaies 3.4 – Étude du dépôt monétaire 3.5
  • signalétique Région : Bretagne Département : Côtes-d’Armor Commune : Plouagat Lieu-dit : Kerouzien ou La Brayette Numéro de l’entité : 22 206 0008 Coordonnées géographiques et altimétriques : x : 1259009 m y : 7273446 m z : 145,5 m Références cadastrales : parcelle F 831 du cadastre de
  • 2012 de la commune de Plouagat Propriétaire du terrain : M. Patrick le Goallec, Le Bas de la Rue, 22170 Plouagat Références de l’opération : sondage exécuté par l’État, conformément à l’article L. 531-9 du code du patrimoine arrêté
  • préfectoral 2012 – 072 du 2 avril 2012 Responsable désigné par l’État : M. Yves Menez, Drac Bretagne, service régional de l’Archéologie Date d’intervention sur le terrain : le mercredi 4 avril 2012 Surface sondée : 4 m² Niveau d’apparition des vestiges : immédiatement sous la terre
  • végétale, à 0,45 m de profondeur 7 8 Plouagat, La Brayette (Côtes-d’Armor) – Un dépôt d’antoniniens au lieu-dit Kerouzien Mots-clefs des thésaurus Chronologie Sujets et thèmes Paléolithique Mobilier édifice public nb 1240 Industrie lithique Industrie osseuse
  • Mégalithe Haut-Empire (jusqu’en 284) Artisanat Bas-Empire (de 285 a 476) Argile : atelier époque médiévale haut Moyen âge Moyen âge bas Moyen âge Temps modernes époque contemporaine ère industrielle Artisanat du fer Études annexes Géologie
  • Datation Anthropologie Carpologie Anthracologie Botanique Palynologie Macrorestes An. de céramique An. de métaux Aca. des données Numismatique Conservation 9 Données administratives, techniques et scientifiques Intervenants équipe du sondage Michel Tocqué 9 rue Paul Féval 22960
  • Plédran Découvreur du dépôt, participation au sondage Yves Menez Adjoint du conservateur régional de l’Archéologie Direction régionale des affaires culturelles de Bretagne Responsable du sondage effectué par l’État Paul-André Besombes Conservateur en chef, service régional de
  • l’Archéologie de Bretagne Participation au sondage Laurent Aubry Chargé d’opération et de recherches, Inrap Grand Ouest Participation au sondage Vincent Pommier Topographe, Inrap Grand-Ouest Relevés topographiques Suivi administratif de l’opération Jean-Yves Tinevez
  • Ingénieur de recherches, service régional de l’Archéologie de Bretagne Fouille en laboratoire de la partie du dépôt préservée des labours Marie-Dominique Pinel Paul-André Besombes Service régional de l’Archéologie de Bretagne Nettoyage des monnaies Caroline Relier
  • Laboratoire UTICA, Saint-Denis Étude des monnaies Paul-André Besombes Aurélien Herber Service régional de l’Archéologie de Bretagne Photographie des monnaies Hervé Paitier Photographe, Inrap Grand Ouest Dessin et maquettage du rapport Mathilde Dupré Dessinatrice, Inrap
  • Grand Ouest Suivi administratif de l’opération 10 Plouagat, La Brayette (Côtes-d’Armor) – Un dépôt d’antoniniens au lieu-dit Kerouzien Localisation du dépôt monétaire dépôt monétaire 0 0.25 0.5 1 1.5 kilomètres 2 Localisation du dépôt monétaire sur un extrait de carte
  • au lieu-dit Kerouzien Données administratives, techniques et scientifiques 13 14 Plouagat, La Brayette (Côtes-d’Armor) – Un dépôt d’antoniniens au lieu-dit Kerouzien Autorisation du propriétaire de la parcelle concernée par l’intervention Données administratives
  • , techniques et scientifiques Devis de consolidation – Restauration du dépôt monétaire 15 16 Fiche de traitement du dépôt Plouagat, La Brayette (Côtes-d’Armor) – Un dépôt d’antoniniens au lieu-dit Kerouzien 2. Compte-rendu de la découverte et mise en œuvre du sondage 18 Plouagat
  • , La Brayette (Côtes-d’Armor) – Un dépôt d’antoniniens au lieu-dit Kerouzien 19 Données administratives, techniques et scientifiques 2.1 – Circonstances de la découverte – Yves Menez Le service régional de l’Archéologie de Bretagne a été informé le lundi 2 avril 2012 par M
  • . Laurent Aubry, chargé d’opération et de recherches à l’Inrap, de la découverte effectuée la veille par M. Michel Tocqué d’un dépôt monétaire sur la commune de Plouagat. M. Michel Tocqué était venu le jour même l’en informer sur le diagnostic qu’il dirigeait alors sur les communes de
  • Trégueux et Ploufragan (Côtes-d’Armor), préalablement à la construction d’une zone d’activité. En prospectant à l’aide d’un détecteur de métaux la parcelle n° 831, section F du cadastre de Plouagat, entre les lieux-dits La Brayette et Kerouzien (fig. 1 et 2), il avait découvert, hors de
RAP03176_1.pdf (LA MÉZIÈRE (35). ZAC des Lignes de la Gonzée : fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • LA MÉZIÈRE (35). ZAC des Lignes de la Gonzée : fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours. Rapport de fouille
  • 86 m NGF. La zone de fouille se trouve par ailleurs à 300 m de la naissance d’une petite vallée (ruisseau du Pont des Basses Margelles) dont le développement suit d’abord une orientation nord-ouest/ sud-est pour ensuite s’incurver brutalement vers l’ouest. 52 Inrap · RFO de
  • Ille-et-Vilaine, La Mézière, ZAC des Lignes de La Gonzée Mobilier Industrie lithique, céramique, végétaux, objet métallique, outil (macro-outillage), parure, monnaie. Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr
  • L’occupation la plus ancienne, attribuable au Néolithique moyen, est notamment matérialisée par un grand bâtiment sur poteaux et des structures de combustion. Le mobilier associé et les datations 14C situent cette occupation vers 4200-4000 ans av. J.-C. Comme l’attestent diverses structures
  • de la période antique pour de nouveau observer une importante implantation domestique sur le secteur. Le tiers nord du décapage a ainsi révélé la pars rustica d’une grande villa se développant plus au nord à proximité du bourg actuel de La Mézière. L’approche territoriale mise en
  • place dans le cadre de l’opération montre que les Lignes de La Gonzée, situées en bordure du projet, sont probablement édifiées aux cours de l’Antiquité tardive. Enfin, une nécropole du haut Moyen Âge fait partie des éléments remarquables mis au jour dans le cadre de cette opération
  • , en raison notamment du nombre de sépultures étudiées et de son organisation. Le mobilier archéologique mis au jour permet de caler l’utilisation de cette nécropole entre la fin du ve siècle ap. J.-C. et le viiie s. ap. J.-C. Fouille archéologique Rapport final d’opération
  • Sujets et thèmes Bâtiment, structure funéraire, habitat rural, villa, bâtiment agricole, structure agraire, foyer, fosse, sépulture Menée sur près de 6 hectares, l’intervention archéologique réalisée sur le site des Lignes de La Gonzée à La Mézière a permis de mettre au jour de
  • nombreux vestiges archéologiques. Ils couvrent un large intervalle chronologique compris entre le Néolithique et le haut Moyen Âge. Une partie des données obtenues étant inédites ou peu documentées au niveau de la péninsule armoricaine, elles renouvellent un certain nombre de
  • connaissances. Rapport final d’opération Chronologie Néolithique moyen et récent, âge du Bronze récent, âge du Fer/ La Tène, haut Moyen âge, Empire romain. Ille-et-Vilaine, La Mézière, ZAC des Lignes de La Gonzée : Fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours Vol. 1 Fenêtre
  • ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours Fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours Volume 1 sous la direction de Stéphane Blanchet Françoise Le Boulanger Inrap Grand Ouest novembre 2015 Code INSEE 35119 Volume 1 Arrêté de prescription 2011-141 Code
  • Inrap DB05035802 Fouille archéologique Rapport final d’opération Ille-et-Vilaine, La Mézière, ZAC des Lignes de La Gonzée Fenêtre ouverte sur un terroir, du Néolithique à nos jours sous la direction de avec la collaboration de Stéphane Blanchet Françoise Le Boulanger
  • novembre 2015 Sommaire Données administratives, techniques et scientifiques 11 12 13 15 15 16 17 29 31 Fiche signalétique Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique État du site Localisation de l’opération Arrêté de prescription Arrêté de désignation Projet
  • scientifique 49 1. 49 51 51 53 53 54 55 1.1 1.2 1.3 1.4 1.4.1 1.4.2 1.4.3 Le cadre de l'opération Découverte et évaluation du site Descriptif technique et scientifique de l'opération Le contexte géologique et topographique Stratégies et méthodes mises en œuvre Problématique de décapage
  • L'enregistrement Problématique de fouille Résultats 61 61 61 63 65 65 67 72 72 78 81 88 89 90 94 95 101 103 105 105 107 121 123 131 131 131 133 137 2. 2.1 2.1.1 2.1.2 2.1.3 2.2 2.2.1 2.2.1.1 2.2.1.2 2.2.1.3 2.2.1.4 2.2.1.5 2.2.1.6 2.2.1.7 2.2.2 2.2.2.1 2.2.2.2 2.2.3 2.2.4 2.2.4.1 2.2.4.2
  • 2.2.4.3 2.2.4.4 2.3 2.3.1 2.3.1.1 2.3.1.2 2.3.1.3 L'occupation néolithique Présentation générale La chronologie La répartition et l’état de conservation des vestiges Les limites du site Les structures Un grand bâtiment rectangulaire Les grandes caractéristiques architecturales Les
  • principaux éléments porteurs Les éléments de façade Les structures en creux présentes à l’intérieur de la construction Le lambeau d’un niveau d’occupation ? Éléments de chronologie absolue et relative Quelques pistes de réflexion pour une éventuelle restitution architecturale Les
  • structures présentes en périphérie du grand bâtiment Un ensemble de structures excavées à l’est du grand bâtiment Des « structures isolées » ? D’autres structures en creux néolithiques dans l’emprise du décapage ? Les structures de chauffe et les structures de combustion Localisation et
  • caractéristiques générales Typologie de quelques structures à pierres chauffantes Éléments de chronologie absolue et relative Synthèse et discussion Le mobilier néolithique La céramique Présentation générale L'ensemble 1 L'ensemble 2 4 139 140 141 141 141 141 163 167 172 172 172 174 178 179
  • Analyse anthracologique des échantillons de trois structures de combustion et d’une fosse Introduction Matériel et méthode Résultats d’analyse des structures 404, 442, 3229 et 3231 Interprétation paléo-écologique : quel environnement boisé exploité au Néolithique moyen ? Quels bois
  • utilisés comme combustible pour le fonctionnement des structures à pierres chauffées ? Comparaisons. Conclusion Agriculture, cueillette et alimentation végétale d’un habitat du Néolithique moyen II Introduction Les résultats carpologiques Discussion et conclusions Glossaire Synthèse et
RAP03720 (LANGROLAY-SUR-RANCE (22). La villa de SDU les Vaux. Rapport de fouille)
  • opération de sauvegarde par l'étude
  • LANGROLAY-SUR-RANCE (22). La villa de SDU les Vaux. Rapport de fouille
  • , monnaie, verre, peinture, inscription La fouille, réalisée durant l’été 2016, a permis de dégager les vestiges de la partie résidentielle de la villa ainsi qu’une partie de ses aménagements annexes et les traces d’occupations antérieures. Cet important domaine rural occupe le sommet
  • d’un plateau et dispose d’un magnifique panorama sur le fleuve. Propriété d’une riche famille gauloise romanisée appartenant au peuple gaulois des Coriosolites, la villa est à la fois un lieu de villégiature et le centre d’un important domaine foncier. Organisée autour d’une cour
  • , la résidence se divise en trois corps de bâtiment précédés de galeries à portique d’une superficie habitable estimée à 1500 m². Chaque bâtiment est construit selon des normes architecturales romaines, avec des maçonneries constituées de moellons liés par un mortier de chaux, une
  • toiture en tuile et des murs recouverts de fresques. L’opulence de cette villa se retrouve également dans son édifice thermal. Avec 430 m² et 22 pièces, les thermes forment un ensemble architectural qui se singularise par le luxe de ses équipements. On y trouve quatre pièces chauffées
  • par le sol, deux baignoires d’eau chaude et deux piscines (dont une chauffée). Les sols sont revêtus de plaques de schiste et de marbre et les murs sont peints. Fouille archéologique L’opération archéologique au lieu-dit « Sur les Vaux » à Langrolay-sur-Rance (22) a été réalisée
  • dans le cadre du projet d’aménagement d’un lotissement initié par la mairie et réalisé par la société ARPI. La parcelle concernée était référencée depuis 1978 sur la carte archéologique comme un gisement antique. Elle avait en effet livré de nombreuses tuiles gallo-romaines qui
  • remontaient du sous-sol lors des labours. Suite au dépôt du projet d’aménagement, et conformément aux lois sur la sauvegarde du patrimoine archéologique, une opération de diagnostic a été effectuée en 2014 qui a révélé la présence d’une villa gallo-romaine. Devant l’ampleur de la
  • découverte, une fouille a été prescrite sur une surface de 2,5 hectares et sa réalisation confiée à l’Inrap, conformément à l’arrêté de prescription établi par le service régional de l’archéologie de Bretagne. Rapport d’opération Chronologie Antiquité, temps modernes Langrolay-sur
  • -Rance (Côtes-d’Armor) : La villa de « Sur les Vaux » Notice Bretagne, Côtes-d’Armor La villa de « Sur les Vaux » à Langrolay-sur-Rance Volume 1 : étude du site Inrap Grand Ouest 37 rue du Bignon CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Tél. 02 23 36 00 40 www.inrap.fr Rapport final
  • d’opération Volume 1 À l’issue de la fouille, les terrains ont été rendus à l’aménageur, mais l’édifice thermal a été préservé et fait l’objet, en 2019, d’une demande d’inscription et de classement au titre des monuments historiques. Protégé par du sable, les thermes de Langrolay
  • constituent un témoignage exceptionnel de la romanisation de la péninsule armoricaine entre le Ier et le IVe s apr. J.-C. et sont parmi les plus grands édifices de bains privés découverts actuellement en Gaule. sous la direction de Avec la collaboration de Bastien Simier Laura Barataud
  • Mars 2019 22103 Fouille archéologique Rapport d’opération Code INSEE 2014-347 F 109 815 Arrêté de prescription N° Patriarche 22 103 0003 Code Inrap Bretagne, Côtes d’Armor (22) La villa de « Sur les Vaux » à Langrolay-sur-Rance Volume 1 : étude du site sous la direction
  • de Avec la collaboration de Bastien Simier Laura Barataud Sammy Ben Makhab Paul-André Besombes Julien Boislève Vérane Brisotto Agnès Chéroux Emmanuelle Collado Jérémy Dolbois Catherine Dupont Véronique Guitton Françoise Labaune-Jean Gaétan Le Cloirec Florent Jodry Lydie Mano
  • Mots-clefs des thesaurus Intervenants Notice scientifique État du site Localisation de l’opération Implantation cadastrale Arrêté de prescription Arrêté de désignation Projet scientifique d’intervention II. Résultats 1. Introduction 46 46 62
  • 48 50 52 57 58 58 60 61 61 61 63 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 1.6 Le contexte d’intervention Le contexte géographique, topographique et géologique Les résultats du diagnostic Le contexte archéologique La prescription de fouille Descriptif technique de l’opération 1.7
  • 1.8 La valorisation La conservation des thermes 1.6.1 1.6.2 1.6.3 1.6.4 1.6.5 Le décapage La fouille L’enregistrement des données Le rendu des terrains La post-fouille 64 2. Présentation des vestiges 64 2.1 Les bâtiments 64 2.1.1
  • L’aile ouest 70 2.1.1.1 La galerie 74 2.1.1.2 La pièce AO-1 et l’abside AO-2 82 2.1.1.3 La pièce AO-3 86 2.1.1.4 Les pièces AO-4, AO-5 et AO-6 87 2.1.1.5 Les pièces AO-7, AO-8 et AO-9 89 2.1.1.6 Les pièces au sud de l’aile ouest : AO-10, AO-11, AO-12, AO-13, AO-14 et AO15
  • 94 2.1.1.7 La pièce AO-16 et les structures S. 2145 et 2195 105 2.1.1.8 Les fossés associés à l’aile ouest 106 2.1.1.9 Analyse métrologique 110 2.1.1.10 Synthèse : les différentes phases de construction de l’aile ouest 118 118
  • 2.1.2.1 Le corps de bâtiment 122 2.1.2.2 La galerie 126 2.1.2.3 Le mur gouttereau nord : les fondations MR 2097, 2136 et 2911 127 2.1.2.4 Le pignon occidental : MR 2671 et MR 2163 127 2.1.2.5 Le pignon oriental : MR 2098 127 2.1.2.6 La fondation MR 2122 127 2.1.2.7 La fondation MR 2129
  • d’ateliers de préparation de mortier associés à l’aile nord 156 2.1.2.14 Les fossés en lien avec l’aile nord 156 2.1.2.15 Les fossés antérieurs à l’aile nord 156 2.1.2.16 Les fossés antérieurs à l’aile nord, mais contemporains de l’éventuel temple 157 2.1.2.17 Les fossés contemporains
RAP01534.pdf (QUIMPER (29). projet de lotissement à Kergalatu / Le Moustoir. rapport de diagnostic)
  • QUIMPER (29). projet de lotissement à Kergalatu / Le Moustoir. rapport de diagnostic
  • protohistorique de Keralio à Pont-L'Abbé (Hinguant, 1995), malheureusement pas fouillé mais qui avait livré le plan de deux "fonds de cabane" similaires et un lot de céramique onctueuse important, avec des décors inédits (Hinguant, 1996). Ces sites peuvent être datés des Xlle-XIVe siècles
  • -310. DEMIANS D'ARCHIMBAUD G., 1980 - Les fouilles de Rougiers (Var), contribution à l'archéologie de l'habitat rural médiéval en pays méditerranéen. Publication de l'URA n°6 "Archéologie médiévale méditerranéenne", mémoires n°2, CNRS, Valbonne. Un habitat gaulois et une
  • occupation médiévale à Keralio (Pont-L'Abbé, Finistère). DFS de HINGUANT S., avec la coll. de LE GOFF E. et GRALL B., 1995 - sauvetage urgent, SRA Bretagne, Rennes, inédit. HINGUANT S., 1996 - Pont-L'Abbé ( F i n i s t è r e ) . m é c i . , 26, 224. MEIRION-JONES G.I., 1980 - Les loges
  • QUIMPER ( FINISTERE ) Kerlagatu / Le Moustoir 29-232-091 DFS d'évaluation archéologique 02-06-98/17-07-98 Autorisation 1998/066 Sous la direction de Stéphan HINGUANT, chargé d'études AFAN avec la collaboration de Frédéric MELEC, technicien de fouilles AFAN Service Régional de
  • l'Archéologie de Bretagne FICHE SIGNALETIQUE L O C A L I S A T I O N DE L ' O P E R A T I O N Départcmenl : COMMUNE: . . . . . Ç p u j f ^ . f Lieu dit ou adresse : . . . . C . K ^ ^ Année cadastre ; Section(s) et parcelle(s): . Coordonnées Lambert Zone ;. JW.... Altitude . .3. Q. r
  • ^ Kl = . / ¡ ^ l / . ^ o p x2=.... x3= yl= .•.n.K^.St.ÇO y2= y3= t ^ (y^c^ J I D E N T I T E DE L ' O P E R A T I O N Autorisation n ° : 1933./Q^é valable du TITULAIRE (nom et prénom) : Propriétaire du terrain . . au . 3.
  • ...... .C,^. SP SU Organisme de rattachement : / h ^ â i t ^ . Protection juridique : Motifde l'opération : ..p.Cto^tl:...¿it... . Maître d'ouvrage : Coût global de l'opération : û.^ â-'.^t...:.: Contraintes techniques particulières : .,. Surface fouillée : : ..ml Surface
  • estimée du site : . . y ^ . ' ^ .Q Q,, m2 (dans la ou les parcelles concernées par l'opération) hincÎ^tÎiJ Emprise .menacée entièrement fouillée : OUI Fouille menée jusqu'au substrat : OUI ) NON Sinon, altitude du fond de fouille : RESULTATS SCIENTIFIQUES MOTS CLES : (3 à 5 par
  • rubrique) -Chronologie: ..MaVììa/..-^.C.^..^ iCo^rtiinrni^ ;' ' o j - Vestiges immobiliers :... .r^.uë.^.......... - Vestiges mobiliers : f'P.c-/3>.l. c . .C/^/STB . ^ o«^* ÎfaCjiUi .. fhSj£S. .. .h a.on.eou^ éo.a-L.. LIEU DE DEPOT : du mobilier : .loa,h.7fxJ^... J ^ l
  • ^ . i / pô.t..^.Lu/f.PiKL ^ . ...f.^.^/j).:. c t ^ . - . 7 - ' C ) . . . ^.ni^t/a-^ des fonds documentaires: . . . S . . i l A . . ^ f C / c j A C L - N° des 10 à 20 diapo. les plus représentatives fouille et mobilier) • /J 2 - 2 A - 2.1 - ^ ^ —. R E F E R E N C E S
  • B I B L I O G R A P H I Q U E S DU DFS ANNEE : ...i^'^.f AUTEUR (nom, prénom) : COLLABORATEUR^: ¡^ TITRE: Mf^tiM C. BÎÎA.mIç.iA,iS C O M ^ N T A I R E : . . . . . . ç ) . . . •. ^ t h ^ .Guâ/y.C fc^.JcA^. , Sous titre : . . . 3 rfrS . ci " Ijombre de volumes : ..../l
  • . .. nbre de pages : ./f/f nbrefig.: ^ . 3 rib. planches : - ..2 - QUIMPER - KERLAGATU/LE MOUSTOIR Evaluation archéologique Générique de r o p é r a t i o n L'intervention archéologique sur l'emprise du futur lotissement de Kerlagatu/Le Moustoir à Quimper s'est déroulée sur le
  • terrain du 02-06 au 25-06-1998. Le personnel de l'Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales recruté pour cette phase a concerné deux archéologues: Stéphan HINGUANT, Chargé d'études, responsable de l'opération et titulaire de l'autorisation de fouilles. Frédéric MELEC
  • , Technicien. La phase de rédaction du présent rapport réalisée à la base AFAN de Rennes du 26-06 au 17-07-1998, a mobilisé les deux mêmes personnes. Sur le terrain, les relevés topographiques et le plan général du site, comprenant le positionnement des tranchées de sondages et la
  • localisation des faits archéologiques identifiés, ont été établis par les soins du cabinet de géomètres J.P. BOURDELLES, 7 rue de Pontigou à Quimper. Deux plans (1/200e et 1/500e) ont été remis aux archéologues à l'issue de la phase de terrain. Remerciements Les intervenants de l'opération
  • souhaitent remercier les personnes et institutions qui ont contribué à sa mise en place et à son bon déroulement : Mr. Y. LOUSSOUARN, Maître d'ouvrage, 38 rue du Chapeau-Rouge, 29 000 QUIMPER. Mr. J.Y. TINEVEZ, Archéologue, Service Régional de l'Archéologie de Bretagne, RENNES. Mr. J.P
  • . LE BIHAN, Archéologue municipal. Centre de Recherche d'Archéologie du Finistère. Mr. et Mme. LE DOARE Y., propriétaires, pour leur accueil et les précieuses indications qu'ils nous ont communiqués. Origine et déroulement de ropération Un projet de lotissement pavillonnaire au sud
  • -ouest de Quimper, sur une hauteur de la rive droite de l'Odet (fig. 1), est à l'origine du présent diagnostic archéologique. Le projet couvre une superficie d'environ 4 ha sur la parcelle DH 621 (fig. 2), encore en culture au moment de l'intervention (blé sur les deux-tiers nord et
  • maïs sur le tiers sud, cf. Pl. 1, photo du haut). Aucune donnée archéologique ancienne n'existe pour cette partie de la commune de Quimper, tout comme sont absentes celles de la prospection aérienne. Au sol, aucune anomalie phytologique ou géologique n'est décelable mais les anciens
  • exploitants nous signalent que durant les années de sécheresse (et notamment en 1976), des différences de croissance des plantes sont remarquables et semblent dessiner un plan. Les prospections au sol, à cause du blé déjà haut, n'ont pas pu être réalisées en préalable aux sondages